Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle. Tome II

 | 
André Raymond

Chapitre XIII. Le contrôle et l’exploitation fiscale des métiers

Texte intégral

  • 1 Suivant l’expression de Gibb et Bowen : ruling institution.

1Nous avons eu déjà l’occasion de constater que les rapports entre la caste qui gouvernait l’Égypte, pacha, militaires des odjaqs et mamelouks, et la classe égyptienne des artisans et des commerçants, ne peuvent être réduits à la classique opposition entre « institution dominante »1 et « sujets ». Il est vrai que l’Égypte était profondément marquée par une division des activités en vertu de laquelle des étrangers monopolisaient le pouvoir politique cependant que la population autochtone, et en particulier celle des villes, cantonnée dans les tâches économiques, paraissait n’exister que pour leur fournir les moyens nécessaires à leur entretien, et était à cette fin soumise à leur contrôle et à leur exploitation. Mais les relations existant entre les deux éléments, étranger et autochtone, étaient loin d’avoir cette simplicité : à considérer le processus d’intégration des gens des métiers dans les milices et les avantages mutuels qu’ils en tiraient, on ne peut se satisfaire, pour les caractériser, de parler de « parasitisme » pur et simple. Les deux aspects antinomiques de ces relations (contrôle et exploitation/interpénétration) que nous étudierons successivement ne constituent pas deux « séries » successives ou parallèles, mais deux points de vue complémentaires sur une même réalité historique. L’analyse à laquelle nous procéderons pour décrire plus commodément ces phénomènes, en les dissociant, mutilera donc leur complexité vraie.

1. LE CONTRÔLE DES MÉTIERS

2La base du système du contrôle des métiers était une répartition de la population active entre les « Puissances » dominantes au Caire à la fin du xviie siècle et pendant la plus grande partie du xviiie, c’est-à-dire essentiellement entre les milices. Ce contrôle avait naturellement des fins politiques et administratives, mais le partage des activités économiques en secteurs contrôlés par tel odjaq, par tel ou tel haut dignitaire, avait essentiellement pour raison d’être l’exploitation fiscale ou para-fiscale à laquelle se trouvaient ainsi soumis les artisans ou commerçants qui dépendaient du muḥtasib, de l’agha des Janissaires, ou de l’agha des ‘Azab.

a) Le muḥtasib

  • 2 Mise au point sur la ḥisba dans E.I.2 (article de C. Cahen, M. Talbi et R. Mantran), III, 503-7. P (...)
  • 3 Voir les remarques de Ğabartī (IV, 280) à propos de Muṣṭafā Kurd.
  • 4 Muḥtasib est le terme le plus fréquemment employé dans les textes, surtout dans Aḥmad Čelebi et Ğa (...)

3La ḥisba était la plus traditionnelle des magistratures urbaines : ses principes et sa pratique sont exposés dans une abondante littérature2 qui n’était pas inconnue des lettrés du Caire à l’époque ottomane3 ; mais la charge idéale qu’on y trouvait décrite, et qui intégrait la fonction surtout économique de contrôle des métiers et des marchés « dans un devoir plus large, à base religieuse, de maintien de la bonne tenue sociale », suivant la formule bien connue amr bi-l-ma‘rūf wa nahy ‘an al-munkar (ordonner le bien et interdire le mal), n’avait guère de rapports avec l’iḥtisāb cairote des xviie et xviiie siècles, charge aux attributions limitées, insérée dans l’organisation politico-militaire qui régissait l’Égypte. La ḥisba tira ce qui lui restait d’importance de l’état de trouble économique dont souffrit fréquemment l’Égypte pendant les deux derniers siècles de la domination ottomane : chargé de responsabilités plus grandes dans les périodes de disette, de cherté des prix et de crise des monnaies, le muḥtasib n’était au total qu’un dignitaire de second ordre, ordinairement voué à des activités médiocres4.

La ḥisba charge dépendant de l’odjaq des Čāwīšiyya.

4A l’époque ottomane, la ḥisba constituait une des principales fermes (muqāṭa‘a) du Caire. Depuis la fin du xvie siècle, la ḥisba était normalement concédée à un membre de l’odjaq des Čāwīšiyya, au point que cette charge était considérée comme une propriété de cette milice. De fait, à de rares exceptions près, tous les muḥtasib que nous avons pu identifier jusqu’à fin du xviiie siècle étaient des officiers des Čāwīšiyya.

  • 5 C’est la procédure décrite par Damurdāšī (p. 480) pour la nomination de Yūsuf Agha vers 1740.

5Comme tous les iltizām la ḥisba était en principe mise en adjudication au début de chaque année financière, dans les premiers jours du mois copte de tût, correspondant à septembre. Dans la pratique, les choses devaient se passer de la manière suivante : le Katḫudā de l’odjaq réunissait les « anciens » (iḫtiyār) du corps, avec lesquels il faisait choix du candidat qui était présenté au pacha, en Divan ; quand il avait reçu le qafṭān auquel lui donnait droit sa charge, le nouveau titulaire de la ḥisba se rendait, en grand cortège, à son siège (baït al-ḥisba) pour y prendre possession de ses fonctions5.

  • 6 Ğabartī, III, 150-1.

6Le muḥtasib avait en général rang d’agha dans son corps : il n’était que l’un des officiers supérieurs de l’odjaq. On comprend néanmoins le scandale que provoqua, en 1801, la nomination par les Français, comme remplaçant de Ḥasan Agha qui venait d’être arrêté, de ’Abd al-‘Āl, un homme de la plus basse condition et qui n’était en tout cas pas un militaire, bien que la faveur des Français en ait fait un agha des Mustaḥ-fiẓān : Ğabartī range le fait parmi les événements peu ordinaires (min ğumlat al-nawādir) de cette époque, pourtant fertile en nouveautés6.

  • 7 Shaw, Financial, 119.
  • 8 Ğabartī, I, 309 (1769). Tribunal, ‘Ask., v. 205, 264 (1782). Ğabartī, II, 82 (1784) ; II, 182 (179 (...)

7Le corps des Čāwīšiyya qui n’avait eu à aucun moment la puissance numérique ou financière des grands odjaqs (Janissaires ou ‘Azab) tomba au cours du xviiie siècle sous l’influence et le contrôle des Mustaḥfiẓān : ils y introduisirent leurs hommes, la fonction de muḥtasib n’échappant pas à cette « colonisation »7. Vers la fin du siècle cependant, l’ascendant qu’avaient pris les beys sur les odjaqs se traduisit, en ce qui concerne la ḥisba, par la nomination de titulaires liés aux émirs dominants. Un peu avant 1769, ‘Alī Bey nomma muḥtasib son propre Katḫudā, Ibrāhīm Ğadak, qu’il exila ensuite. Ultérieurement plusieurs mamelouks exercèrent ces fonctions : Muṣṭafā Kāšif (avant 1782) ; Muṣṭafā Bey (en 1784) ; Ḥasan Agha, Katḫudā de ‘Alī Bey (en 1790) ; Ḥasan Katḫudā de Murād Bey (avant 1798)8.

Organisation de la ḥisba.

  • 9 Vincennes, Β 6 61, 15 janvier 1801. Tribunal, ‘Ask., v. 214, 327 (1788) : ‘Umar Katḫudā muḥtasib à (...)
  • 10 Les documents d’archives mentionnent un Katḫudā al-ḥisba... bi-Būlāq en 1722 (Tribunal, ‘Ask., v. (...)

8L’autorité du muḥtasib du Caire ne s’exerçait, semble-t-il, que dans les limites de la capitale. Du moins certains documents font-ils état de la présence de muḥtasib distincts pour les agglomérations de Būlāq et du Vieux Caire : ces trois dignitaires participèrent ensemble à la cérémonie de la ru’ya de 18019. Mais il n’est pas impossible qu’à certains moments la juridiction du muḥtasib de la capitale se soit étendue à ses banlieues, dans lesquelles il aurait été représenté par un lieutenant (Katḫudā)10.

  • 11 Vincennes Β 6 61, 15 janvier 1801. Ğabartī, III, 207, 150 ; IV, 281, 280.

9Le muḥtasib du Caire était assisté, dans l’exercice de ses fonctions, par un certain nombre d’agents (atbâ’ ou a’wân) qui figuraient dans son cortège. Un document des archives de Vincennes, relatif à l’organisation de la ru’ya de 1801, en donne une énumération qui paraît complète. Le Katḫudā du muḥtasib (« kiaya » en suivant la prononciation usuelle de l’époque) pouvait éventuellement le suppléer dans l’accomplissement de ses principales fonctions : les textes nous le montrent présidant à sa place la cérémonie de la ru’ya, ou même dirigeant, en compagnie de l’agha, les traditionnelles chevauchées. Le muḥtasib disposait encore d’un ḥaznadār (trésorier) qui, outre ses attributions financières, pouvait lui aussi remplacer son patron en cas de besoin. Le « tchaouch » mentionné dans le document de 1801 correspond sans doute au munādī (crieur), qui était chargé de proclamer aux carrefours et dans les marchés les édits concernant les tarifs des prix, les cours des monnaies, etc. Un mubāšir (« écrivain »), un naqīb et un wazzān (peseur) complétaient ce personnel avec quelques préposés chargés éventuellement d’exécuter sur l’heure les sentences, parfois sévères, du muḥtasib11. Tous ces personnages recevaient apparemment un traitement du muḥtasib, qui, pour cette raison, était autorisé à effectuer des déductions (iḫrāğāt) sur les sommes qu’il devait verser au Trésor. Ils recevaient également des casuels, par exemple au moment de la ru’ya, et levaient vraisemblablement des contributions plus ou moins régulières sur les individus dont ils avaient pour mission de contrôler les activités.

  • 12 Sammarū baït al-ḥisba (Aḥmad Čelebi, 254 b).
  • 13 Description : Qanṭara al-Dikka (350 F 14) ; et à proximité Darb Dikka al-ḥisba (375 L 6/7). Ğabart (...)

10Le baït al-ḥisba était vraisemblablement l’endroit où siégeait le muḥtasib dont cependant les textes ne nous font guère connaître que l’activité itinérante, la plus spectaculaire : lorsqu’en 1736 les Puissances du Caire décidèrent de supprimer la ḥisba, ils firent procéder immédiatement à la fermeture du baït al-ḥisba12. Nos sources ne nous indiquent pas la localisation de cet édifice, et nous ignorons s’il avait pris la suite de la dikkat al-ḥisba que mentionne Maqrīzī et qui se trouvait dans la région du Ġūriyya, c’est-à-dire dans le centre commerçant du Caire. Au xviiie siècle, cette dikkat al-ḥisba n’apparaît que dans la toponymie, et dans la mention qui en est faite, en quelque sorte « au passé », lorsque Ğabartī nous apprend que le grand tāğir Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām (mort en 1791) agrandit sa maison du Faḥḥāmīn en y incorporant la dikkat al-ḥisba, qui était donc située, sur la plan de la Description, à proximité de 376 L 713. Rien n’indique qu’elle fût encore en activité à cette époque, mais il est évidemment tentant de penser que le muḥtasib continuait à avoir son siège dans le centre même du Caire.

Les attributions du muḥtasib

  • 14 Ğabartī, IV, 280.

11Il y avait un contraste frappant entre la théorie de la ḥisba traditionnelle et la réalité à laquelle elle avait été réduite, d’où la surprise des Cairotes (et leur indignation) lorsque Muṣṭafā Kurd, que Muḥammad ‘Alī avait doté en 1817 de pouvoirs particulièrement étendus pour mettre un terme à l’indiscipline des marchands des souqs, parut entreprendre de faire revivre l’ancienne charge dans toute son ampleur : « Cette situation, commente Ğabartī, commença à peser à la plupart des gens, car on n’avait pas été habitué à de telles prétentions de la part des muḥtasib précédents. C’était comme si Kurd avait eu connaissance de ce qu’étaient les préposés à la ḥisba et de leurs attributions sous les anciennes dynasties égyptiennes (fī l-duwal al-miṣriyya al-qadīma). En effet la charge de amīn al-iḥtisāb était alors une charge judiciaire ; il avait une autorité discrétionnaire et un droit de juridiction sur toutes choses. Ne pouvaient exercer cette charge que ceux qui possédaient parfaitement toutes les connaissances, toutes les sciences et avaient une compétence juridique universelle ». Les plaintes contre Kurd s’étant multipliées, le pacha chargea son Katḫudā de mettre un terme à ses agissements ; le muḥtasib fut réprimandé et on lui enjoignit de borner désormais l’exercice de son autorité « aux marchands (al-bā‘a) et à ceux qui étaient soumis à la juridiction de ses prédécesseurs », à l’exclusion donc des tuğğār et des ḏimmī14. Ces commentaires nous permettent de fixer avec assez de précision les limites de l’autorité des muḥtasib à la fin de l’époque ottomane.

  • 15 Très nombreuses mentions dans les chroniques et dans les récits de voyage. K. tarāğim, 841. Damurd (...)

12Les muḥtasib exerçaient leur autorité sur une partie des marchés du Caire, du triple point de vue de la surveillance des prix, du contrôle de l’approvisionnement et de la vérification des poids et mesures. C’est en cette qualité qu’ils apparaissent dans nos sources, surtout au moment des crises des dernières décennies du xviie siècle et des premières du xviiie, qui les amenèrent souvent à réunir les cheikhs des corporations intéressées pour fixer une tarification des denrées (tas‘īra) suivant leur poids et leur qualité, en ordonnant au besoin, pour en connaître le juste prix, la fabrication d’un pain depuis l’écrasement du blé jusqu’à la cuisson de la pâte, après quoi les prix maximaux étaient aussitôt proclamés dans les rues et les marchés du Caire15.

  • 16 Liste établie d’après un document des archives de Vincennes (B 6 61, 15 janvier 1801) et d’après S (...)
  • 17 Shaw, Financial, 119-120.

13La juridiction du muḥtasib ne n’étendait qu’à un nombre limité de métiers concernant surtout l’Alimentation : meuniers, boulangers, marchands de légumes, marchands de lait, marchands d’huile, presseurs d’huile de sésame et de lin, bouchers de viande de mouton (al-laḥm al-ḍa’nī), bouchers de viande de buffle et de bœuf (al-laḥm al-ḫašin), bouchers de viande kacher, marchands de poisson, marchands de sardines. Du muḥtasib dépendaient également d’autres métiers, fournissant des produits de grande consommation : marchands de graisse (dahhānīn), fabricants et marchands de savon (ṣabbānīn), fabricants de bougies, tourneurs sur bois, etc.16. Le muḥtasib prélevait d’autre part sur les comestibles qui étaient apportés au Caire (essentiellement des fruits et des légumes) des taxes qui étaient perçues sur les marchés où ils étaient vendus, ce qui renforçait encore son contrôle sur les métiers de l’Alimentation17.

  • 18 Sur ces tournées, en dehors des textes mentionnés précédemment (Damurdāšī, Samuel-Bernard, Girard, (...)

14Le muḥtasib remplissait ses fonctions au cours de rondes (ṭawāf), à travers les rues et les marchés du Caire, dont les chroniqueurs et les voyageurs ont à l’envi décrit le pittoresque. Monté sur un cheval, revêtu d’une robe noire (ḫil‘a) et coiffé d’un turban spécial, chapeau plat s’élevant en une sorte de cône et recouvert d’une mousseline blanche, le muḥtasib était précédé d’un de ses employés, porteur d’une grande balance, avec des poids étalonnés ; autour de lui chevauchait une nombreuse escorte comprenant un peloton de Janissaires, des bourreaux et des serviteurs armés de longs bâtons (‘ukkāz) ou de nerfs de bœuf (kurbāğ). Il parcourait Le Caire en suivant un itinéraire qui lui permettait de traverser la plupart des centres commerciaux importants. Plus que par l’éclat de ce cortège, les marchands étaient frappés (et parfois terrorisés) par la rigueur des punitions qui étaient infligées, séance tenante, à ceux qui fraudaient sur le prix ou le poids. Elles allaient de simples corrections, parfois mortelles cependant, de coups de bâton appliqués sur la plante des pieds du contrevenant qu’on étendait face contre terre, les jambes prises dans une sorte de joug de bois, à des supplices plus raffinés : marchands indélicats que l’on clouait par l’oreille à leur boutique de manière à ce qu’ils ne touchent le sol que de la pointe du pied (Marcel prétendait que d’un individu peu scrupuleux on disait proverbialement au Caire qu’il avait « l’oreille large ») ; boulangers dont le pain était trop léger et dont on perçait le nez avec une aiguille à laquelle était attachée un pain ; boucher qui avait trompé un client sur le poids de la viande vendue et sur le corps duquel on prélevait un morceau de chair équivalent ; marchand d’huile convaincu d’avoir vendu avec une fausse mesure et qu’on saignait pour compléter le poids avec son sang ; récidivistes que l’on punissait en leur coupant le nez, les oreilles ou le poignet. La liste de ces sévices est interminable et de Yūsuf Agha qui fit mourir sous les coups trois commerçants au cours d’une seule tournée (vers 1740), jusqu’à Muṣṭafā Kāšif Kurd qui fit asseoir sur son plateau brûlant un marchand de pâtisserie qui avait vendu trop cher ses kunāfa, un certain nombre de muḥtasib laissèrent une réputation de férocité qui ne paraît pas usurpée : « J’ai vu la peur et l’épouvante parmi le peuple égyptien, toutes les fois que je rencontrais en rue un de ces officiers », écrivait Niebuhr après sa visite en Égypte en 1761-176218. Il ne semble cependant pas que cette violence ait été réellement efficace : sous l’orage les boutiquiers courbaient l’échiné ; mais, le temps passant, l’énergie du muḥtasib diminuait, et son crédit s’épuisait ; bientôt le monde des souqs revenait aux mauvaises habitudes dénoncées par les chroniqueurs, jusqu’à une nouvelle crise.

  • 19 Qīnalī, 73 a, 106 a. Damurdāšī, 563. Ğabartī, III, 109, 135, 274-5, 332.

15Le muḥtasib jouait, entre l’autorité et les métiers qui étaient abandonnés à son contrôle, un rôle d’intermédiaire d’autant plus précieux que de tels organes de transmission étaient rares au Caire. A vrai dire, l’activité du muḥtasib dans ce domaine consistait à peu près exclusivement à faire part aux sujets des volontés des gouvernants : il était chargé à ce titre de leur transmettre leurs ordres, comme en 1805 lorsqu’il fit annoncer en ville que les ra’iyya devraient se tenir prêts à monter la garde dans leurs maisons et leurs quartiers ; de leur imposer des réquisitions de bétail de transport à l’occasion d’une guerre civile (en 1711), de la préparation d’une expédition (vers 1715), des cérémonies de réception d’un nouveau pacha (1754, 1803) ; ou encore sans doute de lever sur eux des taxes pour le compte des autorités bien que les exemples que nous connaissons soient postérieurs à 1798 (participation du muḥtasib à la levée de l’amende collective sur Le Caire, après le soulèvement de 1800, et à la levée de la firda, en juin/juillet 1800)19.

  • 20 Ğabartī, III, 49, 145, 316 ; IV, 21, 199.

16Le muḥtasib figurait dans toutes les cérémonies officielles auxquelles les corporations de métiers participaient en corps : par exemple dans le cortège du maḥmal avant le départ de la caravane du Pèlerinage ; à cette occasion il était chargé, concurremment avec d’autres grands dignitaires (qāḍī, agha des Janissaires, wālī) de vérifier l’état de la kiswa qui allait être expédiée au Hedjaz. On le trouvait aussi dans les cortèges de mariage (zaffa) dont le principal ornement était le défilé des chars de métiers20. Mais c’était naturellement dans la manifestation corporative la plus typique, la procession de la ru’ya, que le muḥtasib avait le premier rôle puisqu’il portait la responsabilité matérielle de l’organisation du cortège, dans lequel figuraient surtout « ses » corporations, ainsi que nous avons eu l’occasion de le remarquer plus haut.

  • 21 Ğabartī, IV. 290.
  • 22 Voir ici encore les tentatives de Muṣṭafā Kurd pour faire revivre ces prérogatives en 1817, et leu (...)

17Telles étaient, pour l’essentiel, les fonctions du muḥtasib au xviiie siècle. Beaucoup des attributions les plus traditionnelles de ses prédécesseurs du Moyen Age échappaient désormais à sa compétence. On ne le voyait plus que très exceptionnellement s’occuper de problèmes d’urbanisme, ou tout simplement de la propreté des rues ou des marchés : à notre connaissance, le seul exemple d’intervention d’un muḥtasib dans ce domaine concerne Muṣṭafā Agha Kurd qui ordonna en 1818 aux habitants du Caire de balayer et arroser les souqs, de nettoyer les rues et d’enlever la terre qui s’y était accumulée ; mais nous avons vu comment ce personnage avait tenté de faire revivre des attributions depuis longtemps tombées en désuétude, et cet effort isolé et tardif ne peut donc être considéré comme véritablement caractéristique de l’activité des muḥtasib21. Plus significative encore est la renonciation, apparemment totale, des muḥtasib de l’époque ottomane à tout contrôle sur la qualité des produits, qu’il s’agisse des denrées alimentaires dont l’adultération pouvait présenter des dangers sérieux pour la santé publique, ou des objets fabriqués. Dans ces deux cas le contraste est frappant avec la minutie des prescriptions contenues dans les ouvrages de ḥisba de l’époque classique. Enfin tout ce qui touchait au maintien de la moralité publique, et avait jadis fourni la matière d’importants développements théoriques sur la censure des mœurs que le muḥtasib était supposé exercer, échappait complètement au muḥtasib qui, dans ce domaine, comme dans les précédents, était supplanté par l’agha des Janissaires22.

Immunités vis-à-vis de la ḥisba

  • 23 Aḥmad Čelebi, 251 a. Ğabartī, I, 103.
  • 24 Ğabartī, IV, 176, 269, 278-281.

18Rien ne confirme mieux le déclin de l’autorité des muḥtasib que les immunités qu’avaient pu s’assurer diverses catégories de ra’iyya. Ce fut apparemment le cas des négociants des grands marchés qui avaient obtenu dès la fin du xviie siècle d’être dispensés de participer à l’organisation de la ru’ya23. Les tuğğār en épices échappaient totalement à sa compétence comme Muṣṭafā Kurd en fit l’expérience au début du xixe siècle24.

  • 25 Ğabartī, IV, 280. Lane, Manners, 559.

19Il en allait de même des ḏimmī, chrétiens et juifs, dont le contrôle constituait traditionnellement une des principales attributions du muḥtasib. Lorsque le même Muṣṭafā Kurd prétendit, à la fin de ramaḍān 1232 (août 1817), obliger les chrétiens arméniens, grecs et syriens, à quitter les belles maisons qu’ils habitaient avec vue sur le Nil, à reprendre leur ancien costume distinctif, avec le turban bleu, et à renoncer à monter des chevaux et des mules et à employer des domestiques musulmans, les notables des communautés visées allèrent se plaindre au pacha qui avait pour eux une grande considération, et cette affaire fut une de celles qui amenèrent Muḥammad ‘Alī à conseiller à son subordonné de s’en tenir aux attributions de la ḥisba telle qu’elle était exercée avant lui. A la même époque les juifs du Caire jouissaient d’une immunité semblable à l’égard de la ḥisba : « Ils paient pour exempter leur quartier des visites du muḥtasib, remarque Lane... Bénéficiant par conséquent du privilège de vendre les denrées alimentaires à des prix plus élevés que les autres habitants de la capitale, ils peuvent se permettre d’acheter ces produits plus cher, et donc garnir leurs boutiques de provisions et surtout de fruits de meilleure qualité que ceux qu’on trouve dans le reste de la ville »25.

  • 26 Ğabartī, III, 8-9 ; IV, 143. Paton (History of the Egyptian Revolution, II, 324) confirme l’observ (...)

20Les cheikhs d’al-Azhar tentèrent d’obtenir au xviiie siècle pour la mosquée-université et son quartier une franchise comparable vis-à-vis de la ḥisba. A la suite d’un incident survenu en 1777 entre les étudiants maghrébins et un émir et des mesures de représailles qu’avaient prises les cheikhs (interruption des cours, fermeture des boutiques voisines), al-Azhar exigea comme prix du retour à la normale que le muḥtasib, ainsi que l’agha et le wālī, se voient désormais interdire de passer dans le quartier de la mosquée, ce qui revenait à l’exempter de leur juridiction. Cette condition fut acceptée par les émirs dominants qui, il est vrai, ne semblent pas l’avoir respectée très longtemps. Toutefois al-Azhar, au début du xixe siècle, était bien, semble-t-il, placé en dehors de l’autorité du muḥtasib : parlant des événements survenus en 1227/1812, Ğabartī signale que deux personnages appelés ğundī al-maṭbaḫ étaient chargés de la ḥisba dans le voisinage d’al-Azhar où ils s’occupaient en particulier des détaillants, des marchands de légumes et des bouchers du quartier26.

  • 27 Ğabartī, III, 192, 199.
  • 28 Muḫtaṣar, 78 a. Aḥmad Čelebi, 45 b. Damurdāšī, 131. Ğabartī, I, 34.

