Version classiqueVersion mobile

Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle. Tome II

 | 
André Raymond

Chapitre XI. Les communautés minoritaires et étrangères au Caire

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre presque mot pour mot les termes de M. Rodinson (Histoire économique, 151, 153).

1Si les clivages « horizontaux » par classes ou strates sociales sont évidemment un élément fondamental de la structure de la société musulmane, les clivages par ethnies ou par communautés religieuses constituent des divisions « verticales » qui recoupent les premières divisions et jouent un grand rôle dans l’organisation sociale « totale » dont elles contribuent à accentuer la fragmentation1. Cela était particulièrement vrai en Égypte où les communautés ethniques et religieuses étaient au xviiie siècle à la fois très diverses et très puissantes.

2Les communautés « non égyptiennes-musulmanes » que comptait le Caire ne peuvent être qualifiées indifféremment de « minoritaires ». Ce terme s’applique pleinement aux coptes, que leur religion seule distinguait de la majorité de la population égyptienne, ce qui suffisait pour justifier leur statut diminué, la minorité israélite se situant nettement plus en marge de la « nation égyptienne ». Si les autres groupes doivent être qualifiés d’« étrangers », ce mot est en réalité assez impropre pour désigner les musulmans non égyptiens qui n’étaient pas véritablement sentis comme tels et qui étaient susceptibles de se fondre aisément dans une population avec laquelle ils avaient en commun religion et culture : les Turcs, en raison de leur langue, étaient les plus nettement individualisés, mais rien ne séparait vraiment les Maghrébins et les Syriens de la population musulmane autochtone, en dehors du souvenir, parfois très vivace, d’une origine géographique plus ou moins lointaine, le pays d’origine n’étant cependant considéré que comme une région à l’intérieur de l’umma. Par contre les communautés non égyptiennes de religion chrétienne étaient effectivement traitées comme étrangères : toutefois en ce qui concerne le groupe des Syriens chrétiens arabophones la tentation était grande pour les autorités de l’assimiler à la minorité autochtone et de lui donner un statut similaire.

  • 2 Jomard, Ville du Kaire, 695 ; Description abrégée, 586. Chabrol, Essai sur les mœurs, 364-5.

3L’importance numérique de ces communautés peut être évaluée avec une certaine précision. En dehors des coptes dont Jomard et Chabrol évaluaient, vers 1798, le nombre à 10.000, et des juifs (environ 3.000), on comptait au Caire 10.000 Turcs, et vraisemblablement entre 15 et 20.000 Maghrébins et Syriens (que Jomard et Chabrol rangent parmi les Égyptiens musulmans et arabes), 5.000 Syriens chrétiens, 5.000 Grecs, 2.000 Arméniens2. Au total environ 40.000 « étrangers », soit un étranger sur six ou huit Cairotes, et un musulman non égyptien (Turc, Maghrébin ou Syrien) sur dix. Cette proportion, qui paraît forte, s’explique par la situation du Caire au croisement des grandes routes commerciales internationales et au centre de l’Empire ottoman, par sa position sur la route du Pèlerinage aux Lieux Saints et enfin par son rôle comme capitale intellectuelle.

  • 3 Nous avons eu déjà l’occasion, dans les chapitres V et VII, de souligner le rôle primordial que jo (...)

4La part que prenaient les étrangers à la vie économique du Caire était nettement plus importante que ne le suggèrent les chiffres que l’on vient de citer. C’est du moins l’impression que donne le dépouillement des registres du Maḥkama3. En prenant l’ensemble des successions d’étrangers et en comparant leur nombre à celui de l’ensemble des successions étudiées et leur montant (en monnaie constante) au montant global des successions pour chaque période, on obtient le tableau suivant :

TABLEAU 41. Nombre des successions d’étrangers par périodes. Pourcentages par rapport au nombre total et au montant total des successions

TABLEAU 41. Nombre des successions d’étrangers par périodes. Pourcentages par rapport au nombre total et au montant total des successions

Source : Maḥkama.

5On peut donc dire qu’en moyenne, sur quatre ou cinq successions enregistrées au Maḥkama, une concernait un étranger ; quant au volume des successions des étrangers, il était proportionnellement plus élevé encore puisqu’il représentait un tiers environ du volume total des successions. Si on ne tient compte que des seuls étrangers musulmans (c’est-à-dire essentiellement des Turcs, des Maghrébins et des Syriens), l’apparition des chrétiens syriens à la fin du xviiie siècle gonflant le volume des successions d’étrangers, on obtient les chiffres suivants qui sont d’une remarquable stabilité :

TABLEAU 42. Nombre des successions des étrangers musulmans. Pourcentages par rapport au nombre total et au montant total des successions

TABLEAU 42. Nombre des successions des étrangers musulmans. Pourcentages par rapport au nombre total et au montant total des successions

Source : Maḥkama.

6Au total on trouve donc environ deux fois plus de successions d’étrangers musulmans dans les registres du Maḥkama (proportion moyenne : une sur cinq) qu’il ne devrait y en avoir compte tenu de leur importance numérique relative au Caire ; quant au montant de leurs successions, il représente presque un tiers du montant global. La supériorité des étrangers musulmans apparaît avec une grande netteté si on compare le montant moyen de leurs successions avec celui de l’ensemble des successions : il est, à peu de choses près, de cinquante pour cent plus élevé.

TABLEAU 43. Montant moyen des successions des étrangers (en paras constants)

TABLEAU 43. Montant moyen des successions des étrangers (en paras constants)

Source : Maḥkama.

  • 4 Jomard, Ville du Kaire, 677.

7Un dernier trait qu’il nous paraît utile de relever, avant que nous ne commencions à étudier l’une après l’autre les communautés minoritaires et étrangères installées au Caire, est le rôle important que jouaient les « protégés » (ḏimmī), chrétiens et juifs, et la liberté et la tolérance assez larges dont ils bénéficiaient. Jomard, dans son tableau de la ville du Caire, remarque que les chrétiens étaient étonnamment bien traités par « une populace aussi ignorante et jugée aussi fanatique ». Il explique cette attitude par l’habitude que la population avait de « voir tous les jours un grand nombre [de chrétiens et de juifs] circuler et commercer librement dans les rues, les marchés et les lieux publics ». Il observe enfin que « les quartiers occupés par les Coptes, les Francs, les Grecs et les Juifs, sont disséminés dans toutes les parties de la ville, et ne sont protégés par aucun enceinte particulière. Chaque nation y a des églises, où elle professe son culte paisiblement et sans aucune espèce de trouble »4.

  • 5 Voir par exemple : les mesures prises en 1580 pour astreindre les chrétiens au port de la burnaïta (...)
  • 6 Récit détaillé dans le manuscrit Relation du Caire (Bourges N° 285), 41-5. Voir aussi : Ğabartī, I (...)
  • 7 Vincennes, Β 6 45, 14 juin 1800 : liste des maisons de chrétiens catholiques pillées au cours de l (...)

8Ce que nous savons de l’histoire des communautés chrétiennes et juives aux xviie et xviiie siècles nous paraît corroborer ces observations : elles souffrirent certes de nombreuses exactions à l’époque ottomane, mais les dirigeants n’épargnaient pas davantage la majorité musulmane. Si d’ailleurs les mesures discriminatoires prises à l’encontre des chrétiens et des juifs (obligation de porter un costume distinctif, interdiction de monter des chevaux, de prendre des musulmans à leur service ou d’avoir des esclaves) durent être périodiquement remises en vigueur, c’est sans doute parce qu’elles étaient peu respectées et qu’elles servirent souvent de prétextes à des « rachats » avantageux pour les autorités5. Sans doute les ḏimmī avaient-ils un statut diminué ; du moins eurent-ils rarement à souffrir de mouvements populaires d’hostilité : celui qui se produisit en 1749 fut causé par l’imprudence de certains notables coptes qui avaient résolu de faire un pèlerinage « en corps » à Jérusalem ; la population musulmane, indignée de ce qu’elle considérait comme une provocation et une parodie du ḥağğ, se porta à Qubba al-‘Azab où étaient rassemblés les pèlerins pour piller leur camp et s’opposer à leur départ ; l’affaire coûta aux coptes une dizaine de morts et une avanie de 30.000 sequins6. Le pillage de nombreuses maisons chrétiennes, lors de la révolte du Caire de 1 800 contre les Français, s’explique moins par une animosité traditionnelle des musulmans que par les relations qui s’étaient établies entre les chrétiens et les occupants, ceux-ci ayant tout naturellement utilisé, pour administrer le pays, les intermédiaires que désignait une longue tradition de contacts avec l’étranger7. Mais en dehors de ces cas exceptionnels, la tolérance qui existait au Caire à l’égard des chrétiens était aussi large que le permettaient les mœurs et l’époque : ainsi s’explique le foudroyant développement d’une communauté chrétienne tard venue en Égypte, celle des catholiques syriens.

1. LES COPTES

9Ils sont généralement désignés dans les documents d’archives sous le nom d’al-naṣrānī al-ya‘qūbī ; la Description de l’Egypte les qualifie également de « chrétiens jacobites ». Dans les textes historiques on trouve le plus souvent qubṭ/aqbāṭ.

Nombre et professions exercées

  • 8 C.C.M., J 1648 (1670). Cependant Lane (Manners, 535) estime également à 10.000 l’effectif de la po (...)

10L’estimation de la Description de l’Egypte (10.000 coptes) soit environ un trentième de la population du Caire paraît faible. Un Mémoire des archives de Marseille estimait vers 1670 le nombre des coptes d’Égypte à 150.000, soit un peu moins du dixième de la population totale de l’Égypte, proportion qui paraît assez vraisemblable, et fait juger, par comparaison, que l’évaluation de la Description pour le seul Caire pèche par défaut8.

  • 9 Voir chapitre VI, p. 228.
  • 10 Tribunal, ‘Arab., v. 74, 392 (1705) ; ‘Ask., v. 126, 795 (1727) : 103.658 et 145.456 paras.
  • 11 Tribunal, ‘Arab., v. 63, 324 (1688) ; ‘Ask., v. 126,42 (1726) ; v. 155, 244(1747).

11Les coptes ne jouaient aucun rôle dans le grand commerce : parmi les 39 successions de coptes que nous avons étudiées dans les archives du Maḥkama nous n’avons trouvé ni tāğir en café, ni négociant en étoffes. Par contre, nous l’avons remarqué plus haut, les coptes étaient spécialisés dans un certain nombre d’activités artisanales, en particulier celles qui concernaient le travail des matières précieuses. C’est ainsi que nous avons relevé parmi les coptes dix ṣā’iġ et un ğawāhirğī (plus du quart du total). Bien que la profession ne fût pas totalement monopolisée par les coptes, ceux-ci y constituaient l’élément dominant. Parmi les autres arts exercés par les coptes figurait le tissage, en particulier celui de la soie. De nombreux coptes étaient tailleurs (cinq ḥayyāṭ coptes dans les documents du Maḥkama) et fourreurs. Le travail du bois et la construction étaient également des spécialités des coptes de même que la fabrication des bougies. Au total les coptes exerçaient des arts plutôt modestes9, ce qui explique qu’ils soient sous-représentés dans les registres du Maḥkama, dont on ne peut donc considérer les informations que comme des indications. Les moyennes des fortunes relevées sont très basses : 3.914 paras constants pour 6 successions entre 1679 et 1700 ; 10.388 pour 10 successions entre 1776 et 1798, c’est-à-dire des chiffres très inférieurs aux moyennes relevées pour l’ensemble des artisans pendant les mêmes périodes (48.845 et 29.644 paras). Pour un sā’iġ, ou un marchand de toile/ḫaïš morts au début du xviiie siècle en laissant des successions dépassant les 100.000 paras10, on trouve beaucoup d’artisans pauvres ou même franchement misérables, tels ce tailleur, ce marchand de cuirs (adamī), ou ce marchand de tissus d’Asyūṭ dont les « biens » sont évalués respectivement à 333, 320 et 656 paras11.

  • 12 A.N., Caire, Β 1 336, Notice de Digeon, 1778.

12L’influence que détenaient les coptes, ils la devaient principalement au rôle important qu’ils jouaient dans l’administration publique et dans les maisons des membres de la caste dominante comme secrétaires ou intendants (mubāšir) : « Ils sont en possession de tous les emplois de la secrétairerie chez les Beys, les officiers généraux des odjaks... et les autres personnes que leur rang ou leurs charges font vivre dans l’opulence », remarquait Digeon en 1778 dans sa Notice sur l’Égypte. Grâce à la faveur, d’ailleurs précaire, dont ils jouissaient, les coptes bien placés faisaient vivre les moins favorisés de leur communauté12.

Localisation et organisation des coptes.

13Les artisans et commerçants coptes exerçaient leur activité dans les quartiers du centre : sur 23 coptes dont nous avons pu identifier le lieu de travail, six travaillaient dans le Ṣāġa, quatre dans le Ḫān al-Ḫalīlī, quatre dans le Ğamāliyya, deux dans le Ḥamzāwī et deux dans le Mūskī. La prédominance du Ṣāġa et de ses environs immédiats correspond à la principale spécialisation professionnelle des coptes. Cependant les lieux de travail des coptes étaient relativement dispersés, ce qui indique qu’il n’y avait pas au Caire de ségrégation religieuse.

  • 13 Jomard, Ville du Kaire, 677.
  • 14 Comité, XXXIII (1920/4), 322.

14De même la répartition des quartiers de résidence coptes n’évoque nullement l’image d’une communauté menacée et contrainte de vivre repliée sur elle-même. D’après Jomard il y avait au moins quatre quartiers coptes : le plus important était situé au nord de la Birka al-Azbakiyya (257 F 12/13), au sud de laquelle se trouvait un autre Ḥāra al-Naṣārā (295 Κ 13) ; il y avait encore de nombreux coptes dans la même région à l’ouest de Qanṭara al-Ğadīda (42 G 8/9) et dans Baïn al-Sūraïn (où s’élevaient les deux églises principales de la communauté : 257 G 8). Mais on en trouvait également dans le quartier grec situé à l’ouest de la mosquée al-Mu’ayyad : c’est là que se trouvait en particulier la maison du patriarche (204 M 5)13. La Description mentionne encore deux autres Ḥāra al-Naṣārā : au milieu de celui qui se trouvait en 25 Q 6 habitaient d’ailleurs des Turcs ; l’autre était situé dans le quartier de Darb al-Ḥağar, en 210 PQ, 12 et 58 Q 10 : la maison dite « arba‘mīya », classée sous le numéro 540, qui s’élève dans une des rues de ce quartier, appartint à l’émir ‘Ali Katḫudā, officier des Čāwīšiyya, et aussi à des notables coptes14. Les quartiers coptes n’avaient donc pas un caractère absolument exclusif.

  • 15 Ğabartī, à propos d’un événement survenu en 1802, cite trois de ces ru’asā’ : Ğirğis al-Ğawharī, W (...)
  • 16 Par exemple : en octobre 1787, emprunt projeté par Ismā‘īl Bey sur un certain nombre de ṭawā’if do (...)
  • 17 Evliya Čelebi, X, 369 : ekserikibtî taifesidir ; 370 : ekser Rum Kibtîdir Müslimleri azdir.

15Comme toutes les ṭawā’if religieuses en pays ottoman, la communauté copte était dotée d’une certaine autonomie et soumise à des chefs (ru’asā’)15 dont l’apparition dans les chroniques est fréquemment liée aux levées de fonds, plus ou moins régulières, auxquelles procédaient les autorités à ses dépens16. Au point de vue professionnel les coptes appartenaient apparemment aux corporations de métiers habituelles et ne possédaient pas une organisation particulière même lorsqu’ils y étaient majoritaires : c’est ce qui ressort de la description d’Evliya Čelebi en ce qui concerne les orfèvres et les tailleurs17 ; on constate de même dans les documents du Maḥkama, que les artisans coptes appartenaient aux mêmes corporations que les musulmans et étaient placés sous l’autorité de cheikhs musulmans. La liste de 1801 mentionne la présence, à la tête de corporations principalement composées de coptes (bijoutiers et orfèvres, porteurs d’eau de Bāb al-Baḥr, et sans doute galonniers), de cheikhs de même religion, mais il pourrait s’agir d’une innovation introduite par les Français.

2. LES JUIFS

16Dans l’activité économique du Caire la communauté juive tenait, à la fin du xviiie siècle, une place beaucoup plus effacée qu’un siècle plus tôt : la cause essentielle de ce déclin paraît avoir été l’essor de la communauté syrienne catholique qui, ainsi que nous le verrons, se substitua à elle dans le service et dans la faveur de la caste dirigeante.

Nombre et métiers exercés

  • 18 A.N., Caire, Β 1 336, Notice de Digeon (1778). Jomard, Ville du Kaire, 678. Les auteurs de la Desc (...)
  • 19 Niebuhr, Voyage, I, 107. Jemsel, Jewish Travellers, 338. Paton, A History of the Egyptian Revoluti (...)

17La communauté juive était assez peu nombreuse au Caire. Digeon estimait en 1778 le nombre des juifs à 2 ou 3.000, ce qui correspond à l’évaluation faite par Jomard en 179818. Ils étaient divisés en deux communautés : les Talmudistes (ou Pharisiens), les plus nombreux, exerçaient plus particulièrement les professions de changeur et de marchand et c’était dans leurs rangs que se trouvaient les fermiers des douanes de l’Égypte ; ils étaient les plus riches de la communauté. Les Caraïtes étaient à la fois plus rigoristes et plus pauvres que leurs coreligionnaires ; un grand nombre d’entre eux étaient orfèvres ou exerçaient de petits métiers19.

  • 20 Voir Shaw, Ottoman Egypt, 115-6. Mais les ṣarrāf « privés » formaient une véritable corporation, l (...)
  • 21 En 1707 il y avait au Caire une centaine de tavernes publiques, dont un bon nombre situées dans la (...)

18En dehors du rôle qu’ils jouaient dans le commerce avec l’Europe, rôle sur lequel nous reviendrons plus loin, les juifs étaient traditionnellement spécialisés dans les mêmes activités que les coptes : le commerce et le travail de l’or et de l’argent monnayé reposaient largement entre leurs mains, et les principaux lieux où s’échangeaient les monnaies au Caire (Wakāla al-Maqāṣīṣ et Ḫān al-Ḥamzāwī) étaient situés à proximité immédiate du quartier juif. C’étaient également des juifs qui travaillaient comme changeurs au service des hauts dignitaires détenteurs d’iltizām ou des gens riches. Le ṣarrāf bāšī, qui était le changeur du Trésor égyptien et était chargé à ce titre d’évaluer les espèces reçues en paiement des impôts, était un juif, et il avait autorité sur les autres ṣarrāf publics, juifs pour la plupart, jusqu’à la fin du xviiie siècle, époque à laquelle la « corporation » des ṣarrāf passa sous le contrôle des coptes20. A cette activité était naturellement associé le prêt à intérêt. Le tissage de la soie occupait apparemment un bon nombre de juifs : deux des cinq successions de juifs que nous avons trouvées dans le Maḥkama concernent des ḥarīrī. Pour des raisons cultuelles évidentes, les juifs comptaient un certain nombre de bouchers : beaucoup de bouchers juifs approvisionnaient même en viande les musulmans, ce qui souleva, au début du xixe siècle, une controverse entre les ‘ulamā’. Enfin les juifs exerçaient les professions de médecin, et de tavernier et fabricant d’eau-de-vie, concurremment avec les chrétiens21.

  • 22 Lane, Manners, 558. Jomard, Ville du Kaire, 677-8.

19Contrairement aux coptes, les juifs exerçaient leur activité et avaient leur résidence dans une zone très strictement délimitée. C’est au Ḫān al-Ḥamzāwī (27 Κ 7), au Ḫān al-Fasqiyya (28 Κ 6), à la Wakāla al-Ṣayārif (44 I 7), dans le Ṣāġa (48 I 6), où se trouvaient les principaux centres du travail et du trafic des métaux précieux, que travaillaient la plupart des juifs, à proximité immédiate du Ḥāra al-Yahūd. Le quartier juif « misérable, close, and dirty... intersected by lanes, many of which are so narrow as hardly to admit of two persons passing each other in them », comme le décrivait Lane, était très vaste (il s’étendait du Bīmāristān au pont du Mūskī) et très peuplé. La quasi-totalité de la communauté juive du Caire y résidait, agglomérée autour des dix synagogues qui s’y élevaient ; mais au centre même de ce quartier si homogène on trouvait une mosquée22.

Puissance puis déclin de la communauté juive au Caire

  • 23 Shaw, Financial 103.
  • 24 Voir par exemple A.N., Alexandrie, Β 1 109, 4 août 1764 et 9 septembre 1766.
  • 25 En 1732 les marchands Michel et Dou avaient des débiteurs juifs pour 668.951 paras sur les 2.534.0 (...)
  • 26 A.N., Alexandrie, Β 1 102, 12 décembre 1727 ; 8 juillet 1728 ; 5 janvier 1729.
  • 27 A.N., Caire, Β 1 328, 11 septembre 1747.
  • 28 En 1694 on enlève au juif qui la gère la douane d’Alexandrie en même temps que le pacha substitue (...)
  • 29 Niebuhr, Description de l’Arabie, I, 65.

20La puissance de la communauté juive au Caire, jusque vers le milieu du xviiie siècle, reposait essentiellement sur le rôle que ses membres jouaient dans l’administration financière et économique de l’État, grâce aux capitaux qu’ils étaient alors les seuls à pouvoir mobiliser. En dépit de tentatives faites pour le leur enlever, les juifs avaient su conserver le contrôle des services financiers du Divan comme ils avaient gardé la haute main sur la Monnaie (dār al-ḍarb) du Caire. Leur puissance financière leur permettait d’exploiter en fait les principaux iltizām (fermages), dont les adjudicataires officiels, membres de la caste dirigeante, leur confiaient l’administration, et en particulier le plus important de tous, celui des douanes23. Des mu‘allim juifs s’étaient également assuré le contrôle de fermes de moindre rapport comme celles du séné ou des cuirs. Cette mainmise sur les douanes favorisait naturellement les activités commerciales des juifs qui avaient par ailleurs une forte position dans le négoce international grâce aux relations qu’ils entretenaient avec les marchands francs dont ils étaient les intermédiaires à peu près inévitables, grâce également aux liaisons qu’ils avaient avec l’Italie et en particulier avec Livourne : les douaniers juifs, remarquaient avec chagrin les consuls de France, faisaient « presque tout le commerce de Livourne »24. L’importance du rôle que jouaient les juifs dans le grand commerce avec l’Europe se lit dans les bilans des marchands francs25. On assista même, au début du xviiie siècle, à une tentative des juifs pour voler de leurs propres ailes lorsque se constitua à Alexandrie en 1727 « une compagnie de marchands juifs riches et accrédités, qui y ont ouvert un bureau, dans lequel ils achètent et vendent, prennent et donnent en troc les marchandises qui viennent de chrétienté, et toutes celles qui peuvent se tirer de l’Égypte ». L’entreprise échoua finalement ; mais elle est très significative de la place qu’occupaient alors les négociants juifs dans le commerce méditerranéen26. En 1747 le consul de France estimait que le juif Abraham Serrano était « le plus riche marchand du Caire » : il évaluait à 500 bourses (soit 12.500.000 paras) la valeur de ses créances sur les beys qui avaient été tués ou avaient dû s’enfuir au moment de la dernière « révolution »27. Enfin les juifs jouaient le rôle de banquiers et prêtaient de l’argent aux Puissances et aux marchands francs : auxiliaires des Janissaires qui détenaient l’essentiel du pouvoir à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle, les juifs jouirent pendant toute cette période d’une autorité considérable : sans être à l’abri des coups du sort, exactions contre des individus trop riches et trop influents, ou avanies atteignant l’ensemble de la communauté28, les juifs avaient établi leur puissance dans les profondeurs d’un système qui était livré en surface à la caste dominante des militaires rattachés aux odjaqs et des « maisons » constituées autour des beys. Leur situation ambiguë était parfaitement décrite par Niebuhr vers 1760 : jouissant d’une relative liberté, exerçant des métiers variés, mais soumis à des usages vexatoires et « bafoués par le commun des Turcs et des chrétiens », les juifs d’Orient se trouvaient cependant fort bien en Égypte où ils s’étaient « rendus nécessaires depuis plusieurs années »29.

  • 30 A.N., Caire, Β 1 333, 25 novembre 1768 ; Β 1 334, 6 février 1769. C.C.M., J 628, 11 février 1769. (...)
  • 31 A.N., Alexandrie, Β 1 110, 22 novembre 1769.
  • 32 Digeon estimait en 1778 que Youssef, grand douanier, et ses associés avaient perdu au total 1.500 (...)
  • 33 Voir par exemple les états relatifs aux créances de Sanguin en 1777 (A.N., Caire, Β 1 336, 5 août (...)
  • 34 A.N., Alexandrie, Β 1 111, 19 octobre 1773.
  • 35 Vincennes, Β 6 38 (1799).

21La communauté juive du Caire était alors sur le point de perdre cette situation instable mais privilégiée. Après avoir fait battre à mort et dépouiller le douanier juif d’Alexandrie à la fin de 1768, ‘Ali Bey fit arrêter en janvier 1769 le douanier juif de Būlāq, lui extorqua 40.000 maḥbūb (4.400.000 paras) et le fit exécuter30. Enfin en septembre 1769, des Syriens catholiques remplacèrent les juifs à la tête des douanes : ce changement écrivait le Consul de France à Alexandrie dès novembre 1769, « a ruiné entièrement la nation juive »31. De fait ayant perdu le contrôle des douanes qui leur assurait, outre des bénéfices substantiels, une influence considérable sur ceux des gouvernants dont les intérêts étaient liés aux leurs et une position avantageuse à l’égard du commerce étranger, les juifs connurent un déclin rapide. Victimes de nouvelles avanies pendant le gouvernement de ‘Ali Bey32, déçus dans leurs espoirs de récupérer la direction des douanes au début du gouvernement de Muḥammad Bey, les juifs furent rélégués au second plan par les chrétiens syriens : on mesure l’ampleur de ce recul lorsque, en étudiant les documents consulaires, on constate que les juifs disparaissent à peu près totalement des listes de débiteurs des négociants francs et cessent de figurer parmi les prêteurs de fonds à la Nation33. La décision prise en 1773 par le consul d’Amirat de confier désormais à un chrétien le poste de troisième drogman du consulat qui avait toujours été donné à un juif était un parfait symbole « de la dégradation où [était] tombée cette Nation »34. Dans le projet de « Ferme générale » des revenus de l’Égypte, présenté à Kléber en 1799, Lascaris n’attribuait aux juifs qu’une demi-part (sur vingt-quatre), la modestie de leur participation correspondant au rôle réduit qu’ils étaient censés jouer désormais dans l’activité économique du pays35.

3. LES NON-ÉGYPTIENS MUSULMANS

22Les musulmans étaient les plus nombreux parmi les groupes d’étrangers qui résidaient au Caire. Ils comptaient essentiellement des Turcs, dont l’afflux était évidemment lié à la conquête ottomane, et des Maghrébins et des Syriens, communautés qui avaient toujours joué un rôle important au Caire pour des raisons à la fois géographiques (proximité de l’Égypte) et commerciales et religieuses. Par contre il n’y avait au Caire que très peu de musulmans venus des autres provinces ottomanes ou des régions situées en marge de l’Empire, Iraq, Perse, Hedjaz, Yémen.

a) Les Turcs

Nombre et lieux d’origine

  • 36 Tribunal, ‘Ask., v. 70, 919 (1673) ; v. 195, 444 (1774).

23En l’absence de toute indication plus précise d’origine, les Turcs sont désignés, dans les textes, comme Rūmī. Ils constituaient au Caire la communauté « étrangère » musulmane la plus nombreuse : Jomard évalue leur nombre à 10.000 ; au cours de nos propres dépouillements dans les archives du Maḥkama nous avons trouvé que les successions de Turcs représentaient 9,2 % du nombre total des successions étudiées entre 1679 et 1700 (43 Turcs sur 468) et 12,3 % entre 1776 et 1798 (70 Turcs sur 567). Même installés au Caire d’une manière permanente ou quasi permanente, les commerçants turcs gardaient des liens avec leur patrie ; les archives nous fournissent quelques exemples des solutions pratiques auxquelles ils recouraient pour s’adapter à une existence qui était partagée entre leur province d’origine, Le Caire et éventuellement les régions plus lointaines encore où les amenait leur activité : al-Ḥāğğ Ibrahim, commerçant en café et en lin originaire de Brousse et mort en 1673, entretenait deux familles, une au Caire et une à Brousse ; le tağir en café al-Ḥāğğ Ḥusaïn al-Qaïṣarlī, mort en 1774 au Caire, où se trouvait sans doute le centre de ses activités, et où il résidait près du Maḥkama al-Sāliḥiyya, avait deux épouses, dont l’une, Āmina, résidait en Turquie avec ses trois enfants, et l’autre, ‘Abbāsiyya, au Hedjaz36.

  • 37 Nous avons identifié et localisé ces noms en nous référant à l’article Anadolu de l’Encyclopédie d (...)

24Il nous a été possible de préciser l’origine géographique d’une partie des « Rūmī » mentionnés dans les archives du Maḥkama. Vingt-deux entre 1679 et 1700, qui se répartissent de la manière suivante : Turquie d’Europe (deux), Istanbul (un), Üsküdar (un), Brousse (trois), Izmir (un), Güzelhisar (deux), Alaya (un), Tarsus (un), Kayseri (deux), Sivas (deux), Malatya (trois), Harput (deux), ‘Aynṭāb (un). Soixante-deux entre 1776 et 1798, qui venaient de Turquie d’Europe (deux), Brousse (deux), Gerede (deux), Izmir (un), Kula (deux), Isparta (un), Alaya (quatre), province de Karaman (deux), Sivas (un), Malatya (dix-huit), Harput (dix-huit), ‘Aynṭâb (huit), Diyārbekr (un)37.

  • 38 Dix des individus originaires d’Anatolie orientale étaient marchands de tabac ou daḫāḫinī.

25Cette double liste appelle deux remarques principales. Tout d’abord les grands centres commerciaux de la Méditerranée centrale, Salonique, Istanbul et Izmir sont presque totalement absents : le nombre des mentions qui en sont faites, même compte tenu des nombreux « Rūmī » qui ne sont pas localisés plus précisément, est sans rapport avec l’importance des relations commerciales qui existaient entre ces Échelles et Le Caire. Il est raisonnable de penser que les commerçants qui en étaient originaires n’avaient au Caire qu’un établissement temporaire, ce qui explique qu’ils soient sous-représentés dans les registres du Maḥkama. Le second caractère qui doit être souligné est l’importance prise par la partie orientale de l’Anatolie dans l’émigration turque vers Le Caire au cours du xviiie siècle : 11 artisans et commerçants turcs du Caire sur 22 entre 1679 et 1700 ; 46 sur 62 entre 1776 et 1798. Cet afflux tout à fait remarquable de ‘Antablī, de Ḫarbuṭlī et de Malaṭiyalī vers la fin du siècle nous paraît s’expliquer, d’une part par l’activité des relations commerciales qui existaient entre cette partie de l’Anatolie et l’Égypte et qui étaient essentiellement fondées sur l’exportation du bois et du tabac38, d’autre part par le rayonnement de la ville d’Alep qui, ainsi que nous allons le voir bientôt, alimenta pour sa part un fort courant d’émigration vers Le Caire, et dut contribuer également à diriger vers l’Égypte des commerçants et des artisans d’Anatolie orientale en quête de travail et de profits.

  • 39 Les qāpī qūlī (orthographe égyptienne : qābī qūlī, pour le turc kapi kulu) étaient les Janissaires (...)

26Si les raisons qui expliquent la présence au Caire d’une colonie turque aussi importante, sont évidemment surtout d’ordre économique et commercial, il faut sans doute aussi tenir compte du rôle que jouait dans ce mouvement d’immigration le recrutement des milices. Les odjaqlis une fois établis au Caire y devenaient souvent artisans et commerçants ; d’autre part ils constituaient un foyer d’appel pour leurs compatriotes désireux de chercher fortune au loin. Il est difficile d’aller plus loin dans l’hypothèse, étant donné notre ignorance à peu près totale de l’origine géographique des membres des milices égyptiennes ; mais nous relevons comme un fait significatif que sur dix militaires du corps des qāpī qūlī qui embrassèrent une carrière artisanale ou commerciale entre 1663 et 1700, et dont nous connaissons la province d’origine, sept étaient turcs, six provenant précisément de ‘Aynṭāb, Alaya, Malatya et Harput39.

Professions exercées par les Turcs

27Les Turcs exerçaient au Caire une grande variété de métiers. Nous n’en avons pas relevé moins d’une quarantaine pour un total de 167 successions étudiées aux xviie et xviiie siècles : petit commerce, comme la vente du tabac au détail (17 daḫāḫinī), ou la quincaillerie qui était une spécialité turque (8 ḫurdağī) ; artisanat modeste de la cordonnerie (6 qawwāf et ṣarmātī) ou travail des métaux (4 couteliers/sakākīnī et chaudronniers) ; un type de passementerie qui était apparemment une exclusivité turque (‘aqqādīn al-Rūmī), etc.. Mais aussi, et surtout, des activités liées au commerce international : 39 tūğğār et 22 négociants en étoffes, soit près des deux cinquièmes des Turcs mentionnés dans les registres du Tribunal. Le commerce du tabac et du bois, le trafic des esclaves (qui se faisait dans les deux sens : esclaves blancs en provenance du Caucase, esclaves noirs en provenance de l’Afrique intérieure) figuraient également parmi leurs activités les plus fréquemment mentionnées.

  • 40 Mais la fortune moyenne des Malaṭiyalī est notablement plus élevée : 130.323 paras. Cette communau (...)

28L’étude de l’évolution des fortunes moyennes des Turcs de la fin du xviie à la fin du xviiie siècle révèle un déclin marqué. Entre 1679 et 1700 les successions des Turcs représentaient 13,3 % du montant total des successions et entre 1776 et 1798, 12,1 % encore. Mais pendant cette période la proportion des successions de Turcs était passée de 9,2 à 12,3 % du nombre total des successions : à la fin du xviie siècle le montant moyen des successions des Turcs au Caire (199.964 paras constants) était nettement supérieur à la moyenne générale (138.272 paras pour l’ensemble des successions) et même à la moyenne des successions d’étrangers (158.605) ; un siècle plus tard, cette moyenne, tombée à 91.701 paras, était inférieure à la fois à la moyenne des successions d’étrangers (151.438 paras) et à la moyenne générale (93.874). On peut expliquer ce phénomène par l’arrivée au xviiie siècle de nombreux immigrants pauvres qui exerçaient au Caire les petits métiers du commerce et de l’artisanat. Le cas des Ḫarbuṭlī (moyenne des successions entre 1776 et 1798 : 52.335 paras constants) et des ‘Antablī (moyenne 46.065) nous paraît très probant de ce point de vue40. La structure professionnelle et la structure sociale de la population turque du Caire n’étaient pas très différentes de celles de la population égyptienne et, à beaucoup d’égards, cette communauté turbulente apparaît comme une société en réduction dont le particularisme linguistique et une ségrégation géographique très poussée rendaient cependant l’assimilation difficile.

Lieux de travail

29Les artisans et les commerçants turcs étaient avec les Syriens catholiques la communauté du Caire dont la localisation économique était la plus strictement concentrée. Plus de la moitié des Turcs dont nous connaissons le lieu de travail étaient installés au Ḫān al-Ḫalīlī, ou dans ses environs immédiats : 15 sur 28 entre 1679 et 1700, 30 sur 59 entre 1776 et 1798. Les autres centres d’attraction étaient le quartier de Bāb Zuwaïla, hors duquel était établi un poste de Janissaires, mais dont l’importance déclina au xviiie siècle, Sūq al-Silāḥ, en raison de la proximité de la Citadelle, le Ṣāġa et le Ğamāliyya.

  • 41 Voir les soupçons qu’inspirèrent, à la fin de 1516, les négociants d’Asie Mineure installés dans l (...)
  • 42 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, III, 355.
  • 43 D’après les documents des archives du Tribunal (successions entre 1776 et 1798).
  • 44 Ğabartī, III, 311. Wilkinson, Modem Egypt, I, 252.
  • 45 Čabartī, I, 316 ; IV, 223.

30Le Ḫan al-Ḫalīlī comptait, dès avant la conquête ottomane, de nombreux Turcs41 et quelques Persans42. Le caractère « turc » du Ḫān s’accentua naturellement ensuite. Aux commerçants et aux artisans venus d’Anatolie, se joignaient des membres des odjaqs, qui résidaient dans les rab‘ et les Wakāla de ce quartier. A la fin du xviiie siècle, sur 21 artisans et commerçants travaillant dans le ḫān, 16 au moins étaient turcs, aucune précision n’étant donné sur l’origine des 5 autres43. Il n’est donc pas surprenant que les courtiers (dallālīn) qui étaient chargés de vendre à la criée aient été exclusivement turcs jusqu’au début du xixe siècle, époque à laquelle des Égyptiens furent admis aux fonctions de dallālīn dans le Ḫān al-Ḫalīlī : de fait Muḥammad ‘Alī, passant en 1804 dans le Ḫān al-Ḫalīlī pour rassurer les gens des marchés, devait se faire précéder d’un crieur garantissant en turc « amn wa amān » (paix et sécurité)44. Cette homogénéité nationale peu commune, les relations étroites qui existaient entre boutiquiers et Janissaires, expliquent que les habitants du Ḫān aient eu, outre un fort esprit de corps, une combativité qui trouva à s’exprimer au cours des troubles assez nombreux que connut le quartier à la fin du xviiie siècle. Vers 1769, à l’issue d’une querelle, un tāğir du Ḫān al-Ḫalīlī tue le parent d’un cheikh d’al-Azhar ; on réclame le meurtrier ; les gens de son quartier (ḫiṭṭa) et de sa nation (ğins) refusent de le livrer et se soulèvent pour le défendre. C’est chez les Turcs du Ḫān al-Ḫalīlī que prend naissance le soulèvement du Caire contre les Français en 1800. En 1815 lorsque les soldats en train de piller les marchés du Caire arrivent au Ḫān ils se heurtent aux Turcs et aux Albanais qui y habitent et s’y livrent au commerce, et aux quincailliers turcs installés dans le voisinage et ils sont repoussés45.

31Les Turcs étaient d’autant plus faciles à « mobiliser » qu’ils résidaient, pour la plupart, à proximité immédiate du Ḫān al-Ḫalīlī, dans le Ḫān al-Laban (242 I 6), le Ḫān al-Nuḥās (229 I 5), la Wakāla Bakīr Čorbagi (154 Κ 5), dans les rab‘ proches de Bāb al-Zuhūma (236 I 6) et dans le Ṣarmātiyya (221 I 5) ; d’autre part les étudiants du riwāq turc d’al-Azhar pouvaient, en cas de besoin, venir leur prêter main forte. A cette communauté si fortement groupée le mašhad al-Ḥusaīnī servait tout naturellement de centre de ralliement religieux. Les groupes turcs dont la Description de l’Égypte signale l’existence au milieu du quartier grec (266 M 6) et de l’un des quartiers chrétiens (26 Q,6) étaient sans doute peu importants.

  • 46 Ğabartī, IV, 71.

32Les Turcs du Caire constituaient une « ṭā’ifa » qu’un texte de Ğabartī qualifie de ṭā’ifat al-Atrak wa ahl Ḫān-Ḫalīlī46. Ils ne paraissent pas avoir formé de corporations professionnelles spéciales, mais les ṭawā’if des métiers dont ils monopolisaient plus ou moins la pratique se trouvaient naturellement sous leur contrôle ainsi que le montre la liste de Vincennes qui mentionne plusieurs cheikhs d’origine turque.

b) Les Maghrébins

Nombre et origines des Maghrébins

  • 47 Sur les aspects généraux de l’immigration maghrébine au Caire voir notre article Tunisiens et Magh (...)
  • 48 Les archives consulaires signalent la présence au Caire et à Alexandrie de « procureurs » ou « cha (...)
  • 49 Nombreux exemples de ce genre de legs (waṣīya) faits par des tuğğār en café au riwāq des Maghrébin (...)

33L’existence au Caire d’une forte communauté maghrébine était un phénomène aussi ancien que la ville elle-même47. Deux raisons principales rendent compte de ce mouvement ininterrompu d’ouest en est. Tout d’abord Le Caire était et resta jusqu’au xixe siècle, le point de passage obligatoire des pèlerins maghrébins en route vers les Lieux Saints, que cette partie du ḥağğ se fasse par voie de terre ou par voie de mer. Des milliers d’individus qui participaient au Pèlerinage, parmi lesquels figuraient beaucoup de commerçants réguliers ou occasionnels, un certain nombre s’arrêtaient au Caire et s’y installaient provisoirement ou définitivement, comme étudiants et cheikhs à al-Azhar, ou comme artisans ou commerçants dans les souqs de la ville. D’autre part, le commerce international attirait naturellement au Caire un grand nombre de négociants maghrébins dont les séjours temporaires pouvaient se muer en établissement durable. C’est ainsi que se constitua au Caire un groupe national dont la communauté de langue et de culture facilitait l’assimilation mais que l’arrivée d’apports nouveaux renouvelait sans cesse. Grâce à un « esprit de corps » particulièrement développé, et à des contacts maintenus avec les pays d’origine, par l’intermédiaire en particulier des pèlerins et des représentants (wakīl) de leurs souverains48, le groupe maghrébin conservait une remarquable cohésion. Un Maghrébin, même profondément égyptianisé, continuait à se sentir tel très longtemps après une installation définitive : les legs que bon nombre de Maghrébins inscrivaient dans leurs testaments en faveur du riwāq al-Maġāriba d’al-Azhar constituent autant de témoignages de la vivacité de leur attachement à leur patrie d’origine49.

  • 50 Entre 1642 et 1636, 6,6 % de Maghrébins ; entre 1679 et 1700, 7 % ; entre 1725 et 1730, 5,9 % ; en (...)

34Nous ne disposons d’aucune évaluation précise sur le nombre des Maghrébins au Caire : Jomard, dans son étude sur la ville du Caire, est muet sur ce sujet, sans doute parce que les Maghrébins n’étaient pas considérés comme un groupe vraiment distinct du reste de la population égyptienne musulmane. Nous pensons que les Maghrébins étaient un peu moins nombreux que les Turcs, comme dans les registres du Maḥkama où la proportion des Maghrébins par rapport à l’ensemble des successions est très stable aux environs de 6 ou 7 %, alors que les Turcs représentent environ 10 % du total50. Le nombre des Maghrébins aurait donc été un peu inférieur à 10.000.

35Les indications que nous ont fournies les registres du Maḥkama nous font penser que les Marocains constituaient le groupe le plus nombreux à l’intérieur de la communauté maghrébine. Sur 99 Maghrébins dont l’origine est exactement connue, 53 sont des Marocains, soit un peu plus de la moitié ; ces Marocains venaient presque tous de Fès (quarante-huit), un petit nombre seulement de Marrakech (trois), aussi les Maghrébins originaires du Maġrib al-Aqṣā étaient-ils souvent qualifiés de fāsī, quelle que fût leur origine véritable. Ensuite venaient les Tunisiens, au nombre de 26, soit un quart du total ; beaucoup (onze), étaient originaires de Djerba qui, comme toutes les parties méridionales de la Régence, avait des relations commerciales, religieuses et culturelles particulièrement étroites avec l’Égypte. Le reste, mis à part quelques individus originaires de Sousse, Sfax, Monastir et Bizerte venait de Tunis (huit). Des quinze commerçants originaires de la toute proche province de Tripolitaine, la plupart (neuf) venaient de Tripoli ; le reste se partageait entre Misurata (trois), Zuwāra (deux) et Gariyān. Les Algériens étaient en très petit nombre au Caire, cinq seulement, dont trois Ğazā’irlī, un Tilimsānī et un Tïṭirī. L’importance numérique des diverses colonies maghrébines au Caire était évidemment en rapport direct avec le volume du commerce que chacun des quatre territoires faisait avec l’Égypte.

Métiers exercés par les Maghrébins

36Les Maghrébins au Caire étaient avant tout des négociants spécialisés dans le grand commerce des épices et des tissus. Si nous examinons la liste des métiers qu’ils exerçaient au Caire, le contraste est frappant avec les constatations que nous avons faites en étudiant la communauté turque : d’après les successions étudiées dans le Maḥkama, 52 Maghrébins étaient commerçants en tissus (auxquels s’ajoutaient 12 marchands de ṭarbūš) et 59 tuğğār en café, soit au total 123 grands commerçants sur un total de 152 Maghrébins dont le métier nous est connu, pour le xviie et le xviiie siècle, donc plus des trois quarts.

37Les commerçants maghrébins au Caire s’occupaient avant tout de la vente des étoffes (et en particulier des aḥrima) et des ṭarbūš importés d’Afrique du Nord. Ils jouaient aussi un rôle important dans le commerce du café et des épices qui étaient importés du Hedjaz pour être réexportés vers les pays d’Afrique du Nord : avec 59 tuğğār recensés entre 1660 et 1798, et totalisant une fortune de 45.014.510 paras constants, les Maghrébins étaient à la fois plus nombreux et plus riches que les Turcs et les Syriens. Tout aussi significatif est le fait que deux des plus célèbres šāh bandar des tuğğār du xviiie siècle étaient d’origine maghrébine, Qāsim al-Šarāïbi (mort en 1734) et Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām (mort en 1791).

38Le reste des Maghrébins se répartissait entre une quinzaine seulement d’activités dont la plus importante paraît avoir été la vente de l’huile, autre produit importé d’Afrique du Nord : huit commerçants en huile maghrébins sont mentionnés dans les documents du Maḥkama et la liste de 1801 comporte une corporation « des vendeurs d’huile... Zaiétin el Mogharbi ». Bien qu’on ne les trouve que rarement mentionnés dans les registres du Maḥkama, il y avait sans doute aussi dans la communauté maghrébine du Caire de nombreux artisans et petits marchands, mais ils ne jouaient qu’un rôle économique et social médiocre.

39Spécialisée dans les métiers économiquement les plus importants, la communauté maghrébine était une des plus riches sinon la plus riche du Caire. A la fin du xviie siècle (années 1679-1700), les Maghrébins totalisaient 7 % du nombre total des successions avec une proportion équivalente (7,8 %) de la fortune globale. Ils étaient alors nettement dépassés par les Turcs. Un siècle plus tard les Maghrébins, dont le nombre avait peu changé (6,7 % du total), les devançaient largement en ce qui concernait les fortunes (15,2 % du total contre 12,1 %). Ce progrès est immédiatement sensible quand on compare les différentes moyennes de successions :

TABLEAU 44. Moyenne générale des successions et moyennes des successions des étrangers musulmans et des Maghrébins (en paras constants)

TABLEAU 44. Moyenne générale des successions et moyennes des successions des étrangers musulmans et des Maghrébins (en paras constants)

Source : Maḥkama.

  • 51 Aḥmad Čelebi, 251 a-b, 254 b, 256 a-b.

40La prospérité de la communauté maghrébine au Caire paraît avoir connu son apogée dans la première moitié du xviiie siècle, au moment précisément où le commerce du café et des épices atteignait son plein épanouissement. A cette époque les tuğğār maghrébins jouissaient d’une influence qu’un incident survenu en janvier 1736 permet de mesurer : un conflit étant survenu entre les tuğğār maghrébins du Ġūriyya et le muḥtasib, les tuğğār furent appuyés par plusieurs des principaux émirs ; la crise amena finalement la suppression de la ḥisba et quand on la rétablit, en juillet 1736, le premier titulaire en fut un Maghrébin. Les mesures prises à l’encontre des tuğğār, et plus particulièrement des Maghrébins, en juillet 1736 (interdiction d’acheter des mamelouks et des esclaves blanches) montrent bien le degré de puissance auquel ils étaient parvenus51. Cette fortune était très inégalement répartie entre les Maghrébins ; les Marocains, parmi lesquels se trouvait le plus grand nombre de tuğğār, étaient également les plus riches : pour la période 1776-1798 la moyenne des successions des Marocains s’élevait à 409.960 paras constants alors qu’elle n’était que de 84.700 paras pour les Algériens, de 100.997 paras pour les Tunisiens et de 74.025 paras pour les Tripolitains.

Lieux de travail et de résidence

41La localisation professionnelle des Maghrébins était déterminée par la nature même de leurs activités : spécialisés dans le commerce international, les Maghrébins travaillaient dans les grands marchés du centre du Caire, la seule exception notable étant constituée par le quartier situé près de la mosquée Ibn Ṭūlūn.

  • 52 Jomard, Ville du Kaire, 718. Scenes and Impressions, 182. Wilkinson, Modern Egypt, I, 252. ‘Alī (...)
  • 53 Combat entre les Maghrébins du Faḥḥāmīn et les Français, pendant la révolte de 1798 (Ğabartī, III, (...)

42Les Maghrébins étaient groupés dans la portion de la Qaṣaba située entre le Ġūriyya (173 Κ 6) et le Faḥḥāmin (282 L 6), et dans les rues adjacentes, soit un peu plus de deux cents mètres de marchés du nord au sud : on y trouvait, entre 1679 et 1700, 12 des 21 Maghrébins que nous avons pu localiser d’après les archives du Maḥkama ; et, entre 1776 et 1798, 17 sur 28. Dans le Ġūriyya l’influence des Maghrébins était si grande que, pour le dernier quart du xviiie siècle, tous les cheikhs de la corporation des tuğğār du Ġūriyya que nous connaissons étaient originaires d’Afrique du Nord : ‘Abd al-Karïm Barrāda (vers 1774), ‘Abd al-Raḥmān b. ‘Abd al-Ḫāliq al-Fāsī al-Qabbāğ (entre 1786 et 1793), Muḥammad b. Ğallūn (entre 1788 et 1791), Muḥammad al-‘Ašūbī al-Fāsī (entre 1794 et 1798), enfin ‘Abdallāh al-Tāwudī (en 1801 ). Le Sūq al-Šarb (307 Κ 6), autre grand marché d’étoffes, comptait aussi de nombreux Maghrébins : entre 1679 et 1700 sur neuf négociants installés là et mentionnés dans les documents du Maḥkama, sept étaient maghrébins. Cependant le marché maghrébin par excellence, était celui du Faḥḥāmīn, situé un peu plus au sud (282 L 6) : on y vendait surtout des produits du Maghreb, étoffes en laine et burnous52 et l’implantation des Maghrébins était si forte dans ce sūq qu’une corporation spéciale se consacrait à la fabrication des souliers pour les Maghrébins du Fahhâmīn (liste de 1801 n° 100). Maghrébins et Faḥḥāmīn sont constamment associés dans Ğabartī qui rapporte les diverses circonstances dans lesquelles, au tournant du siècle, les Maghrébins durent défendre leurs biens et leurs personnes contre l’occupant français ou les militaires turcs53.

