Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nūr ad-Dīn. Tome II

 | 
Nikita Elisséeff

Deuxième partie. Le règne de Nūr Ad-Dīn : origines et événements politiques

II. Zengī

Texte intégral

I. LES DÉBUTS DE ZENGĪ

A. MORT DE KIRBUĠA ; ĞAKARMIŠ, ATABEG

1Placé sous la protection de Kirbuġa, Zengī va pendant un certain temps suivre son tuteur et prendre part, de ce fait, aux conflits familiaux des Seldjouqides.

2En 493/1100, Kirbuġa reste fidèle à Barkyārūq lorsque celui-ci est battu en rağab/mai juin par son frère Muḥammad b. Malik Šāh. Depuis quelque temps déjà ce dernier cherchait à se faire donner l’investiture du calife ; il la reçut et fut un moment le sultan légitime, mais Barkyārūq s’étant révolté contre une pareille promotion, le calife dut revenir sur sa décision ; malgré l’appui de ce dernier, Barkyārūq est défait sur le champ de bataille ; Kirbuġa, fidèle au seul sultan légitime et respectueux de l’investiture du calife, se replie avec lui. Le vaincu trouve refuge au Khorāsān chez son frère Sanğar, pour peu de temps il est vrai, car ce dernier prend le parti de son frère utérin Muḥammad. De nouveau le sultan erre, il parvient à regrouper une armée. En 494/1101 il s’approche de Bagdad et réussit cette fois à battre Muḥammad puis s’en retourne dans sa capitale, Iṣfahān. Kirbuġa alors fait une expédition en ādharbaydjān, puis retrouve Barkyārūq. C’est en rentrant à Mossoul que l’atabeg meurt de maladie en ḏū’l-qa‘da 494/sept. 1101.

3La mort de Kirbuġa va amener des modifications dans la répartition des fiefs composant son domaine ; les fiefs en effet étaient alors concédés en viager. Zengī à cette époque n’a pas vingt ans et il n’a encore ni assez d’expérience ni assez d’autorité pour prendre en main à son profit les domaines de son protecteur. Il sait qu’il est possible de constituer un État solide autour de Mossoul et il comprend aussi combien il est important de posséder Alep si l’on veut n’être que nominalement dépendant du sultan. Zengī va attendre à l’écart l’issue de la compétition autour de Mossoul. L’émir Sunqurga prend le commandement de Mossoul à la mort de Kirbuġa, la population mécontente s’insurge et lance un appel à l’émir Mūsā, lieutenant de Kirbuġa à Ḥiṣn Kayfā. Mūsā accourt, tue Sunkurğa et se trouve maître de Mossoul. Cette solution n’est pas sans provoquer des réactions ; c’est alors qu’entre en scène un ancien mamlouk de Malik Šāh : Šams ad-Dawla Ğakarmiš, gouverneur de Ğazīrat Ibn ‘Umar. Il s’empare de Niṣībīn et se dirige vers Mossoul. Mūsā, effrayé, implore le secours de l’Artuqide Suqmān à qui il promet en échange de son aide la forteresse de Ḥiṣn Kayfā. Lorsque les troupes de Suqmān approchent du Tigre, Ğakarmiš se replie. Repli de brève durée car Mūsā, qui était sorti de sa citadelle pour rejoindre l’émir artuqide et tenter avec lui de repousser Ğakarmiš en rase campagne, est tué par un ancien mamlouk de Kirbuġa ; cette fin, conséquence de la loi du talion, fut identique à celle de Tutuš. Ğakarmiš aussitôt s’empare de Mossoul, mais le gouverneur précédent ayant été victime d’un ancien subordonné de Kirbuġa, il faut tenir compte de cet élément et ménager le parti des anciens mamlouks d’Āq-Sunqur et de Kirbuġa ; c’est pourquoi le nouvel arrivant se montre prévenant à l’égard de celui autour duquel se groupent la plupart des émirs : le jeune Zengī b. Āq-Sunqur.

4Sans perdre de temps, Suqmān b. Artuq va prendre possession de la place promise par Mūsā : Ḥiṣn Kayfā.

  • 1 Ibn al-Qal., 142 ; L.T., Damas, 51.

5A Damas, la mort de Kirbuġa réveille chez Duqāq b. Tutuš le désir d’agrandir son domaine du Diyār Bakr et d’aller occuper la Haute Mésopotamie, le rêve paternel le hante. Ce projet est aussi un excellent prétexte pour s’éloigner honorablement de Damas et ne pas répondre à l’appel du vizir fatimide al-Afḍal. Celui-ci demandait l’aide de Duqāq pour sauvegarder les points de la Palestine qui restaient encore entre les mains des Musulmans ; la politique suivie par Duqāq allait lui permettre plus tard d’obtenir de Jérusalem une attitude de neutralité bienveillante à l’égard de Damas. En 496/1102-3 le seigneur de Damas arrive à l’Euphrate près du confluent du Ḫābūr et s’empare d’ar-Raḥba, important point de passage en aval, et que Qaymaz, un ancien mamlouk d’Alp Arslān, s’était approprié à la mort de Kirbuġa1. La progression des contingents damascains vers l’est est stoppée car Riḍwān, prince d’Alep, a fait assassiner le gouverneur de Ḥimṣ Ḥusayn, et Duqāq doit, à marches forcées, gagner cette place pour y confirmer son autorité chancelante après la mort de son lieutenant.

  • 2 Ibn al-Qal., 143 ; L.t., Damas, 53.
  • 3 Situé sur le Balīḫ ; là passe une route importante vers Sinğār à l’est ; THS, 482 ; t.h. Weir, art (...)
  • 4 Ibn al-Qal., 143-144 ; L.T., Damas, 53-54.

6De leur côté les Francs cherchent, en partant d’Édesse, à progresser vers le sud. Ce mouvement finit par amener une réaction de l’atabeg de Mossoul en 497/11042. Les Croisés arrivent jusqu’à l’Euphrate et attaquent Raqqa, située presque au confluent du Balīḫ, ainsi que la citadelle de Qal‘at Ğa‘bar qui à quelques kilomètres en amont de Raqqa surveillait un passage important sur l’Euphrate. Cette citadelle que les émirs ‘uqaylides avaient reçue de Malik Šāh en 479/1086 et la cité fondée par le calife al-Manṣūr résistent énergiquement. Les Francs doivent renoncer à leur projet. Peu après une occasion s’offre à eux pour accroître leur domaine. Des troubles éclatent à Ḥarrān3 et les Francs vont tenter de profiter de cette situation confuse. Pendant une absence de l’émir Qarağa, un ancien mamlouk de Malik Šāh, gouverneur de Ḥarrān, des heurts se produisent dans la ville tandis que l’émir Ğawālī prend la situation en main. Les Francs arrivent avec des troupes nombreuses pour assiéger Ḥarrān, ils ne ménagent pas leurs efforts pour essayer de s’emparer de cette place forte bâtie sur le Balīḫ en aval d’Édesse. La possession de cette ville, dont nous avons déjà signalé l’importance pour les relations entre Alep et Mossoul, aurait permis aux Croisés de gêner considérablement l’arrivée d’éventuels renforts venant de l’est et d’isoler la région d’Alep, ce qui aurait facilité la progression franque. Ces considérations n’échappaient nullement aux émirs de Mossoul, c’est pourquoi l’atabeg de Mossoul Ğakarmiš et le prince artuqide Suqmān se réconcilient sous la pression des événements et décident d’aller dégager Ḥarrān où la garnison turque est sur le point de se rendre. Apprenant l’arrivée prochaine de renforts les assiégés reprennent courage. Les armées de secours font leur jonction sur le Ḫābūr, premier obstacle naturel important sur la rive gauche de l’Euphrate lorsque l’on va de Djéziré vers la Syrie. Le franchissement de la rivière se fait sans difficulté, les émirs turcomans parviennent à attirer les troupes de Tancrède et de Bohémond vers l’est, ce qui a pour premier résultat de desserrer le blocus de Ḥarrān, puis le 9 ša‘bān 497/7 mai 1104 l’armée musulmane inflige une sévère défaite aux Francs près de Rās al-‘Ayn, Baudouin d’Édesse est fait prisonnier tandis que Tancrède et Bohémond réussissent à se réfugier à Édesse4.

7Après ce succès, Ğakarmiš installe une forte garnison à Ḥarrān qui devient dès lors l’avant-poste de Mossoul pour la guerre contre les Croisés. L’atabeg tente d’assiéger Édesse mais les Francs font une sortie massive et Ğakarmiš doit se replier. Suqmān, après le succès de Rās al-‘Ayn, remonte le cours du Ḫābūr et s’empare de quelques châteaux dans la chaîne du Šayhān qui limite au nord la large vallée de l’Euphrate.

  • 5 Ibn al-Qal., 144 ; L.T., Damas, 55.
  • 6 Ibn al-Qal., 146-147 ; L.T., Damas, 58-59.

8Quelques mois plus tard, au début de 498/vers novembre 1104, Suqmān reçoit un appel de l’atabeg de Damas Ṭuġtakīn qui éprouve quelques difficultés à cause de la succession de Duqāq b. Tutuš, mort le 12 ramaḍān 497/18 juin 11045. Un autre appel vient précipiter le départ de Mārdīn : c’est celui du cadi Ibn ‘Am-mār, gouverneur chiite de Tripoli, menacé par les Francs. Le prince artuqide tombe malade en route et meurt à Qaryatayn, à une étape de Damas ; les troupes manquent d’un chef décidé, elles font demi-tour et regagnent leur base de départ : le Diyār Bakr6.

  • 7 V. Minorski, art. Nihāwand, dans ΕΙ, III, 974-975.
  • 8 Ibn al-Qal., 147 ; L.T., Damas, 59-60.

9Si l’atabeg de Mossoul et l’émir artuqide de Mārdīn étaient arrivés à s’entendre comme nous venons de le voir, les Seldjouqides Barkyārūq et Muḥammad de leur côté étaient parvenus la même année à un accord ; en rabī‘ II 497/janvier 1104 Barkyārūq était reconnu seul sultan avec Iṣfahān et Bagdad comme résidences, son jeune frère Sanğar conservait le Khorāsān, et Muḥammad se voyait attribuer la partie occidentale de l’Empire, il devenait suzerain de l’Arménie, de la Djéziré, du Diyār Bakr et de la Syrie. A Mossoul, Ğakarmiš refuse de reconnaître une autorité autre que celle du sultan, Muḥammad furieux va prendre position sous les murs de la cité que l’atabeg vient de faire renforcer. Pendant le siège, dont Zengī est témoin, on apprend en rabī‘ II 498/décembre 1104 la fin de Barkyārūq qui venait de mourir à l’âge de vingt-cinq ans à Nihāwand7 des suites d’une longue maladie. Le sultan disparu, Ğakarmiš reconnaît comme suzerain légitime Muḥammad, cette soumission est d’autant plus facile que ni l’un ni l’autre n’admettent que le pouvoir passe au jeune Malik Šāh II b. Barkyārūq que son père a désigné comme successeur à sa mort8.

10Les atabegs vont toujours chercher à justifier leur politique en faisant montre d’un profond respect de la légitimité et de la légalité de leur suzerain, ils joueront leur rôle de « protecteurs » dévoués des enfants du sultan, c’est au nom de la Loi qu’ils agiront, interprétant par ailleurs souvent celle-ci dans le sens qui leur permettait de conserver le plus d’autonomie tant vis-à-vis du sultan que du calife.

11Ğakarmiš accompagne Muḥammad à Bagdad où le prince seldjouqide après avoir déposé son jeune neveu reçoit l’investiture officielle du calife al-Mustaẓhir qui en 502/1108-1109 deviendra beau-frère du sultan en épousant Iṣmat Ḫātūn. Par le choix qu’il vient de faire Ğakarmiš voit sa situation à Mossoul renforcée.

12La politique du nouveau sultan sera caractérisée par deux facteurs : d’une part la lutte contre les Bāṭiniens Ismā‘īliens et d’autre part la Guerre Sainte qu’il entend mener contre les Croisés. Nous assistons donc dès l’aube du vie/xiie siècle à un réveil de l’Islam ; cette renaissance du sentiment sunnite ne manquera pas d’avoir une influence sur la formation politique de Zengī.

  • 9 Ibn al-Qal., 160 ; L.T., Damas, 64.
  • 10 Cl. Cahen, art. Āḳ Sunḳur al-Bursuḳī, dans ΕΙ2, I, 324, sera plus tard gouverneur de Mossoul.
  • 11 Ibn al-Qal., 159-160 ; L.T., Damas, 78 sq., 80.

13Tandis que Ğakarmiš est absent de Djéziré, le Seldjouqide d’Alep, Riḍwān, assiège Niṣībīn et de là s’en va attaquer Mossoul en accord avec l’émir artuqide II Ġāzī. Ğakarmiš, par de subtiles intrigues, parvient à séparer les deux alliés et Riḍwān rentre à Alep ; toutefois les émirs de l’atabeg livrent Ḥarrān à Qiliğ Arslān, le prince seldjouqide de Konya qui s’apprêtait alors à attaquer Édesse9. Les relations entre Ğakarmiš et Muḥammad finissent par se détériorer et, en 500/1106-1107, le sultan décide d’attribuer le poste de Mossoul à l’émir Ğāwalī b. Saqāwā, mais celui-ci ne parviendra à s’établir à Mossoul que par la force. En effet, dès la désignation de Ğāwalī par le sultan, Ğakarmiš décide d’engager la lutte contre son rival, malheureusement pour lui au cours d’une sortie ce dernier le fait prisonnier. A cette nouvelle la population de Mossoul demande l’appui de tous les émirs qui sont en conflit avec Ğāwalī : Ṣadaqa de Ḥilla, Qiliğ Arslān de Konya et enfin Āq-Sunqur al-Bursuqī, šiḥna de Bagdad10. De son côté Ğāwalī reçoit l’appui effectif d’il Ġāzī b. Artuq et de Riḍwān d’Alep. Durant l’année 500/1106-1107, Zengī est témoin de combats successifs dont l’enjeu est la possession de Mossoul. Finalement en šawwāl/juin-juillet 1107 Ğāwalī parvient à s’installer à Mossoul. Rapidement il mécontente le sultan en ne lui envoyant pas la part de butin qui devrait lui revenir ; aussi profitant d’une absence de Ğāwalī qui se trouvait à Niṣībīn, Muḥammad nomme-t-il au commandement de Mossoul, en ḏū’l-qa‘da 501/juin-juillet 1108, l’émir Mawdūd dont le talent militaire avait facilité la répression de Ṣadaqa en Bas-Iraq un mois plus tôt. La population ouvrit les portes de Mossoul au nouvel atabeg investi par le sultan ; un certain nombre d’émirs, parmi lesquels Zengī, rallièrent Mawdūd. Ğāwalī isolé, sans poste, finit par aller à Iṣfahān se présenter au sultan Muḥammad qui lui accorda le pardon et lui concéda un fief en Perse11.

B. ZENGĪ AU SERVICE DE L’ATABEG MAWDŪD

14Au nombre des officiers qui servaient dans les troupes de Mossoul figurait ‘Imād ad-Dīn Zengī. L’émir turc, soucieux de soutenir le représentant du sultan légitime — attitude qui fut celle de son père Āq-Sunqur et celle aussi de son protecteur Kirbuġa — rallia Mawdūd dès sa prise de commandement. Ce geste valut à Zengī l’estime de l’atabeg qui par ailleurs ne manquait pas de lui manifester certains égards en raison de la situation qu’avait jadis occupée son père Āq-Sunqur auprès du grand sultan Malik Šāh.

15A partir de 502/1108-1109 Zengī accompagne l’atabeg Mawdūd dans toutes ses campagnes ; il acquiert au cours des diverses expéditions une grande expérience militaire et une profonde connaissance du terrain, avantages qu’il ne manquera pas d’exploiter lorsque, plus tard, il aura à mener le ğihād ou à défendre Mossoul. Dans les rangs de l’armée de Mossoul, Zengī ira plusieurs fois assiéger Édesse, il parcourra toute la Djéziré et la Syrie, il ira même combattre jusqu’à Tibériade ; ainsi toutes les campagnes qu’il aura à mener plus tard il les fera en terrain connu.

  • 12 Barthold-Minorski, art. Alamūt, ΕΙ2, I, 363-365.
  • 13 Ibn al-Qal., 149 ; L.T., Damas, 63.
  • 14 Ibn al-Qal., 151 ; L.T., Damas, 65.

16En ğumādā I 503/décembre 1109 le sultan Muḥammad vient de maîtriser les Ismā‘īliens en Orient en leur enlevant des forteresses dans la région d’Alamūt12 ; le danger étant écarté à l’est, le sultan décide alors de reprendre la Guerre Sainte contre les Croisés. Depuis quatre ans l’atabeg de Damas, Ṭuġtakīn, lutte seul contre les Francs, mais son combat est commandé non par l’idéologie religieuse mais par des nécessités économiques. L’enjeu est la Biqā‘, la Coele-Syrie des Romains, et le Hauran, deux riches régions agricoles qui assuraient largement le ravitaillement de Damas et dont les Francs de Jérusalem avaient aussi besoin pour se nourrir. Le 15 rabī‘ II 499/24 décembre 1105 Ṭuġtakīn avait réussi à éliminer les Francs de la Biqā‘ et les avait battus près de Tibériade13 ; grâce à ce succès l’atabeg put obtenir du roi Baudouin de Jérusalem une trêve de quatre ans. En 500/1106 Ṭuġtakīn s’assure la possession de Boṣrā ; il peut ainsi plus facilement prévenir les mouvements des Croisés en direction de Damas et réagir promptement contre les raids éventuels des Francs dans ce pays riche en blé14.

  • 15 Ibn al-Qal., 161 ; L.T., Damas, 82.
  • 16 Ibn al-Qal., 163-164 ; L.T., Damas, 85-87 ; Kāmil, VIII, 258-259 ; R. Grousset, I, 333-359.

17La trêve que Ṭuġtakīn avait signée avec les Francs va permettre à ceux-ci de lancer des attaques contre les ports de la côte qui restaient d’obédience fatimide. En 501/1108 les contingents provençaux de Raymond de Saint-Gilles, aidés par les Génois, exercent une vigoureuse pression contre Tripoli. Les Banū ‘Am-màr, famille chiite qui régnait alors sur la ville, n’hésitent pas à demander l’aide de Ṭuġtakīn. C’est alors qu’une ambassade composée de sunnites de Damas, ayant à leur tête Būrī, le fils de Ṭuġtakīn, et de chiites de Tripoli, sous la conduite de Faḫr al-Mulk Ibn ‘Ammār, vient trouver le calife à Bagdad15. Le sultan Muḥammad ne reste pas sourd à l’appel et décide d’envoyer des secours avec Ğāwalī, l’atabeg de Mossoul, mais le projet n’est pas mis à exécution à cause des querelles d’émirs dont nous avons parlé plus haut. La population de Tripoli, à défaut de l’aide du calife, demande l’appui des Fatimides du Caire qui se montrent incapables d’apporter un secours efficace. Finalement le 11 ḏū’l-ḥiggā 502/12 juillet 1109 les Francs s’emparent de Tripoli et les Banū ‘Ammār vont chercher refuge à Damas16. Quelques mois plus tard Bāniyās, Ğubayl et Beyrouth tombent entre les mains des Francs ; il ne reste plus alors aux Fatimides que Ṣaydā’, Tyr et Ascalon, c’est-à-dire les ports les plus proches de l’Égypte.

  • 17 Voir plus loin p. 377.

18Les succès des Francs inquiètent le calife de Bagdad ; celui-ci est alors heureux de trouver un noble motif pour écarter des bords du Tigre les troupes du sultan : il incite vivement à la reprise de la Guerre Sainte. Ainsi de 503/1109 à 507/1113, nous verrons chaque année des expéditions de printemps et d’été se diriger vers l’ouest avec pour objectif principal Édesse. Cet avant-poste des Croisés, dont les comtes n’auront de soutien de la part des autres États latins que lorsque interviendra personnellement le roi de Jérusalem, fut soumis à un harcèlement systématique. Sans doute Zengī a-t-il alors l’occasion de parcourir avec ses escadrons une région où il reviendra lui-même à plusieurs reprises. Pendant trente ans l’armée de Mossoul échouera sous les murs d’Édesse jusqu’au jour où Zengī parviendra à s’emparer de la ville17.

  • 18 Ibn al-Qal., 166-167 ; L.T., Damas, 92-93.

19En Syrie, Ṭuġtakīn qui, comme nous venons de le voir, bénéficie d’une trêve avec Baudouin est en conflit avec son lieutenant de Ba‘albakk : Kumuštakīn. Finalement en ramaḍān 503/avril 1110 Ba‘albakk échoit à Būrī, le fils de Ṭuġtakīn, tandis que l’émir rebelle reçoit le commandement de Salḫad18. Cette place avec Boṣrā protégeait le Hauran. Quant à Ba‘albakk, qui non seulement permettait de surveiller la région agricole de la Biqā‘ mais aussi de contrôler la route vers le nord, il fallait que le prince de Damas eût en son gouverneur une entière confiance ; nous verrons plus loin comment la sécurité de la grande métropole s’est trouvée menacée chaque fois que l’émir de Ba‘albakk sortait de l’orbite de Damas.

20Tandis que les affaires se réglaient en Syrie du Sud, dans le nord allait commencer une série d’interventions contre les Francs. Ces expéditions dans l’esprit du sultan et du calife étaient des dérivatifs pour les émirs et leurs troupes et permettaient d’éviter des révoltes.

  • 19 Minorsky, art. Akhlāṭ, ΕΙ2, I, 339
  • 20 Guillaume de Tyr, XI, xxi ; Ibn al-Qal., 169 ; L.T., Damas, 96-97.
  • 21 SN, 257.

21Au printemps 503/1110 Mawdūd, atabeg de Mossoul, reçoit du sultan mission d’aller combattre les Francs et de se consacrer à la Guerre Sainte en Syrie. L’expédition à laquelle Zengī prend part aussi comprend, outre l’armée de Mossoul proprement dite, les troupes de Suqmān al-Quṭbī, émir d’Aḫlāṭ19, celles de l’artuqide Il Ġāzī, émir de Mārdīn et des escadrons kurdes et turcomans20. Le premier objectif est comme les années précédentes Édesse, le siège commence au milieu du mois de šawwāl 503/début de mai 1110. La réaction des Croisés ne tarde pas, Baudouin de Jérusalem groupe la première coalition franque face à une invasion venue d’Orient, chacun des chefs croisés a fait taire ses griefs21. Mawdūd, prévenu de l’avance franque, se retranche dans Ḥarrān, puis il se retire vers le sud pour faire sa jonction avec les contingents de renfort envoyés de Damas. Il espère aussi attirer les Francs sur un terrain qui lui est favorable mais les Croisés évitent le piège.

  • 22 Ibn al-Qal., 171 ; L.T., Damas, 99.
  • 23 Kāmil, VIII, 261.

22Riḍwān d’Alep n’avait tout d’abord pas bougé et avait même refusé de participer à l’expédition musulmane prétextant une trêve conclue avec les Francs. Mais sachant Tancrède loin d’Antioche, croyant les Francs défaits, Riḍwān rompt la trêve et s’en va attaquer la principauté22. Tancrède alerté abandonne le roi Baudouin et s’en va ravager la province d’Alep où il s’empare d’al-Aṯārib tandis que Manbiğ et Bālis sont ravagés par les hommes de Joscelin de Tell Bašīr23. Finalement une nouvelle trêve est conclue entre Alep et Antioche pour permettre à chacune des deux parties de bénéficier des richesses agricoles de la plaine de Ḥārim. Riḍwān doit renvoyer les cultivateurs qui avaient fui chez lui. A peine Tancrède a-t-il quitté la coalition que Baudouin apprend que les Fatimides d’Égypte attaquent Beyrouth. Il décide d’aller dégager le port et avant de quitter Édesse il en renforce la garnison, y laisse un abondant approvisionnement et fait évacuer la population rurale. Tandis que cette masse de gens composite se dirige vers l’Euphrate, à l’ouest Mawdūd le talonne et lorsque à Samosate l’armée franque devra la première franchir le fleuve, abandonnant sans défense les paysans qu’elle avait obligés à quitter leurs terres, les Musulmans se livreront à un impitoyable massacre. Du point de vue musulman l’expédition de 503 est un échec, dû en partie au manque de coopération des différents émirs. Pour les Francs ce n’est pas un succès puisque l’armée de Mossoul n’était pas défaite et que la région d’Édesse était dévastée et dépeuplée, que ses ressources avaient beaucoup diminué et que la population, en majorité arménienne, ne se sentait plus guère protégée.

23Zengī ne manque pas de noter, d’une part, l’importance d’Édesse et les sentiments d’une population assez divisée et, d’autre part, la nécessité pour l’atabeg de Mossoul, s’il voulait s’emparer d’Édesse, d’avoir un allié actif à Alep pour neutraliser toute intervention d’Antioche.

  • 24 Cl. Huart, art. Daylam, dans ΕΙ, I, 919 ; V. Minorski, art. Daylam, ΕΙ2, II, 195-200. Partie monta (...)
  • 25 Ibn al-Qal., 171 ; L.T., Damas, 99.
  • 26 SN, 252 ; Ibn al-Qal., 174 ; L.T., Damas, 105.
  • 27 Ibn al-Qal., 173 ; L.T., Damas, 103-104.

24L’échec de leur coalition n’empêchait guère les Francs de continuer à exercer leur pression sur la Syrie intérieure. Au sud, Ṭuġtakīn et Baudouin concluent un accord aux termes duquel un tiers des récoltes de la Biqā‘ est attribué aux Francs et deux tiers aux Musulmans. Dans le nord, Tancrède pour prix de la trêve accordée à Riḍwān se fait verser 32.000 dinars par Alep. Tyr, Hama, Šayzar sont aussi contraints de payer tribut aux Croisés. Au milieu de 504/1110 nous sommes en Syrie dans cette époque trouble que René Grousset a appelée « l’anarchie musulmane ». Les Ismā‘īliens, s’ils ont subi quelques échecs dans les montagnes du Daylam 24, conservent en Syrie du Nord une grande puissance ; ils forment un parti nombreux qui, par ses interventions parfois brutales dans les affaires intérieures des cités musulmanes, aide les desseins de la politique franque. Il serait intéressant de comparer la politique menée par les Ismā‘īliens dans les provinces orientales de l’empire seldjouqide et dans les émirats de Syrie. Les émirs d’ailleurs menaient une politique égoïste ; théoriquement ils dépendaient du sultan seldjouqide et devaient leurs titres au calife, mais profitant des troubles qui avaient disloqué la puissance du sultanat ils s’étaient souvent rendus indépendants. Ils allèrent même jusqu’à s’allier aux Francs pour ne pas tomber sous la domination effective du sultan qui pouvait les muter ou les destituer et les priver de leurs revenus. Riḍwān préférait payer un important tribut — prélevé par ailleurs sur la population — à Tancrède d’Antioche que de risquer d’être dépouillé par le sultan25. La population d’Alep ne partage pas la façon de voir de l’émir ; en effet la situation en 504/1110 est difficile. Le tribut consenti aux Francs pèse lourdement sur l’économie de la ville ; par suite des continuelles campagnes le commerce devient impossible, le ravitaillement lui-même est compromis. Faisant taire alors les antagonismes religieux et préférant verser de l’argent aux Musulmans qu’aux Chrétiens, les notables d’Alep envoient à Bagdad en ğumādā I 504/nov.-déc. 1110 une délégation comprenant des soufis sunnites et des fuqahā chiites pour demander l’appui du calife et du sultan. Ceux-ci ne répondent pas avec enthousiasme à l’appel des Alépins, d’abord parce qu’ils n’oublient pas que l’armée de Mawdūd n’avait pas pu obtenir l’année précédente l’appui de Riḍwān, ensuite parce qu’ils pouvaient voir dans cette démarche une manœuvre provoquée par les agents de Byzance. La délégation alépine succédait en effet de peu à une ambassade byzantine venue de la part d’Alexis Comnène proposer au sultan d’ouvrir des hostilités sur deux fronts26. L’Empereur de Byzance, qui était furieux de n’avoir pu récupérer Antioche comme il avait été convenu avec les Croisés lors de leur passage à Constantinople, s’était heurté après la mort de Bohémond à un refus de Tancrède de reconnaître les termes de l’accord ; il avait donc décidé de tout mettre en œuvre pour amener le prince d’Antioche à la raison. N’ayant pas reçu l’accueil qu’ils escomptaient les Alépins ameutent la foule de Bagdad ; deux vendredis consécutifs ils attisent l’émotivité religieuse du peuple en invoquant à la Grande Mosquée la solidarité des Musulmans. De graves troubles éclatent et sous la pression de l’opinion publique le sultan Muḥammad décide d’organiser une nouvelle expédition dont Mawdūd reçoit le commandement27.

a) Deuxième et troisième expéditions contre les Francs

  • 28 THS, carte XV.
  • 29 Ibn al-Qal., 174 ; L.T., Damas, 107.

25En muḥarram 505/fin juillet 1111 l’armée de Mossoul groupant de nombreux émirs, dont Zengī, traverse la fertile plaine de Sinğar, longe la chaîne du Šabaḫtān, n’attaque pas Édesse28, elle franchit l’Euphrate dans la région de Biredjik et va mettre le siège devant Tell Bašīr29. Cette campagne avait pour but de couper les communications d’Édesse avec l’ouest et d’isoler la place. Durant quarante-cinq jours, Mawdūd se heurta à la résistance de Joscelin et dut finalement se retirer. Sans doute Tell Bašīr aurait pu être pris si l’émir d’Alep, Riḍwān, avait envoyé des contingents mais, une fois encore, ce prince, arguant d’une trêve avec Tancrède, ne bougea pas. Bien plus, craignant sans doute un succès de l’atabeg de Mossoul et n’en souhaitant pas un voisinage trop proche, voisinage qui eût compromis sa situation à Alep, Riḍwān alla jusqu’à soudoyer des émirs pour les pousser à la désertion et finit par provoquer des querelles qui ne furent pas étrangères à l’échec du siège.

  • 30 Ibn al-Qal., 176-177 ; L.T., Damas, 108-110 ; Honigmann, art. Ma‘arrat an-Nu‘mān, dans ΕΙ, III, 61 (...)
  • 31 SN, 263-264, n. 33.

26Mawdūd traverse la province d’Alep en se dirigeant vers le sud et arrive seul à Ma‘arrat an-Nu‘mān où il est rejoint par Ṭuġtakīn30. Sans doute l’émir de Damas cherchait-il, en allant au-devant de l’atabeg de Mossoul, à l’écarter d’un éventuel champ d’opération dans la Syrie méridionale. D’autre part la position de Ṭuġtakīn, isolé en Syrie, lui commandait de trouver un allié aussi bien contre Riḍwān que contre les Francs. En rabī‘ I 505/fin septembre-octobre 1111 Mawdūd et Ṭuġtakīn apprenant qu’un important rassemblement de Croisés était en cours à Apamée, viennent, à la demande de l’émir munqiḏite, camper sous les murs de Šayzar à quelques kilomètres en amont sur l’Oronte. Dans la plaine qui s’étend sur le plateau entre les deux places les adversaires s’observent, se livrent à des escarmouches et rivalisent de patience31. Finalement en rabī‘ II 505/novembre 1111 Mawdūd décide de licencier ses contingents qui rentrent hiverner chez eux. Comme chaque année on fixe rendez-vous pour le rassemblement au printemps suivant.

  • 32 Inn al-Qal., 181 ; L.T., Damas, 116.

27A la fin du mois de šawwāl 505/avril 1112 Mawdūd organise une nouvelle expédition. Ce sera la troisième qui se déroulera sous son commandement32. Une fois de plus, en mai, le comté d’Édesse est envahi et ses récoltes sont ravagées. L’armée musulmane pousse une pointe jusqu’à l’Euphrate puis, revenant sur ses pas, attaque Sarūğ. Ces campagnes printanières deviennent une routine, elles n’apportent pas de gains territoriaux mais elles maintiennent les adversaires en haleine et permettent de juger des forces réciproques. Les turbulents escadrons turcomans qui servent dans l’armée de Mossoul peuvent à loisir ramasser du butin mais aucune action efficace ne pourra être menée contre les Francs tant que les émirs de Syrie se refuseront à coopérer.

  • 33 Ibn al-Qal., 180 ; L.T., Damas, 115.
  • 34 Ibn al-AṮīr, Histoire des Atabegs, RHOC.
  • 35 Ibn al-Qal., 185 ; L.T., Damas, 123.

28C’est alors que Mawdūd reçoit un appel de Ṭuġtakīn pour l’aider contre les Francs de Jérusalem. Depuis quelque temps déjà les hommes de Baudouin attaquaient le territoire musulman. Ils avaient échoué l’année précédente devant Tyr que des contingents envoyés de Damas avaient réussi à dégager33. Puis au printemps 506/1112 des éléments francs s’étaient infiltrés en direction de Ba‘albakk menaçant ainsi aussi bien les communications de Damas avec le nord et la mer que son ravitaillement. Mawdūd répond à l’appel de Ṭuġtakīn, des troupes de Mossoul et de Damas font leur jonction dans la Biqā‘ et se dirigent vers le sud, passant au pied du versant occidental de l’Hermon, arrivent au lac de Houle, et repoussent les Francs jusqu’au lac de Tibériade. Ce fut, d’après Ibn al-Aṯīr34, l’occasion pour Zengī de se distinguer par son audace et sa bravoure au cours de plusieurs engagements. En muḥarram 507/juin 1113 les Musulmans remportent un important succès sur les troupes de Baudouin35. Tandis que les survivants se réfugient sur une hauteur près de Tibériade, Mawdūd fait, selon l’usage, envoyer des prisonniers et des têtes au sultan. Du côté franc parviennent des renforts dépêchés par Pons de Tripoli et Roger d’Antioche. Les Musulmans encerclent la butte pendant vingt-six jours, mais la chaleur caniculaire et la position désavantageuse en contrebas dans un terrain marécageux, incitent finalement l’armée musulmane à abandonner la lutte le Ier rabī‘ 506/ 15 août 1113. Le repli s’effectue vers le nord. Le regroupement a lieu dans la plaine de Marğ aṣ-Ṣuffar où les troupes après avoir perçu leur solde sont licenciées. Zengī avec son contingent rentre à Mossoul.

b) Assasinat de Mawdūd (rabī‘ II 507/octobre 1113)36

  • 36 Ibn al-Qal., 187-188 ; L.T., Damas, 125-128.
  • 37 I.F., II, 69 v°.

29L’atabeg de Mossoul. sur l’invitation de Ṭuġtakīn, arrive à Damas le 21 rabī‘ I 507/5 septembre 1113 ; là, sur les bords du Baradā, il peut attendre la fin des fortes chaleurs avant de poursuivre sa route vers la Djéziré. Le dernier vendredi de rabī‘ II 507/ 18 octobre 1113, après la ḫuṭba d’où venait de disparaître le nom de Riḍwān37, à la Grande Mosquée des Omeyyades, Mawdūd quitte la salle de prière au bras de Ṭuġtakīn. C’est alors qu’au milieu de la cour un homme sort de la foule et lui porte quatre coups de couteau. L’atabeg meurt quelques heures plus tard. Qui avait armé le bras du meurtrier ? Qui avait intérêt à la disparition de Mawdūd ? Était-ce une vengeance des Bāṭiniensqui pouvaient lui reprocher son hostilité à leur égard et cherchaient à supprimer un des principaux émirs du sultan Muḥammad ? Ibn al-Aṯīr, se faisant l’écho d’une rumeur publique, accuse Ṭuġtakīn d’avoir provoqué ce meurtre pour n’être pas supplanté par l’atabeg de Mossoul. Ce meurtre rendit le prince de Damas suspect au pouvoir sultanien. Isolé, Ṭuġtakīn dut se rapprocher des Francs. Qui avait lancé cette rumeur ? N’aurait-ce pas été Riḍwān et ses alliés Bāṭiniens? Riḍwān avait déjà essayé de faire supprimer Ṭuġtakīn quelques mois plus tôt, peut-être était-ce lui la victime désignée ? Les coups ayant atteint son hôte, Riḍwān le fit accuser du meurtre qui avait fait disparaître un émir bien gênant pour Alep. Nous ne pensons pas que Ṭuġtakīn ait été l’instigateur du crime. En face de Riḍwān, Mawdūd n’était-il pas un allié utile. En revanche la disparition d’un émir puissant voisin de ses États et le discrédit d’un second adversaire ne pouvaient qu’être profitable pour Alep.

C. LA SUCCESSION DE MAWDŪD

30En tout état de cause la brutale disparition de Mawdūd posait le problème de sa succession au poste d’atabeg de Mossoul. Zengī qui avait regagné la Djéziré après l’expédition contre Tibériade se met au service de l’émir Āq-Sunqur al-Bursuqī que le sultan Muḥammad a choisi comme atabeg de son jeune fils Mas‘ūd.

  • 38 Kāmil, VIII, 268.

31Comme tous les émirs qui recevaient le commandement de Mossoul Āq-Sunqur eut pour mission de mener la Guerre Sainte38. Le prince artuqide de Mārdīn, Il-Ġāzī, qui n’avait supporté la suzeraineté de Mawdūd qu’avec difficulté, se montre très récalcitrant pour s’associer aux projets d’al-Bursuqī. L’atabeg envoie des troupes sous les murs de Mārdīn, cette démonstration amène le prince à l’obéissance et des contingents artuqides viennent grossir les rangs de l’armée de Mossoul.

32En ḏū’l-ḥiğğa 507/mai 1114 al-Bursuqī attaque Édesse dont la garnison franque résiste derrière les remparts, bien que certains éléments arméniens de la population aient noué des intrigues avec les Turcs. Les envahisseurs musulmans pillent et dévastent comme les années précédentes les territoires du Comté ; Sarūğ, al-Bīra et Sumaysāt, entre autres villes, subissent des dégâts.

  • 39 Kāmil, VIII, 269.

33Pendant la campagne, Ayāz b. Il-Ġāzī, qui commandait des détachements de Mārdīn, se brouille avec al-Bursuqī ; celui-ci réplique en l’arrêtant et donne l’ordre à l’émir Tamirak, seigneur de Sinğar, d’attaquer Mārdīn. Il-Ġāzī appelle à son secours ses neveux, rassemble des Turcomans et, mettant à profit sa connaissance des accidents de terrain de la région, inflige une sévère défaite à l’armée d’al-Bursuqī et fait prisonnier l’émir Tamirak39.

  • 40 Voir SN, 271, n. 25.

34A la suite de cet échec Āq-Sunqur al-Bursuqī est envoyé par le sultan dans son fief d’ar-Raḥba et le poste de Mossoul est confié à l’émir Ğuyuš beg, atabeg de Mas‘ūd, le second fils du sultan. Tandis que les Francs réparent les dégâts causés à leurs villes à la fin de ğumādā II 508/fin novembre 1114 par un violent tremblement de terre dont l’épicentre semble avoir été situé en Cilicie40, à Mossoul on se préoccupait, à partir du mois de ramaḍān 508/ février 1115, d’organiser une puissante expédition qui avait cette année-là deux buts : la campagne annuelle de la Guerre Sainte et des représailles contre Il-Ġāzī. La direction des opérations fut confiée au gouverneur de Hamaḏān : Bursuq b. Bursuq qui eut sous ses ordres Zengī, alors âgé d’une trentaine d’années.

  • 41 Ibn al-Qal., 191 ; L.T., Damas, 133 en ša’bān/janvier 1115 ; I.F., II, 72 r°.

35L’armée marche vers la Syrie sans faire de détour en direction d’Édesse, la traversée de l’Euphrate s’effectue à Raqqa en ḏū’l-ḥiğğa 508/mai 1115. L’esprit de Guerre Sainte a fait place à l’esprit de représailles et le représentant du sultan n’a d’autre objectif que de s’emparer d’Il-Ġāzī. Celui-ci avait cherché refuge en Syrie où il avait demandé l’appui de Ṭuġtakīn dont les rapports avec le sultan étaient mauvais depuis la fin brutale de Mawdūd à Damas. Les deux émirs ne se sentant pas suffisamment forts pour affronter l’armée de Mossoul cherchent l’appui de Roger d’Antioche. Une rencontre a lieu près de Ḥimṣ en rağab 508/derniers jours de 1114. L’émir de Ḥimṣ, Kir-ḫān b. Qarağa assiste aux entretiens ; il supportait mal la suzeraineté qu’exerçait sur lui Ṭuġtakīn, et cherchait l’occasion de s’y soustraire. Peu après le départ de Roger et de Ṭuġtakīn, Kir-ḫān surprend Il-Ġāzī à Rastān au passage sur l’Oronte, entre Ḥimṣ et Hama, il n’a pas de peine à capturer le prince artuqide qui s’était enivré à l’étape41. L’émir de Ḥimṣ informe le sultan Muḥammad de sa capture, mais le sultan est loin et Kir-ḫān, lorsque Ṭuġtakīn le menace de représailles, ne peut que relâcher Il-Ġāzī, tout en gardant son fils comme otage.

36Pendant ce temps l’armée de Mossoul remonte le cours de l’Euphrate sur la rive droite et se dirige vers Alep sur ordre du sultan. L’émir Bursuq adresse à Lu’lu’, l’eunuque maître de la cité, un ultimatum demandant la remise de la ville ; c’était la réponse du sultan à la demande de légitimation que lui avait présentée Lu’lu’. Cette légitimation avait paru nécessaire à l’atabeg d’Alep car, depuis le 28 ğumādā II 507/10 décembre 1113, soit depuis la mort de Riḍwān, sa situation dans la ville restait précaire. Les Ismā‘īliens, leur protecteur disparu, sont violemment attaqués par la population, leurs biens sont pillés et un grand nombre d’entre eux sont massacrés ; les bénéficiaires de ces désordres sont les chiites imamites en majorité à Alep. Alp Arslān, deuxième fils de Riḍwān, incapable de gouverner, confie le gouvernement à l’eunuque Lu’lu’ qui ne tarde pas à le faire disparaître ; les vrais maîtres de la ville restent les notables qui l’appuient certes mais aux yeux desquels Lu’lu’ a besoin d’une légitimation sultanienne.

  • 42 SN, 267-9.
  • 43 SN, 272-274.
  • 44 THS, 213, appelé aussi Burğ Hāb.
  • 45 THS, 214.
  • 46 THS, 175.

37Lorsque Bursuq envoie son ultimatum la ville est incapable de se défendre seule ; la situation économique est mauvaise, le territoire, ravagé par les Francs et les Musulmans, ne procure qu’un ravitaillement médiocre, le tribut payé à Antioche grève le Trésor, et il n’y a pas de forces militaires suffisantes42. Lu’lu’ lance, à contrecœur, un appel au secours à Il-Ġāzī de Mārdīn et à Ṭuġtakīn de Damas. Tous les trois s’enferment dans Alep pour tenir tête éventuellement aux troupes du sultan. Bursuq n’attaque pas Alep et s’en va prendre Hama où il fait main basse sur les bagages que l’armée de Ṭuġtakīn y avait laissés. C’est alors que les émirs groupés à Alep vont solliciter l’aide de Roger d’Antioche ; celui-ci se porte à al-Aṯārib, à une étape de marche à l’ouest d’Alep. Ce qui réunissait ces chefs c’était leur crainte commune du sultan ; ils semblent avoir, face aux forces de l’Orient, réalisé une alliance islamo-chrétienne, bien fragile il est vrai, pour la défense de la Syrie. Bursuq renonce à attaquer Alep, il prend pour base opérationnelle Hama et pour alliés les émirs munqiḏites de Šayzar en aval sur l’Oronte. Ces princes placés entre Alep et Damas, menacés par les Francs, espéraient se débarrasser de leurs soucis par une alliance avec le sultan. Le chef de l’armée de Mossoul donne Hama à Kir-ḫān dont il renforce ainsi la position aussi bien à l’égard d’Alep et de Damas qu’à l’égard des Francs qui convoitaient cette place sur l’Oronte. Tandis que l’armée du sultan et de ses alliés est installée sur l’Oronte au pied de l’éperon rocheux que couronne le château de Šayzar, les Francs commencent à concentrer des forces près d’Apamée mais, évitant les erreurs de 1111, ils préparent une véritable campagne43. Dès le début de l’offensive, Bursuq se dérobe ; la ruse réussit, les coalisés franco-syriens se dispersent et l’émir turc attaque Kafarṭāb à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Apamée au nord de Šayzar, puis continue sa progression vers le nord sans prendre de précaution pour éclairer sa marche. Le prince d’Antioche, renseigné sur ses mouvements par des agents de Lu’lu’, attend l’armée à Hāb44, non loin de Sarmīn45 et le 22 rabī‘ II 509/14 septembre 1115 il se porte vers le Tell Danīṯ46 et déclenche l’attaque contre les troupes de Mossoul. Bursuq, surpris, ne peut organiser la défense et c’est en ordre dispersé que chaque unité cherche le salut dans la fuite : l’armée du sultan est anéantie, la Syrie est débarrassée pour un temps de la pression qu’exerçait sur elle Mossoul.

  • 47 Ibn al-Qal., 192 ; L.T., Damas, 135.
  • 48 Ibn al-Qal., 198 ; L.T., Damas, 145 ; Bidāya, XII, 180 ; SN, 277.

38Pour la première fois depuis six ans l’armée, que le sultan envoyait de Mossoul, venait d’être mise en complète déroute, sa force était anéantie. Les bénéficiaires de l’opération furent aussi bien les Artuqides de Mārdīn que les Francs d’Édesse et d’Antioche. Ces derniers en ğumādā II 509/octobre-novembre 1115 poussent une pointe contre Rafanīya dans les massifs rocheux sur la rive gauche de l’Oronte. L’émir de Damas réagit et chasse les Francs de la place un instant occupée. Ṭuġtakīn est saisi de panique, il comprend les conséquences de la bataille de Tell Danīṯ et se sent isolé47. Il va alors implorer le pardon du sultan Muḥammad qui, après l’échec de Bursuq, apparaissait plus conciliant. Très bien accueilli, Ṭuġtakīn reçoit aussi l’investiture officielle de Damas en muḥarram 510/mai-juin 1116 ; jusque-là il n’avait été qu’atabeg. La promotion de l’émir de Damas coïncide aussi avec un retour en grâce d’Āq-Sunqur al-Bursuqī, l’ancien atabeg de Mossoul, exilé dans son fief d’ar-Raḥba. Le sultan Muḥammad donne à ce dernier Alep en fief, à charge pour lui d’y rétablir la situation. Cette concession ayant été faite quelque temps avant l’assassinat de l’eunuque Lu’lu’ sur les bords de l’Euphrate en ḏū’l-ḥiğğa 510/avril 111748, on accusa al-Bursuqī du meutre, tout comme on en accusa les Ismā‘īliens dont la victime avait été un sérieux adversaire.

  • 49 Cl. Cahen remarque la chronologie inextricable de ces épisodes (SN, 278, n. 12) ; Ibn al-Qal., 199 (...)

39A Alep, l’anarchie devint une règle de gouvernement ; les caisses du Trésor sont vides, les campagnes ravagées. La population, excédée par les exigences de Roger et inquiète des tentatives d’al-Bursuqī, finit par inviter l’homme fort du moment : l’artuqide Il-Ġāzī. Il prend possession de la ville en ša‘bān 512/novembre-décembre 1118. En réponse Roger d’Antioche, à Noël 1118/9 ramaḍān 512, s’empare de ‘Azāz qui commande le passage d’Alep vers le nord49.

D. L’AVÈNEMENT DU SULTAN MAḤMUD

a) Les intrigues des émirs de Mossoul.

  • 50 Kāmil, VIII, 277.

40Peu après avoir accordé le pardon à Ṭuġtakīn le sultan Muḥammad tombe malade en ša‘bān 511/décembre 1117. L’hiver n’apporte aucune amélioration et le 24 ḏū’l-ḥiğğa 511/16 avril 1118 le sultan meurt non sans avoir investi comme héritier son fils aîné Maḥmūd alors âgé de quatorze ans50. En ce même mois d’avril 1118 le roi Baudouin disparaît à Jérusalem et la couronne passe au comte d’Édesse, Baudouin du Bourg.

41Chaque changement de souverain provoque des intrigues fomentées par les prétendants malheureux et ceux qui se sont vus dépossédés de leur poste au profit des partisans du nouveau maître. Ainsi dans la famille seldjouqide la désignation de Maḥmūd place dans l’opposition son oncle Sanğar et ses frères Mas‘ūd, Sulaymān Šāh et Tuġril Ier ; c’est autour de ces personnages que vont, tour à tour, se grouper les émirs mécontents tandis que Zengī appuyera dans toute la mesure de ses moyens le souverain légitime.

  • 51 Kāmil, VIII, 280 ; Zetterstéen, art. Mazyadites, dans ΕΙ, III, 496-7.

42L’ancien atabeg de Mossoul Āq-Sunqur al-Bursuqī, auquel déjà le sultan Muḥammad avait octroyé Alep en fief, revient en grâce : il reçoit le poste de šiḥna de Bagdad et devient ainsi le représentant du sultan dans la capitale du calife tandis que le véritable maître de la vallée du Moyen et Bas Euphrate est le chef mazyadite de Ḥilla, l’émir Dubays51.

  • 52 Ibn al-Qal., 200 ; L.T., Damas, 148 ; Zetterstéen, art. Mustaršid, dans ΕΙ, III, 824.
  • 53 Kāmil, VIII, 282.

43A Mossoul un groupe important d’émirs, d’accord avec le vizir Faḫr al-Mulk Abu ‘Alī b. ‘Ammār, pousse le jeune Mas‘ūd et son atabeg l’émir Ğuyūš beg à attaquer Bagdad. Les circonstances leur paraissent favorables lorsque le calife Mustaẓhir billāh meurt au milieu du mois de rabī‘ II 512/début avril 1118 et qu’il est alors remplacé par son fils Mustaršid billāh, cousin germain des princes seldjouqides52. En effet les émirs espèrent obtenir pour Mas‘ūd du nouveau calife l’investitude formelle comme sultan. D’autre part, Maḥmūd réside loin, à Iṣfahān ; on n’a donc pas à craindre de réaction rapide de sa part. En ğumādā II 512/octobre 1118 l’armée de Mossoul, qui compte dans ses rangs Zengī et les émirs de Sinğar et d’Irbil, se met en marche vers Bagdad. Al-Bursuqī s’inquiète mais il est promptement rassuré par des émissaires de Mossoul ; le but de l’expédition n’est pas de prendre Bagdad mais au contraire d’aider le nouveau calife et le šiḥna contre les Mazyadites, alliés arabes du sultan, qui exercent une pression continuelle sur Bagdad53.

44Les deux armées font leur jonction à Bagdad, on apprend alors l’approche de contingents envoyés par Maḥmūd sous le commandement de l’émir Mankubirs, al-Bursuqī sort de Bagdad pour se porter à sa rencontre. L’émissaire du sultan s’entend avec Dubays. Les troupes de Mossoul et de Bagdad se dirigent contre Madā’in, mais devant le spectacle imposant des forces de l’adversaire les émirs se replient sans combat ; al-Bursuqī qui a levé les armes contre le sultan légitime est abandonné par une partie de ses émirs ; il doit quitter Bagdad et va chercher refuge à Mossoul auprès de Mas‘ūd. Le poste de šiḥna revient à l’émir Mankubirs qui se rend odieux à la population et qui finira par être désavoué par le sultan.

  • 54 Kāmil, VIII, 291. Pour aṭ-Ṭuġrā’ī, voir GAL, I, 247.
  • 55 Ibn al-Qal., 202 ; L.T., Damas, 152.
  • 56 Atabegs, 444 : Mas’ūd se serait caché dans une grotte et aurait demandé le pardon que son frère lu (...)

45Dubays, ayant obtenu de Maḥmūd tout ce qu’il pouvait en espérer, va chercher à obtenir des avantages de la part des émirs de Mossoul. Le maître de Ḥilla commence à intriguer à Mossoul et appuie le projet de nomination de Mas‘ūd au sultanat. Zengī ne ménage pas ses conseils de prudence face à la campagne menée par l’émir mazyadite, mais ses avis restent sans effets déterminants. Le vizirat est retiré à Abu ‘Alī b. ‘Ammār et confié à un poète : l’ustāḏ Abu Ismā‘īl Ḥusayn b. ‘Alī al-Iṣfahānī aṭ-Ṭuġrā’ī, partisan de Dubays. Al-Bursuqī, dont la haine pour l’émir mazyadite n’est un secret pour personne, voyant les progrès de la propagande de son adversaire, s’en va rejoindre Maḥmūd. Malgré la contre-propagande de Zengī, recommandant la fidélité au sultan légitime, Ğuyūš beg fait proclamer Mas‘ūd sultan et décide d’aller attaquer Maḥmūd54. En rabī‘ I 514/juin 1120 dans la plaine d’As‘adabād, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Hamaḏān, l’armée de Mossoul, dont fait partie Zengī, rencontre les troupes de Maḥmūd55. Mas‘ūd est battu, le vizir at-Tuġray est pris et mis à mort. Le prétendant seldjouqide et l’atabeg se replient sur Mossoul en passant vers le nord au pied de la chaîne du Kurdistan. Mas‘ūd est rattrapé, dans sa retraite, par al-Bursuqī porteur d’une lettre d’amnistie et va se présenter devant son frère56. Ğuyūš beg arrive seul à Mossoul et organise les défenses de la ville, il apprend alors la réconciliation de son pupille avec son frère ; s’il ne veut pas se trouver isolé il ne lui reste plus qu’à implorer à son tour la grâce du sultan. Il arrive à bride abattue chez Maḥmūd qui lui accorde le pardon mais le nomme à un poste au Khorāsān dans la partie orientale de l’Empire.

46Après l’échec d’As‘adabād, Dubays se trouve isolé mais il a suffisamment de troupes pour mettre l’Iraq au pillage. Le calife ne dispose pas de forces suffisantes pour le mater et doit demander l’aide du sultan. L’émir mazyadite ne tient aucun compte des ordres et des avertissements de Maḥmūd et se livre au chantage auprès du calife. En rağab 514/octobre 1120, Maḥmūd arrive lui-même à Bagdad, Dubays vient de quitter la ville et fait entamer des pourparlers par sa femme ; tandis que l’on discute des conditions d’un accord, l’émir parvient à trouver un refuge chez l’artu-qide Il-Ġāzī de Mārdīn.

  • 57 Bidāya, XII, 188.

47L’étoile d’Āq-Sunqur al-Bursuqī brille à nouveau de tout son éclat au début de l’année 515/printemps 1121. En effet, pour le récompenser de son zèle et de son dévouement lors de la révolte de Mas‘ūd, le sultan accorde en fief (iqṭa‘) à l’émir la ville de Mossoul et ses dépendances de Ğazīrat Ibn ‘Umar et de Sinğar57. Enfin le sultan n’oublie pas la fidélité de Zengī à sa cause et le recommande vivement au maître de la Djéziré.

b) Il-Gāzī, chef de la Guerre Sainte

  • 58 Kāmil, VIII, 302. Les Artuqides garderont cette place jusqu’en 580 lorsque Saladin la leur prendra (...)
  • 59 Voir références dans J. Sauvaget, Alep, 92, n. 268 ; Cl. Cahen, art. Aḥdāth, dans ΕΙ2, I, 264.
  • 60 Voir références dans J. Sauvaget, Alep, 92, n. 268 ; Cl. Cahen, art. Aḥdāth, dans ΕΙ2, I, 264.

48Tandis que le sultan et l’atabeg de Mossoul se désintéressaient de la Guerre Sainte, un émir prenait la relève et seul, avec ses escadrons turcomans, poursuivait la lutte sacrée contre les Francs, Il-Ġāzī de Mārdīn. Le sultan le récompensera en 515/1121-22 en lui donnant Mayyāfāriqīn58. Pendant plus de quatre ans les seules interventions contre les Croisés seront dues à l’initiative du prince artuqide, ses campagnes seront commandées par le souci de défendre la province d’Alep et le désir de tenir les Francs en respect. Tandis que l’Iraq est préoccupé par les querelles dynastiques de la famille seldjouqide, Alep, après l’assassinat de Lu’lu’ en 511/1117, est plongée dans les troubles civils, la milice urbaine (aḥdāṯ)59 et le ra’īs de la ville, véritables maîtres de la situation, nomment et destituent les gouverneurs. La pression franque contre la ville ne diminue guère et en 512/1118 les contingents d’Antioche déclenchent une offensive qui ne s’arrête qu’aux portes de la ville ; en ša‘bān 512/novembre-décembre 1118 les notables, pour mettre un terme aux progrès francs, invitent Il-Ġāzī à prendre possession de la ville. Le souverain de Mārdīn ne manifeste que peu d’enthousiasme car les défenses de la ville sont en mauvais état, la pression franque est constante jusque dans les faubourgs, et qu’enfin les caisses du Trésor sont vides. La seule solution valable à ce moment-là est d’obtenir une trêve de la part d’Antioche. Il-Ġāzī alors installe son fils Timurtaš comme régent à Alep et rentre à Mārdīn. Une phase nouvelle commence pour Alep : celle de son rattachement aux Artuqides de Mārdīn60. Il-Ġāzī, qui est en dehors des querelles sultaniennes, peut se consacrer à la lutte contre les Francs. Le calife d’ailleurs donne son appui moral à l’action d’Il-Ġāzī en lui envoyant des robes d’honneur tandis que l’émir refuse de lui livrer Dubays b. Ṣadaqa qui est venu se réfugier chez lui. L’élément le plus important dans les campagnes successives de l’émir de Mardīn sera l’introduction en Syrie du Nord d’importants contingents turcomans dont certains finiront par s’établir dans la région et seront d’une aide non négligeable plus tard pour Zengī.

  • 61 Ibn al-Qal., 200 ; L.T., Damas, 147-148.

49En 513/1119 Il-Ġāzī décide de déclencher des opérations contre Antioche, après s’être assuré de la neutralité d’Édesse et avoir obtenu le concours des troupes de Damas. Dès le début de ramaḍān 512/mi-décembre 1118 on commence des préparatifs communs ; Ṭuġtakīn le premier avait eu l’idée d’une action concertée contre les Francs car la campagne qu’il avait déclanchée contre le royaume de Jérusalem en rompant la trêve à la mort de Baudouin Ier s’était soldée par un échec. Les Francs avaient même contre-attaque dans l’espoir de s’assurer du ravitaillement dans le Hauran pour pallier la disette qu’avait provoquée une année particulièrement sèche. Après être allé dans le Diyār Bakr pour régler certains détails, Ṭuġtakīn regagne Damas en ṣafar 513/mai-juin et quelques jours plus tard (Ier rabī‘ 513/12 juin 1119) il repart vers Alep61.

  • 62 THS, 294 sq.
  • 63 THS, 221 sq. ; Ibn al-Qal., 200-201 ; L.T., Damas, 148-149, SN, 153.
  • 64 SN, 297.
  • 65 Bidāya, XII, 184 ; SN, 286, n. 7.
  • 66 THS, 193, 213.

50Dès le mois de muḥarram 513/fin avril 1119 Il-Ġāzī franchit l’Euphrate, il passe devant Tell Bašīr et sans s’occuper d’Alep va s’installer à Qinnasrīn ; de là il lance des raids en direction de Ḥārim à l’ouest, du Rūğ au sud et de Ğabal as-Summāq au nord62. Les Francs d’Antioche se concentrent à al-Aṯārib qui leur sert de base de départ. Deux doctrines s’affrontent chez les Francs, les uns conseillent de patienter car les Turcomans, étant inaptes aux campagnes de longue durée, finiront par se retirer ; d’autres, au contraire, recommandent d’attaquer pour limiter les déprédations des Turcomans et ne pas laisser le temps aux renforts d’arriver. Du côté musulman l’impatience est grande aussi. Finalement Roger décide de passer à l’action, il avance vers la plaine de Sarmadā à 35 km à l’ouest d’Alep non loin de Tell ‘Aqibrīn63. Le 17 rabī‘ I 513/ 28 juin 1119 au matin les éclaireurs francs signalent la présence de l’ennemi tout autour de la plaine. Les Francs chargent de tous côtés tandis que de partout les cavaliers turcomans innombrables font pleuvoir une grêle de flèches64 ; la chaleur et un vent chargé de sable accablent les combattants, les fantassins francs fléchissent les premiers et sèment la panique dans les rangs des cavaliers. Les Musulmans redoublent leurs coups, Roger d’Antioche est tué au combat, un grand nombre de ses hommes sont massacrés, même les prisonniers ne sont pas épargnés65 ; un énorme butin tombe entre les mains des Musulmans ; après le succès, les Turcomans demandent leur part et rentrent chez eux. Il-Ġāzī reste seul avec Ṭuġtakīn et bien qu’Antioche soit dégarnie, ils n’osent attaquer la place et se contentent de reprendre al-Aṯārib et d’assiéger Zardanā66.

  • 67 Ibn al-Qal., 200 ; L.T., Damas, 148-149.

51Le départ des Musulmans laisse du répit aux Francs pour se réorganiser. En ğumādā I 513/août 1119 Baudouin II arrive de Jérusalem, il est désigné comme régent d’Antioche où Roger ne laissait qu’un enfant pour lui succéder. Le roi de Jérusalem reconstitue l’armée d’Antioche et souhaite dégager Zardanā. Il-Ġāzī au courant de ces projets offre une capitulation honorable à la garnison franque qui ignorait l’imminence des renforts. Baudouin se dirige vers Dānīṯ dont la plaine traversée par la route d’Alep à Antioche servit de théâtre à maintes rencontres. Le 4 ğumādā I 513/14 août 1119 Il-Ġāzī et Ṭuġtakīn attaquent les Francs sans aucun ordre de bataille ; la mêlée est confuse, finalement les troupes musulmanes se replient tandis que Baudouin reste maître du terrain. Il-Ġāzī quitte Alep pour Mārdīn l’avant-dernier jour de ğumādā I 513/septembre 1119 tandis que Ṭuġtakīn regagne Damas67.

  • 68 Ibn al-Qal., 202 ; L.T., Damas, 152.

52En muḥarram 514/printemps 1120 Il-Ġāzī et Ṭuġtakīn repartent en campagne, le comté d’Édesse est envahi, les troupes passent à Sarūğ Qaysūn et vont jusqu’à Tell Bašīr et ‘Azāz, mais le prince artuqide interdit le pillage. Peut-être espérait-il se maintenir dans cette région. Les Turcomans, frustrés de butin, se débandent, c’est à ce moment qu’interviennent des détachements de Ṭuġtakīn. Une nouvelle rencontre à Dānīṯ est esquissée, les Francs décrochent et se replient sur Ma‘arrat Miṣrīn. Il-Ġāzī conclut une trêve d’un an68.

53En ṣafar 515/mai 1121 la trêve expire et tandis qu’Il-Ġāzī se bat avec Tuġril Ier contre les Géorgiens, que Ṭuġtakīn a des ennuis dans le Ğawlān, Joscelin fait un raid sur al-Aṯārib et arrive même jusqu’aux portes d’Alep. Sulaymān, qui en est le régent, reçoit de son père l’ordre de conclure la trêve à tout prix. Battu dans sa campagne contre les Géorgiens, Il-Ġāzī rentre à Mārdīn puis, vers ša‘bān 515/fin 1121, il rétablit l’ordre à Alep en procédant à quelques exécutions spectaculaires.

  • 69 Kāmil, VIII, 309 ; SN, 295, n. 31.

54En ğumādā I 516/juillet 1122 Il-Ġāzī revient avec son neveu Balak, met le siège devant Zardanā que les Francs dégagent ; l’émir artuqide est déçu, il tombe d’ailleurs malade et perd courage. Balak réussit, près de Sarūğ, à tirer profit d’un terrain boueux pour y capturer Joscelin et Galéran au combat. Avant d’avoir pu regagner sa capitale Il-Ġāzī meurt sur le chemin de Mayyāfāriqīn le 6 ramaḍān 516/8 novembre 112269.

  • 70 Ibn al-Qal., 209 ; Bidāya, XII, 191 ; L.T., Damas, 158.

55La mort d’Il-Ġāzī amène le morcellement des États artuqides : Timurtaš reste à Mārdīn, Sulaymān sera à Mayyāfāriqīn, tandis que le neveu Sulaymān b. ‘Abd al-Ğabbār conserve Alep. Cette ville, ne pouvant plus compter sur une aide venue de l’est, menacée par les Francs et ravagée par la maladie, il ne reste plus à Sulaymān pour la conserver qu’à acheter la paix aux Francs moyennant la cession d’al-Aṯārib en ṣafar 517/avril 112370.

c) Alep après la mort d’Il-Ġāzī

  • 71 Kāmil, VIII, 311 ; Ibn al-Qal., 209 ; L.T. Damas, 158. Voir plus haut, p. 321.

56Dès la disparition d’Il-Ġāzī, Alep devient l’enjeu de convoitises multiples. Baudouin II s’empare en 517/1123 de quelques places de la principauté d’Alep, Joscelin de Tell Bašīr fait aussi des incursions sur le territoire et les Francs réussissent ainsi à emmener cinq cents chevaux, privant les Musulmans de l’essentiel de leur cavalerie. A Alep même la tension est grave, la population affolée par les incursions franques, appauvrie par les ravages de ses cultures, surexcitée par les passions religieuses rend difficile toute administration normale de la cité ; Sulaymān b. ‘Abd al-Ğabbār b. Artuq, l’émir d’Alep, n’a pas les moyens de résister seul aux Francs, aussi accepte-t-il en ṣafar 517/avril 1123, de livrer à ceux-ci l’importante place d’al-Aṯārib à trente kilomètres à l’ouest d’Alep pour obtenir une trêve71.

  • 72 Cl. Cahen, art. Balak EI2, I, 1013-1014.
  • 73 Ibn al-Qal., 209 ; L.T., Damas, 160 ; Cl. Cahen, SN, 295 sq.
  • 74 Kāmil, VIII, 312 ; Ibn al-Qal., 209 ; L.T., Damas, 159.
  • 75 Kāmil, VIII, 315.
  • 76 Bidāya, XII, 194.
  • 77 Ibn al-Qal., 211-212 ; L.T., Damas, 163.
  • 78 Kāmil, VIII, 316.

57Quelques jours plus tard Balak b. Baḥrām b. Artuq72 inflige aux Francs une sévère défaite et fait prisonniers Baudouin II et Joscelin qu’il envoie à Khartpert73. Le mois suivant, en rabī‘ I/ mai, l’émir artuqide s’empare de Ḥarrān74 et apprenant la faiblesse de son cousin d’Alep va se porter devant la ville ; finalement il parvient à y pénétrer par la ruse le Ier ğumādā 517/27 juin 1123. Aussitôt pour légitimer son autorité vis-à-vis d’une fraction au moins de la population il épouse une fille de Riḍwān. Balak ne restera plus longtemps maître d’Alep ; en effet, en ṣafar 518/mars-avril 1124, il va attaquer Manbiğ. C’est au cours du siège de la citadelle, après que la ville elle-même ait été prise, qu’une flèche décochée par une main inconnue met fin à une carrière qui s’annonçait brillante75. L’armée artuqide se disperse et Timurtaš b. Il-Ġāzī qui était finalement venu de Mārdīn aider son cousin Balak ramène son corps à Alep et s’y empare du pouvoir le 30 rabī‘ I 518/17 mai 112476. Après avoir délégué le pouvoir à un de ses hommes de confiance, Timurtaš regagne le Diyār Bakr d’où il peut plus facilement régler ses différends avec son frère Šams ad-Dawla Sulaymān de Mayyāfāriqīn. Connaissant la situation trouble d’Alep Sultan Šāh b. Riḍwān et Dubays incitent Baudouin et Joscelin, libérés, à attaquer la ville ; l’ancien émir de Ḥilla en sa qualité de chiite espérait trouver à Alep des appuis agissants. Les troupes franques viennent sous les murs d’Alep et prévoyant un siège de longue durée établissent de véritables cantonnements77. Les assiégés ne voyant pas Timurtaš venir à leur secours décident de lancer un appel à al-Bursuqī qui vient de reprendre le commandement à Mossoul. Al-Bursuqī arrive sur l’Euphrate et s’arrête d’abord dans la région de Bālis ; de là il envoie d’abord des lieutenants prendre possession de la citadelle, demande l’appui des émirs de Damas et de Ḥimṣ, et vient se présenter devant Alep en ḏū’l-ḥiğğa 518/janvier 1125 ; à son approche les Chrétiens et Dubays battent en retraite sans combat78.

  • 79 Kāmil, VIII, 318.

58Lorsque Ṭuġtakīn arrive de Damas et Kir-ḫān de Ḥimṣ, al-Bursuqī est maître de la ville et de la citadelle d’Alep depuis quelques jours. L’atabeg de Mossoul réalise une coalition syro-mésopo-tamienne contre les Francs et reprenant son rôle de chef de la Guerre Sainte il entreprend une campagne d’été, au milieu de 519/1125. L’armée musulmane parvient à prendre Kafarṭāb en Syrie centrale, la garde de la place est confiée à l’émir de Ḥimṣ79. Al-Bursuqī s’en va avec Ṭuġtakīn vers le nord pour attaquer ‘Azāz, située entre la principauté d’Antioche et le territoire de Tell Bašīr. Devant la menace musulmane le prince d’Antioche appelle à l’aide l’armée de Jérusalem. Les troupes franques parviennent à encercler les Musulmans, ceux-ci desserrent l’étreinte au prix de lourdes pertes ; al-Bursuqī gagne Alep où il laisse comme gouverneur son fils ‘Izz ad-Dīn Mas‘ūd, puis rentre à Mossoul tandis que Ṭuġtakīn de son côté regagne Damas en ğumādā I 519/juin-juillet 1125.

E. LES DEBUTS DE ZENGĪ EN IRAQ (516-522/1123-1128)

59La mort d’Il-Ġāzī mit un terme brutal à la jeune puissance artuqide. Les princes du Diyār Bakr, jaloux les uns des autres et uniquement soucieux de leur propre indépendance, ne présenteront plus de danger réel ni pour les Francs ni pour les atabegs de Mossoul.

  • 80 Ibn al-Qal., 207 ; L.T., Damas, 156.

60En Iraq, à la fin de 516/début 1123, la situation redevient confuse. L’émir Dubays reparaît dans la vallée de l’Euphrate après la mort de son protecteur Il-Ġāzī et réussit à regrouper des forces qui lui permettent d’aller ravager les environs de Bagdad80. C’est alors que le sultan décide d’envoyer des renforts à Bagdad afin de ne pas laisser le calife infliger une défaite à Dubays par ses propres moyens ; ce succès en effet aurait pour résultat d’accroître le prestige du souverain et de diminuer les forces d’un émir dont le sultan souhaite pouvoir se servir à sa guise pour faire éventuellement pression sur le calife. Les renforts arrivent de Mossoul sous le commandement d’Altuntaš al-Aburī et de Zengī, tous deux aux ordres d’Āq-Sunqur al-Bursuqī. Dès son arrivée à Bagdad ce dernier est nommé šiḥna pour tout l’Iraq et Maḥmūd, pour l’associer étroitement à la famille sultanienne, lui fait épouser la princesse Bahišt Ğihān, la mère de son pupille Mas‘ūd, qui n’est autre que le frère utérin du sultan.

61A l’arrivée des renforts de Mossoul, Dubays assure le sultan de son entière obéissance mais refuse de conclure un accord quelconque avec al-Bursuqī. L’atabeg excédé décide d’attaquer l’émir mazyadite ; il envoie des troupes s’établir dans le Bas Iraq, à Wāsiṭ dont la population avait accueilli avec satisfaction la nomination d’al-Bursuqī au poste de šiḥna.

  • 81 Bidāya, XII, 193.
  • 82 Pellat, art. Basra, ΕΙ2, I, 1117-19 ; Pellat, Milieu baṣrien ; Sauvaget, Aḥbār aṣ-Ṣin wa’l-Hind.

62Pour la première fois, Zengī va avoir l’initiative d’une opération importante : à peine âgé de trente ans il reçoit Wāsiṭ en fief, à charge pour lui de maintenir l’autorité du sultan sur cette province81. La garnison de la ville vient renforcer les contingents de Mossoul ; les troupes, placées sous le commandement de Zengī opérant en terrain difficile, dans un pays entrecoupé de canaux, mettent Dubays en fuite. Ce succès militaire vaut à Zengī une promotion politique ; en effet, le sultan Maḥmūd lui confie alors le poste de šiḥna dans le grand port de Bassora, place d’une grande importance car là aboutissait le commerce maritime avec l’Extrême-Orient82. Le nombre et le volume des transactions apportaient de substantiels revenus au Trésor, aussi le choix du sultan devait-il se porter sur un émir présentant de sérieuses garanties d’honnêteté. La seule réaction de Dubays contre cette nomination est de remonter vers le nord pour essayer d’attaquer al-Bursuqī resté seul à Bagdad. L’émir mazyadite vient camper à al-Madā’in sur la rive gauche du Tigre à une vingtaine de kilomètres au sud de Bagdad. L’atabeg de Mossoul passe alors, par prudence, sur la rive droite du Tigre. Le calife reste isolé dans sa capitale, il rappelle Dubays à l’ordre mais celui-ci continue à menacer Bagdad. Al-Mustaršid alors sort de la ville pour aller attaquer l’émir rebelle. Al-Bursuqī avec ses contingents rejoint les troupes du calife et les deux armées se dirigent ensemble vers la capitale de Dubays, Ḥilla, située à une centaine de kilomètres au sud de Bagdad. Dubays lève le camp d’al-Madā’in, traverse le Tigre et se porte à la rencontre des troupes califiennes à Mubārakat dans le district d’Āl-Nīl. Les deux adversaires sont de force égale, c’est alors que l’intervention de Zengī, venu très rapidement du sud, va décider du sort du combat. Le Ier muḥarram 517/ler mars 1123 les unités rebelles qui sont chiites subissent une dure défaite. A cette nouvelle les éléments sunnites de la population de Bagdad se déchaînent et saccagent durant plusieurs jours les sanctuaires chiites de la ville. Dès son retour dans la capitale, le 10 muḥarram/10 mars, al-Mustaršid réussit à mettre fin aux désordres populaires. Dubays dans sa fuite trouve refuge quelque temps chez Tuġril b. Muḥammad, un frère cadet du sultan, puis gagne sur l’Euphrate Qal‘at Ğa‘bar dont le seigneur est un émir ‘uqaylide, chiite comme lui.

  • 83 Bidāya, XII, 194 ; Kāmil, VIII, 315.

63Le calme ayant été rétabli en Iraq, l’année suivante, en 518/ 1124-1125, le sultan Maḥmūd relève al-Bursuqī de ses fonctions de šiḥna de tout l’Iraq, fonctions qui sont confiées à l’émir Sa‘d ad-Dawla Burt‘aš, pour lui confier la direction de la Guerre Sainte depuis Mossoul83. Rentré dans cette ville, al-Bursuqī donne l’ordre à Zengī, qui était un de ses émirs, de venir le rejoindre en Haute Mésopotamie. Zengī qui, comme nous l’avons vu, assumait la charge de šiḥna à Bassora et maintenait l’ordre dans le Bas Iraq, était las d’obéir à un chef qui était à présent fort loin. Alors, sur les conseils de son ami Zayn ad-Dīn ‘Alī b. Begtegīn, il décide de se placer directement sous les ordres du sultan et au lieu de se rendre à la convocation d’al-Bursuqī il va à Iṣfahān se mettre à la disposition de Maḥmūd. Le sultan lui réserve un chaleureux accueil, il l’investit officiellement comme émir de Bassora, le gratifie de sommes importantes et lui donne pour seconde épouse la riche veuve de l’émir Kunduġdī. Zengī regagne Bassora avec mission de protéger la région contre les pillards bédouins et contre une éventuelle attaque du calife. Se dévouant entièrement au service du sultan, Zengī lui adresse désormais des rapports détaillés sur la situation dans cette région où il arrive à rétablir la sécurité, permettant ainsi une plus grande activité du commerce.

F. LES RAPPORTS DE ZENGĪ AVEC LE SULTAN MAHMUD (519-520/1125-1126)

  • 84 Dans Kāmil, VIII, 315 l’appelle : Yaranqaš ; les deux lectures sont possibles selon la répartition (...)
  • 85 Bidāya, XII, 196.
  • 86 Il s’appelait ‘Azīz ad-Dīn Aḥmad al-Mustawfī.
  • 87 Kāmil, VIII, 323 ; Bidāya, XII, 198.

64Dans le courant de l’année 519/1125 un désaccord surgit entre le calife et le šiḥna de Bagdad. Al-Mustaršid billāh voudrait voir la tutelle du sultan moins étroite ; cette attitude oblige Barta‘aš az-Zakawī84 à se rendre auprès de Maḥmūd à Iṣfahān en rağab 519/août 1125 pour le mettre au courant de la situation, et le presser de venir en Iraq. Le calife, de son côté, envoie un message pour rassurer le sultan et essayer de le dissuader de venir à Bagdad. Comme Maḥmūd maintient son projet de venir dans la capitale, al-Mustaršid quitte sa résidence et s’installe sur la rive gauche du Tigre prêt à quitter la ville si le sultan venait à se présenter. L’évolution des relations entre le sultan et le calife ne laisse plus de solution qu’à la force. Al-Mustaršid déclenche l’offensive vers le sud afin de s’assurer le contrôle du Bas Iraq et envoie des troupes sous le commandement de l’eunuque ‘Afīf. Zengī, sujet loyal du sultan, réagit immédiatement ; il quitte Bassora et remonte la vallée de l’Euphrate jusqu’à Wāsiṭ85. Après avoir adressé un avertissement aux assaillants, l’émir passe à la contre-offensive et met en déroute les troupes de ‘Afīf. A l’annonce de cet échec, le calife est pris d’inquiétude ; il organise la défense de la ville, place la garnison sous les ordres du grand chambellan Ibn aṣ-Ṣāhib. L’inquiétude devient de la terreur lorsque le 20 ḏū l-ḥiğğa 519/17 janvier 1126 le sultan en personne se présente avec ses troupes devant Bagdad que le calife a réussi à quitter quelques heures auparavant. Tout d’abord les combats se déroulent dans les faubourgs puis la lutte se poursuit dans la ville elle-même, lutte incertaine limitée d’abord aux soldats des deux camps puis en muḥarram 520/février 1126 lorsque les hommes du sultan pillent le palais du calife la population à son tour engage le combat et s’en va attaquer le palais du sultan, celui du vizir, les demeures de certains émirs et ne peut résister au pillage du contrôleur des finances, trésorier du sultan86. Le désordre certes est grand mais il permet au calife de reprendre, grâce au concours de la population, la situation en mains. Maḥmūd se rend compte qu’il ne peut tout seul emporter la décision et appelle à l’aide Zengī son fidèle lieutenant. Une fois encore l’émir fait preuve de talent militaire, d’imagination et d’autorité. Pour se déplacer plus rapidement dans une région marécageuse et toute sillonnée de canaux Zengī réquisitionne toutes les embarcations qu’il rencontre et fait remonter ainsi la vallée du Tigre à ses troupes. L’approche des renforts et la désertion de l’émir kurde Abū l-Hayğa font perdre courage au calife. Sa situation devient rapidement intenable car si les troupes du sultan mènent des combats de rues, les troupes de Zengī pénètrent dans la ville par le fleuve et débarquant sur les rives prennent les soldats du calife à revers. Écrasé par la supériorité des forces du sultan, al-Mustaršid finit par demander la cessation des combats. Le sultan accorde le pardon et la paix non sans exiger à titre de réparation une importante somme d’argent et une grande quantité d’armes et de nombreux chevaux. L’efficacité de son aide et son autorité de commandement allaient permettre à Zengī d’avoir une promotion importante. Après avoir rétabli sa situation à Bagdad le sultan songe à regagner Iṣfahān et se préoccupe alors de nommer son représentant dans la capitale iraquienne. Il faut un homme capable de rendre à la fonction de šiḥna tout son éclat, un émir dont le dévouement au sultan ait été éprouvé, un représentant capable de tenir le calife en tutelle, une personnalité susceptible de retenir l’estime des émirs et de la population. De l’avis unanime un seul homme réunissait en lui toutes les qualités requises, c’était Zengī b. Āq-Sunqur. C’est pourquoi en rabī‘ I 520/avril 1126 le sultan confie le poste de šiḥna de Bagdad et de l’Iraq à celui qui l’avait si habilement tiré d’une situation périlleuse87. Zengī est même autorisé dans son nouveau poste à conserver les fiefs de Wāsiṭ et de Bassora qu’il avait reçus précédemment du sultan. Lorsque le 10 rabī‘ II 520/5 mai 1126, au moment des premières chaleurs bagdadiennes, Maḥmūd part rejoindre sa capitale Iṣfahān, Zengī est pratiquement le maître de Bagdad et du Bas Iraq.

G. MOSSOUL APRÈS LA MORT D’AL-BURSUQĪ

  • 88 Ibn al-Qal., 214 ; L.T., Damas, 167 ; Kāmil, VIII, 320.
  • 89 Qūmāz ou Tūmāz sont aussi possibles comme lectures.

65Un vendredi, le 9 ḏū l-qa’da 520/26 novembre 1126, alors qu’il allait prononcer la ḫuṭba à la Grande Mosquée de Mossoul l’atabeg Qasīm ad-Dawla Āq-Sunqur al-Bursuqī est assailli par des Ismā‘īliens qui, malgré sa cotte de maille, arrivent à le frapper à mort88. Les agresseurs à l’exception de l’un d’entre eux sont massacrés par la foule. Dès l’annonce de l’assassinat de son père, ‘Izz ad-Dīn Mas‘ūd quitte Alep qu’il confie à l’émir Tūmān89 et gagne Mossoul. Il reçoit l’hommage des amis de son père et se rend chez le sultan Maḥmūd à Iṣfahān pour recevoir l’investiture officielle du poste. A son retour en Djéziré, l’atabeg Mas‘ūd prend pour vizir un ancien mamlouk turc de son père : l’émir Ğāwalī. Le nouvel atabeg de Mossoul reprend pour son compte la politique de son père et souhaite maintenir un État syro-mésopotamien sous l’égide de Mossoul. Pour appliquer ce programme Mas‘ūd trouve devant lui un obstacle : l’atabeg de Damas. En effet, Ṭuġtakīn qui n’avait cessé depuis trois ans d’affermir son pouvoir en Syrie centrale et s’était emparé en rabī‘ II 520/mai 1126 de la riche oasis de Palmyre, importante étape des routes commerciales qui reliaient la Syrie centrale à la Djéziré et à Bagdad, n’était nullement disposé à se placer sous la domination du maître de Mossoul.

  • 90 Sur les Bāṭiniensà Damas voir Ibn al-Qal., 215, 221-224 ; L.T., Damas, 169-170, 178 sq.
  • 91 THS, 252, carte XIV.
  • 92 Cl. Cahen dit « fils » (SN, 306) ; voir Kāmil qui dit « frère cadet » (VIII, 322-323).
  • 93 A.K.S. Lambton, art. Anūšhirwān b. Khālid, EI2, I, 538
  • 94 Kāmil, HOC, I, 376 ; Kāmil, VIII, 323 ; SN, 306.

66Au printemps 521/1127 Mas‘ūd entre en campagne et se dirige vers la Syrie. Ṭuġtakīn vient alors de résoudre à Damas le délicat problème de la présence des Bāṭiniensen leur accordant la citadelle de Bāniyās90 et part à la rencontre des troupes de Mossoul ; celles-ci se retranchent dans ar-Raḥba située sur la rive droite de l’Euphrate en aval du confluent du Ḫābūr91. Au cours du siège Mas‘ūd tombe gravement malade, peut-être empoisonné ; le jour de sa mort (rağab 521/juillet 1127) l’armée de Mossoul privée de chef se disloque ; une partie des effectifs rallient Ṭuġtakīn. A Mossoul, l’émir Ğāwalī, vizir de l’atabeg disparu, prend le commandement et fait proclamer comme souverain le fils de Mas‘ūd92. Cette désignation, comme celle de Mas‘ūd après la mort d’al-Bursuqī, laisse supposer que dès cette époque certaines iqṭā‘ étaient attribuées à titre héréditaire. Pour obtenir l’investiture officielle de son protégé, al-Ğāwalī envoie à Bagdad une délégation composée du cadi Bahā’ ad-Dīn Abū l-Hasan ‘Alī al-Qāsim aš-Šahrazūrī et de l’ancien chambellan d’al-Bursuqī, Ṣalāḥ ad-Dīn Muḥammad al-Yaġibasānī, et joint à sa requête une forte somme d’argent. Les deux émissaires craignent al-Ğāwalī et ne souhaitent pas rester sous ses ordres ; c’est alors que la providence leur apparaît à Bagdad sous les traits de l’émir Nāṣir ad-Dīn Ğaqqār, un parent par alliance d’al-Yaġibasānī. Celui-ci informé de leurs craintes les persuade, en leur promettant des dotations, de quitter le service d’al-Ğāwalī et de demander au sultan la nomination de Zengī comme atabeg de Mossoul. Les deux députés vont trouver alors le vizir Šaraf ad-Dīn Anūširwān b. Ḫālid93 et lui font un tableau très critique de la situation dans le nord. Les Francs, qui n’ont jamais cessé d’exercer leur pression sur la Syrie et la Djéziré, ont, depuis la mort d’al-Bursuqī, disent-ils, redoublé d’audace et multiplient leurs ravages ; un enfant ne peut leur tenir tête, il faut au pouvoir un homme ferme et décidé à mener le combat contre les Francs. Ces propos sont transmis au sultan qui fait alors demander aux envoyés de Mossoul quel est à leur avis l’homme qu’ils considèrent capable de défendre l’Islam. Les députés proposent plusieurs noms et mettent un accent particulier sur celui de Zengī. Le sultan, qui connaît bien ce dernier et apprécie ses talents, accepte de le nommer à condition qu’il lui fasse parvenir une importante somme d’argent en cadeau. Les députés versèrent pour lui la somme convenue après quoi le sultan rédigea le diplôme d’investiture94 : Zengī devenait atabeg de Farḫān Šāh Alp Arslān, fils du sultan et recevait Mossoul et Alep.

67Dès sa nomination, Zengī se dirige vers sa nouvelle résidence et, pour prévenir une réaction éventuelle d’al-Ğāwalī, il s’empare de Bawāziğ qui peut lui servir de point d’appui. Mais l’émir se soumet aux ordres du sultan et se porte à la rencontre du nouveau maître. Tous deux font leur entrée solennelle dans Mossoul en ramaḍān 521 /septembre-octobre 1127.

68Dès que Zengī est installé dans son nouveau poste il réorganise l’administration et procède aux inévitables mutations du personnel. L’émir al-Ğāwalī reçoit ar-Raḥba dont les revenus ne sont pas négligeables du fait de sa situation sur la route commerciale reliant la Djéziré à Damas. Le commandement de la citadelle est confié à Nāṣir ad-Dīn Ğaqqār qui reçoit, en témoignage de gratitude, le gouvernement de la province de Mossoul et la surintendance des châteaux de la région. Les deux députés qui ont été à l’origine de sa nomination ne sont pas oubliés. Ṣalāḥ ad-Dīn al-Yaġibasānī reçoit la charge de grand chambellan tandis que Bahā’ ad-Dīn aš-Šahrazūrī devient grand cadi de tous les États de l’atabeg et conseiller intime de Zengī.

II. ZENGĪ, ATABEG DE MOSSOUL ET D’ALEP

A. LA PRISE DU POUVOIR A MOSSOUL95

  • 95 SN, 306, n. 12.

69Le premier souci du nouvel atabeg sera le rétablissement de la souveraineté de Mossoul sur les territoires voisins où certains émirs entendaient rester indépendants.

70Au moment où Zengī prend le pouvoir à Mossoul, Chrétiens et Musulmans sont affaiblis par les luttes incessantes ; les Francs conservent une certaine supériorité militaire grâce aux périodes d’entente qui leur permettent de grouper des troupes plus nombreuses que l’adversaire. Les Musulmans, faute d’un chef capable de les unir, sont en proie aux sanglantes rivalités de quelques émirs.

  • 96 R. Hartmann-B. Lewis, art. ‘Asḳalān, EI2, I, 732-733.
  • 97 Pour cette région voir la carte XV dans THS.
  • 98 Voir G. Wiet, t. IV, Histoire de la Nation Égyptienne.
  • 99 Ancienne Bezabdé ; THS., 499, 501, 522 ; actuelle ‘Ayn Divar.

71La situation politique des pays d’Islam face aux Croisés n’est pas brillante. Les Francs contrôlent de vastes territoires qui s’étendent de Mārdīn et des montagnes du Šabaḫtān jusqu’à al-‘Ariš à la frontière de l’Égypte ; ils tiennent toute la côte syrienne et palestinienne, des rochers de Rās al-Ḫanzīr jusqu’à Ascalon qu’occupent les Fatimides96. Tous les ports sont occupés par les Francs qui peuvent ainsi, d’une part être ravitaillés par les flottes des républiques italiennes, d’autre part contrôler le commerce musulman vers la Méditerranée. Seul l’intérieur du pays est aux mains des Musulmans, mais il est sans cesse soumis aux incursions franques. La province de Damas et surtout la région agricole du Hauran sont en butte aux attaques de la cavalerie de Jérusalem. Damas alors se trouve isolée et les seules routes qui restent libres pour son commerce sont celles qui par le désert mènent à ar-Raḥba et Raqqa sur l’Euphrate, encore que la sécurité n’y soit que relative car les attaques de bédouins y représentent un danger permanent. La Syrie centrale, l’antique Émesène, avec Ḥimṣ et Hama, doit faire face aux raids francs lancés depuis la rive gauche de l’Oronte. La province d’Alep ravagée par les incursions diverses et plongée dans l’anarchie subit la loi du prince d’Antioche. Le Diyār Bakr où régnent les Artuqides est constamment menacé par les Francs ; les troupes du comte d’Édesse attaquent les territoires de Ḥarrān et de Raqqa et envoient même des escadrons jusqu’à Rās al-‘Ayn sur le Ḫābūr(97. Les Francs sont alors assez forts pour exiger de certaines villes, en échange de trêves souvent de courtes durées, des •tributs et des contributions diverses. Ainsi Alep eut à verser à Antioche la moitié des revenus de son territoire ou à lui livrer une partie de ses récoltes tandis que Damas tolérait que des envoyés de Jérusalem vinssent dans la cité même libérer des prisonniers chrétiens devenus esclaves. Troubles et anarchie caractérisent la situation en Syrie, en Mésopotamie et en Égypte98, partout les Francs dominent. C’est alors que Zengī devient atabeg de Mossoul. Homme énergique mais cruel, capitaine talentueux et parfois perfide, Zengī va organiser la reconquête méthodique des territoires musulmans ; il connaît bien le terrain pour l’avoir parcouru du nord au sud dans sa jeunesse lorsqu’il n’était qu’un des émirs de l’armée de Mossoul ; il connaît aussi les hommes pour avoir vu, depuis la mort de son père, l’attitude des émirs à son égard et aussi pour avoir assisté aux querelles pour la possession de Mossoul et participé aux intrigues de la famille seldjouqide. Le premier souci de Zengī sera sinon de supprimer du moins d’atténuer les rivalités qui déchirent le camp musulman. Après avoir réorganisé l’armée de Mossoul et distribué des concessions foncières (iqṭā‘) à ses émirs, Zengī marche sur Ğazīrat Ibn ‘Umar99 qui fait partie de son domaine mais dont le gouverneur, un ancien mamelouk d’al-Bursuqī, avait refusé de se soumettre. L’atabeg essaie de gagner le rebelle par une offre substantielle d’argent mais l’émir refuse la somme et renforce les défenses. Zengī décide alors d’agir par la force ; il franchit le Tigre, que ses troupes passent les unes en barques les autres à la nage, et prend position au pied de la place au lieu-dit az-Zalāqat(la Glissante). La garnison qui avait effectué une sortie pour empêcher la formation de la tête de pont est débordée et se replie en désordre ; devant l’importance des forces de Mossoul et l’échec de ses hommes l’émir préfère traiter immédiatement. Cet accord fut pour Zengī une chance providentielle car la nuit suivante une crue soudaine du Tigre inonda la Zalāqat. Sans la capitulation rapide une grande partie des troupes de Mossoul aurait péri emportée par les flots.

  • 100 Voir THS, Le bassin de Khabour, 481-501 et carte XV.

72Après ce succès, Zengī s’attaque aux Artuqides dont les émirs ont souvent mené une politique hostile à Mossoul. Il se porte contre Niṣībīn qui, sur le Ğaġğaġ, contrôle le passage de la route d’Édesse à Mossoul. Cette place dans le bassin du Ḫābūr100 se trouvait à la limite des territoires relevant de Mossoul et appartenait alors à Ḥusām ad-Dīn Timurtaš b. Il-Ġāzī, seigneur de Mārdīn. A l’approche de Zengī, Timurtaš va trouver son cousin Rukn ad-Dawla Dāwūd b. Suqmān, émir de Ḥiṣn Kayfā, qui promet de lui envoyer des renforts. Timurtaš regagne Mārdīn d’où il envoie un message par pigeon à Niṣībīn pour annoncer l’arrivée imminente des secours de Dāwūd. L’oiseau est intercepté et Zengī apprend aussi que l’émir artuqide demande à la ville de tenir encore une vingtaine de jours. Pour ne pas donner l’éveil, l’atabeg relâche l’oiseau mais accroît très sensiblement sa pression sur Niṣībīn qui finit par capituler avant l’arrivée des renforts.

73Zengī descend ensuite vers le sud-est et se présente devant Sinğar qui, sans aucune difficulté, lui ouvre ses portes. La garnison de la place vient d’ailleurs grossir les rangs des troupes de l’atabeg.

74Rentré à Mossoul Zengī nomme des šiḥna-s (commissaires-délégués) dans toutes les villes importantes de son territoire ; ayant assuré sa domination sur le vaste domaine que lui avait conféré le sultan, il décide de reprendre la tâche qui incombait, traditionnellement si l’on peut dire, aux atabegs de Mossoul : la Guerre Sainte, le ğihād.

  • 101 Kāmil, HOC, I, 377 — « occupée », dit Ibn al-‘Aṯīr dans Atabegs, 69.

75Zengī dirige alors toute son action vers l’ouest. Ḥarrān est menacée101 par les Francs d’Édesse, la population musulmane appelle Zengī à l’aide. Celui-ci vient prendre position non loin de la ville et reçoit alors les députés qui lui offrent la soumission de la place. Ne désirant pas engager d’opérations sérieuses contre les Francs avant d’avoir stabilisé la situation dans ses propres territoires Zengī adresse un message à Joscelin pour lui demander une trêve. Le comte d’Édesse, brouillé à ce moment avec le prince d’Antioche, accepte une trêve de courte durée. Mettant à profit cet accord, Zengī va se rendre en Syrie pour y prendre possession de son fief d’Alep.

B. ZENGĪ A ALEP

  • 102 SN, 304, n. 5 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, JA, 1935.
  • 103 Ibn al-Qal., 218 ; L.T., Damas, 173.
  • 104 Voir Cl. Cahen, art. Aḥdāth, EI2, I, 264.

76Après l’assassinat d’al-Bursuqī le 9 ḏū l-qa’da 520/26 novembre 1126 nous avons vu que Mas‘ūd, son fils, avait quitté Alep pour se faire confirmer l’investiture de Mossoul par le sultan. Il avait alors confié la ville à l’émir Tūmān. Quelque temps après, en ğumādā I 520/15 mai-13 juin 1127 le sultan envoie pour le remplacer un de ses mamlouks Ḫutluġ Abah mais le lieutenant de l’atabeg refuse de s’effacer. Sur ces entrefaits, Mas‘ūd meurt au siège d’ar-Raḥba en ğumādā II 521/juillet 1127102, alors l’émir Tūmān, après s’être assuré que son maître était bien mort, accepte contre rétribution de mille dinars de céder la citadelle à Ḫutluġ qui en prend possession le 24 ğumādā II 521/7 juillet 1127103. Il accumule les injustices et ses Turcomans se rendent vite odieux à la population d’Alep dont les milices (aḥdāṯ)104 sont alors commandés par le ra’īs Faḍā’il b. Badī’. L’occasion de secouer le joug se présente dans la nuit du 1er au 2 šawwāl 521/10 octobre 1127, tandis que l’on célèbre la fête de la rupture du jeûne, les Alépins se révoltent et se désignent pour chef l’émir artuqide Badr ad-Dawla Sulaymān b. ‘Abd al-Ğabbār b. Artuq. Cet émir avait déjà été gouverneur d’Alep et se trouvait précisément dans la ville au moment de la révolte menée par Ibn Badī’. Ce n’est qu’un intermède car un notable Ibn al-Ḫaššāb conseille aux Alépins de se donner pour maître un fils de Riḍwān, l’ancien souverain seldjouqide : Ibrahim qui vient d’arriver de Djéziré. L’émir Ḫutluġ reste enfermé dans la citadelle contre laquelle viennent se heurter les flots tumultueux de la foule ; en vain les émirs Ḥassan de Manbiğ et Ḥassan de Buzā‘ā cherchent à ramener l’ordre et le calme. L’occasion semble favorable pour les Francs de s’emparer d’Alep, mais leurs disputes les empêchent d’exploiter la situation. Alep constituait en fait entre les deux États un tampon qui les mettait à l’abri de leurs mouvements d’humeur ; d’autre part, une cité dont la population est particulièrement turbulente et dont les défenses sont en mauvais état, ne risque-elle pas d’apporter plus de charge que d’avantages ? Joscelin d’Édesse arrive sous les murs de la ville et après avoir reçu un tribut se retire. Puis c’est au tour du nouveau prince d’Antioche, Bohémond II, de se présenter aux portes d’Alep ; cette fois la ville semble décidée à résister, puis cède à son habitude et achète le retrait des Francs.

  • 105 Kāmil, VIII, 326.
  • 106 Kāmil, VIII, 326 ; Bidāya, XII, 198 ; SN, 306 ; J. Sauvaget, Alep, 92.
  • 107 SN, 307, n. 13.

77Constatant les ravages de l’anarchie et les menaces pressantes des Francs, Zengī va se hâter de prendre possession d’Alep dont il a été investi comme l’avaient été, avant lui, Āq-Sunqur al-Bursuqī et ‘Izz ad-Dīn Mas‘ūd. Une fois maître de la province de Mossoul et de la route qui mène en Syrie par Niṣībīn et Ḥarrān, l’atabeg franchit l’Euphrate près de Qal‘at Nağm, prend Manbiğ et la citadelle de Buzā‘ā, située à une journée de marche au nord-est d’Alep105. De là il envoie en avant-garde à Alep deux anciens officiers d’al-Bursuqī, l’émir Sunqur ad-Dirāz (le Long en persan) et l’émir Ḥassan Qaraqūš pour faire reconnaître sa souveraineté et sa qualité de représentant du sultan. Les deux hommes et leur escorte arrivent au milieu de ḏū l-ḥiğğa 521/fin décembre 1127 porteurs du diplôme sultanien investissant Zengī de Mossoul, de la Djéziré, d’Alep et de la Syrie. L’émir Sunqur a l’ordre de ramener Sulaymān, Ibrāhīm et Ḫutluġ ; l’émir Ḥassan Qaraqūš est chargé en muḥarram 522/janvier 1128 du gouvernement d’Alep jusqu’à l’arrivée de l’atabeg. Le chambellan Ṣalāḥ ad-Dīn Yaġibasānī arrive en même temps que des renforts pour aider l’émir dans sa tâche. La population, lasse d’un désordre qui dure depuis des années, est sensible à la propagande qui ne manque pas de présenter Zengī comme le fils d’Āq-Sunqur, le gouverneur d’Alep du temps du grand sultan Malik Šāh, le descendant de l’émir qui avait alors réussi à rétablir l’ordre et à ramener la prospérité. En ğumādā II 522/juin 1128, Zengī peut faire son entrée solennelle dans Alep où la population l’accueille par des manifestations de joie106. Pour garder la sympathie de ses nouveaux sujets, Zengī ramène à Alep les restes de son père qui est toujours considéré comme un bienfaiteur de la ville ; puis, pour souligner encore davantage la légitimité de son pouvoir à Alep, l’atabeg épouse, après Il-Ġāzī et Balak, la fille de Riḍwān107. Enfin il arrive à faire accepter une trêve par Joscelin et Bohémond, ce répit va lui permettre d’organiser sa nouvelle province.

  • 108 Bidāya, XII, 199.

78Pendant que Zengī s’occupe de consolider sa position à Alep, les luttes se poursuivent entre princes seldjouqides en Iraq et au Khorāsān. En 522/1128 Sanğar, l’oncle du sultan, poussé par l’émir chiite Dubays b. Ṣadaqa, décide d’aller attaquer son neveu le sultan Maḥmūd, du Khorāsān ; le rebelle se rend à Rayy, puis progresse en direction de l’Iraq jusqu’à Hamaḏān. Il demande à son neveu de venir l’y rejoindre. Maḥmūd répond à l’appel puis se rend à Bagdad en compagnie de Dubays pour essayer de le réconcilier avec le calife, qui reste sourd aux prières du sultan. C’est alors que ce dernier songe à conférer Mossoul à Dubays espérant que ses alliances avec les princes artuqides, ses bonnes relations avec les Francs et sa qualité de chiite lui permettront mieux qu’à aucun autre de réaliser rapidement un vaste ensemble syro-djéziréen groupant Alep et Mossoul que Maḥmūd contrôlerait. Les échos de ce projet parviennent jusqu’à Zengī. L’atabeg alors quitte précipitamment Alep et va faire visite au sultan ; il reste trois jours auprès delui, lui offre en cadeau la somme de cent mille dinars et réussit ainsi à sauvegarder son poste108.

a) Zengī face aux Būrīdes de Damas

  • 109 Ibn al-Qal., 281-224 ; L.T., Damas, 174-183 ; Kāmil, VIII, 327 ; Bidāya, XII, 199 ; SN, 347-348.
  • 110 Sur le conflit entre les ismā‘īliens Nizārīs de Syrie et les partisans de Musta’lī qui appuient le (...)
  • 111 Ibn al-Qal., 220 sq. ; L.T., Damas, 177 sq. ; Hodgson, The Order of Assassins, 104-106.
  • 112 Kāmil, VIII, 328 ; Hodgson, The Order of Assassins, 105.
  • 113 Voir H.A.B. Gibb, art. Musta’lī, ΕΙ, III, 819-820 et art. Nizār, El, III, 1006.

79Peu après son installation à Alep, Zengī apparaît comme le seul adversaire sérieux des Francs. En effet l’atabeg de Damas, Ṭuġtakīn, qui s’était opposé à plusieurs reprises aux Croisés, meurt le 8 ṣafar 522/11 février 1128109. Son fils aîné Tāğ al-Mulūk Būrī, désigné par testament, lui succède comme atabeg mais le véritable maître de la ville est le vizir Ṭāhir b. Sa‘d al-Mazdaqānī, protecteur des Ismā‘īliens Nizārīs dont le chef Baḥrām était arrivé d’Alep en 521/1127110. L’activité des Ismā‘īliens devient alors très intense dans la province de Damas111. Espérant les écarter de Damas Ṭuġtakīn leur avait concédé Bāniyās alors menacé par les Francs. Les Ismā‘īliens remirent en état la place au sud de l’Hermon et vinrent aussi dans le Ğabal Baḥrā’. Le centre de gravité de l’activité Ismā‘īlienne s’était alors déplacé de la Syrie du Nord vers les provinces du centre et du sud. Au nord de Bāniyās, le wādī at-Tayim met cette place en communication avec la Biqā‘, la riche province de Ba‘albakk. Dans la vallée qui longe le versant occidental de l’Hermon s’étaient groupées des tribus de Druzes et de Nosayris, seule l’autorité du lointain pouvoir fatimide y était reconnue. Les exactions des Ismā‘īliens, protégés de Damas, indisposèrent rapidement ces tribus et l’assassinat de l’émir Baraq b. Ğandal par Baḥrām, le chef des Ismā‘īliens Nizārīs, provoqua une vive réaction. Le frère de la victime Ḍaḥḥāk b. Ğandal groupe les hommes du wādī pour aller tirer vengeance, appliquer la loi du talion et obtenir le prix du sang112. En 522/1128, Baḥrām sort de Bāniyās et s’engage dans la vallée ; aussitôt son escorte est anéantie, il est lui-même tué et sa tête est envoyée au calife du Caire. Cet épisode illustre parfaitement la rivalité qui existait entre les Ismā‘īliens Nizārīs de Syrie et les partisans de Musta‘lī qui avaient le pouvoir au Caire113. Les survivants se replient sur Bāniyās où Ismā‘īl, un compagnon de Baḥrām, prend le commandement avec l’accord du vizir de Damas al-Mazdaqānī.

  • 114 Kāmil, VIII, 329 ; Bidāya, XII, 200 ; Hodgson, The Order of Assassins, 105-106.
  • 115 Il ne profita pas longtemps de ce droit car il mourut en muḥarram 524/fin décembre 1129.

80Tāğ al-Mulūk Būrī, poussé par l’opinion publique, va réagir contre la politique du vizir qui avait laissé les Ismā‘īliens prendre de plus en plus de puissance à Damas. Des pourparlers secrets avaient été engagés par les Ismā‘īliens avec les Francs auxquels ils proposaient de livrer Damas en échange du port de Tyr. Il était alors intéressant pour les Ismā‘īliens Nizārīs d’avoir un point d’appui sur la côte d’où ils auraient pu, sans difficulté, envoyer des « missionnaires » en Égypte pour mener leur action contre les partisans de Musta‘lī. L’accord fut conclu, on devait agir le dernier vendredi de ramaḍān (13 septembre 1129). Les Francs devaient se présenter aux portes de Damas pendant que les Ismā‘īliens auraient gardé les issues de la Grande Mosquée où les autorités et les notables devaient se trouver réunis pour la prière. Averti du complot, Būrī décide d’agir sans retard. A l’issue d’une réunion tenue le mercredi 17 ramaḍān 523/4 septembre 1129 à la citadelle il fait poignarder le vizir. La tête d’al-Mazdaqānī est suspendue à la Porte de Fer (Bāb al-Ḥadīd) de la Citadelle ; c’est aussitôt le signal d’un terrible massacre des Ismā‘īliens, les aḥdāṯ (milice territoriale), auxquels s’était joint la pègre, se livrent au carnage114. Le chef des Ismā‘īliens, l’eunuque Šāḏī, est mis en croix sur les remparts de la ville avec quelques autres notables de la secte. Ce mouvement populaire, dont les chefs furent le ḥāğib Yūsuf b. Fīrūz, šiḥna de Damas et le ra’īs Ṯiqat al-Mulk Abū ḏ-Ḏawād, avait un caractère très net de réaction sunnite que trahit le titre de Muhyī ad-Dīn (rénovateur de la Religion) que reçut le ra’is lorsqu’il remplaça al-Mazdaqānī au vizirat. La violence de la réaction plonge Ismā‘īl, le successeur de Baḥrām, dans le trouble d’autant plus qu’aux possibles représailles de Damas s’ajoutent les menaces des tribus du wādī at-Tayim. Le chef Ismā‘īlien offre alors Bāniyās aux Francs en échange du droit d’asile115.

  • 116 Ibn al-Qal., 225 ; L.T., Damas, 184-187 ; Kāmil, VIII, 329 ; Bidāya, XII, 200.
  • 117 Peut-être près de Rabwa où le Baradā pénètre dans la plaine de la Ġūta. Alors le Mīdān, serait le (...)

81Débarrassé des Ismā‘īliens, Tāğ al-Mulūk Būrī va subir l’assaut des Francs116. Ceux-ci, après leurs pourparlers avec les Ismā‘īliens, avaient groupés dans le Royaume de Jérusalem des contingents des autres États latins. Les événements de Damas ne changèrent rien à leur plan et ils se mirent en mouvement vers la Syrie. Le regroupement des forces eut lieu à Bāniyās qui offrait pour une armée des possibilités de ravitaillement et des pâturages pour les montures ; Būrī, pendant ce temps, organise la défense de la ville, groupe le matériel, bat le rappel des cavaliers turcomans et des bédouins. En ḏū l-qa’da 523/16 octobre-14 novembre 1129, les Francs campent à Ğisr al-Ḫašab117 et au Mīdān. Durant plusieurs jours on s’observe de part et d’autre. Les forces de Būrī parviennent à intercepter une colonne franque partie chercher du ravitaillement dans le Hauran. Alors, craignant d’être pris à revers, les Francs lèvent le camp de nuit, laissant brûler leurs feux pour tromper l’ennemi. Damas va connaître un peu de répit mais le succès du sunnisme, sous l’impulsion de Būrī, ne manque pas d’éveiller la jalousie de Zengī. L’atabeg certes souhaite le triomphe de l’Islam sunnite mais il veut en être l’unique champion.

  • 118 Ibn al-Qal., 226-228 ; L.T., Damas, 187-190 ; Kāmil, VIII, 329-330.
  • 119 Bidāya, XII, 199.

82Deux mois plus tard, au début de 524/décembre 1129-janvier 1130 Zengī se rend de Mossoul à Alep pourr éprendre la Guerre Sainte118. D’Alep l’atabeg demande à Būrī son appui. Ce n’était pas la première fois que l’atabeg d’Alep demandait des troupes à celui de Damas, mais c’était la première fois que le prétexte d’une juste cause couvrait une ruse dont le but était d’affaiblir Damas. Būrī envoie des contingents dans le nord et donne l’ordre à son fils Bahā’ ad-Dīn Sawanğ, établi depuis peu à Hama, de se joindre à Zengī119.

83L’atabeg fait bon accueil au fils de Būrī, puis traîtreusement il s’en saisit et l’enferme avec ses émirs dans la citadelle d’Alep. Après quoi il n’a nulle peine à s’emparer de Hama. L’émir de Ḥimṣ, Kir-ḫān b. Qarağa, demande à Zengī de lui céder Hama contre une somme importante. L’atabeg feint d’y consentir, accepte l’argent et remet la ville à l’émir dont le nom est cité à la prière de midi. Le soir même Zengī arrête Kir-ḫān, laisse un de ses propres officiers à Hama et poursuit sa route vers Ḥimṣ. Arrivé sous les murs de la ville l’atabeg, tenant l’émir à sa merci, lui ordonne de prier son fils et les émirs retranchés derrière l’enceinte d’ouvrir les portes. L’appel n’a pas d’écho ; l’assaillant ne disposant d’aucun matériel lourd de siège, la défense ne posait pas de problème sérieux. Pendant plusieurs semaines les escadrons légers de Zengī tentèrent de paralyser le ravitaillement ; de temps à autre l’atabeg appliquait les verges à son prisonnier sous les yeux des assiégés, mais la ville ne cédait pas, les émirs craignant peut-être un sort semblable à celui de l’escorte de Sawanğ ou de leur propre gouverneur.

84Finalement, Zengī prend la décision de regagner Mossoul. Il confie Alep à l’émir Sawār, qui vient de quitter le service du prince de Damas pour se mettre à sa disposition, et emmène avec lui en Djéziré Kir-ḫān, Sawanğ et les émirs de Damas chargés de liens. Ces otages lui permettent de neutraliser toute éventuelle opération de Damas, d’autant plus facilement que Būrī est incapable de réunir la somme de cinquante mille dinars exigée pour la rançon de son fils.

85L’absence de scrupules de Zengī et ses manquements à la parole donnée aux émirs syriens empêcheront, pratiquement pendant tout son règne, une action commune des Musulmans contre les Francs.

C. ZENGĪ EN MÉSOPOTAMIE DE 524/1130 A 527/1133

  • 120 Bidāya, XII, 200 ; SN, 350.

86Au début de 524/début 1130 des difficultés politiques surgissent à Antioche, mais Zengī, sollicité par d’autres préoccupations, n’en tirera pas profit. En rabī‘ I 524/février 1130 Bohémond II d’Antioche est tué par des éléments turcomans dans un engagement fortuit près de Miṣṣīṣ et sa tête est envoyée selon l’usage au calife120. La disparition du prince provoque de graves troubles à Antioche. La veuve Alice, fille du roi Baudouin et d’une princesse arménienne, veut exercer la régence au nom de sa fille Constance et va jusqu’à écrire à Zengī pour lui demander son appui. La dépêche est interceptée et le messager exécuté ; aussitôt Baudouin accourt à Antioche pour régler la succession de son gendre. Pour écarter Alice il lui concède deux ports sur la côte : Lattaquié et Ğabala ; Antioche revient à la toute jeune Constance et Baudouin confie la régence de la principauté à Joscelin d’Édesse.

  • 121 Kāmil, VIII, 331.
  • 122 Voir Cl. Cahen, Diyār Bakr, JA, 1935, 242-243.
  • 123 Édit. Caire, VIII, 331.
  • 124 RHOC, II2.
  • 125 THS, carte XV, B, 1.
  • 126 Kāmil, VIII, 331 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 243.
  • 127 Ibn al-Qal., 230-231 ; L.T., Damas, 194.
  • 128 Sur cette tribu, voir F. Krenkow, art. Kilāb, ΕΙ, II, 1063.

87Les seules réactions de Zengī sont alors un raid contre al-Aṯārib dont la garnison faisait de fréquentes incursions sur le territoire d’Alep et un plus lointain contre Ma‘arrat Miṣrīn121. Inquiet des activités artuqides, Zengī confie le gouvernement d’Alep à l’émir Sawār et regagne Mossoul d’où il part en campagne dans le Diyār Bakr. Les causes du conflit n’apparaissent pas clairement dans les chroniques122. Ibn al-Aṯīr donne deux raisons différentes : d’après le Kāmil123 la cause aurait été des propos injurieux tenus contre Zengī par le prince artuqide de Mārdīn : Ḥusām ad-Dīn Timurtaš b. Il-Ġāzī. D’après l’Histoire des Atabegs124 la campagne aurait eu pour origine la constitution d’une coalition dirigée par Timurtaš de Mārdīn et dont faisait partie Rukn ad-Dawla Dāwūd b. Suqmān, prince de Ḥiṣn Kayfā, le prince d’āmid et des chefs de bande turcomans. En fait, chaque fois que l’atabeg de Mossoul restait trop longtemps éloigné en Syrie, il se produisit un regroupement des forces artuqides qui menaçait les voies de communications entre Alep et Mossoul et risquait de favoriser une révolte en Djéziré. Zengī aura à lutter jusqu’à la fin de sa vie contre les deux cousins artuqides Timurtaš de Mārdīn et Dāwūd de Ḥiṣn Kayfā. Zengī, à peine de retour dans sa capitale pour faire face à une coalition artuqide, se dirige contre le territoire de Timurtaš, limitrophe de la province de Mossoul. La rencontre a lieu dans le haut bassin du nahr ‘Awiğ, à mi-chemin entre Niṣībīn et Mārdīn, à Dārā, dans un terrain vallonné125. Zengī met les troupes artuqides en fuite et affirme son autorité sur la région126. Tandis qu’en Djéziré Zengī reprenait les affaires en main, Dubays, l’ancien émir chiite de Ḥilla et adversaire de l’atabeg, fuit l’Iraq, par crainte du calife al-Mustaršid billāh, pour chercher refuge en Syrie127. Faute de guide, Dubays, dont l’escorte a fondu en route, s’égare et finit par arriver à un campement de bédouins Banū Kilāb128 à l’est de la Ġūṭa de Damas. Aussitôt prévenu de cette présence Būrī envoie chercher le fugitif et le fait ramener le lundi 6 ša‘bān 525/ 6 juillet 1131 sous escorte à Damas où il va subir à la citadelle une captivité sans rigueur.

  • 129 Kāmil, VIII, 333 ; Bidāya, XII, 202.
  • 130 Ibn al-Qal., 231 ; L.T., Damas, 195.
  • 131 Ibn Qalānisī, Ibn al-Aṯīr (Atabegs) et Abū’l-Fidā mentionnent uniquement Sadīd ad-Dawla b. al-Anbā (...)

88La nouvelle se répand rapidement, le calife d’une part et Zengī de l’autre vont chercher à se faire livrer Dubays. Zengī propose à Būrī de l’échanger contre Sawanğ et les émirs damascains qu’il détient, l’offre est accompagnée d’une menace d’attaque en cas de refus ; le désir de retrouver son fils et d’éviter un conflit pousse Būrī à accepter l’échange129. Un fort détachement de l’armée de l’atabeg raccompagne les prisonniers damascains jusqu’à Qārā, bourg qui se trouve au nord de Nebek. Là, le jeudi 8 ḏū l-ḥiğğa 525/2 octobre 1131, comme convenu, on procède à l’échange et Dubays, fort inquiet du sort que lui réservait Zengī qu’il avait combattu à plusieurs reprises, part sous bonne escorte vers Mossoul. L’atabeg l’accueille avec courtoisie, lui fournit de l’argent et des armes et s’en fait un allié contre leur ennemi commun : le calife. Ce dernier, de son côté, prêt à pardonner à l’ancien émir de Ḥilla, aurait voulu s’en servir contre Zengī et s’était empressé d’envoyer une ambassade à Damas pour se faire livrer Dubays130. En route, les envoyés apprennent que l’émir a été livré à Zengī mais ils poursuivent leur route jusqu’à Damas où ils ne ménagent pas leurs griefs contre Zengī. Les propos sont rapportés à Zengī et, au retour, au passage de l’Euphrate près d’ar-Raḥba, l’ambassade est capturée131.

  • 132 Ibn al-Qal., 231 ; L.T., Damas, 194 ; Kāmil, VIII, 334.

89Zengī, à partir de cette époque, adopte une politique anti-califienne, c’est elle qui va déterminer son attitude dans les querelles des Seldjouqides après la disparition de Maḥmūd b. Muḥammad132.

  • 133 Sur les Aḥmadilī voir art. de V. Minorski, dans EI2, I, 369.
  • 134 Kāmil, VIII, 337.
  • 135 Bidāya, XII, 203.

90Immédiatement après la mort du sultan, en šawwāl 525/septembre 1131, trois prétendants se déclarent : Dāwūd, fils du défunt, soutenu par son atabeg Āq-Sunqur al-Aḥmadilī133 et le vizir de son père, Mas‘ūd b. Muḥammad, un frère du défunt, et Salğuq Šāh b. Muḥammad, un autre frère. Mas‘ūd qui avait été évincé par son frère rassemble une armée et au début de l’année 526/janvier 1132 marche sur Bagdad pour s’y faire officiellement investir par le calife. De son côté l’émir Qarağa as-Safī, atabeg de Salğuq Šāh, déploie tous ses efforts pour joindre Bagdad avant Mas‘ūd et y faire reconnaître son pupille. Mas‘ūd sollicite l’appui de Zengī qui le lui accorde134. L’atabeg de Mossoul descend alors le Tigre et se porte vers Takrīt où devait se faire la jonction des deux armées. Arrivé au rendez-vous, Zengī apprend que Mas‘ūd, son candidat au sultanat, est tout près de Bagdad et que l’émir Qarağa y était parvenu le premier. Profitant de ce que ses adversaires étaient isolés, Qarağa remonte le Tigre sur la rive droite et repousse l’armée de Mossoul qui se replie sur Takrīt. Le gouverneur de la place, un Kurde, Nağm ad-Dīn Ayyūb aide Zengī à passer sur la rive gauche pour échapper à l’ennemi. Ce geste fut à l’origine des relations cordiales qui régnèrent entre Zenguides et Ayyoubides jusqu’à l’avènement de Saladin135. Sa proie lui échappant, Qarağa regagne Bagdad tandis que Zengī rentre à Mossoul pour y reconstituer son armée. Mas‘ūd, déçu de la défaite de l’armée de Mossoul et se sentant isolé, se replie sans attendre le retour de Qarağa.

91C’est alors qu’apparaît un quatrième candidat : Tuġril b. Muḥammad que soutient Sanğar, l’oncle de Maḥmūd. Le calife, craignant une intervention puissante de l’armée khorasanienne de Sanğar, recommande à Mas‘ūd de se rapprocher de Salğuq Šāh. Un accord donnant la primauté à Mas‘ūd est conclu et celui-ci reçoit l’hommage de son frère Salğuq Šāh à Bagdad même. Puis les deux frères, entraînant avec eux dans l’expédition le calife et ses troupes, décident d’aller combattre leur oncle Sanğar. Celui-ci en tant que membre le plus ancien de la famille seldjouqide, donne l’ordre à Zengī de marcher sur Bagdad avec Dubays pendant que la ville est vide de troupes. La rencontre entre l’oncle et les neveux a lieu non loin de Hamaḏān le 8 rağab 526/26 mai 1132. Grâce à des unités dotées d’éléphants, Sanğar remporte un succès, il doit rattraper Mas‘ūd en fuite et lui pardonne lorsque son neveu accepte de reconnaître pour sultan Tuġril b. Muḥammad. Pendant ce temps, le calife, qui n’avait pas engagé son armée dans la bataille et en avait attendu l’issue à l’écart, retourne à Bagdad qu’occupaient déjà les troupes de Mossoul. Le 27 rağab 526/13 juin 1132 le calife engage la lutte, Dubays ménageant son avenir s’enfuit et Zengī, resté seul, rompt le combat et rentre à Mossoul tandis qu’al-Mustaršid peut se réinstaller dans sa capitale. Le calife mécontent de l’attaque de Zengī contre Bagdad décide de se venger. Les circonstances lui paraissent favorables : les princes seldjouqides sont plongés dans les querelles familiales, Dubays a repris son indépendance, les Artuqides n’interviendront pas aux côtés de l’atabeg qui vient de les repousser dans leurs montagnes du Diyār Bakr.

  • 136 Bidāya, XII, 204.

92Quelques mois après le retour du calife à Bagdad, au début de 527/fin novembre 1132, le Seldjouqide Mas‘ūd arrive dans la capitale et s’installe dans la partie occidentale. Il soumet alors de grands projets au calife pour le détourner surtout, semble-t-il, des provinces orientales ; l’une des propositions sera reprise maintes fois au cours des siècles sans jamais être réalisée : celle de l’union de la Syrie avec l’Iraq. Le Seldjouqide obtient d’être confirmé comme sultan par le calife et le dernier vendredi de muḥarram 517/9 décembre 1132, le nom de Mas‘ūd est cité dans la ḫuṭba ; quelques semaines plus tard, en rabī‘ I/janvier 1133, Mas‘ūd reçoit les traditionnelles robes d’honneur136.

93Tandis que ces entretiens se déroulent à Bagdad, le calife envoie à Mossoul Bahā’ ad-Dīn Abū l-Futūḥ al-Isfaraynī faire des remontrances à Zengī. Dès son arrivée le messager est arrêté. Al-Mustaršid alors avise le sultan de la conduite de Zengī et lui fait part de son intention d’aller attaquer Mossoul. Mas‘ūd ne peut réagir car il est déjà engagé en Ādharbaydjān à lutter contre son frère Tuġril dont l’autorité est reconnue dans les provinces orientales. Finalement en rağab 527/mai 1133 Mas‘ūd l’emporte sur son frère et est reconnu sultan dans tout l’empire seldjouqide.

  • 137 Cl. Cahen, Diyār Bakr, 244.

94Mettant à profit l’éloignement du sultan, le calife al-Mustaršid part à la mi-ša‘bān 527/fin juin 1133 attaquer Mossoul. L’atabeg confie la ville à l’émir Nāṣir ad-Dīn Ğaqqār et va lui-même se porter dans la région de Sinğar pour stopper toute intervention éventuelle des Artuqides en faveur du calife, contrôler les tribus turcomanes toujours en mouvement et créer une sorte de deuxième front. Timurtaš, que Zengī, comme le dit Claude Cahen, avait su s’attacher en lui donnant assez pour y réussir mais pas assez pour le rendre puissant, offre alors son appui à l’atabeg137. Pendant le siège, Zengī intercepte renforts et ravitaillement ; un complot tramé dans la ville par les partisans du calife échoue. Au bout de trois mois de siège al-Mustaršid ne vient pas à bout de Mossoul. Finalement il décide d’abandonner la partie et regagne Bagdad en descendant le Tigre en chaloupes avec son escorte, mesure de sécurité qui lui permettait de parer aux attaques lancées de l’une quelconque des deux rives. Le calife se résoud à demander la paix à Zengī lorsqu’il apprend que le sultan Mas‘ūd, vainqueur de son frère Tuġril, vient de rentrer à Bagdad.

a) La situation en Syrie pendant l’absence de Zengī

  • 138 Ibn al-Qal., 229-230, 232 ; L.T., Damas, 192, 196.

95A Damas, après le massacre des Ismā‘īliens, la situation ne revient au calme que lentement. Le ra’is Ṯiqat al-Mulk Abū ḏ-Ḏawād que Būrī avait nommé en remplacement d’al-Mazdaqānī au poste de vizir, soulève maintes critiques et se rend vite insupportable à ses administrés138 ; aussi l’atabeg est-il amené à l’incarcérer avec ses proches et à le destituer en rabī‘ I 525/février 1131. Son remplaçant, un cousin d’Abū ‘Alī al-Mazdaqānī, qui avait reçu une solide formation administrative et politique, répondait beaucoup mieux aux besoins de la charge.

  • 139 Kāmil, VIII, 334.

96Alors que la ville avait repris un rythme de vie normal, en ğumādā II 525/mai 1131 l’atabeg, qui avait permis le massacre des Ismā‘īliens, est attaqué à la sortie de la citadelle par deux Khorasaniens envoyés par les dirigeants Nizārīs d’Alamūt139. Būrī reçut deux blessures dont une devait être mortelle. Après l’attentat, l’atabeg réunit son conseil et désigne comme héritier présomptif son fils Ismā‘īl, qui lui succède à sa mort survenue en rağab 526/juin 1132.

  • 140 Kāmil, VIII, 337-339 ; Bidāya, XII, 204.
  • 141 Ancienne Lybo à une étape au N. de Ba’albakk et Conna ; voir THS, 409 et 411.
  • 142 Ibn al-Qal., 235 ; L.T., Damas, 201.

97Le nouvel atabeg Šams al-Mulūk n’apporte aucun changement parmi les hauts fonctionnaires : il conserve le vizir de son père et maintient le chambellan Yūsuf b. Fīrūz, šiḥna de Damas à la tête de l’administration. Les difficultés ne tardent pas à venir de l’extérieur140. D’abord Šams ad-Dawla Muḥammad, seigneur de Ba‘albakk, frère du nouvel atabeg, refuse de lui obéir et impose son autorité aux émirs de Labwa et d’ar-Rās141, contrôlant ainsi non seulement la route de la Biqā‘ vers Ḥimṣ mais aussi une partie du ravitaillement en blé de Damas. Après une brève mais sanglante campagne Ismā‘īl obtient la soumission de son frère rebelle et rentre à Damas au début de muḥarram 527/mi-novembre 1132142.

  • 143 Ibn al-Qal., 238 ; L.T., Damas, 206 ; Kāmil, VIII, 339-340.

98A la fin de ce même mois les Francs confisquent à Beyrouth des marchandises appartenant à des Musulmans de Damas. Profitant alors de l’absence du roi Foulque d’Anjou qui réglait la situation d’Antioche, Ismā‘īl exploite l’incident : il rompt la trêve en représailles aux confiscations et va en ṣafar 527/mi-décembre 1132 attaquer Bāniyās, la place franque la plus proche de Damas et la plus facile à atteindre de l’intérieur. Ismā‘īl a les main libres car le représentant de Zengī à Alep, surveille les Francs d’Antioche et les tient en haleine tandis que Zengī lui-même est occupé en Iraq. Encouragé par le rapide succès que ses troupes remportent devant Bāniyās, Ismā‘īl, profitant des conjonctures favorables, décide d’aller récupérer Hama qui depuis la captivité de Sawanğ relevait de Zengī143. Ismā‘īl déclenche son action à la fin de ramaḍān 527/ juillet 1133, escomptant qu’après un mois déjeune en période caniculaire la ville n’opposerait qu’une faible résistance. L’attaque damascaine fut lancée le jour de la rupture du jeûne et le lendemain la ville capitula tandis que la citadelle, perchée sur son promontoire escarpé dominant l’Oronte, ne tarda pas à se rendre elle aussi. Avant de prendre le chemin du retour, Ismā‘īl alla mettre le siège sous les murs de Šayzar, en aval de Hama sur l’Oronte ; bien que la place soit difficile à prendre le seigneur achète la retraite de l’atabeg pour une forte somme, et en ḏū l-qa’da 527/septembre 1133 l’armée de Damas regagne ses quartiers.

  • 144 Kāmil, VIII, 342 ; Bidāya, XII, 206 ; THS, Tibnīn.
  • 145 Ibn al-Qal., 241 ; L.T., Damas, 211.
  • 146 Ibn al-Qal., 242-243 ; L.T., Damas, 213-214.

99Peu après le roi de Jérusalem étant rentré d’Antioche décide, à son tour, de rompre la trêve avec Damas et de prendre l’offensive. Il se posait alors pour les Francs un problème aigu de ravitaillement. Le wādī at-Tayim, par où parvenaient les céréales de la Biqā‘, se trouvait contrôlé par Ismā‘īl qui avait été jusqu’à prendre Saqīf Tīrūn144 le 24 muḥarram 528/novembre 1133, aux dépens de l’émir Ḍaḥḥāk b. Ğandal145 qui, lui, avait opté pour une attitude neutre. Les Francs vont alors chercher leur ravitaillement dans le Hauran où ils sont harcelés par les cavaliers turcomans à la solde de Damas. Pour mettre fin à l’incursion des Croisés, Šams al-Mulūk Ismā‘īl pénètre en territoire franc, il pille et incendie la région de Tibériade et menace même Nazareth et Acre ; à l’annonce de ces raids les Francs se replient vers leurs bases et demandent la paix en ḏū l-ḥiğğa 528/mi-octobre 1134. Ismā‘īl, de son côté, rentre à Damas146.

100Tandis que les Būrīdes de Damas consolident leurs positions à Bāniyās et à Hama, un véritable flot de Turcomans venant de Haute Mésopotamie déferle à travers le nord de la Syrie. L’émir Sawār voulant éviter un conflit trop brutal avec Antioche, conflit auquel il aurait dû participer, parvient à diriger les turbulents cavaliers vers le comté de Tripoli qu’ils attaquent en 527/1133 ; pendant un temps la place de Bārīn elle-même se trouve assiégée, mais ce siège n’a pas de conséquences graves car les Turcomans, répugnant aux longues campagnes et dépourvus de matériel de siège, retournent vers l’est.

  • 147 Sur le Ğabal Baḥrā’ voir THS, 146 sq. ; Kāmil, VIII, 341 ; Bidāya, XII, 204. Sur l’installation vo (...)

101Les Ismā‘īliens Nizārīs ne demeuraient pas inactifs de leur côté. Pour compenser la perte de Bāniyās, ils achètent à Ibn ‘Amrūn la citadelle de Qadmūs en 527/1133 et vont à partir de cette date s’établir dans le Ğabal Baḥrā’ en Syrie centrale où ils ne tarderont pas à s’installer à Kahf, Ḫarība et Maṣyāf147.

102Sur la frontière antiochéenne, durant toute l’absence de Zengī l’activité contre les Francs reste réduite. Sawār, le représentant de l’atabeg à Alep, se borne d’abord à des escarmouches avec Joscelin, puis en ṣafar 527/décembre 1132, il engage des opérations aux fortunes diverses contre le roi de Jérusalem et les troupes d’Antioche sur le territoire de Qinnasrīn ; enfin en ğumādā II 527/avril 1133 Sawār réussit une attaque en direction de Tell Bašīr dont la garnison, qui était sortie, est fort malmenée par l’armée d’Alep.

b) Zengī dans le Diyār Bakr

  • 148 Atabegs, 86-87 ; Kāmil, VIII, 343.

103Zengī rentre à Mossoul et décide de déclancher des opérations de représailles contre les Kurdes humyadites qui lors du siège de Mossoul avaient aidé le calife. Un accord pourtant avait été conclu entre l’émir kurde ‘Isa et Zengī suivant lequel les tribus kurdes dont l’émir était le chef n’interviendraient pas dans les affaires de Mossoul moyennant quoi l’atabeg les laisserait en paix. Le pacte ayant été brisé, l’armée de Mossoul passe sur la rive gauche du Tigre et s’empare de trois places tenues par les Kurdes : Qal‘at al-‘Aqr, Qal‘at Šāš et la citadelle de Kawāšī puis rentre chez elle148.

  • 149 Ibn al-Qal., 243 ; L.T., Damas, 214-215.
  • 150 Voir Cl. Cahen, Diyār Bakr, JA, 245.

104Au printemps de 528/1134 Zengī va aussi attaquer dans le Diyār Bakr le prince artuqide de Ḥiṣn Kayfā Dāwūd b. Suqmān, qui avait aidé le calife149. Pour mener à bien ses opérations Zengī obtient l’appui du prince artuqide de Mārdīn, Timurtaš. La rencontre se déroule dans le Diyār Bakr, près d’āmid, le dernier jour de ğumādā II 528/26 avril 1134. Dāwūd est battu et Zengī s’en va assiéger āmid. La ville résiste et reste impassible lorsque l’atabeg, selon un procédé courant à cette époque, coupe les arbres autour de la ville. Le vizir Ḍiyā’ ad-Dīn Ibn al-Kafarṯūṯī conseille alors à l’atabeg de rentrer à Mossoul150.

  • 151 Aṣ-Ṣawr est à 50 km N.-E. de Mārdīn ; Kāmil, VIII, 343.

105Sur le chemin du retour, en rağab/avril-mai 1134, Zengī s’empare de la place d’aṣ-Ṣawr, l’actuel Savur, sur le plateau de Ṭūr Abdīn151 et la donne à Timurtaš en remerciement de son appui et aussi pour fixer ses intérêts vers le nord et le détourner de la province de Mossoul.

c) Attaque de Zengī contre Damas

  • 152 Ibn al-Qal., 244-247 ; L.T., Damas, 215-222 ; Kāmil, VIII, 345 ; SN, 354-355.
  • 153 Bidāya, XII, 204.
  • 154 Ibn al-Qal., 245 ; peut-être un yézidi.

106Ayant assuré la sécurité de sa province, l’atabeg de Mossoul songe à nouveau à aller attaquer Damas152. Zengī ignore d’autant moins les difficultés de cette ville que son prince, Šams al-Mulūk Ismā‘īl, lui a demandé secrètement de venir l’aider. Il n’avait pas hésité à emprisonner son frère cadet Sawanğ qu’il laissait mourir d’inanition153. La situation d’Ismā‘īl b. Būrī à Damas se détériorait rapidement car il avait pris des mesures d’exception pour obtenir de l’argent de ses sujets. En rabī‘ II 528/février 1134 le prince reçut un premier avertissement sous la forme d’un attentat auquel il échappa au cours d’une partie de chasse et dont l’auteur reprochait à Ismā‘īl ses exactions contre le peuple. Bravant l’opinion publique et celle de son entourage Šams al-Mulūk prend à son service un Kurde connu sous le nom de BAḏrān l’Infidèle (al-Kāfir)154 et le chargea de lui procurer de l’argent par tous les moyens. Le chambellan Yūsuf b. Fīrūz, šiḥna à Damas, sentant la menace peser sur lui, parvient à quitter la ville et gagner Palmyre où était installé son fils et à se mettre ainsi hors de portée de la colère du prince.

  • 155 Ibn al-Qal., 244-245 ; L.T., Damas, 216-218.
  • 156 Kāmil, HOC, I, 404 = Kāmil, VIII, 345.
  • 157 Ibn al-Qal., 246 ; L.T., Damas, 218-220 ; Kāmil, HOC, 1,403 = Kāmil, VIII, 345.
  • 158 Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 670.
  • 159 Ibn al-Qal., 248 ; L.T., Damas, 222 ; Kāmil, HOC, 1,403-405 = Kāmil, VIII, 346.

107C’est à ce moment qu’Ismā‘īl invita en secret Zengī à se hâter de venir ; il promettait de lui livrer la ville et lui offrait de châtier les émirs qui pouvaient être opposés à cette politique. Pour le prince, pris sous une avalanche de haines, la seule issue était de livrer la ville pour se sauver lui-même ; il ne manquait pas de dire à l’atabeg de Mossoul que s’il ne venait pas il se verrait obligé d’appeler les Francs155. En ville, les rumeurs circulent et les arrestations se multiplient, le départ de Yūsuf b. Fīrūz impressionne les gens. Exaspérés, civils et militaires trament des complots ; la situation est exposée à la princesse-mère Ṣafwat al-Mulk. Stupéfaite et irritée, elle fait venir son fils pour lui adresser des reproches ; ceux-ci restent sans écho. Alors pour extirper le mal il ne reste plus qu’une seule solution, et la mère, d’accord avec son entourage, fait tuer son fils. Ibn al-Aṯīr156 rapporte une version passionnelle de ce meurtre : on accusait Yūsuf b. Fīrūz d’entretenir des relations avec Ṣafwat al-Mulk. Ismā‘īl aurait décidé de supprimer Yūsuf. Le premier, aurait songé à faire disparaître sa mère qui n’aurait fait que devancer le geste de son fils. L’assassinat, qui eut lieu le 14 rabī‘ II 529/30 janvier 1131, soulagea la population. On proclama comme chef un autre fils de Ṣafwat al-Mulk, Šihāb ad-Dīn Maḥmūd, prince de Ḥimṣ, à qui tout le monde prêta serment157. Sur ces entrefaites, on apprenait que Zengī avait franchi l’Euphrate et progressait vers l’ouest. Les envoyés de l’atabeg arrivèrent à Damas où ils trouvèrent une situation contraire à celle qu’ils espéraient. Bien traités, ils furent priés d’inviter Zengī à modifier ses projets. L’atabeg ne tint pas compte du changement intervenu à Damas et accéléra sa progression ; en ğumādā I 529/mi-février 1135 une armée nombreuse vient camper au nord de Damas, entre ‘Aḏrā’ et al-Quṣayr. Dans la ville on organise la défense et l’on est résolu à subir le siège. Le commandement des opérations est confié à Damas aux émirs Šuğā ad-Dawla Bazwāğ et Mu‘īn ad-Dīn Anar. Zengī change de position, il quitte ‘Aḏrā’ pour s’installer au sud à al-‘aqaba al-qiblīya, d’où, sur la route du Hauran, il pouvait observer les sorties des Damascains. Plusieurs rencontres entre les troupes de Mossoul et l’armée et les aḥdāṯ de Damas ne donnèrent aucun résultat. Alors Zengī envoya demander la paix à Šihāb ad-Dīn qu’il invita à venir le saluer dans son camp158. Par prudence Šihāb ad-Dīn envoya à sa place pour les pourparlers son frère Baḥrām Šāh. Cette visite coïncida avec l’arrivée du ra’īs Bišr b. Karīm b. Bišr, envoyé du calife al-Mustaršid billāh. Ce messager venait avec des robes d’honneur pour Zengī et avec l’ordre pour celui-ci de regagner Mossoul. L’envoyé du calife se rendit à Damas avec le cadi Bahā’ ad-Dīn b. aš-Šahrazūrī, représentant de Zengī. On convint de citer dans la ḫuṭba à Damas le nom d’Alp Arslān b. Maḥmūd, dont Zengī était l’atabeg, ce qui ne donnait qu’une très faible satisfaction au chef de l’armée de Mossoul159. Le lendemain de l’accord, le 29 ğumādā I 529/17 mars 1135, Zengī se retire vers le nord. Chemin faisant il destitue Šams al-Ḫawaṣṣ, gouverneur de Hama, et le remplace par l’ancien gouverneur de Kafarṭāb, Ṣalāḥ ad-Dīn al-Yaġibasānī, puis rentre à Alep.

  • 160 IBN AL-‘Adīm, HOC, III, 670 ; THS, 193 ; SN, 355.

108Peu après son retour, Zengī songe à se dédommager de son échec devant Damas et entre en campagne contre les Francs d’Antioche. Le 1er rağab 529/17 avril 1135 Zengī vient assiéger al-Aṯārib à une trentaine de kilomètres à l’ouest d’Alep avant les contreforts du Ğabal Barīša. Après la prise de cette place qui contrôlait la route entre Antioche et Alep, l’atabeg la fit démanteler afin que les Francs soient moins tentés de la reprendre. Puis l’armée musulmane alla à une quinzaine de kilomètres plus au sud prendre Zardanā qui constituait un des postes avancés de la frontière orientale d’Antioche, ensuite elle prit Tell A’dī avant d’aller reprendre Ma‘arrat an-Nu‘mān160. Continuant sa progression, Zengī arrive à Kafarṭāb puis regagne Šayzar. Tandis que son lieutenant Sawār inquiète les Francs au nord d’Alep en attaquant Tell Bašīr, ‘Aynṭāb et ‘Azāz, l’atabeg doit faire face à une offensive de Bertrand, comte de Tripoli, qui avait attaqué Qinnasrīn au sud d’Alep cherchant à couper la route qui traverse la Syrie du nord au sud et à compenser la perte de Ma‘arrat an-Nu‘mān. Zengī réussit à repousser l’armée de Tripoli et revient vers le sud où son objectif va être Ḥimṣ. Ayant échoué devant Damas, Zengī décide de procéder par étapes : il se donne pour objectif d’abord Ḥimṣ puis Ba‘albakk et ensuite, une fois ses arrières bien assurés, Damas.

  • 161 IBN AL-‘Adīm, HOC, III, 671.

109Pendant les dix derniers jours du mois de šawwāl 529/début août 1135 l’atabeg multiplie ses assauts et, pour affamer la population, brûle les récoltes tout autour de Ḥimṣ161. Les nouvelles reçues d’Iraq l’empêchent de poursuivre le siège et il rentre à Mossoul en ḏū l-qa’da 529/fin août 1135.

d) Intervention de Zengī dans les affaires seldjouqides

110En Iraq, dans le Fars et au Khorāsān les luttes entre princes seldjouqides sont encore vives en 528. Au milieu de ces querelles, profitant d’un affaiblissement de la puissance du sultan, le calife va chercher à renforcer sa position.

  • 162 Atabegs, 87-88.
  • 163 Ibn al-Qal., 249 ; L.T., Damas, 224 ; Atabegs, 89 ; Bidāya, XII, 207-208.
  • 164 Ibn al-Qal., 249 ; L.T., Damas, 225 ; Atabegs, 90 ; Kāmil, VIII, 348

111A Bagdad, le sultan Mas‘ūd demande l’aide d’al-Mustaršid pour faire face à son frère Tuġril, maître de l’Iraq ‘Ağāmī, qu’il craignait voir soutenu par leur oncle Sanğar, souverain du Khorāsān162. Le calife souhaite le départ de Mas‘ūd. Celui-ci reçoit à plusieurs reprises l’ordre d’aller se battre contre Tuġril, finalement le calife envoie auprès du sultan le šiḥna de Bagdad, l’émir Ğāwalī al-Qāsimī, pour veiller à l’exécution de ses ordres. Tandis que se déroulaient les préparatifs on apprit la mort de Tuġril en muḥarram 519/octobre-novembre 1134. Mas‘ūd part et arrive à marches forcées à Hamaḏān où il espère rallier à sa cause les troupes de son frère. Un malaise éclate dans l’armée, certains émirs abandonnent le sultan, ils parviennent à Bagdad où ils persuadent le calife des mauvaises intentions de Mas‘ūd à son égard et arrivent à faire supprimer le nom de Mas‘ūd de la ḫuṭba. Poussé par quelques émirs, le calife sort de Bagdad pour marcher contre Mas‘ūd et confie sa capitale à l’émir Ğamāl ad-Dawla Iqbāl. La progression vers Hamaḏān, à travers le Zagros, est lente. Les deux armées se rencontrent le 10 ramaḍān 529/24 juin 1135, une des ailes de l’armée du calife, où figuraient plusieurs émirs turcs, rallie le sultan163. Al-Mustaršid essaie de combattre et finit par être fait prisonnier. Avec ses compagnons d’infortune le calife est interné à Sirğihān près de Zangān à 200 kms au nord de Hamaḏān. Le sultan, qui a reçu après la bataille des renforts envoyés par Zengī, délègue comme šiḥna à Bagdad l’émir Beg Abah qui rejoint son poste le dernier jour de ramadān/14 juillet 1135. Dès le lendemain, à la Rupture du Jeûne, des troubles éclatent en ville et la populace, une fois de plus, s’en prend aux Chiites, on brise des minbars, et ce n’est qu’après l’exécution d’un certain nombre de perturbateurs que le calme est rétabli. Mas‘ūd avait prévenu son oncle Sanğar de la capture du calife et lui avait demandé quelle attitude il comptait prendre. Le 16 ḏū l-qa’da (28 août) un ambassadeur de Sanğar arrive au camp de Mas‘ūd qui se trouvait alors près de Maragā, non loin du lac d’Ourmia. Deux jours plus tard, tandis que d’un commun accord les princes seldjouqides décident de rétablir le calife, celui-ci est massacré dans sa tente, avec ses compagnons, par un groupe important de Bāṭiniens164. A l’annonce de la mort de son père, Abu Ğa’far al-Manṣūr, qui était l’héritier présomptif, ordonne de fortifier la ville et se tient près à lutter contre toute agression. Mais Mas‘ūd donne l’ordre de le reconnaître pour calife légitime et il est officiellement investi le 26 ḏū’l-qa‘da/ 7 septembre 1135 sous le nom d’ar-Rāšid billāh ; il entre en fonction quelques jours plus tard et distribue largement les gratifications : tout rentre dans l’ordre.

  • 165 Atabegs, 92-93 ; Kāmil, VIII, 351-352.

112Le calme sera de brève durée ; en effet, en muḥarram 530/ octobre-novembre 1135, Zengī se rend de Mossoul à Bagdad où il amène avec lui Alp Arslān Dāwūd b. Maḥmūd dont il fait un prétendant au sultanat. Les émirs décident de se coaliser contre Mas‘ūd pour nommer un sultan qui leur devrait sa place. On se rassemble à Bagdad et les différents chefs persuadent le calife d’aller attaquer Mas‘ūd165.

113En ṣafar 530/novembre-décembre 1135, la résolution est prise, mais ar-Rāšid change d’avis : il emprisonne puis relâche quelques-uns des émirs. Les mécontents et les adversaires du calife se réfugient auprès de Zengī. L’autorité de l’atabeg de Mossoul est alors grande en Iraq, non seulement parce que son armée est puissante mais aussi parce qu’il est l’atabeg de Dāwūd b. Maḥmūd que certains veulent porter au sultanat.

  • 166 Ibn al-Qal., HOC, III, 672 ; Atabegs, 956-7 ; Kāmil, VIII, 354 ; Bidāya, XII, 210.
  • 167 Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 672 ; Bidāya, XII, 212, notice sur ar-Rāšid, 213-214.

114En rabī‘ II/janvier-février 1136 un nouveau prétendant seldjouqide apparaît : Salğuq Šāh b. Muḥammad qui attaque Wāsiṭ mais Zengī parvient à acheter l’atabeg du prince, l’émir al-Baqs, et l’opération échoue. Quelques mois plus tard, Mas‘ūd vient assiéger Bagdad. Une épidémie décime les troupes, des émirs désertent, le sultan décide de se replier. Zengī rentre à Mossoul et Dāwūd se replie sur Maraġā. C’est alors que Mas‘ūd apprend que l’émir Turuntay remonte le Tigre depuis Wāsiṭ avec des bateaux. Le sultan fait demi-tour et revient vers Bagdad, il parvient grâce à l’appui de Turuntay à passer sur la rive occidentale ; comprenant que le combat allait être inégal les émirs qui se trouvaient auprès du calife décident de rentrer chez eux. Ar-Rāšid, abandonné de tous, ne peut verser à Mas‘ūd les 400.000 dinars que celui-ci lui réclamait pour le reconnaître pour calife, parvient à gagner Mossoul où il se place sous la protection de Zengī. Quant au sultan, il s’installe à Bagdad en ḏū’l-qa‘da/août 1136 et décide de déposer ar-Rāšid pour nommer à sa place un frère d’al-Mustaršid : Abu ‘Abd Allāh Muḥammad al-Muqtafī bi-amr illāh166. Dès que Zengī et ar-Rāšid apprennent cette nomination ils dépêchent de Mossoul chacun un messager pour protester auprès du sultan. Tandis que l’envoyé d’ar-Rāšid n’est même pas reçu, l’émissaire de Zengī, qui n’est autre que son vizir Kamāl ad-Dīn aš-Šahrazūrī, est bien accueilli, il est d’ailleurs promptement acheté par al-Muqtafī : il admet la déposition d’ar-Rāšid et fait cesser les préventions du nouveau calife contre Zengī. Finalement al-Muqtafī fut cité dans la ḫuṭba aussi bien à Mossoul qu’en Syrie, dans les villes soumises à Zengī. Ne voulant pas compromettre sa situation, l’atabeg, violant tous ses devoirs d’hospitalité, pria, au début de l’année 531/ 1136, l’ancien calife de quitter son territoire. Ar-Rāšid alla alors chercher refuge auprès de son compagnon d’infortune Dāwūd b. Maḥmūd à Hamaḏān. L’année suivante, le 27 ramaḍān 532/8 juin 1138 cet éphémère calife devait tomber à Iṣfahān, victime des Bāṭiniens167.

D. RETOUR DE ZENGĪ EN SYRIE EN 531

a) Echec de Zengī devant Ḥimṣ

  • 168 Ibn al-Qal., 252 ; L.T., Damas, 227 ; Kāmil, VIII, 353.

115Ni les descendants de l’émir Kir-ḫān b. Qarağa, que Zengī avait mis en prison quelques années auparavant, ni l’émir Ḫumārtaš, qui gouvernait Ḥimṣ, n’ignoraient les projets de l’atabeg de Mossoul. Ne se sentant pas capables de résister aux forces de Zengī qui étaient déjà maîtresses de la voisine Hama, les responsables de l’ancienne Émèse engagèrent au début de 530/octobre-novembre 1135 des pourparlers avec le prince de Damas en vue d’échanger Ḥimṣ contre une autre ville moins exposée aux attaques de Zengī. On vit alors apparaître Yūsuf b. Fīrūz qui, réfugié à Palmyre et souhaitant changer de résidence, se proposa comme intermédiaire168.

  • 169 Ibn al-Qal., 253 ; L.T., Damas, 228, 232-233 ; Kāmil, VIII, 353 ; SN, 355-356.
  • 170 HOC, I, 419 ; Ibn al-Qal., 253-254 ; L.T., Damas, 228-231.

116En rabī‘ I/décembre 1135 l’échange est conclu, Ḫumārtaš se rend à Palmyre tandis que Šihāb ad-Dīn Maḥmūd, l’atabeg de Damas, ajoute Ḥimṣ à ses possessions. Le 22 rabī‘ I 530/28 décembre 1135 Yūsuf b. Fīrūz reçoit le gouvernement de la ville mais ayant été autorisé à revenir à Damas il délègue ses pouvoirs à l’émir Mu‘īn ad-Dīn Anar. Pendant que se déroulaient les négociations sur l’échange de Ḥimṣ, Sawār, le lieutenant de Zengī à Alep, essaie de profiter de la situation et envahit le territoire de Ḥimṣ. Šihāb ad-Dīn réussit à négocier une trêve avec Sawār dont les escadrons turcomans, en compensation, exécutent un raid contre le territoire de Lattaquié169 et en ramènent un important butin. En rağab 530/avril 1136 l’expédition rentre par Šayzar, puis regagne Alep et de là les Turcomans regagnent les uns le Diyār Bakr les autres la Djéziré. A Damas même, la situation politique est trouble et le retour de Yūsuf b. Fīrūz dans la ville ne diminue pas les difficultés. Peut-être Šihāb ad-Dīn a-t-il laissé revenir l’ancien chambellan pour ne plus être seul en face de l’émir Bazwāğ dont les exigences, appuyées par la présence de cavaliers turcomans, pesaient sur l’atabeg de Damas170. Bazwāğ et un certain nombre de Mamlouks ne pardonnaient pas à Yūsuf b. Fīrūz d’avoir donné son accord aux exécutions décidées par Šams al-Mulūk et le 17 ğumādā II 530/30 mars 1136 l’ancien vizir est abattu. Bazwāğ et ses complices se réfugient à Ba‘albakk, mais quelques semaines plus tard ils reviennent à Damas.

  • 171 HOC, I, 420 ; Kami, VIII, 357.
  • 172 Ibn al-Qal., 258-259 ; L.T., Damas, 238 ; Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 672-673.

117L’année suivante, vers la mi-ša‘bān 531/début mai 1137 l’armée de Mossoul franchit l’Euphrate et Zengī reparaît en Syrie. Il passe quelque temps à Alep où il s’occupe de recruter un contingent de cinq cents fantassins pour aller assiéger Ḥimṣ171. L’émir Ṣalāḥ ad-Dīn Muḥammad al-Yaġibasānī l’avait précédé devant Ḥimṣ ; il pensait pouvoir, grâce à des complicités, se faire ouvrir de l’intérieur les portes de la ville. Le plan échoua car Mu‘īn ad-Dīn Anar, émir qui commandait au nom de Damas, parvint à tenir en mains aussi bien les militaires que les civils172.

118Zengī, alternant les promesses et les menaces, poursuit le siège lorsqu’il apprend que les Francs — peut-être « inspirés » par les assiégés ou même par les émirs de Damas — partis du comté de Tripoli se dirigent vers Hama par la Bocquée. Craignant d’être coupé du nord, et voyant qu’il ne pouvait aboutir à une capitulation rapide de Ḥimṣ, l’atabeg de Mossoul conclut une trêve avec Šihāb ad-Dīn, prince de Damas, et lève le siège le 20 šawwāl 531/ 10 juillet 1137.

b) Zengī attaque Bārīn

  • 173 THS, 98-99.
  • 174 Ibn al-Qal., 259 ; L.T., Damas, 238-39 ; Kāmil, VIII, 357-358 ; Atabegs, 105, 109 ; Ibn al-‘Adīm, (...)

119A la première rencontre les éclaireurs de Zengī sous le commandement de l’émir al-Yaġibasānī luttent contre les Francs qui se retranchent dans la citadelle de Bārīn173. Cette place située sur la route de Tripoli à Hama depuis l’Antiquité avait pris un rôle important car elle pouvait servir de base de départ pour les opérations contre les communications entre Alep et Ḥimṣ. Zengī bloque la citadelle que les chroniqueurs francs appellent Montferrand, et met en batterie une dizaine de mangonneaux174. Foulque d’Anjou, roi de Jérusalem, est assiégé dans Bārīn d’où il envoie des appels au secours. La situation dans les États latins est alors troublée par l’approche de l’empereur de Byzance. Moines et prêtres s’efforcent de regrouper les énergies dans les États latins, cherchant à prouver que le danger que Zengī fait courir aux États latins est plus grave que la menace byzantine. Ils espèrent susciter l’envoi de secours pour Bārīn. Pendant le siège de cette place les troupes de Zengī enlèvent aux Francs, au nord de Hama, Kafarṭāb et Ma’arra. Dans cette dernière place, Zengī fait restituer leurs terres aux familles que les Francs avaient spoliées en 491/1098. L’atabeg de Mossoul ne laisse pas de répit à Bārīn et la garnison, manquant de vivres et désespérant de voir arriver des secours, offre de capituler, mais Zengī rejette cette offre. Peu après, à la fin du mois de ḏū’l-qa‘da 531/ début août 1137, l’atabeg apprend que des renforts sont en route de Jérusalem et de Tripoli et que l’empereur byzantin est aux portes d’Antioche. Ignorant les projets du souverain grec vis-à-vis de la Syrie, Zengī juge opportun de cesser la lutte pour n’avoir pas à combattre sur deux fronts. Il propose donc moyennant le versement de 50.000 dinars et la livraison de la place la vie sauve et la liberté à la garnison de Bārīn. A peine celle-ci a-t-elle évacué la citadelle qu’elle rencontre à une journée de marche les renforts demandés. Il était trop tard.

c) Zengī et le retour des Byzantins175

  • 175 Ibn al-Qal., 257 ; L.T., Damas, 235-236 ; SN, 356, 359.

120L’abandon du siège de Bārīn avait été motivé par les mouvements des troupes byzantines dans le voisinage de la province d’Alep. L’arrivée du Basileus à Antioche allait modifier l’échiquier politique et militaire en Syrie du Nord.

  • 176 Voir Chalandon, Comnènes, II (1), 121-122.
  • 177 Atabegs, 110 ; Kāmil, VIII, 358. Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 673-674.
  • 178 Ibn al-Qal., 263-264 ; L.T., Damas, 243-244 ; Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 674.
  • 179 J. Sauvaget, Bulletin du Musée de Beyrouth, III, 1-11 ; BMB, XII, 1955, 49.

121L’origine du retour de l’empereur byzantin était le désir de voir appliquer le traité de 1108, conclu entre les Francs et l’Empereur, d’après lequel seules les conquêtes qui se situaient en dehors des frontières de l’ancien Empire revenaient aux Latins. Ce traité, que les Francs refusèrent toujours d’appliquer, fut à l’origine de bien des troubles. Un certain temps le Basileus avait espéré gagner Antioche par une alliance matrimoniale, la princesse Alice ayant en effet proposé la main de sa fille Constance pour Manuel, le second fils de Jean Comnène176. Mais cet espoir fut déçu car les Francs, dans leur haine des Grecs, poussèrent Constance à épouser Raymond de Poitiers au printemps de l’année 530/1136. Jean Comnène, après cet affront, résolut à la fin de 530/été 1136 de se rendre à Antioche. Les premiers éléments byzantins débarquent à Adaliya au début de 531, puis d’autres contingents viennent les rejoindre. L’empereur fait une campagne en Cilicie où il enlève au fils de Léon l’Arménien les villes d’Adana et de Maṣṣīṣa (Miṣṣīṣ) puis il revient vers le sud, longe le versant oriental de l’Amanus, s’empare de Baghras et se présente sous les murs d’Antioche, au pied du Silpius, à la fin de ḏū’l-qa‘da 531/mi-août 1137. Les Francs pour détourner de leur principauté les convoitises de l’Empereur, font tous leurs efforts pour démontrer à celui-ci la menace que Zengī représente pour la Chrétienté. L’apparition de Jean Comnène dans la principauté voisine inquiète les Alépins qui, ignorant les intentions réelles et immédiates de l’empereur, fortifient leur ville et remettent les fossés en état177. Avant même que Zengī n’arrive à Ḥimṣ, son lieutenant Sawār lance un raid au nord du lac d’Antioche où il anéantit un détachement byzantin. En ḏū’l-ḥiğğa 531 /septembre 1137, Jean Comnène envoie une ambassade auprès de Zengī pour l’assurer de ses bons sentiments ; l’atabeg fait raccompagner le messager par une escorte chargée de présents. Une nouvelle ambassade byzantine vient exposer à Alep les projets de l’empereur contre Léon l’Arménien. Puis, tandis que les Byzantins s’installent en Cilicie pour hiverner, Zengī, rassuré, retourne une fois de plus en Syrie centrale178. En muḥarram 532/septembre-octobre 1137, l’atabeg se rend à Hama, puis assiège Ḥimṣ quelques jours, comme par une sorte d’habitude, et descend jusqu’à Ba‘albakk. Il prélève un tribut dans cette ville qui est une dépendance de Damas, traverse la plaine de la Biqā‘ et prend aux Damascains la citadelle de Mağdal à quelques centaines de mètres de l’ancienne résidence omeyyade de ‘Anğar (‘Ayn al-Ğarr)179. L’armée campe un certain temps auprès d’une des sources du Litani. En rabī‘ II 532/décembre 1137-janvier 1138 Zengī quitte le territoire damas-cain, revient à Hama d’où il demande des renforts à Alep pour aller assiéger, une fois de plus, Ḥimṣ.

  • 180 SN, 360.
  • 181 Streck, art. Buzā’ā. dans ΕΙ, I, 828-829 ; J. Sourdel-Thomine, art. Buzā’a, EI2, I, 1397.
  • 182 Ibn al-Qal., 265-266 ; L.T., Damas, 246 sq. ; Kāmil, VIII, 359 ; Ibn Al-‘Adīm, HOC, III, 675-676 ; (...)

122Entre-temps à Antioche Jean Comnène et Raymond étaient arrivés à un compromis et avaient décidé d’attaquer au cours de l’année 1138 les provinces d’Alep, de Šayzar, de Hama et de Ḥimṣ qui devaient revenir aux Francs en échange d’Antioche180. Zengī ignore les préparatifs des troupes franco-byzantines car en ğumādā II 532/14 février-14 mars 1138, aussi bien à Antioche que dans les places côtières, tous les marchands musulmans et notamment les commerçants d’Alep avaient été mis en résidence surveillée pour que le secret des opérations soit observé. C’est pourquoi, lorsque le 27 rağab 532/31 mars 1138 les Alépins virent apparaître l’ennemi sur la route d’al-Balāt, ils furent saisis de panique. L’empereur byzantin était descendu de Mar‘aš sur Buzā‘ā située à 45 km N.-E. d’Alep(181) et avait été rejoint par des troupes d’Antioche sans doute venues par la vallée du ‘Afrīn. Alep demande des renforts à Zengī qui les envoie mais ils n’arrivent que le 27 rağab/10 avril, soit deux jours après la prise de Buzā‘ā182. Les troupes de Jean Comnène descendent sur Alep qu’elles assiègent trois jours durant. Devant la résistance de la ville l’empereur décide qu’il faut l’isoler avant de l’attaquer une nouvelle fois. Le 9 ša‘bān 532/22 avril 1135 al-Aṯārib est prise par les Francs puis ils occupent Ma’arra et Kafarṭāb que leurs garnisons musulmanes avaient évacuées. Ainsi au milieu de ša‘bān/fin avril, les Francs avaient récupéré leur ligne de défense orientale sans même que Zengī soit intervenu.

d) Succès de Zengī à Šayzar183

  • 183 HOC, III, 677-678, ; Atabegs, 99-100.

123Tandis que Zengī se trouve en Syrie centrale à l’est de Hama, Jean Comnène décide en ša‘bān 532/avril 1138 d’aller attaquer Šayzar qui d’ailleurs n’appartenait pas à l’atabeg. Si le pont sur l’Oronte et la ville basse furent pris sans peine, la citadelle elle-même, bâtie sur un éperon rocheux, protégée par deux à pic et un profond fossé défiait toute attaque. Malgré les exhortations du Basileus, les princes ne comprenaient pas l’intérêt que présentait pour eux cette place et ne participaient guère aux combats ; ils auraient sans doute préféré combattre Zengī en plaine, mais l’empereur s’opposait à cette tactique. L’atabeg harcelait les coalisés par des escarmouches et connaissant les dissensions qui déchiraient ses adversaires, il excitait, en sous main, les princes contre l’empereur et éveillait par des messages leur défiance réciproque. Brusquement, en ramaḍān 532/mai 1138, l’émir Abu ‘l-’Asākir Sulṭan, seigneur munqiḏite de Šayzar, offre une indemnité à Jean Comnène pour qu’il lève le siège. L’empereur, sans en avertir les Francs, accepte l’offre et se retire en abandonnant même son matériel de siège dont une partie sera brûlée et l’autre récupérée par Zengī.

  • 184 Atabegs, 111-112.

124Ce départ avait peut-être été motivé, en dehors des querelles entre les coalisés, par l’annonce d’une prochaine arrivée de renforts envoyés à Zengī les uns par l’artuqide Dāwūd, seigneur de Ḥiṣn Kayfā, les autres par le calife et le sultan. L’atabeg de Mossoul avait envoyé à Bagdad le cadi Kamāl ad-Dīn b. aš-Šahrazūrī pour demander des renforts après l’arrivée du Basileus en Syrie du Nord. Le sultan Mas‘ūd faisant la sourde oreille, le cadi soudoie des meneurs qui, le vendredi, provoquent des émeutes dans les mosquées de Bagdad184. Pour calmer la foule les autorités décident l’envoi de troupes pour la Guerre Sainte ; c’est alors que l’on annonce la retraite des Byzantins de Šayzar et le cadi doit développer tous ses talents de diplomate pour qu’en fin de compte les troupes restent en Iraq et qu’elles n’occupent pas pour le sultan, sous prétexte d’assistance, des territoires soumis à Zengī. L’empereur tire la leçon de l’année 532 : les Francs ne pouvaient accepter la suzeraineté byzantine qu’autant que les musulmans resteraient assez forts pour les menacer ; il s’agissait donc désormais de ménager Zengī. Résultant des querelles entre Latins et Grecs, cette politique allait permettre à l’Islam de consolider ses positions avant de balayer et les uns et les autres hors de Syrie.

  • 185 Ibn al-Qal., 267 ; L.T., Damas, 250 ; HOC, III, 678.
  • 186 Ibn al-Qal., 266-267 ; L.T., Damas, 249 ; Bidāya, XII, 212.

125Après la retraite des Grecs, l’atabeg était fort occupé par l’affaire de Ḥimṣ dont la résistance ne diminuait guère. Finalement Zengī crut trouver une solution non seulement pour devenir le maître de Ḥimṣ mais encore pour pénétrer à Damas : il demanda à Šihāb ad-Dīn Maḥmūd, seigneur de ces deux villes, la main de sa mère Zumurrud Ḫātūn. L’accord fut conclu le 19 ramaḍān 532/ 31 mai 1138, après le succès de Zengī contre les Franco-byzantins à Šayzar. Le premier muḥarram 533, Zengī rencontra Zumurrud Ḫātūn Ṣafwat al-Mulk sous les murs de Ḥimṣ en présence des envoyés du calife, de ceux du calife d’Égypte, de l’Empereur et de Damas ; de son côté l’atabeg donna sa fille en mariage à Šihāb ad-Dīn Maḥmūd185. La princesse-douairière apportait en dot Ḥimṣ et sa citadelle ; l’atabeg comptait sur sa nouvelle compagne pour appuyer sa propagande à Damas mais il fut rapidement déçu et délaissa Zumurrud Ḫātūn, comprenant qu’il faudrait pour pénétrer à Damas trouver un autre moyen186.

  • 187 HOC, III, 678 ; SN, 363.
  • 188 Ibn al-Qal., 270 ; L.T., Damas, 253.

126L’affaire de Ḥimṣ réglée, Zengī réoccupe les places fortes de la marche orientale d’Antioche. Al-Yaġibasānī reprend Kafarṭāb, tandis que l’atabeg récupère le 19 muḥarram 533/16 septembre 1138 Buzā‘ā187, puis le Ier ṣafar/7 octobre la place d’al-Aṯārib188. Alep se trouve alors dégagé.

E. TENTATIVE DE ZENGĪ CONTRE DAMAS

a) Assassinat de Šihāb ad-Dīn189

  • 189 Ibn al-Qal., 268-269 ; L.T., Damas, 251-252 ; HOC, III, 681 ; Kāmil, VIII, 364 ; Bidāya, XII, 215.
  • 190 Voir Ibn ‘Asākir, Description de Damas, p. 300.

127Le 23 šawwāl 533/23 juin 1139 à la suite d’un complot Šihāb ad-Dīn Maḥmūd, seigneur de Damas et gendre de Zengī, est assassiné dans son lit par trois de ses intimes. Les meutriers s’enfuient de la citadelle, mais seul l’Arménien Albagas réussit à échapper, les deux autres sont pris et mis en croix sur la muraille, à Bāb al-Ğābiya190. Dès que la nouvelle du meurtre fut connue il y eut quelques mouvements dans la population et l’on tua dans la rue le contrôleur du bureau des impôts Abu Ṭālib ‘Uqayl b. Ḥaydara. Les fonctionnaires chrétiens et juifs furent révoqués pour satisfaire la foule, puis un mois plus tard ils furent réintégrés.

  • 191 HOC, III, 680 ; pour ces places voir THS, carte XV et la carte de Cl. Cahen, Diyār Bakr, 222.
  • 192 La querelle semble avoir été réglée par la négociation et Zengī ayant épousé une des filles de Tim (...)

128L’émir Mu‘īn ad-Dīn Anar, qui a défendu Ḥimṣ contre Zengī, prend rapidement la situation en main ; il propose le pouvoir à Ğamāl ad-Dīn Muḥammad, frère consanguin de Šihāb ad-Dīn et seigneur de Ba‘albakk, et expulse de Damas un autre frère, Baḥrām Šāh, qui se rendit à Alep puis de là se réfugia auprès de Zengī à Mossoul. Les émirs prêtèrent serment à Ğamāl ad-Dīn et le calme fut rétabli. Le nouveau souverain donna Ba‘albakk en fief à Mu‘īn ad-Dīn et, suivant une coutume fréquente à l’égard des atabegs, lui fit épouser sa mère. Lorsque Zumurrud Ḫātūn apprit à Alep l’assassinat de son fils elle écrivit à Zengī pour l’inciter à la vengeance et le presser de marcher contre Damas. L’atabeg menait alors campagne contre l’émir artuqide Timurtaš. Leur querelle avait éclaté en ramaḍān 533/mai 1139 et le mois suivant Zengī avait pris Dārā191, Rās al-‘Ayn, Ğabal Ğūr, dū’l-Qarnayn et, en ḏū’l-qa‘da, Ḥarrān192 dont le gouverneur l’émir Sūtakīn al-Karğī venait de mourir. C’est là que Zengī reçut le message de Zumurrud et aux premiers jours de ḏū’l-ḥiğğa il se dirigea vers Damas où les gens prévenus organisèrent les défenses.

b) Prise de Ba‘albakk par Zengī193

  • 193 Ibn al-Qal., 269 ; L.T., Damas, 252-253 ; Kāmil, VIII, 364 ; HOC, III, 681 ; Bidāya, XII, 216.
  • 194 Selon Ibn al-Qalānisi (Ibn al-Qal., 269 ; L.T., Damas, 252) ; le 1er muḥarram 534/28 août, selon I (...)

129En route, Zengī change d’objectif. Son avant-garde avec Ṣalāḥ ad-Dīn passe par Hama. Lui-même traverse l’Euphrate et arrive à Alep puis part pour Hama le 7 ḏū’l-ḥiğğa 533/5 août 1139 et prend là un important matériel de siège. Le 20 ḏū’l-ḥiğğa/19 août 1139194 l’armée de Zengī prend position devant Ba‘albakk, quatorze man-gonneaux sont mis en batterie, à tour de rôle ils pilonnent la ville nuit et jour ; finalement la cité, soumise à un blocus serré, se rend le 14 ṣafar 534/10 octobre 1139. La citadelle continue à résister, mais ne voyant venir aucun secours de Damas la garnison turque offre de capituler si on lui promet la vie sauve. Zengī accepta la condition mais dès que les hommes sortirent de la citadelle le 24 ṣafar/21 octobre il s’empara d’eux ; certains parvinrent à s’enfuir mais les autres, au nombre de trente-sept, furent mis en croix tandis que le commandant était écorché vif. Cette violation de la parole donnée provoqua dans toute la Syrie une profonde émotion et suscita chez les adversaires de l’atabeg une vive défiance.

c) Attaque de Zengī contre Damas195

  • 195 Ibn al-Qal., 271-273 ; L.T., Damas, 255-259 ; Kāmil, VIII, 367 ; Atabegs, 103-105 ; HOC, III, 681- (...)
  • 196 Voir Ibn ‘Asākir, Description de Damas, 171 n. 4, 172 n. 7.

130Après avoir réglé les affaires de Ba‘albakk, Zengī décide, suivant le plan qu’il avait préparé, de marcher sur Damas. En rabī‘ I/ novembre 1139, l’atabeg fait halte dans la Biqā‘ avant de franchir la chaîne de l’Anti-Liban et envoie le cadi Kamāl ad-Dīn b. aš-Sahrazùrī, son habituel envoyé extraordinaire pour les missions délicates, auprès de Ğamāl ad-Dīn Muḥammad b. Būrī, prince de Damas, pour lui proposer d’échanger sa ville contre Ba‘albakk, Ḥimṣ, ou toute autre place de son choix. La réponse se faisant attendre, Zengī franchit la montagne au nord de l’Hermon et arrive à Dārayyā au sud-ouest de Damas le 13 rabī‘ II 534/6 décembre 1159 ; il met en déroute un détachement damascain et le 28 rabī‘ 11/21 décembre il s’approche de la ville et repousse un corps de milice près du Muṣallā dans l’hippodrome aux Cailloux196. Zengī n’attaque pas la ville à fond, en effet le cadi Ibn aš-Šahrazūrī, technicien des émeutes et dont nous avons montré déjà l’action à Bagdad, est chargé de prendre contact avec les chefs de milice (aḥdāṯ) et les mauvais garçons (zanāṭira) pour les gagner, par l’appât de fortes sommes, à la cause de Zengī. Ces agents travaillent en ville, et l’on fixe même le jour où les complices ouvriront les portes. D’autres renseignements montrent que l’opposition est vive, on rappelle volontiers aux assiégés le sort que l’atabeg avait réservé à la crédule garnison de Ba‘albakk. Dans ces conditions, une lutte paraît inévitable si l’on pénètre dans la ville et les combats, dans le dédale des rues de la cité, risquent fort d’être très meurtriers. Zengī renonce à son projet et se contente de bloquer Damas.

  • 197 Cl. Cahen propose de lire Uvaḳ le nom généralement transcrit Abaq (cf. EI2, I, 773, art. Atsiz).

131En ğumādā I 534/24 décembre 1139-20 janvier 1140 Muḥammad b. Būrī tombe malade : Zengī reprend espoir. Le 8 ša‘bān 534/29 mars 1140 le prince meurt mais avec lui s’efface aussi tout espoir d’occuper la ville car Mu‘īn ad-Dīn Anar, d’accord avec le chef militaire prend la cité en mains et fait proclamer souverain Muğīr ad-Dīn Uvaq197, le fils du défunt, qui reçoit le serment des émirs et des hauts fonctionnaires. On ne décèle aucune dissension en ville qui puisse laisser à Zengī quelque espoir de reddition.

132Anar ne peut compter repousser l’armée de l’atabeg de Mossoul ; il entre en pourparlers avec les Francs de Jérusalem et offre contre leur aide de payer les frais de l’expédition, de leur fournir des otages et de leur livrer la place stratégique de Bāniyās dès qu’il l’aura récupérée sur l’émir Ibrāhīm b. Turġut, vassal de Zengī. Anar attire l’attention de Foulque d’Anjou sur le danger que présenterait pour le royaume de Jérusalem l’installation de Zengī à Damas.

133Dès qu’il a connaissance des pourparlers, l’atabeg de Mossoul se porte vers le Hauran pour éviter la jonction des troupes de Damas et de Jérusalem. Au début du mois de ramaḍān 534/fin avril 1140 Zengī est à Boṣrā et à Salḫad, mais les Francs se gardent de pénétrer sur le territoire de Damas. L’atabeg revient alors dans la Ġūṭa et s’installe à ‘Aḏrā’ au nord de Damas. Pendant que Zengī se trouvait dans le Hauran, Mu‘īn ad-Dīn était parti assiéger Bāniyās. La place, bloquée pendant près d’un mois et ne voyant pas venir de renforts, capitule. Comme convenu le maître de Damas la livre aux Francs qui franchissent le Jourdain et le Yarmūk. Zengī, par représailles contre les Damascains, incendie des villages de la Ġūṭa et se replie vers Hama qui est sa base opérationnelle en Syrie centrale.

  • 198 THS, 299.

134Après le succès de Mu‘īn ad-Dīn à Bāniyās, Zengī remet Ba‘albakk en état de défense, fait appel aux Turcomans dont il lance les escadrons contre le territoire de Damas et vers le Hauran. L’atabeg donne Ba‘albakk en fief à l’émir Nağm ad-Dīn Ayyūb, le père de Saladin, et va une nouvelle fois établir son camp sous les murs de Damas, où il apparaît avec son escorte de cavaliers à l’aube du samedi 5 ḏū’l-qa‘da 534/22 juin 1140. Une sortie des Damascains oblige Zengī à battre en retraite vers Marğ Rahīt, au nord-est de Damas198, où il regroupe ses forces éparpillées à travers le Hauran, la Ġūṭa et le Marġ. Sentant le ravitaillement de Damas menacé par des multiples raids des Turcomans, Mugir ad-Dīn Uvaq offre alors à Zengī de le reconnaître pour suzerain et de le citer dans la ḫuṭba. L’atabeg, de son côté, voyant qu’il ne réussirait pas à s’emparer de Damas, accepte l’offre qu’il présente à ses troupes comme un succès moral. Après l’accord, Zengī se replie vers le nord pour ne plus jamais revoir la silhouette des trois minarets de la Grande Mosquée omeyyade. Les nouvelles de Djéziré amènent l’atabeg à retourner dans son État de Mossoul.

F. ZENGĪ EN DJEZIRE

135Pendant que Zengī poursuivait ses opérations en Syrie centrale, sur les franges de son domaine de Mossoul, les chefs turcomans et kurdes d’une part et les princes artuqides d’une autre montraient de plus en plus de goût pour l’indépendance.

a) La soumission du turcoman Qifčaq199

  • 199 Atabegs, 102-103.
  • 200 Actuellement lac de Rezāyah en Iran. Voir GB, Moyen Orient, 916.

136A peine rentré de sa campagne contre Damas, Zengī décide, en ḏū’l-ḥiğğa 534/juillet-août 1140, d’aller soumettre le chef turcoman Qifğaq b. Arslān Tas dont les hommes occupaient la région montagneuse de Šahrazūr, au sud du lac d’Ourmia200. L’entourage de l’atabeg déconseillait cette expédition vers le sud-ouest de l’ādharbaydjān car Qifčaq pouvait se placer sous la suzeraineté du sultan Mas‘ūd et lui offrir cette région qui représentait un « tampon » entre les territoires soumis à l’autorité de Mossoul et les provinces obéissant au sultan.

137Passant outre aux avis de ses proches, Zengī, prétextant des propos désobligeants qu’aurait tenus à son égard le chef turcoman, part venger son honneur.

138Par d’habiles manœuvres, l’atabeg réussit à faire sortir les Turcomans de leurs défilés, il les attire dans la plaine et leur inflige une sévère défaite. Qifčaq se rend à merci, Zengī incorpore alors à ses États la place de Šahrazūr qui commande la route allant de Mossoul à Hamaḏān. Le chef turcoman s’étant mis au service de l’atabeg de Mossoul conserva, grâce à ce geste, son autorité sur la région. Les descendants de Qifčaq devaient servir fidèlement la famille zenguide jusqu’en 600/1204.

b) Opérations contre les Artuqides201

  • 201 Kāmil, VIII, 369 ; Atabegs, HOC, II2, 114-115 ; HOC, III, 684.

139Après avoir raffermi son autorité à l’est de ses territoires Zengī décide d’engager des opérations au nord contre les Artuqides. La puissance croissante de l’atabeg incita les émirs du Diyār Bakr à rechercher l’appui du prince d’Antioche pour résister à la politique d’expansion de Zengī et être protégés contre une offensive éventuelle du comté d’Édesse vers les sources du Ḫābūr.

  • 202 Voir Cl. Cahen, Diyār Bakr, 247.
  • 203 HOC, III, 683 ; Nuğūm, HOC, III, 502-513.
  • 204 Kāmil, IX, 5 ; Atabegs, 114.

140Au début de 535/août-septembre 1140, Zengī entre en conflit avec Rukn ad-Dawla Dāwūd b. Suqmān b. Artuq, prince de Ḥiṣn Kayfā. La campagne est violente, Dāwūd battu prend la fuite dans les montagnes et Zengī occupe la citadelle de Bah-mard202. Dès le début de l’hiver l’atabeg regagne la Djéziré et prend ses quartiers à Mossoul. Les deux dernières campagnes n’ayant guère rapporté de butin, la Trésorerie de Mossoul se trouvait démunie pour financer la suite des opérations. Zengī décida alors de réclamer à Alep l’acquittement du solde d’un impôt dont il avait frappé les biens des habitants trois ans plus tôt. Quelque mille dinars seulement avaient été versés sur la somme de dix mille prévus lorsqu’un violent tremblement de terre provoqua des dégâts dont l’importance amena Zengī à différer le paiement du reliquat203. L’atabeg envoya à Alep pour percevoir la somme un certain ‘Alī al-Fawatī al-‘Āgamī qui n’hésita pas à maltraiter les Alépins pour les contraindre à verser la somme exigée. Au cours de l’année 536/1141-1142, le prince artuqide d’Àmid, la capitale du Diyār Bakr, renonce à la suzeraineté de Dāwūd auquel Zengī avait infligé une sévère défaite204. Menacé par Zengī dont il savait qu’il viendrait l’assiéger dans sa capitale, le prince d’āmid se déclare vassal de l’atabeg. Il fait dire le nom de Zengī dans la ḫuṭba. Cette mesure de prudence lui permet de garder son poste et, pour plus de sūreté, l’émir artuqide n’hésite pas à venir à Mossoul même rendre hommage à l’atabeg.

c) Opérations contre les Kurdes205

  • 205 Ibn al-Qal., 277 ; L.T., Damas, 262 ; Kāmil, IX, 6 ; Atabegs, 114 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 248.
  • 206 A 100 km. S.-S.-E. du lac de Van.
  • 207 Le Strange, Lands, 92-93.
  • 208 Actuelle Amadiya dans le nord de l’Iraq à 160 km. N.-N.-E. de Mossoul.

141En 537/1142-1143 Zengī engage la lutte contre les Kurdes qui occupent au nord de Mossoul la région du Ğabal Hakkārī située dans la haute vallée du Grand Zāb206. Là, dans le massif montagneux qui limitait le domaine de Zengī, étaient installées des tribus qui échappaient au contrôle de l’atabeg et qui, descendant dans la plaine, y provoquaient de graves ravages. En ramaḍān 537/avril 1143 Zengī réussit à s’emparer de la principale place forte de ces turbulents voisins : la citadelle de Qal‘at ša‘bānī appelée aussi āsib207. Celle-ci fut rasée mais, comme il était nécessaire d’avoir un point d’appui dans cette région pour contrôler les mouvements des tribus, Zengī fit bātir sur un site où se trouvaient déjà des ruines anciennes, entre ša‘bānī et Mossoul, une nouvelle forteresse, moins importante mais plus facile à protéger, qui reçut en son honneur le nom de ‘Imādiya208.

d) La situation à Alep pendant l’absence de Zengī209

  • 209 HOC, III, 683-684 ; SN, 364.

142Tandis que Zengī consolidait ses positions sur les frontières septentrionales et orientales, à l’ouest, Sawār s’efforçait de contenir les Francs et de contrôler les turbulents Turcomans. Ceux-ci sans cesse faisaient des incursions en territoire franc non sans provoquer des plaintes auprès de Zengī. Finalement, par représailles, les Francs d’Antioche lancent une attaque contre Sarmīn dont ils saccagent les oliviers, puis ils pénètrent dans le Ğabal as-Summāq qu’ils pillent. A cette attaque, Sawār répond en envoyant contre le territoire d’Alep des escadrons turcomans placés sous le commandement de son fils ‘Alam ad-Dīn, en ramadān 536/avril 1142. Évitant Ǧisr al-Ḥadīd, qui était fortement défendu, les troupes franchissent l’Oronte à gué en amont et parviennent aux portes d’Antioche, puis les cavaliers tournent bride en emmenant un important butin.

  • 210 Ibn al-Qal., 276 ; L.T., Damas, 262 ; SN, 365-367.
  • 211 Chalandon, II, (I) chap. IX, 175-193.
  • 212 Kāmil, IX, 6 ; SN, 121 et n. 28, 29 ; Vasiliev (A.A.), Histoire de l’Empire Byzantin, vol. II, 55  (...)

143L’année suivante le seigneur d’Antioche apparaīt à l’est d’Alep dans la région de Buzā‘ā coupant la route qui reliait Alep à l’Euphrate ; Sawār repousse les Francs vers le nord pour maintenir la liaison avec Mossoul, et afin d’éviter une nouvelle coupure il conclut une trêve avec Joscelin II, le comte d’Édesse210. Le retour de Jean Comnène en Asie211 ne manque pas d’inquiéter les Alépins. Au début de 537/1142 après avoir traversé la Cilicie et neutralisé Joscelin d’Édesse, en ayant obtenu de ce dernier des otages, le Basileus campe à Baghras. Le prince d’Antioche déploie un grand talent diplomatique et obtient que les Grecs n’attaquent pas sa ville. Ceux-ci, pour se dédommager, font alors une rapide incursion dans le comté de Tripoli mais la saison étant avancée le Basileus décide d’établir ses quartiers d’hiver en Cilicie. Au printemps suivant, le 20 ramadān 537/8 avril 1143 Jean Comnène est mortellement blessé par une flèche empoisonnée au cours d’une partie de chasse dans le Marğ ad-Dibağ212 entre ‘Aynṭàb et Mar‘aš. Son fils Manuel obtient sa succession mais il est pressé de rentrer à Constantinople pour empêcher son frère aīné Isaac de s’emparer du pouvoir. Cet accident allait donner quelque répit tant aux Francs qu’aux Musulmans car les préoccupations occidentales du nouveau souverain allaient tenir les Grecs éloignés de Syrie pendant plusieurs années.

e) Conflit entre Zengī et le sultan Mas‘ūd213

  • 213 Kāmil, IX, 6 ; Atabegs, 115-116 ; Bidāya, XII, 218 ; Crusades, I, 460.

144Du jour où Mas‘ūd devint sultan en 527/1133 et qu’il eut proposé l’union de la Syrie à l’Iraq, un certain nombre d’émirs et de gouverneurs qui relevaient de lui furent en rébellion permanente contre son autorité afin de garder leur autonomie dans les provinces occidentales du califat. Le sultan soupçonnait, non sans raison, Zengī de lui susciter des embarras en poussant tantôt l’un tantôt l’autre à la révolte. Ainsi, tandis que Mas‘ūd devait ramener l’ordre dans un secteur de son empire, l’atabeg pouvait étendre ses conquêtes et accroītre sa puissance sans être gêné d’abord autour de Mossoul, puis plus tard dans la province d’Alep.

  • 214 Dinars frappés à Bagdad ; Atabegs, 115, n. 1.

145Zengī chercha à appliquer un plan d’unité syro-mésopota-mienne faisant échec au projet syro-irakien du sultan. Pour être confirmé à Mossoul l’atabeg avait dū, comme nous l’avons vu, verser une substantielle participation au Trésor de Bagdad et si Zengī avait pu obtenir un diplôme d’investiture pour Alep il le devait surtout à l’intervention du calife. Aux yeux de ce dernier Zengī représentait dans l’empire abbasside un contrepoids valable au pouvoir du sultan et lui permettait de se maintenir en pratiquant la classique politique de bascule. De son côté le sultan ne manqua pas d’essayer de provoquer la perte de l’atabeg. En 538/ juillet 1143-juillet 1144, Mas‘ūd voit enfin le calme régner dans ses États et vient, comme chaque année, séjourner à Bagdad. C’est alors qu’il décide d’aller attaquer Zengī à Mossoul. Le sultan rassemble des troupes puis lui adresse une sorte d’ultimatum en le priant de venir à Bagdad. L’atabeg refuse et allègue les devoirs sacrés de la lutte contre l’Infidèle, devoirs qui l’empêchent de quitter ses États. Cette réponse est portée par un messager chargé en outre d’apaiser le sultan auprès de qui séjourne, véritable otage, Sayf ad-Dīn Ġāzī, le fils aīné de Zengī. Le sultan nomme alors pour diriger la Guerre Sainte son propre frère Dāwūd. De nombreux messagers circulent entre Bagdad et Mossoul, finalement le Sultan renonce à son projet offensif et Zengī promet de remettre 100.000 dinars imamiens214 au sultan. L’atabeg d’ailleurs envoie immédiatement un acompte de 20.000 dinars, principalement constitués en marchandises, et annonce le reliquat pour plus tard.

146Les affaires de Mas‘ūd se détériorent et sentant le besoin de ménager Zengī il lui fait remise du reste de la dette et lui donne l’ordre d’aller attaquer Édesse.

G. LA PRISE D’ÉDESSE215

  • 215 Ibn al-Qal., 279 ; L.T., Damas, 266-267 ; Kāmil, HOC, I, 445-448 ; IX, 7-9 ; Atabegs, 118-125 ; Bi (...)

147Partant d’Édesse, capitale du comté, les Francs avaient petit à petit envahi presque tout le nord de la Mésopotamie et leur progression n’avait été stoppée que par les défilés du Diyār Bakr où régnaient les Artuqides.

148Les Croisés avaient fait des incursions dans le haut bassin du Ḫābūr, avaient atteint Niṣībīn, Āmid et même les faubourgs de Mārdīn. Pratiquement toute la rive gauche de l’Euphrate d’al-Bīra à Bālis était sous l’autorité du comte d’Édesse dont les cavaliers vinrent plus d’une fois jusqu’à Raqqa. La ville musulmane la plus proche, et de ce fait la plus menacée, était Ḥarrān. Cette puissance franque représentait une menace sérieuse pour Zengī qui décida de réagir en reprenant la Guerre Sainte.

149Pendant les années où Zengī fut absent de Syrie l’activité de son lieutenant Sawār se limita à quelques raids lancés d’Alep contre le territoire de la principauté d’Antioche. Aucune offensive n’avait été déclanchée par les Francs. Les relations entre le prince d’Antioche et le comte d’Édesse s’étaient fortement tendues. Celles de Raymond d’Antioche avec le Basileus n’étaient guère meilleures car, comme ses prédécesseurs, le prince refusait d’appliquer le traité conclu avec les Grecs avant la Croisade et qui stipulait le retour à Byzance de ses anciennes possessions d’Asie. L’empereur sera toujours trop faible pour imposer l’application de l’accord. Zengī sait qu’en agissant promptement il peut éviter une coalition franque contre lui.

  • 216 A 30 km. au sud du lac de Van.
  • 217 Actuel Maden, à 75 km. au nord de Diyār Bakr, est situé dans une gorge ; on y extrait encore le mi (...)

150Conformément aux instructions du sultan, et aussi suivant les intérêts de Mossoul, Zengī se fixe pour objectif Édesse. Mais pour ne pas éveiller l’attention des Francs l’atabeg ne va pas les attaquer de front. Déployant un réseau serré d’agents de renseignements en pays artuqide et dans le comté d’Édesse, Zengī part vers le lac de Van à la fin de 538/printemps 1144. L’atabeg prend alors des places tenues par des Kurdes, comme Hīzān216, contourne Āmid et va s’emparer du centre minier d’al-Ma’dan dont le cuivre lui fournit un précieux butin217.

  • 218 Cl. Cahen, Diyār Bakr, 248.
  • 219 Kāmil, IX, 8 ; SN, 369.

151Le 29 muḥarram 539/ler août 1144 le prince artuqide Dāwūd b. Suqmān meurt218, son fils Qarā Arslān, inquiet des mouvements de Zengī, entre en pourparlers avec les Francs d’Édesse pour leur demander leur appui. L’atabeg va alors s’emparer des places qui dans le massif du Šabaḫtān et dans le haut bassin du Ḫābūr peuvent permettre une liaison entre les Francs et les Artuqides. Les places de Gamalīn al-Muwazzāz et Tell Muzān, entre autres, sont prises et reçoivent chacune une garnison dévouée à Mossoul. Zengī va aussi attaquer Āmid « la clé du Diyār Bakr »219, alors alliée de Qarā Arslān. L’émir artuqide demande à Joscelin de faire diversion. Le comte franc exécute un raid contre Raqqa mais ne provoque aucune réaction de l’atabeg. Rassuré par l’absence de Zengī, occupé au Diyār Bakr, Joscelin II part avec un fort contingent dans ses domaines situés à l’ouest de l’Euphrate. Des forces de Mossoul se trouvent alors à Ḥadīṯa et ‘Àna, deux points de passage sur l’Euphrate, dont la population venait de se révolter contre Zengī. Cette rébellion était peut-être appuyée par les éléments ‘uqaylides qui, depuis qu’ils avaient dū abandonner Mossoul, ne manquaient pas tout le long des rives de l’Euphrate.

  • 220 Ibn al-Qal., 279 ; L.T., 266 ; SN, 369-370 ; Crusades, I, 461.

152L’émir de Ḥarrān prévient Zengī de la situation à Édesse et l’avertit du départ de Joscelin. Sans perdre un instant Zengī envoie contre Édesse Yaġi Basān et vient le rejoindre le 30 ğumādā I 539/ 28 novembre 1144. De partout l’atabeg fait venir des renforts kurdes et turcomans qui renforcent le blocus, empêchant tout ravitaillement de la cité assiégée220. Il faut agir vite pour éviter un retour offensif des Francs. La défense d’Édesse est assurée par les trois évêques de la ville, l’appel à l’aide adresssé à Antioche et Jérusalem reste sans écho. Zengī après avoir sans succès demandé la reddition de la place met en batterie sept mangonneaux qui, sans relāche, bombardent l’enceinte et les maisons. La population, mal entraīnée pour les combats, se défend sur les remparts contre les tours d’assaut musulmanes. Pendant ce temps les sapeurs des deux camps luttent à coup de mines et de contre-mines ; finalement les assaillants, grâce à leurs sapeurs khorasaniens et alépins, parviennent à faire d’importantes galeries sous les fondations des murailles. Une fois les étais placés et arrosés de naphte, Zengī lance un dernier appel à la population assiégée. Celle-ci ignore la situation exacte et espère encore des secours, elle rejette l’offre de l’atabeg. Aussitôt le feu est mis aux étais, une portion de la muraille s’effondre et les Turcomans pénètrent dans la ville par cette brèche le 26 ğumādā II 539/24 décembre 1144. La panique n’a d’égale que le carnage, la population reflue en désordre vers la citadelle dont les portes restent closes. Zengī, ayant appris les querelles existant entre les Latins, les Jacobites et les Arméniens dans la ville, voit le parti qu’il peut en tirer. L’ordre est donné de cesser le massacre, on rétablit les gens dans leurs demeures, on restitue les biens. Zengī fait même évacuer la ville par ses troupes et rend l’administration aux habitants. Seule la citadelle aura une garnison musulmane placée sous le commandement de l’émir ‘Alī Küčük, seigneur d’Irbil. Zengī veut démontrer qu’il ne mène pas une politique anti-chrétienne mais antilatine et qu’il n’en veut qu’à l’envahisseur étranger. Les Francs sont massacrés sans pitié et les églises latines pillées et détruites alors que Jacobites et Arméniens peuvent reprendre leurs offices dans leurs églises épargnées.

  • 221 Ibn al-Qal., 280 ; L.T., Damas, 267 ; Atabegs, 123 ; SN, 370.
  • 222 Ibn al-Aṯīr (Atabegs, 126) croit que Timurtaš de Mārdīn fut appelé alors à al-Bīra dont la populat (...)

153Après la prise d’Édesse Zengī voulant exploiter son succès va, en rağab 539/janvier 1145, s’emparer de Sarūğ dont la garnison franque s’est enfuie221. Peu après avoir pris quelques places mineures l’atabeg vient en ramadān 539/mars 1145 assiéger al-Bīra, dernière possession de Joscelin II sur la rive orientale de l’Euphrate et qui contrôle le passage vers Tell Bašīr. Zengī bloque étroitement la place qui est sur le point de se rendre lorsqu’en ḏū’l-qa‘da 539/ mai 1145 les nouvelles de l’assassinat de son lieutenant Nāṣir ad-Dīn Ǧaqqār oblige l’atabeg à regagner Mossoul222.

154La prise d’Édesse eut un grand retentissement en Europe où elle fut à l’origine de la deuxième Croisade. En Orient, le calife gratifie Zengī des titres de Zayn al-Islām (L’Ornement de l’Islam), d’al-malik al-Manṣūr (le roi victorieux) et de Nāṣir amīr al-mu’minīn (l’auxiliaire du Prince des Croyants). Ces titres, qui mettaient pratiquement Zengī sur le même rang que les fils du sultan, lui conféraient aussi un pouvoir personnel indépendant du sultan. D’aussi hautes récompenses montraient tout le prix que l’on attachait à Bagdad à la prise de la place forte franque la plus proche de l’empire abbasside. Plus d’un assaut avait été vain contre ce bouclier des Francs d’Antioche. Durant près d’un demi-siècle le comté d’Édesse avait coupé les voies de communication entre Alep et Mossoul. Les Francs, rejetés sur la rive droite de l’Euphrate, ne comprirent pas la leçon. Antioche désormais allait devoir supporter seule au nord la pression des forces musulmanes, c’est pourquoi devant la menace elle va se résoudre à demander la protection byzantine.

H. LA FIN DE ZENGĪ

a) Le complot anti-zenguide de Mossoul223

  • 223 Kāmil, IX, 9 ; Atabegs, 126-129 ; S.N., 372 ; Crusades, I, 461.
  • 224 Ibn al-Qalānisī, ‘Imād ad-Dīn et Ibn al-‘Adīm l’appellent Farḫān Šāh tandis qu’Ibn al-‘Aṯīr, Abū’l (...)

155A peine Zengī venait-il d’être gratifié de titres lui conférant le pouvoir personnel qu’un complot se tramait contre lui à Mossoul. Zengī était l’atabeg d’un fils du sultan Mas‘ūd nommé Farḫān Šāh Alp Arslān224. Celui-ci las de la tutelle de Zengī décida de s’emparer du pouvoir pendant l’absence de l’atabeg en supprimant son lieutenant à Mossoul. Alp Arslān gagna à sa cause un certain nombre d’esclaves de Zengī et guetta l’occasion. L’émir Nāṣir ad-Dīn Ǧāqqār, le lieutenant de Zengī, savait sa situation menacée et s’entourait de précautions, mais il fut tout de même surpris un jour. Le 8 ḏū’l-qa‘da 539/4 mai 1145 il est assassiné et décapité. La population ne réagit pas car ce gouverneur l’avait pressurée. Les fidèles de Zengī, par instinct de conservation, réagissent. Alp Arslān est blessé et un certain nombre de conjurés pris et incarcérés. Le cadi Tāğ ad-Dīn Yahyā aš-Šahrazūrī, frère du vizir Kamāl ad-Dīn, conseille au prince d’aller s’installer dans la citadelle. Alp Arslān se laisse convaincre et tombe dans le piège : il sera désormais le prisonnier de Zengī. Celui-ci gardera toujours son pupille avec lui lorsqu’il partira en campagne. Pour éviter le renouvellement d’une tentative seldjouqide, Zengī nomme comme gouverneur de Mossoul l’émir turcoman Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük, déjà gouverneur d’Édesse. Après avoir rétabli sa situation en Djéziré, Zengī projette d’aller prendre Damas.

b) Complot contre Zengī à Edesse

  • 225 Ibn al-Qal., 282-283 ; L.T., Damas, 270-271 ; SN, 371 ; Crusades, I, 462.
  • 226 Michel le Syrien, 267-268 ; Chron. An. Syr., 289.

156A partir de ğumādā I 540/20 octobre 1145 et durant tout un trimestre, l’atabeg fait des préparatifs militaires. Le motif officiel du rassemblement des forces est la Guerre Sainte mais des bruits circulent que Zengī songerait à attaquer la province de Damas et à aller même assiéger la capitale des Būrīdes225. Vers la fin de 540/début 1146 Zengī apprend que son lieutenant ‘Alī Küčük a réussi à réprimer un complot ourdi à Édesse. Là, des Arméniens s’étaient mis en relation avec Joscelin et avaient cherché à le rétablir en faisant revenir les Francs. L’atabeg donne l’ordre de procéder à des exécutions exemplaires : les conjurés subissent le sort des traītres, ils sont exécutés, leurs corps sont mis en croix puis brūlés et les cendres dispersées au vent. A la suite de cette tentative Zengī va chercher à accroītre la force des seuls éléments qui lui restent loyaux, les Jacobites. L’atabeg jouant sur les rivalités religieuses des Chrétiens appuiera les monophysites qui à leur tour l’aideront pour conserver leurs privilèges vis-à-vis des Arméniens et par haine des Latins. Pour pallier à la défaillance des Arméniens et avoir une majorité qui lui soit favorable, Zengī n’hésite pas à établir à Édesse plusieurs centaines de familles juives226.

c) La dernière campagne de Zengī

157Au printemps 540/1146 Zengī a trois préoccupations : conserver Édesse, éviter d’être attaqué à l’est et maintenir les communications entre Mossoul et Alep. L’atabeg renonce à son projet de campagne contre Damas et donne l’ordre de ramener à Ḥimṣ les machines de siège qu’il avait fait grouper à Ba‘albakk. Ḥimṣ servait alors de véritable dépôt de matériel de guerre lourd en Syrie centrale aussi bien pour les expéditions contre les Francs installés sur l’Oronte que contre les princes de Damas.

  • 227 Voir Cl. Cahen, Diyār Bakr, JA, 1935, 222.

158Pour éviter d’être pris à revers à Mossoul par des éléments qui pourraient se laisser gagner par les Seldjouqides, Zengī envoie son émir Zayn ad-Dīn ‘Alī Küčük contre les Kurdes Basnawī au nord de Mossoul. Successivement al-Haytūm, Ğadīda, Niṣībīn, Sargā et d’autres places de la province de Zawzān sont prises. Le dernier réduit des Bašnawī est Finik, dont la puissante citadelle domine le Tigre à quinze kilomètres en amont de Ğazīrat Ibn ‘Umar227. Le siège de cette place ne sera levé qu’après la mort de Zengī.

  • 228 Cl. Cahen, Diyār Bakr, 251.

159Nous avons vu comment l’atabeg avait réglé la question d’Édesse dans la cité même mais il lui fallait éviter que ne s’établisse une entente entre Joscelin et l’émir artuqide Timurtaš alors maître du Diyār Bakr. Celui-ci se trouvant sur les voies de communication de Zengī il était inévitable qu’un conflit éclate. Timurtaš, ne se sentant pas de force à résister, fait raser certaines places. Peu après, Zengī vient occuper le pays et prend Tell aš-Šayḫ, menace même Mayyāfāriqīn, puis s’en va vers le sud pour essayer de soumettre l’émir ‘uqaylide de Qal‘at Ğa‘bar228.

d) Siège de Qal‘at Ğa‘bar229

  • 229 Ibn al-Qal., 284-285 ; L.T., Damas, 274 sq. ; Kāmil, IX, 12 ; Bidāya, XII, 220.

160A la fin de l’année 540/juin 1146 Zengī vient mettre le siège devant Qal‘at Ǧa’bar sur la rive gauche de l’Euphrate en face de Ṣiffīn. L’agglomération autour de la citadelle est pillée, les cultures saccagées et la population déportée. Le siège se prolonge tout l’été, la chaleur d’une part et le désir de l’atabeg de prendre la place sans endommager les défenses, afin de pouvoir lui-même s’en servir, expliquent l’absence de toute opération offensive sérieuse. En rabī‘ I 541 /août 1146 Zengī se résoud à envoyer l’émir Ḥassān al-Manbīğī pour traiter. L’atabeg avait choisi cet émir à cause des relations d’amitié qu’il avait avec le chef assiégé. Celui-ci, ‘Izz ad-Dīn ‘Alī b. Malik b. Sālim b. Malik était un descendant de l’émir ‘uqaylide Sālim à qui Malik Šāh avait confié la citadelle tandis qu’il plaçait à Alep Āq-Sunqur Qāsim ad-Dawla, le père de Zengī. Qal‘at Ca’bar, qui par sa situation sur l’Euphrate contrôlait les communications entre Mossoul et Alep ainsi que la navigation commerciale sur le fleuve, devait rester aux mains des émirs ‘uqaylides chiites jusqu’en 564/1168. Les marchandises en provenance de l’Iraq étaient déchargées à Bālis situé à une étape en amont de la citadelle. Pour avoir la place, Zengī offre de payer en échange une forte somme et de donner à l’émir un bel apanage mais il se heurte à un refus catégorique. Peu après l’atabeg se déclare prêt à desserrer le blocus moyennant le versement d’une importante indemnité ; ‘Izz ad-Dīn fait porter l’argent par des hommes de confiance, or, une fois l’argent reçu, Zengī maltraite les messagers et refuse de tenir sa promesse.

e) L’assassinat de Zengī

  • 230 Ibn al-Qalānisī (Ibn al-Qal., 285 ; L.T., 275) le dit ivre, tandis qu’lbn al-‘Aṯīr, panégyriste de (...)

161Peu après cet incident, dans la nuit du 5 au 6 rabī‘ II 541/ 14 ou 15 septembre 1146, au cours d’une beuverie nocturne, Zengī est assassiné alors qu’il était complètement ivre230. L’assassin, un nommé Yaranqaš, esclave d’origine franque, perce avec ses complices l’atabeg de coups de couteau sur sa couche. La garde qui se tenait autour de la tente n’intervint pas et les meurtriers purent quitter le camp sans être inquiétés. Ils allèrent chercher refuge dans la citadelle et c’est du haut de ses murailles que les soldats annoncèrent aux troupes de Mossoul le meurtre de Zengī.

  • 231 Atabegs, 135.

162Qui avait armé le bras meurtrier ? Étaient-ce des partisans seldjouqides qui espéraient amener au pouvoir Alp Arslān ? Était-ce, plus vraisemblablement, l’émir ‘uqaylide qui avait voulu se venger du manquement à la parole dont s’était rendu coupable l’atabeg à son égard ? Les premiers qui pénétrèrent sous la tente ne purent que recueillir le dernier soupir de Zengī qui disparaissait à l’āge de soixante ans. Le corps, d’après Ibn al-Aṯīr, fut enterré sur la rive droite de l’Euphrate à Ṣiffīn où tant de Compagnons du Prophète moururent en combattant lors de la mémorable bataille entre ‘Alī et Mu’āwiya231.

163Un personnage, qui jusqu’alors était resté dans l’ombre, paraīt brutalement au premier plan. C’est Nūr ad-Dīn Maḥmūd, second fils de Zengī. Faisant preuve d’un esprit réaliste ou bien conseillé par le vizir Ğamāl ad-Dīn b. aš-Šahrazūrī, le jeune homme retire de la main paternelle, encore tiède, l’anneau à sceau, insigne du pouvoir conféré à Zengī. Par ce geste Nūr ad-Dīn marquait, sans ambage, ses prétentions à la succession de son père.

J. L’ŒUVRE DE ZENGĪ

164Entouré par un groupe d’émirs fidèles et de conseillers choisis toujours dans la famille kurde des Banū Šahrazūrī, Zengī sut mener ses affaires avec fermeté. Entretenant un remarquable réseau personnel de correspondants, il recevait des informations quotidiennes des pays voisins et de la cour même du sultan comme de celle du calife auprès desquels il entretenait des agents. La droiture ne fut certes pas un trait dominant du caractère de l’atabeg mais comment aurait-il pu autrement se maintenir à son poste et gravir les différents échelons de la hiérarchie au milieu de rivalités souvent sanglantes. Pouvait-il accéder à une indépendance de fait sans consacrer de longues journées aux intrigues ? Il se montra toujours comme un vassal respectueux du sultan Mas‘ūd, mais, pour éviter d’être destitué et pour mettre en valeur son loyalisme, il n’hésita pas à pousser à la révolte gouverneurs et émirs qu’il soutenait secrèment. On peut lui reprocher de n’avoir pas toujours tenu parole comme lorsqu’il fit prisonnier, par surprise, l’émir Sawanğ, frère du prince Būrīde de Damas, qui était venu lui donner l’appui de ses renforts, ou bien lorsqu’il s’empara de l’émir Kir-ḫān qui participait à une de ses campagnes et dont il voulait prendre le fief de Ḥimṣ pour assurer son propre pouvoir sur la Syrie centrale.

  • 232 Situé dans la région du Ğibāl, Le Strange, Lands, 224. Voir Kratchkovski, Œuvres choisies, t. I, 2 (...)

165Une des caractéristiques de son œuvre fut de faire cesser les mutations fréquentes des gouverneurs et d’instaurer la stabilité et l’unité dans le vaste domaine qu’il avait su constituer entre Mossoul et Alep. Ce domaine confinait, au sud-est, au territoire du calife al-Mustaršid, dans la région de Takrīt sur la rive droite du Tigre ; sur la rive gauche il étendait sa puissance vers Šahrazūr232, région que contrôlait le sultan Mas‘ūd ; au nord-est de Mossoul le domaine s’arrêtait aux montagnes tenues par les forteresses des Kurdes Hākkārīs ; au nord-ouest de Mossoul, Zengī était en contact dans le Diyār Bakr avec les Artuqides de Ḥiṣn Kayfā et les Danišmendites de Mārdīn. Plus à l’est, le premier obstacle franc était constitué par le comté d’Édesse, enfin dans la région d’Alep l’atabeg voyait son expansion freinée par la principauté d’Antioche et le comté de Tripoli. Vers le sud, Zengī était maître de la Syrie centrale avec les deux riches régions agricoles de la plaine de Ḥimṣ et de la Biqā‘, zone frontière avec le domaine des Būrīdes de Damas.

166Ayant su s’entourer de bons administrateurs, il parvint à ramener la prospérité dans ses États. La zone des combats ayant été portée à l’ouest, Zengī put encourager l’agriculture dans la région de Mossoul, les riches terres de la plaine qui s’étend au pied de la chaīne du Šabaḫtān donnèrent de belles récoltes de céréales tandis qu’autour des agglomérations se développaient de riches vergers où pommiers et poiriers voisinaient avec les grenadiers ; ailleurs sur les côteaux ensoleillés s’implantait la vigne dont le vin était apprécié des cavaliers turcs.

167Zengī pratiqua une habile politique de peuplement fixant dans la région d’Alep, surtout à l’ouest, des tribus nomades de Turcomans, notamment la tribu d’al-Āywāniya conduite par l’émir Yarūq. Ainsi, d’une part, la terre conquise sur les Francs était exploitée car elle devenait la propriété des nouveaux arrivants et ses produits constituaient leur revenu, et, d’autre part, ces hommes représentaient d’appréciables renforts face à toute intervention franque contre Alep. Enfin cette ville même, où les Chiites profatimides restaient puissants et où les BāṭiniensNizārīs se cachaient à peine, se trouvait entourée de Sunnites.

168Grâce à Zengī, les Sunnites reprirent confiance en eux-mêmes, l’autorité et l’énergie avec laquelle l’atabeg mena la Guerre Sainte lui permirent de contenir la poussée franque et, d’autre part, il réussit à donner à l’Islam sunnite renaissant des forces suffisantes pour contenir les éléments adverses chiites ou Ismā‘īliens.

169Lorsque Zengī meurt assassiné à l’aube du 6 rabī‘ II 541/ 14 septembre 1146 la voie est tracée pour ses successeurs ; les objectifs à atteindre seront, d’une part, la restauration de la Sunna pour créer l’indispensable climat psychologique et religieux sans lequel nulle guerre n’est acceptée par les hommes, et, d’autre part, l’expulsion des Croisés qui se trouvaient installés depuis un demi-siècle sur les territoires de la Syrie du Nord et de la Palestine.

  • 233 Voir Yves Renouard, La notion de génération en histoire, dans Revue Historique, 1953, t. CCIX, 1-2 (...)

170Zengī disparaissait trois ans après la mort de Jean Comnène, empereur de Byzance et après celle de Foulque d’Anjou, roi de Jérusalem. Une nouvelle génération entrait en scène avec l’empereur Manuel, le roi Baudouin III et Nūr ad-Dīn233.

Notes

1 Ibn al-Qal., 142 ; L.T., Damas, 51.

2 Ibn al-Qal., 143 ; L.t., Damas, 53.

3 Situé sur le Balīḫ ; là passe une route importante vers Sinğār à l’est ; THS, 482 ; t.h. Weir, art. Ḥarrān, ΕΙ, III, 287.

4 Ibn al-Qal., 143-144 ; L.T., Damas, 53-54.

5 Ibn al-Qal., 144 ; L.T., Damas, 55.

6 Ibn al-Qal., 146-147 ; L.T., Damas, 58-59.

7 V. Minorski, art. Nihāwand, dans ΕΙ, III, 974-975.

8 Ibn al-Qal., 147 ; L.T., Damas, 59-60.

9 Ibn al-Qal., 160 ; L.T., Damas, 64.

10 Cl. Cahen, art. Āḳ Sunḳur al-Bursuḳī, dans ΕΙ2, I, 324, sera plus tard gouverneur de Mossoul.

11 Ibn al-Qal., 159-160 ; L.T., Damas, 78 sq., 80.

12 Barthold-Minorski, art. Alamūt, ΕΙ2, I, 363-365.

13 Ibn al-Qal., 149 ; L.T., Damas, 63.

14 Ibn al-Qal., 151 ; L.T., Damas, 65.

15 Ibn al-Qal., 161 ; L.T., Damas, 82.

16 Ibn al-Qal., 163-164 ; L.T., Damas, 85-87 ; Kāmil, VIII, 258-259 ; R. Grousset, I, 333-359.

17 Voir plus loin p. 377.

18 Ibn al-Qal., 166-167 ; L.T., Damas, 92-93.

19 Minorsky, art. Akhlāṭ, ΕΙ2, I, 339

20 Guillaume de Tyr, XI, xxi ; Ibn al-Qal., 169 ; L.T., Damas, 96-97.

21 SN, 257.

22 Ibn al-Qal., 171 ; L.T., Damas, 99.

23 Kāmil, VIII, 261.

24 Cl. Huart, art. Daylam, dans ΕΙ, I, 919 ; V. Minorski, art. Daylam, ΕΙ2, II, 195-200. Partie montagneuse du Ġīlān qui fournissait de nombreux mercenaires.

25 Ibn al-Qal., 171 ; L.T., Damas, 99.

26 SN, 252 ; Ibn al-Qal., 174 ; L.T., Damas, 105.

27 Ibn al-Qal., 173 ; L.T., Damas, 103-104.

28 THS, carte XV.

29 Ibn al-Qal., 174 ; L.T., Damas, 107.

30 Ibn al-Qal., 176-177 ; L.T., Damas, 108-110 ; Honigmann, art. Ma‘arrat an-Nu‘mān, dans ΕΙ, III, 61-64.

31 SN, 263-264, n. 33.

32 Inn al-Qal., 181 ; L.T., Damas, 116.

33 Ibn al-Qal., 180 ; L.T., Damas, 115.

34 Ibn al-AṮīr, Histoire des Atabegs, RHOC.

35 Ibn al-Qal., 185 ; L.T., Damas, 123.

36 Ibn al-Qal., 187-188 ; L.T., Damas, 125-128.

37 I.F., II, 69 v°.

38 Kāmil, VIII, 268.

39 Kāmil, VIII, 269.

40 Voir SN, 271, n. 25.

41 Ibn al-Qal., 191 ; L.T., Damas, 133 en ša’bān/janvier 1115 ; I.F., II, 72 r°.

42 SN, 267-9.

43 SN, 272-274.

44 THS, 213, appelé aussi Burğ Hāb.

45 THS, 214.

46 THS, 175.

47 Ibn al-Qal., 192 ; L.T., Damas, 135.

48 Ibn al-Qal., 198 ; L.T., Damas, 145 ; Bidāya, XII, 180 ; SN, 277.

49 Cl. Cahen remarque la chronologie inextricable de ces épisodes (SN, 278, n. 12) ; Ibn al-Qal., 199 ; L.T., Damas, 146. Sur ‘Azāz, voir THS, 240.

50 Kāmil, VIII, 277.

51 Kāmil, VIII, 280 ; Zetterstéen, art. Mazyadites, dans ΕΙ, III, 496-7.

52 Ibn al-Qal., 200 ; L.T., Damas, 148 ; Zetterstéen, art. Mustaršid, dans ΕΙ, III, 824.

53 Kāmil, VIII, 282.

54 Kāmil, VIII, 291. Pour aṭ-Ṭuġrā’ī, voir GAL, I, 247.

55 Ibn al-Qal., 202 ; L.T., Damas, 152.

56 Atabegs, 444 : Mas’ūd se serait caché dans une grotte et aurait demandé le pardon que son frère lui aurait fait parvenir par al-Bursuqī.

57 Bidāya, XII, 188.

58 Kāmil, VIII, 302. Les Artuqides garderont cette place jusqu’en 580 lorsque Saladin la leur prendra. Minorski, art. Maiyāfāriḳīn, ΕΙ, III, 166-170.

59 Voir références dans J. Sauvaget, Alep, 92, n. 268 ; Cl. Cahen, art. Aḥdāth, dans ΕΙ2, I, 264.

60 Voir références dans J. Sauvaget, Alep, 92, n. 268 ; Cl. Cahen, art. Aḥdāth, dans ΕΙ2, I, 264.

61 Ibn al-Qal., 200 ; L.T., Damas, 147-148.

62 THS, 294 sq.

63 THS, 221 sq. ; Ibn al-Qal., 200-201 ; L.T., Damas, 148-149, SN, 153.

64 SN, 297.

65 Bidāya, XII, 184 ; SN, 286, n. 7.

66 THS, 193, 213.

67 Ibn al-Qal., 200 ; L.T., Damas, 148-149.

68 Ibn al-Qal., 202 ; L.T., Damas, 152.

69 Kāmil, VIII, 309 ; SN, 295, n. 31.

70 Ibn al-Qal., 209 ; Bidāya, XII, 191 ; L.T., Damas, 158.

71 Kāmil, VIII, 311 ; Ibn al-Qal., 209 ; L.T. Damas, 158. Voir plus haut, p. 321.

72 Cl. Cahen, art. Balak EI2, I, 1013-1014.

73 Ibn al-Qal., 209 ; L.T., Damas, 160 ; Cl. Cahen, SN, 295 sq.

74 Kāmil, VIII, 312 ; Ibn al-Qal., 209 ; L.T., Damas, 159.

75 Kāmil, VIII, 315.

76 Bidāya, XII, 194.

77 Ibn al-Qal., 211-212 ; L.T., Damas, 163.

78 Kāmil, VIII, 316.

79 Kāmil, VIII, 318.

80 Ibn al-Qal., 207 ; L.T., Damas, 156.

81 Bidāya, XII, 193.

82 Pellat, art. Basra, ΕΙ2, I, 1117-19 ; Pellat, Milieu baṣrien ; Sauvaget, Aḥbār aṣ-Ṣin wa’l-Hind.

83 Bidāya, XII, 194 ; Kāmil, VIII, 315.

84 Dans Kāmil, VIII, 315 l’appelle : Yaranqaš ; les deux lectures sont possibles selon la répartition des points diacritiques.

85 Bidāya, XII, 196.

86 Il s’appelait ‘Azīz ad-Dīn Aḥmad al-Mustawfī.

87 Kāmil, VIII, 323 ; Bidāya, XII, 198.

88 Ibn al-Qal., 214 ; L.T., Damas, 167 ; Kāmil, VIII, 320.

89 Qūmāz ou Tūmāz sont aussi possibles comme lectures.

90 Sur les Bāṭiniensà Damas voir Ibn al-Qal., 215, 221-224 ; L.T., Damas, 169-170, 178 sq.

91 THS, 252, carte XIV.

92 Cl. Cahen dit « fils » (SN, 306) ; voir Kāmil qui dit « frère cadet » (VIII, 322-323).

93 A.K.S. Lambton, art. Anūšhirwān b. Khālid, EI2, I, 538

94 Kāmil, HOC, I, 376 ; Kāmil, VIII, 323 ; SN, 306.

95 SN, 306, n. 12.

96 R. Hartmann-B. Lewis, art. ‘Asḳalān, EI2, I, 732-733.

97 Pour cette région voir la carte XV dans THS.

98 Voir G. Wiet, t. IV, Histoire de la Nation Égyptienne.

99 Ancienne Bezabdé ; THS., 499, 501, 522 ; actuelle ‘Ayn Divar.

100 Voir THS, Le bassin de Khabour, 481-501 et carte XV.

101 Kāmil, HOC, I, 377 — « occupée », dit Ibn al-‘Aṯīr dans Atabegs, 69.

102 SN, 304, n. 5 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, JA, 1935.

103 Ibn al-Qal., 218 ; L.T., Damas, 173.

104 Voir Cl. Cahen, art. Aḥdāth, EI2, I, 264.

105 Kāmil, VIII, 326.

106 Kāmil, VIII, 326 ; Bidāya, XII, 198 ; SN, 306 ; J. Sauvaget, Alep, 92.

107 SN, 307, n. 13.

108 Bidāya, XII, 199.

109 Ibn al-Qal., 281-224 ; L.T., Damas, 174-183 ; Kāmil, VIII, 327 ; Bidāya, XII, 199 ; SN, 347-348.

110 Sur le conflit entre les ismā‘īliens Nizārīs de Syrie et les partisans de Musta’lī qui appuient le pouvoir fatimide du Caire, voir H. Laoust, Les schismes dans l’Islam, pp. 193-195. Les premiers constituaient la da‘wa ğadīda, les seconds les da‘wa qadīma ; aujourd’hui ce sont respectivement les Khodjas et les Bohoras.

111 Ibn al-Qal., 220 sq. ; L.T., Damas, 177 sq. ; Hodgson, The Order of Assassins, 104-106.

112 Kāmil, VIII, 328 ; Hodgson, The Order of Assassins, 105.

113 Voir H.A.B. Gibb, art. Musta’lī, ΕΙ, III, 819-820 et art. Nizār, El, III, 1006.

114 Kāmil, VIII, 329 ; Bidāya, XII, 200 ; Hodgson, The Order of Assassins, 105-106.

115 Il ne profita pas longtemps de ce droit car il mourut en muḥarram 524/fin décembre 1129.

116 Ibn al-Qal., 225 ; L.T., Damas, 184-187 ; Kāmil, VIII, 329 ; Bidāya, XII, 200.

117 Peut-être près de Rabwa où le Baradā pénètre dans la plaine de la Ġūta. Alors le Mīdān, serait le Mīdān vert, où s’effectuaient les rassemblements sur les bords du Baradā. Voir Le Tourneau (Damas, 185) qui se trompe et Gibb (DC, 196 n. 2).

118 Ibn al-Qal., 226-228 ; L.T., Damas, 187-190 ; Kāmil, VIII, 329-330.

119 Bidāya, XII, 199.

120 Bidāya, XII, 200 ; SN, 350.

121 Kāmil, VIII, 331.

122 Voir Cl. Cahen, Diyār Bakr, JA, 1935, 242-243.

123 Édit. Caire, VIII, 331.

124 RHOC, II2.

125 THS, carte XV, B, 1.

126 Kāmil, VIII, 331 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 243.

127 Ibn al-Qal., 230-231 ; L.T., Damas, 194.

128 Sur cette tribu, voir F. Krenkow, art. Kilāb, ΕΙ, II, 1063.

129 Kāmil, VIII, 333 ; Bidāya, XII, 202.

130 Ibn al-Qal., 231 ; L.T., Damas, 195.

131 Ibn Qalānisī, Ibn al-Aṯīr (Atabegs) et Abū’l-Fidā mentionnent uniquement Sadīd ad-Dawla b. al-Anbārī, chef de la chancellerie de Bagdad. D’autres sources signalent la présence d’Abū Bakr b. Bišr al-Ğazārī, qui est relâché immédiatement.

132 Ibn al-Qal., 231 ; L.T., Damas, 194 ; Kāmil, VIII, 334.

133 Sur les Aḥmadilī voir art. de V. Minorski, dans EI2, I, 369.

134 Kāmil, VIII, 337.

135 Bidāya, XII, 203.

136 Bidāya, XII, 204.

137 Cl. Cahen, Diyār Bakr, 244.

138 Ibn al-Qal., 229-230, 232 ; L.T., Damas, 192, 196.

139 Kāmil, VIII, 334.

140 Kāmil, VIII, 337-339 ; Bidāya, XII, 204.

141 Ancienne Lybo à une étape au N. de Ba’albakk et Conna ; voir THS, 409 et 411.

142 Ibn al-Qal., 235 ; L.T., Damas, 201.

143 Ibn al-Qal., 238 ; L.T., Damas, 206 ; Kāmil, VIII, 339-340.

144 Kāmil, VIII, 342 ; Bidāya, XII, 206 ; THS, Tibnīn.

145 Ibn al-Qal., 241 ; L.T., Damas, 211.

146 Ibn al-Qal., 242-243 ; L.T., Damas, 213-214.

147 Sur le Ğabal Baḥrā’ voir THS, 146 sq. ; Kāmil, VIII, 341 ; Bidāya, XII, 204. Sur l’installation voir M. Hodgson, The Order of Assassins, pp. 105-107.

148 Atabegs, 86-87 ; Kāmil, VIII, 343.

149 Ibn al-Qal., 243 ; L.T., Damas, 214-215.

150 Voir Cl. Cahen, Diyār Bakr, JA, 245.

151 Aṣ-Ṣawr est à 50 km N.-E. de Mārdīn ; Kāmil, VIII, 343.

152 Ibn al-Qal., 244-247 ; L.T., Damas, 215-222 ; Kāmil, VIII, 345 ; SN, 354-355.

153 Bidāya, XII, 204.

154 Ibn al-Qal., 245 ; peut-être un yézidi.

155 Ibn al-Qal., 244-245 ; L.T., Damas, 216-218.

156 Kāmil, HOC, I, 404 = Kāmil, VIII, 345.

157 Ibn al-Qal., 246 ; L.T., Damas, 218-220 ; Kāmil, HOC, 1,403 = Kāmil, VIII, 345.

158 Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 670.

159 Ibn al-Qal., 248 ; L.T., Damas, 222 ; Kāmil, HOC, 1,403-405 = Kāmil, VIII, 346.

160 IBN AL-‘Adīm, HOC, III, 670 ; THS, 193 ; SN, 355.

161 IBN AL-‘Adīm, HOC, III, 671.

162 Atabegs, 87-88.

163 Ibn al-Qal., 249 ; L.T., Damas, 224 ; Atabegs, 89 ; Bidāya, XII, 207-208.

164 Ibn al-Qal., 249 ; L.T., Damas, 225 ; Atabegs, 90 ; Kāmil, VIII, 348

165 Atabegs, 92-93 ; Kāmil, VIII, 351-352.

166 Ibn al-Qal., HOC, III, 672 ; Atabegs, 956-7 ; Kāmil, VIII, 354 ; Bidāya, XII, 210.

167 Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 672 ; Bidāya, XII, 212, notice sur ar-Rāšid, 213-214.

168 Ibn al-Qal., 252 ; L.T., Damas, 227 ; Kāmil, VIII, 353.

169 Ibn al-Qal., 253 ; L.T., Damas, 228, 232-233 ; Kāmil, VIII, 353 ; SN, 355-356.

170 HOC, I, 419 ; Ibn al-Qal., 253-254 ; L.T., Damas, 228-231.

171 HOC, I, 420 ; Kami, VIII, 357.

172 Ibn al-Qal., 258-259 ; L.T., Damas, 238 ; Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 672-673.

173 THS, 98-99.

174 Ibn al-Qal., 259 ; L.T., Damas, 238-39 ; Kāmil, VIII, 357-358 ; Atabegs, 105, 109 ; Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 673 ; SN, 358.

175 Ibn al-Qal., 257 ; L.T., Damas, 235-236 ; SN, 356, 359.

176 Voir Chalandon, Comnènes, II (1), 121-122.

177 Atabegs, 110 ; Kāmil, VIII, 358. Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 673-674.

178 Ibn al-Qal., 263-264 ; L.T., Damas, 243-244 ; Ibn al-‘Adīm, HOC, III, 674.

179 J. Sauvaget, Bulletin du Musée de Beyrouth, III, 1-11 ; BMB, XII, 1955, 49.

180 SN, 360.

181 Streck, art. Buzā’ā. dans ΕΙ, I, 828-829 ; J. Sourdel-Thomine, art. Buzā’a, EI2, I, 1397.

182 Ibn al-Qal., 265-266 ; L.T., Damas, 246 sq. ; Kāmil, VIII, 359 ; Ibn Al-‘Adīm, HOC, III, 675-676 ; Bidāya, XII, 212.

183 HOC, III, 677-678, ; Atabegs, 99-100.

184 Atabegs, 111-112.

185 Ibn al-Qal., 267 ; L.T., Damas, 250 ; HOC, III, 678.

186 Ibn al-Qal., 266-267 ; L.T., Damas, 249 ; Bidāya, XII, 212.

187 HOC, III, 678 ; SN, 363.

188 Ibn al-Qal., 270 ; L.T., Damas, 253.

189 Ibn al-Qal., 268-269 ; L.T., Damas, 251-252 ; HOC, III, 681 ; Kāmil, VIII, 364 ; Bidāya, XII, 215.

190 Voir Ibn ‘Asākir, Description de Damas, p. 300.

191 HOC, III, 680 ; pour ces places voir THS, carte XV et la carte de Cl. Cahen, Diyār Bakr, 222.

192 La querelle semble avoir été réglée par la négociation et Zengī ayant épousé une des filles de Timurtaš aurait reçu Dārā en dot ; cf. Cl. Cahen, Diyār Bakr, 247.

193 Ibn al-Qal., 269 ; L.T., Damas, 252-253 ; Kāmil, VIII, 364 ; HOC, III, 681 ; Bidāya, XII, 216.

194 Selon Ibn al-Qalānisi (Ibn al-Qal., 269 ; L.T., Damas, 252) ; le 1er muḥarram 534/28 août, selon Ibn al-‘Adīm (HOC, III, 681).

195 Ibn al-Qal., 271-273 ; L.T., Damas, 255-259 ; Kāmil, VIII, 367 ; Atabegs, 103-105 ; HOC, III, 681-682 ; SN, 363-364.

196 Voir Ibn ‘Asākir, Description de Damas, 171 n. 4, 172 n. 7.

197 Cl. Cahen propose de lire Uvaḳ le nom généralement transcrit Abaq (cf. EI2, I, 773, art. Atsiz).

198 THS, 299.

199 Atabegs, 102-103.

200 Actuellement lac de Rezāyah en Iran. Voir GB, Moyen Orient, 916.

201 Kāmil, VIII, 369 ; Atabegs, HOC, II2, 114-115 ; HOC, III, 684.

202 Voir Cl. Cahen, Diyār Bakr, 247.

203 HOC, III, 683 ; Nuğūm, HOC, III, 502-513.

204 Kāmil, IX, 5 ; Atabegs, 114.

205 Ibn al-Qal., 277 ; L.T., Damas, 262 ; Kāmil, IX, 6 ; Atabegs, 114 ; Cl. Cahen, Diyār Bakr, 248.

206 A 100 km. S.-S.-E. du lac de Van.

207 Le Strange, Lands, 92-93.

208 Actuelle Amadiya dans le nord de l’Iraq à 160 km. N.-N.-E. de Mossoul.

209 HOC, III, 683-684 ; SN, 364.

210 Ibn al-Qal., 276 ; L.T., Damas, 262 ; SN, 365-367.

211 Chalandon, II, (I) chap. IX, 175-193.

212 Kāmil, IX, 6 ; SN, 121 et n. 28, 29 ; Vasiliev (A.A.), Histoire de l’Empire Byzantin, vol. II, 55 ; Chalandon, II, (I) 192.

213 Kāmil, IX, 6 ; Atabegs, 115-116 ; Bidāya, XII, 218 ; Crusades, I, 460.

214 Dinars frappés à Bagdad ; Atabegs, 115, n. 1.

215 Ibn al-Qal., 279 ; L.T., Damas, 266-267 ; Kāmil, HOC, I, 445-448 ; IX, 7-9 ; Atabegs, 118-125 ; Bidāya, XII, 219 ; Guillaume de Tyr, L. XVI, 92-95 ; Michel le Syrien, trad. Chabot, III, 260 ; Grégoire, H. Cr. Arm., I, 158-161 ; Nersis, ibid. 247-262 ; J.B. Chabot, Un épisode de l’histoire des Croisades, dans Mélanges offerts à Gustave Schlumberger, t. I, 171-179, Paris, 1924 ; Tritton-Gibb, The First and Second Crusades from an Anonymous Syriac Chronicle, JRAS, 1933, 280-298 ; S.N., 368-370 ; H.A.R. Gibb, Zengī and the Fall of Edessa, dans Setton, A Hist. of Crusades, t. I, chap. XIV, 449-462.

216 A 30 km. au sud du lac de Van.

217 Actuel Maden, à 75 km. au nord de Diyār Bakr, est situé dans une gorge ; on y extrait encore le minerai de cuivre.

218 Cl. Cahen, Diyār Bakr, 248.

219 Kāmil, IX, 8 ; SN, 369.

220 Ibn al-Qal., 279 ; L.T., 266 ; SN, 369-370 ; Crusades, I, 461.

221 Ibn al-Qal., 280 ; L.T., Damas, 267 ; Atabegs, 123 ; SN, 370.

222 Ibn al-Aṯīr (Atabegs, 126) croit que Timurtaš de Mārdīn fut appelé alors à al-Bīra dont la population préférait se livrer à l’Artuqide pour éviter une nouvelle attaque de Zengī. En fait, comme le note Cl. Cahen (SN, 370, n. 8), la ville ne passera à l’Artuqide quelques années plus tard qu’après la mort de Zengī.

223 Kāmil, IX, 9 ; Atabegs, 126-129 ; S.N., 372 ; Crusades, I, 461.

224 Ibn al-Qalānisī, ‘Imād ad-Dīn et Ibn al-‘Adīm l’appellent Farḫān Šāh tandis qu’Ibn al-‘Aṯīr, Abū’l-Fidā et Ibn Wāṣil le nomment Alp Arslān.

225 Ibn al-Qal., 282-283 ; L.T., Damas, 270-271 ; SN, 371 ; Crusades, I, 462.

226 Michel le Syrien, 267-268 ; Chron. An. Syr., 289.

227 Voir Cl. Cahen, Diyār Bakr, JA, 1935, 222.

228 Cl. Cahen, Diyār Bakr, 251.

229 Ibn al-Qal., 284-285 ; L.T., Damas, 274 sq. ; Kāmil, IX, 12 ; Bidāya, XII, 220.

230 Ibn al-Qalānisī (Ibn al-Qal., 285 ; L.T., 275) le dit ivre, tandis qu’lbn al-‘Aṯīr, panégyriste des Zenguides, dit pudiquement que Zengī fut tué dans son sommeil (Kāmil, IX, 13) ; Guillaume de Tyr, L. XVI, 97.

231 Atabegs, 135.

232 Situé dans la région du Ğibāl, Le Strange, Lands, 224. Voir Kratchkovski, Œuvres choisies, t. I, 293-298.

233 Voir Yves Renouard, La notion de génération en histoire, dans Revue Historique, 1953, t. CCIX, 1-23.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter