Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome II

 | 
Nikita Elisséeff

Deuxième partie. Le règne de Nūr Ad-Dīn : origines et événements politiques

VI. L’Égypte, objectif de Nūr Ad-Dīn

Texte intégral

I. LES ÉVÉNEMENTS DE 555/1160 A 558/1163

A. LA SITUATION EN ÉGYPTE

  • 1 Kāmil, IX, 68 ; KR, 124 ; Abū’l-Fidā, HOC, I, 33 ; Derenbourg, Oumara, 145 ; Schlumberger, Amaury, (...)
  • 2 Voir plus haut 476.
  • 3 Voir plus haut 496.
  • 4 Voir plus haut, p. 497. Voir la Vie de Ṭalā’ī‘ b. Ruzzīk du cadi al-Ḫubāb, citée par Cl. Cahen, d’ (...)

1A la fin du vizirat d’al-Malik aṣ-Ṣāliḥ Ṭalā’i‘, la situation intérieure de l’Égypte se détériora très sensiblement1. Depuis la prise d’Ascalon par les Francs2 le chaos régnait au Caire, l’assassinat politique était devenu un mode de gouvernement ; le meurtre du calife Ẓāfir, en 1154, permit de nommer au poste suprême un enfant de cinq ans : Fā’iz3, puis l’élimination brutale du vizir ‘Abbās, quelques mois plus tard, amena au pouvoir le gouverneur de Moyenne Égypte, Ṭalā’i‘ b. Ruzzīk4.

2Les Francs avaient perdu tout espoir de reconquérir en Syrie les territoires que les Musulmans avaient récupérés : Nūr ad-Dīn était parvenu à créer un État solide et puissant contre lequel les principautés franques ne pouvaient guère que tenter de se défendre avec plus ou moins de bonheur. C’est alors que le roi de Jérusalem, constatant l’affaiblissement progressif du pouvoir fatimide, commença à s’intéresser de plus en plus à l’Égypte.

3Un peu partout dans la vallée du Nil des révoltes d’émirs éclatent, mais elles sont rapidement maītrisées. Le malaise général continuait à s’aggraver lorsque, le 17 rağab 555/23 juillet 1160, le calife ‘Īsā Abū’l-Qāsim al-Fā’iz bi Naṣr Allāh mourut de maladie dans sa douzième année. Le vizir Ṭalā’i‘ chercha alors dans la famille du disparu un prince docile pour le porter au califat. Ses conseillers lui soumirent la candidature d’un vieillard que le vizir refusa ; finalement il arrêta son choix sur un jeune cousin germain de Fā’iz : Abū Muḥammad ‘Abd Allāh, fils de l’émir Yūsuf et petit-fils d’al-Ḥāfiẓ.

4Le candidat fut proclamé calife sous le nom d’al-‘Āḍid li Dīn illāh. La désignation d’un enfant de neuf ans permettait à Ṭalā’i‘ d’espérer pouvoir mener à sa guise la politique égyptienne ; pour asseoir encore davantage son autorité au palais, le vizir donna une de ses filles en mariage au jeune souverain. Malgré toutes ces dispositions Ṭalā’i‘ n’allait pas tarder à avoir une fin tragique.

a) L’assassinat du vizir Ṭalā’i‘ (19 ramaḍān 556/11 sept. 1161)

  • 5 Kāmil, IX, 75 ; KR, 124 ; Nuğūm, V, 332 sq. ; I.F., III, 148 r°-149 v° ; Derenbourg, Oumara, 155-1 (...)
  • 6 Al-Qāḍī al-Fāḍil sera plus tard secrétaire de Saladin. Sur sa biographie, voir : ΕΙ, II, 647-648.

5La nomination d’al-‘Āḍid au califat ne calma nullement les esprits au palais où l’orage grondait5. Les griefs contre Ṭalā’i‘ étaient nombreux et divers ; certains reprochaient au vizir de trop accaparer le pouvoir et de favoriser ses proches ; l’inquiétude grandissait parmi les émirs car leurs rangs étaient décimés par les épurations successives ; les femmes du palais s’estimaient recluses et trop tenues à l’écart des affaires politiques. Enfin, il est permis de rechercher aussi une origine religieuse aux troubles qui agitaient le Caire. Le vizir, d’origine arménienne, était duodécimain et avait essayé à plusieurs reprises un rapprochement avec Nūr ad-Dīn, le champion de l’orthodoxie musulmane, il avait aussi montré des sympathies à l’égard du sunnisme en adressant au chaféite al-Qāḍī al-Fāḍil6 de pressantes invitations pour le faire venir d’Alexandrie au Caire.

6L’attitude sinon hostile du moins peu chaleureuse de Ṭalā’i‘ pour les doctrines fatimides ne devait pas manquer de lui attirer l’animosité d’une grande partie de l’entourage du calife. Petit à petit, les gens de la cour abandonnèrent le vizir et si, en ville, un calme relatif continua de régner, les complots se tramèrent au palais avec la complicité du jeune calife. L’adversaire le plus acharné de Ṭalā’i‘ fut la plus jeune des tantes du calife, une sœur de Ẓāfir, assassiné en 1154. Elle incitait au meurtre du vizir, distribuait de l’argent et recrutait des Ismā‘īliens Nizārīs.

7Le 10 rağab 556/5 juillet 1161 un premier attentat fut perpétré par un sicaire bāṭinien, Ṭalā’i‘ fut seulement blessé à l’épaule et, trois semaines plus tard, était rétabli. De sombres pressentiments hantaient le vizir et, pour se préparer à une mort qu’il sentait prochaine, il se plongea désormais dans les dévotions.

  • 7 Littéralement : « le fils du Missionnaire » (Kāmil, IX, 75). Ibn Tagri-birdi (Nuğūm, V, 345) dit s (...)
  • 8 Ibn al-Aṯīr (Kāmil, IX, 75) précise que Ṭalā’i‘ tua la princesse de sa propre main, ce qui semble (...)

8Deux mois plus tard, le 18 ramaḍān/10 septembre, à la sortie d’une séance du Conseil, Ṭalā’i‘ fut attaqué par le plus zélé des conjurés, un bāṭinien que les sources citent sous le nom d’Ibn ad-Dā‘ī7. Blessé à mort d’un coup de poignard, le vizir fut transporté dans ses appartements ; il demanda alors à voir le calife dont la culpabilité ne lui paraissait pas douteuse, mais le moribond ménagea le souverain et feignit de croire à ses protestations d’innocence. Tenant à appliquer la loi du talion, le vizir exigea la livraison de la princesse, instigatrice du crime. La jeune femme fut aussitôt arrêtée et amenée devant Ṭalā’i‘ qui ordonna à son fils de la tuer. L’inculpée prétendit être étrangère au complot et en dénonça les auteurs qui furent exécutés sous ses yeux, puis à son tour elle subit le châtiment suprême8.

9Avant d’expirer, le 19 ramaḍān 556/11 septembre 1161, Ṭalā’i‘ désigna son fils pour lui succéder dans la charge de vizir ; parmi ses ultimes recommandations, il conseilla avec insistance à son héritier de ménager Šāwar, le gouverneur de la Moyenne Égypte et de l’empêcher par tous les moyens de parvenir au Caire. Nous allons voir comment Ruzzīk, pour n’avoir pas suivi l’avertissement paternel, périra assassiné après être resté quinze mois au pouvoir.

b) Le vizirat de Ruzzīq (20 ramaḍān 557-19 muḥarram 558/ 12 septembre 1161/28 décembre 1162)

  • 9 Kāmil, IX, 81 ; Derenbourg, Oumara, 180-187, 215-250 ; Schlumberger, Amaury, 33-34 ; Grousset, II, (...)

10Au lendemain de la mort de son père, le 20 ramaḍān 557/ 12 septembre 1161, Ruzzīk fut investi du vizirat, avec l’accord du calife al-‘Āḍid, et reçut le titre d’al-malik al-ādil9.

11Les émirs ne réagirent pas, une période de calme apparent semblait s’annoncer. Sur le plan religieux, Ruzzīk poursuivit la politique de son père et se détourna du chiisme officiel, ce qui indisposa non seulement la cour fatimide mais aussi l’armée.

  • 10 Il nous semble que « la campagne méconnue » de 1162 dont parle Derenbourg (Oumara, 204) pourrait ê (...)

12Vers la fin de l’année 557/1162 des révoltes éclatèrent dans le Delta, il n’est pas impossible que des agents francs aient été mêlés à ces troubles, d’ailleurs vite réprimés. Peut-être est-ce à l’occasion de ces succès que le poète ‘Umāra adressa des félicitations au vizir10.

13Au palais du Caire, les mécontents reprirent la trame de leurs complots. Un groupe de conjurés se rendit à Qūṣ pour prendre contact avec Šāwar qui rongeait son frein dans sa résidence de préfet du Ṣa‘īd supérieur. Ruzzīk, apprenant cette mission, fut soudain saisi de terreur ; pressé par ses conseillers, et malgré les recommandations de son père, Ruzzīk fit le geste irréparable : il destitua Šāwar. L’émir aussitôt prit l’offensive, mais il fut battu à Dalğa par ‘Izz ad-Dīn Ḥusām, un des officiers fidèles au vizir. Šāwar feignit d’accepter sa défaite et disparut de Qūṣ, il alla chercher refuge dans la région des Oasis, au nord-ouest de son ancienne résidence. Pendant trois mois on n’entendit plus parler de lui.

14Le 1er muḥarram 558/10 décembre 1162, la fête du nouvel an est troublée par l’annonce du retour imminent de Šāwar. En fait, au cours de sa retraite, Šāwar avait recruté des troupes parmi les bédouins des oasis, puis était allé à Alexandrie et de là se dirigeait maintenant sur le Caire. A l’approche du rebelle, Ruzzīk s’affola, sachant que Šāwar comptait de nombreux partisans au Caire, il chercha à faire appel à sa clémence. N’ayant reçu aucune réponse, le vizir, en proie à la panique, s’enfuit de la capitale égyptienne le 19 muḥarram/28 décembre et alla chercher refuge à Atfiyah dans le Sa’id inférieur. Šāwar, avant même d’avoir fait son entrée au Caire, lança un détachement à la poursuite du fugitif qu’il captura.

15Ruzzīk fut d’abord amené au palais du Caire où Šāwar le ménagea et lui accorda un traitement honorable jusqu’au jour où il eut connaissance d’un projet d’évasion. Ruzzīk fut alors incarcéré. Une fois en prison, le vizir se prépara une seconde fois à fuir, des amis lui firent même parvenir une lime qui lui servit à entamer ses chaînes. Au cours d’une visite qu’il faisait à son prisonnier, le fils aîné de Šāwar, Ṭayyī, s’aperçut que les liens étaient entaillés et, sans en référer à son père, trancha la tête du prisonnier le 21 ramaḍān 558/23 août 1163.

c) Premier vizirat de Šāwar (3 ṣafar-28 ramaḍān 558/10 janvier-31 août 1163

  • 11 Kāmil, IX, 81 ; Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, Nawādir (éd. Caire), 28 ; I.F., III, 167 ; Schlumberger, (...)

16Le premier vizirat de Šāwar ne devait être qu’éphémère, il ne dura en effet que le temps de la captivité de Ruzzīk11.

17Le 23 muḥarram 558/2 janvier 1163, soit quatre jours après la fuite de Ruzzīk, Šāwar avait fait son entrée au Caire ; une semaine plus tard, le 3 ṣafar/10 janvier, il devenait vizir du calife al-‘Āḍid et recevait le commandement des troupes avec le titre de amir al-ğuyūš. Une fois en place il déçut rapidement tous ses partisans : d’une part, il ne tint aucun compte du calife et, d’autre part, sa cupidité suscita bien des mécontentements dans son entourage ; il maintint les hautes payes dans l’armée, mais il ne fit bénéficier aucun émir des biens confisqués aux Banū Ruzzīk qu’il partagea avec ses fils. L’amertume fut grande, car, si le vizirat avait changé de mains, personne n’en avait tiré profit en dehors du titulaire, la situation générale n’avait donc pas évolué.

18Un rival dangereux apparut alors en la personne du grand chambellan Ḍirġām. Celui-ci entra rapidement en conflit avec le vizir, et rallia autour de lui un certain nombre d’officiers, déçus par l’attitude égoîste de Šāwar. Lorsque le 21 ramaḍān 558/23 août 1163, Ṭayyī supprima Ruzzīk, les mécontents trouvèrent dans cet assassinat un prétexte pour se révolter. Ḍirġām déclara appliquer la loi du talion et fit tuer et décapiter Ṭayyī le 28 ramaḍān/30 août. Šāwar, constatant la défection des émirs et le ralliement des partisans du fils de Ṭalā’i‘ à son rival, ne se sentit plus en sécurité ; le lendemain de l’assassinat de son fils, il jugea prudent de quitter l’Égypte et s’en alla chercher refuge et appui à Damas à la cour de Nūr ad-Dīn.

d) L’avènement de Ḍirġām (šawwāl 558/septembre 1163)

  • 12 Kāmil, IX, 81 ; Derenbourg, Oumara, 275 ; E. Graefe dans ΕΙ, I, 1005 ; M. Canard, art. Dirghām, EI(...)

19Ancien généralissime de Ṭalā’i‘ b. Ruzzīk, qu’il avait trahi pour se rallier à Šāwar, mécontent de la façon dont celui-ci le traitait, Ḍirġām, comme nous venons de le voir, s’était révolté et avait contraint le vizir à fuir l’Égypte12. Porté au vizirat par un groupe d’officiers qui avaient jadis servi sous ses ordres, il reçut le titre d’al-malik al-manṣūr. Dès qu’il fut au pouvoir, Ḍirġām, qui n’ignorait pas l’art de la trahison, voulut empêcher toute tentative de rébellion et procéda à de véritables massacres d’émirs. L’armée se trouva soudain affaiblie, décapitée ; l’administration continua à être anarchique et les caisses de l’État virent leurs réserves fondre au profit des soldes élevées que le nouveau vizir maintenait pour ses fidèles. Une telle situation ne tarda pas à attirer les convoitises étrangères : le premier adversaire fut Amaury Ier, roi de Jérusalem, tandis que Nūr ad-Dīn, bien qu’au courant de la situation, restait dans l’expectative en Syrie.

B. AVÈNEMENT D’AMAURY Ier ET INTERVENTION FRANQUE EN ÉGYPTE

20Tandis que l’Égypte fatimide sombrait dans le chaos, les États latins d’Orient semblaient, après la solution de la question d’Antioche, avoir trouvé leur équilibre politique en face de Nūr ad-Dīn.

a) Avènement d’Amaury Ier, nouveau rival de Nūr ad-Dīn13

  • 13 G. de Tyr, XIX, i, 252 ; ii, 253-254 ; iv, 257 ; Stevenson, Crus., 185 ; Schlumberger, Amaury, 5-1 (...)
  • 14 Pour le portrait d’Amaury, voir Guil. de Tyr, XIX, ii, 253-254, repris par Grousset, II, 438-442.

21Baudouin était mort sans laisser d’enfants, l’héritier légitime se trouvait être son frère cadet, âgé de vingt sept ans, Amaury, comte d’Ascalon et de Jaffa. Prince énergique, intelligent, brave et adroit, mais doué d’un physique ingrat14, Amaury qui allait être pour les années à venir le rival de Nūr ad-Dīn, commença son règne par un geste politique qui brisa son ménage. Il lui fallait, pour asseoir son autorité, triompher de l’opposition que lui manifestaient un certain nombre de barons qui lui reprochaient d’avoir épousé une cousine au quatrième degré : Agnès de Courtenay. C’était une femme au passé turbulent, de plusieurs années plus âgée qu’Amaury dont elle avait eu deux enfants. Le nouveau roi n’hésita pas à répudier sa femme pour garder le pouvoir avec l’appui unanime de ses barons.

22A l’avènement d’Amaury une période nouvelle allait commencer non seulement pour le royaume de Jérusalem mais aussi pour la Syrie et l’Égypte. Placé entre l’empire unifié de Nūr ad-Dīn et l’État chaotique des Fatimides, le royaume de Terre Sainte n’avait d’autre issue, pour compenser ses pertes, que d’attaquer le plus vulnérable de ses voisins : l’Égypte. Baudouin III avait envisagé à plusieurs reprises des campagnes en direction de la vallée du Nil, mais les affaires intérieures des États latins dont il était le suzerain et l’agressivité de Nūr ad-Dīn avaient empêché toute action efficace contre les Fatimides. L’intervention franque en Égypte sera l’œuvre capitale du règne d’Amaury Ier.

b) La campagne d’Amaury Ier : l’échec franc à Bilbays (septembre 1163)

23L’intérêt porté par les Francs de Jérusalem à l’Égypte n’était pas nouveau. Les relations commerciales d’Alexandrie avec les républiques marchandes d’Italie contribuaient à aider les finances fatimides et par là même permettaient le maintien d’une armée nombreuse.

  • 15 Heyd, Histoire du Commerce au Levant, I, 392, sqq.

24Dès 551/1156, Baudouin III avait cherché à organiser le blocus de l’Égypte et finit alors par obtenir des Pisans, qui entretenaient un important commerce avec Alexandrie, qu’ils cessent leurs importations ; il leur avait accordé en contrepartie de substantielles compensations. Les pertes avaient été sérieuses car les Pisans, malgré les interdictions pontificales, importaient en Égypte du bois, du fer, de la poix et des armes manufacturées, tous produits qui faisaient défaut aux Fatimides pour leur équipement militaire et qui de nos jours seraient qualifiés de matières stratégiques15.

  • 16 Barhebraeus, 286 ; Derenbourg, Oumara, 151, sqq.

25La mort de Fā’iz en 1160 et l’avènement du nouveau calife enhardirent Baudouin qui, au printemps 1161, envoya son frère Amaury en direction d’al-‘Arīš. L’expédition fut arrêtée en route par une promesse de tribut annuel de 160.000 dinars, et la campagne projetée se trouva ajournée16.

26Sans se préoccuper des réactions possibles de Nūr ad-Dīn, Amaury, dès son avènement en rabī‘ I 558/février 1163, orienta toute son attention vers l’Égypte. Son programme d’action demandait de lui une politique d’abstention dans le nord de la Syrie qu’il allait abandonner à l’influence byzantine et à la menace des troupes zenguides.

  • 17 Guil. de Tyr, XIX, 258-259 (indique le mois de septembre 1163) ; Barhebraeus, 286 ; Derenbourg, Ou (...)

27Les richesses de l’Égypte et l’anarchie qui y régnait exerçaient sur Amaury une attraction fascinante. Le souverain n’ignorait pas que, si l’État fatimide tombait au pouvoir de Nūr ad-Dīn, le royaume de Jérusalem se trouverait pris dans un étau et ne pourrait guère résister longtemps à la double pression musulmane. La justesse de ces vues allait être prouvée de façon éclatante quelques années plus tard lorsque Saladin sera devenu le chef tout puissant de l’Islam. Amaury savait qu’il n’y avait pas de forteresses importantes dans le Delta et que, par suite des épurations nombreuses, les troupes égyptiennes manquaient de chefs expérimentés, il se posa alors en créancier frustré et prit le prétexte du non-paiement du tribut promis par le calife à son frère Baudouin III pour organiser une expédition contre l’Égypte17.

  • 18 Farāmiya est le nom de l’ancienne Péluse (en copte : Phéroni), elle est située sur l’ancien canal (...)
  • 19 Abū ‘Arūq ou Abū ‘Urūq, aujourd’hui Bīr Abū ‘Arūq dans le Delta Cf. Derenbourg, Oumara, 203, n. 6.

28Les troupes franques, parmi lesquelles figurait un fort contingent d’Hospitaliers, partirent d’Ascalon et de Gaza le 30 ramaḍān 558/1er septembre 1163 et pénétrèrent rapidement dans le Delta par al-‘Arīš et Farāmiya18. Les troupes d’Amaury bousculèrent l’armée égyptienne à Abū ‘Arūq19 à environ 43 kilomètres au nord-est du Caire.

  • 20 Bilbays est située sur la route du Sinaï au Caire, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de (...)
  • 21 Le Nil, chaque année, grossit à partir du mois de mai pour être étale en septembre et commence à d (...)

29L’armée fatimide, commandée par Nāṣir ad-Dīn Fāris al-Muslimīn, frère du vizir Ḍirġām, se replia sur Bilbays, clé du Delta20, que Ṭalā’i‘ avait sensiblement renforcée peu auparavant. Les Égyptiens, pressés par les Francs, décidèrent de briser les digues de retenue du Nil qui en cette saison était en crue étale21. La région, fort plate, fut rapidement submergée et les assaillants n’eurent d’autre issue que de battre en retraite devant le flot de l’inondation. Le Nil venait de sauver l’Égypte ; Amaury rentra en Palestine mais, nullement découragé par cet échec, résolut d’organiser une conquête méthodique de l’Égypte.

C. LA DÉFAITE DE NŪR AD-DĪN À LA BOCQUÉE (ĞUMĀDĀ 558/MAI 1163)

30Après l’échec devant Ḥārim à la fin de 557/fin 1162, Nūr ad-Dīn allait tenter une nouvelle attaque contre les Francs, dirigée cette fois contre le comté de Tripoli, le plus faible des trois États latins d’Orient. Le souverain de Syrie espérait atteindre un débouché sur la mer et conquérir pour son compte l’ancien État chiite des Banū ‘Ammār.

31Baudouin était mort peu auparavant et Amaury, préoccupé du côté de l’Égypte, ne semblait pas pouvoir venir en aide au comte de Tripoli. Si le roi de Jérusalem décidait d’apporter son appui à son vassal, Nūr ad-Dīn pouvait craindre des difficultés, mais il aurait alors atteint un de ses objectifs : gêner les projets francs d’intervention en Égypte.

  • 22 Barhebraeus, 287-288 ; Michel le Syrien, III, 324 ; Chr. An. Sr., an. 1474 ; SN, 407 ; Runciman, I (...)
  • 23 Constantin Coloman, que les textes arabes appellent « le Grec ad-Dūqas », était un jeune prince ho (...)

32D’autre part, Nūr ad-Dīn savait qu’Antioche n’interviendrait pas en faveur de Tripoli. La principauté latine, en effet, traversait de nouveau une grave crise intérieure22. Dès la mort de Baudouin III, la princesse Constance essaya d’évincer son fils Bohémond III du pouvoir ; devant l’opposition des barons d’Antioche à son projet, Constance écrivit à son gendre, l’empereur de Byzance, pour lui demander son appui, elle fit appel aussi à Constantin Coloman23 qui venait de remplacer Andronic Comnène comme duc de Cilicie, et n’hésita pas à demander même l’aide d’un contingent byzantin pour lui permettre de prendre le pouvoir. Sans attendre la réponse byzantine, le patriarche et les barons ripostèrent en envoyant chercher le prince arménien Thoros, alors en mauvais termes avec les Byzantins. Thoros, sans tarder, arriva à Antioche ; grâce à son intervention, Constance fut expulsée tandis que Bohé-mond III était confirmé au pouvoir.

  • 24 Guil. de Tyr, XIX, vii, 262-263 ; Kāmil, IX, 82-83 ; Atabegs, 208-209 ; KR, 127 ; Ibn al-‘Adīm, II (...)

33Les plans de Nūr ad-Dīn ne semblaient pas devoir être contrecarrés. Au printemps 558/1163, le souverain syrien rassembla des troupes et alla camper dans la plaine de la Bocquée, au pied du Crac des Chevaliers (Ḥiṣn al-Akrād), avant d’entreprendre l’invasion du comté de Tripoli24. Malheureusement pour lui, Nūr ad-Dīn avait négligé dans ses prévisions de tenir compte des renforts que les Francs venaient de recevoir par mer. En effet, d’importants contingents étaient arrivés d’Occident sous le commandement de Hugues VIII de Lusignan, dit le Brun ; parmi les chefs croisés on comptait aussi Geoffroy, le frère du Comte d’Angoulème, Gilbert de Laci, chevalier d’origine britannique, et Robert du Mans qui avait sous ses ordres un contingent de Gallois, c’était la première intervention britannique importante dans les affaires d’Orient, avant la participation de Richard Cœur de Lion à la Troisième Croisade, intervention à laquelle n’étaient pas étrangères, sans doute, les querelles des barons français.

  • 25 Cette fuite est reproduite sur une fresque de la chapelle des Templiers de Cressac en Charente. Vo (...)

34Pour compléter les effectifs, on recruta des chevaliers qui se rendaient de Jérusalem à Antioche en passant par la côte. Enfin un important contingent byzantin était arrivé de Cilicie, par mer, sous la conduite de Constantin Coloman, l’empereur Manuel ne voulant être absent d’aucune opération menée contre les Musulmans dans le nord de la Syrie. Le secret des opérations fut bien gardé, et la surprise de Nūr ad-Dīn fut extrême lorsque les Francs attaquèrent son camp au pied du Crac. Un jour de mai, à l’heure de midi, alors que chacun dans le camp musulman faisait la sieste sous sa tente, tandis que les guetteurs étaient accablés par la chaleur, on vit soudain surgir sur les crêtes environnantes les bannières franques surmontées de la croix. La surprise fut totale, personne en effet ne se défiait d’une attaque au moment le plus chaud de la journée. Les avant-postes musulmans furent bousculés par la cavalerie franque, les premières lignes du camp littéralement culbutées, les Musulmans se replièrent précipitamment et cherchèrent à alerter Nūr ad-Dīn, mais les deux adversaires, l’un pressant l’autre, parvinrent ensemble au milieu du camp. La rapidité avec laquelle progressait l’ennemi ne laissait même pas la possibilité de prendre ses armes et de sauter en selle ; tout près de la tente de Nūr ad-Dīn le combat devint une mêlée acharnée, les Francs ne faisaient pas de quartier, déjà les premiers attaquants atteignaient l’entrée de la tente du chef musulman. Nūr ad-Dīn, sans avoir eu le temps de se vêtir complètement, s’échappa par la portière de derrière et sauta sur un cheval, mais celui-ci était encore entravé à son piquet. L’animal, affolé par la bataille, se déBaṭṭait vigoureusement ; un kurde de l’escorte de Nūr ad-Dīn mit alors pied à terre et coupa les liens, il fut tué sur place tandis que son dévouement permettait à son chef de trouver le salut dans la fuite25.

  • 26 THS, 101-108.

35Le massacre du camp se poursuivit avec rage, piétons, vivandiers et gens de service, nul ne fut épargné s’il n’avait réussi à s’enfuir à travers la campagne. Nūr ad-Dīn n’arrêta sa course qu’au lac de Qadesh (Buḥayrat (Qādiš) à une vingtaine de kilomètres au sud-est de son camp26. Cette écrasante défaite allait avoir sur l’esprit et la politique de Nūr ad-Dīn une influence très importante que nous allons essayer de préciser.

  • 27 Guil. de Tyr, XIX, vii, 263 ; Kāmil, IX, 83 ; Atabegs, 209-211 ; KR, 127 ; Ibn al-‘Adīm, II, 314-3 (...)
  • 28 Atabegs, 210.

36Tout d’abord les Francs n’envisagèrent pas de poursuivre les fugitifs, pensant que ceux-ci n’arrêteraient pas leur course avant Alep27. Lorsque leur parvint la nouvelle que Nūr ad-Dīn se trouvait auprès du lac de Qadesh à environ cinq kilomètres au sud-ouest de Ḥimṣ et qu’il y avait établi son camp, ils furent un moment tentés d’aller l’y attaquer. Puis, apprenant que le chef musulman regroupait autour de lui les rescapés et que des renforts arrivaient de tous les points de la Syrie, les Francs, qui ne pouvaient plus compter sur un effet de surprise, redoutèrent un échec s’ils livraient bataille en terrain découvert. Ils renoncèrent à reprendre le combat en se disant : « Cet homme n’aurait pas agi de la sorte s’il n’avait pas assez de force pour nous résister »28 et proposèrent une trêve.

37Nūr ad-Dīn se rendit compte alors que, même vaincu, il continuait à inspirer de la crainte à ses adversaires, cette constatation le poussa à refuser la trêve. Il s’abstint toutefois de contre-attaquer car son armée, qui s’était débandée en une course folle, avait besoin d’être regroupée, réorganisée et rééquipée.

38Les Francs restèrent quelque temps dans la Bocquée, puis, après avoir renforcé la garnison du Crac des Chevaliers, se replièrent sur Tripoli, laissant à Nūr ad-Dīn le loisir de remettre sur pied des troupes nouvelles.

39Si le prince zenguide conservait du prestige auprès des Francs, il éprouvait en revanche des craintes pour son autorité personnelle à l’intérieur de ses États. Les deux défaites successives, à Ḥārim et à la Bocquée, avait jeté le trouble dans l’esprit de Nūr ad-Dīn et dans celui de ses sujets ; il lui fallait redonner confiance à l’armée et à la population. Le prince voulut chercher les motifs de ses échecs et comme tout homme pieux il y vit, avant tout, un châtiment divin. Châtiment qui lui paraissait d’autant moins mérité qu’il avait, peu auparavant, accompli le Pèlerinage aux Villes Saintes.

40Ibn al-’Adīm, dans sa Zubda (II, 315), nous a rapporté l’épisode qui fut à l’origine du changement d’attitude de Nūr ad-Dīn : « Un musulman aurait alors dit à Nūr ad-Dīn : comment aurais-tu la victoire dans ton camp alors qu’on y trouve des boissons enivrantes, qu’on y entend le tambourin et la flūte et qu’on y voit d’autres objets abhorrés de Dieu ? » Touché par ces reproches, Nūr ad-Dīn promit au Seigneur de faire pénitence, il quitta ses vêtements luxueux pour se couvrir d’étoffes grossières, abolit dans ses États les ordonnances et les usages contraires à la loi divine et proscrivit les mauvaises mœurs. Il écrivit ensuite à tous les princes musulmans pour leur demander leur appui.

41En fait à partir de 558/1163, Nūr ad-Dīn allait se confiner dans une existence toute empreinte de piété et de dévotion qui devait lui attirer la sympathie des hommes de religion et du peuple et aussi provoquer quelques réticences chez les émirs.

  • 29 Nūr ad-Dīn fut le premier à autoriser l’hérédité des dotations. Cf. Maqrizī, Ḫiṭaṭ, II, 216 ; Gaud (...)

42Après la défaite de la Bocquée, la principale préoccupation de Nūr ad-Dīn fut de reconstituer son armée, il regroupa autour de lui, dans son camp du lac de Qadesh, les rescapés et y fit venir des renforts. Il demanda à Alep et à Damas de lui faire parvenir du ravitaillement, de l’argent et du matériel de guerre. Il donna l’ordre à son administration militaire de faire venir chaque soldat, de lui demander l’état de ce qu’il avait perdu et de le lui remplacer. L’intendance eut alors à faire face à de grosses dépenses car les pertes en matériel avaient été lourdes. On consacra de fortes sommes pour fournir de nouvelles montures et des armes neuves ; des subsides importants en argent furent aussi distribués aux soldats. Enfin Nūr ad-Dīn n’oublia pas les familles des tués et des prisonniers ; pour redonner du courage aux rescapés et leur faire sentir que leur sacrifice ne serait pas vain il décida d’attribuer aux enfants des victimes les fiefs qu’il avait concédés à ces derniers à titre viager29. Toutes ces mesures ne furent pas inutiles car elles permirent de reconstituer l’armée et de relever son moral.

  • 30 H. Laoust, Le traité de droit public d’Ibn Taimiya, chapitre des dépenses publiques, pp. 47-58 ; v (...)

43Des officiers reprochèrent toutefois à Nūr ad-Dīn de ne pas consacrer davantage d’argent à l’équipement de l’armée et de faire trop de largesses aux hommes de religion. Ces observations des émirs fâchèrent Nūr ad-Dīn qui fit remarquer que les aumônes et subventions distribuées aux docteurs de la loi, aux ṣūfi-s et aux lecteurs de Coran étaient prélevées non sur le fai’ mais sur le Trésor Public et dépensées pour la cause de Dieu30.

  • 31 Atabegs, 211. Cette réflexion montre toute l’importance que Nūr ad-Dīn accordait à la prière.

44Le prince ajoutait : « Ils combattent pour moi pendant que je dors et cela avec des flèches qui ne manquent jamais leur but. Tandis que les autres ne combattent qu’en ma présence et bien des traits manquent leur but »31.

45Les gens de religion allaient être de précieux auxiliaires pour la nouvelle politique qu’envisageait Nūr ad-Dīn. Par la propagande orale répandue dans les villes et les campagnes ils devaient avoir sur les masses populaires une action profonde, ils exaltèrent le sentiment religieux et agirent de façon déterminante par le biais du facteur passionnel, si intense de tout temps dans le monde musulman, pour inciter à la Guerre Sainte. Il arriva même que la pression populaire permit d’éviter des défections chez les émirs ou de rallier certains princes hésitants.

  • 32 Cf. Elisséeff, La titulature de Nūr ad-Dīn d’après ses inscriptions, dans BEO, XIV, 181.

46D’autre part, la vie ascétique, que Nūr ad-Dīn avait décidé de mener à partir de cette époque, allait considérablement aider la propagande religieuse et accroître sa popularité dans le petit peuple des villes et des campagnes. Nous retrouvons dans la titu-lature même de Nūr ad-Dīn les traces d’une évolution politique32. En effet, plusieurs inscriptions postérieures à 560 ont dans leur protocole deux titres composés nouveaux : Nāṣir al-ḥaqq bi’l-barāhīn « le défenseur de la vérité par les preuves » et munṣif al-maẓlūmīn min aẓ-ẓālimin « le protecteur des opprimés contre les oppresseurs ». Ces titres, à notre sens, expriment une des parties du programme politique de Nūr ad-Dīn, celle par laquelle le prince espérait rallier autour de lui le peuple en se présentant comme le champion des faibles.

II. PREMIÈRE EXPÉDITION DE NŪR AD-DĪN EN ÉGYPTE (559/1164)

A. ŠĀWAR CHERCHE REFUGE AUPRÈS DE NŪR AD-DĪN33

  • 33 Guil. de Tyr, XIX, v, 259-260 ; Atabegs, 216 ; Kāmil, IX, 84 ; KR, 130 ; Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, (...)

47Le déroulement des événements en Égypte allait poser à Nūr ad-Dīn un problème embarrassant. En ramaḍān 558/août 1163, l’émir Ḍirġām, comme nous l’avons vu plus haut, se révolta contre le vizir Šāwar. Ce dernier fut alors dépossédé de son poste et dut s’enfuir d’Égypte ; il se dirigea vers la Syrie et en rabī‘ I 559/janvier-février 1164 il arrivait à la cour de Damas implorer la protection de Nūr ad-Dīn qui, quelques mois plus tôt, avait subi une sérieuse défaite au Crac des Chevaliers. Il lui demanda à ce moment une aide militaire qui devait lui permettre de se rétablir au Caire. Cet appel de Šāwar fut un événement décisif pour l’avenir de la politique de Nūr ad-Dīn car il allait orienter le souverain syrien vers l’Égypte. Le moment était favorable à une intervention : la dynastie fatimide agonisait et il fallait peu de chose pour hâter sa fin. D’autre part toute installation d’éléments syriens ou tout contrôle sur le gouvernement du Caire devait permettre d’encercler pratiquement le royaume latin. En fait, il y aurait eu deux fronts, un au nord, l’autre au sud, sur mer la flotte égyptienne pouvait encore gêner les mouvements des navires francs.

48La suite des événements montrera que la chute du califat fatimide fut retardée par les interventions franques et les manœuvres de Šāwar. Tandis que l’ancien vizir était accueilli à la cour de Damas, Ḍirġām envoyait à Nūr ad-Dīn un message pour lui demander de l’appuyer dans son nouveau poste.

49L’ambassadeur fut bien accueilli, mais sa demande ne fut pas prise en considération, et Ḍirġām fut profondément déçu. Au Caire, certains émirs constatant que Nūr ad-Dīn n’accordait pas son appui au nouveau maître songèrent à comploter et entrèrent en relation avec Šāwar. Le vizir, mis au courant, réagit brutalement et fit régner la terreur. Repoussé par Damas, Ḍirġām essaya de gagner Amaury à sa cause pour se défendre contre toute attaque de son rival. Il offrit un tribut considérable, mais le roi de Jérusalem ne répondit pas immédiatement à ces démarches pressantes et fit traīner les négociations en longueur. Šāwar, encouragé par la lenteur de ces pourparlers et se prévalant de ses relations avec une fraction de partisans parmi les émirs du Caire, renouvella ses appels auprès de Nūr ad-Dīn.

50L’ancien vizir fit cette fois des offres très séduisantes ; en échange des secours qu’il recevrait pour être rétabli dans sa fonction il promit un tiers des revenus de l’État, le remboursement des frais de l’expédition et la cession d’une partie de la province du nord-est du Delta, c’est-à-dire la marche voisine du royaume latin de Jérusalem. De plus, Šāwar s’engageait à reconnaître la suzeraineté de Nūr ad-Dīn et à respecter l’autonomie de commandement de Šīrkūh, dont les troupes syriennes, durant leur séjour en Égypte, ne devaient agir que sur les ordres de Nūr ad-Dīn. Les promesses certes ne manquaient pas d’attrait mais Nūr ad-Dīn pour les raisons que nous allons voir hésita à s’engager sur-le-champ. Il lui fallait d’abord étudier la situation ; loin d’être timoré, comme l’a dit Grousset, il fut plein de sagesse, et Guillaume de Tyr, qui connaissait fort bien la mentalité des protagonistes, ne se trompait pas lorsqu’il soulignait les clairvoyances du souverain de la Syrie.

51Les hésitations de Nūr ad-Dīn, comme celles d’Amaury, provenaient du fait que chacun d’entre eux savait qu’en prenant des engagements envers le maître du Caire il provoquerait contre ses propres États la réaction de l’autre. L’essentiel, pour les deux futurs « sauveteurs » de l’Égypte, était de pouvoir limiter le champ des opérations au territoire égyptien. C’est ce à quoi tendirent leurs efforts.

52Certes Nūr ad-Dīn était tenté par le désir d’accroître son royaume et de se créer de nouvelles ressources pour mener la lutte contre les Francs, mais il venait à peine de reconstituer son armée après le désastre de la Bocquée et les esprits n’étaient pas préparés à une expédition lointaine dont l’issue n’était pas certaine. Nombre de chefs musulmans alliés n’étaient pas très sūrs, comme nous le verrons plus loin, c’est pourquoi Nūr ad-Dīn cherchera à s’appuyer sur les petites gens, en agissant par l’intermédiaire des hommes de religion. Après sa défaite, Nūr ad-Dīn intensifia la propagande religieuse, comme nous l’avons vu, mais il fallait encore attendre quelque temps pour être bien sūr qu’elle ait porté ses fruits. Nous verrons comment le peuple, toujours sensible, hier comme aujourd’hui, aux arguments passionnels, obligera les chefs à s’engager dans la Guerre Sainte.

53D’autre part, connaissant bien les hommes, Nūr ad-Dīn n’était pas absolument sūr — et nous verrons que sur ce point ses appréhensions étaient justes — que Šāwar, une fois rétabli, tienne ses promesses. Il n’ignorait pas les dangers du parcours de Damas au Caire en bordure du territoire franc et savait fort bien qu’expulser d’un pays des troupes éloignées de leurs bases ne présentait pas de graves difficultés. Enfin Nūr ad-Dīn appréhendait, en l’absence de son armée, une intervention byzantine toujours possible dans le Nord. Il fallait donc constituer un corps expéditionnaire efficace et conserver sur place une armée suffisamment forte.

54L’émir kurde Šīrkūh, commandant les troupes syriennes, eut un rôle capital dans les décisions de son souverain. N’ayant pas à assumer la responsabilité du pouvoir, il pouvait encourager à l’expédition car il n’envisageait que l’aspect militaire de l’affaire, sans se préoccuper de l’ensemble des conjonctures politiques du moment ; d’autre part, et ce n’est pas un facteur négligeable, Šīrkūh espérait secrètement avoir en Égypte une chance de se rendre indépendant. Finalement, après avoir tiré augure du Coran, Nūr ad-Dīn décida en ğumādā I 559/avril 1164, d’envoyer une armée, placée sous le commandement de Šīrkūh, avec mission de rétablir Šāwar au Caire.

B. LE RÉTABLISSEMENT DE ŠĀWAR AU CAIRE (ğumādā II 559/mai 1164)34

  • 34 Guil. de Tyr, XIX, v, 260 ; vi, 261 ; Atabegs, 213, 216 ; Kāmil, IX, 84-85 ; Barhebraeus, 288-289  (...)

55Après avoir triomphé des réticences de Nūr ad-Dīn, l’émir Asad ad-Dīn Šīrkūh partit de Damas en ğumādā I 559/avril 1164 pour sa première campagne en Égypte. Déjà âgé et sans enfants, mais partageant avec son frère Nağm ad-Dīn Ayyūb, gouverneur de Damas, des ambitions d’indépendance pour sa famille, il obligea son neveu Saladin à l’accompagner. Ce dernier, qui avait alors vingt sept ans, ne suivit en fait son oncle en campagne qu’à contrecœur.

56Pour protéger la progression des troupes syriennes, Nūr ad-Dīn opéra des diversions en direction de Bāniyās au sud et réussit à fixer ainsi des contingents francs. Grâce à cette manœuvre, l’armée qui accompagnait Šāwar put passer sans encombre à travers le désert, à l’est du royaume de Jérusalem et atteindre rapidement le Delta du Nil.

57Ḍirġām n’ignorait pas que cette armée venait rétablir son prédécesseur, il savait aussi que les promesses faites devaient permettre à Nūr ad-Dīn d’occuper l’Égypte et de l’exploiter pratiquement pour lui. Ḍirġām se sentit alors perdu. N’ayant guère confiance dans ses troupes, et littéralement aux abois, il lança un nouvel appel très pressant aux Francs ; il offrit à Amaury, si celui-ci arrivait à barrer la route à Šīrkūh, un traité d’alliance qui aurait fait de l’Égypte, en cas de succès franc, la vassale du royaume de Jérusalem, au lieu d’être une colonie syrienne.

58Amaury accepta les propositions et se prépara à intervenir, mais ne disposant pas de troupes suffisantes pour lutter sur deux fronts il fut gêné par les attaques de Nūr ad-Dīn et ne put envoyer à temps une armée vers l’Égypte. Šīrkūh, à marches rapides, était alors déjà parvenu au Delta.

  • 35 Tell Basta, l’ancienne Bubaste, à une soixantaine de kilomètres au nord du Caire. Cf. Guide Bleu, (...)

59L’armée syrienne s’arrêta au Tell Baṣṭa35 non loin de Bilbays. Le retour de Šāwar sur le sol égyptien, avec l’appui de Šīrkūh produisit une forte impression au Caire, où le 29 ğumādā I/ 24 avril 1164 la panique s’empara de la partie de la population qui n’avait pas marchandé son appui au gouvernement présent. Deux jours plus tard, Ḍirġām décida d’envoyer son frère Naṣr ad-Dīn Fāris al-Muslimīn au-devant des envahisseurs. Le combat n’eut lieu que le lendemain de la rencontre car la forte chaleur qui sévissait ce jour-là empêcha l’affrontement des adversaires. Ce bref délai permit d’ailleurs de nombreuses défections dans les rangs égyptiens. Ainsi, lorsque les Syriens déclenchèrent leur attaque, ils n’eurent aucune difficulté à bousculer le détachement de Naṣr ad-Dīn qui effectua un rapide repli sur le Caire.

  • 36 Cf. CIA, I, 63.
  • 37 Désigne vraisemblablement l’actuel cimetière des Califes, à l’est du Caire entre la ville et le Mu (...)

60Après ce succès, Šīrkūh apparut devant le Caire le 6 ğumādā II/1er mai 1164, il mit le siège devant la ville et campa à al-Lūq, un des faubourgs de la capitale fatimide. Ḍirġām tenta une sortie qui fut repoussée ; quelques jours plus tard il envisagea une seconde tentative vers Bàb Zuwayla, mais abandonné par ses troupes, il dut y renoncer. A la fin de la troisième semaine de siège les Francs n’étaient toujours pas venus à l’aide du vizir. Voyant la tourNŪRe des événements, et certain de ne pouvoir tirer aucun profit de l’opération, Amaury avait renoncé à son intervention. Les assaillants finirent, pour arriver à bout de la résistance, par lancer des projectiles avec du naphte enflammé qui allumèrent des incendies, le feu donna le signal de la débâcle : le calife lança l’ordre à ses troupes de cesser le combat, Ḍirġām se vit désavoué ; avec une troupe de fidèles dont le nombre diminuait rapidement, il erra, traqué, à travers la ville. Le 29 ğumādā 11/24 mai, abandonné, il chercha à fuir, mais fut rattrapé au sud du Caire près du mašhad de Sayyida Nafīsa36, il tomba de cheval et fut tué, puis décapité. Son cadavre resta deux jours sur place avant d’être inhumé au cimetière d’al-Qarāfa37. Ses trois frères furent aussi pris et massacrés. Le lendemain de la mort de Ḍirġām, le 1er rağab 559/ 25 mai 1164, Šāwar était réinstallé et revêtait à nouveau la ḫilāt de vizir. Šīrkūh, lui, établit son camp dans la banlieue du Caire où il attendit que le vizir honorât ses promesses.

C. LE SECOND VIZIRAT DE ŠĀWAR38

  • 38 Guil. de Tyr, XIX, vi, 261-262 ; Atabegs, 216-217 ; Kāmil, IX, 85 ; Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, 29 (é (...)

61Dès qu’il fut rétabli au pouvoir, Šāwar commença une répression brutale et élimina ceux des anciens partisans de Ḍirġām qui survivaient encore. Les difficultés ne tardèrent pas à surgir entre le vizir et les Syriens ; assez rapidement Šāwar modifia son attitude à l’égard de Šīrkūh, dont il se sentait dépendant.

62Šīrkūh campait, comme nous l’avons dit, extra-muros et attendait l’exécution des engagements pris à Damas vis-à-vis de Nūr ad-Dīn, dont il n’était au Caire que le lieutenant ou plutôt le délégué. Šāwar, qui avait retrouvé son autorité passée, ne songea qu’à éluder les promesses faites à Damas et usa de mille faux-fuyants. Il finit toutefois par payer l’indemnité due aux Syriens pour les frais de la campagne, mais s’abstint de verser le tribut promis. Šīrkūh, alors, essaya de ramener le vizir au respect des conventions, mais Šāwar, dont l’arrogance allait croissant, lui signifia, en guise de réponse, d’avoir à quitter l’Égypte.

63Il fallait certes un certain temps pour réunir la somme promise car le Trésor était vide, mais Šāwar se rendait fort bien compte que, même s’il versait le tribut, Šīrkūh ne quitterait pas de bon gré le pays. Mieux valait donc économiser cet argent et tenter de faire partir les Syriens par la force.

64Šīrkūh fit des sommations au vizir, il y eut même des combats de rue au Caire ; puis voyant qu’il ne pouvait rien obtenir de Šāwar, l’émir décida d’imposer par la force le respect des conventions et envoya son neveu Saladin occuper Bilbays et la province orientale (aš-Šarqīya), promise par la convention de Damas. Il donna ordre à ses officiers d’y lever des contributions en nature et en argent au nom de Nūr ad-Dīn. Šāwar comprit alors qu’il ne viendrait pas seul à bout de l’armée syrienne, il n’eut plus qu’une ressource : un renversement des alliances.

65Un messager égyptien vint trouver Amaury et lui demanda avec insistance de reprendre les négociations interrompues par la disparition de Ḍirġām. Šāwar faisait remarquer que, si Šīrkùh s’emparait de l’Égypte et y installait l’autorité de Nūr ad-Dīn, le royaume de Jérusalem courrait un grand danger. Pour décider Amaury à accepter l’alliance, le vizir promettait une contribution de mille dinars par journée de campagne — il y avait de Jérusalem au Caire 27 étapes — cette offre dépassait largement celle qu’avait faite son prédécesseur Ḍirġām. Comprenant la menace qui pesait sur son royaume, Amaury répondit à l’invitation de Šāwar, pensant sans doute qu’il serait plus heureux que Šīrkūh pour obtenir les sommes promises. Mais ce qui le décida, pensons-nous, c’est le secret espoir de devenir un jour lui-même maître de l’Égypte et d’étendre son royaume jusqu’à la fertile vallée du Nil.

***

66Les appels des vizirs successifs et l’anarchie dans laquelle était plongé le Caire invitaient les Francs de Jérusalem et les Musulmans de Damas à l’invasion. Les revenus du commerce égyptien et la richesse des entrepôts d’Alexandrie et du Caire, par où passait en transit vers l’Europe les produits de l’Extrême-Orient, augmentaient encore l’attrait de la proie.

67Une véritable « course à l’Égypte » devait se dérouler pendant plusieurs années, trois protagonistes allaient chacun mener leur propre jeu vers le même objectif.

68Šāwar venait de remporter la première manche en se faisant rétablir au vizirat ; pour essayer de se maintenir à son poste il allait désormais pratiquer une politique de bascule entre le roi de Jérusalem et le souverain de Syrie. Cherchant à se débarrasser de Šīrkūh il fit appel, comme nous venons de le voir, à Amaury. Ce dernier connaissait fort bien l’importance de l’enjeu, il lui fallait empêcher Nūr ad-Dīn de prendre pied en Égypte, sinon le royaume latin de Jérusalem allait se trouver encerclé et isolé par un empire musulman unifié. Le roi devait, à tout prix, établir la domination franque sur le Caire puis éliminer d’une façon ou d’une autre Šāwar pour se maintenir.

  • 39 Ce maḏhab était aussi le plus répandu en Syrie à l’époque.

69Le troisième protagoniste, Nūr ad-Dīn, souhaitait lui aussi s’emparer de l’Égypte pour prévenir un accroissement de la puissance franque et pour y faire triompher le sunnisme sans pour autant négliger les profits économiques et financiers. Nūr ad-Dīn pouvait faire intervenir l’argument du ğihād contre le califat fatimide avec d’autant plus de facilité qu’il se posait en libérateur d’une grande fraction de la population égyptienne qui, elle, appartenait à l’« école » de l’imām Šāfi‘ī39.

70Du vainqueur de la dernière manche allait dépendre le sort de l’Orient méditerranéen. Nous verrons comment la victoire finale reviendra à un concurrent imprévu, un quatrième larron : Saladin.

D. LA DEUXIÈME CAMPAGNE D’AMAURY Ier EN ÉGYPTE40

  • 40 Guil. de Tyr, XIX, vi, 262 ; Atabegs, 217-218 ; Kāmil, IX, 85 ; KR, 131-132 ; Bahā’ ad-Dīn Ibn Šad (...)

71Bien que Nūr ad-Dīn se soit porté vers la frontière septentrionale du royaume de Jérusalem, les Francs accueillirent avec empressement les offres de Šāwar, qui comme nous venons de le voir, promettait non seulement mille dinars par étape mais encore la fourniture du fourrage, ce qui devait permettre une progression plus rapide aux troupes qui pouvaient se dispenser de se faire suivre par de lourds convois de ravitaillement ; une subvention spéciale devait être versée aux Hospitaliers qui tenaient garnison le long de la frontière de l’Égypte.

  • 41 Pour le détail de l’itinéraire, voir Schlumberger, Amaury, 67-80.
  • 42 Fāqūs, ou Tell Fāqūs, place importante sur un des bras du Nil, à 40 km. au nord-est de Bilbays. Cf (...)

72Amaury venait de recevoir d’Europe d’importants renforts constitués surtout de pèlerins, il s’empressa de promettre des secours au Caire et ne cacha pas à son entourage son espoir de garder l’Égypte pour lui ; Šāwar, de son côté, était bien décidé, lorsque les secours ne seraient plus utiles, à se débarrasser de son allié latin. Le rassemblement des troupes franques eut heu à Ascalon, la protection du royaume fut confiée à une partie des nouveaux arrivants tandis que les autres allaient grossir les effectifs de l’expédition. L’armée se mit en marche, en ša‘bān 559/fin juin-début juillet 1164 et par Gaza, al-‘Arīš et Farāmiya41 gagna Fāqūṣ42 en vingt-sept étapes.

73Dès qu’il fut averti de l’approche des Francs, Šīrkūh quitta Fusṭāṭ et alla rejoindre Saladin à Bilbays non sans avoir prévenu Nūr ad-Dīn des tractations entre le vizir et les Francs et lui avoir adressé un rapport sur la situation. Tandis que l’armée syrienne se retranchait à Bilbays, Šāwar sortait du Caire et se portait à la rencontre d’Amaury ; à la fin du mois de juillet, les troupes franco-égyptiennes bloquaient Bilbays. Le siège devait durer trois mois (août-septembre-octobre 1164), à l’époque la plus chaude de l’année. Les assiégés, malgré des défenses presque inexistantes, allaient résister héroîquement. La place n’avait ni murailles, ni fossé ; seule une enceinte basse en terre battue, une fausse braie, assurait sa protection.

74Le siège se prolongeait, les vivres commençaient à manquer dans le camp syrien, la chute de la place semblait imminente. C’est alors qu’Amaury apprit que Nūr ad-Dīn — comme nous le verrons plus loin — avait pris Ḥārim et marchait maintenant sur Bāniyās ; il demanda à Šāwar de lui rendre sa liberté, celui-ci le supplia de rester ; en secret, le vizir soudoyait les chefs francs pour retarder l’assaut de Bilbays et par ailleurs il négociait avec Šīrkūh dans la coulisse.

  • 43 D’après Guillaume de Tyr (XIX, vi, 262) ce serait Šīrkūh qui aurait le premier demandé la paix.

75Finalement Amaury, de plus en plus inquiet et impatient de retourner dans son royaume menacé, offrit la paix à Šīrkūh. L’émir syrien, à bout de ressources et ignorant le succès de Nūr ad-Dīn, accepta les propositions d’Amaury43. Les conditions stipulaient un retrait d’Égypte simultané des troupes syriennes et des troupes franques. Le 7 ḏū’l-ḥiğğa 559/26 octobre 1164, les Syriens évacuèrent Bilbays, Šīrkūh sortit de la place le dernier. Les deux armées suivirent pour leur retraite des chemins parallèles, les troupes d’Amaury rentrèrent chez elles par la côte, tandis que Šīrkūh rentra par l’intérieur, il parvint sain et sauf à Damas, après avoir évité une embuscade franque qui lui fit changer d’itinéraire. Amaury rentra trop tard pour secourir Bāniyās et trouva dans son royaume une situation désastreuse. Nūr ad-Dīn, en créant un véritable deuxième front, avait réussi à remporter des succès qui sauvèrent Šīrkūh du désastre.

76Mais le véritable vainqueur de ces campagnes était Šāwar qui, après s’être fait rétablir à son poste de vizir par Šīrkūh, avait réussi grâce à l’intervention de Nūr ad-Dīn contre Amaury à être débarrassé, en muḥarram 560/novembre 1164, des Syriens et des Francs. Il tenait désormais le calife en tutelle et allait pouvoir mener à sa guise pendant deux ans la politique de l’Égypte.

E. DIVERSIONS DE NŪR AD-DĪN PENDANT LA PREMIÈRE CAMPAGNE D’ÉGYPTE

a) La prise de Ḥārim (ramaḍān 559/août 1164)

77A partir de 559/1164, deux facteurs dominent la politique de Nūr ad-Dīn : le désir de venger les deux récents échecs de Ḥārim et de la Bocquée et le souci d’empêcher les Francs d’intervenir avec succès en Égypte.

78Revenu vaincu de la Bocquée, Nūr ad-Dīn, comme nous l’avons vu, s’était préoccupé de reconstituer son armée et avait intensifié la propagande en vue d’une reprise de la Guerre Sainte. Šāwar avait réussi à convaincre le prince zenguide de lui apporter son appui et avait obtenu le secours de Šīrkūh pour se faire rétablir au Caire. Après le succès de cette opération, le vizir n’avait pas hésité, comme nous l’avons vu, à appeler Amaury pour le débarrasser de l’encombrant émir kurde.

  • 44 Guil. de Tyr, XIX, viii, 264 ; Atabegs, 219-220 ; Kāmil, IX, 86 (le plus détaillé) ; KR, 133 ; Ibn (...)

79Dès que Nūr ad-Dīn apprit le départ des Francs de Jérusalem vers l’Égypte il songea à opérer une diversion et décida d’ouvrir un deuxième front contre les Francs. Le seigneur de Damas quitta sa capitale pour se rendre à Alep d’où il demanda l’aide de ses alliés et vassaux de la Syrie du Nord pour compenser l’absence des effectifs qui, avec Šīrkūh, se trouvaient en Égypte44.

80Quṭb ad-Dīn Mawdūd, prince de Mossoul et de la Djéziré, répondit immédiatement à l’appel de son frère aîné, Nūr ad-Dīn ; il envoya d’importants contingents dont l’avant-garde fut placée sous le commandement du muqaddam Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük. Le seigneur artuqide de Mārdīn, Nağm ad-Dīn Albī, dépêcha aussi des renforts. Seul parmi les vassaux importants l’Artuqide de Ḥiṣn Kayfā, Faḫr ad-Dīn Qarā Arslān, refusa d’abord de répondre à l’appel de Nūr ad-Dīn, il tenta de justifier son abstention en disant que Nūr ad-Dīn était exténué par le jeūne et la prière et qu’il ne se rendait pas compte des graves périls auxquels il allait exposer les peuples musulmans en déclenchant la lutte contre les Francs. Mais le lendemain de cette déclaration, Faḫr ad-Dīn ordonna pourtant à ses troupes de participer au ğihād. Pourquoi ce changement soudain d’attitude ? Nous avons vu comment Nūr ad-Dīn, par sa propagande religieuse, avait cherché depuis un certain temps à gagner l’adhésion des dévôts. Simultanément à l’appel qu’il avait adressé aux émirs alliés, il avait écrit aux responsables religieux dans les pays voisins pour leur expliquer ses difficultés et les avait invités à multiplier leurs prières pour l’aider. Cette propagande orale des imāms eut pour effet d’exciter le caractère passionné des masses musulmanes toujours sensibles au verbe. Ce fut, sans conteste, la crainte d’une révolte populaire qui décida Faḫr ad-Dīn à répondre à l’appel de Nūr ad-Dīn et à lui envoyer des troupes.

  • 45 Guil. de Tyr, XIX, viii, 264 ; Atabegs, 221 ; Kāmil, IX, 86 ; Schlumberger, Amaury, 86 ; Grousset, (...)

81Lorsque les diverses unités furent rassemblées à Alep, Nūr ad-Dīn partit en direction de Ḥārim dans le but d’investir cette place sans cesse disputée. A la coalition musulmane, les Francs répondirent par une autre coalition45. Tous les Francs qui se trouvaient dans les États latins du Nord se groupèrent. On recruta tout ce que l’on put jusqu’aux moines des couvents. Bohémond III le Bègue, prince d’Antioche, Raymond III, comte de Tripoli, Hugues de Lusignan, Thoros, roi d’Arménie et Constantin Coloman, duc de Cilicie, prirent le commandement de différents contingents auxquels se joignirent des Templiers de Gastīn et des Hospitaliers du Crac des Chevaliers.

  • 46 I.W., Mufarriğ, I, 145.
  • 47 Ces primes étaient des anfāl, des parts supplémentaires attribuées dans certaines circonstances pa (...)

82Les deux adversaires ne tardèrent pas à s’affronter. A la fin juillet/première décade de ramaḍān 55946, en pleine saison chaude, alors que le vent dessèche tout, aussi bien les plantes que les hommes, Nūr ad-Dīn mit le siège devant Ḥārim et déploya un important matériel de guerre. Nuit et jour, les mangonneaux bombardèrent la place, on lança contre l’enceinte des assauts réitérés tandis que Nūr ad-Dīn encourageait les comBaṭṭants en leur distribuant des primes nombreuses47.

  • 48 Artāḥ est à 18 km. E.-S.-E. du lac d’Antioche. Cf. Dussaud, THS, 227-228 et cartes X, a 1 et XII, (...)
  • 49 Voir SN, 134-5 et Sourdel, art. ‘Amk, dans EI2, I, 459.
  • 50 Guil. de Tyr, XIX, viii, 264-265 ; Atabegs, 221-223 ; Kāmil, IX, 86 ; KR, 133-134 ; Barhebraeus, 2 (...)
  • 51 SN, actuel Yeni Şehir, 134 ; THS, 227 et sq., 231 et sq.

83A l’approche des Francs, Nūr ad-Dīn, inquiet de la présence des contingents byzantins, lève le siège de Ḥārim et se replie vers Artāḥ48 au sud-est du district de l’Amq49. Il espère par ce mouvement attirer l’adversaire vers des terrains où il pourrait mieux le manœuvrer50. Les Francs ne voulurent écouter ni les avis de Renaud de Saint-Valery, seigneur de Ḥārim, ni les conseils de Thoros plus expérimenté qu’eux dans la lutte contre l’Islam ; ils étaient persuadés que Nūr ad-Dīn les craignait et sans hésitation se lancèrent à sa poursuite, enhardis par la retraite rapide des Musulmans. Nūr ad-Dīn réussit ainsi à les attirer vers la région marécageuse de ‘Imm51, adossée à la montagne, les Francs comprirent alors que leur position était désavantageuse et décidèrent de se replier sur Ḥārim. Nūr ad-Dīn les suivit en ordre de bataille et déclencha le combat ; l’adversaire contre-attaqua et fut pris au piège de la tactique turque. En effet, alors que les Francs dirigeaient leurs coups contre l’aile droite tenue par les troupes d’Alep et celles de Ḥiṣn Kayfā, ces dernières cédèrent sous le choc et simulèrent la fuite, attirant ainsi la cavalerie franque loin du gros de l’armée. Le contingent de Mossoul, sous les ordres de Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük, placé en embuscade au bout de la vallée, tomba sur l’infanterie et anéantit les piétons. Lorsque la cavalerie franque, qui ne parvenait pas à rattraper les fuyards, fit demi-tour et qu’elle revint sur ses pas, harcelée par les cavaliers turcomans d’Alep qui avaient aussi fait volte-face, elle ne trouva plus de troupes de soutien ; entourés de tous côtés, recevant une grêle de traits, les Francs eurent à soutenir un très violent combat au cours duquel ils subirent de lourdes pertes en tués et en prisonniers. La victoire fut remportée par Nūr ad-Dīn le 20 ramaḍān 559/11 août 1164 ; au nombre des prisonniers emmenés à Alep figuraient Bohémond d’Antioche, Raymond de Tripoli, Hugues de Lusignan et Constantin Coloman. Seul parmi les chefs chrétiens Thoros avait réussi à s’enfuir avec son frère Mleh.

  • 52 Guil. de Tyr, XIX, viii, 265 ; Atabegs, 223-224 ; Kāmil, IX, 87 ; KR, 134 ; Barhebraeus, 288 ; Ibn (...)

84A peine Nūr ad-Dīn avait-il anéanti la coalition franque à Artāḥ qu’il s’empressa d’exploiter son succès et revint promptement devant Ḥārim52. La place, n’ayant plus aucun espoir de secours, se rendit le 21 ramaḍān/12 août. Une fois Ḥārim prise une question se posa : Nūr ad-Dīn allait-il attaquer Antioche ? Trois obstacles s’opposaient à une telle expédition : d’une part, le prince zenguide craignait une intervention byzantine massive, d’autre part, les contingents de Djéziré étant rentrés chez eux, les troupes musulmanes se trouvaient affaiblies, enfin, il était nécessaire de mener des opérations au sud contre le royaume de Jérusalem pour aider Šīrkūh et essayer de faire diminuer la pression franque contre son lieutenant.

  • 53 Voir Chalandon, Comnènes, II, xviii, 469 sqq.
  • 54 Jean Axouch, ancien prisonnier musulman converti, vécut à la cour d’Alexis Comnène et eut l’entièr (...)

85Les émirs syriens conseillèrent à Nūr ad-Dīn d’attaquer Antioche, mais le prince refusa de suivre leur avis ; il rappela que la citadelle était difficile à prendre et que Byzance était la protectrice d’Antioche. On risquait donc par une attaque de provoquer une intervention vigoureuse des Grecs qui, dans les affaires d’Antioche, avaient pris la relève des Latins de Jérusalem et de voir ceux-ci occuper la citadelle. Au voisinage des Grecs hostiles, Nūr ad-Dīn préférait celui d’un prince franc faible ; ses craintes à l’égard de Byzance n’étaient pas sans fondement car Manuel, bien que retenu en Europe par les affaires de Hongrie53, envoya à l’annonce du désastre, des renforts et nomma en remplacement de Constantin Coloman prisonnier, le protostrator Alexis, fils de Jean Axouch54.

86Les contingents de Mossoul et du Diyār Bakr avaient reçu leur congé et rentraient chez eux, peut-être leurs chefs n’étaient-ils pas disposés à attaquer Antioche pour le seul bénéfice du souverain de Syrie. Il leur fallait, pour pouvoir continuer à jouer un rôle actif dans la politique de Nūr ad-Dīn, que subsiste une menace même faible de la part d’Antioche.

87La raison principale du refus de Nūr ad-Dīn d’attaquer Antioche nous semble avoir été la situation de l’Égypte qui tenait une place importante dans sa politique depuis 558/1163. Ayant pratiquement anéanti toute force militaire franque au Nord, Nūr ad-Dīn pouvait se retourner contre le royaume de Jérusalem, sans craindre d’intervention hostile à Alep. Avant de se diriger vers le sud, les troupes musulmanes s’en allèrent même razzier en direction de la côte et pillèrent Lattaquié et le port de Suwaydīya où ils attaquèrent le couvent.

88Finalement il semble qu’Antioche ait été sauvée aussi bien par Byzance qu’indirectement par Šāwar qui, en faisant appel aux Francs, obligeait Nūr ad-Dīn d’attaquer le royaume de Jérusalem pour aider Šīrkūh.

b) La prise de Bāniyās par Nūr ad-Dīn (ḏū’l-ḥiğğa 559/octobre 1164)

  • 55 Guil. de Tyr, XIX, ix, 265-267 ; Atabegs, 233-234 ; Kāmil, 87 ; Barhebraeus, 288 ; KR, 139 ; Ibn a (...)
  • 56 A propos du siège de Bāniyās les auteurs arabes citent deux anecdotes, l’une à propos de Nuṣrat ad (...)
  • 57 Marmardji, 127-133 ; une des sources de revenu du district était la canne à sucre.

89Après le succès de Ḥārim, Nūr ad-Dīn se dirigea contre le royaume de Jérusalem, celui-ci était privé d’une grande partie de ses troupes qui comBaṭṭaient alors sur les bords du Nil. Nūr ad-Dīn envahit la Galilée et fit répandre le bruit qu’il allait sur Tibé-riade où il provoqua ainsi un rassemblement important de Francs, pour la plupart nouvellement arrivés en Terre Sainte ; en fait, il se dirigea à marches forcées contre Bāniyās55, avant-poste franc au pied de l’Hermon que les Francs avaient reçu de Mu’īn ad-Dīn Anar en 543. Les troupes musulmanes, une fois de plus, établirent un blocus serré et bombardèrent la place avec de nombreux man-gonneaux. Les Francs songèrent à envoyer des colonnes de secours et comptaient beaucoup sur l’expérience de Thierry d’Alsace qui venait de revenir en Terre Sainte. Mais Nūr ad-Dīn redoubla d’ardeur, il attaqua la place sans répit et mit en action ses sapeurs ; les assiégés furent pris de panique et, avant même qu’une armée de secours ait pu se mettre en marche, Bāniyās capitula en ḏū’l-ḥiğğa 559/octobre 1164. On n’arrive pas à déterminer les causes véritables de cette reddition, fut-ce par découragement ou par incompétence du commandant ou bien encore par trahison, comme voudrait le faire croire Guillaume de Tyr. Le chroniqueur latin corrobore ses soupçons par le fait que Gautier de Quesnoy et le chanoine Roger, les deux responsables de la place, devaient s’enfuir au retour d’Onfroy de Toron, seigneur de Bāniyās56. Dès qu’il eut pris Bāniyās, Nūr ad-Dīn y installa une garnison, accorda une trêve et imposa aux Francs, selon une pratique alors courante, le partage des revenus du district de Tibériade57 ; la population dans les campagnes était en majorité chiite tandis que dans les villes dominaient les sunnites aš‘arites.

90Dès qu’Amaury eut appris le désastre de Ḥārim et l’attaque de Nūr ad-Dīn contre Bāniyās il abandonna, comme nous l’avons vu, le siège de Bilbays pour rentrer dans son royaume menacé. Ainsi les succès de Nūr ad-Dīn avaient atteint leur objectif : empêcher l’écrasement et la capture de Šīrkūh. Šāwar, de son côté, conservait son poste et était débarrassé des Syriens et des Francs. Le vizir du Caire n’aura que deux ans de répit avant que Šīrkūh ne revienne tenter sa chance en Égypte.

III. NŪR AD-DĪN ET LES FRANCS

A. L’EMPEREUR MANUEL, ARBITRE ENTRE NŪR AD-DĪN ET AMAURY58

  • 58 Guil. de Tyr, XIX, x, 267-268 ; Atabegs, 224 ; Barhebraeus, 289 ; Michel le Syrien, III, 324 ; Ste (...)

91Au début du mois de novembre 1164, le roi Amaury rentra d’Égypte ; la situation des États latins d’Orient était grave, non seulement deux avant-postes francs importants, Ḥārim et Bāniyās, avaient été perdus au profit de Nūr ad-Dīn, mais encore les principaux chefs francs se trouvaient prisonniers à Alep. Nūr ad-Dīn avait profité de la tentative du roi de Jérusalem contre l’Égypte pour renouveler et accentuer la pression musulmane contre les États chrétiens d’Orient.

  • 59 Voir plus haut, p. 430.

92Face au prince zenguide dont la puissance tenait les Francs en respect, et placé dans une situation aussi délicate que l’avait été son frère Baudouin III, Amaury n’avait d’autre issue que la conclusion d’un accord avec Byzance. La situation à Antioche, après la prise de Ḥārim par Nūr ad-Dīn et la capture de Bohémond III, était angoissante et rappelait fort celle dans laquelle la principauté s’était trouvée, quelques années plus tôt, sans maître, après la capture de Raymond à la bataille d’Inab59. Les barons appelèrent, une fois de plus, le roi de Jérusalem ; Amaury partit avec Thierry d’Alsace — dont c’était le quatrième voyage en Orient — pour essayer de rétablir les affaires de la principauté.

93D’autre part, Amaury chercha une alliance matrimoniale avec Byzance et demanda, comme l’avait fait son frère quelques années auparavant, une épouse à l’Empereur. Manuel fit traîner la requête en longueur car il avait été froissé par l’intervention d’Amaury dans les affaires d’Antioche après la défaite de Ḥārim. En effet, juridiquement la suzeraineté sur la principauté revenait à Byzance et non à Jérusalem, tout règlement devait donc avoir l’accord de l’Empereur.

a) Libération de Bohémond III60

  • 60 Guil. de Tyr, XIX, en 1165.
  • 61 Michel le Syrien (III, 325) dit 100.000 tahégans.

94Dès son arrivée à Antioche, au printemps 1165, le roi de Jérusalem engagea des pourparlers avec le souverain zenguide pour obtenir la libération de Bohémond III le Bègue. Cette demande ne souleva pas de difficultés majeures car Nūr ad-Dīn ne désirait nullement voir Amaury s’installer trop longtemps à Antioche ; d’autre part, le souverain de Syrie redoutait une intervention de Manuel en faveur de son beau-frère et craignait d’avoir même à le libérer sans rançon. C’est pourquoi Nūr ad-Dīn relācha le prince d’Antioche dès l’été 1165 moyennant une somme de 100.000 pièces d’or61.

  • 62 Les soieries fabriquées par les ateliers impériaux avaient alors une grande renommée. Cf. L. Bréhi (...)

95Dès sa mise en liberté, Bohémond se rendit à Constantinople pour y demander le complément de sa rançon. Manuel le lui accorda et profita des circonstances pour imposer à Antioche, en échange de ce service, le patriarche grec Athanase II. Il réussit ainsi à satisfaire une des anciennes revendications byzantines sur la principauté. Si la situation critique d’Antioche obligeait Amaury et Bohémond à se plier aux exigences de Manuel, Nūr ad-Dīn, de son côté, cherchait à ménager le Basileus pour éviter de le voir intervenir et pour maintenir à l’avantage de l’Islam la balance des forces en Syrie du Nord. Prudent et cherchant à éviter un éventuel mouvement d’humeur de Manuel, Nūr ad-Dīn avait d’ailleurs, peu de temps après sa victoire, libéré Constantin Coloman, le duc de Cilicie, moyennant 150 robes de soie62.

96Ainsi, sans même paraître en Orient, l’empereur de Byzance, par son prestige et par la crainte qu’inspirait sa force, avait sauvé l’indépendance d’Antioche et évité à son sujet un conflit entre Nūr ad-Dīn et Amaury.

b) Les difficultés de Nūr ad-Dīn avec Thoros63.

  • 63 Michel le Syrien, III, 326 ; Barhebraeus, 289 ; Stevenson, 190 ; Grousset, II, 474-475.

97Un détail de la politique dans les relations arméno-syriennes à l’égard de Nūr ad-Dīn est omis dans les sources arabes que nous avons pu consulter : il s’agit des moyens employés par Thoros pour obtenir de Nūr ad-Dīn la libération des soldats arméniens faits prisonniers à la bataille d’Artāḥ.

98Nous avons vu plus haut comment le roi d’Arménie avait réussi à trouver son salut dans la fuite lors de l’expédition contre Ḥārim. A peine rentré en Cilicie, Thoros engagea des pourparlers avec Nūr ad-Dīn pour faire libérer les prisonniers arméniens, le souverain syrien refusa de relâcher les captifs. Quelque temps plus tard, profitant de ce que Nūr ad-Dīn se trouvait engagé à Bāniyās, Thoros, sans prendre de gros risques, attaqua le district de Mar‘aš qui dépendait alors de la Syrie. Il y fit environ quatre cents prisonniers parmi les troupes turques stationnées dans la région, puis menaça de les exécuter s’il n’obtenait pas satisfaction à sa demande. Nūr ad-Dīn ne pouvant user de représailles immédiates du fait de son éloignement consentit alors à procéder à l’échange des prisonniers.

B. RAIDS MUSULMANS CONTRE LE ROYAUME DE JÉRUSALEM ET LE COMTÉ DE TRIPOLI

a) Attaque de Šīrkūh contre la grotte de Tyron64

  • 64 Guil. de Tyr, XIX, x, 269 ; Stevenson, 190 ; Grousset, II, 476-477 ; P. Deschamps, Déf. Roy. Jérus (...)
  • 65 C’est l’actuelle Qal‘at an-Nihā, située à 7 km. au nord de Djezzīn et à 23 km à l’est de Ṣaydā’. P (...)

99Depuis son retour d’Égypte, Šīrkūh rongeait son frein et ne pensait qu’à revenir au Caire. Pour occuper son oisiveté forcée, l’émir kurde décida d’exécuter un raid contre le district de Ṣaydā’. En 560/1165, mettant à profit l’absence d’Amaury qui attendait à Antioche le retour de Bohémond, parti chercher à Constantinople le complément de sa rançon, le lieutenant de Nūr ad-Dīn s’en alla ravager la région de Ṣaydā’ et bloqua une grotte-forteresse connue sous le nom de Cave de Tyron. Cette grotte, appelée aussi Šaqīf Tīrūn, était un des ouvrages fortifiés qui assurait, à l’intérieur du pays, la défense du port de Ṣaydā’. Elle se trouve au flanc d’une des chaînes du Liban, le Ğabal Nihā, creusée à 1.100 mètres d’altitude dans une paroi rocheuse verticale, surplombant de 300 mètres la route de Damas à Ṣaydā’ et contrôlant la voie qui du Liban Sud se dirigeait vers Bayt ad-Dīn et Ba‘albakk65. C’était un des verrous des territoires chrétiens s’étendant de Ṣaydā’ à Beyrouth.

  • 66 Guil. de Tyr, XIX, x, 269.

100De par sa situation, la place était difficilement prenable, aucun assaut n’étant possible, il fallait pour occuper la grotte attendre que la famine contraignît la garnison à se rendre. C’est pourquoi Guillaume de Tyr66 croit que Šīrkūh réussit à s’en emparer par trahison, ce qui serait confirmé par le fait que la garnison, après sa reddition, chercha refuge en territoire musulman.

101Quelques mois plus tard, Šīrkūh fit un raid outre Jourdain et réussit à s’emparer d’une autre grotte-forteresse tenue par les Templiers et dont nous n’avons pu retrouver le nom. Guillaume de Tyr, une fois de plus, accuse les défenseurs de s’être laissé acheter. La rapidité de la reddition semble donner raison au chroniqueur, car Amaury partit au secours de la place dès qu’il la sut bloquée, mais il arriva trop tard pour la dégager ; il fit alors rechercher les Templiers félons et réussit à en retrouver une douzaine qu’il fit pendre en 561/1166.

b) Prise de Munayṭira par Nūr ad-Dīn67

  • 67 Atabegs, 235-236 ; Kāmil, IX, 94 ; Ibn al-‘Adīm, II, 322 ; I.W., Mufarriğ, 148 ; Grousset, II, 477 (...)

102En 561/1166, Nūr ad-Dīn, profitant de la captivité de Raymond III de Tripoli et d’une grande partie de ses cavaliers, attaqua Munayṭira, une des places fortes du comté et position stratégique importante car elle contrôlait le pont naturel qui enjambe en face d’Afqa la vallée du nahr Ibrahim et la route qui par le Kesrouan menait de la baie de Jounieh à Ba‘albakk. Après avoir rassemblé ses troupes, Nūr ad-Dīn se dirigea à travers la Biqā‘, en toute hâte, contre les Francs et vint par surprise mettre le siège devant la citadelle. La garnison se croyait en sécurité et n’avait pris aucune précaution pour soutenir un siège. La place fut rapidement prise de vive force et ses soldats massacrés tandis qu’un riche butin tombait aux mains des Musulmans. L’action avait été si prompte que l’armée franque de secours lorsqu’elle arriva devant Munayṭira la trouva déjà occupée par les troupes de Nūr ad-Dīn et n’eut plus qu’à se replier par le col de ‘Aynata, sans espoir de reprendre la place.

***

103Nous voyons qu’en 561/1166 la situation de Nūr ad-Dīn, nullement compromise par l’échec de Šīrkūh en Égypte, se trouvait au contraire renforcée en Syrie. La prise de Ḥārim et Bāniyās, comme nous l’avons dit, avait permis à Nūr ad-Dīn d’occuper des avant-postes francs qui au nord et au sud menaçaient ses États. La prise de Munayṭira permettait de tenir en respect le comté de Tripoli et de mieux contrôler la partie nord de la Biqā‘, tandis que la partie sud était gardée par Bāniyās et Šaqīf Tīrūn.

104Sur le plan politique, Nūr ad-Dīn n’avait pas de difficultés majeures. Il avait rendu la liberté à Bohémond pour éviter un renforcement d’Antioche et une éventuelle action byzantine, mais gardait en captivité bon nombre de chevaliers francs ce qui diminuait considérablement les forces de son adversaire. Les Francs, d’ailleurs, se rendaient compte qu’ils n’avaient pas d’autres moyens de résister à la constante pression de Nūr ad-Dīn que de s’allier avec Byzance.

105Dans une situation stable en Syrie, Nūr ad-Dīn allait pouvoir céder aux instances de Šīrkūh et envoyer, dès 562/1167, une seconde expédition vers le Caire, sous le commandement de son émir isfahsalār, ayant cette fois pour but avoué la conquête de l’Égypte.

IV. DEUXIÈME EXPÉDITION D’ÉGYPTE68

  • 68 Kāmil, IX, 94-95 ; Atabegs, 236 ; KR, 192 sq. ; Chr. An. Syr., 136 ; I.W., Mufarriğ, I, 148-49 ; G (...)
  • 69 Kāmil, IX, 94-95 ; Atabegs, 236 ; KR, 192 sq. ; Chr. An. Syr., 136 ; I.W., Mufarriğ, I, 148-49 ; G (...)

106Lorsque Šīrkūh rentra d’Égypte en 559/1164, il reprit son service auprès de Nūr ad-Dīn69. Mais, dès son retour, il n’eut qu’une idée : celle de repartir vers le Caire pour s’y emparer du pouvoir et peut-être songea-t-il à se rendre indépendant en se soustrayant à l’autorité de Nūr ad-Dīn. Il espérait établir un pouvoir fort en Égypte, sachant qu’il n’avait rien à craindre du souverain de la Syrie tant que le royaume de Jérusalem offrait une barrière suffisante. La raison officielle qu’alléguait Šīrkūh était son désir de se venger de la conduite de Šāwar. Il ne cessait d’exprimer son indignation à Nūr ad-Dīn, celui-ci se montra d’abord opposé à une nouvelle intervention pour éviter de scinder les forces musulmanes.

  • 70 Sur la politique d’Ibn Hubayra, voir H. Laoust, La profession de foi d’Ibn Baṭṭa, CXVII et CXXX, e (...)
  • 71 En ṣafar 560/18 décembre 1164-15 janvier 1165 et en rağab 561/ 3 mai-ler juin 1166.

107Šīrkūh, fort habilement, avait demandé l’appui du calife de Bagdad. L’émir avait décrit la situation au Caire et n’avait pas manqué d’exposer le potentiel de richesses que représentait l’Égypte et d’en dépeindre les habitants sous des traits peu flatteurs sans oublier de signaler le nombre important de chaféites qui y vivaient sous la domination fatimide. Un tel tableau montrait que le renversement du pouvoir fatimide au profit de la Sunna ne présentait pas de grandes difficultés. Le calife al-Mustanğid, dont le vizir ḥanbalite Ibn Hubayra dirigeait la politique extérieure, ne pouvait qu’encourager les émirs de Syrie à restaurer l’autorité abbasside sur les bords du Nil70. Ayant l’appui du calife pour son projet d’intervention en Égypte, Šīrkūh n’eut plus de difficulté à obtenir l’adhésion de Nūr ad-Dīn et commença ses préparatifs. L’opinion publique semble avoir été, elle aussi, gagnée à ce projet par une habile propagande religieuse dont fit partie à deux reprises la lecture de la profession de foi du ḥanbalite Ibn Baṭṭa71. Finalement en 562/1166-1167 Nūr ad-Dīn dut céder.

108A peine informé des préparatifs syriens, Amaury convoqua les principaux barons du royaume de Jérusalem à une réunion tenue à Naplouse. Les Latins décidèrent alors d’organiser de leur côté une expédition pour que l’Égypte ne tombe ni au pouvoir de Nūr ad-Dīn ni aux mains de son lieutenant Šīrkūh.

  • 72 HOC, IV, 109 ; Barhebraeus, 290 ; Grousset, II, 480.
  • 73 Guil. de Tyr, XIX, xvi, 275.
  • 74 Guil. de Tyr, XIX, xviii, 276-280, repris par Schlumberger, Amaury 116-125 et Grousset, II, 482-48 (...)

109Šāwar, au courant de ce qui se préparait, n’ignorait pas que, si Šīrkūh venait en Égypte, ce serait avec l’idée de n’en pas repartir, et il pensait d’autre part que le roi, lui, finirait bien, à un moment donné, par regagner ses États. C’est pourquoi, sans tarder, il engagea des négociations avec les Francs, il leur montra tout le danger que présentait pour Jérusalem l’installation de Nūr ad-Dīn au Caire72. Rappelant l’amitié d’antan le vizir promit quatre cent mille dinars dont deux cent mille au comptant. Le négociateur Hugues de Césarée, pour plus de sūreté, voulut mettre le calife fatimide au courant afin d’obtenir des garanties en cas de changement de titulaire du vizirat73. Hugues se fit accompagner chez le calife par Geoffroy Foucher, représentant des Templiers. Le cérémonial et le protocole de cette entrevue sont minutieusement décrits par Guillaume de Tyr74.

110Šāwar expliqua alors au jeune al-‘Āḍid tout l’intérêt de cette alliance et un accord fut conclu. Les messagers revinrent auprès d’Amaury et les clauses du pacte furent confirmées par le roi, il s’engagea notamment « à ne pas quitter l’Égypte avant d’en avoir expulsé Šīrkūh ».

  • 75 Kāmil, IX, 95 ; I.W., Mufarriğ, I, 148.

111A partir du mois de rabī‘ I 562/janvier 1167, Nūr ad-Dīn craignit d’être devancé sur les bords du Nil par Amaury, il accéléra alors le rassemblement des troupes qui devaient participer à l’expédition sous les ordres de Šīrkūh. Les réticences du souverain zenguide avaient fait place à la détermination. Les nouvelles en provenance du Caire et de Jérusalem n’étaient pas étrangères à ce changement d’attitude. Nūr ad-Dīn non seulement donna près de deux mille cavaliers en renfort supplémentaire à son émir isfahsalār, mais encore, faisant siennes les exhortations du calife de Bagdad, il poussa un certain nombre d’émirs à suivre Šīrkūh75. Il n’est pas impossible que le maître de la Syrie ait voulu avoir dans cette armée des hommes qui n’auraient pas été exclusivement des compagnons de Šīrkūh et sur la fidélité desquels il pouvait compter. Les péripéties de la bataille d’al-Bābayn, que nous verrons bientôt, justifièrent la politique de recrutement de Nūr ad-Dīn.

  • 76 Wiet, HNE, IV, 295.
  • 77 Kāmil, IX, 95.

112C’est avec un corps expéditionnaire nombreux, où dominaient les éléments kurdes et turcomans auxquels devaient se joindre de nombreux bédouins, que Šīrkūh quitta la Syrie en rabī‘ II 562/25 janvier-22 février 116776. Le général kurde se dirigea vers le sud en compagnie de son neveu Ṣalāḥ ad-Dīn Yūsuf, l’illustre Saladin ; sur une certaine distance ils suivirent la route du pèlerinage par le désert, laissant à leur droite les territoires du royaume latin77. Pour éviter toute attaque de flanc contre l’armée en marche, Nūr ad-Dīn s’était dirigé vers la frontière méridionale de Damas pour y retenir les Francs. Le trajet se fit sans incidents en dehors d’une violente tempête de sable qui fit éprouver quelques pertes à Šīrkūh. Obliquant vers l’ouest, passant au nord de la presqu’île du Sinaī, l’armée syrienne gagna la région du Delta sans être inquiétée. Il ne semble pas que les Francs aient réellement gêné la marche des troupes de Šīrkūh, qui d’ailleurs arrivèrent en Égypte presque en même temps que l’armée d’Amaury.

113Les Francs avaient quitté Ascalon le 6 rabī‘ II 562/30 janvier 1167, et étaient descendus le long de la côte avec des forces considérables. Suivant une route pratiquement parallèle à celle de Šīrkūh, ils gagnèrent Gaza, puis al-‘Arīš, de là passèrent par Bilbays et s’arrêtèrent à Fusṭāṭ. Le roi de Jérusalem avait, cette fois-ci, lui aussi, la ferme résolution de s’emparer de l’Égypte pour son propre compte afin d’éviter qu’elle ne tombe entre les mains du lieutenant de Nūr ad-Dīn, ce qui aurait rendu précaire la situation de la Palestine.

  • 78 Guil. de Tyr, XIX, xvi, 284.

114Sachant que le vizir fatimide s’était assuré l’appui des Francs, Šīrkūh fit une ultime démarche auprès de Šāwar pour le convaincre de s’allier avec lui contre l’ennemi de leur foi commune. Šāwar ne donna pas de réponse mais fit montrer la lettre à Amaury78.

A. LA BATAILLE DU CAIRE

  • 79 L’ancienne Aphroditopolis ; Guide Bleu, Égypte, 349 ; Kāmil, IX, 95 ; Guil. de Tyr, XIX, xiii, 272 (...)
  • 80 Guide Bleu, Égypte, 352.
  • 81 Guillaume de Tyr (XIX, xxi, 285) la situe à 8 milles de Fusṭāṭ. Pour le problème de son identifica (...)

115Voulant éviter une rencontre avec les Francs, Šīrkūh dirigea son armée vers le sud et passa par Atfiyah79, non loin de l’ermitage de Saint-Antoine, à une soixantaine de kilomètres en amont du Caire. Puis il traversa le Nil de Šarūna à Aba sur la rive occidentale80. Ensuite, remontant vers le nord à marches forcées, l’armée syrienne gagna Guizah en face de Fusṭāṭ. Šīrkūh allait rester cinquante-quatre jours sur la rive gauche du Nil, face aux Francs qui étaient installés à Fusṭāṭ. Pour assurer leur ravitaillement, les troupes de Syrie occupèrent quelques villages de la Province Occidentale (al-Ġarbīya) ; ils attaquèrent aussi l’île de Mahalla dans le Delta81 mais Miles de Plancy massacra littéralement le détachement turcoman.

  • 82 KR, 142.
  • 83 Guil. de Tyr, XIX, XXI, 285.

116Pour franchir le Nil, Amaury tenta de lancer entre Rawda et la rive occidentale un pont de bateaux liés avec des troncs de palmiers et recouverts de terre battue82 mais les archers kurdes de Šīrkūh empêchèrent les pontonniers du génie francs d’aller au-delà du milieu du fleuve. Quelques semaines plus tard, changeant de tactique pour atteindre Guizah, les Francs qui venaient de recevoir des renforts conduits par Onfroy de Toron et Philippe de Naplouse, descendirent le fleuve jusqu’à une île où se trouvait des troupes syriennes. Le bras du fleuve fut franchi en bateaux et l’ennemi massacré ; pour atteindre la rive où se tenait Šīrkūh il n’y avait plus qu’un maigre bras du Nil à franchir, mais un vent d’ouest, aussi soudain que violent, empêcha le passage du fleuve. La nuit suivante, les éléments syriens qui occupaient la rive gauche se replièrent83. A l’aube, les Francs s’aperçurent de leur départ mais renoncèrent à poursuivre l’ennemi car ils étaient eux-mêmes trop peu nombreux.

  • 84 Dans Atabegs et KR, ğumādā I ; dans Kāmil et I.W., ğumādā II ; ce serait alors le 18 avril 1167.

117Une nouvelle fois la nuit allait aider Šīrkūh ; comprenant, après la perte de l’île, qu’il pouvait maintenant être tourné par les Francs, l’émir kurde se replia rapidement vers la Moyenne Égypte. Les Francs lancés à sa poursuite capturèrent quelques traînards mais n’obtinrent d’eux que de médiocres renseignements sur les effectifs en retraite. Finalement le gros des forces franco-égyptiennes parvint à rejoindre les troupes envoyées par Nūr ad-Dīn le 25 ğumādā I/19 mars 1167 à Dalğa au sud d’Ašmunayn84.

B. LA BATAILLE D’AL-BĀBAYN85

  • 85 HOC, I, 35 ; Atabegs, 237 ; Kāmil, IX, 95 ; HOC, I, 547 ; KR, 143 ; Guil. de Tyr, XIX, xxvi, 292 ; (...)

118Les armées se retrouvaient au milieu de dunes de sable au pied des contreforts de la chaîne libyque à l’entrée d’un défilé menant vers les hauteurs en direction d’al-Bābayn. Šīrkūh apprit par son service de renseignement que les effectifs de l’adversaire étaient importants. Guillaume de Tyr, toujours soucieux de minimiser les succès musulmans, nous apprend que l’armée envoyée par Nūr ad-Dīn comprenait neuf mille cavaliers turcs, trois mille archers et dix mille bédouins, chiffres fort exagérés si l’on songe aux problèmes de ravitaillement qu’une pareille troupe aurait posés. Les Francs, eux, n’auraient eu que trois cent soixante-quinze chevaliers qui, avec leurs valets d’armes, représentaient un corps de mille cent vingt-cinq cavaliers, et un nombre indéterminé d’Égyptiens et de Turcopoles. En fait, nous ignorons, faute de documents précis, l’importance des effectifs des deux adversaires.

  • 86 Orthographe d’Ibn al-Aṯīr (Kāmil, IX, 95 ; Atabegs, 237), reprise par Ibn Wāṣil (I.W., Mufarriğ, 1 (...)

119Le lieutenant de Nūr ad-Dīn songea d’abord à livrer bataille, puis estimant que l’ennemi était trop nombreux, il eut des inquiétudes. Ses troupes, en état d’infériorité numérique puisqu’elles n’avaient pas l’appoint des éléments égyptiens, étaient loin de leurs bases. Sans moyen de secours, ayant à l’est le Nil et à l’ouest le désert, évoluant dans un pays hostile, cette armée se trouvait dans des conditions peu favorables au maintien d’un bon moral. Šīrkūh réunit ses officiers, leur exposa ses craintes et tint conseil. Tout le monde fut d’avis qu’il valait mieux repasser sur la rive orientale du Nil pour être prêt à regagner la Syrie, une seule voix s’éleva pour protester : celle de l’émir Šaraf ad-Dīn Barġaš86, mamelouk de Nūr ad-Dīn et seigneur de Saqīf.

  • 87 Bustān, 136-137.
  • 88 Il ne s’agit pas du géographe mort deux ans plus tôt. Peut-être est-ce le même que l’alexandrin no (...)

120L’ancien esclave de Nūr ad-Dīn, Barġaš, déclara que si les émirs s’en retournaient en Syrie non seulement sans avoir remporté un succès mais sans même avoir livré combat, Nūr ad-Dīn leur reprendrait leurs fiefs et supprimerait leur solde (ğāmakīya) car ils n’auront été que des fuyards et des déserteurs. Imaginer qu’ils pourraient perdre leurs bénéfices fit revenir les émirs sur leur décision. Šīrkūh fut convaincu par l’orateur qu’appuyait Saladin. L’isolement dans le pays n’était plus total car peu auparavant le gouverneur d’Alexandrie Nağm ad-Dīn b. Maṣāl, fils d’un ancien vizir87, révolté par l’alliance de Šāwar avec les Francs, avait envoyé en ambassade un certain Idrīsī88 pour assurer Šīrkūh de son appui. Il y avait désormais un allié sur la rive gauche, un hâvre où le cas échéant on pourrait se réfugier. On convint donc de courir le risque et d’engager le combat.

  • 89 Kāmil, IX, 95 ; I.W., Mufarriğ, I, 150-151.

121Šīrkūh établit le dispositif suivant89 : il se plaça à la lisière des terres cultivées et du désert, groupa les bagages au milieu des troupes afin de faire paraître son armée plus nombreuse et aussi pour éviter leur pillage par les gens du pays pendant le combat.

122Sachant que les Francs attaqueraient au centre, car ils supposeraient que Šīrkūh s’y trouvait, l’émir confia ses troupes à Saladin lui donnant ordre de se replier dès le début de l’attaque, suivant la tactique habituelle, afin d’attirer la cavalerie franque loin du champ de bataille ; Šīrkūh lui-même se tint avec un groupe d’élite à l’aile droite. L’opération se déroula suivant les prévisions, le stratagème habituel réussit : les Francs sous le commandement de Hugues de Césarée chargèrent au centre, celui-ci se replia en bon ordre, une fois la cavalerie franque éloignée. Šīrkūh put, avec des troupes fraîches, charger de flanc l’infanterie franco-égyptienne découverte. Lorsque les cavaliers francs s’en revinrent de leur vaine poursuite, ils retrouvèrent leur infanterie en déroute après avoir perdu un grand nombre d’hommes tués ou prisonniers. Hugues de Greona et le chevalier Eustache Cholet étaient au nombre des morts, Hugues de Césarée et Arnulf de Tell Bašīr parmi les prisonniers ; l’évêque Raoul de Bethléem était grièvement blessé. La situation devenait de plus en plus critique. Dans les dunes, le combat se déroulait pénible et confus ; la nuit amena quelque répit et profitant de l’obscurité l’armée franco-égyptienne se lança dans la fuite.

  • 90 Guide Bleu, Égypte, 354 ; actuelle Minyat.
  • 91 Guil. de Tyr, XIX, xxvi, 294-296.
  • 92 Tout comme pour certains évêchés, les princes francs sont seigneurs « in partibus » de régions ou (...)
  • 93 Kāmil (HOC, I, 519), IX, 95-96 ; Atabegs, 239 ; HOC, I, 35 ; Guil. de Tyr, XIX, xxvii, 296.

123Elle atteignit la ville la plus proche à quarante kilomètres au nord : Minyat Ibn Ḥasīb90 où Gérard de Pongy et le fils de Šāwar les rejoignirent91. Amaury attendit trois jours pour regrouper, sous les ordres de Joscelin de Samosate92, les restes de son infanterie. Le quatrième jour, l’armée regroupée repartit vers le Caire où l’on dénombra la perte d’une centaine de chevaliers soit plus du quart des effectifs. Après la bataille d’al-Bābayn dont on ne peut trop préciser le vainqueur, Šīrkūh se replia à travers le Fayyūm et se dirigea vers Alexandrie93 levant sur son passage des contributions et faisant main basse sur les récoltes.

C. L’ARMÉE DE NŪR AD-DĪN A ALEXANDRIE

  • 94 Voir la description d’Alexandrie par Idrīsī, édition Jaubert, Recueil de la Soc. Géogr., 1836, V, (...)

124Les habitants d’Alexandrie, dont le gouverneur Nağm ad-Dīn b. Maṣāl ne cachait pas, comme nous l’avons vu, ses sympathies pour le général kurde, et qui en grande majorité étaient sunnites et traditionnellement hostiles au Caire, ne firent aucune difficulté pour livrer la ville aux soldats de Nūr ad-Dīn. Rapidement une flotte franque composée de navires pisans bloqua le port94 qui, suivant l’expression de Piloti, est « la bouche et la clef de l’Égypte ». Les Franco-Égyptiens s’étaient regroupés près du Caire après leur retraite. Ils comblèrent les vides dans leurs rangs, rééquipèrent les hommes et se dirigèrent vers Alexandrie qu’ils allaient bloquer étroitement pendant trois mois ; leurs camps principaux se trouvaient à Taruga et Damanṣūr. Après le premier mois de siège, Šīrkūh nomma son neveu Saladin comme gouverneur militaire de la place et Ibn Zubayr chef de l’administration, puis il franchit de nuit les lignes franques avec un détachement de cavalerie et partit en direction de la Haute-Égypte vers le Ṣa‘īd qu’il parcourut en percevant des impôts. Il alla même assiéger Qūṣ en ramaḍān/juin-juillet, mais sans résultat car il fut rappelé à Alexandrie par son neveu.

125Amaury s’était d’abord lancé à la poursuite de Šīrkūh, mais près du Caire il fut convaincu par un émir égyptien de retourner à Alexandrie. Cet émir se faisait fort de lui faire livrer la ville par des amis qu’il avait dans la cité bloquée. Le siège devait, d’après eux, fatalement aboutir à la capitulation de Saladin.

  • 95 Alexandrie était un des centres commerciaux les plus importants de la Méditerranée, cf. Guest., ar (...)

126La population d’Alexandrie supportait courageusement la famine mais la bourgeoisie du grand port, essentiellement commerçante hostile à la guerre par pacifisme mercantile, était prête à payer la paix à n’importe quel prix. Elle n’avait qu’un désir : reprendre son commerce lucratif avec l’Occident à qui elle fournissait les épices et les pierres précieuses de l’Inde et de l’Extrême-Orient95.

127Amaury, n’ignorant pas la crise morale que traversaient les assiégés, redoubla ses efforts. Sans cesse des renforts arrivaient par mer et par le Delta. Toute la banlieue d’Alexandrie était saccagée, les arbres des vergers avaient servi aux habiles Pisans à faire des machines de guerre dont la construction comportait aussi, pour certaines, des mâts de navires. Mangonneaux et pierriers faisaient pleuvoir des projectiles nombreux sur les assiégés que le découragement gagnait de plus en plus. La rumeur publique commençait à accuser Saladin d’incapacité ; craignant une émeute dans la ville, le prince ayyoubide fit avertir son oncle de la situation et le pressa d’abandonner le siège de Qūṣ pour venir le dégager. Šīrkūh entendit l’appel et, sur le chemin du retour, songea un moment à attaquer le Caire pour obliger les Francs à venir à l’aide de la garnison commandée par Hugues d’Ibelin et les contraindre ainsi à relâcher le blocus d’Alexandrie. Mais voyant que ses troupes étaient insuffisantes pour résister sur deux fronts, il quitta al-Qarāfa non loin de Fusṭāṭ pour se replier vers l’ouest. L’émir kurde venait de comprendre que sa tentative d’occuper l’Égypte avait échoué. Il voyait qu’il ne pourrait pas, sans difficulté, dégager Alexandrie où son neveu était menacé par la population.

  • 96 Marmardji, 14, 202 ; Deschamps, Déf. Roy. Jérusalem, 146, 359, l’appelle Châteauneuf.

128Le roi de Jérusalem était las de la campagne et fort inquiet sur le sort de son royaume où Nūr ad-Dīn venait d’occuper Ḥūnīn96 non loin de Bāniyās dans le Ğabal ‘Āmila, après avoir fait des incursions dans le comté de Tripoli. Amaury accepta les ouvertures de paix, comme Šīrkūh il se rendait compte que les deux partis perdaient leur temps en Égypte et que tous deux travaillaient pour le vizir fatimide ; Šāwar avait de son côté des inquiétudes, en effet des éléments turcomans qu’il avait à sa solde manifestaient de mauvaises dispositions et devenaient peu sūrs, c’est pourquoi une éventuelle cessation des hostilités ne lui déplaisait pas.

D. ACCORD FRANCO-SYRIEN SUR L’ÉGYPTE97

  • 97 Guil. de Tyr, XIX, xxx, 301-302 ; Kāmil, IX, 96 ; Bustān, 136 ; I.W., Mufarriğ, 152 ; Barhebraeus, (...)

129Les propositions de négociation auraient été faites, d’après Guillaume de Tyr, par Šīrkūh aux Francs par l’intermédiaire de deux chevaliers faits prisonniers à al-Bābayn, Arnulf de Tell Bašīr et Hugues de Césarée. D’après les auteurs arabes ce furent les Francs qui auraient envoyé des messagers à l’émir kurde. Les deux partis étaient d’accord pour procéder à un échange de prisonniers. Pour obtenir du lieutenant de Nūr ad-Dīn qu’il rentre chez lui les Francs lui offraient cinquante mille dinars, en plus du butin qu’il avait fait et notamment les taxes qu’il avait levées en Égypte. Šīrkūh insistait pour qu’Alexandrie soit remise au calife fatimide et pour que l’Égypte soit évacuée tant par les troupes de Nūr ad-Dīn que par les armées chrétiennes ; il demandait aussi la garantie que les Francs ne resteraient pas dans le pays et qu’ils n’y posséderaient pas le moindre village. Ce fut sur ces bases que l’accord fut conclu entre Šīrkūh et Amaury.

130Dès l’armistice des relations cordiales s’étaient établies à Alexandrie entre assiégés et assiégeants. Šīrkūh avait obtenu des Francs une amnistie générale pour les partisans de Saladin à Alexandrie. Si Amaury respecta cette clause, Šāwar ne s’estima pas lié par l’accord, bien qu’il ait accepté qu’on lui remette le grand port égyptien à la mi-šawwāl 562/4 août 1167. C’est pourquoi, malgré les promesses, il se livra à des représailles contre les notables qui n’avaient pas soutenu sa cause et fit disparaître, dans les premiers, Nağm ad-Dīn b. Maṣāl.

  • 98 Kāmil, IX, 96.
  • 99 Crusades, I, 554.

131Avant de quitter l’Égypte, les Francs exigèrent de Šāwar un tribut annuel de cent mille dinars à prélever sur les revenus de l’Égypte98. Ils obtinrent de laisser au Caire des escadrons de cavalerie chargés de veiller aux portes de la cité, ils firent nommer un šiḥnā qui, bien qu’égyptien, fut un véritable haut-commissaire franc en Égypte99 ; ces mesures étaient prises pour éviter la surprise d’un retour de l’armée de Nūr ad-Dīn et pour sauvegarder sur place les intérêts francs, notamment le versement du tribut, en cas de changement de politique. Ces négociations furent menées directement avec Šāwar dont l’autorité était beaucoup plus grande que celle du calife al-‘Āḍid.

132En partant d’Alexandrie, Amaury reçut cinquante mille dinars en acompte ; il brūla ses machines de guerre et se dirigea vers la Palestine, ne s’arrêtant que quelques jours au Caire pour regrouper ses troupes. L’armée franque regagna Ascalon le 2 ḏū’l-qa‘dā 562/ 20 août 1167.

  • 100 Heyd, I, 396, dit le Caire.
  • 101 KR, 151, place cet événement en 563.

133Les bénéficiaires des opérations de l’année 562 furent, d’une part, Šāwar qui conserva son poste et ses revenus et les Pisans qui obtinrent, pour l’appui qu’ils avaient apporté aux Franco-Égyptiens, une substantielle réduction des droits de douane qu’on leur imposait en Égypte100. Šīrkūh rentrait fort déçu par sa campagne d’Égypte, mais cette fois il rapportait d’importantes sommes d’argent à Damas où il arriva le soir du 18 ḏū’l-qa‘dā 562/5 septembre 1167. Pour atténuer sa déception Nūr ad-Dīn lui attribua en fief la ville de Ḥimṣ101 dont il avait restauré les murs et renforcé les défenses. Les Francs, tout en maintenant Šāwar à son poste de vizir, avaient réussi à imposer un véritable mandat au Caire. L’Égypte n’était plus indépendante : elle payait un tribut et les troupes étrangères stationnaient dans sa capitale. Un certain nombre d’émirs virent clairement cette situation et allaient réagir. Cette réaction se produisit en faveur de Nūr ad-Dīn, les éléments non chiites de la population, et ils étaient fort nombreux, mettaient désormais tout leur espoir dans le souverain sunnite de Syrie pour les débarrasser de la tutelle franque.

  • 102 Kāmil, HOC, I, 549 = IX, 96 ; Atabegs, 240 ; I.W., Mufarriğ, 152.

134Al-Kāmil Šugā‘ b. Šāwar102 se mit en relation avec Nūr ad-Dīn, par l’entremise de Šihāb ad-Dīn Maḥmūd al-Ḥārimī, oncle maternel de Saladin, et d’un autre grand émir pour lui déclarer ses dispositions amicales et lui offrir sa soumission avec celle de quelques émirs d’Égypte. Šugā‘ b. Šāwar souhaitait une bonne entente entre les Musulmans et promit de rallier tout le monde en Égypte à la cause de Nūr ad-Dīn. Il offrait même, en cas de succès, de lui payer un tribut annuel. Le souverain zenguide accepta ces propositions et une somme considérable d’argent lui fut envoyée du Caire comme contribution à la Guerre Sainte.

135Quelques années plus tard, la situation allait changer en Égypte lorsque les Francs de Jérusalem marchèrent une nouvelle fois contre la capitale du califat fatimide.

V. NŪR AD-DĪN ET LA SITUATION AU N.-O. DE LA SYRIE

136Au cours des années 562 et 563 les changements de personnes tant dans le Diyār Bakr qu’en Djéziré devaient retenir l’attention de Nūr ad-Dīn.

A. L’ACTIVITÉ DE NŪR AD-DĪN EN SYRIE EN 562

  • 103 Kāmil, HOC, I, 551 = IX, 96 ; I.W., Mufarriğ, 152.

137Pendant que se déroulait la deuxième campagne d’Égypte, Nūr ad-Dīn avait groupé en Syrie des troupes auxquelles son frère Quṭb ad-Dīn avait envoyé des renforts de Mossoul103. Ḥimṣ servit alors de point de rassemblement en vue des opérations projetées contre les Francs. Nūr ad-Dīn voulait profiter de l’absence du roi de Jérusalem, dont l’armée était retenue en Égypte, pour se livrer à des incursions contre les territoires francs. Il choisit le comté de Tripoli, car Raymond III était prisonnier. Il savait, d’autre part, qu’aucune intervention byzantine ne viendrait au secours des Latins, risque qui existait en cas d’attaque contre Antioche.

  • 104 Cette ville joua un rôle important dès l’Antiquité ; THS, 80, 84 ; Le Strange, Palestine, 397-398.
  • 105 Kāmil, IX, 96 ; THS, 80 et n. 3 ; CIA, Syrie, I, 2.
  • 106 Al-‘Arima ; THS, 91, 120 ; GB, Syrie, 234 ; I.W., Mufarriğ (153), donne al-‘Uzayma.
  • 107 THS, 91, 96, 120 ; GB, Syrie, 243-244, n. 16, édit. 344 ; Grousset, II, 498.
  • 108 D’après Abū Šāma (KR, 144) Quṭb ad-Dīn et Zayn ad-Dīn ne vinrent de Mossoul rejoindre Nūr ad-Dīn q (...)
  • 109 THS, 23-25, 307 ; Ibn Djobair (édit. G.D.) 351 ; voir plus haut, 612.
  • 110 Incident des marchandises confisquées aux Musulmans. Cf. Ṣāliḥ b. Yaḥyā.

138Nūr ad-Dīn partit donc de Ḥimṣ vers l’ouest, il passa au pied de Ḥiṣn al-Akrād, tenu par les Hospitaliers, fit quelques dégâts dans la campagne environnante et gagna la plaine côtière où il mit le siège devant ‘Arqā104. Cette ville, riche et peuplée, contrôlait une baie hospitalière aux navires et était un des postes qui protégeaient Tripoli vers le nord. A l’intérieur des terres un fort contingent parvenait à s’emparer de Ḥalba105. Cet autre avant-poste de Tripoli fut ruiné et incendié. L’armée musulmane remonta vers le nord, traversa le nahr al-Kabīr, puis s’engagea dans la vallée du nahr al-Abraš et s’empara d’une place secondaire : al-‘Urayma106, assurant la liaison entre Ṭarṭūs et Ṣāfītā. Puis continuant sa progression, Nūr ad-Dīn prit aux Templiers l’important château de Ṣāfītā107 qu’il démantela, car il ne pouvait pas le conserver, et rentra à Ḥimṣ pour y passer le mois de ramaḍān (21 juin-21 juillet 1167108. Après les fêtes, en šawwāl/fin juillet-août, Nūr ad-Dīn partit vers le sud. Il se dirigea vers Bāniyās puis, de là, obliqua vers l’ouest pour marcher contre le château de Ḥūnīn109 que les Francs abandonnèrent à l’approche des Musulmans. La place contrôlait la route venant de Ṣafad vers Marğ ‘Uyūn, au nord-ouest du lac de Houlé. Les troupes zenguides mirent le feu au château, en démantelèrent complètement les murailles et s’emparèrent de toutes les récoltes de cette région qui était exploitée, comme beaucoup de zones frontières, en commun par les Francs et les Musulmans, avec partage des revenus à égalité. Voulant profiter de l’absence du gros de l’armée de Jérusalem retenue, comme nous l’avons vu, en Égypte, Nūr ad-Dīn s’était alors fixé comme objectif Beyrouth. Ce port appartenait alors aux Francs et servait d’entrepôt aux marchandises exportées de Syrie110, sa conquête aurait permis à Nūr ad-Dīn d’éviter les taxes franques à l’exportation et d’avoir une « fenêtre » sur la Méditerranée. La fin de l’été accentuait la fatigue des troupes, des dissensions éclatèrent dans l’armée et l’on ne put profiter des circonstances qui ne devaient plus se renouveler. Les différents contingents furent renvoyés chez eux. Quṭb ad-Dīn prit la route de Mossoul et Nūr ad-Dīn, pour remercier son frère de l’appui qu’il lui avait apporté, lui céda Raqqa sur la rive gauche de l’Euphrate. Cette place, qui traditionnellement marquait la limite entre la province de Mossoul et celle d’Alep, avait jusqu’à cette date appartenu au seigneur de cette dernière ville. Sur le chemin du retour l’atabeg de Mossoul l’occupa.

139A peine la campagne d’Égypte terminée et les opérations en Syrie achevées, Nūr ad-Dīn, une fois de plus, allait être préoccupé par les événements qui allaient se dérouler sur ses frontières septentrionale et orientale.

B. MORT DE QARĀ ARSLĀN DE ḤIṢN KAYFĀ111

  • 111 Cl. Cahen, Le Diyār Bakr au temps des premiers Urtukides, JA, 1935, CCXXVII, 259-260 ; Kāmil, IX, (...)
  • 112 J.H. Kramers, art. Kharput dans ΕΙ, II, 968-969 ; A. Gabriel, Voyages archéologiques en Turquie or (...)
  • 113 Ce prince régna de 562 à 581/1167 à 1185.

140En 562/1167 la santé de Qarā Arslān de Ḥiṣn Kayfā déclina de façon très sensible. Il avait été très affecté par l’échec qu’il venait de subir à Āmid qu’il ne parvint pas, malgré la trahison des sentinelles de deux tours, à prendre. Sentant la maladie gagner de façon alarmante, le prince artuqide écrivit à Nūr ad-Dīn pour lui demander de veiller sur son fils. Il rappela qu’il avait toujours été son fidèle allié dans les guerres contre les Chrétiens et qu’il n’avait jamais manqué de dévouement à l’égard de la famille zenguide. Le 17 ramaḍān 562/17 juillet 1167, Faḫr ad-Dīn Qarā Arslān b. Dāwūd b. Suqmān, prince de Ḥiṣn Kayfā et du Diyār Bakr, mourut à Ḫarpūt112. La succession revint à son fils héritier désigné : Nūr ad-Dīn Muḥammad113. Sans tarder, Quṭb ad-Dīn de Mossoul voulut attaquer les États du jeune prince artuqide, mais Nūr ad-Dīn b. Zengī tenant la promesse faite au seigneur de Ḥiṣn Kayfā au nom de leur fraternité d’armes, intima l’ordre à son frère de s’abstenir de toute action, sous peine de le voir intervenir contre lui.

C. RÉVOLTE DE L’ÉMIR DE MANBIĞ114

  • 114 Kāmil (IX, 97) et Atabegs (241) citent l’événement en 562. Le KR (150) place les faits en 563 ; I. (...)

141En 562/1167 l’émir Ġāzī b. Ḥassān, qui avait reçu de Nūr ad-Dīn la place de Manbiğ en apanage, se révolta contre son souverain. Ce geste est insolite dans l’histoire du long règne de Nūr ad-Dīn, car il n’y eut pas de rébellion ouverte contre lui parmi ses émirs. Même Saladin n’osera pas entrer en lutte ouverte avec son chef. Lorsque la révolte éclata, Nūr ad-Dīn arrivait à Alep avec Šīrkūh et Saladin. Tous les trois venaient de Ḥimṣ et Hama. Le souverain de Syrie envoya aussitôt un corps d’armée pour réduire la ville. Ces troupes n’eurent aucune difficulté à prendre cet important poste-frontière au nord-est d’Alep. Nūr ad-Dīn vint lui-même à Manbiğ et après avoir destitué l’émir Ġāzī il se rendit à Qal‘at Nağm, traversa l’Euphrate et gagna Édesse. Dans cette ville, il retrouva le frère du rebelle, l’émir Quṭb ad-Dīn Īnāl, en qui il avait une entière confiance. Celle-ci était bien placée car Īnāl se montra fidèle à la famille zenguide et garda Manbiğ jusqu’à ce qu’en 572/1177 Saladin l’en déposséda. Nūr ad-Dīn resta quelque temps à Édesse puis en rağab/mai, rentra à Alep.

D. LA RETRAITE DE ZAYN AD-DĪN115

  • 115 Kāmil, IX, 97 ; Atabegs, 241 ; KR, 152 ; I.W., Mufarriğ ; 154 ; Barhebraeus, 292 ; Cl. Cahen, art. (...)

142A cette époque un personnage important dans l’histoire de la famille zenguide disparut de la scène pohtique.

  • 116 T.H. Weir, art. Ḥarrān, ΕΙ, II, 287 ; D.S. Rice, Studies in Mediaval Harran, dans Anatolian Studie (...)
  • 117 M. Plessner, art. Sindjar, dans ΕΙ, IV, 454-455 ; GB, Moyen Orient, 602, cité Balad Sindjar.
  • 118 J.H. Kramers, art. Takrīt, dans ΕΙ, IV, 663-664 ; GB, Moyen Orient, 622, cité Tekrit.

143Devenu sourd et aveugle, l’émir Zayn ad-Dīn ‘Alī b. Begtegīn, le lieutenant de Zengī et de Quṭb ad-Dīn, le général qui à maintes reprises avait aidé Nūr ad-Dīn, demanda à prendre sa retraite en 563. Le chef des armées de Mossoul, se sentant accablé par la vieillesse, décida de démissionner de son poste pour se retirer dans son fief d’Irbil où résidait sa famille, ce domaine fut d’ailleurs confirmé à ses fils. Il rendit à son seigneur Quṭb ad-Dīn toutes les places qu’il avait reçues en fief pour assurer les frais de sa charge. Il avait été maître de Sahrazūr et des villes qui en dépendaient, ainsi que des forteresses kurdes du Ğabal Hakkārī, au nord de Mossoul, notamment al-‘Īmādīya bâtie par Zengī. Il remit aussi les citadelles de ‘Aqr et d’al-Ḥumaydīya, et renonça même à Ḥarrān116, Sinğar117 et Takrīt118.

144Son lieutenant dans cette dernière ville, l’émir Ṭāhir, reçut l’ordre de remettre la place aux représentants de Quṭb ad-Dīn, mais, lorsque ces derniers se présentèrent, il leur déclara n’avoir nulle intention de rendre la place. Il s’engageait toutefois à rester fidèle à l’atabeg de Mossoul. Takrīt, sur la rive droite du Tigre, était aussi proche de Mossoul que de Bagdad, et son gouverneur pouvait donc facilement recevoir l’appui du calife. Ce dernier, moins soumis à la pression des sultans seldjouqides et soutenu par son vizir, le ḥanbalite Ibn Hubayra, avait retrouvé une certaine puissance temporelle. Les Zenguides n’avaient aucun intérêt à donner au calife l’occasion d’intervenir dans leurs affaires et c’est pourquoi l’on ne discuta pas les prétentions de l’émir Ṭāhir. L’émir Būzān, qui était le délégué de Zayn ad-Dīn à Sahrazūr, à l’est du Tigre, obtint lui aussi de conserver son poste.

145A Mossoul, Quṭb ad-Dīn nomme à la citadelle, pour remplacer Zayn ad-Dīn ‘Alī, un de ses propres mamelouks, l’eunuque Faḫr ad-Dīn ‘Abd al-Masīḥ qui occupa aussi les fonctions de vizir. Par son attitude cet émir, d’origine chrétienne, réussit à s’attirer la haine de la population, mais il conserva son poste jusqu’à la mort de Quṭb ad-Dīn en 566/1171 lorsque Nūr ad-Dīn vint régler la succession de Mossoul, comme nous le verrons plus loin.

  • 119 Atabegs, 242.

146Zayn ad-Dīn mourut en ḏū’l-ḥiğğa 563/septembre 1168. Turc d’origine, comme les princes zenguides, cet homme d’une rare probité eut une conduite exemplaire. L’historien Ibn al-Aṯīr nous présente cet émir119 comme un esprit pénétrant qui en maintes occasions sut montrer le degré de sa sagesse. Généreux à l’extrême il fit de nombreux dons, ses proches et ses subordonnés reçurent en cadeau plus d’une robe brodée alors que lui-même s’habillait d’étoffes grossières. Des madrasas et des ribāṭ-s furent bâtis grâce à ses largesses aussi bien à Mossoul que dans les autres villes. C’est pourquoi il ne laissa à sa mort aucune fortune.

  • 120 Streck, art. Irbil, ΕΙ, II, 554-557 ; GB, Syrie, 474.

147Irbil, son fief120, fut remis par Muğāhid ad-Dīn Qaymāz, l’officier qui commandait la place, à son fils Zayn ad-Dīn Yūsuf qui devait mourir au service de Saladin à Acre. Puis Irbil allait passer à un autre fils, Muẓaffar ad-Dīn Kökbüri, le beau-frère de Saladin, qui deviendra maître de la ville en 586/1190.

E. PRISE DE QAL‘AT ĞA‘BAR PAR NŪR AD-DĪN121

  • 121 Kāmil, IX, 98-99 ; Atabegs, 244 (dit début 564) ; KR, 152-153 ; I.W., 155 ; Barhebraeus, 293 ; HOC (...)

148En rağab 563/avril-mai 1168, des bédouins de la tribu des Banū Kalb capturèrent Šihāb ad-Dīn Mālik b. ‘Alī b. Mālik, qui chassait au nord de l’Euphrate. Ils emmenèrent leur prisonnier chez Nūr ad-Dīn qui leur acheta le prince ‘uqaylide et le retint à Alep sous une étroite surveillance tout en le traitant avec beaucoup d’égards. Le souverain de la Syrie proposa d’abord au descendant de Sālim, naguère féal de Malik Šāh, de l’argent et un fief en échange de Qal‘at Ğa‘bar, sa forteresse, mais Šihāb ad-Dīn refusa. Alors Nūr ad-Dīn passa aux menaces, mais n’eut guère plus de succès.

  • 122 R. Hartmann, art. Djabar, dans ΕΙ, I, 1012-1013 ; THS, 454, 491, 522.
  • 123 D’après Abū Šāma (KR, 154) Mağd ad-Dīn avait quatre frères : Bahā’ ad-Dīn ‘Umar, mort le 5 ṣafar 5 (...)
  • 124 Plessner, art. Sarūdj, dans ΕΙ, IV, 184 ; SN, 113.
  • 125 Confondues dans Atabegs par Ibn al-Aṯīr et SN, 155-156 ; THS, 522 ; séparées dans Le Strange, 406- (...)

149Il décida donc d’envoyer des troupes faire le siège de Qal‘at Ğa‘bar qui, en face de Siffīn, contrôlait sur la rive gauche un point de passage important de l’Euphrate122. L’émir Faḫr ad-Dīn Mas‘ūd b. ‘Alī az-Za’farānī assiégea en vain la citadelle pendant un certain temps. Le souverain zenguide dépêcha un second corps et confia le commandement des opérations à Mağd ad-Dīn Abū Bakr Ibn ad-Dāya, son lieutenant à Alep et commandant des troupes du Nord de la Syrie123. Le siège ne faisait aucun progrès, la place justifiait sa réputation de citadelle imprenable. Mağd ad-Dīn usa, vis-à-vis du commandant de la garnison bloquée, de la méthode persuasive, il lui conseilla vivement de céder la place moyennant un important dédommagement que cet émir percevrait à titre personnel. Nūr ad-Dīn, de son côté, revint à la voie de la douceur avec son prisonnier ‘uqaylide ; il lui fit savoir que son lieutenant à Qal‘at Ğa‘bar était prêt à fléchir devant les offres de Mağd ad-Dīn. Alors Šihāb ad-Dīn, craignant que son lieutenant ne se laisse séduire, ce qui l’aurait amené, lui, à n’avoir aucune compensation, accepta finalement, le 20 muḥarram 564/26 octobre 1168, l’échange de la place contre la ville de Sarūğ et ses dépendances124, les salines de Gallùl où se perd le nahr ad-Dahab dans le district d’Alep, enfin les places d’al-Bāb et de Buzā‘ā125 à l’est d’Alep ainsi qu’une somme de vingt mille dinars. Aucune de ces localités, situées dans une région fertile, riche en arbres fruitiers et en vignobles, n’était dotée de forteresse. Sarūğ seul était un centre commercial important et un nœud routier où se croisaient les routes d’al-Bīra à Édesse et celle de Sumaysāṭ à Raqqa.

  • 126 Atabegs, 245.

150Après la conclusion de cet accord Šihāb ad-Dīn répondit, à quelqu’un qui lui demandait s’il préférait Sarūğ et le pays de Sàm à la citadelle, cette parole que rapporte Ibn al-Aṯīr126 : « Sarūğ et aš-Šām rapportent plus d’argent mais la Citadelle donnait plus d’honneur et nous l’avons abandonnée. » Nūr ad-Dīn venait ainsi d’éliminer de la scène politique la puissance ‘uqaylide qui depuis le règne du grand Sultan seldjouqide Malik Šāh avait occupé, à la fin du xie siècle, sur la rive gauche de l’Euphrate une citadelle inexpugnable. Contrôlant le passage de l’Euphrate, Nūr ad-Dīn s’assurait la liberté des communications vers Mossoul.

151Peu après ce succès Nūr ad-Dīn reçut un appel urgent du calife fatimide du Caire, ce qui l’amena à envoyer une troisième expédition en Égypte.

VI. TROISIÈME EXPÉDITION ENVOYÉE EN ÉGYPTE PAR NŪR AD-DIN (564/1169)127

  • 127 Kāmil, IX, 99 ; HOC, III, 47 sq. ; KR, 154 ; I.W., Mufarriğ, 155.

152Voyant la puissance de Nūr ad-Dīn grandir chaque jour et méditant sur l’échec des troupes franco-égyptiennes devant Alexandrie, le roi Amaury songea à suivre l’exemple de Baudouin III, son frère, en renouant l’alliance avec l’Empereur.

  • 128 Chalandon, 535.

153« Instruit par l’expérience de l’inutilité de ses appels à l’Occident, voyant, comme le remarque Chalandon128, qu’il n’y avait guère à escompter de ce côté une arrivée de secours importants, Amaury à partir de 1165 va chercher à se rapprocher de Manuel, il se tourna résolument vers l’alliance byzantine. »

  • 129 Amaury, sous la pression de l’Église et des barons, avait dû, comme nous l’avons vu, répudier Agnè (...)

154Au cours de l’année qui suivit le retour d’Alexandrie, le roi de Jérusalem envoya à Constantinople une ambassade pour négocier un mariage avec une princesse impériale129. Les conversations ne portèrent sans doute pas uniquement sur la question matrimoniale, peut-être engagea-t-on aussi des pourparlers en vue d’une intervention commune en Égypte. L’ambassade rentra en Palestine en 1167 après deux ans d’absence.

  • 130 Kinnamos, VI, ix, 278.
  • 131 Grousset, II, 508.
  • 132 Chalandon, 537.

155La demande en mariage avait reçu un accueil favorable et ce fut une nièce de Manuel, Maria Comnène, fille du protosébaste Jean Comnène qui, le 29 août 1167 à Tyr, épousa le roi de Jérusalem. Les pourparlers, en vue d’une action conjuguée, devinrent plus actifs après que Manuel eūt échoué dans sa tentative d’obtenir du calife le paiement d’un tribut130 que rien ne justifiait. Le plan consistait à profiter de l’agonie du pouvoir fatimide pour s’emparer de l’Égypte et en faire un condominium franco-byzantin131. Au début de 563/1168, une ambassade vint de Constantinople en Palestine afin de poursuivre les pourparlers. Le roi envoya à son tour Guillaume de Tyr, l’historien bien connu, auprès de l’Empereur. En ḏū’l-ḥiğğa 563/septembre 1168, Manuel s’engagea à aider le roi de Jérusalem à conquérir l’Égypte en se réservant la moitié de la future conquête. C’était un véritable partage132.

  • 133 Chalandon, 538.
  • 134 Schlumberger, Amaury, 188. Réfutation par Chalandon (538, n. 2).

156Lorsque Guillaume de Tyr rentra en muḥarram 564/octobre 1168 tout fier de l’accord qu’il avait obtenu, quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre que le roi avait entrepris une nouvelle expédition en Égypte sans attendre le résultat des pourparlers avec Manuel ! Pourquoi le roi Amaury attaquait-il l’Égypte ? Avait-il été poussé par le désir de prendre le pays sans avoir à le partager avec le Basileus comme le croit Chalandon133 ? Ou bien doit-on voir, avec Schlumberger134, dans cette expédition une conséquence du traité signé. Peut-être les préoccupations qui retenaient Nūr ad-Dīn au nord et à l’est de ses États n’ont-elles pas été étrangères à la décision brusquée.

A. PRÉLIMINAIRES A L’INTERVENTION D’AMAURY

  • 135 Kāmil, IX, 99.

157Les Francs en occupant le Caire prétendaient pouvoir tenir Nūr ad-Dīn éloigné et lui ôter toute idée de revenir en Égypte. En fait, la situation au Caire avait rapidement évolué135, le šiḥna nommé par les Francs humiliait la population qu’exaspérait, par ailleurs, l’insolence du détachement franc.

  • 136 Kāmil, IX, 99 ; Atabegs, 249 ; Michel le Syrien, III, 332-333.

158Les cavaliers francs s’employaient surtout à protéger les percepteurs qui, non sans difficulté, parvenaient à réunir le montant de cent mille dinars du tribut annuel convenu. Ils signalèrent à Jérusalem la faiblesse et l’instabilité du gouvernement égyptien ; ils rappelaient que le pays était dépourvu de défenseurs et présentaient la conquête comme une opération facile136. Par ailleurs l’opinion publique était peu favorable à l’occupation franque et la garnison inquiète invitait le roi à occuper le pays. Nul n’ignorait qu’un certain nombre d’émirs étaient en relations étroites avec Nūr ad-Dīn et que les partisans de ce dernier étaient sur le point de l’emporter au palais même du calife. Plusieurs tendances se faisaient remarquer : le parti chiite à la cour préférait voir Nūr ad-Dīn plutôt qu’Amaury, le roi chrétien ; le fils du vizir Šuğā‘ al-Kāmil avait été partisan de Nūr ad-Dīn puis il changea d’idée et fit intervenir le calife fatimide l’amenant à dire qu’il valait mieux payer tribut aux Francs et les avoir loin que d’être occupés par les Turcs.

  • 137 Grousset, II, 519.
  • 138 Guil. de Tyr, XX, iv, 318.

159Amaury semble avoir voulu s’en tenir aux promesses échangées avec Šīrkūh et Šāwar. Il ne voulait pas renoncer au protectorat, dit Grousset137, pour se lancer dans une tentative d’annexion directe. Il refusa donc de tenter un coup de main contre un pays qui était son vassal, d’autant plus que « Šāwar ne cessa pas un instant de remplir strictement et loyalement les conditions de l’accord », rappelle Guillaume de Tyr138. Juridiquement la guerre n’était pas justifiable.

  • 139 G. Wiet, HNE, IV, 297.
  • 140 Kāmil, IX, 99 ; Atabegs, 246-247 ; KR, 112-113.

160En fait, comme le souligne Gaston Wiet, il est « impossible de reprendre l’enchaînement des faits et d’essayer de reconstituer l’histoire par des hypothèses »139. Nous nous bornerons donc à reproduire la version des événements que nous donne l’historien de la famille zenguide Ibn al-Aṯīr — repris plus tard par Abū Šāma140.

161« Les Francs invitèrent leur roi Amaury à faire la conquête de l’Égypte ; lui, malgré les représentations des officiers les plus élevés en grade et réputés pour leur prudence, leur tint le discours suivant : Mon avis, leur déclara-t-il, est de ne point nous engager dans cette affaire, l’Égypte est notre vache à lait, le tribut qu’elle nous fournit sert à nous donner des forces pour résister à Nūr ad-Dīn. Si nous y allons avec l’intention d’en prendre possession le souverain, l’armée, les habitants des villes et ceux des campagnes refuseront de nous céder le pays et la crainte que nous leur inspirerons les jettera dans les bras de Nūr ad-Dīn. Et si celui-ci accepte et qu’il y établisse un général comme Asad ad-Dīn cela aboutira à la perte des Francs et à leur expulsion à brève échéance de Syrie ! »

  • 141 Atabegs, 247.
  • 142 KR, 152.
  • 143 Allusion à l’affaire de Qal‘at Ğa‘bar ; v. supra, p. 620.

162Les membres du Conseil, d’après Ibn al-Aṯīr141, répliquèrent à Amaury : « L’Égypte n’a personne ni pour la protéger ni pour la garder et avant que Nūr ad-Dīn apprenne nos projets, et qu’il ait le temps d’équiper une armée et de l’envoyer contre nous, le pays sera entre nos mains. » Et Abū Šāma ajoute à ce discours les termes suivants142 : « d’ailleurs Nūr ad-Dīn se trouve en ce moment dans les provinces du Nord et du côté de l’Euphrate143, son armée de Syrie est dissoute, chacun de ses émirs est retourné dans son propre fief. Nous allons marcher sur l’Égypte, les hostilités n’y traîneront pas en longueur puisqu’il n’y a aucune citadelle et que les gens du pays sont bien incapables d’organiser la résistance. »

163« Avant que l’armée de Syrie ait eu le temps d’opérer sa concentration nous aurons atteint notre but et une fois établis en Égypte nous serons assez forts pour lutter contre les autres pays musulmans. »

  • 144 Guil. de Tyr, XX, iv, 317.

164Les circonstances allaient donc bouleverser les plans royaux. Si Amaury préférait une Égypte vassale au pays conquis, il n’avait pas exclu dans ses projets la solution de la conquête, mais il envisageait cette dernière avec la participation des Byzantins car il préférait partager avec Manuel que de n’avoir rien du tout. Gilbert d’Assailly, grand maître de l’Hôpital, s’était fait promettre dans le plan de partage de l’Égypte la place de Bilbays144 mais craignant que Manuel ne s’oppose à cette attribution et surtout devant l’attitude des Templiers qui, détenteurs des places fortes de la frontière de l’Égypte, voyaient sans plaisir les Hospitaliers s’installer sur le Nil, décida de brusquer les opérations. Au conseil des barons, les Hospitaliers avaient gagné à leurs vues le groupe des Croisés qui venaient de débarquer en 1168 avec le comte de Nevers et qui ignoraient tout de la subtile politique orientale. C’est ainsi que les partisans de l’action immédiate l’emportèrent.

B. L’INTERVENTION D’AMAURY EN ÉGYPTE

165Une fois décidée, l’expédition fut conduite par le roi Amaury. Il fit d’abord croire qu’il allait attaquer dans la région de Ḥimṣ en représailles des raids que Nūr ad-Dīn avait lancés contre le comté de Tripoli. Il concentra son armée à Ascalon et, au milieu de muḥarram 564/20 octobre 1168, il partit vers le sud et gagna très rapidement le Delta. Il se trouvait déjà à ad-Dārūm (Dayr al-Balaḥ) lorsque le gouvernement du Caire fut informé de son approche. Affolé, Šāwar envoya l’émir Badrān s’enquérir des intentions du roi. Amaury, fin diplomate, réussit à acheter l’ambassadeur par une promesse de fief et celui-ci rentra au Caire avec des renseignements fort rassurants. Cet optimisme éveilla les soupçons de Šāwar qui dépêcha un second messager : Šams al-Ḫilāfa Muḥammad Ibn Muḫṭār.

  • 145 KR, 167-170.

166Abū Šāma145 rapporte deux versions du dialogue qui se serait déroulé au cours de l’entrevue avec le roi de Jérusalem. Dans l’une, le roi se déclarait incapable de résister à la pression des nouveaux Croisés et se présentait en médiateur entre les Égyptiens et les éléments francs les plus dynamiques qui demandaient une somme de deux millions de dinars pour prix de leur abstention.

167Selon une autre version, le roi aurait proposé ses services au vizir dès que l’armée franque était arrivée à ad-Dārūm et aurait demandé l’argent du tribut qui ne lui avait pas encore été versé. Šāwar aurait alors déclaré solennellement qu’il n’avait plus d’ennemis, qu’il n’avait donc que faire de l’appui mercenaire des Francs et ne voyait aucune raison pour continuer à payer le tribut.

168En fait, soucieux de prévenir une révolte du Caire contre la présence franque, mais se sentant mauvaise conscience, les Latins de Jérusalem cherchaient à camoufler leur attaque derrière des arguments spécieux.

169En attendant la réponse, les Francs avaient décidé de camper à Bilbays. Šāwar comprenait parfaitement qu’il était victime d’une agression ; il équipa donc des troupes et en fit stationner une partie au Caire tandis que le reste se dirigea vers Bilbays avec des vivres et du matériel pour venir en aide au fils du vizir Ṭayyī, gouverneur de la place.

  • 146 Guil. de Tyr, XX, v, 317-318 ; Kāmil, IX, 99 ; Atabegs, 247 ; KR, 154 ; I.W., Mufarriğ, 157.

170Le 28 muḥarram 564/1er novembre 1168, Amaury commença le siège de Bilbays. Le 1er ṣafar/4 novembre 1168, les Francs s’emparèrent de la place de vive force ; durant cinq jours ils se livrèrent au pillage et au massacre de la population146, emmenant les survivants en captivité. Cette vaine cruauté sera un des facteurs qui amèneront le roi à l’échec.

  • 147 I.W., Mufarriğ, 157.

171Des émirs égyptiens qui haîssaient Šāwar et qui s’étaient ralliés aux Francs avant la campagne tels Yahyā Ibn al-Ḥayyāṭ et Ibn Fargala, respectivement šiḥna des Francs à Fusṭāṭ et au Caire, écrivirent au roi pour l’assurer de leur concours et lui faire savoir que leurs cavaliers gardaient les portes de la capitale. L’ardeur des Latins redoubla et abandonnant Bilbays, en ruines et vide d’hommes, ils se dirigèrent vers Fusṭāṭ. Le 10 ṣafar/13 novembre, ils campèrent sous les murs du Caire où ils mirent rapidement en batterie pierriers et mangonneaux tandis que depuis la veille Fusṭāṭ brūlait. Šāwar, craignant de ne pouvoir défendre la ville, avait ordonné d’incendier Fusṭāṭ après que sa population ait été évacuée sur le Caire. Maisons et bateaux furent abondamment arrosés de naphte et l’acre fumée de l’incendie ne devait disparaître que le 5 rabī‘ I/ 7 décembre, soit cinquante-quatre jours après la mise à feu de la ville147.

  • 148 Kāmil, IX, 99. Il y avait déjà eu de violents incendies en 559/1164 ; voir plus haut, p. 369.

172Malgré le déploiement des forces franques, les habitants de la capitale fatimide, craignant un sort semblable à celui de leurs compatriotes de Bilbays, décidèrent de résister. Les Francs avaient commis la même erreur que Zengī lorsqu’il massacra la garnison de Ba‘albakk. L’atabeg avait affolé les Damascains qui tous avaient alors rallié le camp de la résistance à l’agresseur ; de même, si les troupes d’Amaury avaient su ménager la population de Bilbays, il ne fait pas de doute, comme le notait Ibn al-Aṯīr148, qu’elles seraient rentrées sans coup férir au Caire où elles avaient des partisans.

173Pendant ce temps, Šāwar, pris de frayeur, était venu trouver le calife et lui avait exposé qu’il ne restait plus qu’un seul espoir, qu’une seule chance de salut : Nūr ad-Dīn.

  • 149 Atabegs, 248 ; KR, 154. L’envoi des cheveux est une substitution de personne. Chez les peuples sém (...)
  • 150 Kāmil, IX, 100 = HOC, I, 556 ; Atabegs, 218 ; HOC, IV, 116.

174Sur le conseil de Šams al-Ḫilāfa, le calife fatimide envoya un appel au secours au maître de la Syrie. A son message, en signe de profonde détresse, al-‘Āḍid avait joint des mèches de cheveux des femmes du palais149. De leur côté, les membres de l’entourage du calife supportaient mal le poids de la pression franque150 et, bien que chiites, ils envoyèrent un messager particuler à Nūr ad-Dīn pour l’informer de la situation. Préférant à la tutelle chrétienne la présence des Sunnites les auteurs de l’appel proposaient au prince zenguide un tiers du revenu global de l’Égypte à condition que Šīrkūh vienne sans retard stationner dans le pays avec une armée puissante. Ils promettaient aussi des fiefs (iqṭā‘) pour l’entretien des troupes syriennes, le revenu de ces terres venait en complément du tiers promis à Nūr ad-Dīn.

  • 151 Kāmil, HOC, I, 563 ; KR, 154.

175La lettre du calife al-‘Āḍid et le message des courtisans parvinrent à Nūr ad-Dīn alors qu’il se trouvait à Alep d’où il avait suivi les événements qui s’étaient déroulés en Djéziré. Après la disparition de l’émir Zayn ad-Dīn ‘Alī, la citadelle de Mossoul et d’autres places avaient, comme nous l’avons vu, changé de titulaire. La situation restant calme à l’est de ses États, le maître de la Syrie, voulant profiter de l’appel du souverain légitime de l’Égypte et de son entourage, décida sans tarder d’envoyer une troisième expédition vers le Nil. Cette fois, au lieu de le freiner, Nūr ad-Dīn demanda à Šīrkūh de se rendre au Caire. Il envoya alors Saladin auprès de son oncle qui se trouvait dans son nouveau fief de Ḥimṣ. Le messager pouvait encore voir derrière lui la silhouette de la citadelle d’Alep sur son tell lorsqu’il rencontra Šīrkūh151. Nūr ad-Dīn ne cacha pas sa surprise de le voir si tôt et l’émir expliqua qu’il avait devancé le message de son maître car il avait, de son côté, reçu des lettres de ses amis d’Égypte et avait immédiatement quitté Ḥimṣ pour venir à Alep prendre une décision en accord avec son souverain.

  • 152 Kāmil, IX, 100 ; KR, 155 ; I.W., Mufarriğ, 159.

176Nūr ad-Dīn donna des instructions pour que le départ de l’armée puisse avoir lieu dans les meilleurs délais et dépêcha à la cour du Caire le jurisconsulte ‘Īsā al-Hakkārī pour annoncer la venue prochaine de Šīrkūh. Voyant que Nūr ad-Dīn était décidé à s’engager en Égypte l’émir kurde chercha à tirer un avantage de cette situation, il fit taire son enthousiasme et exprima ses craintes de voir une nouvelle trahison des Égyptiens ; il lui fallait donc des renforts pour s’imposer, de plus il déclara être à court d’argent. Nūr ad-Dīn donna satisfaction à toutes les demandes de son général. Il accorda un crédit de deux cent mille dinars, fournit un abondant matériel de guerre et concéda même à son émir la pleine autorité sur cette armée et ses finances152. C’était une décision bien imprudente que d’accorder une telle autonomie à l’émir ayyoubide. C’est en effet en prenant comme point de départ cette autonomie que Saladin allait, ainsi que nous le verrons, engager la lutte pour son indépendance à l’égard de Nūr ad-Dīn.

177Šīrkūh groupa deux mille cavaliers auxquels il adjoignit près de six mille Turcomans. Il avait demandé à son neveu Saladin de se préparer pour entrer en campagne mais le jeune émir rappelant les souffrances qu’il avait endurées à Alexandrie refusa d’obéir. Šīrkūh dut alors prier Nūr ad-Dīn de lui donner l’ordre de le suivre. Jusqu’au dernier moment Saladin se récusa et, à l’exemple de son oncle, prétexta son manque de ressources. Nūr ad-Dīn alors l’équipa et lui fournit tout le nécessaire sans songer un instant que le départ du jeune émir ayyoubide allait lui être fatal. Saladin, ayant obtenu satisfaction, ne put se dérober plus longtemps et se joignit à son oncle.

  • 153 THS, 315, 343.
  • 154 KR, 155.

178Toute l’armée se regroupa à la fin de ṣafar 564/2 décembre 1168 au sud de Damas près d’aṣ-Ṣanamayn au camp de Rās al-Mā’153. Pour stimuler les troupes, Nūr ad-Dīn accorda à chaque cavalier, en plus de la solde, une prime de vingt dinars. Il adjoignit aussi au chef de l’expédition, comme il l’avait fait la fois précédente, un certain nombre d’émirs dont il connaissait la fidélité à sa personne tels ‘Izz ad-Dīn Ğurdīk, Ġars ad-Dīn Qiliğ, Šaraf ad-Dīn Barġaš, Nāṣiḥ ad-Dīn Ğumārtakīn, ‘Ayn ad-Dawla al-Yārūqī et Quṭb ad-Dīn Īnāl b. Ḥassān al-Manbiğī154.

C. LES FRANCS DEVANT LE CAIRE

  • 155 HOC, IV, 114.
  • 156 HOC, I, 153.

179Les Francs assiégeaient le Caire depuis un mois déjà. Le vizir présidait lui-même à la défense de la capitale fatimide. La situation empirait et Šāwar ravivait le courage de la population en lui rappelant le massacre de Bilbays, mais ne voyant toujours pas venir les renforts de Syrie il redouta une issue catastrophique. Alors, une fois de plus, il usa de la ruse. Attendant avec anxiété l’arrivée de Šīrkūh, le vizir chercha à gagner du temps en offrant aux Francs de l’argent. Šāwar rappela à Amaury, qui campait sous les murs du Caire à Bāb al-Barqīya, leurs anciens liens d’amitié155, il lui fit part des craintes qu’il éprouvait vis-à-vis de Nūr ad-Dīn et du calife, et lui déclara qu’il préférait quant à lui s’appuyer sur le roi. Il offrait à ce dernier deux cent mille dinars et lui recommandait vivement de conclure la paix pour éviter que le pays ne tombe au pouvoir de Nūr ad-Dīn156. En fait, Šāwar attendait Šīrkūh et Amaury espérait l’arrivée d’une flotte de secours.

  • 157 I.W., Mufarriğ 158.

180Le roi de Jérusalem, qui n’ignorait pas la progression de l’armée syrienne partie de Rās al-Mā’ au milieu de rabī‘ I/17 décembre 1168, accepta d’engager des pourparlers. Miles de Plancy poussa le roi à exiger un million de dinars157 dont une partie devait être payée immédiatement. L’accord fut conclu et ratifié par al-Ğālis b. ‘Abd al-Kāwī et le šayḫ al-Muwaffaq. Les Francs se rendaient compte que le pays se défendait énergiquement, que les partisans de Nūr ad-Dīn étaient nombreux et que le Caire ne manquerait pas de se livrer aux troupes de Šīrkūh. Le moment était opportun pour signer la paix. « Nous aurons, disaient les partisans de l’accord, de l’argent et nous pourrons ainsi accroître nos forces au point d’inquiéter peut-être Nūr ad-Dīn chez lui. » Le temps pressait car les Francs n’avaient toujours pas reçu les renforts qu’ils escomptaient.

  • 158 Guide Bleu, Égypte, 327.

181En effet, tandis que se poursuivait le siège du Caire, une flotte de secours poussée par des vents favorables avait pénétré dans le lac de Manzala, elle s’était engagée dans le Delta et remontait le Nil par le bras tanique du fleuve. Les Francs s’étaient emparé de Tanis, l’actuelle Ṣān al-Ḥağar, l’avaient pillée et incendiée158 ; puis, chargés de leur butin, ils avaient continué leur route vers le Caire. Leur progression fut gênée par les habitants de la région qui sur les bras et les canaux du Nil opposaient mille obstacles variés. Il fallait pour les Égyptiens empêcher à tout prix la jonction des renforts avec l’armée franque. Le roi dut envoyer Onfroy de Toron pour tenter de frayer une voie aux vaisseaux. L’opération était sur le point de réussir lorsqu’on apprit que Šīrkūh approchait. La flotte, pour ne pas être attaquée par les Syriens, reçut l’ordre de redescendre le Nil et de regagner Saint-Jean-d’Acre au plus vite.

  • 159 Kāmil, IX, 100 ; I.W., Mufarriğ, 158.

182Šāwar versa un premier acompte de cent mille dinars aux Francs et leur demanda de s’éloigner du Caire en attendant qu’il puisse collecter le reste de la somme promise159. Avec une lenteur calculée, Šāwar ne parvint à ramasser que cinq mille dinars au Caire dont les habitants, soumis au siège, n’étaient guère en état de verser d’importantes contributions. Le sénéchal Miles de Plancy conseilla de prendre l’argent que le vizir offrait au roi et de ne pas tenter d’occuper le Caire où la situation était aléatoire. Les Francs y étaient à la merci d’un massacre ou d’un incendie général, les cendres de Fusṭāṭ fumaient encore. En conseillant d’abandonner le siège, le sénéchal pensait que les Francs permettraient au calife et au vizir de renoncer à l’aide zenguide.

  • 160 Guide Bleu, Égypte, p. 249 ; Grousset, II, 530.

183Le roi, malgré les objections de certains chevaliers, se replia donc en direction de Bilbays, mais il s’arrêta à une quinzaine de kilomètres au nord-est du Caire à al-Maṭarīya160 où il resta une semaine entière avant de se porter vers FāQūṣ. Amaury aurait souhaité battre les troupes de Syrie avant qu’elles n’aient pu faire leur jonction avec l’armée égyptienne. Dès qu’il eut appris que Šīrkūh avait pénétré sur le territoire égyptien Šāwar refusa de payer le restant de sa dette et les Francs ne purent rien contre lui car la menace zenguide se précisait pour eux. Se voyant frustrés de leurs espérances, les Francs durent se résoudre à battre en retraite dès le 1er rabī‘ II/2 janvier 1169. Le roi fit alors d’amers reproches à ceux qui, n’écoutant pas son avis, avaient contraint le royaume latin de Jérusalem à une expédition dont il avait prédit l’échec.

D. ARRIVÉE DE ŠĪRKŪH AU CAIRE

184Lorsque Nūr ad-Dīn apprit le départ des Croisés il ne put cacher sa joie. Il fit annoncer la bonne nouvelle à tous ses gouverneurs et représentants dans les provinces et, à l’occasion du succès de ses troupes, il fit battre les tambours dans toutes les villes soumises à son autorité.

  • 161 G. de Tyr, XX, ix, 323 ; I.W., Mufarriğ, 161, dit le 4 ; Ibn al-Aṯīr dans Kāmil (IX, 100), indique (...)
  • 162 Grousset, II, 531.
  • 163 KR, 171.

185Šīrkūh apparut devant le Caire le 7 rabī‘ II/8 janvier 1169161, et installa son camp à al-Lūq, avant de faire son entrée officielle dans la ville. L’émir kurde arrivait en tant qu’allié de Šāwar, il était le protecteur du calife fatimide, le sauveur de l’Islam162. Al-‘Āḍid le reçut en grande pompe au palais et en présence de toute la cour lui remit solennellement des robes d’honneur et des présents pour lui et ses principaux émirs163. L’armée syrienne reçut de la part du calife d’importantes gratifications et d’abondantes provisions. Asad ad-Dīn, de son côté, ne ménagea pas ses largesses à l’égard de la population, ce qui lui gagna de nombreuses sympathies.

  • 164 KR, 171.
  • 165 Mort en 585/1189. Sur lui, voir I.W., Mufarriğ, 162, n. 2 ; Ibn Ḫalli-kān, III, 165-166.

186Šāwar se trouva en position difficile, les Syriens étaient en force, le calife leur accordait son soutien, et la popularité de Šīrkūh ne cessait de grandir. Le vizir, pour écarter le lieutenant de Nūr ad-Dīn, essaya d’abord de l’entraîner à la poursuite d’Amaury164 mais Šīrkūh ne se laissa pas prendre à la ruse, il opposa la fatigue de ses troupes et l’éloignement des Francs déjà rentrés dans leur pays. Malgré l’insistance de l’émir qui lui avait envoyé, pour obtenir son dū, le jurisconsulte Diyā’ ad-Dīn ‘Īsā al-Hakkārī165, Šāwar ne tenait aucune des promesses faites à Nūr ad-Dīn : aucune somme n’avait été versée pour le tribut, aucune provision sur le tiers des revenus de l’Égypte. Le vizir ne communiquait pas le nom des villes qui devaient payer et négligeait d’indiquer les circonscriptions foncières qui devaient être concédées à l’armée de Syrie.

  • 166 Atabegs, 251.
  • 167 Guil. de Tyr, XX, ix, 323.
  • 168 Atabegs, 251-252.
  • 169 KR, 172.

187Šāwar cherchait, une fois de plus, à gagner du temps. S’ins-pirant du tragique festin offert aux survivants omeyyades par Abū’l-’Abbàs, il avait un moment conçu le projet d’assassiner Šīrkūh et les principaux émirs syriens au cours d’un banquet, mais Kāmil, son fils, l’en dissuada en arguant d’un retour probable des Francs auxquels aucune force musulmane ne viendrait plus s’opposer166. Il finit par se ranger aux arguments de son fils et renonça à son projet. Šāwar continua donc chaque jour à venir en grande pompe, avec timbaliers et trompettes, faire visite à Šīrkūh167. Ils faisaient alors ensemble une promenade à cheval, le vizir renouvelait ses promesses tandis qu’Asad ad-Dīn ne lui cachait pas les dispositions hostiles de l’armée syrienne. Les jours passaient, l’armée de Nūr ad-Dīn, non sans inquiétude, constatait les réticences du vizir et en arrivait à mettre en doute sa bonne foi168. Très vite après l’arrivée des troupes syriennes, la sécurité était revenue dans le pays. La vie économique reprenait son activité, la population, encore impressionnée par le départ des Francs, était prête à verser, sans trop d’hésitation, le tribut promis à des Musulmans. Šīrkūh comprit qu’il n’obtiendrait rien tant que Šāwar serait en place. Une nuit, le calife vint secrètement voir Šīrkūh, dit Abū Šāma169, et lui suggéra le meurtre de son vizir. Pour se débarrasser d’un homme qui pratiquait une politique de bascule et se jouait avec une audace rare des Syriens et des Francs, et qui pour se maintenir à son poste dilapidait les richesses de l’Égypte, la solution radicale avait aussi été envisagée par les émirs syriens.

188Šīrkūh, décidé à se maintenir en Égypte et à y prendre le pouvoir, songea à un plan pour se débarrasser de Šāwar. Il semble que Saladin et ‘Izz ad-Dīn Gurdīk, un fidèle émir de Nūr ad-Dīn, aient suggéré une action prompte et efficace : tuer le vizir lors d’une de ses visites matinales. Šīrkūh craignant une réaction de l’escorte et, par une sorte de pudeur, interdit à ses émirs d’agir de la sorte à l’égard de celui qu’il considérait comme son hôte dans son camp.

  • 170 KR, 172 et HOC, III, 47, disent : ad-dabab.
  • 171 Le cimetière d’al-Qarāfa, au sud du Caire. Pour le tombeau de l’imām aš-Šāfi‘ī, voir CIA, Égypte, (...)
  • 172 Kāmil, IX, 100 ; I.W., Mufarriğ, 163.
  • 173 Atabegs, 253 ; KR, 172.

189Un jour que d’épais nuages de poussière empêchaient toute visibilité170 Šāwar vint, comme d’habitude, avec timbales et trompettes au camp d’Asad ad-Dīn. Celui-ci s’était déjà rendu à al-Qarāfa171 pour prier au tombeau de l’imām aš-Šāfi‘ī. Saladin et Gurdīk s’avancèrent vers le vizir pour lui rendre les honneurs et l’informèrent de l’absence de leur chef172. Šāwar leur proposa alors d’aller le retrouver. L’occasion était favorable, hors du camp les émirs pouvaient agir sans violer les lois de l’hospitalité et la faible visibilité devait permettre la surprise. L’un et l’autre suivirent le vizir à quelques pas, puis soudain se précipitèrent sur lui, le saisirent au col et le désarçonnèrent. L’escorte du vizir, effrayée par l’intervention brutale des cavaliers syriens, s’enfuit et Šāwar, fait prisonnier, fut ramené à pied au camp où il fut placé sous bonne garde sous une tente. Les deux émirs ne se crurent toutefois pas autorisés à l’exécuter sans l’accord de leur chef. Šīrkūh prévenu revint en toute hāte et approuva leur conduite. Lorsque le calife al-‘Āḍid, qui depuis longtemps était malmené par son vizir, apprit la capture de ce dernier, il s’empressa de réclamer la tête de Šāwar. Il fit plusieurs démarches en ce sens, mais ce n’est que lorsqu’un eunuque d’al-‘Āḍid vint apporter une demande écrite que Šīrkūh, se couvrant de l’ordre du calife, fit tuer Šāwar et envoya sa tête au palais le 17 rabī‘ II/13 janvier 1169173.

  • 174 Kāmil, IX, 101.
  • 175 KR, 172. Ibn al-Aṯīr ne mentionne pas ce détail et ne parle pas de la disparition de Kāmil.

190Šīrkūh se dirigea vers le palais, mais les rues du Caire étaient pleines d’une foule en proie à l’excitation après la nouvelle de la mort de Šāwar et l’émir, pris de panique, annonça à la foule que le cahfe l’autorisait à piller la demeure du vizir défunt174. Par ce stratagème, il réussit à se dégager et parvint à se rendre auprès du calife. Celui-ci lui offrit, sur un plateau d’argent175, la tête de Kāmil b. Šāwar et celles des petits-fils de Šāwar qui avaient cherché refuge au palais.

  • 176 I.W., Mufarriğ, 163, dit : Sultan al-Ğuyūš. Texte du diplôme dans Subḥ, X, 80-90.
  • 177 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, II, 301-304. Bâtiment construit par al-Afḍal Šāhin-šah b. Badr al-Ğamālī, devint r (...)

191Selon la coutume qui voulait que le vainqueur d’un vizir occupe le poste de sa victime, Šīrkūh reçut les insignes du vizirat et se vit conférer, avec le diplôme d’investiture, le titre d’al-malik al-manṣūr amīr al-ğuyūš (le prince victorieux, chef des armées)176. Il se rendit ensuite dans sa robe d’apparat à la résidence du vizir qu’occupait auparavant son prédécesseur177 mais n’y trouva plus rien.

  • 178 HOC, III, 98.

192Son premier acte d’autorité fut la nomination de ses officiers aux différents postes de responsabilité, Saladin reçut alors la direction générale des affaires politiques178. Ensuite le nouveau vizir distribua des circonscriptions foncières à ses soldats à titre de bénéfices militaires et plaça à la tête des gouvernements provinciaux des hommes dont il était sûr.

  • 179 Guil. de Tyr, XX, ix, 324.

193Après la suppression radicale de Šāwar et de sa famille, Šīrkūh n’avait plus en face de lui aucun obstacle pour établir solidement son autorité sur l’Égypte et accroître sa puissance en contrôlant les ressources de la vallée du Nil et les revenus du grand port d’Alexandrie. Mais la situation économique allait devenir difficile car le pays ne pouvait plus exporter ses produits agricoles vers la Palestine, le commerce franco-égyptien se trouvait de son côté ralenti179.

194Désormais le royaume de Jérusalem était pris dans un étau sunnite ; de chaque côté c’étaient des troupes obéissant à Nūr ad-Dīn qui stationnaient à ses frontières.

  • 180 KR, 157 ; I.W., Mufarriğ, 167.

195Le règne de Šīrkūh fut de courte durée. En effet, gourmand à l’extrême, l’émir, qui était d’un embonpoint remarquable, avait de fréquentes indigestions et suffoquait ; c’est au cours d’une de ces indispositions qu’il mourut étouffé le samedi 22 ğumādā II/23 mars 1169, après avoir gouverné l’Égypte deux mois et cinq jours180. Selon son désir formel sa dépouille, d’abord inhumée au Caire, fut plus tard transférée à Médine.

E. SALADIN, VIZIR MALGRÉ LUI

  • 181 Voir H.A.R. Gibb, The Arabic Sources for the Life of Saladin, dans Speculum, vol. XXV, janv. 1950, (...)
  • 182 Casanova, Karakouch, MMAF, t. VI, 1893, 447-491.
  • 183 Atabegs, 255-257 ; Kāmil, IX, 101 ; HOC, I, 38 ; KR, 168-173 ; Wiet, HNE, IV, 299 ; Grousset, II, (...)

196La succession de Šīrkūh éveilla bien des ambitions. Parmi les émirs envoyés en Égypte par Nūr ad-Dīn plusieurs briguèrent le vizirat. Ce furent ‘Ayn ad-Dawla al-Yārūqī, Quṭb ad-Dīn Īnāl, Quṭb ad-Dīn Ḫusraw b. Ṭalāl, neveu d’Abū’l-Hayğa’ al-Ḥaḏbānī, qui fut seigneur d’Irbil, Sayf ad-Dīn ‘Alī b. Aḥmad al-Mašṭūb, dont le grand-père avait commandé les forteresses tenues par les Kurdes hakkārites, et Šihāb ad-Dīn Maḥmūd al-Ḥārimī, oncle maternel de Saladin. Chacun de ces émirs pourvu d’une clientèle plus ou moins nombreuse croyait avoir des titres suffisants pour briguer aussi bien le commandement de l’armée que le poste de vizir. Trois jours après la mort de Šīrkūh, le 25 ğumādā II/26 mars 1169, le calife al-‘Āḍid fit venir Saladin181. C’était le candidat de Bahā’ ad-Dīn Qaraqūš al-Asadī182, émir fidèle de Šīrkūh, et du jurisconsulte ‘Īsā al-Hakkārī. Ces deux hommes avaient recommandé le jeune émir au calife parce qu’il était le neveu du vizir disparu. Saladin n’avait que trente-deux ans, étant le plus jeune des émirs, donc le moins expérimenté et celui dont les partisans étaient les moins nombreux, il ne semblait pas devoir gêner les ambitions du calife qui espérait pouvoir gagner à sa propre cause une partie de l’armée183. Al-‘Āḍid comptait nommer un commandant en chef dévoué à sa cause puis expulser ses adversaires en s’emparant, si besoin était, de Saladin et rentrer en possession de son pays dont il serait alors le seul maître.

  • 184 Abū Šāma nous donne (KR, I, 173) une description détaillée de la cérémonie ; voir plus loin 3e par (...)
  • 185 Le texte du diplôme se trouve dans Qalqašandī, Subḥ al-A‘ša, X, 91-98 ; voir KR, 161 ; I.W., Mufar (...)

197Saladin tout d’abord refusa le poste, puis, pressé par le calife, il finit par accepter à contrecœur. Aussitôt al-’Adid lui donna devant le personnel militaire et civil du palais la robe d’honneur et le turban, insignes de sa nouvelle fonction184 et lui conféra le surnom d’al-malik an-nāṣir (le prince qui aide) et lui remit le diplôme d’investiture rédigé par le Qāḍī al-Fāḍil185.

  • 186 Ibn Ḫallikān, II, 329-331.
  • 187 KR, 173.

198Aucun des émirs syriens présents ne reconnut son autorité et ne lui rendit hommage. Ce furent l’émir Qaraqūš, un eunuque d’origine arménienne affranchi de Šīrkūh186, et le jurisconsulte Ḍiyā’ ad-Dīn ‘Īsā al-Hakkārī, un ami de Šīrkūh et kurde comme lui, qui s’employèrent à les gagner à la cause de Saladin en jouant sur les rivalités des émirs kurdes et turcomans. ‘Īsā réussit à rallier d’abord son cotribule Sayf ad-Dīn al-Mašṭūb (le Balafré), puis al-Ḥārimī dont la sœur était la mère de Saladin. Finalement tous acceptèrent la nomination du nouveau vizir à l’exception du plus puissant des émirs syriens ‘Ayn ad-Dawla al-Yārūqī et de l’émir Ğurdīk187. Les émirs réfractaires retournèrent auprès de Nūr ad-Dīn qui blāma leur geste car il laissait les mains libres aux partisans ayyoubides.

  • 188 Voir art. Elisséeff, Titulature de Nūr ad-Dīn, BEO, XIV, 167-169 ; I.W., Mufarriğ, 2, n. 1.

199L’autorité de Saladin s’affermit rapidement. Néanmoins il restait le lieutenant de Nūr ad-Dīn et c’est ce dernier qu’il nommait après le calife al-‘Āḍid lorsqu’il faisait la ḫuṭba. D’ailleurs le souverain de Syrie ne le considérait que comme le commandant en chef de son armée et lui donna après la disparition de Šīrkūh le titre d’amīr isfahsalār188 que celui-ci avait porté.

  • 189 Cl. Cahen, La Tughra seljukide, JA, 1945, 167-172. Sans doute ce parafe représentait-il un arc et (...)
  • 190 Wiet, HNE, IV, 294.

200Jamais Nūr ad-Dīn ne lui écrivit de lettre personnelle. La correspondance était toujours adressée « à Saladin et à tous les émirs présents en Égypte », et pour marquer son autorité de souverain il faisait figurer son parafe (‘alāma) en haut de ses messages189. Saladin ayant reçu le vizirat des mains d’al-‘Āḍid et le commandement de l’armée syrienne de Nūr ad-Dīn, sut gagner le cœur des hommes toujours sensibles aux fortes sommes distribuées. Il épuisa rapidement les réserves de trésorerie qu’avait laissées Šīrkūh et dut même demander des avances à al-‘Āḍid. Petit à petit l’autorité du calife fatimide déclina, d’autant plus que Saladin, après avoir gagné à sa cause les émirs, s’employa à se concilier les hommes de religion ; abandonnant la boisson et les plaisirs, le nouveau vizir changea de mode de vie et conquit les gens pieux par la rigueur de son existence et son ardeur au travail. D’autre part « le jour de sa nomination, Saladin fit paraître un édit aux termes duquel aucun chrétien ne pouvait rester titulaire d’un poste dans l’administration »190. Cette mesure, si elle fut bien vue des cheikhs, souleva contre lui les Coptes et les Arméniens fort nombreux alors dans les bureaux. C’est ainsi que le célèbre homme d’état et écrivain Ibn Mammātī, copte d’origine, dut se convertir à l’Islam pour conserver son emploi.

  • 191 Atabegs, 258.
  • 192 I.W., Mufarriğ, 174.

201Au bout de quelque temps, Saladin, qui voyait sa situation stabilisée, voulut faire profiter sa famille des richesses de l’Égypte et demanda à Nūr ad-Dīn d’autoriser ses frères et sa famille à le rejoindre. Nūr ad-Dīn d’abord refusa, déclarant qu’il craignait qu’un des frères ne soit porté à désobéir au vizir, ce qui ne manquerait pas de jeter le trouble dans ce pays instable191. C’est alors qu’on apprit que les Francs se rassemblaient une nouvelle fois pour tenter une attaque contre l’Égypte192. Devant la nécessité de renforcer son armée au Caire, Nūr ad-Dīn accepta le départ de la famille ayyoubide non sans prévenir l’aîné, l’émir al-Malik al-Mu‘aẓẓam Šams ad-Dawla Faḫr ad-Dīn Turān Šāh, qu’il devait considérer Saladin non comme son frère cadet mais comme le maître de l’Égypte et le lieutenant du souverain de la Syrie. Turān Šāh prit l’engagement de l’aider sans réticence et quitta Damas. Les renforts arrivèrent au Caire le 3 ḏū’l-qa‘da/30 juillet 1169, peu avant la révolte des Noirs dont nous parlerons plus loin.

202Saladin avec l’appui, ou le soutien, de Bahā’ ad-Dīn Qaraqūš et du jurisconsulte ‘Īsā al-Hakkārī, prenait de plus en plus d’autorité au palais et dans l’armée. L’importance croissante de Saladin au Caire ne manqua pas d’inquiéter Nūr ad-Dīn qui n’ignorait pas les ambitions de la famille ayyoubide. Si Ayyūb et Šīrkūh étaient restés de fidèles serviteurs de la dynastie zenguide, leurs descendants rêvaient d’indépendance. Une indépendance qu’ils espéraient acquérir sans difficulté en Égypte dont les richesses pouvaient subvenir au budget du pays. La prodigalité du nouveau vizir en faveur de sa famille et de ses officiers au détriment des Égyptiens dont beaucoup furent spoliés de leur terre et sa politique violemment antichrétienne ne furent pas sans provoquer une réaction au palais même du calife.

a) Premier complot contre Saladin

  • 193 Kāmil, IX, 103 ; KR, 178 ; I.W., Mufarriğ, 174-75.
  • 194 Près de Bilbays. Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, III, 2 (édit. Caire, 1326).

203Au début du mois de ḏū’l-qa‘da (juin-juillet 1169), Saladin apprit l’existence d’un complot dirigé contre lui par l’homme de confiance d’al-‘Āḍid le Mu’tamin al-ḫilāfa193, Gawhar. Cet homme, un eunuque soudanais fort instruit, jouissait à la cour d’une grande autorité et avait pris ombrage du nouveau vizir. Avec un certain nombre de complices faciles à recruter parmi les spoliés égyptiens, il décida de rentrer en relation avec les Francs et leur proposa un plan pour faire disparaître Saladin et anéantir les troupes venues de Syrie. Un hasard amena la découverte du complot. A Bīr al-Bayḍā’194 un Turcoman rencontra un homme pieds nus qui portait au cou une paire de sandales à la semelle toute neuve. Ce détail parut singulier au Turcoman qui s’empara des sandales et les fit parvenir à Saladin au Caire. On découvrit alors, cousu dans la semelle, un message où était exposé le plan suivant : les Francs devaient déclencher une offensive à laquelle Saladin ne manquerait pas de répondre, ce qui l’amènerait à sortir du Caire. C’est alors que le Mu’tamin et ses partisans supprimeraient les hommes que Saladin aurait laissés derrière lui, soit les services, soit des éléments de la garnison. Puis les Égyptiens envisageraient de se lancer à la poursuite des troupes syriennes pour les attaquer sur les arrières tandis que les Francs les combattraient de front. Une telle stratégie devait permettre l’anéantissement complet de ceux que les Égyptiens considéraient comme des « occupants ».

  • 195 I.W., Mufarriğ, 176, n. 1. Localité située sur la rive orientale du Nil au nord-ouest du Caire, pr (...)

204Saladin prit connaissance du plan et par une enquête rapide découvrit que la lettre avait été écrite par un Juif qui fut retrouvé. Le vizir voulait le faire avouer, mais avant de se présenter devant Saladin et afin d’éviter un châtiment trop sévère l’homme prononça deux fois la šahada pour se protéger puis avoua avoir écrit la lettre et communiqua le nom de ses complices. Saladin ne manifesta aucune colère et ne fit aucun geste. Le Mu’tamin au courant de l’arrestation, et craignant que les auteurs du complot soient connus, fut très inquiet et ne quitta plus le palais. Saladin ne changea en rien son existence. Au bout de quelque temps le Mu’tamin, rassuré, décida le mercredi 25 ḏū’l-qa‘da/20 août de mettre fin à sa réclusion volontaire et sortit pour se divertir. Il partit pour sa résidence d’al-Ḫarraqāniya195 près de Qaliūb. Le vizir informé de cette sortie lança sur ses traces un détachement de cavalerie. L’eunuque fut pris et décapité, sa tête fut envoyée à Saladin. Sans plus attendre, le jeune vizir destitua tous les eunuques noirs du palais et plaça à la tête de sa maison Bahā’ ad-Dīn Qaraqūš, l’eunuque dont l’appui efficace lui avait permis d’être porté à son poste.

b) Révolte des Noirs au Caire196

  • 196 Kāmil, IX, 103 ; KR, 178 ; I.W., Mufarriğ, 176.
  • 197 Kāmil, IX, 103.
  • 198 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ (édit. Bulaq, 1270), 19.
  • 199 Sikak, pluriel de sikka.
  • 200 KR, 178. Les Noirs croyaient avoir l’appui du calife car celui-ci de son belvédère dirigeait leur (...)

205Le meurtre du Mu’tamin et le renvoi des eunuques noirs provoquèrent, dès le lendemain, parmi les nègres du Caire, et particulièrement ceux de Fusṭāṭ, une vive agitation. L’indignation était grande surtout parce que la victime était un de leurs frères de race et qu’avec sa disparition ils perdaient un appui et un porte-parole efficace au palais. Rapidement les Noirs se groupèrent, Ibn al-Aṯīr197 en dénombre cinquante mille résolus à combattre les troupes de Saladin. Celui-ci plaça ses hommes sous les ordres de l’émir Abū’l-Hayğā’. La lutte s’engagea dans le quartier s’étendant entre le palais du vizir et celui du calife. Deux jours durant de violents combats de rue ensanglantèrent les lieux. Le samedi 28 ḏū’l-qa‘da/23 août, alors que la chaleur humide baignait la ville, Saladin envoya un détachement incendier de fond en comble et exterminer la population du quartier nègre d’al-Maḥallat al-Manṣūra198 près de Bàb Zuwayla. Apprenant le sac de leurs habitations et le massacre des leurs, les Noirs cherchèrent à se replier mais comme on fermait sur leur passage les portes des rues secondaires199, les survivants, se voyant voués à l’anéantissement200 dans les voies principales, demandèrent l’amān et purent gagner Guizah où ils retrouvèrent les rescapés du quartier al-Manṣūra. Le frère aîné du vizir, l’émir Faḫr ad-Dīn Šams ad-Dawla Turān Šāh, déploya un zèle particulier lors de cette révolte et alla jusqu’à massacrer les Noirs qui s’étaient réfugiés à Guizah, ainsi, bien rares furent ceux qui en réchappèrent.

F. RÉACTIONS FRANQUES CONTRE NŪR AD-DĪN

a) Attaque franque contre Damiette201

  • 201 HOC, I, 90 ; Kāmil, IX, 105 ; Atabegs, 258, repris par Bahā’ ad-Dīn (HOC, III, 49 et 51) et par KR (...)

206Dès l’avènement de Šīrkūh au Caire, Amaury craignant que Nūr ad-Dīn n’établisse fermement son autorité sur l’Égypte, adressa des appels à l’aide à toute la Cathohcité. Les messagers dépassèrent la Sicile et l’Espagne, ils allèrent trouver Frédéric Barberousse, Louis VII de France et Henri II d’Angleterre. Les Latins pressaient leurs coreligionnaires d’agir et demandaient des renforts, précisant que les autorités du Caire, aux ordres de Nūr ad-Dīn, devenaient chaque jour plus puissantes et que de ce fait Jérusalem elle-même risquait de tomber au pouvoir des Musulmans. L’avenir prouva que ces craintes n’étaient pas vaines. La situation tendue dans le bassin oriental de la Méditerranée avait considérablement freiné le commerce dans cette région ; le royaume de Jérusalem, privé d’une partie de ces recettes, demandait aussi une aide financière.

207En šawwāl 564/juillet 1169, les messagers latins arrivèrent chez le pape Alexandre III, puis en septembre ils se rendirent en France et en Angleterre, mais la guerre qui opposait alors les Capétiens aux Plantagenets ne permettait à aucun des deux camps d’envoyer des renforts.

  • 202 Chalandon dit Alexis (Comnènes, II, 538).
  • 203 KR, 180. Ces engins comprenaient des mangonneaux, des béliers, des catapultes ; voir Cl. Cahen, Tr (...)

208N’ayant qu’un espoir illusoire de recevoir des renforts d’Europe, Amaury décida de mettre en application l’accord qu’il avait conclu avec Manuel en 1167, après son mariage avec la princesse byzantine Maria Comnène. L’empereur qui, après de laborieuses négociations, accepta de recevoir la moitié du butin que l’on comptait prendre en Égypte, envoya une importante flotte pour participer à l’expédition projetée. Cette flotte placée sous le commandement d’Andronic Kontostephanos202 comprenait cent cinquante navires à double rangée de rames, soixante Bâtiment s de transport pour les chevaux et une douzaine de dromons pour l’acheminement du matériel et des engins de guerre203.

209Le corps expéditionnaire mit à la voile de Constantinople vers Chypre le 8 juillet/11 šawwāl 564. De l’île, le Mégaduc écrivit à Amaury pour mettre au point la campagne qu’il envisageait de commencer en août. Le roi hésitait et tardait à répondre ; les Templiers et les Hospitaliers avaient été très éprouvés par les récentes campagnes et ne semblaient pas disposés à entrer en campagne d’autant plus qu’ils espéraient, sur la foi des messages parvenus du Caire, que Saladin ne pourrait pas se maintenir au pouvoir. Lorsqu’ils apprirent que la révolte des Noirs était matée au Caire, les Latins se rendirent à l’évidence : le pouvoir du lieutenant de Nūr ad-Dīn continuait à s’affermir, il fallait donc agir pour éviter qu’il ne s’établisse encore plus solidement. D’importants subsides et un contingent d’infanterie byzantine parvenus en fin septembre décidèrent les Francs à agir. En octobre, les troupes du royaume de Jérusalem furent regroupées. Après avoir laissé des éléments pour protéger le royaume contre toute éventuelle incursion de Nūr ad-Dīn, Amaury donna le signal du départ le 22 muḥarram 565/ 16 octobre 1169. Les piétons partis d’Ascalon suivirent, avec le ravitaillement, la côte sablonneuse et parvinrent le 1er ṣafar/25 octobre à Farāmiya. La flotte byzantine leur fit traverser le bras pélusiaque du Nil et repartit vers Damiette. Laissant Tanis (Ṣān al-Ḥağar), les Francs atteignirent leur objectif le 3 ṣafar 565/27 octobre 1169. Trois jours plus tard la flotte, qui avait été contrariée par les vents, parvint, en remontant le Nil, devant Damiette. Elle ne put aller au-delà car le fleuve était barré par une puissante chaîne attachée en aval de la ville à deux tours, l’une sur chaque rive. L’emplacement de cet obstacle fermait l’accès du port fluvial en aval mais laissait libre la voie en amont vers le Caire.

210Les Francs avaient choisi Damiette comme objectif car ils souhaitaient établir dans ce port, où Marie et Joseph avaient fait halte, une base militaire accessible par mer et par terre d’où ils espéraient, en contrôlant le Delta, pouvoir diriger les opérations contre le Caire.

211Pendant trois jours, Francs et Grecs déchargèrent leur matériel de guerre ; n’ayant pas de plan précis ils hésitèrent pour l’organisation du siège de Damiette que commandait l’émir Šams al-Ḫawāṣṣ Manguwiriš. Ce délai fut mis à profit par Saladin. Le vizir envoya son neveu al-Malik al-Muẓaffar Taqī ad-Dīn Ibn Šāhinšāh et son oncle maternel Šihāb ad-Dīn Maḥmūd avec des renforts et du ravitaillement qui, sans difficultés, parvinrent par le Nil aux assiégés.

  • 204 Atabegs, 259.

212N’ayant guère confiance dans les troupes égyptiennes, ayant besoin de maintenir une garnison suffisante au Caire pour conserver ses positions et ne disposant pas d’une armée suffisamment nombreuse pour résister à la coalition franco-byzantine, Saladin multipliait les messages à son maître Nūr ad-Dīn : il lui exposait le danger de la situation et lui demandait des renforts. Pour éviter que ne se trouvent réalisées les conditions prévues dans le complot qu’il avait récemment étouffé, le vizir ajoutait : « Si je me rends à Damiette en personne, Le Caire en mon absence peut se soulever et les révoltés se tiendront sur mes arrières tandis que j’aurai les Francs devant moi »204.

213Nūr ad-Dīn sans tarder organisa des renforts et, pour ne pas apporter de retard à son aide, envoya les pelotons au fur et à mesure qu’ils étaient équipés. Puis, lui-même, avec des troupes légères pénétra très avant dans le territoire franc alors pratiquement dégarni de défenseurs.

214Le siège se poursuivait sans répit ; malgré leur grand déploiement de machines de guerre les Franco-Byzantins n’arrivaient à aucun résultat. Non seulement les assiégés recevaient de nombreux renforts et des approvisionnements mais encore aux engins ils répliquaient par d’autres engins.

  • 205 KR, 151 (= HOC, 181).
  • 206 Guil. de Tyr, XX, xv, 333 ; Chalandon, 542.
  • 207 Chalandon (544, n. 4) précise le 13 décembre en s’appuyant sur Abū Šāma.

215Les opérations se déroulaient lentement : quand Andronic voulait donner l’assaut, Amaury trouvait une raison pour ne pas y participer. D’autre part, le Mégaduc se montrait fort inquiet car la famine faisait son apparition dans son camp. Les Byzantins avaient prévu une campagne de trois mois devant commencer en août et non en octobre, ils avaient donc épuisé leurs provisions de vivres et ne trouvaient pas de ressources suffisantes dans le pays. Ils demandèrent alors à acheter du ravitaillement chez les Francs qui avaient des vivres en abondance mais qui, ignorant la durée du siège, refusaient de vendre sinon à des prix très élevés. Dans le camp byzantin, le malaise était accru par le fait que le temps d’engagement des miliciens grecs avait dépassé la durée prévue. Toutefois Andronic, que Manuel avait placé sous les ordres d’Amaury, obéissait pour ne pas déplaire au Basileus mais rongeait son frein. Sur ces hommes au moral ébranlé par la faim et l’épidémie, s’ajou-tant à la grêle des traits, vinrent s’abattre d’effroyables averses qui inondèrent le camp. Les Musulmans, de leur côté, ne cessaient de recevoir des renforts. Les contingents syriens, dont le dernier semble avoir été celui qui arriva le 15 rabī‘ I/7 décembre 1169 sous les ordres de l’émir Quṭb ad-Dīn Ḫusraw al-Ḥaḏbānī205, multipliaient leurs attaques contre les Grecs qu’ils savaient affaiblis. Dans le camp chrétien, les rumeurs de trahison circulaient206. Excédé, Andronic décida de donner l’assaut avec ses troupes. Les Grecs étaient déjà parvenus au pied des murailles lorsque Amaury, se prévalant de sa qualité de commandant en chef, donna ordre de cesser le combat. Quelle ne fut pas la surprise des Byzantins lorsqu’ils surent que les Latins, inquiets des dévastations que faisait Nūr ad-Dīn sur leur territoire, avaient engagé des négociations secrètes avec l’ennemi pour mettre fin au siège. L’accord fut réalisé par l’intermédiaire de l’émir Ğāwalī, un mamelouk de Šīrkūh. Aucune chronique ne nous apporte de renseignements précis sur les conditions de cet accord. Le siège de Damiette avait duré cinquante jours, il prit fin en rabī‘ I/décembre 1169207.

216Suivant l’usage les assiégeants brūlèrent leurs machines de guerre ; les Francs restèrent encore quelques jours à Damiette et en profitèrent pour rétablir les relations commerciales avec les Égyptiens ; mais les Byzantins s’embarquèrent en toute hâte. La saison était mauvaise sur mer et une violente tempête éprouva durement la flotte grecque dont les navires rescapés ne rentrèrent chez eux qu’au printemps 1170. Andronic resta auprès d’Amaury, il passa les fêtes de Noël à Ascalon, puis gagna la Cilicie et par Konya, dont le Sultan était alors en relations amicales avec le Basileus, rentra à Constantinople.

  • 208 Atabegs, 260 ; Schlumberger, Amaury, 282.
  • 209 HOC, IV, 153 ; I.W., Mufarriğ, 183 ; Grousset, II, 551.

217Si Nūr ad-Dīn avait fortement contribué à sauver Damiette en y envoyant de nombreux renforts, il n’est pas exclu que Saladin, de son côté, ait employé une partie du million de dinars que lui avait donné le calife à soudoyer les Francs pour ralentir leur zèle durant le siège208. Après le succès remporté à Damiette, le calife al-‘Āḍid écrivit à Nūr ad-Dīn pour l’inviter à rappeler les contingents turcs qu’il avait envoyés en renforts en Égypte et le pria de n’y maintenir que les effectifs venus avec Saladin. Nūr ad-Dīn savait que seule une armée syrienne nombreuse pouvait garantir son autorité sur l’Égypte. Peut-être le prince décela-t-il dans l’origine du message une suggestion du vizir à son calife pour se débarrasser de troupes dévouées à la cause zenguide et en éviter la tutelle, ou bien voulait-il maintenir en face de l’émir kurde des éléments turcomans ? En tout état de cause dans la réponse qu’il adressa à al-‘Āḍid, après l’avoir félicité du succès de Damiette, il fit un vibrant éloge des Turcs en qui il avait une entière confiance car seuls, concluait-il, ils étaient capables de s’opposer victorieusement aux Francs209.

218Les reproches réciproques et la perpétuelle animosité des troupes grecques et franques, l’une contre l’autre, n’empêchèrent pas Amaury de faire à nouveau appel au Basileus pour tenter d’abattre Nūr ad-Dīn. Le roi de Jérusalem, sachant le maître de la Syrie trop fort pour être attaqué de front, chercha à l’atteindre en attaquant d’abord Saladin. Une fois l’émir kurde éliminé et l’Égypte occupée, les Latins devaient, dans l’esprit d’Amaury, pouvoir faire échec à Nūr ad-Dīn.

b) Attaque tripolitaine contre le territoire de Nūr ad-Dīn

  • 210 THS, 88 et n. 5 ; GB, Moyen Orient, 110.
  • 211 HOC, III, 50 ; KR, 180 ; I.W., Mufarriğ, 181, dit al-Ğamdār ; Grousset, II, 552.

219Encouragés par l’absence de Nūr ad-Dīn, qui ravageait la Palestine pendant que les troupes franques de Jérusalem poursuivaient le siège de Damiette, les barons du comté de Tripoli décidèrent d’aller s’emparer de Ḥiṣn ‘Akkār, bāti sur un éperon rocheux au nord-est de Tripoli210. La citadelle, qui avait été prise quelques années auparavant par Nūr ad-Dīn, contrôlait le passage de la route de Hama et celle de Ḥimṣ vers la plaine côtière. Le maître de la place pouvait aussi, à chaque instant, couper la route côtière qui reliait Tripoli à Ṭarṭūs et scinder en deux le comté. L’opération fut menée par surprise en rabī‘ II/décembre 1169-janvier 1170, alors que le siège de Damiette venait à peine de prendre fin. Les Francs en s’emparant du château et de son gouverneur musulman, l’émir Ḫutluḫ al-‘Alamdār, un mamelouk de Nūr ad-Dīn211, récupéraient la plaine fertile à l’est de ‘Arqā dont les revenus jusqu’alors avaient été prélevés pour le compte de Nūr ad-Dīn. Quelques mois plus tard, après le tremblement de terre de 565, la place fut attribuée par Amaury, en sa qualité de régent de Tripoli, aux Hospitaliers déjà maîtres de Ḥiṣn al-Akrād.

G. NŪR AD-DĪN ENVOIE NAĞM AD-DĪN AYYŪB AU CAIRE212

  • 212 Atabegs, 260 ; Kāmil, IX, 106 ; KR, 183 = HOC, I, 153-154 (cite Ibn Abī Ṭayyī) ; HOC, III, 51-52 ; (...)

220Ayant appris le succès de Damiette, le calife de Bagdad al-Mustanğid billāh, au dire du chroniqueur chiite Ibn Abī Ṭayyī, adressa à Nūr ad-Dīn des reproches pour le retard qu’il mettait à faire la ḫuṭba en son nom en Égypte. Pour régler une affaire aussi grave Nūr ad-Dīn fit venir Nağm ad-Dīn Ayyūb, en qui il avait entière confiance, et le pria de se rendre auprès de son fils au Caire pour le convaincre d’adopter la ḫuṭba abbasside. D’après les apologistes de la famille ayyoubide il y aurait eu un autre motif à ce voyage au Caire. En effet, ces auteurs présentent Saladin comme un homme ayant un sens particulièrement profond de la famille, le vizir, voulant imiter son illustre homonyme Joseph, aurait demandé à Nūr ad-Dīn de lui accorder la faveur de faire venir son père auprès de lui en Égypte. Il semble, d’après ce qu’Abū Šāma cite de la chronique d’Ibn Abī Ṭayyī, que la situation ait été quelque peu différente. L’attitude de Saladin au Caire et l’écho de ses ambitions inquiétaient Nūr ad-Dīn, il fallait qu’un homme ayant la confiance des deux parties puisse mettre un frein aux élans du jeune vizir et le maintenir dans l’obéissance de celui dont il était le lieutenant en Égypte. Aux yeux de Nūr ad-Dīn, Nağm ad-Dīn Ayyūb pouvait, en sa qualité de père, d’une part, et de fidèle serviteur de la famille zenguide, être ce modérateur. Nous verrons par la suite que Nūr ad-Dīn n’avait pas placé en vain sa confiance en ce vieil homme.

  • 213 Atabegs, 260.
  • 214 Marmardji, 170-173 ; P. Deschamps, Défense du Royaume de Jérusalem, 35-98.
  • 215 Marmardji, 194 ; actuellement en Jordanie, GB, Moyen Orient, 472.
  • 216 KR (183) l’appelle Filib b. ar-Rafīq ; Kāmil (IX, 100), dit Qarib b. ad-Daqīq. L’éditeur des Atabe (...)
  • 217 HOC, IV, 154 ; THS, 329, 338 sq.
  • 218 HOC, I, 40 ; HOC, IV, 150 ; Kāmil, IX, 108.

221Nağm ad-Dīn, chargé du message de Nūr ad-Dīn et porteur de cadeaux pour son fils, quitta Damas le 27 rağab 565/16 avril 1170213, accompagné d’une troupe armée que lui fournit Nūr ad-Dīn et suivi d’un grand nombre d’amis de Saladin auxquels s’étaient joints une foule de marchands qui profitaient ainsi de la puissante escorte pour faire leurs affaires. Le souverain de Syrie, avec ses troupes, accompagna Nağm ad-Dīn jusqu’à Rās al-Mā’. Là, il lui fit des adieux protocolaires et le pria de rappeler à Saladin que le premier des devoirs était la Guerre Sainte, la lutte contre l’Infidèle. Puis le prince zenguide partit rapidement vers le sud pour empêcher les Francs d’attaquer la caravane de Nağm ad-Dīn. Après une halte à ‘Ammān dans le pays d’al-Balqā’, Nūr ad-Dīn arriva rapidement à Kerak, au sud-est de la Mer morte214. Dès le début de ša‘bān/vers le 20 avril, il dressa ses mangonneaux devant la forteresse tenue par Renaud de Châtillon. Cette place considérée comme imprenable, située à la lisière du désert, avait une grande importance du fait qu’elle contrôlait la route du Pèlerinage et celle du Caire. Pour éviter toute entrave à la progression du père de Saladin, Nūr ad-Dīn avait bloqué la garnison de la citadelle franque. L’inquiétude gagna la cour de Jérusalem à l’annonce du siège de Kerak par Nūr ad-Dīn. Quatre jours après avoir dressé ses engins de guerre, ce dernier apprit que les Francs progressaient à travers le pays de Moab et se dirigeaient vers Ma‘ān215 ; ils étaient deux cents cavaliers, mille turcopoles et de nombreux fantassins conduits par deux chevaliers remarquables Onfroy III de Toron, le fils du connétable et Philippe de Milly216. A l’approche de cette troupe, Nūr ad-Dīn leva le siège et se porta au-devant d’eux pour les combattre avant qu’ils ne fussent rejoints par d’autres Francs. A l’approche des Syriens ils se replièrent. Les deux adversaires avaient atteint leur objectif, l’un avait assuré la sécurité de Nağm ad-Dīn, les autres avaient fait lever le siège de Kerak. Nūr ad-Dīn reprit le chemin de la Syrie, il traversa, en le pillant, le pays d’Outre-Jourdain et gagna le Hauran où il fit halte à Tell al-‘Aštarā217 non loin de Bosrà, attendant la réaction des Francs. Ceux-ci ne se manifestèrent pas. Nūr ad-Dīn passa le mois de ramaḍān 565/mai-juin 1170 dans le Hauran, c’est là qu’il apprit la mort, à Alep, de son confident et frère de lait Mağd ad-Dīn Abū Bakr b. ad-Dāya218. Cet émir avait possédé à titre de fief Alep, Ḥārim et Qal‘at Ğa‘bar ; à sa mort, comme il n’avait pas de fils Nūr ad-Dīn conféra ses territoires à ‘Alī b. ad-Dya, frère du disparu.

  • 219 HOC, III, 50.

222Ce deuil venait s’ajouter à celui que le maître de la Syrie avait éprouvé en rağab/mars-avril 1170 à la disparition de son vieil ami l’émir al-Ḥāğib al-‘Imādī, seigneur de Ba‘albakk et de Palmyre219.

VII. LA POLITIQUE DE NŪR AD-DĪN DE 565 A 567

A. LE SÉISME DE 565/1170220

  • 220 HOC, 572 ; Kāmil, IX, 106 ; Atabegs, 261 ; KR, 184 ; Guil. de Tyr, XX, xvii, 336-337 ; I.W., Mufar (...)

223Nūr ad-Dīn ne quitta son camp de Tell al-‘Aštarā que lorsqu’il apprit la nouvelle du grand tremblement de terre qui venait de ravager toute la Syrie.

  • 221 Sur les différents travaux consécutifs à ce tremblement de terre, voir N. Elisséeff, Monuments de (...)
  • 222 Ou Ba‘rin, THS, 98 sq., 103 sq., 147 sq. Ville située près de l’ancien camp romain de Raphanée.

224Le lundi 12 šawwāl/29 juin 1170, des secousses d’une violence extrême se firent sentir dans la plupart des villes de Syrie, dans la région de Mossoul, en Iraq et ailleurs. Ce fut en Syrie que les dégâts furent les plus importants. Dans le territoire musulman Ba‘albakk, Ḥimṣ, Hama, Šayzar et Ba’rīn furent endommagées, Alep connut de nombreuses destructions, Damas même ne fut pas épargnée. La catastrophe avait aussi sévèrement éprouvé les places occupées par les Francs ; Antioche subit de graves dégâts et les dommages furent grands à Ḥiṣn al-Akrād, Ṣāfītā, al-‘Urayma et ‘Arqā. Le nombre des victimes fut particulièrement élevé dans les territoires des Francs car des foules de fidèles assistaient aux offices de la fête des Saints Pierre et Paul lorsque les églises, comme les maisons, s’écroulèrent. Nūr ad-Dīn se dirigea vers Ba‘albakk pour y remettre en état la citadelle, bâtie dans le grand temple de Jupiter, et pour reconstruire la partie écroulée de l’enceinte221. A peine ces travaux avaient-ils commencé que le souverain recevait des rapports détaillés donnant l’étendue du désastre. Il laissa donc sur place du personnel pour réparer les dégâts et se rendit successivement à Ḥimṣ, Hama et Bārīn222. Il apporta une attention toute particulière à remettre en état les défenses de cette place dont il ne restait plus un pan de mur debout, il constitua des équipes d’ouvriers qui travaillèrent jour et nuit pour réparer cette citadelle. Celle-ci était particulièrement importante car elle était la plus proche des territoires occupés par les Francs de Tripoli et parce que, située sur un affluent de l’Oronte, elle contrôlait une grande voie nord-sud passant à l’ouest de Hama et Ḥimṣ. De Bārīn, Nūr ad-Dīn se rendit à Alep où les dégâts apparurent comme les plus importants, les maisons qui ne s’étaient pas écroulées étaient lézardées, les secousses continuaient à se faire sentir et provoquaient à chaque instant de nouvelles destructions. La population, affolée, n’osait pas se réfugier dans la campagne voisine craignant les raids des Francs d’Antioche. Le souverain s’installa à Alep, ce qui rassura les gens, et dirigea en personne les travaux de restauration. Remparts, citadelles et mosquées furent réparés partout à grands frais. Dans les villes tenues par les Francs on s’employa aussi activement à relever les défenses de crainte que Nūr ad-Dīn ne lançât une attaque. En fait, les deux adversaires étaient l’un et l’autre trop occupés à relever les ruines pour songer à commettre un acte d’agression quelconque.

  • 223 Kāmil, IX, 106 ; Atabegs, 263 ; KR, 186 ; I.W., Mufarriğ, 188.
  • 224 THS, 396, 409.

225Il n’y eut qu’une exception : celle du combat que le prince artuqide d’al-Bīra livra à une troupe franque dans la Biqā‘223. Šihāb ad-Dīn Maḥmūd, fils d’Iliyas b. Ilġāzi s’était mis en marche en ramaḍān 565/mai-juin 1170 avec deux cents cavaliers pour aller rejoindre Nūr ad-Dīn à Tell al-‘Aštarā. Parvenu quelques jours après le tremblement de terre à Labwa224, à une étape au nord de Ba‘albakk, le 17 šawwāl/4 juillet, au cours d’une partie de chasse, il rencontra un corps de cavalerie franque qui avait fait incursion en territoire musulman. Après un combat acharné, les Francs furent mis en déroute et Šihāb ad-Dīn, amenant les captifs et rapportant les têtes des morts, alla retrouver Nūr ad-Dīn qui s’était porté vers lui. En examinant les têtes, Nūr ad-Dīn fut heureux d’y retrouver celle du maître des Hospitaliers de Ḥiṣn al-Akrād et celle d’un autre Franc de renom.

B. UN ALLIÉ DE NŪR AD-DĪN : L’ARMÉNIEN MLEH225

  • 225 Runciman, II, 389 ; Guil. de Tyr, XX, xxv, 352-354.

226Nūr ad-Dīn, préoccupé certes par les affaires d’Égypte et inquiet des progrès de la maladie de son frère Quṭb ad-Dīn, seigneur de Mossoul, restait toutefois attentif aux événements qui se déroulaient en Cilicie, au nord de ses États. En rabī‘ I 564/décembre 1168, le roi d’Arménie Thoros mourait ; il avait avant de rentrer dans les ordres désigné pour successeur son fils cadet Roupen et lui avait adjoint pour administrer les affaires de l’État un seigneur franc, Thomas, un de ses cousins du côté maternel.

  • 226 SN, 150-152 ; Guide Bleu, Turquie : Adana, 446-448 ; Missis, 459-460 ; Tarse, 457-458.
  • 227 Avant-poste d’Antioche vers le nord, ce château commandait le passage du col de Baylān ; THS, 169, (...)

227Cette décision avait provoqué la colère du frère de Thoros, le prince Mleh, qui s’estimait lésé. L’hostilité entre les deux frères datait de plusieurs années. Mleh avait quitté la cour d’Arménie pour entrer au Temple, puis il rompit ses vœux et revint à la cour. Mais son séjour y fut bref car il poussa le ressentiment jusqu’à tenter d’assassiner son frère aîné. Ayant échoué, il dut s’enfuir et chercha refuge auprès de Nūr ad-Dīn, certains disent qu’il se serait même converti à l’Islam. Au milieu de 565/début 1170, Mleh décida d’aller détrôner son neveu et demanda l’appui de Nūr ad-Dīn. Celui-ci lui fournit un contingent de Turcs qui alla envahir la plaine de Cilicie. Les places de Miṣṣīṣ, Adana et Tarse furent enlevées à leurs garnisons grecques226. Un grand nombre de prisonniers furent vendus à Alep, permettant à Mleh de régler la solde des Turcs qui avaient combattu pour lui. Après ce succès le prince arménien, sans doute par esprit de vengeance, alla attaquer les Templiers de Baghras227. Bohémond, seigneur d’Antioche, inquiet, appela alors Amaury à l’aide. Le roi de Jérusalem, allié de l’Empereur, se rendit dans le nord et récupéra la Cihcie où les garnisons byzantines purent revenir. Il est fort probable que Mleh ne put conserver ses conquêtes faute de troupes. Nūr ad-Dīn ne pouvait lui en fournir car il se trouvait alors à Mossoul.

C. NŪR AD-DĪN, ARBITRE DE LA SUCCESSION DE MOSSOUL228

  • 228 Kāmil, IX, 107 = HOC, I, 573 ; Atabegs, 264-265 ; HOC, I, 40 ; KR, 186 ; I.W., Mufarriğ, 188 sq. ; (...)

228Après un règne de plus de vingt et un ans, l’atabeg Quṭb ad-Dīn Mawdūd, fils de Zengī, mourut à Mossoul des suites d’une maladie à la fin de ḏū’l-ḥiğğa 565/début septembre 1170.

229La succession de Quṭb ad-Dīn soulevait quelques difficultés et Nūr ad-Dīn cherchant à conserver sur Mossoul le contrôle qu’il y avait exercé tout au long du règne de son frère, quitta Tell Bašīr le 22 ḏū’l-ḥiğğa/6 septembre 1170, dès l’annonce de la mort du seigneur de Mossoul. Il fit réciter la prière des morts et partit la nuit même vers la Djéziré.

230Les difficultés à Mossoul provenaient des faits suivants. Lorsque sa maladie s’aggrava, Quṭb ad-Dīn décida de désigner comme successeur son fils aîné ‘Imād ad-Dīn Zengī II, mais l’eunuque Faḫr ad-Dīn ‘Abd al-Masīḥ, préposé à la direction des Affaires de l’État, n’approuva pas cette mesure. Cet eunuque, ancien captif chrétien d’Antioche, avait succédé à la tête du gouvernement à l’émir Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük et, prenant le contrepied de son prédécesseur, il souhaitait se soustraire à la tutelle de Nūr ad-Dīn. Il reprochait au jeune successeur désigné d’avoir été au service de Nūr ad-Dīn dont il avait même épousé une des filles. Faḫr ad-Dīn savait que ‘Imād ad-Dīn gouvernerait suivant les instructions de son oncle, ce qui risquait, tôt ou tard, d’aboutir à sa propre destitution. En effet, Nūr ad-Dīn n’aimait guère l’eunuque à qui, pour justifier son hostilité, il reprochait sa conduite tyrannique.

231Faḫr ad-Dīn, pour se sauver, décida d’obtenir la déchéance de ‘Imād ad-Dīn. Il se mit en relation avec une des femmes de Quṭb ad-Dīn, la fille de Ḥusām ad-Dīn Timurtaš b. Ilġāzī, mère de Sayf ad-Dīn Ġāzī II, et flatta son orgueil maternel. Grâce à l’influence dont jouissait cette princesse il réussit à faire revenir Quṭb ad-Dīn sur sa décision. Le prince moribond convoqua à nouveau ses émirs et leur fit cette fois prêter serment d’obéissance à son fils cadet. C’est ainsi qu’à la mort de son père le jeune Sayf ad-Dīn Ġāzī, en sa qualité d’héritier légitime, monta sur le trône tandis que Faḫr ad-Dīn ‘Abd al-Masīḥ prenait en mains toutes les affaires publiques. ‘Imād ad-Dīn alla se plaindre à son oncle Nūr ad-Dīn et lui demanda son appui.

  • 229 Atabegs, 276.
  • 230 HOC, I, 574 ; Kāmil, IX, 109 ; Atabegs, 276 ; HOC, III, 52 ; I.W., Mufarriğ, 192 ; KR, 187.
  • 231 THS, 487. Il y avait aussi une ville de ce nom qui constituait un carrefour de routes imposantes d (...)

232En quittant Tell Bašīr, Nūr ad-Dīn déclara, d’après Ibn al-Aṯīr : « J’ai plus de droits que tout autre de veiller sur les fils de mon frère et sur l’administration de leur royaume »229. Le 1er muḥarram 566/14 septembre 1170, le chef de la famille zenguide traversa l’Euphrate en face de Qal‘at Ğa‘bar d’où il gagna Raqqa230. Le gouverneur de cette place qui relevait de Quṭb ad-Dīn la lui livra, non sans quelques hésitations qu’une large compensation lui fit vite oublier. Après y avoir installé un de ses officiers, Nūr ad-Dīn atteignit le Ḫābūr231 et prit possession de sa province qui relevait auparavant de Mossoul. Arrivé à Nisībīn, Nūr ad-Dīn dut s’arrêter pour grouper des troupes car il n’avait avec lui qu’une faible escorte de cavaliers, ayant laissé le gros de son armée en Syrie pour assurer la défense des frontières. A Niṣibīn, il fut rejoint par l’émir Nūr ad-Dīn b. Muḥammad b. Qarā Arslān b. Dāwūd, seigneur de Ḥiṣn Kayfā et du Diyār Bakr, venu lui apporter l’appui de ses contingents. L’armée se dirigea vers Sinğar. Cette place était tenue par une garnison de troupes de Mossoul. Le prince zenguide mit le siège, fit dresser les mangonneaux et attendit quelques jours au pied de la citadelle. Au nord se profilaient les hauteurs imposantes du Ğabal Sinğar tandis que vers le sud s’étendait à perte de vue une plaine fertile en céréales.

  • 232 Pour cette région, voir Sarre et Herzfeld, Archäologische Reise im Euphrat und Tigris. Berlin, 192 (...)

233A l’approche de Nūr ad-Dīn, l’eunuque Faḫr ad-Dīn se plaça sous la protection des Seldjouqides et envoya un appel au secours à l’atabeg Šams ad-Dīn Ildegīz, seigneur de Hamaḏān, du Ġibāl, de l’Adharbaydjān, d’Iṣfahān, de Rayy et du pays de ‘Arrān. Se prévalant de cette demande, et pour ne pas perdre une occasion de souligner la puissance seldjouqide, Ildegīz dépêcha un ambassadeur à Nūr ad-Dīn pour lui défendre d’engager une action quelconque contre Mossoul et lui signifia qu’il n’avait pas le droit d’envahir une province appartenant au Sultan seldjouqide Arslān Šāh b. Tuġril. Le souverain de Syrie, qui savait avoir l’appui du calife de Bagdad, ne répondit pas tout de suite. De Mossoul ne cessaient d’arriver des appels d’officiers demandant à Nūr ad-Dīn de venir prendre possession de la ville et d’abandonner le siège de Sinğar. Le prince zenguide, malgré ces invitations, paracheva le siège de Sinğar en s’emparant de la place qu’il donna à son neveu et gendre ‘Imād ad-Dīn Zengī II, puis il poursuivit son chemin vers Mossoul. Arrivé à Balad, Nūr ad-Dīn franchit le Tigre à un gué voisin, puis une fois sur la rive orientale, il se rendit à Ḥiṣn Niniwa à l’est de Mossoul232, laissant le Tigre entre lui et Faḫr ad-Dīn ; la grande cité se trouvait coupée de toutes communications avec les Seldjouqides. C’est alors que Nūr ad-Dīn répondit au message d’Ildegīz le priant de ne pas se mêler d’une affaire de famille ne le concernant en rien. Il reprocha à l’atabeg seldjouqide de céder des territoires musulmans sous la pression des Géorgiens, alors que lui avait été capable de repousser les Francs tout seul.

234La population de Mossoul manifestait des sentiments favorables à Nūr ad-Dīn et pour beaucoup il était le véritable souverain puisque depuis des années déjà la ḫuṭba se faisait en son nom. Des émirs adressèrent des lettres où ils proposaient de livrer la ville et de s’emparer de Faḫr ad-Dīn. Ce dernier éventa le complot et fit savoir au prince de Syrie qu’il était disposé à faire la paix et à reconnaître sa souveraineté à condition que l’autorité de Sayf ad-Dīn Ġāzī soit reconnue sur Mossoul et que lui-même bénéficie d’une amnistie et se voie attribuer une donation foncière satisfaisante pour son amour-propre.

  • 233 Plan de Mossoul dans la partie « Topographie » p. 110 et dans Sarre et Herzfeld, Archäologische Re (...)
  • 234 Sur l’héritage, voir H. Laoust, Précis de droit d’Ibn Qudama, X, 137-160.
  • 235 Kāmil, IX, 110.

235Nūr ad-Dīn donna son accord, sous réserve que Faḫr ad-Dīn irait s’établir en Syrie. Mossoul fut donc livrée sans combat et le chef de la famille zenguide y fit son entrée au soir du 13 ğumādā I 566/22 janvier 1171 par Bāb as-Sirr et alla loger à la Citadelle233. Dès son entrée Nūr ad-Dīn fit supprimer tous les mukūs et abus divers qui frappaient les habitants de Mossoul et des autres villes dont il venait de se rendre maître. Il appliquait ainsi à la province de Djéziré le régime en vigueur en Syrie et en Égypte. Le prince prit des mesures conformes aux prescriptions de la loi sur l’héritage pour partager la succession de son frère entre ses neveux234. Il confirma, comme convenu, l’autorité de Sayf ad-Dīn Ġāzī sur Mossoul et le revêtit de la robe d’honneur dont l’avait gratifié lui-même le calife pendant qu’il campait devant la ville. Plus tard, en ša‘bān/avril 1171, l’oncle donna à son neveu une de ses filles en mariage. La citadelle reçut comme dizdār (gouverneur) un serviteur de Nūr ad-Dīn l’émir Sa‘d ad-Dīn Kumuštakīn. L’octroi de Sinğar à ‘Imād ad-Dīn fut aussi confirmé, mais cette mesure ne plaisait pas à Kamāl ad-Dīn Ibn aš-Šahrazūrī, le fidèle vizir des Zenguides, car il y voyait une cause de discorde familiale. En effet, ‘Imād ad-Dīn, en sa quahté d’aîné, pouvait refuser d’obéir à son frère cadet Sayf ad-Dīn. Celui-ci, d’autre part, fort de son autorité n’userait sans doute pas d’indulgence à l’égard de son frère. Une fois la discorde établie, le pays ne manquerait pas d’attirer les convoitises de l’ennemi235. Nūr ad-Dīn n’attacha pas d’importance à ces objections. Il donna à Sayf ad-Dīn, en plus de Mossoul, le riche district de Ğazīrat Ibn ‘Umar et affecta les revenus de Nisībīn et de la région du Ḫābūr à l’entretien de l’armée.

  • 236 Michel le Syrien, III. 34 ; Fiey, Mossoul chrétienne, 38.

236Si à l’époque où Ğamāl ad-Dīn al-Iṣfahānī était maître de Mossoul les Chrétiens avaient pu, en 557/1162, sans pour cela provoquer de réaction chez les autorités musulmanes, restaurer le couvent de Mār Behnām, leur situation devint bien différente lorsque Nūr ad-Dīn imposa son autorité sur Mossoul. En effet le souverain zenguide multiplia les tributs imposés aux Chrétiens, augmenta le taux de la ğizya, rétablit le règlement du port d’une ceinture dis-tinctive et les cheveux courts ; il obligea aussi les Juifs qui étaient plusieurs milliers, au dire de Benjamin de Tudèle, à porter cousue sur l’épaule une pièce d’étoffe rouge. Toutefois aucune des huit églises qui subsistaient depuis la conquête musulmane et aucune des trois synagogues ne fut confisquée par Nūr ad-Dīn dont le neveu Sayf ad-Dīn garda comme conseiller Joseph, son astrologue juif236.

  • 237 Kāmil, IX, 110, dit Muḥammad al-Mullā.
  • 238 THS, 487, Saladin passera par cette ville en 1182 ; ville citee par kamil, IX, 110.

237Le séjour de Nūr ad-Dīn à Mossoul dura vingt-quatre jours au cours desquels il jeta les fondations de la Grande Mosquée qui plus tard porta son nom et confia les démarches d’expropriation et la direction des travaux de construction au šayḫ ‘Umar al-Mullā237. La prière ne devait y être célébrée pour la première fois qu’en 568/1172-1173. En ša‘bān/avril-mai, en compagnie de Faḫr ad-Dīn qu’il pria de changer de nom — ainsi de ‘Abd al-Masīḥ l’eunuque devint ‘Abd Allāh —, Nūr ad-Dīn regagna Alep et de là nomma des cadis à Sinğar, à Niṣibīn, et à al-Ḫābūr238 et les plaça sous l’autorité du šayḫ chaféite Šaraf ad-Dīn ‘Abd Allāh Ibn Abī ‘Asrūn.

238La succession de Mossoul ayant été réglée conformément aux intérêts zenguides, la province une fois de plus restait hors de l’autorité du Sultan seldjouqide et avait l’appui du calife bagdadien. L’unité de l’empire zenguide était consolidée, l’effort musulman allait pouvoir se concentrer contre les Francs de Syrie et de Palestine. Nūr ad-Dīn gagna Damas et y fit le jeūne du ramaḍān qui cette année-là avait heu au début de la saison chaude (mai-juin 1171), puis après les fêtes il partit en campagne et regagna le camp de Tell al-‘Aštarā d’où il pouvait surveiller les mouvements des Francs de Jérusalem et éventuellement appuyer les opérations de Saladin.

D. ACTIVITÉ DE SALADIN PENDANT LES AFFAIRES DE MOSSOUL239

  • 239 Kāmil, IX, 110 = HOC, I, 577 ; Guil. de Tyr, XX, xviii-xx, 337-342 ; I.W., Mufarriğ, 198-199 ; Gro (...)
  • 240 Marmardji, 71 ; Deschamps, Défense Roy. de Jérusalem, 15, 21, 236-237 ; Sourdel-Thomine, art. Dārū (...)

239Tandis que Nūr ad-Dīn était retenu à Mossoul par la succession de son frère Quṭb ad-Dīn, Saladin, depuis l’Égypte, attaquait les Francs sur la frontière méridionale de leur royaume. Ayant appris que Saladin avait quitté le Caire au milieu de rabī‘ I/début décembre 1170 en direction de l’est, Amaury, inquiet, se rendit à Ascalon où il apprit que le lieutenant de Nūr ad-Dīn assiégeait ad-Dārūm240. Cette médiocre forteresse bâtie dans la plaine côtière au sud de Gaza quelques années auparavant par Amaury était défendue par le picard Anselme du Pas. La vigueur des assauts de Saladin stimula les Francs qui, le 7 rabī‘ II 566/18 décembre 1170, se rendirent à Gaza où les Templiers vinrent se joindre à eux. Malgré la présence des troupes musulmanes les Latins se frayèrent un chemin jusqu’à la forteresse et vinrent en renforcer la garnison. Démuni d’engins de siège, Saladin venu avec un corps expéditionnaire léger, estima vain de poursuivre davantage le blocus et la nuit il « décrocha » pour se rendre à Gaza dont il savait qu’une partie des défenseurs se trouvaient à ad-Dārūm. L’armée du vizir attaqua la ville basse de Gaza, en massacra sans pitié la population et saccagea les riches vergers et les vignobles. Saladin ne put rien faire contre les murailles de la ville haute que commandait alors Miles de Plancy, et s’en retourna vers le Caire en repassant devant ad-Dārūm.

  • 241 Le port d’Ayla, sous le nom d’Eilath, est encore de nos jours l’enjeu de la lutte entre plusieurs (...)

240Dès son retour au Caire, Saladin fit faire des éléments de bateaux, les chargea sur des chameaux et les apporta près d’Ayla. Il fit alors assembler les différentes partie de ces navires démontables puis il lança son escadre et put assiéger au fond du golfe d’Aqaba le port d’Ayla par terre et par mer241. En s’emparant de cette place, Saladin coupait toute possibilité d’accès à la mer Rouge pour les Francs de Jérusalem. Il rentra au Caire avec les prisonniers le 26 ğumādā I/4 février 1171.

  • 242 Sur ces madrasas, voir K.A.C. Creswell, Origin of the Cruciform Plan of Cairene Madrasa, BIFAO, XX (...)
  • 243 Dans l’édition du Kāmil (HOC, I, 577 et IX, 110) : dār al-‘adl, le palais de justice, dont nous ne (...)
  • 244 Il est intéressant de noter qu’à Damas aussi la première madrasa malékite fut bâtie par Saladin.
  • 245 I.W., Mufarriğ, 199, n. 6 ; Creswell, op. cit., 46.
  • 246 I.W., Mufarriğ, 197.

241Les raids en territoire franc ne faisaient pas oublier de Saladin ses devoirs religieux. Son père Nağm ad-Dīn était arrivé de Damas avec des recommandations impérieuses de Nūr ad-Dīn pour restaurer la Sunna en Égypte. Pour répandre la formation religieuse orthodoxe Saladin n’attendit pas la construction d’édifices nouveaux, il se contenta pour l’immédiat d’aménager en madrasas deux édifices déjà existants. A la place de la maison où à Fusṭāṭ ; le šiḥna incarcérait qui bon lui semblait, Saladin aménagea une madrasa chaféite qui reçut le nom d’an-Nāṣirīya242 ; il transforma également le dār al-ġazl (la Bourse au Filé)243 en madrasa pour les Malikites, cette madrasa fut connue sous le nom d’al-Qamḥīya244. Une troisième madrasa, destinée aux Chaféites fut installée au Caire dans la résidence connue sous le nom de Manāzil al-‘Izz que le neveu de Saladin, al-Malik al-Muẓaffar Taqī ad-Dīn ‘Umar b. Šāhinšāh, avait acheté à la mi-ša‘bān 566/fin avril 1171245. L’installation de ces madrasas montre avec quelle rapidité la suprématie religieuse apparente des Duodécimains s’était évanouie. Poursuivant le renforcement du rite chaféite dans la ville où reposait son fondateur, Saladin avait destitué les cadis égyptiens chiites et les avait remplacés par des hommes venus de Syrie. A dater du 20 ğumādā II, 566/28 février 1171, les cadis chaféites d’Égypte se trouvèrent placés sous l’autorité du grand cadi Ṣadr ad-Dīn ‘Abd al-Malik b. Darwīs al-Ḥaḏbānī. L’« école » ismā‘īlienne disparut complètement, personne n’osa plus avouer publiquement y appartenir246.

E. L’AMBASSADE D’AMAURY A CONSTANTINOPLE247

  • 247 Guil. de Tyr, XX, xxi-xxiv, 343-352, description détaillée de la réception des Latins ; Chalandon, (...)

242Constatant la puissance croissante de Nūr ad-Dīn, le roi de Jérusalem se rendait compte qu’il ne pouvait pas attaquer seul l’empire zenguide qui, sans faille, l’encerclait étroitement ne lui laissant la liberté que vers la mer.

  • 248 HOC, I, 592 = Kāmil, IX, 111.

243Malgré l’échec de la campagne de 1169, Amaury ne voyait qu’une solution pour atteindre son objectif qui était d’abattre Nūr ad-Dīn : c’était de l’attaquer par le biais de l’Égypte. En lui arrachant cette riche province et en supprimant Saladin les Francs escomptaient porter un coup décisif au maître de la Syrie. Cette solution nécessitait une collaboration d’autant plus étroite avec Byzance que le royaume latin ne disposait pas de flotte. L’appel lancé à l’Occident deux ans plus tôt restait toujours sans écho, c’est pourquoi Amaury décida de se rendre lui-même auprès du Basileus. pour y plaider sa cause Le roi s’embarqua le 10 mars 1171/I rağab 566 et arriva sans incident à Constantinople où Manuel fut trop heureux d’accueillir un solliciteur latin ; cette visite, aux yeux du peuple, apparaissait comme une preuve de la puissance de Byzance. La réception, dont Guillaume de Tyr nous donne maints détails, impressionna vivement l’ambassade de Jérusalem. On signa un traité par lequel le Basileus s’engageait à aider le roi de Jérusalem dans sa lutte contre Nūr ad-Dīn et à lui prêter son concours pour toute entreprise contre l’Égypte. Cet accord eut bien peu de résultats pratiques, constate Chalandon, faisant toutefois remarquer que ce traité de 1171 a peut-être amené Manuel à intervenir auprès du Sultan de Konya Qiliğ Arslān pour l’empêcher de s’allier à Nūr ad-Dīn248.

F. REPRÉSAILLES DE NŪR AD-DĪN CONTRE LES FRANCS249

  • 249 HOC, I, 594 = Kāmil, IX, 113 ; Atabegs, 279.

244Alors que Francs et Musulmans étaient en trêve à la fin de l’année 566/été 1171, des navires, frétés par des Musulmans, quittèrent l’Égypte pour se rendre dans un port de la côte syrienne. Deux d’entre eux qui s’étaient échoués sur la côte près de Latta-quié eurent leurs cargaisons saisies par les Francs. D’après les Musulmans cette confiscation était une violation flagrante de la trêve car les navires avaient jeté l’ancre près de Lattaquié avant d’être drossés à la côte. Dans la version présentée par les Francs, ces navires avaient été endommagés par la tempête et jetés à la côte, le droit de prise, sur ce qui n’était plus qu’un amas d’épaves, était donc parfaitement légal. D’ailleurs, aux yeux des Francs, même si les navires avaient fait simplement eau et étaient venus s’échouer sur la côte la confiscation était légale en vertu du droit de bris et de naufrage.

  • 250 THS, 80 et sq.

245Nūr ad-Dīn, informé de cet incident par les Musulmans, envoya un message plein d’indignation aux Francs exigeant la restitution des cargaisons. Les Francs protestèrent de leur bonne foi et refusèrent de rendre quoi que ce soit. Nūr ad-Dīn rassembla alors des hommes de différentes provinces, aussi bien en Syrie qu’en Djéziré et envoya contre les Francs deux contingents, l’un alla ravager la principauté d’Antioche et l’autre le comté de Tripoli. Lui-même avec un détachement alla mettre le siège devant al-‘Arqā250 qui, sur la route de Hama à Tripoli, contrôlait une région riche en oliviers et couverte de champs cultivés et de prairies. Une autre troupe se portait contre Ṣāfītā et al-‘Urayma qu’elle ruinait. Tout le contingent qui avait envahi le comté de Tripoli se regroupa et, en muḥarram 567/septembre 1171, après un siège serré, Nūr ad-Dīn réussissait à s’emparer d’al-‘Arqā. Deux États latins furent pillés et saccagés, finalement les Francs demandèrent une trêve et promirent de rendre tout ce qui avait été pris sur les navires. Nūr ad-Dīn accepta l’offre et les marchands, aussi bien musulmans que chrétiens, récupérèrent la plus grande part de leurs colis et tout rentra dans l’ordre.

G. LA ḪUṬBA ‘ABBASSIDE AU CAIRE251

  • 251 HOC, I, 41 ; Kāmil, HOC, I, 578 = IX, 111 ; Atabegs, 262 ; KR, 194-195 ; I.W., Mufarriğ, 200 sq. ; (...)

246A la fin de 566/été 1171, après de nombreuses distributions d’argent, l’autorité de Saladin semblait affermie sur l’Égypte. Le parti du calife fatimide voyait chaque jour diminuer le nombre de ses adhérents. C’est alors que Nūr ad-Dīn, qui y avait été invité par le calife abbasside al-Mustaḍī, avait envoyé comme nous l’avons vu un message à Saladin, par l’intermédiaire de l’émir Nağm ad-Dīn Ayyūb, lui ordonnant de faire supprimer le nom d’al-‘Āḍid dans la ḫuṭba pour le remplacer par celui du calife abbasside de Bagdad. N’ayant reçu aucune réponse au premier message, Nūr ad-Dīn adressa un nouvel appel. Le silence de son lieutenant fit germer l’inquiétude dans l’esprit du maître de la Syrie ; comme Amaury, il se mit à éprouver des craintes devant les progrès de la jeune puissance ayyoubide. Saladin chercha à se dérober à l’invitation de son maître. Il allégua comme excuse la crainte des réactions de la part des Égyptiens qui, prétendait-il, restaient dans la masse très attachés à la famille ‘alide. Nūr ad-Dīn ne fut pas convaincu par ces arguments, il sentait que Saladin cherchait à maintenir le calife fatimide pour s’appuyer sur ce dernier au cas où lui-même viendrait à envahir l’Égypte. Nūr ad-Dīn, ne tenant aucun compte des observations de Saladin et sachant qu’il inspirait malgré tout une certaine crainte à son lieutenant, lui renouvela son ordre sur un ton très impératif. En sa qualité de subordonné, Saladin prit le parti d’obéir, ce qui lui était maintenant d’autant plus facile que le calife al-‘Āḍid était tombé malade et que ses jours semblaient comptés. Le prince ayyoubide tint conseil avec ses émirs pour décider du changement de la ḫuṭba. Les uns conseillèrent de ne pas tarder et lui promirent, en cas de réaction, leur appui total ; les autres, qu’impressionnait l’éventualité d’une révolte, furent quand même d’avis, par esprit de discipline militaire, de s’incliner devant les ordres de Nūr ad-Dīn.

  • 252 Ibn ad-Dubayṯī (édit. M. Ğawād, t. I, 142, n° 278) dit que le premier qui fit la ḫuṭba abbasside s (...)

247Personne n’osait prendre l’initiative du changement. C’est alors qu’un Persan récemment arrivé en Égypte et surnommé al-amīr al-‘ālim (le savant émir) déclara aux émirs qui se dérobaient qu’il se chargeait de dire le premier la nouvelle ḫuṭba. Le premier vendredi de muḥarram 567/10 septembre 1171, il devança le ḫaṭib habituel, monta sur le minbar et fit la prière au nom d’al-Mustaḍī bi amrillāh. Il n’y eut parmi les fidèles présents à la mosquée aucun mouvement de réprobation, le changement n’eut aucun écho dans la population252. Saladin donna ensuite des instructions aux ḫaṭib-s du Caire pour mettre fin le vendredi suivant à la ḫuṭba pour al-‘Āḍid.

  • 253 Voir CIA, Égypte, I, index.

248Entre-temps, le calife, que sa famille voulait ménager, ignora le changement de la ḫuṭba et mourut le jour de la ‘Ašura, le 10 muḥarram/ 13 septembre 1171. Aucun incident ne marqua dans les mosquées du Caire le changement de nom dans la prière. Saladin après la mort du calife eut des remords de n’avoir pas attendu quelques jours de plus pour changer de ḫuṭba car il aurait pu substituer le nom du calife de Bagdad à celui du Caire sans heurter l’entourage d’al-‘Āḍid. Le vizir présida aux obsèques et, durant les trois jours suivants, reçut les condoléances au cours des cérémonies funéraires rituelles. Saladin prit possession du palais du calife et s’empara de toutes les richesses qu’il renfermait. Il préposa à la garde de ces trésors son fidèle émir Bahā’ ad-Dīn Qaraqūš al-Asadī qu’il avait déjà nommé ustādār253 d’al-‘Āḍid.

  • 254 Kāmil, IX, 111, 112 ; Atabegs, 286.
  • 255 Atabegs (286) dit : al-ḫuṭūṭ al-mansūba et al-ḫuṭūṭ al-ğīda ; I.W., Mufarriğ, 203.

249Immédiatement après la mort du calife, tous ses parents et ses proches furent gardés à vue dans des appartements du palais ; les parents étaient tous groupés dans une même salle. Le vizir fit sortir tous les esclaves, hommes et femmes, il en affranchit une partie, le reste fut donné à ses émirs ou vendus. Parmi les richesses qu’il distribua ou vendit, Ibn al-Aṯīr254 signale un rubis pesant dix-sept miṯqāls ou dirhams et appelé le ğabal ϒāqūt, une perle particulièrement grosse et du plus pur orient, une grande émeraude d’une main et demie de longueur incrustée dans le manche d’un poignard, de précieux brocarts et de riches tapis. Il dispersa la bibliothèque du palais, huit charges de livres furent envoyées à Damas et le reste, soit près de cent mille volumes manuscrits de belle calligraphie255, furent vendus.

  • 256 I.W., Mufarriğ, 218 ; I.W., Mufarriğ, 78, n. 3, donne des références sur la biographie de ce perso (...)

250Dès que la ḫuṭba abbasside fut prononcée au Caire on envoya la nouvelle à Damas et à Bagdad. Dans cette ville, au cours d’une réunion officielle à laquelle le vizir ‘Adud ad-Dawla, fils du ra’is ar-ru’asā du Diwān, avait convoqué tous les fonctionnaires, le secrétaire de la chancellerie Abū’l-Farağ b. al-Anbārī256 lut le message de Nūr ad-Dīn et la réponse autographe du calife al-Mustaḍī. Durant plusieurs jours dans toutes les villes du Dār al-Islām sunnite les manifestations d’allégresse se multiplièrent. Après un silence de deux cent neuf ans la ḫuṭba abbasside, qui avait cessé en 358/969, résonait à nouveau dans les mosquées d’Égypte.

  • 257 Faragiyya (ۆ ڝ). Dozy, Dict. Noms Vêt., 327-334.
  • 258 I.W., Mufarriğ, 219-220.

251Quelques mois plus tard, le calife envoya au souverain de la Syrie une garde-robe d’honneur complète qu’il fit apporter, pour souligner l’importance du geste, par un des plus hauts dignitaires de sa cour, l’ustādār ‘Imād ad-Dīn Sandal, un affranchi d’al-Muqtafī. La lettre du calife fut solennellement lue par Muwaffaq ad-Dīn Ḫālid b. Muḥammad b. Ṣagīr al-Qaysarānī, puis Nūr ad-Dīn revêtit la robe brodée flottante aux manches longues257, coiffa le turban, ceignit les deux sabres et passa le lourd collier d’or qu’il venait de recevoir. Il sortit à cheval de la citadelle, drapeau noir déployé en tête. Une seconde monture ornée de parures et dont il tenait les rênes marchait à ses côtés258. Les baudriers des deux sabres étaient liés pour souligner que Nūr ad-Dīn avait l’investiture sur les deux provinces de Syrie et d’Égypte. Puis le cortège sortit hors de Damas, alla jusqu’au Mīdān Vert à l’ouest de la ville où il passa les troupes en revue puis regagna la citadelle.

252Il y avait aussi un message pour Saladin, avec des robes d’honneur pour les émirs et les ḫaṭib-s. Nūr ad-Dīn envoya le message et les présents au Caire. Lorsqu’il reçut l’hommage du calife, le 21 rağab 567/19 mars 1171, Saladin revêtit la robe et sortit à cheval. C’était la première robe d’honneur qui parvenait de Bagdad au Caire depuis plus de deux siècles. Le calife avait aussi fait porter des drapeaux noirs qui furent placés à côté des minbar-s des mosquées. Ces emblèmes abbassides soulignaient la fin du règne de la dynastie fatimide qui gouverna l’Égypte au nom de quatorze califes alides.

253Si, sur le plan gouvernemental, les partisans des Fatimides durent quitter la scène ils n’en allaient pas moins pendant les années à venir intriguer et comploter dans les coulisses contre Saladin qui n’avait pas pu remplacer tout le personnel de l’administration et de l’armée. Les Noirs, lésés par le vizir, allaient de leur côté se trouver en révolte larvée jusqu’en 572/1176-1177.

VIII. LA RIVALITÉ ENTRE NŪR AD-DĪN ET SALADIN

A. LES PREMIERS SIGNES DE DÉSACCORD259

  • 259 HOC, I, 42 ; Kāmil, IX, 112-113 = HOC, I, 581 ; Atabegs, 286 ; I.W., Mufarriğ, 221 ; HOC, IV, 155.

254Jusqu’à l’année 567/1171-72 les relations entre Nūr ad-Dīn et Saladin restèrent celles d’un chef avec son subordonné ; l’attitude du calife de Bagdad après la restauration de la ḫuṭba abbasside au Caire ne manqua pas de souligner la hiérarchie qui existait entre les deux hommes. La mort du calife al-‘Āḍid avait permis à Saladin de consolider sa position en Égypte et il ne cachera plus guère son désir d’indépendance à l’égard du pouvoir zenguide.

  • 260 Gibb, Achievement, 95 ; Gibb, dans Crusades, I, xviii, 565.

255Assez rapidement Nūr ad-Dīn et Saladin allaient se trouver en conflit. Conflit de conception dans la conduite de la guerre contre les Francs, conflit de deux tempéraments, le Turc et le Kurde, conflit enfin de deux générations. Nūr ad-Dīn, comme l’a souligné Sir Hamilton Gibb, opérait à l’intérieur d’un cadre politique défini par le système de son temps260. Pour lui, la Syrie était le principal champ de bataille contre les Croisés, l’Égypte ne représentait qu’une source de revenus complémentaires pour payer les dépenses du ğihād.

256Saladin avait une vue différente des choses. Il était sorti du « cadre syrien », il jugeait de la position égyptienne sur place et avait une vingtaine d’années de moins que son suzerain. Saladin considérait que l’Égypte devait être la principale base de la contre-Croisade, après l’alliance franco-byzantine de 1171. Ses objectifs immédiats seront de lutter contre les Fatimides à l’intérieur et les Francs à l’extérieur. Il fallait aussi éviter que les Fatimides ne s’allient aux Francs.

257Poursuivant son plan de harcèlement des positions franques, Nūr ad-Dīn, avant même d’attaquer le comté de Tripoli cette année-là, avait écrit à Saladin pour lui donner l’ordre de regrouper les forces disponibles en Égypte et de les diriger vers la Palestine franque pour y mener une campagne de concert. Le premier objectif était Kerak.

258Vers la fin de muḥarram alors que Nūr ad-Dīn venait de mettre fin aux opérations menées victorieusement sur le territoire du comté de Tripoli, Saladin quitta le Caire et envoya un message à Nūr ad-Dīn l’informant de son entrée en campagne. Le prince zenguide qui avait, de son côté, pris toutes les dispositions nécessaires pour le départ de ses troupes n’attendait que ce signal pour aller rejoindre son lieutenant au pays de Moab. Il quitta Damas au début du mois de ṣafar/octobre 1171 tandis que Saladin assiégeait le château de Sawbak, le Montréal des Croisés. Cette place, à une journée de marche vers l’est de Kerak, contrôlait pratiquement la route du Caire à Damas. Saladin bloquait étroitement les Francs qui demandèrent un délai de dix jours pour se rendre, ce qui leur fut accordé. Sur ces entrefaites, Nūr ad-Dīn avait pris position à Kerak et attendait son lieutenant. C’est alors que l’entourage de Saladin exerça une pression sur lui, faisant remarquer qu’une campagne menée de concert avec Nūr ad-Dīn avait de fortes chances de succès, mais ce succès allait amener le souverain de Syrie à occuper le pays d’où les Francs auraient disparu, et il n’y aurait plus aucun obstacle entre la Syrie et l’Égypte.

  • 261 Kāmil, IX, 113 = HOC, I, 582 ; Atabegs, 286.

259Les conseillers démontrèrent à Saladin qu’il ne pouvait pas tenir tête à son maître. En effet, si Nūr ad-Dīn, las d’attendre à Kerak, venait à prendre un contact direct à Sawbak avec les troupes venues d’Égypte il serait impossible de ne pas lui obéir et alors il traiterait Saladin comme il le voudrait et pourrait même le destituer. Saladin, plus soucieux de ses intérêts que de ceux de l’Islam, décida de rentrer en Égypte et adressa à Nūr ad-Dīn une lettre d’excuse261. D’après les nouvelles qu’il avait reçues les esprits étaient surchauffés au Caire et des partisans alides cherchaient à créer des troubles. Il craignait, disait-il, que profitant de son absence les habitants du Caire ne se soulèvent contre les émirs et les troupes qu’il avait laissés sur les bords du Nil. Le succès d’une telle révolte pouvait amener l’expulsion des Syriens. Malgré ses ressources d’éloquence Saladin ne persuada pas Nūr ad-Dīn qui n’accepta pas ses raisons.

  • 262 Atabegs, 287.

260Rentré au Caire le 15 rabī‘ I/16 novembre 1171, le vizir apprit le courroux de Nūr ad-Dīn et fut informé de la résolution que le souverain zenguide avait prise de venir lui-même en Égypte et de l’en chasser. Saladin prit alors la décision de tenir un conseil ; il convoqua les émirs et les membres de sa famille, et leur fit un exposé de la situation. Il leur représenta que Nūr ad-Dīn avait formé le projet de venir en Égypte et de lui enlever le gouvernement du pays. « Que faire ? », demanda-t-il ; l’assemblée resta muette, personne ne voulait compromettre son avenir. Puis le jeune émir al-Malik al-Muẓaffar Taqī ad-Dīn ‘Umar, un neveu de Saladin, se leva et déclara : « Si Nūr ad-Dīn vient contre nous, nous le combattrons et l’empêcherons de prendre pied dans le pays. » Quelques émirs manifestèrent leur approbation. C’est alors que Nağm ad-Dīn Ayyūb intervint de façon décisive. Cet homme, plein de sagesse et connaissant bien la nature humaine, fit rasseoir Taqī ad-Dīn à qui il fit de sévères remontrances, il blāma les émirs et finalement il s’adressa à son fils Saladin262 : « Me voici moi qui suis ton père, voici ton oncle maternel, Šihāb ad-Dīn, crois-tu qu’il y ait quelqu’un qui dans cette assemblée t’aime autant que nous t’aimons et te veuille autant de bien que nous ? » « Non », répondit Saladin. « Eh bien ! reprit le père — rapporte Ibn al-Aṯīr, panégyriste des Zenguides —je déclare que si ton oncle et moi nous voyions Nūr ad-Dīn nous ne pourrions nous empêcher de mettre pied à terre et de nous prosterner devant lui. Si même il ordonnait de te trancher la tête nous le ferions sans hésiter. Même si Nūr ad-Dīn se présentait seul devant nous, personne n’oserait rester en selle, tous se prosterneraient. Ce pays est à lui, tu n’y es que son lieutenant. S’il veut te déposer, il n’a pas besoin de venir ici, il n’a qu’à envoyer une dépêche dans ce sens. Il peut donner à qui bon lui semble le gouvernement du pays. » Après cette déclaration, dont les émirs allaient s’empresser de rapporter les termes à Nūr ad-Dīn, Nağm ad-Dīn demanda de rester en tête à tête avec son fils. Le vieil émir reprocha avec véhémence à Saladin d’avoir dévoilé sa pensée devant l’assemblée des émirs ; en effet, lorsque Nūr ad-Dīn apprendra que Saladin a l’intention de l’empêcher d’entrer en Égypte, il s’occupera de lui toutes affaires cessantes. « Personne dans l’armée ne restera avec toi si Nūr ad-Dīn vient, conclut Nağm ad-Dīn, et les émirs te livreront eux-mêmes à lui. » La meilleure solution pour se sortir du mauvais pas était, d’après Nağm ad-Dīn, de se mettre à la merci du prince zenguide, ce qui avait de fortes chances d’amener le prince à renoncer à venir au Caire. « Il faut laisser le temps suivre son cours », disait le sage vieillard. Saladin écouta les conseils de son père et la tension avec Nūr ad-Dīn baissa pour un temps.

B. UN RAID FRANC CONTRE LE HAURAN263

  • 263 KR, 207 ; HOC, IV, 158. Abū Šāma parle du Kalb ar-Rūm ; le traducteur du RHOC, IV, parle du prince (...)
  • 264 Marmardji, 88 ; THS, 344, n. 7 ; 375 identifie à l’actuelle Ezra’.
  • 265 Prononciation médiévale : Šamsakīn ; cf. THS, 344.
  • 266 « Source jaillissante », Marmardji, 7.
  • 267 La Terre de Suète des Croisés ; THS, 381-382.
  • 268 « Chute d’eau ». Nous n’avons pu localiser cet endroit.

261Tandis que Nūr ad-Dīn se trouve à Damas depuis le mois de ḏū’l-qa‘da 567/juillet 1172 les Francs lancent une attaque contre le Hauran en rabī‘ I 568/octobre-novembre 1172. Dans cette région qui dépendait de Damas les envahisseurs ravagent Zura‘264 puis poussent plus avant et campent près de Šayḫ Maskīn265. Dès que le souverain de Damas apprit leur avance il fit sortir son armée et alla camper à Kiswa, puis il se dirigea vers le sud. Les Francs informés de sa progression se replièrent et allèrent se poster vers al-Fawwār266 puis ils gagnèrent le Sawād267, région au sud du lac de Tibériade, et firent halte à al-‘Āl avant de s’arrêter à Šallāla268.

  • 269 THS, 381 ; Abel, Géographie, 163.

262C’est en ce point que l’avant-garde de l’armée damascaine prit contact avec l’arrière-garde franque. Nūr ad-Dīn lui-même établit son camp, comme d’habitude, à Tell al-‘Aštarā mais il envoya des éléments de cavalerie piller tout le district de Tibériade. Les Francs s’étant ressaisis, repoussèrent les Musulmans au gué du Jourdain, sans doute à celui qui se trouve à Ǧisr as-Sidd269. Il y eut un violent combat avec les Francs qui cherchaient à récupérer ce que les Musulmans leur avaient pris. Ceux-ci purent retenir leurs adversaires sur la rive droite du Jourdain le temps nécessaire pour mettre en lieu sūr leur butin. Finalement lorsque les Francs comprirent que leur bien était désormais hors de leur portée ils rompirent le combat et rentrèrent chez eux. Nūr ad-Dīn, de son côté, quitta Tell al-‘Aštarā pour aller à Ezra’.

C. POLITIQUE DE NŪR AD-DĪN DANS LE CONFLIT ARMÉNO-BYZANTIN

263Installé aux frontières de la principauté d’Antioche, Mleh menaçait aussi les garnisons byzantines de la Cilicie.

  • 270 Guil. de Tyr, XX, xxv, 354 sq. ; Grousset, 581, 583-584.

264Narguant les Francs, les Byzantins et les Seldjouqides, le prince arménien avait, en 567/1171, attaqué Etienne de Blois qui, venant de Terre Sainte, se rendait d’Antioche à Constantinople par voie de terre avec un sauf-conduit du Sultan de Konya. C’est à Miṣṣīṣ, lorsque le chevalier venait de quitter la ville en direction d’Adana, que Mleh s’en empara, puis, après l’avoir dépouillé de tout, le relâcha270.

265Bohémond III, beau-frère du Basileus et prince d’Antioche, voulut venger l’affront ; Amaury jugea qu’il devait lui-même intervenir en personne. Il chercha d’abord à ramener Mleh au sein de la communauté chrétienne et l’invita à venir le voir. Le prince ne répondit pas à la convocation du roi qui pourtant lui avait laissé le libre choix du lieu et du jour. C’est alors qu’Amaury décida de lancer une expédition punitive dans la plaine de Cilicie mais l’Arménien, qui disposait d’un contingent que lui avait envoyé Nūr ad-Dīn, attaqua le premier, il s’empara dans la plaine côtière des villes de Miṣṣīṣ, Adana et Tarse d’où il chassa les garnisons grecques. L’Empereur voulut réagir mais l’armée qu’il envoya fut sévèrement battue par Mleh.

  • 271 Kāmil, IX, 119 = HOC, I, 588 ; KR, 215.

266Le prince envoya à Nūr ad-Dīn une large part du butin et lui adressa un récit de la victoire dont il attribuait le mérite à l’appui reçu de Syrie. Le calife al-Mustaḍī eut aussi sa part sur le lot qui avait été attribué à son subordonné zenguide271. Il n’avait pas manqué de gens pour critiquer Nūr ad-Dīn d’avoir pris pratiquement à son service un prince arménien et de lui avoir donné un fief en territoire musulman. Le Zenguide justifiait sa politique en répondant : « Je me sers de lui pour combattre ses coreligionnaires. J’évite ainsi de fatiguer une partie de mon armée qui autrement serait obligée de lui tenir tête. »

267La puissance du prince arménien grâce à l’appui musulman devenait considérable et son alliance avec Nūr ad-Dīn le faisait craindre par tous ses voisins.

D. SALADIN MENACÉ EN ÉGYPTE272

  • 272 Kāmil, IX, 118 = HOC, I, 587 ; HOC, I, 42 ; KR, 208-209 ; Wiet, HNE, IV, 310.

268Les révoltes noires qui agitèrent l’Égypte en 568/1172-1173, empêchèrent Saladin d’agir hbrement en face de Nūr ad-Dīn. Cette année, en effet, les nègres et les esclaves qui avaient été au service des Fatimides s’assemblèrent en Nubie leur pays d’origine. Rescapés des massacres de Fusṭāṭ et de Guizah, les Noirs menaient une foule considérable de leurs frères de race à la conquête de l’Égypte.

269Certains ont voulu voir dans ce mouvement une tentative de restauration fatimide ; nous n’avons aucune preuve pour infirmer cette thèse sinon qu’une victoire nègre aurait été préjudiciable aux Ayyoubides. Il est plus probable, comme le pense Gaston Wiet, que ces hommes, qui se dirigeaient vers le Ṣa‘īd et qui voulaient assiéger Assouan, ne pensaient qu’au pillage. Ils n’avaient pas de chef politique, aucun programme constructif, ils se présentaient plutôt comme des êtres privés de gagne-pain, depuis le nouveau régime et de ce fait révoltés contre le pouvoir établi. Kanz ad-Dawla, qui commandait à Assouan, demanda des renforts à Saladin. Celui-ci envoya un détachement sous les ordres de l’émir as-Šuğā‘ de Ba‘albakk. Lorsque les secours arrivèrent les Noirs avaient décampé d’Assouan. Les troupes de Saladin se lancèrent à leur poursuite ; des deux côtés les pertes lurent lourdes, mais des renforts vinrent de Nubie appuyer les révoltés et l’armée ayyoubide se vit contrainte de reculer. A l’annonce de cet échec Saladin envoya, en ğumādā I, 568/décembre 1172-janvier 1173, de nouvelles troupes sous la conduite cette fois de son frère aîné al-Malik al-Mu‘aẓẓam Šams ad-Dawla Faḫr ad-Dīn Turān Šāh. Ce dernier était titulaire des revenus de Qūṣ, d’Assouan et d’Ayḏāb, aussi les ravages commis sur son domaine furent-ils un stimulant puissant pour mener la répression.

  • 273 A. Ehrenkreutz, The crisis of dinar in the Egypt of Saladin, JAOS, 76, 178 sq.

270Profitant de cette expédition, Saladin demande à son frère de voir s’il n’y aurait pas de possibilité pour assurer la sécurité du Caire d’occuper la Nubie où s’étaient concentrés les éléments pro-fatimides. D’autre part il fallait essayer de mettre la main sur les mines d’or de Nubie qui se trouvaient sous le contrôle d’éléments pro-fatimides. La seconde source d’or qui se trouvait au Soudan, dans la partie occidentale du continent africain, était hors de la portée de Saladin : elle était au pouvoir des Almohades, souverains du Maghreb273.

  • 274 H. Derenbourg, Oumara du Yémen, sa vie et son œuvre, Paris, 1904.

271Turān Šāh gagna Assouan, puis de là se dirigea vers la Nubie où la citadelle d’Ibrim lui offrit une certaine résistance ; finalement la place se rendit et l’émir y installa une garnison kurde. L’insuffisance du ravitaillement et l’hostilité de la population laissèrent une mauvaise impression à Turān Šāh qui recommanda de recher cher ailleurs le point de repli. A son retour au Caire le frère aîné de Saladin retrouva le poète yéménite ‘Umāra. Nous verrons plus loin l’importance capitale de cette rencontre entre l’entreprenant émir ayyoubide et le poète dont la carrière s’était déroulée à la cour des vizirs fatimides274.

E. CAMPAGNE DE NŪR AD-DĪN CONTRE QILIĞ ARSLĀN275

  • 275 Kāmil, IX, 120 = HOC, I, 591 ; Atabegs, 290-292 ; HOC, I, 43 ; KR, 213-214 ; I.W., Mufarriğ, 233 ; (...)

272Après avoir repoussé les Francs qui avaient envahi le Hauran, Nūr ad-Dīn se dirigea vers le nord, il gagna Alep en passant par Ba‘albakk et Ḥimṣ. Le souverain de Syrie aurait bien voulu obtenir l’appui des Seldjouqides de Konya contre Antioche. Mais, après un avertissement assez ferme de son puissant voisin l’empereur Manuel — conséquence vraisemblable du récent accord franco-byzantin d’assistance contre le prince zenguide —, le Sultan Qiliğ Arslān dut rejeter les propositions de Nūr ad-Dīn. Par son refus le Seldjouqide de Konya sauva Antioche. Il s’engagea alors dans une guerre de deux ans contre ses voisins danišmendides.

  • 276 A. Gabriel, Voyages archéologiques dans la Turquie Orientale, I, 263-276.
  • 277 A. Gabriel, Monuments turcs d’Anatolie, II, 131-189.

273Qiliğ Arslān enleva Malaṭiya276 et Sīwās277 au prince daniš-mendide Ḏū’l-Nūn. Celui-ci chassé de ses États alla se réfugier chez Nūr ad-Dīn, où vinrent le retrouver Ḍiyā ad-Dīn Mas‘ūd b. Kifğaq de Malaṭiya et les émirs de Mağdal. Tous furent traités avec une large hospitahté et comblés de cadeaux par le souverain zenguide.

  • 278 SN, 119-120.
  • 279 Chalandon, 495-497.
  • 280 Horten, art. Falsafa, dans ΕΙ, II, 51-55.

274Le souverain de Syrie promit son appui à Ḏū’l-Nūn ; il envoya tout d’abord un message à Qiliğ Arslān pour l’inviter à restituer ses biens au prince Danišmendide. Cet ultimatum fut rejeté et Nūr ad-Dīn put alors déclarer la guerre à un État musulman ; c’était une nécessité conforme à l’intérêt de l’Islam, puisque le pays servait la cause des Infidèles. Tandis que le prince arménien Mleh entrait en campagne en Cilicie, dont il connaissait bien la topographie, Nūr ad-Dīn attaquait les possessions seldjouqides sur la rive droite de l’Euphrate. Il prit Marzubān, Kaysūn et Bahasnā278. Tandis qu’un détachement syrien s’emparait de Sīwās, Nūr ad-Dīn, après avoir franchi le nahr Ǧayhūn (actuel Āk-Su), arrivait au pied du Taurus et, le 20 ḏū’l-qa‘dā 568/3 juillet 1173, occupait Mar‘aš279. Le Sultan de Konya, dès l’ouverture des hostilités, s’était replié à l’intérieur de ses États, derrière la chaîne du Taurus, laissant la frontière syrienne pratiquement dégarnie. Assez rapidement Qiliğ Arslān demanda la paix à Nūr ad-Dīn ; dans ses propositions le sultan offrait de livrer Sīwās à Nūr ad-Dīn en échange de Malaṭiya, place qui, elle, était toute proche de l’État seldjouqide. Nūr ad-Dīn posa alors quelques conditions à Qiliğ Arslān. Il reprochait au maître de Konya d’être non seulement en paix avec les Byzantins mais encore de traiter avec eux, il lui demandait de renouveler sa profession de foi musulmane le considérant comme trop acquis aux doctrines de la falsafa280. Il l’invitait à relācher les prisonniers faits précédemment dans la région de Malaṭiya et de participer activement à la Guerre Sainte, soit en lui envoyant un contingent pour combattre les Francs, soit en intervenant personnellement contre Byzance. Enfin Nūr ad-Dīn demandait au Seldjouqide de marier sa fille à Sayf ad-Dīn Ġāzī, le prince de Mossoul. Cette union devait à ses yeux sceller la bonne entente entre la famille zenguide et la maison seldjouqide de Konya.

275La paix fut conclue sur ces bases. Nūr ad-Dīn confia à Faḫr ad-Dīn ‘Abd al-Masīḥ la ville de Sīwās qu’il venait de prendre. L’émir s’y installa en qualité de représentant du souverain de Syrie tandis que Ḏū’l-Nūn conservait le commandement de l’armée. Sīwās restera au pouvoir de Nūr ad-Dīn jusqu’à sa mort, puis Qiliğ Arslān la récupérera.

  • 281 Guide Bleu, Turquie, 336-337.

276Dès qu’il apprit qu’un accord était intervenu entre Qiliğ Arslān et Nūr ad-Dīn, Manuel Comnène se manifesta, il s’avança jusqu’à Ala-Şehir281 et demanda des comptes au Sultan de Konya ; celui-ci, craignant d’être envahi par l’armée byzantine, donna des explications apaisantes et assura le Basileus de sa fidélité.

F. NOUVELLE INVESTITURE DE NŪR AD-DĪN

  • 282 Voir Kāmil, IX, 119 = HOC, I, 589 ; HOC, I, 43 ; art. Ildegiz, dans ΕΙ, II, 493-494.

277Tandis que Nūr ad-Dīn était occupé à régler son différend avec Qiliğ Arslān il apprit la mort de l’atabeg Ildegīz qui, à Hamaḏān, avait été le véritable maître de la dynastie des Seldjouqides d’Orient282.

278Nūr ad-Dīn, pour bien marquer son indépendance à l’égard des grands Atabegs, envoya en ambassade, auprès du calife de Bagdad, son fidèle conseiller Kamāl ad-Dīn Abū’1-Faḍl Muḥammed b. ‘AbdAllāh aš-Šahrazūrī, grand cadi des États zenguides et surintendant des waqfs et de la Trésorerie.

  • 283 Plaine alluviale au sud de la Djéziré ; voir Le Strange, Lands, 29.

279Le messager mit en valeur le dévouement de Nūr ad-Dīn au califat de Bagdad. Il rappela la restauration sunnite en Égypte, exposa les difficultés de la lutte victorieuse menée contre les Infidèles. Pour les services rendus à la cause de l’Islam sunnite, Nūr ad-Dīn sollicitait un diplôme l’investissant de tous les territoires où sa souveraineté était alors reconnue, soit la Djéziré, Mossoul, Irbil, la Syrie et l’Égypte, et des régions qui reconnaissaient son autorité comme le Diyàr Bakr et les pays bordant au sud-est le Sultanat de Konya. Il demandait aussi l’attribution d’un fief qu’avait détenu Zengī dans le Sawād d’Iraq283 et souhaitait obtenir un terrain sur les bords du Tigre à Bagdad pour y bâtir une madrasa qui était prévue pour le maḏhab chaféite mais elle ne fut jamais construite car le prince zenguide mourut avant d’avoir pu la commencer.

280Le cadi Kamāl ad-Dīn reçut un excellent accueil à la cour de Bagdad et obtint tout ce que demandait son souverain. En investissant solennellement Nūr ad-Dīn des régions qu’il occupait, le calife enlevait aux successeurs des grands Seldjouqides toute autorité sur les pays situés à l’ouest du Tigre.

G. NOUVELLE DÉROBADE DE SALADIN A KERAK284

  • 284 Kāmil, IX, 121 = HOC, I, 587-593 ; Atabegs, 293 ; KR, 206 ; HOC, IV, 156 ; G. de Tyr, XX, xxvi, 35 (...)
  • 285 Voir plus haut, page 675.

281Amaury s’était rendu à Antioche avec l’intention d’aider Bohémond III à punir l’arménien Mleh de ses attaques contre les frontières de la principauté et les villes byzantines de Cilicie ainsi que pour venger l’affront fait à Étienne de Blois285. Nūr ad-Dīn mit à profit cette absence du roi pour organiser l’attaque du pays d’Outre-Jourdain. Il lui fallait s’emparer de Kerak et de Šawbak qui barraient la route entre l’Égypte et la Syrie, entravaient le trafic des caravanes et gênaient le Pèlerinage. Il était nécessaire aussi de rallier les nomades dont un grand nombre n’hésitait pas à servir d’auxiliaires ou de guides aux Francs.

  • 286 Kāmil, IX, 111.
  • 287 Frappés au nom du calife abbasside et de Nūr ad-Dīn, soulignant l’autorité de celui-ci sur l’Égypt (...)
  • 288 Peut-être parce qu’à cette époque Nūr ad-Dīn venait de relâcher Raymond de Tripoli moyennant une r (...)
  • 289 Maqrīzī, trad. Blochet, ROL, 1900-1901, 509-510 ; Grousset, 593, n. 1.

282Après son départ brusqué l’année précédente lorsqu’il avait laissé Nūr ad-Dīn seul devant Kerak, Saladin avait multiplié les excuses. Il avait adressé à son souverain une lettre rédigée par le célèbre Qāḍī al-Fāḍil qui, en 566, avait succédé au cadi Ibn al-Ğallāl à la tête des services de la chancellerie286. Il y faisait des déclarations de soumission et d’obéissance et se disait prêt à entrer en campagne au premier ordre de son maître. Ce message était accompagné de magnifiques présents prélevés sur le trésor des califes fatimides : il y avait de fort belles pierres précieuses dont un béryl, un jaspe, trois rubis balais du Balahsān, dont le plus gros pesait trente miṯqāls, le second dix-huit et le troisième un peu moins ; il y avait des perles, des chefs-d’œuvre d’orfèvrerie et soixante mille dinars287. Quand le messager arriva chez Nūr ad-Dīn, celui-ci le pria de remercier son maître mais déclara qu’il n’avait nul besoin de ses pièces d’or288. C’est vers cette époque aussi que Nūr ad-Dīn avait donné à Saladin l’ordre écrit de supprimer tous les mukūs qui frappaient abusivement les habitants du Caire. En réponse aux divers messages de son lieutenant en Égypte le souverain de Syrie envoya au Caire Muwaffaq ad-Dīn Ḫālid Ibn al-Qaysarānī, le directeur du bureau des recettes (diwān al-istifā’) avec mission de contrôler le cadastre et de recenser les ressources financières du pays afin de pouvoir fixer le montant de la redevance annuelle que devait lui verser son représentant en Égypt289

  • 290 Marmardji, 81 ; GB, Moyen Orient, 641.

283Mettant à l’épreuve la bonne volonté de Saladin, Nūr ad-Dīn convint avec lui d’aller, à la première occasion, assiéger Kerak. L’émir ayyoubide partirait du Caire tandis que Nūr ad-Dīn le rejoindrait au jour fixé pour le rendez-vous. Le signal du départ fut donné à la mi-šawwāl 568/30 mai 1173. Saladin quitta l’Égypte avec toute son armée et, après une marche rendue pénible par la chaleur qui sévissait en cette saison, arriva devant Kerak qu’il assiégea. La place appartenait alors à Étiennette de Milly dont le mari, Miles de Plancy, se trouvait à Antioche avec Amaury. Ce fut le vieux connétable Onfroy de Toron, père du premier mari d’Étiennette, qui rassembla toutes les forces disponibles dans le royaume de Jérusalem pour venir dégager la garnison bloquée. Saladin menait le siège depuis quelque temps déjà lorsque Nūr ad-Dīn, qui savait que son lieutenant s’était rendu à Kerak mais qui venait seulement de régler les relations avec Qiliğ Arslān de Konya, franchit la frontière méridionale de ses États en ḏū’l-ḥiğğa 568/ fin juillet 1173. Lorsque Saladin et ses proches apprirent que l’armée zenguide était parvenue à ar-Raqīm290 à deux journées de Kerak, ils furent saisis de frayeur. Assez rapidement, ils tombèrent d’accord pour retourner en Égypte. En effet, si la jonction avec Nūr ad-Dīn se réalisait, le royaume de Jérusalem ne devait pas résister longtemps à la pression musulmane, surtout en l’absence d’Amaury, mais il n’était pas dans l’intérêt de Saladin de voir disparaître un État-tampon entre Nūr ad-Dīn et lui. D’autre part, le souverain pouvait faire comparaître Saladin devant lui et le destituer sur-le-champ. Un prétexte inespéré put justifier aux yeux de Saladin la retraite : l’annonce du très mauvais état de santé de Nağm ad-Dīn Ayyūb.

284L’armée d’Égypte s’éloigna de Kerak et prit le chemin du retour. Pour expliquer ce départ et s’en excuser Saladin envoya auprès de Nūr ad-Dīn son fidèle jurisconsulte kurde ‘Īsā al-Hakkārī avec de précieux cadeaux dont un onagre d’Égypte qui devait susciter en Syrie la curiosité d’un nombreux public. Le message informa le souverain que l’émir Nağm ad-Dīn Ayyūb, à qui son fils avait confié les affaires de l’État en son absence, se trouvait dans un état grave et que Saladin craignait, qu’en cas de décès de son père, le pays n’échappe à l’autorité de Nūr ad-Dīn et ne s’écarte de la Sunna. Nūr ad-Dīn bien qu’il ait été vivement contrarié ne manifesta aucun mécontentement à l’ambassadeur. Gardant tout son calme, il feignit d’être dupe et déclara comprendre les raisons de ce départ, il ajouta même que la sauvegarde de l’Égypte était à ses yeux plus importante que toute autre chose. En son for intérieur, le prince zenguide décida dès ce moment d’aller occuper lui-même l’Égypte au printemps suivant.

  • 291 Voir Bibliographie, dans Elisséeff, Monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 5-43.

285Par le geste de Saladin, le royaume de Jérusalem venait d’obtenir un sursis de quatorze ans et Nūr ad-Dīn ne devait pas voir placer à la Mosquée al-Aqṣā le minbar de bois qu’il avait fait sculpter à Alep, en ex-voto, pour commémorer le retour de la Ville Sainte à l’Islam291. Il ne restait plus cette fois au souverain zenguide qu’à se replier car il savait ne pas pouvoir résister seul aux troupes levées par Onfroy de Toron.

  • 292 KR, 209-210, cite Ibn Abī Ṭayyī pour la biographie ; I.W., Mufarriğ, 230.

286Quand Saladin rentra en Égypte il trouva son père décédé, non pas de maladie mais des suites d’une chute de cheval, le 27 ḏū’l-ḥiğğa/9 août 1173. L’émir Nağm ad-Dīn était un fervent d’équi-tation et ne manquait jamais une séance de polo. C’est au cours d’un exercice d’entraînement que son cheval prit peur et fit un écart qui le jeta à terre. Il survécut une semaine à son accident. Son corps fut inhumé au Caire à côté de la dépouille de son frère Šīrkūh. Deux ans plus tard, leurs restes devaient être transférés à Médine dans une madrasa funéraire construite à leur intention292.

H. LA CONQUÊTE DU YÉMEN PAR TURĀN ŠĀH293

  • 293 Kāmil, IX, 122-123 = HOC, I, 595 ; KR, 216 ; I.W., Mufarriğ, 237-242 ; Mir’āt, VIII, 1, 300-301 ; (...)
  • 294 Sur le Yémen, voir Kammerer, La Mer Rouge, l’Abyssinie et l’Arabie depuis l’Antiquité, t. II ; Les (...)

287Saladin et les siens craignaient que Nūr ad-Dīn ne vienne s’emparer un jour de l’Égypte et ne les en chasse. Ils songeaient alors à acquérir une province qui pourrait éventuellement leur servir de lieu de refuge. Déjà le vizir ayyoubide avait fait une prospection vers la Nubie mais, comme nous l’avons vu, elle avait été décevante. C’est alors que le poète ‘Umāra du Yémen qui se trouvait à la cour du Caire fit un tableau enchanteur de son pays294. La nature n’était pas seule à attirer la famille ayyoubide dans cette région de la presqu’île arabique, il y avait là surtout Zabīd, le grand centre commercial terrestre, et le port actif de ‘Adan où mouillaient les navires en provenance de l’Inde, du Zanzibar et d’Abyssinie ; d’autres venaient du golfe Persique, ils apportaient les produits de l’Oman, du Kirman, de Kiš et du Fars. On prélevait sur ces denrées des droits importants avant de les laisser poursuivre leur route vers Alexandrie. L’occupation du Yémen devait permettre à la famille ayyoubide de bénéficier des riches revenus du commerce de la mer Rouge.

288Le prétexte de cette expédition, à caractère éminemment colonial, fut ingénieux. Depuis 554/1159 un certain ‘Abd an-Nabī ‘Ali b. Mahdī, prince de Zabīd, s’était emparé du Yémen et, fait plus grave, faisait la ḫuṭba en son propre nom. Saladin, habilement, suscita une plainte d’un groupe de Yéménites qui demandaient la ḫuṭba abbasside. La requête fut transmise à Nūr ad-Dīn, avec prière d’en informer le calife de Bagdad, pour savoir quelle conduite tenir à l’égard de ‘Abd an-Nabī. Le calife conseilla de confier la répression à Saladin, et c’est ainsi qu’au début de rağab 569/5 février 1174 le lieutenant de Nūr ad-Dīn envoya une expédition au Yémen sous les ordres de Turān Šāh.

  • 295 KR, 217-218.
  • 296 Kammerer, op. cit., 152.

289L’armée d’invasion traversa la mer Rouge et gagna la Mekke. En ša‘bān/mars 1174, Nūr ad-Dīn envoya avec Mahḏūb ad-Dīn Abū Ḥassān ‘Alī b. ‘Īsā an-Naqqāš un message au calife pour lui annoncer que la conquête du Yémen était commencée. Par le même courrier il faisait parvenir une autre nouvelle : celle de la seconde capture du mégaduc Constantin Coloman qui avait été déjà fait prisonnier près de Ḥārim et libéré ; cette fois la rançon avait été fixée à cinquante-cinq mille dinars et cinquante pièces de brocarts295. Après s’être regroupée en Arabie l’armée ayyoubide d’invasion se dirigea vers Zabīd située entre les ports de ‘Udayda et de Mukka sur la mer Rouge296. Les troupes ayyoubides mirent en déroute les contingents yéménites et purent sans difficultés s’emparer du grand marché terrestre au début du mois de šawwāl/mai 1174. Non seulement les hommes de Turān Šāh firent un important butin mais encore ils réussirent à capturer ‘Abd an-Nabī et sa femme. Turān Šāh remit la ville à un de ses officiers, l’émir Sayf ad-Dawla Mubārak b. Kāmil b. Munqiḏ, l’ancien seigneur de Šayzar, et lui confia son prisonnier avec ordre de se faire livrer ses richesses. Non seulement ‘Abd an-Nabī sacrifia ses propres biens mais encore il remit des sommes importantes qui appartenaient à sa femme.

  • 297 Grohmann (.), art. Ta’izz, dans ΕΙ, IV, 655-657.
  • 298 O. Löfgren, art. ‘Adan, EI2, I, 185-187.

290Après la prise de Zabīd, Turān Šāh se dirigea vers le sud-est, prit Ta‘izz297, importante forteresse de montagne, et vint assiéger ‘Adan298 qui, du côté de la terre, avait de solides défenses. A la suite d’une habile manœuvre, l’armée ayyoubide parvint à pénétrer en ville. Turān Šāh empêcha le pillage et ainsi le grand port put garder intactes ses maisons comme ses riches entrepôts. Maître des deux principaux centres commerciaux du Yémen, Turān Šāh contrôlait l’essentiel des ressources du pays. Il nomma ‘Izz ad-Dīn ‘Uṯmān az-Zangibīlī pour le représenter à ‘Adan. Chacune des places occupées reçut un gouverneur ayyoubide. Partout fut prononcée la ḫuṭba abbasside et le nom de Nūr ad-Dīn y fut associé à celui du calife de Bagdad.

I. RÉAPPARITION DES ASSASSINS299

  • 299 G. de Tyr, XX, xxviii, 357-360 ; Grousset, II, 598-600 ; Runciman, II, 396-397 ; B. Lewis, Sources (...)

291Au début de 569/automne 1173, d’anciens adversaires de l’Islam sunnite en Syrie se manifestèrent de nouveau dans le domaine politique, c’étaient les Assassins ou Bāṭiniens ismā‘īliens.

  • 300 THS, 140.
  • 301 THS, 143.
  • 302 Barthold-Minorski, art. Alamut, dans EP, I, 363-365.
  • 303 Stanislas Guyard, Un grand maître des Assassins au temps de Saladin, JA, 1877, 324-489 ; Ivanow, a (...)
  • 304 Sicaires ismā‘īliens ; cf. Huart, art. Fidā‘ī, dans ΕΙ, II, 103.
  • 305 THS, 124 et n. 6.

292On les avait peu vus depuis le meurtre de Raymond II de Tripoli en 547/1152. Sans action éclatante, les Ismā‘īliens s’étaient consolidés dans la montagne des Nuṣayrīs, entre la mer et l’Oronte à l’est du comté de Tripoli. Ils tenaient en 569/1173 les forteresses de Qadmūs, de ‘Ulayqa, d’al-Kahf300 et de Masyāf301. En 558/1163 on envoya de la citadelle d’Alamūt302 un nouveau dā‘i Nizārī pour la Syrie, c’était Rasīd ad-Dīn Sinān al-Baṣrī, celui qui sera connu sous le surnom de « Vieux de la Montagne »303. Avec lui commença une politique plus active, il réorganisa les fidā‘ī-s304 et ne manifestant aucune hostilité ouverte à l’égard des Francs il leur aurait proposé, si nous en croyons Guillaume de Tyr, une alliance contre l’ennemi juré Nūr ad-Dīn. Le dā‘i reprochait au champion de l’Islam orthodoxe la persécution des Chiites, surtout dans la région d’Alep, et était inquiet de l’intervention syrienne dans la liquidation du califat fatimide du Caire. Une ambassade serait venue trouver Amaury lui proposer une alliance contre l’adversaire commun, par la même occasion elle demanda que l’on supprime le tribut de deux mille besants qu’exigeaient d’eux les Templiers de Ṭarṭūs305. Les ambassadeurs ismā‘īliens furent bien accueillis à la cour de Jérusalem et Amaury, se rendant compte du parti qu’il pouvait tirer de tels alliés, accepta de supprimer cette contribution et dédommagea les Templiers sur ses deniers.

  • 306 Guil. de Tyr, XX, xxix, 359-360 ; THS, 37 et sq.
  • 307 M. Hodgson, The Order of Assassins, 187-188, et n. 1.

293Sur le chemin du retour, les ambassadeurs, munis d’un sauf-conduit d’Amaury, tombèrent dans un guet-apens tendu par Gautier du Mesnil alors qu’ils rapportaient l’accord du roi. Les Templiers, que Guillaume de Tyr n’aimait pas, voulaient, disait-il, à tout prix empêcher un rapprochement et le roi fort contrarié par l’assassinat des messagers demanda raison à l’Ordre ; mais celui-ci, se posant en corps indépendant de la Couronne, refusa de réparer le crime. Le roi réagit vigoureusement, il se rendit à Ṣaydā’ où siégeait le grand maître du Temple306, s’empara du templier criminel et l’enferma à Tyr, puis il écrivit à Sinān pour lui annoncer le châtiment du coupable. Ce geste de bonne volonté aurait permis le maintien de relations amicales entre Francs et Assassins ; à moins que, comme le suggère M. Hodgson, c’eut été la mort de Nūr ad-Dīn qui ait mis fin aux pourparlers307. De toutes façons, les uns et les autres jouèrent un rôle dans le complot qui tentera au Caire de renverser Saladin et d’anéantir l’autorité de Nūr ad-Dīn sur l’Égypte.

J. UN COMPLOT AU CAIRE CONTRE SALADIN308

  • 308 Kāmil, IX, 123-124 = HOC, I, 599-600 ; KR, 219-221 ; I.W., Mufarriğ, 243-248 ; Nuğūm, VI, 70 ; Gro (...)

294Dans le courant de ša‘bān 569/mars-avril 1174 un complot est monté au Caire par les Chiites écartés du pouvoir et par les gens lésés par les Ayyoubides. Ces éléments mettant à profit la tension croissante des rapports de Nūr ad-Dīn avec son subordonné vont chercher à chasser Saladin du Caire et à rétablir le califat fatimide.

  • 309 Voir plus haut, p. 684.
  • 310 H. Derenbourg, Oumara du ϒémen, sa vie et son œuvre, t. II, PELOV, 1904.
  • 311 Sur lui, Ḫarīdat (Miṣr), I, 186-187 ; Šaḏarāt, IV, 235.

295Déjà quelques semaines auparavant le poète yéménite ‘Umāra avait réussi à faire partir Turān Šāh vers le Yémen avec d’importants contingents309, ce qui affaiblissait la position de Saladin au Caire. Le poète ‘Umāra b. Abī’l-Ḥasan était chaféite et, chassé de sa ville de Zabīd vers 550/1155, il avait fait toute sa carrière à la cour des califes fatimides dans le palais viziral310. Ce fut lui le chef du complot, il eut au nombre des conjurés le Kātib ‘Abd as-Samad, un adjoint direct du Qāḍī al-Fāḍil, le qāḍī al-‘Awāris, Abū’l-Qāsim Hibāt Allāh b. ‘Abd Allāh b. Kāmil, dā‘i ad-du‘ā au Caire311. La participation de ce chef des missionnaires ismā‘īliens dénote une reprise de l’activité des Assassins contre le pouvoir de Nūr ad-Dīn. Les conjurés avaient des intelligences dans l’armée, tant parmi les officiers égyptiens que parmi les soldats soudanais. Comptant des partisans au palais même ils avaient l’appui, sinon la complicité, de tous ceux que le nouveau régime brimait.

  • 312 Voir plus haut.

296Pour réussir dans leur dessein les conjurés devaient trouver un appui extérieur destiné à neutraliser Nūr ad-Dīn et à renverser Saladin. Seuls les Francs pouvaient apporter cette aide ; une fois de plus les contacts furent pris et d’importantes sommes furent promises en compensation de l’intervention. Le plan d’action ne présentait aucune originalité, c’était à peu de chose près celui qui avait échoué lors du siège de Damiette312.

297Les Francs devaient envahir l’Égypte et attirer ainsi Saladin et le gros de ses troupes en dehors du Caire. Une fois en campagne, Saladin aurait eu à faire face aux Francs pendant que les partisans des conjurés auraient attaqué ses arrières. En revanche si Saladin ne quittait pas le Caire il ne serait pas difficile de s’assurer de sa personne car, depuis le départ de Turān Šāh, il n’avait plus l’appui de troupes fidèles suffisantes. Tout était préparé pour la restauration fatimide et un gouvernement clandestin fut même constitué, mais le poste de vizir suscitait de graves dissensions entre les descendants d’Ibn Ruzzīk et ceux de Šāwar qui, les uns et les autres, estimaient avoir des droits à cette fonction.

  • 313 Kāmil, IX, 123.

298Lorsque tout fut mis au point les conjurés envoyèrent un message non seulement à Amaury mais aussi, en Sicile, à Guillaume II le Mauvais. Le souverain de la grande île était invité, pour la première fois, à participer à une action conjointe contre le pouvoir établi en Égypte. On prévoyait en effet une attaque de la marine siculo-normande contre Alexandrie, tandis que les Francs de Jérusalem, qui connaissaient bien le terrain, devaient marcher sur Damiette. Amaury envoya alors au Caire un ambassadeur avec mission officielle de saluer Saladin, mais la raison profonde de ce voyage était une prise de contact avec les conjurés. Informé par ses agents en pays franc, Saladin eut connaissance du véritable but de ce déplacement. Il adjoignit donc à l’ambassadeur un Chrétien de confiance, sans doute un Copte ou un Arménien, pour être tenu au courant des faits et gestes du Franc. Le résultat dépassa toutes les espérances car le Franc imprudent, confiant dans son coreligionnaire oriental, l’avait mis au courant de sa mission. Ce ne fut pas la seule source d’information. Ibn al-Aṯīr313 signale parmi les conjurés le jurisconsulte et prédicateur ḥanbalite Zayn ad-Dīn ‘Alī b. Ibrāhīm b. Nağā’ ad-Dimašqī. Celui-ci, lorsqu’il vit que les querelles de personnes se poursuivaient au sein du complot, comprit que le projet ne pouvait qu’échouer. Aussi, pour se sauver, décida-t-il de tout raconter à Saladin.

299Mis au courant, Saladin réagit brutalement et de façon sévère ; en effet, bien que l’on ait été au mois de ramaḍān, tous les principaux complices de ‘Umāra furent arrêtés, torturés puis exécutés et mis en croix le samedi 2/6 avril 1174. Toutefois malgré l’échec du complot, l’escadre normande se présenta avec ses six cents voiles devant Alexandrie à la fin de ḏū’l-ḥiğğa 569/fin juillet 1174. Cette arrivée coīncida avec une tentative désespérée de Kanz ad-Dawla qui se souleva à Assouan. La répression fut sanglante, on pourchassa partout les derniers descendants des Fatimides pour éviter tout soulèvement en faveur de cette dynastie.

  • 314 Citant Ibn Abī Ṭayyī, Abū Šāma (KR, 219) énumère les cadeaux envoyés avec ‘Īsā al-Hakkārī.

300Dès que Saladin eut étouffé le complot il adressa à Nūr ad-Dīn une lettre rédigée de la main d’al-Murtaḍā b. Qurayš pour lui donner tous les détails de l’affaire. La lettre était accompagnée de nombreuses pierres précieuses prises dans le Trésor du calife314. Le destinataire, Nūr ad-Dīn, ne put prendre connaissance du message car celui-ci parvint à Damas le jour même de mort.

IX. LA DERNIÈRE ANNÉE DE NŪR AD-DĪN : 569/1173-1174

  • 315 Honigmann, art. Rūm Kal’a, dans ΕΙ, III, 1256-1259.
  • 316 Michel le Syrien, III, 353 ; KR, 215 = HOC, IV, 159.
  • 317 Art. Djizya, EL2, II, 573-576.

301Tandis qu’au Caire se déroulaient les événements dont nous venons de parler, Nūr ad-Dīn se trouvait dans le Nord de la Syrie. Le 26 ḏū’l-ḥiğğa 568/8 août 1173 le Cathohkos de Rūm Qal‘ā mourait et son jeune neveu était désigné pour lui succéder. C’est alors que l’aîné des neveux demanda à son beau-frère Mleh de Cilicie d’intervenir auprès de Nūr ad-Dīn pour obtenir de ce dernier un diplôme d’investiture le désignant pour occuper cette importante forteresse sur la rive droite de l’Euphrate315. Le prince zenguide ne refusa pas d’apporter son appui, il réunit même ostensiblement un corps d’intervention pour soutenir son protégé et lui accorda un diplôme d’investiture qui en faisait son lieutenant dans la région. Le nouveau prince mit en prison son rival malheureux et se fit proclamer Catholikos le 25 muḥarram 569/5 septembre 1173 sous le nom de Grigor IV Tala316. Placé à son poste par Nūr ad-Dīn il lui adressa une somme de cinquante mille dinars en guise de ğizya317. Le souverain de la Syrie, heureux d’avoir reçu cette somme, rentra à Alep d’où il comptait regagner rapidement Damas.

  • 318 KR, 216 ; HOC, IV, 159-160.
  • 319 ﺍﻟﺴ ١ﺾﺦ : aṭ-ṭarīq al-mahiya‘ désigne un chemin bien frayé, dégagé. Nous ne pensons pas pouvoir su (...)
  • 320 Qubbat al-Mula‘ib, THS, 209 ; Salamīya, THS, 244 ; nous n’avons pu localiser ce Mašhad. Voir Gaude (...)

302La maladie d’une de ses favorites vint briser la joie de Nūr ad-Dīn et l’affecta profondément318. Il répandit pour elle d’abondantes aumônes et implora Dieu pour sa guérison. Le souverain partit malgré tout vers Damas et fit transporter la malade en litière, avec de multiples précautions, par la route courante319 en passant par Qubbat al-Mula’ib, al-Mašhad et Salamīya320. C’est dans cette ville que Nūr ad-Dīn apprit la nouvelle d’une attaque franque contre le Hauran. Il partit alors à bride abattue vers le sud pour repousser les envahisseurs, mais ceux-ci se replièrent sans combat et Nūr ad-Dīn put regagner Damas.

303Le prince zenguide commença alors à s’occuper activement des préparatifs en vue d’une expédition contre l’Égypte. Nous avons vu combien Nūr ad-Dīn avait été irrité par l’attitude de Saladin à l’égard des Francs qu’il n’attaquait jamais en force et comment, pour mettre fin à ce qu’il considérait comme une forme de rébellion larvée, il avait décidé de se rendre personnellement au Caire en ce printemps de 569.

  • 321 Kāmil, IX, 124 = HOC, I, 602 ; Atabegs, 292 ; I.W., Mufarriğ, 258-259.

304Il s’adressa aux différentes régions de son empire pour obtenir des troupes. De Mossoul, de Djéziré et du Diyār Bakr, il reçut des promesses d’aide. Son neveu Sayf ad-Dīn Ġāzī avait quitté Mossoul à la tête d’une armée importante dont l’avant-garde était placée sous le commandement de l’eunuque Sa‘d ad-Dīn Kumuštakīn, gouverneur de la citadelle de Mossoul321. Dans son plan, Nūr ad-Dīn laissait en Syrie face aux Francs les troupes venues de Djéziré sous le commandement de Sayf ad-Dīn Ġāzī et partait lui-même avec ses fidèles escadrons turcomans vers l’Égypte. Les préparatifs progressaient et le départ était prévu après le mois de ramaḍān/ 5 avril-4 mai 1174.

305Le jour de la fête de la rupture du jeûne, Nūr ad-Dīn fit circoncire son fils aṣ-Ṣāliḥ Ismā‘īl, il se livra ce jour-là à son habituel entraînement équestre au Mīdān Vert de Damas, il y avait même fait dresser une tente où l’on plaça un minbar sur lequel le cadi de l’armée Šams ad-Dīn Ibn al-Farrās put lire la ḫuṭba.

A. LA MORT DE NŪR AD-DĪN

  • 322 Kāmil, IX, 124 = HOC, I, 602 ; Atabegs, 292-293.
  • 323 Sur ce médecin, voir Ibn Abī ‘UṢaybi‘a, II, 201.

306Peu de jours après les fêtes de la fin de ramaḍān, Nūr ad-Dīn tomba malade. Ibn al-Aṯīr, dans le Kāmil, raconte une anecdote prémonitoire. En effet le 2 šawwāl/6 mai 1174, Nūr ad-Dīn se trouvait sur le Mīdān Vert avec l’émir Ḥusām ad-Dīn Mawdūd qui avait été gouverneur d’Alep au début du règne de son souverain. L’émir dit à brūle-pourpoint : « Dieu sait si nous nous trouverons encore ensemble ici l’année prochaine ou bien non ! » Et Nūr ad-Dīn reprit : « Ne parle pas ainsi, dis plutôt : grâce à Dieu ! qui sait si nous nous trouverons encore ensemble dans un mois ou non ! »322. Ni l’un ni l’autre ne survécurent un an à cet échange de propos. Nūr ad-Dīn tomba malade et fit appeler, selon Ibn al-Aṯīr, le médecin qu’il avait à son service Ğamāl ad-Dīn Yūsuf b. Haydara ar-Raḥabī ad-Dimašqī323 et un autre docteur. Ils furent introduits dans une petite pièce du palais que Nūr ad-Dīn avait fait construire dans la citadelle de Damas. Le mal avait atteint le prince à la gorge pendant qu’il faisait ses dévotions et s’aggrava rapidement au point que l’on percevait à peine ses paroles. Le docteur ar-Raḥabī déplora que l’on ait tardé à le faire venir car la maladie avait atteint un stade inquiétant. On réussit à transporter le malade dans une pièce mieux aérée et plus éclairée. Les médecins recommandèrent de pratiquer une saignée mais Nūr ad-Dīn s’y refusa, on essaya alors un autre traitement, mais en vain. Et le mercredi 11 šawwāl 569/15 mai 1174, n’ayant pas atteint la soixantaine, al-Malik al-‘Ādil Nūr ad-Dīn Maḥmūd b. Zengī, souverain de Syrie, de Djéziré et d’Égypte et dont le nom était cité dans la ḫuṭba des Villes Saintes et jusqu’au Yémen, mourut d’une grave angine, était-ce une amygdalite ou une angine diphtérique ?

  • 324 Elisséeff, Monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 24, n° 54.

307Il fut d’abord inhumé à la citadelle, puis on transféra son corps dans la madrasa funéraire qu’il avait fait bâtir au marché des Vanniers au sud-ouest de la Grande Mosquée des Omeyyades à Damas324. Le tombeau est de nos jours encore l’objet de la vénération populaire et plus d’une femme parcourant le Souk aux Étoffes s’arrête devant la fenêtre qui donne sur la rue et, avant de poursuivre ses emplettes, y récite la Fātiḥa.

B. LA SUCCESSION DE NŪR AD-DĪN

308A la mort de Nūr ad-Dīn on récitait la prière en son nom et au nom du calife abbasside du Tigre au Nil et du Diyār Bakr au Yémen. Tous les pays musulmans du Proche-Orient reconnaissaient la suzeraineté du prince zenguide.

  • 325 HOC, III, 697, extrait de la Bugiyat d’Ibn al-‘Adīm.
  • 326 KR, 161.

309Le lourd héritage d’un empire musulman unifié échut à son fils al-Malik aṣ-Ṣāliḥ Ismā‘īl, un garçon de onze ans325. D’après Ibn Ibn Ṭayyī326, les émirs et les dignitaires lui prêtèrent serment à Damas, ils s’engagèrent à défendre la cause zenguide, jurèrent de résister à Saladin et d’arrêter ses partisans. L’émir Šams ad-Dīn Muḥammad b. ‘Abd al-Malik, connu sous le nom d’Ibn al-Muqaddam, fut nommé administrateur de l’empire au nom d’aṣ-Ṣāliḥ.

  • 327 KR, 178.

310Rapidement les esprits sont gagnés par l’inquiétude du lendemain, chacun trahit son voisin, ou arrête un collègue, l’anarchie gagne partout en Syrie327. Deux hommes paraissent alors capables de rétablir l’ordre : Sayf ad-Dīn Ġāzī, souverain de Mossoul, et Saladin, lieutenant de Nūr ad-Dīn au Caire.

  • 328 Atabegs, 295 ; HOC, IV, 607 ; Barhebraeus, (Budge), 303.

311A la mort de Nūr ad-Dīn, son neveu Sayf ad-Dīn Ġāzī, atabeg de Mossoul, réagit pour son propre compte328. Alors qu’il était en marche vers Damas, où l’avait mandé son oncle, il fait demi-tour et s’emploie à occuper solidement la région du Ḫābūr. Dans la vallée du Balīḫ il réussit à prendre Ḥarrān que commandait l’émir Qaymāz al-Ḥarrānī, un affranchi de Nūr ad-Dīn, et se fait livrer ar-Ruhā (Édesse). Enfin Sarūğ et Raqqa tombent aussi en son pouvoir. Le souverain de Mossoul se trouve désormais maître du Diyār Bakr et du Diyār Muḍar, territoire qui s’étend vers l’ouest jusqu’à la rive gauche de l’Euphrate.

  • 329 Cette opération eut lieu en juillet 1174. Voir Bahā’ ad-Dīn Ibn Sad-dād, Sīrat Salāḥ ad-Dīn, 38.

312Saladin, prudent, se réserve l’avenir ; il ne reste certes pas indifférent devant le déchaînement des passions mais ne pouvant quitter l’Égypte à ce moment-là, car il s’attend à un débarquement normand imminent329, il joue la carte du légitimisme zenguide et de l’unité sunnite. Il adresse ses félicitations à aṣ-Ṣāliḥ Ismā‘īl, lui envoie des dinars frappés à son nom et l’informe de ce que la prière en Égypte était faite en son nom. Saladin publiquement reconnaît la suzeraineté du jeune prince zenguide. En apparence, non seulement rien n’est changé aux relations entre le Caire et Damas mais on constate une sensible détente grâce à la reconnaissance du fils de Nūr ad-Dīn par Saladin.

  • 330 D’après Ibn Abī Ṭayyī, dans KR, 161.

313Quinze jours après la mort de Nūr ad-Dīn les Francs, profitant des circonstances qui paralysent les forces armées musulmanes en Égypte et en Syrie, se mettent en marche en direction de Damas. Le roi Amaury met le siège devant Bāniyās dont les défenses sont solides. Šams ad-Dīn Ibn al-Muqaddam quitte Damas avec l’armée groupée par Nūr ad-Dīn. Il a pour instruction d’éviter le combat et de signer la paix330. Avant que les troupes n’entrent en contact le chef damascain attire l’attention du roi de Jérusalem sur le fait que Saladin a quitté, malgré la menace normande, le Caire pour venir dégager Bāniyās. La crainte que la venue de Saladin inspire aux deux adversaires les amène à négocier le renouvellement de la trêve entre Damas et Jérusalem moyennant le versement par les Musulmans d’un tribut en argent et la libération d’une vingtaine de prisonniers francs. Chaque armée rentre chez elle. Saladin en apprenant la nouvelle fut déçu, il se sentit frustré car il avait vu dans cette intervention un prétexte valable et un moyen commode de venir s’établir en Syrie. Il écrit aussitôt aux émirs de Damas pour les blāmer d’avoir signé la trêve avec les Francs et les invite à l’union contre l’ennemi sous la bannière du ğihād.

314D’autre part, ayant appris que Sayf ad-Dīn Ġāzī s’était emparé de toute la rive gauche de l’Euphrate, Saladin reproche vivement à aṣ-Ṣāliḥ Ismā‘īl d’avoir perdu une partie de l’héritage paternel et de ne l’avoir pas appelé à l’aide pour sauvegarder l’intégrité du territoire.

315A Damas, Saladin inspire des sentiments divers ainsi qu’en témoigne une réunion d’émirs rapportée par Abū Šāma et à laquelle assistaient les émirs Šams ad-Dīn Ibn al-Muqaddam et Ḥusām ad-Dīn Husayn b. ‘Īsā al-Ğarrāhī ; le cadi Kamāl ad-Dīn aš-Sahrazūrī, qui était kurde comme Saladin, y déclara qu’il fallait consulter Saladin et ne pas l’exclure des conseils, sinon l’ancien lieutenant de Nūr ad-Dīn pourrait prendre le prétexte de son exclusion pour agir contre les émirs réunis à Damas. Ceux-ci craignaient, de leur côté, qu’en permettant à Saladin de prendre part aux délibérations il ne finisse par accaparer le pouvoir. Ibn al-Muqaddam et les autres émirs s’efforçaient de garder al-Malik aṣ-Ṣāliḥ auprès d’eux, voyant dans le soutien accordé à ce prince un moyen de se maintenir en poste, ils empêchaient le jeune souverain de se rendre à Alep où l’invitait Šams ad-Dīn ‘Alī Ibn ad-Dāya, craignant qu’il ne tombe sous la coupe de l’émir. Seule une attaque d’hémiplégie avait empêché cet officier fidèle de Nūr ad-Dīn de venir rendre hommage à Damas au fils du souverain disparu. Ibn ad-Dāya demandait à aṣ-Ṣāliḥ de venir à Alep pour éviter que Sayf ad-Dīn Ġāzī ne franchisse l’Euphrate pour attaquer la Syrie du Nord. La venue du jeune prince permettrait de regrouper les troupes fidèles à Nūr ad-Dīn au nom de la dynastie zenguide et arrêterait l’élan de l’atabeg de Mossoul. Les émirs damascains s’opposèrent à ce départ.

  • 331 Atabegs, 321.

316L’émir Sa‘d ad-Dīn Kumuštakīn, qui avait commandé la citadelle de Mossoul au nom de Nūr ad-Dīn, vint de Djéziré se réfugier à Alep où il se mit au service de Šams ad-Dīn Ibn ad-Dāya. Il tenta d’enlever al-Malik aṣ-Ṣāliḥ à Damas, mais échoua. Il revint une seconde fois et exposa aux émirs l’intérêt qu’il y avait pour tout le monde à ce qu’aṣ-Ṣāliḥ aille à Alep ; les arguments furent convaincants et Kumuštakīn put gagner Alep avec le jeune souverain331. La situation dans la capitale de Syrie du Nord en muḥarram 570/août 1174 était fort confuse, car d’une part les frères Ibn ad-Dāya n’entendaient pas céder la citadelle, les émirs complotaient les uns contre les autres, et d’autre part les Chiites, sous la conduite du cadi Ibn al-Ḫaššāb, manifestaient ouvertement leur hostilité aux Sunnites. Kumuštakīn, après l’assassinat du cadi chiite, mit les frères Ibn ad-Dāya en prison bien qu’ils aient été de fidèles lieutenants de Nūr ad-Dīn et prit la direction des affaires plaçant aṣ-Ṣāliḥ Ismā‘īl sous sa tutelle.

  • 332 La date de rabī‘ II parfois donnée est fausse, car ce mois n’a que 29 jours. Gibb, dans Crusades, (...)
  • 333 Il sera gouverneur de Ba‘albakk jusqu’en 574. En 578, Saladin le nommera gouverneur de Damas où sa (...)

317Ce succès de l’émir turc fit peur aux émirs de Damas qui craignirent le sort des frères Ibn ad-Dāya, ils firent appel à Sayf ad-Dīn Ġāzī qui déclina leur invitation et traita avec son cousin d’Alep sur la base du nouveau statu quo territorial. Se sentant isolés, les Damascains poussèrent Šams ad-Dīn Ibn al-Muqaddam à s’adresser à Saladin dans l’espoir de conserver leur situation. Saladin arriva à Damas le 30 rabī‘ I 570/29 octobre 1174332, la chaleur de l’accueil était en partie due à une abondante distribution d’argent puisé dans le trésor zenguide. Saladin, pour gagner à sa cause les « gens des madrasas » qui lui sont hostiles, va jouer la carte du légitimisme zenguide ; il nomme son frère Tuġtakīn comme gouverneur au nom d’aṣ-Ṣāliḥ, — Ibn al-Muqaddam est alors envoyé comme gouverneur à Ba‘albakk333 —, et part vers le nord contre Kumuštakīn en ğumādā I 570/décembre 1174 ; il passe par Ḥimṣ et Hama et exige qu’Alep lui ouvre ses portes en sa qualité de légitime atabeg d’aṣ-Ṣāliḥ. Saladin ne cache plus son projet d’établir son pouvoir aux dépens de la famille zenguide qui n’a pas su maintenir l’unité du royaume.

318Aṣ-Ṣāliḥ appelle les Alépins à l’action contre son « protecteur ». On alla même jusqu’aux expédients courants en louant des assassins recrutés chez les Ismā‘īliens, mais le complot échoua. En revanche la réunion des forces d’Alep avec celles de Mossoul, un sursaut de défense de la famille zenguide, oblige Saladin à se replier sur Damas qu’il conserve en qualité de lieutenant d’aṣ-Ṣāliḥ.

319A la mort de Nūr ad-Dīn, le pouvoir centralisé par lui s’effondra et la belle unité de l’Islam s’est brusquement disloquée. Le processus normal de désagrégation fit éclater l’empire zenguide.

  • 334 Gibb, Achievement, 97.

320Il n’y a plus alors que deux solutions, comme l’a souligné Sir Hamilton Gibb334 : l’absorption de l’empire de Nūr ad-Dīn par une puissance militaire extérieure ou la reconstruction de cet empire sur les fondements de l’unité morale légués par le souverain défunt.

321Saladin put apparaître au début comme ayant adopté la première solution, mais, en fait, il s’attacha à appliquer la seconde. Au début de šawwāl 570/fin avril 1175 il parvint à obtenir du calife de Bagdad l’investiture et de l’Égypte et de la Syrie. Il se montra comme le véritable héritier de son suzerain : il fut le défenseur de l’Islam orthodoxe, rétablit l’unité du pays et reprit en main le ğihād que devait couronner quelques années plus tard la réalisation du rêve de Nūr ad-Dīn, la reprise de Jérusalem sur les Francs.

Notes

1 Kāmil, IX, 68 ; KR, 124 ; Abū’l-Fidā, HOC, I, 33 ; Derenbourg, Oumara, 145 ; Schlumberger, Amaury, 27-28 ; Grousset, II, 446 ; Wiet, HNE, IV, 288-289 ; Runciman, II, 366.

2 Voir plus haut 476.

3 Voir plus haut 496.

4 Voir plus haut, p. 497. Voir la Vie de Ṭalā’ī‘ b. Ruzzīk du cadi al-Ḫubāb, citée par Cl. Cahen, d’après Nuwayrī, dans BIFAO, XXXVII, 1937, 15.

5 Kāmil, IX, 75 ; KR, 124 ; Nuğūm, V, 332 sq. ; I.F., III, 148 r°-149 v° ; Derenbourg, Oumara, 155-180 ; Schlumberger, Amaury, 31 ; Stevenson, Crusaders, 186 ; Grousset, II, 447 ; Wiet, HNE, IV, 289-291 ; Runciman, II, 648.

6 Al-Qāḍī al-Fāḍil sera plus tard secrétaire de Saladin. Sur sa biographie, voir : ΕΙ, II, 647-648.

7 Littéralement : « le fils du Missionnaire » (Kāmil, IX, 75). Ibn Tagri-birdi (Nuğūm, V, 345) dit simplement : un bātinien. De Slane dans sa traduction d’Ibn Ḫallikān (vol. I, 861, n. 8), l’appelle Ibn ar-Rā‘i : le fils du Berger.

8 Ibn al-Aṯīr (Kāmil, IX, 75) précise que Ṭalā’i‘ tua la princesse de sa propre main, ce qui semble peu probable pour un moribond. Ibn Tagribirdī (Nuğūm, V, 345) dit que la princesse ne fut pas tuée et qu’elle remit le manteau du vizirat à Ruzzīk. La version de Derenbourg (Oumara, 167-178) nous a paru la plus vraisemblable.

9 Kāmil, IX, 81 ; Derenbourg, Oumara, 180-187, 215-250 ; Schlumberger, Amaury, 33-34 ; Grousset, II, 447 ; Wiet, HNE, IV, 292 ; Runciman, II, 366-367.

10 Il nous semble que « la campagne méconnue » de 1162 dont parle Derenbourg (Oumara, 204) pourrait être l’ensemble de ces répressions dans le Delta. Voir I. Kratchkowsky, art. ‘Omāra, ΕΙ, III, 1057-58.

11 Kāmil, IX, 81 ; Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, Nawādir (éd. Caire), 28 ; I.F., III, 167 ; Schlumberger, Amaury, 35-36 ; Chalandon, II, 535 ; Derenbourg, Oumara, 255-275 ; Grousset, II, 447 ; Wiet, HNE, IV, 292 ; Runciman, II, 367.

12 Kāmil, IX, 81 ; Derenbourg, Oumara, 275 ; E. Graefe dans ΕΙ, I, 1005 ; M. Canard, art. Dirghām, EI2, II, 327 ; Grousset, II, 448 ; Runciman, II, 367.

13 G. de Tyr, XIX, i, 252 ; ii, 253-254 ; iv, 257 ; Stevenson, Crus., 185 ; Schlumberger, Amaury, 5-16 ; Grousset, II, 436-438 ; J. Richard, 51 ; Crusades, I, XVII, 548.

14 Pour le portrait d’Amaury, voir Guil. de Tyr, XIX, ii, 253-254, repris par Grousset, II, 438-442.

15 Heyd, Histoire du Commerce au Levant, I, 392, sqq.

16 Barhebraeus, 286 ; Derenbourg, Oumara, 151, sqq.

17 Guil. de Tyr, XIX, 258-259 (indique le mois de septembre 1163) ; Barhebraeus, 286 ; Derenbourg, Oumara, 202-204 (donne l’année 1162) ; Chalandon, 535 ; Stevenson, Crus., 185-186 ; Schlumberger, Amaury, 36-42 ; Grousset, II, 448 ; Wiet, HNE, IV, 291 (copie Derenbourg) ; SN, 407 ; Richard, 51-52 ; Runciman, II, 367 ; Crusades, I, XVII, 550.

18 Farāmiya est le nom de l’ancienne Péluse (en copte : Phéroni), elle est située sur l’ancien canal pharaonique du Nil à la mer. Cf. Guide Bleu, Égypte, 324 ; Quatremère, Mém. géogr. et hist., II, 52-99 ; Schlumberger, Amaury, 77.

19 Abū ‘Arūq ou Abū ‘Urūq, aujourd’hui Bīr Abū ‘Arūq dans le Delta Cf. Derenbourg, Oumara, 203, n. 6.

20 Bilbays est située sur la route du Sinaï au Caire, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de cette dernière ville. Cf. Quatremère, Mém. géogr. et hist., t. I, 53-98 ; Schlumberger, Amaury, 40 sq. ; Guide Bleu, Égypte, 333 ; Wiet, art. Bilbays dans EI2, I, 1254.

21 Le Nil, chaque année, grossit à partir du mois de mai pour être étale en septembre et commence à décroître en octobre.

22 Barhebraeus, 287-288 ; Michel le Syrien, III, 324 ; Chr. An. Sr., an. 1474 ; SN, 407 ; Runciman, II, 363-364 ; Crusades, I, XVII, 547.

23 Constantin Coloman, que les textes arabes appellent « le Grec ad-Dūqas », était un jeune prince hongrois au service de l’empereur Manuel. Cf. Schlumberger, Récits de Byzance et des Croisades, 2e série, Paris, 1922, 123-129.

24 Guil. de Tyr, XIX, vii, 262-263 ; Kāmil, IX, 82-83 ; Atabegs, 208-209 ; KR, 127 ; Ibn al-‘Adīm, II, 313-314 ; Barhebraeus, 288 ; Chalandon, 524 ; Van Berchem, Voyage, 161 ; Schlumberger, Amaury, 44-46 ; Grousset, II, 450-452 ; Deschamps, Le Crac..., 118-119 ; SN, 408 ; Runciman, II, 367 ; Crusades, I, XVI, 524. Voir aussi Elisséeff, article Ḥiṣn al-Akrād, dans EI2, III.

25 Cette fuite est reproduite sur une fresque de la chapelle des Templiers de Cressac en Charente. Voir P. Deschamps, La légende de Saint-Georges et les combats des Croisés dans les peintures murales du Moyen-Age, dans Monuments Piot, XLIV, 1950, 109-123 (plus particulièrement 121-123).

26 THS, 101-108.

27 Guil. de Tyr, XIX, vii, 263 ; Kāmil, IX, 83 ; Atabegs, 209-211 ; KR, 127 ; Ibn al-‘Adīm, II, 314-315 ; Chalandon, II, 524 ; Grousset, II, 452 et 459.

28 Atabegs, 210.

29 Nūr ad-Dīn fut le premier à autoriser l’hérédité des dotations. Cf. Maqrizī, Ḫiṭaṭ, II, 216 ; Gaudefroy Demombynes, Syrie..., p. xlvi ; Cl. Cahen, BSOS, XIV, 1952, 38.

30 H. Laoust, Le traité de droit public d’Ibn Taimiya, chapitre des dépenses publiques, pp. 47-58 ; voir plus loin 3e partie, chap. Dépenses.

31 Atabegs, 211. Cette réflexion montre toute l’importance que Nūr ad-Dīn accordait à la prière.

32 Cf. Elisséeff, La titulature de Nūr ad-Dīn d’après ses inscriptions, dans BEO, XIV, 181.

33 Guil. de Tyr, XIX, v, 259-260 ; Atabegs, 216 ; Kāmil, IX, 84 ; KR, 130 ; Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, 29 (édit. Caire), = HOC, III, 42 ; I.F., III, 169 r° ; Ibn al-‘Adīm, II, 316 ; Nuğūm, V, 334 ; Stevenson, 186 ; Derenbourg, Oumara, 283-294 ; Chalandon, 535 ; Schlumberger, Amaury, 46-50 ; Grousset, II, 453 ; Wiet, HNE, IV, 292-294 ; SN, 410 ; J. Richard, 52 ; Runciman, II, 368 ; Crusades, I, XVI, 523 ; XVII, 550.

34 Guil. de Tyr, XIX, v, 260 ; vi, 261 ; Atabegs, 213, 216 ; Kāmil, IX, 84-85 ; Barhebraeus, 288-289 ; Βahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, 29 (édit. Caire) = HOC, III, 43 ; KR, 129-131 ; Ibn al-‘Adīm, II, 316-317 ; Stevenson, 187 ; Derenbourg, Oumara, 294-298 ; Chalandon, 535 ; Schlumberger, Amaury, 50-56 ; Grousset, II, 454 ; Wiet, HNE, IV, 294 ; SN, 410 ; Runciman, II, 368 ; Crusades, I, XVI, 523 ; XVII, 550.

35 Tell Basta, l’ancienne Bubaste, à une soixantaine de kilomètres au nord du Caire. Cf. Guide Bleu, Égypte, 325.

36 Cf. CIA, I, 63.

37 Désigne vraisemblablement l’actuel cimetière des Califes, à l’est du Caire entre la ville et le Muqattam.

38 Guil. de Tyr, XIX, vi, 261-262 ; Atabegs, 216-217 ; Kāmil, IX, 85 ; Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, 29 (édit. Caire) = HOC, III, 43 ; Ibn al-‘Adīm, II, 317 ; Stevenson, 188 ; Derenbourg, Oumara, 304 ; Chalandon, 535 ; Schlumberger, Amaury, 57-60 ; Grousset, II, 454-456 ; Wiet, HNE, IV, 294 ; SN, 410 ; Runciman, II, 368 ; Crusades, I, XVI, 523 ; XVII, 550.

39 Ce maḏhab était aussi le plus répandu en Syrie à l’époque.

40 Guil. de Tyr, XIX, vi, 262 ; Atabegs, 217-218 ; Kāmil, IX, 85 ; KR, 131-132 ; Bahā’ ad-Dīn Ibn Šaddād, 29 (édit. Caire) = HOC, III, 43 ; Ibn al-‘Adīm, II, 317, 321-322 ; Stevenson, 188 ; Chalandon, 535 ; Derenbourg, Oumara, 307-308 ; Schlumberger, Amaury, 61-84 ; 95-98 ; Grousset, II, 457-458 ; Wiet, HNE, IV, 294-295 ; Runciman, II, 368 ; Crusades, I, XVI, 523-524 ; XVII, 550.

41 Pour le détail de l’itinéraire, voir Schlumberger, Amaury, 67-80.

42 Fāqūs, ou Tell Fāqūs, place importante sur un des bras du Nil, à 40 km. au nord-est de Bilbays. Cf. Guide Bleu, Égypte, 327.

43 D’après Guillaume de Tyr (XIX, vi, 262) ce serait Šīrkūh qui aurait le premier demandé la paix.

44 Guil. de Tyr, XIX, viii, 264 ; Atabegs, 219-220 ; Kāmil, IX, 86 (le plus détaillé) ; KR, 133 ; Ibn al-‘Adīm, II, 318 ; Schlumberger, Amaury, 84-85 ; Grousset, II, 459-460 ; SN, 408 ; Runciman, II, 369.

45 Guil. de Tyr, XIX, viii, 264 ; Atabegs, 221 ; Kāmil, IX, 86 ; Schlumberger, Amaury, 86 ; Grousset, II, 461 ; SN, 408.

46 I.W., Mufarriğ, I, 145.

47 Ces primes étaient des anfāl, des parts supplémentaires attribuées dans certaines circonstances par le commandant en chef à des comBaṭṭants. Cf. H. Laoust, Précis de droit d’Ibn Qudama, PIFD, 1950, 273-274.

48 Artāḥ est à 18 km. E.-S.-E. du lac d’Antioche. Cf. Dussaud, THS, 227-228 et cartes X, a 1 et XII, a 3, b 3, non loin du gué de Balanée (SN, 135-136), à côté actuelle Rihāniya.

49 Voir SN, 134-5 et Sourdel, art. ‘Amk, dans EI2, I, 459.

50 Guil. de Tyr, XIX, viii, 264-265 ; Atabegs, 221-223 ; Kāmil, IX, 86 ; KR, 133-134 ; Barhebraeus, 288 ; Ibn al-‘Adīm, II, 319-320 ; I.W., Mufarriğ, I, 143 sq. ; Schlumberger, Amaury, 87-89 ; Grousset, II, 461-464 ; SN, 408-409 ; Uspenskij, III, 289 ; Runciman, II, 369 ; Crusades, I, XVI, 524.

51 SN, actuel Yeni Şehir, 134 ; THS, 227 et sq., 231 et sq.

52 Guil. de Tyr, XIX, viii, 265 ; Atabegs, 223-224 ; Kāmil, IX, 87 ; KR, 134 ; Barhebraeus, 288 ; Ibn al-‘Adīm, II, 321 ; Stevenson, 189 ; Chalandon, 524-525, 528 ; Schlumberger, Amaury, 89-90 ; Grousset, II, 464-465 ; SN, 409-410 ; Runciman, II, 370 ; Crusades, I, XVII, 551.

53 Voir Chalandon, Comnènes, II, xviii, 469 sqq.

54 Jean Axouch, ancien prisonnier musulman converti, vécut à la cour d’Alexis Comnène et eut l’entière confiance de Jean Comnène. Cf. L. Bréhier, Vie et Mort de Byzance, 321.

55 Guil. de Tyr, XIX, ix, 265-267 ; Atabegs, 233-234 ; Kāmil, 87 ; Barhebraeus, 288 ; KR, 139 ; Ibn al-‘Adīm, II, 321 ; I.W., Mufarriğ, I, 146 sq. ; Stevenson, 189 ; Schlumberger, Amaury, 90-91 ; Grousset, II, 466-468 ; Deschamps, Déf. Roy. Jérusalem, 160-161 ; Runciman, II, 370-371 ; Crusades, I, XVI, 524.

56 A propos du siège de Bāniyās les auteurs arabes citent deux anecdotes, l’une à propos de Nuṣrat ad-Dīn, frère cadet de Nūr ad-Dīn, qui aurait été éborgné par une flèche au cours du siège ; pour consoler le blessé le prince lui dit : « Si tu voyais quelle récompense t’attend au Paradis, tu demanderais à perdre l’autre œil » (Atabegs, 234). L’autre au sujet d’une bague à gros chaton de rubis que Nūr ad-Dīn aurait perdue dans la forêt de Bāniyās et qui fut miraculeusement retrouvée dans les buissons. Ces deux anecdotes nous semblent relever davantage du folklore que de l’histoire.
La présence de Nuṣrat ad-Dīn à Bāniyās est signalée par Ibn al-Aṯīr (Kāmil, IX, 87), Ibn al-‘Adīm (II, 32) et Ibn Wāṣil (I, 146). Il nous semble qu’il y a une confusion avec une attaque précédente car, depuis 557/1162, Nuṣrat ad-Dīn se trouvait chez Qiliğ Arslān et était brouillé avec Nūr ad-Dīn.

57 Marmardji, 127-133 ; une des sources de revenu du district était la canne à sucre.

58 Guil. de Tyr, XIX, x, 267-268 ; Atabegs, 224 ; Barhebraeus, 289 ; Michel le Syrien, III, 324 ; Stevenson, 190 ; Chalandon, 531, 535-536 ; Schlumberger, Amaury, 100 ; Grousset, II, 468-471 ; SN, 411-412 ; J. Richard, 52 ; Runciman, II, 370-371 ; Crusades, I, XVII, 551.

59 Voir plus haut, p. 430.

60 Guil. de Tyr, XIX, en 1165.

61 Michel le Syrien (III, 325) dit 100.000 tahégans.

62 Les soieries fabriquées par les ateliers impériaux avaient alors une grande renommée. Cf. L. Bréhier, La Civilisation Byzantine, 213.

63 Michel le Syrien, III, 326 ; Barhebraeus, 289 ; Stevenson, 190 ; Grousset, II, 474-475.

64 Guil. de Tyr, XIX, x, 269 ; Stevenson, 190 ; Grousset, II, 476-477 ; P. Deschamps, Déf. Roy. Jérusalem, 210-215 ; J. Richard, 52 ; Crusades, I, XVI, x, 524.

65 C’est l’actuelle Qal‘at an-Nihā, située à 7 km. au nord de Djezzīn et à 23 km à l’est de Ṣaydā’. Pour la description détaillée de l’installation de cette grotte-forteresse, voir P. Deschamps, Déf. Roy. Jérusalem, 217-220.

66 Guil. de Tyr, XIX, x, 269.

67 Atabegs, 235-236 ; Kāmil, IX, 94 ; Ibn al-‘Adīm, II, 322 ; I.W., Mufarriğ, 148 ; Grousset, II, 477 ; Runciman, II, 371 ; sur le nom, voir Yāqūt, Mu‘ğam al-Buldān, IV, 673 (édit. Wüstenfeld) et Marāṣid al-Iṭṭilā‘, III, 166. Pour la situation, voir Dussaud, THS, 73 et 397 ; GB, Syrie, 49. P. Deschamps, Déf. Roy. Jérusalem, 214-215.

68 Kāmil, IX, 94-95 ; Atabegs, 236 ; KR, 192 sq. ; Chr. An. Syr., 136 ; I.W., Mufarriğ, I, 148-49 ; Grousset, 478 sqq. ; Crusades, I, 552.

69 Kāmil, IX, 94-95 ; Atabegs, 236 ; KR, 192 sq. ; Chr. An. Syr., 136 ; I.W., Mufarriğ, I, 148-49 ; Grousset, 478 sqq. ; Crusades, I, 552.

70 Sur la politique d’Ibn Hubayra, voir H. Laoust, La profession de foi d’Ibn Baṭṭa, CXVII et CXXX, et Idem, Le précis de droit d’Ibn Qudāma, X-XII. Ibn Hubayra mourut en 560/1164-1165.

71 En ṣafar 560/18 décembre 1164-15 janvier 1165 et en rağab 561/ 3 mai-ler juin 1166.

72 HOC, IV, 109 ; Barhebraeus, 290 ; Grousset, II, 480.

73 Guil. de Tyr, XIX, xvi, 275.

74 Guil. de Tyr, XIX, xviii, 276-280, repris par Schlumberger, Amaury 116-125 et Grousset, II, 482-483.

75 Kāmil, IX, 95 ; I.W., Mufarriğ, I, 148.

76 Wiet, HNE, IV, 295.

77 Kāmil, IX, 95.

78 Guil. de Tyr, XIX, xvi, 284.

79 L’ancienne Aphroditopolis ; Guide Bleu, Égypte, 349 ; Kāmil, IX, 95 ; Guil. de Tyr, XIX, xiii, 272 ; I.W., Mufarriğ, I, 149.

80 Guide Bleu, Égypte, 352.

81 Guillaume de Tyr (XIX, xxi, 285) la situe à 8 milles de Fusṭāṭ. Pour le problème de son identification, voir Grousset, II, 488, n. 1.

82 KR, 142.

83 Guil. de Tyr, XIX, XXI, 285.

84 Dans Atabegs et KR, ğumādā I ; dans Kāmil et I.W., ğumādā II ; ce serait alors le 18 avril 1167.

85 HOC, I, 35 ; Atabegs, 237 ; Kāmil, IX, 95 ; HOC, I, 547 ; KR, 143 ; Guil. de Tyr, XIX, xxvi, 292 ; I.W., Mufarriğ, I, 150.

86 Orthographe d’Ibn al-Aṯīr (Kāmil, IX, 95 ; Atabegs, 237), reprise par Ibn Wāṣil (I.W., Mufarriğ, 150). Dans Barhebraeus (291) on trouve Būrġūs, tandis que le traducteur du Kāmil (HOC, I, 547) donne Bazġuš.

87 Bustān, 136-137.

88 Il ne s’agit pas du géographe mort deux ans plus tôt. Peut-être est-ce le même que l’alexandrin nommé Idrīsī qui en 562 résidait à Alep (cf. Cahen, BEO, VII-VIII, 137, n. 1).

89 Kāmil, IX, 95 ; I.W., Mufarriğ, I, 150-151.

90 Guide Bleu, Égypte, 354 ; actuelle Minyat.

91 Guil. de Tyr, XIX, xxvi, 294-296.

92 Tout comme pour certains évêchés, les princes francs sont seigneurs « in partibus » de régions ou de villes reprises par les Musulmans.

93 Kāmil (HOC, I, 519), IX, 95-96 ; Atabegs, 239 ; HOC, I, 35 ; Guil. de Tyr, XIX, xxvii, 296.

94 Voir la description d’Alexandrie par Idrīsī, édition Jaubert, Recueil de la Soc. Géogr., 1836, V, 297-301 ; E. Combe, Alexandrie musulmane, BSRGE, XV, 1927 ; XVI, 1928. Sur le siège, voir Bustān, 136-137 ; I.W., Mufarriğ, I, 151 ; Grousset, II, 493 ; Crusades, 553 ; Piloti, 36.

95 Alexandrie était un des centres commerciaux les plus importants de la Méditerranée, cf. Guest., art. Iskandarīya (al-), ΕΙ, II, 570-574. Voir Heyd, Commerce du Levant, I, 378 sqq. et 383.

96 Marmardji, 14, 202 ; Deschamps, Déf. Roy. Jérusalem, 146, 359, l’appelle Châteauneuf.

97 Guil. de Tyr, XIX, xxx, 301-302 ; Kāmil, IX, 96 ; Bustān, 136 ; I.W., Mufarriğ, 152 ; Barhebraeus, 291.

98 Kāmil, IX, 96.

99 Crusades, I, 554.

100 Heyd, I, 396, dit le Caire.

101 KR, 151, place cet événement en 563.

102 Kāmil, HOC, I, 549 = IX, 96 ; Atabegs, 240 ; I.W., Mufarriğ, 152.

103 Kāmil, HOC, I, 551 = IX, 96 ; I.W., Mufarriğ, 152.

104 Cette ville joua un rôle important dès l’Antiquité ; THS, 80, 84 ; Le Strange, Palestine, 397-398.

105 Kāmil, IX, 96 ; THS, 80 et n. 3 ; CIA, Syrie, I, 2.

106 Al-‘Arima ; THS, 91, 120 ; GB, Syrie, 234 ; I.W., Mufarriğ (153), donne al-‘Uzayma.

107 THS, 91, 96, 120 ; GB, Syrie, 243-244, n. 16, édit. 344 ; Grousset, II, 498.

108 D’après Abū Šāma (KR, 144) Quṭb ad-Dīn et Zayn ad-Dīn ne vinrent de Mossoul rejoindre Nūr ad-Dīn qu’après les raids contre le comté de Tripoli. Ils se seraient retrouvés à Hama pour se diriger vers le sud.

109 THS, 23-25, 307 ; Ibn Djobair (édit. G.D.) 351 ; voir plus haut, 612.

110 Incident des marchandises confisquées aux Musulmans. Cf. Ṣāliḥ b. Yaḥyā.

111 Cl. Cahen, Le Diyār Bakr au temps des premiers Urtukides, JA, 1935, CCXXVII, 259-260 ; Kāmil, IX, 97 ; I.W., Mufarriğ, 153-54.

112 J.H. Kramers, art. Kharput dans ΕΙ, II, 968-969 ; A. Gabriel, Voyages archéologiques en Turquie orientale, 257-260. S’orthographie aussi Ḫartbirt ou Ḫartpert.

113 Ce prince régna de 562 à 581/1167 à 1185.

114 Kāmil (IX, 97) et Atabegs (241) citent l’événement en 562. Le KR (150) place les faits en 563 ; I.W. (Mufarriğ, 153) ne donne pas de date. Sur le site, voir THS, 450, 462, 474 et SN, 117, 155. L’ancienne Hiérapolis se trouve sur la rive droite de l’Euphrate, c’est un point important de la route d’Alep, vers Édesse et l’Iraq. Dans GB, Syrie : Membidj, 165 ; Moyen Orient, 326.

115 Kāmil, IX, 97 ; Atabegs, 241 ; KR, 152 ; I.W., Mufarriğ ; 154 ; Barhebraeus, 292 ; Cl. Cahen, art. Begteginides, dans EI2, I, 1195.

116 T.H. Weir, art. Ḥarrān, ΕΙ, II, 287 ; D.S. Rice, Studies in Mediaval Harran, dans Anatolian Studies, II, 36-84.

117 M. Plessner, art. Sindjar, dans ΕΙ, IV, 454-455 ; GB, Moyen Orient, 602, cité Balad Sindjar.

118 J.H. Kramers, art. Takrīt, dans ΕΙ, IV, 663-664 ; GB, Moyen Orient, 622, cité Tekrit.

119 Atabegs, 242.

120 Streck, art. Irbil, ΕΙ, II, 554-557 ; GB, Syrie, 474.

121 Kāmil, IX, 98-99 ; Atabegs, 244 (dit début 564) ; KR, 152-153 ; I.W., 155 ; Barhebraeus, 293 ; HOC, I, 36 ; HOC, III, 46 ; HOC, IV, 117 ; Hartmann, art. Dja‘bar, dans ΕΙ, I, 1012-13 ; Sourdel, dans EI2, II, 364.

122 R. Hartmann, art. Djabar, dans ΕΙ, I, 1012-1013 ; THS, 454, 491, 522.

123 D’après Abū Šāma (KR, 154) Mağd ad-Dīn avait quatre frères : Bahā’ ad-Dīn ‘Umar, mort le 5 ṣafar 564/9 novembre 1168, Badr ad-Dīn Ḥasan, Šams ad-Dīn ‘Alī et Sābiq ad-Dīn ‘Uṯmān.

124 Plessner, art. Sarūdj, dans ΕΙ, IV, 184 ; SN, 113.

125 Confondues dans Atabegs par Ibn al-Aṯīr et SN, 155-156 ; THS, 522 ; séparées dans Le Strange, 406-407 ; THS, 244, 475.

126 Atabegs, 245.

127 Kāmil, IX, 99 ; HOC, III, 47 sq. ; KR, 154 ; I.W., Mufarriğ, 155.

128 Chalandon, 535.

129 Amaury, sous la pression de l’Église et des barons, avait dû, comme nous l’avons vu, répudier Agnès de Courtenay ; voir p. 570 et Grousset, II, 436.

130 Kinnamos, VI, ix, 278.

131 Grousset, II, 508.

132 Chalandon, 537.

133 Chalandon, 538.

134 Schlumberger, Amaury, 188. Réfutation par Chalandon (538, n. 2).

135 Kāmil, IX, 99.

136 Kāmil, IX, 99 ; Atabegs, 249 ; Michel le Syrien, III, 332-333.

137 Grousset, II, 519.

138 Guil. de Tyr, XX, iv, 318.

139 G. Wiet, HNE, IV, 297.

140 Kāmil, IX, 99 ; Atabegs, 246-247 ; KR, 112-113.

141 Atabegs, 247.

142 KR, 152.

143 Allusion à l’affaire de Qal‘at Ğa‘bar ; v. supra, p. 620.

144 Guil. de Tyr, XX, iv, 317.

145 KR, 167-170.

146 Guil. de Tyr, XX, v, 317-318 ; Kāmil, IX, 99 ; Atabegs, 247 ; KR, 154 ; I.W., Mufarriğ, 157.

147 I.W., Mufarriğ, 157.

148 Kāmil, IX, 99. Il y avait déjà eu de violents incendies en 559/1164 ; voir plus haut, p. 369.

149 Atabegs, 248 ; KR, 154. L’envoi des cheveux est une substitution de personne. Chez les peuples sémitiques, le don des cheveux équivaut au don d’une partie de soi-même (Lods, Israël), 328). Chez les Arabes, l’envoi des cheveux des femmes et des proches parentes à celui dont on réclame des secours est un geste qui équivaut à une abdication totale (Quatremère, Les Asiles chez les Arabes, 340) ; voir Joseph Chelhod, Le sacrifice chez les Arabes, Paris, Adrien-Maisonneuve, 1955.

150 Kāmil, IX, 100 = HOC, I, 556 ; Atabegs, 218 ; HOC, IV, 116.

151 Kāmil, HOC, I, 563 ; KR, 154.

152 Kāmil, IX, 100 ; KR, 155 ; I.W., Mufarriğ, 159.

153 THS, 315, 343.

154 KR, 155.

155 HOC, IV, 114.

156 HOC, I, 153.

157 I.W., Mufarriğ 158.

158 Guide Bleu, Égypte, 327.

159 Kāmil, IX, 100 ; I.W., Mufarriğ, 158.

160 Guide Bleu, Égypte, p. 249 ; Grousset, II, 530.

161 G. de Tyr, XX, ix, 323 ; I.W., Mufarriğ, 161, dit le 4 ; Ibn al-Aṯīr dans Kāmil (IX, 100), indique le mois de ğumādā II. Ce qui est une erreur, car plus loin il situe au mois de rabī‘ II la mort de Šāwar.

162 Grousset, II, 531.

163 KR, 171.

164 KR, 171.

165 Mort en 585/1189. Sur lui, voir I.W., Mufarriğ, 162, n. 2 ; Ibn Ḫalli-kān, III, 165-166.

166 Atabegs, 251.

167 Guil. de Tyr, XX, ix, 323.

168 Atabegs, 251-252.

169 KR, 172.

170 KR, 172 et HOC, III, 47, disent : ad-dabab.

171 Le cimetière d’al-Qarāfa, au sud du Caire. Pour le tombeau de l’imām aš-Šāfi‘ī, voir CIA, Égypte, I, 23 et index.

172 Kāmil, IX, 100 ; I.W., Mufarriğ, 163.

173 Atabegs, 253 ; KR, 172.

174 Kāmil, IX, 101.

175 KR, 172. Ibn al-Aṯīr ne mentionne pas ce détail et ne parle pas de la disparition de Kāmil.

176 I.W., Mufarriğ, 163, dit : Sultan al-Ğuyūš. Texte du diplôme dans Subḥ, X, 80-90.

177 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, II, 301-304. Bâtiment construit par al-Afḍal Šāhin-šah b. Badr al-Ğamālī, devint résidence des vizirs fatimides.

178 HOC, III, 98.

179 Guil. de Tyr, XX, ix, 324.

180 KR, 157 ; I.W., Mufarriğ, 167.

181 Voir H.A.R. Gibb, The Arabic Sources for the Life of Saladin, dans Speculum, vol. XXV, janv. 1950, 58-74.

182 Casanova, Karakouch, MMAF, t. VI, 1893, 447-491.

183 Atabegs, 255-257 ; Kāmil, IX, 101 ; HOC, I, 38 ; KR, 168-173 ; Wiet, HNE, IV, 299 ; Grousset, II, 535 sq.

184 Abū Šāma nous donne (KR, I, 173) une description détaillée de la cérémonie ; voir plus loin 3e partie, le vizir.

185 Le texte du diplôme se trouve dans Qalqašandī, Subḥ al-A‘ša, X, 91-98 ; voir KR, 161 ; I.W., Mufarriğ, 170-171. D’après Runciman, A History of the Crusades, II, 385, n. 2, le texte existe à Berlin en 98 folios longs.

186 Ibn Ḫallikān, II, 329-331.

187 KR, 173.

188 Voir art. Elisséeff, Titulature de Nūr ad-Dīn, BEO, XIV, 167-169 ; I.W., Mufarriğ, 2, n. 1.

189 Cl. Cahen, La Tughra seljukide, JA, 1945, 167-172. Sans doute ce parafe représentait-il un arc et une flèche si l’on se reporte à une monnaie publiée par Lane Poole, Coins, 212 ; voir aussi Cl. Cahen, Correspondance de Ḍiyā ad-Dīn Ibn al-Aṯīr, dans BSOS, XIV, 1952, part. 1, 34-43.

190 Wiet, HNE, IV, 294.

191 Atabegs, 258.

192 I.W., Mufarriğ, 174.

193 Kāmil, IX, 103 ; KR, 178 ; I.W., Mufarriğ, 174-75.

194 Près de Bilbays. Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, III, 2 (édit. Caire, 1326).

195 I.W., Mufarriğ, 176, n. 1. Localité située sur la rive orientale du Nil au nord-ouest du Caire, près du village d’Abū’l-Ġayṭ.

196 Kāmil, IX, 103 ; KR, 178 ; I.W., Mufarriğ, 176.

197 Kāmil, IX, 103.

198 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ (édit. Bulaq, 1270), 19.

199 Sikak, pluriel de sikka.

200 KR, 178. Les Noirs croyaient avoir l’appui du calife car celui-ci de son belvédère dirigeait leur tir contre le palais de Saladin. Mais lorsque Turàn Šāh donna l’ordre d’incendier le Belvédère, al-‘Āḍid, sans attendre la première grenade incendiaire, envoya au-devant de Turàn Šāh un de ses adjoints, le Za’īm ad-Dawla, qui transmit l’ordre du calife de massacrer les Noirs.

201 HOC, I, 90 ; Kāmil, IX, 105 ; Atabegs, 258, repris par Bahā’ ad-Dīn (HOC, III, 49 et 51) et par KR, 180 = HOC, IV, 149 ; Guil. de Tyr, XX, xiii, 328 et sqq. ; I.W., Mufarriğ, 179 sq. ; Chalandon, 535 sq. ; Wiet, HNE, IV, 301 ; Grousset, II, 540 sqq. ; Runciman, II, 384.

202 Chalandon dit Alexis (Comnènes, II, 538).

203 KR, 180. Ces engins comprenaient des mangonneaux, des béliers, des catapultes ; voir Cl. Cahen, Traité d’armurerie, BEO, XII, 1947-1948.

204 Atabegs, 259.

205 KR, 151 (= HOC, 181).

206 Guil. de Tyr, XX, xv, 333 ; Chalandon, 542.

207 Chalandon (544, n. 4) précise le 13 décembre en s’appuyant sur Abū Šāma.

208 Atabegs, 260 ; Schlumberger, Amaury, 282.

209 HOC, IV, 153 ; I.W., Mufarriğ, 183 ; Grousset, II, 551.

210 THS, 88 et n. 5 ; GB, Moyen Orient, 110.

211 HOC, III, 50 ; KR, 180 ; I.W., Mufarriğ, 181, dit al-Ğamdār ; Grousset, II, 552.

212 Atabegs, 260 ; Kāmil, IX, 106 ; KR, 183 = HOC, I, 153-154 (cite Ibn Abī Ṭayyī) ; HOC, III, 51-52 ; I.W., Mufarriğ, 185 ; Runciman, II, 388.

213 Atabegs, 260.

214 Marmardji, 170-173 ; P. Deschamps, Défense du Royaume de Jérusalem, 35-98.

215 Marmardji, 194 ; actuellement en Jordanie, GB, Moyen Orient, 472.

216 KR (183) l’appelle Filib b. ar-Rafīq ; Kāmil (IX, 100), dit Qarib b. ad-Daqīq. L’éditeur des Atabegs (HOC, II, 260) se demande s’il ne s’agit pas de Guermond de Picquigny mais celui-ci étant mort en 1128, il ne pourrait s’agir dans cette hypothèse que de Guermond de Tibériade.

217 HOC, IV, 154 ; THS, 329, 338 sq.

218 HOC, I, 40 ; HOC, IV, 150 ; Kāmil, IX, 108.

219 HOC, III, 50.

220 HOC, 572 ; Kāmil, IX, 106 ; Atabegs, 261 ; KR, 184 ; Guil. de Tyr, XX, xvii, 336-337 ; I.W., Mufarriğ, 185 ; Barhebraeus, 296 ; Runciman, II, 389 ; Grousset, II, 555.

221 Sur les différents travaux consécutifs à ce tremblement de terre, voir N. Elisséeff, Monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XII, 5-43. Sur Ba‘albakk, voir T. Wiegand, Baalbek, t. III, Berlin, 1925.

222 Ou Ba‘rin, THS, 98 sq., 103 sq., 147 sq. Ville située près de l’ancien camp romain de Raphanée.

223 Kāmil, IX, 106 ; Atabegs, 263 ; KR, 186 ; I.W., Mufarriğ, 188.

224 THS, 396, 409.

225 Runciman, II, 389 ; Guil. de Tyr, XX, xxv, 352-354.

226 SN, 150-152 ; Guide Bleu, Turquie : Adana, 446-448 ; Missis, 459-460 ; Tarse, 457-458.

227 Avant-poste d’Antioche vers le nord, ce château commandait le passage du col de Baylān ; THS, 169, 433-436.

228 Kāmil, IX, 107 = HOC, I, 573 ; Atabegs, 264-265 ; HOC, I, 40 ; KR, 186 ; I.W., Mufarriğ, 188 sq. ; Grousset, II, 557.

229 Atabegs, 276.

230 HOC, I, 574 ; Kāmil, IX, 109 ; Atabegs, 276 ; HOC, III, 52 ; I.W., Mufarriğ, 192 ; KR, 187.

231 THS, 487. Il y avait aussi une ville de ce nom qui constituait un carrefour de routes imposantes dans le bassin du Ḫābūr.

232 Pour cette région, voir Sarre et Herzfeld, Archäologische Reise im Euphrat und Tigris. Berlin, 1920-1925, vol. I et II.

233 Plan de Mossoul dans la partie « Topographie » p. 110 et dans Sarre et Herzfeld, Archäologische Reise im Euphrat und Tigris Gebiet, t. II ; voir aussi ibid., chap. VII, 203 et suiv.

234 Sur l’héritage, voir H. Laoust, Précis de droit d’Ibn Qudama, X, 137-160.

235 Kāmil, IX, 110.

236 Michel le Syrien, III. 34 ; Fiey, Mossoul chrétienne, 38.

237 Kāmil, IX, 110, dit Muḥammad al-Mullā.

238 THS, 487, Saladin passera par cette ville en 1182 ; ville citee par kamil, IX, 110.

239 Kāmil, IX, 110 = HOC, I, 577 ; Guil. de Tyr, XX, xviii-xx, 337-342 ; I.W., Mufarriğ, 198-199 ; Grousset, II, 559 sq.

240 Marmardji, 71 ; Deschamps, Défense Roy. de Jérusalem, 15, 21, 236-237 ; Sourdel-Thomine, art. Dārūm, EI2, II, 168, aujourd’hui ruines de Dayr al-Balaḥ.

241 Le port d’Ayla, sous le nom d’Eilath, est encore de nos jours l’enjeu de la lutte entre plusieurs États riverains. Pour l’époque médiévale H. W. Glidden, art. Ayla, EI2, I, 807.

242 Sur ces madrasas, voir K.A.C. Creswell, Origin of the Cruciform Plan of Cairene Madrasa, BIFAO, XXI, 1923, 1-54.

243 Dans l’édition du Kāmil (HOC, I, 577 et IX, 110) : dār al-‘adl, le palais de justice, dont nous ne voyons pas pourquoi il aurait été transformé en madrasa.

244 Il est intéressant de noter qu’à Damas aussi la première madrasa malékite fut bâtie par Saladin.

245 I.W., Mufarriğ, 199, n. 6 ; Creswell, op. cit., 46.

246 I.W., Mufarriğ, 197.

247 Guil. de Tyr, XX, xxi-xxiv, 343-352, description détaillée de la réception des Latins ; Chalandon, 546 sq.

248 HOC, I, 592 = Kāmil, IX, 111.

249 HOC, I, 594 = Kāmil, IX, 113 ; Atabegs, 279.

250 THS, 80 et sq.

251 HOC, I, 41 ; Kāmil, HOC, I, 578 = IX, 111 ; Atabegs, 262 ; KR, 194-195 ; I.W., Mufarriğ, 200 sq. ; Wiet, HNE, IV, 302.

252 Ibn ad-Dubayṯī (édit. M. Ğawād, t. I, 142, n° 278) dit que le premier qui fit la ḫuṭba abbasside s’appelait Šams ad-Dīn Abū’l-Mudā’ al-Ba‘albakkī ; c’est lui que Saladin envoya à Bagdad. Il revint à Damas et y mourut avant la quarantaine en 572 (Bidāya, XII, 297).

253 Voir CIA, Égypte, I, index.

254 Kāmil, IX, 111, 112 ; Atabegs, 286.

255 Atabegs (286) dit : al-ḫuṭūṭ al-mansūba et al-ḫuṭūṭ al-ğīda ; I.W., Mufarriğ, 203.

256 I.W., Mufarriğ, 218 ; I.W., Mufarriğ, 78, n. 3, donne des références sur la biographie de ce personnage.

257 Faragiyya (ۆ ڝ). Dozy, Dict. Noms Vêt., 327-334.

258 I.W., Mufarriğ, 219-220.

259 HOC, I, 42 ; Kāmil, IX, 112-113 = HOC, I, 581 ; Atabegs, 286 ; I.W., Mufarriğ, 221 ; HOC, IV, 155.

260 Gibb, Achievement, 95 ; Gibb, dans Crusades, I, xviii, 565.

261 Kāmil, IX, 113 = HOC, I, 582 ; Atabegs, 286.

262 Atabegs, 287.

263 KR, 207 ; HOC, IV, 158. Abū Šāma parle du Kalb ar-Rūm ; le traducteur du RHOC, IV, parle du prince des Grecs. Il semblerait plus logique de traduire par le « chien des Grecs », allusion à Amaury, proche allié de Manuel à l’époque. Kāmil, IX, 118 ; I.W., Mufarriğ, 226 ; Grousset, 584-585.

264 Marmardji, 88 ; THS, 344, n. 7 ; 375 identifie à l’actuelle Ezra’.

265 Prononciation médiévale : Šamsakīn ; cf. THS, 344.

266 « Source jaillissante », Marmardji, 7.

267 La Terre de Suète des Croisés ; THS, 381-382.

268 « Chute d’eau ». Nous n’avons pu localiser cet endroit.

269 THS, 381 ; Abel, Géographie, 163.

270 Guil. de Tyr, XX, xxv, 354 sq. ; Grousset, 581, 583-584.

271 Kāmil, IX, 119 = HOC, I, 588 ; KR, 215.

272 Kāmil, IX, 118 = HOC, I, 587 ; HOC, I, 42 ; KR, 208-209 ; Wiet, HNE, IV, 310.

273 A. Ehrenkreutz, The crisis of dinar in the Egypt of Saladin, JAOS, 76, 178 sq.

274 H. Derenbourg, Oumara du Yémen, sa vie et son œuvre, Paris, 1904.

275 Kāmil, IX, 120 = HOC, I, 591 ; Atabegs, 290-292 ; HOC, I, 43 ; KR, 213-214 ; I.W., Mufarriğ, 233 ; Grousset, II, 579 ; Runciman, II, 395.

276 A. Gabriel, Voyages archéologiques dans la Turquie Orientale, I, 263-276.

277 A. Gabriel, Monuments turcs d’Anatolie, II, 131-189.

278 SN, 119-120.

279 Chalandon, 495-497.

280 Horten, art. Falsafa, dans ΕΙ, II, 51-55.

281 Guide Bleu, Turquie, 336-337.

282 Voir Kāmil, IX, 119 = HOC, I, 589 ; HOC, I, 43 ; art. Ildegiz, dans ΕΙ, II, 493-494.

283 Plaine alluviale au sud de la Djéziré ; voir Le Strange, Lands, 29.

284 Kāmil, IX, 121 = HOC, I, 587-593 ; Atabegs, 293 ; KR, 206 ; HOC, IV, 156 ; G. de Tyr, XX, xxvi, 354 ; I.W., Mufarriğ, 224-225 ; Grousset, II, 585-593-594 ; Runciman, II, 396.

285 Voir plus haut, page 675.

286 Kāmil, IX, 111.

287 Frappés au nom du calife abbasside et de Nūr ad-Dīn, soulignant l’autorité de celui-ci sur l’Égypte. Voir plus loin, dans la 3e partie, Les monnaies de Nūr ad-Dīn.

288 Peut-être parce qu’à cette époque Nūr ad-Dīn venait de relâcher Raymond de Tripoli moyennant une rançon de quatre-vingt mille dinars. L’argent avait été réuni par le roi de Jérusalem et les Hospitaliers. Il resta toujours à payer un solde de trente mille dinars dont le versement fut annulé à la mort de Nūr ad-Dīn. Cf. Guil. de Tyr, XX, xxvii, 356.

289 Maqrīzī, trad. Blochet, ROL, 1900-1901, 509-510 ; Grousset, 593, n. 1.

290 Marmardji, 81 ; GB, Moyen Orient, 641.

291 Voir Bibliographie, dans Elisséeff, Monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 5-43.

292 KR, 209-210, cite Ibn Abī Ṭayyī pour la biographie ; I.W., Mufarriğ, 230.

293 Kāmil, IX, 122-123 = HOC, I, 595 ; KR, 216 ; I.W., Mufarriğ, 237-242 ; Mir’āt, VIII, 1, 300-301 ; Nuğūm, VI, 69 sq.

294 Sur le Yémen, voir Kammerer, La Mer Rouge, l’Abyssinie et l’Arabie depuis l’Antiquité, t. II ; Les pays de la Mer Erythrée jusqu’à la fin du Moyen Age, chap. VII, 149-176.

295 KR, 217-218.

296 Kammerer, op. cit., 152.

297 Grohmann (.), art. Ta’izz, dans ΕΙ, IV, 655-657.

298 O. Löfgren, art. ‘Adan, EI2, I, 185-187.

299 G. de Tyr, XX, xxviii, 357-360 ; Grousset, II, 598-600 ; Runciman, II, 396-397 ; B. Lewis, Sources for the History of the Syrian Assassins, Speculum, XXVII, 1952, 486 ; M. Hodgson, The Order of Assassins, Gravenhage, 1955.

300 THS, 140.

301 THS, 143.

302 Barthold-Minorski, art. Alamut, dans EP, I, 363-365.

303 Stanislas Guyard, Un grand maître des Assassins au temps de Saladin, JA, 1877, 324-489 ; Ivanow, art. Rashid ad-Dīn Sinān, dans ΕΙ, III, 1200.

304 Sicaires ismā‘īliens ; cf. Huart, art. Fidā‘ī, dans ΕΙ, II, 103.

305 THS, 124 et n. 6.

306 Guil. de Tyr, XX, xxix, 359-360 ; THS, 37 et sq.

307 M. Hodgson, The Order of Assassins, 187-188, et n. 1.

308 Kāmil, IX, 123-124 = HOC, I, 599-600 ; KR, 219-221 ; I.W., Mufarriğ, 243-248 ; Nuğūm, VI, 70 ; Grousset, II, 549-595.

309 Voir plus haut, p. 684.

310 H. Derenbourg, Oumara du ϒémen, sa vie et son œuvre, t. II, PELOV, 1904.

311 Sur lui, Ḫarīdat (Miṣr), I, 186-187 ; Šaḏarāt, IV, 235.

312 Voir plus haut.

313 Kāmil, IX, 123.

314 Citant Ibn Abī Ṭayyī, Abū Šāma (KR, 219) énumère les cadeaux envoyés avec ‘Īsā al-Hakkārī.

315 Honigmann, art. Rūm Kal’a, dans ΕΙ, III, 1256-1259.

316 Michel le Syrien, III, 353 ; KR, 215 = HOC, IV, 159.

317 Art. Djizya, EL2, II, 573-576.

318 KR, 216 ; HOC, IV, 159-160.

319 ﺍﻟﺴ ١ﺾﺦ : aṭ-ṭarīq al-mahiya‘ désigne un chemin bien frayé, dégagé. Nous ne pensons pas pouvoir suivre l’éditeur du KR dans le RHOC, IV, qui considère al-mahiya’ comme un toponyme (159, n. 2), car dans ce cas le mot ṭarīq n’aurait pas d’article.

320 Qubbat al-Mula‘ib, THS, 209 ; Salamīya, THS, 244 ; nous n’avons pu localiser ce Mašhad. Voir Gaudefroy-Demombynes, Syrie, 85, 108.

321 Kāmil, IX, 124 = HOC, I, 602 ; Atabegs, 292 ; I.W., Mufarriğ, 258-259.

322 Kāmil, IX, 124 = HOC, I, 602 ; Atabegs, 292-293.

323 Sur ce médecin, voir Ibn Abī ‘UṢaybi‘a, II, 201.

324 Elisséeff, Monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 24, n° 54.

325 HOC, III, 697, extrait de la Bugiyat d’Ibn al-‘Adīm.

326 KR, 161.

327 KR, 178.

328 Atabegs, 295 ; HOC, IV, 607 ; Barhebraeus, (Budge), 303.

329 Cette opération eut lieu en juillet 1174. Voir Bahā’ ad-Dīn Ibn Sad-dād, Sīrat Salāḥ ad-Dīn, 38.

330 D’après Ibn Abī Ṭayyī, dans KR, 161.

331 Atabegs, 321.

332 La date de rabī‘ II parfois donnée est fausse, car ce mois n’a que 29 jours. Gibb, dans Crusades, I, xviii, 567.

333 Il sera gouverneur de Ba‘albakk jusqu’en 574. En 578, Saladin le nommera gouverneur de Damas où sa famille acquièrera un grand dār près de Bāb al-Farādis (JA, 1894, 284).

334 Gibb, Achievement, 97.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search