Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses du mariage au Moyen-Orient

 | 
Barbara Drieskens

Introduction : sur le mariage

Barbara Drieskens

Entrées d'index

Mots clés :

mariage

Texte intégral

1Élément constitutif des sociétés humaines, le mariage en est aussi l’une des plus vieilles institutions. Se transformant sans cesse au cours du temps, évoluant au gré des époques et des contextes, sa définition est suffisamment large pour s’accommoder d’une myriade de variantes individuelles et de significations, exprimant de manière différenciée les multiples façons qu’ont les individus de se retrouver autour d’un même projet : fonder une famille.

  • 1  Si le mariage homosexuel est encore loin d’être envisagé au Moyen-Orient, le débat sur les relatio (...)

2Les changements rapides qu’ont connus les sociétés du Moyen-Orient, aussi bien sur le plan socio-économique que du point de vue des idées, des conceptions du monde et des idéaux – rattachés à ce contexte fluctuant et largement influencés par un contact prolongé avec les conceptions d’autres sociétés –, ont profondément modifié la manière dont le mariage était représenté, perçu et pratiqué. À tel point que de plus en plus de jeunes gens s’interrogent sur la pertinence du mariage, se demandant s’il ne devrait pas y avoir différentes manières pour un homme et une femme, mais aussi – des voix s’élèvent, bien que plus timides – pour deux hommes ou deux femmes1, de vivre ensemble.

  • 2  Omar 2001. La même situation semble se présenter au Maghreb. Voir Kateb 2001 et Aboumalek 1994.

3Le mariage reste pourtant la norme dominante dans les sociétés moyen-orientales étudiées dans le présent ouvrage. Il existe toutefois un phénomène crucial, dont l’importance croissante n’a cessé d’attirer l’attention des chercheurs aussi bien que des décideurs politiques : la hausse de l’âge moyen au premier mariage et la montée du célibat, souvent perçues comme un « problème » central des sociétés moyen-orientales contemporaines2. De nombreuses hypothèses ont été proposées pour expliquer ce phénomène, mettre en évidence ses causes et suggérer des « solutions ». Les études portant sur la question du célibat se focalisent ainsi sur les différents facteurs explicatifs : problèmes économiques, perte de valeurs religieuses, changements dans les mœurs, volonté de préserver l’identité sociale, ethnique ou religieuse etc. Or, s’il apparaît lié à tous ces facteurs, le mariage leur est néanmoins irréductible. Par conséquent, en guise d’introduction à cet ouvrage, nous proposons d’examiner de près ce qu’est le mariage aujourd’hui.

Qu’est-ce que le mariage?

  • 3  Godelier 2004, p. 139.

4La régulation de la procréation constitue l’un des principes de base du mariage. C’est donc autour de lui que s’articulent les deux composantes de la parenté que sont l’alliance et la descendance3. Comme le montrent les études classiques portant sur la parenté, le mariage peut être abordé comme un système de règles, formelles ou informelles, écrites ou tacites, permettant de déterminer qui est apte à se marier et qui ne l’est pas, et définissant à quel groupe ou famille appartient l’enfant. En outre, lorsque le mariage est perçu comme un système de règles et d’obligations, comme une institution juridique renvoyant à une législation d’État, à des coutumes ou à des prescriptions religieuses, il est souvent considéré en même temps comme un mode de régulation du comportement sexuel des individus.

5Or, sexualité et procréation étant liées, l’on serait tenté de soutenir que ce dernier point tombe sous le coup du premier principe : la régulation de la procréation. Il nous paraît cependant utile d’introduire cet élément séparément, car ce qui est en jeu dans la procréation excède largement la sexualité, celle-ci lui étant d’autant plus irréductible que l’on dispose aujourd’hui de nombreux moyens de contraception. Le mariage permet donc de rendre le désir socialement acceptable, même si ce dernier lui échappe en partie, même si la plupart du temps, le désir s’affranchit des contraintes matrimoniales. Ainsi, dans bien des sociétés, et c’est certainement le cas au Moyen-Orient, le mariage vise à contrôler, diriger, canaliser le désir et la sexualité.

6En tant que système de règles, le mariage se traduit souvent par un contrat. Il s’agit d’un accord passé entre deux individus devant des témoins, devant leurs familles, la société, une figure religieuse, Dieu. Pour certains groupes, cette alliance est réversible : le divorce – procédure dotée de règles et de stratégies propres – est toujours possible. Pour d’autres, le mariage est un sacrement divin dont l’homme ne peut en aucun cas se délier. Si les contours généraux de l’accord sont fixés, il semble néanmoins y avoir une place pour la négociation, surtout chez ceux qui considèrent l’alliance comme un contrat passé entre deux parties : l’homme et la femme, mais aussi leurs familles respectives.

  • 4  Hoodfar 1997, p. 128.

7Le mariage est également une entreprise, une forme d’investissement. Fonder une famille demande souvent beaucoup d’efforts de la part des différentes parties engagées : il faut investir dans des bijoux, des vêtements, des cadeaux ; prévoir une maison, une voiture et, bien entendu, une fête. Analysant le mariage en Égypte, Homa Hoodfar souligne que « négocier un mariage, c’est exactement comme planifier la construction d’un immeuble. Cela exige une estimation réaliste des ressources disponibles et une appréhension minutieuse de tous les détails qui rendront l’appartement confortable et sûr. Si les parents mènent une bonne négociation maritale pour leurs enfants, il est très peu probable que le mariage tourne au désastre4. »

  • 5  Droeber mentionne qu’« en Jordanie, les circonstances dans lesquelles les jeunes gens se trouvent (...)

8La célébration du mariage est un rituel qui, dans la plupart des cas, comporte plusieurs moments, s’étalant sur une période de temps plus ou moins longue. Il faut d’abord traiter avec les différentes autorités familiales, étatiques et religieuses, avant d’atteindre le point culminant de la cérémonie, rendant l’alliance publique : la noce. Vient enfin la « première nuit ». Il s’agit donc d’un rituel de passage, marquant dans beaucoup de sociétés l’entrée dans la vie adulte5.

9Ce rituel synthétise les différentes significations que le mariage véhicule. Mais le symbolisme matrimonial s’étend bien au-delà. Dans bien des cas, le mariage est l’expression métaphorique de l’amour, renvoyant à l’unité de deux forces complémentaires : l’homme et la femme. De même, le mariage exprime le caractère spécifique et exclusif de la relation. À travers le mariage, le couple revendique, en effet, la particularité de son être-ensemble et l’intimité partagée, à laquelle personne d’autre ne saurait prendre part, à moins qu’un lien similaire ne soit établi. Enfin, le mariage témoigne de l’intention d’inscrire une relation dans la durée, en l’orientant généralement vers un objectif précis : élever des enfants.

10En outre, le mariage détermine une manière de vivre ensemble en tant qu’homme et femme disposant de droits et d’obligations réciproques et ce, en conformité avec un code moral plus ou moins bien défini. Structurant la vie des partenaires, le mariage limite également leur liberté individuelle et fixe un certain nombre d’attentes de la part des autres : un homme ou une femme mariés seront censés se comporter de telle ou telle manière. Ainsi, le mariage construit une unité sociale qui structure et ordonne la société. À cet égard, il est étroitement lié à la politique.

Les changements au Moyen-Orient

11Comme le montreront les différents chapitres de cet ouvrage, les sociétés moyen-orientales ont, pour ce qui est du mariage, connu durant les trente dernières années des changements drastiques à tous les niveaux. D’une part, le mariage ne jouit plus de l’exclusivité en termes de relations. En effet, de nos jours, le couple souvent préexiste au mariage et, dans de nombreux cas, son existence en tant que famille n’est confirmée qu’avec la naissance du premier enfant. Au Moyen-Orient musulman, l’intervalle de plus en plus long qui sépare le katb al-kitâb (mariage formel et institutionnel) de la consécration effective du couple par la célébration de la noce, contribue clairement à prolonger la période des fiançailles, entretenant donc une certaine ambiguïté autour de la relation. Le mariage reste néanmoins l’acte inaugural autour duquel une famille se construit. Mais la présence de mariages mixtes vient mettre en question sa fonction de reproduction des liens ethniques, confessionnels et sociaux. La contribution d’Anne Françoise Weber sur les mariages mixtes au Liban s’attache à décrire les conflits et les négociations qui entourent ces mariages mixtes, montrant que l’on accorde toujours de l’importance à un certain coefficient d’endogamie. Celle de Sylvain Perdigon s’intéresse à la jeunesse des camps palestiniens du Liban-Sud où le manque d’espace pour s’établir s’ajoute à une situation économique désastreuse et fait du mariage un objectif quasi impossible à atteindre. Dans ce cadre, la pratique de l’endogamie au sein du groupe des proches et des voisins, sous-tendue par un idéal d’intimité, contraste avec les aspirations des jeunes à un mariage conduisant à la migration, seul moyen d’échapper à une situation sans issue.

12Si le mariage vise à contrôler, diriger, canaliser le désir et la sexualité, il n’en demeure pas  moins que les modalités de ce contrôle évoluent. L’intervalle de plus en plus long qui sépare désormais l’adolescence du mariage exige de la société qu’elle régule les comportements, qu’elle invente de nouvelles façons pour les individus d’exprimer et de vivre de manière légitime leur sexualité avant le mariage. Sous l’effet de l’idéal de virginité dont les nouvelles générations de jeunes femmes continuent d’être imprégnées, tout en restant ainsi célibataires jusqu’à leur mi-trentaine, des conflits surgissent, dus à la coexistence de différents codes moraux et à leur évolution. À toutes ces difficultés, il existe autant de réponses que de groupes sociaux. La contribution de Sabrina Mervin montre comment la réinterprétation créative d’un contrat de mariage de forme ancienne ouvre pour la jeunesse chiite de nouvelles perspectives en termes d’union.

13Le mariage est un contrat, mais quel type d’accord est le plus contraignant ? Qu’en est-il du mariage civil contracté à l’étranger et en dehors de la communauté religieuse ? Qu’en est-il des mariages secrets, des mariages pour des raisons administratives, et des mariages contractés sous une loi coutumière mais contestés devant un tribunal d’État ? Analysant les différentes conceptions du mariage selon que l’on adopte le point de vue du tribunal ou un point de vue extérieur, Jessica Carlisle montre comment les deux logiques s’enchevêtrent et comment chaque partie construit en fait un ensemble de caractéristiques propres qui permettent d’affirmer s’il y a eu mariage ou pas.

14Dans sa contribution sur les coûts du mariage en Égypte, Diane Singerman met en évidence le fait que le mariage est une entreprise exigeant d’importants investissements. Le caractère entrepreneurial du mariage a toujours existé, mais la nouveauté est que de plus en plus de jeunes gens sont incapables de satisfaire aux hautes exigences qui leur sont imposées. Ainsi, la crise économique semble être le premier facteur explicatif de la hausse de l’âge au premier mariage et de la montée du célibat. Singerman va néanmoins au-delà de ce constat évident en soutenant que les coûts du mariage sont si importants qu’aucune analyse économique ne peut se permettre de ne pas en tenir compte.

15En tant que rituel, le mariage évolue. Dans leur diversité, les modes de célébration et les différents contrats formels véhiculent des messages symboliques également contrastés. Parmi les jeunes au Moyen-Orient, on assiste à l’émergence de conceptions changeantes et variées de ce que signifie le mariage, de ce que serait le partenaire idéal et de la manière dont une relation prend forme. Portant sur les jeunes femmes célibataires de Beyrouth, notre propre contribution à cet ouvrage consiste à décrire les attentes qu’elles placent dans le mariage et les conflits qui surviennent lorsque leurs idéaux se heurtent à la manière dont les parents et le futur mari perçoivent l’union.

16Malgré la permanence du mariage comme mode de réalisation de la vie d’adulte, de plus en plus de jeunes gens envisagent le célibat comme un choix, même s’il est souvent temporaire. Il s’agit d’une période consacrée au développement personnel, aux études, à une carrière, à une vie sociale contrastée mais parfois excitante. Indépendamment du caractère choisi ou non du célibat, sous l’effet de son augmentation croissante, corrélée au rajeunissement de la population au Moyen-Orient, les jeunes hommes ou femmes non mariés sont perçus comme une menace pour l’ordre social établi. Articulé à d’autres dynamiques socio-économiques, le célibat est également perçu comme un élément sous-jacent au fanatisme religieux dans la région. Ainsi, le rapport entre mariage et politique devient clair. En témoigne la contribution de Françoise De Bel-Air, qui montre comment, dans le contexte jordanien, le « problème du célibat » se transforme en catalyseur de luttes politiques, polarisées autour d’enjeux majeurs comme la prévalence de la société sur l’économie et le maintien de la fonction redistributive de l’État.

Bibliographie

Aboumalek M., 1994 : Qui épouse qui ? Le mariage en milieu urbain, Casablanca : Afrique Orient.

Droeber J., 2005 : Dreaming of Change: Young Middle-Class Women and Social Transformation in Jordan, Leiden et Boston : Brill.

Godelier M., 2004 : Métamorphoses de la Parenté, Paris : Fayard.

Hoodfar H., 1997 : Between Marriage and the Market: intimate politics and survival in Cairo, Berkeley : University of California Press.

Kateb K., 2001 : La fin du mariage traditionnel en Algérie ? Une exigence d’égalité des sexes, Condé-sur-Noireau : Éditions Bouchene.

Omar M., 2001 : « The Marriage Mystery: Exploring Late Marriage in MENA », Al-Raida XVIII-XIX (93-94), p. 12-19.

Peletz M., 1995 : « Kinship Studies in Late Twentieth-century Anthropology », Annual Reviews Anthropology 24, p. 343-372.

Notes

1  Si le mariage homosexuel est encore loin d’être envisagé au Moyen-Orient, le débat sur les relations homosexuelles n’est pas complètement absent et influence les perceptions du mariage comme seul véhicule de relations sexuelles et la famille comme seul but de ces relations. Comme le souligne Peletz (1995, p. 360), « les recherches sur les affinités gays ou lesbiennes montrent bien qu’alors même que la famille – tout comme le mariage, l’amour et le sexe – est une institution centrale de la société américaine, elle fait également, et à certains égards plus significativement, l’objet d’une véritable contestation ».

2  Omar 2001. La même situation semble se présenter au Maghreb. Voir Kateb 2001 et Aboumalek 1994.

3  Godelier 2004, p. 139.

4  Hoodfar 1997, p. 128.

5  Droeber mentionne qu’« en Jordanie, les circonstances dans lesquelles les jeunes gens se trouvent les obligent souvent à ne quitter le domicile familial qu’au moment de se marier. Cela montre bien que le mariage continue d’être un rite de passage à l’âge adulte ». (Droeber 2005, p. 161).

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site