  • 54 Voir ce qu’écrivait déjà Ibn Jobaïr lors de sa visite au Caire en 1185 (Voyages, I, 56).
  • 55 Davity, Description générale de l’Afrique, 270 (vers 1660).

43On trouvait encore des Maghrébins dans les autres quartiers commerçants de Qāhira, près d’al-Azhar, par exemple à la Wakāla al-Čarākisa (164 Κ 5), dans le Ṣāġa, et au Ḫān al-Ḫalīlī. Mais nulle part autant que dans les parages de la mosquée Ibn Ṭūlūn qui servait depuis des siècles de lieu de campement pour les ḥāğğ maghrébins de condition modeste54 et qui s’élevait au cœur d’un quartier où les Maghrébins étaient actifs et nombreux. C’est sans doute dans le Sūq al-Maġāriba (136 et 144 V 8) et la Wakāla al-Maġāriba (137 V 8) que l’on vendait les burnous et les aḥrima qui faisaient la réputation du quartier d’Ibn Ṭūlūn comme de celui du Faḥḥāmīn. Mais la population maghrébine qui travaillait et résidait autour d’Ibn Ṭūlūn était probablement plus variée dans ses activités que celle du quartier de Ğūriyya et elle comptait, outre des marchands, un grand nombre d’artisans55.

  • 56 Jomard, Ville du Kaire, 725.

44Si l’activité des Maghrébins s’exerçait principalement dans deux centres nettement caractérisés, il n’apparaît pas qu’il y ait eu à proprement parler au Caire un « quartier maghrébin ». Naturellement les marchands maghrébins habitaient de préférence à proximité de leurs boutiques : dans les Wakāla Ḫalīl Efendi, al-Muğāwirīn (230 Κ 5), al-Maġāriba (226 Κ 5), al-Baïraqdār (404 L 6), al-‘Ašūbī (315 Κ 6) et al-Māwardī (313 Κ 656, dans les rab‘ et Wakāla des environs d’Ibn Ṭūlūn. Mais dans l’ensemble on est surtout frappé par la dispersion des lieux de résidence des Maghrébins.

Organisation des Maghrébins.

  • 57 Čabartī, II, 151.

45La vigueur de l’esprit de corps des Maghrébins qui contribua sans doute souvent à retarder une inévitable assimilation, se manifestait par une active vie communautaire et par l’existence de fortes structures « nationales ». Leur riwāq était un des plus puissants d’al-Azhar et il contribua souvent à mobiliser les étudiants maghrébins pour la défense des intérêts de l’ensemble de la communauté. Les Maghrébins disposaient par ailleurs d’organisations professionnelles propres, ce qui était une situation exceptionnelle au Caire : nous avons mentionné précédemment les corporations des zayyālīn al-Maġāriba (liste 1801, n° 55), des Maġāriba bi-sūq al-aḥrima bi-Ṭūlūn (n° 81), auxquelles il convient sans doute d’ajouter celles des marchands de burnous du Faḥḥāmīn (n° 93) et des cordonniers du Faḥḥāmīn (n° 100). Certains textes donnent l’impression que la communauté comptait plusieurs « corporations » de quartiers : c’est ainsi que Ğabartī parle des corporations des Maghrébins de Ṭūlūn et du Ġūriyya (ṭawā’if al-Maġāriba bi-Ṭūlūn wa l-Ġūriyya)57. Mais ces ṭawā’if n’étaient peut-être rien d’autre que les organisations professionnelles que nous venons de citer et qui, comme la plupart de ces groupements, avaient en même temps une base géographique très précise.

  • 58 ‘Abd al-'Azīz en 1624 (Tribunal, ‘Arab., v. 26, 154) ; Šarāïbī en 1730 (A.N., Caire, Β 1 320, 29 j (...)

46L’ensemble de la communauté maghrébine était placé sous l’autorité d’un cheikh que les textes confondent parfois avec le cheikh du riwāq. Nous connaissons les noms de quelques-uns de ces šaiḫ. ṭā’ifat al-Maġāriba bi-Miṣr qui intervenaient parfois au moment de la liquidation des successions de leurs administrés58. Le cheikhat était sans doute exercé tantôt par des ‘ulamā’ d’al-Azhar, tantôt par des marchands, mais il est vraisemblable que les négociants jouaient un rôle primordial dans la vie d’une communauté dont ils constituaient l’élément le plus dynamique et le plus riche. Les Šarāïbī par exemple furent, pendant toute la première moitié du xviiie siècle, les protecteurs et les représentants écoutés et respectés des Maghrébins du Caire auprès des autorités, au point que Qāsim al-Šarāïbī était qualifié, dans un document consulaire, de « chek et supérieur » des Maghrébins du Caire ; ce magistère, qui avait probablement un caractère plus moral qu’administratif, n’en témoignait pas moins de l’autorité qu’avaient su acquérir les grands tuğğār maghrébins.

c) Les Syriens et les Palestiniens

  • 59 Dans les documents d’archives le mot Šāmī est normalement employé pour qualifier l’ensemble des Sy (...)
  • 60 Succession de ‘Abd al-Ġanī, en 1733, 432.595 paras ; de Ṣāliḥ, en 1755, 3.270 paras (Tribunal, v. (...)

47Les Syriens (Šāmī/Šawām), auxquels il est logique de joindre les Palestiniens59, constituaient au Caire une communauté nombreuse et active, ce qu’expliquent suffisamment d’une part le voisinage géographique du Levant et d’autre part l’importance des transactions commerciales qui avaient toujours existé entre ces deux régions de l’Empire. Du fait de la proximité des principaux centres, Jérusalem, Damas et Alep, beaucoup de commerçants syriens et palestiniens ne faisaient d’ailleurs au Caire que des séjours limités ou entretenaient une double famille : le riche tāğir en café ‘Abd al-Ġanī al-Nābulusī avait trois femmes dont une habitait Nābulus et deux Le Caire : de même une des deux épouses de Ṣāliḥ, modeste marchand de tabac syrien, résidait en Syrie60.

Nombre et origines des Syriens et des Palestiniens

48Jomard ne mentionne pas le nombre des Syriens qui résidaient au Caire au xviiie siècle. On peut tenter, comme on l’a fait pour les Maghrébins, de tirer des conclusions des chiffres donnés par les archives du Maḥkama : entre 1679 et 1700 les Syriens et les Palestiniens représentaient 5,8 % du nombre total des successions, et entre 1776 et 1798 3,3 % seulement. Ils étaient donc probablement moins nombreux au Caire que les Maghrébins et les Turcs, les Syriens se plaçant très loin devant les Palestiniens : 24 contre 3 entre 1679 et 1700, et 16 contre 3 entre 1776 et 1798.

49Sur quarante-deux Syriens mentionnés dans le Maḥkama et dont nous connaissons la ville d’origine, presque la moitié (dix-huit) venaient d’Alep. Cette supériorité des Ḥalabī est à l’image de la suprématie commerciale de la grande métropole de la Syrie septentrionale au xviiie siècle et de l’importance du rôle qu’elle jouait dans les relations entre l’Égypte et la Syrie. Huit Syriens venaient de Homs, deux de Hama et cinq d’Anṭākiya, toute proche d’Alep. Ce sont là les lieux de départ les plus fréquemment mentionnés. Bien qu’on puisse supposer que beaucoup de « Šāmī » dont l’origine géographique n’est pas indiquée avec plus de précision venaient en fait de Damas, il ne semble pas que la capitale syrienne ait joué un rôle primordial dans l’émigration vers Le Caire. Il n’y a rien là de surprenant si on considère que Damas n’occupait pas une place centrale dans le mouvement commercial dont le Levant était le théâtre. On notera également que le Liban actuel fournissait très peu d’émigrants vers l’Égypte : Tripoli, Ṣaïdā ne sont mentionnés qu’une fois.

50Les treize Palestiniens dont nous connaissons l’origine étaient assez également répartis entre les principaux centres de Palestine qui étaient en relations commerciales avec l’Égypte (Jérusalem, Nābulus/Naplouse, Ġazza, et Ramla) : quatre Qudsï, quatre Nābulusī, trois Ġazzī et deux Ramlī. Le rôle proportionnellement très important joué par Nābulus dans cette émigration était lié au commerce du savon.

Principaux métiers exercés par les Syriens et les Palestiniens

51Les Syriens et les Palestiniens musulmans au Caire étaient surtout spécialisés dans le grand commerce des étoffes et du café et dans celui de quelques produits qui faisaient l’objet d’échanges particulièrement actifs entre l’Égypte et le Levant, notamment le tabac et le savon, répartition professionnelle plus semblable à celle des Maghrébins qu’à celle des Turcs.

52Sur 99 Syriens et Palestiniens étudiés dont nous connaissons le métier, nous n’avons pas trouvé moins de 28 marchands de tissus : ils expédiaient vers la Syrie les étoffes fabriquées en Égypte et faisaient venir au Caire les tissus syriens, et ils avaient également entre leurs mains une partie du commerce de la soie qu’on importait de Syrie. C’est sans doute pour cette raison que les Syriens jouaient un rôle particulièrement important dans la fabrication et la vente des tissus de soie : 17 ḥarīrī, ṣandalğī, ḥā’ik, etc., parmi les Syriens. Dans l’ensemble, le commerce et l’artisanat des tissus occupaient 45 Syriens et Palestiniens soit près de la moitié de leur nombre total.

53Le commerce du café ne venait qu’ensuite en ce qui concerne le nombre des personnes intéressées, mais son importance économique était évidemment primordiale : le montant total des successions des 20 tuğğār syriens et des 3 tuğğār palestiniens que nous avons retrouvées pour la période 1660-1798 s’élevait à 19.478.993 paras constants (à peu près autant que pour 38 tuğğār turcs), la moyenne de ces successions avoisinant un million de paras constants, soit nettement plus que les Turcs et même que les Maghrébins.

54Le commerce du tabac occupait six Syriens et celui du savon sept Palestiniens et un Syrien. Les quatre grandes activités précédemment mentionnées totalisaient donc 82 personnes sur 99 : le reste des Palestiniens et des Syriens se répartissait entre divers métiers commerciaux et artisanaux dont aucun n’avait d’importance particulière.

55La nature des activités des Syriens musulmans au Caire explique que leurs successions aient été très élevées en moyenne : 197.108 paras constants pendant la période 1679 à 1700 ; 162.355 entre 1776 et 1798. Par contre les Palestiniens étaient des gens de condition plus modeste, ainsi que le montrent des chiffres les concernant : moyenne des fortunes entre 1679 et 1700, 31.682 paras ; moyenne entre 1776 et 1798, 50.186 paras. Dans l’ensemble cependant, la communauté syrienne musulmane au Caire connut vers la fin du xviiie siècle une éclipse sensible, en nombre et en puissance matérielle. Le caractère de cette évolution apparaît plus clairement si on analyse les chiffres concernant l’ensemble des Syriens musulmans et chrétiens dont nous avons retrouvé les successions en 1679-1700 et 1776-1798 :

TABLEAU 45. Nombre et fortunes des Syriens musulmans et chrétiens au Caire (en paras constants)

TABLEAU 45. Nombre et fortunes des Syriens musulmans et chrétiens au Caire (en paras constants)

Source : Maḥkama.

56Ces chiffres montrent que d’un siècle à l’autre les Syriens chrétiens s’étaient partiellement substitués aux Syriens musulmans ; la communauté syrienne au Caire avait progressé globalement, mais, à l’intérieur de cette communauté, la prééminence économique était progressivement passée aux chrétiens. Nous reviendrons bientôt avec plus de détails sur ce phénomène.

Localisation des Syriens au Caire

  • 61 Maqrīzī, II, 92. Lane, The Arabian Nights’ Entertainments, I, 421.

57Le centre du commerce des Syriens musulmans au Caire était traditionnellement le Ḫān al-Ḥamzāwī. Les marchands syriens qui, au xve siècle, fréquentaient principalement le Ḫān Masrûr (I 6)61 se transportèrent ensuite dans ce ḫân. Dans les dernières années du xviie siècle, il était devenu le centre principal de leur activité : d’après les dépouillements que nous avons effectués dans le Maḥkama, sur 19 Šāmī dont nous connaissons le lieu de travail entre 1679 et 1700, 7 avaient leurs boutiques ou leurs entrepôts au Ḥamzāwī. Inversement, sur 20 commerçants connus pour y avoir exercé leur activité entre 1679 et 1760, 12 étaient des Syriens musulmans. Au cours du xviiie siècle cependant les Syriens musulmans désertèrent peu à peu le Ḫān al-Ḥamzāwī, au point qu’un commerçant syrien musulman seulement y exerçait encore son activité entre 1776 et 1798. Cette évolution est évidemment liée aux progrès des Syriens chrétiens.

  • 62 Ğabartī, III, 253, 257. Mengin, Histoire de l’Égypte, II, 324. Wilkinson, Modem Egypt, I, 253. ‘Al (...)
  • 63 Ğabartī, I, 103. Damurdāšī, 107.
  • 64 Taxation vers 1626 (Aḥmad Čelebi, 14 a) ; en 1692 (K. tarāğim, 830) ; en 1703 (Damurdāšī, 107) ; e (...)

58Le second centre d’activité des Syriens et Palestiniens musulmans, et au xviiie siècle le premier en importance du fait de l’effacement progressif du Ḥamzāwī, était le quartier de Ğamāliyya où l’on vendait, outre du café, les principaux produits syriens (tabac et savon en particulier) : un quart des Syriens et des Palestiniens y travaillaient en 1679-1700 (cinq sur vingt) et près de la moitié en 1776-1798 (six sur treize). Les Wakāla qu’ils fréquentaient le plus volontiers étaient la Wakāla al-Asyūṭī, la Wakāla Ḏūlfiqār Katḫudā (290 G 5), la Wakāla Bakīr (298 F 5), mais surtout la Wakāla al-Tuffāḥ (323 G 5) qui devait rester jusqu’à la fin du xixe siècle le centre du commerce syrien62 et la Wakāla al-Ṣābūn (343 F 5) qui avait de tout temps été liée au commerce syrien : après avoir connu une éclipse causée par la ruine de la Syrie à l’époque de Tamerlan, elle retrouva tout son lustre à l’époque ottomane. Aux xviie et xviiie siècles la plupart des commerçants de la Wakāla étaient Syriens et plus encore Palestiniens puisque, sur onze Palestiniens dont nous connaissons le lieu de travail, huit y étaient fixés, ce qui constitue un cas tout à fait exceptionnel de concentration géographique d’un métier et d’une communauté nationale. Cette double homogénéité professionnelle et nationale, permit aux tuğğār de la Wakāla al-Ṣābūn de se maintenir dans une certaine indépendance à l’égard des muḥtasib63. Leur esprit de corps fut fréquemment mis à l’épreuve car leur richesse, et le fait que le savon était un produit de première nécessité, amenèrent souvent les autorités à taxer cette denrée ou à frapper ses détenteurs de lourdes impositions64. Il n’est donc pas surprenant que le cheikh de la Wakāla, qui était en même temps cheikh des tuğğār en savon, fût un personnage considérable : l’autorité du Palestinien Aḥmad al-Zarū al-Ḫalīlī, qui exerçait ces importantes fonctions dans les dernières années du xviiie siècle, déborda largement dans le domaine politique pendant et après l’occupation française.

59La plupart des commerçants syriens habitaient les grandes Wakāla du Ğamāliyya (al-Ṣābūn, al-Tuffāḥ, al-Ğadīd), ou avaient des maisons dans les petites rues qui débouchaient sur les rues principales du quartier (Darb al-Qirmiz : 284 H 5/6 ; Darb al-Aṣfar : 324 G 5 ; Darb al-Baïḍā), donc de toute manière à proximité presque immédiate du lieu de leur travail : un certain nombre d’autres résidaient dans la région de Bāb al-Ša‘riyya, elle aussi proche du Ğamāliyya.

d) Autres étrangers musulmans

60En dehors des Turcs, des Maghrébins et des Syriens il y avait peu de musulmans non égyptiens au Caire et leur rôle économique, à en juger par les registres du Maḥkama, était très faible. On a d’autant plus de raisons d’en être surpris que, d’une part, les Hedjaziens, Persans, etc., étaient nombreux au Caire avant 1517 et que, d’autre part, les relations commerciales entre l’Égypte et l’Orient avait gardé toute leur importance.

61L’absence des tuğğār hedjaziens et yéménites avait vraisemblablement pour cause le partage de fait de la Mer Rouge que nous avons signalé plus haut, la partie située au nord de Yanbu’ étant réservée à la navigation et au commerce égyptiens, alors qu’au sud les négociants et marins orientaux ne connaissaient guère de concurrence.

  • 65 Ibn Iyās, IV, 126 (un tāğir, sans doute marchand d’étoffes) ; V, 120 (un fabricant de pâtés) ; 258 (...)
  • 66 La présence de Persans au Ḫān al-Ḫalīlī est cependant signalée par Bremond (Viaggi, 46), Davity (D (...)

62Ibn Iyās mentionne fréquemment les Persans et les décrit pratiquant le grand commerce des tissus et des marchandises importées d’Orient, mais aussi des métiers assez variés, dans les quartiers du centre du Caire. Léon l’Africain, dans les premiers temps de l’occupation ottomane, vit lui aussi de nombreux marchands originaires de Perse dans le Ḫān al-Ḫalīlī65. Mais en dépit du cosmopolitisme du commerce effectué dans ce caravansérail le nombre des marchands persans s’y réduisit ensuite à peu de chose66. Il ne paraît guère douteux que cette quasi-disparition eut pour causes essentielles d’une part l’antagonisme entre les Ottomans et les Séfévides, et d’autre part le détournement partiel du commerce oriental vers des routes terrestres plus septentrionales, du fait de l’irruption des Européens dans l’Océan Indien.

63Le nombre très réduit de négociants originaires de l’intérieur de l’Afrique ou de l’Iraq confirme les remarques qui ont été faites précédemment sur la limitation de l’aire d’activité commerciale égyptienne à l’époque ottomane.

4. LES ÉTRANGERS CHRÉTIENS

64Jusqu’au xviiie siècle les seules communautés chrétiennes étrangères importantes installées au Caire étaient les communautés grecque et arménienne, dont le rôle dans l’activité commerciale et artisanale au Caire restait d’ailleurs marginal. La situation changea dans les premières années du siècle avec l’apparition d’une communauté nouvelle, celle des chrétiens syriens, qui passa en quelques décades au premier plan de la vie économique et même politique du Caire.

a) Les Syriens chrétiens

L’essor de la communauté syrienne au Caire

65La plupart des chrétiens syriens (naṣrānī šāmī) qui résidaient au Caire au xviiie siècle appartenaient à la communauté grecque melkite, et c’est en général d’une manière erronée que les textes européens les qualifiaient de « maronites », confusion que leur commune qualité de catholiques rendait assez compréhensible de la part d’observateurs mal informés de la diversité des églises orientales.

  • 67 Voir, sur les circonstances de la scission en Syrie et sur les persécutions subies par les catholi (...)

66L’installation des chrétiens syriens en Égypte est en rapport direct avec les événements qui suivirent la division de la communauté melkite de Syrie en deux fractions, une orthodoxe et une catholique. Ce schisme se produisit en 1724 mais plusieurs années de lutte furent encore nécessaires aux catholiques syriens pour faire reconnaître par les autorités ottomanes une indépendance qui ne devint définitive qu’avec la nomination du patriarche catholique Cyrille Tanase (Kīrillos Ṭānās). D’autre part les catholiques furent longtemps en butte, en particulier à Alep, aux tracasseries et aux avanies des autorités orthodoxes, et surtout du patriarche d’Alep, Sylvestre, intronisé en 1724, qui se résignait difficilement à la diminution de son influence67. Il était donc normal que nombre de grecs melkites catholiques aillent chercher dans l’Égypte voisine, avec laquelle ils avaient déjà de solides relations, un asile contre ces persécutions. Les liens étroits que les uniates avaient avec les Francs devaient y faciliter le développement de leurs activités commerciales.

  • 68 A.H. Hourani a retrouvé dans les registres d’état civil de la communauté les traces de cette arriv (...)
  • 69 A.N., Caire, B 1 320, 11 septembre 1730 ; 321, 24 juillet 1730, 24 mars 1732.
  • 70 A.N., Alexandrie, B 1 103, 19 mars 1734.
  • 71 A.N., Caire, Β 1 329, 15 mai 1742.
  • 72 A.N., Caire, Β 1 330, 1er août 1752.

67Il y avait des chrétiens du Levant dans les principaux centres commerciaux égyptiens dès avant 1720 mais leur nombre était alors peu élevé et leur importance commerciale était réduite, encore qu’en progrès. C’est vers 1730 que la grande vague d’émigration de chrétiens syriens partie d’Alep commença à déferler sur l’Égypte, d’abord à Damiette et Rosette, qui étaient les antichambres du commerce syrien68. Leurs relations commerciales avec les Européens se développèrent avec rapidité. En 1731 ils jouaient déjà un rôle si actif dans le commerce français que les marchands, pour soutenir leurs affaires, s’avouaient contraints « de vendre à crédit aux marchands chrétiens d’Alep et de Damas » ; en temps de peste ils devaient se résigner à les loger dans la contrée de France, la crainte de perdre des débiteurs se révélant plus forte que la peur de la contagion. De fait les chrétiens syriens sont nombreux en 1732 parmi les débiteurs des marchands français Michel et Dou : « Mallem Elias de Michele Alepin », « Loutfy Nemer », « Gibran Fourzely », « Elias Medawwar »69. Maîtres d’une partie du commerce entre la Syrie et l’Égypte, intermédiaires de plus en plus entreprenants entre les négociants francs et le marché local, les chrétiens syriens commencent bientôt à tourner les yeux vers le marché européen : en 1734 une « compagnie de marchands maronites » se forme au Caire pour commercer avec l’Italie70. Tentative prématurée, mais en 1742 le consul de France d’Amirat note que les négociants chrétiens résidant en Égypte ont réussi à établir des relations commerciales régulières avec les maronites établis à Marseille, les négociants français servant de prête-nom moyennant commission : « George Seide » négociant « maronite » du Caire est en rapports avec un autre maronite établi à Marseille ; il a des correspondants à Damiette (« Ibrahim Kair ») et à Alexandrie (son parent « Joseph Bocti » autre « maronite » dont un frère était établi à Livourne et deux autres au Caire)71. Le développement de tels réseaux commence à provoquer l’agacement des consuls, et l’inquiétude des marchands français menacés dans leur monopole. Les négociants marseillais au Caire, écrit Joinville en 1752, « se sont laissés surprendre par des censaux chrétiens d’Alep qui n’ont en vue que leur intérêt. Depuis l’introduction en ce pays de ces chrétiens, pleins de ruse et de mauvaise foi, le commerce en général a été porté vers sa ruine »72.

  • 73 Ce manuscrit décrit en détail les démêlés entre les chrétiens syriens et les orthodoxes.
  • 74 A.N., Caire, B 1 330, 5 et 7 septembre 1753 ; 331, 20 et 29 avril, 1er août ; 7 novembre, 9 décemb (...)

68En même temps que leur commerce connaissait un brillant essor, les melkites s’efforçaient de se constituer en communauté religieuse, et donc en unité administrative, indépendante de la communauté grecque orthodoxe, la seule que reconnussent les autorités ottomanes qui étaient naturellement fort indifférentes aux questions d’orthodoxie religieuse en ce qui concerne les chrétiens, mais qui étaient très préoccupées par les problèmes du maintien de l’ordre ou de la levée régulière des taxes auxquelles les ḏïmmī étaient soumis. Dans cet effort tenace pour s’affranchir de la tutelle du patriarche grec, les Syriens catholiques ne pouvaient que s’appuyer sur la Mission des Pères de Terre Sainte, et sur les consuls de France, protecteurs tout désignés des latins. La résistance non moins opiniâtre des patriarches grecs, se justifiait d’une part par leur volonté de ne pas consentir à une réduction de leur autorité religieuse et politique, et d’autre part par leur souci de ne pas renoncer aux avantages matériels que leur valait leur contrôle sur une communauté dont la prospérité se développait rapidement. Le conflit se prolongea pendant une vingtaine d’années, avec des phases alternées de progrès des catholiques syriens et de réactions des patriarches : « concordat » conclu après 1730 autorisant les catholiques à recourir au ministère des latins, mais les soumettant en ce qui concerne les droits pécuniaires au patriarche et aux prêtres grecs ; refus du nouveau patriarche grec de consentir au maintien d’un « règlement peu convenable » ; consultation demandée vers 1740 par les catholiques aux muftī des quatre écoles et tendant à leur permettre de fréquenter les églises latines, pour la raison que les patriarches envoyés de Constantinople « n’entendent point l’arabe qui est la langue du pays dans laquelle les chrétiens qui y sont nés font même la liturgie et leurs offices », permission qui leur est accordée ; nouvelle rupture enfin en 1748 entre le patriarche grec et les chrétiens latins qui sont mis en demeure d’opter : « les chrétiens grecs qui nous sont demeurés attachés (ce sont pour la plupart de gros négociants d’Alep et de Damas établis ici) ont cessé toutes liaisons avec leur Patriarche, et n’ont plus reconnu que nos missionnaires » constate, au début de 1749, l’auteur de la Relation du Caire73. Par un ḫaṭṭ šarīf sollicité à Istanbul par le patriarche des Grecs et promulgué au Caire en 1753, on tenta d’empêcher les « chrétiens catholiques... venus de Damas et d’Alep en Égypte » de fréquenter les églises des Francs et de recourir au ministère de leurs prêtres, ce à quoi les poussaient les religieux de Terre Sainte : on enjoignit aux « chrétiens catholiques [orientaux d’] aller dans les églises grecques et [d’]abandonner les latines ». Mais les catholiques syriens se tirèrent d’affaire au moyen d’un « arrangement » qui devait leur procurer la protection de certains ‘ulamā’, et qui leur coûta 10.000 sequins, outre l’avanie à laquelle ils durent se résigner tout comme les religieux. Les menaces des autorités grecques orthodoxes, mollement appuyées par les gouvernants locaux qui étaient surtout intéressés par les levées de fonds que leur permettaient de faire les circonstances, si elles pouvaient intimider temporairement les Syriens catholiques, ne pouvaient arrêter un mouvement désormais irrésistible vers l’autonomie religieuse74.

Les Syriens s’emparent des douanes

  • 75 C.C.M., J 623, juin 1751. A.N., Caire, Β 1 332, 5 avril 1757.

69Vers le milieu du siècle la puissance commerciale des Syriens catholiques s’était affirmée. La revente des draps, qui constituaient l’essentiel des importations des négociants francs, était passée presque totalement sous leur contrôle : « Il n’y a presque que les chrétiens de Syrie qui soient en possession d’en faire dans le pays », constatait la Nation française en 1751. Quelques années plus tard, en 1757, les marchands français relevaient que les chrétiens syriens « par leurs intrigues s’étaient emparés presque entièrement du commerce que la place de Livourne fait avec l’Égypte » et craignaient de les voir bientôt faire venir directement des draps français75.

  • 76 A.N., Caire, Β 1 328, 24 octobre 1748 ; Alexandrie, Β 1 107, 1er février 1752.
  • 77 A.N., Alexandrie, Β 1 110, 23 novembre 1768. C.C.M., J 628, 9 et 28 septembre 1769. Voir Ğabartī, (...)

70C’est à Damiette, devenue leur fief, que les Syriens franchirent un nouveau pas vers le contrôle du commerce égyptien. Un peu après 1750 Mikael Faker (Miḫā’il Faḫr), « un Grec de Syrie », qui avait déjà réussi à se faire attribuer le privilège de charger le riz à Damiette, obtenait des autorités du Caire la douane de cette Échelle, portant ainsi le premier coup au monopole dont les juifs jouissaient traditionnellement76. Quelques années plus tard, se produisit l’événement décisif dans l’ascension des chrétiens syriens : ayant retiré les douanes aux juifs, peut-être sur l’instigation de Faḫr, ‘Ali Bey les confia en septembre 1769 (correspondant à tût, mois de renouvellement des fermages) à Miḫā’il Faḫr et Yūsuf Bītār al-Ḥalabī, deux Syriens catholiques77. Aucune explication ne nous est donnée sur les raisons profondes d’un changement qui était une véritable révolution puisqu’il signifiait la substitution des chrétiens syriens aux juifs comme auxiliaires des gouvernants. On peut penser d’abord que les juifs qui étaient, depuis un siècle, liés à l’odjaq des Janissaires subirent le contrecoup de son élimination comme facteur dominant dans la vie politique du Caire par ‘Alī Bey en 1768 et 1769. D’un autre côté ‘Ali Bey ne pouvait qu’être tenté de s’associer la puissance financière des chrétiens syriens que leur réussite commerciale dotait d’énormes moyens matériels, à un moment précisément où sa grande politique extérieure requérait des ressources considérables. L’influence qu’exerçaient déjà sur lui certains Syriens, et les vues que ‘Ali Bey commençait à avoir sur la Syrie, pesèrent sans doute aussi d’un certain poids dans sa décision.

  • 78 Čabartī, II, 90-1 (traduction : IV, 143-4). Ces sentiments sont exprimés à propos de l’aventure du (...)
  • 79 Volney, Voyage, 128. A.N., Caire, B 1 335, 6 avril 1773.

71Sur l’influence dont jouirent alors les chrétiens indigènes au Caire nous avons le témoignage de Ğabartī qui exprime d’une part sa nostalgie d’une époque révolue où « l’autorité des musulmans était très grande » (kāna iḏ ḏāka šawkat al-Islām qawiyya) et d’autre part son amertume à constater la puissance présente des chrétiens : du temps de ‘Alī Bey « les chrétiens étaient très influents » (wa irtafa‘a ša’n al-naṣārā fī ayyāmihi)78. Et le commentaire de Volney : « Leur modestie et leur économie mirent [les Syriens chrétiens] à portée de s’emparer d’une branche de commerce, puis d’une autre ; enfin ils se trouvèrent en état d’affermer la douane lors du désastre des juifs ; et de ce moment ils ont acquis une opulence et pris des prétentions qui pourront finir par le sort des juifs ». En réalité, bien que la chute de ‘Alī Bey eût paru fournir à la population musulmane l’occasion de manifester sa rancune contre les chrétiens, la position des Syriens fut peu affectée et ils conservèrent sous Muḥammad Bey et ses successeurs toute leur influence économique et politique. Le consul d’Amirat, narrant en 1773 un complot avorté contre les deux chrétiens syriens qui détenaient alors les douanes de l’Égypte, remarquait que Yūsuf Bïṭār et Miḫā’il Ğamal étaient devenus « les Ministres presque absolus de ce gouvernement »79.

  • 80 A.N., Alexandrie, Β 1 113, 2 février 1783, 2 janvier 1784. Volney, Voyage, 128. Venture de Paradis(...)

72A la mort de Bïṭār et de Ğamal (1774), les douanes passèrent à Anṭūn Fara‘ūn al-Qassīs : né à Damas de parents catholiques, et venu fort jeune au Caire, où il fut attaché à la douane comme premier commis, il devint à vingt-cinq ou vingt-six ans le maître des douanes et du commerce de l’Égypte, l’homme de confiance d’Ibrāhīm et Murād Bey. Pour donner une idée de sa puissance financière, il nous suffira de remarquer que, d’après Venture de Paradis, il affermait les douanes d’Alexandrie, de Rosette, de Būlāq et de Damiette (seule celle de Suez lui échappait) pour la somme de 1.500 bourses (37,5 millions de paras). Le crédit dont il jouissait lui permettait de « mettre ses compatriotes en possession de presque toutes les branches du négoce de l’Égypte ». Son départ précipité pour Livourne en 1784, peut-être pour échapper lui-même à une avanie projetée par ‘Uṭmān Bey, et pour mettre à l’abri des biens que Volney évaluait à 3 millions80, ne compromit pas durablement la fortune des catholiques syriens, pas plus d’ailleurs que l’arrivée, deux ans plus tard, du qapūdān pāšā au Caire qui paraissait inaugurer une période de réaction marquée contre l’influence jugée excessive des chrétiens dans le gouvernement de l’Égypte. A travers des difficultés et des avanies passagères, d’autres grands douaniers, Yūsuf Kassāb, Miḫā’il Kaḥīl, etc., perpétuèrent, après Fara‘ūn, le monopole des Syriens sur les douanes et leur domination sur le commerce extérieur de l’Égypte.

Les Syriens vers la fin du siècle

  • 81 A.N., Alexandrie, Β 1 112, 13 septembre 1781.

73Le consul Mure décrivait comme suit la position des Syriens en 1781 : « Il y a environ dix ans que les Douanes d’Égypte sont entre les mains des catholiques syriens établis en ce pays. Depuis cette époque il s’est fait une transmigration continuelle de cette nation en Égypte où elle suit constamment le projet de s’emparer de tout le commerce... Dans l’espace de trois à quatre ans ils se sont emparés de tout le commerce qui se fait avec l’Inde et l’Arabie par la Mer Rouge, de celui de Syrie, d’une partie de celui de Smyrne ; celui de Barbarie, qui est très considérable, sera bientôt entièrement entre leurs mains. Ils font presque tout celui de Livourne et par conséquent celui d’Angleterre qui y correspond. Ils partagent celui de Venise avec les sujets de la République et ils viennent de former un établissement à Trieste... Il n’y a que le commerce de France qu’ils aient convoité en vain ». Mais Mure ajoutait que si les Syriens arrivaient à s’introduire dans le commerce des Français ils les chasseraient du Caire dans les six mois81.

  • 82 Ḥannā Zanānīrī, directeur de la douane d’Alexandrie, sollicitait, en 1784, un « barat » de drogman (...)
  • 83 A.N., Alexandrie, B 1 113, 19 août 1783.
  • 84 A.N., Alexandrie, B 1 113, 4 janvier 1785.
  • 85 A.N., Alexandrie, B 1 113, 2 et 6 février, 28 août 1783. Voir plus haut, chapitre IV, p. 154.
  • 86 Voir par exemple les documents relatifs à la faillite Sanguin (A.N., Caire, B 1 335, 4 et 8 févrie (...)

74Ce tableau n’était pas inexact. Le commerce de la Syrie était depuis longtemps monopolisé par les chrétiens syriens, damasquins et alépins, qui avaient des établissements à Damiette. Le grand douanier syrien avait sous son contrôle les principaux officiers de la ville qu’il pouvait apparemment faire rappeler s’ils étaient indociles. Les rapports étroits que les Syriens avaient noués avec les négociants francs dont ils avaient été les intermédiaires leur avaient permis de s’introduire progressivement dans le commerce avec l’Europe : accédant vers 1780 au statut de « protégés », les Syriens concurrençaient les Européens sur leur propre terrain82. Les chrétiens syriens achetaient les draps apportés de Marseille avec du coton qu’ils faisaient venir de Syrie et dont ils expédiaient eux-mêmes une partie sur la France, cependant que les draps étaient envoyés à la Mekke pour être échangés contre des épices et du café83. Nous avons évoqué plus haut la pénétration des chrétiens syriens dans le commerce oriental, jusque-là « chasse gardée » des tuğğār musulmans, qui constituait le signe le plus manifeste de leur accession à la grande puissance commerciale : lorsqu’en 1785 la caravane de la Mekke avait été pillée par les bédouins on avait estimé à plus d’un million la perte subie par les « chrétiens du pays »84. Les chrétiens syriens commencèrent même à user de leur influence sur les Puissances pour favoriser une ouverture de la Mer Rouge au commerce européen dont ils espéraient un développement de leurs opérations, mais sans succès85. Les capitaux qu’avaient amassés les chrétiens syriens grâce à leur activité commerciale leur permettaient d’assumer sur la place du Caire les fonctions financières qui avaient longtemps été dévolues aux juifs : dans les bilans des commerçants francs, dans les emprunts contractés par la Nation française on trouve, à partir de 1770, un nombre de plus en plus considérable de Syriens chrétiens, ce qui témoigne à la fois de l’étroitesse de leurs rapports d’affaires avec les Francs et de l’importance de leur activité comme prêteurs de fonds86.

  • 87 A.N., Caire, Β 1 335, 6 avril 1774. Les consuls de France, dont nous avons utilisé les rapports po (...)
  • 88 En 1782, par exemple, ils restaurèrent leur hospice d’Alexandrie avec l’argent procuré par les Syr (...)
  • 89 A.N., Alexandrie, B 1 114, 29 mars, 10 juillet 1790, 14 octobre 1791.

75Après avoir lutté avec persévérance pour faire accepter leur divorce d’avec l’église grecque orthodoxe, en cultivant l’appui des religieux de rite latin et des consuls de France, les grecs melkites devaient s’efforcer, pendant les deux dernières décades du xviiie siècle, de s’émanciper de la tutelle des latins qui était à son tour supportée avec impatience : la brillante réussite financière et économique de la communauté n’était évidemment pas étrangère à cette aspiration à l’autonomie complète que les particularités de son rite et son esprit d’indépendance rendaient à peu près inévitable. Vers 1774, les grecs catholiques ayant exprimé le désir que le culte fût confié à des curés de leur rite, les religieux de Terre Sainte tentèrent d’obtenir l’exil de ces prêtres, représentés comme des perturbateur de l’ordre public. Mais « l’intrigue » fut connue des douaniers qui dirigeaient en fait la communauté et protégeaient leurs curés : ils laissèrent entendre qu’ils envisageaient de faire exiler le supérieur de l’hospice et l’affaire se calma87. En 1781 le Grand Douanier obtint que les prêtres melkites « fussent admis à dire la messe et à faire toutes les fonctions de leur rite dans l’Église de Terre Sainte », convention qui fut approuvée à Jérusalem et à Rome. Les religieux de Terre Sainte, qui tiraient de grands profits de la protection qu’ils accordaient aux melkites88, s’efforcèrent de remettre cet accord en cause après la reprise en mains des affaires égyptiennes par le qapūdān pāšā, en 1786 : ils tentèrent d’interdire leur église aux prêtres melkites, ce qui provoqua un si grand scandale et un si vif mécontentement des chrétiens syriens que le consul de France intervint et imposa en 1788 aux parties en présence un compromis accordant aux prêtres grecs melkites la disposition de l’église latine à certaines heures. Les religieux de Terre Sainte le remirent cependant très vite en cause en invoquant comme prétexte les « vues ambitieuses » des prêtres grecs melkites, mais, comme entre-temps la « révolution » de 1791 avait rendu aux Syriens « encore plus de crédit en Égypte qu’ils n’en avaient précédemment », il parut prudent de ne pas revenir sur les accords conclus en 178889. Un demi-siècle après avoir obligé les orthodoxes à reconnaître leur existence légale, les grecs melkites étaient donc parvenus à s’affranchir du pesant contrôle des latins.

Nombre, origines et activités

  • 90 A.N., Caire, B 1 336, Notice de Digeon (1778). Volney, Voyage, 127-8. Jomard, Ville du Kaire, 678, (...)

76Très peu nombreux vers 1730, époque à laquelle, d’après Volney, le nombre de leurs familles ne dépassait pas 2 ou 3, les Syriens chrétiens se multiplièrent au Caire, au fur et à mesure que se développait leur rôle commercial. Digeon, dans sa Notice de 1778, estime à 4.000 le nombre des « chrétiens indigènes » qui, les coptes n’étant pas compris dans ce chiffre, étaient pour la plupart des chrétiens syriens. Ce chiffre n’est pas très éloigné de l’évaluation de Volney (500 familles en 1784), et il concorde très exactement avec celle de Jomard dans la Description de l’Égypte : 5.000 grecs catholiques de Syrie et maronites90.

77L’étude de l’origine géographique des Syriens chrétiens amène à des constatations semblables à celles que nous avons faites à propos des Syriens musulmans. Sur 29 chrétiens syriens étudiés entre 1701 et 1798, 18 sont simplement qualifiés de naṣrānī šāmī et pouvaient donc venir en bonne partie de Damas ; un seul cependant est désigné comme Dimašqī, par contre neuf sont dits Ḥalabī, ce qui confirme l’importance du courant d’émigration en provenance d’Alep. Enfin nous n’avons trouvé qu’un chrétien originaire du Liban actuel, un Ğbaïlī (originaire de Ğbaïl/Byblos) : le petit nombre des immigrés « libanais » était également, nous l’avons vu, une des caractéristiques de la communauté syrienne musulmane.

  • 91 Tribunal, ‘Arab., v. 95, 178 (1730).
  • 92 Girard, Mémoire, 618.

78Les Syriens chrétiens s’adonnaient d’une manière presque exclusive au commerce des étoffes et plus particulièrement à celui des étoffes importées d’Europe. Sur 26 Syriens chrétiens dont nous connaissons la profession au xviiie siècle, 16 étaient commerçants en étoffes, et sur ce nombre 7 au moins, qualifiés de ğūḫī ou de tāğir fi l-ğūḫ, étaient spécialisés dans la revente des tissus francs. Nous avons relevé par ailleurs deux ḥarīrī, spécialisation qui est naturellement liée au commerce syrien de la soie. La même remarque vaut pour les marchands de tabac (daḫāḫinī) qui étaient au nombre de quatre, cette activité étant la seconde en importance. Les autres Syriens chrétiens exerçaient le petit commerce et certaines « professions libérales » comme celle de médecin : c’est ainsi qu’avant 1730 le ḏimmī Ğirğīs b. Qassīs al-Ḥalabī était ḥakīm bāšī91. Par contre les chrétiens syriens n’avaient que peu d’activités artisanales : l’affirmation de Girard suivant lequel les orfèvres, les bijoutiers, les lapidaires étaient des chrétiens de Syrie (et des Arméniens) n’est corroborée par aucun document d’archives, et peut résulter d’une confusion avec les chrétiens locaux coptes92.

  • 93 Tribunal, ‘Arab, v. 73, 513 (1701).
  • 94 Tribunal, ‘Arab., v. 127, 336 (1788). La succession de Na’mat al-Ṣubḥānī était la neuvième en impo (...)
  • 95 Vincennes B 6 38, 1799. Nous avons noté (p. 321, note 4) que lors du pillage des souqs du Caire en (...)
  • 96 Vincennes B 6 45, 14 juin 1800.

79Du fait de leur spécialisation dans le grand commerce, les Syriens chrétiens étaient devenus en quelques dizaines d’années une des communautés les plus riches du Caire. Leur progression de ce point de vue est d’une remarquable régularité : à notre connaissance, c’est en 1701 qu’apparaît dans les registres du Maḥkama le premier naṣrānī šāmī, un ḥarīrī à la Wakāla al-Šīšīnī, dont la succession s’élève au chiffre modeste de 7.196/5.613 paras93. Les suivants sont plus pauvres encore : un marchand de tissus (3.430/3.190 paras en 1705), un daḫāḫinī (1.144/ 972 paras en 1719). Entre 1725 et 1730 nous avons relevé 4 successions de Syriens chrétiens (contre 8 de Syriens musulmans), d’une importance moyenne de 13.150 paras (moins du tiers de la moyenne des Syriens musulmans), la plus considérable, celle d’un tāğir fi l-ğūḫ du Bunduqāniyyīn s’élevant à 26.750/20.338 paras. Dans la période de référence suivante (1747-1756) le nombre des successions de Syriens chrétiens relevées est de 6 (contre 7 successions de Syriens musulmans), mais leur importance moyenne reste faible : 19.348 paras (un peu moins de la moitié de la moyenne des musulmans). Le plus riche de ces Syriens est alors un détaillant en étoffes à la Wakāla Qāsim Katḫudā, que sa succession de 106.145/64.748 paras (en 1756) place parmi les commerçants moyens. C’est à partir de 1760 que la puissance économique de la communauté paraît s’affirmer. Entre 1776 et 1798 nous avons trouvé dans le Maḥkama 15 successions de Syriens chrétiens (contre 16 de Syriens musulmans) : le montant moyen de leurs successions (229.248 paras) dépasse désormais largement celui des successions des Syriens musulmans (162.355 paras), et nettement même celui des successions de Maghrébins (213.173). Le plus riche des Syriens chrétiens mentionnés dans les registres du Maḥkama, Na‘mat al-Ṣubḥānī, ğūḫī au Ḥamzāwī, laisse en 1788 une succession de 2.569.410/1.233.317 paras, une des plus importantes de cette époque94. On se faisait à la fin du siècle une haute idée de la prospérité de la communauté syrienne chrétienne : la « Nation syrienne ou damasquine » se vit octroyer 2 1/2 « kirats » sur les 24 de la Ferme générale projetée en 1799, soit presque autant que les « marchands » (tuğğār : trois parts) et que les coptes (trois et demi)95. Au moment de la révolte de 1800, 143 résidences de chrétiens du Caire, et surtout de Syriens catholiques, furent pillées : les pertes subies furent alors estimées par eux à une moyenne d’environ 275.000 paras (valeur de 1800) par maison ; même si ce montant était quelque peu exagéré en vue d’une éventuelle indemnisation, il donne néanmoins un aperçu du degré de prospérité qu’ils avaient alors atteint96.

Localisation des Syriens chrétiens

  • 97 A.N., Caire, Β 1 321, 24 mars 1732.
  • 98 Paton, A History of the Egyptian Révolution, II, 287. Également : Ğabartī, III, 151, IV, 233-4, 25 (...)

80Dès les premiers temps de leur installation au Caire, les Syriens chrétiens s’établirent à proximité des principaux centres commerciaux de leurs compatriotes musulmans : dans les caravansérails du Bunduqāniyyīn, à proximité du Ḫān al-Ḥamzāwī, en particulier dans la Wakāla Qāsim Katḫudā qui jusqu’à la fin du xviiie siècle paraît avoir été réservée aux Syriens chrétiens marchands de tissus européens ; dans les Wakāla du Ğamāliyya, Wakāla al-Tuffāḥ, Wakāla al-Šīšīnī (124 F 4/5), Wakāla al-Ḥāğğ Muḥsin Ramaḍān (349 F 5). Les Syriens chrétiens s’introduisirent très vite dans le Ḥamzāwī lui-même, alors sanctuaire du commerce syrien : un document consulaire de 1732 mentionne la présence dans le « Kanzawwi » de « Moussef dit Loutfy Nemer » et de « Gibran Fourzely »97. Mais c’est seulement vers 1760 que l’implantation des Syriens chrétiens au Ḥamzāwī devint si exclusive que les Syriens musulmans en disparurent presque totalement : les documents du Maḥkama que nous avons consultés ne mentionnent au Ḥamzāwī, entre 1679 et 1760, aucun Syrien chrétien ; de 1760 à 1798 sur 17 commerçants localisés dans le ḫân, 11 sont Syriens ou Palestiniens chrétiens, deux seulement musulmans. Entre 1776 et 1798 la presque totalité des Syriens chrétiens dont le lieu de travail est connu (quinze) sont concentrés dans le Ḫān (dix) et dans les Wakāla voisines (deux). Le Ḫan al-Ḥamzāwī devait conserver jusqu’à la fin du xixe siècle cette empreinte syrienne chrétienne : Paton, vers 1840, n’y trouvera à peu près que des boutiques de chrétiens de Damas et y signalera un seul boutiquier musulman98.

  • 99 Jomard, Ville du Kaire, 678.

81Les quartiers d’habitation des Syriens chrétiens, dont nous venons de constater la forte concentration professionnelle, étaient également bien délimités et peu nombreux. La plupart des Syriens du Caire résidaient dans la région située à proximité du Ḫalīğ, entre le Qanṭara al-Ğadīda (260 G 8) et le quartier du Mūskī (I 8), c’est-à-dire sur l’emplacement même du quartier copte (42 G 8/9) et du quartier franc (24 G/H/I 9). La présence des Francs, avec qui les Syriens chrétiens entretenaient des relations commerciales étroites et dont ils recherchaient la protection, justifiait en partie cette localisation. D’autre part c’est dans le quartier franc que s’élevaient les deux églises catholiques que fréquentaient les Syriens catholiques : église du couvent de la Propagande (Daïr al-Ṣuġayyir, 31 H 9) et église du couvent de la Terre Sainte (Daïr al-Kabīr, 32 H 9)99. Enfin ce quartier était situé à proximité presque immédiate du Ḫān al-Ḥamzāwī. Un certain nombre de Syriens chrétiens habitaient la Birka al-Azbakiyya près des deux quartiers coptes.

Organisation de la communauté

  • 100 Vincennes, B 6 60, document non daté de 1800 : ces naṣārā al-šawām comprenaient apparemment des la (...)
  • 101 Ğabartī, IV, 199 (1813) et 250 (1816).

82Il n’est pas certain que les Syriens chrétiens aient eu une existence officielle en tant que communauté (tâ’ifa) car du point de vue des autorités ottomanes la seule communauté reconnue était celle des grecs orthodoxes dont les catholiques s’étaient séparés. Les premières mentions d’une tâ’ifat al-Naṣārā l-šawām ne remontent qu’au début du xixe siècle100 ; il est également très significatif qu’il ne soit question d’une corporation des marchands (tuğğār) du Ḥamzāwī, ou des chrétiens (naṣārā) du Ḥamzāwī, que plus tard encore101.

  • 102 Ğabartī, II, 151 ; III, 12.
  • 103 Vincennes, Β 6 10, 19 octobre 1798 ; Β 6 44, 15 mai 1800 ; Β 6 53, 25 septembre 1800.
  • 104 A.N., Β 1 114, 29 mars 1790.

83Mais à défaut de statut tout à fait régulier, la communauté des Syriens chrétiens jouissait d’une existence de fait ainsi qu’on put le constater lorsque les gouvernants, en mal d’argent, mirent à contribution tout ce qui existait au Caire de ṭawā’if professionnelles ou nationales et religieuses : tels Ismā’īl Bey qui, en octobre 1787, projette un énorme « emprunt » portant sur un certain nombre de ṭawā’if dont celles des naṣārā l-šawām ; ou Bonaparte qui, en juillet 1798, demande au Divan un emprunt de 500.000 riyāl à lever sur les tuğğār musulmans et les chrétiens coptes et syriens (al-Naṣārā l-qubṭ wa l-šawām)102. L’existence de chefs reconnus de la communauté n’est pas attestée avant 1798 : c’est dans les documents de l’Expédition qu’il est pour la première fois question d’un « chef des négociants de Damas au Kaire » (Michel Kail/ Mihâ’il Kaḥīl en 1798), ou d’un « chef de la Nation des Damasquins » (Michel Kail en 1798 ; Joseph Phara ou Faraah/Yūsuf Farḥāt, en 1800), doté des attributions ordinaires des cheikhs de tâ’ifa et chargé en particulier de répartir les contributions sur ses compatriotes103. Mais bien avant 1798 la communauté des chrétiens syriens était en fait dirigée par ses membres les plus en vue et les plus influents, qui étaient habituellement les préposés aux douanes : « Le grand Douanier, remarquait le consul de France en 1790, est ordinairement le chef de la Nation »104. A ce titre il représentait, et défendait, les intérêts de ses coreligionnaires auprès des autorités, et inversement il remplissait auprès d’eux les tâches administratives et fiscales dont le chargeaient les gouvernants.

b) Les Grecs

  • 105 C.C.M., J 1648, Mémoire (1670). Jomard, Ville du Kaire, 678, 694.

84Les naṣrānī rūmī, qui dans les documents français de l’Expédition sont généralement qualifiés de « grecs schismatiques », formaient au Caire une communauté nationalo-religieuse importante : un document de 1670 estime leur nombre à 3.000 familles, ce qui est sans doute excessif ; l’évaluation de la Description de l’Égypte (5.000 personnes, soit autant que les Syriens chrétiens) paraît plus vraisemblable105. Il y avait sans doute également un nombre assez important de négociants grecs qui venaient s’installer temporairement au Caire pour leurs affaires.

  • 106 Vincennes Β 6 12, 24 novembre 1798.

85Bien qu’elle ait laissé peu de traces dans les archives du Maḥkama, l’activité commerciale des Grecs était importante. Poussielgue, saisi des plaintes des négociants grecs qui protestaient contre la lourdeur de leurs impositions, écrivait à Bonaparte en novembre 1798 que, d’après des recherches faites dans le registre de la douane de Būlāq, il y était « passé pour leur compte des marchandises pour une somme de 842.721 livres », soit environ 23,6 millions de paras, pendant une durée d’un an106. L’essentiel du trafic des négociants grecs portait sans doute sur le commerce intérieur entre l’Égypte et la Turquie d’Europe et d’Asie, dans la partie orientale du bassin de la Méditerranée, zone dans laquelle la navigation grecque était très active, mais nous n’avons trouvé aucune indication concernant les relations éventuelles entre les Grecs du Caire et la « Nation grecque » d’Istanbul dont le rôle commercial était si grand. Les Grecs servaient par ailleurs d’intermédiaires entre les négociants francs et les commerçants indigènes. Toujours d’après Poussielgue, les six négociants grecs les plus aisés avaient fait depuis l’arrivée des Français un volume de transactions évalué à 60.000 livres, soit 1.680.000 paras, ce qui les plaçait parmi les commerçants riches du Caire.

  • 107 Jomard, Ville du Kaire, 707. Clot Bey, Aperçu, II, 310. Clerget, Le Caire, II, 257. Lascaris (à pr (...)
  • 108 Coppin, Relation de Voyages, 211. A.N., Caire, B 1 313, 1687.

86Les Grecs étaient d’autre part spécialisés dans divers artisanats liés à l’habillement. Sur ce point les indications, assez peu nombreuses, trouvées dans le Maḥkama confirment les renseignements donnés par les voyageurs et par la Description. C’étaient des Grecs qui exerçaient au Caire, et d’une manière presque exclusive, le métier de fourreurs (farrā’) : ils étaient établis dans deux Wakāla al-Farrā’iyyīn (34 Ρ 5 et 49 R 10)107. Beaucoup étaient tailleurs (ḥayyāṭ), fabricants et marchands de bonnets dits ṭawāqī108, et tisserands (ḥarīrī). Comme la plupart des minoritaires, les Grecs travaillaient également les métaux précieux.

  • 109 Tribunal, ‘Arab., v. 63, 324-5.
  • 110 Vincennes, Β 6 38, 1799 ; Β 6 60, 12 octobre 1800. A une époque un peu plus ancienne (donc avant l (...)

87Les artisans grecs étaient souvent des gens de conditions modeste. Les archives du Maḥkama nous ont conservé les successions d’un groupe de chrétiens grecs morts en 1686, un marchand de bonnets (ṭawqğī) à Ḥāra al-Rūm, et deux tailleurs au Ḫān al-Ḫalīlī et à Ḥāra al-Rūm, dont les successions s’élevaient respectivement à 235, 389 et 333 paras, chiffres qui figurent parmi les plus bas que nous ayons rencontrés109. Mais certains ḥarīrī et marchands de tissus étaient au contraire très à l’aise. Au total la communauté des Grecs chrétiens faisait bonne figure au Caire : Lascaris, dans son projet de Ferme générale, leur attribuait en 1799 un qīrāṭ ; un an plus tard Menou, créant son « imposition personnelle », décidait que la Nation grecque (ṭā’ifat al-Arwām) devrait payer 50.000 francs, la Nation juive 30.000 et la « Nation syrienne et damasquine » 150.000110. La comparaison de ces divers chiffres paraît indiquer que, en ce qui concerne la puissance matérielle, les Grecs se plaçaient entre les Syriens et les juifs.

  • 111 Jomard, Ville du Kaire, 677, 725. Index du Bulletin du Comité (1914), 150.

88Les centres principaux de l’activité des Grecs étaient d’une part le Ğamāliyya (dans les Wakāla al-Kurdï, Muhsin Ramadan, et Ruhbân), et d’autre part le Ḫān al-Ḫalīlī, hauts lieux du commerce international au Caire. Le quartier grec traditionnel, le Ḥāra al-Rūm, s’étendait à l’est du Sukkariyya (213 et 265 M 6). C’est là qu’habitait le patriarche grec orthodoxe (204 M 5). Toutefois l’église des Grecs (kanīsat al-Rūm) était située près du Ḥamzāwī (452 Κ 7) : le dimanche on y célébrait l’office en grec et en arabe. C’était la seule église grecque au Caire, mais il y en avait également au Vieux Caire. Il semble cependant que, au xviiie siècle tout au moins, beaucoup de Grecs habitaient dans le Ğamāliyya où ils travaillaient ; Jomard signale que les Grecs descendaient volontiers à la Wakāla al-Ruhbān (127 F 4) ; d’autre part le plan de la Description mentionne des « Grecs » tout près de là (129 F 4). C’est pour cette raison sans doute qu’une partie du quartier de Ğuwāniyya (118 G 4) a gardé jusqu’à notre époque le nom de Ḥāra al-Rūm al-Ğuwāniyya111.

  • 112 Ğabartī, II, 151.
  • 113 Vincennes, B 6 12, 24 novembre 1798. On penserait volontiers que ce rattachement des Grecs aux Dam (...)

89Traditionnellement les chrétiens grecs formaient une communauté placée sous l’autorité de son chef religieux, le patriarche grec. C’est surtout à propos de ses obligations fiscales que la communauté des chrétiens grecs apparaît dans les textes, par exemple en 1787 à l’occasion de la levée projetée sur l’ensemble des ṭawā’if professionnelles, nationales et religieuses du Caire112. L’essor des Syriens chrétiens amena un renversement complet dans l’importance relative des différentes communautés chrétiennes : on ne peut s’expliquer autrement le fait qu’en 1798 les Grecs aient été compris, semble-t-il, dans la communauté des négociants de Damas, ce qui les amena à protester contre l’oppression financière que les Damasquins, assuraient-ils, faisaient peser sur eux113. Par un étonnant retournement des choses, les chrétiens grecs étaient donc tombés, à la fin du siècle, sous la dépendance administrative des Syriens chrétiens dont, cinquante ans avant, ils avaient si fortement contesté les aspirations à l’autonomie religieuse.

c) Les Arméniens

  • 114 Le rôle apparemment très réduit des Arméniens dans le grand commerce au Caire ne correspond pas à (...)

90Les naṣrānī armanī constituaient au Caire une communauté installée là de longue date, mais assez peu nombreuse : leur rôle économique était assez réduit, encore que non dénué d’importance dans la mesure où les Arméniens exerçaient certaines activités artisanales très spécialisées dont ils avaient traditionnellement le monopole114.

  • 115 C.C.M., J 1648, Mémoire (1670). Jomard, Ville du Kaire, 678, 694.
  • 116 A.N., Caire, B 1 336, Notice de Digeon, 1778.
  • 117 A.N., Caire, B 1 332, 3 juin 1758.
  • 118 Hasselquist, Voyages, I, 151.

91Le « Mémoire » de 1670 estimait le nombre des Arméniens du Grand Caire à 6 ou 700 familles : cette évaluation ne diffère pas sensiblement de celle que donne Jomard un siècle plus tard, 2.000 chrétiens d’Arménie115. Les membres de cette Nation « sage, modeste, frugale, économe » mais « extrêmement intéressée », notait Digeon en 1778116, pratiquaient un petit nombre de métiers. La plupart d’entre eux étaient bijoutiers ou orfèvres ; sur ce point, les informations glanées dans le Maḥkama confirment entièrement les impressions des voyageurs : 7 des 15 Arméniens dont nous avons relevé la profession étaient ṣâ’ig (six) ou ğawharğī. Presque tous les horlogers du Caire appartenaient à cette communauté : en 1758 le ḫaznadār de ‘Alī Bey, pour s’excuser de l’avanie qu’il avait infligée à Branque, horloger français, disait qu’il l’avait cru Arménien « comme tous ceux de ce pays »117. Les Arméniens, comme les Grecs, exerçaient également le métier de tailleur. Ils jouaient apparemment un rôle assez actif dans le bâtiment : « Les Turcs ne savent ni tailler les pierres ni les placer. Les Arméniens sont leurs architectes », remarquait, non sans exagération, Hasselquist, qui attribuait ces aptitudes à leur inclination naturelle pour cet art et à leurs voyages qui leur donnaient expérience et goût118. On trouvait également des Arméniens dans le petit négoce et ils participaient au commerce franc comme intermédiaires ou revendeurs sans que leur rôle pût cependant se comparer à celui que jouaient les Syriens chrétiens, les Grecs et les juifs.

  • 119 Tribunal, ‘Arab., v. 129, 255 (1794).

92Comptant surtout des artisans dans leurs rangs, les Arméniens étaient une communauté assez pauvre. La fortune moyenne des 16 membres de cette Nation dont nous avons trouvé les successions dans les registres du Maḥkama entre 1661 et 1798 est de 24.784 paras (constants), chiffre nettement inférieur à la moyenne des fortunes de l’ensemble des artisans pendant la même période. Le plus riche de ces Arméniens, un ṣā’ig du quartier du Bīmāristān, mort vers 1794, possédait 288.148/ 123.904 paras, ce qui ne constituait au Caire qu’une fortune moyenne119. Par contre, sur ces 16 Arméniens, 5 laissèrent moins de cinq mille paras et parfois même fort peu de choses : un ṣā’ig, 1.975/1.935 paras ; un détaillant en tabac, 1.292/1.189 paras ; un ḫayyāt, 2.728/1.691 paras.

  • 120 Jomard, Ville du Kaire, 678. Niebuhr, Voyage, I, 107.

93Beaucoup d’Arméniens tenaient boutique dans le Ṣāġa, localisation professionnelle qui correspondait à leur activité principale. Mais le reste de la communauté était assez dispersé, ce qui était également logique puisque, en dehors de celui de ṣā’ig, les Arméniens exerçaient des métiers très répandus au Caire et géographiquement peu concentrés. Nous ne disposons que de peu d’informations sur les quartiers de résidence des Arméniens : la plupart paraissent avoir habité entre Bāb al-Ša‘riyya et le pont du Mūskī, c’est-à-dire à l’emplacement des quartiers copte et franc. Leur église se trouvait d’ailleurs à proximité immédiate de celle des coptes, située en 257 G 8, tout près donc de Qanṭara al-Ğadīda120.

Notes

1 Pour reprendre presque mot pour mot les termes de M. Rodinson (Histoire économique, 151, 153).

2 Jomard, Ville du Kaire, 695 ; Description abrégée, 586. Chabrol, Essai sur les mœurs, 364-5.

3 Nous avons eu déjà l’occasion, dans les chapitres V et VII, de souligner le rôle primordial que jouaient les étrangers dans le grand commerce international (voir pp. 198-202 et tableaux 33 et 34, pp. 283-5).

4 Jomard, Ville du Kaire, 677.

5 Voir par exemple : les mesures prises en 1580 pour astreindre les chrétiens au port de la burnaïta (coiffure européenne) noire, et les juifs à celui du ṭurṭūr (bonnet) rouge (Isḥāqī, 234 ; K, tarāğim, 352) ; l’ordre donné en 1723 aux juifs et aux chrétiens se rendant dans les hammams de porter au cou une clochette comme signe distinctif, ordre qui fut levé après que les exploitants de hammams eurent graissé la patte de l’agha (Aḥmad Čelebi, 127 a-b) ; l’interdiction faite en 1736, sous peine de mort, aux juifs et aux chrétiens d’employer des esclaves femmes noires (Aḥmad Čelebi, 256) ; la défense faite en 1758 aux Francs, aux chrétiens du pays et aux juifs d’employer des domestiques turcs, rachetée moyennant finances (C.G.M., J 625, 5 mai 1758) ; les mesures discriminatoires prises par le qapūdān pāšā à l’encontre des chrétiens en 1786 (Ğabartī, II, 115). Mais on a de nombreuses indications montrant que des chrétiens locaux possédaient des esclaves (par exemple Tribunal, ‘Arab., v. 126, 210, 1779). Et Digeon dans sa Notice (A.N., Caire, Β 1 336, 1778) assure que les coptes les plus puissants avaient jusqu’à 60 ou 80 esclaves blanches ou noires.

6 Récit détaillé dans le manuscrit Relation du Caire (Bourges N° 285), 41-5. Voir aussi : Ğabartī, I, 188 ; A.N., Caire, Β 1 328, 21 mars 1749 ; Damurdāšī, 545-6.

7 Vincennes, Β 6 45, 14 juin 1800 : liste des maisons de chrétiens catholiques pillées au cours de la révolte.

8 C.C.M., J 1648 (1670). Cependant Lane (Manners, 535) estime également à 10.000 l’effectif de la population copte du Caire.

9 Voir chapitre VI, p. 228.

10 Tribunal, ‘Arab., v. 74, 392 (1705) ; ‘Ask., v. 126, 795 (1727) : 103.658 et 145.456 paras.

11 Tribunal, ‘Arab., v. 63, 324 (1688) ; ‘Ask., v. 126,42 (1726) ; v. 155, 244(1747).

12 A.N., Caire, Β 1 336, Notice de Digeon, 1778.

13 Jomard, Ville du Kaire, 677.

14 Comité, XXXIII (1920/4), 322.

15 Ğabartī, à propos d’un événement survenu en 1802, cite trois de ces ru’asā’ : Ğirğis al-Ğawharī, Wāṣif, Faltiyūs (III, 225). Pendant leur occupation les Français nommèrent un « Aga de la Nation copte » (Vincennes, Β 6 60, 7 avril 1800).

16 Par exemple : en octobre 1787, emprunt projeté par Ismā‘īl Bey sur un certain nombre de ṭawā’if dont les naṣārā qubṭ ; en juillet 1798, emprunt décidé par les Français sur diverses communautés dont les coptes ; en août 1802, appel fait par le pacha à des « volontaires » pris dans les corps de métiers pour construire des casernes (Ğabartī, II, 151 ; III, 12 ; III, 225).

17 Evliya Čelebi, X, 369 : ekserikibtî taifesidir ; 370 : ekser Rum Kibtîdir Müslimleri azdir.

18 A.N., Caire, Β 1 336, Notice de Digeon (1778). Jomard, Ville du Kaire, 678. Les auteurs de la Description estimaient cependant que le chiffre donné par Jomard était inférieur à la réalité (ibid., 694). Lane, au début du xixe siècle, estimait qu’il y avait 5.000 juifs en Egypte (Manners, 558).

19 Niebuhr, Voyage, I, 107. Jemsel, Jewish Travellers, 338. Paton, A History of the Egyptian Revolution, II, 290.

20 Voir Shaw, Ottoman Egypt, 115-6. Mais les ṣarrāf « privés » formaient une véritable corporation, la ṭā’ifat al-ṣayārif que dirigeait un cheikh (en 1790 al-Ḥāğğ Ḥammūda al-ṣarrāf : Tribunal, ‘Ask., v. 216, 198). Voir aussi Albert, Etat de l’Egypte 53.

21 En 1707 il y avait au Caire une centaine de tavernes publiques, dont un bon nombre situées dans la « contrée des juifs (A.N., Caire, Β 1 316, juin 1707, p. 26).

22 Lane, Manners, 558. Jomard, Ville du Kaire, 677-8.

23 Shaw, Financial 103.

24 Voir par exemple A.N., Alexandrie, Β 1 109, 4 août 1764 et 9 septembre 1766.

25 En 1732 les marchands Michel et Dou avaient des débiteurs juifs pour 668.951 paras sur les 2.534.000 qu’on leur devait au total au Caire, soit plus du quart (A.N., Caire, Β 1 321, 24 mars 1732).

26 A.N., Alexandrie, Β 1 102, 12 décembre 1727 ; 8 juillet 1728 ; 5 janvier 1729.

27 A.N., Caire, Β 1 328, 11 septembre 1747.

28 En 1694 on enlève au juif qui la gère la douane d’Alexandrie en même temps que le pacha substitue les ‘Azab aux Janissaires dans l’aminat de Damiette, Alexandrie et Būlāq (C.C.M., J 565, 15 septembre 1694). En 1697 Yāsif al-Yahūdī, tout-puissant multazim du dār al-ḍarb, est emprisonné et exécuté (Aḥmad Čelebi, 36b-37a). En 1712 Ismā‘īl Agha projette de lever 200 bourses (5 millions de paras) sur les juifs (A.N., Alexandrie, Β 1 100, 14 mars 1712). En 1728, à la suite du meurtre d’un musulman par un juif, une émeute éclate à Alexandrie (A.N., Alexandrie, Β 1 102, 29 avril 1728).

29 Niebuhr, Description de l’Arabie, I, 65.

30 A.N., Caire, Β 1 333, 25 novembre 1768 ; Β 1 334, 6 février 1769. C.C.M., J 628, 11 février 1769. Čabartī, I, 309. Livingston, ‘Ali Bey, 225.

31 A.N., Alexandrie, Β 1 110, 22 novembre 1769.

32 Digeon estimait en 1778 que Youssef, grand douanier, et ses associés avaient perdu au total 1.500 bourses, soit 37.500.000 paras (A.N., Caire, Β 1 336). En 1771 ‘Alī Bey leva 40.000 riyāl (3.400.000 paras) sur la communauté (Ğabartī, I, 351).

33 Voir par exemple les états relatifs aux créances de Sanguin en 1777 (A.N., Caire, Β 1 336, 5 août 1777) et de Belleville, Caffe et compagnie en 1787 (A.N., Alexandrie, Β 1 113, 20 juillet 1787), et l’état des emprunts effectués par la Nation au Caire (A.N., Caire, Β 1 335, 2 avril 1772).

34 A.N., Alexandrie, Β 1 111, 19 octobre 1773.

35 Vincennes, Β 6 38 (1799).

36 Tribunal, ‘Ask., v. 70, 919 (1673) ; v. 195, 444 (1774).

37 Nous avons identifié et localisé ces noms en nous référant à l’article Anadolu de l’Encyclopédie de l’Islam (2e édition, I, 475-494) et à la carte qui l’accompagne. Nous avons donné aux noms leur forme moderne, l’orthographe des documents du Tribunal étant fantaisiste et d’ailleurs variable.

38 Dix des individus originaires d’Anatolie orientale étaient marchands de tabac ou daḫāḫinī.

39 Les qāpī qūlī (orthographe égyptienne : qābī qūlī, pour le turc kapi kulu) étaient les Janissaires impériaux qui furent amenés au Caire en grand nombre dans la seconde moitié du xviie siècle, peut-être pour neutraliser l’insubordination des Janissaires locaux. Voir plus loin, chapitre XIV, pp. 673-5. Voir sur ce corps et sur son rôle à Damas, Laoust, Gouverneurs, 240, 242, 244, 246, 247, etc., et Rafeq, The province of Damascus, 14, 25-8, 32-6, etc.

40 Mais la fortune moyenne des Malaṭiyalī est notablement plus élevée : 130.323 paras. Cette communauté comptait dans ses rangs bon nombre de riches tuğğār.

41 Voir les soupçons qu’inspirèrent, à la fin de 1516, les négociants d’Asie Mineure installés dans le Ḫān : les soldats envisagèrent de les piller parce qu’ils étaient « de mèche avec les Ottomans » (Ibn Iyās, V, 80) ; un peu plus tard le sultan en fit arrêter un certain nombre (ibid., 114). Voir encore dans Ibn Iyās, V, 369, 450.

42 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, III, 355.

43 D’après les documents des archives du Tribunal (successions entre 1776 et 1798).

44 Ğabartī, III, 311. Wilkinson, Modem Egypt, I, 252.

45 Čabartī, I, 316 ; IV, 223.

46 Ğabartī, IV, 71.

47 Sur les aspects généraux de l’immigration maghrébine au Caire voir notre article Tunisiens et Maghrébins au Caire.

48 Les archives consulaires signalent la présence au Caire et à Alexandrie de « procureurs » ou « chargés des affaires » du Dey d’Alger et du Bey de Tunis (A.N., Caire, Β 1 317, 11 juin 1714 ; Alexandrie, Β 1 107, 10 septembre 1752). Dans les textes arabes on rencontre le mot wakïl.

49 Nombreux exemples de ce genre de legs (waṣīya) faits par des tuğğār en café au riwāq des Maghrébins, dans les documents du Tribunal ; 25.000 paras par Ḥuddū al-Manğūr (Tribunal, ‘Ask., v. 119, 497, 1721) ; 16.050 paras par al-Ṭayyib al-Manğūr (v. 122, 59, 1724) ; 4.020 paras par Aḥmad al-Maġribī (v. 140, 202, 1735) ; 9.000 paras par le ḫawāğā Muḥammad al-Ḥatfīrī (v. 214, 509, 1788), etc.

50 Entre 1642 et 1636, 6,6 % de Maghrébins ; entre 1679 et 1700, 7 % ; entre 1725 et 1730, 5,9 % ; entre 1747 et 1756, 5,7 % ; entre 1776 et 1798, 6,7 %.

51 Aḥmad Čelebi, 251 a-b, 254 b, 256 a-b.

52 Jomard, Ville du Kaire, 718. Scenes and Impressions, 182. Wilkinson, Modern Egypt, I, 252. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, III, 38, 41.

53 Combat entre les Maghrébins du Faḥḥāmīn et les Français, pendant la révolte de 1798 (Ğabartī, III, 25) ; incident entre les Maghrébins et des Janissaires, en 1801 (III, 202) ; résistance victorieuse des Maghrébins du Faḥḥāmīn contre le pillage par la soldatesque, en 1815 (IV, 213).

54 Voir ce qu’écrivait déjà Ibn Jobaïr lors de sa visite au Caire en 1185 (Voyages, I, 56).

55 Davity, Description générale de l’Afrique, 270 (vers 1660).

56 Jomard, Ville du Kaire, 725.

57 Čabartī, II, 151.

58 ‘Abd al-'Azīz en 1624 (Tribunal, ‘Arab., v. 26, 154) ; Šarāïbī en 1730 (A.N., Caire, Β 1 320, 29 juillet 1730) ; Sulaïmân b. al-Ḥāğğ Sulaïmān en 1753 (Tribunal, ‘Ask., v. 163, 83).

59 Dans les documents d’archives le mot Šāmī est normalement employé pour qualifier l’ensemble des Syriens. En revanche les Palestiniens sont désignés par référence à leur ville d’origine : Qudsī, Ḫalīlī, Ramlī, Nābulusī. Les gens d’Anṭākiya, de Bīre et de Kilis, localités qui faisaient partie du vilayet d’Alep (voir E.I.2, article Anadolu, I, 483), sont étudiés avec les Šāmī.

60 Succession de ‘Abd al-Ġanī, en 1733, 432.595 paras ; de Ṣāliḥ, en 1755, 3.270 paras (Tribunal, v. 136, 342 ; v. 167, 104).

61 Maqrīzī, II, 92. Lane, The Arabian Nights’ Entertainments, I, 421.

62 Ğabartī, III, 253, 257. Mengin, Histoire de l’Égypte, II, 324. Wilkinson, Modem Egypt, I, 253. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, II, 74. Ravaisse, Essai sur l’histoire, II, 39.

63 Ğabartī, I, 103. Damurdāšī, 107.

64 Taxation vers 1626 (Aḥmad Čelebi, 14 a) ; en 1692 (K. tarāğim, 830) ; en 1703 (Damurdāšī, 107) ; en 1816 (Ğabartī, IV, 252). Contributions en 1803 (Ğabartī, III, 234), en 1807 (Ğabartī, IV, 61, 71).

65 Ibn Iyās, IV, 126 (un tāğir, sans doute marchand d’étoffes) ; V, 120 (un fabricant de pâtés) ; 258 (un tāğir) ; 450 (un tāğir du Ḫān al-Ḫalīlī) ; 488 (un patron pâtissier). Léon l’Africain, III, 355.

66 La présence de Persans au Ḫān al-Ḫalīlī est cependant signalée par Bremond (Viaggi, 46), Davity (Description Générale de l’Afrique, 269). Voir aussi Rhoné (L’Égypte à petites journées, 270, 273, 352) et Clerget (Le Caire, II, 316).

67 Voir, sur les circonstances de la scission en Syrie et sur les persécutions subies par les catholiques, Breik, Histoire du pays de Damas, 3-6, 114, 128-133, 142. Sur les melkites : publications de H. Zayat et en particulier Les Grecs melkites en Islam ; Hajjar, Les chrétiens uniates du Proche-Orient ; R. Haddad, Syrian Christians. Sur leur activité en Égypte : P. Carali, Les Syriens en Égypte.

68 A.H. Hourani a retrouvé dans les registres d’état civil de la communauté les traces de cette arrivée des melkites et des maronites syriens en Égypte, à partir de 1740 (The Syrians, 221-2). Pour le Caire on trouve notamment mentionnés les Zanānīrī en 1749, Sabbāg en 1750, ‘Anḥūrī et Sakākīnī en 1752, Farazlī en 1753, Ayrout en 1760, Kaḥīl en 1761.

69 A.N., Caire, B 1 320, 11 septembre 1730 ; 321, 24 juillet 1730, 24 mars 1732.

70 A.N., Alexandrie, B 1 103, 19 mars 1734.

71 A.N., Caire, Β 1 329, 15 mai 1742.

72 A.N., Caire, Β 1 330, 1er août 1752.

73 Ce manuscrit décrit en détail les démêlés entre les chrétiens syriens et les orthodoxes.

74 A.N., Caire, B 1 330, 5 et 7 septembre 1753 ; 331, 20 et 29 avril, 1er août ; 7 novembre, 9 décembre 1754. En 1759 encore on annonce l’arrivée en Égypte d’un commandement de la Porte « pour empêcher que les chrétiens nés sujets du Grand Seigneur ne puissent plus fréquenter les églises latines et soient obligés de suivre le rite grec schismatique » (A.N., Alexandrie, B 1 108, 5 mars 1759).

75 C.C.M., J 623, juin 1751. A.N., Caire, Β 1 332, 5 avril 1757.

76 A.N., Caire, Β 1 328, 24 octobre 1748 ; Alexandrie, Β 1 107, 1er février 1752.

77 A.N., Alexandrie, Β 1 110, 23 novembre 1768. C.C.M., J 628, 9 et 28 septembre 1769. Voir Ğabartī, I, 309. Livingston, ‘Ali Bey, 225.

78 Čabartī, II, 90-1 (traduction : IV, 143-4). Ces sentiments sont exprimés à propos de l’aventure du tāğir syrien ‘Umar al-Ṭarābulsī qui, insulté par un négociant chrétien de Damiette, n’avait pu obtenir réparation au Caire et avait même été finalement expulsé d’Égypte.

79 Volney, Voyage, 128. A.N., Caire, B 1 335, 6 avril 1773.

80 A.N., Alexandrie, Β 1 113, 2 février 1783, 2 janvier 1784. Volney, Voyage, 128. Venture de Paradis, Observations sur l’Echelle de Damiette, 180 a.

81 A.N., Alexandrie, Β 1 112, 13 septembre 1781.

82 Ḥannā Zanānīrī, directeur de la douane d’Alexandrie, sollicitait, en 1784, un « barat » de drogman au service de la Nation française. Antoun Cassis était « barataire impérial » (A.N., Alexandrie, B 1 113, 1er avril 1784).

83 A.N., Alexandrie, B 1 113, 19 août 1783.

84 A.N., Alexandrie, B 1 113, 4 janvier 1785.

85 A.N., Alexandrie, B 1 113, 2 et 6 février, 28 août 1783. Voir plus haut, chapitre IV, p. 154.

86 Voir par exemple les documents relatifs à la faillite Sanguin (A.N., Caire, B 1 335, 4 et 8 février 1773, 20 avril,14 novembre 1774, 5 août 1777) ou les états des emprunts de la Nation française (A.N., Caire, B 1 335, 2 avril 1772 ; B 1 336, Comptes de la Nation en 1776).

87 A.N., Caire, Β 1 335, 6 avril 1774. Les consuls de France, dont nous avons utilisé les rapports pour faire le récit de ces événements, jugeaient exagérées les prétentions des religieux de Terre Sainte. Carali (Les Syriens en Égypte, 2-4) cite un document indiquant que les Franciscains allèrent jusqu’à vouloir empêcher les grecs catholiques d’enterrer leurs morts dans les cimetières qu’ils avaient au Vieux Caire (1774).

88 En 1782, par exemple, ils restaurèrent leur hospice d’Alexandrie avec l’argent procuré par les Syriens catholiques (A.N., Alexandrie, Β 1 112, 12 juin 1780).

89 A.N., Alexandrie, B 1 114, 29 mars, 10 juillet 1790, 14 octobre 1791.

90 A.N., Caire, B 1 336, Notice de Digeon (1778). Volney, Voyage, 127-8. Jomard, Ville du Kaire, 678, 694.

91 Tribunal, ‘Arab., v. 95, 178 (1730).

92 Girard, Mémoire, 618.

93 Tribunal, ‘Arab, v. 73, 513 (1701).

94 Tribunal, ‘Arab., v. 127, 336 (1788). La succession de Na’mat al-Ṣubḥānī était la neuvième en importance des 567 successions étudiées entre 1776 et 1798 : sept des huit successions qui la précèdent concernent des tuğğār en café.

95 Vincennes B 6 38, 1799. Nous avons noté (p. 321, note 4) que lors du pillage des souqs du Caire en 1815 les pertes des gens du Ḥamzāwī furent estimées à 3.000 bourses soit 75.000.000 de paras.

96 Vincennes B 6 45, 14 juin 1800.

97 A.N., Caire, Β 1 321, 24 mars 1732.

98 Paton, A History of the Egyptian Révolution, II, 287. Également : Ğabartī, III, 151, IV, 233-4, 250 ; ‘Alī Pâšâ, Ḫiṭaṭ, III, 34 ; Wilkinson, Modem Egypt, I, 252 ; Rhoné, L’Égypte à petites journées, 244.

99 Jomard, Ville du Kaire, 678.

100 Vincennes, B 6 60, document non daté de 1800 : ces naṣārā al-šawām comprenaient apparemment des latins et des orthodoxes. Un texte de Ğabartī (III, 226) rapportant un événement de 1802 parle de [ṭāifa] al-Naṣārā al-šawām wa l-arwâm.

101 Ğabartī, IV, 199 (1813) et 250 (1816).

102 Ğabartī, II, 151 ; III, 12.

103 Vincennes, Β 6 10, 19 octobre 1798 ; Β 6 44, 15 mai 1800 ; Β 6 53, 25 septembre 1800.

104 A.N., Β 1 114, 29 mars 1790.

105 C.C.M., J 1648, Mémoire (1670). Jomard, Ville du Kaire, 678, 694.

106 Vincennes Β 6 12, 24 novembre 1798.

107 Jomard, Ville du Kaire, 707. Clot Bey, Aperçu, II, 310. Clerget, Le Caire, II, 257. Lascaris (à propos de Salonique) remarque que les Grecs avaient l’exclusivité du commerce des pelleteries qui étaient importées de Turquie, d’Allemagne, de Pologne et de Russie (Salonique, 23).

108 Coppin, Relation de Voyages, 211. A.N., Caire, B 1 313, 1687.

109 Tribunal, ‘Arab., v. 63, 324-5.

110 Vincennes, Β 6 38, 1799 ; Β 6 60, 12 octobre 1800. A une époque un peu plus ancienne (donc avant l’essor des Syriens) les chefs de ces communautés payaient au wālī pour leur investiture : le chef des coptes 25.000 paras ; celui des Grecs 10.000 ; celui des « chrétiens » (naṣārā) 12.000 ; celui des juifs 6.250 (Shaw, Financial, 322).

111 Jomard, Ville du Kaire, 677, 725. Index du Bulletin du Comité (1914), 150.

112 Ğabartī, II, 151.

113 Vincennes, B 6 12, 24 novembre 1798. On penserait volontiers que ce rattachement des Grecs aux Damasquins avait été une innovation des Français, soucieux de simplification administrative (et naturellement portés à favoriser les Syriens catholiques) si les négociants grecs, estimant exagérées les contributions que Kaḥīl faisait retomber sur eux, et désireux de s’émanciper de sa tutelle, ne déclaraient dans leur pétition qu’ils avaient « toujours été compris » parmi les négociants de Damas.

114 Le rôle apparemment très réduit des Arméniens dans le grand commerce au Caire ne correspond pas à l’importance qu’avait prise ailleurs cette communauté dans ce domaine (Mantran, L’Empire ottoman, 175).

115 C.C.M., J 1648, Mémoire (1670). Jomard, Ville du Kaire, 678, 694.

116 A.N., Caire, B 1 336, Notice de Digeon, 1778.

117 A.N., Caire, B 1 332, 3 juin 1758.

118 Hasselquist, Voyages, I, 151.

119 Tribunal, ‘Arab., v. 129, 255 (1794).

120 Jomard, Ville du Kaire, 678. Niebuhr, Voyage, I, 107.

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search