Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nūr ad-Dīn. Tome II

 | 
Nikita Elisséeff

Deuxième partie. Le règne de Nūr Ad-Dīn : origines et événements politiques

IV. Vers l’unité syrienne

Texte intégral

I. PREMIÈRE TENTATIVE DE NŪR AD-DĪN CONTRE DAMAS

A. L’OCCASSION : LA MORT DE MU‘IN AD-DĪN ANAR

  • 1 Le 23 rabī‘ II/30 août 1149. Ibn al-Qal., 306-307 ; L.T., Damas, 308 ; I.F., III, 19 r° ; Gibb, da (...)

1Dans les derniers jours de rabī‘ I 544/début août 1149 Mu‘īn ad-Dīn quitta son armée qui se trouvait en opérations dans le Hauran et revint à Damas pour régler certaines affaires. Il se trouva ainsi dans la capitale pour accueillir l’émir Mugāhid ad-Dīn Būzān, seigneur de Salḫad, qui rentrait de la Syrie du Nord où il avait fait campagne contre les Francs au côté de Nūr ad-dīn. Quelques jours plus tard, à la suite d’un repas fort plantureux, comme il les aimait, Mu‘īn ad-Dīn fut pris d’un malaise intestinal, malgré cette indisposition il retourna dans le Hauran retrouver son armée. Il fut alors atteint d’une violente crise de dysenterie et de vives douleurs hépatiques ; on le ramena d’urgence à Damas, en litière, le 7 rabī‘ 11/14 août 1149. Il devait mourir deux semaines plus tard dans sa capitale1.

  • 2 Voir plus haut pp. 436-442.

2Aussitôt après la mort de l’atabeg, son pupille Muğīr ad-Dīn Uvaq prend le gouvernement de Damas en main avec l’accord de l’émir Mugāhid ad-Dīn Būzān, de Ḥusām ad-Dīn Balak et de Mu’ayyad ad-Dawla b. aṣ-Ṣūfī, ra’īs de Damas. Très rapidement la situation de Damas va se tendre, Nūr ad-Dīn ne pourra pas profiter des circonstances car il aura à régler en novembre 1149 la succession de son frère mort à Mossoul2.

  • 3 Sur ce titre, voir 3e partie : La vie urbaine sous Nūr ad-Dīn.
  • 4 Ibn al-Qal., 307-308 ; L.T., Damas, 309-310.

3Dans la nuit du 20 rağab/25 novembre 1149, le ra’īs Mu’ayyad ad-Dawla et son frère Zayn ad-Dawla Haydara provoquent une révolte dans Damas contre Muğīr ad-Dīn, ils avaient réussi à grouper un grand nombre de membres de la milice urbaine (aḥdāṯ) et des gens du bas peuple, prêts à se battre. La citadelle est mise en état d’alerte, on regroupe les troupes régulières, les armes sont distribuées tandis que des pourparlers laborieux se déroulent pour éviter à la ville le massacre et l’incendie. Finalement le calme est rétabli, mais la situation reste tendue car on ne rassemble pas impunément à l’intérieur d’une enceinte des militaires en tenue de combat et des hommes de main armés. Avant la fin de rağab/début novembre 1149 une nouvelle émeute éclate, il y a cette fois des blessés et des tués. Le šiḥnā3, le sallār Zayn ad-Dīn Ismā‘īl, et son frère s’enfuient tous deux vers Ba‘albakk ; leurs biens sont pillés. L’ordre fut rétabli, mais il fallut donner des apaisements à la population et restituer à Mu’ayyad ses charges de ra’īs et de vizir4.

4Après la disparition d’Anar, Nūr ad-dīn conçut l’espoir de s’emparer de Damas. Il avait réussi à régler promptement avec son frère Quṭb ad-Dīn les affaires de Djéziré et avait maintenu la trêve conclue avec Antioche après la mort de Raymond. Aucune difficulté ne semblait devoir surgir dans le nord, les troubles qui agitaient Damas en faisaient aux yeux de Nūr ad-dīn une proie facile, il n’aura désormais qu’un but : occuper Damas. Il lui faudra cependant attendre quatre ans avant de s’en rendre maître.

B. LE PRÉTEXTE DE L’INTERVENTION : LA PROTECTION DE DAMAS CONTRE LES FRANCS

  • 5 Ibn al-Qal., 308-309 ; L.T., Damas, 311-312 ; Gibb, DC, 297-298.

5Pour ne pas éveiller trop de soupçons chez les dirigeants damascains qui lui étaient hostiles, Nūr ad-dīn prend prétexte des mouvements effectués par les Francs dans le Hauran pour partir en campagne. Il quitte Alep et informe Damas de sa décision de faire la Guerre Sainte ; il demande la participation d’un corps de mille cavaliers damascains à l’expédition contre les Francs. Muğīr ad-Dīn n’ignore pas les véritables ambitions de Nūr ad-Dīn et ne désire nullement rompre la trêve avec Jérusalem d’autant plus que l’accord prévoit une assistance réciproque en cas d’agression des forces musulmanes contre l’une des parties. Le maître de Damas va, comme son prédécesseur, user vis-à-vis de Nūr ad-Dīn d’arguments divers et de faux-fuyants. Nūr ad-Dīn ne ralentit pas sa progression, c’est alors que les Damascains envoyèrent des informations aux Francs et leur rappelèrent leur promesse d’aide5. Quand Nūr ad-Dīn arrive à Ba‘albakk, le 3 ḏū’l-ḥiğğa 544/4 avril 1150, des pluies abondantes tombent mettant un terme à une longue période de sécheresse. Cette eau qui se déverse une semaine entière redonne la vie à la Biqā‘ et aussi au Marg, à la Ġūṭa de Damas et au Hauran d’où la disette avait fait partir la population. Ces précipitations bienfaisantes furent interprétées comme une manifestation de la grâce divine et les populations rurales, à l’égard desquelles Nūr ad-dīn s’était montré attentif, empêchant notamment ses troupes de piller, dirent des prières en faveur du prince et proclamèrent Nūr ad-Dīn « providentiel ».

  • 6 Là se trouve l’actuel poste frontière syrien ; THS, 395, carte III ; Grousset, III, 340-341.
  • 7 Au débouché de la dépression qui à 20 km. W. de Damas sépare le massif de l’Hermon de celui du Qās (...)

6De Ba‘albakk, Nūr ad-Dīn se dirige vers le sud ; pour éviter la zone marécageuse il longe les contreforts occidentaux de l’Anti-Liban, puis à ‘Anğar oblique vers l’est et arrive par le wādī al-Ḥarīr dans la pénéplaine de Marğ Yabūs à plus de mille mètres d’altitude6. Il envoie par la route du sud, qui passe par Dayr al-‘Aša‘ir, un fort détachement camper à Ya‘fur7.

7Entre-temps les Francs, qui se dirigeaient vers Gaza qu’ils voulaient fortifier, avaient reçu l’appel de Muğir ad-Dīn et avaient dépêché des troupes à Bāniyās. Nūr ad-Dīn n’y prête pas grande attention, il arrive sur le nahr al-A‘wağ, de là gagne près de Ğisr al-Ḫašab (Pont de Bois) le lieu-dit Manāzil al-‘Asākir où il regroupe son armée le 26 ḏū’l-ḥiğğa/25 avril 1150.

C. UNE AMBASSADE FATIMIDE AUPRÈS DE NŪR AD-DĪN8

  • 8 KR, I, 69-71 ; Ousama, 223-231 ; Guil. de Tyr, XVII, xii, 156 ; Wiet, Précis, 190-195 ; Grousset, (...)
  • 9 IF., III, 19 v°.
  • 10 Sauvaire, Matériaux, 224-230.

8A ce moment une ambassade envoyée par le vizir al-Malik al-‘Ādil se rend du Caire auprès de Nūr ad-dīn pour l’inviter à une opération conjointe contre les Francs. Depuis qu’il avait réussi par les armes à occuper le poste de vizir du calife fatimide aẓ-Ẓàfir l’émir Ibn Sallār voulait réaliser son projet d’entente syro-égyptienne pour chasser les Francs de Palestine. Ces derniers commençaient alors à fortifier Gaza pour mieux bloquer Ascalon9 ; il fallait tenter de gêner les Francs et essayer même de rétablir le long de la côte la liaison avec Ascalon qui n’était plus ravitaillée que par mer. Le chef de l’ambassade était l’émir Usāma b. Munqiḏ, il venait avec mission de demander à Nūr ad-Dīn une diversion vers Tibériade et disposait, pour mener à bien ses pourparlers, d’une somme de 6.000 dinars10, sans parler des étoffes précieuses. Nūr ad-dīn ne veut pas quitter Damas, il demande à cette ville, comme nous allons le voir, un contingent militaire pour aider Ascalon ; mais finalement, après le refus des Damascains, il ne pourra lui-même fournir qu’un renfort de trente cavaliers, sous le commandement de l’émir ‘Ayn ad-Dawla Tumān al-Yarūqī, qui avait quelques années auparavant contribué à chasser Usāma. Il n’interviendra d’ailleurs que lorsque aura été trouvée une solution à son conflit avec Damas.

D. L’ACCORD AVEC DAMAS : UN ECHEC DE NŪR AD-DĪN

  • 11 Voir plus haut, p. 446.
  • 12 Ibn al-Qal., 297-299 ; L.T., Damas, 312-313 ; KR, 66-67 ; résumé par Barhebraeus, 278.

9De son camp de Manāzil al-‘Asākir11, Nūr ad-Dīn avait adressé une proclamation à la population de Damas. « Je n’ai point l’intention, disait Nūr ad-dīn d’après Ibn al-Qalānisī12, en campant dans ce lieu, de chercher à vous faire la guerre ni à vous assiéger. J’ai seulement été incité à agir ainsi par les nombreuses plaintes des Musulmans, habitants du Hauran et Arabes nomades, car les paysans sont dépouillés de leurs biens et séparés de leurs femmes et de leurs enfants par les Francs et n’ont personne pour les défendre. Il ne m’est pas possible, étant donné la puissance que m’a donnée Dieu — qu’il soit loué — pour secourir les Musulmans et faire la Guerre Sainte aux polythéistes, étant donné la quantité de richesses et d’hommes dont je dispose, il ne m’est pas permis de les négliger et de ne pas prendre leur défense, d’autant plus que je connais votre incapacité à sauvegarder et à protéger vos provinces et votre abaissement qui vous a amenés à demander du secours aux Francs contre moi et à livrer les biens de vos sujets pauvres et des misérables que vous lésez criminellement. Voilà qui ne plaît ni à Dieu Très Haut ni à aucun musulman. Il faut absolument que, sans plus d’arguties, vous me donniez l’aide de mille cavaliers qui seront envoyés au combat avec un chef au courage éprouvé pour délivrer Ascalon et les autres lieux. »

10Voici d’après le même chroniqueur la réponse à cette lettre : « Entre nous et toi, il n’y a plus désormais que le sabre. Il va nous arriver des Francs pour nous aider à nous défendre contre toi si tu nous attaques et nous assièges. »

11Nūr ad-dīn fut surpris et indigné de cette réponse, il décida de marcher contre la ville et de l’attaquer le lendemain 26 avril, mais de très violentes pluies tombèrent et empêchèrent toute action de vive force contre Damas. La situation dans la ville reste confuse, aucun élément de la population ne l’emporte nettement sur les autres : les partisans d’un accord avec les Francs semblent les plus influents, il existe quelques groupes favorables aux Fatimides, enfin les partisans de Nūr ad-Dīn gagnent des sympathies de plus en plus nombreuses mais n’ont pas encore le contrôle de la ville. Nūr ad-Dīn décide donc de « laisser mūrir le fruit » et engage dans les premiers jours de muḥarram 545/début mai 1150 des négociations avec les autorités de Damas. Muğir ad-Dīn Uvaq et le ra’īs Mu’ayyad ad-Dawla reconnaissent la suzeraineté de Nūr ad-Dīn, son nom est cité à la ḫuṭba dès le 12 muḥarram/10 mai 1150 après ceux du calife abbasside et du sultan ; il en est de même pour la frappe de la monnaie. Nūr ad-Dīn fait alors cadeau de robes d’honneur, geste rituel de suzerain, à Muğīr ad-Dīn puis, après le 12 muḥarram, au ra’īs. De nombreuses personnalités damascaines viennent en délégations, suivant un rituel encore en vigueur de nos jours, le saluer dans son camp où il ne manqua pas l’occasion de prodiguer ses largesses. Si la ville n’est pas prise, l’honneur est sauf et Nūr ad-Dīn quitte les environs de Damas le dimanche 14 muḥarram/12 mai 1150 pour regagner Alep où sa présence était nécessaire du fait de la récente capture de Joscelin d’Édesse. Nūr ad-dīn devra encore revenir par deux fois devant Damas avant d’en devenir le maître.

II. NŪR AD-DĪN ET LA LIQUIDATION DU COMTÉ D’ÉDESSE

A. PRÉLUDE

  • 13 I.F., III, 36 v°. Pour la liste détaillée des places voir Michel le Syrien, III, 296-297 et Chalan (...)
  • 14 SN, 385.

12Après la mort de Renaud de Mar‘aš à la bataille d’Inab (21 ṣafar 544/29 juin 1149), Joscelin d’Édesse, beau-père du comte défunt, annexe les domaines de ce dernier. Il devient ainsi maître d’un certain nombre de places dont Tell Bašīr, ‘Aynṭāb, ‘Azāz, al-Bīra, Mar‘aš et Ḥiṣn Manṣūr13, mais faute de moyens il ne peut organiser une défense sérieuse, ni les fortifications, ni les garnisons ne sont renforcées14. La région devient une proie tentante pour les voisins musulmans : Artuqides de Ḥiṣn Kayfā et Seldjouqides de Konya.

a) L’intervention artuqide

  • 15 Michel le Syrien, III, iii, 290 ; Barhebraeus, 274 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 254 ; SN, 385 ; Grégoi (...)
  • 16 Michel le Syrien, III, 295 ; Grégoire le Prêtre, 331 ; Barhebraeus, 275-276 ; Grousset, II, 291-29 (...)

13Les premières attaques contre les territoires relevant de Joscelin viennent du prince artuqide, seigneur de Ḥiṣn Kayfā et de Ḫarpūt. Seul l’Euphrate le sépare des territoires francs. Dès 543/1148 Qarā Arslān avait exercé une pression qui s’accentue avec le temps. Quelques mois après la bataille d’Inab, en automne 1149, l’émir artuqide enlève Bābulā, au débouché du défilé où coule l’Euphrate, et pourchasse les Chrétiens jusque sous les murs du couvent de Mar Barsauma dans la région montagneuse de Kiaḫta, au nord-est de la région appartenant au comté d’Édesse15. Ne se sentant pas en mesure de défendre certaines places, Joscelin les inféoda ou les vendit ; ainsi Gargar, dont la citadelle perchée sur un rocher gardait un passage de l’Euphrate, revint à l’Arménien Vasil Bahlavouni ; sur le plateau qui s’étend du Taurus oriental à l’Euphrate, le catholicos Grégoire III Bahlavouni obtint Ḥiṣn Manṣūr et la puissante citadelle de Kiaḫta, bâtie sur un éperon rocheux d’où l’on domine la plaine qui s’étend vers l’ouest. Enfin la citadelle de Kaysūn, que Baudouin de Mar‘aš avait quelques années auparavant reconstruite en pierres, fut attribuée au comte franc Mahieu. Au début de l’année 1150, après le mois de ramaḍān 544, Joscelin envoyé un important convoi pour ravitailler Gargar et y reconstituer des stocks de vivre en prévision d’un siège éventuel. La colonne progresse sous le commandement de Vasil et Grégoire Bahlavouni et de Mahieu de Kaysūn. Qarā Arslān les surprend près de Gargar, intercepte le convoi et fait tout le monde prisonnier. Les chefs arméniens, que l’émir artuqide ménage, sont remis en liberté après avoir accepté d’échanger les places qu’ils avaient reçues de Joscelin contre les forteresses de ‘Abdahas, Samaḥa et Saġmān situées dans le Diyār Bakr16. La population arménienne de Gargar, séduite par la clémence de Qarā Arslān et par les ménagements qu’il manifestait à ses chefs, n’opposa aucune résistance et se soumit au prince musulman. Les Jacobites de leur côté, traditionnellement turcophiles, comme l’a noté Grousset, ne font aucune difficulté pour se rallier. Trop heureux d’échapper à l’hégémonie du clergé latin et à la pression arménofranque. Ainsi par une politique habile vis-à-vis de la population chrétienne indigène Qarā Arslān s’assura des bases à l’ouest de l’Euphrate. Joscelin ne put rien faire et, sans aucune réaction, il abandonna la partie orientale de son comté à l’émir artuqide de Ḥiṣn Kayfā.

b) L’intervention seldjouqide freinée par Nūr ad-Din

  • 17 Grégoire le Prêtre, 330 ; Grousset, II, 288.

14Ne voulant pas laisser les Artuqides profiter seuls de la situation désastreuse dans laquelle se trouvait le comté de Joscelin, Mas‘ūd, le prince seldjouqide de Konya, intervint en ğumādā I 544/septembre 114917. Il envoya son fils Qiliğ Arslān attaquer Mar‘aš que Joscelin s’était attribué après la mort de son gendre Renaud à Inab. La place n’avait qu’une faible garnison et sa prise s’effectua sans difficulté majeure. Un accord intervint alors entre les deux parties : la garnison franque et le clergé latin furent autorisés à gagner Antioche sous la protection des Musulmans, mais en cours de route l’escorte de cavaliers turcomans trahit la parole donnée par le sultan et massacra les Chrétiens de Mar‘aš, seuls quelques rares rescapés parvinrent à rejoindre la principauté d’Antioche.

  • 18 SN, 115 sq.

15Après le succès de Mar‘aš, les troupes seldjouqides progressèrent dans la région montagneuse du Kurd Dagh18 et traversèrent les hautes vallées du nahr Marzubān et du nahr al-Ğawz. Elles s’emparèrent des nœuds routiers de Sām et de Dulūk puis passèrent devant ‘Aynṭāb, descendirent la vallée du Sagūr et allèrent saccager la région de Tell Bašīr, avant de venir assiéger la ville où s’était réfugiée la cour de Joscelin. Le comte d’Édesse réussit à demander des secours à Antioche, mais le roi Baudouin qui s’y trouvait alors se contenta d’envoyer le connétable Onfroy de Toron renforcer, avec soixante cavaliers, la garnison de ‘Azāz, le « Chastel de Hasart », qui appartenait à Joscelin. Cette place située à la frontière nord-est de la principauté d’Antioche contrôlait les routes qui convergeaient vers cette ville par les vallées du ‘Afrīn et du Quwayq. En fait, plus proche d’Alep que de Mar‘aš, elle était plutôt menacée par Nūr ad-Dīn que par les Seldjouqides de Konya.

  • 19 Guil. de Tyr, L. XVII, ch. X, 154-155 ; Grégoire le Prêtre, 330 ; I.F., III, 16 r°-v° ; Chalandon, (...)
  • 20 Michel le Syrien, III, iii, 295-296.
  • 21 Voir dans SN, 385.
  • 22 Gibb dans Crusades, I, 516.

16Qiliğ Arslān renonça assez rapidement à poursuivre le siège de Tell Bašīr car son père Mas‘ūd avait accepté les offres de paix de Joscelin. Pour écarter le danger seldjouqide le comte franc versa un tribut important, rendit la liberté à tous les prisonniers musulmans et offrit en cadeau à Mas‘ūd douze armures complètes de chevaliers19. Michel le Syrien dans sa chronique20 nous dit même que Joscelin se reconnut alors vassal du prince seldjouqide. Cette affirmation paraît quelque peu exagérée car, après la conclusion du traité et le départ de l’armée de Qiliğ Arslān, Joscelin se rendit à ‘Azāz pour remercier le connétable Onfroy de son appui et alla à Antioche pour exprimer sa gratitude au roi Baudouin. Nous ne voyons pas très clairement les raisons pour lesquelles le sultan de Konya accepta l’offre de paix franque. Le renfort d’une soixantaine de chevaliers envoyés par le roi de Jérusalem à ‘Azāz pouvait-il incliner les Musulmans à négocier ? Cela nous paraît peu probable. Est-ce la crainte d’une intervention franque plus massive et dont le renfort d’Onfroy n’aurait été considéré que comme l’avant-garde ? Nous ne le croyons pas. Il semblerait, d’après certains auteurs21, qu’il y aurait eu une médiation déterminante de Nūr ad-Dīn. Ce dernier n’avait pas pu refuser à Mas‘ūd l’aide qu’il lui avait demandée de Mar‘aš et lui avait alors envoyé Šīrkūh22. Mais il ne souhaitait ni paraître le vassal du sultan de Konya ni voir celui-ci étendre ses conquêtes jusqu’à la frontière syrienne en occupant, avec son appui, la région montagneuse du Kurd Dagh qui seule séparait alors le domaine de Nūr ad-Dīn de celui des Seldjouqides de Rūm. Le seigneur d’Alep voulait d’autre part maintenir la trêve avec Antioche tant que le roi Baudouin y séjournerait, craignant qu’en cas de conflit les Francs ne viennent menacer directement Alep. Enfin le renforcement de la garnison de ‘Azāz gênait aussi ses mouvements vers le nord, car cette place était située au croisement des routes d’Antioche à Tell Bašīr et d’Alep à Mar‘aš. Il ne paraît pas impossible, dans ces circonstances, que Nūr ad-Dīn ait voulu éviter une extension du conflit et ait conseillé à Mas‘ūd la modération en attendant une occasion plus favorable pour entreprendre une action conjuguée contre les Francs.

B. LA CAPTURE DE JOSCELIN PAR NŪR AD-DĪN (ḏū’l-ḥiğğa 544/avril 1150)23

  • 23 Ibn al-Qal., 310 ; L.T., Damas, 314-315 ; Guil. de Tyr, XVII, xi, 155 ; Barhebraeus, 276 ; KR, 71- (...)
  • 24 Kāmil (IX, 29) cite l’événement par erreur en 546, date à laquelle Joscelin était déjà prisonnier. (...)

17Il semble, d’après Ibn al-Aṯīr24, qu’au début de l’année 1150 Nūr ad-Dīn ait subi un échec en face de Joscelin. L’historien arabe mentionne en effet un combat acharné dans la région de Dulūk au nord de ‘Aynṭāb au cours duquel les Francs auraient remporté un succès spectaculaire en capturant le silāḥdar (armiger) de Nūr ad-Dīn. Mais la présence de Nūr ad-Dīn lui-même à cette rencontre n’est pas signalée. Joscelin aurait envoyé à Mas‘ūd les armes dont il s’était emparées et les aurait présentées dans un message ainsi libellé : « Voici les armes de ton gendre. Tu en auras d’autres bientôt. »

  • 25 Sur les différentes versions des circonstances de la capture voir SN, 381, n. 1 ; Atabegs, 181 ; K (...)

18Profondément meurtri par cette insulte, Nūr ad-Dīn jura de se venger. Il convoqua à Alep les chefs des bandes turcomanes pour leur demander de s’emparer de Joscelin, mort ou vif, et promit une forte récompense à celui qui lui ramènerait le comte franc. Aussitôt les Turcomans établissent une étroite surveillance et multiplient le nombre de leurs espions pour connaître les moindres déplacements du comte d’Édesse. Dans les derniers jours du mois d’avril 1150/ḏū’l-ḥiğğa 544, à la demande du patriarche Aymeri, Joscelin dut se rendre à Antioche. Il quitta Tell Bašīr avec une faible escorte. Une nuit, alors qu’il progressait entre Qūruṣ (Cyrrhus) et ‘Azāz, sans doute aux abords boisés du petit massif du Ğabal Baršaya, Joscelin se trouva accidentellement séparé de ses gens. Sans doute pris d’un besoin naturel, comme le croit Guillaume de Tyr, il resta en arrière avec son écuyer et tomba dans une embuscade tendue par des Turcomans. Pour acheter sa liberté, Joscelin proposa une forte rançon et obtint la permission d’envoyer son écuyer en chercher le montant à ‘Azāz25. Pourquoi les Turcomans acceptèrent-ils cette offre ? La somme était-elle supérieure à celle promise par Nūr ad-Dīn, ou bien espéraient-ils, une fois la rançon perçue, livrer leur prisonnier pour obtenir la prime promise ? Un des Turcomans quitte le groupe, va trouver l’émir Mağd ad-Dīn à Alep et le met au courant de la capture. Le lieutenant de Nūr ad-Dīn, craignant de voir échapper Joscelin, part avec une petite escorte armée et rejoint le groupe des Turcomans et leur prisonnier avant l’arrivée de la rançon. Mağd ad-Dīn s’empare immédiatement de Joscelin et remet à ceux qui l’avaient capturé une prime de mille dinars. Le prisonnier fut emmené à Alep le 5 muḥarram 545/4 mai 1150 et placé sous bonne garde dans la citadelle. Nūr ad-Dīn ne tarda pas à revenir de Damas qu’il avait essayé de prendre. Dès son retour il fit crever les yeux de Joscelin qui restera en captivité neuf ans avant de mourir.

C. CONSÉQUENCES DE LA CAPTURE DE JOSCELIN26

  • 26 Ibn al-Qal., 310-312 ; L.T., Damas, 314-318 ; Michel le Syrien, III, iii, 296-297 ; Grégoire le Pr (...)

19La capture de Joscelin a pour effet de laisser les débris du comté d’Édesse sans chef militaire. La comtesse Béatrice essaie à Tell Bašīr de grouper les chevaliers fidèles à son mari prisonnier autour de son jeune fils Joscelin III pour sauvegarder son domaine.

20La principauté d’Antioche est elle aussi entre les mains d’une femme, Constance, la jeune veuve de Raymond. Elle va tenter de maintenir son autorité sur Antioche et cherchera à échapper aussi bien à la tutelle du patriarche latin Aymeri qu’à celle du roi Baudouin de Jérusalem, le suzerain de tous les États latins d’Orient. La disparition de Joscelin de la scène politique allait provoquer deux réactions musulmanes : le sultan Mas’ùd intervenait au nord du comté tandis que Nūr ad-Dīn se manifestait au sud. Les Byzantins eux-mêmes feront une brève apparition avant d’être à leur tour chassés des anciennes possessions de Joscelin par les deux princes musulmans auxquels se joindront les Artuqides.

a) L’intervention du Seldjouqide de Konya

21La première attaque contre les débris du comté d’Édesse est lancée dès muḥarram 545/mai 1150 par le sultan seldjouqide de Konya. Considérant, sans doute du fait de la captivité de Joscelin, caduc le traité qu’il avait signé l’année précédente Mas‘ūd bloqua Tell Bašīr et invita Nūr ad-Dīn à venir l’y rejoindre. Nūr ad-Dīn, dès qu’il eut appris la capture de Joscelin par les Turcomans, s’était hâté de regagner la Syrie du Nord pour ne pas laisser son rival seldjouqide bénéficier seul de la situation.

  • 27 Ibn al-Qal., 300-301 ; Ibn al-Aṯir (Kāmil, IX, 29), repris par Abū Šāma (KR, 72) et Ibn al-‘Adīm ( (...)

22Dès la seconde moitié de muḥarram 545/mai 1150 Nūr ad-Dīn répond à l’appel de Mas’ùd et vient le trouver devant Tell Bašīr. Pour marquer leur alliance Nūr ad-Dīn épouse la fille du seigneur de Konya ; celui-ci laisse alors son gendre poursuivre seul le siège de la ville et se dirige vers le nord-est pour soustraire, semble-t-il, les vallées des affluents de la rive droite de l’Euphrate à toute tentative de l’Artuqide Qarā Arslān qui déjà avait occupé plusieurs villes à l’ouest du fleuve. En deux semaines, Mas‘ūd réussit à enlever à Renaud toutes les places dont ce dernier avait hérité de Mahieu au nord du nahr al-Ğawz avant de devenir lui-même prisonnier des Artuqides. Le 22 mai 1150, Mas’ùd prend Kaysūn, les Arméniens s’enfuient de la ville tandis que la population jacobite se rallie au vainqueur musulman. Le 30 du mois Bahasnā, place voisine de Kaysūn, est prise à son tour ; enfin quatre jours plus tard, Ra’bān, dans la vallée du ‘Arabān, et Marzubān, situé sur le cours d’eau du même nom, tombent à leur tour au pouvoir du prince seldjouqide. Après ces succès, Mas‘ūd revient devant Tell Bašīr mais n’y retrouve plus Nūr ad-Dīn qui avait renoncé à poursuivre le siège et s’était dirigé vers le sud pour harceler la route de Dulūk à ‘Aynṭāb. En ṣafar/juin 1150, Nūr ad-dīn prit Qùrus dans la vallée du ‘Afrīn et bloqua ‘Azāz, le Chastel de Hasart, dont il s’empara sans difficulté le 18 rabī‘ I 545/15 juillet 115027. La possession de cette place bien fortifiée et située sur une hauteur permettait désormais au seigneur d’Alep de contrôler les communications entre Antioche et Tell Bašīr. La prise de ‘Azāz, après celle de Ḥārim et d’Apamée, rendait Nūr ad-dīn maître d’une partie importante de la principauté d’Antioche.

  • 28 Grousset, II, 305 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 254 ; SN, 386.

23Pendant que Mas‘ūd assiégeait en vain Tell Bašīr et que Nūr ad-dīn s’emparait de ‘Azāz, le prince artuqide de Mārdīn, Timurtaš, cousin de Qarā Arslān, seigneur de Ḥiṣn Kayfā, obtenait sa part des dépouilles du comté d’Édesse28. En rabī‘ I 545/juillet 1150, Timurtaš prit, sur l’Euphrate, Samosate et Kafarsūd, Ḫurūṣ non loin de Qal’at Rūm, la résidence du catholicos arménien Grégoire III Bahlavouni, sur laquelle il réussit à établir sa suzeraineté et s’empara d’al-Bīra (l’actuelle Biredjik) qui, située trop loin, échappera rapidement à l’Artuqide.

24La situation était devenue critique et bien que Mas‘ūd, après un vain assaut contre Tell Bašīr, ait renoncé à le prendre et se soit retiré le 1er rabī‘ II 545/28 juillet 1150, les Francs se rendirent compte qu’il leur était fort difficile de se défendre et de conserver les places exposées aux attaques renouvelées des Musulmans. C’est alors que les Francs se souvenant des accords de la Première Croisade décidèrent de céder les débris du comté d’Édesse aux Byzantins leur laissant le soin de défendre ces possessions chrétiennes.

b) L’intervention byzantine29

  • 29 Guil. de Tyr, XVII, xv, 161 ; xvi, 163 sq. ; Chalandon, II, 424-426 ; Grousset, II, 298-301 ; SN, (...)

25La disparition complète du comté d’Édesse se fit en deux phases. Au cours de la première phase les restes du comté furent cédés aux Byzantins et les villes évacuées par les Francs. Pendant la seconde période les Musulmans réussirent à chasser les Grecs et occupèrent la région du nord de la principauté d’Antioche.

