Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Troisième partie. Lieux publics

L’oubli de la ligne

Eric Huybrechts

Texte intégral

  • 1 Foucher M., Fronts et frontières, Fayard, Paris, 1989.

1L’ancienne ligne des combats de Beyrouth et de sa proche banlieue est un espace marqué par la violence des affrontements qui ont eu lieu pendant quinze ans. L’analyse de ses recompositions spatiales exclut dans cette étude le centre-ville qui fait l’objet d’une reconstruction particulière. Elle ne prend en compte que les quatre kilomètres et demi en zone urbaine ravagée par la guerre, entre le Ring du centre-ville et la lisière de la plaine de Hadeth. Cet espace comprend la rue de Damas depuis le Ring Fouad Chéhab jusqu’au Musée national, intègre l’hippodrome et le Bois des pins et s’étend le long de l’ancienne route de Saïda entre Tayouné et l’église St-Michel de Chiyah. Lieu symbole de la fracture communautaire et spatiale de la ville pendant la guerre, sa reconstruction est paradoxale. En effet, cet espace frontière1 qui a porté la division, le conflit, les ruptures, devient aujourd’hui un espace urbain plus banal qui s’inscrit dans les dynamiques spatiales d’une métropolisation qui reprend. Son statut particulier pendant la guerre en fait un objet pertinent pour évaluer des volontés – ou leur absence – et des processus contradictoires de la reconstruction en cours.

  • 2 La normalisation est le processus qui tend à rétablir des structures politiques et sociales suite (...)

2À partir d’observations menées sur le terrain depuis janvier 1992, l’analyse porte ici sur les dynamiques spatiales de la période actuelle de sortie de guerre et tente de les mettre en perspective par rapport à celles issues de la guerre et d’avant la guerre. Sans qu’une politique de réconciliation soit mise en place à l’échelle de ces quartiers, une normalisation2 partielle de ces espaces s’opère : leur fréquentation est redevenue courante, des lieux à usage collectif ont été reconstruits, parfois avec les mêmes composantes qu’avant la guerre.

3L’observation des actions menées par la puissance publique et les acteurs privés permet de mesurer leurs effets et de mieux comprendre la réalité des objectifs sous-jacents. Les déguerpissements, destructions et reconstructions multiples induisent des recompositions spatiales, supports éventuels de recompositions sociales. Les lieux publics et la mobilité de la population sont des indicateurs visibles de types d’espaces communs qui se mettent en place.

LIGNES VERTE, DE DÉMARCATION, DES COMBATS

4Les trois termes généralement utilisés pour désigner cet espace sont la ligne verte, la ligne de démarcation et la ligne des combats.

  • 3 La ligne fut tacitement acceptée par les parties en conflit à Beyrouth à partir de novembre 1976 e (...)

5La ligne verte est une métaphore qui fait référence à la ligne de division de la Palestine en 1949, indiquée en vert sur les cartes de l’armée israélienne. Le conflit à Beyrouth relève d’une autre nature3. La référence à la végétation de la guerre, presque disparue aujourd’hui, évoque le rapport contradictoire entre nature et culture : le vide humain créé par la guerre a permis une invasion spontanée de la végétation dans ces espaces ; la reconstruction inciterait à un processus de reminéralisation de la ville liée à une reprise d’urbanité dans ces espaces.

  • 4 Abou S., Beaudoin A., Kasparian R., Les déplacés de la guerre au Liban – 1975-1987. L’Harmattan, P (...)

6La ligne de démarcation renvoie à la territorialisation des confessions qui a imposé des déplacements de population considérables dans la ville4. Cette expression suppose que la ligne a créé le mouvement de séparation. En réalité, elle fut un instrument des acteurs de la guerre qui l’ont fondée comme support de leurs exactions. Si la ligne a servi à diviser, ce n’est pas elle qui a créé le mouvement. Aujourd’hui, la démarcation n’est cependant pas devenue un patrimoine urbain, malgré quelques propositions sans suite d’intellectuels pour monumentaliser les ruines. Cette invention de la guerre laisse des marques profondes, mais peu d’actions récentes sur cet espace se réfèrent à une identité spécifique de démarcation. La reconstruction en inverse le sens. En effet, si la perception d’un Beyrouth-est et d’un Beyrouth-ouest apparaît encore présente dans les représentations des Beyrouthins, la ligne frontière entre ces deux espaces n’a plus de sens pour eux : on ne traverse plus la ligne, même si on va encore à l’est ou à l’ouest. Ainsi, la tendance serait celle d’un oubli de la ligne comme espace spécifique.

7L’expression ancienne ligne des combats paraît plus opératoire dans le cadre de la reconstruction. En effet, les marques de la guerre – immeubles ravagés, terrains en friche -restent très présentes dans le paysage urbain. La reconstruction sur cet espace s’opère moins en terme de réconciliation, de renouement d’un lien brisé entre les confessions que d’une banalisation. Les dynamiques urbaines de la période de la reconstruction se placent sur un autre plan et à d’autres échelles que celles des espaces spécifiques liés à la démarcation. C’est pourquoi, dans cette période de sortie de guerre, la référence à l’ancienne ligne des combats est plus pertinente que celle s’attachant au terme d’ancienne ligne de démarcation.

BEYROUTH ET SES DÉMARCATIONS

8Les analyses de l’espace métropolitain d’avant la guerre utilisaient des couples de concepts opposés qui sont réexaminés ici au regard des dynamiques en cours sur l’ancienne ligne des combats depuis la sortie de la guerre, afin de mieux situer le statut de cet espace dans la ville aujourd’hui.

  • 5 Harb el-Kak M., Politiques urbaines en banlieue sud de Beyrouth, Cahier du CERMOC n° 14, CERMOC, B (...)

9Un premier couple de concepts distinguait la ville-centre de la proche banlieue. Il répondait à une division fonctionnelle qui ne se limitait pas à la prise en compte de catégories socio-confessionnelles, puisqu’elle associait respectivement à ces espaces les anciens citadins d’un côté et les migrants issus du milieu rural des plaines et de la montagne de l’autre. La ville était donc analysée à travers les rapports qu’entretenaient la ville-centre et la proche banlieue, dont la « ceinture de misère » mettait en relief les caractéristiques socio-économiques. La coupure était matérialisée par d’anciennes lisières urbaines devenues des espaces tampons comme le fleuve de Beyrouth, le Bois des pins, la Cité sportive, les dunes de l’ouest encore peu urbanisées, etc. Cette coupure était toutefois à relativiser par quelques zones de contact entre Badaro et Furn ech-Chebbak, Aïn Remmaneh et Chiyah. La guerre a à la fois amplifié et dilué cette coupure spatiale et sociale : elle a eu pour effet de grossir l’image, et parfois la réalité, de la misère des banlieues (dahiya5, Nabaa, camps palestiniens, Quarantaine...) liée aux migrations de la guerre – migrations à propos desquelles il faut distinguer aujourd’hui les banlieues proches et les banlieues lointaines dont certaines accueillent des populations aisées, voire très riches, et d’autres sont issues de vieilles familles citadines. La guerre a aussi rendu plus diffuse cette césure, intégrant des dizaines de milliers de réfugiés dans la ville, au centre-ville détruit, à Hamra, sur l’ancienne ligne des combats et dans les banlieues proches. En outre, les zones urbanisées de la périphérie en contact avec la ville-centre se sont étendues, les espaces vides tampons disparaissant partiellement au bénéfice de nouveaux espaces de contact direct entre la ville et la banlieue.

  • 6 Beyhum N., « La population de l’ancienne ligne de démarcation de Beyrouth », Annales de géographie (...)

10Dans le cadre de la reconstruction, la politique d’aide au retour des déplacés affiche une volonté de renvoyer ces personnes dans leurs villages d’origine. De fait, elles sont expulsées de la ville-centre dans une logique de normalisation et de réappropriation des biens mais, pour la plupart, elles ne reviennent pas dans leurs villages : elles s’installent le plus souvent en banlieue, reprenant et accentuant ainsi le schéma d’avant-guerre. Dans la même logique, d’anciens citadins se réapproprient la ville-centre en revenant s’y installer. Cette normalisation a pour effet de recréer la bipolarité entre ville-centre et proche banlieue, entre anciens citadins et nouveaux citadins, ceux qui quittent la ville-centre et ceux qui migrent de banlieue à banlieue. L’ancienne ligne des combats se vide donc, comme ailleurs la ville-centre, de ses néo-urbains qui y ont vécu pour la plupart plus de cinq ans6.

  • 7 L’hippodrome est ouvert une fois par semaine seulement. Le Bois des pins était encore fermé au pub (...)

11La guerre avait fait passer au second plan cette autre ligne de ségrégation dans la ville, entre centre et périphérie. Elle reprendrait donc sa place selon une logique socio-économique, à mesure que l’ancienne ligne des combats perd de son effet structurant dans la ville, mais avec une lisibilité moins forte qu’avant la guerre. Ainsi, sur l’ancienne ligne des combats, l’hippodrome et le Bois des pins qui avaient été analysés comme des espaces tampons entre la ville-centre et la proche banlieue avant la guerre, sont aujourd’hui des espaces dégagés mais clôturés et contrôlé7, dans un ensemble urbain dense qui s’est étalé. Ils continuent de jouer leur rôle de coupure physique entre la ville-centre et la proche banlieue.

  • 8 Beyhum N., « Espaces éclatés, espaces dominés. Étude de la recomposition des espaces publics centr (...)
  • 9 Le palais présidentiel reste cependant en banlieue, dans une configuration politique nationale dif (...)
  • 10 Inauguration en mai 1998 par Jacques Chirac, Président de la République française, après une resta (...)
  • 11 Réalisée par l’IAURIF pour le CDR ; chef de projet Eric Huybrechts.

12Un deuxième couple de concepts mettait en relation la ville capitale et la ville-centre8, qui recouvrait une articulation entre citadinité et fonction politique de l’État central et entre centralité urbaine et centralité politique. Sur le plan spatial, cette articulation s’est traduite dans les années 1960 par le déplacement de la centralité politique en dehors de la ville-centre (ministères en banlieue, palais présidentiel à Baabda). La guerre a renforcé cet éclatement par le dédoublement d’administrations de part et d’autre de la ligne des combats, hors du centre-ville. La reconstruction, au contraire, recentre l’exécutif (Grand Sérail) et le législatif (place de l’Etoile)9 au centre de la ville. Cela signifie-t-il un retour du pouvoir auprès des communautés citadines par un retour de la fonction étatique dans la ville-centre ? Dans cette relation entre ville-centre et ville capitale, la fonction de l’ancienne ligne des combats n’est pas neutre. Ayant servi de lieu de rencontre des parlementaires pendant la guerre (villa Mansour, à proximité du Musée national), cet espace est aussi aujourd’hui le lieu de manifestations symboliques d’intérêt national. Par exemple, il est traversé chaque année par le défilé militaire du 22 novembre sur le boulevard Abdallah Yafi, devant le Musée national ; le convoi présidentiel emprunte régulièrement l’ancienne ligne des combats (entre Mar Mikhael et Tayouné en attendant l’ouverture de la voie rapide passant par l’Hôtel Dieu) pour accéder à la ville-centre ; la réouverture du Musée replace aussi la ligne dans une symbolique nationale ; la tombe du Soldat inconnu, face au Musée national, qui représente tous les martyrs des conflits au Liban, a été réaménagée. Par ailleurs, des acteurs étrangers (Iran, Espagne, France...) y sont présents dans une volonté d’expression de soutien à la reprise du lien entre les Libanais. La France, en particulier, y implante ses activités politiques, administratives, culturelles et scientifiques et réinstalle son ambassadeur dans la résidence des Pins entièrement réhabilitée10, lieu témoin de la fondation du Grand Liban. Le Conseil régional d’Ile-de-France, autre région capitale, a financé dès 1992 le réaménagement du Bois des pins, exécuté par le CDR, ainsi qu’une étude sur la reconstruction sur l’ancienne ligne des combats11. Ces projets étaient l’expression d’une confiance dans la paix retrouvée pour longtemps. Le choix de la ligne n’était manifestement pas anodin. Cet espace, symbole de la division à d’autres moments, prend ici un sens inverse de celui de la période du conflit en devenant le site d’actions ayant pour objectif affiché la réunification. Auparavant lieu de fondation et d’expression de la territorialité stricte et absolue, cet espace est réinterprété dans la reconstruction à travers des actions ponctuelles. Les refondations d’après-guerre sur la ligne sont dispersées, mais sont aussi porteuses de fortes charges symboliques.

  • 12 Tabet J., « La ville imparfaite », Beyhum N. (dir.). Reconstruire Beyrouth, les paris sur le possi (...)

13Un troisième couple de concepts opposait la globalité à la fragmentation. La globalité s’appuyait sur les actions d’échelle métropolitaine qui imprimaient sur les espaces des actions qui se superposaient et souvent s’opposaient aux logiques locales. Ces dernières recouvraient notamment des ségrégations confessionnelles, fragmentaires. Par exemple, le percement des grandes avenues et boulevards dans Beyrouth, décidé dans les années 1950 et 1960 sur la base des plans Egli et Ecochard, suivait des tracés divisant des espaces communautaires relativement homogènes12. Doit-on interpréter ceci comme une volonté du pouvoir central de l’époque de faire éclater ces espaces communautaires cohérents par des coupures fortes et aussi de favoriser, voire de forcer, les liaisons entre des espaces ségrégués ? La fragmentation de ces micro¬espaces aurait visé alors à les déstructurer pour les intégrer dans des échelles plus larges.

14Le changement d’échelle dans l’utilisation des espaces de la ville répond à une logique de structuration de l’agglomération liée à sa croissance spatiale, qui va à l’encontre des logiques micro-territoriales. L’équilibre entre les échelles micro et macro qui s’était inversé pendant la guerre reprend ses caractéristiques d’avant la guerre. La fragmentation urbaine, l’éclatement en micro-territoires maintes fois décrit, avaient renforcé la cohérence, voire l’homogénéisation communautaire de petites entités sous l’emprise des milices. Aujourd’hui, les grands projets de la reconstruction reprennent les logiques globales de structuration spatiale de la métropole pensées avant la guerre. Le macro-urbain, porté par l’État à travers ses projets d’aménagement, d’infrastructures et d’équipement, et par des investisseurs privés, a repris le dessus. Le micro-urbain est tenu de s’articuler à cette reprise. Comment alors ces deux échelles agissent-elles sur l’espace de la ligne ?

  • 13 Ministère du Plan, République libanaise, direction générale de l’Urbanisme, Livre blanc, Beyrouth  (...)
  • 14 La communauté syriaque a l’intention de construire un centre commercial sur son emplacement.
  • 15 La placette Béchara el-Khoury fait l’objet d’un micro-projet d’aménagement d’espace public par le (...)
  • 16 Immeuble des années 1920 en pierre et béton armé dont la façade dispose d’une colonnade en angle s (...)

15La ligne est en effet le support d’interventions à l’échelle locale et à l’échelle globale. Avant la guerre, l’organisation urbaine préconisée dans le Livre blanc13 hiérarchisait les voies de circulation en trois catégories qui se traduisaient de la façon suivante sur les espaces concernés : création d’avenues de part et d’autre de la rue de Damas, (avenue Béchara el-Khoury et pénétrante entre le palais de Justice, Sodeco et Tabaris), ainsi que de nouvelles voies vers Saïda (périphérique, route Ecochard et voie côtière le long de l’aéroport). Elles avaient pour effet de marginaliser les anciennes routes historiques à caractère interurbain ou international. L’accès rapide entre l’aéroport et le centre-ville se reporte aujourd’hui sur la route de la Cité sportive au détriment des avenues du 22 novembre et Béchara el-Khoury qui étaient partiellement situées sur la ligne. Cette dernière avenue ne fait pas l’objet d’aménagements qui en feraient un axe fort d’entrée vers le centre-ville, bien qu’elle débouche sur la place des Martyrs réaménagée. Le complexe spatial regroupant la place Béchara el-Khoury et le Ring Fouad Chéhab, ainsi que la rue de Damas et l’avenue Béchara el-Khoury, n’est pas utilisé pour renforcer la lisibilité de la ville et l’accessibilité au centre-ville. La place Béchara el-Khoury, entrée historique et géographique – c’est un col – du site de Beyrouth, n’est pas prise en considération. La destruction de l’église syriaque de la rue de Damas14 en 1997, qui faisait face à une mosquée sunnite, sur cet espace du col, n’a fait l’objet d’aucun débat public. Le buste de Béchara el-Khoury a été enlevé de la placette où il se tenait pour une restauration et la place du même nom se réduit aujourd’hui à un carrefour15. Seul l’immeuble à colonnes16 situé face au centre commercial Sodeco square semble faire l’objet d’une attention dans la presse, visant à sa protection patrimoniale.

  • 17 Entretiens avec Boutros Labaki, vice-président du CDR, printemps 1995 et 1997.
  • 18 Huybrechts E., « Reconstruire sur l’ancienne ligne des combats de Beyrouth : complémentarités et c (...)
  • 19 Les premiers articles de journaux sur la crise de l’immobilier apparaissent dès janvier 1995 (L’Or (...)

16La proximité du projet de reconstruction du centre-ville est-il un frein à la reconstruction sur la ligne ? Certains responsables17 expliquent qu’il y a un statu quo sur la ligne, pour éviter une concurrence à la fois matérielle et symbolique avec la reconstruction du centre-ville18. Il s’agirait à la fois de limiter l’attrait de la ligne pour éviter une concurrence immobilière et de démontrer la plus grande efficacité d’une reconstruction par opération d’aménagement (Solidere) par rapport à un urbanisme réglementaire. Cette mise à l’écart entraîne sur la ligne une reconstruction à la fois sectorielle et fragmentaire, au coup par coup, dans une dynamique immobilière assez faible résultant de plusieurs facteurs : rétention foncière, spéculation dans l’attente d’un démarrage de la commercialisation du centre-ville, non retour des chrétiens à Ras en-Nabaa. En effet, les ruines étaient pour la plupart squattées à la sortie de la guerre et l’évacuation des squatters n’a eu lieu qu’entre fin 1993 et fin 1994. Au moment où ces immeubles se libéraient et où l’image du secteur changeait, le marché immobilier entrait en crise19. La ligne, tout comme le projet de reconstruction du centre-ville, a donc raté le premier boom de la reconstruction.

17Sur un plan local, le patrimoine architectural est relativement important, avec plus de 200 bâtiments anciens – surtout à proximité du centre-ville. Ce patrimoine n’a pas été pris en compte dans les débats récents sur les quartiers péricentraux, à cause de son état très dégradé. Cependant, des bâtiments ont été restaurés ou reconstruits par les institutions étatiques, religieuses ou étrangères et par des opérateurs privés (restaurants, habitations...). C’est le cas de la Faculté de médecine de l’USJ, de la cité Bounoure, du Musée national, du Tribunal militaire. Certains ont été agrandis, comme la mosquée de la place Béchara el-Khoury et son école. D’autres restent en l’état, la Municipalité n’ayant pas réussi à imposer leur démolition à des propriétaires influents, malgré les risques d’écroulement. S’il n’y a pas de prise en compte globale du patrimoine par les autorités sur l’ancienne ligne des combats, c’est parce qu’il n’y en a pas sur l’ensemble de la ville. La préservation/démolition s’opère donc au coup par coup. La préservation de l’immeuble à colonne de la place Béchara el-Khoury le montre. Son état témoigne des destructions causées par la guerre. Sa préservation place la reconstruction de la ligne dans une continuité temporelle, au-delà de la guerre. Face à Sodeco square, construction récente d’un complexe commercial, résidentiel et de bureau, qui change fortement le paysage du col, l’immeuble à colonne montre que les transformations des espaces ne sont pas univoques et que la composante locale ancrée dans la tradition se combine avec les dynamiques globales (métropolitaine, mondialisante).

  • 20 Ruppert H., Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident, Cahier du CERMOC n° 21, CERMOC, B (...)

18Aujourd’hui, la fonctionnalité de la ligne est tournée vers d’autres espaces. Les activités sur les anciennes routes de Damas et de Saïda s’adressent le plus souvent à une population mobile et exogène. Les fonctions qu’elles supportent sont en relation avec des réseaux métropolitains plutôt qu’avec des espaces de proximité. Les centres commerciaux comme Sodeco square à Beyrouth ou Dallas center sur l’ancienne route de Saïda à Chiyah s’adressent principalement à une clientèle extérieure aux quartiers, s’appuyant sur les dynamiques globales au détriment des dynamiques locales. En effet, l’activité et la pratique locales des espaces par les habitants se déploient plutôt à l’intérieur des quartiers adjacents. Peu de commerces de proximité viennent se réimplanter sur la ligne, tant à Ras en-Nabaa qu’à Chiyah, bien que l’évolution récente relativise un peu cette observation en banlieue où on voit s’implanter un peu plus de commerces de quartier (coiffeurs, épiciers...). Sur la ligne, on trouve une forte proportion d’activités et de commerces liés à l’automobile, et ce, dès la sortie de la guerre. Ces fonctions existaient avant la guerre, mais elles étaient compensées par des commerces de quartier et des services de proximité. À la sortie de la guerre, cette zone apparaissait comme un espace de transition, où l’on ne s’arrêtait que pour en repartir. La fréquentation de la ligne était rare, voire exceptionnelle. Puis la ligne a servi rapidement d’espace pour les déplacements automobiles. Peut-on y voir une relation signifiante entre les fonctions liées à l’automobile et ce que celle-ci représente comme unité autonome (par le prolongement de l’habitat et par l’isolement créé par la mobilité) dans un secteur porteur d’insécurité à la sortie de la guerre ? Les fonctions liées à la voiture sont évidemment suscitées par cette mobilité, mais elles sont aussi en continuité avec les pratiques d’avant-guerre, dans ces rues longues, axes historiques de sortie de ville20.

L’ÉPAISSEUR DE LA LIGNE

  • 21 Beyhum N., Beyrouth, Construire l’avenir, reconstruire le passé. Dossiers URI, Beyrouth, 1995.

19« La ligne de démarcation est un acte fondateur de la guerre. Elle est le résultat d’une spatialisation des groupes selon une logique de ségrégation territoriale absolue. L’invention de la guerre, dans l’histoire de cette ville, a été cette expression des distinctions confessionnelles par le territoire » écrivait Nabil Beyhum21. S’il faut remettre en cause l’utilisation abusive du terme « démarcation » par l’analyse sociologique, cette réflexion sur la fondation d’un espace est riche de sens. La prise en compte des particularités et du statut de cet espace dans la reconstruction est significative de sa reconnaissance ou de la volonté d’effacer cette trace d’une époque.

  • 22 Les conflits précédents n’ont pas eu un effet physique aussi marquant. D’une part, l’ancienne lign (...)
  • 23 D’après Brunet R., Ferras R. et Thery H., Les mots de la Géographie, Dictionnaire critique. Docume (...)

20Il ne s’agit pas ici de chercher les raisons de cette formation spatiale déjà analysée par d’autres. Des limites, souvent floues, dans la ville ont existé auparavant22, sans pour autant prendre le caractère de démarcation. La guerre a créé un espace aux configurations nettes. L’après-guerre remet-elle en cause cette formation23 ?

21Peut-on vraiment parler de ligne ? La lecture de cet espace après la guerre montre des destructions sur des profondeurs variables, selon que l’on est dans un tissu urbain dense, dans l’axe d’une rue perpendiculaire à la ligne ou en face d’espaces dégagés visuellement. La ligne n’est pas un trait. Elle a des épaisseurs. Si on en parle comme d’une ligne, et non d’un secteur, c’est à cause de la continuité des destructions, depuis le centre-ville jusqu’à l’espace agricole de la plaine de Hadath. Cette épaisseur lui donne une surface, support d’un espace, donc en trois dimensions. Pendant la guerre, cet espace ne s’intégrait pas dans les espaces confessionnels situés de part et d’autre. Il était celui de la distance entre les belligérants. Aujourd’hui, ses franges sont celles des destructions.

  • 24 Elyssar en banlieue sud et Solidere au centre-ville jouxtent la ligne.

22L’épaisseur de l’ancienne ligne des combats distingue celle-ci d’autres limites spatiales à Beyrouth : les limites administratives n’ont pas d’épaisseur, sauf quand il y a litige sur leur tracé. Les limites des zones des règlements d’urbanisme n’ont pas non plus d’épaisseur. De même, les limites des grandes opérations d’aménagement24 qui jouxtent l’ancienne ligne des combats n’ont pas d’épaisseur. Elles ne sont pas en mesure de créer des espaces particuliers sur leurs tracés.

23L’espace de la ligne a été neutralisé, interdit par la violence pendant la guerre, ce qui a paradoxalement détruit les identités dont il était le support. Il est resté un espace partagé par la domination à distance, certes parfois courte, des miliciens, sans être approprié par l’une ou l’autre partie. Le statu quo pendant quinze ans a créé un espace neutre dans les pratiques urbaines sur le plan confessionnel, malgré la permanence de la propriété. Il se distingue donc des espaces adjacents marqués par l’appropriation confessionnelle.

24Le no man’s land de la guerre a-t-il alors des capacités, offre-t-il une liberté, une marge de manœuvre que n’auraient pas d’autres espaces, pour être désormais le support d’identités particulières, distinctes de celles d’autres lieux dans la ville ? En opposition avec les espaces marqués par les identités confessionnelles, les no man’s land de la guerre pourraient-ils être des lieux privilégiés de la mixité, du renouement du lien social, de la médiation ? Si c’était le cas, ils pourraient fournir l’occasion d’implanter des lieux publics, supports éventuels d’un processus de réconciliation.

QUELS ENJEUX SUR LES LIEUX PUBLICS DE LA LIGNE ?

25Après la guerre, cet espace ouvert devient le lieu d’actions publiques de la reconstruction : aménagement, remise en état des voies, des trottoirs, démolition et dégagement des ruines dangereuses par la municipalité de Beyrouth et la Caisse des déplacés, réaménagement du Bois des pins par le CDR, de l’hippodrome par son propriétaire (Pierre Pharaon), de la résidence des Pins par la France, clôture de certains espaces dégagés par la Caisse des déplacés. Le vide fonctionnel laissé par la guerre est rapidement réinvesti par la circulation automobile et par l’utilisation de certains trottoirs, à la différence des bâtiments ravagés vidés de leurs occupants souvent illégaux. C’est par l’action sur les espaces ouverts et par la mobilité que la reconstruction s’opère sur ces quartiers.

26Cette reconstruction sur les espaces ouverts contribue-t-elle à la mise en place de lieux publics ? Ceux qui sont réimplantés sur l’ancienne ligne des combats sont d’une part de nouveaux lieux accessibles et, de l’autre, des entités fermées, cloisonnées, clôturées. C’est le cas du campus de la Faculté de Médecine de l’USJ, du stade du Chayla, du campus de l’Espace culturel français, de l’hippodrome, tous entourés d’un mur d’enceinte. Ces espaces à vocation publique sont physiquement fermés sur eux-mêmes, malgré des utilisations très différentes (populaire, commerciale, culturelle, scientifique, éducative...). La clôture du parc de stationnement face au musée, qui n’est pas à proprement parler un espace public, semble entrer dans la même logique de cloisonnement des espaces.

  • 25 Il s’agit d’une servitude ancienne imposée par l’administration libanaise au projet architectural.

27Leur vocation paraît moins liée au quartier qu’à une attractivité d’échelle métropolitaine attirant des populations venant de part et d’autre de l’ancienne ligne des combats et d’origines socio-économique diverses. Les relations qu’ils entretiennent avec les quartiers environnants sont aujourd’hui faibles. Cette tendance au cloisonnement vis-à-vis de l’espace proche est-elle liée aux catégories d’utilisateurs, extérieurs à ces quartiers ? Un changement récent vient cependant contredire cette tendance : la réhabilitation de l’archevêché grec-catholique en 1998 a fait tomber ses murs. De même, le projet de rue piétonne devant la future chancellerie de l’ambassade de France créerait un nouveau passage public25.

  • 26 D’autres sites importants ont été identifiés dans l’étude de l’IAURIF sur la ligne (voir note 31) (...)

28Par ailleurs, deux espaces majeurs sont porteurs d’un potentiel non exploité26 : le col de Beyrouth et le Bois des pins. Le col de Beyrouth est paradoxalement un des espaces de la ligne qui offre le plus de possibilités de reconstruction. Les ruines dégagées en 1994 par la municipalité de Beyrouth et la destruction de l’église syriaque en 1997 libèrent un large espace ouvert dans la ville dense. Restent deux immeubles. Cet espace, encore largement en friche, est en position d’attente.

  • 27 À titre de comparaison, le barrage syrien du carrefour ancienne route de Saïda/boulevard de Chiyah (...)

29Paradoxalement, le col est un des lieux les plus contrôlés de Beyrouth. La présence militaire y est forte avec des chars, un barrage militaire actif à Sodeco square, des patrouilles volantes certains soirs rue de Damas, et un poste militaire plus discret à l’entrée du quartier de Ras en-Nabaa27. Si la présence militaire a une signification géographique, le site du col représente un lieu stratégique. Il s’agit donc d’un espace-clé dans le contrôle de la ville. Cette présence de type sécuritaire n’a pas été transformée par un aménagement urbain qui lui donne une lisibilité correspondant à son importance. Le col reste un enjeu pour la ville sans qu’il soit encore perçu comme tel par les acteurs politiques et sociaux. Pour le moment, seul un acteur civil, le promoteur de Sodeco square, a saisi la valeur de cet espace.

30Le Bois des pins regroupe à lui seul les trois quarts de la surface des espaces verts publics de Beyrouth. Réhabiliter le Bois des pins a été un acte fondateur de la reconstruction. Il s’agissait de redonner la possibilité aux Beyrouthins de se réapproprier cet espace en le transformant en parc urbain aménagé. Il y a donc eu volonté de l’Etat, sans que cela réponde à une préoccupation immédiate des citadins, d’intégrer cet espace dans la ville. Zone de coupure entre la ville et la périphérie, puis entre l’Est et l’Ouest, il serait destiné à favoriser le réapprentissage de la mixité.

  • 28 La Sapinoy de Beyrouth est signalée par les Croisés au xiie siècle. Ce bois a été aménagé par l’ar (...)

31Cet espace est chargé de sens et de temporalité. Lieu traditionnel de promenade depuis des siècles, sa valeur patrimoniale est le reflet des relations dans l’histoire, de la ville avec sa périphérie28. Véritable lieu public, il abritait des cafés-relais sur les anciennes routes de Saïda et de Damas. Au xxe siècle, son espace a été réduit et cloisonné par la construction d’un casino et d’un hippodrome. Le casino devint la Résidence des pins. Des aménagements ponctuels ont été réalisés : aménagements alla turca (kiosque...) au début du siècle, voirie et murs de clôture dans les années 1950, quelques équipements de loisir dans les années 1970 (jeux, bassins, éclairages). Très fréquenté avant la guerre, il servait aux fêtes traditionnelles, de lieu de promenade et de repos, de lecture et de jeux pour les étudiants. On y trouvait des marchands ambulants, des balançoires, des manèges et parfois un cirque. La guerre a suspendu ces pratiques. À la sortie de la guerre, il était utilisé par les cavaliers qui faisaient courir leurs chevaux et par quelques gamins qui y jouaient au football.

  • 29 Voir le dossier préparatoire du concours paysager. IAURIF-1992, réalisé par Christian Thibault.
  • 30 Thibaut C, « Un concours pour le Bois des pins », Cahier de l’IAURIF n° 106, décembre 1993, p. 167 (...)

32La réhabilitation du Bois des pins prolonge la relation entre ville et périphérie en la réinventant. Le concours de paysagistes de 1992, organisé par le Conseil régional d’Ile-de-France et le CDR, a porté sur le « Parc de la paix ». Parmi les objectifs figuraient la volonté de retrouver la spécificité du lieu : un bois de pins, un parc urbain à grand rayon d’attraction, une contribution à la réunification de Beyrouth par l’ouverture du parc sur les quartiers environnants et la matérialisation de liaisons est-ouest29. Deux projets ont été très discutés, dont un qui proposait de planter des oliviers au centre du parc, faisant le lien entre les espaces agricoles proches et la ville30. Le rejet de cette ruralité dans la ville par le jury a exprimé la volonté de lui donner un caractère exclusivement urbain.

33Les travaux ont fermés cet espace. Occasionnellement, une fête foraine a pu s’installer dans le futur parking du parc, le long de l’avenue du 22 novembre. Les trottoirs qui bordent le parc sont aujourd’hui investis quotidiennement par des promeneurs qui reprennent la tradition urbaine sans attendre son ouverture. Les joggers profitent d’un linéaire de deux kilomètres et demi. Des voitures s’arrêtent ; des chevaux s’échauffent ; des gamins passent les grilles ; le voile côtoie la mini-jupe ; les couples d’amoureux s’échappent du regard pesant des quartiers ; des jeunes viennent s’afficher dans ce lieu de représentation. La mixité sociale et fonctionnelle y est visible. L’ouverture du parc est prévue en l’an 2000.

34Comment cet espace s’inscrit-il aujourd’hui dans les recompositions spatiales de la ville ? Situé au carrefour de deux limites fortes apparues au xxe siècle, sur la brèche entre la périphérie et la ville-centre et sur l’autre brèche séparant l’Est et l’Ouest, sa réouverture est porteuse de dimensions relationnelles fortes. Est-ce l’ampleur de ces dimensions qui a fait reculer l’ouverture complète de cet espace à l’an 2000 en s’appuyant sur des arguments techniques (entretien, aménagement, protection, contrôle) ? Cette période d’attente est peut-être un indice que la ville n’a pas encore pris toute la dimension de sa réconciliation avec elle-même et la marque de la difficulté à favoriser la mixité sociale par la re-création d’un lieu public majeur.

Le col de Beyrouth : chars, ruines et centre commercial (© Eric Huybrechts 1999)

Le parc du Bois des Pins de Beyrouth : parc de la Paix (© Eric Huybrechts 1999)

LA NORMALISATION PAR LA RECONSTRUCTION

35Les modalités de la reconstruction placent l’ancienne ligne des combats dans une position secondaire dans le développement de la ville aujourd’hui. Si la ligne est potentiellement porteuse d’implantation de lieux publics, alors le défaut d’action sur ses principaux espaces montre que les acteurs publics et privés n’ont pas pris toute la mesure des enjeux qui touchent une reconstruction physique répondant aux objectifs sociétaux pourtant évoqués dans les discours politiques : favoriser le renouement du lien social, la mixité, la médiation, la réconciliation.

36La normalisation en cours reprend des dynamiques antérieures, en se référant notamment aux projets d’avant-guerre. Mais les marques de la guerre ont apporté de nouveaux éléments. La reconstruction menée par la puissance publique sur cet espace s’inscrit dans des politiques sectorielles (assainissement, téléphone, eau, électricité, routes, transports en commun...) conduites à l’échelle du pays, sans volonté de prendre en compte la particularité de cet espace. Les actions menées favorisent sa banalisation, mais ne saisissent pas les opportunités de l’après-guerre. Cet oubli de la ligne contraste évidemment avec l’intensité des efforts déployés dans la reconstruction du centre-ville, qui ne se place pas en complémentarité ni en articulation avec cet espace.

37À Beyrouth, la normalisation des lieux publics s’opère lentement. L’ancienne ligne des combats reste aujourd’hui un espace limite, malgré des dynamiques urbaines contradictoires. Des signes de l’insécurité – il y reste quelques ruines – et de la coupure de la ville persistent. Ils contribuent au maintien de la spécificité de cet espace dont l’importance stratégique dans la métropole et le statu quo dont il est l’objet posent question. Certes, une reconstruction au coup-par-coup et sectorisée opère partiellement, dans le sens de la normalisation, mais sans traitement particulier de la déchirure sociale et spatiale vécue au niveau local.

  • 31 Les propositions d’aménagement comprennent notamment l’objectif de faire disparaître la coupure du (...)

38Si la banalisation de la ligne correspond bien aux orientations du schéma directeur d’aménagement des quartiers de l’ancienne ligne des combats31, son oubli est en contradiction avec les propositions des urbanistes pour la reconstruction de cet espace. Les politiques sectorielles mises en place ont certes permis de résoudre de nombreux problèmes directement liés aux efforts de reconstruction du pays. Mais, à l’image de la reconstruction de ces huit dernières années, les politiques sectorielles et fragmentaires sont incapables de prendre en compte la globalité des significations des espaces et des dimensions de la reconstruction. L’oubli de la ligne est à l’image des plaies de la guerre qu’on n’efface pas. Les dynamiques mises en place opèrent au-delà du traitement spécifique de ces plaies, comme une fuite en avant.

Notes

1 Foucher M., Fronts et frontières, Fayard, Paris, 1989.

2 La normalisation est le processus qui tend à rétablir des structures politiques et sociales suite à une déstabilisation considérée comme exceptionnelle.

3 La ligne fut tacitement acceptée par les parties en conflit à Beyrouth à partir de novembre 1976 et s’est maintenue pendant toute la guerre.

4 Abou S., Beaudoin A., Kasparian R., Les déplacés de la guerre au Liban – 1975-1987. L’Harmattan, Paris, 1997.

5 Harb el-Kak M., Politiques urbaines en banlieue sud de Beyrouth, Cahier du CERMOC n° 14, CERMOC, Beyrouth, 1996.

6 Beyhum N., « La population de l’ancienne ligne de démarcation de Beyrouth », Annales de géographie de l’USJ n° 14. USJ, Beyrouth, 1993.

7 L’hippodrome est ouvert une fois par semaine seulement. Le Bois des pins était encore fermé au public en 1998. Son ouverture est prévue en 2000 : interview du vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France à Beyrouth C. Feuillet, mai 1998.

8 Beyhum N., « Espaces éclatés, espaces dominés. Étude de la recomposition des espaces publics centraux de Beyrouth », thèse non publiée, université Lyon II, 1991.

9 Le palais présidentiel reste cependant en banlieue, dans une configuration politique nationale différente d’avant la guerre. Le Parlement et le siège de la présidence du Conseil des ministres retrouvent leurs sites d’avant la guerre.

10 Inauguration en mai 1998 par Jacques Chirac, Président de la République française, après une restauration qui a coûté 60 millions de francs.

11 Réalisée par l’IAURIF pour le CDR ; chef de projet Eric Huybrechts.

12 Tabet J., « La ville imparfaite », Beyhum N. (dir.). Reconstruire Beyrouth, les paris sur le possible, Étude sur le Monde arabe n° 5, Maison de l’Orient, Lyon, 1991.

13 Ministère du Plan, République libanaise, direction générale de l’Urbanisme, Livre blanc, Beyrouth : 1975-2000, 1973.

14 La communauté syriaque a l’intention de construire un centre commercial sur son emplacement.

15 La placette Béchara el-Khoury fait l’objet d’un micro-projet d’aménagement d’espace public par le Conseil municipal de Beyrouth élu en 1998.

16 Immeuble des années 1920 en pierre et béton armé dont la façade dispose d’une colonnade en angle sur deux niveaux faisant le lien entre deux corps de bâtiments. Il appartient à la famille Barakat qui envisage de réaliser un projet immobilier sur l’ensemble de l’îlot. Aujourd’hui, seul un coiffeur utilise l’espace d’un commerce au pied de cet immeuble. En 1997, une campagne de presse a permis de le sauvegarder alors que la municipalité l’avait intégré dans son plan de démolition de ruines.

17 Entretiens avec Boutros Labaki, vice-président du CDR, printemps 1995 et 1997.

18 Huybrechts E., « Reconstruire sur l’ancienne ligne des combats de Beyrouth : complémentarités et concurrences », Annales de géographie de l’USJ n° 12-13, USJ, Beyrouth, 1992.

19 Les premiers articles de journaux sur la crise de l’immobilier apparaissent dès janvier 1995 (L’Orient le Jour, 5/01/1995).

20 Ruppert H., Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident, Cahier du CERMOC n° 21, CERMOC, Beyrouth, 1999 [édition originale en allemand 1969].

21 Beyhum N., Beyrouth, Construire l’avenir, reconstruire le passé. Dossiers URI, Beyrouth, 1995.

22 Les conflits précédents n’ont pas eu un effet physique aussi marquant. D’une part, l’ancienne ligne des combats étudiée ici se différencie nettement des frontières intra-urbaines tracées par le conflit de 1958 ou de la séparation des registres municipaux entre 1908 et 1910 qui divisaient la ville en suivant la rue Basta, partant de Bachoura. Le conflit de 1958 avait induit une ligne de front qui passait notamment à l’intérieur du quartier de Ras en-Nabaa et formait une poche contestataire dont le territoire s’étendait jusqu’à Ain el-Tiné. Il n’y a donc pas de permanence dans la localisation des divisions dans la ville.

23 D’après Brunet R., Ferras R. et Thery H., Les mots de la Géographie, Dictionnaire critique. Documentation française, Montpellier, 1993, la délimitation est un processus d’appropriation qui consiste à fixer une limite territoriale permettant de distinguer une terre à soi d’une terre voisine. Elle s’opère de façon légale et ferme, en tout cas avec des limites strictes. La démarcation est une forme de délimitation impliquant la volonté de séparer nettement. Elle a un caractère plus exclusif que la délimitation. Sans prendre un caractère légal, la ligne des combats répond bien à la volonté de séparer nettement.

24 Elyssar en banlieue sud et Solidere au centre-ville jouxtent la ligne.

25 Il s’agit d’une servitude ancienne imposée par l’administration libanaise au projet architectural.

26 D’autres sites importants ont été identifiés dans l’étude de l’IAURIF sur la ligne (voir note 31) pour le CDR : rond-point de Tayouné, place Barbir, place du Musée, carrefour du palais de justice et gare de Chiyah.

27 À titre de comparaison, le barrage syrien du carrefour ancienne route de Saïda/boulevard de Chiyah a été démantelé en 1997 et la présence militaire près du rond-point de Tayouné est plus discrète.

28 La Sapinoy de Beyrouth est signalée par les Croisés au xiie siècle. Ce bois a été aménagé par l’architecte italien Cioli à la demande de Fakhreddin en parc boisé avec des allées régulières. Lamartine, dans le Voyage en Orient cite « la magnifique scène de Fakar-el-Din ou Fakardin : c’est la promenade de Bayruth ; c’est là où les cavaliers turcs, arabes et les Européens vont exercer leurs chevaux et courir le djérid. C’est le plus beau lieu que je connaisse au monde : des pins gigantesques [...] ».

29 Voir le dossier préparatoire du concours paysager. IAURIF-1992, réalisé par Christian Thibault.

30 Thibaut C, « Un concours pour le Bois des pins », Cahier de l’IAURIF n° 106, décembre 1993, p. 167-177.

31 Les propositions d’aménagement comprennent notamment l’objectif de faire disparaître la coupure due à la guerre en banalisant le secteur, de remettre en valeur les quartiers détruits, d’améliorer l’accessibilité, de remettre en état les services, réseaux, par un changement fort de l’image des quartiers, et de mettre en place des instruments stimulant une reconstruction rapide des zones détruites. Cf. Ancienne ligne des combats à Beyrouth et en proche banlieue, tome II, Propositions d’aménagement, 1996, IAURIF pour le compte du CDR, p. 8.

Table des illustrations

Légende Le col de Beyrouth : chars, ruines et centre commercial (© Eric Huybrechts 1999)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Légende Le parc du Bois des Pins de Beyrouth : parc de la Paix (© Eric Huybrechts 1999)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1010k

Auteur

Eric Huybrechts, architecte-urbaniste, responsable de l’Observatoire de recherches sur Beyrouth et la reconstruction, chercheur au CERMOC, enseignant à l’Université Libanaise, à l’Université Saint-Joseph et à l’Institut d’urbanisme de l’ALBA, a participé à l’étude de plusieurs projets d’aménagement au Liban depuis la sortie de la guerre et publié plusieurs articles sur ce thème. Il a dirigé « Les grands projets structurants des métropoles », in Une métropole pour l’homme, METROPOLIS.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.