Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le comté de Tripoli sous la dynastie toulousaine (1102-1187)

 | 
Jean Richard

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. — LE CADRE GÉOGRAPHIQUE

Le fait essentiel qui a déterminé la formation du comté de Tripoli, au point de vue géographique, c’est l’existence d’une percée entre les hautes montagnes du Liban et du Djebel Ansarieh qui se dressent à une faible distance de la côte de la Méditerranée orientale1. Cette percée est orientée Ouest-Est : c’est la trouée de Homs. Dans l’Antiquité déjà elle avait joué un grand rôle, et Hittites et Egyptiens s’étaient battus pour la possession de Qadesh (au Sud de Homs), place importante qui communiquait par cette trouée avec la Phénicie dont Arados (Rouad), Byblos (Gibelet) et la future Tripoli étaient les principales villes. Cette trouée fait communiquer tout l’arrière-pays syrien, par la plaine de l’Oronte, avec la région côtière.

La région côtière est composée de minces plaines littorales, celles de Maraclée au Nord, de Gibelet au Sud, qui se forment au débouché des vallées libanaises. Une plaine plus importante a été constituée par les alluvions du Nahr el ...

© Presses de l’Ifpo, 1945

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.