  • 30 SN, 387.

26Manuel Comnène, l’empereur de Byzance, qui suivait attentivement le développement de la situation en Orient croit le moment favorable pour intervenir. Lorsque Constance d’Antioche, pour éviter une tutelle trop pesante de Jérusalem, eut renoué des relations avec Manuel celui-ci reprit espoir de rétablir sur la principauté la suzeraineté byzantine. Pour justifier son intervention le Basileus va profiter de la situation difficile dans laquelle se trouve Béatrice, la comtesse d’Édesse. Manuel propose de lui acheter les places qui lui restaient et de lui verser en plus une rente viagère importante. Pendant que se déroulaient ces pourparlers Baudouin III gagnait d’urgence Antioche, il avait quitté Jérusalem quinze jours plus tôt et était arrivé en compagnie de Guy de Beyrouth et de Raymond de Tripoli. Le roi qui n’avait pas été consulté sur la vente des places se mit en relation avec les envoyés byzantins car il savait que la situation était désespérée pour les Latins ; à chaque moment Tell Bašīr, qui regorgeait de réfugiés, pouvait se trouver isolée car elle n’était plus reliée à Antioche que par une seule voie30.

27Guillaume de Tyr raconte le dramatique conseil tenu par les barons francs, véritables Assises des États latins d’Orient auxquelles, pour une fois, tous étaient représentés. Les uns se refusaient à s’humilier devant le Basileus et voulaient combattre par les armes jusqu’à l’anéantissement ; les autres, plus réalistes, déclaraient : « Mieux vaut les Grecs orthodoxes que les Musulmans. » Constatant les oppositions qui dressaient les barons les uns contre les autres, le roi Baudouin comprend qu’il sera impossible de coordonner les efforts pour organiser la défense. Il prend donc le parti d’accepter les offres que Manuel avait faites à Béatrice, en déclarant qu’il valait mieux que la responsabilité de conserver les débris d’Édesse incombe aux Byzantins plutôt qu’aux Francs. Cette solution avait aussi l’avantage d’assurer l’avenir matériel de Béatrice et de ses enfants.

28Ainsi furent vendues aux Grecs Tell Bašīr, ‘Aynṭāb, Rawanḍān, Dulūk et quelques autres places moins importantes. L’Empereur s’engagea non seulement à les défendre mais encore à reconquérir sur les Musulmans tout le domaine de l’ancien comté d’Édesse. Une fois l’accord conclu, les Francs, sous la direction de Baudouin, procédèrent à la remise des places.

  • 31 Guil. de Tyr, XVII, xvi, 164-165 ; Grousset, II, 301-302.

29Les circonstances avaient donc permis à l’Empereur d’obtenir partiellement satisfaction aux demandes formulées par Jean Com-nène lors de la Première Croisade suivant lesquelles tout territoire occupé par Byzance avant 1081 devait lui être restitué par les Francs31. Pour bien montrer que la solution avait été adoptée à l’unanimité Baudouin se fit accompagner par des contingents de chacun des États latins et assista personnellement à la relève des garnisons franques par les troupes byzantines.

D. LA RÉACTION DE NŪR AD-DĪN FACE A L’OCCUPATION BYZANTINE

a) L’attaque contre les réfugiés francs32

  • 32 SN, 388.
  • 33 786-787, cité par Grousset, II, 302.

30Tandis que se poursuivait la cession des places une grande partie de la population chrétienne décidait de quitter le pays. A chaque ville la masse des réfugiés, latins, arméniens et syriens jacobites, augmentait. La chaleur d’août accablait la foule en exode, aux garnisons évacuées se mêlaient vieillards, femmes et enfants, encombrés d’animaux de bât, de ballots hétéroclites et de bétail. Guillaume de Tyr notait dans son Estoire d’Eracles33 : « Lors estait granz pitiez à veoir les gentils homes du pais qui emmenoient leurs femmes, leurs filles puceles et les petiz enfanz, et lessoient leurs terres et les maisons où ils avoient été né ; leur pais guerpissoient à touz jorz et ne savoient où il devoient demorer. Au partir i avait granz pleurs et granz criz de ceus de la terre ; li autre meismes qui ce véoient en ploroient de pitié. »

  • 34 I.F., III, 34 r° ; SN, 117-118.

31Une armée franque forte de cinq cents cavaliers protégeait cette masse d’émigrants. Le roi Baudouin marchait en tête avec un contingent de Jérusalem tandis qu’à l’arrière-garde le connétable Onfroy de Toron et Raymond II de Tripoli couvraient la retraite. Les éléments de flancs-gardes étaient constitués par des hommes d’Antioche et des soldats des garnisons relevées. Pour éviter de perdre les traînards on progresse lentement. Au nord de ‘Aynṭāb, au débouché de la route de Mar‘aš à Antioche près des sources du Sagūr, Nūr ad-Dīn dispose ses pelotons de Turcomans. Surgissant soudain sur les flancs et multipliant leurs attaques rapides ces cavaliers chercheront à transformer la retraite en désastre. Grâce au sang-froid de Baudouin, qui utilisa la même tactique que celle qui trois ans plus tôt avait fait ses preuves lors de la retraite du Hauran, les Francs parvinrent à conserver une certaine cohésion. La troupe s’arrêta à ‘Aynṭāb pour se regrouper et se reposer une nuit, puis reprit sa progression à l’aube, toujours harcelée par les flèches musulmanes. Enfin la colonne de réfugiés s’engagea dans l’étroite vallée du ‘Afrīn et retrouva une paix relative. En effet le terrain accidenté ne se prêtait guère aux larges mouvements de la cavalerie turcomane, d’autre part le ravitaillement commençait à manquer aux assaillants et Nūr ad-Dīn se vit contraint de rompre le contact. Il alla s’emparer de la puissante place de Rawanḍān34 qui venait d’être cédée aux Byzantins, puis rentra à Alep laissant les Francs gagner Antioche.

b) Nūr ad-Dīn et Mas‘ūd chassent les Byzantins (début 546/printemps 1151)

  • 35 Grousset, II, 305-306.

32A Constantinople on se réjouit fort de la remise de Tell-Bašīr, Dulūk, ‘Aynṭāb et Rawanḍān, mais la joie fut de courte durée35. Manuel se trouva absorbé par la lutte qu’il eut à mener contre Roger II de Sicile et les Normands en Italie méridionale. Aussi ne put-il rien faire pour reconquérir le comté d’Édesse comme il l’avait promis ; il ne put en fait, même pas défendre efficacement les places nouvellement acquises et quelques mois suffirent à Nūr ad-Dīn et Mas‘ūd pour les occuper les unes après les autres.

  • 36 SN, 380 ; I.F., III, 18 r°, 37 r°-v°.
  • 37 SN, 157 ; Le Strange, Palestine, 470.
  • 38 SN, 122 ; I.F., III, 17 v°, 33 r° ; THS, 119 sq. ; Tell Ḫālid, THS, 387-388, où Nūr ad-Dīn nomma c (...)
  • 39 Ibn al-Qal., 316 ; L.T., Damas, 324 ; Grégoire le Prêtre, 333 ; Ibn al-‘Adīm, II, 303 ; Grousset, (...)

33A la fin de l’été 1150, après la campagne contre Tell-Bašīr, Nūr ad-Dīn aurait fait une incursion en direction du Crac des Chevaliers puis s’empara de Kafarlāṯā près de la source de ‘Ayn al-Karsànī et de Basarfūt36, au site indéterminé dans le Ğabal Banī ‘Ulaym, au sud-ouest d’Alep37. Lorsque Baudouin III eut quitté Antioche pour regagner Jérusalem, Nūr ad-Dīn reparut dans le nord. En rağab 545, à l’automne 1150, Nūr ad-Dīn infligea une sérieuse défaite aux Chrétiens au sud de Tell Bašīr, il prit Tell Ḫālid sur la route d’Alep à al-Bīra et Ḥiṣn Karzīn à un gué du nahr Karzīn et occupa le riche district du nahr al-Ğawz38, affluent de la rive droite de l’Euphrate en aval d’al-Bīra. L’hiver mit fin temporairement aux opérations, mais dès le printemps suivant, en muḥarram 546, le seldjouqide Mas‘ūd s’empara de ‘Aynṭāb tandis que Nūr ad-dīn se trouvait pour la deuxième fois sous les murs de Damas. Avant de quitter Alep il avait confié quelques contingents à l’émir Ḥassān al-Manbiğī avec mission de ne pas laisser Mas‘ūd s’emparer seul de toutes les places de l’ancien comté d’Édesse. C’est pourquoi, dès la prise de ‘Aynṭāb par le sultan de Konya, Ḥassān al-Manbiğī vint bloquer Tell Bašīr, défendue par une garnison byzantine. Le lieutenant de Nūr ad-dīn ne disposant pas de matériel de siège cherchera à réduire la ville par la famine. Ne pouvant espérer aucun secours, Tell Bašīr capitule le 25 rabī‘ I 546/8 juillet 1151 et la population chrétienne est autorisée à gagner le territoire d’Antioche39.

CONCLUSION

34En moins de deux ans les Chrétiens ont définitivement perdu ce qui subsistait encore du comté d’Édesse à la mort de Raymond d’Antioche et à la capture de Joscelin.

35Entre l’automne 1149 et l’été 1151, une à une les places fran-ques furent prises par les Musulmans. Chacun des voisins du comté participa à la curée et à la fin de juillet 1151/rabī‘ I 546 la situation était la suivante : l’émir artuqide, seigneur de Ḫarpūt, Qarā Arslān occupe au sud-ouest de sa capitale et au nord du Diyār Muḍar, sur la rive droite de l’Euphrate les citadelles de Gargar, Kiaḫta et Ḥiṣn Manṣūr. Son cousin, Timurtaš de Mārdīn, s’installa sur l’Euphrate en aval de ces places à Sumaysāṭ et al-Bīra ainsi qu’à Ḫurūṣ et Kafarsūd et établit sa suzeraineté sur Qal’at Rūm en amont d’al-Bīra. Le sultan seldjouqide de Konya a réussi à occuper Mar‘aš, Kaysūn, Bahasnā, Ra’bān, Marzubān, ‘Aynṭāb et sans doute Dulūk.

36Nūr ad-Dīn a consolidé la frontière septentrionale de la province d’Alep et a établi une véritable ligne de défense contre une éventuelle poussée de Mas‘ūd. Il occupait Qūruṣ, ‘Azāz, Rawanḍān, Tell Bašīr, Tell Ḫālid, Ḥiṣn Karzīn, le district du nahr al-Ğawz, Kafarlāṯā et Basarfūt.

  • 40 Grousset, II, 322-323 ; SN, 390 : assassinat de Raymond II.
  • 41 Grousset, II, 310-321 ; SN, 390 : guerre civile en 1152.

37Il ne subsiste plus que trois États latins d’Orient, le comté de Tripoli en proie à de sanglantes querelles de famille40, le royaume de Jérusalem qui se débat au milieu des intrigues de Mélisende contre le roi Baudouin41 et la principauté d’Antioche dont le territoire a subi de sérieuses amputations. La frontière musulmane a été reportée de l’Euphrate à l’Oronte.

38Une telle situation va permettre à Nūr ad-Dīn de poursuivre sans intervention franque sa politique d’unification de la Syrie et de s’occuper de Damas elle aussi en proie au désordre.

III. DEUXIÈME TENTATIVE DE NŪR AD-DĪN CONTRE DAMAS (muḥarram 546/avril-mai 1151)

  • 42 Ibn al-Qal., 311 ; L.T., Damas, 315 ; KR, 79 ; SN, 393.

39A l’issue de sa première tentative contre Damas, Nūr ad-Dīn, nous l’avons vu plus haut, était parvenu à un accord avec l’atabeg de Damas Muğīr ad-Dīn et ce dernier avait accepté de reconnaître la suzeraineté du prince zenguide. A Damas même, les querelles ne s’apaisaient pas ; les notables, entraînant chacun une fraction de la population, s’entre-déchiraient pour participer à l’administration de l’État et obtenir, par cette voie, des revenus supplémentaires ou des satisfactions d’amour-propre. A la fin de l’année 545/début 1151, Muğir ad-Dīn se trouva en conflit avec le ra’īs Mu’ayyad b. aṣ-Ṣūfī à propos de son chambellan Yūsuf. Pour renforcer sa position l’atabeg rappela du Hauran le gouverneur de la citadelle de Salḫad, l’émir Mugāhid ad-Dīn Būzān, qu’il n’aimait pourtant pas et en qui il suspectait un agent zenguide42. Mugāhid ad-Dīn parvint à une solution en obtenant l’éloignement de Yūsuf et de ses partisans qui cherchèrent refuge auprès de l’émir ‘Aṭā’ gouverneur de Ba‘albakk. Au trouble de la situation intérieure à Damas venait s’ajouter l’incertitude de l’avenir des relations avec Jérusalem. En effet, en cette fin de l’année 545/printemps 1151, la trêve conclue entre Damas et Jérusalem arrivait à son terme, le problème de la reconduction allait se poser.

  • 43 Stevenson, 169.
  • 44 Ibn al-Qal., 315 ; L.T., Damas, 324 ; Atabegs, 132 ; Barhebraeus, 277 ; Runciman, II, 330.

40Voulant mettre à profit une conjoncture qu’il jugeait favorable Nūr ad-dīn quitta la Syrie du Nord pour se diriger vers Damas invoquant comme prétexte la nécessité de punir les Damascains de leur entente avec les Francs43. Il confia la surveillance de la frontière septentrionale de la Syrie à l’émir Ḥassān al-Manbiğī qui reçut aussi mission de mener à bonne fin le siège de Tell Bašīr. Cette place devait capituler quelques mois plus tard en juillet 115144.

A. LE SECOND SIÈGE DE DAMAS PAR NŪR AD-DĪN45

a) Première phase des opérations

  • 46 Ibn al-Qal., 312 (repris KR, 79) dit le 10 ; l’erreur est rectifiée par Le Tourneau (318 de sa tra (...)
  • 47 THS, 293, 316.
  • 48 THS, 299.
  • 49 Localité à rechercher entre l’actuelle Šafunīya et Ḥān al-Quṣayr au N.-E. de Damas, dans le Marğ.

41Le 13 muḥarram 546/2 mai 115146 l’avant-garde de l’armée de Nūr ad-Dīn venant du nord par la vallée qui sépare le Ğabal aš-Šarbī du Ğabal at-Turfa et non par la route habituelle de la Biqā‘, dressa ses tentes à ‘Aḏrā’47, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Damas dans la zone des prairies, le Marg, qui limite la Ġūṭa. Le lendemain, un important détachement alépin alla prendre position au pied du Qāsiyūn, à as-Sahm et Nayrab, pour tendre dans les vergers qui servaient à l’approvisionnement de la ville des embuscades aux Damascains et les surprendre en cas de sortie vers le nord. Le stratagème fut éventé et le vendredi 15/ 4 mai 1151, à l’arrivée du gros de l’armée sous la conduite de Nūr ad-Dīn, les troupes procédèrent à un regroupement. On se rapprocha alors de la ville et l’on campa entre ‘Aḏrā’ et Dūmā48 à ‘Uyūn Fāsariyā49. Le lendemain, samedi, Nūr ad-Dīn fit exécuter à son armée une manœuvre tournante de l’est vers le sud de la ville pour couper toute relation entre Damas et Jérusalem. Il installa son camp au-delà du Mīdān al-Ḥaṣā, l’Hippodrome aux Cailloux, à la limite des jardins de Ḥagīrā et Rāwiya, l’actuelle Qabr as-Sitt. Des maraudeurs et des éléments douteux des deux armées profitèrent de ces mouvements de troupes pour saccager les moissons dans les champs et piller les récoltes dans les potagers et les vergers. Par contrecoup, les prix des légumes et des fruits montèrent à Damas d’autant plus que la circulation était devenue dangereuse dans la Ġūṭa.

