Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nūr ad-Dīn. Tome II

 | 
Nikita Elisséeff

Deuxième partie. Le règne de Nūr Ad-Dīn : origines et événements politiques

III. les débuts de Nūr Ad-Dīn

Texte intégral

I. LES RÉACTIONS A LA MORT DE ZENGĪ (6 rabī‘ II 541/14 sept. 1146)

A. LA SUCCESSION DE ZENGĪ

  • 1 rungiman, II, 243.
  • 2 Zetterstéen, art. Mawdūd, ΕΙ, III, 478.

1La succession de Zengī posait une série de problèmes. Il y avait en effet quatre héritiers pour le vaste domaine qu’avait réussi à constituer l’atabeg. Le fils aîné, Sayf ad-Dīn Ġāzī représentant de son père à Mossoul pouvait espérer que son autorité serait reconnue si le calife et le sultan acceptaient le principe de l’héritage pour des terres dont Zengī n’avait eu que l’usufruit, n’étant que l’atabeg d’un prince seldjouqide nominalement souverain du domaine. Le second fils, Nūr ad-Dīn Maḥmūd a vingt-neuf ans ; il avait accompagné son père dans la plupart de ses opérations militaires et jouissait de ce fait d’un certain prestige dans l’armée. Le troisième Nuṣrat ad-Dīn Amīr Amirān qui plus tard se dressera contre son frère, va devenir gouverneur de Ḥarrān au nom de Nūr ad-Dīn1. Enfin le quatrième fils, Quṭb ad-Dīn Mawdūd2 qui succèdera à son frère aîné à Mossoul n’a que seize ans. Il y avait aussi une fille qui devait épouser l’émir Nāṣir ad-Dīn aṣ-Ṣūrī.

  • 3 Art. Djawād, EI2, II, 501-502.

2Le règlement de la succession fut essentiellement l’œuvre de deux conseillers intimes de Zengī : le vizir Ğamāl ad-Dīn Muḥammad b. ‘Alī al-Ğawād al-Iṣfahānī3, un ancien fonctionnaire du sultan seldjouqide Maḥmūd et qui avait reçu de l’atabeg la charge de veiller aux affaires de l’empire, et le chambellan (ḥāğib) Ṣalāḥ ad-Dīn Muḥammad al-Yaġibasānī, émir titulaire de la ville de Hama. Les rapports entre les deux hommes étaient loin d’être amicaux et Ğamāl ad-Dīn chercha refuge auprès de l’amīr al-ğandar, qui était le chef des services de sécurité, pour se protéger d’une éventuelle action du chambellan.

3Un danger commun allait réunir les deux hommes : l’ambition d’Alp Arslān b. Maḥmūd. Dès l’annonce officielle de l’assassinat de Zengī le jeune prince seldjouqide songe à se faire reconnaître comme souverain. Après l’échec de son insurrection à Mossoul deux ans auparavant (le 8 ḏū’l-qa‘da/2 mai 1145), lorsque le cadi Tāğ ad-Dīn aš-Šahrazūrī avait réussi à le faire emprisonner, Alp Arslān avait dū suivre son atabeg de campagne en campagne pour éviter qu’autour de lui ne se formât un complot éventuel. Zengī mort, le prince espère sa revanche ; il monte à cheval et se fait rendre hommage par les troupes qui, privées de chef, se rallient autour de lui.

4Cette manifestation d’autorité inquiéta vivement Ğamāl ad-Dīn qui eut des craintes sérieuses pour son poste. Il ne pouvait agir tout seul, il lui fallait l’appui de Ṣalāḥ ad-Dīn ; aussi fit-il parvenir un message au chambellan lui proposant de faire taire leur inimitié et d’agir avec réalisme pour sauvegarder leurs situations respectives : il fallait se mettre d’accord et tenter par tous les moyens de conserver l’empire de Zengī, pour cela soutenir les héritiers de l’atabeg contre les ambitions du prince seldjouqide. Le temps pressait. Ṣalāḥ ad-Dīn accepta la proposition, Ğamāl ad-Dīn put sortir de sa retraite et tous deux se rendirent auprès d’Alp Arslān. Flattant l’amour-propre du prince les deux hommes l’assurèrent de leur fidélité ; ils rappelèrent que Zengī n’avait été que son lieutenant et son tuteur et lui garantirent la possession des domaines contrôlés par l’atabeg. Le jeune Seldjouqide se laissa prendre à ces déclarations et, répondant à l’invitation de Ğamāl ad-Dīn, se rendit à Raqqa qui comptait au nombre des fiefs du vizir. Là, aux bords de l’Euphrate, Alp Arslān fut reçu avec faste ; l’abondance des vins, le charme des danseuses le retinrent plusieurs jours dans la cité bâtie par al-Manṣūr. Ce précieux délai fut habilement exploité par Ğamāl ad-Dīn.

a) La succession de Zengī à Mossoul

  • 4 Cl. cahen, art. Begteginides, EI2, I, 1195.

5Il fallait régler la succession de Zengī à Alep et à Mossoul. Dans la province occidentale il n’y eut, comme nous le verrons, aucune difficulté et Nūr ad-Dīn put gagner Alep avec l’assentiment du gouverneur l’émir Sawār et l’appui de l’émir Asad ad-Dīn Šīrkūh. A Mossoul l’affaire était plus compliquée, la population se montrait dans son ensemble favorable au Seldjouqide Alp Arslān, et les émirs pro-zenguides tout comme le vizir Ğamāl ad-Dīn se voyaient dans une situation incertaine. Il fallait assurer ses positions avant qu’Alp Arslān n’ait le temps de gagner la ville et de s’y faire porter au pouvoir. Tandis que le prince mène joyeuse vie à Raqqa, le vizir et le chambellan dépêchent un courrier à Mossoul pour prévenir le gouverneur de cette ville, l’émir Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük b. Begtegīn, de la mort de Zengī et pour le prier de faire venir d’urgence à Mossoul le fils aîné de l’atabeg Sayf ad-Dīn Ġāzī, qui se trouvait alors à Šahrazūr, fief de l’officier begteginide4, et faire reconnaîte son autorité.

6D’autre part, Ğamāl ad-Dīn conseille à Alp Arslān d’envoyer le chambellan Ṣalāḥ ad-Dīn, qui a des terres en Syrie, auprès de Nūr ad-Dīn à Alep. Les deux hommes s’étaient mis d’accord sur cette mission et démontrèrent au jeune prince qu’il était de son intérêt d’avoir un représentant auprès de Nūr ad-Dīn, et qu’il devait en sa qualité de prince de Mossoul prendre la responsabilité du ğihād et investir officiellement Nūr ad-Dīn du commandement des opérations face aux Francs, ce qui lui permettrait de se consacrer personnellement plus attentivement aux affaires de Djéziré. En fait, les véritables motifs de cette démarche conjointe étaient très personnels ; chacun souhaitait se séparer de l’autre sans éclat au mieux de ses intérêts. Ğamāl ad-Dīn désirait être seul pour régler la question de Mossoul. Ṣalāḥ ad-Dīn, de son côté, aspirait à se rapprocher de son fief de Hama. En restant près de Nūr ad-Dīn, il comptait conserver son domaine quelle que soit la solution qui pouvait intervenir à Mossoul. Le chambellan n’ignorait pas que si Alp Arslān, qui venait de recevoir l’hommage des troupes, parvenait à gouverner la Djéziré pour son propre compte, il ne manquerait pas d’éliminer de son entourage les anciens serviteurs de Zengī. Si, au contraire, le Seldjouqide échouait, Ṣalāḥ ad-Dīn, qui ne se faisait aucune illusion sur les sentiments véritables du vizir, savait que celui-ci ne tarderait pas en cas de succès à le destituer.

  • 5 THS, 483-487.
  • 6 THS, 484-486, 495-498.
  • 7 Cl. Cahen, art. Artukides, EI2, I, 683-688.

7Nūr ad-Dīn, Šīrkūh et Ṣalāḥ ad-Dīn al-Yaġibasānī s’étant rendus à Alep, Ğamāl ad-Dīn resta seul à Raqqa en face d’Alp Arslān qu’il entretenait dans une atmosphère d’euphorie si bien qu’un jour le prince seldjouqide s’imaginant déjà détenir le pouvoir voulut distribuer des gratifications aux émirs ; le vizir redoutant, à juste titre, que de telles libéralités n’attachent à Alp Arslān un certain nombre d’officiers, parvint à le dissuader de cette manifestation de générosité. L’inquiétude de Ğamāl ad-Dīn avait été d’autant plus vive qu’il cherchait de son côté à gagner l’armée à la cause zenguide et craignait la surenchère. Il réussit à convaincre chaque émir individuellement à prêter serment de fidélité au fils aîné de Zengī. Finalement l’armée sous le commandement nominal d’Alp Arslān quitta Raqqa en direction de l’est, pour Mossoul. Tandis que les troupes descendent l’Euphrate sur la rive gauche jusqu’à Qarqīsiya, chaque jour des émirs partaient en éclaireurs pour ne plus rejoindre les rangs ; les effectifs diminuaient de façon sensible, mais le prince, habilement entretenu dans ses illusions, progressait sans éprouver aucune inquiétude. Parvenue au confluent du Ḫābūr l’armée remonte la vallée. On fait une longue halte à Mākisīn, l’actuelle Marqada5, avant de franchir le fleuve, puis en trois jours l’armée parvient à Sinğar6 sur les bords du nahr Tartar. Il fallait éviter qu’Alp Arslān ne s’empare de la part du butin entreposée par Zengī dans la citadelle de Sinğar, aussi Ğamāl ad-Dīn pousse-t-il le prince seldjouqide à gagner Mossoul qui n’est plus qu’à deux étapes. Le vizir à présent pouvait presser la marche d’Alp Arslān car il avait reçu des nouvelles rassurantes de Mossoul. Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük avait réussi à installer Sayf ad-Dīn Ġāzī dans la capitale de la Djéziré, toutefois on n’était pas certain du loyalisme de tous les émirs et l’arrivée d’Alp Arslān pouvait encore susciter quelques difficultés. Ğamāl ad-Dīn se met alors d’accord avec le commandement de Mossoul pour faire disparaître l’encombrant seldjouqide. Les défections des émirs s’étant multipliées à l’approche du Tigre le prince, après avoir franchi le fleuve, n’eut plus qu’une modeste escorte ; alors un émir qui avait joui d’un grand crédit auprès de Zengī, l’émir ‘Izz ad-Dīn Abū Bakr ad-Dubaysī survint avec ses hommes. Cette troupe qui avait été dépêchée par Sayf ad-Dīn n’eut aucun mal à faire prisonnier Alp Arslān qui fut emmené à Mossoul et incarcéré dans la citadelle pour ne plus jamais reparaître. ‘Alī Küčük b. Begtegīn le gouverneur de Mossoul qui restera un fidèle serviteur de la famille zen-guide et Ğamāl ad-Dīn al-Ğawād qui conserve son poste de vizir décident de consolider la position de leur protégé. Sans tarder, pour éviter les réactions toujours possibles de l’armée, ils envoient une ambassade auprès du sultan Mas‘ūd. Ce dernier connaissait Sayf ad-Dīn Ġāzī depuis sa prime jeunesse pour l’avoir eu comme hôte à sa cour, il ne fit aucune difficulté pour le confirmer dans ses fonctions et selon l’usage protocolaire il lui envoya un diplôme d’investiture et des robes d’honneur. Cette investiture, en confirmant l’autorité de Sayf ad-Dīn sur les domaines jadis attribués à son père, instituait le principe de l’héritage des terres et créait un précédent sur lequel Nūr ad-Dīn s’appuiera plus tard. Désormais toutes les régions qui avaient constitué la partie orientale du vaste domaine de Zengī reconnurent l’autorité du fils aîné de l’atabeg à l’exception du Diyār Bakr où les Artuqides7, longtemps contenus par Zengī, reprirent une à une les places qu’ils avaient dū céder.

8Deux cousins vont se partager le Diyār Bakr : d’une part, Qarā Arslān b. Dāwūd de Ḥiṣn Kayfā et, d’autre part, Timurtaš, prince artuqide de Mārdīn.

9Le premier n’avait pas hésité, par hostilité contre Zengī, à se déclarer l’allié des Francs d’Édesse. La chute de cette ville avait été une catastrophe pour lui et seule la mort de l’atabeg le sauva. Timurtaš en revanche, après quelques échecs, se déclara vassal du souverain de Mossoul pour être protégé contre les ambitions du prince de Ḥiṣn Kayfā. La disparition de Zengī rapprocha les deux Artuqides et Timurtaš put, sans être inquiété par son cousin, consolider ses positions sur le Ḫābūr, en prenant notamment Rās al-‘Ayn, et dans la région de Mārdīn, contrôlant ainsi les voies de communications entre Mossoul et Édesse. La réaction de Sayf ad-Dīn fut rapide et énergique : il parvint à réoccuper les anciennes possessions de son père, et alla même assiéger Mārdīn dont il ravagea les environs. Devant cette manifestation de puissance l’Artuqide jugea plus sage de se réconcilier avec le Zenguide à qui venait d’échapper le contrôle d’Édesse occupée par son frère Nūr ad-Dīn.

b) La succession de Zengī à Alep

10Tandis que le sort de Mossoul se jouait entre partisans des Zenguides et ceux du prince seldjouqide celui d’Alep était réglé, sans difficulté. Appuyé par l’émir Sawār, le gouverneur d’Alep, aidé par les conseils de l’émir As’ad ad-Dīn Šīrkūh b. Sāḏī et par ceux du chambellan Ṣalāḥ ad-Dīn Yaġibasānī, Nūr ad-Dīn prend la succession de son père à Alep. Ni les Chiites partisans des Fatimides, ni les Ismā‘īliens Nizārīs ne réagissent. Il trouve aussi dans la citadelle un important butin qui représentait le tiers de la part de Zengī, les deux autres tiers étaient entreposés dans les citadelles de Sinğar et de Mossoul.

  • 8 KR, I, 48, cite Ibn Abī Tayyī et appelle le prince d’Antioche : Bohémond ; Mir’āt, VIII, 191 ; Bar (...)

11A peine arrivées de Qal‘at Ğa‘bar les troupes d’Alep sont sollicitées par des nouvelles campagnes. En effet Raymond de Poitiers, prince d’Antioche, qui n’avait appris la nouvelle de l’assassinat de Zengī que sept jours après l’installation de Nūr ad-Dīn dans sa capitale, envoie deux importantes unités faire incursion l’une sur le territoire d’Alep, l’autre sur celui de Hama où la suzeraineté de Nūr ad-Dīn venait d’être reconnue8.

  • 9 THS, 225-228.

12L’arrivée soudaine des Francs produit l’effet de surprise recherché et sème le désarroi chez les Musulmans. N’ayant, semble-t-il, qu’un médiocre service de renseignements, comme en témoigne le délai qu’il lui a fallu pour apprendre la fin de Zengī, le prince d’Antioche pensait que la disparition brutale de l’atabeg allait provoquer un affaiblissement de la puissance zenguide. Or la riposte ne tarde pas. Šīrkūh sort d’Alep avec ses escadrons et contre-attaque. Les Francs se replient précipitamment et l’émir kurde ne parvient à rejoindre qu’un détachement d’arrière-garde dont la retraite était ralentie par un convoi de prisonniers musulmans. Après un bref engagement les captifs sont libérés et leurs chaînes sont passées aux Francs. Šīrkūh pénètre sur le territoire d’Antioche ; il parvient, au sud du ‘Afrīn, jusqu’à l’importante place forte d’Artāḥ9 dont il pille le territoire avant de tourner bride. La réaction d’Antioche à la mort de Zengī s’est en somme bornée à une escarmouche sans conséquence. Il en fut tout autrement à Édesse.

B. LA RÉPRESSION DE LA RÉVOLTE D’ÉDESSE10

  • 10 Ibn al-Qal., 228 ; Kāmil. IX, 14 ; K.R., I, 48-49 ; Ibn al-‘Adīm, II, 290 ; Abū’l-Fidā, Ii, 19 ; M (...)
  • 11 Édesse (Urfa, ar-Ruha) dépendit de l’empire byzantin avant d’être prise par les Musulmans sous le (...)
  • 12 THS, 468.
  • 13 J.B. Chabot, Un épisode de l’histoire des Croisades, dans Mélanges Gustave Schlumberger, I, 171-17 (...)
  • 14 THS, 449-451. Balqis est l’ancienne Zeugma dont le nom signifie en grec la « jonction » qui, en ar (...)
  • 15 Sur l’itinéraire d’Alep à Édesse voir THS, 450.

13Bien plus sérieuse que celle d’Antioche fut la réaction d’Édesse. La ville qui pendant près d’un demi-siècle (1098-1144) avait été le bastion le plus oriental de l’expansion franque venait de passer à nouveau sous le contrôle des Musulmans11. Dès l’annonce de la mort de Zengī un complot se trame dans la ville et l’on dépêche un messager à Tell Bašīr (Turbessel)12 où Joscelin comte d’Édesse s’est replié depuis deux ans13. Les circonstances sont favorables à la révolte, pensent les conjurés ; la garnison musulmane ne compte qu’un effectif réduit, elle reste cantonnée dans la citadelle que les Croisés avaient construite sur un contrefort du Top Dagh, la population chrétienne, en majorité arménienne, pourra rapidement maîtriser l’ennemi et les Francs n’éprouveront aucune difficulté pour réoccuper la ville. On convient du jour où Joscelin devra se présenter devant la ville. Dans le courant du mois de ğumādā I 541/ octobre 1146, un mois environ après la mort de Zengī, Joscelin qui était fils d’une Arménienne, avec le renfort de Baudouin de Mar‘aš, un baron aux sentiments très arménophiles, franchit l’Euphrate en amont d’al-Bīra (Biredjik), au passage de Balqis14, et suivant le plan prévu arrive de nuit sous les murs d’Édesse. A l’aide d’échelles et de cordes les Francs escaladent deux tours gardées par des Arméniens ; les Musulmans qui étaient de garde à l’enceinte parviennent, en partie, à se replier dans la citadelle ; à l’aube, les quatre portes de la ville sont ouvertes et Joscelin pénètre dans la place sans difficulté tandis que les Francs et les Arméniens pourchassent à travers les rues ceux des soldats musulmans qui n’avaient pas trouvé refuge dans la citadelle dont Joscelin, faute d’engins de siège, ne parvient pas à s’emparer. La garnison musulmane, à l’abri des murs et retranchée dans le donjon, avait immédiatement envoyé un appel au secours à Sayf ad-Dīn Ġāzī car la place relevait de Mossoul. Ce fut Nūr ad-Dīn qui, le premier, arriva d’Alep à la rescousse. En effet, dès qu’il eut appris que Joscelin était sorti de sa retraite de Tell Bašīr, Nūr ad-Dīn, sur les conseils de l’émir Šīrkūh, quitta Alep avec des troupes importantes où figuraient les escadrons turcomans de l’émir Yarūq et pourvu d’engins de siège. Progressant à marches forcées, mais en terrain difficile, l’armée passe à al-Bāb puis à travers un plateau rocailleux, elle gagne Manbiğ, de là elle atteint l’Euphrate qu’elle franchit à Tell Ahmar. Les places d’Arslān Tas et de Sarūğ voient passer l’armée musulmane qui atteint les murs d’Édesse six jours après le comte franc15.

  • 16 E. Honigmann, art. Orfa, dans ΕΙ, III, 1063-1067. Bassin identique à Tripoli.
  • 17 THS, 449 et n. 1.

14Nūr ad-Dīn organise un siège en règle, dispose ses mangon-neaux et met les sapeurs au travail. A l’intérieur de la ville la situation se détériore de jour en jour, les vivres se raréfient tandis que la garnison musulmane fait des sorties hors de la citadelle et s’attaque à la population, ne faisant dans les combats de rue aucune distinction entre les Arméniens alliés et complices des Francs et les éléments syriaques que Zengī avait favorisés deux ans plus tôt. La famine fait son apparition tandis que le blocus se prolonge. Joscelin, avec une poignée d’hommes, cherche refuge dans le Burğ al-Mā’ (la Tour de l’Eau), une des quinze tours de l’enceinte de la citadelle, tour qui devait son nom au voisinage de la fontaine de Callirhoé où, depuis des siècles, vivaient des carpes sacrées16. Finalement Joscelin voyant la situation s’aggraver de plus en plus se résoud à faire une sortie ; les Arméniens décident alors d’évacuer la ville pour éviter des représailles. La sortie se fait de nuit après que l’on eut mis le feu aux maisons de la ville basse. Le flot des fuyards surprend l’armée musulmane, les cavaliers parviennent à la faveur de la nuit et du désordre à franchir les lignes. Les hommes de Nūr ad-Dīn réagissent vigoureusement et refoulent la population vers la ville en flamme, le massacre est innombrable. A l’aube, les rares survivants sont capturés et réduits en esclavage. La petite troupe des cavaliers francs qui galopait vers le nord est rattrapée par un escadron turcoman. Baudouin de Mar‘aš est tué tandis que Joscelin parvient à s’échapper et à traverser l’Euphrate pour trouver refuge à Sumaysāṭ17.

  • 18 E. Honigmann, art. Orfa, ΕΙ, III, 1062-67.
  • 19 T.H. Weir, art. Harran, ΕΙ, II, 287 ; Voir D.S. Rice, Mediaeval Ḥarrān, Studies on its Topography (...)

15Édesse, ville chrétienne, désolée, dépeuplée, va perdre de son importance18. Ḥarrān, sur le Balīḫ, ville musulmane depuis l’époque de la conquête, prendra, à la frontière entre la province d’Alep et la Djéziré, la place de la cité déchue19.

16Tandis que se déroulait le siège d’Édesse le messager, que la garnison musulmane avait dépêché chez Sayf ad-Dīn Ġāzī, rencontrait à la limite du territoire de Mossoul l’émir ‘Izz ad-Dīn Abū Bakr ad-Dubaysī, celui qui avait capturé Alp Arslān et qui, nouvellement nommé gouverneur de Ğazīrat Ibn ‘Umar, sur le Tigre, au nord de Mossoul, gagnait son poste. L’émir se trouvait alors sur la route qui mène de Mossoul à Niṣībīn ; dès qu’il eut pris connaissance de la situation il changea de direction et obliqua vers Édesse non sans avoir demandé à Sayf ad-Dīn Ġāzī des renforts qui ne tardèrent pas à le rejoindre. Mais ‘Izz ad-Dīn ad-Dubaysī arriva trop tard devant Édesse. Nūr ad-Dīn s’en était déjà rendu maître et la présence des troupes de Mossoul n’était plus nécessaire.

  • 20 Voir Juynboll, art. Ghanīma, ΕΙ, II, 148-9 ; Lokkegaard, EI2, II, 1028-1030 ; H. Laoust, Traité de (...)

17La prise d’Édesse eut une grande importance pour Nūr ad-Dīn qui ne manqua pas d’en avertir l’émir Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük, commandant en chef des troupes de Mossoul et inspecteur général des forteresses. Avec le message, le vainqueur adressa à Mossoul la part de butin de guerre qui lui revenait pour avoir envoyé des renforts. Cette part devait, selon l’usage, payer les frais d’expédition, le reliquat éventuel étant consacré aux dépenses d’utilité publique et notamment à l’entretien des places fortes20. Par l’attribution d’une part du butin à Zayn ad-Dīn ‘Alī, Nūr ad-Dīn reconnaissait en lui le commandant suprême du ğihād, mais en n’adressant rien à son frère aîné Sayf ad-Dīn Ġāzī, il montrait que la nouvelle conquête, située aux limites des provinces de Mossoul et d’Alep, se trouvait intégrée au domaine de cette dernière alors que Zengī lorsqu’il s’était emparé d’Édesse l’avait rattachée à la province de Mossoul.

  • 21 Voir Cl. Cahen, Diyār Bakr, 252.
  • 22 Mir’āt, VIII, 192.

18Une atmosphère de tension, et surtout de méfiance, plane sur les relations entre les deux frères. Sayf ad-Dīn ne savait pas jusqu’où progresserait son frère dont la puissance venait d’être démontrée avec éclat. Nūr ad-Dīn, de son côté, ne voulait pas trop s’engager à l’égard de son aīné tant que celui-ci n’avait pas la situation bien en main en Djéziré. Finalement, il saisit l’occasion de l’investiture de Sayf ad-Dīn pour lui rendre officiellement hommage et lui fait parvenir la part de butin qui lui était due en contrepartie de l’aide qu’il avait fournie pour le siège d’Édesse. La conjoncture politique générale, pression des Francs, agitation des Artuqides, remous de la cour seldjouqide, commandait une entente entre les héritiers de Zengī pour sauvegarder leurs domaines. Sayf ad-Dīn, préoccupé par les rapides progrès des Artuqides21, ne pouvait se dresser contre Nūr ad-Dīn ; il fit donc le premier pas et demanda une entrevue à son cadet22. Après des tractations menées par deux Kurdes, Ğamāl ad-Dīn as-Šahrazūrī pour Mossoul et l’émir Šīrkūh pour Alep, il fut convenu que chacun se présenterait avec une escorte de cinq cents hommes à un point fixé sur le Ḫābūr, situé à mi-chemin entre Édesse et Mossoul. Arrivé au rendez-vous à la nuit, Nūr ad-Dīn ne reconnut son frère que lorsqu’il fut tout près de lui ; alors renvoyant son escorte, et se mettant à la merci de son frère aîné, Nūr ad-Dīn descendit de cheval et baisa le sol devant Sayf ad-Dīn. Celui-ci mit aussitôt pied à terre et vint étreindre son cadet. Le long entretien qui suivit permit de dissiper tout malentendu. Apaisé par les assurances de son frère, Nūr ad-Dīn regagna Alep pour veiller personnellement aux préparatifs nécessaires pour y accueillir Sayf ad-Dīn et lui rendre un solennel hommage.

  • 23 K.V. Zetterstéen, art. al-Muktafī lī amrillāh, ΕΙ, III, 769.
  • 24 Stevenson, Crusaders, 154.

19Les deux frères avaient délimité leurs zones d’influence et défini les lignes générales de leur politique. Sayf ad-Dīn restait à Mossoul comme chef de la famille zenguide ; il devait sauvegarder l’héritage paternel contre les ambitions des Artuqides, celle des Kurdes hakkarites et celles du sultan Mas‘ūd et du calife al-Muqtafī23. Nūr ad-Dīn s’installait à Alep, reconnaissait la suzeraineté nominale de l’aîné de la famille, il avait obtenu des garanties pour sa frontière orientale et, chargé de mener le ğihād, il allait se consacrer entièrement à cette tāche. Il lui fallait d’abord organiser l’unité de la Syrie afin de pouvoir ensuite poursuivre la lutte contre les Croisés sans compter sur d’éventuels secours de Mésopotamie24. Il était nécessaire de reprendre le projet de Zengī, de s’emparer de Damas et de l’intégrer dans un ensemble syrien, pour des raisons politiques dues à la présence du royaume de Jérusalem à la frontière méridionale et pour des raisons économiques, car, à défaut de la Djéziré, la Syrie du Nord avait besoin du Hauran pour son ravitaillement en céréales. Nūr ad-Dīn décida d’intervenir à Damas.

C. CONTACTS ENTRE NŪR AD-DĪN ET LE PRINCE DE DAMAS

  • 25 Ibn al-Qal., 287 ; L.T., Damas, 279 ; Kāmil, 16 ; K.R., 48, cite les précédents et Ibn Abī Tayyi ; (...)

20Lorsque l’atabeg Mu‘īn ad-Dīn Anar se rendit compte de la cohésion de la famille zenguide et comprit que Nūr ad-Dīn, poussé par les conseillers de son père, allait poursuivre sa politique d’unification, il chercha pour sauver sa situation à établir des relations amicales avec le maître d’Alep25. Relations qu’il avait bien compromises après la disparition de Zengī. A peine la nouvelle de son meurtre était-elle parvenue à Damas que Mu‘īn ad-Dīn Anar, gouverneur de la ville pour les princes Būrīdes, s’était empressé d’aller récupérer Ba‘albakk que Zengī avait soustrait au contrôle de Damas au début de l’année 534/fin 1139, à l’avènement de Mugir ad-Dīn Uvaq. Dotée de puissantes machines, l’armée damas-caine bloque la ville dont le gouverneur, pour le compte de l’atabeg, était depuis 536 l’émir kurde Nağm ad-Dīn Ayyūb b. Šāḏī. Cet émir, passé au service de Zengī en 532/1138, n’est autre que l’ancêtre de la dynastie ayyoubide. Cette famille, après avoir fidèlement servi Zengī, devait appuyer plus tard Nūr ad-Dīn jusqu’au jour où Saladin s’insurgeant contre les Zenguides devint à son tour indépendant. Les troupes de Mu‘īn ad-Dīn s’emparent de la ville et cernent étroitement la citadelle où se tenait Nağm ad-Dīn. Au bout de quelques jours de siège, l’eau se faisant rare et aucun espoir de secours immédiat des héritiers de Zengī ne semblant possible, l’émir kurde se rallie au prince Būrīde non sans poser ses conditions. En échange de sa reddition, il devait recevoir plusieurs villages de la Ġūṭa en apanage, ainsi qu’une vaste propriété et une importante somme d’argent.

  • 26 Dans la maison d’al-‘Aqīqī, sur cet emplacement se trouve l’actuelle bibliothèque Ẓāhirīya, voir I (...)

21Ainsi en ğumādā I 541/9 oct.-6 nov. 1146, un mois à peine après la mort de Zengī, Mu‘īn ad-Dīn prenait livraison de Ba‘albakk et de sa citadelle avec le matériel de guerre et l’approvisionnement qui s’y trouvaient. Nağm ad-Dīn, lui, gagnait Damas où il s’installait dans une maison proche de la Grande Mosquée26. Il jouera plus tard, en liaison avec son frère l’émir Šīrkūh, le rôle important d’agent de Nūr ad-Dīn à Damas.

22Aussitôt sa victoire acquise, Mu‘īn ad-Dīn envoya de Ba‘albakk un message à Ḥimṣ pour conclure une trêve ; le gouverneur de cette ville alla même au-delà, il signa un pacte d’amitié et reconnut la suzeraineté du prince būrīde de Damas. En ce qui concerne Hama, il y eut un échange de correspondance avec le chambellan Ṣalāḥ ad-Dīn al-Yaġibasānī dont cette ville était le fief, et l’on aboutit à un accord. Le samedi 16 ğumādā II/23 nov. 1146 Mu‘īn ad-Dīn rentrait à Damas après une victoire militaire et un double succès diplomatique qui devait, selon lui, sauvegarder la paix en Syrie centrale. Séparé de Nūr ad-Dīn par deux provinces alliées, tenant à Ba‘albakk le verrou de la route du nord, pouvant trouver le ravitaillement nécessaire dans la Biqā‘ et maintenant la trêve avec les Francs de Jérusalem, le prince de Damas espérait pouvoir mener une politique de neutralité qu’il souhaitait positive.

23Lorsque après le siège d’Édesse, Nūr ad-Dīn apprit les changements intervenus en Syrie centrale et qu’il eut connaissance de l’attitude de Nağm ad-Dīn Ayyūb, il perdit confiance en Šīrkūh, frère de ce dernier. Il lui retira son commandement pour en investir son frère de lait l’émir Magd ad-Dīn Ibn ad-Dāya.

  • 27 KR, 50.
  • 28 Guil. de Tyr, L. XVI, chap. viii, 100.

24Préoccupé par la situation politique et militaire à la frontière septentrionale de ses États et souhaitant n’avoir point d’ennemis au sud, Nūr ad-Dīn27 prit contact avec le prince būrīde de Damas. Pour montrer ses bonnes dispositions il renvoya à Mu‘īn ad-Dīn l’esclave que Zengī lui avait prise à Ba‘albakk. Ne voulant pas être en reste, l’émir de Damas qui souhaitait des relations amicales avec le maître d’Alep envoya, sous escorte, à Alep un des assassins de Zengī, l’eunuque Yaranqaš, qui venait d’être arrêté à Damas où il s’était réfugié. Les relations entre Alep et Damas devinrent particulièrement étroites après le mariage de Nūr ad-Dīn avec l’une des filles de Mu‘īn ad-Dīn. En šawwāl 541/mars 1147, le seigneur d’Alep devenait le beau-frère par alliance de Mugīr ad-Dīn Uvaq28, prince būrīde de Damas. Par ailleurs le chambellan al-Yaġisiyānī, un des conseillers de Nūr ad-Dīn, récupéra son fief de Hama que le seigneur de Damas avait intégré à son domaine.

25Cette alliance, par laquelle Nūr ad-Dīn aurait voulu détacher Damas de Jérusalem, allait être habilement exploitée par Mu‘īn ad-Dīn pour mener une politique de dangereux équilibre. Il maintenait l’accord conclu avec Foulque en faisant jouer la menace d’une intervention de Nūr ad-Dīn en cas de rupture de la trêve par les Francs. D’autre part, il menaçait ses alliés musulmans de recourir à l’aide des Francs si la pression d’Alep s’accentuait trop.

D. LA CAMPAGNE DU HAURAN AU PRINTEMPS 541/114729

  • 29 Ibn al-Qal., 288 sq. ; L.T., Damas, 280-284 ; KR, 50-53 ; Guil. de Tyr, RHOC, I2, L. XVI, ch. viii (...)

26Au printemps 541/1147, Nūr ad-Dīn et Mu‘īn ad-Dīn allaient mener une action conjointe contre les Francs dans le Hauran, où le gouverneur de Salḫad et de Boṣrā, l’émir Altuntaš, un affranchi d’Amīn ad-Dawla Kumuštagīn, cherchait à se rendre indépendant. Pour atteindre son but, l’émir alla solliciter l’aide des Francs de Jérusalem à qui il promettait de livrer comme prix de leur soutien les deux places fortes de la province. L’offre était fort séduisante : la population du Hauran étant en majorité chrétienne on escomptait d’elle une certaine bienveillance, d’autre part le contrôle de cette région agricole permettait d’assurer le ravitallement de Jérusalem et d’empêcher celui de Damas qui verrait ainsi sa situation économique compromise. Mais accepter l’offre du rebelle, c’était rompre avec Damas. L’atabeg Anar avait jusqu’alors eu pour constant souci de maintenir la trêve avec Jérusalem, de son côté, le roi Foulque, avait mesuré toute l’importance de cet accord qui permettrait de freiner les appétits des princes de la Syrie du Nord. Les Francs de Jérusalem, sous la régence de Mélisende, acceptent l’offre et décident de rompre avec Damas, ne comprenant pas que leur geste allait renforcer la position de Nūr ad-Dīn auquel Anar ne pouvait pas ne pas s’adresser pour repousser l’attaque des Croisés.

27En ḏū’l-ḥiğğa 541/mai 1147 pendant que commence à se grouper à Tibériade une armée à laquelle se joignent Hospitaliers et Templiers, un ambassadeur est envoyé au nom de Baudouin III porter un avis de rupture de la trêve et annoncer l’appui promis à Altuntaš. Anar rappelle qu’en droit féodal on ne peut aider le vassal d’une puissance amie en rébellion contre son suzerain sans rompre avec celui-ci. Voulant à tout prix se maintenir hors de l’emprise de Nūr ad-Dīn, l’atabeg explique au messager la folie du geste royal ; il propose même de dédommager les Francs des frais déjà engagés pour la campagne. L’ambassadeur, gagné aux arguments de Damas, les appuie à son retour. Jérusalem se doit de rétablir dans ses terres l’émir Altuntaš qui avait demandé la protection franque, fit-on répondre à Anar, en lui promettant de ne pas causer de dépradations dans le pays. Les partisans de l’intervention parviennent à soulever l’opinion publique, irresponsable, en faveur de l’émir du Hauran ; ils veulent voir dans les propositions conciliantes d’Anar un signe de faiblesse et ne croient nullement à une intervention prompte et efficace de Nūr ad-Dīn.

  • 30 Ibn al-Qal., 289 sq. ; KR, 53.

28L’armée franque, conduite par le jeune roi Baudouin en personne franchit le Jourdain au sud de Tibériade puis passe le Yarmūk et apparaît sur le plateau de Der‘ā (Aḏr‘a) où cavaliers turcomans et bédouins vont la harceler. C’est alors que les Francs apprennent que les troupes de Damas sont déjà dans le Hauran et que l’on attend les renforts d’Alep. En effet, Anar avait demandé le secours de son gendre qui, dès la réception de l’appel, quitta la Syrie du Nord avec une armée bien équipée et, à marches forcées, gagna Damas le 27 ḏū’l-ḥiğğa 541/2 mai 1147. Nūr ad-Dīn regroupa ses effectifs et repartit vers le sud en contournant la rocailleuse région basaltique du Lağā’. Tandis que les Francs, en ordre parfait, progressaient en direction de l’est avec Boṣrā pour objectif, Anar bloquait, à 25 km. plus loin, la citadelle de Salḫad où Nūr ad-Dīn l’avait rejoint dans les premiers jours de muḥarram 542/ juin 1147. La garnison assiégée demande l’amān espérant ainsi pouvoir attendre la venue des secours francs. Une partie des troupes musulmanes fit mouvement vers Boṣrā dont le siège fut de brève durée car la femme d’Altuntaš céda la place à ses coreligionnaires avant que les Francs ne se présentent. C’est en arrivant un soir, après une journée harassante, en vue de Boṣrā que l’armée de Jérusalem apprit la reddition de la place30. Frustrés dans leurs espérances, les Francs décident de battre en retraite. Salḫad, ne pouvant plus rien attendre d’eux, capitule. La retraite franque fut rendue pénible par la chaleur, le manque d’eau et un ravitaillement défectueux, les pertes furent toutefois limitées car les hommes restèrent groupés. Les Francs envoyèrent un messager demander une trêve aux Musulmans mais le porteur de la proposition fut tué en route et il n’y eut donc pas de réponse. De sa propre initiative, Anar ne harcela pas trop les Francs pour leur permettre de conserver une force dont il escomptait toujours le contrepoids à l’ambition de Nūr ad-Dīn. Le 27 muḥarram 542/28 juin 1147, après une campagne d’environ un mois, les deux armées musulmanes rentrèrent à Damas. Nūr ad-Dīn ne s’y attarda pas et repartit trois jours plus tard pour Alep afin d’y reprendre les opérations contre la principauté d’Antioche. Anar avait certes récupéré le Hauran, il allait châtier le gouverneur rebelle mais il souhaitait renouer avec les Francs pour rétablir la trêve avec Jérusalem.

  • 31 Celui qui appuie et aide la religion.

29Les Francs seuls, comme le montreront les événements ultérieurs, n’avaient pas compris qu’ils avaient par leur manque de sens politique renforcé la position de Nūr ad-Dīn. La cour de Bagdad ne fut pas sans réagir au succès du maître d’Alep et, pour limiter la portée de son succès, le calife envoya sans délai à Damas une ambassade pour porter à l’atabeg, en ṣafar 542/juillet 1147, un diplôme d’investiture et des robes d’honneur au nom du calife et du sultan. Ibn al-Qalānisī, fidèle témoin des événements de Damas, nous apprend que le 18 rabī‘ I 542/16 août 1147 Anar parut en public en grand appareil vêtu de sa robe d’honneur et salué du titre de Ẓāhir wa Mu‘īn ad-Dīn31. Cette sollicitude de la cour de Bagdad qui répondait aux désirs d’Anar, était un avertissement à Nūr ad-Dīn de n’avoir pas à s’attaquer à Damas. Ni le calife, ni le sultan ne souhaitaient voir une Syrie unifiée sous la direction d’un Zenguide. La cour fatimide de son côté dépêcha une ambassade qui, le 21 rabī‘ II/18 septembre, apporta à Damas un diplôme et offrit en présents des chevaux et de l’argent, témoignant ainsi de sa sympathie à l’égard d’un homme qui pouvait, pensait-on au Caire, aider éventuellement les Fatimides contre les Francs et dont on devait en tout cas soutenir l’indépendance à l’égard de Nūr ad-Dīn. Dès cette époque ce dernier apparaît comme l’adversaire le plus redoutable. Les relations de famille ayant été réglées et consolidées, tant avec Mossoul qu’avec Damas, Nūr ad-Dīn allait pouvoir s’employer à étendre son pouvoir et à consacrer son activité à la Guerre Sainte.

II. NŪR AD-DĪN ET LA DEUXIÈME CROISADE (542-543/1147-1148)

A. CONFLITS ENTRE BYZANCE ET KONYA EN 540/114732

  • 32 Le seul récit ancien sur la question : Cinnamos, II, 227 ; cf. aussi Chalandon, II (1), 247-257 ; (...)

30Au printemps qui suivit la chute d’Édesse (décembre 1144), le prince seldjouqide de Konya attaqua les territoires byzantins et ses escadrons atteignirent même le Méandre. Après avoir réussi à imposer son autorité aux Turcs d’Anatolie Mas‘ūd b. Qiliğ Arslān avait envahi les territoires des princes danišmendites de Césarée, Siwas et Malatiya et occupé le Ǧahān. Dans cette région, située au nord-ouest du cours supérieur de l’Euphrate, Mas‘ūd avait porté ses regards vers les confins de la Syrie du Nord mais il n’avait pu les attaquer car il lui fallait repousser une campagne de Manuel. Une fois de plus la rivalité entre Seldjouqides et Byzantins en Asie Mineure provoquait des opérations militaires. Une activité particulièrement intense des bandes turcomanes en 540/1145 servit de prétexte. Celles-ci en effet avaient multiplié leurs raids contre la Cilicie, zone alors libre d’occupation turque, et harcelaient les voies de communications terrestres entre Antioche et Constanti-nople. En fait, Manuel voulait récupérer les territoires dont s’étaient emparés les Turcs en 538/1143 lorsqu’il avait dū, après la mort d’Alexis, quitter la Cilicie pour aller régler lui-même la succession impériale à Byzance. Au cours du premier trimestre 541/ été 1146 l’empereur revient en Anatolie, passe à Dorylée (Eski Şehir) et va attaquer le sultan de Konya. Celui-ci se trouvant en état d’infériorité numérique se replie vers l’est en direction d’Āk-Saray dans les montagnes voisines, en laissant une solide garnison dans sa capitale. Les Byzantins, qui dans leurs expéditions en Orient employaient la tactique de la rapide et légère cavalerie adverse, n’avaient pas en cette région montagneuse fait suivre leurs escadrons du lourd matériel de siège. Ils se contentèrent de saccager les faubourgs sans s’attaquer à Konya. Puis brusquement les Byzantins tournèrent bride non sans être harcelés au cours du repli par des cavaliers seldjouqides.

  • 33 Uspenskij, Histoire de l’Empire Byzantin (en russe), III, 274.
  • 34 Chalandon, II (1), 255.
  • 35 Runciman, II, 205.

31La raison de cette soudaine retraite n’apparaît pas clairement ; les auteurs modernes en donnent différentes interprétations. Uspenskij33 l’attribue à l’approche des Croisés ; pour Chalandon34 ce motif ne paraît pas plausible à cette date, il n’aurait été valable que l’année suivante. Pour cet historien, Manuel aurait quitté la région de Konya de crainte d’être encerclé par des renforts musulmans dont on attendait la venue. Cette opinion est partagée par Runciman35 qui pense que les informations relatives aux projets de Roger II de Sicile contre le Péloponèse ne furent pas non plus étrangères à la décision de Manuel.

32Tandis que Mas‘ūd poursuit les Byzantins il apprend le succès de Nūr ad-Dīn à Édesse en ğumādā I 541 /octobre 1146. Ne voulant pas laisser Nūr ad-Dīn seul s’emparer du comté d’Édesse, l’émir seldjouqide envisage de prendre pour lui la partie du comté qui se trouve sur la rive droite du cours supérieur de l’Euphrate. Mas‘ūd garde le contact avec les Byzantins à qui il propose une trêve qu’ils n’accepteront qu’au printemps 1147/fin 541 lorsque Manuel aura compris que ni les Croisés allemands ni les Croisés français n’étaient disposés à l’aider à lutter contre les Turcs d’A-natolie, dont les descendants iront trois siècles plus tard assiéger Vienne.

33L’activité seldjouqide va se déplacer vers les frontières méridionales du Sultanat, aux confins du comté d’Édesse. Voulant profiter de l’absence de Nūr ad-Dīn, en campagne dans le Hauran en Syrie du Sud, Mas‘ūd envoie son fils Qiliğ Arslān attaquer, avec une partie des forces seldjouqides, les Francs aux confins du territoire de Mar‘aš. Investi par son père des villes qu’il pourrait éventuellement conquérir au sud-est des territoires de Konya, Qiliğ Arslān ne tardera pas, après ses succès, à devenir un rival direct de Nūr ad-Dīn.

34Tandis que le prince seldjouqide cherche à s’emparer du territoire relevant du comté d’Édesse, Nūr ad-Dīn rentre de son expédition du Hauran et attaque sans plus attendre les possessions d’Antioche et cherche à isoler la Principauté.

  • 36 Ibn al-Qal., 297 ; L.T., Damas, 293 ; SN, 117.
  • 37 Kāmil, IX, 17 ; THS, 225-228 ; SN, 133 sq.
  • 38 Aussi Balanée ; THS, 229-230 ; SN, 135-136, près de l’actuelle Moucherfiyé. Voir plus haut Partie (...)
  • 39 THS, 230 sq. Sur la région à l’est de l’Amanus et celle du Kurd Dagh voir SN, 133 sq.
  • 40 THS, 175 ; SN, 157. Voir Tchalenko, Villages antiques, III, 117.
  • 41 THS, 166 sq., 169 sq., 176 sq.
  • 42 SN, 157 ; THS, 199 situe la place dans le Ğabal Sam’ān.
  • 43 THS, 175.

35Pour se protéger contre toute action franque le seigneur d’Alep occupe un certain nombre de passages qui permettent de communiquer entre le bassin du Quwayq et celui du ‘Afrīn, celui du nord à Burğ ar-Rasās et celui du sud à Ḥiṣn Sīnāb, une ancienne forteresse byzantine. Sal’ān et d’autres places fortifiées au nord de ‘Azāz et du Ğabal Sam’ān avaient peut-être été déjà occupées dès 541/114636. A son retour du Hauran, Nūr ad-Dīn apprend que les premiers croisés allemands ont franchi le Bosphore et, par mesure préventive, à la fin de 1147/mai 542 il s’empare d’Artāḥ, près de l’actuelle Rihaniyé ou Reyhanli37. Cette place, située au sud du gué de la Baleine38 où passe le route vers la Cilicie et à l’est de Ǧisr al-Ḥadīd où la route d’Antioche à Alep franchit l’Oronte, contrôle la plaine alluviale d’Antioche. Nūr ad-Dīn s’empare aussi, dans la vallée du ‘Afrīn, de la petite forteresse de Bāsūṭā39 qui domine la rive gauche et, entre cette dernière et Artāḥ, il occupe Bàtrikī et Māmūla et Šīḥ al-Ḥadīd qui contrôle une vallée parallèle, à l’ouest, à celle du ‘Afrīn. Ayant coupé les voies de communication d’Antioche avec le nord, Nūr ad-Dīn va, en octobre 1147, établir son contrôle sur les routes reliant Antioche au sud. Il prend Hāb, l’actuel Burğ Hāb ou Ḥiṣn Hāb au sud-ouest d’Idlib40, c’était une forteresse qui donnait la clé du Rūğ41 et de là ouvrait la route vers le Moyen Oronte où l’on cultivait alors le coton. Il s’empare aussi de Basarfūt42 dans le Ğabal Banī ‘Ulaym, l’actuel Ğabal Zāwiya à l’est du Rūğ. Antioche réagit à cette pression. L’arrivée à Constantinople de Louis VII avec ses chevaliers ranime l’ardeur du prince Raymond qui s’avance jusqu’à Dānīṯ43, un tell de valeur stratégique s’élevant près de l’actuel Idlib et coupant la route d’Alep, mais faute de troupes, le chef franc est contraint de se replier sur le Ğabal Barīša, massif situé au sud du Ğabal Sam’ān.

  • 44 SN, 157 ; THS, 207.

36En ğumādā II 542/novembre 1147, Nūr ad-Dīn réduit le Ğabal Banī ‘Ulaym, prolongement septentrional du Ğabal as-Summāq, s’empare de la forteresse de Kafarlāṯā44 et s’assure ainsi la sécurité de ses liaisons avec Hama. C’est à ce moment que parviennent d’Anatolie les nouvelles annonçant l’approche de la nouvelle Croisade. L’espoir renaît à Antioche, mais à Alep comme à Damas les craintes, d’abord vives, sont atténuées vers la fin de 542/début 1148 par les informations concernant les difficultés et les pertes des Croisés au cours de leur progression.

B. LA DEUXIÈME CROISADE45

a) Origine et début de la Deuxième Croisade

37Dès la chute d’Édesse, la régente de Jérusalem, Mélisende, mère du jeune roi Baudouin III, s’entend avec le prince d’Antioche pour envoyer une ambassade auprès du Pape lui demander de prêcher une nouvelle croisade en Orient. Les messagers, Hugues évêque de Gibelet et Otto de Freisingen, n’arrivent à Viterbe, où se trouve le pape Eugène III, qu’à l’automne 1145. Des Arméniens de Cilicie les y avaient précédés pour demander, eux aussi, une aide contre les Byzantins qu’ils haîssaient. Le Souverain Pontife ne peut alors, par suite de graves difficultés intérieures — il ne réside même pas à Rome —- prendre l’initiative d’un mouvement comme l’avait fait Urbain II pour la Première Croisade.

38Certes, dès l’été 1145, des pèlerins étaient rentrés en Europe et avaient raconté, avec l’exagération propre aux voyageurs revenus d’outre-mer, la prise d’Édesse. La prise de Jérusalem par les Turcs avait frappé les imaginations, la chute d’Édesse fit surgir un sentiment d’horreur mais ne provoqua pas de réaction populaire. Le roi Louis VII, dès Noël 1145, avait lancé l’idée d’une nouvelle croisade mais son projet fut accueilli avec froideur. En fait, Édesse ne représentait qu’un point dans le vaste champ des Croisades. En Europe de l’est on menait la croisade contre les Wendes et les Slaves. Sur le front méditerranéen l’attention se concentrait sur l’Espagne et le Portugal, qui constituaient le flanc occidental, tandis que les États latins de Syrie et de Palestine se situaient sur le flanc oriental. Au centre, se tenait Roger II de Sicile, adversaire à la fois du Pape et du Basileus.

39Le projet d’une expédition orientale souleva beaucoup de réticences et il fallut toute l’éloquence de Saint Bernard pour les vaincre à Vézelay, à Pāques 1146/ḏū’l-qa‘da 540, et à Spire, à Noël 1146/rağab 541, pour triompher de la Diète et décider le départ des princes allemands sous la conduite de Conrad III.

40Il fallait aussi résoudre le problème de la direction de la Croisade. L’empereur d’Allemagne Conrad von Hohenstaufen, qui était en très bonnes relations avec le Pape et auquel il devait son trône, paraissait tout désigné d’autant qu’en droit il était l’égal de l’empereur de Byzance. Mais le Pape avait besoin de lui en Italie pour tenir en respect le roi normand de Sicile Roger II et pour l’aider à revenir à Rome. Aussi ne souhaite-t-il pas son départ. Espérant retenir l’empereur en lui imposant un chef, Eugène III, prenant prétexte du nombre des Français établis dans les États latins de Terre Sainte, désigne le très pieux Louis VII pour diriger la Croisade. Le roi venait de se soustraire à l’influence de sa femme Aliénor pour prendre comme directeur de conscience Bernard de Clairvaux qu’appuyait le Pape.

  • 46 Guil. de Tyr, XVI, xxi, 122 ; Barhebraeus, 274, seul auteur oriental à avoir parlé du passage des (...)

41La nouvelle expédition va être illustrée par une série de catastrophes, car elle aura été mal préparée matériellement et psychologiquement. On décide de passer par terre, en effet ni le Pape ni Conrad III ne voulaient accepter l’offre de Roger de Sicile pour transporter les contingents par mer, ce qui aurait permis d’éviter tout contact avec Byzance. Les Croisés étaient encore à Ratisbonne lorsque arriva de Constantinople une ambassade grecque qui rappela à Louis VII que Byzance n’avait pas sollicité cette croisade. Elle demandait des garanties de conduite amicale sur son territoire et l’application des accords anciens selon lesquels tout territoire conquis, s’il avait avant son occupation par les Musulmans fait partie de l’Empire, devait être restitué à Byzance, les autres territoires devenaient propriétés des Croisés. Agacés par ce rappel des conditions imposées jadis par Alexis Comnène et nourris de sentiments rapportés de la première croisade, les deux souverains occidentaux étaient mal disposés à l’égard de Byzance. Les armées « nationales » allemande et française, avec leur suite de pèlerins, n’entretenaient pas de relations amicales et se volaient réciproquement leur ravitaillement. Les contingents germaniques partirent les premiers et sur leur parcours se livrèrent au pillage, leurs déprédations les firent mal voir de la population et l’armée byzantine fut obligée d’intervenir pour maintenir l’ordre. Pourtant les relations entre Manuel et Conrad avaient plus d’une raison d’être bonnes. Ils étaient beaux-frères ayant épousé les deux sœurs, tous deux étaient empereurs donc égaux en droit, enfin ils avaient un ennemi commun : Roger II de Sicile. Inquiet de l’attitude des troupes allemandes, le Basileus les fait passer en Asie le plus rapidement possible. Il leur conseille de suivre la côte et de ne pas s’aventurer à l’intérieur du pays, mais Conrad n’écoute pas cet avis et s’avance vers le plateau anatolien. Odon de Deuil nous a laissé le récit de cette aventureuse expédition qui ne dépassa pas Dorylée, où un demi-siècle plus tôt les Croisés avaient remporté leur premier grand succès. Cette fois, le 29 ğumādā I 542/26 octobre 1147, les Turcs, montés sur leurs rapides chevaux, attaquèrent les chevaliers allemands lourdement harnachés et ce fut un véritable massacre. Un dixième seulement des contingents parvint à s’échapper avec Conrad. Entre-temps les barons français, sous la conduite de Louis VII, arrivèrent à Constantinople puis passèrent en Asie et apprirent à Nicée le désastre de Conrad. Les survivants se joignirent aux Français et l’on décida cette fois de prendre la route côtière. A Éphèse, Conrad tombe malade et regagne Constantinople pour s’y faire soigner. Il y restera jusqu’au printemps quand une escadre byzantine l’emmènera vers la Palestine. Pendant sa progression, l’armée des Croisés souffre du manque de vivres et de fourrage. Affamée, elle se livre au pillage, ce qui soulève l’hostilité de la population chrétienne des pays traversés. D’autre part, les Turcs infligent de lourdes pertes tant aux Croisés qu’aux pèlerins qui les accompagnent. Finalement en février/ramaḍān 542 c’est une troupe fourbue qui parvient au port d’Attalia. Pour diminuer les pertes on décide de continuer par mer, mais il n’y a pas de navires pour transporter tout le monde. Le roi Louis VII part le premier et arrive le 19 mars/26 šawwāl 542 à Suwaydīya, le port d’Antioche, avec quelques-uns des chevaliers dont la suite arrivera au second voyage de la flottille46. Les fantassins et les pèlerins, abandonnés à eux-mêmes, continueront à pied par la côte. La moitié seulement d’entre eux atteindra Antioche. C’était donc finalement des effectifs très réduits qui parvenaient au but. La seule chance de succès eut été alors de jouer des rivalités musulmanes comme le faisait Manuel, mais les Francs pouvaient-ils suivre la politique byzantine ? Par leur attitude et leurs décisions, en deux ans, les Croisés allaient au contraire provoquer l’union des Musulmans, union qui se fera contre l’Infidèle et dont Nūr ad-Dīn saura canaliser l’énergie à son profit.

b) Projet clairvoyant de Raymond d’Antioche

  • 47 Guil. de Tyr, XVI, xxvii, 133-134 ; Grousset, II, 245-248 ; SN, 381 ; V. Berry, Crusades, I, 503 s (...)

42On apprit à Antioche le 19 mars 1148/26 šawwal 542 que le roi de France venait de débarquer à Suwaydīya (Port Saint-Siméon)47 et le prince Raymond s’en alla accueillir le souverain en grande pompe. C’est la saison du printemps syrien, l’air est léger, la nature en fleurs, on fête les dames qui accompagnent les chevaliers et celle qui reçoit le plus d’hommages est la reine Aliénor, nièce du prince d’Antioche. Les moments de liesse passés, les discussions s’engagent : Raymond expose la situation précaire d’Antioche, menacée par les forces d’Alep, et espère que les nouveaux contingents venus de France vont le soulager de la pression musulmane. Le prince pensait que la Deuxième Croisade, prêchée après le désastre d’Édesse, avait pour but de rétablir la situation dans les États Latins du Nord. Si l’on ne pouvait pas reprendre Édesse, du moins devait-on écarter de la principauté d’Antioche la menace de Nūr ad-Dīn.

43Le seigneur zenguide a réparti ses garnisons tout au long de la frontière chrétienne depuis l’Euphrate jusqu’à Hama en passant par la vallée du ‘Afrīn et le Rūğ. Raymond était seul en face de l’Islam et n’avait d’effectifs suffisants que pour contenir les raids ennemis saisonniers. Il s’était montré, comme nous l’avons vu, incapable en automne 1147 de conserver certaines places à l’est de l’Oronte. Pour protéger Antioche on ne peut guère compter sur Joscelin II, le comte d’Édesse, qui cherche à défendre, à Tell Bašīr, les restes de son domaine contre les tentatives des Seldjouqides de Konya.

44Si les Musulmans venaient à attaquer Antioche en force, seule Byzance serait capable d’apporter une aide efficace, mais cet appui risquait fort d’arriver trop tard. C’est pourquoi Raymond voulait profiter de la présence des contingents français qui, malgré les vicissitudes du trajet, apportaient de sérieux renforts de cavalerie. Le prince recommandait avec insistance d’attaquer Alep sans délai et de monter une expédition en direction de Hama, vers Šayzar. Pour mieux convaincre, il organisa avec les chevaliers francs qui venaient d’arriver une opération de reconnaissance préliminaire qui sema la terreur à Alep et permit de mesurer les forces adverses ; il fallait profiter de la panique et opérer par une attaque brusquée de cavalerie pour ne pas laisser le temps à Nūr ad-Dīn de se ressaisir. On pouvait même espérer récupérer les places perdues dans le Ğabal Zāwiya. Raymond d’Antioche se rendait compte que Nūr ad-Dīn, vainqueur d’Édesse, était l’adversaire le plus dangereux, et il lui semblait qu’il fallait l’attaquer sans retard. Le roi Louis VII ne se laisse pas convaincre par les arguments du prince d’Antioche ; il est sollicité par d’autres chefs latins : Joscelin II réclame son appui pour recouvrer Édesse, ce qui est normal puisque la Croisade avait été provoquée par la perte de cette ville. Raymond de Tripoli demande aussi l’aide royale. Le prince d’Antioche, exaspéré par l’absence totale de sens politique des barons et du roi et par leur méconnaissance des nécessités locales, essaie de faire intervenir sa nièce la reine Aliénor. Les démarches de la reine se heurtent, en avril, à la pression que Foucher d’Angoulême, le patriarche latin de Jérusalem, exerce sur Louis VII. Le chef religieux exploite la faiblesse de caractère et la piété du roi, il lui annonce que Conrad III est déjà arrivé en Palestine et l’engage à l’y rejoindre. Louis VII, pour mettre un terme aux démarches des uns et des autres, déclare vouloir, avant d’engager une action militaire quelconque, accomplir son vœu de pèlerinage au Saint-Sépulcre. En fait, c’est un motif d’ordre personnel qui provoqua la décision du roi ; sa femme, Aliénor, plus intelligente que lui, avait compris la sagesse de la politique de Raymond et s’employait à soutenir avec chaleur les arguments de son oncle. Cet enthousiasme fit jaser, les mauvaises langues allèrent jusqu’à insinuer l’existence de relations coupables entre l’oncle et la nièce. C’est alors que Louis VII, excédé, quitta un soir brusquement Antioche sans prendre congé de son hôte et, emmenant de force sa femme, alla s’embarquer pour gagner par mer la Palestine.

45Ainsi le manque de caractère du roi, l’absence de sens politique chez les barons et les représentants de Jérusalem et peut-être aussi la coquetterie d’une reine épargnèrent à Nūr ad-Dīn une campagne qui n’aurait pas manqué d’être difficile pour lui et laissèrent aux forces de l’Islam la possibilité de se grouper et de s’organiser en face des Croisés.

c) La Deuxième Croisade à Jérusalem48

  • 48 Ibn al-Qal., 298 ; L.T., Damas, 294 ; Grousset, II, 250-255 ; Runciman, II, 279 ; V. Berry, Crusad (...)

46Conrad III était venu par mer en avril 1148 de Constantinople à Acre à bord d’un navire byzantin ; Alphonse Jourdain, comte de Toulouse, était arrivé avec des Provençaux. Durant ce mois de mai les troupes de Louis VII et d’autres renforts ne cessèrent de débarquer à Tyr et à Acre. Depuis longtemps il n’y avait eu un tel rassemblement de princes et de barons dans le royaume de Jérusalem. On remarquait l’absence de tout contingent antiochéen, mais Raymond ne pouvait pas dégarnir sans danger sa principauté et, d’autre part, il n’avait pas caché son point de vue sur l’expédition. Joscelin d’Édesse ne pouvait pas quitter son domaine de Tell Bašīr sous peine de le voir occupé par un de ses adversaires. Enfin le Comté de Tripoli n’envoya aucun représentant du fait qu’il y avait un détachement de Provençaux commandé par Alphonse Jourdain et lorsque celui-ci mourut empoisonné, peu après son arrivée, son fils Bertrand accusa le comte Raymond, son cousin, de l’avoir supprimé. Nous verrons plus loin l’épilogue de cette querelle de famille. Beaucoup des nouveaux arrivants prirent la direction de Jérusalem, effectuèrent leur pèlerinage et s’en retournèrent chez eux par mer.

47La régente Mélisende et les barons de son entourage, qui souhaitaient utiliser la présence des nouveaux contingents pour agrandir le royaume, organisèrent à Acre le 24 juin 1148 des Assises des Croisés. Après de longs débats, car certains chefs n’avaient pas oublié la leçon de l’expédition de Boṣrā, on décide d’aller attaquer Damas. C’était une folie. En effet, Jérusalem était le seul royaume latin à n’être pas menacé, la trêve conclue par le roi Foulque et l’atabeg de Damas Mu‘īn ad-Dīn avait établi une politique d’équilibre et créé une situation avantageuse pour les deux camps. Certes Damas pouvait paraître une prise intéressante car elle devait dans l’esprit des Francs couper définitivement, croyait-on, les Musulmans d’Égypte et d’Afrique d’avec ceux de Syrie et de l’est, vision simpliste et chimérique d’une division du monde musulman imposée de l’extérieur. Aux Assises d’Acre on ne vit pas d’où venait la menace pour la Chrétienté, et personne n’évoqua même le nom de Nūr ad-Dīn. La responsabilité de l’expédition incombe à un groupe de barons de Jérusalem et non aux nouveaux arrivants qui ignoraient tout de la politique orientale. Les Barons convoitaient les richesses de Damas et pour décider leurs compagnons ils ne manquèrent pas de souligner que Damas, ville citée dans les Écritures, devait être « récupérée » sur les Infidèles.

48L’émir būrīde de Damas était le seul prince musulman qui avait intérêt à maintenir de bonnes relations avec les Francs car il savait bien que Nūr ad-Dīn, malgré leurs bonnes relations officielles et ses promesses, n’attendait que l’occasion de s’emparer de la ville. D’autre part, l’intérêt des Francs leur commandait de garder l’amitié de Damas jusqu’à la défaite de Nūr ad-Dīn, d’empêcher tout rapprochement entre Alep et Damas. C’est ce qu’avait bien compris le roi Foulque lorsqu’il avait conclu une trêve de longue durée. Attaquer Damas, c’était pousser la ville dans les bras de Nūr ad-Dīn. Pourtant, en ṣafar 543/juillet 1148, il y a un grand rassemblement des Croisés à Tibériade, les troupes franques traversent la Galilée, passent à Bāniyās, au sud de l’Hermon, et débouchent dans la plaine par le wādī al-‘Agam au S.-W. de Damas, à hauteur de Manāzil al-‘Asākir, elles font halte à Kiswa, au bord de la rivière, à une étape de Damas. Le samedi 24 juillet 1148/ 6 rabī‘ I 543 les Croisés occupent les vergers de Dārayyā, dans la banlieue sud de Damas.

d) Le siège de Damas par les Francs (6-10 rabī‘ I 543/24-28 juillet 1148)49

  • 49 Les deux récits les plus détaillés sur le siège de Damas sont ceux d’Ibn al-Qalānisī (298-300) et (...)

49Tout d’abord les informations provenant du royaume de Jérusalem n’avait pas été prises au sérieux à Damas. La population avait appris la progression des Français et des Allemands et n’ignorait pas les pertes qu’ils avaient subies en Anatolie. Personne toutefois n’imagina, un seul jour, que Damas pouvait être l’objectif de cette Deuxième Croisade. Quand Mu‘īn ad-Dīn Anar eut connaissance des décisions prises aux Assises d’Acre et que furent confirmés les préparatifs militaires dans le royaume de Jérusalem, il envoya des messagers demander d’urgence l’aide de ses voisins. Sayf ad-Dīn Ġāzī, seigneur de Mossoul, et Nūr ad-Dīn Maḥmūd répondirent à l’appel et partirent sans délai vers Damas. Anar fortifia les points de la muraille où il redoutait une attaque, et disposa des soldats dans les environs de Damas et notamment à Rabwa, d’où partaient les principaux canaux du Baradā irriguant les vergers de la Ġūṭa.

  • 50 THS, 315.
  • 51 THS, 307.
  • 52 Voir Ibn ‘Asākir, Description de Damas, 166, 195.
  • 53 Voir biographies dans Bidāya, XII, 224, 225.
  • 54 Cl. Cahen, art. Aḥdāth dans EI2, I, 264.
  • 55 Voir J. Sauvaget, Monuments historiques de Damas, n° 71, pp. 78-81.
  • 56 Ibn ‘Asākir, Description de Damas, 168 n. 3, 284 n. 1.

50Les Francs vinrent avec leurs bagages, des chameaux de bât et des bovins pour leur ravitaillement. Ils franchissent le nahr al-A‘wag près de Kiswa et, après cette dernière halte, passent le col de Šahūra pour descendre dans la plaine. Ils se regroupent à Manāzil al-‘Asākir50 à une dizaine de kilomètres au sud de Damas. Les Damascains ayant détourné l’eau, les Francs doivent avancer jusqu’à Dārayyà pour en trouver, puis le 6 rabī‘ I 543/24 juillet 1149, un samedi, ils occupent aussi le village voisin de Mizza (Mezzé)51 d’où vers le N.-E. on aperçoit les minarets de la ville et la coupole de la Grande Mosquée des Omeyyades. Il fallait assurer le ravitaillement en eau, surtout en cette saison, et en fourrage. Pour contrôler les canaux, les vergers et les herbages les Francs envoient des hommes « nettoyer » les jardins ; les opérations sont rendues difficiles par mille obstacles divers. Les multiples ruisseaux et canaux, les chemins bordés de murettes en briques crues, de nombreuses haies, rendent toute action de cavalerie impossible. C’est l’infanterie qui est engagée dans la guérilla pour attaquer les Damascains éparpillés dans les jardins. Les survivants se replient sur la ville tandis que le soir cette partie de la Ġūṭa est aux mains des Croisés qui pour se protéger à leur tour y dressent des palissades. Le lendemain, les troupes effectuent une nouvelle progression vers le nord et sont arrêtées sur les bords du Baradā devant Rabwa. Des éléments damascains offrent une certaine résistance en ce point important dont dépend le contrôle de tout le ravitaillement en eau de la ville et des jardins. Les fantassins francs descendent en aval sur la rive droite et, les voies étant dégagées sur leurs arrières, font appel à la cavalerie de Conrad III pour appuyer leur action. Le fleuve est franchi non loin de Nayrab52, des combats au corps à corps meurtriers se déroulent alors. Deux personnages religieux éminents : le šayḫ Yūsuf al-Findalāwī, imām mālikite de Damas et le šayḫ ‘Abd ar-Raḥīm al-Ḫulḫulī trouvent la mort ce jour-là en entraînant les Damascains combattre les Infidèles53. Finalement les Musulmans sont repoussés vers la ville que l’angoisse gagne car les Francs s’étaient approchés de la cité « en un point dont aucune armée ne s’était jamais emparé ni autrefois ni récemment ». Les chevaux de l’empereur d’Allemagne mangent l’herbe du Mīdān al-Aḫḍar non loin de Bāb al-Ğābiya sur la rive droite du Baradā. Anar organise la résistance, fait barricader les rues et galvanise la population par son énergie. Le lendemain 26 juillet la chance tourne, les renforts demandés commencent à arriver, des escadrons de Turcomans, auxquels se joignent des bédouins et les groupes de volontaires turcs de Ġāzī, viennent apporter leur aide ; des paysans de la Ġūṭa accompagnent un corps d’archers de la Biqā‘ venus de leur plaine par la passe libre de Ḥalbūn et par Birza, ils pénètrent dans la ville par Bàb Tūmà et Bāb Sarqī et se joignent à la milice urbaine des aḥdāṯ54 qui groupe les hommes valides recrutés dans les corporations. Pendant deux jours la meule du combat continue à tourner, dit le chroniqueur damascain Ibn al-Qalānisī. Les Francs vont subir l’assaut de sorties répétées. Les combats se déroulent au Mīdān al-Aḫḍar près de l’actuelle Tekkiyé55 et, entre Damas et Rabwa, dans les vergers de Nayrab et au Saraf56. L’ennemi est invisible, les Francs ont beau détruire les murettes, couper les haies, ils ne voient pas d’où viennent les traits. Bêtes et hommes sont tués ainsi, des isolés tombent dans des embuscades, les cadavres sont décapités et les têtes ramenées à Damas procurent des primes aux porteurs des sanglants trophées. N’étant pas en nombre suffisant pour bloquer efficacement la ville, les Francs décident de changer de camp, on quitte les jardins de l’ouest et, contournant Damas par le sud, les troupes s’installent à l’est où il y avait beaucoup moins de couverts. Ce mouvement avait été décidé sur l’avis des barons chevronnés de Jérusalem qui expliquèrent que l’on ne pourrait jamais prendre la ville par les jardins, qu’il fallait attaquer par le sud et le sud-est. L’armée franque s’installe donc le 27 au soir dans la zone qui s’étend au sud-est de la ville entre Bàb Kaysān et Bāb Šarqī. C’était une erreur car on y manquait d’eau et de ravitaillement en fourrage, et l’on était en face des secteurs les plus solides de l’enceinte. D’autre part, on ne gênait nullement l’arrivée des renforts qui gagnaient Damas par les jardins situés au nord et par la route de Birza au nord-est.

51Lorsque Sayf ad-Dīn Ġāzī et Nūr ad-Dīn arrivèrent à Ḥimṣ, ils envoyèrent des messagers négocier avec Anar les conditions de leur appui effectif. Les deux fils de Zengī demandaient l’autorisation pour leurs troupes d’entrer à Damas et exigeaient que le commandement de la citadelle et de la garnison soit confié à un officier zenguide qu’ils s’engageaient à retirer après la victoire. Anar n’ignore pas qu’il lui sera impossible de déloger les émirs zenguides de la ville. Il cherche donc à gagner du temps.

  • 57 Michel le Syrien, III, 276.
  • 58 Kāmil, IX, 20.

52L’atabeg de Damas sait que les Francs ont des difficultés et qu’ils n’attendent aucun renfort. Il les engage à lever le siège pour éviter que les hommes de Sayf ad-Dīn ne viennent un jour prochain anéantir la Croisade et que Nūr ad-Dīn ne mette alors la main sur Damas. Au même moment d’ailleurs les Zenguides avaient envoyé de Ḥimṣ un ultimatum aux Francs faisant ainsi, sans le vouloir, le jeu d’Anar. Pendant ces trois journées, Anar multiplie les sorties car il sait que l’armée zenguide est toute proche. L’atabeg de Damas va exploiter les querelles qui éclatent alors dans les rangs de l’armée des Croisés. Les barons de Jérusalem voulaient, dès l’origine, intégrer Damas dans leur royaume mais tel n’était pas le dessein des nouveaux venus. En effet Thierry de Flandres convoitait la ville pour en faire un État semi-indépendant comme le comté de Tripoli. Il s’était fait promettre par les trois souverains, Baudouin III, Conrad III et Louis VII, l’investiture de la future principauté de Damas. La tension dans le camp franc est encore accrue par l’attitude des barons qui n’avaient suivi la campagne qu’à contrecœur et qui gagnent des partisans depuis que l’on sait qu’en cas de victoire Damas sera remise à Thierry. Peut-être ces barons entrèrent-ils en relation avec Anar, ou bien est-ce ce dernier qui aurait eu avec eux des contacts. Guillaume de Tyr accuse formellement le prince de Damas d’avoir payé de fortes sommes qui se révélèrent d’ailleurs avoir été versées en fausse monnaie. Michel le Syrien estime le montant à 200.000 dinars57. D’après Ibn al-Aṯīr58, l’atabeg de Damas aurait réussi à convaincre les barons de la folie de continuer la campagne. Ceux-ci auraient alors expliqué aux princes venus d’outre-mer que provoquer l’entrée de Nūr ad-Dīn à Damas c’était amener l’unification de la Syrie. En restant devant la ville on risquait aussi de voir l’armée zenguide arrivant du nord prendre les Francs à revers ou de flanc, ce qui provoquerait un désastre. Conrad III et Louis VII n’admettent pas cette façon de voir, ils ne pouvaient comprendre pourquoi il fallait ne pas affaiblir la position de Damas en face des Zenguides. Ils déplorent la « déloyauté » des barons de Jérusalem.

53Finalement le mercredi 28 juillet/10 rabī‘, les Croisés lèvent le camp et se dirigent vers la Galilée, harcelés par des bandes de Turcomans. Damas est sauvée, Anar n’a plus besoin d’aide et les deux émirs zenguides n’ont pas dépassé Ḥimṣ.

54Dans les premiers jours d’août/mi-rabī‘ la Croisade regagne la Palestine après avoir perdu des hommes et du matériel, mais le plus grave était la perte de prestige subie dans cette malheureuse expédition, la légende de l’invincibilité franque avait vécu.

55En septembre, l’empereur Conrad s’embarque pour Salonique ; il rentrera en Allemagne après avoir passé la Noël à Constantinople avec son beau-frère Manuel. Louis VII reste à Jérusalem pour y faire ses Pâques en 1149, il rentre ensuite par mer, subit une attaque de la flotte byzantine et parvient à gagner l’Italie du Sud. Là le roi de France a une entrevue avec Roger II de Sicile et l’on projette une croisade contre Byzance que l’on accuse de tous les maux. L’abbé Suger et Bernard de Clairvaux souscriront à ce projet car, pour la gloire de Rome, ils voulaient anéantir Byzance sans comprendre qu’ainsi ils allaient ouvrir les portes de l’Europe aux Turcs.

56Au printemps 1149/fin 543 les troupes d’Anar font depuis les bases du Hauran, Boṣrā et Salḫad, des raids en Galilée. En muḥarram 544/mai-juin 1149, lorsque sont partis tous les Francs venus d’outre-mer pour la Deuxième Croisade, Jérusalem demande à conclure une nouvelle trêve avec Damas. Le statu quo ante est rétabli mais sous la menace croissante de Nūr ad-Dīn.

e) Nūr ad-Dīn arbitre d’une querelle franque59

  • 59 Ibn al-Qal., 300-301 ; L.T., Damas, 298-299 ; Kāmil, IX, 21 ; KR, 55 ; Ibn al-‘Adīm, II, 292 ; Gro (...)
  • 60 THS, 120, sous le nom d’Areima est cité comme un fortin secondaire aux alentours de Ṣāfīṭā ; GB, S (...)

57Après l’équipée de Damas et le départ du roi Louis VII pour la France, il ne resta plus en Palestine qu’un seul chevalier venu pour la Deuxième Croisade, le jeune Bertrand de Toulouse, fils bâtard d’Alphonse Jourdain et, de ce fait, petit-fils de Raymond de Saint-Gilles, fondateur du comté de Tripoli. Il ne pouvait admettre que cette région soit entre les mains de son cousin Raymond II qu’il soupçonnait d’avoir fait empoisonner son père à Césarée quelques mois plus tôt. Raymond, de son côté, éprouvait des craintes et voyait dans le nouvel arrivant un rival décidé à l’attaquer. Bertrand et ses hommes se dirigent de Palestine vers le nord, feignant de vouloir aller s’embarquer dans un port de la côte libanaise. Ils semblent avoir suivi la route côtière, alors entièrement entre les mains des Latins, la voie traversant à l’intérieur la plaine de la Biqā‘ était, elle, contrôlée par des émirs au service de Damas. Après avoir traversé la plaine du Koura et passé à l’est de Tripoli, Bertrand va s’engager dans la vallée du nahr Abrağ et s’empare du château de ‘Urayma, perché sur un piton60. Cette place, située à une quarantaine de kilomètres au nord de Tripoli, dominait la plaine du ‘Akkār et permettait ainsi le contrôle de la route côtière qui rejoignait Lattaquié. Enfin, en communication avec Ṣāfīṭā et Ṭarṭūs et placé en bordure d’une région montagneuse où les châteaux étaient nombreux, le tenant de ‘Urayma pouvait, en multipliant ses points d’appui, se tailler un domaine personnel entre le comté de Tripoli et la principauté d’Antioche. Devenu puissant ce prince aurait pu même menacer la Biqā‘ et la région de Ḥimṣ. C’est de ce dernier argument que dut se servir Raymond II de Tripoli lorsque, après son échec pour déloger son cousin de la Citadelle, il demanda l’aide des Musulmans pour reprendre Qal‘at ‘Urayma. N’ayant pas d’alliés chez les Francs, Raymond dut s’adresser au milieu de rabī‘ II 543/début de septembre 1148 à l’atabeg de Damas pour le débarrasser de son rival.

58Cette opération ne gênait nullement Anar pour une éventuelle reprise des relations amicales avec Jérusalem, bien au contraire puisque l’aide était destinée à appuyer le beau-frère de Mélisende. D’autre part, le seigneur de Damas était heureux de pouvoir manifester aux yeux des Zenguides sa bonne volonté pour participer au ğihād. Il invite Nūr ad-Dīn à se joindre à lui pour écarter de la région de Ḥimṣ la menace que présentait Bertrand. Les deux émirs font leur jonction à Ba‘albakk dans les derniers jours de rabī‘ II 543/mi-septembre 1148. Ils demandent aussi des renforts à Sayf ad-Dīn Ġāzī qui alors se trouve à Ḥimṣ avec l’armée qui devait aider Anar contre la Deuxième Croisade. L’atabeg de Mossoul leur envoie un important détachement de cavalerie sous le commandement de l’émir ‘Izz ad-Dīn Abū Bakr ad-Dubaysī, le fidèle gouverneur de Ğazīrat Ibn ‘Umar.

59L’expédition est menée par les Musulmans seuls. Les troupes prennent la direction du N.-W., gagnent la plaine du ‘Akkār, remonte le nahr Abrağ et organisent un siège en règle de ‘Urayma. Les sapeurs alépins de Nūr ad-Dīn parviennent, en creusant des galeries de mines, à provoquer l’écroulement d’un pan de muraille. Cette brèche étant ouverte, la garnison franque cherche le salut dans la reddition.

  • 61 II, 53, apud Runciman, II, 288.

60Après un sac complet, qui rapporte un considérable butin, les Musulmans rasent l’enceinte, démolissent la citadelle et abandonnent les vestiges à la tutelle du comte de Tripoli. Lors du partage du butin, Nūr ad-Dīn reçoit dans le lot important de prisonniers qui lui est attribué, Bertrand et sa sœur ; ils resteront douze ans en captivité à Alep. Une légende franque, rapportée par Robert de Torigny61 et qui ne tient pas compte des années, veut que Nūr ad-Dīn ait épousé la sœur de Bertrand qui aurait été la mère d’Ismā‘īl aṣ-Ṣālih. Mu‘īn ad-Dīn retourne à Damas, ‘Izz ad-Dīn ad-Dubaysī regagne Ḥimṣ d’où il repart avec Sayf ad-Dīn Ġāzī vers la Djéziré, tandis que Nūr ad-Dīn rentre à Alep. Ce succès musulman donne un relief tout particulier aux dissensions entre les Francs. Faire appel à Nūr ad-Dīn et Mu‘īn ad-Dīn au lieu de s’adresser à Antioche et à Jérusalem pour régler une affaire de famille montre à quel point la discorde régnait chez les Croisés. Fait grave aussi : les Musulmans devenaient les arbitres et savaient qu’ils pouvaient désormais attaquer chaque État latin sans que les autres vinssent à son secours.

61L’échec de la Deuxième Croisade marque un tournant dans l’histoire des États du Levant. La puissance musulmane va s’accroître et s’organiser sous la conduire de Nūr ad-Dīn. Celui-ci fera d’abord l’unité politique et morale de la Syrie avant d’étendre son autorité sur l’Égypte et d’attaquer victorieusement les Croisés.

III. CAMPAGNE DE NŪR AD-DĪN CONTRE ANTIOCHE (ğumādā I 543-rabī‘ I 544/sept. 1148-août 1149)

A. NŪR AD-DĪN SURPRIS A YAĠRĀ (rağab 543/13 nov.-11 déc. 1148)

  • 62 I.F., II, 194 r° ; THS, 173 sq. ; GB, 153-154 ; Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord, (...)
  • 63 Runciman, II, 325-326.
  • 64 Actuel Kara Su, THS, 436-438 ; I.F., 194-195 r° (cité SN, 382) donne les noms de Kūrniṯ (THS, 408, (...)
  • 65 Yaġrā, THS, 435-439.

62A peine rentré à Alep, après son succès à ‘Urayma, Nūr ad-Dīn repart vers le sud et, en ğumādā I 543/sept. 1148, s’empare d’al-Bāra, l’actuel al-Kafr62, dans le Ğabal Zāwiya, à l’ouest de Ma’arrat an-Nu’mān, menaçant de là la route d’Apamée à Antioche, qui descendait la vallée de l’Oronte. Il rentre ensuite à Alep où il reçoit du sultan de Konya, Mas‘ūd, un message le priant de monter une opération contre Raymond d’Antioche qui venait d’effectuer un raid au nord de l’Amānus, sans doute en représailles de la campagne du seldjouqide Qiliğ Arslān contre Mar‘aš 63. Nūr ad-Dīn, rassuré par ses deux derniers succès et croyant les Francs sans force, se dirige vers le nord-ouest ; il franchit le nahr ‘Afrīn, contourne le lac d’Antioche par le nord, s’empare du village de Kùmit dans le Kurd Dagh, occupe la région du bas nahr al-Aswad64 et campe à Yaġrā65 coupant ainsi la route qui, longeant le versant oriental de l’Amānus, reliait Antioche à Mar’as.

  • 66 SN, 348 ; Ibn al-Qal., 224-225 ; L.T., Damas, 183-184.
  • 67 B. Lewis dans Crusades, I, 119.

63Le prince Raymond qui se trouvait à Ğabala réagit et se dirige au nord d’Antioche avec son allié l’émir kurde de Maṣyàf, ‘Alī b. Wafā. Cet émir avait, quelques années auparavant, remplacé comme chef des Ismā‘īliens du wādī at-Taym Ismā‘īl, frère de Baḥrām66. Il était devenu chef des Assassins de Syrie et, de sa résidence de Maṣyàf, contrôlait le Ğabal Baḥrā’, au nord du comté de Tripoli67. L’alliance des Ismā‘īliens avec les Francs avait alors pour but de lutter contre l’ennemi commun Nūr ad-Dīn. Dès l’époque d’Āq-Sunqur, mais surtout après l’occupation d’Alep par Zengī en 522/1128, les Ismā‘īliens se sentirent directement menacés car les émirs zenguides leur coupaient désormais les moyens de communications entre la Syrie et leur centre du Daylam, Alamūt, d’où un ressentiment qui les amène à participer aux côtés de Raymond d’Antioche aux opérations engagées contre le maître d’Alep.

  • 68 Kāmil ne cite pas cet échec. Ibn al-Qal., 302 ; L.T., Damas, 301-302 ; KR, 55, cite Ibn al-Qalānis (...)

64Les Francs et les Assassins surprennent Nūr ad-Dīn, dans son campement de Yaġrā en rağab 543/nov. 1148. La situation est compromise par un accès de jalousie de l’émir Šīrkūh à l’égard de Mağd ad-Dīn b. ad-Dāya, frère de lait de Nūr ad-Dīn. Abandonnant armes et bagages, Nūr ad-Dīn se résigne à fuir, il échappe à une embuscade et parvient à regagner Alep sain et sauf tandis que ses troupes subissaient quelques pertes68. Il va rapidement reconstituer son matériel et remplacer les armes perdues, pour repartir dès le printemps suivant contre Raymond d’Antioche.

B. LES MESURES DE NŪR AD-DĪN CONTRE LES CHIITES D’ALEP (rağab-ša’bān 543/nov.-déc. 1148-janvier 1149).

65Peut-être l’échec de Nūr ad-Dīn à Yaġrā avait-il été accueilli avec une satisfaction mal dissimulée par les Ismā‘īliens et les Chiites d’Alep. Une telle attitude pourrait alors être à l’origine de la vive réaction de Nūr ad-Dīn contre eux en 543/fin 1148-début 1149.

  • 69 I.F., I, 90 r° ; I.Š., 89 ; Perles, 99-100 ; Trésors, 107.
  • 70 I.F., II, 162 r° ; I.S., 92 ; Perles, 108-110 ; Trésors, 60-64.

66La diffusion du chiisme dans la région d’Alep remontait à l’époque des princes hamdānides du ive/xe siècle. Plus tard les Ismā‘īliens ou Assassins vinrent concurrencer le chiisme officiel modéré favorable à Musta’lī, donc pro-fatimide, et furent pratiquement les maîtres d’Alep où ils eurent même un dār ad-Da‘wah, centre de propagande actif sous Riḍwān. A la mort de ce dernier, en 1113, une réaction se produit, réaction double en fait : en 1114 la population chiite, entraînée par le ra’is d’Alep et par le cadi Ibn al-Ḫaššàb, massacre les Ismā‘īliens ; cette action est peut-être en relation avec l’appparition d’un fils de Nizār au Caire. Les Sunnites de leur côté vont essayer aussi de réagir. C’est en effet en 509/1115 que l’on achève la première ḫānaqāh d’Alep, le couvent al-Balāṭ, fondé par l’eunuque Lu’lu’, affranchi de Riḍwān69. La construction de cet édifice avait provoqué l’hostilité des Chiites. Un an plus tard, le gouverneur artuqide Sulaymān b. ‘Abd al-Ğabbār commença l’édification de la première madrasa d’Alep au souk des Verriers d’où son nom de madrasa az-Zağğağiya. La construction était à peine arrivée à la dixième assise que les Chiites envahirent le chantier et démolirent les murs. Les travaux reprirent sous la protection et à la responsabilité des autorités. La madrasa fut terminée à la fin de 516/début 112370. Dès ce moment les Chiites se sentirent menacés dans leur existence.

  • 71 I.F., II, 160 r°.
  • 72 Ibn al-Qal., 301 ; L.T., Damas, 299 ; Ibn al-‘Adīm, II, 293-294 ; SN, 377.
  • 73 I.F., II, 195 r°.

67Nūr ad-Dīn interdit les manifestations publiques du Chiisme71, toute insulte proférée à l’adresse des Compagnons du Prophète est sévèrement punie, la formule chiite de l’appel à la prière « Accourez à l’œuvre excellente » qui était lancée des minarets d’Alep depuis 358/969, après que Sa’d ad-Dawla le ḥamdānide l’ait introduite, est proscrite sous peine de chātiment grave à partir de rağab 543/ novembre-décembre 114872. A la Grande Mosquée, où depuis 1114 les Chiites étaient les maîtres, on autorise en ce même mois de rağab les conférences pieuses, mais rapidement s’élèvent des querelles pour des questions d’interprétation des textes suivant les différentes écoles. Finalement à la fin de ša‘bān/janvier 1149 pour éviter le tumulte et le désordre on doit interdire les conférences. Les chefs chiites récalcitrants sont arrêtés, certains sont déportés, d’autres s’enfuient73.

  • 74 Ibn al-‘Adīm, II, 293.
  • 75 I.F., III, 13 v° ; Perles, 120-121 ; Trésors, 89.
  • 76 Perles, 120-121.
  • 77 Voir N. Elisséeff, Les monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 5-43 ; voir plus loin 3e partie, p. 755 (...)

68Il aura fallu attendre quelque trente ans, une génération, pour que la propagande, menée par les fuqahā’ et les soufis, crée un état d’esprit favorable à la fondation de nouvelles madrasas sous Nūr ad-Dīn. La diffusion du Sunnisme, organisée et soutenue par les Zenguides, avait été menée par le jurisconsulte ḥanafite Burhān ad-Dīn Abù’l-Ḥasan al-Balḫī74. Nūr ad-Dīn le nomme professeur à la madrasa ḥanafite qu’il fonde à la mosquée al-Ḥallāwīya au sūq as-Sarrāğin (le marché des Selliers) dès 543/114975. Quelques mois plus tard fut fondée la madrasa Nūrīya chaféite76. Dans les années qui suivirent, Nūr ad-Dīn, imité par les hauts personnages de son entourage, fonda d’autres madrasas et restaura des mosquées à Alep et dans les autres villes de Syrie77.

69Nūr ad-Dīn va, durant tout son règne, s’employer à restaurer méthodiquement l’orthodoxie musulmane en favorisant l’activité des fuqahā’ et des soufis. Il s’efforcera de faire disparaître tout motif de dissensions religieuses entre les Musulmans et, pour lutter contre les Chiites, il multipliera les madrasas et face aux dār al-’ilm chiites il créera des dār al-ḥadiṯ pour enseigner la tradition orthodoxe.

C. LA BATAILLE D’INAB : UN SUCCÈS DE NŪR AD-DĪN (21 ṣafar 544/29 juin 1149)78

  • 78 Ibn al-Qal., 305 ; L.T., Damas, 305-306 ; Kāmil, IX, 25 ; Ibn al-‘Adīm, II, 292 sq. ; KR, 57-58 ; (...)
  • 79 Kāmil, IX, 22.

70Au printemps 544/1149 Raymond d’Antioche encouragé par son succès de Yaġrā vient razzier le Ğabal Laylūn, l’actuel Ğabal Sam’ān, au nord-ouest d’Alep. Nūr ad-Dīn le repousse et le poursuit. Il oblige les Francs à retraverser le Kara Su et rapporte un important butin79.

  • 80 THS, 168.
  • 81 THS, 156-161.
  • 82 Cité par KR, I, 58 et I.F., III, 134 v°.
  • 83 Guil. de Tyr, XVII, x, 153 ; Barhebraeus, 275 ; Runciman, Crusades, II, 325.

71Le maître d’Alep projette alors une opération contre Apamée sur le moyen Oronte. Pour remporter un succès décisif Nūr ad-Dīn juge ses effectifs insuffisants et demande l’appui du prince de Damas. Mu‘īn ad-Dīn Anar qui, par représailles, harcelait avec des Turcomans et des Bédouins le royaume de Jérusalem venait de conclure en muḥarram 544/mai 1149 une trêve de deux ans avec Baudouin III. L’atabeg restait avec son armée dans la région du Hauran pour assurer et protéger le transport des céréales vers Damas mais il put répondre à l’appel de Nūr ad-Dīn et il lui envoya au début de ṣafar 544/9-19 juin 1149 des renforts sous le commandement de Mugāhid ad-Dīn Būzān b. Ma’mīn, émir de Salḫad. Dès que la jonction est faite, les troupes d’Alep et de Damas auxquelles s’agrégèrent des cavaliers turcomans pour la période de la campagne font mouvement vers la région occupée par les Francs d’Antioche avec Apamée comme objectif. C’est une armée forte de six mille hommes, dont le quart était constitué de cavaliers, qui vient assiéger Inab, place franque qui commandait le Rūğ et la vallée du Ghāb80. Raymond d’Antioche accourt à Tell Kas-fahān, situé près de l’actuel Ǧisr aš-Šugr81 sur l’Oronte. Ignorant les effectifs exacts des Francs, qui en fait n’étaient que de quatre cents cavaliers et mille fantassins, Nūr ad-Dīn se replie à l’est vers le Ğabal Zāwiya. Raymond en profite aussitôt pour renforcer la faible garnison d’Inab, la Nepa des chroniqueurs occidentaux. Son allié le kurde Ismā‘īlien ‘Alī b. Wafā le presse de ne pas s’attarder dans la région et de repartir se mettre en sūreté, mais trompés par la retraite de Nūr ad-Dīn les barons francs n’écoutent pas le conseil et, s’avançant vers le sud-est, ils campent dans la plaine située à cinq kilomètres d’Inab en terrain découvert dans une cuvette. Nūr ad-Dīn informé de l’infériorité numérique des Francs les encercle durant la nuit et à l’aube du mercredi 21 ṣafar 544/29 juin 1149 donne le signal de l’attaque. Le combat se déroule au heu dit « arḍ al-Ḥātim » appelé par les chroniqueurs occidentaux Fons Muratus. Le terrain n’est pas favorable aux Francs, le vent chaud soulève une dense poussière. Raymond essaie de charger pour se frayer une issue, les Musulmans entrouvrent leurs rangs, laissent les Francs s’engager dans cette véritable souricière puis contre-attaquent. C’est une mêlée générale où, à quatre contre un, les Musulmans remportent la victoire, pillent le train et les bagages. Šīrkūh joua dans ce combat, d’après Ibn Abī Ṭayyī82, un rôle décisif et regagna les faveurs de Nūr ad-Dīn. Parmi les morts on identifia l’émir ‘Alī b. Wafā, Renaud de Mar’as et le prince Raymond d’Antioche dont la tête tranchée fut présentée au vainqueur qui, après avoir récompensé le porteur, envoya ce sinistre trophée dans un coffret d’argent au calife de Bagdad83. Pendant ce temps un contingent commandé par Ṣalāḥ ad-Dīn al-Yaġibasānī, émir de Hama, bloquait et harcelait Apamée.

D. LES CONSÉQUENCES DU DÉSASTRE FRANC A INAB

a) Siège d’Antioche par Nūr ad-Dīn84

  • 84 Ibn al-Qal., 305 ; L.T., Damas, 306 ; Guil. de Tyr, XVII, x, 153-154 ; I.F., III, 14 v° ; SN, 384.

72Après le désastre d’Inab la population d’Antioche est saisie de panique ; la tâche de défendre la ville revient à une jeune veuve, la princesse Constance, mère de quatre enfants en bas âge, l’aîné des garçons est Bohémond III. La régence est confiée au patriarche latin Aymeri de Limoges qui groupe tous les hommes disponibles, organise la résistance et adresse un appel à l’aide à Jérusalem.

  • 85 A l’est de l’actuel Ğisr aš-Šuġr ; THS, 158, 167 ; SN, 159 ; Tchalenko, Villages Antiques, II, 114
  • 86 THS, 173, orthographie Meshmeshan ; SN, 159, 160.
  • 87 SN, 153 ; THS, carte IX, 1, B.
  • 88 THS, 228, 231-232 ; SN, 134, actuelle Yeni-Şehir ; GB, 209.
  • 89 THS, 431 ; GB, 202.
  • 90 Michel le Syrien, III, 290.
  • 91 Cet événement est ignoré d’Ibn al-Qalānisī et d’Abū Šāma, mais est mentionné par Guillaume de Tyr (...)

73La principauté vide de défenseurs est une proie tentante et Nūr ad-Dīn, en une campagne rapide, occupe d’abord tout le pays qui se trouve entre le Rūğ et l’Oronte, s’empare de Tell Kašfahān, Arzġān85, Bazmašān86, puis remontant au nord vers Artāḥ, non loin de l’actuelle Rihaniyé, Tell ‘Ammār87, Salqīn et ‘Imm88, il pille tout sur son passage et ne s’attarde pas à assiéger les forteresses. Sans perdre de temps, il vient mettre le siège sous les murs d’Antioche et effectue un raid jusqu’au port de Suwaydīya89 où pour la première fois de sa vie il voit la mer. Si les principaux chefs francs ont disparu il reste à Antioche, derrière de fortes murailles, une population nombreuse et Nūr ad-Dīn comprend que pour prendre la ville de force il lui faudrait un très gros effort militaire. Il engage des négociations avec les assiégés et demande la livraison de la place en échange de la sauvegarde des personnes, du respect de la religion et du maintien des droits de propriété. Dans la ville des disputes éclatent, les uns préfèrent attendre les secours que l’on a demandés à Jérusalem, les autres, qui comptent de nombreux Syriaques jacobites, sont prêts à céder90. Tandis que les pourparlers se poursuivent Nūr ad-Dīn va s’emparer de Ḥārim : la place, bâtie sur un tell, protège, à une journée de marche d’Antioche, cette ville en direction d’Alep. Elle reçoit alors une solide garnison musulmane91 et est remise à Magd ad-Dīn Ibn ad-Dāya. Nūr ad-Dīn y installe deux signaux à feu (maš‘alayn) qui, brūlant toute la nuit, guidaient les Musulmans qui parvenaient à s’évader du territoire franc.

74Espérant une aide prochaine la population d’Antioche n’accepte pas l’offre de Nūr ad-Dīn, elle demande un délai et pour le convaincre lui offre des cadeaux et de l’argent. Ces arguments ont raison du Zenguide qui, laissant quelques éléments bloquer les murs d’Antioche et empêcher des secours d’y rentrer, part vers le sud aider l’émir Ṣalāḥ ad-Dīn al-Yaġibasānī qui poursuivait le siège d’Apamée.

b) La prise d’Apamée par Nūr ad-Dīn92

  • 92 Ibn al-Qal., 306 ; KR, 62 ; I.F., III, 34 r°-v° ; reprenant l’erreur du Kāmil (IX, 27) Ibn al-‘Adī (...)
  • 93 Van Berchem et Fatio, Voyage, 188 sq. Sur la région d’Apamée et de Hama voir THS, ch. IV, 106 sq.

75Lorsque Nūr ad-Dīn au printemps avait quitté Alep il s’était fixé pour objectif Apamée. Le plan initial fut modifié par le succès écrasant d’Inab, la principauté d’Antioche était une proie facile et le Zenguide, comme nous venons de le voir, avait préféré s’assurer des places dans la vallée du bas Oronte avant d’aller prêter son aide à l’émir de Hama qui bloquait Apamée. Située sur l’Oronte à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Hama, soit à une journée de marche, Fāmiya, comme l’appellent les chroniqueurs arabes, avait, sur un piton détaché du plateau où s’élevait la cité antique, un solide château : Qal‘at al-Muḍīq93. La place servait de base aux Francs pour leurs raids contre Šayzar et Hama. Dès l’arrivée de l’armée de Nūr ad-Dīn le siège devient plus sévère. Apprenant que des renforts francs s’organisent pour tenter de dégager la place les Musulmans accentuent leur pression. Finalement le château capitule le 18 rabī‘ I 544/26 juillet 1149. Nūr ad-Dīn accorde la vie sauve à la garnison, trop content d’avoir pris Apamée avant l’arrivée des secours francs. Ceux-ci d’ailleurs en apprenant la chute de la citadelle rebroussent chemin, n’étant pas suffisamment forts pour récupérer la place. Nūr ad-Dīn rééquipe la forteresse, y laisse une garnison dotée d’un important matériel et pourvue d’un bon ravitaillement, désormais Qal‘at al-Muḍīq relèvera d’Alep jusqu’à l’invasion mongole du xiiie siècle.

c) Retour de Nūr ad-Dīn devant Antioche

76Après avoir réglé le sort d’Apamée, tandis que son allié l’émir Mugāhid ad-Dīn Būzān, qui avait fait toute la campagne avec lui, rentre à Damas, Nūr ad-Dīn regagne la région d’Antioche pour aider les éléments qui poursuivaient le siège de la ville. La vigilance de ces troupes avait été trompée par les renforts francs qui, venus la côte, étaient parvenus à pénétrer dans Antioche. L’arrivée du roi Baudouin III et des Templiers avait rendu courage à la population. Avant le retour de Nūr ad-Dīn, le contingent de Jérusalem avait essayé en vain de récupérer Ḥārim. Finalement les deux adversaires tombent d’accord sur les conventions d’une trêve : la région à l’ouest de Ḥārim reste aux mains des Francs, tandis que la région située à l’est est attribuée au seigneur d’Alep.

d) La liquidation du fief de Renaud de Mar‘aš

  • 94 Ibn al-Qal., 306-307 ; L.T., Damas, 307-308.

77Nūr ad-Dīn ne fut pas seul à tirer profit de l’échec des Francs d’Antioche à Inab. Joscelin II, l’ancien maître d’Édesse, réfugié à l’ouest de l’Euphrate, va essayer dès l’annonce de la mort de son gendre Renaud de Mar‘aš d’annexer le fief du disparu. Mais cette vacance avait aussi attiré d’autres candidats, l’Artuqide Qarā Arslān venant du nord-est et le prince seldjouqide de Konya, Mas‘ūd, au nord. Ce dernier cherche à profiter de la situation et décide de monter une opération contre Mar’as. Il appelle Nūr ad-Dīn à l’aide, celui-ci ne peut lui envoyer qu’un détachement de cavalerie commandé par Šīrkūh car ses préoccupations sont ailleurs. En effet le 23 rabī‘ II/28 août 1149 Mu‘īn ad-Dīn Anar, qui avait été ramené du Hauran malade, meurt de dysenterie94 et Nūr ad-Dīn voudrait exploiter la situation pour améliorer ses positions à Damas ; mais un événement imprévu modifie ses plans, son frère aîné Sayf ad-Dīn Ġāzī tombe gravement malade à Mossoul au début de ğumādā I/début septembre.

E. NŪR AD-DĪN ET LA SUCCESSION DE SAYF AD-DĪN ĠAZĪ A MOSSOUL

a) Mort de Sayf ad-Dīn Ġāzī (ğumādā II 544/oct.-nov. 1149)

  • 95 Timurtaš bâtit avant 547/1152 (date de sa mort) une madrasa, la Hišāmīya à Mārdīn.
  • 96 Ibn al-Qal., 307 ; L.T., Damas, 309.
  • 97 Ibn al-‘Adīm (II, 296) ne précise pas le mois tandis qu’Ibn al-Aṯīr (Kāmil, IX, 23 sq. et Atabegs, (...)

78Au début de l’année 544 Sayf ad-Dīn Ġāzī, atabeg de Mossoul et frère aîné de Nūr ad-Dīn, entre en guerre contre le prince artuqide de Mārdīn, Hišām ad-Dīn Timurtaš95 qui souvent fut aux prises avec Zengī. A la mort de ce dernier, il profita de l’occasion pour récupérer quelques-unes des places que l’atabeg lui avait enlevées, notamment, à l’est de Ḥarrān, Rās al-‘Ayn, important passage sur le Ḫābūr, plus au nord Tell Mawzān et al-Muwazzar dans le Šabaḫtān et enfin Dārā au sud du massif du Ṭūr ‘Abdīn. Dès qu’il le put Sayf ad-Dīn chercha à reprendre les parcelles arrachées au domaine paternel. Il pille le Šabaḫtān, reprend la place de Dārā au nord-ouest de Niṣībīn et va assiéger Mārdīn. Le pays est dévasté, Timurtaš voyant qu’il ne pourrait pas tenir contre les troupes de Mossoul demande la paix et offre sa fille Zumurrud Hātūn en mariage à son vainqueur. Sayf ad-Dīn Ġāzī atteint par la fièvre et torturé par les coliques dans les premiers jours de ğumādā I/septembre 114996 n’est guère en état d’honorer sa fiancée. Il regagne à la hâte Mossoul. L’illustre médecin Awhad az-Zamān est appelé d’urgence de Bagdad, mais il ne peut que constater la gravité de la maladie et avertit le vizir Ğamāl ad-Dīn et l’émir Zayn ad-Dīn ‘Alī de l’issue fatale toute prochaine. Ceux-ci invitent l’atabeg à confier le pouvoir à son frère cadet Quṭb ad-Dīn Mawdūd, sous leur contrôle. Quelques semaines plus tard à la fin de ğumādā II 544/novembre 1149 le prince, âgé d’une quarantaine d’années, s’éteint et son corps est inhumé dans la madrasa al-Atabakīya, appelée aussi plus tard al-’Atīqa, qu’il avait fondée à Mossoul suivant la mode de l’époque97, pour les Chaféites et les Ḥanafites.

b) L’entourage de Sayf ad-Dīn Ġāzī

79Face au danger franc et pour freiner les ambitions de leurs ennemis Nūr ad-Dīn et Sayf ad-Dīn avaient su maintenir une cohésion familiale remarquable pour l’époque et entretenaient d’excellentes relations. N’avaient-ils pas répondu ensemble à l’appel de Mu‘īn ad-Dīn Anar lors du siège de Damas par les Croisés ? N’avaient-ils pas coopéré à la prise de ‘Urayma ?

80A Mossoul pour la conduite des affaires de l’État Sayf ad-Dīn avait gardé auprès de lui les collaborateurs directs de son père, Ğamāl ad-Dīn Abū ĞA‘far al-Gawād al-Iṣfahānī conservait son poste de vizir avec un traitement correspondant au dixième des revenus de l’État. L’émir Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük restait gouverneur de la place et commandant supérieur des troupes. Enfin l’émir ‘Izz ad-Dīn Abū Bakr ad-Dubaysī, gouverneur de Ğazīrat Ibn ‘Umar et officier fidèle au service de Zengī, complétait le conseil privé. Ce triumvirat, auquel s’associait parfois le cadi Kamāl ad-Dīn Abū’1-Faḍl Muḥammad aš-Šahrazūrī, gouvernait en fait les affaires de Mossoul et pour agir à sa guise entretenait Ġāzī dans la crainte perpétuelle de représailles du sultan seldjouqide Mas‘ūd, réputé pour ses actes de violence. Au bout d’un certain temps, Sayf ad-Dīn annonça sa décision de se rendre personnellement à Rayy auprès du sultan, dont il avait été l’ami dans sa jeunesse, pour clarifier la situation. Les trois conseillers voulaient à tout prix empêcher ce voyage par crainte qu’au retour le prince ne les châtie. Les opérations contre Timurtaš’ firent remettre à plus tard cette visite puis la fin de Sayf ad-Dīn vint mettre un terme inespéré à cet inquiétant projet.

c) L’avènement de Quṭb ad-Dīn Mawdūd98

  • 98 Zetterstéen, art. Mawdūd, ΕΙ, III, 478.

81A sa mort, Sayf ad-Dīn laisse un fils en bas âge. Cet enfant sera plus tard élevé par son oncle Nūr ad-Dīn puis marié à une de ses cousines germaines et mourra jeune sans laisser de descendance. Quṭb ad-Dīn, frère cadet du défunt, ayant l’appui du vizir Ğamāl ad-Dīn al-Iṣfahānī et de l’émir Zayn ad-Dīn ‘Alī, chef de l’armée, prend le pouvoir et s’installe au palais du gouverneur après avoir fait incarcérer le plus jeune de ses frères Nuṣrat ad-Dīn Amīr Amīràn qu’un groupe d’émirs voulait imposer à la succession de Sayf ad-Dīn. Dès son accession au pouvoir Quṭb ad-Dīn épouse la fiancée qui était destinée à son frère disparu et scelle ainsi l’alliance avec le prince artuqide de Mārdīn. A la mort de Ġāzī ses conseillers privés avaient un certain temps hésité pour la succession, ils avaient songé à se soumettre à Nūr ad-Dīn devenu l’aîné de la famille zenguide mais avaient finalement opté pour Quṭb ad-Dīn qui se trouvait à Mossoul. Sans tarder ils le firent reconnaître seigneur de Mossoul par l’armée et la population et demandèrent au sultan Mas‘ūd et au calife al-Muqtafī de confirmer ce choix par leur investiture. Le prince était leur obligé, ainsi le vizir et l’émir étaient-ils plus sūrs de conserver leur autorité dans la conduite des affaires de Djéziré.

d) L’intervention de Nūr ad-Dīn99

  • 99 Kāmil, IX, 24 ; Atabegs, II2, 171 ; Ibn al-‘Adīm, II, 296-297 ; Barhebraeus, 277-278 ; Cl. Cahen, (...)

82A l’avènement de Quṭb ad-Dīn un certain nombre d’émirs partisans de Nūr ad-Dīn, las de la tutelle qu’exerçaient Ğamāl ad-Dīn et Zayn ad-Dīn, font appel au maître d’Alep car ils craignent d’être destitués à l’occasion du changement de règne et souhaitent l’intervention de Nūr ad-Dīn, l’aîné de la famille, pour être confirmés à leurs postes. Ainsi l’émir ‘Abd al-Malik, gouverneur de Sinğar, envoie un message à Nūr ad-Dīn lui promettant la livraison de la place pour n’avoir pas à la céder à Quṭb ad-Dīn. Cet émir avait fait partie de la garde du sultan Mas‘ūd et devait sa fortune à l’amitié qui avait lié son fils Šams ad-Dīn Muḥammad à Sayf ad-Dīn Ġāzī. Celui-ci mort il eut des inquiétudes sur les intentions du nouveau seigneur de Mossoul et craignit de perdre son poste.

  • 100 Kāmil, IX, 24.
  • 101 Voir plus loin le sens de ce terme.
  • 102 Le second tiers était en dépôt à Mossoul et le troisième à Alep.

83Au reçu du message de Sinğar Nūr ad-Dīn part aussitôt d’Alep à bride abattue avec un détachement de soixante-dix cavaliers. En novembre la saison est déjà mauvaise, le temps est pluvieux, on progresse par petits groupes, vêtus de grands manteaux turcomans pour ne pas éveiller l’attention. Nūr ad-Dīn arrive le premier sur le Ḫābūr à Mākisīn avec un peloton de cinq cavaliers100. Lorsque tout l’escadron est regroupé, Nūr ad-Dīn repart seul en tête avec son écuyer et son silāḥdar101 vers Sinğar. Arrivé le soir sous les murs de la place il se fait reconnaître et demande d’avertir l’émir ‘Abd al-Malik de sa présence. Nūr ad-Dīn apprend alors que l’émir venait de répondre à une convocation de l’atabeg de Mossoul. En effet, ayant été informé des démarches entreprises par ‘Abd al-Malik à Alep, Quṭb ad-Dīn dépêcha un homme de confiance à Sinğar pour gagner les bonnes grâces du gouverneur et de son fils. Ceux-ci finissent par prêter serment de fidélité à l’atabeg de Mossoul et l’on convient que ‘Abd al-Malik se rendra à Mossoul en compagnie du messager. Pendant plusieurs jours le départ est différé, mais ne voyant toujours pas venir Nūr ad-Dīn le gouverneur se résoud à partir et laisse son fils Šams ad-Dīn à Sinğar en lui recommandant de le prévenir sans délai de l’arrivée du détachement alépin. Celui-ci ne tarde pas à se présenter et Šams ad-Dīn dépêche aussitôt un messager qui rejoint son père à Tell A‘far à une journée de marche. ‘Abd al-Malik fait demi-tour ; Šams ad-Dīn, à qui son père avait laissé des instructions, offre à Nūr ad-Dīn la place de Sinğar à condition de conserver pour lui le trésor entreposé dans la citadelle. Ce trésor, qui représentait le tiers du butin de guerre que Zengī avait mis là en dépôt102, n’avait certes pas été étranger ni au désir de Quṭb ad-Dīn d’établir son autorité sur Sinğar ni à l’empressement de Nūr ad-Dīn à répondre à l’appel de ‘Abd al-Malik. Le prince zenguide accepte la proposition et prend possession de Sinğar le lundi 10 rağab/13 novembre 1149.

  • 103 Ibn al-Aṯīr donne le chiffre de 70 cavaliers pour l’escadron de Nūr ad-Dīn (Atabegs, 171) et le ch (...)

84En prévision d’une réaction de l’armée de Mossoul, Nūr ad-Dīn, dès son départ d’Alep, avait envoyé une lettre à Fahr ad-Dīn Qarā Arslān b. Dāwūd, émir artuqide de Ḥiṣn Kayfā, pour avoir son appui. Celui-ci, rival de Timurtaš le beau-père de Quṭb ad-Dīn, ne se fait pas prier d’autant qu’en échange de son aide Nūr ad-Dīn lui promet Qal‘at Hayṯūm dans le Diyār Bakr. Dès que Quṭb ad-Dīn apprend la jonction prochaine des troupes alépines et artuqides103 il rassemble son armée et marche contre Sinğar, accompagné de Ğamāl ad-Dīn et de Zayn ad-Dīn ‘Alī. De Tell A‘far, Quṭb ad-Dīn adresse des reproches à son frère aīné l’accusant de s’être indūment approprié le trésor et menace de le faire évacuer le pays par la force des armes. Au cours de l’entrevue qu’il a avec les envoyés de Mossoul, Nūr ad-Dīn démontre qu’il n’a rien pris et argue de son droit d’aīnesse pour expliquer son désir de discuter avec son frère des problèmes soulevés par la succession de Sayf ad-Dīn Ġāzī. Enfin il attire l’attention de ses interlocuteurs sur le nombre croissant des émirs qui se rallient à lui.

  • 104 Ibn al-‘Adīm, II, 297 ; I.F., III, 9 v°-13 r°.

85Le vizir de Quṭb ad-Dīn et son commandant en chef craignant alors qu’une trop grande partie de l’armée ne passe à leur adversaire, qui dispose maintenant de fonds importants, se montrent disposés à conclure un accord honorable. Pour faire admettre à leurs partisans leur changement d’attitude les deux hommes expliquent104 que si Nūr ad-Dīn sort victorieux du combat le sultan ne tardera pas à attaquer Mossoul qui, affaibli, ne pourra tenir en face de lui. Si, au contraire, Nūr ad-Dīn subit une défaite, le plus sūr rempart contre les Croisés se trouvera ébranlé et les Francs pourront mener une offensive victorieuse contre les régions de l’Ouest. Aucune des issues ne serait favorable à la famille zenguide, aussi pour garder la cohésion, face aux ennemis communs, la seule solution était de faire la paix entre soi.

e) La réconciliation de Nūr ad-Dīn avec son frère Quṭb ad-Dīn

  • 105 Voir plus haut p. 124 et suivantes et 3e partie : Économie.

86Dans ce que nous pourrions appeler « l’affaire de Sinğar » les pourparlers, habilement menés par Ğamāl ad-Dīn, aboutissent à un accord satisfaisant pour les deux frères. Peut-être la situation à Damas, où Mu‘īn ad-Dīn Anar était mort peu auparavant, ne fut-elle pas étrangère aux dispositions conciliatrices de Nūr ad-Dīn. Il échange Sinğar contre Ḥimṣ qui avait été donné à Sayf ad-Dīn Ġāzī pour l’aide qu’il avait fournie dans la campagne contre la Deuxième Croisade. Le seigneur d’Alep reçoit aussi sur l’Euphrate Raqqa et ar-Raḥba et sur le Ḫābūr, en aval d’Édesse, il occupe Ḥarrān qu’il confie à Šams ad-Dīn pour le dédommager de son poste de Sinğar. Pratiquement Nūr ad-Dīn tenait ainsi des centres de première importance pour les communications entre la Syrie et la Mésopotamie ainsi que pour l’activité économique et surtout agricole dans les bassins du Ḫābūr et du Balīḫ au nord de l’Euphrate105. Le ravitaillement d’Alep était assuré.

  • 106 Atabegs, 176.

87Enfin Nūr ad-Dīn est autorisé, pour financer le ğihād, à prendre tout le trésor que Zengī avait amassé à la citadelle de Sinğar. Ce trésor, au dire d’Ibn al-Aṯīr106, représentait la charge de six cents chameaux, pour le seul transport de l’or il fallut quatre-vingt-seize mulets.

88Nūr ad-Dīn cherche à s’assurer les services de Ğamāl ad-Dīn al-Ğawād al-Iṣfahānī qui demande à recevoir un dixième du revenu des États du prince, celui-ci accepte pour s’assurer ses services comme représentant officieux à Mossoul. Le vizir, qui continuera à recevoir la dīme sur les revenus de Quṭb ad-Dīn, propose alors le versement à son compte d’une rente annuelle de dix mille dinars que percevra un de ses représentants à Alep. Après la redistribution des places que nous venons de mentionner l’ancien empire de Zengī se trouve scindé en deux États indépendants, aux territoires bien délimités, avec pour seul lien la forte personnalité du vizir Ğamāl ad-Dīn. Nūr ad-Dīn détient toute la Syrie du Nord avec pour capitale Alep et une partie de la Syrie centrale ainsi qu’une bonne part du territoire de l’ancien comté d’Édesse : au nord-est son domaine s’étend jusqu’à cette ville, à l’est jusqu’à ar-Raḥba sur l’Euphrate, au sud jusqu’à la limite méridionale de la province de Ḥimṣ en contact avec le territoire de Damas, et à l’ouest ses frontières suivaient le cours moyen de l’Oronte. Quṭb ad-Dīn Mawdūd, unanimement reconnu seigneur de Mossoul, ne gouverne que la Djéziré. En effet les territoires que Zengī avait conquis au nord-ouest sur les Artuqides sont récupérés par ceux-ci. maîtres du Diyār Bakr, ces princes vont pouvoir, pendant encore quelques années, mener une politique indépendante. Quṭb ad-Dīn est trop faible à Mossoul pour les inquiéter sérieusement et Nūr ad-Dīn est alors trop préoccupé en Syrie pour intervenir contre eux.

Notes

1 rungiman, II, 243.

2 Zetterstéen, art. Mawdūd, ΕΙ, III, 478.

3 Art. Djawād, EI2, II, 501-502.

4 Cl. cahen, art. Begteginides, EI2, I, 1195.

5 THS, 483-487.

6 THS, 484-486, 495-498.

7 Cl. Cahen, art. Artukides, EI2, I, 683-688.

8 KR, I, 48, cite Ibn Abī Tayyī et appelle le prince d’Antioche : Bohémond ; Mir’āt, VIII, 191 ; Barhebraeus, 273 ; Abū’l-Fida, II, 19 ; Nuğūm, V, 282.

9 THS, 225-228.

10 Ibn al-Qal., 228 ; Kāmil. IX, 14 ; K.R., I, 48-49 ; Ibn al-‘Adīm, II, 290 ; Abū’l-Fidā, Ii, 19 ; Mir’āt, VIII, 191-192 ; Nuğūm, V, 282 ; Michel le Syrdīn, III, 270 ; Barhebraeus, 272 (ou 311) ; Guil. de Tyr, L. XVI, chap. xiv, 1113 ; Matthieu d’Édesse, 328 ; Grousset, II, 201 sq. ; Gibb, dans Crusades, I, chap. XVI, 513 sq.

11 Édesse (Urfa, ar-Ruha) dépendit de l’empire byzantin avant d’être prise par les Musulmans sous le règne du Seldjouqide Malik Šāh qui, en 1087, y nomma l’émir Būzān comme gouverneur.

12 THS, 468.

13 J.B. Chabot, Un épisode de l’histoire des Croisades, dans Mélanges Gustave Schlumberger, I, 171-179, Paris, 1924.

14 THS, 449-451. Balqis est l’ancienne Zeugma dont le nom signifie en grec la « jonction » qui, en arabe, peut être rendu par ğisr.

15 Sur l’itinéraire d’Alep à Édesse voir THS, 450.

16 E. Honigmann, art. Orfa, dans ΕΙ, III, 1063-1067. Bassin identique à Tripoli.

17 THS, 449 et n. 1.

18 E. Honigmann, art. Orfa, ΕΙ, III, 1062-67.

19 T.H. Weir, art. Harran, ΕΙ, II, 287 ; Voir D.S. Rice, Mediaeval Ḥarrān, Studies on its Topography and Monuments, dans Anatolian Studies, II, 1952, 36-84.

20 Voir Juynboll, art. Ghanīma, ΕΙ, II, 148-9 ; Lokkegaard, EI2, II, 1028-1030 ; H. Laoust, Traité de Droit public, 27 sq., 77 ; Idem, Le Précis de Droit d’Ibn Qudāma, 274, 277.

21 Voir Cl. Cahen, Diyār Bakr, 252.

22 Mir’āt, VIII, 192.

23 K.V. Zetterstéen, art. al-Muktafī lī amrillāh, ΕΙ, III, 769.

24 Stevenson, Crusaders, 154.

25 Ibn al-Qal., 287 ; L.T., Damas, 279 ; Kāmil, 16 ; K.R., 48, cite les précédents et Ibn Abī Tayyi ; Abū’l-Fidā, II, 19-20 ; Barhebraeus, 273.

26 Dans la maison d’al-‘Aqīqī, sur cet emplacement se trouve l’actuelle bibliothèque Ẓāhirīya, voir Ibn ‘Asakir, Description de Damas, 133, n. 1.

27 KR, 50.

28 Guil. de Tyr, L. XVI, chap. viii, 100.

29 Ibn al-Qal., 288 sq. ; L.T., Damas, 280-284 ; KR, 50-53 ; Guil. de Tyr, RHOC, I2, L. XVI, ch. viii-x, 715 sq. ; Stevenson, Crusaders, 158 ; N. Jorga, Hist. Crois., 96 (qui suit G. de Tyr) ; Grousset, II, 209-225 ; SN, 373 ; Runciman, II, 241.

30 Ibn al-Qal., 289 sq. ; KR, 53.

31 Celui qui appuie et aide la religion.

32 Le seul récit ancien sur la question : Cinnamos, II, 227 ; cf. aussi Chalandon, II (1), 247-257 ; Grousset, II, 225 sq. ; SN, 379-380 ; Runciman, II, 264 sq.

33 Uspenskij, Histoire de l’Empire Byzantin (en russe), III, 274.

34 Chalandon, II (1), 255.

35 Runciman, II, 205.

36 Ibn al-Qal., 297 ; L.T., Damas, 293 ; SN, 117.

37 Kāmil, IX, 17 ; THS, 225-228 ; SN, 133 sq.

38 Aussi Balanée ; THS, 229-230 ; SN, 135-136, près de l’actuelle Moucherfiyé. Voir plus haut Partie topographique, 191-193.

39 THS, 230 sq. Sur la région à l’est de l’Amanus et celle du Kurd Dagh voir SN, 133 sq.

40 THS, 175 ; SN, 157. Voir Tchalenko, Villages antiques, III, 117.

41 THS, 166 sq., 169 sq., 176 sq.

42 SN, 157 ; THS, 199 situe la place dans le Ğabal Sam’ān.

43 THS, 175.

44 SN, 157 ; THS, 207.

45 Pour les détails voir : Odon de Deuil, La Croisade de Louis VII, roi de France, édit. Waquet, Paris, 1949 — ne traite que la première partie de la Croisade ; R. Roehricht, Beiträge Geschichte des Kreuzzuge, Berlin, 1878 ; B. Kugler, Studen zur Geschichte des zweiten Kreuzzuges, 1866 ; B. Kugler, Analecten zur Geschkhle des Zweiten Kreuzzuges, Tübingen, 1878 ; Bréhier, L’Eglise et l’Orient au Moyen-Age, Les Croisades, Paris, 1928 ; Uspenskij, Histoire de l’Empire Byzantin (en russe), t. III ; Chalandon, Jean et Manuel Comnène, Paris, 1914 (voir chap. XII, Manuel Comnène et la 2e Croisade, 269-315) ; Vasiliev, Histoire de l’Empire Byzantin, trad. de Brodin et Bourguina, 58-61 ; R. Grousset, Histoire des Croisades, t. II, 225 sq., Paris, 1935 ; S. Runciman, History of the Crusades, vol. II, 245 sq., Cambridge, 1952 ; K. Setton, A History of the Crusades, I, Philadelphia, 1955, V. Berry, chap. xv, 463 sq.

46 Guil. de Tyr, XVI, xxi, 122 ; Barhebraeus, 274, seul auteur oriental à avoir parlé du passage des Francs par l’Asie Mineure ; Grousset, II, 235-236.

47 Guil. de Tyr, XVI, xxvii, 133-134 ; Grousset, II, 245-248 ; SN, 381 ; V. Berry, Crusades, I, 503 sq.

48 Ibn al-Qal., 298 ; L.T., Damas, 294 ; Grousset, II, 250-255 ; Runciman, II, 279 ; V. Berry, Crusades, I, 505.

49 Les deux récits les plus détaillés sur le siège de Damas sont ceux d’Ibn al-Qalānisī (298-300) et de Guillaume de Tyr (XVII, ii-vii, 139-149), repris par Grousset, II, 255-268. Voir Kāmil, IX, 20-21 ; Ibn al-‘Adīm, II, 291 ; Bidāya, XII, 223-224 ; SN, 382 ; Stevenson, Crusaders, 158-163 ; Runciman, II, 282 sq. ; V. Berry, Crusades, I, 508 sq.

50 THS, 315.

51 THS, 307.

52 Voir Ibn ‘Asākir, Description de Damas, 166, 195.

53 Voir biographies dans Bidāya, XII, 224, 225.

54 Cl. Cahen, art. Aḥdāth dans EI2, I, 264.

55 Voir J. Sauvaget, Monuments historiques de Damas, n° 71, pp. 78-81.

56 Ibn ‘Asākir, Description de Damas, 168 n. 3, 284 n. 1.

57 Michel le Syrien, III, 276.

58 Kāmil, IX, 20.

59 Ibn al-Qal., 300-301 ; L.T., Damas, 298-299 ; Kāmil, IX, 21 ; KR, 55 ; Ibn al-‘Adīm, II, 292 ; Grousset, II, 270 ; SN, 382 ; Ibn al-AṮīr, Atabegs, in HOC, II2, 163 ; Stevenson, Crusaders, 164 ; Runciman, II, 287 ; Gibb dans Crusades, I, 514.

60 THS, 120, sous le nom d’Areima est cité comme un fortin secondaire aux alentours de Ṣāfīṭā ; GB, Syrie (édit. 1932), 234.

61 II, 53, apud Runciman, II, 288.

62 I.F., II, 194 r° ; THS, 173 sq. ; GB, 153-154 ; Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord, Index.

63 Runciman, II, 325-326.

64 Actuel Kara Su, THS, 436-438 ; I.F., 194-195 r° (cité SN, 382) donne les noms de Kūrniṯ (THS, 408, 517), ‘Anāqib, Marāsya et Yaġrā.

65 Yaġrā, THS, 435-439.

66 SN, 348 ; Ibn al-Qal., 224-225 ; L.T., Damas, 183-184.

67 B. Lewis dans Crusades, I, 119.

68 Kāmil ne cite pas cet échec. Ibn al-Qal., 302 ; L.T., Damas, 301-302 ; KR, 55, cite Ibn al-Qalānisī ; Ibn al-‘Adīm, II, 292 ; Barhebraeus, 275 ; SN, 382-383.

69 I.F., I, 90 r° ; I.Š., 89 ; Perles, 99-100 ; Trésors, 107.

70 I.F., II, 162 r° ; I.S., 92 ; Perles, 108-110 ; Trésors, 60-64.

71 I.F., II, 160 r°.

72 Ibn al-Qal., 301 ; L.T., Damas, 299 ; Ibn al-‘Adīm, II, 293-294 ; SN, 377.

73 I.F., II, 195 r°.

74 Ibn al-‘Adīm, II, 293.

75 I.F., III, 13 v° ; Perles, 120-121 ; Trésors, 89.

76 Perles, 120-121.

77 Voir N. Elisséeff, Les monuments de Nūr ad-Dīn, BEO, XIII, 5-43 ; voir plus loin 3e partie, p. 755, sur les fondations de madrasas.

78 Ibn al-Qal., 305 ; L.T., Damas, 305-306 ; Kāmil, IX, 25 ; Ibn al-‘Adīm, II, 292 sq. ; KR, 57-58 ; Ibn WāṢil, I, 121 ; Guil. de Tyr, XVII, ix, 150-153 ; Mathieu d’Édesse, 329 ; I.F., III, 14 r°, Chalandon, II (1), 421 ; Grousset, II, 275-278 ; SN, 383-384 ; Stevenson, Crusaders, 165 ; Runciman, II, 326 ; Gibb dans Crusades, I, 515.

79 Kāmil, IX, 22.

80 THS, 168.

81 THS, 156-161.

82 Cité par KR, I, 58 et I.F., III, 134 v°.

83 Guil. de Tyr, XVII, x, 153 ; Barhebraeus, 275 ; Runciman, Crusades, II, 325.

84 Ibn al-Qal., 305 ; L.T., Damas, 306 ; Guil. de Tyr, XVII, x, 153-154 ; I.F., III, 14 v° ; SN, 384.

85 A l’est de l’actuel Ğisr aš-Šuġr ; THS, 158, 167 ; SN, 159 ; Tchalenko, Villages Antiques, II, 114.

86 THS, 173, orthographie Meshmeshan ; SN, 159, 160.

87 SN, 153 ; THS, carte IX, 1, B.

88 THS, 228, 231-232 ; SN, 134, actuelle Yeni-Şehir ; GB, 209.

89 THS, 431 ; GB, 202.

90 Michel le Syrien, III, 290.

91 Cet événement est ignoré d’Ibn al-Qalānisī et d’Abū Šāma, mais est mentionné par Guillaume de Tyr (XVII, x, 153) et par Ibn al-Furāt (III, fo 15 v°-16 r°) ; van Berchem et Fatio, Voyage, I, 229 sq. ; Grousset, II, 279-281 ; SN, 384 ; Runciman, II, 327.

92 Ibn al-Qal., 306 ; KR, 62 ; I.F., III, 34 r°-v° ; reprenant l’erreur du Kāmil (IX, 27) Ibn al-‘Adīm, II, 301 date l’opération de 545 H. ; Stevenson, Crusaders, 65 ; Grousset, II, 281 ; SN, 384.

93 Van Berchem et Fatio, Voyage, 188 sq. Sur la région d’Apamée et de Hama voir THS, ch. IV, 106 sq.

94 Ibn al-Qal., 306-307 ; L.T., Damas, 307-308.

95 Timurtaš bâtit avant 547/1152 (date de sa mort) une madrasa, la Hišāmīya à Mārdīn.

96 Ibn al-Qal., 307 ; L.T., Damas, 309.

97 Ibn al-‘Adīm (II, 296) ne précise pas le mois tandis qu’Ibn al-Aṯīr (Kāmil, IX, 23 sq. et Atabegs, 165 sq.) et Ibn Ḫallikān (éd. arabe III, 176), suivi par Ibn Wāsil (I, 116-117) donne la fin de ğumādā II/novembre 1149 ; Barhebraeus, 277 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 252 ; Stevenson, Crusaders, 166 ; SN, 393.

98 Zetterstéen, art. Mawdūd, ΕΙ, III, 478.

99 Kāmil, IX, 24 ; Atabegs, II2, 171 ; Ibn al-‘Adīm, II, 296-297 ; Barhebraeus, 277-278 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 253 ; SN, 393.

100 Kāmil, IX, 24.

101 Voir plus loin le sens de ce terme.

102 Le second tiers était en dépôt à Mossoul et le troisième à Alep.

103 Ibn al-Aṯīr donne le chiffre de 70 cavaliers pour l’escadron de Nūr ad-Dīn (Atabegs, 171) et le chiffre de 200 pour les effectifs réunis (Atabegs, 175).

104 Ibn al-‘Adīm, II, 297 ; I.F., III, 9 v°-13 r°.

105 Voir plus haut p. 124 et suivantes et 3e partie : Économie.

106 Atabegs, 176.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter