Version classiqueVersion mobile

Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle. Tome II

 | 
André Raymond

Chapitre IX. Les artisans et les commerçants du Caire. Stratification sociale

Texte intégral

1L’analyse des éléments matériels de la vie sociale au Caire au xviiie siècle, qui a été faite dans les chapitres précédents, a montré qu’aux deux types principaux de fonctions économiques (production et échange) correspondaient de profondes disparités de fortune à l’intérieur de la population économiquement active. Bien qu’elle constitue un fait de structure déterminant, l’opposition ainsi relevée entre artisans et commerçants ne suffit évidemment pas à caractériser la société égyptienne, la différenciation en quelque sorte « technique », sur la base de la place occupée dans le processus économique global, ne constituant que l’un des facteurs de la différenciation sociale. Il est donc nécessaire d’examiner maintenant si, dans le groupe socio-professionnel que nous étudions, il est possible de déterminer l’existence de véritables « strates sociales », dont la délimitation ne coïncide que partiellement avec la division entre artisans et commerçants, ainsi que le montre déjà la grande variété des situations matérielles que nous avons notées chez les uns et les autres.

1. CARACTÈRES GÉNÉRAUX

Inégalité des fortunes

  • 1 Tribunal, ‘Arab., v. 63, 325 (1686) ; ‘Ask., v. 90, 56 (1695) ; v. 216, 7 (1790) ; v. 224, 657 (17 (...)
  • 2 Tribunal, ‘Arab., v. 74, 149 (1703) ; ‘Ask., v. 140, 218 (1735).

2Ce qui frappe dès l’abord lorsqu’on compare entre elles les successions liquidées devant le Tribunal c’est leur extrême inégalité. Sans doute les distorsions de notre échantillonnage et le fait qu’il nous présente des fortunes, et non des revenus, tendent-ils à exagérer les disparités. Cependant l’éventail des successions, telles que les documents du Maḥkama nous les font connaître, est évidemment très ouvert : pendant la période 1679-1700 les montants des successions varient de 235 paras constants (succession d’Isrā’īl, ṭawqğī/marchand de bonnets grec chrétien, en 1686) à 2.785.678/2.423.540 paras (Muṣṭafā al-Manšalī, tāğir en café, en 1695) ; et, entre 1776 et 1798, de 1.205/578 paras (Aḥmad, zayyāt à Ḥusaïniyya, en 1790) à 15.742.498/5.667.299 paras (Maḥmūd Muḥarram, tāğir en café, en 1795)1. Dans les deux cas la succession la plus faible et la succession la plus forte sont dans un rapport de 1 à 10.000. Les extrêmes « absolus » rencontrés au cours de nos dépouillements, la succession du ḫuḍarī/marchand de légumes Aḥmad al-Ṣa‘īdī (succession de 153/145 paras en 1703) et celle du tāğir Qāsim al-Šarāïbī (12.642.372/8.849.660 paras en 1735), sont dans un rapport de 1 à 60.0002. Bien qu’il soit difficile de commenter ces chiffres, en raison du manque d’éléments de comparaison, la disparité des fortunes qu’ils révèlent paraît considérable.

3Du fait de cette profonde inégalité, les riches disposaient d’une part énorme de la masse totale des fortunes comme le montrent les deux exemples suivants, pris dans la période 1776-1798 :

  • 17 individus (soit 3 % du nombre total des successions étudiées) se partageaient 50,15 % du total des successions (donc un montant un peu plus important que les 550 individus restants) ; en bas de l’échelle des fortunes, 283 individus (49,91 % du nombre total) ne disposaient au contraire que de 4,3 % du montant total des fortunes.
  • Si, pour la même période, on totalise les successions des 30 % de la population étudiée qui avaient les fortunes les moins importantes (soit 170 individus avec des successions inférieures à 8.763 paras) on constate que le montant global, soit 797.314 paras constants, ne représente que 1,5 % du montant total des successions. Par contre pour les 10 % de la population ayant les plus grosses fortunes (57 individus dont la succession la plus basse était d’un montant de 176.252 paras constants) le montant global des successions atteint 37.975.871 paras, soit une part de 71,4 % du total général. Les deux parts sont entre elles dans un rapport de 47,6 à 13.
  • 4 L’indice d’inégalité sociale de Gini est calculé en établissant les distributions cumulées par per (...)

4Nous avons essayé de représenter graphiquement cette inégalité en calculant l’indice d’inégalité sociale de Gini, appliqué ici à des fortunes et non à des revenus4. Pour les différentes périodes que nous avons étudiées le coefficient d’inégalité de Gini est le suivant :

  • 5 Dans la publication des Nations Unies citée plus haut, le coefficient de Gini est utilisé pour ren (...)

5N’ayant pas de points de référence extérieurs, de telles recherches n’ayant pas été faites, à notre connaissance, pour d’autres pays à l’époque qui nous intéresse5, nous devrons nous contenter de comparer ces différents indices les uns avec les autres. Le phénomène le plus directement apparent est que la disparité des fortunes tend à s’aggraver en période de crise économique ainsi que le montre le rapprochement des coefficients relativement bas du xviie siècle, période de prospérité (0,72 à 0,74), et des coefficients élevés de la première moitié du xviiie siècle (0,80 et 0,81). Ceci est particulièrement net entre 1776 et 1798, époque que l’abondance des informations nous permet de diviser en trois phases distinctes : alors que le coefficient de 1776-1785, 0,68, indique une inégalité faible, consécutive au redressement économique de l’Égypte après 1750, le taux augmente progressivement, pour atteindre, entre 1792 et 1798, le niveau record de 0,84, au moment où l’Égypte connaît la crise la plus grave de l’époque ottomane, et où la situation des artisans et des commerçants, considérés globalement, est plus défavorable qu’elle ne l’a jamais été au cours de ces deux siècles. Cette stabilité du taux d’inégalité à un niveau relativement bas au xviie siècle, son augmentation au xviiie siècle, et surtout sa progression rapide dans les vingt dernières années du siècle, après une période d’amélioration, sont des données qui précisent utilement la description de l’évolution économique et sociale de l’Égypte que nous avons faite précédemment : c’étaient les éléments les plus pauvres de la population qui faisaient les frais des périodes de crise, l’aggravation de l’inégalité sociale à la fin du xviiie siècle donnant naturellement naissance à de fortes tensions qui expliquent, en partie, l’état de trouble que connut Le Caire dans les années 1780 à 1798.

6La comparaison des moyennes des successions de moins et de plus de 500.000 paras constants confirme cette évolution divergente des fortunes des riches et des pauvres.

TABLEAU 39. Montant moyen des successions d’artisans et de commerçants de moins de 500.000 paras (en paras constants)

TABLEAU  39. Montant moyen des successions d’artisans et de commerçants de moins de 500.000 paras (en paras constants)

Source : Maḥkama.

7Le déclin des fortunes de moins de 500.000 paras au xviiie siècle et tout particulièrement entre 1786 et 1798 apparaît nettement dans ce tableau. Si, en regard de ces chiffres, nous plaçons maintenant les moyennes des successions de plus de 500.000 paras pour les cinq mêmes périodes, nous constatons que leur montant tendit au contraire à augmenter du xviie au xviiie siècle : 1.270.206 paras (pour 6 successions entre 1624 et 1636) ; 1.043.781 (pour 33 successions entre 1679 et 1700) ; 1.178.846 (pour 8 successions entre 1725 et 1730) ; 1.662.341 (pour 6 successions entre 1747 et 1756) ; 1.580.866 (pour 17 successions entre 1776 et 1798). L’évolution des fortunes des tuğğār entre le milieu du xviie et la fin du xviiie siècle est exactement semblable.

TABLEAU 40. Moyennes des successions de tuğğār entre 1624 et 1636 puis par périodes de 20 ans entre 1661 et 1798 (en paras constants)

TABLEAU 40. Moyennes des successions de tuğğār entre 1624 et 1636 puis par périodes de 20 ans entre 1661 et 1798 (en paras constants)

Source : Maḥkama.

8Cette inégalité fondamentale des fortunes et cette divergence dans leur évolution ne font, pour une large part, que traduire la supériorité des activités commerciales (et principalement du grand commerce international) sur les activités artisanales, fait de structure que nous avons longuement évoqué en conclusion du chapitre VI et dont quelques chiffres suffiront à rappeler l’ampleur : la moyenne des successions d’artisans s’éleva, pendant les deux périodes de 1679-1700 et 1776-1798 à 48.845 et 29.644 paras constants, contre 188.565 et 133.572 paras pour les commerçants (et 67.889 et 68.316 paras si on ne tient pas compte des tuğğār), la disparité « structurelle » entre artisans et commerçants tendant nettement à s’aggraver d’un siècle à l’autre.

Fermetures et ouvertures.

9La société « égyptienne » était donc fort peu égalitaire. Faute d’une documentation suffisante il est difficile de dire avec certitude dans quelle mesure un certain brassage des conditions pouvait du moins s’opérer, qui aurait permis l’ascension sociale des individus les moins favorisés, ou si au contraire la hiérarchie des fortunes était l’expresssion immuable d’une société figée.

10Un certain nombre de facteurs contribuaient à bloquer artisans et commerçants dans leur condition sociale et économique héréditaire. Le système des corporations, dont nous constaterons plus loin la vigueur, facilitait aux fils de maîtres l’accession du métier, et il rendait l’entrée dans la profession ardue pour les étrangers. La stagnation des techniques favorisait également ce conservatisme : le « savoir-faire » était jalousement conservé et transmis à l’intérieur des familles sans risque qu’aucune innovation vienne troubler cet ordre « naturel ». L’atonie de l’économie, en limitant les horizons de l’activité économique à la rue ou au souq, enfermait les artisans et les marchands dans un cercle dont ils avaient peu de raisons de sortir.

  • 6 Samuel-Bernard, Monnaies, 421. Prisse d’Avennes, Mœurs et coutumes, 276 b.
  • 7 Tribunal, ‘Ask., v. 202, 45 (1778) ; v. 224, 295 (1795).

11Il n’est donc pas surprenant que les métiers aient eu en général un caractère héréditaire. Les observateurs étrangers ont rarement manqué de le remarquer ; nous nous contenterons de citer Samuel-Bernard : « Dans la classe des artisans, comme dans la plupart des autres classes, l’ancien usage des Égyptiens d’élever presque constamment les enfants dans la profession de leurs pères s’est conservée jusqu’à nos jours ». Et Prisse d’Avennes : « Les emplois sont presque tous héréditaires et il est rare que les enfants n’embrassent pas la même profession que leur père »6. Notre dépouillement des archives du Maḥkama pour la période de 1776 à 1798 confirme ces impressions : sur cinquante-deux artisans ou commerçants dont les métiers du père et du ou des enfants nous sont connus, nous avons noté que trente-cinq fois le métier est identique, et dix-sept fois seulement différent. Le phénomène est plus net encore en ce qui concerne les frères : dans 15 cas sur 18 ils exercent le même métier. Nous constatons de même que les artisans et les commerçants épousaient souvent des femmes dont le père exerçait la même profession qu’eux : 19 cas sur 71 pendant la même période. Bien que nos informations soient lacunaires et qu’elles ne nous permettent qu’exceptionnellement de suivre des familles de génération en génération, nous pouvons citer quelques cas particulièrement significatifs. Nous connaissons cinq générations successives de Murād, fabricants/marchands de satin (ṣandalğiyya), entre 1740 et 1798. Le ḥāğğ Ḫalīl qui travaillait, avant 1778, à la teinturerie du sultan (maṣbaġat al-sulṭān) avait vraisemblablement pour père un ṣabbāġ/teinturier ; sa mère Fāṭima était la fille de Sulaïmān al-Ṣabbāġ ; il avait épousé la fille d’un teinturier ; et son frère Ḥusaïn travaillait, comme lui, à la maṣbaġa. Quant à Muṣṭafā ‘Alī Ḥammūda, sukkarī/fabricant de sucre, il avait donné à ses deux fils, ‘Alī et Ibrāhīm, le même métier, et sa fille Faṭīma avait épousé un sukkarī, etc...7.

12Le cloisonnement social qu’entraînait inévitablement l’hérédité du métier affectait principalement les artisans. Le passage de la qualité d’artisan à celle de commerçant paraît avoir été assez peu fréquent à en juger par nos sources et par les informations que nous fournissent les successions du Maḥkama : nous connaissons la profession des fils de 26 artisans pour la période de 1776 à 1798 ; dans 24 cas le fils est lui aussi un artisan (et dans 16 cas il exerce le même métier) ; dans deux cas seulement il devient commerçant. La proportion est presque aussi forte en ce qui concerne les mariages : 17 fois sur 19 un artisan a un artisan pour gendre (qui dans sept cas a le même métier), et deux fois seulement un commerçant. Cette situation nous paraît résulter naturellement des caractères généraux de l’artisanat que nous avons définis plus haut : stagnation à un niveau assez bas dans l’ensemble de l’économie urbaine, infériorité marquée par rapport aux activités commerciales.

  • 8 Chabrol, Essai sur les mœurs, 377. Sur l’« ouverture » de la classe des marchands voir M. Rodinson(...)

13Par contre le commerce paraît avoir offert des possibilités plus grandes d’ascension sociale. La relative brièveté des dynasties de tuğğār implique un renouvellement assez rapide de cette aristocratie de la société égyptienne, et on peut donc supposer que ce groupe socio-économique était relativement ouvert ; mais il ne l’était apparemment qu’aux seuls commerçants. Pour les indigènes les activités commerciales étaient, avec les fonctions religieuses, le principal moyen de promotion sociale : « Cette carrière est la seule qui puisse promettre aux malheureux Égyptiens un avenir prospère : quelquefois elle les conduit à la fortune ; et c’est le seul avantage auquel il leur est permis de prétendre, puisque leur titre d’indigènes leur ferme le chemin des honneurs et des dignités dans leur patrie », note Chabrol8.

Les strates sociales

  • 9 Maqrīzī, Iġāṯa, 72-5. Le problème des classes sociales dans la société musulmane est discuté dans (...)

14La notion de « classe » sociale était assez étrangère à la mentalité des chroniqueurs de l’époque ottomane pour qui la société était pour l’essentiel divisée en une caste de gouvernants, d’origine étrangère, et une masse indifférenciée d’indigènes (les ra‘iyya) ; les gens de religion, bien qu’appartenant à cette seconde catégorie, formaient un « corps » à part. Nous ne trouvons chez aucun d’entre eux un équivalent de l’essai de classification auquel se livre Maqrīzī dans son Iġāṯat al-Umma. Parmi les sept catégories (aqsām) qu’il distingue, il faut mettre à part les gouvernants (ahl al-dawla) qui formaient alors une aristocratie « importée ». Les indigènes se répartissaient en six qism : les grands commerçants (ahl al-yasār mina l-tuğğār) ; les marchands détaillants (al-bā‘a) ; les agriculteurs (ahl al-falḥ) ; les gens de science (al-fuqahā’ wa ṭullāb al-‘ilm) ; les artisans et les salariés (arbāb al-ṣanā’i‘ wa l-uğarā’) ; enfin, en dernière position, les indigents et les pauvres (ḏawū l-ḥāğa wa l-maskana)9. Pour Maqrīzī la population indigène urbaine se divisait donc en quatre catégories bien distinctes.

15A l’époque ottomane en revanche, l’existence de tels clivages à l’intérieur des ra‘iyya ne fut jamais aussi clairement explicitée, et ce n’est qu’en systématisant quelque peu que nous pouvons tirer de textes assez allusifs la division tripartite que nous proposons ci-après.

  • 10 Ğabartī, III, 39 (1799) ; IV, 120 (1810). Wiet, Matériaux, 218.
  • 11 Ğabartī, III, 43 (1799), 191 (1801) ; IV, 147 (1812-3), 231 (1815).
  • 12 Nicolas Turc, Chronique, 45 (traduction)/31 (texte arabe).
  • 13 Voir le passage dans lequel Ḥasan al-Ḥiğāzī prend vigoureusement à partie les sūqa (Ğabartī, I, 10 (...)

16Dans le bas de l’échelle se trouve ce que les chroniqueurs qualifient sans aucune complaisance de « populaire » (al-‘āmma). Les masses restent comme en dehors de l’histoire dans laquelle elles ne s’introduisent, en quelque sorte, que par effraction, à l’occasion de crises qui en révèlent le bouillonnement latent. Ce que nous décrivent des historiens comme Ğabartī, c’est une « populace », une « plèbe » toujours prête à secréter des mouvements aussi violents que vite apaisés, ou agitée par des élans un peu suspects de religiosité autour du tombeau d’un saint ou d’un santon plus ou moins extravagant. Le chroniqueur évoque alors, avec un dégoût évident, mais sans donner beaucoup de détails, les métiers qui fournissent leurs affiliés à ces cérémonies d’une orthodoxie douteuse : par exemple al-sūqa (les boutiquiers) wa ahl al-ḥiraf al-sāfila (et les gens des métiers méprisables) qui participent tumultueusement au mawlid de Ḥusaïn ; ou bien les gens des « sectes diaboliques » dont font partie al-sūqa wa arbāb al-ḥiraf al-marḏūla (les maîtres des métiers vils) que l’on trouve à l’inauguration du sanctuaire de Zaïn al-‘Abidīn10. Ou en d’autres occasions, et avec plus de précisions : les métiers de bas étage (al-ḥiraf al-daniyya) atteints par la crise, marchands de pâtisserie, rôtisseurs de poisson, cuisiniers en boutique ; les arts de bas étage (ṣanā’i‘ al-daniyya) exercés dans leurs pays d’origine par les ‘Askar qui quittent l’Égypte, vente des bas morceaux, transport des marchandises11. Nicolas Turc, à propos de la « basse classe » (al-nās al-dūn) qui tira profit de l’occupation française, donne l’énumération suivante : les revendeurs (bayyā’in), les portefaix (šayyālīn), les artisans (arbāb ṣanā’i‘), les âniers (ḥamīr), les palefreniers (suyyās), les proxénètes (qawwādīn), les prostituées (nisā ḫawāriğ)12. De ces notations diverses on peut conclure que la « basse classe » était en gros composée des gens des métiers ambulants (âniers, portefaix, porteurs d’eau, marchands colporteurs) et des petits revendeurs et boutiquiers, vaguement qualifiés de sūqa : l’évolution sémantique de ce vocable, qui avait graduellement pris un sens péjoratif, est très significative de la médiocre considération dont ils jouissaient13.

  • 14 Ğabartī, III, 139.

17Nos textes font habituellement une nette distinction entre ces métiers peu considérés et ce que nous pourrions qualifier de petite et moyenne bourgeoisie des artisans et des commerçants tenant régulièrement boutique dans les souqs du Caire, c’est à dire les gens des métiers (ahl al-ḥiraf) et des marchés (ahl al-aswāq). Le vocable de « détaillant » (mutasabbib) ne comporte aucune connotation péjorative, et il indique visiblement un statut social plus élevé que celui de bā’i‘/bayyā‘. Ces détaillants formaient, avec les artisans, la masse des corporations de métiers auxquelles ils étaient régulièrement affiliés14, alors que, dans la catégorie dont nous venons de parler, beaucoup d’individus vivaient plus ou moins en marge de l’organisation corporative. Cette classe moyenne dont les textes ne parlent pas en mal, mais qui ne se signale pas, comme le groupe des tuğğār, par sa puissance économique et sociale, est pour cette double raison celle qui est la plus mal connue de nous.

  • 15 Ğabartī, I, 100.
  • 16 Ğabartī, III, 226.

18En haut de la hiérarchie se placent les grands commerçants, les tuğğār, négociants en épices, et marchands de tissus surtout, mais, d’une manière plus générale, négociants des grands marchés de Qāhira dont les situations de fortune étaient naturellement assez diverses15. Ce sont ces négociants, et les artisans les plus prospères (par exemple les ḥarīriyya) qui constituaient pour l’essentiel ce que Ğabartī, à propos d’événements survenus en 1802, appelle les métiers « considérés » (al-ḥiraf al-mu‘tabara)16. Ils formaient un groupe social assez cohérent, dont les intérêts étaient assez proches et assez nettement définis pour qu’on puisse décrire son comportement « politique » dans les grandes crises que connut l’Égypte vers la fin du xviiie siècle, par exemple en 1786, en 1798, au moment de l’occupation française, ou vers 1805.

GRAPHIQUE 7. Indices d’inégalité sociale (I)

GRAPHIQUE 7. Indices d’inégalité sociale (I)

GRAPHIQUE 8. Indices d’inégalité sociale (II)

GRAPHIQUE 8. Indices d’inégalité sociale (II)
  • 17 La classification de Chabrol (Essai sur les mœurs, 364-5, 516-7) dont les chiffres paraissent les (...)

19Il est naturellement très malaisé de traduire en termes économiques précis une classification aussi floue. Cependant, tout en reconnaissant le caractère aléatoire d’une telle tentative, nous ne nous sommes pas interdit de relier les données que nous fournissent les sources historiques avec les informations chiffrées que nous avons tirées du Maḥkama, la hiérarchie sociale que nous décrirons ci-après, inspirée pour l’essentiel des observations de la Description de l’Égypte, étant au total peu différente de celle que propose Maqrīzī17.

2. LE PROLÉTARIAT

Composition

20En dépit de son modernisme le mot de prolétariat paraît convenir assez bien pour qualifier une population dénuée d’outils économiques (ateliers ou boutiques), vivant assez misérablement d’activités parfois assez imprécises, et d’une manière générale mal connue parce que négligée par les historiens et pratiquement absente des registres du Maḥkama en raison de sa pauvreté.

21Les contours du prolétariat du Caire peuvent être définis sommairement grâce surtout aux indications données par Chabrol. Il comprenait d’abord ceux que Chabrol appelle les « domestiques », « sâys » ou palefreniers, « farrâchyn » ou valets de chambre, « qaouâs » ou domestiques à pied qui accompagnaient les « gens de distinction », auxquels il ajoute les porteurs d’eau du Nil (« saqqâ ») qui constituaient sans doute l’essentiel de cette première catégorie dont il évalue le nombre total à 30.000. Y appartenaient également les loueurs d’ânes, de chameaux, de chevaux et de mulets qui étaient eux aussi très nombreux puisque, toujours d’après Chabrol, il n’y avait pas moins de 22.000 animaux de louage sous ‘Alī Bey, et 30.000 ânes un peu plus tard.

  • 18 Chabrol, Essai sur les mœurs, 516.

22En faisaient aussi partie les « ouvriers à la journée » qui, d’après Chabrol, étaient au nombre de 15.000 et que cet auteur divise en trois « classes » ; « la première est la plus misérable : elle se compose de dix mille individus. Ces hommes, employés à des travaux secondaires, ne reçoivent qu’un paiement très modique et suffisant à peine à leur existence... La seconde classe se compose de trois mille journaliers, qui sans être réduits tout-à-fait à la même indigence, n’en sont pas moins bien à plaindre. Leur salaire n’est pas plus fort que celui des premiers, quoi qu’ils soient considérés comme des espèces de sous-conducteurs de travaux... On peut ranger dans la troisième classe deux mille ouvriers un peu plus aisés : ceux-là sont comme des chefs d’atelier... Ces ouvriers n’ont pas un salaire beaucoup plus fort que les autres ; mais ce qui les met un peu plus à leur aise, c’est qu’ils sont toujours employés, comme plus connus et plus habiles »18. Les auteurs de la Description les distinguent des ouvriers des corporations professionnelles qui jouissaient de salaires et de conditions de vie meilleurs, mais qui nous paraissent cependant devoir être classés également dans ce prolétariat urbain.

  • 19 Lane, Manners, 326-332.
  • 20 Tribunal, ‘Ask., v. 79, 97 (1686) ; ‘Arab., v. 86, 107 (1718).

23Cette catégorie sociale englobait enfin les nombreux marchands ambulants dépourvus de boutiques dont Lane fait une description colorée : marchands de produits alimentaires, pain, légumes, fruits ; marchands de boissons et sorbets de tous genres (‘irq sūs/jus de réglisse ; saḥlab/salep ; ṣūbiyya/breuvage à base de pépins de melons, etc...) ; marchands de tabac au détail ou nettoyeurs de pipes (musallikātī) au pittoresque attirail19. Quelques rares documents du Maḥkama nous donnent une idée de l’extrême pauvreté de ces commerçants forains : le sayyid Ḥusaïn, ḫuḍarī/marchand de légumes dans le quartier Ṭūlūn, dont la succession s’élevait à 1.021 paras en 1686 ; ou encore Muṣṭafā al-Qawwās, daḫāḫinī/marchand de tabac au détail, dont la maigre fortune (1.194/1.015 paras en 1718) consistait essentiellement en deux ânes qui lui servaient pour son commerce (240 paras chacun) et 444 paras en espèces, son « stock » de tabac s’élevant au total modique de 60 paras20.

24Les salaires

  • 21 Chabrol, Essai sur les mœurs, 423.

25Les journaliers ou manouvriers recevaient en général un salaire (uğra) quotidien : « le soir l’ouvrier ne quitte jamais son atelier sans exiger le salaire de la journée : il vous tourmente jusqu’à ce qu’il soit payé. Cette importune anxiété, commente Chabrol, peut provenir du besoin réel, chez les uns ; de la crainte de perdre le fruit du travail, chez les autres ; enfin le plus grand nombre ne témoigne tant d’empressement à recevoir son salaire que pour donner le change aux chefs, paraître pauvre, et se soustraire par ce moyen aux avanies qui menacent toujours ceux qui sont à leur aise »21.

  • 22 Vincennes, Β 6 62, État des dépenses, 1-20 janvier 1801.
  • 23 Renseignements donnés par Girard, Mémoire, passim.

26Nous avons quelques indications fragmentaires sur le montant de ces salaires. Le chiffre que donne Chabrol pour les ouvriers de la catégorie la plus misérable, quinze paras par jour, paraît constituer une moyenne assez vraisemblable pour la période de l’occupation française, à l’extrême fin du xviiie siècle. Mais il y avait naturellement une grande variété de situations : vers 1801 un portier était payé de 5 à 12 paras par jour, un manœuvre de 10 à 15, un ouvrier du bâtiment environ 30 médins par jour et un menuisier 35 médins22. Pour modestes qu’ils fussent, ces salaires étaient néanmoins notablement plus élevés que ceux que recevaient les ouvriers dans le reste du pays : d’après la Description, les ouvriers nattiers du Fayyūm recevaient de 5 à 10 paras par jour, les tisserands de 7 à 12 paras, les journaliers dans l’agriculture de 5 à 10 paras, les ouvriers des sucreries de Moyenne-Égypte 6 paras par jour23.

27Il est difficile de tirer des conclusions des rares salaires dont nous connaissons l’évolution au xviiie siècle. S’il est possible de comparer les 9 paras que gagnait un poseur de « balattes » (carreaux) en 1701, et les 30 paras que gagnait son homologue en 1801, sous l’occupation ; ou les 5 et 20 paras d’un porteur d’eau aux mêmes dates ; ou encore les 10 médins, 14 médins et finalement 35 médins d’un menuisier en 1730, 1752, 1801, il faudrait conclure que ces salaires avaient triplé ou quadruplé en un siècle ; comme le para était tombé, dans le même laps de temps, de l’indice 78 à l’indice 32, cependant que les prix des denrées essentielles faisaient plus que doubler, il y aurait eu baisse du niveau de vie effectif des ouvriers.

  • 24 Thévenot, Voyage, II, 772. En 1658 la fête de sept jours ordonnée pour célébrer une victoire sur l (...)

28Ces salaires médiocres rétribuaient un travail souvent pénible accompli du lever au coucher du soleil, pratiquement sans interruption, même au moment des grandes fêtes religieuses, pendant lesquelles les boutiques et ateliers restaient ouverts, les ouvriers pouvant vaquer à leurs travaux accoutumés. Pour soulager leur misère on abrégeait parfois pour eux la durée des festivités à l’occasion desquelles le peuple du Caire était censé célébrer les événements heureux qui survenaient dans l’Empire24.

Les conditions de vie

  • 25 Chabrol, Essai sur les mœurs, 516-7. Le logement décrit est sans doute un rab‘.

29Il n’est guère surprenant dans ces conditions que Chabrol ait accumulé les notations apitoyées dans le passage qu’il consacre aux ouvriers du Caire : les ouvriers de la première catégorie « sont vêtus d’une simple chemise bleue, en étoffe de laine... Leur logement se compose d’une espèce de hutte, qui leur coûte par mois dix paras de loyer. Tout leur ameublement se compose d’un fragment de natte, où ils couchent avec leurs femmes et leurs enfants... Ces malheureux ne mangent point de viande : ils achètent du pain, des portions de légumes cuits, ou des œufs... La femme porte aussi une chemise bleue, et les enfants vont nus ou couverts de lambeaux ». Les journaliers de la « deuxième classe » ont un logement « un peu plus commode et mieux garni. Leur garde-robe se compose de deux ou trois chemises, qu’ils portent quelquefois les unes sur les autres. Du reste leur manière de vivre est la même que celle des premiers ». Seuls les ouvriers de la « troisième classe » échappaient quelque peu à des conditions de vie aussi misérables : « Ils logent dans un édifice où plusieurs longues galeries conduisent aux divers appartements : ces constructions ressemblent assez à des cloîtres. Chaque ouvrier habite une chambre, et fait préparer ses aliments chez lui : c’est sa femme qui est chargée de ce soin. Il paie trente médins de loyer par mois, possède une natte, un matelas d’étoupe, quelques coussins mal couverts, une ou deux marmites et autres ustensiles de peu de valeur. Mais ce qui le distingue particulièrement des autres, c’est qu’il porte des habits, un châle de mousseline ou de laine autour du tarbouch pour former le turban... Leurs femmes ont une chemise noire pour se parer, et deux ou trois bleues pour tous les jours... »25.

  • 26 Chabrol, Essai sur les mœurs, 438.

30Cette misère était sans doute la raison principale de la diffusion des stupéfiants dans la classe pauvre : il y avait au Caire des cafés où l’on vendait de l’opium et une pâte mêlée d’herbe, et la consommation en était assez importante pour justifier l’existence d’une corporation des « vendeurs de balles de miel mêlé avec du hachich qui sont au Caire et à Boulak », mentionnée dans la liste de 1801 (n° 107). « Le bas peuple, remarque encore Chabrol, s’enivre avec ces drogues, quoique la religion le défende. Les deux tiers des artisans sont dans ce cas : il en est presque de même pour les autres classes des habitants, à cela près qu’ils s’enivrent dans leurs maisons »26.

  • 27 Jomard, Ville du Kaire, 662, 696.
  • 28 Sur la futuwwa voir plus loin le chapitre XII et notre article Quartiers et mouvements populaires.

31Une grande partie de cette population habitait les quartiers périphériques du Caire souvent à l’intérieur de ce que Jomard appelle des « hoch » (ḥawš) et qu’il décrit comme « de grandes cours ou enceintes pleines de cahutes de quatre pieds de haut, où logent une foule de pauvres gens entassés pêle-mêle avec leurs bestiaux », aussi utilisées par des professions travaillant sur les matières animales et servant de dépôts d’immondices27. C’est dans ces quartiers d’al-’Uṭūf, al-Ḥaṭṭāba, ‘Arab al-Isār, Qarāfa, Ḥabbāla, Darb al-Ḫalīfa, Qanāṭir al-Sibā’, Bāb al-Lūq, al-Fawwāla, Bāb al-Baḥr, dont on ne trouve guère de mentions dans les registres du Maḥkama, que s’étaient développées avec le plus de vigueur les organisations populaires de futuwwa que l’on voit apparaître dans les chroniques aux moments de crise, sous des appellations plus ou moins péjoratives qui sont un témoignage de la méfiance sinon même de la crainte qu’elles inspiraient aux bourgeois du Caire28.

3. LES GENS DES MÉTIERS : LES PETITS ARTISANS ET LES BOUTIQUIERS

32Les gens des métiers, petits et moyens artisans et commerçants, constituaient une partie importante de la population du Caire : dans la Description de l’Égypte, les « artisans établis » (maîtres et ouvriers réunis), les cafetiers et les marchands en détail totalisent, suivant les évaluations, 32.000 ou 27.800 individus, chiffre qui doit être réduit de plus de moitié si on en déduit les ouvriers des corporations que nous avons rangés dans le prolétariat. Cette catégorie de la population active du Caire est très largement représentée dans les documents du Maḥkama : si nous fixons à 50.000 paras (constants) la limite où commence la « bourgeoisie commerçante », nous constatons que la catégorie inférieure compte 283 successions sur un total de 468 (entre 1679 et 1700), et 410 sur 567 (entre 1776 et 1798).

33Il nous a semblé que leurs caractéristiques économiques et sociales permettaient de distinguer entre des petits artisans et des boutiquiers, dont la limite de fortune, dans le Maḥkama se situerait aux environs de 5.000 paras constants, et la classe moyenne des artisans et marchands, dont les successions se situeraient entre 5.000 et 50.000 paras, mais nous devons reconnaître que nous ne disposons pas des documents historiques qui nous permettraient de tracer avec précision les contours économiques et de décrire dans le détail les comportements sociaux et politiques des groupes que nous avons ainsi définis.

  • 29 Pour la période 1679 à 1700 les chiffres ne sont pas très différents : 13,9 % du nombre des succes (...)

34Les petits artisans et boutiquiers sont naturellement les moins bien représentés dans les dossiers du Maḥkama : 97 entre 1776 et 1798, soit 17,1 % seulement du nombre total des successions. Quant à leurs fortunes, compte tenu de l’extrême inégalité qui régnait dans la société égyptienne, elles occupent une place plus réduite encore : 0,6 % seulement du total général des successions pendant la même période (309.230 paras constants sur 53.226.855)29.

35Condition matérielle

  • 30 Tribunal, ‘Arab., v. 74, 149 (1703) ; ‘Ask., ν. 155, 244 (1747) ; ν. 162, 484 (1752).

36La situation matérielle des petits artisans et boutiquiers était souvent à peine différente de celle des « prolétaires » que nous avons décrite précédemment. Aḥmad al-Ṣa‘īdī, marchand de légumes qui pourtant tenait boutique, mais dans le Ğa‘īdiyya, un des quartiers les plus pauvres du Caire, ne laisse, en 1703, qu’une succession de 153/145 paras, dont 83 paras en numéraire... Il ne s’agissait nullement d’un cas exceptionnel : les successions d’un qammāš/marchand d’étoffe à la Wakāla al-‘Aṭṭār (656/407 paras en 1747), ou d’un autre ḫuḍarī dont la boutique se trouvait à Bāb al-Wazīr (807/492 paras en 1752) sont tout aussi modestes30.

  • 31 Tribunal, ‘Ask., v. 91, 103 (1698) ; v. 219, 17 (1792) ; ‘Arab., v. 86, 175 (1718).

37Toutefois, même dans une catégorie aussi défavorisée, il y avait en réalité une assez grande variété de situations. Si certains ne disposaient guère que d’une boutique qui leur servait aussi de logement, nombre de petits commerçants avaient un domicile indépendant de leur local commercial : al-Ḥāğğ Muḥammad qawwāf/cordonnier, qui avait pour toute fortune 840/697 paras, avait une boutique dans le Darb al-Aḥmar et un domicile dans le quartier voisin de Bāb al-Wazīr. A un niveau supérieur al-Ḥāğğ ‘Alī al-‘Antablī, marchand de tabac dans le Mūskī, dont la succession atteignait 8.331/3.832 paras, disposait outre d’un domicile et d’une boutique, d’un ḥāṣil sis dans une wakāla du quartier, où il entreposait ses marchandises. Al-Ḥāğğ Muḥammad, farrāš/tapissier dans le quartier de Darb al-Aḥmar avait, non loin de son domicile situé dans le quartier de la mosquée Qiğmās, une boutique (rue al-Tabbāna) et trois magasins (ḥāsil) dans la wakāla « Qismās »31.

  • 32 Tribunal, ‘Arab., v. 92, 64 (1725) ; v. 77, 158 (1708).

38Quelques-uns atteignaient à une véritable aisance : le farāriḫī/marchand de volailles al-Ḥāğğ Ḫalīl, qui résidait près de Bāb al-Ša‘riyya, possédait des parts dans trois immeubles (makān/local à usage d’habitation) sis dans le même quartier ; le total de ces biens immobiliers s’élevait à 4.000 paras, sur une succession de 7.925/3.883 paras. Al-Ḥāğğ Ḥusaïn al-Ḥalabī, qaṭā’ifī/fabricant de pâtisserie dans le Ğamāliyya, louait un four (ṭābūna) où il habitait également, et dont le ğedik était évalué à 1.800 paras, somme assez importante par rapport au total de la succession (6.124/5.573 paras) ; il disposait pour son industrie d’un petit stock de combustible (du bois de chauffage pour 1.300 paras), et de matières premières (152 raṭl de beurre, soit 686 paras, et 62 ocques de miel, soit 387 paras). Son capital en argent liquide s’élevait à 692 paras. Quant à ses effets personnels (aṭmār) leur valeur était estimée à 608 paras32.

  • 33 Tribunal, ‘Ask., v. 203, 225 (1778).

39Certains de ces petits artisans et commerçants jouissaient d’ailleurs d’une évidente autorité dans leur métier, au point d’exercer les fonctions de cheikh de corporation : citons par exemple al-Ḥāğğ Muḥammad, cheikh de la corporation des cordonniers (al-ṣarmātiyya wa l-qawwāfīn bi-Miṣr), mentionné plus haut ; ou al-Ḥāğğ Muḥammad al-Šāfi’ī, cheikh de la corporation des selliers (surūğiyya), dont la succession ne dépassait que de très peu 5.000 paras (9.187/5.053 paras)33.

Professions exercées

40Cette catégorie sociale comprenait, naturellement, une forte proportion d’artisans : d’après les dépouillements effectués dans les registres du Maḥkama, nous avons dénombré, entre 1679 et 1700, 25 artisans pour 35 commerçants (sur un total de 65 successions de moins de 5.000 paras), et entre 1776 et 1798, 42 artisans pour 51 commerçants (sur un total de 97 successions), soit des pourcentages de 33,3 % et 43,3 % qui sont notablement supérieurs au pourcentage des artisans par rapport à l’ensemble des artisans et des commerçants (27,6 % pour chacune de ces deux périodes). Dans la tranche des fortunes inférieures à 2.000 paras constants les artisans sont même majoritaires par rapport aux commerçants : 14 contre 13 en 1679-1700, 13 contre 6 en 1776-1798.

41Dans l’ensemble les métiers exercés étaient des métiers relativement peu spécialisés destinés à satisfaire les besoins les plus courants de la population du Caire. Pour les artisans : des petits métiers liés à l’alimentation (rôtisseurs, cafetiers...) ; le travail des tissus (ḥarīriyya/tisserands et marchands d’étoffes de soie ; ‘aqqādīn/passementiers ; ḫayyāṭīn/tailleurs, surtout : pas moins de 8 en 1776-1798) ; le travail du cuir et la fabrication des chaussures (9 cordonniers de toutes espèces entre 1776 et 1798) ; le travail des métaux et du bois. En ce qui concerne les commerçants : des zayyātīn/marchands d’huile, des marchands de légumes et de fruits ; des ‘aṭṭārīn/épiciers (8 entre 1776 et 1798) ; des daḫāḫinī/marchands de tabac au détail (8 également) ; des marchands de tissus. Peu de représentants par contre des activités de « services », en dehors de quelques dallālīn/courtiers et qabbānī/peseurs.

42Comme on peut aussi s’y attendre ces petits artisans et commerçants étaient assez également répartis sur la carte du Caire, leur localisation professionnelle étant en rapport avec la distribution de la population et ne subissant que faiblement l’attraction exercée par le centre historique et économique du Caire. A la fin du xviiie siècle (années 1776 à 1798), 35 des 69 individus dont nous connaissons la localisation professionnelle (soit 50,7 %) avaient leur atelier ou leur boutique dans Qāhira ; 26 (soit 37,7 %) dans le quartier sud ; 7 (10,1 %) dans le quartier ouest (y compris Bāb al-Ša‘riyya).

Lieux de résidence

  • 34 Fréquentes mentions de rab‘ dans Ğabartī, I, 42, 45, 96, 130, 418 ; II, 3, 142 ; III, 314, 331 ; I (...)
  • 35 Descriptions détaillées des appartements de plusieurs rab’ dans la waqfiyya de ‘Abd al-Raḥmān Katḫ (...)

43Bon nombre de ces petits artisans et commerçants habitaient sur les lieux mêmes de leur travail, dans leur boutique, ou dans un logement situé au-dessus d’elle. Beaucoup louaient une ou plusieurs pièces (ṭabaqa, oda) dans une wakāla voisine ; c’était en particulier le cas de beaucoup d’étrangers dont le séjour au Caire était plus ou moins prolongé et qui pouvaient se contenter d’une installation modeste. Mais les documents du Maḥkama nous les montrent très fréquemment aussi installés à proximité de leur boutique dans les immeubles à destination locative que l’on appelait au Caire rab‘ (pluriel ribā‘)34. On trouvait ces importantes constructions de deux, trois et même quatre étages dans les grandes rues situées entre les souqs. La partie inférieure était en général occupée par des boutiques qui n’avaient pas de communication avec les étages supérieurs. Les rab‘ contenaient un nombre variable de logements loués, 10 à 15 en général : la waqfiyya de ‘Abd al-Raḥmān Katḫudā en mentionne 3 ayant respectivement 7, 13 et 17 sakan (ou maskan). Les appartements, qui étaient généralement desservis par un escalier commun, étaient de dimensions variables : les plus petits comprenaient une ou deux pièces avec une cuisine et des latrines ; il y en avait de plus vastes dont les diverses pièces étaient étagées sur plusieurs niveaux. C’était probablement dans les premiers qu’habitaient les artisans et commerçants pauvres dont nous nous occupons maintenant. Au total, sur les 59 individus dont le domicile est mentionné dans les documents du Maḥkama, 8 habitaient dans des rab’ presque tous situés dans la région centrale du Caire, dans le Ṣāġa (quatre), près d’al-Azhar (deux) et du Ḫān al-Ḫalīlī (un)35.

44La localisation des résidences des petits artisans et commerçants correspond, dans ses traits généraux, à ce que nous avons dit plus haut de la localisation de leurs boutiques et ateliers : une minorité seulement habitait à l’intérieur de Qāhira dans les quartiers bourgeois du centre, 21 sur 59 entre 1776 et 1798, soit 35,6 % (à comparer aux 51,5 % de l’ensemble des artisans et commerçants). C’est dans le quartier sud que résidait le plus grand nombre : 23 sur 59. On en trouvait enfin 12 à l’ouest du Ḫalīğ et dans le quartier de Bāb al-Ša‘riyya.

4. LES GENS DES MÉTIERS : LA CLASSE MOYENNE

45Les membres de la « classe moyenne » dont les successions se situent dans le Maḥkama entre 5.000 et 50.000 paras constants sont les plus fortement représentés dans ces registres : 218 artisans et commerçants de cette catégorie sur 468 au total, entre 1679 et 1700 (soit 46,6 % du nombre des successions) avec 6,6 % du total des fortunes ; 313 entre 1776 et 1798 sur 567 (soit 55,2 %), avec 11,4 % du total des fortunes. Cette strate sociale se distingue par deux caractéristiques des strates immédiatement inférieure et supérieure : d’une part la forte prédominance en nombre des commerçants sur les artisans (180 contre 94 entre 1776 et 1798) ; d’autre part le rôle encore faible qu’y joue le grand commerce international, et en particulier celui du café et des épices (5 tuğğār seulement dans cette catégorie entre 1679 et 1700 ; 3 entre 1776 et 1798).

Les activités professionnelles

46Les activités professionnelles de cette classe moyenne étaient d’une assez grande variété. Parmi les artisans figurent en particulier des maîtres des métiers les plus prospères : ṭaḥḥān/meuniers et sukkarī/fabricants de sucre, sīrğātī ou ma‘ṣarānī/presseurs d’huile. Les artisanats du tissu l’emportent cependant nettement sur ceux de l’alimentation (32 contre 20 entre 1776 et 1798) avec de nombreux tisserands, en particulier de soie (ḥarīriyya), des passementiers (‘aqqādīn, qaṣabğiyya), des tailleurs. Les artisans travaillant le cuir sont moins fortement représentés, de même que les artisans des métaux et du bois (naḥḥāsīn/chaudronniers, bayāṭira/ maréchaux-ferrants, nağğarīn/charpentiers) : nous avons eu l’occasion de noter qu’il s’agissait d’artisanats pauvres. Les artisans travaillant les métaux précieux (orfèvres et bijoutiers) sont par contre assez nombreux.

47En ce qui concerne les commerçants, c’est le négoce des tissus qui domine de loin toutes les autres activités : 46 marchands d’étoffes diverses, auxquels il faut sans doute ajouter la plupart des 11 « tāğir » et « détaillants » dont l’activité n’est pas autrement définie. Les commerces de l’alimentation ne viennent qu’en seconde position avec 44 individus : surtout des zayyātīn et des grainetiers (quatorze), des ‘aṭṭārīn (dix-neuf), et des nuqalī/marchands de fruits secs (quatre). Les marchands de tabac sont également fort nombreux : 22 durant cette même période 1776-1798. Viennent ensuite des métiers très variés, mais moins largement représentés : quincailliers, changeurs, marchands de bois, etc...

48Dernier trait caractéristique de cette strate sociale, l’importance relative des activités de « services » : 10 qabbānī/peseurs, 5 dallālīn/ courtiers, etc...

Éléments de la fortune

  • 36 Tribunal, ‘Ask., v. 39, 35 (1626) ; v. 83, 189 (1690) ; ‘Arab., v. 61, 175 (1683) ; v. 64, 402 (16 (...)

49Ces artisans et commerçants disposaient naturellement de moyens techniques assez importants, une boutique et un ḥāṣil constituant un minimum qui était très souvent dépassé même par des individus ne possédant que de ressources relativement réduites : le ṣanādīqī/fabricant-marchand de caisses de bois ‘Abd al-Ġanī, dont la succession était estimée, en 1626, à 8.294/13.768 paras, n’avait pas moins de trois boutiques et de trois ḥāṣil, tous situés dans le quartier d’al-Azhar, où se trouvait le souq des ṣanādīqiyya ; de même ‘Umar b. ‘Abdīn, qumṣānī/ marchand de chemises au Ḫān al-Ḫalīlī, possédait des parts de dix qīrāṭ et demi dans trois boutiques sises dans le ḫān, d’une valeur de 1.968, 1.110, 1.575 paras, soit un total de 4.653 paras pour une succession de 10.267 paras en 1690. Pour des individus plus riches, ce capital pouvait être beaucoup plus important : le cheikh ‘Alī al-Ağhūrī, ‘aṭṭār au Sūq al-Faḥḥamīn, possédait 3 boutiques et sept ḥāṣil dans les wakāla al-Ḥarīriyyīn et al-Ahwāniyyīn et dans un rab‘ de la rue al-Ka‘akiyyīn (succession totale : 28.020 paras en 1683) ; al-Ḥāğğ Ḥammūda, zayyāt dans la rue de Bāb al-Ša‘riyya, avait des marchandises réparties dans deux boutiques et sept ḥāṣil situés dans le même quartier (succession 45.345 paras en 1687)36.

  • 37 Tribunal, ‘Ask., v. 214, 92 (1788).
  • 38 Tribunal, ‘Ask., v. 206, 112 (1782).
  • 39 Tribunal, ‘Ask., v. 78, 382 (1686).

50Ces locaux à usage professionnel constituaient assez souvent un « placement » et faisaient partie d’un patrimoine immobilier qui comprenait également des immeubles (ou des parts d’immeubles) de toutes sortes : c’est ainsi que l’amīn ‘iyār (contrôleur du titre de la monnaie) ‘Abd al-Rabb al-Nabī, qui vendait apparemment des tissus dans une boutique du Sūq al-Ṣāġa, possédait par ailleurs trois boutiques dans le souq voisin d’Amīr al-Ğuyūš (valeur 11.700 paras), une ḥissa de 8 qīrāṭ dans un autre immeuble (14.220 paras), et encore deux ḥiṣṣa dans un rab’ et un makān à Būlāq (valeur 9.000 et 10.970 paras) ; l’ensemble de ces biens (non compris le prix de sa boutique du Ṣāġa) avait une valeur de 45.890 paras, soit les deux tiers environ du montant total de la succession (71.965/34.543 paras)37. Le sayyid Wahba al-Šuwaïḫ, ṣabbāġ fī l-kandakī/teintuner en rouge, dont l’activité s’exerçait dans un ḥāṣil de la Wakāla ‘Aïn al-Ġazāl (localisée par la Description en 65 G 6, dans le quartier de Ḫurunfiš), et qui habitait dans le quartier voisin de Ğamāliyya, possédait des parts dans trois immeubles (‘aqār) d’une valeur de 4.693 paras, une part dans un makān sis dans Darb al-Tammār (non loin de Bāb al-Ša‘riyya, en 71 F 9) d’une valeur de 18.010 paras, et enfin une part dans un moulin, également dans Ḫurunfiš (valeur 12.015 paras) : la valeur totale de ces immeubles était de 34.718 paras, sur une succession de 43.787 / 24.083 paras38. Un marchand très modeste comme le Ḥāğğ Rāḍī, daḫāḫinī à Sūq al-Silāḥ, était propriétaire d’une boutique à la Citadelle (1.000 paras), de deux makān sis dans Darb al-Aḥmar à Sūq al-Ġanam (valeur : 1.500 et 3.000 paras), et d’une part d’une moitié dans un moulin situé dans la même rue : l’ensemble de ces biens immobiliers représentait 9.400 paras, soit la presque totalité d’une fortune estimée à 10.450 paras seulement39.

  • 40 Tribunal, ‘Arab., v. 32, 149 (1631) ; ‘Ask., v. 66, 104 (1663) ; v. 81, 413 (1688) ; v. 128, 540 ( (...)
  • 41 Tribunal, ‘Ask., v. 214, 466 (1788). Le fā’iḍ ou « surplus » était, d’après Shaw (Financial, 64), (...)
  • 42 Tribunal, ‘Ask., v. 216, 82 (1790). Les rizqa étaient un des moyens par lesquels il était possible (...)
  • 43 Tribunal, ‘Ask., v. 216, 211 (1790) ; v. 220, 280 (1792).

51Le fait que plusieurs de ces artisans et commerçants aient possédé des mamelouks et des iltizām doit être considéré comme particulièrement significatif, car il révèle que la tendance à s’arroger certains des privilèges de la caste dirigeante existait même dans la classe moyenne indigène. La propriété de mamelouks était naturellement réservée aux individus les plus fortunés car un mamelouk valait près du double d’un esclave noir (‘abd), soit de 2.000 à 4.000 paras au début du xviie siècle et de 5 à 10.000 vers 1700 : un tāğir en étoffes au Ḫan al-Ḫalīlī, un marchand de perles, un meunier (quatre mamelouks), un nuqalī/ marchand de fruits secs au Ḫān al-Ḫalīlī (successions 34.747, 41.963, 34.040, 22.483 paras constants)40. Aussi ce phénomène restait-il assez exceptionnel à ce niveau social et était-il plutôt caractéristique de de la bourgeoisie commerçante, et tout particulièrement des grands tuğğār en café et en épices. Par contre, la propriété d’iltizām ruraux paraît avoir été fréquente au xviiie siècle, surtout dans les dernières années : en 1788 un bannān/grilleur-marchand de café dans le Ğamāliyya est détenteur d’un fā’iḍ d’une qīrāṭ un quart dans un village, estimé à 3.600 paras (montant total de la succession : 17.140/8.227 paras)41 ; en 1790 un ḫaššāb/marchand de bois près de Bāb al-Ḫarq possède une rizqa d’un demi-feddan, d’une valeur de 4.118 paras (succession totale : 62.295/29.901 paras)42 ; en 1790 encore la succession d’un qaṣṣāb/boucher comprend des terres (aṭiyān) d’une superficie de 7 feddans environ en Qaliyūbiyya, représentant une valeur de 18.000 paras, sur une succession totale de 66.868/32.097 paras ; enfin la succession d’un qawwās/fabricant-marchand d’arcs du quartier de Ṣalība comprend en 1792, dans le village de Ṭaḥānūb en Qaliyūbiyya, d’une part des terres (aṭiyān) pour une valeur de 32.484 paras, et d’autre part divers produits agricoles (blé et lin) pour 5.453 paras, l’ensemble de ces avoirs ruraux représentant plus de la moitié de la succession (37.937 paras sur 56.079/25.796)43.

Influence dans les métiers

52C’est à cette catégorie d’artisans et de commerçants moyens qu’appartenaient le plus souvent les cheikhs de corporation : ils sont treize sur les dix-huit cheikhs de métiers dont nous avons trouvé les successions dans le Maḥkama, entre 1776 et 1798. Encore les cinq cheikhs appartenant à la catégorie supérieure (plus de 50.000 paras de succession) ne dépassent-ils que de très peu la limite de la classe moyenne : cheikh des tuğğār bi-sūq Amīr al-Ğuyūš (65.184 paras constants) ; cheikh des dallālīn fī l-kittān bi-Būlāq (53.107) ; cheikh des baṣmağiyya (62.432) ; cheikh des ğabbāsīn (53.758) ; cheikh des sukkariyya (52.362). Il paraît donc tout à fait légitime de dire que c’était cette classe moyenne qui dominait l’organisation corporative.

Vie matérielle

53La plus grande partie des artisans et commerçants moyens exerçaient leur activité professionnelle dans Qāhira (109 sur 155 y étaient localisés entre 1679 et 1700, soit 70,3 % ; et 124 sur 208 entre 1776 et 1798, soit 59,6 %), plus précisément dans les grands quartiers commerçants de Qāhira : d’abord le Ġūriyya et le Ḥamzāwī, puis le Ḫan al-Ḫalīlī, le Ṣāġa et le Ğamāliyya qui rassemblaient 82 commerçants et artisans moyens entre 1679 et 1700, 91 entre 1776 et 1798. Les quartiers du sud (centres de Rumaïla et Sūq al-Silāḥ, Qawṣūn et Ibn Ṭūlūn) ne rassemblaient que 23,2 % et 26,4 % du nombre total des artisans et commerçants moyens en 1679-1700 et en 1776-1798 ; les quartiers de l’ouest 6,4 % et 11,5 % seulement durant chacune de ces deux périodes.

  • 44 Prisse d’Avennes, Mœurs et coutumes, 427 a.
  • 45 Lane, Manners, 321-4.

54La vie quotidienne de ces marchands se déroulait, telle que la décrivit plus tard Prisse d’Avennes, suivant le rythme du déplacement de la boutique à la maison : « Le marchand riche ou pauvre qui a boutique sur la rue ou dans le khan ne s’occupe de son commerce qu’une partie de la journée. Dès sept à huit heures du matin le marchand apparaît dans sa boutique et la ferme le soir avant le coucher du soleil, heure à laquelle la population se retire pour les prières, le repas et les relations de famille... L’habitation du marchand toujours séparée de sa boutique est située quelquefois assez loin. C’est toujours un sanctuaire où il n’aime pas laisser pénétrer les profanes »44. Lane a fait dans ses Manners and customs un tableau assez précis de la vie dans les marchés pour qu’il ne nous paraisse pas nécessaire de revenir sur ce sujet que nous avons d’ailleurs précédemment abordé lorsque nous avons parlé des souqs et des boutiques45.

  • 46 Tribunal, ‘Arab., v. 60, 79 (1681) ; v. 59, 328 (1679).
  • 47 Tribunal, ‘Arab., v. 75, 89 (1705).

55Les documents du Maḥkama nous laissent entrevoir une vie matérielle relativement simple : dans la succession de ‘Umar, tāğir au Sūq al-Harāmiziyyīn, les effets, la vaisselle et le mobilier de la maison comptaient seulement pour 7.931 paras, sur un total de 31.931 paras ; le meunier al-Ḥāğğ Muqallid dont l’équipement technique était assez important (16 bœufs, 7 chameaux, une mule, et un outillage estimés à 16.000 paras) ne possédait que pour 300 paras de vêtements et pour 1.500 paras de matériel de maison, pour une succession totale de 33.000 paras46. La succession d’un qawwāf/cordonnier, de condition il est vrai assez modeste, puisque sa fortune ne s’élevait qu’à 10.833/10.075 paras en 1705, se décomposait de la manière suivante : « stock » de chaussures, 1.628 paras ; ğedik de sa boutique, 1.500 paras ; numéraire, 3.869 paras ; la plus grande partie du reste, 3.832 paras, représentait ses biens personnels. Ils comprenaient une garde-robe assez réduite dont l’essentiel était constitué par quatre qafṭān d’une valeur de 80, 40, 60 et 30 paras (ce dernier « vieux », qadīm), deux ceintures, quelques tissus, au total 672 paras. Le mobilier de son logement du quartier de Ṭūlūn était évalué à 200 paras, auxquels s’ajoutait la « vaisselle » (910 paras) : 90 assiettes de cuivre, petites et grandes, quelques bassins et casseroles de cuivre également, un plateau d’argent. Seuls luxes : quelques bijoux (deux bracelets d’or, un anneau, au total 1.750 paras) et un fusil (300 paras). Le montant du loyer annuel du logement, 540 paras seulement par an, est en harmonie avec les autres éléments du train de vie47.

  • 48 Tribunal, ‘Arab., v. 61, 175 (1683) ; ‘Ask., v. 208, 87 (1784).
  • 49 Voici quelques autres exemples tirés des documents du Maḥkama : maison d’un bunduqğī au Darb al-Aḥ (...)

56Seuls les plus pauvres résidaient dans des rab‘ : douze sur les 166 individus dont nous connaissons le domicile pendant la période de 1776 à 1798 (fortune moyenne 11.226 paras constants seulement). Une bonne partie de ceux qui occupaient des oda dans les ḫān ou les wakāla étaient des étrangers ou des provinciaux. Le plus souvent les artisans et commerçants de cette catégorie habitaient des maisons parfois à titre de locataires, comme notre cordonnier de Ṭūlūn, dont la boutique se trouvait dans Qaṣaba Riḍwān ; mais ils étaient en général propriétaires, en tout ou en partie, de leurs maisons dont le prix variait naturel-ment suivant leur importance, et suivant le quartier où elles s’élevaient : le makān où résidait ‘Alī al-Ağhūrī, ‘aṭṭar mentionné plus haut, valait 2.400 paras, bien que situé dans le quartier de l’Azbakiyya ; par contre Muḥammad Darwīš, ‘aqqād dans le quartier Ašrafiyya, habitait hors du Caire, dans Darb al-Ṭanbalī, une maison dont il ne possédait que 19 qīrāṭ, d’une valeur de 20.520 paras, ce qui paraît considérable puisque l’ensemble de sa succession ne s’élevait qu’à 37.520/20.636 paras (1784)48. D’une manière générale l’habitation représentait une part élevée de la fortune, souvent plus de la moitié dans le cas des successions les plus importantes49.

57Les artisans et commerçants moyens résidaient généralement à proximité immédiate de leur lieu de travail : la moitié environ de ceux dont nous avons pu localiser le domicile avec précision habitaient à l’intérieur des limites de Qāhira, soit 33 sur 74 entre 1679 et 1700 (44,6 %), et 74 sur 166 entre 1776 et 1798 (44,6 % également). Notons seulement que ce pourcentage est notablement inférieur à celui de ceux de ces artisans et commerçants qui avaient leur atelier et leur boutique dans Qāhira (70,3 % et 59,6 % pendant les deux périodes considérées). Une partie non négligeable de ceux qui travaillaient dans le centre allait donc résider dans les quartiers périphériques de Qāhira (région de Mu’ayyad, du Mūskī, de Ğamāliyya), et surtout dans les quartiers situés au-delà du Ḫalīğ, où se trouvaient 28,3 % des résidences entre 1776 et 1798 (contre 11,5 % seulement des locaux professionnels) : Bāb al-Ša‘riyya, et surtout l’Azbakiyya, étaient devenus récemment, au cours du xviiie siècle, des quartiers d’habitation pour la bourgeoisie moyenne. Les quartiers sud, à part la région de Bāb Zuwaïla, voisine du Caire fatimide, avaient une vie plus indépendante de Qāhira : on y comptait, en 1776-1798, 22,9 % du nombre total des résidences, ce qui correspondait à peu près au pourcentage des artisans et commerçants qui y travaillaient.

5. LA BOURGEOISIE COMMERÇANTE

  • 50 Chabrol, Essai sur les mœurs, 364-5. Nous rappelons que Jomard donne deux évaluations différentes  (...)

58La limite inférieure que nous avons proposée pour la bourgeoisie commerçante, 50.000 paras constants de succession, est trop basse pour que les membres de cette catégorie sociale correspondent exactement à ceux que Chabrol appelle « négociants dont les spéculations s’étendent à l’extérieur », et dont il évalue le nombre à 4.00050. Même en tenant compte du fait que les auteurs de la Description incluent dans ce total les étrangers temporairement installés au Caire, cette catégorie est à son tour plus large que celle des tuğğār en café et épices dont nous avons eu précédemment déjà l’occasion de définir les contours. Si nos informations nous permettaient de cerner de plus près la réalité sociale, il faudrait certainement distinguer d’une bourgeoisie aisée, dont les successions, dans le Maḥkama, se situeraient entre 50.000 et 200.000 paras, l’aristocratie marchande des tuğğār sur laquelle nous serons souvent amenés à concentrer notre exposé parce que c’est la catégorie sociale que nous connaissons le mieux. Toutefois, l’ensemble de la « bourgeoisie » nous paraît présenter des traits communs suffisamment marqués pour qu’on puisse l’étudier globalement.

59Traits généraux

60Si nous parlons de bourgeoisie « commerçante » c’est que dans cette strate sociale les artisans ne jouent plus qu’un rôle très effacé. Entre 1679 et 1700 sur 185 individus dont les successions dépassent 50.000 paras constants, on ne trouve que 20 artisans contre 156 commerçants ; et entre 1776 et 1798, 22 artisans contre 129 commerçants (sur 157 successions), soit une proportion à peu près équivalente. Les « arts » représentés ont en général un caractère « industriel » : les sukkarī/ fabricants-marchands de sucre sont les plus nombreux, avec les presseurs d’huile (ma’ṣarānī et sīrğātī) et les plâtriers (ğabbāsīn) ; figurent en bonne place aussi un certain nombre de métiers du textile (baṣmağiyya, ḥarīriyya, ’aqqādīn) ; le travail des métaux n’est représenté que par les naḥḥāsīn/ chaudronniers ; les métiers de l’alimentation, du fer, du bois et du cuir qui étaient en général peu prospères sont inexistants. Les activités de « services » (courtage, pesage, mesurage...) sont également peu représentées.

61Dans ses activités commerciales cette bourgeoisie s’intéressait surtout aux produits du commerce international. Le commerce du café et des épices et celui des étoffes occupaient à eux seuls 127 négociants (sur 156) entre 1679 et 1700, et 95 (sur 129) entre 1776 et 1798. Si on y ajoute les commerçants en huile importée, riz, fruits secs, tabac, savon, bois, safranum, sel ammoniac, et en esclaves, tous objets en provenance ou à destination des pays étrangers, occidentaux, orientaux ou africains, on arrive, à quelques unités près, au nombre total des commerçants dont les successions dépassaient 50.000 paras. De la fin du xviie à la fin du xviiie siècle le commerce oriental avait connu un certain déclin alors que celui des tissus s’était considérablement développé, ce qui avait inversé la proportion entre ces deux activités : entre 1679 et 1700, 88 commerçants en café et en épices et 39 commerçants en tissus et en textiles ; entre 1776 et 1798, 31 commerçants en café et en épices et 64 marchands de tissus et de produits textiles. Mais la domination globale de ces deux activités restait aussi impressionnante.

62Autre caractère distinctif de cette strate sociale, le rôle important qu’y jouaient les étrangers : pour 157 successions de plus de 50.000 paras (période 1776-1798), on ne comptait pas moins de 69 étrangers, soit un peu moins de la moitié. La proportion des étrangers croissait avec l’élévation des fortunes : pour les successions comprises entre 50.000 et 100.000 paras, 21 étrangers sur 67 individus ; de 100.000 à 200.000, 21 sur 41 ; au-dessus de 200.000, 27 sur 49.

Prédominance économique des grands commerçants

63Les grands commerçants du Caire détenaient, nous le savons, une part considérable de la fortune globale : les 185 successions de plus de 50.000 paras représentaient entre 1679 et 1700, 39,5 % du nombre total des successions d’artisans et de commerçants (468) ; mais le montant total de leurs successions s’élevait à 60.280.660 paras, soit 93,2 % du montant total des successions. Pour la période 1776-1798 les chiffres correspondants sont les suivants : nombre des successions de plus de 50.000 paras, 157, soit 27,7 % du total (567), mais avec 88,4 % du montant total des successions pour cette période.

64Plus on s’élevait dans cette aristocratie de fortune, plus la domination des plus riches était écrasante :

65— les successions de plus de 200.000 paras constants représentaient :

66en 1679-1700 18,2 % du nombre total des successions ; et 77,3 % de leur montant.

67en 1776-1798 8,6 % du nombre total des successions ; et 68,6 % de leur montant.

68— les successions de plus de 500.000 paras représentaient :

69en 1679-1700 7 % du nombre total des successions ; et 53,2 % de leur montant.

70en 1776-1798 3 % du nombre total des successions ; et 50,2 % de leur montant.

  • 51 Evliya Čelebi, X, 375.
  • 52 D’après Ashtor (Kārimī merchants, 51) le nombre des Kārimī avoisinait 200. Voir Wiet, Marchands d’ (...)
  • 53 Voir sur ce point le chapitre IV, pp. 145-6.

71On souhaiterait connaître l’importance numérique du groupe des tuğğār qui dominaient aussi évidemment la vie économique du Caire et de l’Égypte ottomans. Evliya Čelebi vers 1660 estimait qu’il y avait 600 négociants en café (kahve tüggaran) au Caire51. Cette évaluation n’est pas très lointaine de celle à laquelle nous arrivons en partant des chiffres annuels d’arrivage du café mentionnés dans les successions des tuğğār : pour les années 1661 à 1700 (41 chiffres), la moyenne des arrivages annuels par tāğir est de 308 qanṭār (arrivage minimal 25, maximal 1.074). De 1701 à 1750 (27 chiffres) la moyenne par tāğir est de 304 qanṭār (minimum 44, maximum 915). De 1750 à 1798, nous ne disposons que de 6 chiffres qui donnent une moyenne de 453 qanṭār par tāğir. En retenant 300 qanṭār comme la moyenne annuelle des arrivages par tāğir, 100.000 qanṭār comme chiffre moyen des importations en année normale, nous arriverions à un total d’environ 350 tuğğār, qui est évidemment inférieur à la réalité, compte tenu du fait que les archives du Maḥkama contiennent une proportion exagérée de successions importantes. Un chiffre de 500 tuğğār environ vers la fin du xviie siècle paraît donc assez vraisemblable52, mais le nombre des négociants engagés dans le commerce oriental du café et des épices diminua vraisemblablement vers la fin du xviiie siècle53.

Lieux de travail et de résidence.

72C’est dans le centre de Qāhira, dans les souqs où se concentrait le commerce international, que travaillaient les grands commerçants, d’une manière à peu près exclusive. On y trouvait 87 négociants sur les 104 que nous avons localisés en 1679-1700, et 93 sur 114 en 1776-1798, ainsi répartis : dans le Ġūriyya et le Ḥamzāwī 30 (en 1679-1700) et 33 (en 1776-1798), soit environ un sur trois ; dans le Ḫān al-Ḫalīlī 26 et 23, soit un sur quatre ; dans la région d’al-Azhar 15 et 5 ; dans le Ğamāliyya 11 et 18 ; dans le Ṣāġa 5 et 14. Les quelques grands commerçants qui travaillaient en dehors des quartiers centraux (huit en 1679-1700, neuf en 1776-1798), se répartissaient entre les rares foyers d’activité économique spécialisée qui existaient hors de Qāhira (Bāb al-Ša‘riyya, Rumaïla, Ibn Ṭūlūn).

  • 54 Ces trois palais sont classés sous les numéros 72, 471 et 20. Des documents trouvés dans les archi (...)

73Ces grands bourgeois commerçants du Caire fixaient leur résidence de préférence à proximité des marchés où ils avaient leurs boutiques et leurs entrepôts ; dans Qāhira se trouvaient, en 1679-1700, 36 des 48 résidences localisées, et en 1776-1798, 71 sur 91, soit un pourcentage de 75 % dans le premier cas, et de 78 % dans le second. Le centre de la vieille ville, où habitaient également nombre de cheikhs, était donc par excellence un quartier de résidence bourgeoise. Très fortement concentrées dans le quartier du Ḫān al-Ḫalīlī et de Baït al-Qāḍī à la fin du xviie siècle (vingt marchands sur un total de quarante-huit), ces habitations bourgeoises étaient, un siècle plus tard, plus également réparties dans les divers quartiers du centre : Ḫān al-Ḫalīlī (quatorze), Ğamāliyya (quatorze), Ṣāġa (douze) ; six et quatre seulement dans les quartiers d’al-Azhar et du Ḥamzāwī. Les marchands évitaient en général les rues principales (et en particulier la Qaṣaba) trop animées et trop bruyantes, et où d’ailleurs l’espace était rare et cher ; leurs maisons se trouvaient dans les petites rues adjacentes, telles la maison de Ğamāl al-Dīn al-Ḏahabī dans la rue Ḫušqadam, la maison de Muṣṭafā Ğa‘far dans Darb al-Aṣfar, ou celle de Maḥmūd Muḥarram dans Darb al-Masmaṭ, où on peut encore les voir54.

  • 55 Voir notre article, Quartiers de résidence, 69-72 et 78-90.
  • 56 Tribunal, ‘Ask., v. 41, 295 (1630).
  • 57 Tribunal, ‘Ask., v. 211, 344 (1786). Voir notre article Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām, 94-5.
  • 58 Ğabartī, II, 3. Voir aussi notre article Quartiers de résidence, 86-7. Néanmoins les Šarāïbī avaie (...)

74Peu de grands commerçants résidaient dans la région sud : 11 à la fin du xviie siècle, mais 2 seulement un siècle plus tard. Le mouvement de désaffection de la classe dirigeante à l’égard de ce quartier s’était donc étendu à la fraction la plus riche de la société indigène. Par contre on voit s’amorcer vers la fin du xviie siècle un déplacement des résidences bourgeoises vers l’ouest, c’est-à-dire vers les régions plus aérées du Ḫalīğ, et, au delà, de la Birka al-Azbakiyya, mouvement qui annonçait la migration des résidences d’émirs qui allait se produire dans la deuxième moitié du xviiie siècle55. Le quartier du Mūskī, qui avait une « façade » sur le Ḫalīğ, passe de quatre résidences « bourgeoises » à la fin du xviie siècle, à dix à la fin du siècle suivant. Même changement dans les quartiers situés à l’ouest du Ḫalīğ : une seule résidence bourgeoise entre 1679 et 1700 ; vingt et une entre 1776 et 1798. Les alentours de la Birka al-Azbakiyya étaient à peu près vides de belles résidences au xviie siècle : Faḫr al-Dīn ’Uṯmān Ibn Ma’mūr qui avait été šāh bandar des tuğğār du Caire et dont la succession s’élevait, en 1630, à 2.688.169/4.005.372 paras, possédait certes des maisons (amākin) à l’Azbakiyya, mais rien n’indique qu’il y ait habité56. L’installation des grands commerçants commença autour de l’étang au début du xviiie siècle, souvent sans doute sous la forme de résidences d’été, les tuğğār conservant une maison dans le centre du Caire, tels ’Umar Ġurāb qui possédait également un domicile à Ḫušqadam (1786), ou le šāh bandar Aḥmad ibn ’Abd al-Salām dont la résidence de Qāhira s’élevait derrière le Ġūriyya57. Mais c’est à l’Azbakiyya que la grande famille des Šarāïbī avait sa résidence principale, dès les premières décennies du siècle, et, entre 1701 et 1750, 6 tuğğār en café et épices sur 36 y habitaient déjà. A la fin du siècle sept grands commerçants résidaient autour de l’Azbakiyya, beaucoup sans doute dans le quartier de Sākit où Ğabartī raconte qu’après l’incendie qui l’avait ravagé en 1776, plusieurs notables s’étaient construit des maisons, parmi lesquels les trois grands tuğğār Umar Ġurāb, ‘Abd al-Salām et Maḥmūd Muḥarram58. La plus grande partie des autres résidences de grands commerçants sur la rive ouest du Ḫalīğ se trouvaient dans la région de Bāb al-Ša‘riyya dont la faveur s’explique sans doute, outre l’activité économique propre à ce quartier, par la proximité du Ḫalīğ.

75Puissance matérielle des grands commerçants

  • 59 C’est sans doute pour cette raison que les évaluations faites par les chroniqueurs sont plus élevé (...)

76Les principaux commerçants détenaient des fortunes parfois énormes, dont on ne pourrait d’ailleurs apprécier l’importance réelle que si les documents relatifs aux successions tenaient compte de l’ensemble de la fortune (et en particulier des biens immobiliers) ce qui est rarement le cas59. Voici la liste des plus importantes successions que nous ayons rencontrées au cours de nos dépouillements :

77Qāsim al - Šarāibī (1735) 12.642.372/8.849.660 paras.

78Maḥmūd Muḥarram (1795) 15.742.498/5.667.299 paras.

79‘Uṯmān b. Ḥasūn (Maghrebin) (1740) 7.986.700/5.191.355 paras.

80Muḥammad al-Muwaqqi‘ (Syrien) (1715) 7.720.576/5.172.782 paras.

81Aḥmad Ḥadda (1755) 6.909.275/4.214.658 paras.

82Murād a l - Šuwaiḫ (1762) 6.780.469/4.068.281 paras.

83‘Uṯmān Ibn Ma‘mūr (1630) 2.688.169/4.005.372 paras.

  • 60 On appréciera mieux l’importance des successions de tuğğār si on les compare à celles d’émirs du t (...)

84Ce sont tous des tuğğār en café et en épices. Sans doute y aurait-il lieu d’ajouter Muḥammad al-‘Arāïšī, frère d’Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām, qui, bien que résidant à Ğudda, était un commerçant égyptien, et dont la succession, liquidée en 1788 au Maḥkama, s’élevait à 13.805.595/ 6.626.686 paras60.

  • 61 Voir chapitre VII, pp. 295-6.
  • 62 Tribunal, ‘Arab., v. 65, 88 (1687) ; ‘Ask., v. 219, 563 (1791).
  • 63 Tribunal, ‘Ask., v. 127, 543 (1727) ; v. 100, 26 (1708) ; v. 89, 315 (1696).
  • 64 Aḥmad Čelebi, 160 b.

85En dehors du « capital technique » d’importance très variable dont disposaient les grands négociants61, une part considérable de leur fortune était investie en biens immobiliers commerciaux ou non (boutiques, wakāla, maisons de rapport, etc...), beaucoup plus rarement en ateliers artisanaux. Nous avons trouvé dans les registres du Tribunal de nombreux exemples de ce genre de placements. Le ḥāğğ Yūsuf, muḫallalātī/marchand de condiments, outre des objets personnels, et des espèces estimées en 1687 à 220.631 paras, lègue un nombre impressionnant de biens immeubles, dont la liste est dressée, mais sans indication de prix : quatorze makān, deux constructions, deux ḥāṣil, plus un moulin/ ṭāḥūn, un four et trois qā‘a, dont il possédait en général des parts de 15 qīrāṭ, soit un peu moins des deux tiers. Même variété chez un courtier en soie (simsār fī l-ḥarīr) dont la succession, estimée en 1791 à 347.209/ 163.188 paras, comprend, entre autres, six makān, deux boutiques, deux qā‘a, un ḥawš, et un maq’ad, dont la valeur globale, 207.000 paras, est un peu supérieure aux 4/7e du montant total de la succession62. Ces investissements sont surtout très importants dans les successions de tuğğār : ‘Abd al-Raḥmān al-Tūnisī, tāğir en café du quartier de Ṭūlūn, laisse un total de 222.335/168.975 paras, dont 138.604 paras en biens immeubles, comprenant 6 makān, une boutique et deux ḥāṣil (1727). Dans l’héritage de Šaḥāḏa al-Ṣāfūrī entrent un grand nombre de biens immeubles (‘aqārāt) qui ne sont pas comptés dans sa succession, évaluée à 730.632/584.505 paras : douze makān et dix boutiques possédés en toute propriété ou en partie. Dans la succession d’un tāğir riche comme ‘Abdallāh al-Ḥumsī, les biens immobiliers ne représentent pas moins du septième de l’actif, 162.604 paras sur 1.201.895/1.009.592 : ils se répartissent, d’une manière très classique, en deux makān, cinq ḥāṣil et deux boutiques63. Rappelons enfin qu’en 1725 les Šarāïbī possédaient sept wakāla, plusieurs bains, etc...64.

  • 65 Tribunal, ‘Ask., v. 226, 647 (1797).

86Une autre forme de placement qui prit un grand développement au cours du xviiie siècle est l’acquisition de fermages ruraux, sans doute en raison de la sécurité et du bon rapport de ce type d’investissement. Il n’était nullement réservé aux plus riches des commerçants : le ḥāğğ Yaḥyā al-Qarwalī, tāğir au Sūq al-Ġūriyya, qui ne laissait qu’une fortune relativement modeste (178.662/53.599 paras), possédait une hissa de 5 qīrāṭ dans un village de Ġarbiyya65. Mais les exemples les plus nombreux se rencontrent naturellement chez les commerçants en café qui disposaient de capitaux plus importants. Nous verrons plus loin comment, dans une famille comme les Šarāïbī, ce genre d’investissement prit une importance relative de plus en plus considérable.

Le train de vie des marchands du Caire

  • 66 Tribunal, ‘Ask., v. 90, 322 (1696) ; v. 143, 2 (1736).
  • 67 Tribunal, v. 147, 238 (1740).

87Certains commerçants, dont les fortunes n’étaient pas médiocres, avaient apparemment un train de maison assez modeste. Cela est déjà surprenant dans le cas de Ğa‘far, tāğir au Sūq al-Harāmiziyyīn, dont la succession (161.253/135.452 paras) ne comportait en effets et biens personnels qu’un montant de 6.131 paras, ou dans celui de Muṣṭafā b. Sulaïmān, tāğir en café, qui laissait 683.882/465.040 paras, sur lesquels 12.337 paras seulement représentaient les effets personnels trouvés dans son ḥāṣil et à son domicile66. Mais on est plus étonné encore de constater qu’on n’avait trouvé chez ‘Uṯmān b. Ḥasūn, dont nous avons mentionné plus haut l’énorme fortune, que pour 39.900 paras d’effets personnels, d’étoffes, de bijoux67.

  • 68 La Jonquière, L’Expédition d’Egypte, III, 490.
  • 69 Mémoires divers, Mémoire de la ville du Caire, 174 b.
  • 70 Tribunal, ‘Ask., 143, 281 (1736) ; v. 173, 237 (1762) ; v. 226, 357 (1797).
  • 71 Tribunal, ‘Ask., v. 140, 218 (1735).
  • 72 Tribunal, ‘Ask., v. 169, 46 (1759) ; v. 179, 311 (1766).

88Cela ne devait cependant pas être le cas le plus fréquent car, à en croire les gens de l’Expédition, les grands commerçants avaient un évident désir de « paraître » : lorsque Bonaparte se rendit à Suez en décembre 1798, il était accompagné de marchands « turcs » dont « le moins fastueux » avait à sa suite « au moins huit domestiques : un portait la pipe, l’autre devait faire le café, un troisième était chargé de la tente ». Ces négociants avaient remarqué la simplicité du cortège du général qui voyageait accompagné seulement de trois domestiques, et l’un d’eux s’était étonné : « J’ai onze personnes pour me servir moi qui ne suis qu’un simple marchand : voilà un homme qui peut disposer de tout ce qu’il y a dans le pays et qui se contente de trois domestiques »68. Et l’auteur anonyme du Mémoire de la ville du Caire, parlant des « maisons » du Caire, remarquait que si un « Grand Seigneur » pouvait avoir au Caire jusqu’à 150 ou 200 personnes, les maisons des « bons marchands » ne comptaient pas moins de 20 ou 30 personnes, les artisans se contentant habituellement de deux ou trois esclaves69. Les principaux marchands du Caire vivaient assurément avec un certain faste : dans la succession de Muḥammad Čelebi Luṭfī les effets et biens personnels retrouvés au domicile du marchand représentaient 40.880 paras sur un total de 2.435.280/1.655.990 paras (1736) ; dans celle de Murād al-Šuwaïḫ, 116.180 paras sur 6.780.469/4.068.281 paras (1762) ; dans celle de ‘Alī Abū Qūra enfin (en 1797), 178.774 paras sur un total de 7.392.294/2.217.688 paras70. La succession de Qāsim al-Šarāïbī (1735) comportait des bijoux (ğawāhir) pour 34.775 paras, de la vaisselle pour 86.991 paras, et l’inventaire des effets (aṭmār), de la vaisselle (ṣuḥūn), du « mobilier » (farš) trouvés à son domicile de l’Azbakiyya s’élevait par ailleurs à 155.709 paras, soit au total 277.475 paras71, somme importante mais nullement supérieure comparativement à celles qui ont été mentionnées précédemment, et qui représentent en moyenne environ un cinquantième du montant total des biens. L’exemple de deux membres de la famille des Šarāïbī, morts après Qāsim, nous montre comment les dépenses somptuaires finissaient par représenter une part de plus en plus considérable des avoirs chez les membres de ces grandes dynasties commerçantes, sans doute aux dépens des investissements productifs : Aḥmad, fils de Muḥammad al-Dāda, mort en 1759, un quart de siècle après son frère Qāsim, laissa un héritage de 574.734/350.588 paras, dont un tiers était constitué par les biens trouvés à son domicile de l’Azbakiyya, vêtements, vaisselle, mobilier, livres (187.500 paras) ; quelques années plus tard, Ḥasan Abū ‘Alī, fils de Qāsim, laissait 767.299/460.379 paras, sur lesquels les objets personnels, la vaisselle représentaient 219.385 paras ; en y ajoutant les bijoux et objets d’or qui étaient comptabilisés avec les espèces, on arriverait à une proportion encore plus élevée que dans le cas d’Aḥmad (1766)72.

  • 73 Tribunal, ‘Ask., v. 90, 322 (1696) ; 569 (1696) ; v. 212, 470 (1786).
  • 74 Tribunal, ‘Ask., v. 82, 392 (1689) ; v. 102, 516 (1712) ; v. 217, 580 (1791).
  • 75 Citadelle, VI, 569, 570, 578 (8 ḏū l-qa‘da 1203/31 juillet 1789).
  • 76 Numéro de classement 72. Comité, VI (1889), 114 ; XVI (1899), 122. Briggs, Muhammadan Architecture(...)
  • 77 Maison construite, semble-t-il, vers 1779-1788 et classée sous le numéro 20. Comité, XXXII (1915-1 (...)
  • 78 Damurdāšī, 552. Citadelle, VI, 569, 570, 578.

89L’importance du train de vie des grands marchands du Caire trouvait son expression la plus ostentatoire dans les résidences souvent somptueuses qu’ils acquéraient, ou se faisaient construire. Chez des commerçants d’importance moyenne la maison pouvait représenter jusqu’au quart de la succession : le makān situé près du mašhad al-Ḥusaïnī où habitait Ğa‘far, tāğir en tissus au Sūq al-Harāmiziyyīn, valait 32.000 paras (succession totale 161.253/135.452 paras en 1696) ; celui d’Aḥmad b. ‘Abd al-Qādir, commerçant en étoffes du Sūq al-Šarb, dans Suwaïqa al-Ṣāḥib, était évalué à 32.958 paras (succession totale 131.207/110.214 paras, en 1696 également) ; enfin, Ḥasan al-Ṣawwāf, marchand de laine de situation relativement modeste, puisque sa succession s’élevait en 1786 à 108.757/54.378 paras, n’en était pas moins propriétaire d’un makān d’une valeur de 27.000 paras, sis dans Suwaïqa al-Zalaṭ73. Rien d’étonnant donc à ce que les tuğğār les plus riches aient possédé de très coûteuses résidences : celle d’Aḥmad b. Sulaïmān al-Maġribī, dans le quartier de Ṭūlūn, valait 75.000 paras (succession totale 559.200/548.016 paras en 1689) ; celle de ‘Abd al-Dā’im al-Šarāïbī, à l’Azbakiyya, 125.000 paras (succession totale 747.191/590.281 paras en 1712) ; celle d’Aḥmad Bārū ( ?), dans le quartier d’al-Azhar, 270.000 paras (succession totale 512.292/240.777 paras en 1791)74 ; celle enfin que le tāğir Maḥmūd Ḥasan acheta en 1789, en trois lots, à l’Azbakiyya, lui coûta 279.697 paras, c’est-à-dire le prix d’une wakāla75. De ces maisons de tuğğār quelques beaux exemplaires sont parvenus jusqu’à nous : celle de Ğamāl al-Dīn al-Ḏahabī, construite en 1044/1634, avec son gracieux maq‘ad à deux baies, sa jolie cour, sa qā‘a à lambris de bois et à marbres polychromes, et ses nombreuses dépendances est un excellent exemple de luxe intime et discret76. Le faste et les dimensions exceptionnelles du palais construit dans les dernières années du xviiie siècle par Maḥmūd Muḥarram, avec ses nombreuses pièces disposées sur deux étages autour de la cour d’honneur, expliquent que Muḥammad ‘Alī ait pu le racheter au début du xixe siècle pour en fin de compte le destiner au logement des hôtes de marque de l’Égypte, d’où le nom de Musāfirḫāna qu’il a gardé jusqu’à notre époque77. Ils permettent aussi d’imaginer l’importance qu’avait vraisemblablement la vaste demeure que les Šarāïbī possédaient auprès de la Birka al-Azbakiyya et qui passa vers 1750 entre les mains de l’émir dominant du Caire à cette époque, Riḍwān Katḫudā, mais peut-être en partie seulement, car la résidence achetée en 1789 par Maḥmūd Ḥasan semble avoir été une dépendance de celle des Šarāïbī, le prix payé pour ce seul makān al-ṣaġīr donnant une idée de ce que valait le makān al-kabīr78.

  • 79 Aḥmad Čelebi, 240 a. Description, 191 G 11, Gâma’ el-Chorâyby. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, V, 31-2. Comité, (...)
  • 80 Description, 128 F 5. Comité, XXXIII (1920-1924), 73.
  • 81 Description, 191 F 7, Gâma Choueykh. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, III, 23 (il la qualifie de zāwiya). L’inscr (...)
  • 82 Description, 451 Κ 7. Ğabartī, I, 342-4. ‘Alī Pāšā (Ḫiṭaṭ, VI, 18) la qualifie de zāwiya. Comité, (...)
  • 83Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, II, 74 ; V, 110. Hautecœur et Wiet, Mosquées, 344. Yūsuf Aḥmad, I, 88. Classée s (...)

90Les mosquées assez nombreuses que Le Caire doit aux grands marchands d’épices doivent être considérées autant comme les manifestations « de prestige » destinées à perpétuer le souvenir de leur puissance que comme des œuvres pies. Aussi bien ces constructions religieuses étaient-elles en général élevées à proximité immédiate de leurs résidences. C’est en 1733 que Qāsim al-Šarāïbī acheva de construire, dans le quartier de Ru’i‘ī, à la pointe nord-est de la Birka al-Azbakiyya, le masğid qu’on peut encore y voir de nos jours et dont la relative modestie n’évoque qu’imparfaitement la puissance du šāh bandar des tuğğār qui en fit les frais ; un santon assez obscur du quartier qui est enterré là, le cheikh al-Bakrī (mort en 1209/1794-5), a même ravi au tāğir l’honneur de donner son nom au sanctuaire79. Le tāğir construisit aussi à proximité de sa wakāka une zāwiya et un abreuvoir, dont il ne reste aujourd’hui aucune trace80. Le temps et les hommes n’ont pas été plus cléments pour la mosquée vraisemblablement édifiée par Murād al-Šuwaïḫ, à proximité de sa maison et de sa wakāla, près de Bāb al-Ša‘riyya : la mosquée qui, d’après une inscription aujourd’hui perdue, fut construite en 1175/1761-2, a disparu à une époque relativement récente, de même que la wakāla dont subsiste cependant le portail ; seule la petite rue qui longeait la wakāla conserve encore le souvenir de Šuwaïḫ81. La petite mosquée, ou plus modestement zāwiya, où se trouve la tombe d’Aḥmad ibn ’Abd al-Salām, ne fut probablement que restaurée par le šāh bandar des tuğğār du Caire qui s’était construit une maison de l’autre côté de la petite place où elle s’élève : en dehors de son porche trilobé, qui est resté relativement en bon état, elle est aujourd’hui très dégradée ; elle aussi porte le nom du saint homme dont elle abrite la tombe, Alī ibn ‘Arabī82. La mosquée construite par un autre šāh bandar, Maḥmūd Muḥarram, ou du moins largement restaurée par lui dans un style « néo-mamelouk », en 1207/1792-3, donne une idée plus juste de la richesse de ce personnage : située tout près du palais du tāğir, dans le cœur du Ğamāliyya, elle constitue comme le dernier symbole visible de la puissance des grands tuğğār, juste avant que l’Expédition française ne scelle le sort de l’Égypte ottomane83.

Cohésion et puissance sociale des tuğğār

  • 84 Sur le titre de ḫawāğā voir Sauvaire, Description, 268 ; G. Wiet, Catalogue, Objets en cuivre, 139 (...)
  • 85 Sur l’organisation des tuğğār voir plus loin le chapitre XII, pp. 578-582.

91Les tuğğār en café du Caire que distinguait même l’appellation de ḫawâğâ qui leur fut longtemps réservée84 et qui avaient une organisation quasi corporative particulière placée sous l’autorité du šāh bandar85 constituaient un ensemble socio-économique remarquablement individualisé. L’évidente homogénéité de leurs activités professionnelles et de leur condition sociale, leur permanence au travers des bouleversements historiques que connut alors l’Égypte, la conscience relativement claire qu’ils avaient de leur unité et de leurs intérêts économiques et même politiques, ainsi qu’on le verra plus loin, justifient certainement que l’on emploie, pour désigner le groupe qu’ils formaient, le terme de « classe sociale ».

  • 86 Ğabartī, I, 204.
  • 87 On peut considérer comme une « variante » de ces mariages les unions entre un affranchi et la veuv (...)
  • 88 Tribunal, ‘Arab, v. 100, 80 (1736) ; ‘Ask. v. 147, 224 (1740) ; v. 210, 469 (1785) ; v. 214, 370 ( (...)

92La cohésion du groupe reposait sur une forte structure familiale ; par ailleurs, une judicieuse politique de mariages contribuait à cimenter les liens des grandes familles entre elles. Le cas des Šarāïbī, dont Ğabartī remarquait qu’ils ne se mariaient qu’entre eux, est de ce point de vue exemplaire : Ṣafiya d’abord épouse de Muḥammad Čorbagi, fils de Muḥammad al-Dāda, se maria après sa mort (entre 1725 et 1735) à son frère Qāsim ; Aḥmad Čelebi, frère de Muḥammad al-Dāda, et détenteur du sixième du patrimoine, prit pour épouse sa nièce Āmina ; Aḥmad b. ‘Abdallāh, neveu de Muḥammad al-Dāda, épousa Fāṭima, sa cousine86. Ainsi le patrimoine familial put-il être longtemps maintenu intact en dépit des effets destructeurs qu’avait normalement la législation musulmane sur l’héritage. C’est au même type de préoccupations que répondaient les mariages par lesquels les tuğğār resserraient les liens existant entre eux et leurs affranchis qu’ils maintenaient ainsi dans le sein de la famille : Sulaïmān b. ‘Abdallāh al-Šarāïbī, affranchi d’Aḥmad b. Muḥammad al-Dāda al-Šarāïbī, épousa la fille de son maître, Ḥamīda ; Ḥasan b. ‘Abdallāh, affranchi du grand tāğir Muḥammad al-Muwaqqi‘, épousa sa petite-fille Ṣafiya bint Muṣṭafā b. Muḥammad, ce qui fait que son importante succession (3.229.314/2.612.370 paras en 1727) fut partagée entre sa fille Ṣāliḥa (arrière-petite-fille de son maître) et les cousins de son maître, Ibrāhīm, Muḥammad et Ḥusaïn87. En l’absence même de liens familiaux, l’investissement que faisait le maître en préparant son mamelouk à une carrière professionnelle, se révélait souvent très rentable « à terme », car, au moment du décès de l’affranchi, son ex-maître figurait parmi les ayants droit, la fortune acquise par l’ancien esclave venant ainsi grossir le patrimoine familial. Voici quelques exemples particulièrement significatifs : à la mort de Ḥasan b. ‘Abdallāh, ğawharī/bijoutier, sa femme reçoit un huitième de l’héritage, sa fille la moitié, et son mu’tiq, le ḫawāğā Muḥammad al-Karīmī, les trois huitièmes restants (1736) ; le tāğir Ismā‘īl b. ‘Abdallāh, affranchi du tāğir Yūsuf Alāïlī, a pour héritiers sa femme, son fils (qui mourra peu après lui) et Yūsuf qui recueille finalement les trois cinquièmes de la succession (1740) ; Aḥmad Agha ‘Antakīlī reçoit les trois quarts de la succession de son affranchi, la part de l’épouse se réduisant au quart restant (1785). Après la mort de l’ancien maître, ses enfants, et même des parents plus éloignés, frère, neveu, cousin, pouvaient bénéficier d’une part de l’héritage de l’affranchi : dans le cas de Yūsuf Farḥāt, kitanğī à Būlāq, ce sont les trois enfants du maître défunt de son propre maître (mu‘tiq mu‘tiqihi) qui se partagent les trois quarts de la succession, le reste revenant à la veuve (1788), etc...88. Les mamelouks, dont les tuğğār utilisaient fort judicieusement les services dans leurs affaires, contribuaient donc eux aussi à renforcer la cohésion de la famille naturelle.

  • 89 Tribunal, ‘Ask., v. 122, 59 (1724). Nous avons vu précédemment que cette Āmina fut également marié (...)
  • 90 Tribunal, ‘Ask., v. 211, 344 (1786).
  • 91 Tribunal, ‘Ask., v. 163, 408 (1753) ; v. 173, 237 (1762) ; v. 214, 509 (1788).

93La fréquence des mariages contractés entre les diverses familles de tuğğār, en faisait un corps dans lequel les liaisons d’intérêt étaient sans doute plus fortes que la concurrence commerciale. Ici encore les exemples abondent : Āmina, fille de Muḥammad al-Dāda al-Šarāïbī, fut ainsi mariée avec le grand commerçant en café et en épices al-Ḥāğğ al-Ṭayyib al-Manğūr, qui mourut vers 1724 en laissant une succession de 1.825.092/1.387.070 paras89. Le ḫawāğā ’Umar Ġurāb laissa en 1786, outre une succession estimée à 2.588.985/1.294.492 paras, deux veuves qui appartenaient l’une et l’autre à de grandes familles commerçantes du Caire : Āmina était la fille de Muḥammad b. Yaḥyā al-Maġribī, tāğir en tissus au Faḥḥāmīn, qui mourut vers 1794 (succession : 383.670/164.978 paras) ; Ṭayyiba était la fille de ‘Abd al-Fattāḥ, fils du grand tāğir Murād al-Šuwaïḫ90. C’est précisément Murād al-Šuwaïḫ et ses descendants qui nous fournissent l’exemple le plus démonstratif de ce que pouvait être une politique de mariages dans une grande famille de tuğğār : la fille de Murād, ’Afīfa, épousa d’abord ‘Abd al-Raḥmān al-‘Ādilī, tāğir à la wakāla de Ḏūlfiqār Katḫudā, qui laissa à sa mort, en 1753, une succession de 1.805.554/1.101.388 ; elle épousa ensuite Makkī b. ‘Abd al-Raḥmān, tāğir au Sūq Ṣāġa ; des deux petites-filles de Murād, l’une, Ṭayyiba, épousa, ainsi que nous venons de le noter, ‘Umar Ġurāb, et l’autre, Ṣafiya, le ḫawāğā Muḥammad al-Ḥatfīrī dont la succession, liquidée en 1788, s’élevait à 6.448.868/ 3.095.457 paras. En l’espace de deux générations une branche des Šuwaïḫ avait donc pu s’allier à quatre familles de tuğğār91.

94La puissance financière des tuğğār et le contrôle qu’ils exerçaient sur un secteur capital de la vie économique égyptienne donnèrent naturellement à leurs chefs un grand prestige et une influence certaine auprès des autorités politiques du pays. La possession d’iltizām, l’utilisation sur une grande échelle des mamelouks, contribuèrent d’autre part à rapprocher les tuğğār de la caste dominante. Des relations d’interdépendance devaient nécessairement s’établir entre ceux qui détenaient le pouvoir et ceux qui monopolisaient la fortune urbaine, la plus facile à mobiliser, en cas de besoin. Les chroniqueurs, porte-paroles habituels de la bourgeoisie cairote, mentionnent avec une évidente complaisance ces liens. Lorsque le riche tāğir en sucre ‘Abd al-Raḥīm al-Salmūnī marie sa fille, en 1725, il invite à un des banquets cinq des plus puissants sandjaqs du Caire, dont le fameux Muḥammad bey Čerkes, et à une série d’autres banquets, quelques jours plus tard, les officiers supérieurs des Mustaḥfiẓān, puis ceux des ‘Azab et des autres odjaqs, ce qui d’ailleurs ne le protège nullement contre les exactions des militaires de petit rang. Quand meurt le ḫawāğā Muḥammad al-Dāda al-Šarāïbī en 1725, Le Caire tout entier lui fait des obsèques sans précédent, dit le chroniqueur : la tête du cortège est déjà à la mosquée alors que le corps du défunt se trouve encore à l’Azbakiyya ; les sandjaqs et les officiers supérieurs des sept milices sont présents. La même pompe entoure les funérailles de son fils Qāsim en 1734 ; les sandjaqs, les aghas, les officiers des odjaqs sont là ; l’émir dominant de l’époque, ‘Uṯmān Katḫudā al-Qāzdaġlī, pousse l’expression de son respect jusqu’à marcher à pied derrière le corps, de la maison mortuaire jusqu’au cimetière, les autres Grands se contentant de marcher jusqu’à al-Azhar et se rendant ensuite à cheval jusqu’au cimetière. Signalant, quelques années plus tard, le décès d’un descendant déjà abâtardi de cette lignée, Aḥmad ibn Muḥammad, Ğabartī note que les Šarāïbī avaient une grande maison « où les émirs du Caire leur rendaient de fréquentes visites sans attendre d’être invités », et il ne manque pas de relever les relations flatteuses que le défunt avait avec l’émir Riḍwān Katḫudā. A propos d’Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām, mort en 1791, le même Ğabartī remarquera qu’il avait, comme son père, des relations avec les principaux émirs et en particulier avec Murād Bey, le plus puissant de tous, ce qui ne l’empêchera pas d’entretenir d’excellents rapports avec Ismā‘īl Bey lorsque celui-ci se sera emparé de l’autorité avec l’aide des Ottomans, après 1786. Il n’est pas douteux en effet que les plus puissants šāh bandar du xviiie siècle, Qāsim al-Šarāïbī, Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām et Aḥmad al-Maḥrūqī, exercèrent sur les Puissances de leur temps une influence qui pour être restée occulte n’en fut pas moins considérable, et que la communauté d’intérêts engendrée par les multiples liens qui existaient entre eux dut peser plus lourd que la différence de condition qui existait en théorie entre la caste étrangère des gouvernants et la masse autochtone des ra‘iyya.

Notes

1 Tribunal, ‘Arab., v. 63, 325 (1686) ; ‘Ask., v. 90, 56 (1695) ; v. 216, 7 (1790) ; v. 224, 657 (1795). Nous rappelons que le premier chiffre représente des paras courants, et le second leur conversion en paras « constants ».

2 Tribunal, ‘Arab., v. 74, 149 (1703) ; ‘Ask., v. 140, 218 (1735).

3 Notons, à titre de comparaison, que pour les revenus dans les pays européens d’après-guerre, ce rapport entre les deux parts (détenues par les 30 % de la population ayant les plus faibles revenus, et les 10 % ayant les revenus les plus élevés) varie de 7,7 pour le pays où la disparité des revenus est la plus forte à 2,5 pour le pays où elle est la plus faible (d’après la publication des Nations Unies : Les revenus dans l’Europe d’après guerre).

4 L’indice d’inégalité sociale de Gini est calculé en établissant les distributions cumulées par personnes et par revenus, à partir des pourcentages établis pour chaque tranche de revenus (par exemple : 0 à 1.000, 1.001 à 2.000, 2.001 à 5.000, etc...). A partir de ces données une courbe est construite qui permet de calculer l’indice de Gini. Plus la courbe est « plate » plus l’égalité est grande, plus elle est « creusée » plus l’inégalité des revenus est forte. Un taux de 0 pour l’indice signifierait une égalité totale ; un taux de 1 une inégalité totale. Voir les graphiques 7 et 8.

5 Dans la publication des Nations Unies citée plus haut, le coefficient de Gini est utilisé pour rendre compte de l’inégalité des revenus dans divers pays européens : les taux vont de 0.52 (inégalité maximale) à 0,36 (inégalité minimale).

6 Samuel-Bernard, Monnaies, 421. Prisse d’Avennes, Mœurs et coutumes, 276 b.

7 Tribunal, ‘Ask., v. 202, 45 (1778) ; v. 224, 295 (1795).

8 Chabrol, Essai sur les mœurs, 377. Sur l’« ouverture » de la classe des marchands voir M. Rodinson, Le Marchand musulman, 27.

9 Maqrīzī, Iġāṯa, 72-5. Le problème des classes sociales dans la société musulmane est discuté dans son ensemble par M. Rodinson dans Histoire économique, 141-151.

10 Ğabartī, III, 39 (1799) ; IV, 120 (1810). Wiet, Matériaux, 218.

11 Ğabartī, III, 43 (1799), 191 (1801) ; IV, 147 (1812-3), 231 (1815).

12 Nicolas Turc, Chronique, 45 (traduction)/31 (texte arabe).

13 Voir le passage dans lequel Ḥasan al-Ḥiğāzī prend vigoureusement à partie les sūqa (Ğabartī, I, 104).

14 Ğabartī, III, 139.

15 Ğabartī, I, 100.

16 Ğabartī, III, 226.

17 La classification de Chabrol (Essai sur les mœurs, 364-5, 516-7) dont les chiffres paraissent les plus vraisemblables et de Jomard (Description abrégée, 586 ; Ville du Kaire, 695) est reproduite dans le tableau 28, p. 204.

18 Chabrol, Essai sur les mœurs, 516.

19 Lane, Manners, 326-332.

20 Tribunal, ‘Ask., v. 79, 97 (1686) ; ‘Arab., v. 86, 107 (1718).

21 Chabrol, Essai sur les mœurs, 423.

22 Vincennes, Β 6 62, État des dépenses, 1-20 janvier 1801.

23 Renseignements donnés par Girard, Mémoire, passim.

24 Thévenot, Voyage, II, 772. En 1658 la fête de sept jours ordonnée pour célébrer une victoire sur la Hongrie est réduite à six « à cause que le menu peuple faisait trop de dépense, et ne gagnait rien, car pendant ce temps là, il était défendu de travailler ».

25 Chabrol, Essai sur les mœurs, 516-7. Le logement décrit est sans doute un rab‘.

26 Chabrol, Essai sur les mœurs, 438.

27 Jomard, Ville du Kaire, 662, 696.

28 Sur la futuwwa voir plus loin le chapitre XII et notre article Quartiers et mouvements populaires.

29 Pour la période 1679 à 1700 les chiffres ne sont pas très différents : 13,9 % du nombre des successions ; 0,2 % de leur montant.

30 Tribunal, ‘Arab., v. 74, 149 (1703) ; ‘Ask., ν. 155, 244 (1747) ; ν. 162, 484 (1752).

31 Tribunal, ‘Ask., v. 91, 103 (1698) ; v. 219, 17 (1792) ; ‘Arab., v. 86, 175 (1718).

32 Tribunal, ‘Arab., v. 92, 64 (1725) ; v. 77, 158 (1708).

33 Tribunal, ‘Ask., v. 203, 225 (1778).

34 Fréquentes mentions de rab‘ dans Ğabartī, I, 42, 45, 96, 130, 418 ; II, 3, 142 ; III, 314, 331 ; IV, 143, 166, 223, 300. Voir aussi de Sacy, Notices, 178. Nābulusī, II, 36 b. Jomard, Description abrégée, 585. Lane, Manners, 21-2. Ravaisse, Essai sur l’histoire, I, 446. Briggs, Muhammadan Architecture, 162.

35 Descriptions détaillées des appartements de plusieurs rab’ dans la waqfiyya de ‘Abd al-Raḥmān Katḫudā (Archives des waqf, Le Caire, numéro 941, 1159/1746). Voir aussi Lane, Manners, 21-2. Un certain nombre de ces rab’ subsistent encore, tels ceux de la Qaṣaba Riḍwān (monuments classés : numéros 406, 407, 408, 409) ou de la rue de Bāb al-Wazīr. Ils remontent tous aux environs de la moitié du xviie siècle.

36 Tribunal, ‘Ask., v. 39, 35 (1626) ; v. 83, 189 (1690) ; ‘Arab., v. 61, 175 (1683) ; v. 64, 402 (1687).

37 Tribunal, ‘Ask., v. 214, 92 (1788).

38 Tribunal, ‘Ask., v. 206, 112 (1782).

39 Tribunal, ‘Ask., v. 78, 382 (1686).

40 Tribunal, ‘Arab., v. 32, 149 (1631) ; ‘Ask., v. 66, 104 (1663) ; v. 81, 413 (1688) ; v. 128, 540 (1728). En 1699 la fortune d’un qahwağī / cafetier qui ne dépassait que de peu la limite des 50.000 paras (succession 68.695/57.017 paras) consistait pour l’essentiel en quatre mamelouks valant respectivement 10.200, 11.000, 6.300 et 17.000 paras (‘Ask., v. 91, 311).

41 Tribunal, ‘Ask., v. 214, 466 (1788). Le fā’iḍ ou « surplus » était, d’après Shaw (Financial, 64), le nom donné dans certains cas à la part que le multazim prélevait sur le māl al-ḥurr (part du produit de la terre qui échappait au cultivateur).

42 Tribunal, ‘Ask., v. 216, 82 (1790). Les rizqa étaient un des moyens par lesquels il était possible de s’assurer le droit de jouir d’une partie des produits de la terre : ils étaient en gros semblables aux fondations et salaires militaires (Shaw, Financial, 45-50).

43 Tribunal, ‘Ask., v. 216, 211 (1790) ; v. 220, 280 (1792).

44 Prisse d’Avennes, Mœurs et coutumes, 427 a.

45 Lane, Manners, 321-4.

46 Tribunal, ‘Arab., v. 60, 79 (1681) ; v. 59, 328 (1679).

47 Tribunal, ‘Arab., v. 75, 89 (1705).

48 Tribunal, ‘Arab., v. 61, 175 (1683) ; ‘Ask., v. 208, 87 (1784).

49 Voici quelques autres exemples tirés des documents du Maḥkama : maison d’un bunduqğī au Darb al-Aḥmar, en 1690, 17.000 paras (succession : 32.015 paras) ; maison d’un ‘aṭṭār à Ṭūlūn, en 1718, 5.000 paras (sur 9.450) ; maison d’un zayyāt à Bāb al-Ša‘riyya, en 1779, 5.400 paras, pour 9 qīrāṭ (sur 12.008) ; maison d’un tāğir du Marğūs dans Baïn al-Sayāriğ, en 1786, 14.400 paras, pour 9 qīrāṭ (sur une succession totale de 24.433 paras).

50 Chabrol, Essai sur les mœurs, 364-5. Nous rappelons que Jomard donne deux évaluations différentes : 4.000 et 3.500 individus.

51 Evliya Čelebi, X, 375.

52 D’après Ashtor (Kārimī merchants, 51) le nombre des Kārimī avoisinait 200. Voir Wiet, Marchands d’épices, 134, citant le voyageur Jehan Thénaud. Ayache et Robert, A la lumière, 67.

53 Voir sur ce point le chapitre IV, pp. 145-6.

54 Ces trois palais sont classés sous les numéros 72, 471 et 20. Des documents trouvés dans les archives des waqf du Caire (waqfiyya numéro 224) permettent d’attribuer à Muṣṭafā Ğa‘far « un des principaux négociants de café à la wakāla de Ḏūlfiqār Katḫudā », décédé après 1758 et avant 1775, le palais numéro 471.

55 Voir notre article, Quartiers de résidence, 69-72 et 78-90.

56 Tribunal, ‘Ask., v. 41, 295 (1630).

57 Tribunal, ‘Ask., v. 211, 344 (1786). Voir notre article Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām, 94-5.

58 Ğabartī, II, 3. Voir aussi notre article Quartiers de résidence, 86-7. Néanmoins les Šarāïbī avaient également une maison dans le Ġūriyya (Ğabartî, I, 176).

59 C’est sans doute pour cette raison que les évaluations faites par les chroniqueurs sont plus élevées que les chiffres que nous avons trouvés dans les registres du Maḥkama. La fortune des Šarāïbī était estimée, dès 1725, à 1.480 bourses soit 37.000.000 de paras (Aḥmad Čelebi, 160 b).

60 On appréciera mieux l’importance des successions de tuğğār si on les compare à celles d’émirs du temps : Ibrāhīm al-Ṣābūnğī, chef des ’Azab et personnalité dominante au Caire jusqu’à sa mort en 1719, 6.567.366 paras ; Zaïn al-Fiqār Bey, un des principaux émirs, entre 1720 et 1730, 14.048.900 paras ; ’Uṯmān Katḫudā al-Qāz-daġlī, émir dirigeant du pays vers 1730-1735, 21.537.176 paras.

61 Voir chapitre VII, pp. 295-6.

62 Tribunal, ‘Arab., v. 65, 88 (1687) ; ‘Ask., v. 219, 563 (1791).

63 Tribunal, ‘Ask., v. 127, 543 (1727) ; v. 100, 26 (1708) ; v. 89, 315 (1696).

64 Aḥmad Čelebi, 160 b.

65 Tribunal, ‘Ask., v. 226, 647 (1797).

66 Tribunal, ‘Ask., v. 90, 322 (1696) ; v. 143, 2 (1736).

67 Tribunal, v. 147, 238 (1740).

68 La Jonquière, L’Expédition d’Egypte, III, 490.

69 Mémoires divers, Mémoire de la ville du Caire, 174 b.

70 Tribunal, ‘Ask., 143, 281 (1736) ; v. 173, 237 (1762) ; v. 226, 357 (1797).

71 Tribunal, ‘Ask., v. 140, 218 (1735).

72 Tribunal, ‘Ask., v. 169, 46 (1759) ; v. 179, 311 (1766).

73 Tribunal, ‘Ask., v. 90, 322 (1696) ; 569 (1696) ; v. 212, 470 (1786).

74 Tribunal, ‘Ask., v. 82, 392 (1689) ; v. 102, 516 (1712) ; v. 217, 580 (1791).

75 Citadelle, VI, 569, 570, 578 (8 ḏū l-qa‘da 1203/31 juillet 1789).

76 Numéro de classement 72. Comité, VI (1889), 114 ; XVI (1899), 122. Briggs, Muhammadan Architecture, 157. Pauty, Les Palais et les Maisons, 56. Voir l’étude approfondie qu’en a faite A. Lézine, dans Trois Palais, 1-16.

77 Maison construite, semble-t-il, vers 1779-1788 et classée sous le numéro 20. Comité, XXXII (1915-1919), 187-9. Bourgoin, Précis de l’art arabe, II, 19-20. Pauty, Les Palais et les Maisons, 59-60.

78 Damurdāšī, 552. Citadelle, VI, 569, 570, 578.

79 Aḥmad Čelebi, 240 a. Description, 191 G 11, Gâma’ el-Chorâyby. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, V, 31-2. Comité, XXXII (1915-1919), 805 ; XXXVI (1930-1932), 46. Wiet, Catalogue, Objets en cuivre, 128-9. Cette mosquée n’est pas classée.

80 Description, 128 F 5. Comité, XXXIII (1920-1924), 73.

81 Description, 191 F 7, Gâma Choueykh. ‘Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, III, 23 (il la qualifie de zāwiya). L’inscription est donnée par Yūsuf Aḥmad, I, 12.

82 Description, 451 Κ 7. Ğabartī, I, 342-4. ‘Alī Pāšā (Ḫiṭaṭ, VI, 18) la qualifie de zāwiya. Comité, XXXIV (1925-6), 31. Classée sous le numéro 459. Voir notre article Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām, 94-5.

83Alī Pāšā, Ḫiṭaṭ, II, 74 ; V, 110. Hautecœur et Wiet, Mosquées, 344. Yūsuf Aḥmad, I, 88. Classée sous le numéro 30.

84 Sur le titre de ḫawāğā voir Sauvaire, Description, 268 ; G. Wiet, Catalogue, Objets en cuivre, 139-140 ; A. Raymond, Aḥmad ibn ‘Abd al-Salām, 92 n. 4. Toutefois, dès la fin du xviie siècle, on trouve le mot employé pour qualifier, outre les tuğğār, des commerçants grands et même moyens de spécialités variées : marchands de tissus, sukkarī... Son usage s’étendit ensuite aux commerçants européens, avant de devenir un équivalent de « Monsieur » pour désigner un étranger.

85 Sur l’organisation des tuğğār voir plus loin le chapitre XII, pp. 578-582.

86 Ğabartī, I, 204.

87 On peut considérer comme une « variante » de ces mariages les unions entre un affranchi et la veuve de son mu‘tiq, comme il s’en produisait plus souvent chez les militaires, pour qui la veuve du maître faisait partie de l’héritage à récupérer et contribuait à donner un caractère de légitimité à la succession. C’est ainsi que ‘Arīfa b. ‘Abdallāh, affranchie, et veuve, d’al-Ḥāğğ ‘Alī al-Sarrāğ, épousa ensuite l’affranchi de ‘Alī, al-ḥāğğ Ḥasan al-Sarrāğ, un des plus grands tuğğār de temps (succession 5.371.235/3.222.741 paras) puis, à la mort de Ḥasan, son suivant Ismā‘īl b. ‘Abdallāh (Tribunal, ‘Ask. v. 171, 410, 1761).

88 Tribunal, ‘Arab, v. 100, 80 (1736) ; ‘Ask. v. 147, 224 (1740) ; v. 210, 469 (1785) ; v. 214, 370 (1788).

89 Tribunal, ‘Ask., v. 122, 59 (1724). Nous avons vu précédemment que cette Āmina fut également mariée à son oncle, Aḥmad Čelebi.

90 Tribunal, ‘Ask., v. 211, 344 (1786).

91 Tribunal, ‘Ask., v. 163, 408 (1753) ; v. 173, 237 (1762) ; v. 214, 509 (1788).

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search