Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Reconstruction et réconciliation au Liban

Jean-Charles Depaule

Texte intégral

1À la lumière des réflexions réunies dans cet ouvrage, on voit que la reconstruction peut être abordée explicitement, très simplement et sans précaution excessive, alors qu’il est considérablement plus difficile de traiter, de façon frontale du moins, de la réconciliation. Faut-il regretter que celle-ci soit souvent restée au second plan (à l’exception de la contribution théorique de Joseph Bahout) ? Au moins, elle n’aura pas donné lieu aux figures obligées, pétitions de principe ou formules incantatoires par lesquelles le vice habituellement rend hommage à la vertu. Félicitons-nous qu’on en ait sans doute davantage parlé et mieux que si le mot avait été prononcé d’une façon plus rituelle que réfléchie. Et que, comme le signale Joe Nasr, aient été généralement évités des glissements imputant à la reconstruction physique plus d’effets sur les liens sociaux qu’elle ne saurait en avoir.

2Que la réconciliation ait été, sinon ignorée, du moins contournée est assurément symptomatique, de limites disciplinaires en particulier – peut-être la science politique est-elle la plus apte à traiter ce type de thème. Les difficultés n’ont pas été pour autant éludées, ou gommées. La notion même, qui paraît impliquer l’idée d’un retour à un état antérieur, supposer la restauration d’un équilibre, voire d’une symétrie mise en cause temporairement, suscite des interrogations que l’on décèle, inégalement formulées, à travers les différents textes : quelles sont la nature et les modalités des appartenances et des relations possibles entre groupes, mais également quelles étaient-elles avant (et pendant) la guerre, à quelles logiques territoriales, articulant le social à l’espace et au temps, ressortissaient-elles ? Le souci de se donner des moyens d’objectivation qui évitent les distorsions et ne soient pas trop chargés de jugements implicites est sensible.

3Il est significatif qu’ait été préférée la conciliation, abordée à propos d’intérêts contradictoires (dans la banlieue sud-ouest de la capitale où Mona El-Kak étudie notamment les relations entre l’État, le parti Amal et le Hezbollah), d’autorités légitimes représentant les communautés religieuses (à Saïda, qu’étudient Youssef Jebahi et Emmanuel Bonne, et ailleurs)... Ainsi que Bernard Rougier le rappelle, la conciliation n’implique pas un idéal de symétrie, d’unanimité, de consensus : les rapports sont perçus comme dissymétriques, en effet, entre majorité et minorité, entre ville et village, entre Tripoli, ville en grande majorité sunnite, et sa voisine Zghorta exclusivement maronite, entre un pouvoir et un territoire, entre des territoires, mais aussi entre des acteurs et des groupes ; il y a dissymétrie dans ce qui caractérise les uns et les autres, en termes d’identité, d’appartenance confessionnelle, culturelle, de position politique (Tripoli capitale de l’arabisme / Zghorta haut lieu du libanisme). Avec la négociation, qui, note Bernard Rougier, peut être négociation d’un individu avec soi-même, la conciliation forme un couple fort, cohérent, opératoire – c’est ce que montre Mona Harb-el-Kak qui articule en outre « procédure », « ressource » et « enjeux ».

4Cette manière de mettre en lumière dissymétries et traits inégalitaires, quand ils existent, s’assortit généralement du refus d’une vision trop dichotomique et du désir d’être capable de penser en même temps l’extériorité et l’intériorité, le temporaire et l’enraciné, l’art du paraître et la culture de l’invisible, qui ont conduit plus d’un auteur à recourir à la notion de complémentarité. À celles de pacte, et d’alliance également, comme le fait, à propos de l’université de Tripoli, Chawqi Douayhi qui définit aussi celles d’espace-tampon et d’entre-deux. La neutralisation des stéréotypes est évoquée, par Annie Tohmé notamment à propos de la perception d’autrui dans un quartier situé sur l’ancienne ligne de démarcation, dans la plaine de Hadath, au sud-est de Beyrouth, qui est soumise depuis la retour à la paix à une intense urbanisation allant de pair avec des recompositions sociales et confessionnelles. Le mot reliance, un moment suggéré, lors des travaux préparatoires qui avaient été marqués par la recherche d’un lexique adapté, n’a, sauf erreur, pas été utilisé. La formule « lien social », au singulier, est quelquefois employée. Elle l’est au pluriel à propos de Saïda : « liens sociaux », ce qui a pour effet de ne pas substantialiser, ou essentialiser, un ensemble de rapports dont Chawqi Douayhi nous rappelle le caractère instable, précaire, « friable ». Fragile, comme le mélange des populations fréquentant les nouveaux centres commerciaux de Beyrouth analysés par Marie-Claude Souaid.

  • 1 Entre Islam et Occident. Entretiens avec Gérard I). Khoury, Paris, Les Belles Lettres, 1998 (p. 27 (...)

5Si personne ne reprend à son compte le terme de sodalité que Maxime Rodinson emprunte au vocabulaire juridique romain et à celui de la théologie classique1, en revanche on fait abondamment appel à la notion de coexistence, en essayant de la situer par rapport à celle de ‘aich mouchtarak, « vie commune ». À celle de côtoiement, à propos notamment de la Corniche, à Beyrouth, promenade en bord de mer qu’analyse Christine Delpal, et d’évitement, son corollaire inverse. Ou, encore, d’exclusion et, au sujet du quartier arménien commerçant de Borj-Hammoud, de repli.

  • 2 « Centralités anciennes et actuelles dans ‘al-Qâhira’ », in S. Denoix, J.-Ch. Depaule et M. Tuchsc (...)
  • 3 Rénovation urbaine et changement social. Paris. Ed. ouvrières, 1966.

6Dans sa description de Borj-Hammoud, Tristan Khayat mentionne « l’ambiance » qui rappelle à certains les souks. Ce mot « ambiance » qui, par ailleurs, est utilisé dans le parler de Tripoli – on ne dit pas jaw, son équivalent arabe, on emploie le terme français – illustre la façon dont, sollicitées par la langue ordinaire, les sciences sociales, avec un minimum de précaution, entreprennent de construire des catégories opératoires. Je pense tout spécialement à la démarche de Jean-Claude David, identifiant au Caire une « ambiance de quartier », à travers une combinaison d’indices : vêtements, différents de ceux portés dans le « grand espace urbain », allures (ralentir le pas), densités différentielles (plus de femmes, d’enfants, que d’hommes), fenêtres et portes plus ouvertes qu’ailleurs dans la ville2, et, bien sûr, aux pages consacrées par Henri Coing dans les années 60 à un îlot du XIIIe arrondissement de Paris avant rénovation, sous le titre « L’ambiance du quartier »3. Une ambiance serait un ensemble de signifiants caractérisant des formes de co-présence ou de mixité.

  • 4 Cf. un aperçu des recherches coordonnées par Isaac Joseph dans le numéro « Espaces publics en vill (...)
  • 5 « Espaces publics et espaces privés dans les villes arabes traditionnelles », Maghreb-Machrek n° 1 (...)

7Ces registres notionnels (conceptuels ?) préparent, en désamorçant quelques pièges, le terrain à une réflexion sur les « lieux publics », thème, central en l’occurrence, qui, on le sait, a donné lieu récemment à un considérable travail d’élaboration4. En ce qui concerne les villes du monde arabe et musulman, il convient de rappeler l’apport d’André Raymond qui, à la lumière des textes juridiques de l’islam et à la lecture de ses interprètes tels Robert Brunschvig, Baber Johansen ou Saleh Al-Hathloul, a mis en lumière la manière dont l’espace public y apparaît comme en creux, négativement en quelque sorte, tandis que l’espace de l’habitation, l’espace familial, est, lui, défini positivement5. Ce point de vue a souvent été interprété de façon très schématique, et du caractère négatif ou résiduel de la définition d’un possible espace public, « catégorie menacée » selon André Raymond, on est souvent passé à l’idée que, dans la ville musulmane, l’espace public, s’il existe, n’est qu’un résidu. Et cela, sans se demander s’il est pertinent de recourir aux catégories de public et privé telles que nous les utilisons, nous, héritiers de Max Weber et d’autres penseurs de la « rationalité occidentale ». Dans cet ouvrage, à propos de la situation libanaise des définitions sont proposées, certes partielles, modestes, mais complémentaires, qui restituent quelque chose de la complexité du problème. Elles posent à divers égards la question de l’État, qui est celle du pouvoir capable de garantir le statut public de l’espace, et nous invitent à nous demander si l’on peut concevoir qu’un espace public ne soit pas garanti par l’État, ou, même, s’il n’est pas nécessairement espace de l’État. Mais, comme le suggère Joe Nasr, un volet, important, reste à traiter, celui des indispensables services (publics), équipements et réseaux divers, et de leur coordination.

8Aux deux plans le plus couramment identifiés, celui des rapports intercommunautaires et celui, « supra », où intervient une puissance censée assurer « par le haut » la coexistence et les échanges, s’ajoute un troisième : l’idée de mobilisations infracommunautaires est avancée à propos des étudiants de l’université de Tripoli, qui ouvre des pistes et pose la question de l’articulation de ce niveau avec les deux premiers.

  • 6 Op. cit.. p. 200.

9Une autre interrogation est décelable : existe-t-il un continuum entre diverses formes collectives d’appropriation et de contrôle ou de régulation et ce qui est à proprement parler public ? André Raymond a montré comment, à l’époque ottomane, dans les quartiers d’habitation, à l’extérieur de la sphère domestique stricto sensu, qui est familiale, l’espace situé à proximité de celle-ci est « géré » par plusieurs familles voisines, et, au delà, par des groupes plus larges. Et encore plus au-delà ? Entre le collectif « communautaire » – l’adjectif doit être entendu ici dans son acception la moins restrictive – et ce qui serait de l’ordre du général, du ressort de la volonté générale et, éventuellement, du public, y a-t-il continuité ou au contraire discontinuité, hiatus ? André Raymond identifie des imbrications, en précisant : « On doit bien parler d’espaces publics et d’espaces privés (au pluriel) avec des catégories intermédiaires comme l’espace communautaire et comme l’espace potentiellement privatisable du finâ »6. Dans la société libanaise actuelle, notamment dans la banlieue sud-ouest de la capitale, des glissements ou empiètements ont été relevés et diverses imbrications de l’ordre du public, du général, et de l’ordre du particulier, du privé, dont souvent les limites sont instables – je pense plus spécialement aux remarques de Waddah Charara sur les chauffeurs d’autobus et les miliciens reconvertis dans la police. Si, plus que d’autres, avec les abus et perversions qu’elles manifestent, de telles situations retiennent l’attention, il y a également celles, très courantes, où le statut juridique de l’espace est privé et son usage public, par exemple dans ces nouveaux supports « sans nuisances» d’une sociabilité sélective que sont les galeries marchandes de la rue de Verdun, à Beyrouth, étudiés par Guillaume Boudisseau. Mais la mise en place d’une « mixité protégée », dans ces endroits dévolus à la consommation, ne paraissent pas – si l’on suit Marie-Claude Souaid – constituer de véritables espaces communs, notion qui, en se démarquant de celle de territoire communautaire, vient enrichir celle d’espace partagé souvent utilisée. Enfin, avec le quartier arménien de Borj Hammoud, qui est désormais l’un des centres commerciaux de la capitale, on aurait une illustration du fait que pour être public un lieu ne doit pas nécessairement être neutre, en ce sens que, comme dans les souks, un marquage communautaire n’est pas incompatible avec sa fréquentation par une clientèle variée.

  • 7 « Réflexions pour nourrir la réflexion », in F. Héritier (dir), De la violence, Paris, Odile Jacob (...)
  • 8 Goffman E., La mise en scène de la vie quotidienne, 2. Les relations en public, Paris, Minuit, 197 (...)

10« L’espace public » n’est pas abordé de façon métaphorique, mais avec le désir que soient pris en considération ses aspects indissociablement matériels et symboliques. Sans que soit privilégié – doit-on le regretter ? – l’espace politique, ou celui de l’aménagement, mais sans que l’on insiste non plus sur l’importante question de la forme soulevée par Joe Nasr. En tout cas l’importance de la dimension spatiale semble être admise par la majorité des auteurs. Ce n’est pas vraiment étonnant : lorsqu’on s’intéresse à la violence et à sa résolution, ou à sa neutralisation, il n’est pas possible d’en faire l’économie. Et lorsqu’on considère l’histoire récente du Liban, l’inscription dans l’espace (la territorialisation) d’identités communautaires, confessionnelles, politiques peut paraître porteuse de menaces. Mais la violence, toujours possible, n’est pas une fatalité, elle n’est pas consubstantielle au territoire. En revanche, il semble qu’il n’y ait pas de violence qui n’ait une dimension territoriale, même lorsque l’enjeu n’est pas spatial. Françoise Héritier dans la présentation d’un séminaire qu’elle a dirigé sur la violence, où elle essaye de débrouiller avec une sorte d’humilité têtue l’ensemble des questions ou problèmes concernant le thème7, souligne à ce sujet le caractère nodal de l’idée d’effraction, que le territoire mis en cause soit corporel ou géographique. Erving Goffman (qui est souvent présent dans nos propos : il est là, sur la Corniche, derrière un promeneur à rollers, dépassant une famille venue de la banlieue sud, non loin de Christine Delpal qui lui emprunte la notion d’indifférence civile, caractéristique de certaines attitudes de réserve, et il est peut-être à côté de quelques commerçants et clients, notamment ceux des galeries marchandes du quartier Verdun) propose la notion d’offense territoriale, qui pourrait bien constituer le paradigme de la violence8.

11À l’exception de l’intervention d’Eric Huybrechts dont le regard, attentif aux catégories telles que le langage les ordonne (« ligne », « délimitation », « démarcation »...), est plus proprement morphologique, l’espace est généralement traité dans cet ouvrage du point de vue des territoires ou des lieux quotidiens, ce qui conduit à repérer des polarités, des mouvements, centrifuges et centripètes, des centres et des périphéries avec leurs éventuels déplacements, et leurs complémentarités. Des recompositions fonctionnelles et sociales. Et des valeurs symboliques et/ou marchandes. Youssef Jebahi et Emmanuel Bonne montrent comment, dans les villages de l’est Saïda, dont la composition confessionnelle a été bouleversée par la guerre, le marché foncier est susceptible d’impliquer des enjeux d’ordre territorial. Échanger des parcelles, spéculer sur les terrains, ce n’est pas simplement effectuer des opérations avec des biens « incolores » : il arrive en effet que la marchandise ait une « couleur » (identitaire), y compris communautaire.

12Les échelles d’espace, dans les diverses contributions, sont l’objet d’une attention qui se justifie particulièrement lorsqu’on s’intéresse aux différences, aux séparations, ou, au contraire, à la mixité, aux mélanges sociaux et fonctionnels dans la ville. Il est en effet nécessaire pour le chercheur de varier les échelles et, d’abord, de les expliciter, qu’il s’agisse de la taille des phénomènes qu’il observe ou du point de vue auquel il se place, en observateur accommodant son regard qui, on le sait, ne perçoit pas la même chose selon qu’il est proche ou éloigné de son objet. Importance des échelles pour la connaissance, donc, et pour l’intervention urbanistique, également, ainsi que le note Eric Huybrechts en commentant les grands percements décidés dans les années 1950-1960, dont le but était à la fois de couper des espaces homogènes et d’en mettre d’autres en relation, tandis que la logique qui a prévalu pendant la guerre était celle d’une fragmentation en petites entités.

13La question des échelles spécifiques, de la grandeur des phénomènes et des territoires où ils s’inscrivent revêt une acuité spéciale si on la rapporte au territoire national libanais, à ses limites mesurables, à son exiguïté, dont on ne saurait faire abstraction lorsqu’on s’interroge sur l’articulation du local et du global. Une articulation, qui est au cœur de l’étude de Karam Karam sur les associations de défense de l’environnement, mobilisées par des conflits sociétaux qui, à défaut d’être porteurs de réconciliation, rassemblent.

14Échelles d’espace, de temps également : les auteurs s’attachent à des durées plus ou moins longues, des temps de l’histoire collective et des temps biographiques. Ceux, avec leurs périodes, des deux villes du nord du pays, Tripoli et Zghorta, ou ceux, individuels, saisis dans leur complexité par Annie Tohmé dans la plaine de Hadath. Des trajectoires personnelles se développent, se tissent et se croisent avec d’autres temporalités. Pour produire du temps collectif ? Des rythmes se relaient, se superposent, sont synchrones ou pas. Des distinctions fines ont été introduites, par exemple, à propos de la Corniche de Beyrouth, entre temporalités du public et du privé, suggérant qu’il y a peut-être des moments du public, comme il y a des espaces qui sont temporairement publics (l’éphémère, on le sait, c’est ce qui existe un jour).

15Faut-il souligner l’implication du temps dans nos préoccupations ? Non seulement le temps nécessaire pour qu’un deuil s’accomplisse, le travail du temps par rapport au passé, mais le temps au travail, le temps comme ressource, qui a foncièrement à voir avec la (re)construction de l’espace et de la société.

Notes

1 Entre Islam et Occident. Entretiens avec Gérard I). Khoury, Paris, Les Belles Lettres, 1998 (p. 271).

2 « Centralités anciennes et actuelles dans ‘al-Qâhira’ », in S. Denoix, J.-Ch. Depaule et M. Tuchscherer (dir.). Le Khan al-khalil et ses environs. Un centre commercial et artisanal du Caire du xiie au xxe siècle. Le Caire, IFAO, 1999, p. 209-243. Il est notable que, avec des formations disciplinaires et sur des terrains divers, de jeunes chercheurs manifestent actuellement un commun intérêt pour cette notion – cf. outre les travaux cités ici, ceux de Pascale Philifert sur les cimetières de Salé au Maroc (Université Paris XII, IUP) et ceux de Nicolas Puig sur Tozeur en Tunisie (Université de Provence, IRMC).

3 Rénovation urbaine et changement social. Paris. Ed. ouvrières, 1966.

4 Cf. un aperçu des recherches coordonnées par Isaac Joseph dans le numéro « Espaces publics en villes », Les Annales de la recherche urbaine n° 57-58, déc. 1992-mars 1993.

5 « Espaces publics et espaces privés dans les villes arabes traditionnelles », Maghreb-Machrek n° 123, janvier-mars 1989.

6 Op. cit.. p. 200.

7 « Réflexions pour nourrir la réflexion », in F. Héritier (dir), De la violence, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 17-19.

8 Goffman E., La mise en scène de la vie quotidienne, 2. Les relations en public, Paris, Minuit, 1973.

Auteur

Jean-Charles Depaule, docteur en Sociologie, directeur de recherche au CNRS-IREMAM, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence. Auteur d’ouvrages sur l’architecture (De l’Ilot à la barre), l’espace domestique (A travers le Mur) et l’espace public, ainsi que sur les espaces et les pratiques sociales dans le monde arabe, il dirige le programme de recherche international Les mots de la ville (CNRS).

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.