21Circonstance plus grave encore, les gens des métiers, en entrant dans les milices, pouvaient échapper au contrôle du muḥtasib : il en était de même des militaires qui s’étaient lancés dans l’artisanat et le petit commerce et « auxquels ne s’appliquait pas la juridiction du muḥtasib » (lâ yasrī ‘alaïhim ḥukm al-muḥtasib), puisqu’ils ne dépendaient que de leur odjaq27. Cette impuissance à laquelle était réduit le muḥtasib était particulièrement fâcheuse en période de disette ou de cherté, ce qui explique la demande, maintes fois présentée dans ces circonstances par une partie des Puissances, pour que la ḥisba soit restaurée dans son autorité sur l’ensemble des commerçants : c’est ainsi par exemple que, dans un mémoire présenté en 1709 au pacha, les chefs de six odjaqs demandaient que les gens des marchés ne recherchent plus la protection des odjaqs et que le muḥtasib puisse s’occuper de leurs affaires et contrôler leurs balances suivant la coutume (‘alā l-‘āda)28. Mais, comme nous le verrons plus loin, le mal ainsi dénoncé était trop profondément enraciné pour qu’il fût possible d’y porter remède.

Déclin moral de la ḥisba au xviiie siècle

  • 29 Ğabartī, I, 104, 179. A.N., Caire, Β 1 334, 2 avril 1769.
  • 30 Mūsā Pacha fit couper la tête à un muḥtasib en 1631 (Combe, Précis d’histoire, III, 31-2).

22Dans ce qui lui restait de compétence le muḥtasib se comportait comme le fermier d’une charge soucieux de rentrer dans ses fonds en pressurant ses administrés, plus que comme le titulaire d’une magistrature au caractère quasi religieux. A en juger par nos sources, l’intégrité des muḥtasib était souvent douteuse : les louanges adressées à l’incorruptible ‘Alī Agha (il n’acceptait pas de pots-de-vin/rišwa) équivalent à une condamnation tacite du muḥtasib auquel il se substitua en 1703 ; vers 1740 ‘Alī Pacha demandait aux Čāwīšiyya de trouver, pour remplir ces fonctions, un iḫtiyār qui ne fût pas enclin aux extorsions (bals), précaution qui indique que la chose n’allait pas de soi ; ‘Uṯmān Bey Ḏū l-Fiqār, nous disent les chroniqueurs, contrôlait lui-même la ḥisba et empêchait le muḥtasib d’accepter des pots-de-vin ; en 1769 ‘Alī Bey exila Ibrāhīm Agha qui s’était rendu coupable d’abus dans l’exercice de ses fonctions, etc..29. Les sanctions, parfois sévères, prises contre certains muḥtasib particulièrement indélicats ne paraissent pas avoir réussi à empêcher les irrégularités auxquelles l’esprit de lucre portait beaucoup de titulaires de cette charge30.

  • 31 K. tarāğim, 833. Damurāšī, 481. Ğabartī, III, 208, 265. Thévenot, Voyages, 830. Samuel-Bernard, No (...)

23La plus courante était sans doute l’acceptation de gratifications de la part des marchands sur les agissements desquels le muḥtasib fermait ensuite les yeux, le refus de payer ayant naturellement l’effet inverse : « Il n’est que trop ordinaire que les aghas abusent de leur pouvoir arbitraire, pour se faire donner de l’argent ou des présents par les marchands ; ils ne punissent souvent celui qui a des balances et des poids exacts, que parce qu’il n’a pas eu la politique de leur faire remettre son tribut » (Samuel-Bernard) ; « Je sais que ceux qui sont chargés de veiller à la justesse des poids se présentent souvent chez les marchands : ils prétendent toujours trouver les poids faux ; alors ils font avancer leurs kaouas ; ils ordonnent des coups de bâton, ou autres punitions. Le marchand s’effraye, il promet qu’il se rendra le lendemain chez l’agha des poids et mesures ; il s’y rend effectivement et porte en présent 20, 30, 50 pataques plus ou moins » (Menou). Thévenot raconte qu’on fit passer sur le pal, en 1658, un porteur de balances qui s’était mis d’accord avec des marchands fraudeurs, et transportait des faux poids qui s’accordaient avec les leurs. Outre les contributions, parfaitement légales, qu’ils levaient sur leurs administrés, les muḥtasib exigeaient parfois des taxes de protection (ḥimāya) qui provoquèrent, en 1692, les protestations des boutiquiers. Il arriva à certains muḥtasib de laisser les prix monter au-delà de la limite fixée (l’un d’eux fut exécuté en 1802 sous cette inculpation) ; à d’autres, de pratiquer à leur propre bénéfice l’accaparement contre lequel ils étaient censés lutter en période de disette, etc... Il y eut certes des muḥtasib intègres au xviiie siècle : mais leur honnêteté, parce qu’elle gênait beaucoup d’intérêts, leur fut parfois aussi dommageable que leur friponnerie aux autres ; Yūsuf Agha désigné en 1740 au pacha comme le seul candidat possible à ces fonctions, sévit contre les fraudeurs avec une sévérité qui rappelait celle de ‘Alī Agha, au début du siècle ; aussi fut-il comme lui rapidement destitué31.

b) Les Janissaires et leur agha

24L’influence prise par les Janissaires dans la vie économique du Caire venait pour l’essentiel, d’une part de leur mainmise sur les douanes qui leur donnait un moyen d’action puissant sur le commerce international et sur les grands négociants, d’autre part de l’entrée des artisans et commerçants dans les odjaqs, et en particulier dans le leur. Par ailleurs, en s’appropriant, grâce à leur prépondérance politique et militaire, les muqāṭa‘āt urbaines les plus profitables, les Janissaires s’assurèrent un contrôle direct sur un certain nombre d’activités, et sur les gens qui les pratiquaient. Enfin l’activité de leur agha contribua largement à amener les Janissaires à s’occuper des gens des métiers.

L’agha des Janissaires.

  • 32 Sur l’agha des Janissaires voir Shaw, Financial, 148, 190 ; Ottoman Egypt, 40,91-2.

25Bien que le rôle du Katḫudā fût devenu prépondérant dans l’odjaq des Janissaires, l’agha en demeurait le principal officier et il comptait, à ce titre, parmi les plus puissants personnages d’Égypte, avec le pacha et l’émir dominant : il n’était pas choisi parmi les membres et officiers de l’odjaq, mais était envoyé d’Istanbul, ou choisi parmi les Čāwīšiyya ou les Mutafarriqa, ce qui avait sans doute pour but de permettre au gouverneur d’exercer un certain contrôle sur les Janissaires, mais devait également contribuer, semble-t-il, à donner à l’agha quelque indépendance à l’égard du corps qu’il commandait32. Chef de l’armée et de la police, l’agha des Janissaires était le principal responsable du maintien de l’ordre et de la sécurité au Caire, mission qu’il remplissait éventuellement par l’intermédiaire de son Katḫudā, avec le concours des wālī (za‘īm) du Caire, de Būlāq et du Vieux Caire, et au moyen de postes de police (qulluq) répartis dans les différents quartiers de la ville et de ses banlieues. Au dix-huitième siècle, l’agha des Janissaires était plus spécialement chargé de la police de jour, le wālī ayant la responsabilité de la police nocturne.

26C’est sans doute par le biais de ces attributions de police que l’agha intervint activement, vers la fin du xviiie siècle, dans les affaires concernant l’activité économique, sous le double aspect des prix et des monnaies. En période de crise, c’est-à-dire de plus en plus souvent à partir de 1670, la disette, la cherté des denrées, la dévalorisation des monnaies provoquaient une agitation intérieure à laquelle seul l’agha avait les moyens de faire face, puisqu’il disposait de l’armée et de la police. Par ailleurs, chef de la plus puissante des milices, il n’était pas aussi désarmé que le muḥtasib devant le problème que posait l’entrée massive des artisans dans les odjaqs, et en particulier dans celui des Janissaires. Il était au contraire le seul qui pût, quand les circonstances l’exigeaient, imposer aux Janissaires les sacrifices nécessaires.

  • 33 Estève, Mémoire, 334. Chabrol, Essai sur les mœurs, 515.

27Au xviiie siècle l’agha exerçait un contrôle direct sur un certain nombre de métiers, en particulier sur ceux des denrées de consommation : parlant des droits levés par les divers aghas, Estève remarque que celui des Janissaires « en percevait de multipliés sur les comestibles dont il fixait le prix ». Et Chabrol fait relever du Katḫudā des Janissaires « la plupart » des chefs de corporations, dont « quelques unes... dépendent de l’intendant des a’zab et du mohteçeb »33.

L’agha des Janissaires se substitue au muḥtasib

28Dans les dernières années du xviie siècle et les premières du xviiie on voit donc l’agha des Mustaḥfiẓān se substituer progressivement au muḥtasib, dans le contrôle des métiers, en particulier pendant les périodes de crise. C’est à lui qu’on recourt alors pour tenter d’assurer le ravitaillement de la population, surveiller les monnaies, faire baisser les prix « autoritairement », contrôler les poids et mesures, toutes attributions traditionnelles de la ḥisba.

  • 34 Damurdāšī, 110, 153. Qīnalī, 41 b, 69 a. Aḥmad Čelebi, 62 a. Ğabartī, I, 102-4 (traduction : I, 24 (...)

29Pressenti en 1703 pour porter remède à la grave crise monétaire qui sévit au Caire, ‘Alī Agha des Mustaḥfiẓān se fait d’abord accorder les pleins pouvoirs et, pour obtenir l’obéissance aux mesures qu’il a édictées, parcourt la ville dans un appareil rappelant celui des muḥtasib, escorté précisément par le muḥtasib et le wālī : un qawwās porte sur son épaule un sac d’étoffe rempli de bâtons, cependant que le bourreau (mašā‘ilī) tient en mains la liste des prix (qā’ima) et la proclame aux carrefours. Bientôt destitué, puis rappelé, il est définitivement écarté jusqu’au moment où, en 1711, les circonstances ayant à nouveau imposé aux émirs le recours à cet homme énergique, on le verra faire en ville, avec le wālī et le muḥtasib, une tournée assez mémorable pour que le chroniqueur Muṣṭafā al-Qīnalī nous en rapporte l’itinéraire exact. A l’occasion de sa mort, survenue peu après cette dernière intervention, le poète Ḥasan al-Ḥiğāzī lui consacrera des vers qu’on pourrait croire dédiés à un muḥtasib : « Il fit pleuvoir les malheurs, les catastrophes et toutes sortes de peines sur les injustes, sur les marchands immondes et méchants qui mettaient toute leur activité à voler les acheteurs. Il rectifia les balances, il ajusta les mesures, il apaisa les troubles et fit régner la paix »34.

  • 35 Muḫtaṣar, 75 a. Aḥmad Čelebi, 43 a. Ğabartī, i, 32.

30Entre deux apparitions de ce personnage hors série, un autre agha des Janissaires, Riḍwān Agha, ordonne en 1707 aux boutiquiers de faire estampiller leurs poids à la Monnaie, moins sans doute par souci de faire régner la bonne foi dans les transactions, comme les muḥtasib de jadis, que dans l’espoir de tirer de l’opération un gros bénéfice, le poinçonnage de chaque poids donnant lieu au prélèvement d’une taxe d’un para35.

  • 36 Aḥmad Čelebi, 80 a.
  • 37 Aḥmad Čelebi, 111b, 155 b, 158 b-159 a.
  • 38 Aḥmad Čelebi, 210 a, 235 b, 240 a, 240 b, 255 b.

31Quelques années plus tard, on fait appel à Ismā‘īl Agha ; sa brutalité terrorise les marchands dont un certain nombre préfèrent fermer boutique plutôt que de risquer d’être empalés ou écorchés ; aussi sa destitution, en 1716, est-elle accueillie avec soulagement dans les souqs36. En 1722, en période de grande cherté, alors que l’émeute menace au Caire, c’est l’agha des Janissaires qui va proclamer le tarif des prix à Būlāq. Au début de 1725, la disette règne à nouveau : les habitants vont se plaindre à la caserne des Mustaḥfiẓān et on décide de nommer, comme agha des Mustaḥfiẓān, Bākīr Agha, qui est chargé de tenter de remédier à la situation. Les tournées de l’agha des Janissaires sont alors devenues si traditionnelles que l’émir dominant, Čerkes Bey, ayant demandé que les aghas des cinq odjaqs (Ğamāliyya, Tufakčiyya, Čarākisa, Mustaḥfiẓān, ‘Azab) descendent dans la ville du Caire en cortège, les iḫtiyār des Mustaḥfiẓān vont se plaindre au bey et lui représentent que « la descente des cinq aghas n’était pas conforme à la coutume et [qu’]il n’y avait de coutume [établie] que pour la descente de l’agha des Mustaḥfiẓān ». Bien que Čerkes ait répondu superbement que « s’il n’y avait pas de coutume [sur ce point il] en établirait une », le pacha, consulté par les Janissaires, interdit effectivement la descente des quatre aghas37. Dans les années de crise qui précèdent et suivent 1730, ce sont encore les aghas des Janissaires que l’on voit proclamer le cours des monnaies (notamment en 1728, 1731, 1733, 1736) ; eux encore qui, en période de disette, sont chargés d’assurer l’approvisionnement de la ville, comme en juin 1733 lorsque l’agha descend en ville avec ses qawwās porteurs de quatre pals qui d’ailleurs ne seront pas utilisés38.

  • 39 Wiet, Catalogue, Objets en cuivre, p. 155, n° 9902.
  • 40 Ğabartī, II, 106, 136, 225.

32Après l’accalmie du milieu du siècle, les aghas des Janissaires réapparaissent vers 1770-1780. Une balance conservée au Musée arabe du Caire, porte le témoignage du contrôle effectué en 1776 par Sulaïmān Āġā Mustaḥfiẓān39. Au printemps de 1786, les denrées devenant rares et enchérissant, Salīm agha des Mustaḥfiẓān se rend dans les magasins, en fait sortir les grains, fait battre les commerçants en grains et les détaillants et interdit d’augmenter les prix : le blé et le pain réapparaissent sur les marchés et la situation s’améliore. En janvier 1787 les gens se plaignent de la cherté des prix et font porter leurs doléances jusqu’au pacha : celui-ci confère avec les iḫtiyāriyya, et on décide d’un commun accord de tenir une réunion à la caserne des Janissaires ; l’agha et le muḥtasib participent à la rédaction d’un tarif des denrées de consommation et ils vont ensemble le proclamer dans les souqs de la ville. En 1791 enfin, la baisse prématurée des eaux du Nil provoque une hausse des denrées : l’agha des Janissaires effectue des tournées dans les dépôts de grains, fait battre les détaillants et fait parfois clouer leurs oreilles aux murs40.

  • 41 Qīnalī, 43 a (1703). Ğabartī, I, 46. Damurdāšī, 175 (1711). Aḥmad Čelebi, 95 a (1721). Ğabartī, I, (...)
  • 42 Aḥmad Čelebi, 127 a. Voir à ce sujet notre article, Les bains publics, 148 et 150 (1723). C.C.M., (...)
  • 43 Qīnalī, 43 a ; Ğabartī, I, 104. Dans ce deuxième cas il faut également tenir compte du désir d’éta (...)
  • 44 Fermeture des mauvais lieux du Caire par ‘Alī Agha en 1703 (Qīnalī, 40 b, 42 b ; Damurdāšī, 111) ; (...)

33Non seulement l’agha des Janissaires se substituait évidemment au muḥtasib dans ses attributions économiques et dans le contrôle des métiers, mais encore il tendait à faire revivre certaines prérogatives anciennes de la ḥisba, qui, il est vrai, se rattachaient tout naturellement aux larges pouvoirs de police dont il disposait au Caire. Il en est ainsi des questions d’édilité, par exemple de l’entretien de la voirie du Caire, dont les aghas des Janissaires furent pratiquement les seuls à se préoccuper au xviiie siècle : c’est ‘Alī Agha qui fait enlever la terre accumulée dans les rues sur une profondeur d’une coudée ou une coudée et demie (en 1703), et qui fait procéder au blanchiment et à la restauration des édifices et au nettoyage des rues (en 1711) ; c’est un autre agha qui, en 1721, décide la démolition de l’atelier à poudre de Kawm al-Šaïḫ Salāma, dont le voisinage est jugé dangereux pour la sécurité du quartier ; c’est ‘Abd al-Raḥmān Agha qui se préoccupe de l’évacuation des déblais jetés dans le Nil près de Būlāq ou le long des routes menant à cette banlieue ; c’est enfin Salīm Agha qui décide, en 1786, la réouverture de la porte de la mosquée de Sulṭān Ḥasan sur le Sūq al-Silāḥ restée fermée depuis les troubles de 1736, et qui fait abattre les boutiques et les constructions parasites qu’on avait élevées là41. On retrouve encore l’agha des Janissaires dans deux domaines qui appartenaient traditionnellement à la ḥisba, le contrôle des ḏimmī et la censure des mœurs. Au premier ressortissent des mesures discriminatoires prises de temps à autre à l’égard des chrétiens et des juifs : en 1723 obligation de porter une clochette dans les bains publics afin d’éviter toute confusion avec les Croyants, décision qui est presque aussitôt rapportée, moyennant un cadeau à l’agha ; en 1758 interdiction faite aux chrétiens du pays et aux juifs d’avoir des domestiques turcs, annulée elle aussi après paiement d’un « présent » à l’agha42. C’est à la censure des mœurs qu’il convient de rattacher des prescriptions comme l’interdiction de pousser des cris (‘iyāṭ) dans les cortèges funèbres (orthodoxie douteuse d’un point de vue religieux), ou comme la défense faite aux négociants (tuğğār) et aux Égyptiens de monter des mulets et des chevaux (luxe illicite)43, et naturellement les mesures, fréquemment renouvelées, prises contre les mauvais lieux du Caire44. Les décisions de fermeture des tavernes ou des maisons de tolérance étaient édictées avec quelque ostentation dans les périodes de crise, comme si les aghas avaient voulu donner une justification d’ordre moral et religieux, à leur action proprement économique : mais elles contrastaient sans doute trop avec l’état des mœurs et surtout avec les intérêts des Janissaires eux-mêmes, qui protégeaient et exploitaient les tavernes et parfois même les filles publiques, pour qu’elles puissent avoir un succès un peu durable.

  • 45 Ğabartī, II, 36.

34L’ascendant pris par les aghas des Janissaires sur les muḥtasib s’accentua au cours du xviiie siècle en même temps que s’affirmait la domination de l’odjaq des Mustaḥfiẓān sur celui des Čāwīšiyya. En 1736 la ḥisba fut supprimée, pour quelques mois, et on vit, vers 1780, des aghas des Janissaires assumer en même temps les fonctions de muḥtasib : ce fut le cas en particulier de ‘Abd al-Raḥmān Agha mort en 1778-9 qui cumula une fois les deux charges45.

c) Les ‘Azab et la ḫurda

35L’odjaq des ‘Azab, comme celui des Janissaires, exerça son contrôle sur un certain nombre de métiers par le double biais de la protection des artisans et des commerçants qui s’affiliaient à lui, et des muqāṭa‘āt dont l’odjaq s’était assuré l’exploitation.

  • 46 Voir plus loin dans ce chapitre, pp. 629-631.

36La milice des ‘Azab avait mis la main, au cours du xviie siècle, sur plusieurs muqāṭa‘āt dont les titulaires contrôlaient la circulation et le commerce des grains sur le Nil aux environs du Caire et dans les ports de Būlāq et du Vieux Caire (muqāṭa‘a simsāriyya baḥraïn ; amīn al-anbār, directeur des greniers impériaux ; mu‘arrifīn, préposés aux expéditions)46. Cet état de choses valait aux ‘Azab d’occuper une situation privilégiée dans toutes les activités qui touchaient au commerce des grains.

  • 47 Vers 1700 les ‘Azab remarquaient que la ḫurda leur appartenait en même temps qu’aux Mutafarriqa : (...)

37Plus importante encore, du point de vue qui nous intéresse ici, c’est-à-dire le contrôle des métiers par les Puissances, était la possession par l’odjaq des ‘Azab, à partir de 1671-2 de la muqāṭa‘a de la ḫurda. La constitution de cette ferme était le résultat d’une évolution commencée au début du xvie siècle. Établie en 1528-9, la muqāṭa‘a de la ḫurda donnait à son détenteur le droit de contrôler et de taxer tous les spectacles publics au Caire et dans la Basse-Égypte. En 1053/1643 on y adjoignit la muqāṭa‘a de ṭaštiḫāna qui groupait un certain nombre d’activités artisanales et commerciales : en 1671-2 on y ajouta encore le droit de réglementer et de taxer divers marchés du Caire, en dehors de ceux qui étaient placés sous la juridiction du muḥtasib (muqāṭa‘a bāğī bāzārān). Détenue en iltizām par les Mutafarriqa et les Čāwīšiyya avant la réforme de 1671-2, elle passa ensuite aux ‘Azab, mais les Mutafarriqa continuèrent à y être intéressés au moins pendant quelque temps. Le détenteur de la ferme portait le titre d’amïn al-ḫurda47.

  • 48 A ces activités « industrielles », mentionnées par Shaw (Financial, 122), il convient sans doute d (...)

38Cette ferme était un agrégat disparate de métiers, groupés pour des raisons fiscales : c’est principalement grâce à elle que les ‘Azab étendirent leur influence parmi les corporations de métiers au Caire, au point de concurrencer un moment les Janissaires. La ḫurda comprenait d’abord le droit de réglementer et de taxer diverses activités de divertissement qui en avaient formé le noyau original : danseurs et danseuses, charmeurs de serpents, montreurs de singes et autres animaux, batteurs de tambour, jongleurs, acrobates, marchands de hachisch, etc.. S’y ajoutaient de nombreuses activités artisanales : fabriques de sucre au Caire, Vieux Caire et Būlāq ; fabriques de vinaigre au Caire (au nombre de douze) et à Būlāq (au nombre de trois) ; fabricants de pipes pour le tabac au Vieux Caire ; fabrique de sel ammoniac au Caire ; fabricants de tasses ; fabricants de selles ; teinturiers d’étoffes de soie au Caire, etc...48. L’amīn al-ḫurda levait une taxe de protection sur les courtiers (dallālīn) qui vendaient les chameaux sur la place de Rumaïla. Un certain nombre de marchés du Caire étaient également placés sous son autorité. Enfin l’amīn al-ḫurda « protégeait » nombre d’autres métiers dont l’exploitation lui procurait des revenus considérables.

  • 49 Chabrol, Essai sur les mœurs, 515. On pourrait naturellement penser que le lien établi entre la ḫu (...)
  • 50 Ğabartī, III, 229.

39En dépit de ce caractère hétéroclite la ḫurda constituait une sorte de corporation : Chabrol note que certains métiers ne dépendent ni de l’intendant des Janissaires (kykhyet el-motoually), ni de celui des ‘Azab (sic), ni du muḥtasib, « et forment des corps à part, tels par exemple, que les danseurs et danseuses, ceux qui battent du tambour, les vendeurs de ferraille, et généralement tous les marchands de quincaillerie (el-khordah) »49. Et Ğabartī mentionne parmi diverses corporations de métiers, réquisitionnées en 1802 par le pacha, celle « des danseurs de la ḫurda » (ṭā’ifat al-ḫurda mina l-ġiyāš)50.

d) Divers personnages exerçant un contrôle sur les métiers

40Un certain nombre de dignitaires, militaires ou non, appartenant à la caste dominante, exerçaient de même sur divers métiers un contrôle accompagné d’exploitation fiscale.

Le wālī

  • 51 Voir : Norden, Voyage, I, 99 ; Estève, Mémoire, 336 ; Shaw, Financial 148 ; Shaw, Ottoman Egypt, 4 (...)

41Dans la terminologie du temps ce haut dignitaire était également appelé ṣūbāšī et za‘īm, mais wālī était le terme le plus fréquemment employé dans les chroniques arabes, les deux autres se rencontrant plutôt dans les documents officiels ottomans51. Il y avait trois wālī, un pour chacune des agglomérations du Caire, de Būlāq et du Vieux Caire. Celui du Caire, comme son prédécesseur de l’époque mamelouke, exerçait essentiellement des fonctions de police, en sous-ordre par rapport à l’agha des Janissaires. Le centre de l’activité du wālī se trouvait à Bāb Zuwaïla, à proximité de laquelle la Description situe la « maison des gens de l’Oualy » (plan du Caire, 238 Ν 6). Plus particulièrement chargé de la sécurité nocturne de la ville, le wālī commandait ce qui tenait lieu de « brigade des incendies », et faisait appel, en cas de besoin, aux membres des corporations spécialisées dans la lutte contre le feu, principalement les porteurs d’eau (saqqā’īn) et les foulons (qaṣṣārīn), tout comme le wālī al-ṭawf dont Maqrīzī décrit les tournées nocturnes.

  • 52 Della Valle, Voyages, I, 410-2. Davity, Description Générale de l’Afrique, 305. Evliya Čelebi, X, (...)

42De ces pouvoirs de police générale le wālī en était tout naturellement arrivé à exercer un certain contrôle sur les marchés et sur les questions de poids et mesures et de prix, concurremment avec l’agha et le muḥtasib qu’il accompagnait d’ailleurs fréquemment dans leurs tournées. Il levait des taxes de protection (māl himāya) sur les corporations urbaines qui dépendaient de lui. Par ailleurs certains métiers étaient placés plus directement sous son autorité. C’était en particulier le cas de la plupart des métiers décriés, dont la surveillance constituait pour le wālī une source de profits substantiels sinon tout à fait licites : Evliya Čelebi ne rattache pas moins de 29 de ces métiers au ṣūbāšī, prostituées de Bāb al-Lūq, prostituées à domicile, garçons de Bāb al-Lūq, entremetteurs et entremetteuses, mais aussi voleurs, mendiants, marchands d’esclaves noirs, préposés à l’éclairage (kandilgiyan), et même âniers, tondeurs d’ânes, balayeurs, fabricants de tapis (haligiyan). Nous connaissons surtout bien la ferme des filles publiques dont les voyageurs ont rarement négligé de faire une description haute en couleurs : « Il y a dans le seul Caire cent mille femmes de plaisir, qui payent gabelle... à raison de quoi l’on en tient bon compte », note Davity, dont les informations sont, il est vrai, de seconde main, et dont les évaluations sont donc sujettes à caution. Della Valle qui avait séjourné en Égypte en 1615-1616 écrit qu’il y a au Caire des lieux qui sont « comme des bordels publics » où l’on trouve des femmes qui s’abandonnent publiquement ; elles présentent une requête au pacha qui ne refuse jamais pourvu que chaque jour elles versent une somme au « sous-bacha » (ṣūbāšī) qui est le « prévôt ». Et à l’extrême fin du xviiie siècle le général Dugua consignera dans ses notes quelques précisions supplémentaires : avant l’arrivée de l’Expédition « l’aga de la salubrité (el Oualy) tenait un registre sur lequel étaient inscrites toutes les femmes publiques du Caire. Cette inscription avait lieu la première fois qu’une femme était surprise avec un homme. Elle payait dès lors à l’aga une contribution de 5 à 7 livres par mois. Quand ces femmes faisaient des coquineries elles étaient punies, ou par la bastonnade, ou par le bannissement. En cas de récidive, ou de fautes très graves, elles étaient noyées ». Tout pittoresque mis à part, le contrôle des mauvais lieux (maisons de tolérance et débits de boisson) était, comme on le verra, très profitable52.

Autres personnages

  • 53 Shaw, Financial, 59-60 ; Ottoman Egypt, 96. Ğabartī, IV, 249. Aḥmad Čelebi, 156 a. Citadelle, VIII (...)

43Le qāḍī l-‘askar, qui était en général nommé pour une durée de deux ans par le qāḍī l-‘askar d’Anatolie, siégeait dans la qâ’a de l’émir Māmāï, plus couramment appelée Baït al-Qāḍī, en plein centre du Caire (plan de la Description : 265 H 5). Ğabartī, dans un texte tardif (événements de 1816), signale que certains qāḍī « avaient été jusqu’à s’arroger un droit de contrôle sur les charges des peseurs » (waẓā’if al-qabbâniyya), leur demandant de produire leurs titres, et de dire de qui ils les tenaient, et profitant des irrégularités constatées pour s’approprier des sommes importantes. Divers documents montrent que, contrairement à ce que suggère Ğabartī, les prétentions des qāḍī n’étaient nullement abusives sur ce point précis, et que, bien au contraire, ils paraissaient avoir exercé, de longue date, un contrôle sur la profession des qabbāniyya. Ibrāhīm Katḫudā des ‘Azab voulant prendre à son compte, en 1724, la ferme des peseurs s’adresse au qāḍī et lui demande de l’inscrire à son nom, moyennant un don de cent zinğirlī ; le qāḍī refuse d’abord, puis, Čerkes Bey étant intervenu, cède, moyennant une somme trois fois plus élevée. Plusieurs ḥuğğa des archives de la Citadelle confirment que les charges de peseurs étaient affermées sous le contrôle évidemment intéressé du qāḍī53.

  • 54 Cette charge était tout à fait semblable à celle du nāẓir al-‘imāra de l’époque mamelouke (Van Ber (...)

44Le mi‘mār bāšī était au Caire un dignitaire de rang assez médiocre chargé de surveiller les constructions publiques et privées. Cette fonction constituait une ferme (qalam) qui appartenait traditionnellement à l’odjaq des Mutafarriqa : dès le début de la seconde moitié du xvie siècle elle était entre leurs mains, et, dans un mémoire envoyé au Sulṭān en 1698-9, ils la mentionnaient parmi les trois fonctions (manāṣib) qui étaient attachées (muta‘alliqa) à leur corps ; en 1804 encore, le titulaire de ce qalam appartenait aux Mutafarriqa. Les corporations de constructeurs, de maçons et d’architectes dépendaient de lui, aussi Ḥusaïn Efendi l’appelle-t-il āġā al-muhandisīn wa l-bannā’īn54.

  • 55 Ḥusaïn Efendi (9 b/57) appelle ce personnage āġā al-bārūdiyya. Voir Evliya. Čelebi, X, 368 ; Qīnal (...)

45Le ğabağī bāšī, chef armurier de la Citadelle, dirigeait l’armurerie du Caire (ğabaḫāna) et était chargé de la fabrication de la poudre pour le compte de l’armée et de la Porte, à laquelle il en envoyait une certaine quantité. Cette charge, comme la précédente, appartenait à l’odjaq des Mutafarriqa. En dehors du rôle qu’il jouait dans l’organisation politico-militaire de l’Égypte, le ğabağī bāšī avait le droit de contrôler, de réglementer, et naturellement de taxer, la corporation des fabricants de poudre (al-bārūdiyya) du Caire, dont il n’était cependant pas le chef puisque nous connaissons des cheikhs des bārūdiyya. Le ğabağī bāšī contrôlait également les pileries de café (madaqqāt al-bunn) qui dépendaient des Mutafarriqa55.

  • 56 Tribunal, ‘Ask., v. 79, 310 (1686) ; v. 85, 485 (1792).

46Le mahtar bāšī (chef des musiciens) occupait lui aussi un rang assez modeste dans la hiérarchie militaire. Nous avons trouvé dans les successions d’un marchand de tentes (ḫaïmī), en 1686, et d’un tenancier de bain (mudawlib bi-ḥammām), en 1692, les traces du prélèvement d’un « usage » (‘awā’id mahtar bāšī), ce qui indique sans doute qu’il exerçait un certain contrôle sur ces métiers56.

  • 57 Ḥusaïn Efendi, 9 a/57. Shaw, Ottoman Egypt, 86.

47Un officier des Mutafarriqa, le chef de la caravane (qāfila bāšī), était chargé de fournir des chameaux et des bêtes de somme à la caravane du Pèlerinage ; ses fonctions comprenaient la supervision et la taxation de tous les marchés d’animaux au Caire et dans le voisinage, ce qui lui valait de recevoir des droits importants57.

  • 58 Evliya Čelebi, X, passim. Voir Baer, Egyptian Guilds, 42.

48On pourrait multiplier les exemples de ce genre : d’après Evliya Čelebi les groupes de corporations dont il est censé décrire le défilé étaient généralement placés sous la supervision d’un officier de la maison du pacha ayant des fonctions correspondant à leurs activités comme c’était le cas pour le mi‘mār bāšī : c’est ainsi que les boulangers, marchands de grains étaient rattachés à l’etmekgi baši, les cuisiniers à l’ašgi baši, etc...58. Une bonne partie des métiers se trouvaient donc placés sous la coupe de dignitaires de la caste dominante, la mainmise sur telle ou telle ferme ayant sans doute été, dans bien des cas, le facteur décisif dans cette répartition administrative des activités économiques. Plus importante que le contrôle que les gouvernants s’étaient ainsi assurés sur les métiers était en effet l’exploitation fiscale ou para-fiscale qui l’accompagnait et qui était la fin suprême du système.

2. L’EXPLOITATION FINANCIÈRE DES MÉTIERS

  • 59 Shaw, Financial, 98.
  • 60 Shaw, Financial, 26-7 ; Ottoman Egypt, 136-7, 140-1.

49Le droit de taxer l’industrie et le commerce, comme d’ailleurs la richesse foncière, « était considéré comme une prérogative et une propriété du Sulṭān, qui en distribuait des portions... en muqāṭa‘āt à des agents pour en assurer l’administration et l’exploitation »59. Cette façon de détenir des charges administratives était générale en Égypte puisque la province d’Égypte elle-même était une muqāṭa‘a qui était donnée au wālī ou gouverneur. L’autorité pouvait être déléguée de plusieurs manières : sous la forme du tīmār, l’agent recevant la totalité du produit de la muqāṭa‘a en compensation de services rendus au Sultan ; sous la forme de l’amāna, suivant laquelle l’officier recevait un salaire fixe et versait tout le produit de la muqāṭa‘a au Sultan ; sous la forme de l’iltizām enfin qui combinait des éléments du tīmār et de l’amāna, puisque le multazim recevait une partie des revenus de la muqāṭa‘a à titre de compensation pour le service qu’il rendait en levant les taxes, une somme fixe étant versée annuellement à la Trésorerie impériale. En ce qui concerne les muqāṭa‘āt urbaines le système employé avait d’abord été celui de l’amāna, mais, à partir du milieu du xviie siècle, à peu près toutes les muqāṭa‘āt étaient passées entre les mains des odjaqs qui les détenaient en iltizām. Les fermes étaient abandonnées à leurs détenteurs aussi longtemps que ceux-ci les administraient correctement et payaient ce qu’ils devaient à la Trésorerie. Sinon (et aussi dans le cas où les fermiers mouraient), les fermes étaient censées être reprises et vendues aux enchères par le gouverneur. Mais au xviiie siècle les militaires et les mamelouks qui détenaient les fermes avaient obtenu le droit de laisser leurs fermes à leurs héritiers, ou à des membres de leurs corps ou maisons, sans qu’elles soient soumises à une formalité de vente aux enchères60.

50Le système de l’iltizām présentait pour les gouvernants des avantages indéniables : il leur assurait des rentrées sûres et régulières ; une fois les fermages répartis, au début de chaque année financière, au mois de tût/septembre, le contrôle des contribuables, la répartition et la levée des taxes, étaient abandonnés aux fermiers ; le gouvernement était ainsi dispensé d’entretenir des fonctionnaires chargés des tâches administratives et fiscales.

  • 61 Chiffres donnés par Estève (Mémoire, 359, et note 1) et Shaw (Financial, 103-117). Voir aussi Gira (...)
  • 62 Vincennes, B 9, 7 et 13 octobre 1798.
  • 63 Citadelle, daftar, 4291/153 (1217/1802). Citadelle, X, 827. Voir aussi Shaw, Financial, 125-6. On (...)

51Mais ses inconvénients n’étaient pas moins évidents. Affranchis de tout contrôle, les multazim pouvaient exercer leur arbitraire sur les sujets qui tombaient sous leur autorité ; ils avaient en particulier toute latitude pour les exploiter abusivement, de manière à faire rendre à leur ferme le maximum de profits ; comme les fermiers en abandonnaient souvent la gestion effective à des sous-fermiers, les contribuables étaient écrasés sous le poids d’une pyramide de collecteurs et la charge réelle qu’ils devaient supporter était sans commune mesure avec les sommes qui parvenaient finalement dans les caisses de la Trésorerie impériale. L’ensemble des cinq douanes était affermé pour un montant global qui ne dépassait guère dix-sept millions et demi de paras, si on ne tient pas compte des diverses muqāṭa‘āt qui pour des raisons administratives avaient été ajoutées aux douanes : or le produit global des douanes s’élevait dans les dernières années du xviiie siècle à environ 75.000.000 de paras, soit une somme presque quatre fois plus élevée. Encore Estève remarque-t-il que, à en croire certains observateurs, les Mamelouks retiraient en réalité six millions de la ferme des douanes (soit 148 millions de paras), ce qui l’amène à conclure : « Il fallait que les douaniers commissent bien des exactions et des avanies, puisque d’après notre aperçu, les perceptions des droits écrits ne s’élevaient pas à trois millions »61. La Trésorerie ne touchait donc qu’une faible partie des sommes effectivement perçues, la plus grande partie revenant aux multazim et à leurs sous-traitants. Bien que nos informations soient moins précises sur les autres muqāṭa‘āt, il y a tout lieu de penser que le rapport entre le prix payé pour la ferme et ce que versaient les contribuables était du même ordre : les jardiniers de Rosette payaient au gouvernement un droit (ḥamla) de 100 pataquès par an ; mais on estimait que le cheikh des jardiniers, qui en était le fermier, levait en fait 500 pataquès, donc cinq fois plus, sur ses administrés62. La ferme du mesurage du riz blanc de Damiette (muqāṭa‘a kiyāla aruzz bayāḍ Dimiyāṭ) fut adjugée en 1217/1802 pour un montant de 154.390 paras : or en ša‘bān/décembre de la même année une part (hissa) d’un vingt-quatrième de cette muqāṭa‘a (qīrāṭ) était vendue 18.000 paras, soit pour 24 qīrāṭ 432.000 paras, somme trois fois plus élevée, mais qui était évidemment très inférieure à ce que devraient finalement payer les contribuables63. D’après ces divers exemples, nous pensons qu’il faut multiplier le montant officiel des fermes en moyenne par quatre, cinq ou six pour connaître le chiffre réel des perceptions effectuées.

  • 64 Estève, Mémoire, 301. Shaw, Financial, 98-9, 138-142 ; Ottoman Egypt, 157. Le mot mīrī s’appliquai (...)

52D’autre part, de cette forme d‘Alīénation du domaine public que constituait l’affermage à des particuliers de la perception des taxes, on devait inévitablement passer, compte tenu de la faiblesse grandissante du pouvoir central à partir de la seconde moitié du xviie siècle, à la création de muqāṭa‘āt « privées », dans les domaines d’activité urbaine où ne s’exerçait pas le droit de taxation que détenait le Sultan, ou encore au développement de fermes « parasites » sur les fermes « officielles ». Si certaines de ces fermes privées furent officialisées, l’autorité sanctionnant leur existence en soumettant leurs propriétaires au paiement du mīrī, le plus grand nombre resta en marge de la légalité, et constitua cette masse flottante « d’abus » (maẓālim) qui furent, tout au long des xviie et xviiie siècles, inlassablement dénoncés, périodiquement abolis, mais presque toujours rétablis64. Ce schéma sommaire permet de comprendre les grandes lignes d’une évolution dont le détail nous échappe presque totalement, et dont nous ne connaissons qu’imparfaitement les effets, faute d’une documentation suffisante, puisque les fermes non officielles ne sont en général pas mentionnées dans les documents d’archives que nous avons utilisés. Quelques exemples suffiront à donner une idée de la prolifération des fermes dans le domaine public et en dehors de lui :

  • préposés au recouvrement des taxes acquérant la propriété de leurs emplois et obtenant du pacha la reconnaissance de leur titre, moyennant le paiement d’un mīrī : muqāṭa‘a mubāšara kitāba ‘ušūr aṣnāf bahār (écrivains de la douane des épices), créée en 175765 ;
  • taxes de protection (ḥimāya) imposées par les officiers ou les Mamelouks aux fermiers, ces nouvelles muqāṭa‘āt ayant parfois été jointes au domaine impérial au cours du xviiie siècle : muqāṭa‘a māl ḥimāya kitāba kumrūk Iskandariyya, créée en 1715 (écrivains de la douane d’Alexandrie) ; māl ḥimāya qabbānī bandar Suwaïs, créé en 1792 (peseur de la douane de Suez)66 ;
  • taxes de protection imposées sur toutes sortes d’industries ou de commerces, qu’ils fussent ou non déjà soumis à des taxes légalement établies par la Trésorerie : appartenaient à cette catégorie les taxes levées sur la plupart des wakāla du Caire, de Būlāq et du Vieux Caire et dont quelques-unes seulement donnaient lieu à la perception d’un mīrī, par exemple le māl ḥimāya sur la Wakāla Fasīḫ de Būlāq (taxe de protection sur la Wakâla du poisson salé de Būlāq) créé en 175067 ;
  • innombrables droits de consommation dont la plupart étaient qualifiés de ḥamla, terme qu’une note sur les finances de l’Égypte
  • , datée du 16 septembre 1800, définit ainsi : ce droit, établi dans toutes les villes, « se perçoit sur toutes les denrées en général qui sont portées aux marchés. Tous les artisans, excepté les cordonniers et menuisiers ; sont sujets à ce droit »68. Vers la fin du xviiie siècle ces muqāṭa‘āt privées s’étaient à ce point multipliées qu’il n’y avait guère de forme d’activité économique qui ne fût soumise à une taxe de protection ou à une imposition privée, en général affermée par son initiateur, militaire ou mamelouk, de la même manière que la Trésorerie affermait les taxes officielles.
  • 69 Voir sur ce point les remarques très pertinentes d’Estève (Mémoire, 363) : outre les droits assuje (...)
  • 70 Les chroniques laissent cependant supposer qu’il existait des listes plus complètes que les daftar (...)

53Entre les impositions et taxes qui appartenaient de longue date au domaine Sultanien et étaient de ce fait considérées comme absolument légales, celles qui, à l’origine privées, y avaient été ajoutées ensuite et payaient le mīrī, celles qui demeuraient totalement en dehors du domaine public, et les exactions pures et simples, la distinction est souvent difficile à faire69 ; à une évidente confusion administrative correspondait d’ailleurs une terminologie assez floue si bien que dans l’usage courant on qualifiait de muqāṭa‘a (ou du terme équivalent de qalam/aqlām) toutes les fermes, qu’elles fissent ou non partie du domaine Sultanien. Mais les daftar financiers de la Citadelle du Caire envisagent la fiscalité du seul point de vue de l’autorité Sultanienne qui ne s’intéressait qu’aux muqāṭa‘āt productrices de mīrī, à l’exclusion des muqāṭa‘āt « privées », alors que, pour apprécier la charge qui pesait sur les artisans et les commerçants, il serait nécessaire de connaître avec la même précision les fermes privées qui étaient les plus nombreuses, et sans doute les plus lourdes70.

  • 71 Citadelle, daftar 4139/1 (1033/1624) à 4284/146 (1213/1798). Vincennes, B 9, 10 octobre 1798 ; B 6 (...)
  • 72 Citadelle, daftar 4294/156, 4296/158, 4298/160 (année 1219/1804) (référence abrégée dans ce chapit (...)

54Cette lacune nous interdit d’espérer obtenir plus qu’une vue approximative sur la fiscalité publique et privée aux xviie et xviiie siècles. La liste que permettent d’établir les daftar des archives de la Citadelle compte trente-deux fermes urbaines, dont plusieurs étaient groupées entre elles ; trois autres fermes avaient été supprimées peu après leur création au cours du xviiie siècle ; ces fermes sont exclusivement des fermes « publiques » acquittant le mīrī. Pour connaître les fermes « privées » avant 1798, nous ne disposons que de mentions isolées souvent difficiles à interpréter. De l’époque de l’occupation française datent plusieurs listes qui nous livrent des noms de fermes officielles et privées, mais dont aucune n’est complète : deux lettres de Poussielgue (10 octobre 1798) et de Daure (10 septembre 1799) mentionnent respectivement onze et six droits surtout privés ; plus complet est le document annonçant l’adjudication, au mois de fructidor an VII (août 1799), pour l’an VIII (1799-1800), de vingt-sept fermes urbaines, publiques et privées « au plus offrant et dernier enchérisseur ». Dans son ouvrage sur les finances de l’Égypte (Description de l’Égypte) Estève dresse un tableau assez détaillé des impôts affermés en Égypte en 1798 : il en signale 40, dont 17 droits non soumis au mīrī71. Nous avons enfin trouvé dans les archives de la Citadelle, après la longue série des daftar financiers, plusieurs registres datés de 1219 (1804-5) où figurent, à côté de fermes officielles, d’assez nombreuses fermes « privées », au total 40 muqāṭa‘āt ; cette liste ne doit pas être écartée, malgré son caractère tardif, car d’une part, elle paraît bien se référer à la situation fiscale traditionnelle d’avant l’occupation française, et d’autre part elle est la seule liste égyptienne qui donne un nombre substantiel de fermes « privées » ; malheureusement elle n’est de toute évidence qu’un brouillon incomplet, et ne peut donc être utilisée que comme complément aux documents précédemment cités72. La liste que nous avons tenté d’établir, bien que comptant une centaine de fermes, est donc très incomplète.

55Pour étudier ces fermes nous avons renoncé à un classement distinguant les fermes qui appartenaient au domaine Sultanien et celles qui ne payaient pas d’impôts à la Trésorerie impériale, classification qui est celle adoptée par Estève dans la Description de l’Égypte et par S.J. Shaw dans son livre The Financial and Administrative Organization and Development of Ottoman Egypt : bien qu’apparemment fondé du point de vue du droit, un tel classement amène à envisager la taxation sous un angle trop exclusivement administratif ; par ailleurs il estompe le fait que le Trésor n’était pas le principal bénéficiaire des fermes dont le pouvoir Sultanien n’avait qu’en apparence conservé le contrôle. Un classement des impôts et taxes suivant les bénéficiaires réels (pacha, odjaqs, Mamelouks) aurait historiquement plus de signification ; mais il devrait varier comme varièrent aux xviie et xviiie siècles les exploitants, et les domaines dont ils avaient pu se rendre maîtres. C’est donc d’après la nature des produits et métiers taxés que nous établirons notre classement dont l’avantage principal est d’envisager le problème de la taxation sous son angle économique et social, du point de vue des assujettis.

a) Les douanes

56Les douanes fournissaient aux gouvernants l’essentiel de ce qu’ils prélevaient sur les activités commerciales urbaines. La plus profitable était celle de Suez qui ne frappait que les tuğğār égyptiens et arabes, dont le monopole sur le commerce oriental s’était maintenu jusqu’à la fin du xviiie siècle et qui était donc l’équivalent d’un impôt frappant la plus importante activité économique égyptienne : aussi retiendra-t-elle surtout notre attention. Par contre les autres douanes concernaient également le commerce étranger, et leur étude présente donc, de notre point de vue, un intérêt beaucoup moindre.

  • 73 Le Sultan Salīm avait dans ce but assigné au pacha d’Égypte un revenu de 400 paras par farq de caf (...)

57Le rapport global des douanes égyptiennes était si considérable qu’elles furent un des enjeux principaux des luttes qui mirent aux prises les divers éléments de la caste dominante pour la conquête du pouvoir. Longtemps réservées aux pachas qui étaient ainsi assurés de revenus substantiels73 et qui les administraient en iltizām avec le concours d’amīn juifs ou chrétiens, elles passèrent, vers 1671/2, sauf celle de Suez, sous le contrôle des Janissaires, dont la puissance atteignait alors son apogée, et qui les prirent eux aussi en iltizām, en en confiant la gestion à des mu‘allimīn juifs ou coptes. Vers la fin du xviiie siècle, toutes les douanes furent prises en mains par les émirs dominants.

La douane de Suez

  • 74 L’organisation de la perception des droits est exposée par Estève (Mémoire, 351). Voir Shaw, Finan (...)
  • 75 Ğabartī, III, 349.
  • 76 De nombreux documents des archives de la Citadelle concernent le transfert des parts (hissa) possé (...)
  • 77 Ğabartī, II, 162.

58Lorsque la flotte apportant les marchandises de l’Arabie et de l’Inde abordait à Suez, la nouvelle était aussitôt communiquée au Caire, cependant que les produits étaient débarqués et entreposés à la wakāla des épices74. L’administrateur de la douane des épices, le qāḍī al-bahār, envoyait à Suez un écrivain qui évaluait la quantité des marchandises arrivées dans le port et dressait un état nominatif des négociants auxquels elles étaient destinées. C’est sur les bases de ce mémoire que le qāḍī al-bahār établissait le montant des droits exigibles. Le café et les épices pouvaient alors être transportés au Caire par leurs propriétaires. L’administration de la douane de Suez était confiée au qāḍī al-bahār et au bureau des épices (dīwān al-bahār) qu’il dirigeait. Vers la fin du xviiie siècle, les fonctions d’administrateur de la douane des épices (qu’on appelait également kâtib al-bahār) étaient héréditaires : à Mūsā Efendi, qui mourut avant 1766, succéda son fils Ḥasan Efendi, puis le fils de ce dernier, ‘Alī Efendi (qui mourut vers 1793) et enfin Ibrāhīm Efendi, frère de ‘Alī. Ibrāhīm étant mort en 1805 en laissant un enfant en bas âge, on nomma dans ses fonctions son mamelouk Ḥasan, à titre de wakīl du fils de son maître75. Le bureau des épices comprenait des préposés (mu‘allim), écrivains (kātib), changeurs (ṣarrāf) chrétiens et surtout juifs qui étaient d’ailleurs propriétaires de leurs charges, le dīwān constituant lui-même une ferme (qalam)76. Les tuğğār exerçaient un certain contrôle sur la gestion du dīwān al-bahār et en profitaient sans doute pour frustrer parfois le Trésor d’une partie des droits qui auraient dû lui revenir : au reproche que leur en fit le pacha en 1788 un des tuğğār répondit, non sans audace, que ces fraudes étaient habituelles et que c’était au pouvoir de les déjouer77. A vrai dire il était difficile aux gouvernants de sévir véritablement contre les tuğğār qu’ils exploitaient, mais auxquels ils devaient aussi recourir pour se procurer les fonds dont ils avaient souvent un besoin pressant : ils leur demandèrent de plus en plus souvent au xviiie siècle des emprunts remboursables par des déductions sur les droits que les tuğğār auraient à payer pour les expéditions de café qui leur parvenaient. Nous avons trouvé dans les archives du Tribunal de fréquentes mentions des créances que les tuğğār avaient ainsi sur le dīwān al-bahār.

  • 78 Citadelle, daftar 4282/144, 4283/145 (1212/1797). Estève, Mémoire, 337. Shaw, Financial 103-8 ; Ot (...)

59La douane de Suez comprenait traditionnellement outre la muqāṭa‘a ‘usūr aṣnāf bahār (ferme des dîmes sur les épices), qui donnait son nom à l’ensemble de la ferme, plusieurs muqāṭa‘āt qui, à l’exception de celle de la Monnaie (muqāṭa‘a dār ḍarb ḏahab) concernaient le commerce des épices : m. simsāriyya bahār, ferme du courtage des épices, m. qā‘at ifranğ, ferme de la salle des Francs (où devaient s’installer les marchands qui accompagnaient les épices en attendant la fin de l’évaluation des marchandises), m. Quṣaïr šāmī. Le montant total de la ferme était en 1798 de 4.412.924 paras auxquels s’ajoutait un kušūfiyya kabīr de 1.658.132 paras ; mais il conviendrait par contre d’en retrancher les 683.333 paras correspondant au dār al-ḍarb. Ce chiffre avait assez peu varié depuis la fin du xviie siècle : le montant de la ferme avait été de 3.243.196 paras entre 1088 (1677) et 1130 (1718) ; il fut alors porté à 4.079.996 paras ; deux nouvelles augmentations en 1155 (1742) et 1175 (1761) l’amenèrent enfin à 4.412.924 paras. C’était le pacha qui était le fermier de cette muqāṭa‘a. Les Janissaires mirent ensuite la main sur la douane des épices, comme sur les autres douanes, mais à une date et dans des conditions que nous ignorons78.

  • 79 Citadelle, daftar 4282/144, 4283/145. Estève, Mémoire, 352. Shaw, Financial, 129, n° 17.
  • 80 Citadelle, daftar 4221/83. Shaw, Financial, 130, n° 21.
  • 81 Citadelle, daftar 4272/134. Estève, Mémoire, 352. Shaw, Financial, 130, n° 27.
  • 82 Citadelle, daftar 4272/134. Estève, Mémoire, 352. Shaw, Financial, 130, n° 28.
  • 83 Estève, Mémoire, 361. Shaw (Financial, 140) indique que cette muqāṭa‘a ne faisait pas partie du do (...)
  • 84 Estève, Mémoire, 333, 335. Ḥusaïn Efendi, 51 a/18. Shaw, Financial, 175-6.

60A la douane des épices s’ajoutaient un certain nombre de petites fermes plus ou moins officialisées. Tout d’abord plusieurs taxes de protection payant le mīrī et créées au cours de la seconde moitié du xviiie siècle : muqāṭa‘a mubāšara kitāba ‘ušūr aṣnāf bahār, taxe de protection sur les écrivains de la douane des épices à Suez, établie en 1757, dont le montant se réduisit de 390.002 à 163.433 paras (en 1798)79 ; māl ḥimāya ‘an bahār, taxe de protection sur la douane des épices, d’un montant de 23.895 paras, établie en 1761 et supprimée en 1769-7080 ; māl ḥimāya qabbānī bandar Suivais, taxe de protection sur le pesage dans le port de Suez, établie en 1792 et d’un montant de 510 paras81 ; ḥimāya mubāšir dīwān bandar Suivais, taxe de protection sur l’administrateur des douanes dans le port de Suez, établie également en 1792, et d’un montant de 410 paras82. La ferme de la wakāla al-bahār de Suez, où les marchandises devaient être emmagasinées jusqu’à leur transport vers Le Caire, avait été créée en dehors du domaine impérial ; toutefois, d’après Estève, son multazim payait un mīrī de 63.005 paras, ce qui paraîtrait indiquer qu’elle avait ensuite reçu une sanction officielle83. Il conviendrait enfin de signaler que le qāfila bāšī qui était chargé à l’origine de fournir les chameaux et les bêtes de somme nécessaires pour la caravane du Pèlerinage, et dont la responsabilité s’était ensuite étendue à l’organisation et à la protection des caravanes commerciales entre Suez et Le Caire, levait un droit d’un quart de pataque sur chaque farde de café transportée de Suez au Caire, ce qui, en année normale, devait lui rapporter environ 500.000 paras. Ce personnage qui appartenait aux Mutafarriqa payait un impôt de 69.000 paras sur sa charge84. Les fermiers de ces taxes de protection étaient souvent des tuğğār en épices et parfois le kâtib al-bahār lui-même.

  • 85 Moyennes établies d’après : seize chiffres de ‘ušr relevés entre 1663 et 1696 (pourcentage minimal (...)
  • 86 Voir en particulier : Vincennes, Β 6 9, lettre de Poussielgue à Bonaparte, 5 octobre 1798 ; Estève(...)
  • 87 Tribunal, ‘Ask., v. 142, 408 (1736).

61Il n’y avait aucune comparaison entre les sommes que payaient les fermiers de ces différents droits au Trésor et le montant des taxes et impositions que devaient acquitter les tuğğār entre les mains des multazim ou de leurs agents. Les registres du Tribunal nous permettent d’évaluer la charge fiscale qui pesait sur les commerçants. Entre 1663 et 1699 la dîme payée sur le café importé à Suez s’élève en moyenne à 14 % du prix du café, avec un maximum de 18,1 % (178.759 paras payés en 1686 sur 1.023 qanṭār valant 983.132 paras). A la fin du xviie siècle et dans les premières décades du xviiie le montant de la dîme sur le café s’abaisse sensiblement : entre 1700 et 1736 le chiffre moyen est de 7,1 % seulement85. Le montant de la dîme semble avoir été sensiblement relevé ensuite : nous n’avons malheureusement trouvé dans les registres du Tribunal qu’un chiffre postérieur à 1736 (prélèvement de 14,2 % en 1751), mais la hausse qu’il indique est confirmée par ce que nous lisons dans la Description sur les variations de la taxation pendant la deuxième moitié du xviiie siècle86. Vers 1747 les droits auraient été de 400 ou 660 paras par farde, à une époque où le prix moyen du café était de 7.042 paras la farde : soit une dîme comprise entre 5,7 et 9,4 %. C’est sous Ibrāhīm Čāwīš que commença l’augmentation des droits : cet émir imposa une taxe de deux zar maḥbūb par quintal, et Poussielgue estime à 868 médins par farde le montant des droits à cette époque (prix moyen de la farde de café entre 1741 et 1750 : 7.042 paras). Sous ‘Alī Bey les droits atteignirent 1.008 paras (prix moyen de la farde de café de 1761 à 1770 : 7.031 paras). Avec Murād et Ibrāhīm Bey le mouvement ascendant des droits se poursuivit : ils atteignirent, sous Ismā‘īl Bey, 2.016 paras (prix moyen de la farde de café entre 1781 et 1790 : 9.971 paras). Enfin, après le retour au pouvoir de Murād et Ibrāhīm Bey, les droits s’élevèrent à 2.968 paras par farde (Poussielgue) ou 1.980 (Girard), alors que le prix moyen de la farde, de 1791 à 1798, était de 11.595 paras, soit un prélèvement de 25,6 ou 17,1 %. Ces chiffres ne paraissent pas invraisemblables : ils permettent d’apprécier la lourdeur de la charge pesant sur les tuğğār qui importaient environ 30.000 fardes par an. A cela s’ajoutaient une multiplicité de droits payés à Suez et dont nous trouvons parfois dans les registres du Tribunal le détail impressionnant. Il nous suffira de citer ceux qui furent acquittés en 1736 pour un arrivage de café destiné à al-Ḥāğğ ‘Abbâs b. Aḥmad : aux traditionnels ‘ušūr s’ajoutent le ḫidma wakīl al-Suwaïs, le rasm āġāt al-bāsā, le ḥaqq ṭarīq ‘inda ḥuḍūr al-bunn, le uğra yamaq wa sarrāğ, etc...87.

  • 88 Estève, Mémoire, 359. Ḥusaïn Efendi, 34 a/35. Shaw, Financial, 106-7 ; Ottoman Egypt, 139-140. D’a (...)

62Au total la possession de la douane de Suez assurait à ses fermiers des revenus énormes puisque les sommes versées au Trésor, au titre des épices, ne dépassaient pas quatre à cinq millions de paras. Pendant le xviie siècle le rapport moyen de la douane de Suez s’était élevé, d’après Shaw, à 60 millions de paras par an dont le gouverneur d’Égypte recevait la plus grande partie en tant que multazim. Au siècle suivant, sans doute, le déclin de l’économie de l’Égypte ne manqua pas d’affecter les revenus douaniers : toutefois Estève estimait encore à 36.842.876 paras le rendement annuel moyen de la douane de Suez, en droits d’importation, pendant la période de douze années qui s’écoula avant l’arrivée de Bonaparte (entre 1201/1786-7 et 1212/1797-8). Les cinq sixièmes de cette somme passaient entre les mains des fermiers, c’est-à-dire d’abord des Janissaires puis, à partir de ‘Alī Bey, des beys dominants, la Trésorerie et le pacha ne conservant qu’un revenu de 6.071.065 paras sur les épices (16 % du total). On voit l’instrument de puissance financière et politique que constituait la douane de Suez pour celui qui la détenait en iltizām. L’explication de la prépondérance des pachas jusqu’au xviie siècle, et du corps des Janissaires ensuite, se trouve sans doute en partie là ; inversement il ne semble pas exagéré de considérer que la perte des douanes a pu donner un caractère irrémédiable au déclin de ces Puissances88.

Les autres douanes

  • 89 Shaw, Financial, 116-7.

63Les quatre douanes d’Alexandrie, de Damiette, de Burullus et de Būlāq furent contrôlées, dès 1671-2 et d’une manière définitive après 1693-7, par l’odjaq des Janissaires, à l’exception des seules années 1117 à 1119 (1705 à 1707) durant lesquelles Yūsuf Bey en fut le fermier. Elles procuraient des profits considérables. D’après Shaw les mulṭazim avaient collecté en 1151 (1738-9) 32.125.000 paras de droits dont 10.726.148 paras (soit 32 %) leur étaient restés à titre de profit, une fois payés les taxes de la Trésorerie Impériale et le kušūfiyya du pacha. En 1193 (1779) le rendement passa à 42.750.000 paras, et la part des multazim à 20.683.299 paras (soit 48 % du total). En 1200 (1786-7) les quatre douanes produisirent 47.750.000 paras, dont 25.000.000 (53 %) allèrent aux multazim. Enfin, dans les douze années qui précédèrent 1798, les quatre douanes produisirent en moyenne 39.832.986 paras, dont 24.482.986 paras (63 %) pour les fermiers. Les multazim ne cessèrent donc pas d’augmenter leur prélèvement sur les douanes, en chiffres absolus (sauf dans la dernière période), et surtout en pourcentage89.

  • 90 A.N., Caire, B 1 326, 1er avril 1742 ; Alexandrie, B 1 102, 5 juin 1730 ; Caire, B 1 321, 13 janvi (...)
  • 91 A.N., Alexandrie, B 1 108, 22 juin 1755. Niebuhr, Voyage, I, 107.

64Jusqu’aux années 1760, les douanes étaient concédées chaque année aux Janissaires par le pacha, moyennant paiement de la redevance fixée. Un officier choisi au sein de l’odjaq remplissait les fonctions de Grand Douanier. C’était en général un Katḫudā, et souvent le personnage dominant du corps : c’est ainsi que ‘Uṭmān Katḫudā dirigea, durant plusieurs années, vers 1730, les douanes de l’Égypte, et, après lui, Ibrāhīm Katḫudā, vers 175090. Le Grand Douanier sous-fermait ensuite les douanes à des auxiliaires (mu‘allimīn) qui furent presque toujours des juifs. De nombreuses raisons justifiaient ce choix : aptitudes des juifs pour les opérations commerciales et les transactions monétaires ; relations existant entre les juifs et les négociants étrangers que concernaient tout particulièrement les quatre douanes ; rôle des juifs dans les activités « bancaires » et monétaires, ce qui leur permettait de réunir rapidement les capitaux nécessaires pour l’affermage des douanes. Des relations étroites s’établirent ainsi entre la communauté juive du Caire et l’odjaq des Janissaires qui renforcèrent encore l’influence et la puissance économique et surtout financière des juifs, cela n’allant d’ailleurs pas sans quelques risques lorsque l’autorité dont ils jouissaient ainsi finissait par indisposer la population ou une fraction de l’odjaq des Janissaires : Yāsif en fit la cruelle expérience en 1697 ; de même la période de toute-puissance des mandataires juifs à l’époque d’Ibrāhīm Katḫudā fut suivie, en 1755, d’une tentative de réaction de la part de ‘Abd al-Raḥmān Katḫudā, dont le pouvoir dura, il est vrai, trop peu de temps pour affecter sérieusement l’influence des juifs qui était, vers 1760, plus forte que jamais, au point que la douane, dont ils étaient fermiers, était alors fermée le samedi91.

  • 92 Sur l’organisation des douanes voir Girard, Mémoire, 680-1.

65Après l’éviction des juifs de l’administration des douanes par ‘Alī Bey en 1769 et la prise en mains des douanes par les beys, les douanes furent gérées par des Syriens, Mihâ’il Faḫr, puis Yūsuf Bīṭār et Miḫā’il Ğamal, et surtout Anṭūn al-Qassīs Fara’ûn jusqu’à son départ en 1784. Vers la fin du siècle, les douanes, dont Murād Bey et Ibrāhīm Bey se partageaient les revenus, étaient administrées par un personnel surtout chrétien92.

  • 93 Mémorial de l’Estat d’Égypte, 261. Citadelle, 4282/144, 4283/145 (1212/1797-8). Estève, Mémoire, 3 (...)
  • 94 Citadelle, daftar 4174/36, 4175/37 (1126/1714-5). Estève, Mémoire, 352. Shaw, Financial, 128, n° 1 (...)

66Les douanes d’Alexandrie et de Rosette étaient réunies en une seule muqāṭa‘a à laquelle avait été jointe en 1088 (1677-8) le droit de réglementer la navigation dans les ports (muqāṭa‘a ta‘rif al-marākib), et qui comprenait également un certain nombre de fermes annexes concernant le contrôle de la navigation sur le Nil et de l’activité des marchés d’Alexandrie et de Rosette. Le contrôle exercé par les Janissaires sur cette douane prit fin vers 1770 : en 1186 (1772-3) Muḥammad Bey est mentionné comme fermier de la douane et ce furent désormais des beys qui exercèrent ces fonctions jusqu’à la fin du xviiie siècle, à la seule exception des années 1786, 1787, 1788, 1789 et 1790, lorsque, à la suite de l’expédition de Ḥasan Pacha, la douane d’Alexandrie fut temporairement restituée aux Janissaires. Le montant du mīrī payé au Trésor varia très peu du xviie au xviiie siècle : 4.408.000 paras en 1634 : 4.881.334 en 1088 (1677-8) ; 5.404.669 en 1213 (1798-9), soit une augmentation de 11 % seulement en plus d’un siècle. Au total, kušūfiyya compris, le multazim payait en 1798 6.736.954 paras, alors que le produit de la douane était estimé à 11.548.104, soit près de deux fois plus. Une tentative faite par Ḥasan Pacha en 1786 pour majorer de 6.000.000 les revenus que le Trésor tirait de cette douane ne donna aucun résultat, les émirs égyptiens ayant refusé de payer l’augmentation et ayant finalement obtenu du Sultan son abolition93. En 1715 fut créée, « en marge » de cette muqāṭa‘a, une taxe de protection sur les écrivains de la douane (ḥimāya kitāba kumrūk bandar Iskandariyya) au titre de laquelle était exigé un mīrī de 27.040 paras en 179894.

  • 95 K. tarāğim, 833. Citadelle, daftar 4282/144, 4283/145 (1212/1797-8). Estève, Mémoire, 337, 359. Ḥu (...)
  • 96 Citadelle, daftar 4220/82 (1173/1759-1760). Shaw, Financial, 129, n° 19.

67L’histoire de la douane de Damiette est exactement semblable à celle de la douane d’Alexandrie. La muqāṭa‘a qui comprenait, outre la douane, divers droits sur les marchés de Damiette et les terres voisines de cette ville, devait un mīrī qui passa de 1.172.667 paras en 1088 (1677-8) à 1.564.530 vers 1798. Compte tenu du kušūfiyya que devaient également payer les fermiers, la somme exigible s’élevait à 2.335.777 paras. Comme d’après Estève, la moyenne annuelle des revenus douaniers, entre 1201 (1786-7) et 1212 (1797-8), s’élevait à 11.548.104 paras, ce sont donc 80 % du total des droits de douane perçus à Damiette qui revenaient aux multazim, c’est-à-dire à l’odjaq des Janissaires, puis aux beys95. Une taxe de protection sur les écrivains de la douane (ḥimāya kitāba muqāṭa‘a kumrūk) fut instituée en 1759 ; elle payait un mīrī de 1.040 paras96.

  • 97 Citadelle, daftar 4282/ 144, 4283/145 (1212/1797-8). Ḥusaïn Efendi, 34 a/35 (il ne précise pas qui (...)

68Par la douane de Burullus, située dans le Delta, au sud de Damiette, passaient principalement des produits de la Basse-Égypte et des marchandises arrivées d’Afrique du Nord par voie de terre. Son rendement était réduit et surtout très irrégulier. Bien qu’indépendante financièrement, elle était donnée en iltizām au multazim des douanes de Damiette ; elle fit donc généralement partie, comme elle, du domaine fiscal des Janissaires entre 1693 et les années 1770, avec plusieurs exceptions, notamment en 1705-1707, et après 1740 lorsque des officiers des ‘Azab (en particulier Riḍwān Katḫudā Ğalfī) l’affermèrent. A partir de 1790-1 elle fut confiée à des Kāšif, mamelouks de rang subordonné, ce qui est en rapport avec son importance assez secondaire. Le chiffre du mīrī exigé de son multazim varia notablement : 306.061 paras en 1092 (1681-2) ; 117.818 en 1122 (1710-1), après le transfert à Damiette d’une partie du domaine financier qui lui était rattaché ; 273.966 paras à la fin du xviiie siècle97.

  • 98 Mémorial de l’Estat d’Égypte, 263. Citadelle, daftar 4282/144, 4283/145 (1212/ 1797-8). Estève, (...)

69Les deux avant-ports du Caire, Būlāq et le Vieux Caire, constituaient une seule muqāṭa‘a depuis le début du xvie siècle. Un certain nombre d’autres fermes étaient jointes à celle de la douane proprement dite, la ferme de la tannerie (dabāġḫāna) et les quatre fermes qui étaient groupées avec celle de Ḫaḍrā (produits agricoles d’une île située près de Rosette) : muqāṭa‘a qawāfil Šām wa Ḥalab (droit de taxer les caravanes entre l’Égypte et la Syrie) ; muqāṭa‘a Sūq al-Aġnām (droit de réglementer et de taxer le marché aux moutons) ; muqāṭa‘a mamlaḥa Miniya Badrān (fermage d’une fabrique de sel dans la province de Šarqiyya) ; et enfin muqāṭa‘a kittān wa nuḥās (vente du lin et du cuivre au Vieux Caire). De ce fait, en 1088/1677-8, sur un total de 2.595.267 paras pour l’ensemble de la muqāṭa‘a, la douane de Būlāq et du Vieux Caire ne représentait que 1.091.667 paras. D’abord contrôlée par le gouverneur de l’Égypte, cette ferme passa au pouvoir des Janissaires vers 1671-2 et après 1101/ 1690-1 ils la détinrent en iltizām d’une manière à peu près ininterrompue. A partir de Muḥammad Bey (multazim en 1186/1772-3 et les années suivantes) les beys dominants (Ibrāhīm Bey, Murād Bey) s’assurèrent le contrôle de cette ferme, sauf entre 1786 et 1790 (multazim : Riḍwān, Katḫudā des Mustaḥfiẓan). Les sommes versées à titre de mīrī augmentèrent d’environ 68 % du xviie au xviiie siècle, passant de 2.100.000 paras en 1634, à 2.595.267 en 1677-8 et enfin à 3.519.437 en 1213 (1798). Compte tenu du kušūfiyya, les détenteurs de la ferme versaient au total 4.311.872 paras (dont 1.503.600 pour les fermes annexes), alors que la perception des seules douanes était estimée par Estève à une moyenne annuelle de 15.000.000 paras : ces chiffres donnent la mesure des profits que réalisaient les multazim. Comme pour presque toutes les douanes précédentes, une taxe de protection fut établie en 1746 sur les écrivains de la douane de Būlāq (ḥimāya kitāba iskala Būlāq: elle payait un mīrī de 1.040 paras98.

b) Divers droits

Droits sur la circulation et le commerce des grains

70Toute une série d’impositions pesaient sur la circulation et sur le commerce des grains sur le Nil, au voisinage du Caire et dans les avant-ports du Caire. Elles étaient partagées entre les deux principaux odjaqs : Janissaires et ‘Azab.

  • 99 Damurdāšī, 126, 132, 229. Vincennes, liste de 1799. Vincennes, B 6 30, Poussielgue, 11 septembre 1 (...)
  • 100 Vincennes, liste de 1799 ; B 6 141, Daure à Kléber, 10 septembre 1799. Nous n’avons pas trouvé de (...)

71La risāla était le droit de réglementer et de taxer le passage des navires le long du Nil, au nord et au sud du Caire : ses fermiers percevaient des taxes sur les bateaux qui étaient classés en trois catégories suivant leurs dimensions. Ce droit paraît avoir appartenu aux ‘Azab, au moins au début du xviiie siècle, puisque dans leur « contre-mémoire » de 1709, les Janissaires remarquaient que les ‘Azab, entre autres fermes, contrôlaient la risāla. Par la suite le droit passa aux Janissaires qui recevaient de celui qui l’affermait une somme de 1.000.000 paras par an (en 1174/ 1760-1)99. Sans doute lié à la risāla, avec laquelle il était mentionné dans le document sur l’adjudication des fermes de 1799, était le qalam de āġāt al-risāla bi-Būlāq qui était alors proposé pour la somme de 58.000 paras et fut adjugé pour 135.000100.

  • 101 Damurdāšī, 132, 165, 418. Aḥmad Čelebi, 157 b. Citadelle, daftar 4282/144, 4283/145 (1212/1797-8). (...)

72A la ferme de la simsānyya baḥraïn était attaché le droit de réglementer et de taxer la navigation sur le Nil, de superviser les activités de courtage sur les quais des deux ports (baḥraïn) de Būlāq et du Vieux Caire, et de lever des taxes sur les grains qui y arrivaient. A partir de 1176/1762-3 on ajouta à cette ferme le droit de mesurer les grains apportés à la wakāla des grains de Būlāq (kiyāla ġilāl Būlāq). C’était une des plus importantes muqāṭa‘āt urbaines : d’abord donnée en amāna aux Mutafarriqa, elle passa ensuite en iltizām aux ‘Azab dont des officiers figurent sur les daftar comme concessionnaires dès 1035 (1626-7). L’amīn al-baḥraïn était un officier de rang élevé, en général un Katḫudā : Aḥmad Katḫudā ‘Azabân qui remplit ces fonctions à trois reprises, fut, entre 1710 et 1720, un des émirs dominants du Caire. Cette ferme payait en mīrī une somme très importante, 837.300 paras, auxquels s’ajoutaient 80.300 paras de kušūfiyya. Les revenus de la muqāṭa‘a étaient évidemment très supérieurs : d’après un document français, le qalam dit des « deux plages » (al-sawāḥil), qui n’est probablement pas autre chose que le baḥraïn, fut mis en adjudication, en 1799, pour une somme de 3.960.000 médins. Vers la fin du xviiie siècle, l’amāna tomba, comme toutes les autres fermes, sous le contrôle des beys : Qāsim Katḫudā ‘Azabân (mort en 1191/1777-8) qui fut amīn al-baḥraïn, était un mamelouk de Muḥammad Bey Abū Ḏahab101.

  • 102 Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804.

73Un droit appelé al-ṭabaqa était prélevé sur le blé qui arrivait au Vieux Caire et à Būlāq : il fut mis en adjudication en 1799 pour une somme de 150.000 paras102.

  • 103 Contrairement à ce qu’écrit Shaw, Financial, 195, 350. Voir à ce sujet K. tarāğim, 945-6. Tous les (...)
  • 104 K. tarāğim, 908, 967. Aḥmad Čelebi, 45 b. Damurdāšī, 132. Vincennes, liste de 1799 ; B 6 141, Daur (...)
  • 105 Citadelle, daftar 4176/38, 4177/39 (1128/1716-7). Cette ferme n’est pas mentionnée par Shaw.

74L’amīn al-šuwan ou amīn al-anbār, qui appartenait aussi aux ‘Azab103, était chargé de contrôler la collecte, le transport et le stockage des grains provenant des taxes perçues en nature en Haute-Égypte ; il jouait donc un rôle important dans le ravitaillement du Caire en céréales. Il devait verser au Trésor 294.332 paras comme prix de sa charge ; en compensation il levait des droits sur les multazim et un droit sur les bateaux qui arrivaient, chargés de blé, à Būlāq. Comme toutes celles qui concernaient les grains, cette ferme était fortement contestée en temps de disette : en 1700 l’amīn al-anbār est arrêté à titre de sanction pour les retards constatés dans l’arrivage des grains : en 1709, les six odjaqs décident l’interdiction des protections et font défense aux gens d’al-anbār de se rattacher à un odjaq104. Une taxe de protection sur les écrivains des greniers impériaux (ḥimāya kitāba maḥṣūl šūna amīn anbār der bandar Būlāq) fut créée en 1128 (1716-7), mais supprimée presque aussitôt, en 1130 (1718-9) ; elle payait un mīrī de 500 paras105.

  • 106 K. tarāğim, 946. Damurdāšī, 126. Citadelle, liste de 1219/1804.

75Les mu‘arrifīn qui appartenaient, à Būlāq, à l’administration chargée des expéditions de grains de Haute-Égypte, étaient membres du même odjaq : en 1698 les Janissaires demandèrent que, comme l’amīn al-anbār, le mu’arrif cesse d’appartenir aux ‘Azab, et obtinrent sa destitution. Comme beaucoup d’autres préposés les mu’arrifïn devinrent fermiers de leur charge : la liste des aqlām de 1219 (1804-5) mentionne une muqāṭa‘a mu’arrifïn safā’in ġilāl der Būlāq qui n’est signalée dans aucun autre document106.

  • 107 Reynaud, Histoire scientifique, V, 144.

76Tout permet de supposer qu’outre ces droits de circulation sur le Nil et d’entrée dans les deux ports du Caire, des taxes d’octroi étaient prélevées au moment où les grains étaient introduits dans Le Caire : Louis Reybaud raconte, dans son Histoire de l’Expédition d’Égypte, qu’un copte, chef des percepteurs de la rue « Khalyfeh », fut traduit devant le qāḍī pour avoir exigé des marchands qui apportaient du grain au Caire une taxe supérieure au tarif107.

Les monopoles

77La production et la vente de certains produits naturels constituaient des monopoles qui faisaient eux aussi l’objet de fermes exploitées par les Puissances du Caire.

  • 108 Damurdāšī, 445. Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804. Ḥusaïn Efendi, 49 a/21. E (...)

78Le droit de fabriquer, d’acheter et de vendre le sel qui était recueilli sur les côtes de la Méditerranée, près de Rosette (mallāḥa), était affermé par les ‘Azab jusqu’en 1691 ; la muqāṭa‘āt al-milḥ passa ensuite entre les mains de l’odjaq des Janissaires qui en concédaient l’exploitation à des multazim pour une somme totale de 1.620.000 paras, ce qui en faisait une des fermes les plus fructueuses d’Égypte, d’autant plus qu’elle n’était pas soumise au paiement d’un mīrī à la Trésorerie impériale108.

  • 109 A.N., Caire, B 1 323, 3 décembre 1736 ; 330, 8 mars 1753 ; 334, 15 février 1769 ; Alexandrie, B 1 (...)

79Le séné venait de la région qui s’étend au sud d’Assouan : le droit de l’acheter aux bédouins et cultivateurs, de le vendre sur les marchés du Caire, et finalement de le céder aux commerçants étrangers, qui en faisaient une exportation assez considérable, constituait un monopole. L’histoire de cette ferme « de la casse et du séné » est un condensé de celle des différents fermages au Caire aux xviie et xviiie siècles. Des Syriens, puis des marchands juifs, avaient détenu le monopole, moyennant un paiement annuel de 300.000 paras à la Trésorerie. Après 1583, le monopole fut administré par un agent de la Trésorerie (amīn), et finalement il fut saisi par les Janissaires qui l’administrèrent à partir de 1647. Jusque vers le milieu du xviiie siècle, le séné fut donné par le pacha en iltizām à un officier de ce corps moyennant un versement à la Trésorerie (450.000 médins en 1736) ; il était ensuite sous-fermé, en général à des Israélites, et c’est avec ces fermiers que traitaient les commerçants étrangers. En 1740-1743 l’émir dominant, ‘Uṯmān Bey, prit l’appalte en mains. Puis, avec Ibrāhīm Katḫudā, le séné revint dans l’odjaq des Janissaires ; le montant de l’appalte avait été augmenté considérablement (1.000.000 et même 2.000.000 paras d’après le consul de France en 1753), et les sous-fermiers juifs s’efforçaient, avec le soutien énergique d’Ibrāhīm Katḫudā, d’imposer l’achat du séné aux commerçants étrangers qui éprouvaient de plus en plus de difficultés à le vendre en Europe. En 1768 le séné « appartenait » à ‘Alī Bey qui remplaça les douaniers juifs qui le sous-fermaient par un chrétien syrien, « Youssef Zenaniri [Yūsuf al-Zanānīrī] paltier général » (février 1769). Ce furent désormais des Syriens qui administrèrent cette ferme pour le compte des beys dominants : en 1783 Anṭūn al-Qassīs en était le fermier, comme de beaucoup d’autres produits. Vers 1786 Ḥasan Pacha tenta d’augmenter le mīrī sur la casse et le séné de 400.000 paras, mais sans succès. A la veille de l’Expédition française, le séné était concédé par Murād Bey au consul vénitien et homme d’affaires Rosetti ; le mīrī qui était payé pour les droits sur la casse et le séné s’élevait alors, d’après Estève, à 901.666 paras. Mais la ferme du séné était concédée par les beys pour une somme bien supérieure : 1.500.000 paras (Girard), ou 1.680.000 (Poussielgue)109.

  • 110 A.N., Caire B 1 335, 4 décembre 1775 ; Alexandrie, B 1 114, 20 février 1790. Vincennes, liste de 1 (...)

80Le sel natron était lui aussi un important produit d’exportation : il était utilisé, en particulier à Marseille, pour la fabrication du savon, à la place des soudes. On l’extrayait dans la province de Tarràna. Son exploitation avait été concédée aux amīr al-ḥağğ qui pour cet iltizām devaient verser chaque année à la Trésorerie impériale 353.789 paras. Mais la ferme rapportait à ses concessionnaires des sommes bien supérieures : lors de l’adjudication des droits de 1799, le « droit de terraneh » (amānat al-Ṭarrāna) était inscrit pour 1.125.000 paras ; et en octobre 1800 Guergues Abdou écrivait à Estève que « l’affermage de Tarrané » (qalam al- Ṭarrāna) avait été effectué pour une somme supérieure de 2.000.000 à celle de l’année précédente110.

c) Impôts sur les charges

  • 111 Estève, Mémoire, 105, 332.

81Les impôts prélevés sur les charges nous intéressent ici dans la mesure où le mīrī qui était dû au Trésor par un certain nombre d’officiers était la contrepartie du droit qui leur était reconnu de lever des taxes sur les métiers qui dépendaient d’eux et dont ils étaient comme les fermiers : « La propriété des droits sur l’industrie et les consommations, remarquait Estève, dérive de celle des charges ; elle consiste dans la jouissance pleine et entière des droits de cette nature que Solymân créa en faveur des personnes en charge et autres, de manière à ce qu’elles trouvassent dans leur perception un traitement proportionné au rang et aux attributions de chacune d’elles ». Mais on ne peut naturellement considérer le montant du mīrī que comme une indication sur les prélèvements qui étaient effectués par chaque titulaire de charge à l’intérieur du domaine que nous avons essayé de définir dans la première partie de ce chapitre, puisque ce mīrī « était établi sur la totalité des revenus [des officiers en question] et non pas sur le produit de tel ou tel droit dont ils avaient la jouissance »111.

  • 112 Estève, Mémoire, 333. Shaw, Financial, 118-121 ; Ottoman Egypt, 137. Le māl-i ḫarāğ était ce qui é (...)
  • 113 Voir la liste de ces droits dans Shaw, Financial, 119-120. Estève, Mémoire, 335. Ğabartī, III, 141 (...)
  • 114 Ğabartī, III, 43, 141, 194 ; IV, 269.

82La ḥisba, qui est mentionnée dans les daftar des archives de la Citadelle comme muqāṭa‘a iḥtisāb Miṣr, relevait, nous l’avons vu, de l’odjaq des Čāwīšiyya, mais elle était en fait tombée au xviiie siècle sous le contrôle des Janissaires. Elle payait à la Trésorerie un total de 641.610 paras qui se décomposaient en 197.972 paras pour le harâg (dont le montant avait peu varié depuis le xviie siècle, puisqu’il s’élevait à 183.036 paras en 1004/1595-6) et 443.638 paras pour le kušūfiyya (257.640 en 1004)112. Les revenus de la charge se composaient de droits établis en sa faveur sur un certain nombre de corporations (surtout de commerçants de produits alimentaires), et de droits portant sur diverses denrées alimentaires (fruits et légumes), auxquels le muḥtasib ajoutait des revenus illégaux sous la forme de taxes de protection (mal ḥimāya). Les droits levés sur les métiers prenaient des formes variées : droits d’usage (‘awā’id), taxes journalières (yawmiyyāt), mensuelles (mušāharāt), annuelles (musāna-hāt)113. Il est naturellement difficile d’évaluer le montant global des sommes effectivement perçues par le muḥtasib au titre des contributions parfaitement régulières, des droits à demi légaux, et des exactions pures et simples. Peu de temps après le départ des Français, au mois d’août 1801, Ḥasan Agha Muḥarram, qui avait été nommé muḥtasib en juillet 1798, se vit réclamer le montant de ce que lui avait rapporté la ḥisba pendant les trois années d’occupation, soit deux cents bourses, ce qui aurait représenté un revenu annuel de 1.665.000 paras. Ce chiffre est très voisin du montant du traitement que Muḥammad ‘Alī, imitant ce qu’avaient fait les Français, décida d’allouer au muḥtasib en 1816, en remplacement des prestations qu’il recevait jusque là des maîtres de métiers et des commerçants : cinq bourses par mois soit 1.500.000 paras par an. Il est deux fois et demie plus élevé que le mīrī payé par le muḥtasib ; encore ne comprend-il pas les droits de légalité douteuse que levait le muḥtasib114.

  • 115 Estève, Mémoire, 333-4. Shaw, Financial, 146 ; Ottoman Egypt, 93. Sur le problème des protections (...)

83L’impôt que payait l’agha des Janissaires sur sa charge (45.382 médins en 1798) était sans rapports avec les revenus de tous genres qu’il tirait de l’exploitation des artisans et commerçants que contrôlait son odjaq. En dehors même des droits réguliers que les Janissaires levaient sur les abattoirs, les cafés, etc.. et sur lesquels nous reviendrons, ils en prélevaient de très nombreux dont nous ne connaissons pas le détail, par exemple sur les comestibles, et surtout ils profitaient de leur rôle de gardiens de l’ordre pour imposer des taxes de protection illégales globalement sur les corporations ou individuellement sur les artisans et les commerçants, taxes dont le rendement total était certainement très élevé115.

  • 116 Citadelle, daftar 4284/146 (1213/1798). Estève, Mémoire, 360. Shaw, Financial, 120-3 ; Ottoman Egy (...)

84L’amīn al-ḫurda payait à la Trésorerie 681.637 paras, plus 180.347 paras de kušūfiyya, soit au total 861.984 paras. Le total des droits que cet officier des ‘Azab était autorisé à lever sur les métiers qui dépendaient de lui (et dont une partie d’ailleurs ne concernait pas Le Caire) s’élevait à 995.922 paras, ce qui explique la remarque faite par Estève qu’en affermant ces droits « on n’en retira pas ce qui se payait à titre de myry ». Mais en plus de ces droits réguliers l’amīn al-ḫurda tirait des revenus considérables des taxes de protection (māl ḥimāya) qu’il imposait lui aussi aux artisans et commerçants116.

  • 117 Estève, Mémoire, 333, 336. Shaw, Financial, 148.

85Les trois wālī du Caire, de Būlāq et du Vieux Caire payaient la même imposition sur leurs charges respectives : 15.464 paras. En dehors du contrôle et de l’exploitation des métiers décriés, le wālī levait des droits sur la consommation et des taxes de protection sur les corporations urbaines117.

  • 118 Ḥusaïn Efendi, 9 b/57. Estève, Mémoire, 333, 335. Shaw, Financial, 147, n° 70 ; Ottoman Egypt, 38, (...)

86Le mi‘mār bāšī (chef architecte) payait à la Trésorerie 51.794 paras chaque année. Les corporations de maçons et d’architectes lui versaient un droit de 40 paras par jour pour chaque chantier en cours. Ses revenus étaient censés s’élever à plus de 1.000.000 de paras par an, somme considérable compte tenu de la modicité de son mīrī118.

  • 119 Ḥusaïn Efendi, 9 b/57. Estève, Mémoire, 333, 335. Shaw, Ottoman Egypt, 39, 64, 86.

87Le mīrī du ğabağī bāšī (chef armurier) était de 66.993 paras ; plus que les ’awâ’id qu’il prélevait sur les fabriques privées de poudre, c’était sans doute la possibilité qui lui était laissée de vendre la poudre qui restait, une fois ses obligations remplies envers l’État, qui lui assurait un profit qu’on estimait à 2.000.000 de paras à la fin du xviiie siècle119.

d) Les droits sur les métiers

88Les droits sur les métiers revêtaient deux formes principales : la ferme pouvait concerner un lieu de fabrication ou de vente (marché ou wakāla) ou une activité professionnelle. Mais il ne s’agissait là, naturellement, que des deux aspects complémentaires, l’un géographique et l’autre technique, d’une même réalité.

Courtiers, mesureurs, crieurs

  • 120 Estève, Mémoire, 333, 336. Citadelle, liste de 1219/1804.

89Estève mentionne parmi les impôts sur les charges le mīrī que payaient les « cheykhs el-delâlyn », au nombre de deux (un Turc et un Égyptien) soit 30.000 paras. Ils s’agit vraisemblablement du qalam qui est mentionné dans la liste de 1219, sous le nom de muqāṭa‘a mašaïḫa dallālīn Miṣr. Leurs fonctions les habilitaient à percevoir « un droit sur tous les courtiers qui font dans les marchés publics la vente des linges, hardes, habits, etc... »120.

  • 121 Aḥmad Čelebi, 156 a. Citadelle, VIII, 657 (1793), 704 (1796).

90Le pesage (qabbāna) constituait une ferme ainsi que l’indique un texte d’Aḥmad Čelebi où il est question d’un individu (mort en 1724) qui avait en sa possession les charges (waẓā’if) de peseurs pour lesquelles il payait une somme de 80.000 paras. Divers documents des archives de la Citadelle, datant des dernières années du xviiie siècle, concernent en effet des charges de peseur (waẓīfat al-wazn bi l-qabbān) à Bāb alSa’riyya et dans divers lieux de Būlāq (Ḥāra al-Ḫaṭīrī, al-Sabtiyya), ou encore pour divers produits vendus à Būlāq (pesage du concombre et du biscuit), etc.. On peut supposer soit que la ferme du pesage était divisée en un nombre considérable de sous-fermes, sur une base géographique ou technique, soit qu’il y avait autant de fermes différentes que de waẓā’if121.

  • 122 Thévenot, Relation d’un voyage, 302 ; Voyages, II, 500. Vincennes, B 9, 10 octobre 1798.

91Les crieurs publics, note Thévenot, étaient un « parti » (ferme) : le chef des crieurs l’achetait d’un « Tchiaoux » qui le tenait lui-même du « Bacha » et, en contrepartie de ses débours, il recevait une redevance des membres de sa corporation. Il est vraisemblable que le « droit sur les tambours pour la ville du Caire », qui était affermé en 1798 moyennant un versement de 70.000 paras au fisc, n’était pas autre chose que cette ferme des crieurs122.

Métiers de l’Alimentation

  • 123 Vincennes, liste de 1799. Vincennes, B 6 141, Daure à Kléber, 10 septembre 1799. Estève, Mémoire, (...)

92Le droit sur le blé qui se vendait à la wakāla de Bāb al-Ša‘riyya au Caire (muqāṭa‘a rusūm ruq‘a Bāb al-Ša‘riyya) était affermé en 1799 pour une somme de 360.000 paras. Il s’agissait d’une muqāṭa‘a privée, non assujettie, avant 1798, au paiement du mīrī123.

  • 124 Vincennes, liste de 1799. Estève, Mémoire, 364.

93Le document de 1799 sur les adjudications des fermages mentionne également un droit sur la semence du trèfle, du lin et du carthame perçu sur les marchandises séjournant dans l’okel correspondant de Būlāq (wakālat al-barsīm wa bizr al-kittān wa l-qurṭum) qui était proposé pour une somme de 145.000 paras. Ce droit ne payait pas de mīrī124.

  • 125 Vincennes, liste de 1799. Estève, Mémoire, 363. D’après Ḥusaïn Efendi (17 b/ 49) cette taxe était (...)

94Le droit sur l’okel du riz à Būlāq (wakāla al-Aruzz) était une muqāṭa‘a privée dont les propriétaires, d’après Shaw, recevaient chaque année 220.000 paras. Ce qalam fut proposé pour l’adjudication en 1799 pour 105.000 paras125.

  • 126 Evliya Čelebi, X, 365. Aḥmad Čelebi, 193 a.

95Un droit de protection sur les moulins dut exister d’une manière à peu près continue aux xviie et xviiie siècles. Evliya Čelebi signale que, des 1.200 moulins du Caire, une partie était du domaine du muḥtasib, le reste se trouvant sous la protection (himaye) des odjaqs et des aghas. D’autre part Aḥmad Čelebi signale qu’en 1727 l’agha des Janissaires, Sulaïmān, établit sur chaque moulin (ṭāḥūn) une taxe de deux riyāl par semaine126.

  • 127 Damurdāšī, 131. Qīnalī, 55 b. Aḥmad Čelebi, 240 a, 254 b.
  • 128 Vincennes, B 9, 10 octobre 1798.
  • 129 Vincennes, liste de 1799. Daure (Vincennes, B 6 141, 10 septembre 1799) donne le chiffre de 550.00 (...)

96Des nombreuses muqāṭa‘a établies par les Janissaires à leur profit sur les produits alimentaires, et vigoureusement dénoncées par les six odjaqs en 1709, nous ne connaissons que peu de choses. Le qalam des légumes et fruits de Rumaïla est cité dans les textes en raison des incidents qui se produisirent en 1733 lorsque, soucieux de lutter contre la hausse des prix, les émirs dominants décidèrent de sévir contre ‘Abdallah al-Bahūtī qui détenait, au nom des Janissaires, un grand nombre de qalam dont celui de Rumaïla. Un autre texte, concernant l’année 1736, indique que l’odjaq des ‘Azab prélevait lui aussi des droits de marché (maks) sur les légumes, à Rumaïla127. Poussielgue signale, le 10 octobre 1798, parmi divers droits à affermer, un droit sur les légumes, dont le titulaire devait verser 7.000 médins au fisc128. On peut mentionner également les droits qui étaient levés sur les wakāla des graines et des dattes du Caire et de Būlāq et qui étaient affermés pour 25.000 (wakāla du Caire), et 552.000 paras (wakāla de Būlāk, qui était sans doute l’okel des semences/ wakāla al-Abzār bi-Būlāq mentionné parmi les qalam mis en adjudication en 1799, pour une somme de 350.000 paras). Ces sommes étaient payées aux propriétaires privés des muqāṭa‘a qui ne versaient pas de taxes à la Trésorerie129.

  • 130 Vincennes, B 9, 10 octobre 1798 (liste de Poussielgue). Vincennes, liste de 1799. Estève, Mémoire, (...)

97Poussielgue mentionne, en octobre 1798, parmi divers droits qui n’avaient pas encore trouvé preneur, un droit sur les marchands de miel au Caire et à Būlāq qui devait être affermé pour une somme de 36.000 paras. Le propriétaire du droit sur l’okel du sucre à Būlāq (qalam wakāla al-Sukkar) tirait de sa muqāṭa‘a 300.000 paras par an130.

98Dans la liste de Poussielgue figure également un droit sur les fabriques de vinaigre au Caire et à Būlāq dont la ferme était, en 1798, estimée à 19.030 paras.

  • 131 Citadelle, daftar 4139/1, 4140/2 (1088/1677-8). Shaw, Financial, 114.

99La muqāṭa‘a du Sūq al-Aġnām qui donnait à son détenteur le droit de réglementer et de taxer le marché aux moutons du Caire faisait, au xviie siècle, partie de la Ḫaḍrā ; elle fut rattachée avec elle, en 1088/ 1677-8, à la grande muqāṭa‘a de la douane de Būlāq et du Vieux Caire, qui dépendait, comme nous l’avons vu, de l’odjaq des Janissaires. Son montant fut alors ramené de 575.000 à 191.667 paras, chiffre qui ne varia pas jusqu’à la fin du xviiie siècle131.

  • 132 Jemsel, Jewish travellers, 343. Vansleb, Nouvelle relation, 125. Aḥmad Čelebi, 95 b, 157 b. Ğabart (...)

100La ferme des abattoirs (salḫāna) était une des plus importantes d’Égypte. L’abattage du bétail devait avoir lieu à l’abattoir Sultanien, hors de Bāb al-Futūḥ. Le fermier de l’abattoir avait le droit de prélever 10 % de la valeur des animaux abattus, et il pouvait d’autre part vendre à son profit les peaux et abats. En contrepartie le multazim devait payer 46.000 paras à titre de kušūfiyya et fournir de la viande au wālī pour une valeur de 345.000 paras. Donnée d’abord au gouverneur du Caire, cette ferme passa aux Janissaires dès le début du xviie siècle ; elle leur assura des profits si considérables qu’elle figura au premier rang des avantages dont les autres odjaqs leur contestèrent la possession au début du xviiie siècle, notamment en 1709 et en 1725. C’est ‘Alī Bey qui enleva ce privilège aux Janissaires ; et il ne leur fut restitué que pour peu de temps par Ḥasan Pacha, en 1786. Le même Ḥasan Pacha s’efforça d’augmenter de 200.000 paras la somme que versaient les multazim de l’abattoir ; mais cette augmentation ne fut jamais payée et, après que Murād Bey et Ibrāhīm Bey eurent rétabli leur autorité, ils obtinrent, en 1792-3, que la ferme fût ramenée à son montant primitif. On estimait vers 1798 que les fermiers tiraient 1.391.000 paras de ce monopole, soit un bénéfice de 1.000.000 paras. Mais leur profit était certainement bien plus élevé encore car en 1800 la ferme fut adjugée pour 3.000.000 de médins132.

  • 133 Citadelle, daftar 4282/144 et 4283/145 (1212/1797-8). Estève, Mémoire, 361-2. Cette muqāṭa‘a n’est (...)

101Par contraste la petite muqāṭa‘a des sept boutiques de bouchers de viande de mouton de Būlāq (muqāṭa‘a māl ḥimāya yedi qit’a hānūt ğizārat al-ḫašin der bandar Būlāq) est un parfait exemple des taxes de protection qui s’étaient multipliées au xviiie siècle : créée en 1212/ 1797 cette muqāṭa‘a assurait à son titulaire le droit de contrôler et de taxer sept boutiques de bouchers qui sont consciencieusement énumérées dans le daftar de la Citadelle, moyennant le versement à la Trésorerie impériale d’un mīrī de 500 paras133.

  • 134 Damurdāšī, 445.

102De la muqāṭa‘a du marché au poisson (Sūq al-Samak) nous ne savons rien sauf que, lorsque l’on connut au Caire l’ordre du Sultan interdisant aux miṣirliyya (membres des odjaqs du Caire) de prendre des muqāṭa‘āt (en 1151/1738-9), le pacha en convoqua le titulaire en même temps que ceux des principales fermes134.

  • 135 Citadelle, daftar 4212/74 et 4213/75 (1163/1750-1), 4282/144 et 4283/145 (1212/1797-8). Estève, (...)

103La taxe de protection sur la wakāla du poisson salé de Būlāq (māl ḥimāya wakāla Fasīḫ), mentionnée plus haut, était, comme la muqāṭa‘a sur les sept boucheries, une création privée assez récente (1750) qui avait reçu la sanction de l’autorité moyennant le paiement d’une somme infime : 312 paras par an. Le poisson salé arrivait à Būlāq en provenance de Damiette ; le propriétaire de la wakāla où il devait être vendu jouissait, moyennant ce modeste versement au Trésor, « de quelques légers droits dont les marchands lui [faisaient] le paiement »135.

Textiles, étoffes et cuirs

  • 136 Estève, Mémoire, 364. Vincennes, liste de 1799. Shaw, Financial, 140, n° 7.

104Les wakāla du coton à Būlāq, Damiette, Rosette, Maḥalla al-Kubrā, Manṣūra et Samanūd appartenaient à une seule muqāṭa‘a qui dépendait du corps des ‘Azab et qui était affermée à des multazim pour 2.195.000 paras : les multazim levaient 90 paras par balle de coton d’Égypte et 360 par balle de coton de Syrie. Cette ḥādiṯat al-quṭn bi-Būlāq wa Dimiyāt wa l-Maḥalla wa l-Manṣūra fut proposée à l’adjudication en 1799 pour une somme équivalente, 1.980.000 paras136.

  • 137 Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804.
  • 138 Citadelle, daftar 4221/83 (1175/1761-2). Shaw, Financial, 130.
  • 139 Vincennes, liste de 1799. Vincennes, B 6 141, Daure, 10 septembre 1799.

105Il y avait d’autre part plusieurs fermes sur les wakāla du coton à Būlāq qui paraissent distinctes de cette muqāṭa‘a. La liste des aqlām mises en adjudication en 1799 mentionne un droit sur « l’okel du coton à Boulaq » (wakāla al-Quṭn) d’un montant de 300.000 paras137. La taxe de protection sur la wakāla du coton et des graines de Būlāq (māl ḥimāya ‘an wakāla Quṭn wa Abzār) était enregistrée dans les daftar financiers : créée en 1175/1761-2, elle avait été donnée en iltizām au corps des Janissaires qui, en compensation, devait payer 500 paras à la Trésorerie et 187.500 paras à divers waqf publics. De la date de sa création à 1207/1792-3 le multazim en fut ‘Abd al-Raḥmān Katḫudā Qāzdaġlī presque sans interruption138. Le « droit sur les quincailleries de l’okel du coton à Boulaq » (wakāla al-Quṭn wa 1-Masbak) est mentionné dans la liste des fermes de 1799, pour un montant de 120.000 paras ; mais Daure signale un peu plus tard, en septembre 1799, que ce droit avait été en fait adjugé pour 239.000 paras139.

  • 140 Citadelle, daftar 4177/39 (1128/1716-7) ; 4207/68 (1160/1747-8). Shaw, Financial, 115, 129 n° 14.
  • 141 Citadelle, daftar 4139/1. Shaw, Financial, 114.
  • 142 Shaw, Financial, 140, n° 3.

106Plusieurs fermes concernaient les marchés du lin du Caire, de Būlāq et de Ğīza. La taxe de protection établie sur les marchés du lin et du coton dans le port de Būlāq (māl ḥimāya kittān wa Quṭn der bandar Būlāq) avait été créée en 1128 (1716-7) et jointe à la Ḫaḍrā : elle payait alors 3.000 paras au Trésor ; elle en fut ensuite séparée en 1748 pour former une muqāṭa‘a distincte ; son montant fut porté de 3.120 paras à 249.986 paras (en 1175/1761-2) dont 237.250 furent distraits, à partir de 1183 (1769-70), à l’intention du qapūdān de Suez, le Trésor continuant de percevoir 12.736 paras sur cette ferme qui dépendait des Janissaires140. La muqāṭa‘a kittān wa nuḥās qui donnait à son titulaire le droit de réglementer et de taxer la vente du lin et du cuivre au Vieux Caire dépendait de la muqāṭa‘a Ḫaḍrā : elle fut rattachée, avec celle-ci, à la douane de Būlāq en 1088 (1677-8) avec un mīrī réduit de 312.500 à 104.167 paras qui ne devait plus varier jusqu’en 1798141. A la différence des deux fermes précédentes, qui payaient des taxes à la Trésorerie, la ferme des wakāla du lin du Caire et de Ğīza n’appartenait pas au domaine Sultanien : ses propriétaires recevaient chaque année 278.000 paras des adjudicataires142.

  • 143 Shaw, Financial, 141, n° 12.

107La ferme des wakāla de la soie au Caire, qui rapportait à ses propriétaires 100.000 paras par an, était également une ferme privée143.

  • 144 Citadelle, liste de 1219/1804.

108La ferme du battage (?) du coton (muqāṭa‘a rusūm madaqq al-Quṭn der Miṣr) n’est mentionnée que par la liste des aqlām de 1219 (1804-5)144.

  • 145 Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804. D’après Ḥusaïn Efendi, le droit sur la wa (...)
  • 146 Citadelle, daftar 4267/129 et 4268/130 (1205/1790-1). Shaw, Financial, 130, n° 26.
  • 147 Estève, Mémoire, 361, 362, 376.

109Parmi les aqlām mentionnés dans le document sur les adjudications de 1799, figure un « droit sur le safranum à Boulaq et au Caire », dont le commerce était concentré au Ḫān al-‘Uṣfur (c’est ainsi qu’est désignée cette ferme dans la version arabe du document et dans la liste des aqlām de 1219 : muqāṭa‘a Ḫān ou wakāla al-‘Uṣfur). Le droit sur le safranum (ou carthame) était adjugé à un prix particulièrement élevé (900.000 paras en 1799), ce qui s’explique par l’importance qu’avait prise le commerce de ce produit d’exportation vers la fin du xviiie siècle145. A ce droit avait été ajoutée la taxe de protection sur la wakāla du carthame (muqāṭa‘a māl ḥimāya wakāla ‘Uṣfūr — sic — Miṣr) qui fut établie en 1205 (1790-1), mais presque aussitôt supprimée (en 1207/1792-3) : le multazim en avait été Riḍwān Bey qui payait à la Trésorerie une taxe de 5.000 paras146. Enfin Estève mentionne une ferme de « l’okel du safranum » de Būlāq dont le multazim devait payer un mīrī de 5.000 paras et ajoute que le carthame qui arrivait au Caire était obligatoirement déposé à la wakāla de Būlāq où il était vendu après que le propriétaire de la wakāla eut perçu « les droits dont les 5.000 médins qu’il payait au Trésor lui donnaient la jouissance ». Toujours d’après Estève c’est Ismā‘ïl Bey qui aurait imposé ce mīrī sur la wakāla du safranum de Būlāq147.

  • 148 Tribunal, ‘Ask., v. 164, 113 (1753). Estève, Mémoire, 364. Vincennes, liste de 1799. Shaw, Financi (...)

110Les wakāla de l’indigo (wakāla al-Nīla) de Būlāq et du Caire constituaient une ferme privée dont le propriétaire recevait chaque année 130.000 paras du multazim. D’après un document des archives du Tribunal, le cheikh des teinturiers (ṣabbāġīn) était en 1753 multazim al-nīla, c’est-à-dire vraisemblablement fermier de la wakāla148.

  • 149 Tribunal, ‘Ask., v. 129, 325 (1729). Aḥmad Čelebi, 251 b. Vincennes, B 9, 10 octobre 1798.

111De même le cheikh des ḥarīriyya (tisserands en soie et marchands de tissus de soie) doit avoir été souvent multazim de la teinturerie du Sultan (maṣbaġat al-sulṭān), comme ce fut le cas entre 1729 et 1736 du Ḥāğğ Ḥusaïn. En 1798 les droits sur la teinturerie de la soie étaient affermés pour 218.280 paras149.

  • 150 Ibn Abî l-Surūr, 72 b. Paris 1854, 167 b. Zubda, 7 b. Marcel, Histoire de l’Égypte, 215.

112C’est à Muḥammad Pacha (1637-1640) que l’on attribue, entre autres maẓālim (abus), l’institution d’un droit pesant sur les métiers des tisserands du Caire (anwāl al-qazzāzīn). Maqṣūd Pacha (1642-1644) le supprima ensuite. Il semble que cette ferme fut ensuite rétablie, mais nous n’en avons cependant trouvé aucune mention ultérieure150.

  • 151 Estève, Mémoire, 364. Citadelle, liste de 1219/1804.

113C’est dans le cadre de deux muqāṭa‘a privées qu’était affermé le droit de taxer l’impression d’une part des toiles du pays (muqāṭa‘a baṣma baladī), d’autre part des toiles de l’Inde (m. rusūm baṣma hindi: signalés par Estève, ces droits sont mentionnés dans la liste des aqlām de 1804-5151.

  • 152 A.N., Alexandrie, B 1 108, 22 juin 1755. C.G.M., J 734, 17 septembre 1755. A.N., Caire, B 1 336, 6 (...)

114L’appalte sur les cuirs dont il est très souvent question dans les documents consulaires français aux xviie et xviiie siècles n’est sans doute pas autre chose que la ferme de la wakāla des cuirs (al-ğild) de Būlāq qui était une des plus importantes, en raison du rôle que tenaient les cuirs dans le commerce d’exportation de l’Égypte, et en raison des profits considérables qu’en tiraient ses multazim. Suivant le point de vue auquel on se place on peut la considérer comme un monopole, les fermiers ayant l’exclusivité du commerce des cuirs, ou comme un droit pesant sur la wakāla où le négoce des cuirs était surtout concentré. Cette ferme était entre les mains des Janissaires qui l’exploitaient en général au moyen de sous-fermiers juifs. C’est sans doute son antipathie pour les hommes d’affaires juifs qui poussa ‘Abd al-Raḥmān Katḫudā à prononcer, en 1755, la dissolution de la ferme des cuirs et à rendre la liberté à ce commerce. Mais la ferme fut rétablie assez rapidement : en 1777 Ibrāhīm Bey, cherchant à obtenir un prêt de 100 bourses des négociants français et vénitiens, leur proposa, sans succès, de leur vendre en contrepartie « l’Hôtel de la ferme des cuirs ». En 1799 le « droit sur l’okel des cuirs » (muqāṭa‘a wakāla al-Ğild) était proposé à l’adjudication pour une somme de 810.000 paras152.

  • 153 Citadelle, daftar 4139/1. Vincennes, liste de 1799. Vincennes, B 6 141, 10 septembre 1799. Shaw, F (...)

115La ferme de la tannerie des cuirs (muqāṭa‘a dabāġḫāna) avait constitué pendant le xviie siècle une muqāṭa‘a indépendante dont les multazim, tantôt juifs et tantôt membres des ‘Azab, des Mutafarriqa ou des Čāwī-šiyya, payaient au Trésor la somme considérable de 1.135.800 paras. En 1088/1677-8 la dabāġḫāna fut rattachée à la douane de Būlāq et passa donc sous le contrôle des Janissaires, avec un mīrī réduit à 378.600 médins dont le montant ne devait plus changer jusqu’à la fin du xviiie siècle. Lors de l’adjudication de 1799, le « droit sur le tannage et la teinture des cuirs, au Vieux Caire et à Bāb Zouyleh » (al-madābiġ) figurait parmi les aqlām avec un montant de 175.000 paras, mais il fut effectivement adjugé pour 280.000153.

Divers métiers

  • 154 Qīnalī, 12 b. Damurdāšī, 102.

116Le pilage du café constituait, à la fin du xviie et au début du xviiie siècle, un domaine réservé à l’odjaq des Mutafarriqa ; aussi cet odjaq manifesta-t-il en 1697 une vive opposition contre les projets de Yāsif al-Yahūdī qui projetait, entre autres, l’institution d’un monopole du pilage du café au profit de la Trésorerie impériale. Cette idée fut reprise vers 1700-1, lorsque la Porte voulut installer dans le palais d’Aqbardī une pilerie à café (madaqq butin qahwa) et arrêter le fonctionnement de toutes les pileries et moulins à café (al-madaqqāt wa ṭawāḥīn al-bunn)154.

  • 155 Chabrol, Essai sur les mœurs, 438. Clerget, Le Caire, II, 74.

117Si nous ne savons guère quelle forme avait prise l’exploitation de cette branche d’activité par les Mutafarriqa, nous sommes par contre assez bien renseignés sur la ferme des cafés du Caire que contrôlait l’odjaq des Janissaires. Le Katḫudā des Janissaires, note Chabrol, était habituellement investi de la surveillance des cafés, « charge dont il [payait] la ferme au gouvernement ». Chacun des 1.200 cafés du Caire versait au fermier un léger droit au commencement de l’année, entre 10 et 40 médins. On ne pouvait exploiter de café sans son autorisation et c’était lui qui était chargé de la police intérieure de ces établissements155.

  • 156 Ḥusaïn Efendi, 8 b/58. Shaw, Financial, 140 n° 6. Shaw range cette muqāṭa‘a parmi les fermes privé (...)

118Les wakāla aux épices du Caire constituaient une muqāṭa‘a qui rapportait annuellement 200.000 paras à ses détenteurs. D’après Ḥusaïn Efendi la wakāla al-bahār payait un mīrī en compensation des redevances (‘awa’id) que percevaient ses propriétaires sur les épices156.

  • 157 Citadelle, daftar 4170/31 (1121/1709-1710) ; 4282/144, 4283/145 (1212/ 1797-8) ; 4284/146 (1213/17 (...)

119Le māl ḥimāya Uğla, créé en 1121/1709, était, d’après Shaw, une taxe de protection établie sur le détenteur de la muqāṭa‘a pour l’achat de l’or pur en provenance d’Uğla (située dans le sud de la Libye moderne) à l’intention de la Monnaie. Le fermier de cette muqāṭa‘a, qui figurait dans les daftar financiers, devait au Trésor un mīrī de 26.000 paras à l’origine qui était réduit à 1.623 paras en 1798. Elle dépendait de l’odjaq des Janissaires. D’après les indications mentionnées dans les daftar des années 1213 (1798-9) et 1218 (1803-4), cette muqāṭa‘a portait sur la wakāla de Būlāq où descendaient les marchands d’esclaves (ğallāba asīr) au moment où ils partaient vers le Maghreb pour poursuivre leur trafic. Il est vraisemblable que cette ferme concernait à la fois un commerce, celui des produits d’Afrique centrale (essentiellement l’or et les esclaves), et le local où s’exerçait cette activité. Il y a tout lieu de penser que le « droit sur la vente des esclaves noirs » mentionné par Estève n’était pas autre chose que cette muqāṭa‘a d’Uğla : d’après Estève un multazim était propriétaire du droit sur la vente des esclaves qui ne pouvait avoir lieu au Caire que « dans un okel, où son agent perçoit le droit et délivre le titre nécessaire pour constater la vente » ; cet acte qui devait être signé par le multazim précisait le sexe et le nom de l’esclave, le lieu de la vente, le nom du vendeur et de l’acheteur ; il devait être fourni lors des ventes ultérieures, ou de l’affranchissement de l’esclave. Le détenteur de ce droit devait à la Trésorerie un mīrī de 1.623 paras157.

  • 158 Citadelle, daftar 4174/36, 4175/37 (1126/1714-5) ; 4177/39 (1128/1716-7). Non mentionnée par Shaw.

120Tout à fait comparable à la précédente était la taxe de protection qui avait été établie vers 1714-5 sur la vente des esclaves au Ḫān al-Ḫalīlī (muqāṭa‘a ḥimāya pengikči aq asīr wa mustaḫrağ qara asīr). Elle payait un mīrī de 27.000 paras et appartenait aux Janissaires. En 1128 (1716-7) elle fut rattachée à la douane de Būlāq, dont elle ne cessa plus de dépendre jusqu’à la fin du siècle158.

  • 159 Tribunal, ‘Ask., v. 179, 250 (1766).

121Nous n’avons que très peu de renseignements sur la ferme de la wakāla al-Ğallāba (Ḫān Surūr) dont un document des archives du Tribunal daté de 1766 nous livre seulement le nom du multazim, à propos de la succession d’un tāğir en étoffes qui y avait un ḥāṣil159.

  • 160 Estève, Mémoire, 364-5. Vincennes, B 6 27, 31 juillet 1799 ; 39, 21 août 1799. Citadelle, liste de (...)
  • 161 Citadelle, daftar 4201/63 (1155/1742-3). Estève, Mémoire, 361-2. Breton, L’Égypte et la Syrie, IV, (...)
  • 162 Qīnalī, 40 b. Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804.

122Plusieurs fermes intéressaient les métiers des métaux précieux. Le fermier du qalam de la « Salle de l’argent » (qā‘at al-fiḍḍa) levait des droits sur les ouvriers qui préparaient l’or et l’argent destinés à la broderie ; s’y ajoutaient, suivant une habitude assez répandue dans l’organisation fiscale de l’Égypte, un certain nombre d’autres droits, sur les dents d’éléphants, la nacre, etc.. Cette muqāṭa‘a, qui n’était pas soumise au mīrī, fut proposée à l’adjudication, en 1799, pour 300.000 paras160. En 1155/1742 fut établie une taxe de protection sur l’amīn damga, officier de la Monnaie qui était chargé de vérifier le titre des objets d’argent et d’or en vue de leur marque (māl ḥimāya amīn ḍamġa). Le droit sur la marque de l’or et de l’argent était concédé contre versement au Trésor d’un mīrī dont le montant varia peu : 10.000 médins au moment de la création de la ferme, 10.400 à partir de 1175 (1761-2) et jusqu’à la fin du xviiie siècle. Cet iltizām appartenait à l’origine aux Janissaires ; il passa ensuite sous le contrôle des beys161. La liste des aqlām mis en adjudication en 1799 mentionne une ferme du « droit sur la place des orfèvres au Caire » (al-Ṣāġa) dont le montant était de 112.500 paras. Cette ferme évidemment ancienne, puisqu’un texte relatif à des événements survenus en 1703 parle du multazim al-Ṣāġa, fut peut-être à un certain moment unie à la ferme précédente : la liste des aqlām de 1219 mentionne une muqāṭa‘a badal iltizām al-ḍamġa wa l-Ṣāġa Miṣr162.

  • 163 Vincennes, liste de 1799 (wakālat al-Ṣābūn wa bizrat al-nīla : prix de l’adjudication 503.500 para (...)

123Les wakāla du savon (wakāla al-Ṣābūn) du Caire et de Būlāq constituaient des muqāṭa‘a privées dont les propriétaires recevaient respectivement 300.000 et 307.000 paras. Compte tenu de l’importance de ce produit dans le grand commerce du Caire, le multazim de la wakāla al-Ṣābūn (qui était généralement un tāğir en savon) était un personnage considérable163.

  • 164 Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804. Shaw, Financial, 140.
  • 165 Citadelle, daftar 4278/140 (1209/1794-5). Estève, Mémoire, 361-2. Ce droit n’est pas mentionné par (...)

124La fabrication du sel ammoniac (nušādir) était affermée au profit du corps des ‘Azab : ceux-ci levaient un droit annuel de 900 paras sur chaque four ou affermaient ce droit pour un paiement annuel de 220.000 paras. Dans la liste des aqlām de 1799 le « droit sur le sel ammoniac au Kaire et à Boulaq » (fabriques de sel ammoniac du quartier al-‘Uṭūf et de Būlāq : ma‘āmil al-nušādir bi-l-‘Uṭūf wa Būlāq) figure pour une somme de 216.000 paras164. Une taxe de protection fut établie en 1794-5 sur la fabrique d’ammoniac de Būlāq (muqāṭa‘a māl ḥimāya ma‘mal nušādir der Būlāq: moyennant 1.500 médins payés au Trésor, les multazim avaient le privilège exclusif de fabriquer et de vendre l’ammoniac165.

  • 166 Citadelle, liste de 1219/1804. Montants indiqués pour ces fermes : 1.350 et 300.

125La liste des aqlām de 1219 (1804-5) mentionne deux muqāṭa‘a qui ne sont mentionnées nulle part ailleurs : ferme du charbon de Būlāq (muqāṭa‘a... al-faḥm... der Būlāq), et ferme du cheikhat des calfatiers de Būlāq (muqāṭa‘a mašaïḫa qalfaṭğiyān der Būlāq)166.

  • 167 Estève, Mémoire, 364. Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804. Shaw, Financial, 14 (...)

126Les wakāla du Caire et de Būlāq où l’on vendait les chevaux, les chameaux, les ânes et les mulets, constituaient une ferme privée. Cette muqāṭa‘a était établie au profit du qāfila bāšī qui l‘alīénait à des multazim pour 230.000 paras par an. En 1799 le qalam des droits « sur le marché aux chevaux à Boulaq et à Roumyleh » (ḫaïmat al-Rumaïla) fut effectivement proposé pour l’adjudication pour un montant de 220.000 paras167.

  • 168 Vincennes, B 9, 10 octobre 1798.

127Il y avait enfin un droit sur les cimetières publics, et un droit sur « les sépulcres au Caire et à Boulak » que Barthélémy demanda à affermer en 1798 et qui avaient rapporté 36.000 et 12.867 médins au fisc durant l’année précédente. Nous n’avons pas trouvé d’autres informations sur ces deux fermes168.

Les métiers déconsidérés

128Nous avons eu déjà l’occasion de constater que, pris entre le désir de servir leurs intérêts matériels et le souci de respecter les principes de la religion et de la morale, les gouvernants égyptiens avaient en général ménagé les premiers, en exploitant fiscalement les métiers déconsidérés, tout en se conformant occasionnellement aux seconds, en prenant contre les mauvais lieux des mesures apparemment peu efficaces puisque périodiquement renouvelées.

  • 169 Vincennes, B 6 37, 6 décembre 1799. Citadelle, liste de 1219/1804. Estève, Mémoire, 364-5. Shaw, F (...)
  • 170 Vincennes, B 6 36, Menou, 19 novembre 1799.
  • 171 Ḥusaïn Efendi, 49 a/21.

129Les eaux-de-vie et les boissons fermentées ne se fabriquaient que dans les maisons des chrétiens et des juifs. La Trésorerie ne pouvait pas lever des taxes sur une activité aussi illicite. Mais au cours du xviiie siècle les Janissaires qui s’étaient assuré le contrôle de la confection et du débit de l’‘araq en firent une ferme qui était exploitée à leur profit par des multazim chrétiens et juifs : J. S. Shaw estime qu’elle leur rapportait en moyenne 3.500.000 paras par an, ce qui est confirmé par les chiffres que l’on peut tirer des documents de l’Expédition, ce privilège ayant alors été affermé par les Français pour 240.000 médins par mois, soit 2.880.000 paras par an169. A cette ferme des droits sur le vin et l’‘araq de dattes et de raisin sec (muqāṭa‘a rusūm ḫamr wa ‘araqī bimā fīhā... al-balaḥ wal-zabīb) qui est inscrite dans la liste des aqlām de 1219, s’ajoutait ce que, au temps de l’occupation française, on appelait le « droit du chameau » qui portait sur l’eau-de-vie faite avec du hachisch ainsi qu’avec de la graine de chanvre et de lin : en 1799 le droit du chameau avait été affermé pour 43.200 livres soit 1.209.600 paras170. Enfin les odabaši des Janissaires percevaient des droits sur les tavernes (ḫamāmīr)171.

  • 172 Qīnalī, 179 b. Aḥmad Čelebi, 235 a. Damurdāšī, 394. Ğabartī, I, 144. Vincennes, B 9, 10 octobre 17 (...)

130Le contrôle que le wālī exerçait sur les débits de boisson et les maisons de tolérance lui valait de percevoir des droits (‘awā’id) d’un montant très appréciable : lorsque ‘Abdallāh Pacha décida de supprimer les mauvais lieux en 1731, il alloua au wālī, en compensation, un traitement mensuel de 25.000 niṣf fiḍḍa, soit 300.000 paras par an ; c’est à la même somme d’une bourse par mois que Ḥusaïn Efendi évaluait le traitement du wālī en 1801. D’après Poussielgue, en 1798, la ferme du seul droit sur les filles publiques rapportait au fisc la somme de 97.000 paras172.

  • 173 Ibn Abī l-Surūr, 72 b, 80 a. Marcel, Histoire de l’Egypte, I, 215. Zubda, 7 b.

131Les chroniqueurs égyptiens mentionnent l’institution par Muḥammad Pacha (1637-1640) d’un droit sur les chanteuses (maġānī) et les danseuses (ğinkiyyāt) que l’amīr šakkār était chargé de percevoir. Ce droit, et cette charge, figurent parmi les divers abus que Maqṣūd Pacha supprima peu après, mais qui furent rétablis par la suite173.

3. Conclusions

Poids de la charge fiscale

  • 174 Ḥusaïn Efendi signale, parmi les taxes levées par la Trésorerie, le mīrī des cheikhs de souqs (mīr (...)
  • 175 Cinquante-trois wakāla sont citées dans un document des archives de Vincennes déjà utilisé (B 6 11 (...)
  • 176 Nous citerons deux faits à l’appui de cette évaluation : vers 1642-3 Maqṣūd Pacha ne supprima pas (...)

132Les informations chiffrées que nous venons de donner concernent 90 fermes, dont 54 portant sur des métiers ou des centres économiques. Ce total est évidemment très inférieur au nombre réel des muqāṭa‘āt publiques et privées. Le Caire comptait plus de deux cents corporations de métiers dont la plupart étaient vraisemblablement soumises au paiement de taxes, les cheikhs des tā’ifa jouant dans ce cas le rôle de fermiers de leur charge, au profit des Puissances qui les exploitaient174. De même les wakāla les plus importantes constituaient certainement des fermes : sur la cinquantaine de wakāla qui se trouvaient à Būlāq treize sont mentionnées dans notre liste des fermes175. Il ne paraît donc nullement exagéré de supposer que le nombre total des muqāṭa‘āt urbaines, fermes privées, droits de consommation de tous genres, s’élevait à plusieurs centaines176.

133Que la fiscalité officielle et privée qui pesait sur Le Caire fût complexe, la multiplicité et la variété des taxes, l’enchevêtrement des différents types de taxation le montrent suffisamment. Sa lourdeur ne paraît pas moins évidente, bien que, faute d’un recensement plus complet, il soit difficile de la chiffrer avec précision. Si nous faisons le total des sommes perçues par les fermiers « principaux » des droits que nous avons énumérés plus haut, nous arrivons au résultat suivant :

  • 177 Vincennes, B 6 11, 9 novembre 1798. Les « revenus ordinaires » de Rosette sont détaillés dans un a (...)
  • 178 L’imposition sur les corporations (ḥiraf al-ṣanā’i‘iyya wa l-mutasabbibīn) fut créée par Menou à l (...)
  • 179 Il faut remarquer en effet que les liens bien connus de Menou avec Rosette et ses habitants l’amen (...)

134Soit un peu plus de 15.000.000 de paras qui ne représentent de toute évidence qu’une fraction de la charge réelle, puisque nous ne connaissons qu’une partie des fermes existantes, mais, il est vrai, probablement les plus importantes. Grâce à l’exemple de Rosette dont les documents de l’Expédition de 1798 nous font connaître, avec assez de précision, la fiscalité, nous disposons d’un terme de comparaison qui nous permettra de faire quelques hypothèses sur la situation du Caire de ce point de vue : dans ce centre provincial l’ensemble des impositions pesant sur les activités économiques (métiers et marchés, à l’exclusion des douanes) était affermé, en 1798, pour 1.350.000 paras, soit un montant moyen d’environ 100 paras par habitant177. Comme Le Caire comptait 300.000 habitants et Rosette environ 15.000, la simple application à la capitale du chiffre moyen trouvé pour Rosette donnerait une trentaine de millions de paras comme montant de l’affermage des muqāṭa‘āt. Mais le chiffre réel était beaucoup plus élevé car l’activité économique était évidemment plus intense au Caire qu’à Rosette, ainsi que le montre la comparaison entre le montant de l’imposition levée en 1800 sur les corporations du Caire, de Būlāq et du Vieux Caire (1.050.000 francs) et le montant de celle qui était exigée de Rosette (15.000 francs) : ces montants étaient dans une proportion de 70 à 1 alors que les chiffres de population des deux agglomérations étaient dans une proportion de 20 à 1 seulement178. Même si le coefficient de 3,5 auquel on aboutit paraît un peu excessif179 on peut estimer que le montant total des fermes du Caire était plus proche de cent que de cinquante millions de paras.

  • 180 Shaw, Financial, 95-7.

135Dans ces conditions, compte tenu du fait que les sommes effectivement payées par les assujettis étaient quatre, cinq ou même six fois plus élevées que le montant originel des fermes, compte tenu aussi du fait qu’on doit leur ajouter toutes les perceptions effectuées au titre de la douane de Suez et une partie de celles des quatre autres douanes (soit plus de cent millions de paras au total), il ne paraît nullement déraisonnable d’évaluer à un montant situé entre 400 et 500.000.000 de paras le prélèvement opéré sur la population active du Caire, vers la fin du xviiie siècle, sous forme de muqāṭa‘āt publiques et privées, par la Trésorerie, les odjaqs, les beys, les Mamelouks et leurs sous-fermiers (soit en moyenne environ 1.500 paras par habitant). A cette époque la population rurale égyptienne payait 87 millions de paras sous forme de ḫarāğ à destination de la Trésorerie, 49 millions sous forme de kušūfiyya pour les gouverneurs provinciaux, et 274 millions sous forme de fā’iḍ et de barrānī pour les multazim et leurs agents, soit un total de près de 412 millions de paras (environ deux cents paras par habitant de la campagne)180. Dans la mesure où il nous est permis de rapprocher de ce chiffre l’évaluation fort hypothétique que nous avons faite pour la taxation urbaine, on voit que les habitants du Caire supportaient une charge fiscale plus élevée que celle qui pesait sur les fellahs égyptiens.

Alourdissement de la charge fiscale

  • 181 Estève, Mémoire, 396. Ḥusaïn Efendi, 12 b/53. Shaw, Ottoman Egypt, 61, 164-7. Shaw a bien montré, (...)

136Il est très difficile de décrire l’évolution de la charge fiscale globale du xviie au xviiie siècle : les seules informations continues que nous possédions concernent le prix d’adjudication des muqāṭa‘āt publiques enregistrées dans les daftar des archives de la Citadelle. Dans ces limites le premier fait à noter est la stabilité du mīrī payé à la Trésorerie impériale entre 1670 et 1798. Comme les sommes perçues étaient payées dans une monnaie qui se dévalorisait au rythme que nous connaissons, les pachas essayèrent à plusieurs reprises d’obtenir une augmentation du mīrī, mais ils se heurtèrent à la résistance des émirs qui exploitaient les fermes, et ils n’obtinrent que des réajustements mineurs. Les muqāṭa‘āt publiques ne furent majorées, pour la plupart, que trois fois, en 1108 (1696-7), 1155 (1742-3), et enfin en 1174 (1760-1), chaque fois d’un muḍāf (augmentation) de 4 %. Au total le taux moyen d’augmentation du mīrī dépassa rarement 10 %, les seules exceptions majeures étant la douane des épices (augmentation de 36,1 % entre 1088/1677-8 et 1213/1798) et la ḫurda (augmentation de 17,4 %). La dernière tentative de ce genre date de Ḥasan Pacha qui essaya d’imposer en 1786 une augmentation substantielle de plusieurs muqāṭa‘a ; mais il nous semble précisément très significatif que, en dépit de la situation extrêmement favorable dans laquelle se trouvait alors le représentant de la Porte en Égypte, il ait été incapable d’obtenir que ces augmentations fussent effectivement levées181.

137Le second trait marquant durant cette période d’un siècle environ est la multiplication des fermes publiques. Il y avait en 1088 (1677-8) dix muqāṭa‘a concernant les douanes et huit muqāṭa‘a diverses : dans le siècle qui suivit il s’en créa sept et dix dans chacun de ces deux secteurs, en général à l’intérieur de périodes assez courtes : cinq muqāṭa‘a nouvelles entre 1709 et 1716 ; quatre entre 1757 et 1761 ; cinq entre 1790 et 1797. Mais ces muqāṭa‘a, à quelques exceptions près, étaient d’un très faible rapport pour la Trésorerie impériale : alors que le mīrī des 18 fermes existant en 1088 (1677/8) dépassait 13 millions, celui des 17 muqāṭa‘a créées au cours du xviiie siècle (dont trois disparurent d’ailleurs rapidement) atteignait tout juste 700.000 paras. Dans la plupart des cas il s’agissait vraisemblablement de la régularisation de fermes créées hors du domaine impérial, moyennant un versement de caractère presque symbolique à la Trésorerie. Si la Trésorerie ne ressentit que faiblement les effets de cette multiplication des fermes publiques, les bénéficiaires directs en tirèrent certainement un grand profit au détriment des sujets.

  • 182 Aḥmad Čelebi, 157 b.

138L’histoire de la fiscalité privée est malheureusement trop peu connue de nous pour que nous puissions faire autre chose que des suppositions à son sujet. Tout permet cependant de supposer que les fermes privées se multiplièrent à un rythme au moins aussi rapide que les muqāṭa‘āt publiques au xviiie siècle, et on peut imaginer ce que fut l’alourdissement global de la fiscalité publique et privée du xviie au xviiie siècle lorsqu’on sait que, entre 1672-3 et 1724-5, les « abus » des odjaqs (dans lesquels on faisait entrer les muqāṭa‘āt, la ḫurda et les douanes) avaient augmenté de 17 millions182.

Les bénéficiaires de la fiscalité

139Du point de vue de l’histoire de cette période, il n’est pas moins important de savoir quels furent les bénéficiaires d’une fiscalité officielle et privée dont nous venons de dire la lourdeur.

140En arrivant en Égypte, les Ottomans s’étaient efforcés d’établir un système fiscal leur permettant d’exploiter à leur profit les ressources du pays, et ils avaient voulu assurer à leur représentant au Caire des revenus substantiels pour étayer son autorité politique : c’est ainsi que le wālī s’était vu réserver le bénéfice de l’exploitation des douanes, et en particulier de la plus fructueuse de toutes, celle des épices. Mais au xviie siècle la part qui revenait à la Trésorerie et au pacha dans les revenus que procuraient les fermes commença à s’amenuiser au profit des multazim des muqāṭa‘āt. Les Puissances qui dominaient alors Le Caire, pacha, odjaqs, beys, se répartirent les profits proportionnellement à l’autorité dont disposait chacune d’entre elles, d’une manière relativement équilibrée jusque vers 1650-1660 : l’examen des daftar concernant les principales fermes montre qu’à cette époque aucun « domaine » fiscal n’est encore définitivement constitué. Sauf exception, la douane des épices, par exemple, qui restait réservée aux pachas, on voit se succéder comme multazim des muqāṭa‘āt, des représentants des différents groupes intéressés à leur exploitation : à la douane d’Alexandrie un bey (1036/1627-8), un fermier juif (1039/1629-30), Muṣṭafā Bey (1040/1630-1), Qāsim Agha (1043/1633-4), à nouveau un fermier juif (1045/1635-6) ; à la douane de Burullus des officiers des Mustaḥfiẓān, des Čāwīšiyya, des ‘Azab ; à la ḫurda, future « chasse gardée » des ‘Azab, des Čāwīšiyya, des Mustaḥfiẓān, des Mutafarriqa et des ‘Azab, etc...

141C’est après 1650 que la situation se modifia, et qu’à un régime en quelque sorte « ouvert » se substitua progressivement un ensemble de systèmes « clos », antagonistes et conquérants. Ce changement est sans doute à mettre en relation avec l’affaiblissement de l’autorité du pacha et avec l’effacement des beys qui laissaient aux odjaqs un champ presque libre : Puissances essentiellement urbaines, les milices s’attribuèrent alors la part du lion dans l’exploitation des artisans et des commerçants du Caire, cette « prise en mains » des métiers par les odjaqs, dont le choix fut peut-être orienté par le mouvement d’entrée des artisans et commerçants dans les milices qui approchait alors de son apogée, étant sans doute facilitée par les lacunes de l’organisation corporative et, en particulier, par l’absence de toute autorité supérieure aux cheikhs de métiers. Les beys et leurs mamelouks, quant à eux, s’assuraient l’essentiel de leurs revenus au moyen de l’exploitation de la terre, c’est-à-dire des paysans égyptiens. De toutes les milices, la plus puissante vers 1670 était celle des Janissaires : sa position politique dominante l’aida à mettre la main sur les principales fermes, dont la possession renforça encore son autorité. Le tableau 47 donne un aperçu de l’importance du domaine fiscal ainsi conquis par les Janissaires.

Tableau 47. Principales muqāṭa‘āt détenues par les Janissaires du milieu du xviie au milieu du xviiie siècle

Tableau 47. Principales muqāṭa‘āt détenues par les Janissaires du milieu du xviie au milieu du xviiie siècle

Notes : Abréviations : m. = muqāṭa‘a ; h. = ḥimāya ; w. = wakāla.
Les chiffres indiqués sont ceux de la fin du xviiie siècle.

142On voit comment le domaine fiscal des Janissaires se constitua définitivement dans les dernières décades du xviie siècle et comment il se renforça encore au xviiie siècle : entre 1700 et 1761, sur 7 nouvelles fermes créées en dehors des douanes, 5 dépendaient des Janissaires ; quant aux 4 fermes de protection sur les douanes établies pendant la même période, elles appartenaient à leur zone d’influence. On voit également la puissance financière dont disposaient ainsi les Janissaires qui détournaient très certainement à leur profit plus de la moitié de ce que produisaient les fermes urbaines.

143Comparée à ce quasi-monopole, la part des autres odjaqs dans les revenus urbains apparaît comme très modeste. Après avoir occupé une forte position parmi les odjaqs, les Mutafarriqa étaient en déclin marqué dès la première moitié du xviie siècle : ils avaient perdu la ḫurda et le baḥraïn (passés aux ‘Azab, ce dernier vers 1626-7), la muqāṭa‘a Sūq al-Aġnām (passée aux Janissaires), l’amāna šuwan (passé aux ‘Azab, sans doute avant 1698). Ils conservaient cependant un certain nombre de charges leur assurant contrôle et exploitation de plusieurs métiers : qāfila bāšī (revenus estimés à environ 500.000) ; mi‘mār bāšī (rapport estimé à plus de 1.000.000) ; ğabağī bāšī (rapport estimé à 2.000.000) ; plus le contrôle du pilage du café. Les Čāwīšiyya qui avaient apparemment perdu, au profit des ‘Azab, le contrôle des šuwan/anbār n’avaient plus guère en leur possession que la ḥisba qui, il est vrai, leur assurait une influence solide sur les métiers et les marchés du Caire (rapport approximatif : 1.665.000). En fait, seuls les ‘Azab pouvaient soutenir la comparaison avec les Janissaires en ce qui concerne l’exploitation des revenus urbains. Sans doute leur domaine avait-il subi quelques atteintes (perte de la mallāha, en 1691, et de la risāla, après 1709), mais ils avaient trouvé ailleurs quelques compensations : baḥraïn, pris aux Mutafarriqa (rapport estimé à 3.960.000) ; ḫurda, entrée en leur possession avant 1088/1677 (mīrī 861.984) ; amīn šuwan (mīrī : 294.332) ; mu‘arrifīn ; droits sur les comestibles à Rumaïla, avant 1736 ; kiijāla ğilāl Būlāq, droit créé en 1176/1762-3 ; ferme des wakāla du coton à Būlāq, Damiette, Rosette (rapport : 2.195.000 paras) ; ferme de la fabrication du sel ammoniac (nušādir) (rapport : 220.000 paras).

Notes

1 Suivant l’expression de Gibb et Bowen : ruling institution.

2 Mise au point sur la ḥisba dans E.I.2 (article de C. Cahen, M. Talbi et R. Mantran), III, 503-7. Pour la ḥisba au Caire à l’époque ottomane voir en particulier Shaw, Financial, 118-120 ; Ottoman Egypt, 137.

3 Voir les remarques de Ğabartī (IV, 280) à propos de Muṣṭafā Kurd.

4 Muḥtasib est le terme le plus fréquemment employé dans les textes, surtout dans Aḥmad Čelebi et Ğabartī. Mais on trouve souvent aussi amīn al-ḥisba ou amīn al-iḥtisāb (dans Damurdāšī et Qīnalī, et dans les documents du Maḥkama), et également nāẓir al-ḥisba ou al-iḥtisāb.

5 C’est la procédure décrite par Damurdāšī (p. 480) pour la nomination de Yūsuf Agha vers 1740.

6 Ğabartī, III, 150-1.

7 Shaw, Financial, 119.

8 Ğabartī, I, 309 (1769). Tribunal, ‘Ask., v. 205, 264 (1782). Ğabartī, II, 82 (1784) ; II, 182 (1790). Tribunal, ‘Ask., v. 227, 134 (1798).

9 Vincennes, Β 6 61, 15 janvier 1801. Tribunal, ‘Ask., v. 214, 327 (1788) : ‘Umar Katḫudā muḥtasib à Būlāq.

10 Les documents d’archives mentionnent un Katḫudā al-ḥisba... bi-Būlāq en 1722 (Tribunal, ‘Ask., v. 120, 196) et un Katḫudā al-ḥisba... Miṣr al-qadīma en 1800 (Citadelle, IX, 490).

11 Vincennes Β 6 61, 15 janvier 1801. Ğabartī, III, 207, 150 ; IV, 281, 280.

12 Sammarū baït al-ḥisba (Aḥmad Čelebi, 254 b).

13 Description : Qanṭara al-Dikka (350 F 14) ; et à proximité Darb Dikka al-ḥisba (375 L 6/7). Ğabartī, II, 218. Voir notre article Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām, 94-5. Dans un autre texte, évoquant les événements de 1817 et relatif à Aḥmad al-Maḥrūqī, Ğabartī parle de l’ancienne « estrade » de la ḥisba (dikkat al-ḥisba al-qadīma) (IV, 294).

14 Ğabartī, IV, 280.

15 Très nombreuses mentions dans les chroniques et dans les récits de voyage. K. tarāğim, 841. Damurdāšī, 17, 479, 481. Recueil des Séances, 230. Ğabartī, II, 177 ; III, 41, 88, 148, 244, 263, 287, 305 ; IV, 276, 299. Léon l’Africain, Description de l’Afrique, III, 391. Jacques Albert, Etat de l’Égypte, 80. Girard, Mémoire, 626. Chabrol, Essai sur les mœurs, 515. Samuel-Bernard, Notice sur les poids arabes, 240. Vincennes, Β 6 115, Arrêtés de Kléber, 4 octobre 1799 ; Β 6 132, Belliard, 6 février 1801. J.J. Marcel, Contes du Cheykh el-Mohdy, III, 398-9. Germain Martin, Les bazars du Caire, 69-72.

16 Liste établie d’après un document des archives de Vincennes (B 6 61, 15 janvier 1801) et d’après Shaw, Financial, 119.

17 Shaw, Financial, 119-120.

18 Sur ces tournées, en dehors des textes mentionnés précédemment (Damurdāšī, Samuel-Bernard, Girard, J.J. Marcel), voir : Lucas, Voyage au Levant, 56-7. Niebuhr, Voyage, I, 112. Vincennes, Mémoires historiques, 526/7, Journal de Detroye, 61. Ğabartī, I, 103 ; II, 261 ; IV, 85, 176, 270, 277-8, 308. Forbin, Voyage dans le Levant, 300. Rifaud, Tableau de l’Égypte, 55-6. Lane, Modem Egyptians, 125-6. Ida Saint Elme, La Contemporaine, IV, 220. Paton, History qf the Egyptian Révolution, II, 261-2. La Jonquière, L’expédition d’Égypte, III, 14.

19 Qīnalī, 73 a, 106 a. Damurdāšī, 563. Ğabartī, III, 109, 135, 274-5, 332.

20 Ğabartī, III, 49, 145, 316 ; IV, 21, 199.

21 Ğabartī, IV. 290.

22 Voir ici encore les tentatives de Muṣṭafā Kurd pour faire revivre ces prérogatives en 1817, et leur échec (Ğabartī, IV, 280).

23 Aḥmad Čelebi, 251 a. Ğabartī, I, 103.

24 Ğabartī, IV, 176, 269, 278-281.

25 Ğabartī, IV, 280. Lane, Manners, 559.

26 Ğabartī, III, 8-9 ; IV, 143. Paton (History of the Egyptian Revolution, II, 324) confirme l’observation de Ğabartī : le muḥtasib « n’avait aucune autorité sur le voisinage immédiat d’al-Azhar, où se trouvaient deux officiers distincts, appelés Gindy el-Mudbach, ou soldat de la cuisine... ».

27 Ğabartī, III, 192, 199.

28 Muḫtaṣar, 78 a. Aḥmad Čelebi, 45 b. Damurdāšī, 131. Ğabartī, I, 34.

29 Ğabartī, I, 104, 179. A.N., Caire, Β 1 334, 2 avril 1769.

30 Mūsā Pacha fit couper la tête à un muḥtasib en 1631 (Combe, Précis d’histoire, III, 31-2).

31 K. tarāğim, 833. Damurāšī, 481. Ğabartī, III, 208, 265. Thévenot, Voyages, 830. Samuel-Bernard, Notice sur les poids arabes, 240. Vincennes Β 6 56, Courrier de l’Égypte, 6 novembre 1800, Proclamation de Menou. Hamilton, Remarks on several parts of Turkey, I, 338.

32 Sur l’agha des Janissaires voir Shaw, Financial, 148, 190 ; Ottoman Egypt, 40,91-2.

33 Estève, Mémoire, 334. Chabrol, Essai sur les mœurs, 515.

34 Damurdāšī, 110, 153. Qīnalī, 41 b, 69 a. Aḥmad Čelebi, 62 a. Ğabartī, I, 102-4 (traduction : I, 241).

35 Muḫtaṣar, 75 a. Aḥmad Čelebi, 43 a. Ğabartī, i, 32.

36 Aḥmad Čelebi, 80 a.

37 Aḥmad Čelebi, 111b, 155 b, 158 b-159 a.

38 Aḥmad Čelebi, 210 a, 235 b, 240 a, 240 b, 255 b.

39 Wiet, Catalogue, Objets en cuivre, p. 155, n° 9902.

40 Ğabartī, II, 106, 136, 225.

41 Qīnalī, 43 a (1703). Ğabartī, I, 46. Damurdāšī, 175 (1711). Aḥmad Čelebi, 95 a (1721). Ğabartī, I, 383 ; II, 107 (1786).

42 Aḥmad Čelebi, 127 a. Voir à ce sujet notre article, Les bains publics, 148 et 150 (1723). C.C.M., J 625, Délibération de la Nation, 5 mai 1758.

43 Qīnalī, 43 a ; Ğabartī, I, 104. Dans ce deuxième cas il faut également tenir compte du désir d’établir une discrimination entre les sujets et les émirs.

44 Fermeture des mauvais lieux du Caire par ‘Alī Agha en 1703 (Qīnalī, 40 b, 42 b ; Damurdāšī, 111) ; tournée « anti-alcoolique » du nouvel agha des Janissaires en 1707 (A.N., Caire, B 1 316, 20 juin 1707) ; fermeture et démolition projetée des tavernes en 1722 (A.N., Caire, B 1 319, 2 mars 1722) ; fermeture des tavernes et des maisons de tolérance par le pacha et l’agha vers 1730 (Damurdāšī, 390) ; interdiction de vendre du vin, en 1732 (A.N., Caire, B 1 321, 18 novembre 1732) ; fermeture des débits de boisson décidée par le Katḫudā des Janissaires et exécutée par l’agha, vers 1750 (Damurdāšī, 554 ; Ğabartī, I, 186 ; A.N., Caire, B 1 331, 20 octobre 1752) ; expulsion des prostituées et fermeture des débits de boisson par ‘Alī Agha vers 1757 (Van Egmont, Travels, II, 107.)

45 Ğabartī, II, 36.

46 Voir plus loin dans ce chapitre, pp. 629-631.

47 Vers 1700 les ‘Azab remarquaient que la ḫurda leur appartenait en même temps qu’aux Mutafarriqa : al-ḫurda ma‘ahum wa ma‘a l-Mutafarriqa (Damurdāšī, 103). Sur la ḫurdā voir : Citadelle, daftar 4139/1 ; Shaw, Financial, 120-3. Également : Estève, Mémoire, 360 ; Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 277, n. 1 ; Ğabartī, III, 229.

48 A ces activités « industrielles », mentionnées par Shaw (Financial, 122), il convient sans doute d’ajouter les artisanats mentionnés dans le daftar de la Citadelle du Caire n° 4139/1 (1053/1643) : cordonniers (asākifa), matelassiers (māṭiyyīn et munağ-ğidīn), marché des chaussures de femmes (sūq aḫfāf nisā), ferblantiers (samkariyya), nattiers (ḥuṣuriyyīn), etc...

49 Chabrol, Essai sur les mœurs, 515. On pourrait naturellement penser que le lien établi entre la ḫurda et les quincaillers (ḫurdağiyya) par Chabrol et, après lui, par d’autres auteurs (voir par exemple Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 277) résulte d’une confusion. Mais dans un registre du Tribunal (‘Ask., v. 84, 130, 16 mai 1690) nous avons trouvé mention des ‘awā’id (droits d’usage) payés par la succession d’un ḫurdağī à l’amīn al-ḫurda.

50 Ğabartī, III, 229.

51 Voir : Norden, Voyage, I, 99 ; Estève, Mémoire, 336 ; Shaw, Financial 148 ; Shaw, Ottoman Egypt, 40, 92. Également notre article Problèmes urbains.

52 Della Valle, Voyages, I, 410-2. Davity, Description Générale de l’Afrique, 305. Evliya Čelebi, X, 381-5. Ḥusaïn Efendi, 48 b/22. La Jonquière, L’expédition d’Égypte, V, 232 (citant Dugua). Wiet, Fêtes et jeux au Caire, 112-5.

53 Shaw, Financial, 59-60 ; Ottoman Egypt, 96. Ğabartī, IV, 249. Aḥmad Čelebi, 156 a. Citadelle, VIII, 657 (1793), 704 (1796) ; X, 862 (1804).

54 Cette charge était tout à fait semblable à celle du nāẓir al-‘imāra de l’époque mamelouke (Van Berchem, Matériaux, Le Caire, 538). K. tarāğim, 791 (Ḥusaïn Agha, Mutafarriqa, mi‘mār — sic — en 1688-9) ; 956 (mémoire de 1698-9). Citadelle, daftar 4294/156, 4296/158, 4298/160 (1219/1804). Voir sur le mi‘mār bāšī : Evliya Čelebi, X, 362 ; Ḥusaïn Efendi, 51 a/18, 9 b/57 ; Estève, Mémoire, 335 ; Shaw, Financial, 147 ; Shaw, Ottoman Egypt, 38, 85 ; Baer, Egyptian Guilds, 42 ; A.N., Caire, B 1 321, 15 décembre 1732.

55 Ḥusaïn Efendi (9 b/57) appelle ce personnage āġā al-bārūdiyya. Voir Evliya. Čelebi, X, 368 ; Qīnalī, 12 b ; Estève, Mémoire, 335 ; Shaw, Financial, 146 ; Shaw, Ottoman Egypt, 39, 63-4.

56 Tribunal, ‘Ask., v. 79, 310 (1686) ; v. 85, 485 (1792).

57 Ḥusaïn Efendi, 9 a/57. Shaw, Ottoman Egypt, 86.

58 Evliya Čelebi, X, passim. Voir Baer, Egyptian Guilds, 42.

59 Shaw, Financial, 98.

60 Shaw, Financial, 26-7 ; Ottoman Egypt, 136-7, 140-1.

61 Chiffres donnés par Estève (Mémoire, 359, et note 1) et Shaw (Financial, 103-117). Voir aussi Girard, Mémoire, 679-681.

62 Vincennes, B 9, 7 et 13 octobre 1798.

63 Citadelle, daftar, 4291/153 (1217/1802). Citadelle, X, 827. Voir aussi Shaw, Financial, 125-6. On relèvera plus loin d’autres exemples à propos du baḥraln, du monopole du séné et du sel natron, de la ferme de salḫāna (abattoirs).

64 Estève, Mémoire, 301. Shaw, Financial, 98-9, 138-142 ; Ottoman Egypt, 157. Le mot mīrī s’appliquait d’une manière générale à toutes les possessions et à tous les revenus de la Trésorerie impériale. Le māl-i mīrī était la part des levées fiscales qui était destinée à la Trésorerie impériale (Shaw, Financial, 64).

65 Estève, Mémoire, 352. Citadelle, daftar, 4219/81. Shaw, Financial, 129, n° 17.

66 Estève, loc. cit. Citadelle, daftar 4177/39, 4272/134. Shaw, Financial, 128, n° 10 ; 130, n° 27.

67 Citadelle, daftar, 4213/75. Shaw, Financial, 129, n° 15 (qui a lu par erreur milḥ au lieu de fasīḫ). L’okel du poisson salé d’Estève (Mémoire, 361-2) est cette wakāla qui est d’ailleurs connue par d’autre sources (Vincennes, B 6 11, 15 novembre 1798 : ocquel el fessir).

68 Vincennes, Β 6 53. Voir aussi Estève, Mémoire, 191.

69 Voir sur ce point les remarques très pertinentes d’Estève (Mémoire, 363) : outre les droits assujetis au mīrī, il y en avait d’autres qui n’avaient rien de commun avec les finances du Sultan ; « mais comme ils semblaient faire partie du traitement des beys et autres agents en place qui les avaient créés, et que le peuple avait pris l’habitude de les acquitter, les Français les ont rangés dans la classe de ceux créés ou approuvés par le Sultan dont ils ont continué la perception... Ils étaient de la même nature que les droits assujettis au myry, et il n’existait de différence entre les uns et les autres, qu’en ce que ces derniers étaient légitimés par l’autorité du prince, tandis que les autres attendaient sa sanction ».

70 Les chroniques laissent cependant supposer qu’il existait des listes plus complètes que les daftar qui nous sont parvenus. Lorsque Maqṣūd Pacha (1642-1644) décida la suppression d’un certain nombre de droits abusifs, il les fit supprimer des registres (rafa‘ahu mina l-dafātir) (Zubda, 7b). De même on utilisa en 1725 pour évaluer l’augmentation survenue pendant les cinquante années qui avaient précédé dans les « abus » (ẓulm) un daftar datant d’Ibrāhīm Pacha (1672/3) où étaient vraisemblablement consignées, outre les muqāṭa‘āt officielles, un certain nombre de fermes privées, et en tout cas les plus importantes (Aḥmad Čelebi, 157 b). Nous n’avons malheureusement pas pu retrouver, au cours de nos recherches dans les archives du Maḥkama (qui avaient entre-temps été transférées du Caire à Choubrah), les deux daftar non numérotés qu’avait consultés S.J. Shaw, et où il avait trouvé des renseignements précieux sur les muqāṭa‘āt privées (Financial, 120, note 57 et 141, note 109).

71 Citadelle, daftar 4139/1 (1033/1624) à 4284/146 (1213/1798). Vincennes, B 9, 10 octobre 1798 ; B 6 141, 10 septembre 1799 ; B 6 27, 31 juillet 1799 ; B 6 39, 21 août 1799 (on se référera à ce dernier document dans ce chapitre sous la forme abrégée : Vincennes, liste de 1799). Estève, Mémoire, 333 à 364, passim.

72 Citadelle, daftar 4294/156, 4296/158, 4298/160 (année 1219/1804) (référence abrégée dans ce chapitre : Citadelle, liste de 1219/1804). Cette liste de 1219/1804 pose un problème supplémentaire. Alors que les chiffres donnés pour le montant d’une même ferme par les daftar de la Citadelle, par la liste de 1799 et finalement par Estève, coïncident à peu de choses près (les chiffres datant de l’époque de l’Expédition étant souvent moins élevés, ce qu’explique assez la crise provoquée par l’occupation et la guerre intérieure et étrangère), les chiffres trouvés dans le daftar de 1219 paraissent sans relation avec ceux qui précèdent et sont donc difficilement utilisables.

73 Le Sultan Salīm avait dans ce but assigné au pacha d’Égypte un revenu de 400 paras par farq de café (Ḥusaïn Efendi, 56 a/11 ; Shaw, Ottoman Egypt, 35).

74 L’organisation de la perception des droits est exposée par Estève (Mémoire, 351). Voir Shaw, Financial, 99, 104-5.

75 Ğabartī, III, 349.

76 De nombreux documents des archives de la Citadelle concernent le transfert des parts (hissa) possédées par les écrivains juifs dans le qalam al-bahār : voir notamment Citadelle, III, 264 (1766), 561 (1768) ; IV, 326 (1773), 384 (1777), 395 (1778), 422 (1780), 423 (1780), 425 (1780) ; XI, 540 (1805).

77 Ğabartī, II, 162.

78 Citadelle, daftar 4282/144, 4283/145 (1212/1797). Estève, Mémoire, 337. Shaw, Financial 103-8 ; Ottoman Egypt, 139. D’après le Mémorial de l’Estât d’Égypte (1634) le « dacier » de la douane « Delboar » payait en tout 180 bourses, soit 4.500.000 médins. Shaw (Financial, 100) définit ainsi le kušūfiyya kabīr : les multazim des muqāṭa‘āt urbaines qui gardaient une partie des fonds collectés comme fā’iz (profit) devaient payer à la Trésorerie impériale, en compensation, une taxe annuelle, dite kušūfiyya kabīr (ainsi distinguée de la taxe annuelle payée au wālī pour la nomination et appelée kušūfiyya ṣaġīr). Ğabartī, II, 120.

79 Citadelle, daftar 4282/144, 4283/145. Estève, Mémoire, 352. Shaw, Financial, 129, n° 17.

80 Citadelle, daftar 4221/83. Shaw, Financial, 130, n° 21.

81 Citadelle, daftar 4272/134. Estève, Mémoire, 352. Shaw, Financial, 130, n° 27.

82 Citadelle, daftar 4272/134. Estève, Mémoire, 352. Shaw, Financial, 130, n° 28.

83 Estève, Mémoire, 361. Shaw (Financial, 140) indique que cette muqāṭa‘a ne faisait pas partie du domaine impérial et que le multazim payait 100.000 paras au propriétaire privé de la ferme.

84 Estève, Mémoire, 333, 335. Ḥusaïn Efendi, 51 a/18. Shaw, Financial, 175-6.

85 Moyennes établies d’après : seize chiffres de ‘ušr relevés entre 1663 et 1696 (pourcentage minimal 12,5 % en 1678, maximal 18,1 % en 1686) ; dix chiffres de dîme relevés entre 1700 et 1736 (pourcentage minimal 5,8 % en 1720, maximal 9.9 % en 1700).

86 Voir en particulier : Vincennes, Β 6 9, lettre de Poussielgue à Bonaparte, 5 octobre 1798 ; Estève, Mémoire, 350-1 ; Girard, Mémoire, 681 ; Shaw, Financial, 105-6.

87 Tribunal, ‘Ask., v. 142, 408 (1736).

88 Estève, Mémoire, 359. Ḥusaïn Efendi, 34 a/35. Shaw, Financial, 106-7 ; Ottoman Egypt, 139-140. D’après Shaw c’est « après 1779 » que les beys se saisirent de la douane de Suez, en iltizām du wālī.

89 Shaw, Financial, 116-7.

90 A.N., Caire, B 1 326, 1er avril 1742 ; Alexandrie, B 1 102, 5 juin 1730 ; Caire, B 1 321, 13 janvier 1731 ; Caire, B 1 332, 11 octobre 1757.

91 A.N., Alexandrie, B 1 108, 22 juin 1755. Niebuhr, Voyage, I, 107.

92 Sur l’organisation des douanes voir Girard, Mémoire, 680-1.

93 Mémorial de l’Estat d’Égypte, 261. Citadelle, 4282/144, 4283/145 (1212/1797-8). Estève, Mémoire, 337, 359, 396. Husaîn Efendi, 34 b/35. Shaw, Financial, 109-110 ; Ottoman Egypt, 49, 61-2, 127-8, 164-7.

94 Citadelle, daftar 4174/36, 4175/37 (1126/1714-5). Estève, Mémoire, 352. Shaw, Financial, 128, n° 10.

95 K. tarāğim, 833. Citadelle, daftar 4282/144, 4283/145 (1212/1797-8). Estève, Mémoire, 337, 359. Ḥusaïn Efendi, 34 a/35. Shaw, Financial, 111-2 ; Ottoman Egypt, 49, 128-9.

96 Citadelle, daftar 4220/82 (1173/1759-1760). Shaw, Financial, 129, n° 19.

97 Citadelle, daftar 4282/ 144, 4283/145 (1212/1797-8). Ḥusaïn Efendi, 34 a/35 (il ne précise pas qui étaient les multazim de cette ferme). Shaw, Financial, 113 ; Ottoman Egypt, 130.

98 Mémorial de l’Estat d’Égypte, 263. Citadelle, daftar 4282/144, 4283/145 (1212/ 1797-8). Estève, Mémoire, 337, 359. Ḥusaïn Efendi, 34 a/35. Shaw, Financial, 113-7 ; Ottoman Egypt, 49, 136. Et en ce qui concerne la taxe de protection : Citadelle, daftar 4205/66, 4206/67 (1159/1746-7) ; Estève, Mémoire, 352 ; Shaw, Financial, 128, n° 13.

99 Damurdāšī, 126, 132, 229. Vincennes, liste de 1799. Vincennes, B 6 30, Poussielgue, 11 septembre 1799. Estève, Mémoire, 363. Shaw, Financial, 138-9.

100 Vincennes, liste de 1799 ; B 6 141, Daure à Kléber, 10 septembre 1799. Nous n’avons pas trouvé de mention de ce droit dans les sources arabes.

101 Damurdāšī, 132, 165, 418. Aḥmad Čelebi, 157 b. Citadelle, daftar 4282/144, 4283/145 (1212/1797-8). Vincennes, liste de 1799. Estève, Mémoire, 360. Ğabartī, I, 109, 116, 135. Shaw, Financial, 123-5 ; Ottoman Egypt, 40, 49, 62, 132-8. Ḥusaîn Efendi (48 b/22) continue à placer cette ferme dans le domaine des ‘Azab.

102 Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804.

103 Contrairement à ce qu’écrit Shaw, Financial, 195, 350. Voir à ce sujet K. tarāğim, 945-6. Tous les titulaires de cette charge que nous avons pu identifier appartenaient au corps des ‘Azab. Mais d’après Ḥusaïn Efendi, donc à la fin du xviiie siècle, l’amīn al-suwan était un membre des Ğawīšiyya (Ḥusaïn Efendi, 50 b/19 ; Shaw, Ottoman Egypt, 39).

104 K. tarāğim, 908, 967. Aḥmad Čelebi, 45 b. Damurdāšī, 132. Vincennes, liste de 1799 ; B 6 141, Daure 10 septembre 1799. Estève, Mémoire, 333, 335. Shaw, Financial, 148, 350 ; Ottoman Egypt, 88, 179.

105 Citadelle, daftar 4176/38, 4177/39 (1128/1716-7). Cette ferme n’est pas mentionnée par Shaw.

106 K. tarāğim, 946. Damurdāšī, 126. Citadelle, liste de 1219/1804.

107 Reynaud, Histoire scientifique, V, 144.

108 Damurdāšī, 445. Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804. Ḥusaïn Efendi, 49 a/21. Estève, Mémoire, 363-4. Shaw, Financial, 139 ; Ottoman Egypt, 40, 94, 132, 160.

109 A.N., Caire, B 1 323, 3 décembre 1736 ; 330, 8 mars 1753 ; 334, 15 février 1769 ; Alexandrie, B 1 113, 2 février 1783. Vincennes, B 6 12, Poussielgue, 24 novembre 1798. Ḥusaïn Efendi, 8 a/59. Estève, Mémoire, 360-1. Girard, Mémoire, 622-3, 655. Shaw, Financial 149, 173-4 ; Ottoman Egypt, 61, 65, 166, 173.

110 A.N., Caire B 1 335, 4 décembre 1775 ; Alexandrie, B 1 114, 20 février 1790. Vincennes, liste de 1799. Vincennes, B 6 60, 29 octobre 1800. Estève, Mémoire, 363. Shaw, Financial, 15, 236, 241.

111 Estève, Mémoire, 105, 332.

112 Estève, Mémoire, 333. Shaw, Financial, 118-121 ; Ottoman Egypt, 137. Le māl-i ḫarāğ était ce qui était versé à la Trésorerie par les détenteurs de muqāṭa‘āt urbaines : dans le cas d’un amīn, le māl-i ḫarāğ représentait la totalité des levées faites ; dans le cas d’un multazim, une partie seulement, le reste étant gardé par le fermier comme fā’iẓ (Shaw, Financial, 100).

113 Voir la liste de ces droits dans Shaw, Financial, 119-120. Estève, Mémoire, 335. Ğabartī, III, 141 ; IV, 231, 269. Sur ces prestations mensuelles, voir : Sauvaget, Décrets Mamelouks, III, 5, 32 ; Laoust, Gouverneurs, 85, 106 ; Lewis, Nazareth, 417.

114 Ğabartī, III, 43, 141, 194 ; IV, 269.

115 Estève, Mémoire, 333-4. Shaw, Financial, 146 ; Ottoman Egypt, 93. Sur le problème des protections voir le chapitre suivant.

116 Citadelle, daftar 4284/146 (1213/1798). Estève, Mémoire, 360. Shaw, Financial, 120-3 ; Ottoman Egypt, 137, 161.

117 Estève, Mémoire, 333, 336. Shaw, Financial, 148.

118 Ḥusaïn Efendi, 9 b/57. Estève, Mémoire, 333, 335. Shaw, Financial, 147, n° 70 ; Ottoman Egypt, 38, 64, 85.

119 Ḥusaïn Efendi, 9 b/57. Estève, Mémoire, 333, 335. Shaw, Ottoman Egypt, 39, 64, 86.

120 Estève, Mémoire, 333, 336. Citadelle, liste de 1219/1804.

121 Aḥmad Čelebi, 156 a. Citadelle, VIII, 657 (1793), 704 (1796).

122 Thévenot, Relation d’un voyage, 302 ; Voyages, II, 500. Vincennes, B 9, 10 octobre 1798.

123 Vincennes, liste de 1799. Vincennes, B 6 141, Daure à Kléber, 10 septembre 1799. Estève, Mémoire, 364. Citadelle, liste de 1219/1804.

124 Vincennes, liste de 1799. Estève, Mémoire, 364.

125 Vincennes, liste de 1799. Estève, Mémoire, 363. D’après Ḥusaïn Efendi (17 b/ 49) cette taxe était de création récente. Shaw, Financial, 140 n° 1.

126 Evliya Čelebi, X, 365. Aḥmad Čelebi, 193 a.

127 Damurdāšī, 131. Qīnalī, 55 b. Aḥmad Čelebi, 240 a, 254 b.

128 Vincennes, B 9, 10 octobre 1798.

129 Vincennes, liste de 1799. Daure (Vincennes, B 6 141, 10 septembre 1799) donne le chiffre de 550.000 paras pour le droit sur les semences de Būlāq. Voir Estève, Mémoire, 363 ; Shaw, Financial, 140.

130 Vincennes, B 9, 10 octobre 1798 (liste de Poussielgue). Vincennes, liste de 1799. Estève, Mémoire, 364. Citadelle, liste de 1219/1804. Shaw, Financial, 141, n° 9.

131 Citadelle, daftar 4139/1, 4140/2 (1088/1677-8). Shaw, Financial, 114.

132 Jemsel, Jewish travellers, 343. Vansleb, Nouvelle relation, 125. Aḥmad Čelebi, 95 b, 157 b. Ğabartī, II, 120. Vincennes, B 6 56, Estève, 4 novembre 1800. Estève, Mémoire, 360-1, 396. Shaw, Financial, 149, n° 83 ; Ottoman Egypt, 140. Ḥusaïn Efendi continuait à assigner cette ferme aux Janissaires (34 a/35 et 49a /21).

133 Citadelle, daftar 4282/144 et 4283/145 (1212/1797-8). Estève, Mémoire, 361-2. Cette muqāṭa‘a n’est pas mentionnée par Shaw.

134 Damurdāšī, 445.

135 Citadelle, daftar 4212/74 et 4213/75 (1163/1750-1), 4282/144 et 4283/145 (1212/1797-8). Estève, Mémoire, 361-2.

136 Estève, Mémoire, 364. Vincennes, liste de 1799. Shaw, Financial, 140, n° 7.

137 Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804.

138 Citadelle, daftar 4221/83 (1175/1761-2). Shaw, Financial, 130.

139 Vincennes, liste de 1799. Vincennes, B 6 141, Daure, 10 septembre 1799.

140 Citadelle, daftar 4177/39 (1128/1716-7) ; 4207/68 (1160/1747-8). Shaw, Financial, 115, 129 n° 14.

141 Citadelle, daftar 4139/1. Shaw, Financial, 114.

142 Shaw, Financial, 140, n° 3.

143 Shaw, Financial, 141, n° 12.

144 Citadelle, liste de 1219/1804.

145 Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804. D’après Ḥusaïn Efendi, le droit sur la wakāla al-‘Uṣfur était de création récente (17 b/49).

146 Citadelle, daftar 4267/129 et 4268/130 (1205/1790-1). Shaw, Financial, 130, n° 26.

147 Estève, Mémoire, 361, 362, 376.

148 Tribunal, ‘Ask., v. 164, 113 (1753). Estève, Mémoire, 364. Vincennes, liste de 1799. Shaw, Financial, 140 n° 2.

149 Tribunal, ‘Ask., v. 129, 325 (1729). Aḥmad Čelebi, 251 b. Vincennes, B 9, 10 octobre 1798.

150 Ibn Abî l-Surūr, 72 b. Paris 1854, 167 b. Zubda, 7 b. Marcel, Histoire de l’Égypte, 215.

151 Estève, Mémoire, 364. Citadelle, liste de 1219/1804.

152 A.N., Alexandrie, B 1 108, 22 juin 1755. C.G.M., J 734, 17 septembre 1755. A.N., Caire, B 1 336, 6 août 1777. Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/ 1804. Ḥusaïn Efendi, 9 a/58.

153 Citadelle, daftar 4139/1. Vincennes, liste de 1799. Vincennes, B 6 141, 10 septembre 1799. Shaw, Financial, 113-4.

154 Qīnalī, 12 b. Damurdāšī, 102.

155 Chabrol, Essai sur les mœurs, 438. Clerget, Le Caire, II, 74.

156 Ḥusaïn Efendi, 8 b/58. Shaw, Financial, 140 n° 6. Shaw range cette muqāṭa‘a parmi les fermes privées qui ne payaient pas de taxes à la Trésorerie.

157 Citadelle, daftar 4170/31 (1121/1709-1710) ; 4282/144, 4283/145 (1212/ 1797-8) ; 4284/146 (1213/1798-9) ; 4295/ 157 (1218/ 1803-4). Estève, Mémoire, 361-2. Shaw (Financial, 128, n° 7 ; 141, n° 10) mentionne la muqāṭa‘a de Uğla (payant une taxe à la Trésorerie) et la ferme (privée) du « slave market at Cairo » comme deux fermes différentes.

158 Citadelle, daftar 4174/36, 4175/37 (1126/1714-5) ; 4177/39 (1128/1716-7). Non mentionnée par Shaw.

159 Tribunal, ‘Ask., v. 179, 250 (1766).

160 Estève, Mémoire, 364-5. Vincennes, B 6 27, 31 juillet 1799 ; 39, 21 août 1799. Citadelle, liste de 1219/1804.

161 Citadelle, daftar 4201/63 (1155/1742-3). Estève, Mémoire, 361-2. Breton, L’Égypte et la Syrie, IV, 246. Shaw, Financial, 128 n° 12.

162 Qīnalī, 40 b. Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804.

163 Vincennes, liste de 1799 (wakālat al-Ṣābūn wa bizrat al-nīla : prix de l’adjudication 503.500 paras). Shaw, Financial, 140 n° 4.

164 Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804. Shaw, Financial, 140.

165 Citadelle, daftar 4278/140 (1209/1794-5). Estève, Mémoire, 361-2. Ce droit n’est pas mentionné par Shaw.

166 Citadelle, liste de 1219/1804. Montants indiqués pour ces fermes : 1.350 et 300.

167 Estève, Mémoire, 364. Vincennes, liste de 1799. Citadelle, liste de 1219/1804. Shaw, Financial, 140 n° 8 (230.000 paras) ; Ottoman Egypt, 86.

168 Vincennes, B 9, 10 octobre 1798.

169 Vincennes, B 6 37, 6 décembre 1799. Citadelle, liste de 1219/1804. Estève, Mémoire, 364-5. Shaw, Financial, 140 ; Ottoman Egypt, 132, 158.

170 Vincennes, B 6 36, Menou, 19 novembre 1799.

171 Ḥusaïn Efendi, 49 a/21.

172 Qīnalī, 179 b. Aḥmad Čelebi, 235 a. Damurdāšī, 394. Ğabartī, I, 144. Vincennes, B 9, 10 octobre 1798. Ḥusaïn Efendi, 48 a/22. Shaw, Ottoman Egypt, 40.

173 Ibn Abī l-Surūr, 72 b, 80 a. Marcel, Histoire de l’Egypte, I, 215. Zubda, 7 b.

174 Ḥusaïn Efendi signale, parmi les taxes levées par la Trésorerie, le mīrī des cheikhs de souqs (mīrī mašā’iḫ al-aswāq) (11 b/56). Dans une note sur les finances de l’Égypte (Vincennes, B 6 53, 16 septembre 1800) on remarque que tous les artisans étaient assujettis au paiement des « hamleh ». A Rosette la plupart des corporations de métiers et de souqs payaient effectivement des ḥamla qui faisaient l’objet d’adjudications (Vincennes, B 6 10, 28 octobre 1798 ; B 6 11, 9 novembre 1798 ; B 6 17, 22 janvier 1799 ; B 6 30, 11 septembre 1799 ; B 6 53, 21 septembre 1800) ; la liste la plus complète énumère 26 de ces droits.

175 Cinquante-trois wakāla sont citées dans un document des archives de Vincennes déjà utilisé (B 6 11, 15 novembre 1798). Trente seulement figurent dans la liste des noms de lieux de Būlāq de la Description.

176 Nous citerons deux faits à l’appui de cette évaluation : vers 1642-3 Maqṣūd Pacha ne supprima pas moins de 32 ou 40 qalam jugés abusifs. Un siècle plus tard Aḥmad Čelebi attribue à deux personnages, appartenant, l’un aux Janissaires, et l’autre aux ‘Azab, le contrôle de 72 aqlām ! (Paris 1854, 167 b ; K. tarāğim, 435 ; Zubda, 7 b ; Muḫtaṣar, 48 a ; Aḥmad Čelebi, 240 a).

177 Vincennes, B 6 11, 9 novembre 1798. Les « revenus ordinaires » de Rosette sont détaillés dans un autre document des archives de Vincennes (B 6 53, 21 septembre 1800) : ils sont estimés à 249.400 médins par mois, y compris la douane (40.000), la fabrication d’eau-de-vie, ferme dont la prospérité était peut-être due à la présence des Français (46.100), le droit sur les successions (25.000). Si on ne tient pas compte de ces trois droits, il reste 138.300 médins par mois, soit 1.659.600 médins par an, chiffre très voisin de celui de 1798.

178 L’imposition sur les corporations (ḥiraf al-ṣanā’i‘iyya wa l-mutasabbibīn) fut créée par Menou à la fin de 1800 (Vincennes, B 6 60, Ordre du jour du 12 décembre 1800).

179 Il faut remarquer en effet que les liens bien connus de Menou avec Rosette et ses habitants l’amenèrent peut-être à alléger la contribution qui était exigée d’eux.

180 Shaw, Financial, 95-7.

181 Estève, Mémoire, 396. Ḥusaïn Efendi, 12 b/53. Shaw, Ottoman Egypt, 61, 164-7. Shaw a bien montré, en ce qui concerne les quatre douanes, comment la part de la Trésorerie impériale, par rapport au total des sommes perçues, ne cessa de baisser en pourcentage, au cours du xviiie siècle : 14.648.852 paras en 1738-9 (45 % du total) ; 15.316.701 en 1779-80 (35 %) ; 16.000.000 en 1786-7 (33 %) ; 8.6000.00 en moyenne entre 1786-7 et 1797-8 (21 %) (Financial, 116).

182 Aḥmad Čelebi, 157 b.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 47. Principales muqāṭa‘āt détenues par les Janissaires du milieu du xviie au milieu du xviiie siècle
Légende Notes : Abréviations : m. = muqāṭa‘a ; h. = ḥimāya ; w. = wakāla.Les chiffres indiqués sont ceux de la fin du xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter