Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nūr ad-Dīn. Tome II

 | 
Nikita Elisséeff

Deuxième partie. Le règne de Nūr Ad-Dīn : origines et événements politiques

I. La Syrie et la Djéziré au xie siècle

Texte intégral

I. LES ORIGINES DE LA DYNASTIE ZENGUIDE.

1Dans la première moitié du ve/vie siècle deux puissances se partagent la frange méditerranéenne de l’Empire abbasside : Byzance sous l’impulsion de Nicéphore Phocas vient de retrouver une partie de l’Empire ancien tandis qu’au sud, imitant la poussée de Ramsès, le calife fatimide du Caire couvre de son autorité la Palestine et la moitié de la Syrie. A Jérusalem, à Damas, à Ḥimṣ c’est au prince d’Égypte que l’on paie tribut et que l’on rend hommage. La propagande chiite est sensible jusqu’à Mossoul et même Bagdad. En Iraq, le califat abbasside se débat dans de multiples difficultés surtout avec les émirs buwayhides. Les querelles de palais paralysent toute action en faveur de la propagation de l’Islam et de la défense de la Sunna.

  • 1 L’apparition de ce nouvel élément est exposée avec clarté par Claude Cahen, La première pénétratio (...)

2Un élément nouveau dans l’histoire de l’Orient musulman apparaît dans la seconde moitié du ve/xie siècle : l’arrivée d’éléments turcs par vagues successives. C’était « un des aboutissements d’un vaste mouvement de migration par le sud et le nord de la mer Caspienne » en relation avec la situation en Asie Centrale1. Répondant à l’appel du calife abbasside qui cherche à se débarrasser de la tutelle de l’amīr al-umarā’ buwayhide les Turcs arrivent en Iran. Ils sont conduits par les Seldjouqides dont le chef Tuġril beg prendra le pouvoir à Bagdad en 447/1055 et recevra le titre de Sulṭān. Jusqu’à cette date bien des contingents turcs et turcomans, déferlant d’Asie Centrale à travers le plateau iranien, étaient passés par l’Iraq mais, habilement canalisés, ils avaient continué leur chevauchée vers l’ouest pour s’égailler aux frontières de l’Arménie ou sur les marches de l’Empire byzantin. Une ère nouvelle commence pour l’Islam : celle de l’hégémonie turque tant pour la conduite de la Guerre Sainte que pour la défense de la Sunna. Le calife restera arabe, il ne peut en être autrement suivant l’orthodoxie sunnite. Les jurisconsultes, les philosophes, les poètes, tous les maîtres à penser seront en Orient d’origine iranienne ou arabe, mais les véritables chefs de l’Islam, ceux qui lèveront l’étendard de la Guerre Sainte seront des Turcs ou des Turcomans. N’ignorant rien des difficultés intérieures qui commencent à déchirer l’Empire byzantin et des intrigues qui se nouent autour du trône du calife fatimide, les Seldjouqides vont se débarrasser de leurs éléments turcomans les plus turbulents en les envoyant, au nom de la Guerre Sainte, vers l’ouest, avec toute latitude de piller et de s’installer sur les territoires qu’ils pourront soit prendre aux Byzantins en Syrie du Nord, soit arracher à la domination fatimide en Syrie centrale et en Palestine. A Byzance même, le gouvernement est en conflit avec l’aristocratie. Dans la partie asiatique de l’Empire qui comprend alors l’Anatolie, la Cilicie et la Syrie du Nord avec Antioche et Édesse, les chrétiens indigènes, qu’ils soient nestoriens ou jacobites, sont en désaccord avec l’orthodoxie byzantine dont les représentants ne manquent pas de multiplier les tracasseries. Exaspérés par les Grecs, ces Chrétiens accueillent avec satisfaction ceux qui les débarrassent de la mainmise byzantine que le libérateur soit turc et musulman ou franc et catholique.

  • 2 Cl. Cahen, La bataille de Mantzikert d’après les sources musulmanes, Byzantion, IX (1934), 613-642

3Le signal du repli byzantin sera donné au soir de l’écrasante défaite que Romain Diogène subit en 464/1071 à Mantzikert en Anatolie2. Constantinople est incapable d’envoyer des renforts et d’enrayer l’avance turque. En moins de dix ans tout ce que Nicéphore Phocas avait réussi à reconquérir sera passé sous l’autorité musulmane. L’Asie Mineure n’est plus byzantine ; l’Anatolie est au pouvoir d’un chef seldjouqide Sulaymān b. Qutulmuš ; il s’installera quelque temps à Nicée (Iznik) puis se repliera vers l’intérieur et fera de Konya sa capitale. Le nouvel État aura une longue fortune sous la conduite des princes que l’on appelle les Seldjouqides de Rūm.

  • 3 Cl. Cahen, art. Atsiz, ΕΙ2, I, 773.
  • 4 Sobernheim, art. Mirdāsides, dans ΕΙ, III, 585.
  • 5 Zetterstéen, art. ‘Oḳailides, dans ΕΙ, III, 1039-40.

4Parallèlement au recul byzantin nous assistons en cette seconde moitié du ve/xie siècle à un repli des Fatimides en Syrie et en Palestine. Au Caire les milices nègres, berbères et turques, par leurs disputes maintiennent un indescriptible climat d’anarchie après l’échec d’al-Basāsirī contre Tuġril beg. En ḏū’l-qa‘da 468/juin 1076 Atsiz b. Uvak3, chef turcoman s’estimant lésé par les Fatimides qu’il servait, s’empare de Damas pour son compte. L’année suivante les mêmes troupes turques pénètrent en Palestine et s’installent à Jérusalem. L’occupation de la Ville Sainte ne manque pas d’amener une réaction violente des Fatimides dont l’armée sous le commandement de Badr al-Ğamālī reprend le terrain perdu. Les Turcs battent en retraite et les armées venues d’Égypte non seulement réoccupent la Palestine mais encore envahissent la province de Damas. Atsiz est saisi de panique ; un seul secours est possible, faire appel à Malik Šāh, celui-ci envoie Tutuš b. Alp Arslān qui se trouve alors dans la région d’Alep. Pour prix de son aide, Tutuš doit recevoir Damas ; cette offre venant après plusieurs échecs devant Alep ne manquera pas de tenter le frère du grand sultan seldjouqide Malik Šāh. Apprenant que des escadrons seldjouqides se dirigent vers le sud, Badr ad-Ğamālī évacue la province syrienne. Tutuš entre à Damas en ṣafar 471/août-septembre 1078 et ne tarde pas à se débarrasser d’Atsiz qu’il fait assassiner en rabī‘ I/septembre-octobre de cette année. Assuré des revenus de la riche province de Damas, Tutuš songe à nouveau à attaquer Alep. Cette importante métropole venait d’être prise (472/1079) aux Mirdāsides4 vassaux des Fatimides du Caire, par les ‘Uqaylides5 qui bien que chiites étaient alors les alliés des Seldjouqides et tenaient Mossoul. Tutuš n’était pas seul à comprendre tout l’intérêt que présente la possession simultanée de Damas et d’Alep. Alep seule ne peut pas vivre indépendante car il lui faut l’appoint d’une riche région agricole ; nous verrons à plusieurs reprises une alliance allant jusqu’à l’intégration politique et économique soit avec Mossoul, soit avec Damas, deux marchés complémentaires d’Alep. Le tout puissant Malik Šāh veut éviter de voir Alep tomber aux mains de son frère ce qui donnerait trop de puissance à ce dernier. Par des démarches secrètes et complexes le grand sultan seldjouqide parvient à se faire appeler par la population ; il répond à cet « appel spontané » en faisant son entrée dans la ville le 22 ša‘bān 475/15 janvier 1083. Ayant pris possession de la citadelle il installe en qualité de gouverneur le ‘Uqaylide Šaraf ad-Dawla Muslim b. Qurayš, déjà seigneur de Mossoul. Très rapidement le sultan, pour éviter que la « maison » ‘uqaylide ne prenne trop d’importance et n’acquière trop de puissance, va réagir. Il lui est plus facile d’agir contre une dynastie chiite même vassale que contre son propre frère.

A. L’ÉMIR ĀQ-SUNQUR DE 477 À 487.

  • 6 H.A.R. Gibb, art. Āḳ-Sunḳur b. ‘Abd Allāh, dans EI2, I, 324.
  • 7 Cl. Cahen, art. Artukides, dans EI2, I, 683-688 ; Honigmann, art. Ortokides, dans ΕΙ, III, 1070-72
  • 8 Sarre et Herzfeld, Archaeologische Reise, t. II, 203-304. Pour la topographie du site voir plus ha (...)
  • 9 Minorski, art. Mardīn, dans ΕΙ, III, 290-293.

5En 477/1084 Malik Šāh envoie contre le ‘Uqaylide de Mossoul une armée dont le chef est un émir turc du nom d’Āq-Sunqur (le faucon blanc)6. En cours de route, āq Sunqur reçoit l’appui du seigneur de Mārdīn, Artuq b. Aksab7 ; de nombreux Turcomans viennent s’adjoindre à l’armée en marche. On met le siège devant Mossoul mais, adossée au Tigre au nord-est et bien protégée par son enceinte, la ville résiste aux troupes venues de l’ouest8. Las d’attendre au pied des murailles, Artuq b. Aksab rentre à Mārdīn9 tandis que les éléments turcomans déçus de n’avoir pu se procurer le butin espéré repartent vers la région du Diyār Bakr où ils pourront reprendre leur activité guerrière. Les émirs ‘uqaylides resteront encore maîtres de Mossoul pendant cinq ans.

  • 10 Vasiliev, Histoire de l’Empire byzantin, t. I, 408-409.
  • 11 Ibn al-Qal., 109 ; L.T., Damas, 15 et n. 1.
  • 12 En 1032. Voir Vasiliev, Histoire de l’Empire byzantin, t. I, 413.
  • 13 Celui qui partage le pouvoir.

6Tandis que Malik Šāh s’intéressait à la Mésopotamie son cousin Sulaymān b. Qutulmuš remportait une nouvelle victoire : le 10 ša’bān 477/12 décembre 1084 il enlevait Antioche aux Byzantins qui en étaient les maîtres depuis plus d’un siècle, depuis le jour où Michel Bourtzès l’avait occupée (358/octobre 969) au nom de l’empereur Nicéphore Phocas10. La victoire pour importante qu’elle ait été ne représentait pas un succès militaire remarquable, car la garnison byzantine depuis l’établissement de la puissance seldjouqide en Anatolie, n’était plus relevée et n’était ravitaillée que par mer. La saison choisie par Sulaymān ne pouvait laisser aux assiégés aucun espoir de renfort par la voie maritime. Encouragé par ce succès, Sulaymān va au printemps suivant, en 478/1085, attaquer Alep. Au cours d’une rencontre hors de la ville le gouverneur ‘uqaylide Muslim b. Qurayš est tué. Alep, sans chef, résiste à Sulaymān qui l’assiège en vain deux mois durant. La chaleur de l’été et la sécheresse contraignent les assaillants à se retirer. Au printemps suivant le Seldjouqide de Konya marche de nouveau contre Alep. A cette nouvelle des responsables de la grande cité lancent un appel à Tutuš qui s’empresse de venir de Damas. Le 18 ṣafar 479/4 juin 1086 Tutuš inflige une sévère défaite aux troupes de son cousin à ‘Ayn Silm11 ; Sulaymān est tué au cours de la retraite. Une seconde fois Tutuš est sur le point de réaliser son rêve, une seconde fois Alep va lui échapper : cette fois c’est la population qui refuse de lui ouvrir les portes de la cité déclarant ne reconnaître que la suzeraineté de Malik Šāh. Un groupe de conjurés réussit malgré tout à faire pénétrer Tutuš dans la ville. Instruit des événements Malik Šāh se met en route vers la Syrie du nord ; à l’approche de son frère aîné, Tutuš se replie rapidement vers le sud et en ramaḍān 479/déc. 1086-janvier 1087 le sultan en cortège triomphal gagne la citadelle d’Alep. Après un bref séjour, Malik Šāh quitte Alep et, sur le chemin de retour, il enlève aux Byzantins Édesse que Georges Maniakès avait conquise un peu plus d’un demi-siècle plus tôt12. Il ne pouvait être question de laisser Alep et Édesse sans y nommer des émirs énergiques et fidèles, capables de résister aux sollicitations éventuelles de Tutuš. Le tout-puissant vizir Niẓām al-Mulk conseille à Malik Šāh de donner Édesse en fief à l’émir Būzān et d’envoyer comme gouverneur à Alep l’émir turc Āq-Sunqur. Ainsi en 480/1087 le grand-père de Nūr ad-Dīn vint prendre possession de son poste à Alep avec le titre de Qasīm ad-Dawla13.

  • 14 Pour cette région voir THS, ch. IV, 165 sq. et carte VIII, ibid.

7Āq-Sunqur exerce désormais au nom de Malik Šāh son autorité sur toute la Syrie du Nord, depuis Manbiğ au nord jusqu’à Lattaquié à l’ouest et Hama au sud et n’a d’autre ambition que de maintenir dans sa province la sécurité et d’y ramener la prospérité économique. En Syrie centrale chaque ville alors est une principauté qui sauvegarde son indépendance en renversant les alliances au moment opportun. Cet état de choses amène Tutuš à demander l’aide de l’émir Būzān et d’Āq-Sunqur pour agrandir son domaine. Les deux émirs, féaux du grand sultan seldjouqide, ne peuvent refuser de prêter main forte au frère de leur suzerain, ainsi en 483/ 1090-1091 Tutuš peut s’emparer de Ḥimṣ et porter sa frontière septentrionale jusqu’au territoire soumis nominalement à Malik Šāh, puis il va descendre la vallée de l’Oronte vers le nord et, sans attaquer Šayzar où depuis dix ans régnent les Banū Munqiḏ, prend l’année suivante Fāmiya (Apamée)14.

8Au milieu de l’année 485/1092 alors qu’il est arrivé à donner une unité à son empire Malik Šāh projette d’éliminer du territoire syrien les éléments fatimides qui dominaient dans la riche province de Tripoli. En cas de succès il n’y avait plus de tête de pont égyptienne en Syrie. Le sultan envoie l’ordre à l’émir Būzān d’Édesse ainsi qu’à Āq-Sunqur de se placer avec leurs troupes sous le commandement de Tutuš. Parvenus aux environs de Tripoli les trois émirs se brouillent ; Āq-Sunqur qui aurait été circonvenu par Fahr al-Mulk Ibn ‘Ammār, seigneur chiite de la place, se retire. Cette défection oblige Tutuš, la rage au cœur, à renoncer à poursuivre la campagne. Tripoli sauvegarde son indépendance.

9De graves événements ne tardent pas à secouer l’empire abbasside. Déjà depuis quelque temps des intrigues ébranlent la cour du sultan. Ces intrigues il faut en rechercher l’origine dans les ambitions de deux femmes de Malik Šāh, chacune mettant tout en œuvre pour faire désigner son propre fils comme héritier. Dans cette atmosphère tendue Niẓām al-Mulk tombe sous les coups des Bāṭiniens le 10 ramaḍān 485/14 octobre 1092. Les intrigues ne font que se développer, une maladie, qui frappe Malik Šāh au retour d’une partie de chasse, tient la cour en haleine jusqu’au 15 šawwāl/ 18 novembre lorsque le sultan meurt. Les passions ne connaissent alors plus de bornes, une des veuves, Tarkan Hatūn, parvient à faire reconnaître comme sultan son fils Maḥmūd, un enfant de cinq ans. La mention de son nom dans la ḫuṭba ne résoud en rien le problème de la succession. Les candidats ne manquent pas ; il y a d’abord les frères de Malik Šāh, Tutuš qui règne sur la province de Damas et sur la Palestine, Täkäš qui, de sa résidence de Balkh, gouverne la Transoxiane lointaine, tandis qu’Arslān Arġūn est maître du Khorāsān. Il y a aussi sur les rangs les fils de Malik Šāh : Bark-yārūq, l’aîné, qui représentait son père dans le Fars à Iṣfahān et les jeunes Maḥmūd, Muḥammad et Sanğar. Chacun des fils sera d’ailleurs à tour de rôle sultan. Dans toutes les provinces, dans toutes les villes importantes de l’empire les gouverneurs et les principaux émirs attendent, ils hésitent à prendre parti, les plus éloignés de la capitale et peut-être les plus téméraires, comme Yaġi Basān à Antioche, se déclarent indépendants ; la plupart cherchent à rester neutres tant qu’aucun des candidats ne se détache vraiment.

B. ĀQ-SUNQUR ET L’AVÈNEMENT DE BARKYĀRŪQ.

10La compétition entre les fils de Malik Šāh finit par être rapidement réglée moyennant quelques compensations territoriales et financières. Maḥmūd et sa mère s’installent à Iṣfahān d’où l’aîné des fils de Malik Šāh, Barkyārūq, part pour Bagdad. C’est de l’ouest que vient la menace la plus grave ; en effet, Tutuš ne renonçait pas au sultanat, il faisait jouer le droit de primogéniture, ce droit dont l’application fera se battre les oncles contre les neveux et finira par aboutir à une complète dislocation de la dynastie seldjouqide.

  • 15 Streck, art. Irbil, dans ΕΙ, II, 554-557.
  • 16 Cl. Cahen, SN, 181, dit : « Karboûqâ, ancien mamlouk du gouverneur d’Alep pour Malik Šāh, Aq Sonqo (...)
  • 17 Voir Ibn al-Qal., 126-127 ; L.T., Damas, 26 sq.

11De Damas, Tutuš avait voulu étendre son autorité vers l’est ; peut-être à défaut d’Alep, désirait-il prendre Mossoul qui était alors au pouvoir de l’‘Uqaylide Ibrāhīm b. Qurayš, en tout cas c’est sur les rives de l’Euphrate qu’il apprend la mort de Malik Šāh. Il n’a plus alors qu’un objectif : gagner Bagdad. Il fait appel à Būzān et à Āq-Sunqur pour renforcer son armée. Āq-Sunqur se trouve dans l’embarras, il ignore qui va l’emporter dans la course au sultanat et puis il sait aussi qu’il n’a pas les moyens de résister seul à Tutuš, il se décide à faire la paix et accepte même de faire dire la ḫuṭba au nom du frère de Malik Šāh. En ṣafar 486/février-mars 1093 Tutuš se met en campagne contre Barkyārūq, chemin faisant il enlève Niṣībīn à Ibrāhīm b. Qurayš, puis il pousse une pointe vers les montagnes au nord et, pour éviter toute surprise sur ses arrières, s’empare d’Āmid et de Mayyāfāriqīn, il descend ensuite vers le sud et prend Sinğar, occupe Mossoul où il traverse le Tigre. Les deux émirs Būzān et Āq-Sunqur suivent leur chef mais lorsque les adversaires se trouvent face à face dans la plaine d’Irbil15 les deux ailes passent du côté de Barkyārūq à qui Būzān et Āq-Sunqur offrent leurs services. Tutuš est seul, il ne lui reste plus qu’à chercher le salut dans la fuite, il se replie vers l’ouest et rentre à Damas en dū’l-ḥiğğa 486/janvier 1094. āq-Sunqur de son côté regagne Alep avec des renforts prêtés par Barkyārūq car il sait que Tutuš voudra se venger de lui comme de Būzān. Les prévisions étaient justes. En rabi‘ II 487/avril-mai 1094 Tutuš part vers Alep pour demander des comptes. Āq-Sunqur sans retard fait appel à Būzān et à Barkyārūq qui lui envoient en renfort Kirbuġa, émir de Mossoul16. Les coalisés se portent au-devant de Tutuš et la rencontre a lieu le 8 ğumādā I 487/26 mai 1094 près de Tell as-Sulṭān et des marais où se perdent le nahr Sab’īn et le Quwayq à six parasanges au sud d’Alep17. L’armée des émirs est disloquée, c’est la fuite vers Alep. Āq-Sunqur est fait prisonnier et dès que Tutuš est informé de sa capture il le fait exécuter sur le champ. Būzān et Kirbuġa parviennent à se réfugier derrière les remparts d’Alep. Trois jours plus tard Tutuš entre à Alep et réussit à s’emparer des deux émirs. Būzān est exécuté et sa tête envoyée à Édesse pour contraindre, mais en vain, les habitants assiégés à reconnaître l’autorité de Tutuš. Kirbuġa est épargné et envoyé en captivité à Ḥimṣ.

  • 18 V. Minorski, art. Raiy/, dans ΕΙ, III, 1182-85. Au sud de l’actuel Téhéran.

12Le nouveau maître d’Alep va une seconde fois attaquer Barkyārūq. Il se dirige vers le nord, franchit l’Euphrate, oblique à l’est et prend successivement Ǧarablus, Ḥarrān, Sarūğ, Édesse, puis il gagne l’Iraq et arrive à Hamaḏān. Tandis qu’à Bagdad on dit la ḫuṭba à son nom, il s’avance vers Rayy18. Barkyārūq sort et les deux armées se rencontrent à une quinzaine de kilomètres au sud de Rayy le 17 ṣafar 488/25 février 1095 ; Tutuš une fois de plus voit les défections se multiplier dans son armée, il poursuit la lutte et tombe au combat, victime, d’après certains, d’un ancien lieutenant d’Āq-Sunqur qui voulait venger son chef.

13La mort venait de mettre un terme brutal à la rivalité entre l’oncle et le neveu. Si les provinces orientales allaient rester sous l’autorité directe de Barkyārūq, la Syrie passait sous le contrôle des fils de Tutuš.

II. LE PARTI DES MAMLOUKS D’ĀQ-SUNQUR ET KIRBUĠA.

  • 19 Zetterstéen, art. Riḍwān b. Tutuš, dans ΕΙ, III, 1234-35 ; Ibn al-Qal., 130-131 ; L.T., Damas, 32 (...)

14La mort de Tutuš va amener de profonds changements en Syrie. Son fils aîné Riḍwān, qui se trouvait avec son atabeg Ǧanāḥ ad-Dawla sur l’Euphrate lorsqu’il apprit la disparition de son père, gagne rapidement Alep où il prend le pouvoir19. Son frère cadet Duqāq s’installe à Damas où son atabeg Ṭuġtakīn, fait prisonnier à Rayy mais rapidement libéré, vient le rejoindre et lui apporter l’appoint du Diyār Bakr dont Tutuš l’avait nommé gouverneur.

  • 20 SN, 206.
  • 21 Voir Ibn al-Qal., 134 ; L.T., Damas, 38 sq.

15En 489/1096, Riḍwān remet en liberté l’émir Kirbuġa qui était prisonnier à Ḥimṣ. L’ancien gouverneur de Mossoul regroupe autour de lui une grande partie des anciens mamlouks d’Āq-Sunqur et profitant de ce qu’il n’y a aucune force dominante en Syrie il s’empare de Ḥarrān au sud d’Édesse sur le Balīh, contrôlant ainsi les communications entre Alep et Mossoul. Muḥammad Muslim b. Qurayš, émir ‘uqaylide de Niṣībīn, demande l’appui de Kirbuġa contre son frère ‘Alī que Tutuš avait nommé gouverneur de Mossoul. Le mamlouk de Barkyārūq arrive à Niṣībīn et là, sans scrupule, tue l’émir Muḥammad puis s’en va attaquer Mossoul. Après un long siège il parvient en ḏū’l-qa‘da 489/oct.-nov. 1096 à en expulser le frère de sa victime le ‘Uqaylide ‘Alī b. Muslim. Il soumet aussi Mārdīn. Kirbuġa reconstitue partiellement le domaine d’Āq-Sunqur, il gouverne la Haute Djéziré, la région située entre les montagnes du Diyār Bakr et du Diyār Muḍar et l’Euphrate. Pour mieux asseoir son autorité l’émir va mettre à profit la présence à ses côtés du jeune ‘Imād ad-Dīn Zengī alors âgé d’une douzaine d’années. Les anciens compagnons d’āq-Sunqur qui avaient pris soin du fils unique de leur chef après la mort de ce dernier furent un jour convoqués pour entendre Kirbuġa déclarer : « C’est le fils de mon frère d’armes. Je dois, de préférence à tout autre, veiller à son éducation. » Par cette affirmation il se désignait lui-même comme l’atabeg du jeune Zengī et cherchait à légitimer vis-à-vis du sultan la possession de territoires qui avaient été donnés en fief au père de son jeune protégé. Personne ne réagit contre cette décision. Sur place les anciens mamlouks gagnés par d’importantes dotations et constatant les bonnes dispositions de Kirbuġa à l’égard de Zengī acceptèrent de servir l’émir et son jeune pupille. A l’ouest, à Alep, Riḍwān est occupé par un différend avec son atabeg Ǧanāḥ ad-Dawla, réfugié à Ḥimṣ et avec son frère Duqāq, qui à Damas partage le pouvoir avec son propre atabeg Ṭuġtakīn, ancien mamlouk de Tutuš. L’émir Yaġi Basān, gouverneur pratiquement autonome d’Antioche, joue sur la rivalité des deux fils de Tutuš. Au nord de l’Euphrate des seigneurs arméniens se proclament indépendants, des chefs turcomans occupent pour leur compte certaines villes. A l’est, dans le Fars et au Khorāsān, le sultan Barkyārūq doit faire face à une intense activité bātinienne et à la révolte de son oncle Arslān Arġūn. Il ne semble se préoccuper que fort peu des événements de Mossoul ; il lui suffit de savoir qu’un de ses émirs, Kirbuġa, un sunnite, a pris la place d’un émir chiite, et qu’il n’a pas à craindre pour l’instant d’être pris à revers. Telle est l’atmosphère quelque peu houleuse du monde musulman d’Orient lorsque résonne à Bagdad l’appel au secours lancé par Yaġi Basān assiégé par les Francs dans Antioche. Le monde musulman n’avait guère réagi depuis que s’étaient succédées les nouvelles concernant la progression des Croisés. L’arrivée de ceux-ci à Constantinople en décembre 1096 n’a aucun écho ; lorsque l’émir seldjouqide Qiliğ Arslān b. Sulaymān est battu à Dorylée20 nul prince musulman n’imagine qu’un sort identique peut le frapper s’il est seul. Enfin lorsque le 11 ḏū’l-qa‘da 490/ 20 octobre 1097 l’armée des Croisés met le siège devant Antioche et que Yaġi Basān lance des appels à la solidarité musulmane, les secours arrivent mais en ordre dispersé21 ; le premier, Duqāq, arrive de Damas puis repart sans résultat ; Riḍwān à Alep, constatant que le siège de la grande cité voisine devenait une affaire sérieuse, fait taire sa rancœur et vient à son tour en rabī‘ I 491/ février 1098 essayer de desserrer l’étau ; il y renonce assez vite d’ailleurs. La région d’Antioche est alors surtout peuplée d’Arméniens qui n’apportent au début aucune aide ni aux Francs ni aux Turcs, ils finirent par aider le plus fort.

  • 22 Sur l’établissement des Francs en Syrie du Nord voir Cl. Cahen, SN, 205-226, où l’on trouvera auss (...)

16A Bagdad, sous la pression des gens du peuple menés par des cheikhs sunnites, le calife Mustaẓhir billāh, à qui l’on ne manque pas de rappeler qu’il est « l’émir des Croyants », va s’efforcer de faire envoyer des secours à Antioche ; il recommande à Barkyārūq de dépêcher des renforts. Le sultan dont toutes les forces sont engagées dans le Khorāsān donne alors l’ordre à l’émir Kirbuġa de partir pour la Guerre Sainte contre les Croisés. Porter secours aux Musulmans de Syrie attaqués par les Francs sera désormais une des obligations des émirs de Mossoul. Kirbuġa part en campagne et, au fur et à mesure de la progression, de nouveaux renforts viennent grossir les rangs de son armée. Au lieu de gagner directement Antioche l’émir va s’attarder à assiéger Édesse d’où Baudouin venait de chasser le seigneur arménien Thoros. Au bout de trois semaines, renonçant à poursuivre le siège, l’atabeg du jeune ‘Imād ad-Dīn Zengī arrive devant Antioche le 3 rağab 491/6 juin 1098 : il est trop tard. Deux jours plus tôt un complot ourdi à l’intérieur avait permis aux Croisés de pénétrer dans la ville22 ; l’émir Yaġi Basān réussit à s’échapper mais dans sa fuite il tomba de cheval et, blessé, fut reconnu par des paysans arméniens qui le tuèrent et vinrent apporter sa tête à Bohémond. Le 5 rağab/8 juin Kirbuġa reçoit l’hommage du commandant de la citadelle dont la garnison musulmane se défendait encore. Antioche est affamée, les vivres manquent, les Francs essaient de négocier, sans résultat. Finalement le 25 rağab/28 juin dans un sursaut de désespoir les Croisés font une sortie et réussissent à mettre en déroute l’armée de Kirbuġa.

  • 23 Wiet, art. Afḍal, dans ΕΙ2, I, 221-222 ; Ibn al-Qal., 135 ; L.T., Damas, 41 sq.
  • 24 Plessner, art. Sarūdj, dans ΕΙ, IV, 183-184.

17Pendant ce temps mettant à profit les embarras des émirs seldjouqides dans le nord le calife fatimide du Caire envoie son vizir al-Afḍal, un Arménien converti à l’Islam, reprendre Jérusalem à l’artuqide Suqmān23. Celui-ci ne s’oppose pas aux troupes égyptiennes, il cède la place et est autorisé à partir ; il va gagner un fief artuqide au-delà de l’Euphrate : Sarūğ24.

  • 25 Voir Büchner, art. Malāzgird, dans ΕΙ, III, 214-219 ; Cl. Cahen, Byzantion, IX (1934), La bataille (...)
  • 26 Ibn al-Qal., 137 ; L.T., Damas, 43.

18A Damas, Duqāq et son atabeg Ṭuġtakīn se sentent menacés du nord et du sud ; des messagers francs les rassurent en leur précisant que les Croisés ne venaient en Syrie que pour reprendre les régions qui avaient été sous la domination byzantine au moment de la défaite du Romain Diogène à Mantzikert25. Rapidement la domination franque s’étend à tout le nord de la Syrie, d’Antioche à Édesse ; désormais dans ces régions bien des émirs musulmans qui voudront se révolter contre leur suzerain appelleront les Francs à leurs secours. Ce jeu dangereux pour l’Islam ne cessera que le jour où les Croisés eux-mêmes seront déchirés par les querelles d’intérêt égoïste et où apparaîtra un chef capable de regrouper toutes les forces musulmanes. Ce réveil de l’Islam sera l’œuvre de Nūr ad-Dīn. Les Francs ne se contentent pas du nord. Ne s’était-on pas donné comme but lorsque l’on avait prêché la Croisade de délivrer le Saint-Sépulcre ? Rapidement les contingents sous les ordres de Godefroy de Bouillon descendent le long de la côte sans prendre la peine de s’emparer de ni Tripoli ni de Beyrouth et se présentent devant Jérusalem. Après un siège de plusieurs jours, rendu particulièrement pénible par la chaleur, les Croisés entrent dans la Ville Sainte le 22 ša‘bān 492/14 juillet 1099 et se livrent à un sérieux massacre de la population sans distinguer ni juifs ni musulmans26. La prise de Jérusalem par les Chrétiens a une profonde résonance dans l’Islam ; bouleversés et affolés par la cruauté franque les Musulmans fuient la Palestine. Certains ne se sentent même pas en sécurité en Syrie et arrivent à Bagdad où ils émeuvent par le récit de leurs malheurs la foule qui se presse dans les mosquées. Pendant près d’un siècle Jérusalem, al-Quds, sera une véritable obsession ; la reconquête de la Cité Sainte sera l’objectif principal de la politique musulmane dominée par un profond sentiment religieux. Il paraissait intolérable aux Musulmans de ne plus prier librement à la Grande Mosquée de Jérusalem où l’Islam s’était installé près de cinq siècles plus tôt, dès le califat de ‘Umar en 16/638. Si Saladin est auréolé d’une légende plus éclatante que d’autres souverains musulmans, plus doués que lui, c’est qu’il fut considéré comme l’élu de Dieu pour avoir repris Jérusalem.

19Les réactions aux progrès des Francs ne seront pas immédiates et les émirs dont les forces auraient pu, au début, enrayer l’avance franque vont se trouver engagées dans les luttes qu’entraînent alors les querelles de la famille seldjouqide et les disputes autour du sultanat.

20A peine le siège d’Antioche levé, les émirs regagnent leurs fiefs respectifs sans chercher à réagir. Kirbuġa reprend le chemin de Mossoul ; au passage à Alep, Riḍwān, pressé de le voir disparaître à l’horizon, lui fournit tout le ravitaillement nécessaire. L’atabeg de Zengī se dirige vers le nord et attaque, pour se dédommager des frais de la campagne, Āmid dans le Diyār Bakr. Le gouverneur de la ville appelle à l’aide Suqmān b. Artuq établi à Sarūğ depuis son éviction de Jérusalem par les Fatimides. Pendant le combat qui met aux prises les deux adversaires, Kirbuġa, devant la supériorité numérique de l’ennemi, est saisi d’inquiétude, il n’a qu’une confiance modérée dans ses émirs ; alors pour ranimer leur ardeur et leur loyalisme l’émir de Mossoul présente en ces termes à ses hommes le jeune Zengī : « C’est le fils de votre ancien maître, combattez pour lui. » Chacun se rappelant que l’adversaire devait sa fortune à la famille de Tutuš, le meurtrier d’Āq-Sunqur, redouble d’énergie et les troupes de Suqmān sont mises en déroute.

Notes

1 L’apparition de ce nouvel élément est exposée avec clarté par Claude Cahen, La première pénétration turque en Asie Mineure (seconde moitié du xie s.), Byzantion, XVIII, 1948, 5-67 ; Cl. Cahen, La Syrie du Nord, ch. III : Orient et Occident à la fin du xie siècle, 176-204 ; H.A.R. Gibb, Damascus Chronicle (cité DC), voir Introduction ; R. Le Tourneau, Damas de 1075 à 1154, PIFD, 1952 (Cité L.T., Damas), Introduction.

2 Cl. Cahen, La bataille de Mantzikert d’après les sources musulmanes, Byzantion, IX (1934), 613-642.

3 Cl. Cahen, art. Atsiz, ΕΙ2, I, 773.

4 Sobernheim, art. Mirdāsides, dans ΕΙ, III, 585.

5 Zetterstéen, art. ‘Oḳailides, dans ΕΙ, III, 1039-40.

6 H.A.R. Gibb, art. Āḳ-Sunḳur b. ‘Abd Allāh, dans EI2, I, 324.

7 Cl. Cahen, art. Artukides, dans EI2, I, 683-688 ; Honigmann, art. Ortokides, dans ΕΙ, III, 1070-72.

8 Sarre et Herzfeld, Archaeologische Reise, t. II, 203-304. Pour la topographie du site voir plus haut p. 104 et suivantes.

9 Minorski, art. Mardīn, dans ΕΙ, III, 290-293.

10 Vasiliev, Histoire de l’Empire byzantin, t. I, 408-409.

11 Ibn al-Qal., 109 ; L.T., Damas, 15 et n. 1.

12 En 1032. Voir Vasiliev, Histoire de l’Empire byzantin, t. I, 413.

13 Celui qui partage le pouvoir.

14 Pour cette région voir THS, ch. IV, 165 sq. et carte VIII, ibid.

15 Streck, art. Irbil, dans ΕΙ, II, 554-557.

16 Cl. Cahen, SN, 181, dit : « Karboûqâ, ancien mamlouk du gouverneur d’Alep pour Malik Šāh, Aq Sonqor ». Idem, 215, le donne comme gouverneur de Mossoul, « vassal théorique de Barkiyārūq. » Zetterstéen, art. Kurbuḳa, dans ΕΙ, II, 1195-96.

17 Voir Ibn al-Qal., 126-127 ; L.T., Damas, 26 sq.

18 V. Minorski, art. Raiy/, dans ΕΙ, III, 1182-85. Au sud de l’actuel Téhéran.

19 Zetterstéen, art. Riḍwān b. Tutuš, dans ΕΙ, III, 1234-35 ; Ibn al-Qal., 130-131 ; L.T., Damas, 32 sq.

20 SN, 206.

21 Voir Ibn al-Qal., 134 ; L.T., Damas, 38 sq.

22 Sur l’établissement des Francs en Syrie du Nord voir Cl. Cahen, SN, 205-226, où l’on trouvera aussi une bibliographie de la Première Croisade. Cl. Cahen, En quoi la conquête turque appelait-elle la Croisade ? dans Bull. Foc. Lett. Strasbourg, XXIX, 1950-51 ; Hans E. Mayer, Bibliographie zur Geschichte der Kreuzzuge, Hanovre, 1960.

23 Wiet, art. Afḍal, dans ΕΙ2, I, 221-222 ; Ibn al-Qal., 135 ; L.T., Damas, 41 sq.

24 Plessner, art. Sarūdj, dans ΕΙ, IV, 183-184.

25 Voir Büchner, art. Malāzgird, dans ΕΙ, III, 214-219 ; Cl. Cahen, Byzantion, IX (1934), La bataille de Mantzikert, 613-642.

26 Ibn al-Qal., 137 ; L.T., Damas, 43.

© Presses de l’Ifpo, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter