Version classiqueVersion mobile

Nūr ad-Dīn. Tome II

 | 
Nikita Elisséeff

Deuxième partie. Le règne de Nūr Ad-Dīn : origines et événements politiques

V. Les années troubles (550-556/1155-1161)

Texte intégral

I. L’ACTIVITÉ DE NŪR AD-DĪN DE 550/1155 A 551/1157

A. LA TRÊVE AVEC LE ROYAUME LATIN DE JÉRUSALEM1

  • 1 Grégoire le Prêtre, CCLXXII, 352 ; Gibb, DC, 322 ; Chalandon, II, 433 ; Stevenson, 174-175 ; Crusa (...)

1Après la prise de Damas, Nūr ad-Dīn avait besoin de plusieurs années de calme pour organiser son nouvel empire et asseoir son autorité. L’étendue de ses États, les ressources et les contingents dont il disposait ne permettaient pas au jeune souverain de soutenir la lutte sur deux fronts. Il cherchera donc à s’assurer la neutralité de ses voisins ; lorsqu’un adversaire se manifestera, Nūr ad-Dīn s’efforcera de l’isoler afin de n’avoir à lutter que contre un seul ennemi à la fois.

2A partir de 550/1155, Nūr ad-Dīn déploya une grande activité diplomatique et son souci fut alors d’éviter que l’Égypte ne soit envahie par les Francs de Jérusalem, ce qui l’aurait obligé à intervenir pour soutenir les Musulmans et lui aurait fait rompre la trêve qui lui permettait d’avoir la paix sur ses frontières méridionales. Dans le nord, il allait chercher à ne pas se heurter aux Francs d’Antioche qui ne pouvaient d’ailleurs présenter de réel danger que s’ils étaient appuyés soit par les Seldjouqides, soit par Manuel Comnène ; il fallait éviter que de telles alliances, bien que fort peu probables, ne se nouent. Chaque fois que le sultan de Konya cherchera à s’agrandir, Nūr ad-Dīn, pour éviter qu’il n’acquierre trop d’importance, interviendra contre les Seldjouqides et apportera son appui aux Artuqides ou aux Danišmendides, adversaires de Konya.

3Pour maintenir la paix avec le Royaume latin de Jérusalem, Nūr ad-Dīn n’hésita pas à continuer de verser le tribut que Damas payait depuis le règne d’Anar. Le 24 rabī‘ I 550/25 mai 1155 la trêve fut reconduite pour un an avec Baudouin III et devait être renouvelée l’année suivante. Si Nūr ad-Dīn souhaitait la paix au sud, c’était pour régler des problèmes intérieurs et surtout pour saisir l’occasion des querelles qui éclatèrent à la mort de Mas‘ūd pour intervenir en territoire seldjouqide.

B. LA SITUATION EN ÉGYPTE EN 550/11552

  • 2 Gibb, DC, 323-324 ; Guil. de Tyr, XVIII, ix, 206-208 ; KR, 97-98 ; I.F., III, 79 v°, 80 r° ; Wiet, (...)

4Baudouin III, qui espérait intervenir en Égypte, voyait ses rêves s’estomper car la situation au Caire semblait s’améliorer depuis l’arrivée au poste de vizir d’un homme énergique : Ṭalā’i‘ b. Ruzzīk.

5Au début de l’année 549, le 29 muḥarram/15 avril 1154, le calife Ẓāfir billāh était assassiné par Naṣr, à l’instigation de son père, le vizir ‘Abbās, et de l’émir syrien Usāma b. Munqiḏ, au cours d’un dîner intime. ‘Abbās fit proclamer calife, contrairement aux règles canoniques fixant l’âge de l’éligibilité à la puberté, un enfant de cinq ans : ‘Īsā, le fils de Ẓāfir, qui reçut le nom de Fā’iz bi Naṣr Allāh. Afin d’éviter une régence possible d’un des membres de la famille, le vizir commit d’autres crimes et supprima deux frères et un neveu du calife disparu. ‘Abbās crut alors son pouvoir fermement établi, mais il oubliait la vindicte des sœurs de Ẓāfir. Elles s’employèrent activement à venger le meurtre de leurs frères et de leur cousin, elles firent appel, pour les aider, au préfet de la Moyenne-Égypte : Fāris ad-Dīn Ṭalā’i‘ b. Ruzzīk.

6Ce dernier marche sur le Caire où éclate à son arrivée une véritable guerre de rues. ‘Abbās, accompagné de quelques fidèles, réussit au milieu de la confusion à s’enfuir avec une partie de ses trésors vers le Sinaī. Cette troupe fut interceptée le 23 rabī‘ I 549/ 7 juin 1154 par des Francs, partis de Gaza ; au cours du combat ‘Abbās perdit la vie et son fils Naṣr fut fait prisonnier, tandis qu’Usāma, avec une poignée de rescapés, parvint en rabī‘ II/ juillet à gagner Damas où il fut accueilli par Nūr ad-Dīn.

7Après la disparition de son adversaire, et conformément à la tradition qui voulait que le vainqueur d’un vizir occupât son poste, Ṭalā’i‘ b. Ruzzīk prit le pouvoir avec le titre d’al-Malik aṣ-Ṣālih. Il engagea des pourparlers avec les Francs pour le rachat de Naṣr, les Templiers qui le détenaient le vendirent pour l’importante somme de soixante mille dinars. Quand Naṣr fut ramené au Caire Ṭalā’i‘ le livra à la colère des femmes de la famille de Ẓāfir, qui, après l’avoir mutilé, battirent le criminel à mort.

  • 3 Gibb, DC, 323 ; KR, 100.

8Ayant besoin d’une période de calme pour rétablir la situation intérieure en Égypte, le vizir Ṭalā’i‘ b. Ruzzīk décida en ša‘bān 550/ octobre 1155, à l’exemple de Nūr ad-Dīn qui était en trêve avec le royaume de Jérusalem, d’entamer des pourparlers de paix avec les Francs. Il offrit de payer, pour obtenir leur non-intervention, un tribut dont le montant devait être prélevé sur le Trésor public et sur la taxe sur les revenus des fiefs tenus par les chefs militaires. Ce fut ce dernier point qui révolta les officiers lorsque le vizir fit sa proposition en séance du Conseil. Les « rebelles », pour mettre fin à tout pourparler et amener une rupture, décidèrent d’effectuer une opération navale pirate contre les Francs. On recruta des hommes parlant la langue franque et on les habilla à la mode occidentale. Les navires allèrent croiser au large des côtes de Palestine, l’un d’eux se présenta dans le port de Tyr sans éveiller l’attention de la capitainerie. Les Égyptiens montèrent à l’abordage d’un navire grec travaillant pour le compte des Francs, le pillèrent puis le brūlèrent et quittèrent le port sans rencontrer d’obstacle3. En mer, ces corsaires firent plusieurs prises et rentrèrent en Égypte avec un abondant butin et de nombreux prisonniers. Rencontrant dans son entourage une opposition marquée à tout accord avec les Francs, Ṭalā’i‘, qui sentait que les émirs étaient prêts à le remplacer, allait chercher à engager des négociations avec Nūr ad-Dīn pour essayer de déclencher des opérations conjuguées contre le royaume de Jérusalem. Nūr ad-Dīn ne prit aucun engagement à l’égard de Ṭalā’i‘, car il voulait maintenir la trêve avec Baudouin pour pouvoir châtier la rébellion de l’émir de Ba‘albakk, pour intervenir dans le nord et profiter des querelles engendrées par la mort du sultan Mas‘ūd pour envahir le territoire seldjouqide.

C. LES OPÉRATIONS MENÉES PAR NŪR AD-DĪN EN 550

a) Ba‘albakk

  • 4 Gibb, DC, 322-323 ; KR, 99 (cite Ibn Abī Ṭayyī) ; Bidāya, XII, 232 ; Runciman, II, 341 ; Crusades, (...)
  • 5 Kāmil, IX, 57.
  • 6 Voir plus loin.

9Avant 549, Ba‘albakk avait été l’apanage de l’eunuque ‘Aṭā’, mais quelque temps avant la prise de Damas par Nūr ad-Dīn, cet émir avait été appelé à Damas pour y occuper un poste important au côté de Muǧīr ad-Dīn Uvaq. La défense de la Biqā‘ fut alors confiée à l’émir Daḥḥāk al-Biqā‘ī. Celui-ci fit des difficultés pour se soumettre à Nūr ad-Dīn lorsque le prince exigea, en 550/1155, la cession de la place qui dépendait du domaine de Damas. Nūr ad-Dīn entendait conserver les liens de vassalité qui unissaient les places de la province de Damas à leur suzerain, aussi n’hésita-t-il pas à envoyer un détachement de l’armée (‘askar) pour réduire le rebelle. Le 7 rabī‘ II 550/9 juin 1155 Daḥḥāk livra Ba‘albakk, et la place fut octroyée à l’émir qui avait dirigé les opérations4. Ibn al-Aṯīr5 rapporte le fait en l’année 552, c’est-à-dire à la date où Nūr ad-Dīn vint personnellement séjourner à Ba‘albakk, avant de partir en campagne contre les Francs de Jérusalem6.

  • 7 THS, 289, 307. C’est dans cette vallée que s’est organisée la religion des Druzes (THS, 392 sq.).
  • 8 J. Sourdel-Thomine, art. Ba‘labakk dans EI2, I, 1000-1001. Pour l’histoire et l’archéologie à l’ép (...)

10La position de Ba‘albakk, située sur la ligne de partage des eaux de la Biqā‘, était importante car la place surveillait la plaine, elle contrôlait la route principale reliant la Syrie du Nord et Ḥimṣ à Damas et au Hauran vers le sud. D’autre part, avec l’ancienne acropole transformée en citadelle dès la conquête arabe, Ba‘albakk servait de base militaire pour les opérations visant à enrayer toute pénétration des Francs dans la Biqā‘, soit par le wādī at-Taym qu’empruntait la route menant à Tibériade par Bāniyās et le lac de Houlé7, soit en venant du comté de Tripoli vers l’Oronte et tendant à couper la route de Ḥimṣ. L’acharnement avec lequel Zengī attaqua Ba‘albakk et le soin qu’il apporta, après son succès, à renforcer les défenses suffit à montrer le prix que l’on attachait à cette place au Moyen Age8.

b) Intervention de Nūr ad-Dīn contre les Seldjouqides de Konya à la mort de Mas‘ūd

  • 9 Gibb, DC, 324-325 ; Michel le Syrien, RHC Syr., I, 347 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXII, 352 ; KR, 10 (...)

11Ayant renouvelé la trêve avec Jérusalem et réglé la question de Ba‘albakk, Nūr ad-Dīn se dirigea vers Alep9. Une trêve conclue aussi avec la principauté d’Antioche lui assurait des relations pacifiques avec les Francs, il pouvait donc sans inquiétude intervenir dans la lutte que se livraient Seldjouqides et Danišmendides autour de l’héritage de son beau-père le sultan Mas‘ūd de Konya, mort en 550/1155.

12Qiliğ Arslān II, qui avait été selon la tradition seldjouqide désigné par son père avant sa mort comme héritier et reconnu par les émirs, accède au pouvoir. C’est un homme énergique et non dénué de sens politique. Il se trouva immédiatement aux prises avec ses deux frères cadets. Qiliğ Arslān en tua un, mais dut engager la lutte contre le second, Šāhinšāh, qui avait reçu de son père la province d’Ankara.

13La situation se compliqua par l’intervention des princes danišmendides dans la lutte. Voisin des territoires relevant de l’autorité seldjouqide, l’aîné des Danišmendides l’émir Yaġi Basān (souvent appelé aussi Ya‘qūb Arslān), prince de Sīwās, avait, avant la mort de Mas‘ūd, sollicité l’aide de Nūr ad-Dīn contre le sultan de Konya. Dès l’avènement de Qiliğ Arslān le prince de Sīwās prit le parti de Šāhinšah et déclara la guerre au nouveau sultan. Les deux armées se rencontrèrent, mais un arrangement, ménagé par les imāms des deux camps, permit d’éviter le combat et d’aboutir à une trêve. Qiliğ Arslān reçut, lui, l’appui des neveux du seigneur de Sīwās : l’émir Ḏū’l-Nūn de Qayṣārīya et l’émir ‘Ayn ad-Dawla Ḏū’l-Qarnayn de Malaṭiya. La trêve dura deux mois à peine et Yaġi Basān ouvrit à nouveau les hostilités en s’em-parant de la région d’Albistān. Le sultan seldjouqide arriva trop tard sur place, l’émir danišmendide avait déjà emmené son butin et ses prisonniers. Qiliğ Arslān finalement signa un accord avec Yaġi Basān car il était pressé d’aller combattre la coalition de son frère Šāhinšah. Il le battit en ša‘bān 550/octobre 1155 à Aksaray.

14L’empereur Manuel, pour qui le danger seldjouqide était menaçant, s’empara alors de quelques places en Isaurie et chercha à se rapprocher de ŠāhinŠāh et de Yaġi Basān.

  • 10 Michel le Syrien, RHC Syr., I, 347.
  • 11 Gibb, DC, 324-325 ; Ibn al-Aṯīr, HOC, 497 ; Grégoire le Prêtre, RHC Arm., I, 182-185 ; Chalandon, (...)
  • 12 SN, 187.

15Pendant ce temps, sur la frontière méridionale du sultanat de Rūm, à quelque quatre cents kilomètres au sud du lieu où se trouvait Qiliğ Arslān, Nūr ad-Dīn, qui avait répondu à l’appel de Yaġi Basān10 avant que celui-ci ne signât la trêve avec son adversaire seldjouqide, s’empara de certaines possessions de Timurtaš, le prince artuqide de Mārdīn, et des places que Qiliğ Arslān possédait sur la rive droite de l’Euphrate et qui auparavant avaient appartenu au comté d’Édesse. Dulūk qui commandait une des voies de passage dans le Kurd Dagh fut prise, ‘Aynṭāb fut occupée ainsi que la région fertile du nahr al-Ğawz, au sud de Marzubān, et l’important point de passage sur l’Euphrate : al-Bīra11. Deux villes, d’anciens évêchés monophysites12 : Ra‘bān et Kaysūn ne se rendirent pas par crainte de représailles de la part des Seldjouqides, après le départ de Nūr ad-Dīn. Lorsque Qiliğ Arslān apprit que son beau-frère Nūr ad-Dīn, au mépris des accords anciens, avait envahi ses territoires, il ne put cacher sa réprobation et lui adressa même des lettres de menace.

  • 13 SN, 117, petit poste d’origine byzantine : Turris Plumbea.

16L’intervention imprévue de Renaud de Châtillon, toujours prêt à l’action, allait modifier les plans de Nūr ad-Dīn. Brisant la trêve conclue, le prince d’Antioche partit ravager le territoire d’Alep. Sans attendre le retour de son souverain, l’émir Maǧd ad-Dīn Ibn ad-Dāya, gouverneur d’Alep, se porta à la rencontre des Francs qu’il battit près de Ḥārim, puis remontant la vallée du ‘Afrīn il enleva les places de Qūruṣ, Rāwanḍān et Burğ ar-Raṣāṣ13 qui commandaient des voies de passage à travers le Kurd Dagh. La nouvelle de l’attaque franque avait amené l’arrêt des opérations engagées sur le territoire seldjouqide et provoqua le retour de Nūr ad-Dīn dans sa capitale du Nord. D’Alep, Nūr ad-Dīn adressa des excuses, toutes fleuries de formules de politesse, à Qiliğ Arslān mais resta sur ses positions et conserva les places qu’il venait de prendre aux Seldjouqides. Après l’échec de Renaud de Châtillon le calme semblait revenu dans la Syrie du Nord et Nūr ad-Dīn regagna Damas pour y passer l’hiver dans un climat moins rigoureux que celui d’Alep.

D. PARTAGE DU TERRITOIRE DE ḤĀRIM EN 551/115614

  • 14 Gibb, DC, 325 ; Kāmil, IX, 49 ; KR, 100-101 ; Ibn al-‘Adīm, II, 303-306 ; Stevenson, 176 ; Grousse (...)
  • 15 Kāmil, IX, 49.

17Si l’on en croit Ibn al-Aṯīr15, Nūr ad-Dīn se serait emparé de Ḥārim après la victoire d’Inab en 545/1149, mais les Francs semblent avoir récupéré la place avant 551/1156 puisque à cette date les troupes d’Alep viennent l’assiéger. Les Francs d’Antioche, sous la conduite de Renaud de Châtillon, multipliaient les escarmouches et commettaient sans cesse des déprédations dans la région d’Alep. Nūr ad-Dīn décida donc de répondre et attaqua en direction de Ḥārim au printemps 551/1156 ; il se proposa même de prendre cette place importante qui servait aux Francs non seulement de poste avancé vers l’est mais aussi protégeait les récoltes de la riche plaine environnante.

  • 16 Gibb, DC, 325-326.

18L’opération semble avoir été menée par l’émir Maǧd ad-Dīn, représentant de Nūr ad-Dīn en Syrie du Nord. Immédiatement une forte colonne de secours s’organisa à Antioche, mais le commandant de la garnison franque de Ḥārim prévint Renaud de Châtillon qu’il pourrait soutenir le siège et recommanda aux troupes d’Antioche de faire traîner la campagne en longueur et d’éviter toute rencontre décisive avec les troupes syriennes. Le 24 ṣafar 551/ 17 avril 1156 Nūr ad-Dīn, qui avait reçu des nouvelles des dévastations commises par les Francs dans le district d’Alep, quitta Damas avec un fort contingent de troupes régulières (‘askar) pour appuyer l’armée du Nord. Cette dernière avait remporté quelques succès locaux et, comme preuves de ces victoires, des têtes franques furent promenées à Damas16.

  • 17 Les démêlés avec Thoros d’Arménie dans le golfe d’Alexandrette. Voir Barhebraeus, 283-284 ; SN, 39 (...)
  • 18 Voir Kāmil, IX, 50 ; Atabegs, 194 ; Ibn al-Adīm, 306.
  • 19 Gibb, DC, 327 ; KR, 103 ; Chalandon, II, 433.
  • 20 Gibb, DC, 327 ; KR, 103 ; Stevenson, 176 ; Crusades, XVII, 539. Grousset (II, 366) laisse supposer (...)

19Lorsque Renaud de Châtillon, préoccupé par d’autres soucis17, apprit l’arrivée de Nūr ad-Dīn en personne avec de puissants renforts, il décida de faire des ouvertures de paix à ce prince On aboutit à un accord qui rétablissait la trêve avec Antioche. Ḥārim restait aux mains des Francs, mais les revenus et les récoltes de son territoire étaient partagés par moitié entre les deux États18. Ce fut somme toute une victoire modeste et l’on peut se demander pourquoi Nūr ad-Dīn n’insista pas davantage pour prendre Ḥārim. Craignait-il une intervention de Qiliğ Arslān aux côtés d’Antioche ? Peut-être, puisqu’en automne il entra en pourparlers avec les Seldjouqides et reprit de bonnes relations avec le sultan de Konya19. Ou bien le prince zenguide redoutait-il une action des Francs de Jérusalem, la période convenue pour la trêve arrivant à son terme. En tout état de cause, Nūr ad-Dīn rentra à Damas le 21 ramaḍān 551/14 novembre 1156 et dans le courant du mois de šawwāl/début 17 novembre, il renouvela la trêve avec Jérusalem. Le souverain de Damas dut verser la somme de huit mille dinars tyriens et la trêve fut reconduite pour un an à compter du mois de ša‘bān/ septembre20.

II. UNE ANNÉE CRUCIALE : 552/1157. REPRISE DES HOSTILITÉS AVEC JÉRUSALEM

A. TENTATIVES DE NŪR AD-DĪN CONTRE BĀNIYĀS

a) Rupture de la trêve par les Francs21

  • 21 Gibb, DC, 327-328 ; Guil. de Tyr, XVII, xii, 210-211 ; KR, 103 ; Stevenson, 177 ; Grousset, II, 36 (...)

20En šawwāl 551/17 novembre-16 décembre 1156, un accord était intervenu, comme nous l’avons vu, entre Nūr ad-Dīn et le roi de Jérusalem pour une trêve d’un an. Mais moins de trois mois plus tard, dans la dernière décade du mois de ḏū’l-hiğğa (3-13 février 1157), brusquement les Francs violèrent l’accord.

  • 22 Guil. de Tyr, XVIII, xi, 211.
  • 23 Sur cette région voir THS, 381 sqq.

21Baudouin depuis sa victoire à Ascalon, était préoccupé par de lourdes dettes, nous apprend Guillaume de Tyr22. Un butin facile s’offrit à lui, il ne put résister et lança une attaque qu’il escomptait fructueuse contre le Ğawlān23.

  • 24 THS, 389 ; GB, Syrie, 382.
  • 25 THS, 387, 390.

22En effet, dans la région au nord-est de Bāniyās24, à la faveur de la trêve et moyennant un tribut qui représentait la moitié des revenus du district, des Turcomans faisaient paître un grand nombre de chevaux et des bestiaux appartenant aux gens de Damas. L’endroit, au pied de l’Hermon, dans un site regorgeant d’eau et ombragé de saules et de peupliers, offrait d’excellents pâturages. Les gardiens et les bergers musulmans se croyaient en sécurité et, forts de la trêve, avaient relâché la surveillance. Baudouin franchit le Jourdain, passa par la plaine à l’ouest de Qunayṭra et lança par surprise ses escadrons vers ‘Ayn aš-Ša’ra25 où ils razzièrent les troupeaux et firent prisonniers les bergers et les gardiens turcomans. Captifs et butin furent emmenés en Palestine où l’on apprécia tout particulièrement les chevaux dont l’armée avait un grand besoin. Ce guet-apens donna un excellent prétexte d’intervention à Nūr ad-Dīn qui souhaitait s’emparer de Bāniyās, citadelle commandant la route de Damas. Rupture de trêve, musulmans prisonniers ; c’étaient là des prétextes suffisants pour intervenir militairement.

b) Réaction de Nūr ad-Dīn

  • 26 Sur le climat voir P. Birot et J. Dresch, La Méditerranée et le Moyen-Orient, II, 257-298. Travaux (...)
  • 27 Gibb, DC, 329. Sur les armes, voir Cl. Cahen, Un traité d’armurerie composé pour Saladin, BEO, XII (...)

23La fin de l’hiver, période généralement pluvieuse et froide même en Syrie du Sud26, ne permettait pas d’opérations militaires de grande envergure dans la région montagneuse de Bāniyās. Dès le retour des beaux jours, dans la deuxième quinzaine de ṣafar 552/ première moitié d’avril 1157, Nūr ad-Dīn songea à organiser une campagne contre les Francs pour les punir d’avoir violé la trêve. Afin de donner toute son importance à cette expédition, le prince convoqua à Damas un grand nombre de chefs militaires. Pour créer le climat psychologique favorable à une opération militaire contre les Francs de Jérusalem, en qui la population de Damas ne voyait pas un ennemi très menaçant, Nūr ad-Dīn usa d’un procédé classique encore employé à une époque toute récente : il organisa une véritable « semaine de l’armement ». A la citadelle de Damas, où se trouvaient l’arsenal et les dépôts, et sur certaines places publiques on exhiba des armes de guerre et des trophées que la population était invitée à admirer. Sans doute les citadins et les paysans de la Ġūṭa pouvaient voir toutes les variétés d’engins lanceurs de traits et la gamme des arbalètes, des engins lanceurs de pierre comme les mangonneaux du genre « pierriers » ou ceux à contrepoids, toutes ces machines étant à traction humaine. Les badauds pouvaient commenter l’efficacité des béliers de guerre destinés à pratiquer des brèches ou celle des tours-abris mobiles, prévues pour donner l’assaut aux créneaux des murailles. Le public pouvait aussi discuter des mérites des divers pièges et notamment ceux des muṯallaṯa, qui équivalaient aux chausses-trappes occidentales27. Nul doute enfin que les Damascains aient été invités à verser leur « contribution volontaire » pour parfaire l’équipement de l’armée.

  • 28 Gibb, DC, 330.

24Sur le plan de la politique internationale, Nūr ad-Dīn continua à ménager le Caire et montra de bonnes dispositions à l’égard de Ṭalā’i‘ dont il fit raccompagner l’ambassadeur, le 2 rabī‘ I/ 15 avril 1151, par l’émir Zayn al-Huğğāğ, porteur de riches présents et d’une lettre pour le vizir égyptien. Ce message ne semble toutefois pas avoir contenu autre chose que des déclarations d’amitié sans aucun plan de coopération militaire effective28.

  • 29 Gibb, DC, 329 ; KR, 107.

25Au lendemain de l’envoi de cette ambassade, le 3 rabī‘ I, Nūr ad-Dīn quitta Damas pour se rendre à Ba‘albakk dont il avait décidé de renforcer la garnison afin qu’elle pūt s’opposer à toute tentative franque venue du nord29.

  • 30 Qal‘at as-Subayba est le nom de la forteresse de Bāniyās dont elle est distante de 2 km. vers l’es (...)

26Nūr ad-Dīn envoya aussi une armée en direction de Bāniyās, sous le commandement de son jeune frère Nuṣrat ad-Dīn Amīr Amirān, car il avait appris que des renforts francs devaient arriver dans la place qu’il convoitait. En effet, le connétable Onfroy de Toron, qui avait la charge de défendre la marche septentrionale du royaume de Jérusalem, ne se sentait pas capable de résister seul à une attaque musulmane sérieuse. N’ayant pas les moyens d’entretenir les défenses de Bāniyās il fit appel aux Hospitaliers, leur concéda la moitié de la ville et leur abandonna la moitié des revenus du district. Il leur confia aussi la forteresse de Subayba (Qal‘at Nimrūd)30.

  • 31 Gibb, DC, 330 donne le chiffre de 700 cavaliers.
  • 32 Massif au nord de Ṣafad, à l’ouest du lac de Houlé ; voir plus haut, Topographie.
  • 33 Marmardji, 115-117.
  • 34 Lieu de campement de troupes au sud de Ṣanamayn, non loin de l’actuel Dillī. THS, 315.
  • 35 Voir plus loin, 3e partie : Armée en campagne, al-Karr wa’l-Farr.
  • 36 Gibb, DC, 330-331 ; KR, 107 ; Guil. de Tyr, XVII, xii, 211-212 ; Grousset, II, 369-370. Peut-être (...)

27Les Hospitaliers se mirent en marche avec leur cavalerie31, accompagnés de gens d’armes, de Templiers et d’auxiliaires musulmans du Ğabal ‘Āmila32 ; la colonne comprenait aussi des chameaux de bât pour les bagages. Pour se rendre du royaume de Jérusalem vers Bāniyās les renforts devaient passer par Ṣafad33, puis ils pouvaient prendre la route sur la rive droite du Jourdain, ils remontaient alors en direction de Ḥūnīn, et passaient le fleuve en amont du lac de Houlé, ou bien après Ṣafad, ils traversaient le Jourdain au gué de Jacob, en aval du lac de Houlé, et se dirigeaient vers Qunayṭra au nord-est ; de là, ils devaient obliquer vers le nord-ouest pour gagner Bāniyās. Il semble que les Hospitaliers aient emprunté le second itinéraire car Nuṣrat ad-Dīn, pour les intercepter, était parti de Rās al-Mā’34, non loin de Qunayṭra. D’autre part, la garnison de Bāniyās avait fait une sortie pour provoquer une diversion au nord-est de ce parcours. Nuṣrat contre-attaqua ; il disposa les Turcs en embuscade dans cette région vallonnée et réussit, le 13 rabī‘ I/26 avril 1157, en pratiquant la manœuvre élastique de la fuite simulée35, à battre les Hospitaliers et leurs alliés et à s’emparer d’un important butin. Trois jours plus tard, les prisonniers et les trophées étaient promenés en cortège à travers Damas. Certains prisonniers furent envoyés au camp de Nūr ad-Dīn à Ba‘albakk où ils furent exécutés36. Après cette défaite, les Hospitaliers renoncèrent à la convention avec Onfroy et lui rendirent la citadelle. Ils ne se sentaient pas capables de tenir ce point stratégique de premier ordre d’où l’on contrôlait, vers le sud, le lac de Houlé et la haute vallée du Jourdain, vers le nord, les pentes de l’Hermon et la plaine de Marğ ‘Uyūn. Onfroy restait seul. L’occasion était propice pour Nūr ad-Dīn de s’emparer de Bāniyās : malgré tous ses efforts il ne parviendra pas à mener à bien son projet cette fois-ci.

c) Intervention de Nūr ad-Dīn contre Bāniyās37

  • 37 Gibb, DC, 333 sqq. ; KR, 107-108 ; Guil. de Tyr, XVIII, xii, 211-213 ; I.F., III, 107 v° ; Grousse (...)
  • 38 THS, 92 sqq. ; plaine dominée par le Crac des Chevaliers.
  • 39 Gibb, DC, 333-334, cité par I.F., III, 108 ro ; KR, 107 ; Guil. de Tyr, XVIII, xii, 212.

28Nūr ad-Dīn résolut donc de profiter de la faiblesse d’Onfroy. Šīrkūh, qui venait de battre un détachement franc dans la Boc-quée38, vint rejoindre son suzerain avec ses escadrons kurdes et turcomans. L’armée mit deux jours pour rentrer de Ba‘albakk à Damas où Nūr ad-Dīn commença immédiatement, le 27 rabī‘ I/ 9 mai, à parfaire son équipement. On sortit de l’arsenal tous les mangonneaux et autres engins de siège disponibles. De nombreux volontaires parmi lesquels figuraient des fuqahā’, des ṣūfīs, des dévots, vinrent grossir les rangs de l’armée. Le dernier jour de rabī‘ I 552/11 mai 1157, Nūr ad-Dīn quitta Damas en direction de Bāniyās. Une semaine plus tard, les troupes musulmanes regroupées prenaient position sous les murs de la place et commençaient un siège en règle. Pour prévenir toute intervention d’une armée franque de secours venant de la côte, Nūr ad-Dīn posta Šīrkūh et ses escadrons turcomans à Ḥūnīn, place située au nord du lac de Houlé et contrôlant les accès de l’ouest. Là une troupe franque, de plus de cent cavaliers, qui avait sous-estimé la puissance du détachement turcoman, fort de plus d’un millier d’hommes, l’attaqua avec vigueur. Les Francs furent littéralement enveloppés de tous côtés par les cavaliers de Šīrkūh et subirent de lourdes pertes39. Prisonniers, têtes des ennemis morts au combat, harnachements francs, boucliers, lances parvinrent à Damas le lundi 9 rabī‘ II/20 mai 1157. Le lendemain, un pigeon voyageur apportait la nouvelle de la prise de Bāniyās. Le succès de Šīrkūh avait en effet encouragé Nūr ad-Dīn à resserrer le siège, les mangonneaux et les autres engins bombardèrent sans répit la ville et ses remparts tandis que les archers firent pleuvoir sur les habitants et la garnison d’innombrables traits. Finalement le mardi 10 rabī‘ II/21 mai 1157 les troupes musulmanes s’emparèrent de la ville, l’incendièrent et en massacrèrent la population. Tandis que le connétable Onfroy parvenait avec quelques compagnons à se réfugier dans la forteresse de Subayba, Nūr ad-Dīn venait l’y cerner.

  • 40 Gibb, DC, 334.
  • 41 Guil. de Tyr, XVIII, xii, 212-213.

29Nous avons deux versions de la prise de Bāniyās. Ibn al-Qalānisī40 nous dit que le mardi, à l’aube, on avait achevé de creuser une sape sous l’une des tours et on y avait mis le feu, ce qui provoqua l’effondrement de la tour minée et ouvrit une brèche par laquelle les troupes de Nūr ad-Dīn s’engouffrèrent. Guillaume de Tyr41, de son côté, raconte qu’un jour — il ne précise pas la date — la garnison tenta une sortie qui causa sa perte. En effet, les Francs promptement repoussés cherchèrent à regagner la ville, mais serrés de trop près par les Musulmans, ils ne réussirent pas à refermer la porte de l’enceinte et permirent ainsi au flot de l’adversaire de se répandre en ville et de se livrer au massacre.

d) Intervention de Baudouin III. Sa défaite à Tibériade42

  • 42 Gibb, DC, 334-336 ; KR, 108 ; Ibn al-‘Adīm, II, 308 ; Guil. de Tyr, XVIII, xiii, 213-216 ; Grousse (...)

30Réfugié avec ses compagnons dans la forteresse de Subayba qui donnait toute sa valeur défensive au site, Onfroy de Toron demanda l’amān à Nūr ad-Dīn et proposa de lui céder la place s’il lui accordait la vie sauve. Le souverain de Syrie ne répondit pas et continua à démanteler Bāniyās.

31Ce fut alors qu’on apprit l’approche du roi de Jérusalem. Lorsqu’il avait été informé de la périlleuse situation de son connétable, Baudouin III avait rassemblé des troupes et s’était porté au secours de Bāniyās, avec du matériel et du ravitaillement. Nūr ad-Dīn fut surpris par l’avance rapide des Francs et donna l’ordre de repli ; il leva le siège, abandonna les ruines de Bāniyās et se porta vers le nord, dans les bois proches de l’Hermon.

  • 43 Marmardji, 116.
  • 44 Guil. de Tyr, XVIII, xiv, 215.

32Baudouin entra sans combat à Bāniyās dans la dernière décade de rabī‘ II 552/ler au 10 juin 1157. Onfroy se trouva libéré et les survivants purent bénéficier du ravitaillement. Le roi de Jérusalem se mit en devoir de reconstruire Bānyiās. Ne voyant plus revenir les Musulmans, Baudouin, dont le service de renseignements ne semble pas avoir été très au point, crut que l’armée de Nūr ad-Dīn avait battu en retraite jusqu’à Damas et qu’il n’y avait plus aucune menace. L’infanterie franque seule resta pour relever les ruines de Bāniyās tandis que le roi avec sa cavalerie partit vers la Galilée. Il s’arrêta à al-Mallāḥa43, au nord-ouest du lac de Houlé, et donna congé à une partie de ses troupes. Nūr ad-Dīn, qui était tenu au courant des faits et gestes du roi par ses espions, décida d’aller l’attaquer. Il descendit rapidement vers le sud par la rive gauche du Jourdain, afin de ne pas donner l’éveil, et alla se poster en embuscade près du gué de Jacob après avoir franchi le Jourdain ; les Francs devaient obligatoirement passer par cette route. La région, plate et couverte de nombreux buissons, de roseaux et de papyrus, était propice à l’embuscade. Baudouin, comme prévu, longea la rive occidentale du lac et fit halte le 9 ğumādā I/19 juin 1157 à l’endroit choisi. A peine les Francs eurent-ils mis pied à terre qu’ils furent cernés par les hommes de Nūr ad-Dīn. Malgré la surprise, les chevaliers se défendirent avec énergie et essayèrent, pour se dégager, de charger en quatre corps mais les Musulmans firent pleuvoir sur eux une grèle de flèches puis les attaquèrent à la lance. Finalement ceux qui avaient échappé à la mort se rendirent à Nūr ad-Dīn, c’est ainsi que les principaux chefs francs furent faits prisonniers ce jour-là ; Guillaume de Tyr en donne une liste impressionnante44. Le roi réussit à s’échapper de justesse avec une dizaine de compagnons ; il chercha refuge dans la forteresse de Ṣafad toute proche et attendit là que les Musulmans, qui n’avaient perdu que deux hommes, aient repassé le Jourdain pour rentrer à Saint-Jean-d’Acre.

  • 45 Gibb, DC, 337.

33Le lundi 24 juin, par une journée déjà chaude, eut lieu à travers Damas un imposant défilé : les têtes des ennemis tués étaient portées devant les prisonniers, ceux-ci étaient placés deux par deux sur des chameaux et portaient leurs étendards déployés vers la terre. Chaque seigneur de marque s’avançait à cheval, vêtu de sa cotte de maille et portant le heaume sur le bras, ensuite venaient, liés par trois ou quatre, les piétons et les Turcopoles, enfin le butin, chevaux, bagages, équipements et trophées fermaient le cortège qui déroulait son faste sous le soleil au milieu d’une foule innom-blable45.

e) Retour de Nūr ad-Dīn devant Bāniyās46

  • 46 Gibb, DC, 337 ; Guil. de Tyr, XVIII, xv, 217 ; Grousset, II, 377 ; Crusades, XVII, 539.

34Après le succès remporté au gué de Jacob, Nūr ad-Dīn revint attaquer Bāniyās avec des engins de siège. Les principaux chefs francs prisonniers, le roi en fuite, il semblait qu’il ne pouvait y avoir aucun secours possible pour la place assiégée. Onfroy de Toron, lui-même, était absent et la garde de Bāniyās avait été confiée à Guy de Scandélion. Les projectiles tombaient dru sur la ville, mais la garnison réussit à se réfugier dans la forteresse de Subayba où elle pouvait espérer résister un certain temps.

  • 47 Rey, Colonies franques, 492 ; GB, Syrie, 528 ; Marmardji, 202.
  • 48 Voir plus bas.

35A l’annonce du nouveau siège, Baudouin lança un appel à Antioche et à Tripoli. L’unité franque se fit contre Nūr ad-Dīn : Renaud de Châtillon et Raymond III de Tripoli s’empressèrent de rejoindre les troupes de Jérusalem près de Ḥūnīn, au lieu-dit Noire Garde (‘Ayn al-Balaṭa)47. Bien que Bāniyās n’ait eu à ce moment que peu de chance de résister longtemps Nūr ad-Dīn préféra, devant un aussi puissant rassemblement de troupes franques, lever le siège et s’en retourna à Damas le 25 ğumādā II/9 août 1157. Il était inquiet car le nord de la Syrie avait été dévasté par de violents séismes et parce que le sultan de Konya, Qiliğ Arslān, menaçait à nouveau, au début de ğumādā II/fin juillet48 les confins syriens.

36Nūr ad-Dīn essaya, avant de quitter Bāniyās, d’engager des pourparlers de trêve avec Baudouin, mais celui-ci, se sentant en force, ne donna pas suite aux tentatives de négociation.

37Pressé par les événements et devant faire face à une force trop grande, Nūr ad-Dīn renonça momentanéement à prendre Bāniyās. Il atteindra son but quelques années plus tard.

B. LES SÉISMES DE 552/1157 ET LEURS CONSÉQUENCES

a) Les destructions en Syrie

  • 49 Gibb, DC. 326-328 ; le 22 ša‘bān 551/10 octobre 1156 ; en ramaḍān 551/oct.-nov. 1156 ; en šawwāl 5 (...)
  • 50 B. Willis, Earthquakes in the Holy Land, Bull. of the Seismological Society of America, 1928, vol. (...)

38Pendant que Nūr ad-Dīn essayait de s’emparer de Bāniyās, la Syrie du Nord était victime de deux violentes secousses sismiques, à dix jours d’intervalle ; le 25 ğumādā I/4 juillet et le 4 ğumādā II/ 17 juillet. Depuis le 9 ša‘bān de l’année précédente/27 septembre 1156, la région d’Alep et la vallée du nahr al-’Asī, l’Oronte, avaient subi, d’après Ibn al-Qalānisi49, cinq tremblements de terre qui avaient provoqué des dégâts plus ou moins importants à Alep, Kafarṭāb, Apamée, Šayzar, Hama et Ḥimṣ50.

  • 51 Weulersse, L’Oronte, 12 sqq.
  • 52 Gibb, DC, 339 ; Kāmil, IX, 53 ; KR, 105 ; Ibn al-‘Adīm, II, 306-307 ; Ibn al-Ğawzī, 552 ; SibṬ, 14 (...)

39En rağab 552/août 1157, une secousse plus violente que les précédentes provoqua de très graves dégâts tant dans les régions appartenant aux Musulmans que dans celles occupées par les Francs. Un grand nombre de Bâtiment s et même d’ouvrages militaires, sans doute ébranlés déjà par les séismes précédents, s’écroulèrent ; les victimes furent nombreuses parmi la population urbaine. La zone où les dégâts furent les plus sensibles comprenait Chypre, le comté de Tripoli et tout le littoral de Lattaquié à Tyr et, à l’intérieur du pays, le grand fossé d’effondrement nord-sud où l’Amq succède au Ghāb51. A Alep des tours de la citadelle s’écroulèrent et la population chercha refuge à la campagne. A Ḥarrān, plus au nord, une profonde crevasse laissa apparaître des vestiges anciens. Les destructions les plus importantes désolèrent la vallée de l’Oronte : à Ḥimṣ la citadelle fut endommagée, Kafarṭāb, Bārīn, Ma‘arrat an-Nu‘mān ne furent pas épargnées, Salamīya sur le plateau et Apamée au bord du fleuve eurent de nombreux édifices détruits, mais les deux principales victimes de ce désastre furent Hama et Šayzar52. A Hama, le nombre de victimes fut très important et les chroniqueurs arabes rapportent la tragique anecdote d’un maître qui, pris d’un besoin pressant, avait dū quitter sa classe et vit alors son école s’effondrer ; il ne retrouva aucun de ses élèves survivants sous les décombres. Comble du tragique, aucun des corps ne fut réclamé par les parents car ceux-ci, de leur côté, avaient péri dans le tremblement de terre.

  • 53 Kāmil, IX, 53-55 ; Derenbourg, Ousāma, 276-282 ; SN, 396.

40A Šayzar, ce fut la destruction complète53. De nombreuses parties de la citadelle, bâtie sur une véritable « crête de coq » rocheuse, s’écroulèrent et ensevelirent toute la famille princière des Munqiḏites, réunie ce jour-là pour fêter la circoncision du fils de l’émir Tāğ ad-Dawla b. Abū’l-’Asākir Sulṭān b. Munqiḏ. Dès le début des secousses, un cheval, attaché à la porte du donjon, manifesta une nervosité extrême et lorsque le premier invité chercha à sortir il fut tué d’une ruade. L’animal fou et le cadavre obstruèrent l’issue et tous les gens, qui se pressaient vers la sortie pour quitter le château, furent écrasés sous les décombres. Les seuls membres épargnés de la famille furent la princesse de Šayzar et deux absents : son beau-frère Šaraf ad-Dawla b. Sulṭān et l’émir Usāma. Bien qu’en ruines, la place souleva de vives convoitises et Chrétiens et Musulmans cherchèrent, comme nous allons le voir, à s’emparer de cette clé du moyen Oronte.

  • 54 Gibb, DC, 338-340 ; Stevenson, Crusaders, 178 ; Chalandon, II, 434 ; SN, 395 ; Runciman, 342.

41Les dégâts subis par les différentes places du Nord de la Syrie, et surtout ceux dont avaient souffert Alep et Ḥarrān, inquiétèrent particulièrement Nūr ad-Dīn. La région, privée de défenses, devenait plus perméable aux forces du prince seldjouqide de Konya. Nūr ad-Dīn avait abandonné le siège de Bāniyās pour faire face à la menace de Qiliğ Arslān qui, dans la deuxième décade de ğumādā Il/fin juillet 1157, soit peu avant le grand tremblement de terre, était sur le point d’atteindre l’Euphrate et de pénétrer sur le territoire syrien. Les émissaires du Seldjouqide auprès des princes chrétiens cherchaient à former une coalition groupant Baudouin de Jérusalem, Renaud de Châtillon, prince d’Antioche, et le prince arménien Thoros, maître de la Cilicie54. La répartition des forces sur l’échiquier de l’Asie Mineure évoluait, la menace pour l’empire zenguide devenait de plus en plus précise, il était urgent de relever les ruines et de réorganiser les défenses, aussi Nūr ad-Dīn quitta Damas le 3 rağab 552/11 août 1157 pour le Nord en laissant dans sa capitale l’émir Šīrkūh avec des troupes en nombre suffisant pour s’opposer à une éventuelle opération des Francs de Jérusalem. Ceux-ci, après l’attaque musulmane contre Bāniyās, n’avaient pas renouvelé la trêve. Les Francs décidèrent de profiter de la situation créée par les tremblements de terre pour attaquer les États de Nūr ad-Dīn.

b) Attaque franque

42En fait, les Francs visaient plus particulièrement la région du moyen Oronte où ni Šayzar ni Apamée n’étaient en état de résister à une attaque sérieuse ; cet état de choses pouvait laisser espérer l’établissement d’une tête de pont franque sur la rive droite de l’Oronte pour menacer Ḥimṣ et Hama.

  • 55 Guil. de Tyr, XVIII, ch. xvi, 218-219 ; Grousset, II, 378-380 ; SN, 396 ; Crusades, I, XVII, 541.

43Dans le courant de juillet 1157, Thierry d’Alsace, comte de Flandre, avait débarqué à Beyrouth pour son troisième pèlerinage55. Grâce aux renforts arrivés avec lui, les Francs allaient pouvoir compenser les pertes subies à Inab et à Bāniyās, où de nombreux chevaliers avaient été faits prisonniers.

  • 56 Elisséeff, art. Ḥiṣn al-Akrād, ΕΙ, III.
  • 57 Dussaud (THS, 165 sq., 174-177) identifie Chastel Ruge à ‘Allārūz. Il ne faut pas confondre cette (...)

44Sans donner l’éveil, Baudouin III, Renaud de Châtillon, Raymond III de Tripoli et Thierry d’Alsace rassemblèrent leurs troupes dans le comté de Tripoli ; le camp fut dressé dans la plaine de la Bocquée non loin du Crac des Chevaliers (Ḥiṣn al-Akrād)56. On décida de porter l’attaque en direction de l’Oronte, l’objectif choisi fut Chastel Ruge57, situé à l’est de l’Oronte, au sud-est de Ğisr aš-Šuġr dans le fertile district de Ghāb.

45La place commandait, dans le district du Rūğ, la route de Ma‘arrat an-Nu‘mān. Défendue par une garnison musulmane décidée, elle résista avec énergie à l’assaut des Francs.

c) Réaction de Nūr ad-Dīn à l’attaque franque

  • 58 Guil. de Tyr, XVIII, xvii, 219-220 ; Grousset, II, 379.

46La menace de Qiliğ Arslān, comme nous l’avons vu, et les nouvelles du rassemblement des Francs dans le comté de Tripoli incitèrent Nūr ad-Dīn à quitter Damas pour se rendre en Syrie du Nord en rağab 552/août 1157. En dehors des raisons politiques, des questions d’ordre purement militaire l’y appelaient : il fallait réparer les fortifications endommagées par les tremblements de terre. Il semble que Nūr ad-Dīn se soit trouvé dans le district de Ḥimṣ lors de la violente secousse du mois de rağab/août, car c’est parmi la population de cette région que Nūr ad-Dīn recruta les renforts dont il avait besoin pour déloger les Francs qui assiégeaient Chastel Ruge. Dès l’approche de l’armée de Nūr ad-Dīn, à laquelle s’étaient joints des escadrons turcomans, la coalition franque renonça à s’emparer de Chastel Ruge et sur les conseils de Renaud de Châtillon se retira pour chercher un objectif plus vulnérable en partant de la principauté d’Antioche58. A ce moment se produisit un événement imprévu : la maladie de Nūr ad-Dīn.

C) LA MALADIE DE NŪR AD-DĪN. SES CONSÉQUENCES POLITIQUES59

  • 59 Gibb, DC, 341 ; Guil. de Tyr, XVII, xvii, 219-221 ; xix, 223 ; Kāmil, IX, 67 place la maladie en 5 (...)
  • 60 Dussaud, THS, 183 sq. Cette route Hama-Alep par Sarmīn permettait d’éviter Rihā. Le Sultān Qaytbay (...)

47Les Francs venaient à peine d’abandonner le siège de Chastel Ruge que Nūr ad-Dīn, parti de Ma‘arrat an-Nu‘mān, parvenait à l’étape de Sarmīn60 où il séjourna quelque semaines. Peu après le début du mois de ramaḍān 552/octobre 1157, le prince tomba gravement malade et fit alors venir à son camp son jeune frère Nuṣrat ad-Dīn qui s’était distingué à Bāniyās, l’émir Šīrkūh qui était à Ḥimṣ et ses principaux officiers. Connaissant la gravité de son état, Nūr ad-Dīn donna des instructions pour le cas où il viendrait à mourir. Nuṣrat fut désigné comme son successeur avec résidence à Alep tandis que Nağm ad-Dīn Ayyūb restait gouverneur militaire de Damas et que Šīrkūh devait y être le représentant du souverain. Ces dispositions serviront aux Ayyoubides à étayer leur prétention sur Damas dès la mort du souverain zenguide.

  • 61 Ibn Abī ‘UṢAYBI‘A, Ṭabaqāt al-aṭibbā’, II, 161. Ce médecin avait suivi des cours à Bagdad.
  • 62 Ibid., 155.

48Malgré les soins prodigués par les meilleurs médecins, dont le savant damascain Abù’l-Faḍl b. Abī’l-Waqqār61 qui l’accompagnait dans ses déplacements, et sans doute Abù’l-Maǧd b. Abū’l-Ḥakīm, le médecin en chef du grand hôpital de Damas62, le mal empira très vite et l’on désespéra même de la vie du prince. Nūr ad-Dīn fut transporté en litière jusqu’à Alep où on l’installa à la citadelle. Šīrkūh quitta le malade et se dirigea vers Damas à la fin de šawwāl/fin novembre 1157 pour veiller à la protection de la ville contre d’éventuelles attaques franques.

a) Arrivée de Nuṣrat à Alep63

  • 63 Gibb, DC, 343 ; Ibn al-Ṭayyī, cité par I.F., III, 110 r° et 111 (cf. SN, 397) ; KR, 110 ; Ibn al-‘ (...)

49La maladie de Nūr ad-Dīn s’aggravant, le bruit courut que le souverain était mort et que son frère de lait Maǧd ad-Dīn cachait le décès pour accaparer le pouvoir à son profit. A Alep, les esprits étaient surchauffés, le sunnisme rigoureux de Maǧd ad-Dīn inquiétait la majorité chiite de la population qui fit appel à Nuṣrat ad-Dīn sachant qu’il avait des sympathies pour elle.

  • 64 THS, 175, 213, 216 ; place située non loin de Chastel Ruge et de Sarmīn. Contrôle le défilé d’Arma (...)

50Le jeune émir zenguide quitta son camp de Zardanā64 et se présenta devant Alep dont Maǧd ad-Dīn avait fermé les portes. Aux demandes de Nuṣrat, le gouverneur militaire opposa un refus catégorique. C’est alors que des groupes armés, constitués de Chiites, prirent le parti de Nuṣrat. La révolte, d’abord sourde, éclata soudain avec vigueur, Maǧd ad-Dīn se réfugia dans la citadelle tandis que la population, ayant à sa tête Fāris b. Dalīl et Ḥārim b. al-Mallāh, courait ouvrir les portes de la ville à Nuṣrat.

  • 65 Biographie d’Ibn Abi Ṭayyī dans SN, 55-57.
  • 66 Cf. Elisséeff, Monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 10, n° 18.

51Celui-ci entra à Alep et se fit prêter serment par les notables chiites conduits par Abū Ṭayyī, le père de l’historien65. Pendant que les émeutiers se livraient à diverses déprédations, dont le sac de la madrasa ‘Aṣrūnīya66, Nuṣrat proclamait le rétablissement des droits cultuels des Chiites. Ceux-ci s’empressèrent de chasser les Sunnites de la Grande Mosquée et lancèrent de nouveau du haut des minarets leur appel à la prière.

  • 67 D.S. Rice, Mediaeval Harran, Anatolian Studies, II, 1952, 36-84.
  • 68 Kāmil, IX, 67 ; Ibn al-‘Adīm, II, 309 ; I.F., III, 111 r° ; Grousset, II, 394 (confond les deux ma (...)

52Nuṣrat, appuyé par une large fraction de la population, et étant le successeur désigné par Nūr ad-Dīn lui-même demanda à pénétrer dans la citadelle. Le refus catégorique de Mağd ad-Dīn provoqua un siège en règle. Pour faire cesser les bruits circulant sur le compte de Nūr ad-Dīn, et pour confondre les émeutiers, Maǧd ad-Dīn fit paraître le souverain à la fenêtre de la salle du trône de la citadelle. Quelques chefs populaires furent même invités alors à venir présenter leurs hommages. La confusion gagna les rangs des assiégeants et la crainte de possibles représailles calma les impulsifs. Nūr ad-Dīn blāma les responsables de la révolte. Il feignit de croire à un malentendu et pardonna, en disant que la population sans doute avait cru agir au mieux des intérêts de son frère. Pour éviter tout nouvel incident, Nūr ad-Dīn envoya son frère dans le Nord, à Ḥarrān67. Šīrkūh, qui se trouvait à Ḥimṣ lorsque la maladie du prince s’aggrava, était rentré alors à Damas pour s’en rendre maître en cas de décès de Nūr ad-Dīn, mais son frère Nağm ad-Dīn Ayyūb, gouverneur de Damas, lui conseilla de se rendre à Alep, où sa présence était plus souhaitable au cas où leur maître se rétablirait. De telles dispositions sauvegardaient au mieux les intérêts de la famille ayyoubide à Damas68.

b) L’offensive franque

53La maladie de Nūr ad-Dīn succédant au désastre des tremblements de terre créait une situation favorable aux Francs. En effet, les troupes musulmanes qui étaient restées unies sous le commandement d’un chef qu’elles craignaient et dont elles espéraient des avantages, se dispersèrent, démoralisées.

  • 69 THS, 145 sqq. et index.
  • 70 Guil. de Tyr, XVIII, xvii, 221 ; Grousset, II, 38.

54Dès que les Francs apprirent la gravité de la maladie de Nūr ad-Dīn, ils décidèrent d’aller attaquer Šayzar sur l’Oronte69. Les chefs croisés adressèrent un appel à Thoros de Cilicie qui s’empressa de se joindre à eux70.

a) Siège de Šayzar par les Croisés

55Les Francs coalisés se dirigèrent au début d’octobre 1157 vers Šayzar. La place, située sur le cours moyen de l’Oronte à une demi-journée de marche de Hama vers l’ouest, avait été, comme nous l’avons vu, très fortement ébranlée par les séismes et paraissait une proie facile. Le château, bâti sur un éperon rocheux dominant le fleuve, est isolé du plateau par une large tranchée, sa situation le rendait difficile à prendre par la force. C’est pourquoi une petite dynastie indépendante, les Banū Munqiḏ, avait pu s’y maintenir pendant plus d’un siècle.

  • 71 Kāmil, IX, 53-55 ; KR, 111-113 ; I.F., III, 108 r°-v° ; Derenbourg, Ousāma, 281 ; SN, 396.

56Šayzar fut, en effet, donné en fief à titre héréditaire par Ṣāliḥ b. Mirdas, seigneur d’Alep, à l’émir Munqiḏ al-Kinānī en 417/102371. Puis la place passa successivement à Naṣr b. Munqiḏ, à Abū’l-Ḥassān ‘Alī et ensuite à l’émir Abū’l-Munhaf Naṣr b. ‘Alī qui garda le pouvoir jusqu’en 491/1098. Fort âgé, et sentant venir sa fin, le vieil émir désigna pour le remplacer son frère Abū Salāma Muršid b. ‘Alī qui se récusa ; le successeur désigné fut alors leur frère cadet Abū’l-’Asākir Sulṭān b. ‘Alī. Tout marcha bien dans la principauté jusqu’à la mort de Muršid en 531/1136-1137.

  • 72 Al-Ibar, trad. Salié ; Derenbourg, Souvenirs historiques et récits de chasse par un émir syrien. A (...)

57Peu après, des querelles et des jalousies surgirent entre les cousins et Sulṭān chassa ses neveux au nombre desquels on comptait Usāma b. Munqiḏ, dont l’autobiographie nous donne un tableau si vivant de la vie d’un émir syrien au milieu du xiie siècle72.

58Les exilés cherchèrent appui auprès des Zenguides qui, en tant que souverains d’Alep, étaient leurs protecteurs mais ceux-ci, trop occupés par leurs affaires intérieures et par la guerre contre les Francs, n’eurent guère la possibilité d’aller rétablir les émirs dépossédés. A la mort de Sulṭān ses fils, pour maintenir l’indépendance de Šayzar, se mirent en relation avec les Francs afin de prévenir toute action de la part de Nūr ad-Dīn. Celui-ci cherchait l’occasion de s’emparer de la place et de supprimer cette principauté indépendante sur la frontière de ses États. Les dégâts dus au tremblement de terre de rağab 552/août 1157 rendaient la place vulnérable, mais la maladie empêcha Nūr ad-Dīn d’agir.

59La possession de Šayzar aurait permis aux Francs de s’installer à un des passages sur l’Oronte, non loin de la fertile région agricole et maraîchère de Hama, avec la possibilité d’intercepter les communications entre Alep et Damas.

  • 73 Le pont appelé aussi Ğisr Bani Munqiḏ ; sur son importance voir van Berchem, Voyage, 181, 184 et T (...)
  • 74 Sur cette place occupée par les Ismā‘īliens en 1140-1141 et située sur les contreforts de la monta (...)
  • 75 Gibb, DC, 342 ; Guil. de Tyr, XVIII, XVIII, 221-223 ; Stevenson, Crusaders, 178 ; Derenbourg, Ousa (...)
  • 76 D’après Grousset (II, 385) la responsabilité de l’échec incombe à Renaud qui avait refusé de s’inc (...)

60Les coalisés, Baudouin III, Renaud de Châtillon, Raymond III de Tripoli, Thierry d’Alsace et Thoros d’Arménie vinrent assiéger Šayzar avec de nombreux engins de guerre. Les habitants, ignorant la maladie de Nūr ad-Dīn, furent surpris par l’arrivée des Latins ; la riposte fut faible et le bourg bâti près du pont sur l’Oronte tomba rapidement au pouvoir des coalisés73. On s’attaqua alors au château lui-même que défendait un contingent d’Ismā‘īliens, venus de Maṣyāf74 l’occuper immédiatement après le tremblement de terre. La place offrait peu de résistance et semblait devoir tomber rapidement. C’est alors que dans le camp des Francs s’éleva une dispute qui allait provoquer l’échec du siège75. La ville basse venait à peine d’être prise qu’une querelle éclata à propos de l’attribution de la place. Baudouin III penchait pour la donner à Thierry, comte de Flandre, qui avait fourni le gros des troupes assaillantes. Renaud de Châtillon ne s’opposait pas à cette attribution mais exigeait que Thierry lui présentât hommage car Šayzar auparavant avait payé tribut à Antioche et de ce fait elle devait, d’après lui, relever de sa principauté. Thierry, qui était un des premiers barons de France, ne put admettre d’être astreint à prêter hommage à Renaud qui pour lui, comme pour bien d’autres, n’était qu’un aventurier de petite noblesse. La querelle s’envenima tant et si bien que Baudouin ne vit d’autre solution à la crise que d’abandonner le terrain. On leva le siège et chaque contingent emmena son propre butin. Les Francs venaient, pour des questions de préséance et par manque d’autorité de Baudouin, de laisser échapper l’occasion de prendre pied en Syrie intérieure76. Tandis que les Francs s’éloignaient en direction du Nord, les Ismā‘īliens renforçaient leur garnison de Šayzar.

  • 77 Kāmil, IX, 53.

61A Alep, Nūr ad-Dīn, dont la santé s’améliorait, reprenait la direction des affaires dans ses États. Il envoya une armée qui s’empara sans difficulté de la forteresse sur l’Oronte77. On procéda ensuite à la remise en état des défenses, la ville et la citadelle furent remises à Maǧd ad-Dīn Abū Bakr b. ad-Dāya.

62Il n’y a plus désormais de principauté indépendante dans le royaume de Nūr ad-Dīn ; tout le cours de l’Oronte est sous le contrôle du prince zenguide.

b) Prise de Ḥārim par les Francs78

  • 78 Gibb, DC, 344 ; KR, 114 ; Guil. de Tyr, XVIII, xix, 224-226 ; Derenbourg, Ousama, 283 ; Stevenson, (...)
  • 79 Très vraisemblablement des Arméniens qui étaient réputés pour les travaux de sape et de constructi (...)
  • 80 Robert de Torigny, I, 316.

63Après l’échec devant Šayzar, les Francs décidèrent de récupérer l’important point stratégique de Ḥārim. La place avait aussi un rôle économique non négligeable car elle contrôlait une fertile plaine céréalière. Baudouin III mit tout en œuvre pour remporter un succès avant le complet rétablissement de Nūr ad-Dīn. Les Francs se présentèrent devant Ḥārim le jour de Noël 1157/ḏū’l-qa‘dā 552, avec un matériel de siège imposant et des troupes nombreuses comptant dans leurs rangs des éléments de sapeurs79. Un siège en règle commença alors, les pierres pleuvaient à l’intérieur de l’enceinte depuis six semaines environ lorsque au début de muḥarram 553/début février 1158 un projectile de mangonneau tua le commandant de la garnison. Les assiégés savaient que par suite de la maladie de Nūr ad-Dīn ils ne pouvaient compter sur aucune aide de l’armée musulmane qui était dispersée et décidèrent de capituler. La citadelle reprit alors son rôle de boulevard de la principauté d’Antioche et fut confiée à un des compagnons de Thierry d’Alsace : Renaud de Saint-Valery80 qui reçut le commandement au nom de Renaud de Châtillon.

  • 81 Guil. de Tyr, XVIII, xix, 223-224 ; xx, 226 ; Grousset, II, 389, 390.

64Après ce succès la coalition se disloqua et chacun regagna ses États. Avant de parvenir à Jérusalem, Baudouin et son beau-frère Thierry d’Alsace passèrent par Tripoli où ils furent chaleureusement accueillis. De retour dans sa capitale, Baudouin eut à régler la question du Patriarcat, en effet Foucher d’Angoulème était mort en novembre 1157. La succession, non sans quelques difficultés, fut finalement dévolue au candidat de la reine Mélisende : Amaury de Nesle81.

  • 82 Chalandon, II, 437-440 ; Runciman, II, 350.

65C’est aussi à cette époque que furent engagés les pourparlers de Baudouin avec l’empereur de Byzance82. Ces pourparlers, dont le but était d’établir, face à la menace musulmane, une alliance chrétienne capable de s’opposer à la puissance croissante de Nūr ad-Dīn, aboutirent au mariage du roi de Jérusalem avec Théodora, une des nièces de Manuel Comnène.

c) Incursion franque vers Dārayyā83

  • 83 Gibb, DC, 345 ; KR, 114-115 ; Grousset, II, 389-390 ; Crusades, XVI, 522.
  • 84 Situé au sud-ouest. Voir THS, 297.

66Après avoir réglé les affaires intérieures de son royaume Baudouin III décida de profiter de l’absence de Šīrkūh retenu à Alep auprès de Nūr ad-Dīn, pour attaquer dès ṣafar 553/mars 1158 la région du Hauran si riche en céréales et la vallée du nahr al-A‘wag. Ne rencontrant aucune résistance sérieuse des éléments francs s’avancent vers le Nord et, le dernier jour de ṣafar/1er avril, ils parviennent à Dārayyā84 presque aux portes de Damas, ils se livrent au pillage de ce riche bourg de la Ġūṭa, saccagent vergers et vignobles, incendient quelques maisons et la mosquée. Les Damascains effectuèrent alors une sortie qui fit rebrousser chemin aux agresseurs. Cette contre-attaque ne fut sans doute pas la seule cause du départ des Francs. Ils avaient dū en effet être informés de l’approche de Nūr ad-Dīn et, ne se sentant pas en mesure de lui résister, avaient estimé plus sage de se replier.

c) Convalescence de Nūr ad-Dīn85

  • 85 Gibb, DC, 345-346 ; KR, 115.

67A partir du début de l’année 553/1158 la santé de Nūr ad-Dīn s’améliora sensiblement. Dès l’annonce de cette bonne nouvelle, Šīrkūh avait quitté Damas pour se rendre à Alep, cette absence semble n’avoir pas été étrangère au raid franc contre Dārayyā que nous venons d’évoquer.

  • 86 Chalandon, II, 435.

68Durant sa convalescence, Nūr ad-Dīn, qui savait que des pourparlers étaient en cours entre le roi de Jérusalem et l’empereur de Byzance et qui comprenait tout le danger que pouvait présenter pour l’Islam une forte coalition chrétienne, se mit en devoir d’écrire à tous les chefs musulmans pour les engager à reprendre la Guerre Sainte avant que ne se constitue une alliance qui placerait la Syrie dans un véritable étau. Le prince zenguide n’ignorait pas non plus les accords conclus par Manuel Comnène avec les princes seldjouqides Qiliğ Arslān et Ya‘qūb Arslān86.

69En compagnie de Šīrkūh, il allait prendre toutes les mesures nécessaires à la défense de ses provinces contre les Francs tant au nord qu’au sud.

  • 87 Kāmil, IX, 55 ; Atabegs (HOC, II2, 200) et KR (110, citant Ibn Abi Ṭayyī) ne mentionnent ni l’un n (...)

70Dès qu’il fut complètement rétabli, Nūr ad-Dīn quitta Alep et se dirigea vers Damas. C’est alors sans doute qu’il passa par Šayzar pour en prendre solennellement possession lui-même, il donna les instructions pour en relever les ruines ; cherchant à gagner le cœur de la population il abolit un certain nombre de taxes qui frappaient les habitants, puis confia la place à Maǧd ad-Dīn, son lieutenant à Alep, et reprit son chemin vers Damas87.

  • 88 Gibb, DC, 345 ; KR, 115.

71Nūr ad-Dīn fit son entrée dans la capitale le 6 rabī‘ I/7 avril 1158, il y fut reçu en grande pompe et alla s’installer dans sa résidence à la citadelle. Il commença aussitôt à regrouper des troupes et à préparer une nouvelle campagne contre le royaume franc de Jérusalem88.

D. REPRISE DES HOSTILITÉS CONTRE LES FRANCS DE JÉRUSALEM (553/1158)

a) Action de Nūr ad-Dīn

72Ainsi que nous venons de le voir, Nūr ad-Dīn, remis de sa maladie, était rentré à Damas le 6 rabī‘ I 553/7 avril 1158. Il s’attacha aussitôt à regrouper une armée bien équipée pour aller se venger des récents raids francs contre le Hauran et Dārayyā. Nūr ad-Dīn était aussi inquiet des pourparlers de Baudouin avec Manuel Comnène qui reparaissait dans le jeu politique en Orient.

  • 89 Gībb, DC, 346, qui ne signale qu’un mort du côté musulman ; KR, 123 (édit. 1287) ; Guil. de Tyr, X (...)

73Tandis que les préparatifs militaires s’achevaient, l’émir Šīrkūh, accompagné de son frère Nağm ad-Dīn Ayyūb, gouverneur de Damas, opérait à la fin de rabī‘ I/avril, un raid vers l’ouest contre le district de Ṣaydā’. Les cavaliers turcomans avaient pour tâche d’empêcher tout rassemblement franc qui aurait gêné la progression de Nūr ad-Dīn vers le sud. Une embuscade habilement tendue permit la capture d’un grand nombre de Francs dont le fils du commandant de Ḥārim, Renaud de Saint-Valery89.

  • 90 P. Deschamps, Défense du Royaume de Jérusaelm, 99 sqq., rectifie la localisation proposée par Duss (...)

74Le dimanche 9 rabī‘ II 553/11 mai 1158, l’armée (‘askar) de Nūr ad-Dīn quitta Damas et se dirigea avec un important matériel de siège vers Ğisr al-Ḫašab où eut lieu le regroupement des forces. On repartit de là vers le Ğawlān au sud de Bāniyās pour mettre le siège devant Ḥabis Ğaldaq (Tell Ḥabis)90. C’est une grotte à flanc de montagne, ouvrant sur une paroi verticale surplombant un précipice. Le seul accès à ce point, fortifié par les Croisés, est un étroit sentier qui aboutit à une installation militaire ravitaillée en eau par un wādī. L’importance de la place tient au fait que, située sur la rive gauche du Yarmūk, elle domine et contrôle le Ğawlān, la terre de Suète, contrée fertile, à l’est et au nord-est du lac de Tibériade. Dès le début du blocus, les défenseurs de Ḥabis Ğaldaq firent savoir aux Francs de Jérusalem qu’ils ne pouvaient pas tenir plus de dix jours acculés dans leur terrier. En attendant les secours, les assiégés entrèrent en pourparlers avec les Musulmans tandis que Baudouin III et Thierry d’Alsace se mettaient en campagne.

  • 91 14 ğumādā II mais Guillaume de Tyr (XVIII, xxi, 228) précise : 4 jours après la Saint Martin d’été (...)

75Nūr ad-Dīn, dont le service de renseignements fut rarement pris en défaut, apprit l’arrivée prochaine de l’armée de secours. Craignant d’être coupé de ses bases, il suivit les conseils de Šīrkūh, leva le siège et chercha à gagner le gué de Jacob (l’actuel Ğisr Banāt Ya‘qūb) avec l’espoir d’y surprendre les Francs. Mais Baudouin et Thierry l’avaient devancé. Ils avaient franchi le Jourdain et s’étaient mis en embuscade au nord-est du lac de Tibériade, dans la plaine de Buṭayḥa, à l’embouchure du Jourdain, coupant ainsi la route menant vers Damas. Ayant choisi le terrain, Baudouin eut l’initiative du combat. La rencontre se déroula par une chaleur torride le 13 juillet91. Les troupes de Nūr ad-Dīn offrirent une vigoureuse résistance mais certains éléments musulmans lâchèrent pied sous la grêle des flèches franques, il s’ensuivit entre la garde de Nūr ad-Dīn et les Flamands de Thierry un violent combat au corps à corps qui se termina par la fuite éperdue de Nūr ad-Dīn. Les Francs, surpris, crurent alors à la classique manœuvre de la fuite simulée pour les entraīner vers une embuscade. Craignant une ruse des Musulmans, ils n’exploitèrent pas ce succès et abandonnèrent leur poursuite. Nūr ad-Dīn arrêta sa retraite et regagna son camp où il regroupa ses troupes. Pendant que les deux armées adverses s’observaient, Baudouin alla faire réparer les dégâts subis par la grotte-forteresse de Ḥabis Ğaldaq et réapprovisionna la place.

  • 92 Gibb, DC, 346-347 ; KR, 120-123 ; Guil. de Tyr, XVIII, xxi, 227-228 ; Stevenson, 179-180 ; Grousse (...)

76Apprenant que Renaud, le seigneur d’Antioche, ravageait le Gazr au nord, Nūr ad-Dīn sollicita une trêve de Baudouin. Il y eut un échange de correspondance, mais il ne semble pas qu’il y ait eu un accord signé. La trêve s’établit de facto et Nūr ad-Dīn regagna Damas en ša‘bān 553/septembre 115892. Dans les années qui suivirent, il n’y eut pas de conflit important entre Musulmans de Damas et Francs de Jérusalem car chacun, comme nous allons le voir, eut à faire face à des difficultés particulières.

b) Attaque des Egyptiens contre les Francs de Jérusalem

  • 93 Marmardji (Géogr. de la Palestine, 52) dit ‘Ağur. Dans Ibn Muyassar (édit. Massé, 97) nous avons T (...)
  • 94 Gibb, DC. 346 ; KR, 115 ; Ibn Muyassar (éd. Massé), 97 ; Wiet, HNE, IV, 287.
  • 95 Marmardji, 206.
  • 96 Li Vaux Moise, Deschamps, Défense Roy. de Jérusalem, 9, 38, 47, 48 ; Marmardji, 204.
  • 97 Un des châteaux défendant la route de Gaza à Hébron. Marmardji, 22, l’appelle Bayt Ğibrīn ; P. Des (...)

77Ayant repris en mains l’Égypte vacillante, l’énergique Ṭalā’i‘ b. Ruzzīk allait dès le début de l’année 553/1158 prendre l’offensive contre les Francs de Jérusalem. Profitant de ce que le roi Baudouin se trouvait dans le nord de la Syrie, Ṭalā’ī‘ envoya à la fin du mois de muḥarram/février 1158 en direction de Gaza une importante armée sous le commandement de l’émir Ḍirġām. Le 4 ṣafar/7 mars l’armée fatimide prit position à Tell al-’Ağul93, au sud de Gaza ; dix jours plus tard, les Francs furent mis en déroute, ils abandonnèrent de nombreux tués et une grande quantité de prisonniers avant de battre en retraite. Les Égyptiens pillèrent le pays, saccagèrent les pâturages et les vergers de la région côtière, amassèrent du butin mais n’exploitèrent pas leur succès. Cette campagne fut d’ailleurs appuyée par une flotte qui amena des renforts de troupes et harcela la côte jusqu’à Beyrouth. Ayant capturé un certain nombre de navires francs, elle regagna ses bases à la fin de ṣafar, chargée d’un abondant butin94. Les bénéfices de cette expédition allaient permettre d’entreprendre de nouvelles opérations quelques mois plus tard ; en ğumādā I/juin 1158, pendant que Baudouin était occupé au nord de son royaume par la présence de Nūr ad-Dīn dans le Ğawlān, le vizir Ṭalā’i‘ lança plusieurs colonnes contre le sud du royaume de Jérusalem en direction de la Mer Morte. L’une d’entre elles attaqua en rabī‘ Il/mai le château d’al-Wu’ay-rah95 non loin de wādī Mūsa96, la vallée où est située Pétra. Le siège ne fut pas couronné de succès ; avant de se retirer le commandant fatimide effectua une opération de reconnaissance plus au nord vers Šawbak, le Montréal des Francs. La seconde colonne se dirigea, en ğumādā I/juin 1158 contre Bayt Ğibrīl97 situé sur la route de Gaza à Jérusalem. La pénible chaleur de l’été mit un terme provisoire aux opérations militaires.

  • 98 Gibb, DC, 348 (date non précisée) ; KR, 121-122 ; Ibn Muyassar (Massé), 97 ; Marmardji, 47.

78En ša‘bān 553, aux approches de l’automne 1158, les Égyptiens eurent à repousser une offensive franque partie de la région d’al-’Arīš. Quatre cents Francs et leurs alliés bédouins furent mis en déroute dans les sables du pays d’al-Ğifar98, abandonnant chevaux et biens.

79Aucun de ces raids n’apporta de succès décisif, les Égyptiens semblent avoir alors cherché à mesurer la puissance des défenses de Jérusalem.

80Peut-être l’armée fatimide manquait-elle alors d’effectifs et d’organisation pour mener des opérations d’envergure loin de ses bases et pour occuper le terrain. Les hésitations de Nūr ad-Dīn à s’allier au souverain du Caire contre les Francs viendraient dans ce cas de son manque de confiance dans des troupes qui ne s’avéraient capables que de ramasser du butin.

c) L’activité diplomatique de l’Égypte en 553/1158

  • 99 Gibb, DC, 348 ; KR, 121 ; Ibn Muyassar (éd. Massé), 98.

81Ṭalā’i‘ se rendait compte que l’Égypte seule ne pouvait pas entamer le royaume latin ; il chercha dès lors à gagner l’alliance de Nūr ad-Dīn et multiplia les ambassades vers Damas. En ramaḍān 553/octobre 1158, le chambellan Maḥmūd al-Muwallad qui s’était rendu au Caire rapporta à Nūr ad-Dīn un message du vizir égyptien ; ce message était accompagné de nombreux cadeaux, notamment des tissus et des chevaux ainsi que d’une contribution de 70.000 dinars en numéraire, quote-part de l’Égypte pour la Guerre Sainte99.

  • 100 Ibn Muyassar (éd. Massé), 97.
  • 101 Chalandon, II, 376.
  • 102 Ibn Muyassar (éd. Massé), 97.

82Tandis que Ṭalā’i‘ sollicitait l’alliance de Nūr ad-Dīn, plusieurs missions diplomatiques étrangères se succédèrent au Caire au cours de l’année 553/1158. Au printemps, vint une ambassade byzantine, elle demanda l’appui de la flotte fatimide contre Guillaume Ier de Sicile100. Le roi normand, dont Manuel avait refusé les offres de paix en 1154 après la mort de Roger II, était maintenant en mer Égée et attaquait Nègrepont en Eubée. Finalement les Égyptiens n’eurent pas à intervenir, car Manuel traita peu après avec le roi de Sicile101. On vit aussi venir à la cour du calife fatimide des députés francs qui, après les différents raids égyptiens contre le royaume de Jérusalem, sollicitaient la paix102.

83La présence au Caire des envoyés de Nūr ad-Dīn, des ambassadeurs de Manuel Comnène, des plénipotentiaires de Baudouin III, montre combien l’Égypte, sous la conduite énergique de Ṭalā’i‘, avait repris d’importance politique et quelle place elle tenait alors sur l’échiquier du Proche-Orient. Ce regain de puissance l’Égypte le devait surtout à sa flotte, objet des soins attentifs de Ṭalā’i‘. Le clairvoyant vizir avait compris que l’Égypte pouvait trouver sur mer une source de puissance militaire et économique. Certes Gênes et Venise faisaient flotter leurs pavillons dans toute la Méditerranée, mais les vaisseaux normands tenaient en Sicile une clé des voies commerciales vers l’Occident et ils pouvaient à tout moment entraver le trafic des républiques marchandes italiennes. La flotte byzantine était pratiquement bloquée en mer Égée par Guillaume Ier de Sicile : il y avait une place à prendre dans le bassin oriental de la Méditerranée et Ṭalā’i‘ ne laissa pas échapper l’occasion.

84La disparition de ce remarquable vizir va amener une crise au Caire et éveiller bien des appétits chez les uns et les autres. Bientôt les deux camps, musulman et chrétien, vont tenter de s’implanter en Égypte.

E. LA DEUXIÈME MALADIE DE NŪR AD-DĪN103

  • 103 Gibb, DC, 349-351 ; KR, 122 ; SN, 398.

85En ḏū’l-hiğğa 553/début 24 décembre 1158, Nūr ad-Dīn tomba de nouveau gravement malade à Damas.

86Des nouvelles annoncèrent, à cette époque, que l’empereur Manuel avait quitté sa capitale et qu’il approchait de la Cilicie, province voisine de la Syrie. Nūr ad-Dīn immédiatement rappella les gouverneurs des confins syriens à la vigilance et recommanda à tous de se tenir prêts pour la guerre sainte.

  • 104 Ibn al-Qalānisī (Gibb, DC, 350) précise : wa ḫawassihi, « et à son entourage », sans doute est-ce (...)
  • 105 Gibb, DC, 351, repris par KR, 122.

87Aux rumeurs concernant les rassemblements francs dans la principauté d’Antioche et la progression des Grecs en Anatolie, vinrent s’ajouter des bruits alarmistes sur la santé de Nūr ad-Dīn. Les fausses nouvelles se multipliaient ; l’inquiétude gagna les garnisons aux frontières, le désarroi s’empara des populations civiles. L’état du prince empira et, sentant toute la gravité de la situation, il fit venir auprès de lui, à Damas, ses principaux émirs. Ceux-ci lui renouvelèrent leur serment d’allégeance, après quoi Nūr ad-Dīn leur déclara connaître les mauvaises intentions de son frère cadet Nuṣrat ad-Dīn, seigneur de Ḥarrān ; il se souvenait de l’intervention de son frère cadet à Alep lors de la première maladie et pour éviter tout malentendu il précisa qu’il ne voulait lui confier aucune autorité dans les affaires des Musulmans. Pour assurer sa succession, en cas de malheur, il désigna son frère Quṭb ad-Dīn Mawdūd, prince de Mossoul, homme intelligent et pieux. Nūr ad-Dīn demanda aux émirs de lui obéir104 et en réponse ils jurèrent d’agir selon ses volontés. Après cette réunion le souverain dépêcha des messagers à Mossoul pour mettre son frère au courant des décisions. Quelques jours après l’alerte, Nūr ad-Dīn vit sa santé s’améliorer sensiblement et au début de muḥarram 554/fin janvier 1159 il put même reprendre ses audiences publiques105.

  • 106 THS, 451, 474 sq.

88Dès l’annonce de la maladie, Nuṣrat ad-Dīn et ses partisans s’apprêtèrent à prendre le pouvoir, mais la vigilance de l’émir Maǧd ad-Dīn devait briser ces projets. Le gouverneur d’Alep avait disposé des patrouilles sur toutes les routes du Nord de la Syrie pour prévenir tout mouvement du seigneur de Ḥarrān. La fidélité du commandant de Manbiğ à la cause de Nūr ad-Dīn permit de découvrir, à temps, les auteurs du complot. La place de Manbiğ106, située sur la grande voie qui d’Alep mène à Édesse et Ḥarrān, était, pour qui venait de l’ouest, une étape obligatoire avant de franchir l’Euphrate ; ainsi l’émir de Manbiğ réussit à arrêter au cours de la halte un certain Ibn Mağzū qui transportait des lettres de Damas à Ḥarrān. L’homme et le courrier furent expédiés sous bonne garde à Alep où Maǧd ad-Dīn mit le porteur des messages en état d’arrestation, puis le fit pendre au gibet. Quant aux lettres, elles furent transmises à Nūr ad-Dīn qui en prit connaissance le 14 muḥarram 554/5 février 1159. Il y avait quatre messages signalant à Nuṣrat ad-Dīn que l’état de santé de Nūr ad-Dīn était désespéré et l’invitant à venir sans tarder à Damas prendre la succession. Les comploteurs furent rapidement démasqués : il s’agissait de fonctionnaires de l’entourage même de Nūr ad-Dīn, c’était Amīn ad-Dīn Zayn al-Ḥağğ Abū’l-Qāsim, intendant de la Chancellerie (mutawalī ad-dīwān), Ίzz ad-Dīn, un des mamelouks du souverain et gouverneur de la citadelle de Damas, et Muḥammad b. Ğa‘far, un des chambellans. Le quatrième complice, un certain Sa‘d ad-Dīn ‘Uṯmān, avait réussi à s’enfuir deux jours avant l’arrestation de ses amis. Les trois personnages ne nièrent pas être les auteurs des lettres et furent incarcérés.

89Presque au même moment, parvint à Damas un message du gouverneur de Qal‘at Ğa‘bar annonçant à Nūr ad-Dīn que son jeune frère avait franchi l’Euphrate entre Raqqa et Ṣiffīn et qu’il se hâtait vers Damas. Le souverain envoya aussitôt Šīrkūh repousser l’agresseur, mais celui-ci, prudent, avait fait demi-tour dès qu’il avait appris que la santé de Nūr ad-Dīn s’était améliorée.

  • 107 KR, 122-123 ; Bustān, BEO, VII-VIII, 132. Ibn Abī Ṭayyī, cité dans KR, limite la visite à Alep où (...)
  • 108 Gibb, DC, 351-353 ; KR, 122-123 ; Stevenson, 180 ; SN, 398-399.

90Les envoyés de Nūr ad-Dīn, de leur côté, rentrèrent de Mossoul avec la réponse de Quṭb ad-Dīn. Le seigneur de la Djéziré venait de se mettre en route, lui aussi, lorsqu’il apprit le rétablissement de son frère. Il se contenta alors d’envoyer son vizir Ğamāl ad-Dīn Abū Ğa‘far en mission d’information dans les grandes villes. Lorsque le vizir arriva à Alep, il fut accueilli par un cortège de hauts fonctionnaires et de notables de la ville, puis il arriva à Damas le samedi 8 ṣafar 554/28 février 1159107. Reçu en grande pompe au milieu d’un immense concours de peuple, il séjourna, en compagnie de l’isfahsalār Zayn ad-Dīn ‘Ali Küčük, une semaine à Damas. Le 15 ṣafar/7 mars, le vizir et l’officier général partirent pour Mossoul, escortés par l’émir Šīrkūh qui apportait des cadeaux pour le prince et son entourage108.

91Bien que préoccupé par des problèmes de politique intérieure, familiale pourrait-on presque dire, Nūr ad-Dīn n’oubliait pas qu’il devait répondre à l’appel de Ṭalā’i‘. Il envoya donc entre le 10 et le 20 ṣafar/2-12 mars 1159 son chambellan Maḥmūd al-Muwallad al-Mustaršīdī au Caire pour accompagner les ambassadeurs égyptiens et porter un message personnel à Ṭalā’i‘.

  • 109 Gibb, DC, 353 ; I.F., III, 123 r° 124 v° énumère les cadeaux : cent mille dinars, des perles, cent (...)

92C’est en ce même mois de ṣafar 554/mars 1159 que le souverain de la Syrie, à peine relevé de sa maladie, reçut à Damas un envoyé de l’empereur Manuel, chargé de riches présents et d’un message amical. Nūr ad-Dīn, comme nous allons le voir plus loin, répondit au Basileus en lui adressant en retour un cadeau aussi somptueux109.

93Sans doute cette activité diplomatique avec les différentes puissances était-elle le signe d’une situation instable en Syrie. Il y avait, d’une part, l’état de santé précaire de Nūr ad-Dīn, d’autre part, les intrigues de son frère Nuṣrat ad-Dīn, le raidissement des Chiites d’Alep après leur échec, et l’attitude peu sūre d’une partie de l’entourage du prince à Damas. En face de cette crise, s’opérait en Égypte, sous la direction de Ṭalā’i‘, un redressement spectaculaire donnant une puissance nouvelle à l’État fatimide. Dans le monde musulman on ne savait pas qui allait être le plus fort et à qui il serait avantageux de s’allier. Un événement allait avoir de graves répercussions : la reprise de l’activité diplomatique de Byzance en Orient. Comme nous allons le voir le grand vainqueur politique sera l’empereur Manuel, il se dressera en face de Nūr ad-Dīn et parviendra, durant une quinzaine d’années, à jouer le rôle d’arbitre dans tous les conflits du Proche-Orient.

III. LE RENOUVEAU D’ACTIVITÉ DIPLOMATIQUE DE BYZANCE EN ORIENT110

  • 110 Chalandon, II, ch. XVII, 417-468 ; Vasiliev, Hist. Emp. Byz., II, 67 sqq.
  • 111 Appelée aussi Mamistra ou Mopsuète.
  • 112 Gibb, DC, 349 ; KR, 122.
  • 113 Gibb, DC, 353.
  • 114 Gibb, DC, ibid.

94En ḏū’l-hiğğa 553/janvier 1159, alors que Nūr ad-Dīn était encore malade, on apprit à Damas que l’Empereur avait quitté sa capitale et que des escadrons turcs lui avaient infligé des pertes tandis qu’il traversait la Cappadoce. On sut aussi que les Byzantins étaient arrivés en Cilicie avec une forte armée et que Manuel campait près de Miṣṣīṣ111 dans la plaine dite « Murūğ ad-Dibağ »112. La nouvelle d’une alliance entre Latins et Byzantins se répandit rapidement et suscita de vives inquiétudes chez les émirs de Syrie113. Un envoyé de Manuel arriva à Damas en ṣafar 554/ mars 1159, chargé de riches étoffes de brocart ; il venait exprimer à Nūr ad-Dīn les dispositions amicales de l’Empereur. Celui-ci, en fait, n’avait nullement l’intention d’abattre la puissance du prince musulman, il savait parfaitement que la menace qu’il représentait pour les Francs était un atout dans la politique byzantine. Malgré les paroles rassurantes de l’envoyé impérial, Nūr ad-Dīn ne rapporta pas l’ordre qu’il avait adressé aux émirs de se préparer à la guerre sainte. Lui-même quitta Damas le 5 rabī‘ I/26 mars114 pour se diriger vers le nord. Il passa par Ḥimṣ, Hama et Šayzar. Nūr ad-Dīn s’attarda dans la vallée de l’Oronte car c’était là une frontière souvent menacée. L’armée damascaine pouvait y soutenir le premier assaut franc, en attendant l’intervention des renforts alépins, ou bien, au contraire, si l’attaque était déclenchée au nord le prince pouvait rapidement apporter son appui aux troupes d’Alep.

A. LES AFFAIRES DE CILICIE115

  • 115 Stevenson, 181 ; SN, 389, 393 ; Runciman, II, 351.
  • 116 Chalandon, II, 429.

95Grâce à ces nombreux agents, Nūr ad-Dīn connaissait bien la situation au nord de ses États. La Cilicie, la province de l’Empire byzantin le plus proche de la Syrie, voyait ses verdoyantes vallées sans cesse ravagées, soit par les Turcs soit par les Arméniens, qui descendaient des montagnes du Taurus. Si l’empereur de Byzance voulait avoir accès à Antioche et à la frontière syrienne il lui fallait contrôler la Cilicie. Nulle menace ne pesait au nord sur les domaines de Nūr ad-Dīn depuis qu’en 546/1151 le roi d’Arménie, Thoros II, fils de Léon, avait infligé un cuisant échec aux Grecs. L’accroissement de la puissance musulmane sous la conduite de Nūr ad-Dīn montrait à l’Empereur la nécessité, pour lui, d’être maître de la Cilicie. En 1152, il envoya Andronic Comnène, mais Thoros mit en déroute le nouveau duc de Cilicie près de Miṣṣīṣ et devint pratiquement maître de la région montagneuse et des principales villes de la plaine. Pour mettre un terme aux progrès du roi d’Arménie, et ne pas voir se dresser un trop dur obstacle entre l’Empire et la principauté d’Antioche, Manuel va chercher, suivant une tactique politique maintes fois appliquée, à dresser l’un contre l’autre deux adversaires des Grecs pour qu’ils s’affaiblissent réciproquement116. Le Basileus s’adressa à Mas‘ūd, sultan seldjouqide de Konya, et lui promit de l’argent s’il attaquait Thoros. Pour pénétrer en Cilicie, Mas‘ūd devait franchir le Taurus ; il trouva les passes montagneuses tenues par les Arméniens et finalement, en 1153, les deux antagonistes conclurent la paix aux dépens des Byzantins.

  • 117 Voir les arguments en faveur de cette date dans Chalandon, II, 431, n. 5.

96En 549/1154, l’année de la prise de Damas par Nūr ad-Dīn, l’or byzantin réussit à convaincre Mas‘ūd de reprendre la lutte. Le souverain seldjouqide parvint à forcer les passes de l’Amanus, mais se replia, ce fut un nouvel échec pour le Basileus. Dix mois plus tard, en 1155, Mas‘ūd mourut117, il y eut à Konya de sérieuses difficultés entre ses trois fils pour la succession, ce fut Qiliğ Arslān qui l’emporta. Pendant la crise seldjouqide, Manuel s’adressa, pour jouer le rôle de l’adversaire de Thoros, au prince d’Antioche, ce qui ne fut pas pour déplaire à Nūr ad-Dīn. Personne ne menaçait les États de ce dernier au nord, il put consolider sa position à Damas et disputer aux Francs de Jérusalem les moissons du Hauran.

  • 118 Cité sous le nom de Baghras par les auteurs arabes.
  • 119 Sur l’expédition de Chypre voir Chalandon, II, 437-439.

97En 550/1155, Renaud de Châtillon partit en campagne contre Thoros. Nous n’avons que peu d’informations sur cet épisode, nous savons seulement que Thoros dut céder la région côtière d’Alexan-drette. La charge de veiller au passage par le col de Baylān, où passe une des voies mettant en relation la Cilicie avec la Syrie, fut confiée aux Templiers qui occupaient le château de Gastîn118. Manuel tardant à payer les frais, Renaud se sentit lésé, il s’entendit avec Thoros pour aller faire, en 1156, un fructueux raid contre l’île de Chypre, alors protectorat byzantin119.

B. JÉRUSALEM CHERCHE UN ALLIÉ CONTRE NŪR AD-DĪN120

  • 120 Guil. de Tyr, XVIII, xxii, 229-230 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXIII, 352 ; Stevenson, 181 ; Chalando (...)
  • 121 Chalandon, II, 439.

98Durant sa maladie, Nūr ad-Dīn ne fut pas inquiété par les Francs de Jérusalem. Ceux-ci avaient, peu auparavant, remporté des succès sur les troupes damascaines mais ils se montraient incapables de remporter une victoire décisive. Devant les succès de Nūr ad-Dīn, le roi de Jérusalem sur qui, depuis la mort de Raymond et la disparition de Joscelin, pesait, comme dit Chalandon121 « tout le poids de la défense des possessions chrétiennes d’Orient », se rendait compte qu’en dehors de l’alliance byzantine il n’était pas de salut pour les Latins. Insensiblement, Baudouin allait orienter sa politique vers un rapprochement avec le Basileus ; il désavoua le raid de son vassal Renaud contre Chypre puis envoya à Constantinople une ambassade chargée d’annoncer que les gens d’Antioche étaient prêts à se soumettre à la volonté impériale, et de demander un appui financier et militaire. Les pourparlers furent laborieux, parallèlement était engagée une négociation matrimoniale destinée à sceller étroitement l’éventuelle alliance. Manuel, flatté par ces démarches et satisfait de voir Baudouin, le chef des Latins d’Orient, entrer dans sa clientèle, lui accorda la main de sa nièce Théodora, jeune personne blonde, âgée de treize ans. La princesse débarqua à Tyr et le mariage fut célébré peu après en grande pompe à Jérusalem au mois de ša‘bān 553/septembre 1158.

C. MANUEL EN CILICIE122

  • 122 Guil. de Tyr, XVIII, xxiii, 230-231 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXIII ; Chalandon, II, 441-443 ; Grou (...)
  • 123 Manuel avait dû renoncer à conquérir l’Italie du Sud et avait signé la paix avec Guillaume Ier, le (...)
  • 124 Port sur la côte de l’ancienne Pamphylie, s’appelle aussi Antalya, ou Adalia, GB, Turquie, 368.
  • 125 Laodicée du Lycus, au N.E. de Denizli contrôlait au sud du Méandre la route terrestre de Constanti (...)
  • 126 Appelée aussi Mamistra ou Mopsuète, voir SN, index.
  • 127 Traduction du latin « Pratum palliorum », voir SN, 110, n. 2.

99Ayant échoué dans sa politique occidentale123 Manuel allait chercher à rétablir l’Empire dans ses anciennes limites orientales au détriment des Latins. Il n’avait aucun plan hostile à Nūr ad-Dīn. Son but allait être de faire aboutir une des principales demandes avancées lors de la Première Croisade : la reconnaissance de la suzeraineté byzantine sur Antioche. Il fallait en premier lieu occuper solidement la Cilicie que Thoros, le roi d’Arménie, avait en grande partie occupée. Tandis que se déroulaient les préparatifs du mariage de Théodora, Manuel organisait dans le plus grand secret sa campagne en Cilicie. Lorsqu’à la fin de l’été 1158, l’Empereur quitta Constantinople et prit la route d’Attalia124 par Laodicée de Phrygie125, Nūr ad-Dīn, comme d’autres princes, crut qu’il se dirigeait contre Konya. De fait, il y eut quelques combats avec des unités seldjouqides mais aucune attaque systématique contre le Sulṭānat. En septembre-octobre, Manuel pénétrait, presque par surprise, en Cilicie et Thoros, craignant à juste titre le courroux impérial, surtout à cause de son alliance avec Renaud, parvint de justesse à s’enfuir avec sa famille et ses trésors dans les montagnes. Le Basileus, rapidement maître de toute la province, se montra fort généreux à l’égard de la population dont il obtint ainsi rapidement le ralliement. En novembre 1158, Manuel installait son camp aux portes de Miṣṣīṣ126, dans la plaine de Tarse que les auteurs arabes appellent Murūğ ad-Dibağ127, à l’endroit où la plate-forme de la Cilicie nord-occidentale rencontre la marécageuse plaine alluviale du cours du Ğayhūn. L’Empereur était alors aux confins de la principauté d’Antioche. Il lui fallait châtier Renaud et Thoros.

a) Le camp de Miṣṣīṣ128

  • 128 Guil. de Tyr, XVIII, xxiii, 232 ; xxiv, 233-234 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXIII, 354-355 ; Chalando (...)
  • 129 G. de Tyr, XVIII, xxiii, 232.

100C’est au camp de Miṣṣīṣ que l’ambassadeur de Nūr ad-Dīn put, avec un certain nombre de représentants des princes d’Orient, assister à l’humiliation publique et solennelle de Renaud de Châtillon, venu se mettre à la merci de l’Empereur. Ce spectacle, dont Guillaume de Tyr a fait un vivant récit129, a dû être relaté à Nūr ad-Dīn par son ambassadeur.

101Renaud avait pris la décision de se présenter au Basileus nu-tête, nu-pieds, en chemise, la corde au cou car il ne voyait pas d’autre solution pour sortir d’une situation particulièrement délicate. En effet, il savait qu’il ne pouvait compter sur aucune aide de Baudouin, qui était excédé par ses agissements impulsifs, et n’avait pas les mêmes vues politiques. Renaud n’avait à attendre par ailleurs aucun appui du patriarche Aymeri qu’il avait contraint à quitter Antioche.

  • 130 Uspenskij, III, 288.
  • 131 Chalandon, II, 450.

102Manuel certes pouvait lui demander raison du sac de Chypre, mais il n’avait nullement l’intention de le faire disparaître de l’échiquier politique car il ne tenait pas à voir Baudouin souverain à Antioche. C’est pourquoi l’Empereur se contenta d’humilier Renaud, puis jouant le seigneur généreux, pardonna au rebelle et se hâta, avant l’arrivée du roi de Jérusalem dans son camp, de signer un accord par lequel Renaud reconnaissait la suzeraineté byzantine sur Antioche130. Ainsi lorsque Baudouin vint à Miṣṣīṣ saluer son oncle par alliance la question d’Antioche avait été réglée. Le roi passa une dizaine de jours au camp impérial, il intervint alors pour Thoros. Le roi d’Arménie fut autorisé à se présenter au camp et, fort opportunément, il fit venir avec lui un abondant ravitaillement pour l’armée grecque. Manuel ne fut pas insensible à ce geste qui appuyait les arguments de Baudouin, il accorda le pardon et accepta l’hommage du prince arménien, ce qui lui évitait, note Chalandon131, une guerre de montagnes.

  • 132 Chalandon, II, 446.

103Baudouin signa un traité formel avec Byzance et chercha à convaincre Manuel de la nécessité d’un front chrétien en face de l’Islam. Le roi de Jérusalem se rendait compte que « contre les Musulmans unis sous Nūr ad-Dīn ils ne pouvaient remporter de succès durable qu’avec l’appui de l’empire grec »132.

b) Manuel à Antioche133

  • 133 Guil. de Tyr, XVIII, xxv, 235 ; Stevenson, 181 ; Chalandon, II, 450 ; Vasiliev, Hist. Emp. Byz., I (...)

104Nūr ad-Dīn pouvait croire que ces craintes d’une coalition chrétienne n’étaient pas vaines. En effet, après avoir repris en main la Cilicie, pardonné à Renaud et à Thoros et signé un accord avec Baudouin, il ne restait plus à Manuel qu’à faire son entrée solennelle dans Antioche pour marquer publiquement la suzeraineté de Byzance sur la principauté.

  • 134 Chalandon, II, 446.

105Après les fêtes de Pâques (12 avril 1159), le cortège officiel, en grande pompe, défila dans les rues d’Antioche. Huit jours durant de somptueuses festivités se déroulèrent dans la cité. Ce véritable « triomphe » à la mode antique était « le résultat de plus de soixante années d’efforts et de luttes. Les basileis n’ont jamais perdu de vue la question de la principauté d’Antioche, question posée lors de la Première Croisade. Pour les Francs reconnaître la suzeraineté de Byzance sur Antioche c’était reconnaître la thèse byzantine selon laquelle la principauté faisait partie de l’« empire romain »134. Ce résultat on le devait à l’accroissement de la puissance de Nūr ad-Dīn.

D. LA CAMPAGNE FRANCO-BYZANTINE CONTRE NŪR AD-DĪN135

  • 135 Gibb, DC, 349, 353-354 ; KR, 123 ; Guil. de Tyr, XVIII, xxv, 236 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXV, 356 (...)
  • 136 N. Elisséeff, Monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 11, n° 32.
  • 137 THS, 470-471.
  • 138 THS, 228-232. Le Ğisr Qībār et le gué de Balanée ne sont qu’un seul et même lieu d’après Dussaud ((...)
  • 139 Kinnamos (HOC Gr., IV, 21, 188) dit 6.000 ; Grégoire le Prêtre (IV, 192) renchérit à 10.000. Bustā (...)
  • 140 Parmi les chevaliers libérés on comptait Bertrand, le fils d’Alfonse Jourdain, et Bertrand de Blan (...)
  • 141 Gibb, DC, 354.

106Au début de l’année 554/1159 Nūr ad-Dīn se voyait menacé par deux dangers : les intrigues de son frère Nuṣrat ad-Dīn, sur lesquelles nous reviendrons, et le projet d’une coalition franco-byzantine. Il fallait avant tout faire face à la menace extérieure. Nous avons vu qu’une ambassade était venue à Damas protester des bonnes dispositions de Manuel, une trêve semble même avoir été conclue. Mais Nūr ad-Dīn se souvenant de la mauvaise foi de Jean Comnène prit ses précautions. Il adressa à ses émirs un appel à la guerre sainte, fit construire un avant-mur à Alep136 et ordonna de démanteler certaines places difficiles à défendre pour lui comme Qūriṣ137, dans le nord de la province d’Alep. Nūr ad-Dīn ne fut donc guère surpris d’apprendre que Renaud, Baudouin et Manuel se disposaient à marcher contre Alep. Aussitôt Nūr ad-Dīn se porta au-devant de l’ennemi. Les coalisés parvinrent en une journée à un passage sur le ‘Afrīn, le Ğisr ‘Afrīn ou Ğisr Qībār, au lieu appelé wādī Balā ou gué de Balanée138. D’autres éléments chrétiens s’approchèrent de ‘Imm, à une trentaine de kilomètres à l’est d’Alep, dans la vallée qui sépare le Ğabal Barīša du Ğabal Sam’ān. C’est alors que, sans ouvrir les hostilités, les deux adversaires entamèrent de longues négociations avec des propositions concrètes pour éviter le combat. Nous ignorons qui prit l’initiative de ces pourparlers. Les Francs avaient-ils appris que le prince de Mossoul, Quṭb ad-Dīn, était venu avec de puissants renforts appuyer l’action de son frère, facteur qui pouvait freiner leur élan guerrier ? Nūr ad-Dīn rappela-t-il à Manuel les termes de la trêve qu’ils avaient conclue ? Nous sommes fort mal renseignés sur ces négociations qui fin mai 1159 aboutirent à un accord entre Manuel et Nūr ad-Dīn amenant la libération de plusieurs milliers139 de prisonniers francs détenus en territoire musulman. C’était pour la plupart des Allemands, captifs depuis la Deuxième Croisade140. Pour Grégoire le Prêtre, cette libération avait été le prélude aux négociations tandis que pour Kinnamos elle en était le résultat. Ibn al-Qalānisī considère l’accord comme un succès pour les Musulmans141. Cet accord portait aussi une promesse d’appui de Nūr ad-Dīn contre Qiliğ Arslān de Konya, adversaire de Byzance.

  • 142 Gibb, DC, 354-355 ; KR, 123 ; Guil. de Tyr, XVIII, xxv, 236 ; Grégoire le Prêtre, 191-192 ; Chalan (...)
  • 143 Gibb, DC, 355 ; KR, 123, dit : « al-huyul al-ğabalīya » ; Bustān (BEO, VII-VIII, 132) — année 554 (...)
  • 144 Actuelle Silifké, GB, Turquie, 445.

107La « croisade » de 1159 avait tourné court. Bien que la libération massive des chevaliers captifs ait été une décision avantageuse pour les Francs les chroniqueurs parlent d’une grande déception chez ceux-ci après la signature de l’accord entre Manuel et Nūr ad-Dīn142. Les deux princes échangèrent de magnifiques cadeaux et nous savons que le souverain de Syrie reçut des robes de brocart, des perles, de nombreux chevaux de montagne143 et une grande tente en brocart. Manuel chercha alors à gagner Constantinople le plus vite possible car on y avait découvert un complot, il repassa par Séleucie144, il fut en chemin harcelé par des éléments musulmans, sans doute à l’insu de Nūr ad-Dīn, remonta vers Laranda ; évitant Konya, il passa par Kutayha et rentra dans sa capitale. Renaud rentra à Antioche et Baudouin retourna à Jérusalem.

  • 145 Gibb, DC, 355-356.

108Pour Nūr ad-Dīn l’alerte avait été chaude. Le 17 ğumādā I/ 6 juin 1159, il offrit un somptueux banquet en l’honneur de son frère Quṭb ad-Dīn et distribua des cadeaux aux émirs pour les remercier de leur appui. Tandis que tout le monde était réuni au camp, des Turcomans exécutaient un raid contre les Banū Usāma et emmenaient leurs troupeaux, la réaction fut rapide, les auteurs du rapt furent rattrapés et le cheptel récupéré145.

  • 146 Grégoire le Prêtre, 191-192 ; Kinnamos (279) parle d’un complot de fonctionnaires. La Chronique An (...)
  • 147 Chalandon, II, 455.

109La libération par Nūr ad-Dīn de tous les prisonniers était-elle un prix suffisant pour arrêter l’offensive franco-byzantine ? Les raisons de la dispersion des coalisés n’apparaissaient pas très clairement dans les sources. Le prétexte de la révolte à Constantinople qui aurait contraint Manuel à regagner d’urgence sa capitale est controuvée par Grégoire le Prêtre146. Il nous semble que la « défection » byzantine peut s’expliquer par le fait que les intérêts de Manuel ne concordaient pas avec ceux des Croisés latins. Le Basileus n’était pas venu appuyer la politique des Latins qui l’avaient appelé, il était bien décidé à faire sa propre politique dont le but était de rétabhr l’autorité impériale sur la Cilicie et la principauté d’Antioche. S’il voulait maintenir son autorité, et en même temps rester indispensable aux Latins, il lui fallait laisser peser sur les Francs la menace musulmane, c’est pourquoi il ne songea jamais à renverser Nūr ad-Dīn. « C’est à la lutte de Nūr ad-Dīn et des Latins, rappelait Chalandon, que l’Empire devait les succès remportés en Orient... La suppression de Nūr ad-Dīn aurait rendu les Latins trop puissants »147. La préoccupation essentielle de Manuel sera de mener, dans cette région de la Syrie du Nord, une certaine politique d’équilibre. C’est ainsi d’ailleurs que la crainte d’une intervention byzantine empêchera pendant plusieurs années Nūr ad-Dīn d’exploiter à fond ses succès contre les Francs.

110Un autre facteur n’est pas étranger à l’accord entre Manuel et Nūr ad-Dīn : c’est la présence de Qiliğ Arslān qui, de Konya, les menaçait l’un et l’autre. N’est-ce pas la raison qui les poussa à envisager une campagne commune contre leur ennemi seldjouqide ?

E. LIQUIDATION DE NUṢRAT AD-DĪN148

  • 148 Gibb, DC, 356-357 ; Kāmil, IX, 67 ; Ibn al-‘Adīm, II, 311 ; I.F., III, 116 r°, 125 r°-v°, 139 r°, (...)

111Le danger byzantin écarté par l’accord intervenu avec Manuel, la menace franque disparue avec la dislocation de la coalition franco-byzantine, Nūr ad-Dīn allait pouvoir, sans tarder, régler ses affaires intérieures. Le 1er ğumādā II/20 juin, Nūr ad-Dīn partit d’Alep avec Quṭb ad-Dīn punir leur frère cadet Nuṣrat ad-Dīn pour sa tentative d’usurpation du pouvoir. Nous avons vu comment le jeune prince, quelques mois plus tôt, pendant la seconde maladie de Nūr ad-Dīn, répondant à l’appel de quelques émirs, avait accepté de venir s’emparer de Damas. L’armée mit le siège devant Ḥarrān où se trouvait le rebelle. Durant trois semaines, les négociations alternèrent avec les assauts, finalement, à la promesse d’une amnistie, la place se rendit le 23 ğumādā II/12 juillet 1159. Nuṣrat ad-Dīn parvint à se réfugier auprès de Qiliğ Arslān. Nūr ad-Dīn céda la place au commandant en chef de l’armée de Mossoul, l’émir isfahsalār Zayn ad-Dīn ‘Ah Küčük, seigneur d’Irbil, qui avait donné maintes preuves de fidélité à la famille zenguide.

112De Ḥarrān, Nūr ad-Dīn descendit vers l’Euphrate et alla enlever Raqqa aux fils d’Amīrak al-Ğāndār, qui venait de mourir.

IV. L’ACTIVITÉ DE NŪR AD-DĪN EN SYRIE DU NORD EN 555/1160

A. NŪR AD-DĪN ET MANUEL CONTRE QILIĞ ARSLĀN

  • 149 Orthographié aussi Yaġī Siyān, ou appelé Ya‘qūb Arslān par de nombreux auteurs.

113Lorsque Nūr ad-Dīn et Manuel conclurent leur accord en 554/1159, leurs voisins musulmans communs étaient les Seldjouqides d’Asie Mineure d’une part et les Danišmendides de l’autre. Chacune de ces dynasties était elle-même divisée par des rivalités génératrices d’alliances. Face au souverain syrien et à l’empereur byzantin, le prince qui paraissait le plus puissant était le fils de Mas‘ūd, Qiliğ Arslān, le sultan seldjouqide de Konya ; il avait pour rival direct son frère Šāhinšah, seigneur d’Ankara. Les Danišmendides étaient scindés en trois groupes : celui de Ḏū’l-Nūn de Qay-ṣarīya, voisin du sultan seldjouqide, celui de Ḏū’l-Qarnayn de Malaṭiya, vassal du même sultan et voisin des Artuqides, et celui de Yaġi Basān149, seigneur de Sīwās. La mort de Ḏū’l-Qarnayn, en 1160, devait provoquer un conflit entre Qiliğ Arslān et Yaġi Basān, à propos de la suzeraineté à exercer sur Muḥammad, le nouveau seigneur de Malaṭiya. Les deux princes se disputaient ce vassal. Face à Qiliğ Arslān, le Danišmendide était soutenu par Nūr ad-Dīn et encouragé par Manuel.

114Nous allons voir comment Qiliğ Arslān va disloquer tous les plans de coalition en concluant des accords bilatéraux avec chacun de ses adversaires.

a) L’attaque de Nūr ad-Dīn contre Qiliğ Arslān150

  • 150 Guil. de Tyr, XVIII, lxxvii, 237 ; Stevenson, Crusaders, 182 ; Grousset, II, 421-422 ; SN, 404 ; R (...)

115Après avoir réglé l’affaire de Ḥarrān et se conformant à l’accord conclu avec Manuel, Nūr ad-Dīn, à la fin de 554/1159, attaqua le sultan seldjouqide de Konya chez qui Nuṣrat ad-Dīn son frère rebelle avait trouvé refuge.

116Les ambitions de Qiliğ Arslān et sa puissance croissante inquiétaient Nūr ad-Dīn. Il fallait barrer au rival seldjouqide l’accès au moyen Euphrate ; la possession de Ḥarrān permettait à Nūr ad-Dīn de contrôler une des routes qui du nord, à travers le Diyār Muḍar, débouchait en Syrie et se raccordait à l’Euphrate, cette grande voie commerciale menant au golfe Persique.

117Nūr ad-Dīn mena une action synchrone avec l’expédition byzantine qui attaqua vers Dorylée. Le souverain d’Alep chercha à étendre sa domination jusqu’au piémont du Taurus, il voulait profiter des soucis de Qiliğ Arslān pour occuper les anciennes dépendances du comté d’Édesse dont les Seldjouqides s’étaient emparées.

  • 151 I.F., III, 125 r° ; SN, 118 à 123 ; pour cette région voir aussi THS, 477 sqq.

118Ayant groupé son armée à Alep, Nūr ad-Dīn partit vers le nord par Tell Bašīr, remonta la vallée du Sağūr, gagna ‘Aynṭāb, traversa le riche plateau du nahr al-Ğawz, franchit le nahr Marzubān et prit successivement Ra‘bān151 et Kaysūn, il occupa Bahasnā, important carrefour qui garde un col dans la zone de contact du plateau et de la chaîne orientale du Taurus. Puis, obliquant vers l’ouest, Nūr ad-Dīn gagna la vallée du Ğayhūn et occupa au début de 555/1160 la ville de Mar‘aš, l’antique Germanicia.

b) Campagne de Manuel contre Qiliğ Arslān152

  • 152 Khalandon, II, 458-462 (citant Kinnamos, IV, 22-24) ; Uspenskij, III, 275 ; Grousset, II, 421-422  (...)

119Allié de Nūr ad-Dīn contre Qiliğ Arslān, Manuel menait au même moment une campagne en Anatolie. Trois mois après son retour à Constantinople, prenant prétexte des attaques subies de la part de Turcomans en rentrant d’Antioche, et dont il rendait Qiliğ Arslān responsable, l’Empereur reparut en Asie durant l’hiver 554/1159. L’armée byzantine venait de voir sa structure modifiée pour s’adapter à la stratégie de ses adversaires turcs. Désormais il y aura des escadrons légers byzantins, très mobiles qui pourront donner la réplique aux rapides Turcomans de Dorylée, l’actuel Eskişehir. Il réussit à en chasser les éléments turcs, mais les rigueurs de l’hiver anatolien interrompirent cette brève campagne sans qu’aucun succès décisif n’ait été remporté.

  • 153 Grégoire le Prêtre, CCLXXVIII, 361 ; Chalandon, II, 458-462 ; Grousset, II, 421 ; SN, 404 ; Runcim (...)

120Au printemps 1160, la menace byzantine s’accentua. Qiliğ Arslān réussit à obtenir de Nūr ad-Dīn un arrêt des hostilités et l’accord fut souligné par la visite que fit à Konya la femme de Nūr ad-Dīn, sœur de Qiliğ Arslān. Manuel chercha alors à organiser une véritable croisade contre le sultan seldjouqide et pendant qu’il s’efforçait de grouper les différents éléments de sa coalition, il entama des pourparlers avec Yaġi Basān de Sīwās et le poussa à la guerre contre Konya153. Le moment était favorable car l’émir Danišmendide de Malaṭiya, Ḏū’l-Qarnayn, venait de mourir et un conflit, comme nous l’avons dit, opposait l’émir de Sīwās au sultan de Konya au sujet de la suzeraineté à exercer sur l’émir Muḥammad, fils de Ḏū’l-Qarnayn.

  • 154 Voir SN, 123.

121Yaġi Basān attaqua aux frontières nord-est du Sultanat de Konya ; Qiliğ Arslān, fort habilement, décida de céder, provisoirement, au Danišmendide la place d’Albistān et les plateaux environnants154, dans l’Anti-Taurus. Qiliğ Arslān se réconcilia avec Yaġi Basān et signa la paix. Nūr ad-Dīn n’intervint pas, Yaġi Basān ayant traité avec le Seldjouqide il ne restait plus à Manuel qu’à compter sur les Francs. L’Empereur chercha à rassembler une coalition chrétienne en application des accords qu’il avait avec eux et demanda des renforts à Baudouin III, à Renaud et à Thoros. Il engagea même à prix d’or à son service des chevaliers qui passaient par Rhodes pour se rendre à Jérusalem.

  • 155 Fehim bajraktarevič, art. Péčénègues, ΕΙ, III, 1107-8. Tribu de race turque longtemps installée en (...)
  • 156 Kinnamos, IV, 24, 198-200.

122En été 556/1161, Manuel envoya, sous le commandement de Jean Kontostephanos, une armée byzantine renforcée de contingents antiochéens et arméniens et d’unités petchénègues155 attaquer les passes du Taurus. Vers la fin de l’été, les Turcs furent mis en fuite156 ; placé dans une situation politique délicate il ne restait plus à Qiliğ Arslān qu’à demander la paix au Basileus.

123Qiliğ Arslān fit des ouvertures de paix, il proposa à Manuel la rétrocession de certaines villes, une rectification des frontières qu’il s’engageait à respecter. Il promit aussi de fournir, contre subsides, des contingents pour lutter contre les ennemis de l’Empire byzantin, c’est ainsi que l’on verra plus tard des escadrons turcs en Hongrie avec Manuel. A la fin de 1161, un traité fut signé, Qiliğ Arslān acceptait apparemment la suzeraineté byzantine, il pensait être ainsi consolidé à Konya et n’avoir plus à redouter les Danišmendides, alliés de Byzance. Ce calcul s’avéra faux car Yaġi Basān reprit ses intrigues et intervint auprès des Grecs en faveur du frère de Qiliğ Arslān, l’émir Šāhinšāh d’Ankara.

  • 157 Barhebraeus (op. cit., 287) dit 80 jours.

124Décidé à clarifier la situation, le sultan seldjouqide résolut de se rendre à Constantinople au printemps 1161 en compagnie de Nuṣrat ad-Dīn, le frère rebelle de Nūr ad-Dīn. L’arrivée du nouveau vassal sur le Corne d’Or donna lieu à une série de magnifiques réceptions durant plus de trois semaines157.

125Une des conséquences de la paix signée entre Byzance et Konya fut la réouverture de la voie terrestre pour les pèlerins se rendant en Terre Sainte. Cette paix, d’autre part, laissait à Manuel la liberté d’action en Europe.

  • 158 Chalandon, II, 469-490.

126Le 31 mai 1161 le roi de Hongrie mourait et Manuel allait pour une douzaine d’années se désintéresser des questions orientales pour se consacrer plus spécialement aux affaires hongroises158.

  • 159 SN, 404. Yaġi Basān mourut en 1164 laissant un successeur faible.

127Qiliğ Arslān fera du chantage et se fera payer de plus en plus cher sa neutralité vis-à-vis de Byzance. Dès son retour de Constantinople, le sultan de Konya s’entendit avec l’émir Dū’l-Nùn de Qayṣārīya pour agir contre Yaġi Basān, alors en position d’infériorité. L’émir Danišmendide ne pouvait pas compter sur l’appui de Nūr ad-Dīn, retourné à Damas, et se trouvait engagé dans un conflit avec les Artuqides de Mārdīn159.

B. NŪR AD-DĪN ATTAQUÉ PAR BAUDOUIN III160

  • 160 Guil. de Tyr, XVIII, xxvii, 238-239 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXVII, 360-361 ; Grousset, II, 423 ; (...)
  • 161 14 ğumādā II. Voir plus haut.

128Baudouin III sachant Nūr ad-Dīn occupé à combattre les Seldjouqides dans le Nord, ne put s’empêcher d’envahir le territoire dépendant de Damas. Depuis la bataille de Buṭayḥa, en ğumādā II 553/juillet 1158161, la frontière méridionale de la Damascène était paisible. Lorsque le roi de Jérusalem rentra d’Antioche en 1160, il lança ses troupes vers le Hauran où les Francs commirent des déprédations, notamment dans la région de Boṣrā. Constatant la faiblesse de la réaction musulmane, elles s’enhardirent et vinrent même tout près de Damas.

  • 162 Guillaume de Tyr (loc. cit.) dit « besants ».

129Le gouverneur de la cité était alors Nağm ad-Dīn Ayyūb, le frère de Šīrkūh. L’émir, manquant de troupes, négocia la retraite franque moyennant le versement de 4.000 dinars162 et la restitution de six prisonniers francs. Il obtint en outre une trêve de trois mois. A l’expiration de ce délai Nūr ad-Dīn n’étant pas revenu à Damas, Baudouin fit envahir à nouveau la province syrienne. Les Francs causèrent beaucoup de mal, brūlant et pillant villages et récoltes avant de rentrer chez eux, chargés de butin. C’est alors que Nūr ad-Dīn regagna sa capitale, la chaleur dans le sud de la Syrie entrava les opérations militaires et l’été 555/1160 se passa dans le calme ; à l’automne commencèrent des négociations qui aboutirent à l’entrée de l’hiver à une trêve de deux ans entre Jérusalem et Damas.

C. LA QUESTION D’ANTIOCHE EN 555/1160

130La capture de deux chefs francs par le gouverneur zenguide d’Alep à la fin de l’année 555/1160 posa à nouveau la question d’Antioche.

  • 163 THS, 434-435.
  • 164 THS, 214 sq. ; SN, 161-162.
  • 165 SN, 404. Le souverain zenguide reprit cette place deux ans plus tard. THS, 158 sq. ; voir aussi so (...)

131Pendant que Manuel était occupé à régler ses affaires avec Qiliğ Arslān, sultan de Konya, et que Nūr ad-Dīn était retenu à Damas par les incursions de Baudouin III, les Francs d’Antioche purent se tourner contre la province d’Alep sans courir de grands risques. Renaud de Châtillon effectua quelques raids heureux, il récupéra Ğisr al-Ḥadīd qui contrôlait sur l’Oronte la route la plus directe entre Antioche et Alep163 ; il fit une expédition contre le Ğabal as-Summāq, couvert en grande partie par le district de Gazr où se trouvaient de nombreux Ismā‘īliens164. Peut-être est-ce à l’occasion d’une de ces expéditions vers le sud de la principauté d’Antioche que Renaud récupéra sur Nūr ad-Dīn la place d’Arzġān165 qui, sur la rive droite de l’Oronte, défendait le passage de Ğisr as-Sugr. Renaud contrôlait désormais les deux principaux ponts sur l’Oronte ; la réaction musulmane n’allait pas tarder.

a) Capture de Joscelin III de Courtenay166

  • 166 Ibn al-‘Adīm, II, 311 ; I.F., III, 138 v° ; Nuğūm, V, 332 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXVIII, 361 ; B (...)
  • 167 Grousset, II, 461.
  • 168 Voir plus haut. Pour Grousset (II, 464) Joscelin ne fut pris qu’en 1164.

132Nūr ad-Dīn, comme nous venons de le voir, avait dū gagner Damas pour régler la situation avec Baudouin III ; son représentant en Syrie du Nord, Maǧd ad-Dīn Ibn ad-Dāya, observait les différents mouvements des Francs d’Antioche. Pour riposter à un raid que Joscelin III de Courtenay tentait depuis Ḥārim contre Alep, le gouverneur zenguide se rendit dans cette région constamment disputée entre Francs et Musulmans. L’émir Maǧd ad-Dīn réussit en rağab 555/juillet 1160 à capturer dans une embuscade celui que René Grousset appelle « l’héritier sans terre des anciens comtes d’Édesse »167. Le comte franc restera seize ans prisonnier à Alep dans la cellule où l’avait précédé son père Joscelin d’Édesse168. Un autre prisonnier de marque allait bientôt le rejoindre en captivité.

b) Capture de Renaud de Châtillon (nov. 1160)169

  • 169 Ibn al-‘Adīm, II, 311-312 ; Guil. de Tyr, XVIII, xxviii, 239-241 ; Barhebraeus, 286 ; Grégoire le (...)

133En ḏū’l-ḥiğğa 555/novembre 1160, le mouvement saisonnier des troupeaux descendant de l’Anti-Taurus vers la vallée de l’Euphrate éveilla chez Renaud de Châtillon son goūt du pillage. Le prince d’Antioche ne put s’empêcher d’effectuer une razzia dans le Nord.

  • 170 SN, 405, n. 1.

134De grands troupeaux progressaient alors entre Mar‘aš et Dulūk, à travers le territoire de l’ancien comté d’Édesse. Qiliğ Arslān, occupé à guerroyer contre Byzance, Nūr ad-Dīn à Damas, les circonstances semblaient favorables pour exécuter une razzia sans grands risques. D’autant plus que la région visée était peuplée de Chrétiens, seules les places fortes étaient tenues par des garnisons musulmanes, les soldats francs pouvaient donc espérer être à l’abri des guérillas et avoir une certaine sécurité. Renaud d’ailleurs ne se préoccupa nullement de savoir si les propriétaires des troupeaux étaient chrétiens ou musulmans. Il ne vit en eux que des gens incapables de se défendre contre ses hommes et faciles à dépouiller. La topographie de ce raid est difficile à établir, Claude Cahen pense que Renaud alla jusqu’à Qal‘at ar-Rūm sur l’Euphrate170 ; peut-être comptait-il trouver les troupeaux au passage de l’Euphrate. Lorsque les troupeaux, après avoir traversé la région montagneuse, débouchèrent dans la haute vallée du Sagūr, les Francs les attaquèrent dans la région de ‘Aynṭāb et effectuèrent une importante rafle de bétail. Puis embarrassés par leur butin ils prirent le chemin du retour.

  • 171 THS, 223, 231. District au nord de la principauté d’Antioche.
  • 172 Cette localisation que donne Ibn al-‘Adīm (II, 312) est la plus vraisemblable, car cette région es (...)

135Maǧd ad-Dīn, le gouverneur d’Alep, prévenu de ce raid se porta à la rencontre des Francs, son avant-garde tendit un certain nombre d’embuscades le long du piémont oriental du Kurd Dagh. L’une d’elles provoqua un combat assez sérieux, la majorité de l’escorte franque s’enfuit mais Renaud, avec une poignée d’hommes, refusant d’abandonner son butin tenta de combattre l’assaillant. Il fut fait prisonnier dans la région d’al-Ğūma171 au sud de Rāwanḍān, dans la haute vallée du ‘Afrīn, le 22 ḏū’l-qa‘dā 555/23 novembre 1160172. Emmené à Alep, Renaud de Châtillon devait rester captif jusqu’en 1176, personne en effet ne s’empressa de verser la rançon de ce prince turbulent ; sa détention ne fut déplorée ni par les barons d’Antioche ni par le roi de Jérusalem.

c) La question d’Antioche après la capture de Renaud173

  • 173 Guil. de Tyr, XVIII, xxx, 243-244 ; Michel le Syrien, III, III, 324 ; Stevenson, 183 ; Grousset, I (...)

136La capture de Renaud de Châtillon en ḏū’l-qa‘dā 555/no-vembre 1160 posa à Antioche le problème de la régence car Bohémond III, le fils de Constance et de Raymond de Poitiers, était encore mineur.

137Il fallait savoir qui allait gouverner la principauté. On se retrouva alors dans la même situation qu’à Jérusalem quelques années auparavant, lorsque Mélisende était en opposition avec son fils Baudouin III.

  • 174 Voir plus haut, p. 540.

138Au point de vue juridique la question devait être réglée par l’empereur de Constantinople suzerain légitime d’Antioche depuis les accords de Miṣṣīṣ de 1159174 mais, par suite des fréquentes minorités des prétendants au trône de la Principauté, les barons en étaient venus à considérer le roi de Jérusalem comme leur arbitre et leur suzerain moral. Deux partis s’affrontèrent à Antioche. Celui de la princesse Constance et celui de Bohémond III qui, outre le patriarche Aymeri, groupa un grand nombre de barons. Constance réclama le pouvoir pour elle seule et envisagea, pour obtenir gain de cause, de demander l’appui de Manuel, le suzerain juridique. Les barons, craignant l’intervention de l’Empereur, souhaitaient une régence confiée au patriarche Aymeri jusqu’à la majorité du jeune Bohémond qui n’avait alors que quinze ans.

139Ils envoyèrent des messages à Baudouin III pour lui demander conseil. Le roi de Jérusalem se croyait autorisé par les bons rapports qu’il avait avec Manuel — celui-ci, comme nous allons le voir, l’avait prié de lui choisir pour épouse une princesse latine — à régler l’affaire lui-même. Il répondit à l’appel des barons et gagna rapidement Antioche dans l’espoir d’éviter toute intervention byzantine dans la querelle. Dès son arrivée, Baudouin III désigna Bohémond comme prince d’Antioche et confia la régence au patriarche. Constance fut écartée du pouvoir et reçut en compensation un douaire important. Il avait fallu donner rapidement un chef à Antioche car Nūr ad-Dīn était revenu dans le nord de la Syrie pour observer l’évolution des négociations auxquelles prenait part le roi de Jérusalem. Il se tint à l’écart, mais nul doute que sa présence aux confins de la principauté d’Antioche n’ait influencé la solution prise par les Francs.

140La solution adoptée fit deux mécontents : Constance et Manuel. Une intrigue qui s’était nouée entre eux peu auparavant allait avoir, comme nous le verrons, des répercussions pour Antioche et pour la vie privée de l’Empereur de Byzance.

d) L’intervention de Manuel à Antioche en 556/1161175

  • 175 Guil. de Tyr, XVIII, xxx, 244-245 ; xxxi, 245-248 ; Stevenson, 184 ; Chalandon, II, 212 ; Grousset(...)

141Réplique directe à l’intervention de Baudouin III dans le règlement de la question d’Antioche, le mariage de l’Empereur avec la jeune Marie, fille de Constance, allait créer de nouvelles relations entre la veuve de Raymond de Poitiers et Manuel et remettait en cause la solution trouvée par le roi.

  • 176 Jean Kontostephanos était le fils d’Étienne Kontostephanos et d’Anne, fille de Jean Comnène (Guil. (...)

142L’idée de ce mariage remontait au printemps précédent. L’Empereur préoccupé par sa politique orientale cherchait à resserrer les liens avec les Latins d’Orient. Veuf depuis 1159 de l’impératrice Irène, née Bertha von Salzbach, Manuel envoya à Jérusalem une ambassade conduite par son neveu Jean Kontoste-phanos176 pour prier Baudouin III de lui trouver une princesse latine pour épouse. Il y avait alors deux candidates possibles : Mélisende, sœur de Raymond III, comte de Tripoli et Marie, fille de Constance et de Raymond de Poitiers. Après avoir pris l’avis de ses conseillers, et pour éviter une alliance de Manuel avec la famille princière d’Antioche, Baudouin III proposa la fort belle Mélisende. Les ambassadeurs byzantins se rendirent à Tripoli pour voir la « fiancée » impériale et firent leur rapport. Raymond III ne cachait pas son enthousiasme pour le projet, ce mariage ne pouvait manquer, d’après lui, d’avoir d’heureuses incidences politiques pour le Comté provençal. Sans attendre la réponse de l’Empereur on se mit à préparer un luxueux trousseau. Les mois passèrent, Manuel ne donnait pas de réponse. L’affaire traīnait depuis près d’un an lorsque se posa la question de la régence d’Antioche.

  • 177 La future basilissa partait pour un destin tragique car elle devait, sur ordre d’Andronic Comnène, (...)

143La capture de Renaud de Châtillon avait créé une situation nouvelle dont Manuel devait profiter pour s’introduire à Antioche. Sa seule chance d’avoir des titres incontestables pour intervenir dans la politique de la principauté était d’obtenir une alliance par le mariage. C’est pourquoi en ša‘bān 556/août 1161 le Basileus renonça officiellement à épouser Mélisende et demanda la main de Marie d’Antioche, qui n’était pas moins belle que la princesse tri-politaine. Lorsque Baudouin arriva à Antioche pour régler le problème de la régence il trouva les ambassadeurs byzantins qui étaient venus demander la main de la princesse Marie, sœur du jeune Bohémond III. La princesse Constance fut heureuse de donner son accord pour l’union projetée, elle s’assurait ainsi l’appui de Manuel contre les barons et Baudouin. Celui-ci consulté, en sa qualité de suzerain de tous les princes latins d’Orient, au sujet du projet n’osa pas refuser son consentement : il dut même, sous la pression byzantine, revenir sur la solution qu’il avait proposée et accepter que la régence soit confiée à Constance. La princesse douairière, pour rétablir sa situation, avait mis tous les atouts dans son jeu. Marie s’embarqua en septembre pour Constantinople où le mariage fut célébré en grande pompe le 25 décembre 1161/5 muḥarram 557177.

D. NŪR AD-DĪN ET LES ÉVÉNEMENTS D’IRAQ, EN 556/1161

144Tandis que les Francs cherchaient à régler la question d’Antioche, Nūr ad-Dīn à Alep suivait l’évolution des problèmes soulevés par une autre succession : celle du sultan seldjouqide de Hamaḏān, car elle retenait loin de Syrie les troupes de Quṭb ad-Dīn.

  • 178 Kāmil, IX, 68 ; Atabegs, 205.

145Celui-ci était rentré à Mossoul en 555 après la mort du sultan seldjouqide Muḥammad b. Maḥmūd à Hamaḏān en ḏū’l-ḥiğğa 554/janvier 1160. Les différents groupes d’émirs avançaient chacun un nom pour la succession, parmi les candidats se trouvait un prince seldjouqide incarcéré à Mossoul : Sulaymūn Šāh. Des émirs importants envoyèrent dans la capitale de la Djéziré des messagers et demandèrent qu’on leur envoyât Sulaymūn pour le faire proclamer sultan. Quṭb ad-Dīn accepta de relâcher son prisonnier, d’abandonner ce gage à la condition d’être désigné comme atabeg du nouveau sultan et que Ğamāl ad-Dīn soit aussi son vizir comme Zayn ad-Dīn le commandant en chef de l’armée seldjouqide178. L’armée de Mossoul, avec à sa tête l’émir Zayn ad-Dīn, partit accompagner à Hamaḏān le sultan pour qui déjà dans tout l’Iraq se faisait le ḫuṭba. En cours de route de nombreuses troupes rallièrent Sulaymān. L’armée de Mossoul se trouva en minorité, le groupe des émirs qui avait fait libérer Sulaymān n’eut plus l’autorité suffisante pour imposer ses décisions.

  • 179 Kāmil, IX, 72.
  • 180 Bidāya, XII, 242.

146Voyant que les promesses faites ne seraient pas tenues Zayn ad-Dīn retourna à Mossoul avec ses hommes. Un complot se trama pendant que le cortège progressait vers le Khorāsān. Sulaymān par son intempérance (il allait jusqu’à boire du vin en plein jour au mois de ramaḍān), révoltait certains émirs. Ceux-ci poussèrent l’eunuque Šaraf ad-Dīn Kurd Baz à supprimer le sultan par le poison179. Dès la mort de Sulaymān, l’armée se disloqua, les querelles reprirent, finalement un groupe de Turcomans gagna Hamaḏān, la résidence des grands sultans seldjouqides, en šawwāl 557/septembre-octobre 1161 et y fit dire la ḫuṭba pour Arslān Šāh b. Tuġril180. Mossoul n’avait plus de lien avec le sultan du Khorāsān et l’armée était rentrée en Djéziré, Nūr ad-Dīn pouvait de nouveau compter sur l’appui militaire de son frère.

  • 181 Kāmil, IX, 77.

147Bien qu’en état de trêve avec Jérusalem, Nūr ad-Dīn semble n’avoir pas hésité, si l’on en croit Ibn al-Aṯīr, seul auteur à rapporter l’anecdote181, à aider un adversaire de Baudouin. En 556/ 1161, le prince franc de Ṣaydā vint chercher asile auprès de Nūr ad-Dīn qui lui accorda l’amān et lui donna une escorte pour l’aider à rentrer dans sa ville. Mais en route le prince et ses hommes sont attaqués par les Francs, il y a de nombreux morts et les survivants de l’escorte musulmane prennent la fuite.

E. LE PÈLERINAGE DE NŪR AD-DĪN EN 556/NOVEMBRE 1161182

  • 182 Kāmil, IX, 71 et 79 ; Atabegs, 207 ; KR, 124 ; I.F., III, 143 r° ; Derenbourg, Oumara, 180 ; Steve (...)

148La situation d’Antioche réglée au profit de Manuel, la trêve avec Baudouin encore valable, l’armée de Mossoul disponible, tels étaient les facteurs qui permettaient à Nūr ad-Dīn de ne pas craindre l’intervention imminente contre ses États, il voulut alors profiter de ces circonstances exceptionnelles pour effectuer un pèlerinage à la Mekke. Le prince zenguide avait, dès 554/1159, songé à se rendre dans les Villes Saintes, mais divers événements l’en avaient empêché. Après deux graves maladies et deux hivers pénibles, le souverain musulman décide de se soumettre à l’obligation rituelle du Pèlerinage en 556/1161.

  • 183 Kāmil, IX, 71.
  • 184 THS, 214.
  • 185 Kāmil, IX, 77 ; I.F., III, 143 r°.

149Nūr ad-Dīn partit d’Alep en compagnie de son commandant en chef, le muqaddam al-Ğuyuš Šīrkūh, qui avait fait le Pèlerinage l’année précédente183. A une journée de marche le prince fit halte à Sarmīn184, où il était tombé malade en 552/1157-58, et récita des prières dans la belle mosquée aux neuf coupoles. Peut-être y avait-il fait le vœu d’accomplir le Pèlerinage après son rétablissement. Nūr ad-Dīn repassa par Damas, puis prit le darb al-ḥāğğ, traversa, sans encombres, le désert de Palestine et arriva au Hedjaz où il retrouva Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük, venu de Mossoul, comme amīr al-hāğğ ainsi que l’émir Naṣr al-Muslimīn, frère de Ḍirġām qui sera vizir de l’Égypte185.

  • 186 Elisséeff, Monuments..., BEO, XIII, 34, n° 41 ; MuḤammad Adīb, Manāsik, 143, 146.
  • 187 Wiet (G.), La mosquée de Kafūr au Caire, 264, cite Rif‘at Pāšā, Mir‘āt al-Ḥaramayn, I, 459.

150Nūr ad-Dīn se montra particulièrement généreux à l’égard des populations des deux Villes Saintes, il fit aménager les puits, remit en état les défenses pour assurer la protection contre les raids des Bédouins pillards et restaura les monuments de Médine186 ; il procura de l’argent et un abondant ravitaillement au chérif de Médine. Nūr ad-Dīn regagna la Syrie en ṣafar 557/février 1161. C’est sans doute après ce pèlerinage que Nūr ad-Dīn institua à Médine un corps de desservants de la Ḥugra du Prophète. Il avait prévu douze eunuques abyssins dont Saladin devait, plus tard, doubler le nombre187.

F. ÉCHEC DE NŪR AD-DĪN DEVANT ḤĀRIM EN 557/1162188

  • 188 Kāmil, IX, 79 ; Atabegs, 207 ; KR, 127 ; Ibn al-‘Adīm, II, 312 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXXI, 364  (...)

151A son retour du Pèlerinage, Nūr ad-Dīn fut mis au courant des projets d’intervention franque en Égypte. Il apprit aussi qu’à Antioche la situation restait confuse et que la secours du seul comté de Tripoli était insuffisant pour conserver l’équilibre des forces à l’avantage des Latins. Il fallait la présence des contingents de Jérusalem qui, de ce fait, ne pouvaient être utilisés contre l’Égypte. Nūr ad-Dīn décide donc d’entreprendre des opérations de diversion dans le nord avec l’espoir de freiner l’action du roi de Jérusalem contre l’empire fatimide.

152A la fin de 557/1162, tandis que le roi Baudouin, gravement malade, était à Tripoli, Nūr ad-Dīn rassembla à Alep une armée, dont faisait partie l’émir Usāma b. Munqiḏ, et alla une fois de plus mettre le siège devant Ḥārim que les Francs occupaient alors. A Antioche, on groupa de puissants contingents francs, grecs et arméniens, puis cette armée se dirigea vers la place assiégée. Lorsque les Francs se trouvèrent à peu de distance de Ḥārim dont la garnison se défendait âprement, ils furent invités par Nūr ad-Dīn à livrer une bataille rangée. Les barons, cherchant à gagner du temps, répondirent au Zenguide par des propositions amicales. Aucun des adversaires n’était certain de remporter la victoire et, comme on se trouvait à l’entrée de l’hiver, ce furent les pluies abondantes de ce mois de novembre qui tranchèrent le conflit.

  • 189 THS, 160.

153Sérieusement gêné dans ses opérations militaires par les conditions atmosphériques, le sol détrempé ne permettait pas les rapides manœuvres de cavalerie, et craignant l’arrivée de nouveaux renforts francs, Nūr ad-Dīn résolut d’abandonner le siège. Il négocia le retrait simultané des troupes franques et musulmanes : Ḥārim était sauvé pour les Latins. Sur le chemin du retour Nūr ad-Dīn bloqua Arzġān ; la place, avec sa puissante citadelle, contrôlait à Ğisr aš-Šugr, le passage sur l’Oronte de la route menant d’Antioche à Tripoli. Le château étroitement bloqué se rendit et fut démantelé189.

G. MORT DE BAUDOUIN III : UN ADVERSAIRE DE NŪR AD-DĪN DISPARAÎT190

  • 190 Guillaume de Ty‘r XVIII, xxxiv, 249-250 ; XIX, i, 252 ; Stevenson, 184 ; Schlumberger, Amaury, 2-5 (...)
  • 191 Voir Schlumberger, Amaury, 2.
  • 192 Au xiiie s. encore l’orthographe est la même pour « poison » et « potion » ; cf. Littré, s.v.

154Après avoir réglé, dans une certaine mesure, le conflit qui, à Antioche, opposait la princesse Constance à son fils Bohémond III, le roi Baudouin, dont le royaume était en état de trêve avec Nūr ad-Dīn, resta quelque temps dans la principauté, puis décida de rentrer à Jérusalem. Sur le chemin du retour, il s’arrêta à Tripoli où il tomba gravement malade. Le médecin arabe de Raymond III lui prodigua vainement ses soins pendant deux mois, l’état de Baudouin ne cessa d’empirer si bien que certains auteurs191, faisant un contre-sens sur le sens médiéval du mot « poison »192, n’ont pas manqué d’insinuer que le roi avait été sciemment empoisonné.

  • 193 Il y a chez plusieurs auteurs une erreur de date pour la mort de Baudouin III. En effet, des histo (...)

155Voyant sa santé gravement compromise, Baudouin se fit transporter à Beyrouth d’où il espérait pouvoir rejoindre Jérusalem. Mais il mourut le 10 février 1163 à l’âge de trente-trois ans non loin de la fameuse pinède beyrouthine193.

156Sa dépouille fut transportée à Jérusalem où, huit jours plus tard, son frère cadet Amaury devait être couronné au Saint-Sépulcre.

157Après la mort de Baudouin une nouvelle phase du règne de Nūr ad-Dīn allait commencer. Les Francs sous la conduite d’Amaury Ier se tourneront vers l’Égypte et le souverain de Damas ne pourra pas être absent de ce théâtre d’opération. Les années à venir vont être dominées par la question d’Égypte et par la rivalité des Francs de Palestine et des Musulmans de Syrie : chacun cherchera à imposer sa suzeraineté au Caire.

Notes

1 Grégoire le Prêtre, CCLXXII, 352 ; Gibb, DC, 322 ; Chalandon, II, 433 ; Stevenson, 174-175 ; Crusades, XVII, 538.

2 Gibb, DC, 323-324 ; Guil. de Tyr, XVIII, ix, 206-208 ; KR, 97-98 ; I.F., III, 79 v°, 80 r° ; Wiet, HNE, IV, 285-286. Voir Derenbourg, Ousāma.

3 Gibb, DC, 323 ; KR, 100.

4 Gibb, DC, 322-323 ; KR, 99 (cite Ibn Abī Ṭayyī) ; Bidāya, XII, 232 ; Runciman, II, 341 ; Crusades, XVI, 519.

5 Kāmil, IX, 57.

6 Voir plus loin.

7 THS, 289, 307. C’est dans cette vallée que s’est organisée la religion des Druzes (THS, 392 sq.).

8 J. Sourdel-Thomine, art. Ba‘labakk dans EI2, I, 1000-1001. Pour l’histoire et l’archéologie à l’époque classique voir T. Wiegand, Baalbek, 3 vol., Berlin, 1921-1925.

9 Gibb, DC, 324-325 ; Michel le Syrien, RHC Syr., I, 347 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXII, 352 ; KR, 100 ; Chalandon, II, 432 ; Stevenson, 175 ; Uspenskij, III, 274 ; SN, 394-395 ; Runciman, II, 342 ; Crusades, XVI, 520.

10 Michel le Syrien, RHC Syr., I, 347.

11 Gibb, DC, 324-325 ; Ibn al-Aṯīr, HOC, 497 ; Grégoire le Prêtre, RHC Arm., I, 182-185 ; Chalandon, II, 432-433.

12 SN, 187.

13 SN, 117, petit poste d’origine byzantine : Turris Plumbea.

14 Gibb, DC, 325 ; Kāmil, IX, 49 ; KR, 100-101 ; Ibn al-‘Adīm, II, 303-306 ; Stevenson, 176 ; Grousset, II, 366 ; SN, 395, n. 1.

15 Kāmil, IX, 49.

16 Gibb, DC, 325-326.

17 Les démêlés avec Thoros d’Arménie dans le golfe d’Alexandrette. Voir Barhebraeus, 283-284 ; SN, 392.

18 Voir Kāmil, IX, 50 ; Atabegs, 194 ; Ibn al-Adīm, 306.

19 Gibb, DC, 327 ; KR, 103 ; Chalandon, II, 433.

20 Gibb, DC, 327 ; KR, 103 ; Stevenson, 176 ; Crusades, XVII, 539. Grousset (II, 366) laisse supposer que la trêve est conclue avec Antioche.

21 Gibb, DC, 327-328 ; Guil. de Tyr, XVII, xii, 210-211 ; KR, 103 ; Stevenson, 177 ; Grousset, II, 367-369 ; Richard, Jérusalem, 50 ; Crusades. XVI, 52 ; XVII, 539 ; Runciman, II, 342 sq.

22 Guil. de Tyr, XVIII, xi, 211.

23 Sur cette région voir THS, 381 sqq.

24 THS, 389 ; GB, Syrie, 382.

25 THS, 387, 390.

26 Sur le climat voir P. Birot et J. Dresch, La Méditerranée et le Moyen-Orient, II, 257-298. Travaux de Ch. Combier dont La climatologie de la Syrie et du Liban, dans Revue Géogr. Phys. et Géol. Dynam., vol. VI, 1933.

27 Gibb, DC, 329. Sur les armes, voir Cl. Cahen, Un traité d’armurerie composé pour Saladin, BEO, XII, 1947-48, 103-163. Voir plus loin, 3e partie.

28 Gibb, DC, 330.

29 Gibb, DC, 329 ; KR, 107.

30 Qal‘at as-Subayba est le nom de la forteresse de Bāniyās dont elle est distante de 2 km. vers l’est. THS, 391 ; GB, Syrie, 328-385 ; P. Deschamps, Défense du Royaume de Jérusalem, chap. V, 145-174.

31 Gibb, DC, 330 donne le chiffre de 700 cavaliers.

32 Massif au nord de Ṣafad, à l’ouest du lac de Houlé ; voir plus haut, Topographie.

33 Marmardji, 115-117.

34 Lieu de campement de troupes au sud de Ṣanamayn, non loin de l’actuel Dillī. THS, 315.

35 Voir plus loin, 3e partie : Armée en campagne, al-Karr wa’l-Farr.

36 Gibb, DC, 330-331 ; KR, 107 ; Guil. de Tyr, XVII, xii, 211-212 ; Grousset, II, 369-370. Peut-être s’agissait-il d’auxiliaires musulmans capturés au côté des Francs, ce qui expliquerait la rigueur du châtiment.

37 Gibb, DC, 333 sqq. ; KR, 107-108 ; Guil. de Tyr, XVIII, xii, 211-213 ; I.F., III, 107 v° ; Grousset, II, 371-372 ; Runciman, II, 343.

38 THS, 92 sqq. ; plaine dominée par le Crac des Chevaliers.

39 Gibb, DC, 333-334, cité par I.F., III, 108 ro ; KR, 107 ; Guil. de Tyr, XVIII, xii, 212.

40 Gibb, DC, 334.

41 Guil. de Tyr, XVIII, xii, 212-213.

42 Gibb, DC, 334-336 ; KR, 108 ; Ibn al-‘Adīm, II, 308 ; Guil. de Tyr, XVIII, xiii, 213-216 ; Grousset, II, 373-376.

43 Marmardji, 116.

44 Guil. de Tyr, XVIII, xiv, 215.

45 Gibb, DC, 337.

46 Gibb, DC, 337 ; Guil. de Tyr, XVIII, xv, 217 ; Grousset, II, 377 ; Crusades, XVII, 539.

47 Rey, Colonies franques, 492 ; GB, Syrie, 528 ; Marmardji, 202.

48 Voir plus bas.

49 Gibb, DC. 326-328 ; le 22 ša‘bān 551/10 octobre 1156 ; en ramaḍān 551/oct.-nov. 1156 ; en šawwāl 551/nov.-déc. 1156 ; le 19 ṣafar 552/3 avril 1157 (Gibb, DC, 328 ; KR, 105) ; 3 rabī’ I/16 avril. Abū Šāma (KR, 103-104) signale un tremblement de terre le 22 rabī’ I 551/juin 1156. Van Berchem, Voyage en Syrie, 176, 182, donne la bibliographie de ces séismes. I.F., III, 108 r° ; Grousset, II : Runciman, II, 343 ; Crusades, XVI, 520

50 B. Willis, Earthquakes in the Holy Land, Bull. of the Seismological Society of America, 1928, vol. 18, n° 2, 77-83 ; Kallner Amiran, A revised earthquake catalogue of Palestine, Israel Exploration Journal, I, 1950-51, 227 sq. ; Ν. N. Ambraseys, On the seismicity of South-West Asia. Data from a XVth Century Arabic Manuscript, Revue pour l’Etude des Calamités, 1961, n° 37, 3-15, Genève ; Ν. N. Ambraseys, A note on the chronology of Willis’s list of Earthquakes in Palestine and Syria, Bulletin of the Seismohgical Society of America, jan. 1962, vol. 52, n° 1, 77-80.

51 Weulersse, L’Oronte, 12 sqq.

52 Gibb, DC, 339 ; Kāmil, IX, 53 ; KR, 105 ; Ibn al-‘Adīm, II, 306-307 ; Ibn al-Ğawzī, 552 ; SibṬ, 140 ; SN, 395 ; Runciman, II, 343 ; Crusades, XVI, 521.

53 Kāmil, IX, 53-55 ; Derenbourg, Ousāma, 276-282 ; SN, 396.

54 Gibb, DC, 338-340 ; Stevenson, Crusaders, 178 ; Chalandon, II, 434 ; SN, 395 ; Runciman, 342.

55 Guil. de Tyr, XVIII, ch. xvi, 218-219 ; Grousset, II, 378-380 ; SN, 396 ; Crusades, I, XVII, 541.

56 Elisséeff, art. Ḥiṣn al-Akrād, ΕΙ, III.

57 Dussaud (THS, 165 sq., 174-177) identifie Chastel Ruge à ‘Allārūz. Il ne faut pas confondre cette forteresse avec Chastel Rouge, actuellement Qal‘at Yaḥmur, située près de Ṣāfītā.

58 Guil. de Tyr, XVIII, xvii, 219-220 ; Grousset, II, 379.

59 Gibb, DC, 341 ; Guil. de Tyr, XVII, xvii, 219-221 ; xix, 223 ; Kāmil, IX, 67 place la maladie en 554 ; KR, 109 ; Ibn al-‘Adīm, II, 308 ; I.F., III, 110 r° ; Stevenson, Crusaders, 178 ; Grousset, II, 380 ; SN, 396 ; Crusades I, XVI, 531 ; XVII, 541.

60 Dussaud, THS, 183 sq. Cette route Hama-Alep par Sarmīn permettait d’éviter Rihā. Le Sultān Qaytbay, lors de son voyage d’inspection en Syrie, l’emprunta.

61 Ibn Abī ‘UṢAYBI‘A, Ṭabaqāt al-aṭibbā’, II, 161. Ce médecin avait suivi des cours à Bagdad.

62 Ibid., 155.

63 Gibb, DC, 343 ; Ibn al-Ṭayyī, cité par I.F., III, 110 r° et 111 (cf. SN, 397) ; KR, 110 ; Ibn al-‘Adīm, II, 309 ; Grousset, II, 380-381 ; Runciman, II, 344.

64 THS, 175, 213, 216 ; place située non loin de Chastel Ruge et de Sarmīn. Contrôle le défilé d’Armanaz sur une des routes reliant la principauté d’Antioche à la province d’Alep.

65 Biographie d’Ibn Abi Ṭayyī dans SN, 55-57.

66 Cf. Elisséeff, Monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 10, n° 18.

67 D.S. Rice, Mediaeval Harran, Anatolian Studies, II, 1952, 36-84.

68 Kāmil, IX, 67 ; Ibn al-‘Adīm, II, 309 ; I.F., III, 111 r° ; Grousset, II, 394 (confond les deux maladies de Nūr ad-Dīn).

69 THS, 145 sqq. et index.

70 Guil. de Tyr, XVIII, xvii, 221 ; Grousset, II, 38.

71 Kāmil, IX, 53-55 ; KR, 111-113 ; I.F., III, 108 r°-v° ; Derenbourg, Ousāma, 281 ; SN, 396.

72 Al-Ibar, trad. Salié ; Derenbourg, Souvenirs historiques et récits de chasse par un émir syrien. Autobiographie d’Ousāma ibn Mounkidh, 238 p., Paris, Leroux, 1895 ; Ph. Hitti, An Arab-Syrian gentleman and warrior, New York, 1929.

73 Le pont appelé aussi Ğisr Bani Munqiḏ ; sur son importance voir van Berchem, Voyage, 181, 184 et THS, 188.

74 Sur cette place occupée par les Ismā‘īliens en 1140-1141 et située sur les contreforts de la montagne alaouite vers l’Oronte, voir THS, 142 sq. et index.

75 Gibb, DC, 342 ; Guil. de Tyr, XVIII, XVIII, 221-223 ; Stevenson, Crusaders, 178 ; Derenbourg, Ousama, 281 ; Chalandon, II, 439 ; Grousset, II, 382-385 ; SN, 397-398 ; J. Richard, Jérusalem, 50 ; Crusades, I, XVI, 521 ; XVII, 542.

76 D’après Grousset (II, 385) la responsabilité de l’échec incombe à Renaud qui avait refusé de s’incliner devant Baudouin, roi de Jérusalem.

77 Kāmil, IX, 53.

78 Gibb, DC, 344 ; KR, 114 ; Guil. de Tyr, XVIII, xix, 224-226 ; Derenbourg, Ousama, 283 ; Stevenson, 179 ; Grousset, II, 386-389 ; SN, 398 ; Runciman, II, 349 ; Crusades, I, XVI, 522 ; XVII, 542.

79 Très vraisemblablement des Arméniens qui étaient réputés pour les travaux de sape et de construction.

80 Robert de Torigny, I, 316.

81 Guil. de Tyr, XVIII, xix, 223-224 ; xx, 226 ; Grousset, II, 389, 390.

82 Chalandon, II, 437-440 ; Runciman, II, 350.

83 Gibb, DC, 345 ; KR, 114-115 ; Grousset, II, 389-390 ; Crusades, XVI, 522.

84 Situé au sud-ouest. Voir THS, 297.

85 Gibb, DC, 345-346 ; KR, 115.

86 Chalandon, II, 435.

87 Kāmil, IX, 55 ; Atabegs (HOC, II2, 200) et KR (110, citant Ibn Abi Ṭayyī) ne mentionnent ni l’un ni l’autre le siège de Šayzar par les Francs. Peut-être est-ce le manque de précision des sources qui a fait dire à Claude Cahen (SN, 396) que la place fut confiée à Mağd ad-Dīn avant la maladie de Nūr ad-Dīn. Comment alors expliquer que les Francs y aient assiégé des Ismā‘īliens, comme le rapporte cet auteur à la page suivante (SN, 397). Il nous semble plutôt que les Francs sont venus les premiers, puis qu’après l’échec de leur siège, Nūr ad-Dīn envoya un de ses lieutenants prendre Šayzar aux Ismā‘īliens, avant de venir lui-même en prendre possession.

88 Gibb, DC, 345 ; KR, 115.

89 Gībb, DC, 346, qui ne signale qu’un mort du côté musulman ; KR, 123 (édit. 1287) ; Guil. de Tyr, XVIII, xxi, 227 ; Stevenson, 390 ; Grousset, II, 390 ; Runciman, II, 350.

90 P. Deschamps, Défense du Royaume de Jérusaelm, 99 sqq., rectifie la localisation proposée par Dussaud (THS, 383) ; P. Deschamps, Ahamant et al-Ḥabis (Revue Historique, 1932, 42-57).

91 14 ğumādā II mais Guillaume de Tyr (XVIII, xxi, 228) précise : 4 jours après la Saint Martin d’été, soit le 9 juillet.

92 Gibb, DC, 346-347 ; KR, 120-123 ; Guil. de Tyr, XVIII, xxi, 227-228 ; Stevenson, 179-180 ; Grousset, II, 390-394 ; SN, 398 ; J. Richard, Jéruslem, 50 ; Crusades, I, XVI, 522 ; XVII, 542.

93 Marmardji (Géogr. de la Palestine, 52) dit ‘Ağur. Dans Ibn Muyassar (édit. Massé, 97) nous avons Tell al-’Ağul, tandis que Derenbourg dans son Ousâma (p. 289, n. 6) dit al-’Ağuz.

94 Gibb, DC. 346 ; KR, 115 ; Ibn Muyassar (éd. Massé), 97 ; Wiet, HNE, IV, 287.

95 Marmardji, 206.

96 Li Vaux Moise, Deschamps, Défense Roy. de Jérusalem, 9, 38, 47, 48 ; Marmardji, 204.

97 Un des châteaux défendant la route de Gaza à Hébron. Marmardji, 22, l’appelle Bayt Ğibrīn ; P. Deschamps, op. cit., l’appelle Bethgibelin.

98 Gibb, DC, 348 (date non précisée) ; KR, 121-122 ; Ibn Muyassar (Massé), 97 ; Marmardji, 47.

99 Gibb, DC, 348 ; KR, 121 ; Ibn Muyassar (éd. Massé), 98.

100 Ibn Muyassar (éd. Massé), 97.

101 Chalandon, II, 376.

102 Ibn Muyassar (éd. Massé), 97.

103 Gibb, DC, 349-351 ; KR, 122 ; SN, 398.

104 Ibn al-Qalānisī (Gibb, DC, 350) précise : wa ḫawassihi, « et à son entourage », sans doute est-ce une allusion au vizir Ğamāl ad-Dīn.

105 Gibb, DC, 351, repris par KR, 122.

106 THS, 451, 474 sq.

107 KR, 122-123 ; Bustān, BEO, VII-VIII, 132. Ibn Abī Ṭayyī, cité dans KR, limite la visite à Alep où il fait descendre le vizir dans la maison d’Ibn aṣ-Ṣūfī.

108 Gibb, DC, 351-353 ; KR, 122-123 ; Stevenson, 180 ; SN, 398-399.

109 Gibb, DC, 353 ; I.F., III, 123 r° 124 v° énumère les cadeaux : cent mille dinars, des perles, cent robes de soie envoyés par le Basileus à Nūr ad-Dīn.

110 Chalandon, II, ch. XVII, 417-468 ; Vasiliev, Hist. Emp. Byz., II, 67 sqq.

111 Appelée aussi Mamistra ou Mopsuète.

112 Gibb, DC, 349 ; KR, 122.

113 Gibb, DC, 353.

114 Gibb, DC, ibid.

115 Stevenson, 181 ; SN, 389, 393 ; Runciman, II, 351.

116 Chalandon, II, 429.

117 Voir les arguments en faveur de cette date dans Chalandon, II, 431, n. 5.

118 Cité sous le nom de Baghras par les auteurs arabes.

119 Sur l’expédition de Chypre voir Chalandon, II, 437-439.

120 Guil. de Tyr, XVIII, xxii, 229-230 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXIII, 352 ; Stevenson, 181 ; Chalandon, II, 439-440 ; Grousset, II, 395-397 ; SN, 399 ; Crusades, I, XVII, 542-543.

121 Chalandon, II, 439.

122 Guil. de Tyr, XVIII, xxiii, 230-231 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXIII ; Chalandon, II, 441-443 ; Grousset, II, 399 ; SN, 399-400 ; Crusades, I, XVI, 522 ; XVII, 543.

123 Manuel avait dû renoncer à conquérir l’Italie du Sud et avait signé la paix avec Guillaume Ier, le fils de Roger II de Sicile. Voir Chalandon, II, 378-381.

124 Port sur la côte de l’ancienne Pamphylie, s’appelle aussi Antalya, ou Adalia, GB, Turquie, 368.

125 Laodicée du Lycus, au N.E. de Denizli contrôlait au sud du Méandre la route terrestre de Constantinople à Attalia, GB, Turquie, 356.

126 Appelée aussi Mamistra ou Mopsuète, voir SN, index.

127 Traduction du latin « Pratum palliorum », voir SN, 110, n. 2.

128 Guil. de Tyr, XVIII, xxiii, 232 ; xxiv, 233-234 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXIII, 354-355 ; Chalandon, II, 443-444, 447-450 ; Stevenson, 180 ; Vasiliev, Hist. Emp. Byz., II, 68 ; Grousset, II, 400-401 ; SN, 400-401 ; Crusades, I, XVII, 543.

129 G. de Tyr, XVIII, xxiii, 232.

130 Uspenskij, III, 288.

131 Chalandon, II, 450.

132 Chalandon, II, 446.

133 Guil. de Tyr, XVIII, xxv, 235 ; Stevenson, 181 ; Chalandon, II, 450 ; Vasiliev, Hist. Emp. Byz., II, 69 ; Grousset, II, 410-412 ; SN, 401-402 ; Crusades, I, XVI, 532 ; XVII, 544.

134 Chalandon, II, 446.

135 Gibb, DC, 349, 353-354 ; KR, 123 ; Guil. de Tyr, XVIII, xxv, 236 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXV, 356 ; Chalandon, II, 453 ; Grousset, II, 415-416 ; SN, 399-403 ; J. Richard, Jérusalem, 51 ; Crusades, I, XVI, 522 ; XVII, 545.

136 N. Elisséeff, Monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 11, n° 32.

137 THS, 470-471.

138 THS, 228-232. Le Ğisr Qībār et le gué de Balanée ne sont qu’un seul et même lieu d’après Dussaud (op. cit., 230). Voir Topographie, page 191, n. 2 pour la localisation de ce gué.

139 Kinnamos (HOC Gr., IV, 21, 188) dit 6.000 ; Grégoire le Prêtre (IV, 192) renchérit à 10.000. Bustān ne mentionne (BEO, VII-VIII, 132) que trente chevaliers rendus par Nūr ad-Dīn.

140 Parmi les chevaliers libérés on comptait Bertrand, le fils d’Alfonse Jourdain, et Bertrand de Blancafort, grand maître du Temple.

141 Gibb, DC, 354.

142 Gibb, DC, 354-355 ; KR, 123 ; Guil. de Tyr, XVIII, xxv, 236 ; Grégoire le Prêtre, 191-192 ; Chalandon, II, 454 ; Grousset, II, 416-421 ; SN, 403 ; Crusades, I, XVI, 522 ; XVII, 545.

143 Gibb, DC, 355 ; KR, 123, dit : « al-huyul al-ğabalīya » ; Bustān (BEO, VII-VIII, 132) — année 554 — dit que le Basileus envoya 60.000 dinars, un manteau couvert de perles, 700 pièces d’étoffe rayée de soie ou or et 200 robes de satin (ṭawb aṭlas).

144 Actuelle Silifké, GB, Turquie, 445.

145 Gibb, DC, 355-356.

146 Grégoire le Prêtre, 191-192 ; Kinnamos (279) parle d’un complot de fonctionnaires. La Chronique Anonyme Syrienne met l’accent sur les intrigues d’Andronic Comnène, alors en prison (cf. SN, 403, n. 12).

147 Chalandon, II, 455.

148 Gibb, DC, 356-357 ; Kāmil, IX, 67 ; Ibn al-‘Adīm, II, 311 ; I.F., III, 116 r°, 125 r°-v°, 139 r°, 196 v°, 204 r° et IV, 10 r°, 12 v° ; Stevenson, 181-182 ; Bustān, BEO, VII-VIII, 132 ; SN, 399.

149 Orthographié aussi Yaġī Siyān, ou appelé Ya‘qūb Arslān par de nombreux auteurs.

150 Guil. de Tyr, XVIII, lxxvii, 237 ; Stevenson, Crusaders, 182 ; Grousset, II, 421-422 ; SN, 404 ; Runciman, II, 356 ; Crusades, I, XVI, 523.

151 I.F., III, 125 r° ; SN, 118 à 123 ; pour cette région voir aussi THS, 477 sqq.

152 Khalandon, II, 458-462 (citant Kinnamos, IV, 22-24) ; Uspenskij, III, 275 ; Grousset, II, 421-422 ; SJf, 404 ; Runciman, II, 356 ; Crusades, I, XVII, 545.

153 Grégoire le Prêtre, CCLXXVIII, 361 ; Chalandon, II, 458-462 ; Grousset, II, 421 ; SN, 404 ; Runciman, II, 356 ; Crusades, I, XVI, 523.

154 Voir SN, 123.

155 Fehim bajraktarevič, art. Péčénègues, ΕΙ, III, 1107-8. Tribu de race turque longtemps installée en Russie méridionale puis dans la péninsule balkanique. C’est après 1122 qu’il y eut des unités petchénègues régulières dans l’armée byzantine.

156 Kinnamos, IV, 24, 198-200.

157 Barhebraeus (op. cit., 287) dit 80 jours.

158 Chalandon, II, 469-490.

159 SN, 404. Yaġi Basān mourut en 1164 laissant un successeur faible.

160 Guil. de Tyr, XVIII, xxvii, 238-239 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXVII, 360-361 ; Grousset, II, 423 ; J. Richard, Jérusalem 50 ; Runciman, II, 357.

161 14 ğumādā II. Voir plus haut.

162 Guillaume de Tyr (loc. cit.) dit « besants ».

163 THS, 434-435.

164 THS, 214 sq. ; SN, 161-162.

165 SN, 404. Le souverain zenguide reprit cette place deux ans plus tard. THS, 158 sq. ; voir aussi sous Arcican.

166 Ibn al-‘Adīm, II, 311 ; I.F., III, 138 v° ; Nuğūm, V, 332 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXVIII, 361 ; Barhebraeus, 286 ; Stevenson, 183 ; SN, 405 ; Runciman, II. 358. Ibn al-Aṯīr passe cet événement sous silence.

167 Grousset, II, 461.

168 Voir plus haut. Pour Grousset (II, 464) Joscelin ne fut pris qu’en 1164.

169 Ibn al-‘Adīm, II, 311-312 ; Guil. de Tyr, XVIII, xxviii, 239-241 ; Barhebraeus, 286 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXXI, 363-364 (donne une date erronée) ; Stevenson, 183 ; Grousset, II, 423-425 ; SN, 405 ; Runciman, II, 357-358 ; Crusades, I, XVI, 523.

170 SN, 405, n. 1.

171 THS, 223, 231. District au nord de la principauté d’Antioche.

172 Cette localisation que donne Ibn al-‘Adīm (II, 312) est la plus vraisemblable, car cette région est proche d’Alep et d’accès facile. Guillaume de Tyr (XVIII, xxviii, 240) situe la capture entre Mar‘aš et Kaysūn, tandis que la Chronique anonyme syrienne (citée SN, 405, n. 1) la place au nahr al-Aswad ; soit dans une vallée parallèle à celle du ‘Afrīn, entre l’Amanus et le Kurd Dagh.

173 Guil. de Tyr, XVIII, xxx, 243-244 ; Michel le Syrien, III, III, 324 ; Stevenson, 183 ; Grousset, II, 425-428 ; SN, 405-406 ; Runciman, II, 358 ; J. Richard, Jérusalem, 51 ; Crusades, I, XVII, 546-547.

174 Voir plus haut, p. 540.

175 Guil. de Tyr, XVIII, xxx, 244-245 ; xxxi, 245-248 ; Stevenson, 184 ; Chalandon, II, 212 ; Grousset, II, 429-430 ; SN, 406 ; Runciman, II, 359-360 ; Crusades, I, XVII, 546.

176 Jean Kontostephanos était le fils d’Étienne Kontostephanos et d’Anne, fille de Jean Comnène (Guil. de Tyr, XVIII, xxx, 244, n. 2).

177 La future basilissa partait pour un destin tragique car elle devait, sur ordre d’Andronic Comnène, mourir étranglée dans son cachot en 1182.

178 Kāmil, IX, 68 ; Atabegs, 205.

179 Kāmil, IX, 72.

180 Bidāya, XII, 242.

181 Kāmil, IX, 77.

182 Kāmil, IX, 71 et 79 ; Atabegs, 207 ; KR, 124 ; I.F., III, 143 r° ; Derenbourg, Oumara, 180 ; Stevenson, 183-184 ; Runciman, II, 361 ; Crusades, XVI, 523. Voir Taqī ad-Dīn al-Fāsī, Šifā’ al-ġarām (GAL, II, 173/222) et Wüsten-feld, Die Chroniken des Stadt Mekka, II, 255 ; IV, 225.

183 Kāmil, IX, 71.

184 THS, 214.

185 Kāmil, IX, 77 ; I.F., III, 143 r°.

186 Elisséeff, Monuments..., BEO, XIII, 34, n° 41 ; MuḤammad Adīb, Manāsik, 143, 146.

187 Wiet (G.), La mosquée de Kafūr au Caire, 264, cite Rif‘at Pāšā, Mir‘āt al-Ḥaramayn, I, 459.

188 Kāmil, IX, 79 ; Atabegs, 207 ; KR, 127 ; Ibn al-‘Adīm, II, 312 ; Grégoire le Prêtre, CCLXXXI, 364 ; Derenbourg, Ousama, 305-306 ; Stevenson, 183 ; M. van Berchem, Voyage, 233 ; Grousset, II, 449 ; SN, 407-408 ; Crusades, I, XVI, 523.

189 THS, 160.

190 Guillaume de Ty‘r XVIII, xxxiv, 249-250 ; XIX, i, 252 ; Stevenson, 184 ; Schlumberger, Amaury, 2-5 ; Grousset, II, 432 ; Richard, Jérusalem, 51 ; Runciman, II, 361-362 ; Crusades, I, XVII, 547-548.

191 Voir Schlumberger, Amaury, 2.

192 Au xiiie s. encore l’orthographe est la même pour « poison » et « potion » ; cf. Littré, s.v.

193 Il y a chez plusieurs auteurs une erreur de date pour la mort de Baudouin III. En effet, des historiens comme Grousset et Runciman semblent s’être appuyés sur la date donnée par Guillaume de Tyr, mais ils n’ont pas tenu compte du changement de calendrier, oubliant apparemment qu’aux xiie et xiiie siècles, l’année commençait le 1er avril. Pourtant Paulin Paris, dans son édition de Guillaume de Tyr (p. 250), avait, déjà en 1880, rectifié la date qui est d’ailleurs adoptée par Jean Richard (p. 51) et par Sir Hamilton Gibb (Crusades, I, XVII, 547 et n. 11).

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search