  • 50 Ibn al-Qal., 313 ; L.T., Damas, 319.

42Installé au sud de la ville, Nūr ad-dīn lança à la population de Damas un appel qu’Ibn al-Qalānisī nous rapporte en ces termes50 : « Je ne veux que le bien-être des Musulmans, la Guerre Sainte contre les polythéistes et la délivrance des prisonniers qui sont entre leurs mains. Si vous vous rangez à mes côtés avec l’armée de Damas, si nous nous entraidons pour mener la Guerre Sainte et que tout aille comme il faut, mon vœu et mon dessein seront comblés. » Et le chroniqueur ajoute : « Il ne reçut pas de réponse qui pūt le satisfaire et s’accorder avec ses visées. » Les dirigeants damascains, préférant l’alliance franque à l’occupation zenguide, appelèrent le roi de Jérusalem à la rescousse promettant une forte indemnité en compensation de son aide.

  • 51 Abū Šāma (KR, 80) précise qu’il s’agit de l’endroit occupé par le cimetière d’al-Mu‘tāmid entre le (...)
  • 52 Faḏāyā : THS, 301 ; Ġūṭa, 216-217 ; Sauvaire, C, 447, 480, n° 27 ; OT, 267. — Halfabaltā : THS, 30 (...)
  • 53 Ibn al-Qal., 314 ; L.T., Damas, 322 ; KR, 80 ; I.F., III, 36 r°.

43Le 23 muḥarram 546/12 mai 1151 Nūr ad-dīn se rapprocha de la ville, des troupes s’installèrent dans le secteur du mahad d’al-Qadam à l’extrémité sud du Mīdān51. Le seigneur d’Alep se refuse à donner l’assaut, il sait qu’il a des sympathies dans la place et préfère patiemment laisser le temps faire son œuvre. Le 13 ṣafar/31 mai nouveau changement de camp, l’armée s’approche des faubourgs immédiats de la ville et occupe les terrains de Faḏāyā, au sud du cimetière juif, de Halfabaltā et de Ḫāmisīn52. Les Damascains firent alors une sortie que les troupes de Nūr ad-Dīn repoussèrent vigoureusement. Une semaine plus tard, inquiet de l’approche des troupes de Baudouin III dont on signalait la progression vers Damas, Nūr ad-Dīn se porta à Dārayyà, au sud-ouest de la ville et, pour prévenir toute jonction entre les troupes franques et la garnison de Damas, il envoie une partie de l’armée prendre position sur le nahr al-A‘wağ, ligne d’arrêt naturelle sur la route qui mène en Galilée. Par la suite Nūr ad-dīn changea de plan. Disposant de nombreux contingents de Turcomans, qui depuis le début du siège étaient venus de toutes parts se joindre à lui, il envoya un important corps de cavalerie vers le Hauran pour y attaquer, en coopérant avec les Bédouins, les renforts francs qui se dirigeaient vers Damas. Lui-même se replia par la vallée du Baradā à travers l’Anti-Liban vers Zabadānī avec l’espoir d’attirer l’ennemi dans les massifs montagneux. Dès que l’armée d’Alep eut quitté les rives de l’A’wağ, elle y fut remplacée le 3 rabī‘ I/ 20 juin 1151 par les Francs que n’avaient pu stopper les Turcomans53. Négligeant de poursuivre Nūr ad-Dīn dans la montagne les Francs prirent contact avec les Damascains.

  • 54 Grousset orthographie Sirkhal, ailleurs donné sous la forme Sarkhak.
  • 55 THS, 371 sq.

44Ils en profitèrent pour se faire verser une partie de l’indemnité promise par l’atabeg de Damas et un grand nombre d’entre eux pénètrèrent dans la ville pour se ravitailler et visiter les souks. Muğīr ad-Dīn et Mu’ayyad b. aṣ-Ṣūfī vinrent faire visite au camp de Baudouin et furent très déçus de n’y avoir trouvé chez leurs alliés ni le nombre ni la force qu’ils auraient souhaités. Estimant qu’ils n’étaient pas assez forts pour aller poursuivre Nūr ad-dīn sur la route de Ba‘albakk, Francs et Damascains décidèrent une expédition commune pour s’emparer de Boṣrā dont le gouverneur, l’émir Sirǧāl54, avait accepté l’appui des Turcomans de Nūr ad-dīn pour échapper à l’obédience de Damas. Les Damascains n’arrivèrent pas à être prêts à temps pour entrer en campagne et les Francs partirent seuls vers le sud. Ils parvinrent à Rās al-Mā’, l’actuelle Dillī, au sud de Ṣanamayn, à une soixantaine de kilo-mètresjaujsud de Damas, et subirent là une violente attaque des éléments turcomans placés sous le commandement de l’émir Mankubars auquel s’étaient joints de nombreux Bédouins. Sous la grêle des traits les Francs cherchèrent refuge vers l’est dans le massif du Lağā’55 où le terrain, couvert de blocs basaltiques, interdit toute attaque d’envergure par la cavalerie. Battant en retraite, harcelée par les Bédouins et les hommes de Boṣrā et de plus accablée par la chaleur, l’armée franque parvint, dans la deuxième décade de rabī‘ I/28 juin-7 juillet 1151, à regagner le royaume de Jérusalem par Tibériade non sans réclamer à l’atabeg de Damas le reliquat de l’indemnité promise pour éloigner Nūr ad-Dīn.

45Le départ précipité des Francs de Damas n’eut peut-être pas pour seule raison le désir de châtier un émir rebelle. En effet, l’annonce d’une attaque prochaine de la côte palestinienne par une flotte venue d’Égypte a pu décider Baudouin III à regagner son royaume.

b) Intervention de la flotte fatimide56

  • 56 Ibn al-Qal., 315 ; L.T., Damas, 322 ; KR, 80 ; Derenbourg, Ousāma, 223-231 ; Reinaud citant Ibn Mu (...)
  • 57 Kāmil, HOC, I, 487.

46Depuis plusieurs années l’Égypte était en proie à l’anarchie. Le califat fatimide était en pleine décadence et le vizirat après al-Afḍal appartint, comme le note Ibn al-Aṯīr57, à quiconque disposait de la force. Personne au Caire ne songeait à attaquer les Francs. Ceux-ci, d’autre part, préoccupés en Syrie craignaient en se portant vers la vallée du Nil de dégarnir leur territoire et d’ouvrir un deuxième front. Tandis qu’ils travaillaient à fortifier Gaza les Francs firent un raid contre Tell Fārama, ils pillèrent et incendièrent l’antique Péluse, à l’est, et emmenèrent la population du Delta du Nil. L’année suivante, en rabī‘ I/546/juillet 1151, une flotte égyptienne forte de soixante-dix vaisseaux vint ravager, par représailles, le littoral de la Palestine et de la Syrie. Les Égyptiens espéraient une intervention terrestre de Nūr ad-dīn qui, l’année précédente, avait promis son appui à l’ambassade fatimide dirigée par Usāma b. Munqiḏ. Préoccupé, une fois de plus, par la question de Damas Nūr ad-Dīn ne peut intervenir contre les Francs pour aider les Égyptiens. L’expédition fatimide se borna donc à une série de coups de main le long de la côte. Le premier objectif fut Jaffa. Les Égyptiens débarquèrent dans le port occupé par les Francs, pillèrent les environs et s’emparèrent de plusieurs vaisseaux francs avant d’aller attaquer Acre où d’autre navires furent capturés. Continuant à remonter la côte, l’escadre égyptienne attaqua et pilla successivement Ṣaydā’, Beyrouth et Tripoli puis regagna ses bases, chargée de butin et de prisonniers chrétiens.

c) La deuxième phase des opérations contre Damas58

  • 58 Ibn al-Qal., 314 ; L.T., Damas, 322 ; Grousset, II, 345.
  • 59 THS, 395, 405.
  • 60 Ġūṭa, 219.
  • 61 THS, 313 sq.
  • 62 Qui n’est pas le pont de Kiswa comme le propose Grousset (II, 345), car Nūr ad-Dīn n’avait aucune (...)
  • 63 THS, 317 ; Ġūṭa, 218.

47Pendant que la flotte égyptienne ravageait la côte les Francs étaient rentrés de Syrie, harcelés par les Turcomans pendant la traversée du Hauran. Nūr ad-dīn, qui, comme nous l’avons vu, était sur la route de Ba‘albakk, fit demi-tour pour revenir assiéger Damas. Il prit la route de la Biqā‘ et campa à Dalhamīya, au sud-est de l’actuelle Mu’allaqa59 puis s’arrêta à ‘Anğar près de la source principale du Litani ; de là, par le défilé du wādī al-Ḥarīr, il parvint à la plaine de Yabūs. Nūr ad-Dīn gagna ensuite le territoire de Kawkab60, au sud-ouest de Dārayyā, dans le wādī al-‘Ağam61 où il fit halte le 21 rabī‘ I/7 juillet 1151. Des éléments de cavalerie firent des raids contre la route qui reliait Damas au Hauran et coupèrent ainsi une des voies de ravitaillement de la ville. Faisant des incursions dans le Marğ et la Ġūṭa ils ramenèrent du fourrage et du bétail. Les patrouilles n’ayant rencontré aucune opposition, Nūr ad-Dīn alla camper sur le territoire de Dārayyā à Ğisr al-Ḫašab62. Enfin le mardi 24 rabī‘ I/11 juillet, l’armée d’Alep se rapproche de l’enceinte de Damas et s’installe à Qaṭī’a63, faubourg situé au sud du Mīdān actuel non loin de la mosquée d’al-Qadam.

48Tandis que se déroulaient les opérations du siège, Nūr ad-dīn reçut la nouvelle de la prise de Tell Bašīr par son lieutenant Ḥassān al-Manbiğī le 25 rabī‘ I/12 juillet 1151. Un messager arriva en compagnie de quelques notables de Tell Bašīr pour régler le sort de leur ville.

  • 64 Cadi hanafite de Damas mort le 19 novembre 1153/dernier jour de ša’bān 548 (Ibn al-Qal., 323).
  • 65 Ibn al-Qal., 315-316 ; L.T., Damas, 324 ; KR, 81 ; Stevenson, 169.

49Les opérations de siège à Damas ne faisaient aucun progrès et au cours du mois de rabī‘ II/mi-juillet, mi-août 1151, des pourparlers de paix furent engagés. Les négociations menées par le faqīh Burhān ad-Dīn ‘Alī al-Balḫī64 et Nağm ad-Dīn Ayyūb pour Damas et par le frère de ce dernier, Asad ad-Dīn Šīrkùh pour le seigneur d’Alep, aboutirent finalement à un accord le 10 rabī‘ II/27 juillet 115165. Une fois de plus Nūr ad-Dīn avait dū renoncer à occuper la ville. Damas, pour la seconde fois, reconnut la suzeraineté nominale de Nūr ad-dīn, que l’on cita dans la ḫuṭba et dont on mentionna la nom sur les pièces, mais conserva son indépendance de fait.

B. EXPÉDITION DE NŪR AD-DĪN DANS LE HAURAN66

  • 66 Ibn al-Qal., 316 ; L.T., Damas, 324 ; KR, 81 ; Grousset, II, 345.

50Au lendemain de l’accord intervenu avec les autorités de Damas, et pour se donner l’illusion de n’être pas venu d’Alep pour rien, Nūr ad-Dīn décida d’aller assiéger Boṣrā dont l’émir contrôlait la riche région agricole du Hauran. Le prince zenguide prit pour prétexte de cette expédition le fait que le gouverneur de la place, l’émir Sirǧāl, venait de se révolter contre lui avec l’appui des Francs. L’émir Sirǧāl semble avoir cherché à garder une certaine indépendance aussi bien vis-à-vis de l’atabeg de Damas que de Nūr ad-Dīn, cette position pourrait s’expliquer aussi par de la jalousie à l’égard du gouverneur de la citadelle voisine de Salḫad, l’émir Muğāhid ad-Dīn, dont il prit systématiquement le contre-pied sur le plan politique. Cette attitude n’avait rien d’extraordinaire car chaque fois que l’émir de Salḫad fut en difficulté avec Damas l’émir de Boṣrā appuya la politique damascaine. L’inverse fut aussi de règle. C’est ainsi qu’après avoir participé à des opérations contre les Francs avec les cavaliers turcomans que Nūr ad-Dīn avait envoyés dans le Hauran Sirǧāl, qui connaissait les sentiments pro-zenguides de son voisin l’émir Būzān, ne manifesta aucun enthousiasme à adhérer à la cause du prince d’Alep. Il prit même des contacts avec les Francs pour obtenir d’eux la promesse d’une aide éventuelle. Nūr ad-Dīn se présenta devant la citadelle de Boṣrā avec un imposant matériel de siège, comprenant mangon-neaux et pierriers prêtés par l’atabeg de Damas. Cette démonstration de force obligea l’émir à revenir à une compréhension plus réaliste de la situation et l’amena à accepter à contrecœur l’autorité de Damas et à reconnaître la suzeraineté de Nūr ad-Dīn.

a) Visite de Muğīr ad-Dīn à Alep67

  • 67 Ibn al-Qal., 317 ; L.T., Damas, 325-326 ; KR, 83.
  • 68 KR, citant Ibn Abī Tayyī, 84, HOC, IV, 75 ; Barhebraeus, 279.

51Après l’expédition contre Boṣrā, Nūr ad-Dīn ne tarda pas à regagner Alep d’où il était absent depuis le début du mois de mai. Dans le courant de rağab 546/oct.-nov. 1151, trois mois après les accords conclus entre Damas et Alep, Muğīr ad-Dīn fit une visite protocolaire à Alep. Nūr ad-Dīn l’accueillit avec beaucoup d’honneurs. Il n’est pas impossible que dans la suite de l’atabeg de Damas se trouva un des fils de Nağm ad-Dīn Ayyūb, le jeune Ṣalāḥ ad-Dīn qui fut, d’après le chroniqueur Ibn Abī Ṭayyī68, présenté cette année à Nūr ad-Dīn par son oncle Šīrkūh et qui prit alors du service dans l’armée d’Alep. Muğīr ad-Dīn eut des entretiens d’ordre politique, il fit acte de vassalité et se déclara le représentant de Nūr ad-dīn à Damas. Cette affirmation devait dans son esprit lui permettre de compter à Damas sur les partisans zenguides et d’y renforcer sa propre situation.

52Muğīr ad-Dīn rentra à Damas le 6 ša‘bān 546/20 novembre 1151.

b) Raid turcoman contre Bāniyās et réaction franque69

  • 69 Ibn al-Qal., 317 ; L.T., Damas, 326 ; KR, 83 = HOC, IV, 74 ; Grousset, II, 346 ; Stevenson, 170.
  • 70 Jérusalem est alors en proie à une véritable guerre civile où s’affrontent les partisans de Baudou (...)

53Lorsque à la fin de l’année 1151 de graves troubles déchirèrent le royaume de Jérusalem et paralysèrent son armée70, Damas ne chercha pas à intervenir ; Muğīr ad-Dīn, en vertu de la trêve conclue avec Baudouin III, alla même jusqu’à châtier les fauteurs de trouble.

54Dans la dernière décade de ša‘bān 546/début décembre 1151 un fort détachement de Turcomans, nous dit Ibn al-Qalānisī, attaqua vigoureusement la place de Bāniyās au nord du lac de Houlé. Le seigneur de la place fit une sortie contre ces auxiliaires zenguides et subit de lourdes pertes. Après ce succès les Turcomans se replièrent vers le nord ; Muğīr ad-Dīn, alors allié des Francs, désapprouva l’opération et pour garder ses bonnes relations avec Jérusalem envoya des troupes intercepter les Turcomans, une partie du butin fut récupérée et retournée aux propriétaires francs tandis que les Damascains ramenaient trois prisonniers.

  • 71 I.F., III, 38 v°-39 r°.

55Quelques jours plus tard, au début de ramaḍān 546/mi-décembre 1151, les Francs de Bāniyās organisèrent un raid de représailles contre les Musulmans71 ; ils remontèrent le wādī at-Taym le long du versant occidental de l’Hermon et ravagèrent plusieurs villages, firent de nombreux prisonniers et s’emparèrent d’une grande quantité de bestiaux.

  • 72 Alors qu’Ibn al-Qalānisī n’indique pas le nom du gouverneur, Abū Šāma, repris par Grousset, cite N (...)

56Le gouverneur de Ba‘albakk, l’émir ‘Aṭā’72 réagit et parvint assez rapidement à rattraper les Francs. Ceux-ci, gênés par un froid intense et par des bourrasques de neige, se virent contraints d’abandonner leur butin, les troupes de Ba‘albakk les rattrapèrent malgré tout et en massacrèrent un grand nombre. Les prisonniers musulmans délivrés récupérèrent leur bétail et regagnèrent leurs villages tandis que les survivants francs rentrèrent en Galilée.

C. OPÉRATIONS DE NŪR AD-DĪN CONTRE LES FRANCS EN 547

  • 73 547 = avril 1152-mars 1153.
  • 74 KR, 86. Peut-être est-ce un enfant que lui aurait donné sa seconde femme : la fille de Mas‘ūd de K (...)
  • 75 Ibn al-Qal., 318 ; L.T., Damas, 327 ; KR, 86 ; I.F., III, 42 v° ; Stevenson, 171 ; J. Richard, Com (...)
  • 76 C’est le Chastel Rouge des chroniqueurs francs, situé à une vingtaine de km de Ṣāfīṭā. THS, 119-12 (...)

57Dans le règne de Nūr ad-Dīn on ne signale aucun fait particulièrement digne d’être noté au cours de l’année 54773. Seule la prise de Ṭarṭūs et celle de Dulūk méritent une mention dans le calendrier des conquêtes zenguides. Nūr ad-Dīn eut sa vie personnelle marquée par la naissance à Ḥimṣ de son fils Aḥmad. Mais l’enfant ne vécut pas longtemps ; il mourut trois ans plus tard, semble-t-il, et fut enterré au cimetière de Bāb aṣ-Ṣagīr à Damas74. Tandis que les barons de Tripoli sont préoccupés par les querelles qui dressent l’un contre l’autre, le comte Raymond II et sa femme Hodierne, sœur de la reine Mélisende, Nūr ad-Dīn va pouvoir diriger ses troupes vers la côte syrienne en muḥarram 547/avril-mai 115275. Il attaqua Tartous, port situé pratiquement à mi-chemin entre Lattaquié et Tripoli. Après un siège rapide la place capitula. Ce succès permit au seigneur d’Alep de couper les communications le long de la côte entre Antioche et les États latins du Sud. Nūr ad-Dīn établit une solide garnison à Ṭarṭūs puis s’en alla prendre Qal’at Yaḥmur76 à l’intérieur des terres, au milieu des oliviers. Les deux places restèrent aux mains des Musulmans une vingtaine d’années avant d’être prises par les Templiers en 579/1183.

  • 77 Kāmil (IX, 32) donne la date de 547 comme Ibn al-Furāt (III, 42 v°). Dans Atabegs (HOC, II2) l’évé (...)
  • 78 C’est l’antique Doliché, THS, 226, 472, 478 sq. Voir D. Sourdel, art. Dulūk, EI2, II, 639-640.

58A une date indéterminée de l’année 547/115277 Nūr ad-Dīn alla assiéger, au nord d’Alep et d’Antioche, la place de Dulūk dont la forteresse située au nord-ouest de ‘Aynṭāb contrôlait un important nœud routier dans la région des ‘Awāṣim qui défendaient jadis la frontière contre les Byzantins78. Une fois la place prise, Nūr ad-Dīn se trouva tout près de Mar‘aš et coupa les relations de cette ville avec le moyen Euphrate. La position zenguide constitua désormais un coin entre les Seldjouqides et les Artuqides.

59L’année 547 était sur le point de s’achever sans apporter d’événement important à noter dans les chroniques, lorsque l’assassinat d’Ibn Sallār au Caire vint bouleverser la situation aussi bien en Égypte qu’en Palestine où les Francs redoublèrent d’efforts au siège d’Ascalon et en Syrie où Nūr ad-Dīn, venant d’Alep, essaya d’aider les Égyptiens.

IV. L’ASSASSINAT D’IBN SALLĀR ET LA PRISE D’ASCALON PAR LES FRANCS (548/1153)

A. LES CAUSES DU SIÈGE D’ASCALON

  • 79 Kāmil, HOC, I, 487.

60A la fin de l’année 547/1152 le califat fatimide paraissait en pleine décomposition. « Le Vizirat, dit Ibn al-Aṯīr, appartenait à quiconque disposait de la force... et après al-Afḍal presque personne ne devint maître du pouvoir en Égypte sinon par la guerre, le meurtre ou d’autres moyens semblables »79.

  • 80 Wiet, Précis, II, 190-195 ; Grousset, II, 349-350.
  • 81 Voir plus haut pp. 467-468.

61Le vizir al-Afḍal, qui fut un homme énergique et capable, fut assassiné en šawwāl 515/décembre 1121, le calife al-’Āmir disparut aussi brutalement en šawwāl 523/octobre 1129. Al-Ḥāfiẓ qui devint calife en 525/1131 essaya de reprendre en main les affaires de l’État et nomma au vizirat son propre fils Ḥasan, mais celui-ci chercha à usurper le pouvoir et son père dut se résoudre à supprimer son fils par le poison en 529/1135. Al-Ḥāfiẓ, à son tour, mourut assassiné en 544/1149 et fut aussitôt remplacé par un de ses fils Ẓāfir. A peine celui-ci fut-il sur le trône que le gouverneur d’Alexandrie, l’émir al-‘Ādil Ibn Sallār, s’empara du vizirat par les armes80. Ibn Sallār reprit la situation en main au Caire et se préoccupa d’aider Ascalon, la dernière place forte fatimide en Palestine et qui, en raison de son importance, relevait directement de l’autorité du vizir. Celui-ci chaque année assurait la relève de la garnison qui comptait de 400 à 600 hommes et envoyait des provisions abondantes et de fortes sommes d’argent par terre et par mer. En 544/1150 les Francs, ayant fortifié la place de Gaza, le ravitaillement par la voie terrestre devint très difficile ; aussi Ibn Sallār envoya-t-il une ambassade dirigée par Usāma b. Munqiḏ auprès de Nūr ad-Dīn pour demander à ce dernier, d’intervenir en Galilée pour que les troupes d’Égypte puissent attaquer Gaza et faire parvenir le ravitaillement à Ascalon. A cette époque, en ḏū’l-ḥiğğa 544/avril 1150, Nūr ad-dīn assiégeait, comme nous l’avons vu, Damas et ne pouvait guère s’en écarter81.

  • 82 Grousset, II, chap. IX, 6 sq. ; Deschamps, Défense du Royaume de Jérusalem, BAH, t. XXXIV, 10-13.

62Chaque année Ascalon, qui constituait une menace permanente pour le royaume de Jérusalem, était attaqué par les Francs. Dès son accession au trône de Jérusalem, en 1131, Foulque V d’Anjou songea à neutraliser la place ; il décida de protéger son royaume contre toute invasion terrestre ou maritime partie d’Égypte. Les routes principales qui d’Ascalon menaient au cœur du royaume de Jérusalem se trouvèrent contrôlées par trois châteaux forts. En 1134, Foulque fit bâtir à la jonction des routes d’Ascalon et de Gaza vers Hébron le château de Bayt-Ğibrīn (Bethgibelin). En 1141, le roi de Jérusalem fit construire le château de Yabnah (Ibelin) qui, non loin de la côte, coupe la route qui d’Ascalon remonte au nord vers Ramlah ; enfin en 1142, un an avant sa mort, Foulque édifia le château de Tell as-Safīya (Blanche-Garde) qui contrôle la route menant d’Ascalon vers Jérusalem82. En fait ces trois places fortes n’avaient qu’un rôle défensif et n’entravaient en rien le ravitaillement d’Ascalon. Baudouin III eut une politique plus « offensive » que son père et chercha à éliminer la tête de pont fatimide. Une fois la situation du royaume de Jérusalem stabilisée il décida de couper la route du ravitaillement par la voie terrestre en fortifiant au sud d’Ascalon la ville abandonnée de Gaza. En 545/1150 le roi y fit construire une citadelle dont la défense fut confiée aux Templiers. La place était isolée et, en muḥarram 547/ avril 1152, un contingent venu d’Ascalon infligea une défaite à la garnison franque de Gaza sortie pour intercepter la relève venant du Caire. Les Templiers durent se réfugier derrière leurs murailles et la colonne égyptienne put rallier Ascalon.

  • 83 Ibn al-Qal., 318 ; L.T., Damas, 327 ; Guil. de Tyr, L. XVII, ch. xii, 156 ; ch. XXII, 175.

63Après cet échec Baudouin décida d’en finir avec Ascalon ; le moment paraît bien choisi car le royaume est en état de trêve, presque allié même, avec Damas tandis que Nūr ad-Dīn est dans le nord de la Syrie83.

B. LE SIÈGE D’ASCALON84

  • 84 Guil. de Tyr, L. XVII, ch. xxi, xxii et xxiii ; Ibn al-AṮīr, HOC, I, 490 ; Grousset, II, 351-358 ; (...)

64Au début de ḏū’l-qa‘da 547/fin janvier 1153, les barons francs de Jérusalem au grand complet, ainsi que d’importants détachements de Templiers et d’Hospitaliers sous le commandement de leurs grands maîtres respectifs, viennent assiéger Ascalon. Cette fois l’armée est plus nombreuse que lors des sièges précédents et elle se présente dotée d’un puissant appareil de siège.

65Réputée imprenable Ascalon s’étage en amphithéâtre sur la côte dans un vaste hémicycle dont la mer forme le diamètre. Du côté de la terre une haute et solide muraille protège la ville. Quatre portes permettaient de gagner la campagne voisine où vignes et oliviers, potagers et vergers procuraient aux habitants un abondant ravitaillement.

66Pour éviter toute surprise sur terre Baudouin fit renforcer la garnison de Gaza, position avancée vers le sud, et envoya des espions sur les routes menant au Caire. Sur mer, quinze galères bloquèrent le port. Le siège durait depuis deux mois, l’armée de Jérusalem malgré le nombre de ses engins balistiques ne parvenait à aucun résultat. C’est alors que de nombreux pèlerins débarquèrent en Palestine pour y faire leurs Pâques. Un grand nombre d’entre eux constituèrent des renforts pour le siège. Il fallait essayer de prendre la ville avant l’arrivée de la relève égyptienne que l’on prévoyait pour le courant du mois de muḥarram 548/avril 1153.

C. L’ASSASSINAT D’IBN SALLĀR85

  • 85 Ibn al-Qal., 319-320 ; L.T., Damas, 330-332 ; Usāma (édit. Deren-bourg), II, 238-239 ; I.F., III, (...)
  • 86 D’après I.F., III, 66 v° ‘Abbās avait pour laqab : Sayf ad-Dīn al-Afḍal amir al-ğuyūš Rukn al-Islā (...)

67La relève que le vizir fatimide envoyait régulièrement à Ascalon était placée sous le commandement d’officiers que les autorités souhaitaient, pour une raison quelconque, voir loin du Caire. Ainsi n’ayant guère confiance dans les sentiments de loyalisme du prince syrien Usāma b. Munqiḏ, de l’émir Dirġam — qui plus tard sera vizir — et de son propre beau-fils ‘Abbās ibn Abu l’-Futūḥ, le vizir al-‘Ādil Ibn Sallār les désigne pour prendre la direction de la relève de 548. Ces trois personnages, peu satisfaits de la mission qu’on leur confiait, quittèrent le Caire pour s’occuper, dans le Delta, des préparatifs de l’escadre qui devait faire parvenir à Ascalon des troupes, des munitions et des vivres. ‘Abbās se plaignit à Usāma du sort que leur réservait Ibn Sallār. L’émir mun-qidite suggéra de faire disparaītre le vizir trop autoritaire. ‘Abbās alors poussa son fils Naṣr à commettre le crime. Le jeune homme, dont l’intimité avec le calife Ẓāfir billāh était notoire, pouvait circuler librement dans les appartements du palais. Le 12 muḥarram 548/9 avril 1153 Ibn Sallār rentra chez lui après un conseil où fut traitée la question des renforts pour Ascalon. Le vizir fatigué se coucha pour se reposer ; pendant son sommeil, Naṣr pénétra dans la pièce, le tua et lui trancha la tête. Un pigeon voyageur apporta la nouvelle à Bilbays où se trouvait ‘Abbās ; celui-ci se dirigea aussitôt vers le Caire. Tandis que la garde de mercenaires turcs du vizir assassiné, trois cents cavaliers, parvenait à quitter l’Égypte pour gagner Damas par terre, ‘Abbās était reconnu vizir par le calife qui observa l’usage suivant lequel le meurtrier d’un vizir succédait à sa victime86. Il fallut quelques semaines pour que le calme revint au Caire après cette révolution de palais. ‘Abbās, de par ses nouvelles fonctions, devint responsable du sort d’Ascalon et poursuivit les préparatifs un moment suspendus.

  • 87 Usāma, II, 246 sq. ; Ibn al-Qal., 319-320 ; L.T., Damas, 330-332 ; Kāmil, IX, 42 ; KR, 91 ; Wiet, (...)

68Le retard de la relève aurait dū favoriser les Francs si ceux-ci n’avaient pas été préoccupés par le projet de Nūr ad-Dīn d’apporter son aide à la garnison assiégée87.

D. ÉCHEC DE LA DIVERSION DE NŪR AD-DĪN VERS BANIYAS

  • 88 Entre Sarmīn et Qinnasrīn. THS, 237, 513.
  • 89 Ibn al-Qal., 320 ; L.T., Damas, 332.
  • 90 Ibn al-Qal., 320-321 ; Guil. de Tyr, L. XVII, ch. xxvi, 180-181 ; KR, 89-90 ; Stevenson, 171 ; Gro (...)

69Dès les premiers jours de muḥarram 548/avril 1153, afin de conjuguer son action avec celle de la relève égyptienne prévue, Nūr ad-Dīn rassemble l’armée d’Alep et ses escadrons de Turcomans et demande à Muğīr ad-Dīn de le rejoindre pour faire la Guerre Sainte. Nūr ad-Dīn ne s’inquiète nullement de l’affaiblissement du califat fatimide mais il connaīt l’importance d’Ascalon. Tant que cette base égyptienne se maintiendra elle jouera un rôle d’abcès de fixation pour les Francs qui alors ne viendront pas attaquer la Syrie. Il fallait maintenir cet état de choses. Avant la jonction des troupes d’Alep et de Damas Nūr ad-Dīn s’empare, chemin faisant, de la place forte d’Afīs qui, au sud d’Alep, menaçait les communications avec Ma’arrat an-Nu’mān et la Syrie centrale88. Les deux armées traversèrent la Biqā‘ pour aller attaquer la frontière de la Galilée. Le 19 ṣafar 548/16 mai 1153 les troupes musulmanes se présentent devant Bāniyās qui était le verrou du royaume de Jérusalem. La prise semblait facile car la garnison était faible. « Mais, comme nous le rapporte Ibn al-Qalānisī89, par un arrêt de Dieu Très Haut, les Musulmans se querellèrent et s’entretuèrent ; bien qu’ils fussent au nombre de six mille cavaliers et fantassins, ils s’éloignèrent de Bāniyās en désordre sans qu’aucun Franc leur eūt porté le moindre coup, ni qu’une troupe franque se fūt mesurée avec eux. » L’armée campe sur l’A‘wağ, puis décide de revenir contre Bāniyās et, une fois de plus, se retire sans combat. Muğīr ad-Dīn rentra à Damas où il arriva le 11 rabī‘ I/6 juin tandis que Nūr ad-Dīn remonta vers Ḥimṣ par la Biqā‘ et regagna Alep90.

70Il est évident que si les chefs de Syrie avaient tenté une diversion sérieuse pour dégager Ascalon ou pour obliger Baudouin à prélever des effectifs sur les troupes qui assiégeaient la place les Francs auraient eu à faire face à une situation très sérieuse. Peut-être Muğīr ad-Dīn avait-il rejoint Nūr ad-Dīn à contrecœur dans cette opération contre le royaume de Jérusalem avec qui il était en trêve. La cohésion n’existait pas entre les deux armées musulmanes, Nūr ad-dīn n’avait pas encore une autorité assez forte pour imposer ses ordres aux Damascains et ceux-ci répugnant à combattre côte à côte avec les Alépins en venaient souvent aux mains sans que le prince de Damas empêche ces bagarres. Muğīr ad-Dīn abandonna pratiquement Nūr ad-dīn au moment décisif, espérant sans doute conserver ainsi de bonnes relations avec Jérusalem. La manœuvre de diversion avait lamentablement échoué.

E. LA PRISE D’ASCALON PAR LES FRANCS (30 ğumādā I 548/19 août 1153)

71A peine l’expédition de Nūr ad-dīn avait-elle pris fin que l’on vit sur la mer apparaître les voiles de l’escadre égyptienne. Soixante-dix navires, chargés d’hommes et de ravitaillement, mirent en fuite la vingtaine de galères franques qui faisaient le blocus et pénétrèrent dans le port. L’armée de renfort redonna du courage aux assiégés mais éprouva le moral des Francs que les fréquentes sorties des Musulmans éloignaient sans cesse des murailles.

  • 91 Kāmil, IX, 42 ; Guil. de Tyr, XVII, xxvii-xxx, 181-190 ; KR, 90 ; Ibn al-‘Adīm, II, 304 ; I.F., II (...)

72Les Francs conservèrent un certain avantage grâce à leurs machines de guerre qui faisaient pleuvoir sur la ville des pierres de tous calibres. Les pertes les plus importantes dans les rangs de la garnison provenaient des traits décochés par les archers et arbalétriers tirant à vue d’une grande tour de bois dont la hauteur dominait l’enceinte. Au cours d’une sortie, les gens d’Ascalon réussirent à mettre le feu à cette tour protégée par de grandes pièces de cuir contre les jets de naphte enflammé mais qui ne put résister à la chaleur dégagée par un būcher de sarments arrosés d’huile et de poix. Ce grand brasier, qui dans la ville assiégée était salué par des clameurs de joie, fut pourtant à l’origine de la chute d’Ascalon. En effet, le vent tourna et poussa les flammes contre l’enceinte dont les pierres cuirent littéralement provoquant la chute d’un pan de mur le 27 ğumādā I 548/16 août 1153. La brèche ne put être utilisée par l’armée des Croisés car les Templiers se réservant l’exclusivité de la prise d’Ascalon interdirent aux autres Francs l’accès de la ville en bloquant la brèche. Les quarante Templiers qui avaient pénétré dans la cité furent massacrés par la population qui se ressaisit et réussit à réparer l’enceinte avec des poutres prises aux navires. Le découragement des Francs fut accru par le spectacle des quarante cadavres des Templiers pendus aux créneaux de l’enceinte. Dans le camp des Croisés les avis sont partagés. Finalement Baudouin l’emporte avec ceux qui sont partisans de poursuivre le siège. Dans Ascalon éclatent de véritables émeutes car chacune des unités revendique pour elle seule le mérite d’avoir capturé les Templiers. Une sortie musulmane est repoussée par les Francs, ce succès leur redonne courage et ils intensifient le bombardement de la place. Les Musulmans, pour éviter les atrocités d’une prise d’assaut, envoyèrent une délégation demander l’amān qui leur fut accordé. Le 30 ğumādā I/19 août 1153, les Francs reçoivent la capitulation d’Ascalon et, tandis que sur les tours flottent les bannières des Croisés, la population musulmane et la garnison fatimide évacuent la ville par mer et par terre. La grande mosquée est alors transformée en cathédrale consacrée à Saint Paul marquant ainsi la disparition de la dernière enclave musulmane sur le littoral. De Suwaydīya au nord à Gaza au sud toute la côte est aux mains des Francs et la frontière du royaume latin de Jérusalem se trouve reportée à al-‘Arīš91.

V. LA PRISE DE DAMAS PAR NŪR AD-DĪN

A. LA SITUATION A DAMAS APRÈS LA PRISE D’ASCALON92

  • 92 Kāmil, IX, 45 ; Atabegs, 189-190 ; KR, 95 ; Ibn al-‘Adīm, 304 ; Grousset, II, 361-362 ; SN, 393-39 (...)

73Par sa position géographique, Damas constituait une base de départ vers le Hauran et un passage obligé pour qui, du nord, cherchait à gagner Jérusalem ou Ascalon. L’importance stratégique et politique de la ville n’avait certes échappé ni à Zengī ni à Nūr ad-Dīn face auxquels se dressèrent les souverains latins de Jérusalem. Si les premiers ne cachaient pas leur intention de s’emparer de Damas pour la soustraire à la domination franque, les Croisés, eux, cherchaient par des trêves et des accords à maintenir au pouvoir le faible Muğīr ad-Dīn Uvaq, lui assurant un semblant de neutralité. Par deux fois en 1149 et 1150, l’intervention franque réussit à préserver l’indépendance de Damas mais, après la prise d’Ascalon, les Francs de Jérusalem, maîtres du littoral syro-palestinien et débarrassés de la menace fatimide, intensifièrent leur pression sur la grande cité syrienne. C’est pourquoi, pour, d’une part, mettre fin aux incursions des Francs qui razziaient et pillaient le territoire de Damas et, d’autre part, pour se protéger contre les attaques de Nūr ad-Dīn, Muğīr ad-Dīn transigea avec les Francs et accepta de payer un lourd tribut annuel à Jérusalem pour échapper à la mainmise de l’émir zenguide d’Alep. Les agents du roi Baudouin venaient à Damas même percevoir ce tribut, ils en profitaient pour passer en revue les esclaves chrétiens qui se trouvaient dans la ville et les libéraient, même contre le gré des maîtres. Damas est alors pratiquement sous le contrôle des Francs, si Muğīr ad-Dīn et son entourage estiment qu’un protectorat franc est préférable à la mainmise zenguide, le citadin de Damas juge l’insolence franque intolérable et c’est d’une oreille complaisante qu’il écoute les agents de Nūr ad-Dīn accuser les gens au pouvoir de trahir la Sunna ; ce thème, mille fois repris, finit par susciter contre Muğīr ad-Dīn le ressentiment de la population. Déçus par une politique qui n’a pu empêcher la chute d’Ascalon, qui a fait échouer l’expédition contre Bāniyās, les Damascains ne faisant plus confiance à Muğīr ad-Dīn se tournèrent vers le ra’īs Mu’ayyad ad-Dawla al-Musayyab aṣ-Ṣūfī, partisan secret de Nūr ad-Dīn.

B. LES MANŒUVRES DE NŪR AD-DĪN A DAMAS

  • 93 E. Ashtor-Strauss, L’administration urbaine en Syrie médiévale, ch. VI : La révolte d’Ibn aṣ-Ṣūfī, (...)

74Dès la première tentative de Nūr ad-Dīn contre Damas, en 544/1149, la situation intérieure était devenue trouble. En ville, Muğīr ad-Dīn se heurtait à l’opposition du ra’īs Mu’ayyad ad-Dawla qui avait l’appui de la bourgeoisie indigène93.

75Lorsque Muğīr ad-Dīn rentra de Bāniyās en rabī‘ I 548/juin 1153 de violentes querelles opposèrent Mu’ayyad ad-Dawla qui occupait alors le poste de vizir et ses deux frères Ίzz ad-Dawla et Zayn ad-Dawla Haydara. Ces deux derniers s’étaient ralliés à Muğīr ad-Dīn et Zayn ad-Dawla parvint même à s’emparer de son frère Mu’ayyad qui est alors exilé à Salḫad, avec ses partisans, en ğumādā I/août 1153. L’émir Mugāhid ad-Dīn Būzān qui commandait cette place était un des fidèles de Nūr ad-Dīn. L’opposition sembla alors décapitée, Zayn ad-Dawla devint ra’īs et occupa les fonctions de vizir à la place de son frère. Incapable d’administrer l’État et avide de cadeaux pour les moindres affaires, le nouveau vizir laisse la situation se dégrader. C’est alors que Muğīr ad-Dīn eut un sursaut d’énergie. Il se rendit à Ba‘albakk pour se concilier l’émir ‘Aṭā’ b. al-Ḥuffāẓ al-Ḫādim, gouverneur énergique. Il réussit à le faire venir à Damas et en fit son délégué pour l’administration.

  • 94 Ibn al-Qal., 321 ; L.T., Damas, 332-333 ; Kāmil, IX, 45 ; Atabegs, 190 ; KR, 90 et 95 ; Ibn al-‘Ad (...)

76Nūr ad-Dīn sachant que la population lui était en partie favorable, et craignant que l’émir ‘Aṭā’ ne reprenne la situation en main, décida d’agir. Il ne pouvait être question d’une intervention militaire brutale qui n’aurait pas manqué de pousser Muğīr ad-Dīn Uvaq dans les bras des Francs. Ceux-ci, forts de leur succès à Ascalon, pouvaient venir et risquaient alors d’occuper Damas, ce que l’armée d’Alep n’aurait pas eu la force d’empêcher. Ainsi donc, évitant une agression ouverte, Nūr ad-Dīn usa d’intrigues et de ruses pour gagner à sa cause la majorité de la population damas-caine, notamment la bourgeoisie, et pour affaiblir la position de Muğīr ad-Dīn et de son gouvernement94 Nūr ad-dīn essaya de gagner la confiance du prince de Damas et flatta sa vanité. Avec beaucoup de diplomatie, il lui prodigua des marques d’amitié, lui envoya des cadeaux et entretint avec lui une correspondance suivie sur un ton empreint de cordialité. De temps en temps, Nūr ad-Dīn accusait dans ses lettres tel ou tel émir ou notable dont il souhaitait la disparition. Il mettait Muğīr ad-Dīn en garde contre le personnage et le persuadait que celui-ci lui avait proposé ses services, le naïf émir s’affolait, remerciait son correspondant et incarcérait le prétendu coupable. Par ce jeu, Nūr ad-Dīn réussira à faire éliminer ceux des notables de Damas qui étaient ses adversaires. Mu-gāhid ad-Dīn Būzān fut inquiet de l’importance que prenait l’eunuque ‘Aṭā’, il se mit en relations avec Muğīr ad-Dīn, reçut des apaisements et, rassuré, revint à Damas où il passa le mois de ramaḍān 548/nov.-déc. 1153. Sans doute tenta-t-il de ranimer le zèle des partisans de Nūr ad-dīn car il éprouva rapidement des craintes pour son sort et prit la fuite le 12 šawwāl/31 décembre 1153, mais il fut vite repris et incarcéré dans la citadelle de Damas. Le vizir et ra’īs Zayn ad-Dawla Haydara fut victime des insinuations de Nūr ad-Dīn. Muğīr ad-Dīn le convoqua à la citadelle et là le fit tuer le 1er ḏū’l-qa‘da/18 janvier 1154. La tête fut promenée en ville et la populace pilla ses biens et ses propriétés, donnant la mesure de la popularité du vizir. La charge de ra’īs échut alors à Raḍī ad-Dīn Abū Ġālib ‘Abd al-Mun‘im at-Tamīmī, un des frères de l’historien Ibn al-Qalānisī.

  • 95 Ibn al-Qal., 325 ; L.T., Damas, 337-338 ; Kāmil, IX, 46 ; KR, 95 ; Ibn al-‘Adīm, II, 304 ; Grousse (...)

77Il restait un homme à éliminer : l’eunuque ‘Aṭā’ b. al-Ḥuffāẓ. Nūr ad-Dīn savait que tant que cet émir serait au pouvoir il lui serait impossible de s’emparer de la ville. Il n’eut pas à déployer de longs efforts pour le discréditer ; Muğīr ad-Dīn, accusant ‘Aṭā’ de différer abusivement le règlement des affaires, le fit arrêter. Il exigea d’abord de lui la cession de Ba‘albakk, puis le 29 ḏū’l-ḥiğğa 548/15 mars 1154, malgré les protestations et les avertissements de l’émir qui avait compris l’origine de son incarcération, il lui fit trancher la tête95.

  • 96 Ibn al-Qal., 325 ; L.T., Damas, 339 ; Ibn al-‘Adīm, 304 ; Grousset, II, 364 ; Stevenson, 172 ; SN, (...)

78Tout en poursuivant ses intrigues auxquelles Nağm ad-Dīn Ayyūb, le frère de l’émir Šīrkūh, apporta son aide, Nūr ad-Dīn chercha à agir sur le moral de la population damascaine. Il intercepta le ravitaillement qui parvenait à Damas par le nord, ce qui fit monter le prix des céréales, le sac de blé dépassa les 25 dinars et la ville fut réduite à la disette96. Les agents de Nūr ad-Dīn déclaraient que la faute en incombait à Muğīr qui refusait de coopérer avec les Musulmans et qui, par son accord avec Jérusalem, cédait aux Francs une partie des récoltes du Hauran et amenait ainsi la population au bord de la famine.

79‘Aṭā’ disparu, la ville affamée, Nūr ad-Dīn ne devait perdre aucun instant pour profiter de la situation. Il multiplia secrètement ses relations avec le ra’īs Raḍī ad-Dīn at-Tamīmī et les chefs de la milice (aḥdāṯ) et ceux des hommes de mains (zu“ār). Ceux-ci promirent de lui livrer la ville au signal qu’il donnerait.

C. LA PRISE DE DAMAS PAR NŪR AD-DĪN

  • 97 Ibn al-Qal., 327 ; L.T., Damas, 340-342. Sans doute le lieu porté sur les cartes de Damas sous le (...)

80Moins d’un mois après l’exécution de l’eunuque ‘Aṭā’, l’émir Šīrkūh, isfahsalār (commandant en chef) de l’armée d’Alep, arriva dans la seconde moitié de muḥarram 549/début avril 1154 devant Damas avec un contingent d’un millier d’hommes. Il s’installa au Marğ al-Qaṣṣāb au nord de Bāb Tūmā97. Muğīr ad-Dīn ne sortit pas le saluer et refusa même de lui accorder une audience. Cette attitude, jugée injurieuse, fournit à Nūr ad-dīn le prétexte qu’il cherchait pour intervenir. Dès l’apparition des troupes commandées par Šīrkūh, le prince de Damas lança un appel aux Francs. Il promit à ceux-ci, en échange de leur aide, de l’argent, la place de Ba‘albakk et une partie des récoltes et des revenus de la Biqā‘. Même sans une telle offre, les barons de Jérusalem auraient répondu à l’appel car ils comprenaient fort bien quel danger représentait pour eux l’occupation de Damas par Nūr ad-Dīn. Mais avant que les Francs aient eu le temps d’organiser l’expédition de secours la catastrophe fut consommée.

  • 98 THS, 294, 299, 312. Situé à 1Έ. et S.-E. de Damas.

81Nūr ad-Dīn précipita les opérations. Il vint rejoindre Šīrkūh avec un de ses chefs les plus expérimentés, son fidèle conseiller Ṣalāḥ ad-Dīn al-Yaġibasānī, seigneur de Hama, qui déjà l’avait accompagné lors des tentatives précédentes. Les troupes d’Alep campent d’abord dans la plaine à ‘Uyūn Fāsariyā, puis vont s’installer à l’est de la ville, dans la Ġūṭa près du village de Gara-mānā, dans le district de Bayt al-Abar98. Le dimanche 3 ṣafar 549/18 avril 1154, Nūr ad-Dīn lança le premier assaut, un engagement eut heu, hors des murs, avec les soldats et les miliciens damascains. Pendant une semaine, jour après jour, les attaques se succédèrent ; finalement, à l’aube du 10 ṣafar/25 avril, dans le secteur sud-est de l’enceinte, près de Bāb Kaysān, derrière laquelle se trouve le quartier juif les murailles sont vides de défenseurs. Étrange coïncidence, une femme juive se trouve sur le rempart désert et lance une corde par laquelle un des soldats alépins escalade, sans être aperçu, le mur, suivi bientôt par d’autres camarades qui plantèrent alors sur les créneaux un drapeau et poussent le cri de « Ya Manṣūr ». C’était le signal convenu avec les conjurés. La milice damascaine renonça au combat, la population abandonna la résistance, un sapeur alépin parvint de l’intérieur à briser la fermeture de la porte de Bāb Sarqī, puis Bāb Tūmā, à son tour, fut ouverte aux assiégeants. Nūr ad-Dīn pénétra dans la ville avec ses troupes par les quartiers chrétiens. Muğīr ad-Dīn s’était réfugié dans la citadelle et la pègre se livra au pillage des quartiers commerçants ; les bourgeois, saisis de frayeur, se barricadèrent chez eux. En quelques heures, Nūr ad-dīn rétablit l’ordre, fit cesser le pillage, distribua du ravitaillement et s’engagea à respecter les biens meubles et immeubles. La population se sentit rassurée dans son ensemble et soulagée de n’avoir pas vu les Francs intervenir.

  • 99 Ibn al-Qal., 328 ; L.T., Damas, 342-343.

82Le jour même de son entrée à Damas, Nūr ad-Dīn engagea les pouparlers avec Muğīr ad-Dīn. Celui-ci accepta la province de Ḥimṣ en échange de sa reddition. Il sortit alors de la citadelle et resta quelques jours en ville avant de gagner avec sa suite sa nouvelle résidence99. Le jour du départ de l’ancien maître, Nūr ad-Dīn convoqua autour du ra’īs Raḍī ad-Dīn at-Tamīmī et de Nağm ad-Dīn Ayyūb les cadis et les fuqahā’, les notables et les marchands et, dans un grand discours, qui trouva une résonance profonde dans les oreilles de la foule toujours sensible aux mots, il renouvela ses assurances pacifiques et proclama l’abolition des taxes qui frappaient les marchés. Cette mesure devait encore accroître sa popularité en ville.

83Le jour de sa victoire, Nūr ad-Dīn fit libérer son vieux compagnon d’armes Mugāhid ad-Dīn qu’il trouva incarcéré à la citadelle. Il autorisa aussi Mu’ayyad ad-Dawla al-Musayyad Ibn aṣ-Ṣūfī, victime de Muğīr mais aussi son adversaire, à rentrer de Salḫad où il était exilé. L’ancien ra’īs rentra à Damas et manifesta son intention de ne plus participer à aucune activité politique. Il était d’ailleurs malade et mourut peu après, le 4 rabī‘ I/19 mai 1154.

84En récompense des services rendus Asad ad-Dīn Šīrkūh reçut en fief l’importante place d’ar-Raḥba sur le Moyen-Euphrate et fut nommé gouverneur de la province de Damas au nom de Nūr ad-Dīn.

  • 100 Derenbourg, Ousāma, 250 sq. ; Ibn al-Qal., 278 ; L.T., Damas, 264.

85L’arrivée de Nūr ad-Dīn à Damas marqua le début d’une ère nouvelle pour toutes les victimes des régimes précédents et l’émir Usāma b. Munqiḏ lui-même, qui avait quitté Damas dix ans plus tôt100, et avait, en avril 1153, participé au Caire au complot contre Ibn Sallār, revint au début de rabī‘ II/juin 1154, à Damas où il fut reçu par le prince zenguide.

  • 101 Derenbourg, Ousāma, 268 ; Guil. de Tyr, XVII, xxvi 180 (par suite d’une confusion place pendant le (...)

86Muğīr ad-Dīn essaya, depuis Ḥimṣ, de nouer des intelligences avec certains notables de Damas pour les pousser à la révolte contre leur nouveau maître. Nūr ad-Dīn, mis au courant, coupa court à ces tractations en envoyant son adversaire à Bālis sur l’Euphrate. Muğīr ad-Dīn ne s’y plut guère et s’exila volontairement à Bagdad où il résida jusqu’à sa mort en 564/1169101.

VI. CONCLUSION — L’UNITÉ SYRIENNE RÉALISÉE

87La route qui menait vers l’unité syrienne fut franchie, comme nous venons de le voir, par étapes. Chaque progression fut faite au nom de la Guerre Sainte contre les Francs et pour aider au renouveau de l’Islam sunnite.

88Nūr ad-Dīn mit huit ans pour réaliser le rêve d’unité que son père avait caressé toute sa vie ; la situation politique avait changé et le climat psychologique avait évolué. Il fallut d’abord au jeune prince consolider sa position à Alep. A l’intérieur il réagit, comme nous l’avons vu, contre la puissance des Chiites et redonna une nouvelle vigueur à la réaction sunnite que Zengī avait amorcée : imposer l’Islam sunnite sera un des buts de Nūr ad-dīn. A l’extérieur, après s’être approprié Édesse, qui jadis relevait de la province de Mossoul, et avoir reporté sa frontière orientale sur le Balīh, il s’assura la neutralité, sinon l’alliance, de son frère aîné, prince de Mossoul. Nūr ad-Dīn participa à la liquidation des vestiges du comté franc d’Édesse, ce qui l’amena à avoir au nord une frontière commune avec son beau-père Mas’ùd, sultan de Konya. Cette situation contraignit à plusieurs reprises le prince zenguide à contenir les ambitions territoriales des Seldjouqides de Rūm.

89Nūr ad-Dīn avait aussi repoussé les frontières de son domaine vers l’ouest. Par la conquête de Ḥārim, il avait assuré le ravitaillement d’Alep en produits agricoles, denrées que jadis lui fournissait la Djéziré ; la possession d’Apamée protégeait contre un passage en force de l’Oronte par les Francs, tandis que l’occupation de ‘Azāz donnait la clé de la route au-delà d’Alep vers le nord. Nūr ad-dīn avait pratiquement réussi à contrôler toute la partie orientale de la principauté d’Antioche. Celle-ci d’ailleurs, après la mort de Raymond d’Antioche, ne présenta plus un danger sérieux pour Alep. Les succès d’Inab et d’Apamée, en permettant à Nūr ad-Dīn de s’installer sur la rive droite du moyen Oronte, empêchaient désormais toute tentative du comte de Tripoli vers l’est et assuraient la liberté de circulation entre Alep et Damas. Les Francs neutralisés, Nūr ad-Dīn s’attacha à incorporer dans ses États la partie méridionale de la Syrie et parvint, à sa troisième tentative, à s’emparer de Damas.

  • 102 Runciman, II, 341.

90Depuis la mort de Mu‘īn ad-Dīn Anar (13 rabī‘ II 544/ 30 août 1149) Damas était, comme nous l’avons vu, déchirée par les discordes civiles et les rivalités de notables. Nūr ad-Dīn sut mettre à profit cette situation troublée. Auprès de la population il usa de ses thèmes favoris de propagande : restauration du sunnisme et poursuite de la Guerre Sainte, ce qui signifiait pour les Damascains rupture des accords avec les Francs et abolition du tribut payé à Jérusalem. A force d’intrigues, le prince zenguide réussit à affaiblir le gouvernement damascain et à ruiner l’autorité de Muğīr ad-Dīn. Cette politique aboutit à la situation recherchée et permit au souverain de s’emparer de la ville, pratiquement sans combat. Pour le monde musulman le succès de Nūr ad-dīn à Damas contrebalançait largement la prise d’Ascalon par les Francs102.

  • 103 Grousset, II, 365.
  • 104 Atabegs, 191-192.

91« La conquête de Damas par Nūr ad-Dīn est un des événements capitaux de l’époque des Croisades, soulignait René Grousset. Elle achevait l’unification de la Syrie musulmane entre les mains du fils de Zengī »103. L’Islam recouvre Damas, note l’historien Ibn al-Aṯīr104, insinuant que les Būrīdes non seulement avaient dū faire face à l’activité des Ismā‘īliens mais encore avaient effectivement subi un protectorat franc. Il est à remarquer que les années antérieures à 549/1154 les Francs n’avaient éprouvé aucune crainte de la part de Damas dont le souverain s’évertua à mener une sorte de double jeu entre Alep et Jérusalem faisant ainsi preuve d’une grande faiblesse. Muğīr ad-Dīn ne fit que reculer une échéance qui apparut fatale après l’échec de la Deuxième Croisade.

92Pour la première fois depuis les Omeyyades, Alep et Damas, les deux grandes métropoles rivales, allaient être, pour plusieurs années, au pouvoir d’un seul et même souverain sous l’égide de l’Islam sunnite.

  • 105 Guil. de Tyr, XVII, xxvi, 180-181 ; Crusades, I, 519.

93Désormais la situation est changée, Nūr ad-Dīn voit son autorité accrue dans le monde musulman et sa puissance est devenue pour les Francs un danger avec lequel il faut compter105. L’unité de la Syrie et son indépendance ne devait durer qu’une quarantaine d’années, c’est-à-dire tant que des personnalités assez fortes, Nūr ad-dīn puis Saladin, purent tenir en mains les destinées de l’Islam oriental avec une autorité incontestée. Dès la mort de Saladin, les querelles de ses successeurs, les princes ayyoubides, mirent rapidement fin à l’unité et à l’indépendance de la Syrie. Il faudra attendre plus de sept siècles, si l’on exclut le règne de Tengiz au début du xive siècle, pour retrouver dans l’histoire une Syrie unifiée et indépendante.

***

94Alors que l’empire de Zengī s’étendait d’est en ouest, de Mos-soul à Alep, et qu’il représentait un État, si l’on peut dire, « longitudinal » avec pour principale région agricole la Djéziré, l’empire de Nūr ad-Dīn lui s’étend en 549/1154 du nord au sud et couvre une zone verticale depuis ‘Azāz et Édesse jusqu’à Boṣrā et Salḫad dans le Hauran.

  • 106 Grousset, II, 366 ; Runciman, II, 341-342.

95Le ravitaillement en céréales est assuré par une partie de la plaine de Ḥārim, par la Biqā‘, la Ġūṭa de Damas et le Hauran. Tandis que les Francs sont installés sur toute la bande côtière qui s’étend d’Alexandrette à Gaza, les Musulmans occupent l’hinter-land syrien. La frontière entre les deux blocs antagonistes est constituée par l’Oronte et la chaīne du Liban, les uns ont derrière eux la mer, les autres le désert. L’empire des Croisés est composé alors de trois États latins qui n’ont plus de pouvoir ni de gouvernement énergique et sont neutralisés par leurs querelles intestines. Face à la principauté d’Antioche, au comté de Tripoli et au royaume de Jérusalem, les possessions de Nūr ad-Dīn constituent un État musulman relativement homogène, unifié par un seul maître, désormais capable de mener victorieusement la contre-croisade106.

  • 107 Sur l’iqṭā‘ voir l’article de Cl. Cahen, L’évolution de l’iqṭā‘ du ixe au xiiie siècle, Annales ES (...)
  • 108 Après la défaite de la Bocquée, voir plus bas, 3e partie, « Le ğihād de Nūr ad-Dīn » ; cf. Atabegs(...)

96Comment se présente alors l’État constitué par Nūr ad-Dīn ? C’est une mosaïque de circonscriptions d’importances diverses, l’organisation territoriale est en perpétuel mouvement qui empêche de trouver une définition statique. La distribution des iqṭā‘107 aux principaux émirs et fonctionnaires, ainsi qu’aux troupes régulières, les ‘Askari-s, aboutit à un morcellement innombrable, aggravé par de fréquents changements de titulaires. Cet inconvénient fut, il est vrai, supprimé par Nūr ad-Dīn qui, après 558/1163, rendit les fiefs semble-t-il héréditaires108.

  • 109 En 551/1156, Nūr ad-Dīn versera 8.000 dinars tyriens à Jérusalem.

97Durant près de dix ans, Nūr ad-Dīn, préoccupé par la politique intérieure, chercha à maintenir la paix avec les Latins au nord comme au sud. Tant qu’ils le laissèrent tranquille il ne les attaqua pas et consacra tout son temps à regrouper les différentes parties de son royaume, à asseoir sa suzeraineté sur la Syrie et à modérer les prétentions des princes seldjouqides de Konya, devenus trop menaçants pour lui. Nūr ad-Dīn évitera de partir en guerre contre le roi de Jérusalem et maintiendra, après la prise de Damas, la trêve avec Baudouin, continuant même à lui verser le tribut contre lequel il s’était pourtant élevé lorsque celui-ci était payé par les Būrīdes109.

98Nūr ad-Dīn se préoccupera avant tout d’établir l’unité politique et morale de la Syrie avant de prendre l’offensive contre les hétérodoxes du Caire. La situation pour l’Égypte est pénible en 549. Le pays traverse une période de troubles graves et sanglants qui vont affaiblir sa position. La faiblesse politique du calife fatimide ne va pas tarder à attirer sur les bords du Nil le roi latin de Jérusalem et le souverain sunnite de Syrie, chacun voulant accaparer à son profit les richesses et les ressources du pays. Leur rivalité trouvera en Égypte un champ clos où les adversaires s’affronteront à plusieurs reprises avant que Nūr ad-dīn ne remporte un succès qui mettra un terme au califat fatimide et qui marquera le déclin définitif des Francs et des Byzantins dans l’Orient méditerranéen.

99Pas plus que l’Égypte, la Mésopotamie n’offre un spectacle d’harmonie politique. Le calife de Bagdad est affaibli par les troubles qui agitent sa capitale. Les Seldjouqides d’Iraq et du Khorāsān s’épuisent en luttes fratricides et s’anéantissent les uns les autres. Les dynasties turques du Diyār Bakr s’entre-dévorent. Face au Chiisme et à la Croisade il ne reste donc au milieu du vie/xiie siècle qu’un seul champion de l’Islam orthodoxe : Nūr ad-Dīn.

Notes

1 Le 23 rabī‘ II/30 août 1149. Ibn al-Qal., 306-307 ; L.T., Damas, 308 ; I.F., III, 19 r° ; Gibb, dans Crusades, I, 517.

2 Voir plus haut pp. 436-442.

3 Sur ce titre, voir 3e partie : La vie urbaine sous Nūr ad-Dīn.

4 Ibn al-Qal., 307-308 ; L.T., Damas, 309-310.

5 Ibn al-Qal., 308-309 ; L.T., Damas, 311-312 ; Gibb, DC, 297-298.

6 Là se trouve l’actuel poste frontière syrien ; THS, 395, carte III ; Grousset, III, 340-341.

7 Au débouché de la dépression qui à 20 km. W. de Damas sépare le massif de l’Hermon de celui du Qāsiyūn. THS, 395.

8 KR, I, 69-71 ; Ousama, 223-231 ; Guil. de Tyr, XVII, xii, 156 ; Wiet, Précis, 190-195 ; Grousset, II, 350-351.

9 IF., III, 19 v°.

10 Sauvaire, Matériaux, 224-230.

11 Voir plus haut, p. 446.

12 Ibn al-Qal., 297-299 ; L.T., Damas, 312-313 ; KR, 66-67 ; résumé par Barhebraeus, 278.

13 I.F., III, 36 v°. Pour la liste détaillée des places voir Michel le Syrien, III, 296-297 et Chalandon, II, 421. Pour la topographie de la région voir SN, 115-123 et plus haut chapitre sur la Topographie.

14 SN, 385.

15 Michel le Syrien, III, iii, 290 ; Barhebraeus, 274 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 254 ; SN, 385 ; Grégoire le Prêtre, 330-331 ; sur la topographie de la région voir SN, 123-127.

16 Michel le Syrien, III, 295 ; Grégoire le Prêtre, 331 ; Barhebraeus, 275-276 ; Grousset, II, 291-292 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 221-227 ; SN, 385.

17 Grégoire le Prêtre, 330 ; Grousset, II, 288.

18 SN, 115 sq.

19 Guil. de Tyr, L. XVII, ch. X, 154-155 ; Grégoire le Prêtre, 330 ; I.F., III, 16 r°-v° ; Chalandon, II, 421 ; Grousset, II, 288-289 ; SN, 365.

20 Michel le Syrien, III, iii, 295-296.

21 Voir dans SN, 385.

22 Gibb dans Crusades, I, 516.

23 Ibn al-Qal., 310 ; L.T., Damas, 314-315 ; Guil. de Tyr, XVII, xi, 155 ; Barhebraeus, 276 ; KR, 71-72, cite Ibn al-Qal. ; Ibn al-‘Adīm, II, 301-302 ; I.F. III, 32 r°-v° ; Grousset, II, 293-295 ; Stevenson, Crusaders, 167 ; SN, 385 et n. 15.

24 Kāmil (IX, 29) cite l’événement par erreur en 546, date à laquelle Joscelin était déjà prisonnier. Atabegs, 181 ; Gregoire Le Pretre, 332 ; I.F. III, 36 v°.

25 Sur les différentes versions des circonstances de la capture voir SN, 381, n. 1 ; Atabegs, 181 ; KR, 67. Ibn al-Furāt l’appelle al-Armani.

26 Ibn al-Qal., 310-312 ; L.T., Damas, 314-318 ; Michel le Syrien, III, iii, 296-297 ; Grégoire le Prêtre, 332-333 ; Kāmil, IX, 29 ; Barhebraeus, 277 ; KR, 72 ; Ibn al-‘Adīm, II, 302 ; I.F., 32 v° à 34 r° ; Chalandon, II, 423 ; Grousset, II, 296-297 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 255 ; SN, 386-387.

27 Ibn al-Qal., 300-301 ; Ibn al-Aṯir (Kāmil, IX, 29), repris par Abū Šāma (KR, 72) et Ibn al-‘Adīm (II, 302-303) attribue à Nūr ad-Dīn à la suite de la conquête de ‘Azāz, par anticipation sans préciser les dates, la prise de plusieurs places : ‘Aynṭāb, Tell Ḫālid, Qūruṣ, Rawanḍān. Burğ ar-Raṣāṣ, Ḥiṣn al-Barā, Kafarsud, Kafarlāṯā, Dulūk, Mar‘aš et Nahr al-Ğawz. Seul le premier texte ajoute Tell Bašīr.

28 Grousset, II, 305 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 254 ; SN, 386.

29 Guil. de Tyr, XVII, xv, 161 ; xvi, 163 sq. ; Chalandon, II, 424-426 ; Grousset, II, 298-301 ; SN, 387-388.

30 SN, 387.

31 Guil. de Tyr, XVII, xvi, 164-165 ; Grousset, II, 301-302.

32 SN, 388.

33 786-787, cité par Grousset, II, 302.

34 I.F., III, 34 r° ; SN, 117-118.

35 Grousset, II, 305-306.

36 SN, 380 ; I.F., III, 18 r°, 37 r°-v°.

37 SN, 157 ; Le Strange, Palestine, 470.

38 SN, 122 ; I.F., III, 17 v°, 33 r° ; THS, 119 sq. ; Tell Ḫālid, THS, 387-388, où Nūr ad-Dīn nomma comme nā’ib l’émir Fağr ad-Dīn Muḥammad al-’Imādī (cf. I.F. III, 34 r°) ; Ḥiṣn Karzīn, THS, 122, 387.

39 Ibn al-Qal., 316 ; L.T., Damas, 324 ; Grégoire le Prêtre, 333 ; Ibn al-‘Adīm, II, 303 ; Grousset, II, 306-307.

40 Grousset, II, 322-323 ; SN, 390 : assassinat de Raymond II.

41 Grousset, II, 310-321 ; SN, 390 : guerre civile en 1152.

42 Ibn al-Qal., 311 ; L.T., Damas, 315 ; KR, 79 ; SN, 393.

43 Stevenson, 169.

44 Ibn al-Qal., 315 ; L.T., Damas, 324 ; Atabegs, 132 ; Barhebraeus, 277 ; Runciman, II, 330.

45 Seul parmi les auteurs arabes Ibn al-Qalānisī (312-316 ; L.T., 318-324), repris par Abū Šāma (KR, 79-81) et Ibn al-Furāt (III, 35 r°), mentionne cette deuxième tentative contre Damas. THS, 315 ; Grousset, II, 342-345.

46 Ibn al-Qal., 312 (repris KR, 79) dit le 10 ; l’erreur est rectifiée par Le Tourneau (318 de sa traduction). Runciman, II, 336.

47 THS, 293, 316.

48 THS, 299.

49 Localité à rechercher entre l’actuelle Šafunīya et Ḥān al-Quṣayr au N.-E. de Damas, dans le Marğ.

50 Ibn al-Qal., 313 ; L.T., Damas, 319.

51 Abū Šāma (KR, 80) précise qu’il s’agit de l’endroit occupé par le cimetière d’al-Mu‘tāmid entre le Mašgid al-Qadam et le Mašgid al-Fulus. Voir aussi THS, 316 et Talass, Mosquées, 128, n° 6.

52 Faḏāyā : THS, 301 ; Ġūṭa, 216-217 ; Sauvaire, C, 447, 480, n° 27 ; OT, 267. — Halfabaltā : THS, 301 ; Ġūṭa, 208. — Ḫāmisīn : THS, 305, non identifié ; Sauvaire, IV, 260, C. 447.

53 Ibn al-Qal., 314 ; L.T., Damas, 322 ; KR, 80 ; I.F., III, 36 r°.

54 Grousset orthographie Sirkhal, ailleurs donné sous la forme Sarkhak.

55 THS, 371 sq.

56 Ibn al-Qal., 315 ; L.T., Damas, 322 ; KR, 80 ; Derenbourg, Ousāma, 223-231 ; Reinaud citant Ibn Muyassar, EHA, 100 ; Wiet, HNE, IV, 283.

57 Kāmil, HOC, I, 487.

58 Ibn al-Qal., 314 ; L.T., Damas, 322 ; Grousset, II, 345.

59 THS, 395, 405.

60 Ġūṭa, 219.

61 THS, 313 sq.

62 Qui n’est pas le pont de Kiswa comme le propose Grousset (II, 345), car Nūr ad-Dīn n’avait aucune raison de se replier à 15 km au sud de Dārayyā.

63 THS, 317 ; Ġūṭa, 218.

64 Cadi hanafite de Damas mort le 19 novembre 1153/dernier jour de ša’bān 548 (Ibn al-Qal., 323).

65 Ibn al-Qal., 315-316 ; L.T., Damas, 324 ; KR, 81 ; Stevenson, 169.

66 Ibn al-Qal., 316 ; L.T., Damas, 324 ; KR, 81 ; Grousset, II, 345.

67 Ibn al-Qal., 317 ; L.T., Damas, 325-326 ; KR, 83.

68 KR, citant Ibn Abī Tayyī, 84, HOC, IV, 75 ; Barhebraeus, 279.

69 Ibn al-Qal., 317 ; L.T., Damas, 326 ; KR, 83 = HOC, IV, 74 ; Grousset, II, 346 ; Stevenson, 170.

70 Jérusalem est alors en proie à une véritable guerre civile où s’affrontent les partisans de Baudouin et ceux de Mélisende que le roi finit par vaincre. Voir R. Grousset, II, 313 sq.

71 I.F., III, 38 v°-39 r°.

72 Alors qu’Ibn al-Qalānisī n’indique pas le nom du gouverneur, Abū Šāma, repris par Grousset, cite Nağm ad-Dīn Ayyūb, père de Saladin et frère de Šīrkūh, ancien gouverneur de Ba‘albakk. A l’époque où se situe notre épisode Nağm ad-Dīn résidait à Damas et il y a tout lieu de croire que le commandant de la place était l’émir ‘Aṭā’, mentionné plus loin par Ibn al-Qalānisī (321). Voyant son domaine ravagé, ‘Aṭā’ réagit sans tenir compte des bonnes dispositions du seigneur de Damas à l’égard des Francs.

73 547 = avril 1152-mars 1153.

74 KR, 86. Peut-être est-ce un enfant que lui aurait donné sa seconde femme : la fille de Mas‘ūd de Konya ?

75 Ibn al-Qal., 318 ; L.T., Damas, 327 ; KR, 86 ; I.F., III, 42 v° ; Stevenson, 171 ; J. Richard, Comté de Tripoli, 21.

76 C’est le Chastel Rouge des chroniqueurs francs, situé à une vingtaine de km de Ṣāfīṭā. THS, 119-120 ; GB, Syrie, 243.

77 Kāmil (IX, 32) donne la date de 547 comme Ibn al-Furāt (III, 42 v°). Dans Atabegs (HOC, II2) l’événement est mentionné en 546.

78 C’est l’antique Doliché, THS, 226, 472, 478 sq. Voir D. Sourdel, art. Dulūk, EI2, II, 639-640.

79 Kāmil, HOC, I, 487.

80 Wiet, Précis, II, 190-195 ; Grousset, II, 349-350.

81 Voir plus haut pp. 467-468.

82 Grousset, II, chap. IX, 6 sq. ; Deschamps, Défense du Royaume de Jérusalem, BAH, t. XXXIV, 10-13.

83 Ibn al-Qal., 318 ; L.T., Damas, 327 ; Guil. de Tyr, L. XVII, ch. xii, 156 ; ch. XXII, 175.

84 Guil. de Tyr, L. XVII, ch. xxi, xxii et xxiii ; Ibn al-AṮīr, HOC, I, 490 ; Grousset, II, 351-358 ; Wiet, HNE, IV, 283 ; Runciman, II, 338-340.

85 Ibn al-Qal., 319-320 ; L.T., Damas, 330-332 ; Usāma (édit. Deren-bourg), II, 238-239 ; I.F., III, 63 v° - 64 r° ; Wiet, HNE, IV, 284 ; Grousset, II, 353 ; Crusades, I, 537 sq.

86 D’après I.F., III, 66 v° ‘Abbās avait pour laqab : Sayf ad-Dīn al-Afḍal amir al-ğuyūš Rukn al-Islām.

87 Usāma, II, 246 sq. ; Ibn al-Qal., 319-320 ; L.T., Damas, 330-332 ; Kāmil, IX, 42 ; KR, 91 ; Wiet, HNE, IV, 284 ; Grousset, II, 349-350.

88 Entre Sarmīn et Qinnasrīn. THS, 237, 513.

89 Ibn al-Qal., 320 ; L.T., Damas, 332.

90 Ibn al-Qal., 320-321 ; Guil. de Tyr, L. XVII, ch. xxvi, 180-181 ; KR, 89-90 ; Stevenson, 171 ; Grousset, II, 360-361.

91 Kāmil, IX, 42 ; Guil. de Tyr, XVII, xxvii-xxx, 181-190 ; KR, 90 ; Ibn al-‘Adīm, II, 304 ; I.F., III, 63 r° ; Wiet, HNE, IV, 294 ; Stevenson, 171 ; Grousset, II, 355-359.

92 Kāmil, IX, 45 ; Atabegs, 189-190 ; KR, 95 ; Ibn al-‘Adīm, 304 ; Grousset, II, 361-362 ; SN, 393-394.

93 E. Ashtor-Strauss, L’administration urbaine en Syrie médiévale, ch. VI : La révolte d’Ibn aṣ-Ṣūfī, RSO, 1956, 121 sq.

94 Ibn al-Qal., 321 ; L.T., Damas, 332-333 ; Kāmil, IX, 45 ; Atabegs, 190 ; KR, 90 et 95 ; Ibn al-‘Adīm, 304 ; Grousset, 363 ; SN, 394.

95 Ibn al-Qal., 325 ; L.T., Damas, 337-338 ; Kāmil, IX, 46 ; KR, 95 ; Ibn al-‘Adīm, II, 304 ; Grousset, II, 364. La mosquée ‘Aṭā’, hors de Bāb aṣ-Ṣagīr, fut bâtie par lui ; cf. Ibn ‘Asākir, Description de Damas, 146.

96 Ibn al-Qal., 325 ; L.T., Damas, 339 ; Ibn al-‘Adīm, 304 ; Grousset, II, 364 ; Stevenson, 172 ; SN, 394. Pour les prix, voir plus loin Économie urbaine.

97 Ibn al-Qal., 327 ; L.T., Damas, 340-342. Sans doute le lieu porté sur les cartes de Damas sous le nom de Mazz al-Qaṣṣāb.

98 THS, 294, 299, 312. Situé à 1Έ. et S.-E. de Damas.

99 Ibn al-Qal., 328 ; L.T., Damas, 342-343.

100 Derenbourg, Ousāma, 250 sq. ; Ibn al-Qal., 278 ; L.T., Damas, 264.

101 Derenbourg, Ousāma, 268 ; Guil. de Tyr, XVII, xxvi 180 (par suite d’une confusion place pendant le siège d’Ascalon la mort d’Anar et la prise de Damas par Nūr ad-Dīn). Kāmil, IX, 46 ; Atabegs, 191-192 ; KR, 96 ; Ibn al-‘Adīm, II, 305 ; Ibn Hallikān (de Slane), I, 275, III, 342 ; Grousset, II, 364-365 ; Stevenson, 172 ; SN, 394.

102 Runciman, II, 341.

103 Grousset, II, 365.

104 Atabegs, 191-192.

105 Guil. de Tyr, XVII, xxvi, 180-181 ; Crusades, I, 519.

106 Grousset, II, 366 ; Runciman, II, 341-342.

107 Sur l’iqṭā‘ voir l’article de Cl. Cahen, L’évolution de l’iqṭā‘ du ixe au xiiie siècle, Annales ESC, 1953, 23-52.

108 Après la défaite de la Bocquée, voir plus bas, 3e partie, « Le ğihād de Nūr ad-Dīn » ; cf. Atabegs, 308.

109 En 551/1156, Nūr ad-Dīn versera 8.000 dinars tyriens à Jérusalem.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter