Version classiqueVersion mobile

Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle. Tome II

 | 
André Raymond

Chapitre XII. Les corporations de métiers

Texte intégral

  • 1 Publié en 1964 cet ouvrage est la plus récente étude d’ensemble consacrée au problème des corporat (...)

1L’étude des corporations de métiers dans le monde arabo-islamique et d’une manière plus particulière dans l’Égypte ottomane se heurte à diverses difficultés qui ont été très clairement exposées par G. Baer dans son livre Egyptian guilds in modem times1.

  • 2 Il ne peut être question de signaler ici, même en se bornant aux plus importantes, les innombrable (...)

2Les sources d’information dont nous disposons se réduisent trop fréquemment à des mentions fragmentaires, les historiens arabes n’ayant le plus souvent abordé le problème des corporations que d’une manière incidente, et les rares textes suivis que nous possédons ne traitant en général que de l’aspect religieux de leur activité. Les monographies consacrées aux corporations dans les divers pays arabes sont trop peu nombreuses encore. Les études générales, dont certaines sont très pénétrantes, s’appuient sur des informations trop lacunaires et trop partielles pour être, dans l’état actuel des choses, totalement acceptables2.

  • 3 G. Baer, Egyptian Guilds, 1.

3Ces études tendent par ailleurs à se concentrer sur ce que G. Baer appelle « les superstructures conceptuelles », et en particulier sur la futuwwa, au détriment des fondements socio-économiques et politiques des corporations. Ainsi envisagées sous l’angle presque exclusif de l’idéologie, les corporations apparaissent comme un maillon dans une chaîne historique alors que les similitudes de vocabulaire et d’institutions recouvrent en réalité des phénomènes qui n’ont que peu de points communs. De ce point de vue on ne peut que se rallier à l’opinion exprimée par G. Baer suivant lequel « there has been some confusion between the futuwwa associations, which were not organized on a profes-sional basis, and the guilds, the principal characteristic of which is professional organization »3.

4Autre source de confusion, la tendance à traiter de corporations « islamiques » comme si les différences d’époque et de lieu n’aboutissaient pas à créer des situations assez différentes pour qu’il soit difficile d’utiliser pour décrire les corporations du Caire ce que nous savons par exemple des corporations d’Istanbul ou de Damas.

5Il nous a donc paru indispensable de limiter notre enquête, dans la mesure du possible, aux documents concernant l’Égypte ottomane, ce que nous savons des corporations non égyptiennes ne pouvant être utilisé qu’à des fins de comparaison. Aussi nous sommes-nous presque exclusivement appuyé dans cette étude des corporations au Caire sur les sources suivantes qui sont toutes égyptiennes : un certain nombre de manuscrits concernant la futuwwa qu’on peut dater du xviie et du début du xviiie siècle ; la description du Caire du voyageur turc Evliya Čelebi, qui nous propose un tableau des corporations de métiers vers 1670 ; les registres du Maḥkama šar‘iyya dans lesquels les indications concernant les corporations de métiers abondent, et les documents des archives de la Citadelle du Caire ; les manuscrits arabes traitant de l’histoire de l’Égypte et du Caire à l’époque ottomane ; enfin la Description de l’Égypte et les documents relatifs à l’Expédition d’Égypte déposés aux archives de Vincennes, parmi lesquels la liste des corporations de métiers au Caire en 1801 que nous avons publiée antérieurement.

1. INTRODUCTION

6Dans l’usage contemporain les corporations de métiers étaient habituellement désignées sous le nom de ṭā’ifa/ṭawā’if. C’est le vocable que l’on trouve dans tous les documents d’archives et, d’une manière moins constante, dans les chroniques arabes, en particulier chez Ǧabartï.

  • 4 Voir par exemple les inscriptions de Damanhūr (un peu avant 800 H/1397-8), ğamā‘at al-ğazzārīn (co (...)
  • 5 Le groupe ḥiraf wa ṣanā’i‘ est l’équivalent de notre expression « arts et métiers », ṣinā‘a désign (...)

7Le mot ğamā‘a qui paraît avoir été d’un emploi courant en Égypte et en Syrie à l’époque mamelouke, pour désigner des groupements professionnels4, avait, semble-t-il, complètement disparu de l’usage, sous les Ottomans : du moins n’en avons-nous trouvé aucun exemple dans les documents d’archives et dans les chroniques. Par contre ḥirfa/ḥiraf se rencontre très fréquemment dans les textes historiques, avec le sens de « corporation » ; mais son acception courante est moins restrictive, ḥirfa signifiant généralement « métier ». Ce n’est guère que dans l’expression arbāb al-ḥiraf (maîtres de métiers) que le mot peut, d’une manière précise et invariable, être considéré comme un synonyme de ṭā’ifa au sens de corporation. Cette remarque est valable également pour le mot ṣinā‘a (plus fréquent que ṣan‘a)/ṣanā’i‘, dont le sens véritable est « artisanat » (« art ») et qui, isolément, est rarement employé pour désigner une corporation : par contre, en composition avec arbāb et surtout dans l’expression arbāb al-ḥiraf wa l-ṣanā’ī‘, il a bien généralement ce sens5. Nous n’avons rencontré dans aucun texte ou document d’archivé de cette époque le mot ṣinf/aṣnāf pour désigner les corporations.

  • 6 Baer, Egyptian Guilds, 16. Ǧabartī, IV, 257.

8On rencontre dans les traités de futuwwa d’autres mots pour désigner les corporations de métiers : ṭarīq ou ṭarīqa, siyāğ. Ces mots appartiennent au vocabulaire du soufisme. Nous n’en avons trouvé aucune trace dans les textes et les documents que nous avons étudiés, ce qui nous amène à conclure qu’il s’agissait de mots réservés à l’usage intérieur de la futuwwa et en particulier aux cérémonies d’initiation, ce vocabulaire technique visiblement hérité du passé ayant cessé de constituer, dès le xviie siècle, une réalité vivante. A notre connaissance Ǧabartī n’a utilisé qu’une seule fois le mot ṭarā’iq pour désigner les « coutumes » des tisserands abolies par Muḥammad ‘Alī en 1815-1816, avec un sens donc assez notablement différent6.

  • 7 Ǧabartī, III, 225.

9Le mot le plus communément utilisé, ṭā’ifa, signifiait d’une manière générale « groupe », et il était donc susceptible d’avoir de nombreuses acceptions : c’est par ce vocable qu’étaient désignés, à l’époque ottomane, des groupements de caractères très variés, mais dont l’organisation était plus ou moins semblable à celle des corporations de métiers et qui, comme elles, étaient dirigés par des cheikhs, ce qui n’a pas peu contribué à accroître la confusion, d’autant plus qu’il existait des liens évidents entre certains de ces « groupes » et les véritables corporations. Les communautés « nationales » ou religieuses de musulmans non égyptiens (Turcs, Maghrébins ou Syriens) ou de non-musulmans égyptiens (coptes) ou étrangers (Grecs...) constituaient autant de ṭā’ifa que les sources confondent parfois avec les corporations professionnelles : c’est ainsi que, évoquant la construction de casernes faite en 1802 par le pacha avec la participation « volontaire » des ṭawā’if du Caire, Ǧabarti mentionne successivement la présence sur le chantier des « corporations » coptes (ṭawā’if al-aqbāṭ), des « corporations » de chrétiens syriens et grecs (al-naṣārā l-šawām wa l-arwām), puis des corporations de maîtres de métiers musulmans (arbāb al-ḥiraf mina l-muslimīn), chacune de ces ṭā’ifa étant conduite par ses chefs, ra’īs ou šaïḫ.7. Mais certains de ces groupes « nationaux » étaient également des groupes professionnels, dans le cas où une communauté était spécialisée dans l’exercice d’un métier. C’est ainsi que les Maghrébins du quartier de Ṭūlūn constituaient une communauté nationale organisée et étaient les vendeurs exclusifs au Caire des étoffes dites aḥrima : aussi trouvons-nous dans les textes tantôt ṭā’ifat al-Maġāriba bi-Ṭūlūn (groupe national), tantôt ṭā’ifat al-Maġāriba bi-sūq al-aḥrima bi-Ṭūlūn (corporation professionnelle à dominante nationale), ou encore ṭā’ifat al-tuğğār bi-sūq Ṭūlūn, ces trois formules étant en fait équivalentes.

10On désignait aussi sous le nom de ṭā’ifa les organisations de quartiers dont la structure était semblable à celle des corporations de métiers. Dans le texte cité ci-dessus Ǧabartī signale la présence de « corporations » de quartiers, en particulier de la ṭā’ifa min nāḥiyat al-Rumaïla wa ‘Arab al-Isār ; questionné par le pacha à ce sujet, le muḥtasib répond qu’il s’agit d’une de « ses corporations ».

11C’est également le mot ṭā’ifa qui servait à désigner les ordres soufis, dont l’organisation était très semblable à l’organisation corporative : ici encore la confusion était facilitée par le fait que, par la futuwwa, s’établissaient des liens entre l’organisation professionnelle et les confréries.

  • 8 Baer, Egyptian Guilds, 18.

12On ne saurait par ailleurs compter sans discrimination comme « corporation » tous les métiers (ḥirfa) ainsi que l’ont fait trop d’auteurs qui ont pu de ce fait dresser des listes de noms de métiers impressionnantes, mais sans signification véritable en ce qui concerne l’organisation corporative. Il importe au contraire de donner de ce groupement une définition précise et restrictive ; étant entendu que ni le nom de ṭā’ifa, ni la présence d’un cheikh à sa tête, ni la spécialisation professionnelle n’indiquent à eux seuls qu’on a bien affaire à une corporation de métier, on peut définir la corporation comme un groupe d’individus exerçant dans la ville la même activité professionnelle, sous l’autorité d’un cheikh8. Cette définition élimine les corporations non urbaines, comme celles des agriculteurs ou des jardiniers, et un certain nombre de « pseudo-corporations » dont l’existence est pourtant attestée par les textes, comme celles des aveugles.

2. NOMBRE DES CORPORATIONS DE MÉTIERS AU CAIRE

Les listes de corporations

13Pour évaluer le nombre des corporations de métiers au Caire, nous ne disposons que de deux listes véritables, l’énumération d’Evliya Čelebi, rédigée vers 1670, et le dénombrement des cheikhs de corporations effectué sous l’occupation française en 1801. Les informations que nous avons pu tirer des sources arabes, documents d’archives et chroniques, n’ont naturellement aucun caractère exhaustif, mais notre dépouillement des archives du Tribunal religieux a été assez étendu pour que les résultats obtenus puissent être pris en considération.

  • 9 Le cortège est décrit pages 358 à 386 du Seyahatname du voyageur turc.

14La liste donnée par Evliya Čelebi est celle des métiers qui auraient participé au Caire à la procession de la veille du mois de ramaḍān9 ; elle en comporte au total 289 dont il faut soustraire : 7 métiers se rapportant à la construction des navires et qui étaient donc localisés à Būlāq ; 10 métiers n’entrant pas dans la définition de la corporation donnée plus haut (pêcheurs, chasseurs, archers, employés de la Monnaie, tisserands de la kiswa destinée à la Ka‘ba) ou non identifiés ; 8 métiers de prostitués hommes et femmes et d’entremetteurs, qui bien qu’organisés en corporations ne figurent pas dans les autres listes, et enfin les mendiants et les voleurs. Soit 27 métiers, ce qui ramène le nombre des corporations professionnelles à 262.

  • 10 Voir par exemple I, 100, 397 ; II, 324 ; III, 107 ; IV, 198.
  • 11 Nous avons tenu compte dans ce total des corporations de métier numéros 16, 35, 116, 223, 229, don (...)

15Dans les archives du Maḥkama et de la Citadelle nous avons relevé 156 corporations de métiers auxquelles s’ajoutent 40 corporations dont l’existence est attestée par les chroniques arabes, essentiellement celle de Ǧabartī qui, en plusieurs passages, donne des listes assez longues de ṭawā’if10. Nous aboutissons ainsi au chiffre de 196 corporations, qui est très voisin de celui que nous donne la liste des archives de Vin-cennes : sur un total de 278 corporations de métiers pour la ville du Caire, Būlāq, le Vieux Caire et Ǧīza, 195 intéressent Le Caire11 ; à ce nombre il y aurait peut-être lieu d’ajouter les corporations numéros 189, 203, 213, 214, 245, 248, 254, 267, 276, soit 9 corporations.

16Cette concordance frappante entre les évaluations que nous ont permis de faire les documents arabes (196) et la liste de 1801 (204) ne signifie nullement qu’elles soient, même approximativement, exactes. Le nombre réel des corporations au Caire était sans aucun doute notablement plus élevé car les deux dénombrements sont incomplets et ne se recoupent que partiellement. Dans les documents du Maḥkama les métiers les plus pauvres sont évidemment sous-représentés. En ce qui concerne par exemple les métiers de l’alimentation, les documents d’archives ne nous ont livré que les noms de 23 corporations, auxquelles s’ajoutent 13 qui sont mentionnées dans les chroniques, soit 36 au total, alors que la liste de 1801 en mentionne 48 : il est significatif de ce point de vue que nous n’ayons pas trouvé trace dans les documents du Maḥkama des corporations des marchands de légumes (ḫuḍarī) ou de fruits (fāqihānī) qui étaient parmi les plus nombreuses du Caire, ou que nous n’y ayons vu mentionner qu’une corporation de porteurs d’eau avec outre (saqqā’īn bi-l-rāwiya) alors que la liste de 1801 en compte huit. Nous constatons le même « déficit » pour diverses activités artisanales généralement modestes, comme le travail du bois (trois corporations seulement attestées dans les registres du Maḥkama, où celle des ḫarrāṭīn/tourneurs n’est même pas mentionnée, contre huit dans la liste de 1801), ou le travail du fer (trois corporations au lieu de sept). Les corporations des métiers concernant le transport sont aussi mal représentées (ni ‘αttālīn/portefaix, ni ḥammāra/âniers, une seule corporation de ğammāla/chameliers, contre neuf dans la liste de 1801) ; il en va de même de celles de certains « services publics » particulièrement défavorisés (aucune corporation de croque-morts, alors qu’il y en a huit dans la liste de 1801). Enfin nous n’avons pas trouvé, dans les documents du Maḥkama, mention de corporation d’amuseurs dont huit sont citées dans la liste de 1801 (divers forains, danseurs et danseuses, musiciens, chanteurs et chanteuses). Au contraire les corporations de métiers prospères sont largement représentées dans les mêmes registres : artisanat et commerce des tissus, 43 corporations contre 31 dans la liste de 1801 ; divers métiers de luxe, 28 corporations contre 27.

17De son côté la liste de 1801 présente des lacunes évidentes : le mauvais état d’une partie du document nous a empêché d’identifier avec certitude 13 corporations dont un bon nombre concernaient Le Caire. De fait quelques métiers comptant parmi les plus répandus au Caire manquent dans cette liste : il nous suffira de citer les baṣmağiyya/fabricants de tissus imprimés, les qāwuqğiyya, farrā’iyyīn/fabricants-marchands de bonnets et de fourrures, les bārūdiyya/marchands de poudre, les bannā’īn/maçons et même les dabbāġīn/tanneurs. D’autre part, certaines activités que nos sources arabes décrivent comme très subdivisées ne sont représentées dans la liste de 1801 que par une ou deux corporations : c’est le cas en particulier des dallālīn/courtiers dont nous ne connaissons pas moins de douze corporations spécialisées d’après le Maḥkama, alors que la liste de 1801 ne mentionne que des courtiers (n° 2) et des censaux (n° 249).

  • 12 Aḥmad Čelebī, 251 a-b, 252 a.
  • 13 Tribunal, ‘Ask., v. 90, 58 (1695) : ṭā’ifat al-dallālīn bi-l-Qāhira ; v. 223, 465 (1793).

18Une comparaison vraiment rigoureuse de nos diverses sources est rendue difficile par le caractère parfois mouvant des structures corporatives, certaines ṭā’ifa ayant connu des phases de subdivision ou de regroupement. C’est ainsi que les tuğğār en tissus du Sūq al-Ǧamalūn et du Sūq al-Šarb, après avoir constitué deux corporations distinctes, furent, semble-t-il, réunis en une seule, comme ce fut le cas en 1689 en particulier : mais en 1736 c’étaient les tuğğār du Ġūriyya et du Ǧamalūn qui formaient une seule corporation, le Šarb ayant un cheikh particulier12. De même les dallālīn du Ḫān al- Ḫalīlī et du Sūq al-Silāḥ furent souvent réunis en une seule corporation ; mais les documents du Maḥkama les montrent parfois constituant deux corporations séparées. Il n’est pas certain non plus que la division de certains métiers en corporations spécialisées sur une base géographique ou technique ait eu un caractère absolument permanent : les documents mentionnent par exemple, à côté de nombreuses corporations de courtiers attachées aux principaux souqs, une corporation de dallālīn qui couvrait peut-être l’ensemble de l’agglomération ; ou encore, à côté de corporations de bouchers en moutons, en buffles ou en chèvres, une corporation de ğazzārīn apparemment non spécialisés13.

  • 14 Ǧabartī, II, 224 ; IV, 198, 200, 245.
  • 15 Bowring, Report on Egypt, 117. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, I, 99.

19Ces remarques faites, la confrontation des diverses listes dont nous pouvons disposer nous amène à penser que le nombre réel des corporations de métiers était vraisemblablement très supérieur à 200 et sans doute voisin de 230 ou 240, total qui n’est pas très éloigné du chiffre d’Evliya Čelebi. Ǧabartī, il est vrai, mentionne des chiffres très inférieurs à l’occasion de cérémonies auxquelles les ṭā’ifa participaient « en corps » : plus de 70 ḥirfa vers 1790 ; 91 chars de métiers en 1814 ; 15 chars de plus, soit 106, à nouveau en 1814 ; davantage en 181614. Mais il ne s’agissait évidemment pas de toutes les corporations existant alors au Caire, et ces chiffres doivent plutôt être rapprochés de ceux que donnent les manuels de futuwwa. Par contre les informations dont nous disposons pour le xixe siècle, à une époque où l’organisation corporative commençait à s’affaiblir, confirment notre évaluation : Bowring, vers 1840, donne le chiffre de 164 « guilds or corporations », et ‘Alī Pāšā Mubā-rak, vers 1870, dit qu’il y a au Caire 198 ṭawā’if dont il cite 8715.

  • 16 Mantran, Istanbul, 353-4. L. Massignon, Enquête sur les corporations musulmanes, 3-13 ; La structu (...)

20Il est intéressant de comparer ces chiffres à ceux dont on dispose pour les autres grandes villes musulmanes. S’il n’est guère possible de considérer comme vraisemblable le total de 1.109 corporations qu’Evliya Čelebi dénombrait à Istanbul, deux évaluations faites en 1657 (148 corporations) et 1734 (143 corporations) bien qu’incomplètes paraissent plus proches de la vérité : elles sont notablement inférieures à celles que nous avons faites pour Le Caire, ville pourtant trois fois moins peuplée qu’Istanbul. A une époque plus tardive, L. Massignon dénombrait 164 corporations à Fès, et 114 corporations traditionnelles à Damas16. Les corporations de métiers étaient donc exceptionnellement nombreuses au Caire, à l’époque ottomane, ce qui constitue un indice sûr de la vitalité qu’y avaient conservée l’artisanat et le commerce.

Évolution du nombre des corporations

21On souhaiterait pouvoir rapprocher les uns des autres les dénombrements dont nous disposons pour diverses époques afin d’en tirer des conclusions sur l’évolution de la structure corporative, et d’une manière plus générale sur les transformations survenues dans l’économie. Cette comparaison est malheureusement difficile parce que les listes dont nous disposons sont incomplètes ou difficilement comparables.

22D’une manière générale le nombre global des corporations de métiers paraît avoir relativement peu varié pendant les xviie et xviiie siècles : Evliya Čelebi, les sources arabes et la liste de Vincennes donnent des chiffres assez concordants, un peu supérieurs à deux cents.

23Par contre la comparaison des listes successives fait apparaître des différences qui ne sont pas sans signification en ce qui concerne l’évolution économique et urbaine du Caire pendant l’époque ottomane. On trouve dans Evliya Čelebi un grand nombre de corporations spécialisées qui ne figurent plus dans les listes postérieures, ce qui indique sans doute le déclin d’un certain nombre de métiers de luxe dont la situation était d’ailleurs déjà très mauvaise au xviie siècle, à en juger par les effectifs extrêmement réduits de beaucoup d’entre eux : Evliya Čelebi mentionne ainsi 15 corporations de fabricants de pātisseries et 5 corporations de fabricants et marchands de sucreries auxquelles ne correspondent que 3 corporations dans les sources arabes et dans la liste de 1801 (numéros 87, 265 et 267). Tout aussi significative est la disparition progressive des corporations de marchands de coiffures et et de fourrures (6 corporations dans Evliya Čelebi ; 2 dans les sources arabes, qāwuqğiyya et farrā‘iyyīn ; aucune dans la liste de 1801). La diminution très sensible du nombre des corporations de fabricants-marchands de chaussures a sans doute la même raison : 8 corporations dans Evliya Čelebi, 5 dans les documents arabes, 2 seulement dans le document de Vincennes (numéros 27 et 100). Il en va de même des activités les plus raffinées, dont Evliya donne une liste d’une variété d’ailleurs un peu suspecte car certaines spécialités ne sont exercées que par un nombre infime d’artisans-marchands : trois corporations de graveurs (60, 30 et 13 individus) ; corporations des marchands de musc (15 individus), de savon au musc (12 individus), d’aloès et d’ambre (20 individus). Au total, dans Evliya Čelebi, 14 corporations pour les métaux précieux, la gravure, etc..., contre 7 dans les documents arabes et 3 dans la liste de 1801 ; en ce qui concerne les épices et parfums, 9 corporations dans Evliya contre 3 et 1 seulement dans les deux autres listes. Dans le cas des armes la diminution sensible du nombre des corporations traduisait le changement qui était survenu dans la technologie militaire : 13 corporations dans Evliya Čelebi (dont 7 pour les arcs, flèches, armes blanches), contre 6 dans les sources arabes, et 2 seulement dans la liste de 1801 ; mais 6 des corporations énumérées par Evliya comptaient moins de 40 individus et étaient donc déjà dans un état de déclin avancé qui explique le regroupement constaté ensuite. Non moins frappante est la diminution du nombre des corporations vouées à un type de fabrication lié à la caste dominante, comme celui des tentes : cinq corporations dans Evliya contre une seulement dans les documents arabes et la liste de 1801. Dans le cas des métiers spécialisés dans le travail du fer le regroupement constaté (16 corporations dans Evliya, 6 dans la liste de 1801) peut s’expliquer par la fusion dans des corporations plus nombreuses d’activités parcellaires qui, au xviie siècle déjà, n’intéressaient plus qu’un nombre très limité d’individus : 10 fabricants de limes (egegi), 20 fabricants de hachettes (kesergi), 20 fabricants de scies (minšargiyan), 15 fabricants de serrures (kilidgiyan).

24Tandis que disparaissaient ainsi certains métiers pour des raisons tantôt techniques et tantôt sociales et économiques, le nombre des sous-corporations locales tendait apparemment à augmenter, évolution qu’on pourrait expliquer par le développement de l’agglomération. Dans plusieurs cas, aux corporations couvrant l’ensemble du Caire, que mentionne Evliya, correspondent dans les sources arabes et la liste de 1801 des corporations de quartiers : quatre corporations de dallālīn et de simsār dans le Seyahatname, une douzaine de corporations de dallālīn (une pour chaque grand souq) dans les documents du Maḥkama ; quatre corporations de porteurs d’eau différenciées suivant la technique employée (porteurs d’eau à pied, avec ānes, en boutiques) dans Evliya, contre 8 corporations surtout locales dans la liste de 1801 (numéros 75, 77, 78, 79, 80, 97, 114, 218). La multiplication des corporations spécialisées dans la vente des tissus et généralement rattachées à des souqs déterminés (Evliya ne mentionne que les corporations du Ḫān al-Ḫalīlī) correspond évidemment au rôle déterminant pris par ce commerce dans l’activité économique du Caire. Nous donnerions volontiers la même explication à l’apparition de nombreuses corporations de teinturiers spécialisés dans diverses sortes de tissus et de couleurs tant dans les documents arabes que dans la liste de 1801 (cinq corporations contre une seule corporation de boyagiyan dans Evliya). Le passage de l’unique corporation de marchands de tabac mentionnée par Evliya (duhan füruš) aux deux corporations des sources arabes (bayyā‘ūn al-duḫān/marchands de tabac et šubukšiyya/fabricants de pipes) et enfin aux huit de la liste de 1801 (trois pour le tabac et cinq pour les pipes) correspondait au succès foudroyant d’un produit absolument nouveau. Ce développement rapide montre qu’aux xviie et xviiie siècles l’organisation corporative restait extrêmement vivace sur le plan social et le plan économique, alors même que, envisagée sous son aspect « idéologique », elle paraissait depuis longtemps figée.

Les effectifs des corporations

  • 17Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, I, 99-101.

25La seule source dont nous disposons à l’époque ottomane pour évaluer l’effectif des corporations est l’ouvrage d’Evliya Čelebi dont il est naturellement impossible de suivre les estimations globales sans discussion. Cependant si on se borne aux corporations d’artisans, de commerçants et de « services », pour lesquelles les renseignements d’Evliya étaient sans doute relativement sûrs, le total de 119.140 individus pour 262 corporations, auquel on arrive, correspond à une moyenne de 455 individus par corporation. Nous pouvons rapprocher ce chiffre des évaluations faites vers 1870 par ‘Alī Pāšā qui dénombrait 198 corporations de métiers avec un effectif global de 63.487 individus (moyenne par métier 320) ; mais en ne tenant compte que des 79 métiers effectivement cités par cet auteur, on obtient un total de 35.259 individus, soit 446 par métier, ce qui est exactement la moyenne que nous avons tirée d’Evliya17.

26Ce chiffre moyen qui paraît vraisemblable recouvrait des différences considérables. Certaines des corporations que mentionne Evliya étaient énormes, telles celles des porteurs d’eau sur les ānes (8.000 individus), des fabricants-marchands de chaussures (5.500), des commerçants en grains (3.800), des meuniers (3.160), des porteurs d’eau, des tisserands, des tailleurs, des barbiers, des charpentiers, des āniers (3.000 chacune).

27Au total 39 corporations rassemblaient plus de 1.000 individus chacune. Par contre Evliya cite également un nombre élevé de métiers de faible importance dont certains doivent être considérés comme de simples reliques : 61 corporations groupaient moins de 60 individus, les plus réduites étant celles de graveurs/nakkašan, de graveurs de sceaux et d’apprêteurs de turbans (trois individus chacune), de repasseurs et de fabricants d’encre (six individus chacune).

Le Caire et ses faubourgs

28Situées à proximité immédiate du Caire les agglomérations de Būlāq et du Vieux Caire, bien que distinctes de la ville, dépendaient étroitement d’elle du fait de leur fonction économique essentielle, celle d’avant-port de la capitale. Ǧīza, sur la rive opposée du Nil, avait une activité économique plus réduite, mais plus indépendante. Il n’est donc pas surprenant que dans l’organisation corporative les trois faubourgs aient été inégalement liés au Caire. D’après la liste de 1801, 51 corporations étaient communes au Caire et à ses banlieues : 10 corporations couvraient Le Caire, Būlāq, le Vieux Caire et Ǧīza : 17, Le Caire, Būlāq et le Vieux Caire ; 3, Le Caire, Būlāq et Ǧīza ; 18, Le Caire et Būlāq ; 3, Le Caire et le Vieux Caire. Deux corporations seulement, celle des « vendeurs de grenailles » (n° 105) et celle des « ouvriers en clous » (n° 120), étaient communes à Būlāq et au Vieux Caire. La plupart des corporations communes, 48 sur 53, l’étaient au Caire et à Būlāq dont l’activité économique était étroitement complémentaire. Le Caire avait 30 corporations en commun avec le Vieux Caire et seulement 13 avec Ǧīza.

29Les corporations communes étaient essentiellement celles des métiers les plus largement répandus : 24, soit presque la moitié, concernaient l’alimentation (boulangers, teneurs de fours, vendeurs de pain, marchands de légumes, bouchers, etc...) ; les autres concernaient en général des métiers de base, tels les tisserands, les teinturiers, les tailleurs, les cordonniers, les armuriers, les cafetiers, les barbiers, les maréchaux-ferrants, les marchands de cuivre, les ferblantiers. Le grand commerce constituait une exclusivité du Caire, absolue pour le café et les épices, presque totale pour les tissus : Le Caire comptait 32 corporations concernant les étoffes (dont seulement 4 communes avec les faubourgs) et Būlāq 6 (dont 4 communes). De même les corporations de « services publics » étaient particulièrement nombreuses au Caire qui, du fait de son étendue et de l’importance de sa population, posait des problèmes urbains particulièrement pressants : 9 corporations de porteurs d’eau (dont une commune) contre 2 à Būlāq ; 7 corporations de transport (dont une commune) ; 10 corporations de fossoyeurs. C’est au Caire seul enfin, ou presque, que se trouvaient les corporations d’amuseurs : 11 corporations (dont deux communes) contre 2 à Būlāq (communes).

30Les faubourgs du Caire n’avaient qu’un nombre réduit de corporations de métiers, dont la plupart d’ailleurs étaient communes avec Le Caire : Būlāq, 34 corporations particulières et 50 communes ; le Vieux Caire, 13 corporations particulières et 32 corporations communes ; Ǧīza, 15 corporations particulières, plus 13 corporations communes. Les corporations particulières concernaient d’une part des activités de base, en particulier à Ǧīza où l’on trouvait par exemple une corporation de meuniers (n° 168), de marchands d’huile (n° 166), et d’autre part des activités spécialisées qui assez souvent n’étaient pas représentées au Caire. C’est ainsi qu’il y avait à Būlāq six corporations pour le commerce des grains et du riz qui était concentré là ; ce port, où se faisait l’essentiel du commerce des textiles et du bois, comptait de même des corporations de marchands de coton (n° 187) et de lin (n° 202), de charbon (n° 88), de bois (n° 108), de canne (pour l’alimentation des fours : n° 106). Centre de constructions de navires, Būlāq était enfin le siège de corporations de calfats, de charpentiers, de menuisiers et de scieurs de long. On ne trouvait guère au Vieux Caire, en fait d’artisanat un peu spécialisé, qu’une corporation de fabricants de bardaques (n° 138), c’est-à-dire de vases d’argile. Par contre Ǧīza comptait quelques corporations qui témoignaient d’une certaine autonomie par rapport au Caire : « reis » des barques (n° 179) et pêcheurs du Nil (n° 178), fabricants de jarres vertes (n° 171), teinturiers de l’indigo (n° 172).

  • 18 Vincennes, Β 6 60, 12 octobre 1800. Les trois faubourgs totalisaient un peu moins de 40.000 habita (...)

31Il n’y avait évidemment aucune commune mesure entre l’activité économique qui régnait au Caire et dont la multiplicité et la diversité des corporations de métiers était un des signes, et celle que connaissaient ses faubourgs, limitée à des secteurs assez réduits, même dans le cas le plus favorable, celui de Būlāq. L’ordre du jour de Menou établissant, le 12 octobre 1800, une imposition sur les corporations de métiers faisait peser sur Le Caire d’une part, et sur ses trois faubourgs d’autre part, des charges dont l’extrême inégalité était à la mesure de l’énorme prépondérance de la capitale : les corporations du Caire devaient payer un million alors que celles des trois autres centres étaient taxées à 30.000 (Būlāq), 20.000 (Vieux Caire) et 3.000 (Ǧīza), c’est-à-dire beaucoup moins que ce qui aurait correspondu à l’importance relative de leurs populations18.

3. CARACTÈRES GÉNÉRAUX DES CORPORATIONS

Le morcellement des corporations de métiers

  • 19 Corporations nos 16, 136, 141, 241, 242.
  • 20 Evliya Čelebi, X, 364-5.

32Un des caractères les plus immédiatement évidents de l’organisation corporative au Caire est l’extrême morcellement des corporations. Ce morcellement s’était opéré suivant deux principes différents. Quand il s’agissait d’une différenciation technique, comme dans le cas des teinturiers dont la liste de 1801 mentionne cinq corporations, la fragmentation en corporations très spécialisées ne faisait qu’exprimer dans le mode d’organisation sociale la division du travail qui, ainsi que nous avons eu l’occasion de le remarquer précédemment, était un des traits fondamentaux du processus de production et de commercialisation et qui affectait même des métiers récents comme la fabrication et la vente des pipes qui, d’après la liste de 1801, étaient réparties en cinq corporations différentes19. Evliya Čelebi ne mentionne pas moins de quinze corporations entre lesquelles se partageaient les fabricants et les marchands de biscuits et de gāteaux20.

33La division des corporations suivant des critères géographiques résultait du principe fondamental suivant lequel les organisations professionnelles étaient normalement localisées dans un secteur déterminé de la ville, quartier ou rue, sauf lorsqu’il s’agissait de la fabrication ou de la vente de produits de très grande consommation (boulangers ou marchands de légumes par exemple), les artisans et les commerçants étant alors largement dispersés à l’intérieur de l’agglomération. Cette localisation était parfois exprimée d’une manière explicite dans le nom de la corporation : c’est le cas par exemple de la corporation des zayyātīn bi-ḫaṭṭ Ṭūlūn (qui correspond aux « vendeurs d’huile... Zaiétin el Mogharbi » de la liste de 1801, n° 55), de celle des sukkariyya bi-ḫaṭṭ bāb Zuwaïla (liste de 1801, n° 5 : « marchands de sucre »), ou encore des munağğidīn bi-sūq al-Māṭiyyīn (n° 95 : « matelassiers du Caire »), ou enfin des corporations de marchands de souqs. Mais même lorsque la localisation n’était pas mentionnée il n’en existait pas moins habituellement un lien étroit entre le métier, et sa corporation, et le lieu où il était exercé d’une manière presque exclusive. Tous les ṣaġa (bijoutiers et orfèvres, corporation n° 26) étaient installés dans le quartier qui d’ailleurs portait ce nom, à l’ouest de la Qasaba, en I 6 ; les ḫiyāmiyya ou ḫaïmiyya (liste de 1801 : « faiseurs de tentes qui sont au Caire », n° 96) tenaient boutique dans une partie de la rue qui prolongeait vers le sud la Qasaba Ridwān et qui, à cet endroit, portait précisément le nom de « Kheyâmyeh » (Description, 112 Ρ Ο 7), etc... Du fait de cette stricte localisation des métiers, des liens très forts existaient entre la corporation et le quartier où elle était établie : ce fut le cas, nous l’avons noté plus haut, à Ḥusaïniyya avec la corporation de bouchers ou à Rumaïla avec les marchands de légumes (ḫuḍariyya).

34Il n’y avait que peu d’exceptions à cette règle générale. La plus notable concerne les marchés de Ḫān al-Ḫalīlī et de Sūq al-Silāḥ qui, en dépit de leur éloignement géographique, furent parfois réunis dans des corporations communes : les sources arabes mentionnent une ṭā’ifat al-dallālīn bi-ḫān al-Ḫalīlī wa sūq al-Silāḥ, et nous avons trouvé dans la liste de 1801 une corporation des « marchands de bagatelles du Khankalili et Souk-essilah au Caire dit Khardaguiéh » (n° 243). Cette anomalie avait peut-être une raison technique : ces deux marchés avaient un caractère complémentaire ; c’est là en effet qu’étaient liquidées la plupart des successions qui donnaient lieu à des ventes aux enchères avec la participation des courtiers ; et nous savons d’autre part que le marché aux armes avait lieu alternativement au Sūq al-Silāḥ et au Ḫān al-Ḫalīlī.

35Pour les gouvernants et les chefs des corporations ce regroupement présentait des avantages évidents, le contact direct avec les membres des corporations permettant de les contrôler et de les administrer plus aisément. Ces considérations, autant que des raisons techniques, expliquent que, dans des cas où l’aire d’activité du métier couvrait des zones trop vastes ou discontinues, on ait vu apparaître des « sous-corporations » locales qui rétablissaient la liaison entre la ṭā’ifa et le quartier. Citons les neuf corporations de dallālīn/courtiers rattachées aux principaux souqs du Caire ; les porteurs d’eau répartis en huit corporations dont la distribution géographique répondait à d’évidentes nécessités techniques ; les corporations de tuğğār en tissus, chacune rattachée à un souq et spécialisée dans la vente d’un article déterminé ; les fabricants de chaux (ğayyāra) dont l’activité se déroulait hors des limites de la ville et qui étaient répartis en trois corporations (numéros 111, 211, 212) ; les huit corporations de fossoyeurs, chacune attachée à un cimetière (numéros 89, 110, 117, 210, 217, 247, 251, 252, auxquels il y a peut-être lieu d’ajouter les numéros 213 et 245), etc...

Groupements de corporations

  • 21 Evliya Čelebi, 359-61. Voir sur ce problème Baer, Egyptian Guilds, 40-2.
  • 22 Voir l’énumération de métiers faite par Thévenot (Voyages, III, 123) à l’occasion d’une zīna à Ale (...)

36Evliya Čelebi, dans sa description du défilé des métiers au Caire, indique que les corporations étaient réparties en trente groupes dans lesquels elles étaient en général rassemblées suivant des affinités professionnelles, bien que dans certains cas les rapports entre métiers d’un même groupe fussent assez lointains : c’est ainsi que le troisième groupe dans le défilé rassemblait les porteurs d’eau, les marchands de diverses boissons sucrées, les marchands de vinaigre, les cafetiers, les marchands de tabac, les raconteurs d’histoires dans les cafés et les mimes et comiques21. Mais le groupement était en général logique et chaque groupe formait un ensemble cohérent placé sous l’égide d’un saint-patron commun, sans toutefois qu’il y ait coïncidence avec le système de patronage des corporations tel qu’il était établi par la futuwwa, puisqu’il y avait environ 70 corporations à pīr, donc beaucoup plus que de groupes. Toutefois aucune de nos autres sources ne mentionne un regroupement de ce genre ; d’autre part, lorsque les auteurs signalent des défilés comparables à celui qu’aurait vu Evliya au Caire, l’ordre dans lequel se présentent les métiers est totalement différent de celui que note Evliya22 : on incline donc à penser que ce groupement avait un caractère surtout pratique et qu’il était lié à certaines cérémonies publiques auxquelles participaient les corporations.

  • 23 Evliya Čelebi, X, 362, 369, 381. Voir Baer, Egyptian Guilds, 42-4.
  • 24 Shaw, Financial, 118-123. Chabrol, Essai sur les mœurs, 515.

37Il ne serait pas impossible non plus que ce groupement ait été dans certains cas dicté par des raisons administratives, certains groupes de métiers se trouvant, comme l’indique Evliya dans sa description, sous le contrôle d’un officier du gouvernement qui était fermier de la muqāṭa‘a couvrant ces métiers : mimar baši pour les métiers de la construction (cinquième groupe) ; subaši pour les corporations immorales qui constituaient le trentième groupe, etc...23. Ces groupes de corporations placés sous la « protection » de personnages qui, en fait, les exploitaient, auraient donc eu une situation assez comparable à celle d’autres groupements mieux connus de nous : corporations principalement de marchands de comestibles placées sous l’autorité du muḥtasib ; groupe assez hétéroclite de corporations contrôlé par l’amīn al-ḫurda. A en croire Chabrol, dont l’information sur ce point paraît douteuse, le chef des bains avait de même sous sa juridiction « vingt-quatre cheykhs de divers métiers, comme ceux des faiseurs de tentes, des chameliers, des joueurs de bāton, des chanteurs et orateurs de rue et de ceux qui dressent les jeunes ânes »24. Ces groupements avaient un caractère administratif et fiscal qui n’affectait en rien la structure des corporations qui en faisaient partie. Il n’y a donc pas lieu d’insister davantage ici sur un problème sur lequel nous reviendrons plus loin.

Corporations d’artisans et de marchands

  • 25 Sur ce problème voir Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 302-3.

38Nos listes comportent un nombre assez égal de corporations d’artisans et de corporations de marchands : en tant qu’organismes professionnels et que rouages administratifs, c’est-à-dire pour l’essentiel de leur activité à l’époque qui nous intéresse, ces deux types de corporations paraissent tout à fait semblables25.

  • 26 Cheikh du Sūq al-Ġazl (1517) et du Sūq al-Warrāqīn (1519) (Ibn Iyās, V, 184, 309).
  • 27 Damurdāsī, 44. Ǧabartī, IV, 71 et 199.

39Le problème ne se pose même pas pour le petit commerce parce que, ainsi que nous avons déjà eu l’occasion de le remarquer, dans la plupart des cas les fabricants étaient également vendeurs de leurs produits. Les négociants, dont la majeure partie étaient des marchands d’étoffes, sont largement représentés dans nos listes sous la forme de corporations de souqs. Bien que ce type de corporations ait paru se multiplier pendant l’époque ottomane, il n’était en rien nouveau : Ibn Iyās mentionne des corporations de souqs dans les premières années du xvie siècle26. Elles avaient apparemment la même organisation intérieure que les autres corporations : elles étaient comme elles dirigées par des cheikhs, participaient aux mêmes cérémonies collectives et étaient soumises aux mêmes obligations financières. Les textes n’établissent d’ailleurs aucune sorte de distinction entre les ṭawā’if de ce point de vue : Damurdāšī, évoquant les réceptions faites à la Citadelle à l’occasion de la circoncision des enfants du pacha Ismā‘īl (en 1696), cite pêle-mêle les gens (ahl) du Ḫān al-Ḫalīlī et du Sūq al- Ṣāġa, les ‘aqqādīn (passementiers), les surūğiyya (selliers), les gens du Ġūriyya et du Ṭūlūn, etc... ; la contribution de 2.000 bourses demandée en 1807 s’abat indifféremment sur les gens des corporations (arbāb al-ḥiraf) et sur les gens du Ġūriyya et du Ḫān al-Ḫalīlī ; parmi les métiers dont les 91 chars défilent au début de 1814 pour le mariage d’Ismà’ïl figurent les tuğğār du Ġūriyya et la ṭā’ifa tuğğār Ḫān al-Ḫalīlī 27. Ce qui était vrai des souqs et des ḫān l’était également de certaines grandes wakāla qui formaient aussi des corporations : la Wakāla al-Ǧallāba était le siège de la corporation des « courtiers de nègres et négresses » (liste de 1801, n° 94) ; parmi les cheikhs de corporations de métiers que convoqua ‘Alī Agha en 1703 pour fixer un tarif des prix figurait le cheikh de la Wakāla al-Zaït ; enfin la liste de 1801 compte une corporation des « marchands de savon qui sont dans l’Oquelle dite el Saboun au Caire » (n° 182).

40Les corporations de souqs n’étaient qu’un aspect géographique d’une réalité professionnelle et institutionnelle unique. D’une manière générale toute corporation de métier constituait une corporation de souq, dans la mesure où elle exerçait son activité dans le cadre d’un marché : c’était le cas des ‘aṭṭārīn/droguistes, concentrés dans le Sūq al-Faḥḥāmīn qui servait à désigner leur ṭā’ifa, ou des ḥarīriyyīn/fabricants et marchands de tissus de soie qu’on qualifiait souvent de ḥarīriyyīn bi-sūq al-Harāmiziyyīn ou al-Tarbī‘a, des deux noms successifs du marché où se trouvaient leurs boutiques (26 Κ 6) ; le marché du Ġūriyya étant essentiellement consacré à la vente des étoffes des Indes, la corporation des tuğğār qui y opéraient était appelée indifféremment ṭā’ifat al-Ġūriyya ou ṭā’ifat al-tuğğār fī l-aqmišat al-hindiyya.

41Si les corporations de souqs ne constituaient pas un type de corporation fondamentalement différent des corporations d’artisans, bien que le lien avec un quartier ou une rue, qui existait dans presque toutes les corporations, fût dans leur cas plus fort et plus visible, il est cependant vraisemblable qu’elles étaient moins stables que les corporations des métiers « de base », et davantage soumises aux fluctuations que pouvaient provoquer les vicissitudes de l’économie, l’évolution du cadre urbain, ou même un facteur aussi irrationnel que la mode. Cela explique qu’elles aient été moins profondément et moins durablement intégrées dans l’organisation corporative, et que, par exemple, elles n’aient pas figuré dans le cadre de la futuwwa : il n’est donc pas improbable que leur structure ait été au total moins rigide que celle des corporations d’artisans.

Corporations nationales et religieuses

  • 28 Général Reynier (State of Egypt after the Battle of Heliopolis), cité par Baer, Egyptian Guilds, 2 (...)

42La tendance des divers groupes religieux ou nationaux qui existaient au Caire à se spécialiser dans l’exercice de certains métiers, parfois d’une manière assez exclusive pour qu’ils en acquièrent le monopole, ne pouvait manquer d’avoir des conséquences sur le plan de l’organisation corporative : « If various members of the same religion exercise the same trade, they form a corporation, écrivait Reynier... The merchants also form corporations, according to their country, the species of their commerce, and their religious worship »28. Cependant il y avait sur ce point une différence profonde entre les communautés « nationales » et les communautés « religieuses ».

43Les groupes non égyptiens musulmans, lorsqu’ils occupaient une position dominante dans une activité économique, pouvaient constituer de véritables corporations nationales, en fait et peut-être même en droit. Nous avons relevé l’existence au Caire d’au moins deux et sans doute quatre corporations de Maghrébins (marchands d’huile, beurre et fromage ; marchands d’étoffes dites aḥrima de Ṭūlūn ; marchands de burnous et cordonniers du Faḥḥāmīn) dont les cheikhs et la quasi-totalité des membres étaient maghrébins. Il y a tout lieu de penser également que les marchands de savon de la corporation de la Wakāla al-Sābūn étaient à peu près tous des Palestiniens comme l’était leur cheikh en 1799, Aḥmad al-Zarū. Il y avait de même au Caire un certain nombre de corporations qui étaient en totalité, ou en grande partie, composées de Turcs ; la liste de 1801 nous en donne plusieurs exemples : une corporation de courtiers (n° 2) dont le cheikh était Muḥammad « Kessarly » (originaire de Kayseri) ; la corporation des marchands « de tabac à fumer en détail du quartier Bab ez Zihoumé », qui avait pour cheikh Ḥasan « Entabli » (originaire de ‘Aynṭāb/Gaziantep) (n° 135) ; plusieurs corporations du Ḫān al-Ḫalīlī (le cheikh de la corporation des « marchands de toile du quartier dit Kankalili », n° 38, était Ibrāhīm « Khorbatli », originaire de Harput). Les membres de la corporation des ğallābīn/marchands d’esclaves noirs étaient des Nubiens, etc... Cette situation ne posait aucun problème, car les non-Égyptiens musulmans n’étaient pas considérés comme véritablement « étrangers », et leurs ṭawā’if, du fait de la communauté de religion, s’inséraient sans difficultés dans l’organisation corporative.

  • 29 Evliya Čelebi, 362, 366, 370. Lane (Modem Egyptians, ed. 1846, II, 398-9) mentionne un « chief of (...)

44Il en allait tout autrement des minoritaires religieux, c’est-à-dire des coptes et des juifs. Il y avait au Caire un certain nombre de métiers que l’on peut qualifier de mixtes, dans lesquels on trouvait à la fois des musulmans et des chrétiens, en proportions variables (métiers de la construction, charpenterie, travail des métaux précieux), et quelques métiers qui n’étaient pratiqués que par des non-musulmans (boucherie, vente de l’alcool). Les solutions adoptées en ce qui concerne l’organisation corporative semblent avoir varié suivant ces différents cas. Il ne paraît pas douteux qu’il y ait eu au Caire des corporations distinctes dans le cas où un métier, ou une branche de métier, était exercé par des non-musulmans. Evliya cite un certain nombre d’exemples de corporations à caractère confessionnel qu’il dit avoir vu participer au défilé des corps de métiers : dans le huitième groupe (celui des kassaban/bouchers), la corporation des bouchers juifs (yehudi kassabi) ; dans le troisième groupe, après la corporation des marchands de boza qui étaient musulmans, celle des teneurs de tavernes (meyhanegiyan) ne comprenant que des kafir ; dans le quinzième groupe (orfèvres et métiers assimilés), la corporation des fabricants d’objets d’étain (tenekegiler), tous juifs. De même les marchands de fromage juifs (yehudi peynirgileri) formaient peut-être une corporation séparée de celle des marchands de fromage qui défilait dans le huitième groupe29. Ce n’est que dans ces cas exceptionnels qu’auraient pu exister des corporations non musulmanes, dont nous devons d’ailleurs remarquer que nous n’avons trouvé aucune mention dans les documents d’archives égyptiens.

  • 30 Sur ce point particulier nous trouvons excessive la conclusion de Baer qui assure que « with few e (...)
  • 31 Evliya Čelebi, X, 362, 369, 370, 371.
  • 32 Tribunal, ‘Arab., v. 66, 383 ; v. 75, 182 ; ‘Ask., v. 126, 733 ; ‘Arab., v. 74, 392 ; v. 127, 280  (...)
  • 33 Tribunal, ‘Arab., v. 126, 236.

45Dans le cas le plus fréquent, celui de métiers « mixtes », comprenant simultanément des musulmans et des chrétiens ou des juifs, il n’y avait pas ségrégation mais inter-confessionnalisme dans les corporations30. Evliya mentionne plusieurs exemples de corporations inter-confession-nelles : les orfèvres (zergeran yani kuyumgiyan) qui sont en majorité coptes constituent avec les musulmans une corporation dotée d’un saint-patron (Naṣr ibni Abdullahi Zergerî) ; il en va de même pour les tailleurs (hayyatan yani terziyan) dont la plupart sont grecs et coptes (patron : Hazreti Idris) ; et pour les menuisiers (neggaran) et les fabricants de boutons (duğmegiyan), en majorité juifs31. C’est ce que confirment les documents des archives du Caire ; les successions des artisans et marchands minoritaires étaient liquidées en présence des cheikhs (musulmans) des corporations correspondantes auxquelles ils appartenaient donc vraisemblablement, et nous n’avons rencontré dans aucun cas de mention d’une corporation séparée : successions des ḏimmī Hārūn al-Yahūdī, juif, et Na‘ma, chrétien, l’un et l’autre ḥarīrī, en présence du cheikh ou du naqīb des ḥarīriyyīn ; de Niqūlā al-Yahūdī, détaillant en papier, en présence du cheikh de la ṭā’ifat al-warrāqīn ; de Yûsuf b. ‘Īd al-Yahūdī, ṣarrāf et Manqūra, copte, en présence du cheikh ou du naqīb du Ṣāġa ; de Tūma al-Naṣrānī, maḫaïšātī/marchand de tissus ḫaïš, en présence du cheikh de la corporation des maḫaïšātiyya ; de Yannī al-Naṣrānī al-Rūmī et Miḫā’il al-Naṣrānī al-Ya‘qūbī, tailleurs l’un et l’autre, en présence du cheikh de la corporation des ḫayyāṭīn32. Cet inter-confes-sionnalisme des corporations de métiers pouvait aller assez loin : la liquidation de la succession de l’orfèvre chrétien Isḥāq se fit sous le contrôle du chrétien Mihā’il, naqīb au Ṣāġa dont le cheikh était alors al-Ḥāğğ Maḥmūd al-Ḏahabī, un musulman, ce qui paraît indiquer que dans les corporations pluri-confessionnelles des responsabilités importantes pouvaient être assumées par des minoritaires33.

46Mais non sans doute celle de cheikh. Sur ce point nous ne pouvons accepter le témoignage du seul document qui atteste qu’un non-musulman ait dirigé une corporation mixte, la liste de 1801 qui cite deux cheikhs coptes (« Brahim Megarelghaiet », cheikh de la corporation des bijoutiers et orfèvres, n° 26 ; « Ibrahim » cheikh des porteurs d’eau du quartier Bāb al-Baḥr, n° 77) auxquels il faut peut-être ajouter « Mikail » (nom illisible) « faisant pour ( ?) cheikh des galonniers » (n° 152). Il ne pouvait s’agir que d’une dérogation, qu’expliquent des circonstances exceptionnelles, à une règle qui ne paraît pas avoir souffert d’exceptions : en ce qui concerne les bijoutiers et orfèvres les nombreux documents du Maḥkama dont nous disposons ne donnent que des noms de cheikhs musulmans, bien que la corporation ait été en partie composée de chrétiens.

  • 34 Ǧabartī mentionne en 1814, à propos d’un grand défilé de corporations, la présence des gens du Ḥam (...)
  • 35 Corporations de tailleurs grecs, de bijoutiers arméniens, de fabricants de chaises grecs, coptes e (...)

47La coexistence de musulmans et de chrétiens à l’intérieur d’une même organisation corporative s’explique peut-être moins par un esprit de tolérance, ou d’indifférence aux problèmes confessionnels, que par la répugnance des autorités à voir se constituer des corporations non musulmanes, sauf dans les cas où des impératifs religieux (nécessité de respecter des interdits alimentaires) ou sociaux (professions décriées), imposaient une telle ségrégation. Ainsi s’explique peut-être que le Hamzāwï, que les chrétiens syriens avaient progressivement colonisé, à partir du début du xviiie siècle, soit resté le seul grand marché de tissus au xviiie siècle à ne pas constituer une corporation autonome : l’existence d’une corporation des chrétiens du Ḥamzāwī (ṭā’ifa naṣārā al-Ḥamzāwī) n’est attestée que dans les premières années du xixe siècle34. C’est, semble-t-il, au xixe siècle que se produisit une évolution vers la constitution de corporations séparées pour les minoritaires chrétiens ou juifs, dont nous trouvons plusieurs exemples chez ‘Alī Pāšā, peut-être en raison de l’influence et du prestige sans cesse croissants dont ils avaient bénéficié depuis l’avènement de Muḥammad ‘Alī35.

Métiers de bas et de haut statut

  • 36 Ǧabartī, III, 40-3, 147, 191 ; IV, 120.
  • 37 Nicolas Turc, Chronique, 45 ; texte, 31. Ibn Abī l-Surūr, 64 b.

48Certains métiers du Caire jouissaient d’une médiocre considération, ou étaient même franchement décriés. Les auteurs emploient pour les qualifier des appellations variées. Nous avons trouvé dans Ǧabartī : al-ḥiraf (ou al-ṣanā’i‘) al-danī’a ; al-ḥiraf al-sāfila et al-ḥiraf al-marḏūla36. D’une manière générale les métiers incriminés étaient des métiers peu rémunérateurs et salissants, ou pratiqués par des marchands ambulants. S’y ajoutaient toutes sortes de métiers auxquels s’attachait un discrédit moral (laveurs de morts, croque-morts) et finalement les métiers considérés comme honteux : amuseurs de plus ou moins bas étage, proxénètes et prostitués de tous sexes37.

  • 38 Evliya Čelebi, 381-5. De même dans la zaffa de la fille de Aḥmad Agha les amuseurs paraissent défi (...)

49Ces derniers métiers se trouvaient évidemment en marge de l’organisation corporative, les plus méprisés en étant même probablement complètement exclus. Evliya Čelebi place à la fin de son défilé des corporations un groupe de 29 métiers qui comprend outre une bonne partie des métiers que nous venons de mentionner, avec un échantillonnage particulièrement varié de prostituées et d’entremetteurs (sept corporations), les mendiants, les marchands d’esclaves noirs, les voleurs, etc...38. Mais il y a lieu de douter que la plupart de ces métiers aient constitué de véritables corporations : ceux que mentionne Evliya composaient un groupe à caractère essentiellement administratif placé sous le contrôle du subaši. Aucune des autres listes de corporations ne les mentionne et nous soupçonnons que, dans les nombreuses références que les voyageurs ont faites à une « corporation » de voleurs, le désir de noter un détail pittoresque l’a emporté sur le souci de la véracité.

  • 39 Voir Gotha 903, 124 b-125 a, 126 a-b, 105 a-106 b. Baer, Egyptian Guilds, 34-7.
  • 40 Sur le problème des métiers peu considérés voir R. Brunschvig, Métiers vils en Islam. Également La (...)

50En dehors de ces métiers peu honorables il existait des activités qui souffraient d’un discrédit social dont l’origine était parfois lointaine et plus ou moins facilement explicable. Les manuels de hisba en citent un certain nombre. On trouve de même dans un manuel de futuwwa comme le Kitāb al-ḏaḫā’ir plusieurs listes énumérant des catégories différentes de métiers. Certaines de ces corporations dites du commun (al-‘awāmm) n’avaient pas de véritable cheikhs, mais seulement des maqāmāt : c’était le cas des ṭabbāḫīn/cuisimers, ḫabbāzīn/boulangers, duḫāniyya/marchands de tabac, bitū‘ al-līmūn/marchands de citron, ḥammāra/âniers, ḫawwāṣīn/vanniers, tarrāsīn/transporteurs de grains, šayyālīn/portefaix. Un autre groupe était composé de corporations dirigées par des cheikhs dont le šadd ne valait que pour leur propre corporation, en raison de leur ignorance ; certaines de ces corporations figurent déjà dans la liste qui précède : ğammāla/chameliers, âniers, ṭawwābīn/fabricants de briques, ḥabbālīn/fabricants de cordes, ma‘ṣarā-niyya/fabricants d’huile de lin, ṣabbāġīn/teinturiers, ḥaddādīn/forgerons, boulangers, ṭaḥḥānīn/meuniers, cuisiniers, farrānīn/fourniers, ğazzārīn/bouchers, ṣayyādīn/pêcheurs, adamiyyīn ?/marchands de cuir ?, ġarābiliyya et manāḫiliyya/cribleurs, portefaix, ṣuyyāġ/orfèvres. Il y avait enfin des corporations dont les cheikhs étaient apparus tardivement et n’avaient donc pas de chaîne de tradition (silsila) les liant avec les anciens patrons : meuniers, fabricants d’huile de lin, sayāriğ/fabricants d’huile de sésame, ṭabbālīn/tambourineurs, cribleurs, arbāb al-malāhī/amuseurs39. Il s’agissait dans la plupart des cas de métiers pauvres ; à cette règle les fabricants d’huile de lin constituaient une exception notable, mais cette industrie était salissante et donc relativement dégradante, comme celle des teinturiers ou des marchands de cuir, eux aussi stigmatisés ; quant aux orfèvres, c’est évidemment la suspicion religieuse qu’implique le maniement des métaux précieux qui justifiait leur présence sur une de ces listes40.

  • 41 Gotha 903, 60 b-62 b. Baer, Egyptian Guilds, 37-8. Baer propose de lire, dans Gotha, 61 b, ḥayyākī (...)
  • 42 Ǧabartī, I, 100 ; III, 226.

51Les classifications de corporations « considérées » traduisent la même hésitation entre des critères moraux (caractère vertueux ou utile de certaines professions) et des considérations purement matérielles (puissance économique des individus exerçant les métiers envisagés). Les listes données dans un ouvrage comme le Kitāb al-ḏaḫā’ir témoignent naturellement de préoccupation surtout éthiques : y sont donc distingués les aṭibbā’/médecins, les ḥallāqīn/barbiers, les saqqā’iyyīn/porteurs d’eau, les qabbāniyya/peseurs, les kutubiyyīn/marchands de livres ; mais le fait que les ḥabbākīn/tisserands, les ‘aṭṭārīn/marchands d’épices soient également mentionnés indique que la prospérité des métiers était prise en considération41. C’est bien ce qui ressort essentiellement des passages dans lesquels Cabartî parle de métiers considérés (al-ḥiraf al-mu‘tabara) ou dans lesquels il paraît esquisser une hiérarchie des métiers ; il s’agit dans ces différents cas des métiers les plus importants au point de vue économique, c’est-à-dire surtout de ceux qui concernent la vente des épices ou des tissus : tuğğār du Ġūriyya ou du Ḥarīriyya, ḫawāğāt du Sūq al-Šarb, qāwuqğiyya/fabricants de bonnets, ‘aqqādīn/passementiers42. Mais il est bien évident que l’on quitte désormais le domaine des principes corporatifs pour entrer dans celui des réalités matérielles, économiques et sociales.

4. L’IDÉOLOGIE CORPORATIVE : LA FUTUWWA

  • 43 D’une bibliographie fort volumineuse nous nous contenterons de citer en dehors de l’article Futuww (...)
  • 44 S. Labib consacre un court développement à la futuwwa sans apporter de documents nouveaux sur ce p (...)

52Les corporations de métiers égyptiennes qui, lorsqu’on les considère de l’extérieur, apparaissent essentiellement comme des organismes socio-économiques, étaient d’autre part les foyers d’une activité para-religieuse dont les principes et le rituel étaient codifiés dans les manuels de futuwwa. Beaucoup d’obscurités et d’incertitudes entourent encore les origines de la futuwwa, ses formes successives et les cheminements par lesquels elle en est arrivée à devenir, d’une manière à peu près exclusive, un système d’organisation des corporations professionnelles43. Tout permet de supposer qu’en Égypte l’introduction de la futuwwa n’était pas antérieure à l’arrivée des Ottomans en 151744. Aussi nous bornerons-nous à l’étudier sous l’aspect qu’elle avait pris définitivement alors, c’est-à-dire comme une sorte de « catéchisme » corporatif dans lequel était défini, d’une manière assez constante, ce qu’on peut appeler l’idéologie corporative et le rituel initiatique des corporations, en nous contentant souvent de décrire des phénomènes qu’on souhaiterait pouvoir tenter d’expliquer si les textes fondamentaux concernant la futuwwa étaient mieux connus et s’ils avaient fait l’objet d’études approfondies, ce qui est loin d’être le cas.

Les sources

53Les chroniques manuscrites, Ǧabartī et les divers sources imprimées que nous avons déjà eu l’occasion d’utiliser ne fournissent sur la futuwwa que des informations fragmentaires. Pour avoir des exposés complets sur cette question il est indispensable de recourir à des traités spécialisés, qui ont été mentionnés par H. Thorning, mais dont aucun n’a fait à ce jour l’objet d’une publication intégrale, ainsi naturellement qu’à la description du Caire par Evliya Čelebi.

  • 45 I. Goldziher, Abhandlungen, lxxvi-lxxxix. Thorning, Beiträge, 41-5. Baer, Egyptian Guilds, 2-3.

54Le Kitāb al-ḏaḫā’ir wa l-tuḥaf fī bīr al-ṣanā’i‘ wa l-ḥiraf manuscrit de la bibliothèque de Gotha (numéro 903), a été étudié par I. Goldziher, par H. Thorning et plus récemment par G. Baer. Cet ouvrage composé, d’après Goldziher, à la fin du xvie ou au xviie siècle, et copié en 1105/1693 ne se présente pas comme un exposé continu de la futuwwa, mais comme le commentaire d’un poème didactique sur les corporations. Comme les manuscrits dont nous allons parler il contient une liste des patrons de corporations (feuillets 5 b à 13 a) qui en est la partie la plus facile à utiliser ; le reste du texte donne en désordre, avec beaucoup d’obscurités et quelques lacunes, des informations parfois précieuses sur les corporations et la futuwwa. L’auteur en est inconnu, mais il a sans aucun doute vécu en Égypte et il décrit vraisemblablement les conditions qui régnaient en Égypte un siècle environ après l’arrivée des Ottomans45.

  • 46 Voir Thorning, Beiträge, en particulier pp. 16 et 225-270. H. Pérès, Kitāb basṭ madad al-tawfīq.
  • 47 Thorning, Beiträge, 17, 53. L. Massignon, La futuwwa. Ces manuscrits ont été également utilisés (m (...)
  • 48 Sur Lucas voir R. Clément, Les Français d’Égypte, 108-111.
  • 49 De nombreux Laqânï sont mentionnés dans Brockelmann. Plusieurs mentions dans Ibn Iyās (III, 72, 27 (...)

55Les quatre manuscrits que nous allons mentionner maintenant sont étroitement apparentés : il s’agit de manuels de futuwwa comportant l’exposé traditionnel sur l’histoire de la futuwwa, la liste des patrons de corporations (pīr), la série des questions et réponses, et la description du šadd. Le manuscrit de Gotha, sans titre, numéro 906, a été utilisé par Thorning qui a traduit le chapitre des demandes et des réponses, dont le texte a été ultérieurement publié par Henri Pérès. La copie de ce manuscrit a été achevée le 3 muharram 1064/24 novembre 1653, ce qui donne un terminus ad quem pour la rédaction du traité, qui dut être à peu près contemporaine de celle des trois traités de la Bibliothèque Nationale de Paris, avec lesquels le manuscrit de Gotha a des ressemblances évidentes46. Les trois Kitāb al-futuwwa de Paris (manuscrits arabes numéros 1375, 1376 et 1377) mentionnés par Thorning et utilisés par L. Massignon dans son article sur la futuwwa, ne diffèrent que par des variantes de détail, la seule divergence un peu importante concernant l’ordre dans lequel sont citées les dernières corporations dans les deux manuscrits 1375 et 1377 (le manuscrit 1376 est en effet incomplet). Ils dérivent évidemment d’une source commune, sont tous trois « égyptiens » et à peu près contemporains47. Le manuscrit 1375 porte la signature de Lucas et la date de 1718, et il fut sans doute acquis par le voyageur français lors du séjour qu’il fit en Égypte entre septembre 1716 et août 1717, mais l’écriture indique qu’il fut rédigé au xviie siècle48. Le manuscrit 1376 que son écriture permet de dater également du xviie siècle eut pour propriétaire le faqīh ‘Abd al-Ġanī Muḥammad al-Laqānī : ce personnage qui appartenait à une famille très connue de cheikhs malékites du Caire, pourrait avoir été le cheikh Muḥammad b. Aḥmad al-Laqānī qui, d’après un document du Maḥkama, était vivant en 1701, ou Muḥammad b. Ibrāhīm al-Laqānī, que mentionne Ǧabartī, et qui mourut vraisemblablement dans les dernières années du xviie siècle49. Enfin le manuscrit 1377, copié à la fin de sa’bān 1145, c’est-à-dire en 1733, est légèrement plus tardif.

  • 50 Massignon, La futuwwa (in Opera Minora, I), 400.
  • 51 Dans le K. al-futuwwa 1377 on trouve successivement : les porteurs de lampes (ḍaw’iyya), numéro 73 (...)

56Tous ces manuscrits ont en commun un évident caractère égyptien, les indices que la critique interne des textes permet de relever étant à plusieurs reprises confirmés, comme on vient de le voir, par des mentions explicites. Les dates de copie s’échelonnent entre 1653 et 1733, mais tout laisse penser que les ouvrages dont ils dérivent connurent leurs derniers remaniements un peu plus tôt, vraisemblablement au cours de la première moitié du xviie siècle : un des éléments les plus sûrs pour cette datation est naturellement la présence, parmi les corporations mentionnées, de la ṭā’ifa des qahwağiyya/cafetiers (en 50e et 51e positions dans Gotha 903, 48e dans Gotha 906, 75e dans le K. al-futuwwa numéro 1375 et 74e dans le numéro 1377), alors que les marchands de tabac, dont les corporations devaient se multiplier ultérieurement, ne sont pas mentionnés. De toute manière il s’agit de textes dont les archétypes étaient certainement très anciens puisque, d’après L. Massignon, les plus vieux manuscrits remontent au xiiie siècle50, mais qui furent ensuite abondamment remaniés. Est-il possible d’aller plus loin et d’établir la chronologie relative de ces différents manuscrits, ce qui permettrait de préciser comment s’est faite l’évolution de la futuwwa ? On serait tenté de penser que les listes les plus courtes de patrons (pīr) correspondent à un stade plus ancien d’évolution : les manuscrits Gotha 903 et 906 avec 69 et 67 corporations devraient donc être considérés comme reflétant un état antérieur à celui des manuscrits K. al-futuwwa 1375 et 1377 qui comptent chacun 75 corporations de métiers. De fait les hésitations que l’on constate dans les deux listes « longues » en ce qui concerne l’ordre des 3 dernières corporations, alors que l’arrangement est rigoureusement le même pour les 72 premières mentionnées, pourraient indiquer qu’il s’agit d’additions récentes51. Ces différences, ces changements et, ainsi que nous allons le voir, la très grande quantité de variantes de détail qui existent entre des listes pourtant très proches les unes des autres, posent dès le départ un difficile problème : d’une part la futuwwa apparaît comme un phénomène vivant et susceptible d’évolution ; mais d’autre part il est dans ces conditions difficile d’expliquer que des documents qui auraient dû avoir une importance décisive dans la vie des corporations de métiers présentent entre eux des différences aussi considérables.

57Le récit de voyage d’Evliya Čelebi contient une énumération exhaustive des corporations de métiers du Caire aux alentours de 1670, donc peu après l’époque où se fixait l’organisation de la futuwwa dont nos manuscrits nous donnent un exposé systématique. Les informations que nous fournit Evliya sur la futuwwa doivent en principe être considérées comme sérieuses, compte tenu de la parfaite connaissance qu’il avait de cette question. Malheureusement la liste des pīr des corporations cairotes que l’on peut dresser à partir du Seyahatname est la moins complète de toutes, puisque notre auteur ne mentionne que 40 patrons pour 36 métiers (4 métiers ayant chacun deux pīr) ; d’autre part, il n’y a concordance entre les noms de pīr que donne Evliya et ceux des cinq manuscrits sur la futuwwa que dans 18 cas, pour 28 métiers communs. Du fait de ces divergences, nous devrons nous appuyer principalement sur les Kitāb al-futuwwa, dont on peut tirer un tableau relativement cohérent de l’organisation des métiers, Evliya ne pouvant fournir que des compléments d’information.

Les pīr et les métiers

  • 52 Dans le système ṣūfī le pīr est le « directeur spirituel » (voir E.I., III, article de R. Levy, II (...)
  • 53 La liste des XVII que donne Massignon (La futuwwa, Opera Minora, I, 418) diffère quelque peu de ce (...)

58A la base de la futuwwa telle qu’elle existait au Caire à l’époque ottomane on trouvait les traditions relatives aux patrons de corporations : par l’intermédiaire de son pīr, mot emprunté au persan et orthographié pīr dans les textes arabes, chaque corporation était rattachée au Prophète Muḥammad, et au-delà à Ibrāhīm (Abraham) Nūḥ (Noé) et Adam, suivant une chaîne (silsila) ininterrompue52. Muḥammad procède à l’initiation de ‘Alī par la cérémonie du šadd. Sur l’invitation du Prophète, ‘Alī effectue alors le šadd des dix-sept premiers patrons, parmi les Compagnons (Aṣḥāb) présents, en commençant par Salmān al-Fārisī, patron des ḥallāqīn/barbiers. La liste de ces XVII est, dans les diverses versions du Kitāb al-futuwwa, d’une assez remarquable fixité : après Salmān Pak, ‘Amr al-Damrī (patron des sā‘a/courriers), Bilāl al- Ḥabašī (mu’aḏḏinīn/muezzins), Buraïda al-Aslamī (man yaḥmil sanğaqan/porte-étendards), Ḏūl-Nūn al-Miṣrī (ḥukamā’wa ğarā’iḥiyya/médecins et chirurgiens), Suhaïl ou Sa‘īd al-Rūmī (ḥammālīn/porteurs), Ḥasan al-Baṣrī (mašā’iḫ/cheikhs), Qanbur ‘Alī (suyyās/palefreniers), Kumaïl b. Ziyād (muṣannifīn/auteurs), ‘Abdallāh b. ‘Abbās (mufassirīn/commentateurs), al-Sayyid Rabḫī ou Zabḫī (bahālawīn ou umarā’/lutteurs ou émirs), Ǧūmard ou Ǧūmara (qaṣṣābīn/bouchers), Abū Ḏarr al-Ġaffārī (barādi‘iyya/selliers), Abū l-Dardā al-‘Āmirī (fuqarā’/ascètes), Abū ‘Ubaïda al-Hurmuzī (ra’īs/patrons de navires), Abū l-Naṣr (ou l-Ṣabr) ‘Abdallāh (ḥayyākīn/tisserands), al-Mu‘gaz ( ?) (qaṣṣārīn/foulons)53.

  • 54 Massignon, La futuwwa, Opera Minora, I, 418.

59‘Alī ordonne ensuite à Salmān al-Fārisī de procéder lui-même au šadd des autres Compagnons avec la permission du Prophète et de ‘Alī (bi-iğāzat al-nabī wa iğāzat ‘Ali). Commençant par ‘Umrān al-Barbarī, intronisé comme patron des ḫabbāzīn/boulangers, Salmān al-Fārisī donne le šadd au reste des pīr dont le nombre, ainsi que nous l’avons vu précédemment, est variable suivant les manuscrits : 52 dans Gotha 903 (total des pīr 69) ; 50 dans Gotha 906 (total des pīr 67) ; 58 dans les manuscrits de Paris 1375 et 1377 (total des pīr 75). Ainsi se trouvait complété le système de patronage des corporations de métiers au Caire par la juxtaposition de 17 uṣūl (racines) et d’un nombre variable de furū‘ (branches), sans qu’on puisse donner une explication pleinement satisfaisante de cette distinction, la liste des XVII, pour reprendre les termes mêmes employés par L. Massignon, ne correspondant « ni au classement de dignité » ni à la répartition économique de fait54. Tout au plus peut-on remarquer que les XVII comprennent un nombre particulièrement élevé de « corporations » non artisanales ou commerçantes (muezzins, porte-étendards, cheikhs, auteurs, commentateurs, ascètes) qu’on n’est pas surpris de trouver à une place de choix dans l’organisation corporative. Mais si la mention des barbiers se justifie aisément, elle aussi, du fait du rôle éminent assigné à leur patron Salmān dans la futuwwa, on ne peut en effet trouver aucune explication à la présence des porteurs, selliers ou foulons, corporations fort modestes tant du point de vue de la considération sociale que du point de vue de l’importance économique.

60Les différentes listes de pīr présentent entre elles, comme on peut s’y attendre, une grande parenté : les trois manuscrits de Paris ne se différencient que par des variantes de détail, mise à part la différence déjà signalée dans l’ordre des dernières corporations mentionnées. Dans 58 cas (sur 67) le manuscrit de Gotha 906 est conforme aux K. al-futuwwa. En ce qui concerne le manuscrit Gotha 903, le nombre des convergences avec les manuscrits de Paris est encore de 51 (pour 69 corporations mentionnées). Néanmoins le nombre relativement élevé des divergences existant entre ces cinq listes ne laisse pas d’être troublant dans la mesure où, le système du patronage étant à la base même de la futuwwa, l’identité des patrons des différentes corporations est précisément ce qui devrait être fixé avec la plus grande constance. Or nous venons de voir qu’il n’en est rien. Dans un assez grand nombre de cas la comparaison des différents manuscrits permet de constater que si les noms des pīr concordent bien d’un texte à l’autre, les patrons ne sont pas attribués aux mêmes métiers. C’est ainsi que ‘Āmir b. ‘Abdallāh donné comme patron des ‘attālīn dans trois manuscrits sur quatre est, dans Gotha 903, présenté comme le patron des fabricants de tapis (busuṭ). C’est ainsi encore que le manuscrit Gotha 903 ne mentionne pas la corporation des ṣabbāġin/teinturiers, à laquelle les autres manuscrits attribuent pour patron (avec des variantes de détail) Naṣr b. ‘Ubaïd dont Gotha 903 fait le pīr des orfèvres (ṣā’iġ), corporation qui ne figure pas dans les autres listes. Plus étonnant encore est le cas de Mansûr b. Ma‘āḏ (ou Ma‘āḏ) qui est présenté comme pīr des muġanniyyīn (Gotha 903, numéro 30), des muqarribīn (sic) (Gotha 906, numéro 31), des muṣannifīn (K. al-futuwwa 1375, numéro 31, qui fait double emploi avec le numéro IX), et des munağğidīn (K. al-futuwwa 1377, numéro 31). De telles substitutions dont il existe de nombreux exemples sont évidemment dues à des erreurs de copistes ou à des confusions dans la transmission des traditions ; mais elles paraissent difficilement justifiables si on considère que les textes de futuwwa étaient des manuels couramment utilisés aux xviie et xviiie siècles pour diriger la vie intérieure des corporations. On trouvera tout aussi significatives les innombrables variantes de détail qui déforment d’un manuscrit à l’autre les noms des pīr, parfois jusqu’à les rendre méconnaissables : c’est Ǧūmard al-Qaṣṣāb (en turc Gömerd), patron des bouchers, dont le nom est écrit Ǧarmūd et Ǧūmara (dans trois textes) et une seule fois correctement ; ou le patron des ḫayyāṭīn al-‘Iraq/tailleurs qui devient, suivant les manuscrits, Waraqa b. al-Baġdādī, Mazraq b. al-‘Addādī, Waraqa b. ‘Addādï, Daraqa b. al-‘Addādī ; ou encore le patron des ḥazzāmīn/fabricants de ceintures orthographié Qaïṭūr, Mabqūr ou Ṭabqūr al-Makkī... Les confusions sur les noms des métiers ne sont pas moins fréquentes : à la place de ḥarrāzīn qu’on lit dans les manuscrits de Paris (numéro 43), il faut évidemment lire qazzāzin (Evliya Čelebi donne ğazzaz) ; ṣunnā‘ al-silāḥ (fabricants d’armes) n’est proposé que par un seul des quatre manuscrits et on trouve ailleurs sunnā’ al-sukul (f. de sangles), sunnā’ al-silāl (f. de paniers) et ṣunnā‘ al-tilāl (?).

61Ces observations, que l’on pourrait multiplier, donnent à penser que, à l’époque qui nous intéresse, les listes de pīr contenues dans les traités de futuwwa résultaient d’une transmission écrite, ce qui peut expliquer les innombrables erreurs de lecture constatées, et non pas de témoignages oraux, comme on pourrait s’y attendre s’agissant de coutumes précieusement conservées à l’intérieur des métiers pour l’édification et l’instruction des membres des corporations. Les Kitāb al-futuwwa qui nous ont été transmis seraient donc des ouvrages théoriques plus que des manuels utilisés dans la vie quotidienne des corporations, exception faite sans doute de certaines ṭā’ifa dans lesquelles les traditions corporatives avaient gardé toute leur vigueur. On pourrait ainsi comprendre pourquoi les métiers à pīr étaient si peu nombreux par rapport à la liste de corporations que nous avons pu dresser par ailleurs en utilisant les sources historiques : 75 métiers dans le manuscrit le plus complet, une centaine en tenant compte des différences existant entre les divers manuscrits relatifs à la futuwwa, contre plus de deux cents corporations. On s’expliquerait mieux aussi, dans ces conditions, l’absence, au premier abord très surprenante, de métiers aussi répandus que la meunerie, la vente des légumes, le pressage de l’huile, la fabrication et la vente du sucre, etc...

  • 55 Voir la liste des métiers dans Evliya Čelebi, Narrative of travels, II, 105 à 250, et pour les mét (...)

62Que les textes de futuwwa représentent un stade d’évolution de l’organisation corporative qui était largement dépassé au xviie siècle ressort clairement de l’étude des listes de métiers qu’ils nous fournissent. La présence des muezzins (III), des porte-étendards (IV), des cheikhs (VII), des auteurs (IX) et des commentateurs (X) parmi les corporations de métiers nous paraît un signe d’archaïsme : sur ce point les textes de futuwwa font davantage penser aux traités classiques de ḥisba qu’aux listes plus strictement limitées aux professions économiques que nous avons pu retrouver, ou établir, pour le xviie et le xviiie siècle : la liste donnée par Evliya Čelebi ne comprend aucun des groupes susmentionnés, silence qui est d’autant plus intéressant que le voyageur turc, dans sa description des corporations d’Istanbul mentionne précisément les muezzins (numéro 26), les sanjakdar (numéro 16), les cheikhs (numéro 22), les mofessirin (numéro 24) avec des pīr qui correspondent exactement à ceux qu’indiquent les traités de futuwwa55 ; ils sont également absents de la liste dressée en 1801 pour les autorités françaises. Second trait d’archaïsme, l’évolution de la futuwwa qui s’est poursuivie jusqu’au xvie siècle, puisqu’une place est faite dans la structure traditionnelle à des métiers tard venus comme ceux qui concernent le café, semble s’interrompre ensuite : les métiers concernant le tabac, promis cependant à un brillant développement économique et corporatif au Caire, ne sont pas admis dans les manuels de futuwwa ; les corporations de marchands de tissus, si nombreuses aux xviie et xviiie siècles, n’y figurent pas non plus ; la futuwwa ne tient pas davantage compte de la tendance très marquée à une division de plus en plus poussée en métiers spécialisés sous l’angle de la technique, ou de la géographie. Autre signe de retard sur l’évolution des métiers, les listes de la futuwwa comptent encore deux corporations de fabricants d’arcs et de flèches sur 4 corporations d’armuriers ; aux xviie et xviiie siècles les documents des archives du Caire en mentionneront deux encore, mais sur un total de six corporations, et la liste de Vincennes ne comptera plus, en 1801, qu’une corporation d’armuriers d’armes blanches et une d’armuriers d’armes à feu.

Le rituel corporatif

63En dépit des doutes que nous venons d’exprimer, on peut supposer que le rituel dont les différents manuels de futuwwa donnent un exposé assez uniforme était resté vivace à l’époque ottomane dans une partie au moins des métiers que mentionnent ces manuels.

  • 56 Gotha 906, 1-2. K. al-futuwwa 1375, 1 a-2 b ; 1376, 1 a-3 b ; 1377, 1 a-2 b.

64Après les invocations préliminaires à Dieu, initiateur de la futuwwa, au Prophète Muḥammad, à son cousin ‘Alī, à sa famille et à ses Compagnons, les manuels de futuwwa présentent les vocables-clé de l’organisation corporative : šadd (le moment décisif des rites d’entrée et de passage était celui où le nouvel initié était ceint d’une ceinture à laquelle on faisait des nœuds en nombre variable suivant les cas), ‘ahd (serment que prêtait le novice quand il était initié et qui le liait à celui qui l’avait instruit), ḥalāwa (« douceur » qui était distribuée aux personnes assistant à la cérémonie d’initiation)56.

  • 57 Gotha 906, 3-21. K. al-futuwwa 1375, 3 a-13 b ; 1376, 4 a-25 a ; 1377, 3 a-12 b.

65Les manuels de futuwwa exposent ensuite comment la futuwwa a été transmise d’Adam à Muḥammad en suivant une chaîne de prophètes, en nombre et en ordre variable suivant les textes, les moments décisifs de cette transmission étant marqués par une succession de quatre takbīr. Après un récit circonstancié du péché et de la chute d’Adam, puis de son repentir et du pardon accordé par Dieu, il est indiqué comment Adam a été initié à la futuwwa, Ǧibrīl lui servant de « maître » (mu‘allim) et Mīkā’il de « père » (ab) ; Adam contracte ensuite le « serment » (‘ahd) et le « pacte » (mīṯāq), qui sont reçus par Dieu et placés dans la Pierre Noire. Après qu’a été prononcé le premier takbīr Adam mange, bouchée par bouchée, la ḥalāwa préparée pour lui avec du lait et du miel apportés du Paradis. La futuwwa est ensuite transmise au fils d’Adam, Sīt, puis par celui-ci à ses descendants jusqu’à ce qu’elle parvienne à Noé (Nūḥ) : lorsque Dieu, accédant à la demande de Noé d’anéantir les incroyants (al-kāfirīn), lui fait annoncer l’imminence du déluge, Noé prononce le deuxième takbīr, dit takbī al-fanā (anéantissement), après quoi il mange la ḥalāwa à base de raisin et de figue, apportés par Ǧibrīl. La futuwwa passe ensuite au fils de Noé, Sām, puis, de prophète en prophète, parvient à Ibrāhīm. Quand Dieu désire lui voir construire la Ka‘ba, Ǧibrīl se rend vers lui avec des anges, pratique sur lui la cérémonie du šadd et lui apporte la ḥalāwa. Après l’intervention de Ǧibrīl qui sauve Ismā‘īl, Ibrāhīm manifeste sa joie par le takbī al-safā (félicité), et dès le lendemain initie son fils à la futuwwa qui va ensuite être transmise de l’un à l’autre jusqu’à Muḥammad. La nuit du mi‘rāğ Dieu envoie Ǧibrīl auprès de Muḥammad pour qu’il le revête d’une couronne (tāğ) et d’une robe (ḥulla) et l’amène en sa présence. Arrivé à Jérusalem le Prophète prie dans la mosquée al-Aqṣā, monte sur la pierre et boit une coupe de lait, après quoi il s’écrie Allahu akbar, quatrième takbī, dit d’al-wafā (accomplissement). Le cycle prophétique de la futuwwa est maintenant accompli57.

  • 58 Gotha 906, 23. K. al-futuwwa 1376, 26 b ; 1377, 13 b (version un peu différente dans 1375, 14 b).
  • 59 Gotha 906, 22-41. K. al-futuwwa 1375, 14 a-23 b ; 1376, 25 b-37 b (incomplet) ; 1377, 12 b-22 a.

66C’est au cours de l’Hégire, à la suite d’une révélation apportée par Ǧibrīl en un lieu situé hors de Médine et auquel les divers manuscrits donnent des noms différents, que Muḥammad, prêchant d’un minbar qu’il a fait construire sur place, déclare aux Aṣḥāb : « Moi et ‘Alī sommes d’une unique lumière (min nūr wāḥid...). Chaque prophète a un héritier (wāriṯ) et toi tu es mon cousin, l’héritier de ma science (‘ilmī) et mon lieutenant (qā’im maqāmī). Je suis le sceau des prophètes et toi tu es le sceau des saints (awliyā’) et le commandeur des croyants (amīr al-mu’mi-nīn)58. Après la prière du ‘aṣr Muḥammad procède à la cérémonie du šadd sur ‘Alī et le revêt de la couronne et du costume de la futuwwa (libās al-futuwwa) : « Je t’en revêts comme Ǧibrīl m’en a revêtu ». Et il invite enfin ‘Alī à procéder au šadd des XVII Compagnons, que suit le šadd des 58 (ou 52 ou 50) par Salmān al-Fārisī. ‘Alī apporte alors du biscuit (buqsumāṭ), du beurre (samn), des dattes (tamr) ; le Prophète prépare une ḥalāwa qui est partagée entre les Aṣḥāb dans la tente où se trouve ‘Alī, le reste étant donné à Salmān pour qu’il aille le porter à Médine à Ḥasan, Ḥusaïn et Fāṭima : cela est l’origine du rite encore pratiqué par les cheikhs qui se rendent de maison en maison en transportant la ḥalāwa59.

  • 60 Pérès (Kitāb basṭ madad, 7, question 46) et Thorning (Beiträge, 244) lisent ta‘allamta (tu as appr (...)
  • 61 Elia Qoudsī, Notice, 19-25. Voir Pérès, Kitāb basṭ madad, 12-5. Thorning, Beiträge, 255-267. K. al (...)

67Vient ensuite la longue série des questions et des réponses, où l’on trouve une explication minutieuse de la futuwwa, de sa symbolique, des termes techniques et des objets utilisés dans le rituel, le souci d’édification religieuse et morale ayant évidemment le pas sur les préoccupations d’ordre professionnel. Il n’est question du métier qu’une fois, dans la demande : « Avec quoi as-tu compris l’art (ṣan‘a) ? », que suit la réponse : « Avec le consentement de Dieu, le consentement de mon maître, et avec l’indulgence de ahl al-Ṭarīq »60. Les textes relatifs à la futuwwa se terminent enfin par une description minutieuse du rituel suivant lequel doit se dérouler la cérémonie du šadd, rituel qui ne diffère pas substantiellement de celui qui a été décrit par Elia Qoudsī pour Damas. Nous aurons l’occasion de revenir sur cette cérémonie un peu plus loin à propos de l’entrée dans la corporation et de la manière dont s’effectuent les passages d’un degré à l’autre dans la hiérarchie corporative61.

Conclusions

68Un examen minutieux des textes relatifs à la futuwwa permettrait sans doute de lever une partie des incertitudes qui subsistent sur le milieu historique, culturel et géographique dans lequel elle avait pris naissance et s’était ensuite développée ; mais il nous apprendrait assez peu de choses sur les conditions socio-économiques qui régnaient en Égypte aux xviie et xviiie siècles. Le caractère chiite de la futuwwa a été fortement souligné par L. Massignon dans ses études sur les corporations, et il est en effet évident : le rôle prééminent qui est attribué à ‘Alī et à sa famille dans le processus qui fait descendre le šadd, par intermédiaires successifs, de Dieu aux pīr en constitue le signe le plus visible. Un tel état de choses n’avait rien que de très naturel pour une population chez qui la vénération pour les Alides était fortement enracinée ainsi que le montre le grand nombre de sanctuaires qui leur étaient consacrés au Caire : le culte de ‘Alī faisait alors partie du credo le plus orthodoxe, et les éléments populaires qui constituaient la masse des corporations de métiers ne pouvaient pas être surpris de constater que l’idéologie corporative en était elle-même profondément imprégnée.

  • 62 Voir l’étude de Massignon, Salmān Pak, passim. Sur ces différents personnages voir dans E.I.2 les (...)
  • 63 Article de C. Van Arendonk, E.I.2, II, 671-6. Voir aussi A. Darrag, Barsbay, 231. Toutes les liste (...)
  • 64 L. Massignon, La futuwwa, Opera Minora, I, 415.

69L’étude des listes de pīr et en particulier des noms de villes où étaient censées se trouver leurs tombes fournit des indications complémentaires sur le cadre historique et idéologique de la futuwwa. Les patrons des corporations, ainsi que nous l’avons vu, sont supposés être des Aṣḥāb, mais ce n’est exact que pour une partie de ceux dont les noms sont mentionnés dans les listes, à commencer par Salmān al-Fārisī, ou Bilāl al-Ḥabašī. En fait les listes comportent un grand nombre de personnages d’une historicité plus récente depuis Ḥasan al-Baṣrī (642-728) ou Ḏūl-Nūn al-Miṣrī (né vers 796 et mort en 861), jusqu’à Sulṭān Aḫī Bābā (Aḫī Ewran, santon ṣūfī turc semi-légendaire, qui vécut sans doute au xiiie siècle)62 et surtout ‘Alī b. ‘Umar al-Šāḏilī (xve siècle) et Abū Bakr b. ‘Abdallāh al-Aïdarūs (mort en 1508/9)63, l’un et l’autre liés au café. La localisation des tombes de pīr confirme l’existence dans la futuwwa d’une dominante chiite irako-persane : sur 67 patrons mentionnés dans le manuscrit Gotha 906, 13 auraient été enterrés à Rayy, 13 également à Kūfa, et 5 à Médine et à Hurmūz, 4 à Baġdād et autant au Caire, le reste se répartissant dans les diverses régions du monde islamique avec un œcuménisme certain, pour reprendre l’expression de L. Massignon64, depuis Alger (al-Ǧazā’ir) où, d’après Gotha 906, auraient été enterrés les patrons des marchands de bonnets (aqbā‘ī) (n° 27) et des menuisiers (nağğārīn) (n° 50), jusqu’à l’Inde où se trouvait le tombeau du pīr des porteurs de torches (maš‘alğiyya) (n° 47). Mais la personnalité de beaucoup de ces patrons s’enfonce profondément dans le mythe (les 17 premiers pīr mentionnés par Gotha 906 seraient morts respectivement à 330, 403, 209, 290, 100, 300, 190, 90, 90, 100, 200, 130, 470, 230, 170, 87 et 100 ans), et leur historicité, mis à part un certain nombre de personnages parfaitement connus, est plus que douteuse.

  • 65 Lane, Manners, 515. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, I, 101. Mahmoud Sedky, La corporation des cordonniers, 109.
  • 66 Ǧabartī, II, 214.

70Le problème qui se pose essentiellement à nous, en conclusion de cette étude sur la futuwwa à l’époque ottomane, est celui de savoir dans quelle mesure elle avait gardé sa vivacité et dans quelle mesure les manuels minutieux dont nous disposons décrivaient une réalité encore vivante. Les témoignages ne manquent pas sur la survivance des usages corporatifs jusqu’au xixe siècle : Lane, décrivant les principales cérémonies de la futuwwa, remarque que le rituel d’admission existe encore « among carpenters, turners, barbers, tailors, bookbinders, and a few others ». Un peu plus tard ‘Alī Pāšā signale que la cérémonie du šadd a subsisté chez les ṣarmātiyya/cordonniers, les muzayyinīn/barbiers, et les ḥammāmiyya/tenanciers de bains. Dans les premières années du xxe siècle encore, la corporation des ṣarmātiyya conservait la cérémonie dite de la « ceinture » (šadd) dont Mahmoud Sedky fait une description conforme en tous points à celles de ses devanciers65. Mais ces survivances de la futuwwa paraissent n’intéresser qu’une minorité de métiers dès le début du xixe siècle. Tout aussi significatif est le silence presque total des sources historiques sur la futuwwa, exception faite du long passage que Ǧabartī consacre à une cérémonie d’admission dans la corporation des fabricants d’arcs et des tireurs, encore que les mots de futuwwa ou de šadd n’y soient à aucun moment mentionnés66.

71Il est certain que, comme nous avons eu l’occasion de le remarquer à plusieurs reprises, le développement de l’organisation corporative constituait un facteur dissolvant pour la futuwwa dont les possibilités d’évolution étaient réduites ; la limite chronologique des changements dans l’organisation de la. futuwwa se place sans doute au xvie siècle, avec l’introduction des qahwağiyya. La futuwwa se figea ensuite dans ses traditions, alors que se poursuivait l’évolution du système corporatif. A supposer même que la futuwwa fût encore vivante dans tous les métiers traditionnels, plus des deux tiers des corporations qui existaient au Caire au xviiie siècle échappaient à ce cadre.

  • 67 Baer, Egyptian Guilds, 11-5. Voir en particulier Gotha 903, 55 a, 116 a.

72L’évolution propre du système corporatif qui se poursuivait dans le sens d’une adaptation assez étroite aux changements socio-économiques que connaissait Le Caire, devait donc progressivement vider de leur contenu les structures traditionnelles. A ce facteur interne de déclin s’ajoutèrent peut-être les effets de l’attitude peu favorable des Ottomans vis-à-vis du système corporatif. Le Kitāb al-ḏaḫā’ir, qui fut rédigé vers la fin du xvie et le début du xviie siècle, contient de fréquentes objurgations adressées aux membres des corporations en vue du maintien de traditions corporatives dont il signale la dégénérescence. L’auteur de cet ouvrage, ainsi que l’a bien montré G. Baer, désigne comme responsable de cette dégradation l’occupation ottomane, l’époque des Mamelouks circassiens (désignés comme ahl al-ḫaïrāt)) étant au contraire décrite comme l’āge d’or des corporations : l’infiltration d’éléments étrangers, l’abolition des revenus et des couvents des corporations (takīya), l’intervention des gouvernants dans leurs affaires, et en particulier dans la nomination des cheikhs qui étaient transformés en agents de la politique administrative et fiscale des autorités, figurent parmi les abus dont il rend responsable les Ottomans. De là l’antipathie qu’exprime souvent l’auteur du Kitāb al-ḏaḫā’ir pour les Turcs qu’il compare très défavorablement aux awlād al-‘arab (Égyptiens)67.

  • 68 Elia Qoudsī, Notice, 29-30. Massignon, Les corps de métiers, 484.

73Nous pensons qu’il faut également considérer l’inter-confessionnalisme dont nous avons constaté l’existence dans certains corporations professionnelles comme un signe, sinon de la dégénérescence de la futuwwa, au moins de l’affaiblissement du rôle qu’elle jouait réellement dans la vie corporative. Nous n’avons aucune preuve que dans les corporations du Caire les non-musulmans aient participé à la cérémonie du šadd comme c’était le cas à Damas au xixe siècle, d’après Elia Qoudsī68. Mais on doit penser que, à tout le moins, il était sans doute difficile de concilier l’inter-confessionnalisme corporatif avec un respect véritable des préceptes de la futuwwa, et que la présence de chrétiens dans les corporations traduisait un affaiblissement de l’idéal religieux dont la futuwwa était l’incarnation. Ainsi détachées de leur support idéologique les corporations de métiers tendaient à devenir de simples organismes socio-économiques.

5. LA HIÉRARCHIE CORPORATIVE

74Les corporations comportaient traditionnellement toute une série de degrés auxquels on était admis après avoir franchi une série parallèle de grades dans l’initiation. Toutefois il est vraisemblable que cette hiérarchie n’était pas dans la réalité aussi rigide que le suggèrent les ouvrages traitant de la futuwwa : le tableau trop bien composé que présente un texte comme le manuscrit Gotha 903 n’avait sans doute jamais été totalement exact ni valable pour toutes les corporations, et il est d’autre part évident, comme l’auteur d’ailleurs l’indique très clairement, que les vieilles traditions n’étaient plus, de son temps, rigoureusement observées. En fait, l’organisation corporative était sans doute, à l’époque qui nous intéresse, assez floue et assez souple.

Apprentis et ouvriers

  • 69 Voir Amad Čelebi, 151 b : un coiffeur engage un jeune homme dans sa boutique et le ceint (fa-a‘ṭā (...)

75D’après le Kitāb al-ḏaḫā’ir la période de l’apprentissage constituait deux des quatre « portes » (abwāb) par lesquelles on entrait dans le métier. Il semble effectivement que l’entrée de l’apprenti au service d’un maître donnait lieu à une cérémonie, que le K. al-ḏaḫā’ir appelle iltihām, et au cours de laquelle une ceinture était vraisemblablement nouée autour de la taille de l’impétrant, comme dans le šadd. L’existence d’une seconde cérémonie, dite du ‘ahd, n’est mentionnée que par le manuscrit de Gotha69.

  • 70 Chabrol, Essai sur les mœurs, 515. Girard, Mémoire, 603. Voir aussi Germain Martin, Les bazars du (...)

76En réalité l’apprentissage, dans la vie corporative égyptienne, n’était pas codifié d’une manière rigoureuse ; il est d’ailleurs très significatif qu’il n’y ait eu, dans l’usage courant, aucun mot pour désigner l’apprenti d’une manière spécifique : le terme de mubtadi’ qu’on trouve dans les manuels de futuwwa n’est pas employé dans les textes où l’on trouve en général un vocable ayant une signification plus vague (ġulām/garçon), le verbe mārasa (« faire son apprentissage ») n’ayant pas donné de dérivé usuel. « Il n’y a point de règle pour l’apprentissage, remarque Chabrol : le père qui veut faire apprendre un métier à son fils, le place dans une boutique et chez un maître ; l’enfant y apporte ses repas pour passer la journée, et revient le soir chez son père. A mesure qu’il s’instruit, on lui donne un salaire qui augmente avec son habileté ». Ni la durée de l’apprentissage, ni le salaire que devait recevoir l’apprenti n’étaient fixés, et le patron n’avait pas d’obligations très précises à son égard, sinon celle de lui apprendre un métier et de le bien traiter : d’après Girard, les cheikhs avaient la faculté « de punir du bāton l’ouvrier qui a mal employé le fils que des particuliers lui ont confié »70.

77Il y a tout lieu de penser que cette imprécision venait en bonne partie de ce que, l’exercice d’une profession étant généralement héréditaire, l’enfant apprenait son métier auprès de son père avant de lui succéder dans son atelier ou sa boutique : c’était donc presque invariablement auprès d’un confrère de son père que le fils d’un maître de métier allait se placer en apprentissage, ce qui explique le type de relations non contractuelles qui s’établissait entre eux.

  • 71 Gotha 903, 46 b, 48 a et 166 b-167 a. Baer, Egyptian Guilds, 50-2, 57-8. Germain Martin, Les bazar (...)

78D’après certaines sources, lorsque l’apprenti connaissait bien son métier, il devenait ouvrier, à l’issue d’une cérémonie d’admission analogue à celle de la maîtrise : le Kitāb al-ḏaḫā’ir indique que l’apprenti passait à cette occasion la troisième « porte » et entrait dans la corporation, devenant ainsi un travailleur (‘ammāl ou ṣanāyi‘ī). Mais les détails qu’il donne sur le šadd (négociations préliminaires, demande d’admission, réunion corporative au cours de laquelle quatre nœuds étaient noués sur sa ceinture, festin) rappellent d’une manière si précise le šadd des maîtres de métiers qu’il y a lieu de se demander si en fait il n’y a pas confusion entre ces deux cérémonies, et si ce degré intermédiaire entre la qualité d’apprenti et celle de maître donnait vraiment lieu à une cérémonie corporative particulière71.

  • 72 Jomard, Ville du Kaire, 699. Baer, Egyptian Guilds, 111-2.

79Les sources historiques mentionnent des salariés (agir ou sāni’), travaillant dans les ateliers sous la direction des maîtres des métiers. Un texte bien connu de Jomard fait penser qu’ils étaient soumis à une tutelle assez lourde de la part de leurs patrons et des cheikhs de leurs corporations : « Si un ouvrier sort de chez son patron, soit par suite d’une altercation, soit parce qu’il n’est pas content de ses gages, il ne peut plus être admis dans aucun atelier, s’il ne fait préalablement une visite au cheykh de sa profession, auquel il est obligé d’exposer les motifs qui lui ont fait quitter son maître ; alors le cheykh se transporte chez ce dernier, et il parvient quelquefois à les réconcilier : dans le cas contraire, l’ouvrier entre au service d’un autre maître avec l’assentiment et par l’entremise du cheykh ou de l’un de ses adjoints suppléants ; il ne lui en coûte ordinairement que la modique somme de 30 ou 40 parats »72. Le pouvoir de juridiction qu’exerçait le cheikh de corporation sur les ouvriers indique bien qu’ils appartenaient à la corporation, mais nous n’avons aucune indication précise sur la place qui leur y était faite ni sur leur statut exact dans la. futuwwa.

Les maîtres de métiers

80Le deuxième et principal degré, dans la hiérarchie corporative, était atteint au moment où l’apprenti ou l’ouvrier accédait au rang de maître de métier (quatrième « porte »).

  • 73 Ǧabartī, I, 382 ; II, 165. Voir Hautecœur et Wiet, Mosquées, 131-2.

81Deux termes étaient employés pour désigner les maîtres de métiers. Celui de mu‘allim se rencontre très fréquemment dans les textes : il tendait à devenir un titre accolé au nom et Ǧabartī mentionne par exemple un mu‘allim Ḥasan ‘Abd al-Mu‘ṭī, maçon, ou un mu‘allim Dar‘, boucher73. Le terme usṭā (pluriel usṭāwāt), forme populaire du classique usṭāḏ, que l’on trouve également dans les textes, mais plus rarement, était l’équivalent de mu‘allim, mais il était en fait réservé aux maîtres de certains métiers, par exemple à ceux des ḥallāqīn/barbiers ou des ḫayyāṭin/tailleurs, pour des raisons que nous ignorons.

  • 74 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, III, 376. Girard, Mémoire, 603. ‘Alī Pāsā, Ḫiṭaṭ, I, 10 (...)
  • 75 Vansleb, Nouvelle Relation, 211. Morison, Relation historique, 137.

82Nous ne savons pas avec certitude si la production d’un « chef-d’œuvre », ou l’accomplissement d’une épreuve, étaient exigés pour l’accès à la maîtrise. Nous n’avons que des témoignages peu nombreux et il est donc raisonnable de penser que, si cette habitude existait dans certains métiers, elle n’était pas générale. De ce point de vue il est en effet bien difficile de tirer des conclusions de ce qu’écrit Léon l’Africain : « S’il avient que quelqu’un d’entre eux invente quelque nouveauté industrieuse touchant l’art dont il fait profession, on le pare d’une casaque de drap d’or, et le mènent les compagnons du métier par les boutiques, avec la solennité de plusieurs ménétriers comme s’il triomphait ; et lors chacun lui donne une pièce d’argent ». Girard assure que « quand un ouvrier veut exercer pour son compte la profession de tisserand, il fabrique une pièce de toile, comme chef-d’œuvre, et il la soumet à l’examen des maîtres de la corporation assemblés à cet effet. S’ils jugent cet ouvrier assez habile, ils le reçoivent parmi eux ». Les témoignages tout à fait formels de ‘Alī Pāšā (fabrication d’une šaï’ daqīq), de Germain Martin (« un chef-d’œuvre, c’est-à-dire un objet fabriqué par le futur élu ») et de Mahmoud Sedky (confection d’une paire de « markoubs » pour devenir cordonnier) sont trop tardifs pour être acceptés sans réserves74. Dans certains cas une épreuve semble avoir été imposée à l’impétrant avant son admission. Vansleb assure que ceux qui prétendaient être faits « messagers d’Alexandrie » devaient porter sur leurs épaules un feu allumé dans un récipient de fer pesant 36 raṭl, sur une distance de 27 milles à parcourir deux fois, sur la route de Rosette, en une journée. Et Morison raconte de même que pour être admis dans la corporation des porteurs d’eau « il faut porter pendant trois jours et trois nuits, une outre en peau de bouc remplie de sable et de la pesanteur de soixante et sept livres, sans qu’il soit permis de s’appuyer, reposer ni dormir pendant tout ce temps »75. Ce que nous savons du goût des voyageurs européens pour le pittoresque ou le merveilleux, authentiques ou inventés, nous interdit de décider du bien-fondé de ces assertions.

  • 76 Interview reproduite dans le journal Images, Le Caire, 26 avril 1947, n° 920.
  • 77 Ǧabartī, I, 166, 265, 285, 392 ; II, 96, 188, 211, 267.
  • 78 Breton, L’Égypte et la Syrie, IV, 246 (Note de Marcel). Estève, Mémoire, 361.

83Ce qui est par contre certain, c’est que l’admission dans une corporation était soumise à l’accord du cheikh (qui percevait un droit sur l’impétrant) et des autres maîtres : c’est dans ces conditions qu’était accordée à celui qui voulait devenir maître de métier la permission (iğāza) sans laquelle il était impossible de pratiquer un métier à son compte ou d’ouvrir une boutique. Les pouvoirs du cheikh étaient vraisemblablement assez larges, mais il avait, semble-t-il, le devoir de consulter ses confrères. La description que faisait, récemment encore, de la procédure employée, Mohamed Cherkess El-Husseine, ancien cheikh de la corporation des marchands de cuivre, où les usages corporatifs s’étaient maintenus fort longtemps, vaut évidemment pour « l’ancien temps » : « Le cas du candidat était soigneusement étudié : on enquêtait sur son origine, son passé, ses mœurs... Tous les membres de la corporation étaient consultés, et c’est uniquement en cas d’avis favorable que le candidat pouvait s’installer marchand »76. Ǧabartī donne plusieurs exemples de réunions de ce genre chez les kataba/ ḫaṭṭāṭīn (écrivains/ calligraphes) qui accordaient leur iğāza au cours d’assises parfois très solennelles. Toujours à propos des kataba il mentionne le cas du calligraphe ‘Alī b. ‘Abdallāh à qui ses maîtres avaient refusé d’accorder l’iğāza, malgré la perfection de sa technique, et qui réunit alors un mağlis où assistèrent tous les maîtres dans l’art de la calligraphie et au cours duquel l’iğāza lui fut donnée, récit qui semble indiquer que l’assemblée des maîtres pouvait être un recours contre l’arbitraire du cheikh77. Il est vraisemblable que les autorités administratives pouvaient intervenir au moment de l’admission à la maîtrise, tout au moins dans certains métiers : d’après Marcel, l’agha « examinait les ouvriers qui se proposaient d’exercer la profession d’orfèvres, et levait un droit sur tous ceux qu’il admettait à la maîtrise »78. Mais le cas des orfèvres était naturellement très particulier, compte tenu du rôle qu’ils jouaient dans l’activité monétaire.

  • 79 C’est ce qui paraît ressortir de plusieurs documents du Maḥkama. Notamment (‘Arab., v. 67, 452, 16 (...)

84Le monopole dont jouissait la corporation sur le métier, le contrôle qu’elle exerçait sur l’admission de nouveaux membres lui permettaient de limiter le nombre des individus exerçant un métier et d’éviter toute concurrence entre eux. L’entrée « d’étrangers » dans les corporations était également rendue plus difficile par le système du ğedik que nous avons évoqué précédemment. La création de nouveaux ğedik était, selon toute vraisemblance, soumise à l’approbation de la corporation, et c’est sans doute celle-ci qui fixait le montant des ğedik existants suivant les usages (al-qawānīn) en vigueur dans chaque corporation79. Le montant du ğedik pouvait varier d’une période à l’autre et il était naturellement très différent suivant le métier et l’importance de la boutique ou de l’atelier : rappelons que les chiffres extrêmes de ğedik que nous avons relevés dans les successions sont 770 et 41.400 paras. Plus significatif que les chiffres bruts est le rapport entre le montant du ğedik et le montant total de la succession. Pour trois commerçants en tissus du Ḥamzāwī de la fin du xviiie siècle le montant moyen du ğedik était très élevé (34.800 paras) soit un peu moins de 15 % du montant moyen des successions (238.322 paras). Chez des artisans-commerçants plus modestes, la valeur du ğedik était naturellement moindre, mais il représentait toujours une part proportionnellement très importante de la succession. Nous connaissons le montant des ğedik de cinq qawwāfīn, entre 1690 et 1753 ; leur valeur moyenne était de 3.614 paras, pour des successions d’une valeur moyenne de 14.457 paras : le ğedik dans ce cas représente donc 25 % de la succession totale. L’institution du ğedik contribuait sans nul doute grandement à assurer aux membres des corporations et à leurs descendants le monopole de l’exercice de leurs métiers.

  • 80 En dehors des divers manuscrits sur la futuwwa déjà mentionnés les textes principaux relatifs à ce (...)
  • 81 Germain Martin, Les bazars du Caire, 33. Le discours de ‘Alī b. ‘Abdallāh, pour la réception de Ḥa (...)

85L’investiture était donnée à un nouveau maître de métier au cours d’une cérémonie qui a été souvent décrite, avec un grand luxe de détails80. Lorsque l’apprenti était assez expert dans le métier pour qu’il puisse envisager d’ouvrir lui-même un atelier ou une boutique, son maître (ou son père) le conduisait chez le cheikh de la corporation à qui il faisait connaître son désir de devenir maître. Le cheikh envoyait alors le naqīb de la corporation inviter les maîtres du métier et des amis du candidat à assister à la cérémonie d’admission. Le naqīb qui s’était muni d’un bouquet d’herbes ou de fleurs en donnait à chacun des invités, récitait avec lui la Fātiḥa, puis indiquait la date et le lieu de la cérémonie. Le jour convenu, les invités se réunissaient, en général dans la maison du père du jeune homme ou à la campagne. Ils prenaient le café puis le naqīb allait chercher l’impétrant et l’amenait devant le cheikh. Celui-ci demandait au jeune homme le motif de sa visite ; le naqīb déclarait que l’apprenti qu’il amenait, étant suffišamment instruit dans son état, désirait ouvrir un atelier pour y exercer comme maître. On récitait alors la Fātiḥa et le cheikh procédait au šadd suivant un rituel minutieux, passant autour de la taille du néophyte une ceinture et y faisant un certain nombre de nœuds, au moins trois et au plus six, suivant ‘Alī Pāšā, ou sept d’après Sedky, selon le nombre des maîtres importants présents à la cérémonie : chacun de ces nœuds avait une signification symbolique. La Fātiḥa était à nouveau récitée entre les différents moments de la cérémonie. Quand tous les nœuds avaient été noués puis dénoués, le jeune homme était considéré comme admis dans la corporation et appelé mašdūd, la cérémonie elle-même portant le nom de šadd al-walad. A ce moment le cheikh de la corporation adressait au nouveau maître des conseils « sur la nécessité de se conduire loyalement en toute chose, de montrer une grande initiative en matière de travail, et d’assurer par tous les moyens la perfection du métier »81. Après la cérémonie avait lieu un repas (walīma), soit le jour même (Lane), soit quelques jours tard (Jomard). Le šadd imposait à l’impétrant des dépenses assez importantes auxquelles s’ajoutaient les cadeaux qu’il devait faire au naqīb et aux patrons présents et qui se composaient traditionnellement de tissus et de savon. Cette cérémonie du šadd des maîtres de métiers est, de toutes les traditions corporatives, celle qui s’est conservée le plus longtemps, mais dans un nombre de métiers de plus en plus réduit.

Les cheikhs de corporations

  • 82 Ibn Abī l-Surūr, 67 b (1636). Ǧabartī, IV, 159,199. Isḥāqī, Kitāb aḫbār, 256. Chabrol, Essai sur l (...)
  • 83 Isḥāqī, Β. N., 1841, 201 a. Mar‘ī, 350. Tribunal, ‘Ask., v. 44, 203 (1635). Ǧabartī, I, 216.

86Bien que d’autres vocables aient été utilisés antérieurement pour désigner ceux qui dirigeaient les organisations de métiers, šaïḫ/mašā’iḫ était le seul terme d’usage courant à l’époque ottomane. ‘Arīf/‘urafā’ que l’on trouve dans Maqrīzī, dans les Mille et Une Nuits et dans les textes de ḥisba était totalement tombé en désuétude. Kabīr al-ḥirfa était utilisé, mais assez peu fréquemment, dans les sources historiques égyptiennes. Il en était de même du mot muqaddim82. Ra’īs se rencontre assez fréquemment dans les textes historiques et dans les documents du Maḥkama, mais tous les emplois que nous avons pu relever concernent les corporations de médecins qui étaient quelque peu en marge de l’organisation corporative : ra’īs al-ḥukamā’ (1575) ; ra’īs al-aṭibbā’ (1635) ; ra’īs al-ğarā’iḥiyya (1635) ; directeur de l’hôpital du Māristān al-Manṣūrī, ra’īs al-ru’asā’ (vers 1755)83.

  • 84 Baer, Egyptian Guilds, 55-6. Rappelons que Ḥasan al-Baṣrī était le septième pīr investi par ‘Alī.

87Autorité supérieure de la corporation, le cheikh était comme le symbole de son existence. L’élévation à ces fonctions donnait lieu, d’après le Kitāb al-ḏaḫā’ir, à une cérémonie de šadd particulière au cours de laquelle le troisième nœud était noué au nom de Ḥasan al-Basrï qui était effectivement considéré comme le pīr de tous les mašā’iḫ84.

  • 85 Baer, Egyptian Guilds, 12-3, 56, 69-70. Gotha 903, 48 a-49 a, 86 b. Pockocke, Voyages, I, 103. Ǧab (...)

88Nos sources ne concordent pas absolument en ce qui concerne le mode de nomination des cheikhs de corporations et la part qui y revenait à l’élection et à la désignation. D’après le manuscrit de Gotha 903, les cheikhs des corporations égyptiennes étaient nommés par les autorités aux xvie et xviie siècles, situation que l’auteur de l’ouvrage désapprouve et où il voit une des causes de la décadence des traditions corporatives. Il admet cependant que les membres de la corporation avaient en théorie le droit de s’opposer à la nomination d’un individu dont ils ne voulaient pas pour cheikh et de le déposer dans un certain nombre de cas précis. A l’inverse Pockocke signale que les domestiques (Nubiens) « ont une espèce de gouvernement parmi eux : ils élisent un chef ». C’est ce que paraît confirmer un texte de Ǧabartī qui n’exclut cependant pas une intervention de l’autorité : faisant la biographie de Ḥasan Efendi, calligraphe mort en 1790, notre auteur signale sa désignation comme cheikh de cette corporation « avec leur accord » (ğu‘ila l-mutarğam šaïḫan bi-ittifāq minhum). On doit, semble-t-il, interpréter de la même manière plusieurs textes de la Description de l’Égypte : « La corporation des tisserands, écrit Girard, de même que la plupart des autres, est réglée et surveillée dans toutes les villes par un des principaux maîtres. Ce cheykh électif conserve ordinairement ses fonctions pendant sa vie, à moins que, dans l’exercice qu’il en fait, il ne donne lieu à quelque grand mécontentement ». Mais ce qu’écrit Chabrol indique tout à la fois que le cheikhat était électif et que l’autorité intervenait dans la nomination : « A la fin de l’année, si les artisans n’ont point à se plaindre de leur cheykh, et s’ils désirent le conserver, il ne peut être changé par le kykhyet el-motoually... Lorsque les ouvriers sont mécontents, le kykhyeh est obligé de nommer un autre cheykh : il charge le corps de le lui désigner ; ce qui se fait par acclamation, sans autre formule, ni sans recourir à la voie du scrutin, quoique les Turcs connaissaient ce dernier procédé. On a vu quelquefois des kykhyeh vouloir forcer les votes pour l’élection d’un cheykh ; mais alors tous les chefs de bains se réunissaient, et s’opposaient à cette violence illégale »85.

  • 86 Baer, Egyptian Guilds, 70-1.

89Il semble donc que sur ce problème capital on ne puisse pas proposer une solution tranchée. La règle la plus généralement suivie paraît avoir été l’élection du cheikh par ses pairs, mais avec un droit de regard de l’autorité, c’est-à-dire, en la circonstance, de l’agha et du katḫudā des Janissaires. Les modalités effectives de l’élection du cheikh de telle ou telle corporation dépendaient vraisemblablement de l’importance de la corporation et de ses traditions, mais aussi de sa capacité de résistance à la pression de l’autorité, et de la puissance de cette autorité et de l’intérêt qu’elle pouvait avoir à imposer son candidat dans un cas déterminé86 ; elles reflétaient donc, dans une certaine mesure, le rapport de forces qui existait entre les corporations et le pouvoir, et elles donnèrent vraisemblablement lieu à des conflits sur lesquels nous n’avons malheureusement aucune information, en dehors des allusions qu’y fait Chabrol.

  • 87 Alf laïla wa laïla, III, 67.
  • 88 Voici les cheikhs successifs des ḥammāmiyya, d’après les documents du Maḥkama : Aḥmad (1686) ; al- (...)

90Les textes de Girard et de Chabrol que nous venons de citer paraissent montrer que le cheikh pouvait être révoqué par les membres de sa corporation si ceux-ci n’étaient pas satisfaits de lui : on sait comment, dans le conte de ‘Alā al-Dīn, les négociants du souq décident de destituer Šams al-Dīn, šāh bandar al-tuğğār, que l’on soupçonne d’avoir une conduite scandaleuse87. Cette procédure était sans doute très exceptionnelle. Il paraît de même improbable que le renouvellement annuel dont parle Chabrol ait été de règle dans toutes les corporations. Tout permet de penser que rien n’empêchait, en principe, les cheikhs d’exercer leurs fonctions leur vie durant et que le cas dut se présenter assez fréquemment : c’est ce qui arriva en général aux šāh bandar. Cependant les documents du Maḥkama nous font penser que très souvent le mandat exercé par les cheikhs était temporaire : nous avons trouvé là de nombreux exemples de cheikhs cédant la place à d’autres après quelques années, quitte d’ailleurs à reprendre leurs fonctions un peu plus tard : nous nous contenterons de citer l’exemple des ḥammāmiyya qui eurent au moins cinq cheikhs entre 1686 et 1699, l’un deux, Ramaḍān, étant vraisemblablement redevenu cheikh une deuxième fois88.

  • 89 Baer, Egyptian Guilds, 56. Girard, Mémoire, 598. Mémoires sur l’Égypte, III, Girard, Mémoire sur l (...)
  • 90 Tribunal, ‘Ask., v. 125, 123 (1726). Aḥmad Čelebi, 251 b. Tribunal, ‘Ask., v. 163, 416 (1753) ; v. (...)
  • 91 Tribunal, ‘Ask., v. 214, 283 (1788). Ǧabartī, II, 165.
  • 92 Tribunal, ‘Ask., v. 209, 239 (1785) ; v. 214, 330 (1788) ; v. 220, 252 (1792).
  • 93 Tribunal, ‘Ask.,v. 157, 354 (1747) ; v. 162, 114 (1751) ; ‘Arab., v. 126, 91 (1778) et 378 (1780)  (...)

91Il n’y a pas contradiction absolue entre le caractère théoriquement électif du cheikhat et l’hérédité de ces fonctions : bien qu’elle n’ait naturellement jamais été reconnue d’une manière officielle et qu’elle ait même été, semble-t-il, considérée avec une certaine défaveur, elle n’en était pas moins assez fréquente, certaines familles monopolisant le cheikhat dans leur métier89. Les archives du Maḥkama abondent en exemples : les Fuwwī comptèrent au xviiie siècle plusieurs cheikhs du Sūq al-Ġūriyya parmi lesquels ‘Alī al-Fuwwī (cheikh entre 1726 et 1735), dont le père al-Šaïḫ Muṣṭafā avait peut-être occupé les mêmes fonctions avant lui, al-Ḥāğğ Qāsim al-Fuwwī (cheikh vers 1753-1759), et al-Ḥāğğ Aḥmad b. feu Qāsim (cheikh vers 1763-1771)90. Chez les qaṣṣābīn/ bouchers, les Dar‘ paraissent de même avoir eu une situation dominante vers la fin du xviiie siècle : al-Ḥāğğ ‘Umar b. Muḥammad Dar‘ était cheikh en 1755 ; avant 1788 ces fonctions étaient exercées par Ḥammūda Dar‘ al-Ǧazzār91. Plusieurs membres de la famille Misbāḥ furent cheikhs de la corporation des naḥḥāsīn dans les dernières années du siècle : d’abord Ḥammūda Misbāḥ vers 1785, puis successivement ses deux fils Ḥalīl (vers 1788) et Ḥasan (vers 1792)92. Mais le cas le plus remarquable est celui de la famille des Murād qui paraît avoir occupé d’une manière continue le cheikhat de la corporation des ṣandal-ğiyya (fabricants-marchands de satin) depuis 1740 jusqu’à la fin du siècle. Les documents du Maḥkama mentionnent successivement : al-Ḥāğğ Murād (mort avant 1747) ; son fils Zaïn al-Dīn ‘Abd al-Raḥmān (cheikh entre 1747 et 1749) ; Murād b. ‘Abd al-Raḥmān b. Murād (cheikh vers 1751) ; ‘Abd al-Raḥmān Murād, vraisemblablement fils du précédent (cheikh en 1778 et 1780) ; Ismā‘il Murād fils de ‘Abd al-Raḥmān Murād (cheikh en 1779 et 1791)93. Tout montre que la tendance à l’hérédité du cheikhat était assez forte pour qu’une famille ayant dans un métier une influence marquée et durable puisse y instaurer une « dynastie » de cheikhs.

  • 94 Les montants de ces successions et de celles qui suivent sont exprimés en paras « constants ».

92Cependant les documents dont nous disposons nous permettent d’affirmer que la direction des corporations n’était pas le privilège de la fortune. Sans doute les individus riches ne manquent-ils pas parmi les cheikhs, même si on ne tient pas compte des tuğğār : nous avons relevé des successions de 906.653 paras (cheikh de la corporation des marchands d’épices du Sūq al-Faḥḥāmīn, en 1624), de 801.301 paras (cheikh de la corporation des sukkariyya, en 1715), de 270.703 paras (cheikh du Sūq al-Warrāqīn, en 1624), de 224.498 paras (cheikh de la corporation des ğulūdiyya/marchands de peaux, en 1690), de 174.097 paras (cheikh des tuğğār du Marğūš, en 1767), de 144.600 paras (cheikh des naḥḥāsīn, en 1688) etc...94. Mais les cheikhs très pauvres sont plus nombreux encore, alors que notre documentation, par sa nature même, devrait normalement nous fournir une proportion de successions importantes supérieure à la réalité. Il nous suffira de citer quelques-unes des successions les plus modestes que nous ayons rencontrées : 697 paras (cheikh des cordonniers, en 1698) ; 2.498 paras (à nouveau le cheikh des qawwāfīn, en 1760) ; 2.555 paras (ex-cheikh des cafetiers, en 1736) ; 3.504 paras (cheikh des marchands d’armes à feu, en 1728) ; 3.915 paras (cheikh des courtiers en lin, en 1773) ; 4.936 paras (cheikh des selliers, en 1713), etc... Il est logique que des cheikhs riches aient dirigé des métiers d’une grande importance économique ; et inversement que l’on trouve, parmi les plus pauvres, des qawwāfīn, des surūğiyya, des zayyātīn, des ḥallāqīn, artisans et commerçants dont nous connaissons la médiocrité de fortune habituelle. Mais on est plus étonné de constater qu’un cheikh des ‘aṭṭārīn/ marchands d’épices ne laisse qu’une succession de 8.513 paras (en 1786), ou un cheikh des ḫaïmiyya/marchands de tentes, une succession de 5.333 paras (en 1735). Des moyennes que nous avons pu établir il ressort bien que la situation matérielle des cheikhs de corporations au xviie siècle n’était guère différente de celle de l’ensemble des artisans et commerçants :

TABLEAU 46. Comparaison des successions moyennes des cheikhs de corporations et de l’ensemble des artisans et commerçants (tuğğār exceptés) (en paras constants)

TABLEAU 46. Comparaison des successions moyennes des cheikhs de corporations et de l’ensemble des artisans et commerçants (tuğğār exceptés) (en paras constants)

Source : Maḥkama.
Note : Vu le petit nombre des successions de cheikhs étudiées, nous n’avons pas tenu compte, pour chacune des trois périodes, de la succession la plus élevée et de la succession la plus basse afin de ne pas déséquilibrer les moyennes obtenues.

93Ces chiffres, qui n’ont naturellement qu’une valeur relative, compte tenu du nombre réduit de nos informations, confirment que les cheikhs n’appartenaient pas à une aristocratie des métiers ; leur position économique paraît même s’être dégradée vers la fin du xviiie siècle, sans qu’il nous soit d’ailleurs possible d’avancer une hypothèse pour expliquer ce phénomène. Leur prestige dans le métier, leur autorité personnelle expliquent donc, plus que leur fortune, leur élévation à ces fonctions : ainsi que nous l’avons signalé dans un chapitre précédent, ils paraissent parfaitement représentatifs de la « classe moyenne » à laquelle appartenait la masse des membres des corporations de métiers. Comme G. Baer l’a bien montré, la position économique des cheikhs était déterminée plus par la nature du métier qu’ils exerçaient que par le fait qu’ils étaient des cheikhs de corporations. Ils ne paraissent pas non plus avoir joué de rôle social ni politique. Ils n’émergent de leur obscurité, d’une manière pour ainsi dire anonyme, que pour participer « en corps » à la taxation des prix ou à des manifestations corporatives et il faudra les bouleversements de la fin du siècle pour qu’on les voie jouer, dans le Divan de Bonaparte d’abord, puis au cours des événements qui amèneront Muḥammad ‘Alī au pouvoir, un rôle historique.

  • 95 Vincennes, B 6 64, 28 février 1801.
  • 96 Chabrol, Essai sur les mœurs, 515.
  • 97 Le détail de ces droits est donné par ‘Alī Pāšā (Ḫiṭaṭ, I, 100-1) : tout permet de supposer qu’ils (...)

94Bien que les cheikhs de métiers fussent, dans une large mesure, des auxiliaires des autorités, et que celles-ci prissent parfois part à leur désignation, ils ne recevaient pas de traitement. Toutefois ils bénéficiaient d’un certain nombre d’avantages financiers qui compensaient les fonctions para-administratives qu’ils remplissaient en fait. Chargés de répartir les impôts pesant sur les corporations et de les lever, ils conservaient sans doute une partie des sommes qui passaient par leurs mains, tel le cheikh des cordonniers qui, ayant levé en 1801 13.611 talaris ⅔ au titre de la « contribution extraordinaire » imposée à cette corporation, en avait gardé pour lui 551 ⅔, en plus des frais prévus pour la perception (665 talaris) ; il y a tout lieu de supposer que ce cheikh ne faisait sous l’occupation française rien d’autre que ce qu’il faisait au temps des Ottomans, mais que les membres de la corporation avaient fait preuve de moins de résignation qu’à l’habitude, dans l’espoir sans doute de trouver cette fois une autorité plus disposée à écouter leurs doléances95. Les cheikhs percevaient d’autre part sur les membres de leurs corporations « une foule de petites taxes, soit fixes soit éventuelles », droits qui, remarque Chabrol, « sont presque tous arbitraires... Mais un chef de métier, avec la latitude de pouvoir augmenter les taxes qu’il impose, se tient cependant dans les bornes de la modération ; autrement il perdrait l’estime publique, son emploi et l’espérance d’occuper jamais d’autres fonctions »96. Le « casuel » des cheikhs de métiers comprenait en effet des droits très variés : droits payés à l’entrée dans le métier, au moment de l’admission à la maîtrise, pour l’ouverture d’une boutique ; argent levé à l’occasion des contestations qui leur étaient soumises (darāhim al-šakāwā) ; droits payés au commencement de l’année ou prélevés sur les produits fabriqués, etc...97. A cela s’ajoutaient les perceptions effectuées par les cheikhs au moment de la liquidation des successions qui se faisait habituellement sous leur surveillance ; ces ‘awā’id (plus rarement ḫidma) représentaient en général de 1 à 2 % du montant total de la succession : un calcul que nous avons effectué pour la période 1776-1798 et portant sur 39 successions donne le pourcentage moyen de 1,2 %. Il y avait enfin des contributions que les cheikhs levaient sur le public, par exemple lorsqu’ils « plaçaient » les gens de leur métier, ou lorsqu’ils s’occupaient de fournir de la main-d’œuvre. Ces droits et prestations divers qui étaient ainsi levés sur les membres des corporations ne constituaient d’ailleurs qu’une contrepartie pour les sommes que les cheikhs de certains métiers en tout cas devaient verser, plus ou moins arbitrairement, aux principaux officiers afin d’être autorisés à exercer leurs fonctions.

  • 98 Baer, Egyptian Guilds, 22-3. Elia Qoudsī, Notice, 9-12. Sur le šaïḫ al-mašā’iḫ dans le Caire mamel (...)
  • 99 Baer, Egyptian Guilds, 54-5. Lane, Manners, 515.
  • 100 Tribunal, ‘Ask., v. 84, 441 ; v. 77, 162 ; v, 225, 373. Ǧabartī, IV, 99. Gibb et Bowen, Islamic So (...)

95Il n’y avait pas d’autorité supérieure à celle des cheikhs dans l’organisation corporative au Caire sous les Ottomans. Aucun texte antérieur à 1798 ne mentionne l’existence d’un équivalent du šaïḫ al-mašā’iḫ, cheikh des cheikhs, qui jouait un rôle important dans l’organisation corporative à Damas : ce sont les Français qui créèrent, vers 1800, le poste de mudīr al-ḥiraf, mais il s’agissait d’un fonctionnaire chargé de contrôler les corporations et qui n’appartenait donc pas à l’organisation corporative elle-même98. Par contre il existait un certain nombre de personnages subordonnés qui aidaient le cheikh à remplir ses tāches administratives et corporatives. Le principal était le naqīb qui était, semble-t-il, nommé par le cheikh et pour qui un šadd particulier était prévu. Il tenait apparemment une place très importante dans les cérémonies corporatives dont il paraît avoir été l’organisateur ; mais il jouait également un rôle administratif, et il apparaît, à ce titre, dans les registres du Maḥkama, au moment de la liquidation des successions, ce qui lui valait de recevoir des ‘awā’id tout comme les cheikhs99. Les naqīb étaient en nombre variable suivant les corporations. Il n’est pas impossible qu’ils aient eu pour fonctions de suppléer le cheikh dans des secteurs géographiques éloignés du centre principal de la corporation ; c’est ainsi que dans la corporation des ‘aṭṭārīn, qui était localisée dans le Faḥḥāmīn, il y avait un naqīb al-‘aṭṭārīn bi-ḫaṭṭ Bāb al-Ša‘riyya, et que le cheikh de la ṭā’ifat al-qahwağiyya avait trois naqīb bi-Miṣr wa Būlāq. Nous avons trouvé mention dans un document du Maḥkama d’un bāš naqīb des dallālīn, côte à côte avec le naqīb, mais nous ignorons quelle était la place exacte et le rôle de ce personnage. Les corporations comptaient un certain nombre d’autres personnages subalternes : le katḫudā (« lieutenant ») qui est fréquemment cité en même temps que le naqīb et dont nous ne connaissons pas les attributions ; le kātib (écrivain) qui remplissait sans doute des fonctions administratives ; le munādï (crieur), homologue vraisemblable du čāwīš des corporations de Damas et qui servait d’agent et de messager du cheikh100.

L’assemblée de la corporation

  • 101 Ǧabartī, I, 399. Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 284. Baer, Egyptian Guilds, 53.

96Bien que les membres de la corporation fussent en principe égaux, il semble qu’il y avait à l’intérieur de la ṭā’ifa un groupe qui jouait un rôle particulier : ceux que l’on appelait les « aînés » (kibār ou iḫtiyāriyya), du fait de leur âge et de leur expérience, étaient amenés à aider le cheikh à diriger la corporation, sans cependant que leur « conseil » ait eu une existence « légale », ce qui explique la maigreur de nos informations sur son organisation et sur ses fonctions101.

  • 102 Ǧabartī (I, 384) parle des réunions (mağālis) tenues par les calligraphes ‘alā ‘ādatihim, suivant (...)

97Nous n’en savons guère plus sur les assemblées (mağlis). Bien que peu de documents contemporains fassent état de réunions périodiques des membres des corporations, leur existence est cependant certaine102.

  • 103 Ǧabartī, II, 96. Girard, Mémoire, 603. Mahmoud Sedky, La corporation des cordonniers, 108-9.

98Plusieurs circonstances justifiaient la convocation de l’assemblée de la corporation par le cheikh. C’est elle qui, en dernier ressort, décidait de l’admission d’un nouveau membre dans la corporation. C’est à elle aussi que l’impétrant devait soumettre le chef-d’œuvre que certaines corporations exigeaient et c’est elle qui jugeait de ses qualités professionnelles et l’autorisait ou non à ouvrir atelier ou boutique. On doit penser encore que le conseil de la corporation était consulté en cas de litiges et qu’il pouvait éventuellement prendre les décisions et infliger les sanctions nécessaires103. Mais tout laisse supposer, et le silence même des sources nous paraît de ce point de vue très significatif, que, face à l’apparente omnipotence du cheikh dans la corporation, le rôle des assemblées était assez réduit. La corporation de métier, dans Le Caire ottoman, ne fonctionnait évidemment pas d’une manière démocratique : aussi le développement qui va suivre se réduira-t-il souvent à un exposé sur les attributions des cheikhs de corporations.

6. LES FONCTIONS DES CORPORATIONS DE MÉTIERS

99Nous n’avons de l’activité des corporations de métiers qu’une connaissance imparfaite. Nos sources ne nous renseignent pas sur la vie interne des ṭawā’if et, lorsqu’elles y font allusion, c’est presque toujours à l’occasion d’incidents ou de crises, à partir desquels il serait dangereux de reconstruire le cours normal des affaires corporatives ; quant à la littérature spécialisée (textes de futuwwa), elle ne donne des corporations qu’une image conventionnelle. On souhaiterait par ailleurs pouvoir dire si l’activité des corporations de métiers subit une évolution à l’époque ottomane : c’est malheureusement presque impossible puisque nous savons fort mal quelle était leur situation au point de départ et que, après le manuscrit de Gotha 903, dont les considérations sur les conséquences fācheuses de la conquête ottomane ne doivent sans doute être acceptées qu’avec prudence, il faut attendre le plein xviiie siècle, pour qu’un tableau un peu précis de la situation puisse à nouveau être dressé.

Le rôle administratif

  • 104 Un document de 1690 déjà mentionné parle des « règles » existant chez les cordonniers (al-qawānīn (...)
  • 105 Vincennes, B 6 64, 28 février 1801. Les Français firent établir des listes des membres des corpora (...)
  • 106 Baer, Egyptian Guilds, 77-9 et 80-4. ‘Alī Pāsā, Ḫiṭaṭ, I, 100-1. Girard, Mémoire, 598. Jomard, Vil (...)

100Des usages ou règlements intérieurs des corporations (qawānīn ou ṭarīqa/ṭarā’iq) dont un certain nombre de textes font mention, rien apparemment ne nous est parvenu, mais il y a tout lieu de supposer qu’ils concernaient les rapports entre les maîtres et les ouvriers, entre le cheikh et les maîtres, et sans doute entre les artisans et commerçants et le public (règles de fabrication, déontologie de la profession)104. Pour diriger sa corporation le cheikh était assisté, on vient de le voir, par quelques subordonnés ; il tenait à jour la liste des membres de la ṭā’ifa, indispensable pour répartir les impôts, et peut-être, dans certains cas, un registre financier : quand le cheikh des cordonniers fut accusé de malversation en 1801, on produisit le journal des recettes et « le livre où sont inscrits les noms des membres de la corporation »105. Par l’intermédiaire de l’autorité que le cheikh avait sur les membres de sa corporation, les gouvernants exerçaient un certain contrôle sur la population du Caire, qui aurait été sans cela à peu près livrée à elle-même : la corporation sur un plan professionnel (comme les communautés de quartier sur une base géographique ou les groupes étrangers ou minoritaires sur une base nationale et religieuse) constituait une cellule fondamentale de l’organisation sociale et administrative du Caire et permettait « d’encadrer » les artisans et les commerçants, c’est-à-dire la presque totalité de la population du Caire. Les autorités utilisaient les cheikhs pour transmettre leurs instructions aux membres des corporations et les faire exécuter. En sens inverse ceux-ci pouvaient, par l’intermédiaire des cheikhs, s’adresser aux gouvernants et leur faire parvenir éventuellement leurs plaintes : à vrai dire, la voie descendante, le long de laquelle circulaient les injonctions, les demandes de fonds ou les réquisitions, paraît avoir été plus communément empruntée, à l’époque ottomane, que la voie montante, et les cheikhs furent plutôt utilisés comme représentants de l’autorité auprès de la population que l’inverse. La formule employée par ‘Alī Pāšā au xixe siècle (« quand le gouvernement veut quelque chose il a recours aux cheikhs ») vaut également pour Le Caire ottoman106.

  • 107 Très caractéristiques sont, de ce point de vue, deux enquêtes dont Ǧabartī nous fait le récit : un (...)

101Interprète des volontés des gouvernants auprès de ses administrés, le cheikh disposait, par ailleurs, de larges pouvoirs à l’intérieur de la corporation. D’une manière générale il y jouait un rôle d’administrateur et d’arbitre : il réglait les différends qui s’élevaient entre les membres de la corporation, et en particulier entre les maîtres et les ouvriers, par exemple pour des questions de salaires ou lorsque le compagnon s’estimait mal traité par son patron ; il s’occupait également des contestations qui s’élevaient entre les corporations ou entre les marchands et artisans et leurs clients ; il avait apparemment pouvoir pour infliger des punitions aux contrevenants, amendes, chātiments corporels, fermeture de la boutique et, dans les cas extrêmes, exclusion de la corporation. D’une manière générale le cheikh était tenu pour responsable devant les autorités de la mauvaise conduite éventuelle des membres de la corporation et il disposait donc de larges pouvoirs administratifs et d’une certaine autorité judiciaire107.

Le rôle fiscal

  • 108 Shaw, Financial, 118-123, 126-130, 138-141, 142-150. On reviendra sur cette question dans le chapi (...)

102Dans le domaine de la fiscalité, la corporation jouait un rôle important puisque c’est par son intermédiaire qu’étaient levées la plupart des impositions directes qui pesaient sur les artisans et les commerçants, suivant le système du fermage, le fermier achetant aux autorités le droit de percevoir un nombre déterminé de taxes pendant une période d’un an. Certaines de ces fermes dépendaient de la Trésorerie impériale : telles l’iḥtisāb et la ḫurda qui étaient les plus importantes. D’autres avaient été créées en dehors ce cadre. L’ensemble couvrait, au xviiie siècle, une partie importante de l’activité économique urbaine108.

  • 109 Ǧabartī, II, 117, 120-4 (1786), 151-2 (1787) ; III, 107 (1800).
  • 110 Zubda, 6 b (1634). K. tarāğim, 700 (1678). Ǧabartī, I, 105 (1692-3). Aḥmad Čelebi, 127 a (1723). Ǧ (...)

103Outre ces taxes plus ou moins régulières les corporations supportaient des contributions exceptionnelles qui devaient être plus onéreuses encore : innombrables « emprunts » (en particulier sur les tuğğār), levées de fonds sur les corporations qui se multiplièrent après celle d’Ismā‘īl Bey en 1787 et dont la plus mémorable fut sans doute l’amende de dix millions infligée par Kléber aux corporations comme punition pour la révolte du Caire en 1800109 ; ou encore « contributions » pesant sur une ou plusieurs corporations dont la variété même est hautement significative : vente forcée de cuivre aux maîtres des métiers en 1634 ; imposition d’un niṣf par jour et par barbier exigée par le pacha de la corporation des muzayyinīn (1678) ; contribution volontaire décidée par la corporation des mendiants (šaḥḥātīn) pour offrir un présent à Ibrāhīm Bey (1692/3) ; somme de 8.000 niṣf répartie entre les ḥammāmiyya (tenanciers de bains) et destinée à l’agha des Janissaires pour qu’il renonce à une décision risquant de gêner leur activité (1723) ; contribution patriotique des corporations de métiers pour la défense nationale au moment de l’approche des Français (1798) ; levée de fonds sur les corporations pour couvrir les frais de participation aux cérémonies accompagnant le mariage de hauts personnages (1805 et 1813-4), etc...110.

  • 111 K. tarāğim, 700. Ǧabartī, III, 107 ; IV, 198. Girard, Mémoire, 598, 603. Chabrol, Essai sur les mœ (...)
  • 112 Voir par exemple Ǧabartī, II, 117 (« emprunt » de 1786) ; II, 226 (contribution de 1791). Vincenne (...)

104Dans la répartition des sommes qu’on exigeait de la corporation, et dont celle-ci était, semble-t-il, collectivement responsable, les cheikhs devaient tenir compte des situations de fortune des membres de la corporation : l’impôt mis sur la corporation des tisserands de MaDīna al-Fayyûm (20.000 paras) est « réparti sur chacun d’eux proportionnellement à la quantité de travail dont on suppose qu’il retire les produits » (Girard) ; le cheikh « répartit la somme à payer sur les principaux et les plus riches artisans qui sont placés sous son autorité » (Jomard). Tels étaient les principes, mais la réalité était vraisemblablement fort différente et il y a tout lieu de penser que les recommandations faites par Menou en 1800, au moment de l’établissement de son impôt sur les corporations, n’étaient nullement superflues : les cheikhs des diverses corporations chargés d’effectuer le recouvrement devraient remettre au directeur des corporations l’état des individus sur lesquels cette somme aurait été répartie ; ils ne devraient considérer que « les facultés réelles des individus » et devraient « épargner les pauvres et... faire payer les riches en raison de leurs moyens »111. En fait, de même que les métiers les plus prospères s’efforçaient de faire retomber sur les moins favorisés une part proportionnellement plus lourde du fardeau commun, de même, à l’intérieur de chaque corporation, les riches tendaient à faire payer davantage les pauvres, avec la complicité des cheikhs : au Caire, notait en 1800 un des rédacteurs du Courrier de l’Égypte, « les contributions [se] paient assez bien quoique très mal réparties. L’aristocratie des richesses domine dans cette ville plus peut-être que partout ailleurs, de manière que l’influence des gens puissants y écrase sans cesse le peuple qui supporte presque tout le poids des impositions »112.

Rôle économique des corporations

105Les corporations remplissaient un certain nombre de fonctions économiques, mais leur action dans ce domaine paraît bien réduite si on les compare aux corporations d’Occident.

  • 113 Damurdāšī, 105-8. Qīnalī, 41 b. Ǧabartī, I, 102-4. A propos du tas‘īr de 1733 : Aḥmad Čelebi, 240 (...)

106La fixation des prix ne constituait pas, en principe, une des responsabilités des corporations. C’était essentiellement aux détenteurs du pouvoir qu’il appartenait de veiller à ce que la hausse des prix des produits de première nécessité (denrées alimentaires, savon, bougie, combustibles) n’atteigne pas des proportions telles que l’ordre pût être troublé : pendant les crises de cherté et de pénurie qui marquèrent l’époque ottomane le rôle principal fut donc joué par le muḥtasib et plus encore par l’agha des Mustaḥfiẓān. Cependant les corporations et leurs cheikhs devaient être associés aux opérations de taxation dans la mesure où il était nécessaire de les consulter pour l’établissement d’un tarif, et dans la mesure également où le succès de l’opération dépendait de leur docilité. L’élaboration d’un tarif général avait donc comme prélude nécessaire une réunion des cheikhs des boulangers et des principales corporations intéressées, au cours de laquelle un prix maximal était fixé pour chaque denrée, des renseignements ayant été pris sur les poids, les qualités et la situation des marchés ; la taxation (tas‘īr) à l’élaboration de laquelle les cheikhs avaient ainsi participé et dont ils avaient sans doute promis de respecter les dispositions, était ensuite proclamée dans les rues et les souqs de la ville113.

  • 114 Pockocke, Voyages, I, 103. Lane, Manners, 128. A.N., Caire, B 1 336, 29 juillet 1777. Chabrol, Ess (...)
  • 115 Aḥmad Čelebî, 150 b, 180 a.

107La corporation et son cheikh jouaient également le rôle d’intermédiaires entre le « marché du travail » et le public, fournissant main-d’œuvre et services aux utilisateurs éventuels : le cheikh élu des domestiques avait « soin de placer les nouveaux venus » (Pockocke) et devenait de ce fait responsable de la conduite de ceux qu’il avait recommandés (Lane). C’est de même le cheikh des tarrābīn (transporteurs de terre sur les ānes) qui concluait les marchés avec les riverains pour le nettoyage du Ḥalīğ. D’après Chabrol enfin on s’adressait au chef des bains, qui avait sous sa juridiction les cheikhs des chameliers et de ceux qui dressent les jeunes ânes, lorsqu’on voulait « avoir beaucoup de bêtes de somme pour un usage quelconque »114. De cette fourniture, en quelque sorte contractuelle, de travailleurs ou d’animaux à la réquisition pure et simple il n’y avait qu’un pas à franchir. Il le fut souvent au xviiie siècle : vers 1725 par exemple le pacha du Caire et Čerkes bey réunirent sans doute par ce procédé les manœuvres, maçons et charpentiers dont ils avaient besoin pour leurs travaux de construction, effectués sans bourse délier en ce qui concerne le second115. Mais c’est surtout à l’époque des Français puis de Muḥammad ‘Alī que la pratique devint d’usage courant, les cheikhs de corporations étant appelés à fournir de plus en plus fréquemment les ouvriers et les bêtes de somme nécessaires pour les constructions et les transports officiels.

  • 116 Bowring, Report on Egypt, 117. Baer, Egyptian Guilds, 103-4

108Aucun texte n’indique que les cheikhs intervenaient dans les questions de salaires. Bowring affirme même le contraire : « The corporations... do not interfere in questions of wages, in disputes between buyers and sellers, but leave all matters of contract perfectly free ». Toutefois il s’agit d’un texte tardif, et unique, car, d’après d’autres témoignages de la fin du xixe siècle, les cheikhs fixaient les salaires des artisans. Même en l’absence de toute indication positive sur ce point on ne peut s’empêcher de penser, avec G. Baer, que les cheikhs de corporations qui fournissaient de la main-d’œuvre et étaient responsables de sa compétence et de son honnêteté, devaient logiquement avoir leur mot à dire sur ce point116.

  • 117 C.C.M., J. 564, 20 juillet 1692 ; J 623, Mémoire sur le commerce, 1751. A.N., Alexandrie, B 1 108, (...)

109Lacune cette fois certaine, et très surprenante, les corporations n’exerçaient apparemment aucun contrôle sur la qualité des objets produits par leurs membres. Alors que, dans certains cas au moins, la corporation soumettait à examen les capacités techniques de ses nouveaux membres, elle ne paraissait pas se soucier de maintenir à un niveau satisfaisant leur production. En ce qui concerne les denrées alimentaires, dont l’adultération aurait pu avoir des conséquences graves, le contrôle était laissé à l’autorité publique. Mais les produits de l’artisanat n’étaient soumis à aucune réglementation concernant les mesures à respecter et les matières premières à employer. Pour les tissus, principale production et principale exportation de l’Égypte, un document consulaire évoque bien les « règlements qu’il y a dans tous les villages d’Égypte pour chaque espèce de toile », mais les plaintes répétées des marchands français à propos de la baisse de la qualité des toiles de lin et de coton et de l’irrégularité de leurs dimensions, laissent penser que, à supposer qu’ils existassent, ils étaient fort peu respectés au xviiie siècle117.

L’entraide dans les corporations

  • 118 Rapport de Borg sur les corporations (1870) cité par G. Baer, Egyptian Guilds, 115. Mahmoud Sedky, (...)

110L’opinion que les corporations fournissaient à leurs membres une sorte d’assistance mutuelle grâce à des contributions qui venaient alimenter une caisse de secours, est aussi largement répandue que peu fondée dans les textes. En dehors d’une observation de Pockocke concernant les domestiques à qui leur chef « avance de l’argent, lorsqu’ils sont malades, ou hors de condition », argent qui est rendu exactement « lorsqu’ils sont en état », notre information sur ce problème de l’entraide corporative se réduit à des textes tardifs et concernant la corporation des fabricants de chaussures. Dans un rapport datant de 1870, Borg note qu’en entrant dans cette corporation l’artisan doit faire don de cinq récipients de cuivre qui sont ensuite loués par le cheikh et que les fonds ainsi réunis sont donnés aux membres de la corporation qui se trouvent dans le besoin. Mahmoud Sedky, dans son article sur les cordonniers, confirme cette information et ajoute que lorsqu’un maître a des difficultés financières il organise un repas à l’occasion duquel ses confrères lui offrent des cadeaux (en général de l’argent) qui lui permettent de se libérer de ses dettes, pratique qui était également observée chez les marchands de poterie et de vaisselle118.

  • 119 Germain Martin, Les bazars du Caire, 31, 35. Aḥmad Amīn, al-Ṣa‘laka, passim.

111C’est à des formes assez rudimentaires d’entraide de ce genre que se réduisait, semble-t-il, la « mutualité » corporative avant le xixe siècle, les caisses de secours organisées, évoquées par Germain Martin ou par Aḥmad Amïn ne devant apparaître que beaucoup plus tard119. Cependant, en créant un lien social et professionnel très puissant entre les membres de la corporation, en les maintenant d’une manière presque permanente à l’intérieur d’un cadre fortement communautaire, la corporation contribuait naturellement à développer entre ses membres un puissant sentiment de solidarité.

7. LES CÉRÉMONIES PUBLIQUES

112Aspect le plus extérieur d’une vie corporative dont beaucoup d’activités restent entourées d’une certaine obscurité, les cérémonies publiques nous sont généralement bien connues, et ce que nous en disent quelques-unes de nos sources (Evliya Čelebi et Ǧabartī par exemple) constitue parfois l’essentiel de ce que nous savons sur les corporations.

Cérémonies corporatives

  • 120 L. Massignon signale au Maroc la participation des corporations de Fès au « mousem » de Moulay Idr (...)
  • 121 M. Rouyer, Notice sur les médicaments usuels, 221. Baer, Egyptian Guilds, 118.
  • 122 Baer (citant Bayle Saint John en ce qui concerne les teinturiers), Egyptian Guilds, 119. ‘Alī Pāšā(...)

113Selon toute vraisemblance, certaines au moins des corporations de métiers avaient des fêtes corporatives régulières, au cours desquelles la corporation célébrait son patron ou un saint auquel elle vouait un culte particulier, ainsi que c’était le cas dans d’autres pays musulmans120. Nous n’avons cependant que fort peu de documents qui décrivent des cérémonies de ce genre dans Le Caire ottoman. Il n’est pas certain que la cérémonie annuelle au cours de laquelle le cheikh des « marchands d’opiats » (ma‘āğīnī) fabriquait la « thériaque » (drogue qui était exportée dans tout l’Orient musulman) dans le Māristān du Caire ait eu un caractère absolument corporatif ; d’ailleurs les ma‘āğīnī constituaient, comme les médecins et les chirurgiens, un métier qui se situait en marge de l’organisation corporative121. La sortie annuelle des teinturiers le jour du šamm al-nasīm (fête du printemps) qui est attestée au xixe siècle existait probablement au siècle précédent. Il en allait sans doute de même du mawlid du saint Saraf al-dîn al-Kurdī qui était enterré dans le quartier de Ḥusaïniyya, où s’élevait la mosquée qui portait son nom : une cérémonie se déroulait chaque année sur son tombeau à laquelle participait surtout la corporation des bouchers (ṭā’ifat al-ğazzārīn) ; mais il est difficile de dire, dans ce cas, si la célébration avait un caractère véritablement corporatif, ou bien s’il ne s’agissait pas plutôt d’une manifestation de quartier dans laquelle les bouchers jouaient le rôle le plus actif parce qu’ils étaient très nombreux à Ḥusaïniyya122.

  • 123 Nous utiliserons principalement les descriptions de Thévenot, Voyages, II, 463-5 ; Evliya Čelebi, (...)
  • 124 Maqrīzī, Kitāb al-sulūk, I, 142. Ibn Baṭṭūṭa, Voyages, I, 55 ; Travels, 33. Sur la ru’ya à Rosette (...)
  • 125 Le contrôle de l’apparition de la nouvelle lune était une des attributions normales de la ḥisba. V (...)

114Parmi les cérémonies corporatives, celle de la ru’ya (observation) qui se déroulait la veille du début du mois de Ramaḍān revêtait une importance toute particulière, car elle concernait une grande partie des corporations du Caire et permettait donc d’effectuer une sorte de revue générale des ṭawā’if. le déploiement de pittoresque auquel elle donnait lieu explique qu’elle ait été très souvent décrite, et avec un grand luxe de détails123. Il s’agissait d’une cérémonie fort ancienne : Maqrīzī décrit dans les Sulūk la chevauchée du qāḍī partant observer la lune de Ramaḍān, suivi d’une foule portant des cierges (année 594/1197-1198) ; Ibn Baṭṭūṭa assista à une « cavalcade » toute semblable dirigée par le qāḍī, mais cette fois à Abyār, dans le Delta. A l’époque ottomane elle se déroulait également hors du Caire et nous avons en particulier plusieurs descriptions circonstanciées de la ru’ya à Rosette124. Au Caire même le rôle principal dans la ru’ya était joué par le muḥtasib (et non le qāḍī)125 ; en conséquence la cérémonie était plutôt réservée aux corporations placées sous son contrôle. De ce point de vue la description d’Evliya Čelebi, qui prend la ru’ya comme cadre d’une énumération exhaustive des corporations du Caire, est évidemment tout à fait théorique.

115A la fin du mois de ša‘bān, dans l’après-midi précédant la nuit pendant laquelle le mois de ramaḍān était censé devoir commencer, des observateurs étaient envoyés dans le désert pour observer la nouvelle lune, d’où son nom de « nuit de l’observation » (laïlat al-ru’ya). On allumait des lampes dans les rues, dans les souqs et sur les minarets des mosquées, cependant que les badauds commençaient à s’attrouper. Dans la soirée, le muḥtasib, monté sur un cheval richement harnaché et portant un bonnet de cérémonie, partait en compagnie d’un certain nombre de cheikhs de métiers (mašā’iḫ al-ḥiraf), dont ceux des meuniers, boulangers, bouchers, marchands d’huile et de fruits. Il était escorté par un cortège aussi varié que pittoresque : gens des corps de métiers masqués et costumés, entourant les chefs de corporations montés sur de beaux chevaux et « revêtus d’un costume de caractère », porteurs de flambeaux et de lanternes suspendues à l’extrémité de longues perches, groupes de joueurs de tambour et de flûte (tubūl et zumūr), fuqarā’, amuseurs, sandjaqs, officiers et militaires, tout cela dans un tourbillon de cris (al-ṣalāḥ, ṣallū ‘alā l-nabī ‘alaïhi l-salām), de chants, de danses et d’illuminations. Le cortège traversait Le Caire et, par la place de l’Azbakiyya, gagnait la résidence du qāḍī (baït al-qāḍī) où on attendait le retour des messagers. Lorsque la nouvelle de l’observation de la lune de Ramaḍān avait été apportée, le muḥtasib repartait de chez le qāḍī avec le même cortège et on proclamait en ville le début du carême, aux cris de « jeûne, jeûne » (ṣiyām, ṣiyām). Il était enfin d’usage que l’autorité qui gouvernait Le Caire remette au muḥtasib une pelisse de cérémonie et un caftan, à titre de récompense pour sa participation à la cérémonie.

  • 126 Vincennes, B 6 61, 15 janvier 1801.
  • 127 Aḥmad Čelebi, 251 a-252 a.
  • 128 Aḥmad Čelebi, 262 a. Ǧabartī, III, 207 ; IV, 70. Mengin, Histoire de l’Égypte, I, 307.

116C’était en effet cet officier qui avait la charge de l’organisation de la ru’ya. Il recevait pour cela 50.000 médins, et les différents chefs de corporations qui figuraient dans la cérémonie avaient également droit à des « revenus d’usage », d’une importance variable suivant les cas, 3.000 médins pour le cheikh des ḫabbāzīn, et celui des ṭaḥḥānīn, 2.500 pour celui des zayyātīn, 2.000 pour les cheikhs des marchands de viande de mouton et de buffle, etc...126. Toutes ces sommes étaient payées par les corporations qui devaient encore supporter les frais et les charges diverses qu’entraînaient la préparation de la fête, puis la participation au cortège. Il n’est donc pas surprenant que certains métiers aient parfois cherché à se libérer de cette obligation : c’est ainsi que les cheikhs des grands souqs du Caire avaient obtenu, vers 1693, d’être dispensés de participer à la ru’ya. Lorsqu’en 1736 le muḥtasib en fonctions envoya aux mašā’iḫ al-aswāq des billets (taḏākir) les invitant à contribuer avec leurs administrés à la préparation de la ru’ya, et à participer à la chevauchée, une vive opposition se manifesta chez les tuğğār et ils obtinrent finalement le maintien du statu quo127. Le coût de la cérémonie et son ampleur expliquent également qu’elle ait parfois été annulée, par exemple lorsque les conditions politiques étaient peu favorables, ou lorsque la situation économique ne permettait pas de lui donner son éclat habituel. C’est ce qui arriva en 1737, la déposition de Bākïr Pacha étant survenue le 29 ša‘bān, le jour même où la ru’ya aurait dû être célébrée ; en 1802, en raison de l’agitation des soldats et de l’absence du muḥtasib ; et encore en 1807 à cause de l’état de trouble qui régnait alors au Caire128. Par contre les Français, au moment de l’occupation du Caire, eurent grand soin de donner à la cérémonie tout son éclat, pour des raisons politiques évidentes.

  • 129 Jomier et Corbon, Le Ramaḍān au Caire, 9-10.

117Il n’y a pas de meilleure preuve de l’importance de la ru’ya dans la vie sociale du Caire que son extraordinaire pérennité. A la fin du xixe siècle, et au début du xxe siècle, alors que la futuwwa avait à peu près complètement disparu de la vie corporative, la ru’ya continuait à donner l’occasion d’une parade des métiers du Caire qui déroulait ses fastes populaires dans les rues de la capitale. Décrivant dans un article récent la célébration de Ramaḍān au Caire, J. Jomier et J. Corbon notent que, jusqu’en 1955, on voyait le cortège traditionnel des chars représentant les divers établissements industriels, artisanaux ou commerciaux se rendre du Gouvernorat du Caire au siège du Tribunal religieux suprême (al-Maḥkamat al-‘ulyā al- šar‘iyya) dont le président était désormais chargé de rédiger le procès-verbal témoignant de l’apparition de la lune de ramaḍān et du début du jeûne129.

Les cortèges de métiers

  • 130 Mantran, Istanbul, 381-2. Voir aussi J. Palerne, Périgrinations, 461-2 (à l’occasion d’une circonc (...)

118Un certain nombre de circonstances donnaient lieu à des cortèges auxquels participaient les corporations, chaque métier étant représenté par un char symbolique. Bien qu’il ne s’agît pas de manifestations proprement corporatives, les ṭawā’if étaient pratiquement obligées d’y prendre part, si bien que ces cérémonies donnaient l’occasion de véritables revues des corporations du Caire, plus complètes en un sens que celle que permettait la ru’ya. Des cortèges de ce genre ont été mentionnés dans la plupart des grandes villes musulmanes : à Istanbul l’avènement d’un nouveau sultan, la circoncision d’un prince, le défilé de l’armée, en étaient les prétextes les plus habituels. En ces occasions les corporations défilaient devant le sultan avec des « étals ou de petites boutiques spécialement créés pour être portés au cours du défilé... et garnis ou ornés des produits ou travaux d’art des corporations ». A Damas ces cortèges portaient le nom de ‘arāḍa. Le voyageur Thévenot assista de même à Alep au défilé de métiers qui conclut les réjouissances publiques décidées en 1664 pour célébrer la naissance du fils du sultan et qui dura cinq jours, pendant lesquels les groupes de métier se succédèrent chaque soir, les artisans, tous costumés, portant de petits « divans » sur lesquels des enfants faisaient semblant d’exercer le métier dont les représentants défilaient autour d’eux130.

  • 131 Ǧabartī, II, 224 ; III, 346 ; IV, 91, 198-9, 200-1, 245. Voir aussi Baer, Egyptian Guilds, 117-8, (...)

119Les cortèges de métiers du Caire différaient peu de celui qu’avait décrit Thévenot. La plupart de ceux que nous ont signalés les chroniqueurs furent organisés pour rehausser les cortèges de mariage (zaffa) de personnages liés à des Grands du temps : mariage de la fille de Aḥmad Agha (avant 1791) ; mariage de la fille de Salīm Kāšif avec Ḥasan al-Šamāšarğī, qui appartenait à la suite de Muḥammad ‘Alī (1805) ; mariage d’Ismā‘īl, fils de Muḥammad ‘Alī, avec la fille de ‘Ārif Bey (1814) ; mariage de la fille de Muḥammad ‘Alī avec le daftardār (1814) ; mariage des deux fils de Walī Efendi, kātib au service du pacha (1816). Plus rarement ces défilés de corporations accompagnèrent les zaffa organisées pour célébrer une circoncision : ce fut le cas par exemple en 1809, à l’occasion de la circoncision du petit-fils de ‘Umar Makram, naqīb al-ašrāf131. Bien que la participation des corporations à ces réjouissances fût en principe volontaire, il ne fait aucune doute qu’il s’agissait en réalité d’une réquisition à laquelle elles ne pouvaient se dérober. Les termes employés par Ǧabartī sont sur ce point très clairs : en 1813-4 on avertit les chefs des métiers qu’ils devront préparer des chars variés représentant leur métier et leur art pour participer au cortège de la mariée ; le chef du métier, en conséquence, lève sur les membres de la corporation une quote-part dont le montant est utilisé pour l’équipement du char et l’achat du matériel nécessaire ; juste avant la cérémonie les chefs des métiers informent le représentant du pacha des dispositions prises et reçoivent, suivant l’importance du métier et le nombre de ses membres, qui un châle de cachemire, qui une robe d’honneur, qui une somme d’argent, en dédommagement de leurs peines.

120Chaque métier disposait sur un char (‘araba) tiré par des ânes, des chevaux ou même des membres du métier, un équipement symbolisant les activités de la corporation : pour la zaffa d’Ismā‘īl, le ḥalwānī/confiseur était entouré de récipients contenant des douceurs, le farrān/fournier avait un four où il cuisait du pain, les ğabbāsīn/fabricants de plâtre avaient disposé dans leur char une meule que faisait tourner un bœuf qui marchait avec le char, les marākibī/bateliers étaient installés dans une barque complètement équipée avec ses voiles qui avançait sur des roues, etc.. Pour le mariage de la fille du pacha, quelques jours plus tard, le clou du défilé était un char qui représentait un atelier de verrerie (ma‘mal al-zuğāğ). Le nombre des métiers représentés dans les différentes zaffa variait suivant l’importance de la cérémonie, et vraisemblablement en proportion de la pression que les autorités pouvaient exercer sur les corporations afin de les amener à y participer. Nous avons noté plus haut qu’il y en eut 106 en 1814, plus encore en 1816 : compte tenu du fait que c’étaient surtout des artisans qui figuraient dans les zaffa, une partie considérable du nombre total des corporations était donc représentée dans ces cérémonies.

121Les chars une fois préparés se rassemblaient au point de départ du cortège qui, au début du xixe siècle, était la Birka al-Azbakiyya. En tête du cortège venaient des troupes, le wālī al- šurṭa, le muḥtasib puis les métiers : l’ordre dans lequel ils défilaient, chaque char entouré par les gens du métier richement costumés avec des tambours et des flûtes, ne paraît pas avoir eu de signification particulière. Les tuğğār, ou certains d’entre eux, étaient, semble-t-il, représentés dans le cortège, mais sans chars. Dans l’itinéraire suivi au début du xixe siècle, qui est visiblement tracé de manière à permettre au défilé de parcourir la plupart des grandes rues commerçantes du Caire, rien ne paraît indiquer la permanence de traditions anciennes : Azbakiyya, pont du Mūskī, Bāb al-Ḫarq, Darb al-Ǧamāmīz, Ṣalība, Muẓaffar, Surūğiyya, Qasaba Riḍwān, Bāb Zuwaïla, Ġūriyya, Ǧamāliyya, Sūq Marğūš, Baïn al-Sūraïn, et retour à l’Azbakiyya (Bāb al-Hawā).

  • 132 Šarqāwī, Miṣr, II, 116. Baer, Egyptian Guilds, 121-4.

122La tradition de ces cortèges de chars devait se maintenir durant tout le xixe siècle, non seulement pour des zaffa de mariages et de circoncisions, mais à l’occasion d’autres cérémonies publiques auxquelles les corporations participaient habituellement132.

Décoration des souqs (zīna)

  • 133 Maqrīzī, I, 446. Ibn Iyās, III, 265 ; IV, 29, 333, 417.
  • 134 Voir dans Ibn Iyās : V, 361 (avènement de Salīm, en 1520) ; 379 (arrivée d’un ambassadeur, en 1521 (...)

123L’habitude de décorer et illuminer les souqs pour célébrer un événement heureux était très ancienne au Caire. Maqrīzī rapporte qu’à l’occasion du premier de l’an 517/1123 les principaux marchés avaient été ainsi ornés sur le passage du souverain, les gens des différents métiers (joailliers, changeurs, orfèvres, marchands de tissus) exposant les objets dont ils faisaient commerce. Ibn Iyās mentionne de même de nombreuses circonstances ayant donné lieu à pavoisement, décoration et illumination de la ville et en particulier des marchés : circoncision du fils du sultan (1490) ou du fils d’un haut dignitaire (1502) ; guérison du sultan (1513) ; retour du sultan d’Alexandrie (1515), etc...133. La tradition de ces tazyin fut reprise dès les premières années de l’occupation ottomane134 et continua jusqu’à la fin du xviiie siècle.

  • 135 Ibn Abī l-Surūr, 42 b. Muḫtaṣar, 41 b, 45 a, 50 b, 63 b, 67 a. Mar‘ī, 404-5, 417, 434, 446, 471. Z (...)

124Au xviie siècle surtout, le motif le plus fréquent de décoration de la ville fut une victoire remportée par le sultan ottoman, dont les autorités du Caire décidaient la célébration : nos sources signalent entre autres les zina de 1621, 1658, 1660, 1669, 1678, 1696, 1716, 1724 et 1725. L’avènement d’un nouveau sultan (en 1623, 1640, 1687, 1691, 1695, 1703) et la naissance d’un fils du souverain régnant (en 1654, 1664, 1692, 1696, 1699, 1706, 1758) étaient les autres occasions les plus habituelles. Les chroniques signalent encore d’autres zīna ordonnées pour la convalescence d’un pacha (vers 1620), la circoncision du fils d’un pacha (vers 1620, 1696) ou le retour d’une expédition victorieuse (en 1632, 1655, 1771). La fréquence des zīna est évidemment en rapport avec la situation politique de l’Empire ottoman, et aussi avec l’état matériel du pays : nombreuses au xviie siècle (6 relevées entre 1600 et 1649 et 15 entre 1650 et 1699), elles se font plus rares au siècle suivant (5 entre 1700 et 1749, et seulement 2 entre 1750 et 1798) à une époque où les occasions de décider des réjouissances publiques furent de moins en moins fréquentes, cependant que les moyens d’y faire face manquaient de plus en plus135.

  • 136 Wittman, Travels, 369. Thévenot, Voyages, II, 770.
  • 137 Mar‘ī, 405.
  • 138 Thévenot, Voyages, II, 772. K. tarāğim, 581. Aḥmad Čelebi, 155 a.

125Les zīna étaient ordonnées par les gouvernants, c’est-à-dire en général le pacha : des crieurs se rendaient dans les divers quartiers du Caire pour proclamer qu’une réjouissance publique avait été décidée ; pendant la durée de la zīna les maisons étaient décorées avec des lampes ; les rues étaient illuminées au moyen de candélabres et de lustres, particulièrement dans les grands souqs dont les boutiques étaient tapissées d’étoffes parfois précieuses et ornées de cierges (šumū‘)136. Les frais que les commerçants devaient supporter étaient d’autant plus lourds que les réjouissances étaient plus longues ; les zīna les plus ordinaires duraient habituellement trois jours, mais il y en avait de très prolongées : celle de 1664, pour la naissance de Muṣṭafā, fils du sultan Muḥammad, dura sept jours ; lorsque Ḥusaïn Pacha résolut de fêter sa convalescence il fixa la zīna à huit jours (vers 1620) ; en 1706 enfin, les réjouissances pour la naissance du fils du sultan durèrent dix jours. D’autre part il arrivait que plusieurs zīna se succédassent à intervalles rapprochés : il y en eut trois en 1696, une de trois jours en janvier, pour célébrer la prise de huit citadelles par le sultan, une seconde en août, pour la naissance de Maḥmūd, une troisième en novembre, pour la circoncision des fils d’Ismā‘īl Pacha. Il s’agissait donc d’une lourde charge pour les habitants du Caire et en particulier pour les commerçants : « Je ne sais qui a introduit la zīna dans l’Islam », remarque un chroniqueur à propos de celle de 1620 qui avait paru d’autant plus pesante que la peste sévissait au même moment au Caire ; « à la vérité c’est un fléau pour les détaillants à qui elle coûte de l’argent et dont elle interrompt les affaires »137. Aussi la dureté des temps obligea-t-elle parfois les gouvernants à alléger le poids que ces zīna faisaient peser sur les boutiquiers du Caire : réduction de « l’ezine » de 7 à 6 jours en 1658 ; report de la célébration prévue en 1660, en raison des troubles intérieurs qui monopolisaient l’attention du pacha ; décision de réduire à des salves d’artillerie la zīna de trois jours demandée par le sultan en 1724, les sujets étant hors d’état d’en supporter les frais, du fait de la cherté et de la famine138.

Participation des corporations à diverses cérémonies publiques

  • 139 Description de la cérémonie dans Estève, Mémoire, 374-5. Vincennes, B 6 38, Courrier de l’Égypte, (...)

126Aucun texte contemporain n’atteste que les corporations de métiers du Caire aient participé « en corps » à la cérémonie de la coupure de la digue du Ḫalīğ (qaṭ‘ al-Ḫalīğ) qui se déroulait en présence des principaux notables : officiers des milices, agha des Janissaires, muḥtasib, cheikhs, prévôt des marchands (šāh bandar), etc... Toutefois des comptes rendus datant de la deuxième moitié du xixe siècle font état de la présence des corporations de la construction : bannā’īn/maçons, ḥağğārīn/tailleurs de pierre, naḥḥātīn/sculpteurs sur pierre, ğayyārīn/chaufourniers, ğabbāsīn/plâtriers, nağğārīn/charpentiers, etc… D’autre part le cortège qu’ils décrivent, avec les chars décorés, les bannières, les orchestres, correspond exactement à celui de la ru’ya ou des zaffa. Il est donc raisonnable de supposer qu’à l’époque ottomane déjà la fête de la coupure de la digue était l’occasion d’une revue des corporations dépendant du mi‘mār bāšī (préposé aux constructions), comme la ru’ya l’était pour celles qui étaient rattachées au muḥtasib139.

  • 140 Savary, Lettres sur l’Égypte, I, 60. Aḥmad Amīn, Qāmūs al-‘ādāt, 303. Lane, Manners, 448-450. Ǧaba (...)

127Les corporations participaient également aux célébrations qui marquaient les anniversaires (mawlid) des principaux saints. A la fin du xviiie siècle, la fête de Sīdī Ibrāhīm se déroulait, à Rosette, avec le concours des corporations de métiers de la ville. Aḥmad Amīn signale que dans son enfance (donc dans les dernières années du xixe siècle) il avait vu les corporations défiler avec des chars à l’occasion du mawlid de Sīdī Ibrāhīm al-Fār. Il en était sans doute de même pour les grands mawlid du Caire : c’était vraisemblablement le cas en particulier de la fête du Prophète (mawlid al-nabī) qui donnait lieu à des illuminations, et à des processions nocturnes avec flambeaux et musiques, les boutiques des marchands et des artisans devant rester ouvertes toute la nuit, et être éclairées, en particulier dans la grande artère commerçante, de Bāb Zuwaïla à Baïn al-Qaṣraïn140.

  • 141 Ibn Baṭṭūṭa, Voyages, I, 93 ; Travels, 59. Della Valle, Voyages, I, 319-321. Thévenot, Voyages, II (...)

128La principale cérémonie religieuse à laquelle participaient les corporations était celle du maḥmal lorsque la litière quittait Le Caire pour la Mekke avec la caravane. Il s’agissait là encore d’une tradition fort ancienne : Ibn Baṭṭūṭa mentionne parmi les participants à la procession, à la suite du muḥtasib et des fuqahā’, les chefs de corporations (al-ru’asā’). A l’époque ottomane un certain nombre de corporations de métiers figuraient habituellement, en compagnie de leurs cheikhs, dans le cortège qui traversait Le Caire, de Qarāmaïdān à Bāb al-Naṣr. Le voyageur Parsons, qui a laissé une description détaillée des divers groupes composant la procession de l’année 1778, mentionne en particulier : dans le troisième groupe, cent soixante-quatre « des principaux marchands... avec des hommes portant des étendards de diverses couleurs », cent hommes « de la compagnie des tailleurs avec beaucoup d’étendards sur chacun desquels était peinte une paire de ciseaux », cent hommes « appartenant à la compagnie des chaudronniers, marchant quatre à quatre, avec de nombreux étendards sur lesquels étaient représentés des chaudrons, des bassines et des cafetières », cent hommes appartenant à « la compagnie des joailliers et des orfèvres, avec de nombreux étendards sur lesquels de petites balances, des anneaux, des bracelets étaient représentés » ; et, dans le quatrième groupe, « cent pêcheurs, marchant quatre par quatre, avec au-dessus d’eux un long filet soutenu par des gaffes ». Ce texte et un texte de Breton, également relatif au maḥmal (« les différents corps d’ouvriers y sont représentés par des députations déployant des bannières où sont marqués les signes de leurs professions respectives ») indiquent que les corporations avaient des emblèmes distinctifs qui étaient utilisés lors de leurs apparitions publiques141.

8. LES TUǦǦĀR EN ÉPICES

  • 142Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, I, 100.
  • 143 Présence des tuğğār aux fêtes données pour la circoncision du fils du pacha Ismā‘īl en 1696-7 (Ǧab (...)

129Les tuğğār n’étaient pas vraiment placés hors du cadre corporatif : dans la liste de Vincennes les « Marchands Commissionnaires de Gedda » sont mentionnés (corporation n° 40) ; et ‘Alī Pāšā fait également figurer les tuğğār dans son dénombrement des corporations142. D’autre part on trouve dans les textes historiques de nombreuses mentions de la ṭā’ifat al-tuğğār, les négociants en café figurant « en corps », comme beaucoup d’autres corporations, dans des cérémonies officielles, ou étant soumis collectivement, comme elles, à des impositions ou à des exactions143. Mais le groupement des négociants en café et en épices constituait évidemment un cas à part dans la structure corporative : son organisation était notablement différente de celle des autres corporations, ne fût-ce que dans la mesure où les tuğğār n’étaient pas placés, comme les autres ṭawā’if, sous l’autorité d’un simple cheikh, mais sous celle d’un personnage infiniment plus important et plus influent, le šāh bandar. Il n’est pas impossible que le statut particulier des tuğğār ait été influencé par l’organisation des Kārimī dont les tuğğār du Caire étaient les lointains successeurs et dont certaines institutions s’étaient en partie maintenues. Mais la puissance économique et financière des tuğğār, le souci qu’avaient les autorités de les ménager (pour les exploiter), suffiraient à expliquer l’originalité de leur situation.

  • 144 Sur le mot de šāh bandar voir Wiet, Compte rendu, 162 et Les Marchands d’épices, 130 et 146. Lapid (...)
  • 145 Ǧabartī, II, 218.

130Le šāh bandar al-tuğğār bi-Miṣr, qui jouait auprès des négociants cairotes le rôle de « prévôt des marchands », était évidemment le successeur du ra’īs ou Kabīr ou wakil al-tuğğār de l’époque mamelouke. Comme titre qualifiant le chef des négociants en épices et en café, cette locution arabo-persane ne semble pas être apparue en Égypte avant la fin du xve ou le début du xvie siècle : elle figure fréquemment dans des contes des Mille et Une Nuits de rédaction tardive144. Mais c’est à l’époque ottomane que son emploi s’imposa : on la trouve utilisée dans les documents du Maḥkama tout au long des xviie et xviiie siècles, le mot n’apparaissant cependant que tardivement chez Ǧabartī, à propos d’Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām, mort en 1791145. Šāh bandar ne fit d’ailleurs pas disparaître complètement le titre de Kabīr al-tuğğār qui fut employé concurremment avec lui jusqu’à la fin du xviiie siècle.

  • 146 Mantran, Istanbul, 147-8. Evliya Čelebi, Narrative of travels, II, 140. Thévenot, Voyages, III, 12 (...)

131Il y avait à Damas, Alep et Istanbul un personnage portant le même titre et exerçant des fonctions similaires146.

  • 147 Ǧabartī écrit que Aḥmad al-Maḥrūqī succéda à Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām comme šāh bandar (III, 323). (...)
  • 148 Tous les šāh bandar dont nous avons trouvé la succession figurent dans la liste des sept plus impo (...)
  • 149 Ǧabartī, III, 323. Voir la note 2, p. 580.

132Nous connaissons quelques prévôts des marchands des xviie et xviiie siècles : avant 1630 Faḫr al-Dīn ‘Uṯmān ibn Ma‘mūr ; peu après, vers 1630, Ǧamāl al-Dīn al-Ḏahabī ; al-Dāda al- Šarāïbī (mort en 1725), et après lui son fils Qāsim (mort en 1734) ; Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām (mort en 1791) ; Maḥmūd Muḥarram (mort vers 1795) ; et enfin Aḥmad al-Maḥrūqī147. Tous ces personnages présentent un trait commun ; ils faisaient partie des plus puissants négociants de leur temps ainsi qu’en font foi les successions que nous connaissons : le šāh bandar des tuğğār, à la différence des cheikhs de corporation, paraît avoir été, en général, le plus riche des tuğğār148. On peut supposer que dans beaucoup de cas « l’avènement » d’un šāh bandar avait un caractère presque automatique : c’est ainsi sans doute que Qāsim al-Šarāïbī, tāğir dominant, succéda à Muḥammad al-Dāda dans le šāh bandariyya comme à la tête des entreprises familiales. Et c’est sans doute ce qui explique la surprise apparente d’Aḥmad Čelebi quand il note que ‘Abd al-Raḥmān al-Šarāïbī, successeur de Qāsim al-Šarāïbī dans ses affaires, comme dans son grade aux Janissaires, ne prit pas sa place comme šāh bandar des tuğğār. Mais il dut arriver aussi sans doute que les autorités, qui donnaient leur sanction à cette nomination, fussent tentées d’intervenir dans un choix qui revêtait une grande importance, compte tenu du prestige et de la puissance économique des tuğğār. A la mort d’Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām, Aḥmad al-Maḥrūqi aurait ainsi réussi à lui succéder dans ses fonctions (manṣib), comme dans ses affaires, grâce à l’entremise de Muḥammad Agha al-Bārūdī qui était l’homme de confiance d’Ismā‘īl Bey149. Tous les šāh bandar que nous avons cités plus haut paraissent d’autre part avoir exercé leurs fonctions jusqu’à leur mort.

133Pour ces deux raisons au moins (choix d’un notable et caractère habituellement viager de la fonction) nous serions enclins à penser que la charge de šāh bandar ne faisait que confirmer le magistère moral que le plus riche des tuğğār devait de toutes façons exercer sur la corporation. Cependant le prévôt des marchands avait des attributions précises qui sont en tout point conformes à celles des cheikhs de métiers. Il avait pour première tâche d’exercer un contrôle sur les négociants en café et en épices et de régler leurs différends internes. Il était le représentant des tuğğār auprès des autorités auxquelles il soumettait éventuellement leurs doléances. En sens inverse le šāh bandar, intermédiaire entre les autorités et les tuğğār, était chargé par les premières de transmettre leurs exigences, surtout fiscales, et en particulier de veiller à la levée des taxes et « emprunts » dont le nombre se multiplia au fur et à mesure que s’avançait le xviiie siècle, ainsi qu’on le verra plus loin.

  • 150 Ǧabartī, I, 103. Dans les cérémonies officielles de la fin du siècle, le šāh bandar avait le pas s (...)
  • 151 Ǧabartī, IV, 176, 269, 279, 280. Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 303. Mantran, Istanbul, 147. A (...)

134La communauté des tuğğār, forte de sa richesse et des relations étroites qu’elle entretenait avec la caste dirigeante, échappait totalement à l’autorité du muḥtasib et même éventuellement à celle de l’agha des Mustaḥfiẓān en période de crise : réclamant les pleins pouvoirs en 1703 ‘Alī Agha exige que le droit de contrôler les tuğğār en café lui soit explicitement accordé150. Mais ce n’est que par une extension tout à fait exorbitante de sa compétence, dont la raison est évidemment l’influence personnelle dont il jouissait auprès de Muḥammad ‘Alī, que Muḥammad al-Maḥrūqī en vint, après 1810, à exercer son contrôle non seulement sur les tuğğār et les gens du Ġūriyya qui étaient placés sous son autorité exclusive, mais même sur l’ensemble des gens des métiers et des détaillants (ahl al-ḥiraf wa l-mutasabbibīn), comme on le proclama dans les souqs en 1813, ou sur les boutiquiers et les maîtres des métiers du Caire (al-bā‘a wa arbāb al-ḥiraf al-baladiyya), comme le note Ǧabartī quand il énumère les titulaires des grandes charges de l’État au début de 1232/1816, extension qui devait provoquer en 1817 un très vif conflit avec le muḥtasib Muṣṭafā Kurd qui émettait des prétentions inverses, tout aussi peu fondées, à une juridiction sur les tuğğār151.

  • 152 Evliya Čelebi, Seyahatname, I, 554 ; X, 375, 377.
  • 153 A.N., Alexandrie, B 1 111, 20 octobre 1775. Ǧabartī, III, 139.

135Nous ne savons pas avec certitude quelle était la position des tuğğār en ce qui concerne la futuwwa. Evliya Čelebi, dans sa description du cortège des corporations d’Istanbul, mentionne successivement les négociants en café (tuğğār qahwağiyān) (patron Šāḏilī), puis le šāh bandar dont le patron est ‘Umar b. al-Fāriḍ. Au Caire le même auteur place les kahve tüggaran dans le groupe XXIV que dirigent les attaran, dont le pīr est « Hüssam bin Abdullahül Basrî », tandis que le šāh bandar appartient au XVIIe groupe (Ḫān al-Ḫalīlī)152. Mais si les qahwağiyya font bien partie des métiers à patron, les tuğğār ne figurent dans aucune des listes de futuwwa que nous avons étudiées. Les tuğğār constituaient donc apparemment un groupement à caractère exclusivement professionnel : presque aussi importante que le šāh bandar et les assemblées qui, semble-t-il étaient réunies en cas de besoin153 était l’organisation technique du « bureau des épices » (dīwān al-bahār) que dirigeait le qāḍī al-bahār, car c’était ce dīwān qui fixait les impositions dues par les tuğğār pour l’importation des produits orientaux. Aussi bien dans la liste de 1801 n’est-ce pas le šāh bandar qui est mentionné comme « cheikh » de la corporation n° 40, mais l’écrivain du dīwān, Ibrāhīm Efendi.

9. CONCLUSIONS

136Au terme de cette étude sur la structure corporative au Caire plusieurs questions peuvent être posées qui sont d’ailleurs étroitement liées les unes avec les autres : le système que nous avons décrit était-il sclérosé, ou bien au contraire était-il susceptible d’évolution et de développement ; les corporations étaient-elles des organismes ouverts, caractérisés par un certain égalitarisme, ce qui aurait favorisé le maintien de l’équilibre social, ou au contraire des organismes fermés et fortement hiérarchisés, ce qui aurait été une cause de tension ; enfin les corporations vues sous l’angle économique, jouaient-elles un rôle positif, en contribuant à régulariser la fabrication et la vente des produits, ou au contraire étaient-elles des facteurs de stagnation technique ? Trop de données nous manquent, en particulier en ce qui concerne l’évolution de la production, pour qu’il nous soit possible de formuler plus que des hypothèses.

137A la première question des réponses partielles ont déjà été données. Les structures « idéologiques » du système corporatif (futuwwa), vraisemblablement introduites en Égypte par les Ottomans, avaient connu une certaine évolution, comme le montrent l’introduction, dans le système du patronage, de corporations liées au commerce du café, ou divers remaniements dans les listes de pīr. Mais il ne semble pas possible de repousser au-delà du début du xviie siècle le moment où la futuwwa se figea d’une manière définitive, au point de ne plus pouvoir être adaptée aux changements qui se produisaient dans l’organisation socio-économique du Caire. La constitution en dehors du cadre de la futuwwa de nombreuses corporations liées au commerce du tabac, de « sous-corporations » constituées sur la base de la division géographique ou de la spécialisation technique, et de corporations de souqs, témoigne au contraire des facultés d’adaptation de l’organisation corporative aux changements techniques ou économiques que connaissait Le Caire à cette époque. Cette relative plasticité des corporations tenait sans doute en partie au fait que, bien qu’individuellement soumises à l’exploitation des officiers dominants, elles ne constituaient pas un système organisé ni centralisé.

138Les corporations étaient relativement fermées aux éléments venus de l’extérieur, l’hérédité dans le métier constituant un trait fondamental de l’organisation socio-professionnelle, que l’existence du ğedik contribuait puisšamment à renforcer en interdisant l’accès de la maîtrise aux éléments les plus pauvres du métier. Une telle situation aurait dû conduire à la formation d’une aristocratie de fortune dans les métiers, avec le risque que ne s’y opposent riches et pauvres. Les documents dont nous disposons ne nous permettent guère de conclure sur ce point. Nos sources signalent, en particulier à l’occasion de levées de fonds par les autorités, des faits qui paraissent témoigner de l’existence de clivages sociaux profonds à l’intérieur des métiers, et révèlent chez les plus riches une évidente propension à brimer les plus pauvres. Mais par ailleurs nous n’avons pas trouvé trace de ce que l’on pourrait appeler des « conflits sociaux » à l’intérieur des corporations, ce qui peut sans doute s’expliquer par la relative uniformité des conditions dans les professions artisanales, les différences entre maîtres et ouvriers étant au total très minces ; la situation de fortune des cheikhs ne paraît pas non plus indiquer qu’il y eût à la tête des corporations une caste privilégiée. Les inégalités les plus profondes étaient celles qui existaient entre les artisans et les commerçants et surtout les tuğğār qui étaient sans nul doute tentés de dominer les catégories moins favorisées mais qui étaient en marge de l’organisation corporative.

  • 154 Voir chapitre VI, pp. 216 et 217.

139En limitant la concurrence à l’intérieur du métier et en assurant à un groupe limité d’individus un véritable monopole sur une activité professionnelle, l’organisation corporative tendait évidemment à décourager les innovations et à favoriser la stagnation des techniques. Nous n’avons malheureusement pas d’informations qui permettent d’établir avec certitude quelle part de responsabilité elle portait dans l’arriération qui était sensible au xviiie siècle dans la plupart des secteurs de la production. Il nous faut revenir au conte des Mille et Une Nuits d’Abū Qīr et Abū Ṣīr qui est un des rares documents contemporains apportant quelque lumière sur ce sujet154. A Abū Qīr qui trouve exagéré le prix demandé pour la teinture d’un mouchoir et s’étonne qu’on ne teigne qu’en bleu, le teinturier répond finalement : « Nous sommes dans notre ville quarante maîtres, ni plus ni moins. Quand l’un de nous meurt son fils le remplace ». Et comme Abū Qīr lui propose de travailler à son service et de lui apprendre les détails de son art : « Nous n’acceptons jamais d’étranger dans notre métier ». Quant à ouvrir une boutique à son compte, Abū Qīr ne le pourra pas non plus. Les autres maîtres et le cheikh confirment l’un après l’autre à Abū Qīr qu’ils ne l’accepteront ni comme ouvrier (ağir) ni comme maître (mu‘allim). L’histoire d’Abū Qīr résume assez bien à notre avis toutes les critiques que les contemporains pouvaient adresser au système corporatif : caractère héréditaire de la maîtrise, dont étaient exclus les individus venant de l’extérieur, — monopole exercé par la corporation et ses maîtres sur une activité professionnelle, — exploitation du consommateur, — totale indifférence des maîtres de métier à toute idée de progrès et en conséquence stagnation technique.

140En fin de compte, la structure corporative était donc, comme il est naturel, à l’image des forces de production qui avaient pour caractéristiques essentielles le morcellement et l’archaïsme ; mais, d’un autre côté, les faiblesses inhérentes à cette forme d’organisation se répercutaient elles-mêmes sur l’artisanat dont elles contribuaient à perpétuer le retard.

Notes

1 Publié en 1964 cet ouvrage est la plus récente étude d’ensemble consacrée au problème des corporations. Bien qu’il traite principalement des corporations égyptiennes au xixe siècle, ce livre comporte un exposé assez complet de la situation à l’époque ottomane pour que sur beaucoup de points nous puissions nous contenter d’apporter des compléments. Voir aussi l’article de N. Tomiche, La situation des artisans et petits commerçants en Égypte.

2 Il ne peut être question de signaler ici, même en se bornant aux plus importantes, les innombrables études qui ont été consacrées aux corporations de métiers musulmanes. De L. Massignon nous nous contenterons de citer l’article Sinf dans l’Encyclopédie de l’Islam (première édition). B. Lewis a esquissé, dans son article The Islamic Guilds, un tableau de l’histoire des corporations de métiers musulmanes. Les articles récents de C. Cahen (Corporations professionnelles) et de Stern (The constitution of the Islamic City) constituent une mise au point critique décisive sur les thèses de Massignon. Dans le même esprit de révision, Baer résume utilement, dans Guilds in Middle Eastern History, ce que l’on sait actuellement de l’histoire des corporations. Parmi les études régionales, en dehors de l’ouvrage de G. Baer, on peut mentionner divers travaux déjà anciens : pour le Maroc, L. Massignon, Enquête sur les corporations musulmanes ; pour la Tunisie, A. Atger, Les corporations tunisiennes ; pour la Syrie E. Qoudsī, Notice sur les corporations de Damas.

3 G. Baer, Egyptian Guilds, 1.

4 Voir par exemple les inscriptions de Damanhūr (un peu avant 800 H/1397-8), ğamā‘at al-ğazzārīn (communication de M.G. Wiet) et de Tripoli (882 H/1477), ğamā‘at al-dabbāġīn (Van Berchem, Syrie du Nord, n° 58, p. 131).

5 Le groupe ḥiraf wa ṣanā’i‘ est l’équivalent de notre expression « arts et métiers », ṣinā‘a désignant habituellement les professions de caractère artisanal, sans que toutefois la distinction entre les acceptions de ḥiraf et ṣinā‘a soit toujours aussi nette. Ǧabartī, parlant du marchand de légumes Ḥağğāğ al-Ḫuḍarī, emploie les deux mots dans la même phrase pour qualifier son métier (III, 351).

6 Baer, Egyptian Guilds, 16. Ǧabartī, IV, 257.

7 Ǧabartī, III, 225.

8 Baer, Egyptian Guilds, 18.

9 Le cortège est décrit pages 358 à 386 du Seyahatname du voyageur turc.

10 Voir par exemple I, 100, 397 ; II, 324 ; III, 107 ; IV, 198.

11 Nous avons tenu compte dans ce total des corporations de métier numéros 16, 35, 116, 223, 229, dont la localisation au Caire, bien que non expressément mentionnée, est vraisemblable. A l’évaluation que nous avions proposée dans notre article Une liste des corporations (193 corporations) nous avons ajouté les corporations numéros 197 et 270.

12 Aḥmad Čelebī, 251 a-b, 252 a.

13 Tribunal, ‘Ask., v. 90, 58 (1695) : ṭā’ifat al-dallālīn bi-l-Qāhira ; v. 223, 465 (1793).

14 Ǧabartī, II, 224 ; IV, 198, 200, 245.

15 Bowring, Report on Egypt, 117. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, I, 99.

16 Mantran, Istanbul, 353-4. L. Massignon, Enquête sur les corporations musulmanes, 3-13 ; La structure du travail à Damas en 1927, 38.

17Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, I, 99-101.

18 Vincennes, Β 6 60, 12 octobre 1800. Les trois faubourgs totalisaient un peu moins de 40.000 habitants, c’est-à-dire environ le septième de la population du Caire, alors que leur imposition dépassait à peine le vingtième de celle du Caire.

19 Corporations nos 16, 136, 141, 241, 242.

20 Evliya Čelebi, X, 364-5.

21 Evliya Čelebi, 359-61. Voir sur ce problème Baer, Egyptian Guilds, 40-2.

22 Voir l’énumération de métiers faite par Thévenot (Voyages, III, 123) à l’occasion d’une zīna à Alep en 1664. Ou celle de Ǧabartī (IV, 198) décrivant le cortège de corporations organisé en 1814.

23 Evliya Čelebi, X, 362, 369, 381. Voir Baer, Egyptian Guilds, 42-4.

24 Shaw, Financial, 118-123. Chabrol, Essai sur les mœurs, 515.

25 Sur ce problème voir Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 302-3.

26 Cheikh du Sūq al-Ġazl (1517) et du Sūq al-Warrāqīn (1519) (Ibn Iyās, V, 184, 309).

27 Damurdāsī, 44. Ǧabartī, IV, 71 et 199.

28 Général Reynier (State of Egypt after the Battle of Heliopolis), cité par Baer, Egyptian Guilds, 29.

29 Evliya Čelebi, 362, 366, 370. Lane (Modem Egyptians, ed. 1846, II, 398-9) mentionne un « chief of the jewish butchers ».

30 Sur ce point particulier nous trouvons excessive la conclusion de Baer qui assure que « with few exceptions members of a guild belonged to the same religious or ethnic community » (Egyptian Guilds, 29), et plus loin que lorsqu’un métier était mixte, les gens « usually formed separate guilds » (p. 30). Voir sur ce problème de l’interconfessionnalisme dans les corporations L. Massignon, Les corps de métiers et la cité islamique, 483-4. Gibb et Bowen (Islamic Society, I, 285 et 289) pensent que l’aggravation des relations entre musulmans et ḏimmī dans les corporations à l’époque ottomane amena une ségrégation.

31 Evliya Čelebi, X, 362, 369, 370, 371.

32 Tribunal, ‘Arab., v. 66, 383 ; v. 75, 182 ; ‘Ask., v. 126, 733 ; ‘Arab., v. 74, 392 ; v. 127, 280 ; ‘Ask., v. 126, 795 ; ‘Arab., v. 48, 278 ; ‘Ask., v. 127, 124.

33 Tribunal, ‘Arab., v. 126, 236.

34 Ǧabartī mentionne en 1814, à propos d’un grand défilé de corporations, la présence des gens du Ḥamzāwī (IV, 199, 250).

35 Corporations de tailleurs grecs, de bijoutiers arméniens, de fabricants de chaises grecs, coptes et juifs... (‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, I, 99-100). Voir aussi Baer, Egyptian Guilds, 30-1.

36 Ǧabartī, III, 40-3, 147, 191 ; IV, 120.

37 Nicolas Turc, Chronique, 45 ; texte, 31. Ibn Abī l-Surūr, 64 b.

38 Evliya Čelebi, 381-5. De même dans la zaffa de la fille de Aḥmad Agha les amuseurs paraissent défiler séparément (Ǧabartī, II, 224).

39 Voir Gotha 903, 124 b-125 a, 126 a-b, 105 a-106 b. Baer, Egyptian Guilds, 34-7.

40 Sur le problème des métiers peu considérés voir R. Brunschvig, Métiers vils en Islam. Également Lapidus, Muslim Cities, 83.

41 Gotha 903, 60 b-62 b. Baer, Egyptian Guilds, 37-8. Baer propose de lire, dans Gotha, 61 b, ḥayyākīn au lieu de ḥabbākīn, qui est écrit dans le texte, mais sans raison convaincante, car la passementerie était une activité riche alors que le tissage a été parfois tenu en défaveur (voir l’article de Brunschvig cité dans la note précédente, 52-5).

42 Ǧabartī, I, 100 ; III, 226.

43 D’une bibliographie fort volumineuse nous nous contenterons de citer en dehors de l’article Futuwwa de C. Cahen et F. Taeschner (E.I.2, 983-991) et des articles Akhī, Akhī Bābā et Akhī Ewrān de F. Taeschner (E.I.2, 331-5), quelques ouvrages classiques : L. Massignon, La futuwwa ; C. Cahen, Mouvements populaires ; Elia Qoudsī, Notice ; I. Goldziher, Abhandlungen zur arabischen Philologie, deuxième partie ; H. Thorning, Beiträge zur Kenntnis des islamischen Vereinswesens ; et pour le Caire le livre de G. Baer.

44 S. Labib consacre un court développement à la futuwwa sans apporter de documents nouveaux sur ce problème (Handelgeschichte Agyptens, 225-6).

45 I. Goldziher, Abhandlungen, lxxvi-lxxxix. Thorning, Beiträge, 41-5. Baer, Egyptian Guilds, 2-3.

46 Voir Thorning, Beiträge, en particulier pp. 16 et 225-270. H. Pérès, Kitāb basṭ madad al-tawfīq.

47 Thorning, Beiträge, 17, 53. L. Massignon, La futuwwa. Ces manuscrits ont été également utilisés (mais très médiocrement) par les éditeurs du Kitāb al-futuwwa de Muḥammad Ibn al-Mi‘mār (Baġdād, 1960).

48 Sur Lucas voir R. Clément, Les Français d’Égypte, 108-111.

49 De nombreux Laqânï sont mentionnés dans Brockelmann. Plusieurs mentions dans Ibn Iyās (III, 72, 270 ; V, 423). Sur Muḥammad b. Aḥmad al-Laqānī : Tribunal, ‘Arab., v. 73, 397 (1701). Sur Muḥammad b. Ibrāhīm, Ǧabartī, I, 65. Ce personnage était le frère de ‘Abd al-Salām b. Ibrāhīm qui, d’après Brockelmann, mourut en 1668, et de Ḫalīl b. Ibrāhīm, mort en 1693-4.

50 Massignon, La futuwwa (in Opera Minora, I), 400.

51 Dans le K. al-futuwwa 1377 on trouve successivement : les porteurs de lampes (ḍaw’iyya), numéro 73 ; les marchands de café (qahwağiyya), numéro 74 ; les porteurs d’eau avec outre (saqqā’iyyīn ḥammālīn al-qirba), numéro 75. Dans le manuscrit numéro 1375 ces corporations portent les numéros 74, 75 et 73. Notons cependant que dans les manuscrits Gotha 903 et 906 les porteurs de fanaux (miš‘āliyya/maš‘alğiyya) et les qahwağiyya sont insérés à l’intérieur de la liste (numéros 49 et 47 ; et 50/1 et 48).

52 Dans le système ṣūfī le pīr est le « directeur spirituel » (voir E.I., III, article de R. Levy, III, 1144).

53 La liste des XVII que donne Massignon (La futuwwa, Opera Minora, I, 418) diffère quelque peu de celle que nous avons établie à partir des manuscrits Gotha 903 et 906, K. al-futuwwa 1375, 1376 et 1377, et du Seyahatname de Evliya Čelebi.

54 Massignon, La futuwwa, Opera Minora, I, 418.

55 Voir la liste des métiers dans Evliya Čelebi, Narrative of travels, II, 105 à 250, et pour les métiers cités, pp. 110-1. Dans le texte turc, ces métiers sont mentionnés pp. 521-3.

56 Gotha 906, 1-2. K. al-futuwwa 1375, 1 a-2 b ; 1376, 1 a-3 b ; 1377, 1 a-2 b.

57 Gotha 906, 3-21. K. al-futuwwa 1375, 3 a-13 b ; 1376, 4 a-25 a ; 1377, 3 a-12 b.

58 Gotha 906, 23. K. al-futuwwa 1376, 26 b ; 1377, 13 b (version un peu différente dans 1375, 14 b).

59 Gotha 906, 22-41. K. al-futuwwa 1375, 14 a-23 b ; 1376, 25 b-37 b (incomplet) ; 1377, 12 b-22 a.

60 Pérès (Kitāb basṭ madad, 7, question 46) et Thorning (Beiträge, 244) lisent ta‘allamta (tu as appris). Mais tous nos manuscrits (Gotha 906, 58 ; K. al-futuwwa 1375, 32 a et 1377, 30 a) donnent bien fahimta. Sur les questions et les réponses : Gotha 906, 42-65. K. al-futuwwa 1375, 24 a-35 a ; 1377, 22 b-33 b. Thorning, Beiträge, 225-254. Pérès, Kitāb basṭ madad, 1-11.

61 Elia Qoudsī, Notice, 19-25. Voir Pérès, Kitāb basṭ madad, 12-5. Thorning, Beiträge, 255-267. K. al-futuwwa 1375, 35 b-38 b ; 1377, 33 b-37 a.

62 Voir l’étude de Massignon, Salmān Pak, passim. Sur ces différents personnages voir dans E.I.2 les articles de W. ‘Arafat (I, 1251), Ritter (III, 254-5), Smith (II, 249), Taeschner (I, 334).

63 Article de C. Van Arendonk, E.I.2, II, 671-6. Voir aussi A. Darrag, Barsbay, 231. Toutes les listes mentionnent Šāḏilī comme patron des qahwağiyya. Al-‘Aïdarūs est mentionné par le seul Gotha 903 comme patron des « garçons de café » (n° 51).

64 L. Massignon, La futuwwa, Opera Minora, I, 415.

65 Lane, Manners, 515. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, I, 101. Mahmoud Sedky, La corporation des cordonniers, 109.

66 Ǧabartī, II, 214.

67 Baer, Egyptian Guilds, 11-5. Voir en particulier Gotha 903, 55 a, 116 a.

68 Elia Qoudsī, Notice, 29-30. Massignon, Les corps de métiers, 484.

69 Voir Amad Čelebi, 151 b : un coiffeur engage un jeune homme dans sa boutique et le ceint (fa-a‘ṭāhu l-usṭā miḥzaman taḥazzama fīhi wa-qāyišan). Baer, Egyptian Guilds, 50. Voir Gotha 903, 46 a.

70 Chabrol, Essai sur les mœurs, 515. Girard, Mémoire, 603. Voir aussi Germain Martin, Les bazars du Caire, 34. Mémoires sur l’Égypte, III, Girard, Mémoire sur la Province du Fayoum, 351.

71 Gotha 903, 46 b, 48 a et 166 b-167 a. Baer, Egyptian Guilds, 50-2, 57-8. Germain Martin, Les bazars du Caire, 34. Le texte de l’ouvrage de Lane sur l’admission dans la corporation (Manners, 515-6) semble concerner l’accession à la maîtrise, et non à la qualité de travailleur (Baer, Egyptian Guilds, 60-1).

72 Jomard, Ville du Kaire, 699. Baer, Egyptian Guilds, 111-2.

73 Ǧabartī, I, 382 ; II, 165. Voir Hautecœur et Wiet, Mosquées, 131-2.

74 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, III, 376. Girard, Mémoire, 603. ‘Alī Pāsā, Ḫiṭaṭ, I, 101. Germain Martin, Les bazars du Caire, 31. Mahmoud Sedky, La corporation des cordonniers, 109.

75 Vansleb, Nouvelle Relation, 211. Morison, Relation historique, 137.

76 Interview reproduite dans le journal Images, Le Caire, 26 avril 1947, n° 920.

77 Ǧabartī, I, 166, 265, 285, 392 ; II, 96, 188, 211, 267.

78 Breton, L’Égypte et la Syrie, IV, 246 (Note de Marcel). Estève, Mémoire, 361.

79 C’est ce qui paraît ressortir de plusieurs documents du Maḥkama. Notamment (‘Arab., v. 67, 452, 1690) d’un texte parlant du prix du ğedik d’une boutique fixé suivant la coutume en vigueur d’après les règles existant chez les cordonniers (al-‘āda ḥasaba l-qawānīn baïna l-qawwāfīn). Sur le ğedik voir le chapitre VII, notes 2 et 3, p. 271.

80 En dehors des divers manuscrits sur la futuwwa déjà mentionnés les textes principaux relatifs à cette cérémonie se trouvent dans : Ǧabartī, II, 214-6 (admission chez les fabricants d’arcs et de flèches) ; Jomard, Ville du Kaire, 698-9 ; Lane, Manners, 515-6 ; ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, I, 101 ; Germain Martin, Les Bazars du Caire, 32-4 ; Mahmoud Sedky, La corporation des cordonniers, 109-110. Voir également Aḥmad Amīn, al-Sa‘laka wa l-futuwwa, 82-6 ; Clerget, Le Caire, II, 133-4 ; et G. Baer, Egyptian Guilds, 60-2 et 63-4. Pour Damas : Elia Qoudsī, Notice, 18-29.

81 Germain Martin, Les bazars du Caire, 33. Le discours de ‘Alī b. ‘Abdallāh, pour la réception de Ḥasan dans la corporation des fabricants d’arcs et de flèches peut être considéré comme un exemple de ce genre d’allocutions (Ǧabartī, II, 214).

82 Ibn Abī l-Surūr, 67 b (1636). Ǧabartī, IV, 159,199. Isḥāqī, Kitāb aḫbār, 256. Chabrol, Essai sur les mœurs, 518.

83 Isḥāqī, Β. N., 1841, 201 a. Mar‘ī, 350. Tribunal, ‘Ask., v. 44, 203 (1635). Ǧabartī, I, 216.

84 Baer, Egyptian Guilds, 55-6. Rappelons que Ḥasan al-Baṣrī était le septième pīr investi par ‘Alī.

85 Baer, Egyptian Guilds, 12-3, 56, 69-70. Gotha 903, 48 a-49 a, 86 b. Pockocke, Voyages, I, 103. Ǧabartī, II, 211. Girard, Mémoire, 598. Chabrol, Essai sur les mœurs, 515-6.

86 Baer, Egyptian Guilds, 70-1.

87 Alf laïla wa laïla, III, 67.

88 Voici les cheikhs successifs des ḥammāmiyya, d’après les documents du Maḥkama : Aḥmad (1686) ; al-Ḥāğğ Ramaḍān (1690) ; Aḥmad b. Aḥmad (1692) ; al-Ḥāğğ Muḥammad (1696) ; al-Ḥāğğ Ramaḍān (1699).

89 Baer, Egyptian Guilds, 56. Girard, Mémoire, 598. Mémoires sur l’Égypte, III, Girard, Mémoire sur la province du Fayoum, 351. Voir aussi Vincennes, B 6 9, 7 octobre 1798, à propos des fonctions de « chef des jardiniers » à Rosette qui sont exercées « de père en fils ». Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 278, 292-3.

90 Tribunal, ‘Ask., v. 125, 123 (1726). Aḥmad Čelebi, 251 b. Tribunal, ‘Ask., v. 163, 416 (1753) ; v. 169, 56 (1759) ; v. 175, 183 (1763) ; v. 185, 501 (1771).

91 Tribunal, ‘Ask., v. 214, 283 (1788). Ǧabartī, II, 165.

92 Tribunal, ‘Ask., v. 209, 239 (1785) ; v. 214, 330 (1788) ; v. 220, 252 (1792).

93 Tribunal, ‘Ask.,v. 157, 354 (1747) ; v. 162, 114 (1751) ; ‘Arab., v. 126, 91 (1778) et 378 (1780) ; ‘Ask., v. 203, 315 (1779) ; v. 221, 181 (1792).

94 Les montants de ces successions et de celles qui suivent sont exprimés en paras « constants ».

95 Vincennes, B 6 64, 28 février 1801.

96 Chabrol, Essai sur les mœurs, 515.

97 Le détail de ces droits est donné par ‘Alī Pāšā (Ḫiṭaṭ, I, 100-1) : tout permet de supposer qu’ils existaient déjà au siècle précédent. Voir aussi Chabrol, Essai sur les mœurs, 515. Ǧabartī, III, 199.

98 Baer, Egyptian Guilds, 22-3. Elia Qoudsī, Notice, 9-12. Sur le šaïḫ al-mašā’iḫ dans le Caire mamelouk, et sur sa disparition ultérieure, voir l’article de W.M. Brinner, The significance of the ḥarāfīsh, 207-8. Ǧabartī, III, 139.

99 Baer, Egyptian Guilds, 54-5. Lane, Manners, 515.

100 Tribunal, ‘Ask., v. 84, 441 ; v. 77, 162 ; v, 225, 373. Ǧabartī, IV, 99. Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 293.

101 Ǧabartī, I, 399. Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 284. Baer, Egyptian Guilds, 53.

102 Ǧabartī (I, 384) parle des réunions (mağālis) tenues par les calligraphes ‘alā ‘ādatihim, suivant leur coutume. Voir Aḥmad Amīn, al-Ṣa‘laka, 86.

103 Ǧabartī, II, 96. Girard, Mémoire, 603. Mahmoud Sedky, La corporation des cordonniers, 108-9.

104 Un document de 1690 déjà mentionné parle des « règles » existant chez les cordonniers (al-qawānīn baïna l-qawwāfīn) (Tribunal, ‘Arab., v. 67, 452). Avant 1780 l’autorisation d’exercer (iğāza) est conférée chez les calligraphes suivant leurs « usages » (ṭarīqa) (Ǧabartī, II, 60). On rappelle en 1813 la juridiction du šāh bandar sur les tuğğār, les artisans et les détaillants dans les affaires qui les concernent et leurs « règles » (qawānīn) (Ǧabartī, IV, 176). En 1815-6 Muḥammad ‘Alī crée des ateliers pour le tissage du coton et ferme les ateliers des artisans dont il abolit les « usages » (ṭarā’iq) (Ǧabartī, IV, 257).

105 Vincennes, B 6 64, 28 février 1801. Les Français firent établir des listes des membres des corporations (qawā’im) pendant l’occupation ; mais de telles listes existaient évidemment avant 1798. Evliya Čelebi, 382. Aḥmad Čelebi, 252 b. Ǧabartī, III, 107, 225.

106 Baer, Egyptian Guilds, 77-9 et 80-4. ‘Alī Pāsā, Ḫiṭaṭ, I, 100-1. Girard, Mémoire, 598. Jomard, Ville du Kaire, 699. Lane, Manners, 128. Olin, Travels in Egypt, I, 293. Bowring, Report on Egypt, 117. Germain Martin, Les bazars du Caire, 30, 31,48. Le Cheikh Mohamed Cherkess dans l’interview publiée dans le journal Images et mentionnée plus haut.

107 Très caractéristiques sont, de ce point de vue, deux enquêtes dont Ǧabartī nous fait le récit : une affaire de meurtre éclaircie grâce au cheikh des tailleurs, et une affaire de fausse monnaie résolue par les forgerons (I, 180 ; IV, 103).

108 Shaw, Financial, 118-123, 126-130, 138-141, 142-150. On reviendra sur cette question dans le chapitre suivant.

109 Ǧabartī, II, 117, 120-4 (1786), 151-2 (1787) ; III, 107 (1800).

110 Zubda, 6 b (1634). K. tarāğim, 700 (1678). Ǧabartī, I, 105 (1692-3). Aḥmad Čelebi, 127 a (1723). Ǧabartī, III, 6 (1798) ; III, 346 ; IV, 198.

111 K. tarāğim, 700. Ǧabartī, III, 107 ; IV, 198. Girard, Mémoire, 598, 603. Chabrol, Essai sur les mœurs, 515. Jomard, Ville du Kaire, 698. Vincennes B 6 60, Ordre du jour de Menou, 12 octobre 1800. Bowring, Report on Egypt, 117. ‘Alī Pāsā, Ḫiṭaṭ, I, 100. Sur la responsabilité collective : Ǧabartī, III, 109.

112 Voir par exemple Ǧabartī, II, 117 (« emprunt » de 1786) ; II, 226 (contribution de 1791). Vincennes B 6 33, 20 octobre 1799 (contribution sur les Damasquins). Ǧabartī, III,· 157 (amende de 1800) ; III, 191 (« emprunt » de 1801). Vincennes B 6 52, 1er septembre 1800 (imposition sur les chrétiens damasquins) ; B 6 63, 9 février 1801 (contribution sur les « Grecs schismatiques »). Courrier de l’Égypte, numéro 76, 6 août 1800.

113 Damurdāšī, 105-8. Qīnalī, 41 b. Ǧabartī, I, 102-4. A propos du tas‘īr de 1733 : Aḥmad Čelebi, 240 a. Tarif de 1802 : Ǧabartī, III, 208.

114 Pockocke, Voyages, I, 103. Lane, Manners, 128. A.N., Caire, B 1 336, 29 juillet 1777. Chabrol, Essai sur les mœurs, 515.

115 Aḥmad Čelebî, 150 b, 180 a.

116 Bowring, Report on Egypt, 117. Baer, Egyptian Guilds, 103-4

117 C.C.M., J. 564, 20 juillet 1692 ; J 623, Mémoire sur le commerce, 1751. A.N., Alexandrie, B 1 108, 23 mars 1755 ; B 1 111, 5 septembre 1774. Baer, Egyptian Guilds, 96-7.

118 Rapport de Borg sur les corporations (1870) cité par G. Baer, Egyptian Guilds, 115. Mahmoud Sedky, La corporation des cordonniers, 109-110.

119 Germain Martin, Les bazars du Caire, 31, 35. Aḥmad Amīn, al-Ṣa‘laka, passim.

120 L. Massignon signale au Maroc la participation des corporations de Fès au « mousem » de Moulay Idris (Enquête sur les corporations musulmanes, 147). Pour l’Iraq il mentionne la fête de Salmān,célébrée le 15 ša‘bān sur la tombe du saint, par des artisans baghdadiens (barbiers, pédicures...) (Futuwwa, dans Opera Minora, I, 406). Il y avait également en Iraq un mawsim des forgerons de Bagdad (al-‘Allāf, Baġdād al-qadīma, 49). Pour la Turquie, voir Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 286-7.

121 M. Rouyer, Notice sur les médicaments usuels, 221. Baer, Egyptian Guilds, 118.

122 Baer (citant Bayle Saint John en ce qui concerne les teinturiers), Egyptian Guilds, 119. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, V, 94.

123 Nous utiliserons principalement les descriptions de Thévenot, Voyages, II, 463-5 ; Evliya Čelebi, X, 358-386 ; Ǧabartī, III, 43 et IV, 70 ; Vincennes, B 6 61, 1er et 15 janvier 1801 ; Lane, Manners, 478-9. Voir encore : Bremond, Viaggi, 85-6 ; Monconys, Journal des voyages, 293 ; Vincennes, Mémoires historiques, 526/527, Journal de Detroye, 148 ; De la Jonquière, L’expédition d’Égypte, IV, 136-7 ; Breton, L’Égypte et la Syrie, IV, 2 ; Mengin, Histoire de l’Égypte, I, 307.

124 Maqrīzī, Kitāb al-sulūk, I, 142. Ibn Baṭṭūṭa, Voyages, I, 55 ; Travels, 33. Sur la ru’ya à Rosette : Sonnini, Voyage, III, 366-7 ; Vincennes B 6 18, 19 février 1799 ; Breton, L’Égypte et la Syrie, IV, 2.

125 Le contrôle de l’apparition de la nouvelle lune était une des attributions normales de la ḥisba. Voir par exemple Rachel Arié, Traduction, 25.

126 Vincennes, B 6 61, 15 janvier 1801.

127 Aḥmad Čelebi, 251 a-252 a.

128 Aḥmad Čelebi, 262 a. Ǧabartī, III, 207 ; IV, 70. Mengin, Histoire de l’Égypte, I, 307.

129 Jomier et Corbon, Le Ramaḍān au Caire, 9-10.

130 Mantran, Istanbul, 381-2. Voir aussi J. Palerne, Périgrinations, 461-2 (à l’occasion d’une circoncision, 1581) ; P. Lucas, Voyage, I, 77-8 (rassemblement des armées, en 1714) (pour Istanbul). Pour Damas : Lecerf et Tresse, Les ‘Arāda, 238 ; Laoust, Gouverneurs, 225. Pour Alep : Thévenot, Voyages, III, 123-9.

131 Ǧabartī, II, 224 ; III, 346 ; IV, 91, 198-9, 200-1, 245. Voir aussi Baer, Egyptian Guilds, 117-8, 122-3.

132 Šarqāwī, Miṣr, II, 116. Baer, Egyptian Guilds, 121-4.

133 Maqrīzī, I, 446. Ibn Iyās, III, 265 ; IV, 29, 333, 417.

134 Voir dans Ibn Iyās : V, 361 (avènement de Salīm, en 1520) ; 379 (arrivée d’un ambassadeur, en 1521) ; 412 (victoire du sultan, en 1521) ; 428 (cortège de Ḫāïr Bey, en 1522).

135 Ibn Abī l-Surūr, 42 b. Muḫtaṣar, 41 b, 45 a, 50 b, 63 b, 67 a. Mar‘ī, 404-5, 417, 434, 446, 471. Zubda, 9 a, 16 b, 21 a, 24 a, 25 a, 28 a, 31 a, 32 b, 38 a. Thévenot, Voyages, II, 769-772. K. tarāğim, 581, 616, 699, 817, 838, 880, 904, 952. Aḥmad Čelebi, 29 a, 30 b, 31 b, 80 b, 155 a, 165 a. Damurdāsī, 44, 114. Ǧabartī, I, 25, 27, 99-100, 250, 365. A.N., Caire, B 1 315, 11 février 1706.

136 Wittman, Travels, 369. Thévenot, Voyages, II, 770.

137 Mar‘ī, 405.

138 Thévenot, Voyages, II, 772. K. tarāğim, 581. Aḥmad Čelebi, 155 a.

139 Description de la cérémonie dans Estève, Mémoire, 374-5. Vincennes, B 6 38, Courrier de l’Égypte, n° 50, 24 décembre 1799. ‘Alī Pāsā, Ḫiṭaṭ, XVIII, 33-5. Baer, Egyptian Guilds, 121-2.

140 Savary, Lettres sur l’Égypte, I, 60. Aḥmad Amīn, Qāmūs al-‘ādāt, 303. Lane, Manners, 448-450. Ǧabartī, II, 175. Jomard, Ville du Kaire, 735.

141 Ibn Baṭṭūṭa, Voyages, I, 93 ; Travels, 59. Della Valle, Voyages, I, 319-321. Thévenot, Voyages, II, 471. Pockocke, Voyages, II, 81, 306. Hasselquist, Voyages, I, 120-1. Parsons, Travels, 325-336. Ǧabartī, III, 49. Breton, L’Égypte et la Syrie, IV, 130. Lane, Manners, 490-2. Baer, Egyptian Guilds, 116-7.

142Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, I, 100.

143 Présence des tuğğār aux fêtes données pour la circoncision du fils du pacha Ismā‘īl en 1696-7 (Ǧabartī, I, 100) ; cadeaux apportés par les tuğğār à l’occasion du mariage de l’affranchi de ‘Alī Bey en 1760-1 (ibid., I, 252), à l’occasion de la circoncision du fils du qāḍī en 1765-6 (ibid., I, 254), à l’occasion du mariage de la fille de Aḥmad Agha avant 1790-1 (ibid., II, 224), etc... Amende levée sur les tā’ifa en 1800, dont les tuğğār (ibid., III, 107) ; « emprunt » sur les tuğğār en 1803 (ibid., III, 233) ; « contribution » (firda) sur les tā’ifa, en particulier les tuğğār (ibid., III, 233), etc...

144 Sur le mot de šāh bandar voir Wiet, Compte rendu, 162 et Les Marchands d’épices, 130 et 146. Lapidus (Moslem Cities) signale l’emploi du titre šāh bandar pour un commerçant mort en 850/1446-7, agent du gouvernement aux Indes (p. 215), et pour un fonctionnaire qui s’occupait du commerce à Ǧudda (p. 284).

145 Ǧabartī, II, 218.

146 Mantran, Istanbul, 147-8. Evliya Čelebi, Narrative of travels, II, 140. Thévenot, Voyages, III, 121.

147 Ǧabartī écrit que Aḥmad al-Maḥrūqī succéda à Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām comme šāh bandar (III, 323). Mais les documents du Maḥkama indiquent bien que Maḥmūd Muḥarram occupait ces fonctions en 1793 (‘Ask., v. 223, 580 ; voir aussi Citadelle, X, 883). Nos sources mentionnent quelques personnages qui auraient également été šāh bandar à l’époque ottomane, mais sans autres précisions tels al-ḫawāğā al-Suğā‘ī, avant 1054/1644-5 (‘Alī Pāšā, III, 31) et ‘Alī Čorbagi vers 1146/1733-4 (Damurdāšī, 408).

148 Tous les šāh bandar dont nous avons trouvé la succession figurent dans la liste des sept plus importantes successions de négociants, d’après le Maḥkama, donnée plus haut (p. 405).

149 Ǧabartī, III, 323. Voir la note 2, p. 580.

150 Ǧabartī, I, 103. Dans les cérémonies officielles de la fin du siècle, le šāh bandar avait le pas sur le muḥtasib : voir Galland, Tableau I, 184 ; Omar Toussoun, Mémoire, 190 (à propos de la cérémonie de la coupure de la digue du Ḫalīğ).

151 Ǧabartī, IV, 176, 269, 279, 280. Gibb et Bowen, Islamic Society, I, 303. Mantran, Istanbul, 147. Après le pillage des souqs en 1815 Muḥammad al-Maḥrūqī fut chargé par le pacha de dresser la liste des pertes subies, corporation par corporation, ce qui impliquait indiscutablement une sorte de contrôle sur les ṭawā’if (Ǧabartī, IV, 225).

152 Evliya Čelebi, Seyahatname, I, 554 ; X, 375, 377.

153 A.N., Alexandrie, B 1 111, 20 octobre 1775. Ǧabartī, III, 139.

154 Voir chapitre VI, pp. 216 et 217.

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search