Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Troisième partie. Lieux publics

Une promenade de bord de mer : la Corniche de Beyrouth

Christine Delpal

Texte intégral

Reconstruction et recomposition des échanges dans la ville

1Dans une période de sortie de guerre, les pratiques de la ville qui émergent et s’inventent chaque jour initient des modalités nouvelles de contact et d’évitement entre les Beyrouthins. Ces manières de faire et d’être dans la ville redéfinissent les qualités spécifiques, la valeur et les fonctions des espaces urbains.

  • 1 A. Beydoun, Le Liban, itinéraires dans une guerre incivile. Ed. Karthala-CERMOC, Paris, 1993.
  • 2 N. Beyhum, « Espaces éclatés, espaces dominés. Etude sur la recomposition des espaces publics cent (...)

2Cette recomposition fait suite à une division et à un morcellement de Beyrouth en territoires éclatés et exclusifs, à un repli sur l’entre-soi, sur l’identique – ce « même » pouvant à son tour faire l’objet de fragmentations sans fin, le repli étant alors justifié en temps de conflit par des motifs de sécurité1. La logique des combats, répondant à une logique de définition territoriale basée sur l’élimination des espaces de mixité2, a provoqué des déplacements de la population redistribuée en fonction des appartenances confessionnelles et des allégeances au système des milices, d’abord à l’échelle de la ville puis du pays tout entier.

  • 3 La dynamique d’après-guerre doit beaucoup aux logiques des acteurs privés. Certains de ceux-ci ont (...)
  • 4 La densité de construction s’est accrue tout autour de Beyrouth, principalement sur le littoral so (...)

3Ces mouvements ont très tôt conduit à la partition de Beyrouth par une ligne de démarcation entre l’ouest et l’est de la ville érigée en front principal de combat dans la ville. Les différents épisodes de la guerre (1975-1990) ont modifié les espaces, les mobilités et les formes d’échanges dans la ville, ainsi que les caractéristiques sociales de ceux qui l’habitent. La localisation des affrontements dans le centre-ville et la destruction qui a suivi ont profité au développement de centres secondaires et de quartiers périphériques fonctionnant plus ou moins en clôture sur eux-mêmes, mettant en échec les espaces publics centraux. Ces derniers étaient auparavant des lieux de concentration et de convergence des activités économiques, sociales, politiques ; et leurs fonctions symboliques résidaient dans leur capacité supposée d’échanges entre les diverses composantes de la société libanaise. L’acharnement des combats à les effacer a permis de révéler les déséquilibres qui les accompagnaient aussi. La guerre, ainsi que des opérations de démolition et d’aménagement conduites par l’État3 dans une perspective de reconstruction, ont transformé les statuts de propriété et d’usages des espaces urbains mais aussi les rapports de la ville à la périphérie4 et au reste du pays.

  • 5 Tabet J., « La ville imparfaite », dans N. Beyhum (dir.), Reconstruire Beyrouth, les paris sur le (...)

4Aujourd’hui, dans un contexte régional et global où la place de Beyrouth et du Liban est redéfinie, des formes construites apparaissent, déterminées par les logiques et les stratégies foncières et politiques, ainsi que par les rapports de force des divers acteurs en jeu. Ces opérations préfigurent l’avenir de la ville et remodèlent les éléments qui appartiennent à son héritage5. Mais Beyrouth se reconstruit également à partir des parcours, des échanges, des temporalités propres à ceux qui l’habitent. L’expression de ces multiples mouvements participe à la construction des lieux, hérités ou nouvellement créés, et à la signification qui leur est attachée.

Lieux publics et lien social

5On comprend alors l’enjeu que représente à Beyrouth, la disposition de la ville à remettre en scène, dans des relations de côtoiement, la diversité des expressions, des références, des appartenances des citadins. Notre étude vise à observer comment cette dimension de la vie citadine se manifeste dans la fréquentation des lieux publics. Nous faisons l’hypothèse que l’analyse des pratiques qui trouvent à s’y accomplir nous informe sur le sens de la ville dans sa capacité de liaison.

  • 6 David J. G, Beyhum N., « Les espaces du public et du négoce à Alep et à Beyrouth », dans Espaces p (...)
  • 7 Bien que les projets de la société foncière Solidere pour la reconstruction du centre-ville compor (...)
  • 8 Une catégorisation d’autrui s’opère sur la base des apparences perçues, plutôt que par connaissanc (...)

6D’une part du fait que les lieux publics contribuent, par leur forme propre et par leur aptitude à articuler des espaces divers, à accentuer des mouvements de repli ou d’ouverture. D’autre part, du fait qu’ils agissent comme lieu même du contact et de l’échange avec l’autre, l’étranger, le différent, le problématique. Et ce qui se joue, dans ce processus toujours en cours de recomposition, dans cet espace de négociation6, c’est l’élaboration d’un langage commun qui supplante celui des enclaves. Cette expérience engage également la relation des Beyrouthins des différents quartiers avec la ville dans sa globalité et sa diversité, mais aussi avec le dehors, avec la rue7, et on pourrait ajouter avec la nuit, face au constat de désertion actuelle des rues à la tombée du jour. Dans les espaces ouverts de la ville, accessibles à tous, on est mis en présence d’un autre non identifié, ou identifié autrement que dans des espaces où les relations sont plus personnalisées8.

7En quoi les pratiques actuelles des Beyrouthins sont-elles significatives de nouvelles formes de coexistence, et de mise en rapport, des différentes composantes sociales de la population (relations inter-communautaires, entre régions, quartiers, hommes et femmes ou milieux sociaux) ?

LA VILLE, LA MER ET LES AUTRES

Un lieu de lecture de la ville en devenir

8Au regard de notre problématique générale, la Corniche de Beyrouth apparaît comme un lieu d’observation où peuvent se lire les transformations de la ville ainsi que les enjeux de la période de reconstruction. La Corniche longe le bord de mer dans la partie ouest de la ville. Elle atteste la permanence d’un contexte spatial particulier : celui où la ville rencontre la mer. Bien que située dans le prolongement du centre-ville et jouxtant le « quartier des grands hôtels », cette partie de Beyrouth a été relativement préservée des destructions des combats. Elle conserve donc des traces matérielles des différents moments de l’histoire de la ville y compris ceux de la guerre.

9La Corniche peut être décrite par les différentes parties qui la composent sur 4 km depuis l’hôtel Saint-Georges jusqu’à Ramlet al-Beida. Nous avons centré nos observations sur le segment de promenade qui se prolonge depuis le quartier de Aïn Mreïssé jusqu’au Bain militaire, en écartant Raouché de notre étude. Cette portion de la Corniche accueille aujourd’hui, de façon remarquable dans la ville, une grande diversité de publics et d’activités. Il se compose d’une avenue automobile à double sens, dont le terre-plein central est par endroits planté de palmiers, d’un large trottoir sur la façade maritime, et d’espaces, plus ou moins naturels ou construits, en contrebas au niveau de la mer.

  • 9 Nous avons effectué notre enquête durant les mois de mai et juin 1998. Les résultats proviennent d (...)

10Nous essaierons de comprendre comment ce rapport spécifique du bord de mer à la ville génère des situations de « vivre ensemble » dans lesquelles les citadins décident ou non, sous certaines conditions, d’engager une partie d’eux-mêmes. L’observation des pratiques actuelles9 fait apparaître non seulement des lieux, mais également des formes et des rythmes d’appropriation très divers. Nous analyserons les modalités de rapprochement, de mixité ou de clivage qui se manifestent par la fréquentation de la promenade sur la Corniche. Quelles sont les règles d’usage qui organisent les différentes conduites ? Sur quels types d’échange se fondent les relations entre les promeneurs ? Comment les différentes pratiques des promeneurs supposent l’intégration, à des degrés divers, de la dimension de partage d’un territoire commun ? Quelle peut être la valeur de cet espace aujourd’hui dans l’économie des échanges de la ville ?

Une nouvelle qualification du bord de mer

11Espace ouvert à des catégories de population très différenciées, la Corniche l’est aussi à des fonctions multiples. Des équipements et des lieux de consommation jalonnent l’une ou l’autre de ses rives : la mosquée de Aïn Mreïssé restaurée et agrandie durant les dernières années de guerre, l’American University of Beirut (AUB), des cafés, des glaciers, des restaurants pour une clientèle aux revenus divers, des bains de mer, des activités de pêche...(voir plan).

Activités de commerce et de loisir sur la Corniche-Manara (plan : Christine Delpal, 1998).

12Plusieurs opérations immobilières achevées ou en projet confirment la valeur foncière de cette portion de la ville. De nouveaux aménagements orientés vers les activités de loisir et de tourisme pour une clientèle aisée (d’affaire et familiale), révèlent la forte dynamique de ce secteur de la ville. Ils sont essentiellement le fait d’investisseurs privés. Des hôtels de luxe sont réaménagés, d’autres récemment implantés (Intercontinental, Bayview, Cadmos). L’enseigne Mac Donald’s s’établit cette année près du Hard Rock Café. La nouvelle qualification du littoral urbain esquisse un dessein pour demain, où se profile un rapport spécifique de la ville à la mer. La question du public, de sa constitution, de sa préservation ou de son émergence se pose alors également face à l’appétit des promoteurs privés cherchant une emprise sur le littoral, donc sur le domaine maritime. La réglementation ayant classé cette partie de la ville zone touristique, loin d’entraîner des mesures de protection du littoral, va permettre son exploitation commerciale de façon plus intense. On en vient à discuter la loi qui autoriserait l’État à louer ou à vendre certaines de ses propriétés afin de compenser le déficit des finances publiques. Bien que la pratique ne soit pas récente, la législation en assurerait la légalité. Ainsi, un mouvement amorcé il y plus de 50 ans par l’AUB, suivi par l’hôtel Riviera, le bain Ajram, la zone de Chouran comprenant le café « Raouda », le Sporting- club, le Long Beach, le Luna Park, voit peu à peu l’aménagement de bains sur le domaine maritime et la construction de ports de plaisance associés à des opérations hôtelières ou résidentielles. Ces installations redéfinissent l’accès à la mer pour le public, qu’il soit direct ou visuel. Protégés des regards des passants par des toiles de store, ces espaces en bord de mer sont accessibles aux ayants-droit par des corridors aménagés sous la promenade. La perspective visuelle vers la mer se ferme et la possibilité physique de s’en approcher librement se réduit peu à peu. Certains lieux déjà en place avant-guerre ont été rénovés (l’hôtel Riviera), d’autres sont en voie d’expansion, comme le Bain militaire ou l’ex-maison des artisans transformée en restaurant de luxe. Certaines réalisations, comme l’immeuble « Ahlam » dont les 20 étages forment un véritable écran entre la ville et la mer, ne respectent pas le coefficient d’exploitation des sols. Les appartements de 900 m2 estimés à 3 millions de dollars au printemps 98 sont conçus avec accès direct à une marina. Pour se réaliser, cette opération a nécessité l’expropriation de la dernière anse de pêche à Aïn Mreïssé. En compensation de ces diverses restructurations, l’aménagement d’un petit port de 50 emplacements a été obtenu du gouvernement Hariri par les pêcheurs de Ras Beyrouth.

13Ces installations, anciennes ou nouvellement créées, structurent aujourd’hui les activités et les parcours qui se combinent à ceux de la promenade. Plus ou moins publiques et formelles, elles induisent des clientèles, des modes d’accès et elles qualifient la promenade de références héritées ou adaptées à des valeurs nouvelles.

La promenade sur la Corniche : forme urbaine et activité

14Le terme « promenade » devra être entendu comme une forme urbaine et comme une activité : celle de se promener.

15En tant que forme urbaine, la Corniche peut être analysée dans la perspective de sa formation et de son intégration à la ville – et comme un lieu aux caractéristiques spatiales spécifiques.

  • 10 Simmel G., « La sociabilité » dans Sociologie et Epistémologie, PUF, Paris, 1981.

16En tant qu’activité, comme une action qui met en relation des individus, des groupes sous une forme d’échange et de communication particulière. Ce « système d’actions réciproques »10 qui engage le promeneur vis-à-vis d’autrui, est déterminé par le caractère public du lieu mais aussi par des règles d’usages qui lui sont propres. Que les promeneurs se comportent sur la Corniche d’une manière qui, à leurs yeux n’apparaît pas comme répondant à des règles coutumières conscientes, et qu’ils aient l’impression d’agir à leur guise, n’implique pas que leurs conduites ne soient pas régies par un ordre social et symbolique latent. En effet, l’engagement de soi, dans cet espace social qui est celui de la promenade, ne procède pas des mêmes modalités que dans un jardin, un souk ou un centre commercial. Des modes d’occupation de l’espace aux formes de présentation de soi, il est possible de voir se croiser ou se succéder les expressions les plus diverses de présence et d’usages dans l’espace public. Passants occasionnels, joggers, pêcheurs, résidents des quartiers voisins, jeunes en rollers, familles en pique-nique, jeunes badauds, flâneurs solitaires... semblent partager ce même espace. Non pas que tout le monde soit là pour faire la même chose, certains sont des habitués, d’autres ne font que passer. Certaines populations sont totalement absentes. Et l’on peut supposer que chacun y est parce qu’il trouve sur place un minimum de traces (persistantes ou nouvelles) de ce qui selon lui fait valeur dans la ville.

17Mais l’avènement de la Corniche, dans ce qui en constitue la valeur, se comprend dans la dynamique de l’histoire et des mémoires de la ville. Le temps, facteur déterminant, renvoie à la dimension individuelle et collective de perception des lieux. Il nous permet d’appréhender comment un tel espace s’inscrit dans le développement de la ville et comment les divers publics prennent place aujourd’hui sur la Corniche. Dans cette perspective, nos observations confirment le rôle médiateur et régulateur des temporalités passées et présentes qui affectent les usages de l’espace à des fonctions et des publics divers.

18Ainsi pour comprendre ce que représente aujourd’hui cette promenade pour les citadins, nous évoquerons les étapes principales de sa formation et de son intégration urbaine et les mémoires qui y sont attachées. L’analyse des caractéristiques spatiales, mais aussi des règles d’usages qui distinguent la Corniche d’autres espaces de la ville nous permettront d’en préciser la fonction sociale dans la période de reconstruction.

Quelques étapes d’une chronique du bord de mer

19Comment, avec les transformations de Beyrouth depuis le siècle dernier, la Corniche, d’abord espace de liaison entre le port et le phare, devient espace de circulation et de promenade avec les qualités qui en font sa valeur aujourd’hui ? Quels sont les moments et les étapes qui ont redéfini ses fonctions et ses usages ? Quels ont été les effets de la guerre sur cette recomposition ?

  • 11 Davie M., Beyrouth et ses faubourgs (1840-1940), Les Cahiers du CERMOC n° 15, Beyrouth, 1996.
  • 12 Metral J., « Ordres urbains en Méditerranée orientale » dans Prendre place : espace public et cult (...)
  • 13 M. Davie remarque qu’un quotidien de l’époque s’interrogeait sur les motifs de la Municipalité de (...)

20Une ville peu maritime : il semble évident lorsque l’on observe les photographies du siècle dernier que cette portion de la ville reste extérieure à l’espace urbain. L’emplacement de l’ancien centre-ville accueille la ville ottomane active. Les zones résidentielles s’établissent davantage sur les hauteurs. Le climat humide du bord de mer est redouté pour la résidence et la villégiature. Les habitants confirment cette tendance avec l’alternance d’estivage à la montagne encore pratiquée aujourd’hui. Le bord de mer de la partie ouest du littoral est inhospitalier du fait des falaises et de son orientation qui l’expose aux vents. Aïn Mreïssé est alors un petit port de pêche, et, à Ras Beyrouth, de grosses fermes pratiquent la culture de la vigne et des mûriers pour l’élevage du ver à soie. Puis l’accroissement de la ville à la fin du siècle, qui correspond à une mutation socio-économique, voit les faubourgs s’étendre et se densifier11. Des maisons de commerce étrangères, des consulats, des missions s’installent dans les jardins de la ville à Ras Beyrouth. En 1866, l’American College accueille sa première promotion. Ras Beyrouth attire peu à peu une partie de la bourgeoisie et des membres des professions libérales. La nouvelle économie des échanges dans la région et les contacts avec l’Europe valorisent la fonction portuaire de la ville12. Le port est agrandi et la Municipalité impose un visage nouveau. La ville basse se remodèle et se prolonge à l’est comme à l’ouest par des chemins de promenade en bord de mer, un phare est érigé à Ras Beyrouth en 1862. Le Mandat engage ensuite la ville dans un processus d’occidentalisation, répondant à des normes d’urbanisme à la française. M. Davie souligne que le « nouvel espace qui naît est, en effet, différent de l’ancien, il est moins public ou autrement public ». Réservé à des groupes spécifiques, il établit moins d’interférences entre les différentes strates de la population. Elle note « en revanche, le projet de construire un chemin de promenade en bord de mer est adopté », avec trottoirs bordés de palmiers. Il sera appelé « Corniche » à l’instar de celle que Napoléon Bonaparte fit construire à Toulon13.

21Ras Beyrouth se développe le long de la rue Bliss traversée par un tramway qui relie le centre au phare (Bâb Idriss-AUB-Manara). Ce quartier, le plus mixte du point de vue confessionnel et social, attirera les premiers consulats arabes dans les années 30 (égyptien puis irakien). Dans les décennies qui suivent, ce quartier revêt un caractère particulier. Foyer cosmopolite et politique, il accueille les migrants de pays voisins : Palestiniens, Irakiens ayant fui des conflits politiques. Certains se retrouvent autour des mouvements socialistes, nationalistes qui gravitent autour de l’AUB.

22Une nouvelle attitude balnéaire : jusqu’aux années 30, les plages et le bord de mer ne sont pas fréquentés comme espace de loisir. Le Bain militaire, réservé aux officiers de l’armée française prend place à l’extrême pointe de Beyrouth Ouest. Avec ses aménagements (cabines, douches, tremplins), il préfigure les bains qui s’installeront sur cette côte jusqu’au Saint-Georges construit en 1932. Ce dernier, ainsi que le Bain français, étaient essentiellement fréquentés par les Français et les étrangers et quelques grandes familles beyroutines. Ils étaient situés entre la Corniche et le port, dans un quartier d’hôtels destinés aux commerçants étrangers. Lieu privilégié du Beyrouth levantin, la baie de Zeîtouni accueille dès la deuxième moitié du xixe siècle les locandas des drogmans italiens et grecs. À Aïn Mreïssé, à l’ouest du port, des cafés sur pilotis offraient mézzés, narghilés, arak et abritaient des petites cabines taillées dans la roche pour ceux qui voulaient se baigner ou pêcher. Dans les années 50, Zeîtouni, dans le prolongement de la ville basse est renommée pour ses cabarets. À Aïn Mreïssé, les maisons construites sur les rochers permettent un accès direct à la mer, la plupart des familles possèdent une barque, la pêche étant une des ressources principales de ses habitants.

  • 14 al-Jisr B., « Les plages de Beyrouth : privatisation et communautarisation d’espaces publics ». da (...)

23Les années 50 voient se développer d’autres bains, le Sporting, le Long Beach, ayant chacun leur clientèle, leurs « familles », toutes confessions confondues. Un nouveau rapport au corps, au temps libre à la pudeur se diffuse, modifiant l’attitude balnéaire14. Les femmes portent des maillots de bain et fréquentent aussi certaines plages. La Côte d’Azur inspire le nom de l’hôtel Riviera. Celui-ci aménage des zones rocheuses en contrebas de la Corniche ainsi que, à l’instar de l’AUB, un accès réservé sous la promenade.

  • 15 Boudisseau G., « Un nouveau centre ancien », Beyrouth, Grand Beyrouth, Les Cahiers du CERMOC n° 16 (...)

24Avant la guerre du Liban, la Corniche est peu fréquentée comme lieu de promenade. Ce n’est alors qu’un débouché sur la mer sans lien vraiment fonctionnel avec la ville. Le centre-ville offre ce potentiel de diversité d’activités, de multiplicité de publics. Hamra, également, se développe à partir des années 50, et se constitue comme centralité moderne avec une activité commerciale très dense, des cinémas, des cafés trottoirs fréquentés par des publics très différenciés15. Hamra, lieu commercial et de consommation, remplit des fonctions de divertissement, de promenade, d’échanges et de carrefour aux références multiples.

25En revanche, Raouché est depuis longtemps un but de promenade en soi. Jadis, des calèches tirées par des chevaux, transportaient les habitants huppés de la ville de la mosquée de Koraytem jusqu’aux cafés à bassins qui s’y trouvaient. Avant la guerre, Raouché est un lieu de sortie de jour et de nuit. En plus de la visite à la Grotte aux pigeons, Raouché dispose de nombreux cafés et restaurants à l’éventail culinaire varié. La Corniche, quant à elle, est alors plutôt associée aux grands cafés populaires tel que Hajj Daoud, le café Raouda, fréquentés essentiellement le matin et le soir par une population masculine de tous milieux sociaux confondus. Cependant, la nuit, il était possible de voir quelques hommes passant par-là dans l’espoir de faire une rencontre féminine dont on suppose, et il est ainsi établi, que si elle se trouvait en ce lieu, à cette heure tardive, un commerce avec elle serait possible. La partie nord de la Corniche bénéficiait alors, pour l’imaginaire des hommes qui n’osaient pas se rendre dans le quartier des cabarets, de sa proximité avec Zeïtouni.

  • 16 Cet aménagement fera l’objet de contestations et d’un contre-projet prévoyant un pont afin de prot (...)

26Dans les années 70-71, le plan Ecochard qui prévoyait l’aménagement de la Corniche en espace de circulation dans une boucle qui ceinture la ville municipe en prolongeant la « Corniche Mazraa » et la « Corniche Al Nahr » est exécuté ici dans son dernier tronçon. Il supprime le privilège d’accès à la mer conservé aux habitations de Aïn Mreïssé16.

  • 17 Beyhum N., « Front de mer à Beyrouth » in Prendre place : espace public et culture dramatique, Col (...)

27Le temps des express : la guerre qui s’installe au centre-ville, et les combats qui prennent pour cible les grands hôtels dont la plupart sont en cours de construction, séparent la Corniche de sa partie est. Les combats au sud l’isolent de son autre débouché. Sa proximité et paradoxalement son éloignement des combats l’ont redéfinie en espace majeur pour les habitants de Beyrouth Ouest. Cette voie de passage devient alors une impasse et perd sa fonction circulatoire. Cette situation d’éloignement relatif des combats provient du fait que, jusqu’en 1989, qui verra l’installation de l’artillerie syrienne, elle ne comporte pas d’installation à viser, bien que le PSP ait installé son état major dans un immeuble en construction. Pour preuve, le collège Louise Wegman prend comme local de substitution l’ancienne ambassade britannique. Quelques événements restent cependant marquants: l’explosion en 1981 de l’ambassade américaine restée jusqu’alors installée sur la Corniche, les opérations en 1989 des troupes du général Aoun contre une base d’artillerie syrienne, la présence de blindés de l’armée autour du Bain militaire d’où les émigrants prenaient le ferry pour Chypre17. Et bien que toujours soumise à l’insécurité, du fait de sa position stratégique et selon des temporalités variables (pendant le siège israélien, elle fut exposée aux bombardements maritimes), cet espace de respiration permettra à ceux qui n’ont plus d’autres lieux où aller d’y trouver la seule échappatoire à l’enfermement de l’abri, de la maison, du quartier. C’est dans cette période que la Corniche reçoit l’afflux massif de passants. Cette hétérogénéité des populations, dûe à l’absence d’autre lieu de détente, est renforcée par la présence des déplacés du Sud qui sont installés à l’ouest de la ville. Le bouleversement des rythmes de travail, pour ne pas dire le chômage pour certains, a favorisé l’émergence de la Corniche comme lieu d’occupation, de passe-temps. La Corniche devient un espace d’accueil de multiples activités. Des marchands chassés du centre ville installent dès 1976 leurs boutiques de fortune sur le trottoir, sur le capot des voitures, et recréent un souk improvisé du Bain militaire jusqu’à Ramlet el-Beida jusqu’à ce qu’ils soient chassés et installés à Bir Hassan. La promenade sera également investie par les « express » : petites camionnettes converties et astucieusement aménagées en une succession de cafés-trottoir à l’enseigne du propriétaire ou à l’accroche personnalisée. Stationnés sur la chaussée, les express déploient chaises et parasols sur toute la largeur du trottoir. Ils se sédentarisent durant une dizaine d’années jouissant d’une inscription officielle à la Chambre de commerce et d’industrie jusqu’à ce qu’en 1983, invoquant des raisons de sécurité, un arrêté de la municipalité interdise leur stationnement. Régulièrement inquiétés, les marchands poursuivent leurs activités. En 1994, l’interdiction remise en vigueur rend illégale la vente ambulante sur la Corniche en affectant son usage à une fonction d’abord circulatoire.

28Les souvenirs attachés à ces « express » évoquent surtout l’afflux massif des habitants de l’Ouest dès qu’une accalmie était pressentie ; certains y prisaient la grande permissivité des pratiques qui y avaient élu domicile, la convivialité et l’intensité des côtoiements nés du contexte de l’insécurité. Pour d’autres, l’image qui persiste est celle d’une « ruralisation » de ces pratiques ou celle du règne des voyous. Surtout la nuit, la Corniche devient aussi un lieu de trafic de drogue, relais pour racoler les clients de la prostitution, lieu de drague et de marchés pour les homosexuels... dont certains utilisent les vespasiennes aujourd’hui murées sur le terre-plein. Aujourd’hui encore, la Corniche porte, pour ceux qui ne la fréquentent pas, la marque de ces transgressions. Pour beaucoup : « c’est pendant la guerre qu’on a pris l’habitude de venir ici », et ils reconstituent, le soir ou tôt le matin entre amis, des petits groupes, emportant du mobilier, un narghilé, un café éphémère improvisé le temps de leur passage (voir les photographies en fin d’article). Pour d’autres, c’est la fin des combats qui a permis d’accéder à la ville dans sa partie ouest, et les promeneurs viennent de l’est ou du sud de la ville depuis quelques années seulement et selon des modalités différentes.

  • 18 Lynch K., L’image de la cité, Dunod, Paris, 1976.

29Ainsi, d’espaces fragmentés (fréquentés chacun comme des lieux spécifiques), la Corniche s’est constituée au fur et à mesure des transformations de la ville en espace de promenade. Cependant, bien qu’unifiée sur le plan spatial, la pluralité de ses désignations par l’usager d’aujourd’hui démontre les multiples faces de cette « imagibilité »18 de la Corniche. Elle est, selon les personnes, nommée « Corniche Bahar », « Corniche Manara », « Aïn Mreïssé », « Jal el bahar », « Raouché ». Ces différents termes connotent l’espace du lieu le plus déterminant pour chacun et renvoient à des mémoires plurielles de la ville.

Des caractéristiques spatiales

30Aujourd’hui, pour ceux qui fréquentent la Corniche d’une manière ou d’une autre, plusieurs éléments concourent à son identité spatiale : l’articulation de plusieurs échelles urbaines, le caractère unique du lieu, son rapport à la mobilité et ses formes d’hospitalité.

Lieu d’articulation :

31les échelles du quartier, de la ville et de la mer se trouvent ici mises en rapport.

32L’échelle du quartier. De Aïn Mreïssé et de Ras Beyrouth. Parfois la proximité ne détermine pas pour autant une fréquentation intense. Pour certains résidents des quartiers mitoyens, la Corniche offre une vue, un décor et la perspective depuis les étages élevés prolonge le sol de l’espace domestique en un horizon maritime qui efface le niveau de la rue « sur la Corniche ? non j’y vais rarement, c’est comme un spectacle, je la regarde depuis chez moi, vous savez c’est comme on dit : ce qui est près semble loin et ce qui est loin est près ». Cette observation concerne aussi les étudiants de l’AUB qui semblent peu fréquenter la promenade pendant le temps de leur scolarité. De nombreux espaces verts sont disponibles sur le campus, sans compter les équipements sportifs et le bain qui leur est réservé. Dans l’enceinte universitaire « on se sent plus à l’aise, on est entre nous, personne ne nous regarde ». Pour d’autres, cet espace est vécu, investi en prolongement du quartier d’habitation, mais il doit être partagé avec les multiples passants. Cette perception se ressent surtout chez les anciens habitants de Aïn Mreïssé qui prennent la mesure des changements : « auparavant, ici, on se connaissait tous, on connaissait toutes les familles, et les gens qui venaient ici, venaient en visiteur ».

33L’échelle de la ville. La majorité des promeneurs sont des habitants de l’ouest de Beyrouth (tous quartiers confondus) et des quartiers sud. Ces derniers sont inégalement représentés, selon les temporalités ainsi que les habitants de l’est de la ville (Achrafieh). Pour ceux-ci, la congestion urbaine favorise, dans certaines situations, des stratégies de recentrage sur les possibilités de loisir offertes dans la ville, plutôt qu’une sortie de la ville sur l’axe nord-est. Du fait de sa fonction périphérique, de nombreuses lignes de bus rapprochent cet espace des différents secteurs de la ville (ligne Cola-Barbir-Musée-Daoura) et aux banlieues sud. Ainsi divers dysfonctionnements urbains : densité de l’habitat, trafic intense sur les axes de sortie de ville, absence d’espaces publics de proximité, contribuent pour des motifs variables à la fréquentation de la Corniche par des populations de divers secteurs de la ville.

  • 19 L’expression : artah nafsyan (que l’on peut traduire par se relaxer psychiquement, se détendre) re (...)

34L’échelle de la mer. Plusieurs paliers s’articulent et forment la promenade : celui du bord de mer, le large trottoir et les voies de circulation automobile, enfin celui de la façade urbaine. Cette configuration où se retrouvent des éléments construits et des éléments naturels organise la rencontre des citadins avec une dimension dont nous ne percevons pas la finitude, une échelle hors la ville, celle de la mer. Le sentiment jubilatoire d’être là avec la ville, perçue pourtant si lointaine par la vertu de la mer, crée des proximités et des espacements particuliers entre les citadins, mais aussi entre des attentes et des horizons possibles, en quelque sorte recompose le rapport entre le proche et le lointain, le construit et l’indéterminé. Ainsi certaines proximités immédiates sont suspendues dans le lointain de même qu’une somme de possibles apparaît plus proche. Elle est aussi souvent citée comme favorable à l’oubli19. La capacité projective d’un espace dont nous ne pouvons appréhender ni les limites, ni le contenu révèle les contraintes de l’ici et maintenant dans les repères déjà bornés, connus du déjà constitué : « la mer, elle est pas comme les hommes, elle peut garder les secrets, sans les répandre partout », « ici, lorsque je viens avec ma belle-sœur, je parle de choses que je ne dirais pas dans ma maison ». Paradoxalement, la mer suggère, selon les promeneurs, l’immuable (comparée à la montagne qui se transforme au gré des saisons) ou bien le mouvement perpétuel. Ce bord de mer évoque également l’ouverture de la ville vers l’étranger, comme lieu possible du voyage, de la fuite mais aussi du passage et de l’échange. La fonction portuaire à la faveur d’une pénétration étrangère, et la fonction d’intermédiaire entre l’Europe et l’intérieur arabe qui ont marqué l’essor de Beyrouth à partir de la fin du siècle dernier, mais aussi les divers mouvements migratoires du Liban ne sont sans doute pas indifférents à cette dernière évocation.

Le caractère unique du lieu : fuir la ville... ou aller à sa rencontre.

35« Où voulez-vous qu’on aille ? ! C’est le seul endroit qu’il nous reste ! Ici, on peut respirer, on peut marcher, on peut voir la mer ». La présence de la mer contribue à la valeur du lieu, du fait, en particulier, de la possibilité de s’en approcher, contrairement aux bords de mer construits de la partie nord-est (Jounieh, Kaslik...) mais aussi du fait de sa présence dans la ville, si on compare cette promenade aux plages ou aux bords de mer du sud de Beyrouth. Le constat d’une mer de moins en moins proche et accessible contribue au caractère unique de ce lieu. Sa valeur prend d’autant plus d’intensité du fait de la rareté d’autres espaces publics, ouverts, accessibles aux piétons, aux familles, aux enfants, aux personnes âgées.

36Diverses appréciations réfèrent aux qualités fonctionnelles, environnementales ou à ses qualités de mise en rapport.

37Ses qualités fonctionnelles évoquent le vide, l’étendue offerte. Cette disponibilité quantitative de l’espace est requise pour l’exercice de certaines activités : rollers, jeux d’enfants, divers sports, marche à pied.

  • 20 Un vocabulaire sensoriel exprime une relation corporelle engagée dans cet espace qui le qualifie d (...)

38Les qualités environnementales proviennent de la diversité des éléments naturels (dont le plus cité et recherché semble être l’air, plus que la mer) conjugués à la richesse de la matérialité urbaine20. Et il est intéressant de noter que la plupart des promeneurs avec qui nous nous sommes entretenus semblent bien conscients d’« être en ville » (la présence automobile, les constructions, les lieux de consommation).

39Enfin, la qualité de mise en rapport renvoie à la scène, au plaisir partagé de participer à la foule, au spectacle du public : « voir les visages, les différences », « chacun ici a ses propres croyances, ça se voit, et nous on aime voir ça ».

  • 21 À Beyrouth, le terme le plus employé pour décrire l’activité exercée est machi, (aller marcher).

40La Corniche recèle des qualités « dramatiques » propres à tout lieu public par le fait qu’elle rend visible, qu’elle expose, et donc rend susceptibles d’être jugées les différences qui s’y côtoient. Or, comme tout spectacle, celui de la ville prend toute sa valeur par le rôle que les citadins tiennent dans l’expérience de cet espace, donc par la façon dont ils se donnent à voir au public : vêtements, visibilité, angle de vue, proximité, surface de la scène, ampleur des déplacements, jeu d’affichage ou de réserve... Et à l’heure du soleil couchant, il semble bien qu’une foule de visages se soit donné rendez-vous pour participer à la promenade vespérale, pratique familière que l’on nomme paseo ou passegiata en d’autres lieux de la Méditerranée21 (voir photos). En bord de mer ou sur le trottoir principal de l’allée passante de la ville ou du village, cette sorte de rite déambulatoire parait se suffire à lui-même. Une habitude, réglée par la régularité semble constituer à elle seule son propre objet d’attraction.

41Les expressions et le jeu de ces différences réalisent un des plaisirs de cette sortie en public. Et elles s’y manifestent dans une forme d’échange principalement placée sous l’ordre de la visibilité ; l’œil, le regard étant le principal opérateur de communication. Le choix de tel emplacement ou conduite n’étant pas fortuit, il traduit d’incessantes adaptations entre distance sociale et distance spatiale, en somme tout un jeu de civilités qui constitue en lui-même l’un des plaisirs de l’espace public. Ainsi, paradoxalement, la promenade sur la Corniche fonctionne comme fuite de la ville (de sa densité, de son enfermement, de ses dysfonctionnements) tout autant que comme rencontre avec elle (par la foule, la diversité des références). Et, par la somme des face-à-face possibles avec ces « autres » croisés de façon éphémère, mais aussi du fait des liens activés dans le groupe des promeneurs, la promenade apparaît comme un lieu et un temps de construction et d’exercice de sociabilités citadines.

Habiter l’espace public : mobilité et hospitalité

42Le profil de la promenade, ainsi que sa situation périphérique induit la mobilité. Cet aspect structurant est favorable à toute sorte d’activités de circulation : jogging, rollers, vélos ou automobiles et piétons parcourent la Corniche selon des motifs et des vitesses variables. Ce mouvement continu de circulation encourage à la fréquentation du lieu. Il entretient et garantit un flux permanent perçu plus propice à l’anonymat et à la sécurité. La Corniche n’est pas à proprement parler un lieu de rencontre, mais plutôt un espace de passage sur lequel s’ouvrent d’autres espaces. Même si les groupes s’y installent pour une longue durée, ils viennent déjà constitués, ils ne se forment pas sur place. Le rapport station / circulation détermine également les différentes modalités de présence et opère un clivage évident selon les sexes. Les femmes traversent cet espace en évitant les stations ou les arrêts, notamment sur la barrière, qui est en majorité occupée par les hommes. Bien sûr, des groupes féminins s’assoient sur les bancs ou s’adossent, mais ces attitudes sont plutôt réservées aux femmes âgées, en groupe familial ou, dans d’autres cas, elles le font, mais en adoptant une attitude provisoire (se désaltérer, téléphoner...). La mobilité qu’introduit la pratique du jogging, et la circulation en couloir qu’elle nécessite, leur permet d’être présentes sur l’espace public, et de s’y rendre seules, sans pour autant manifester cet état de disponibilité à l’événement ou à la situation, propre à la déambulation ou à la flânerie.

43Les lieux recèlent différentes modalités « d’hospitalité » selon leur degré d’ouverture, d’accessibilité et leur qualité de mise en visibilité. Diverses variations spatiales ménagent plus ou moins des niches à l’abri des regards, exposent à la scène, offrent spectacle, permettent d’investir un espace et d’en disposer en le faisant sien. Le mobilier composé des rochers, des barrières, des bancs, de l’ombre d’un palmier, de la protection et du système de son de la voiture ou d’un mobilier emporté avec soi offrent mille ruses pour habiter cet espace commun, et le temps de son passage, s’y faire une place. Une certaine qualité d’absence (vide et étendue), la non surcharge de signes trop identifiants, on pourrait dire une sorte de neutralité de l’espace permettent d’investir de façon personnelle parfois presque de « domestiquer », de faire sien un espace pourtant possible aux appropriations plurielles et multiples. La voiture stationnée en bordure du trottoir, ou roulant au ralenti ou en accélération, permet de ménager également tout un éventail de gradations entre le dedans et le dehors, le protégé et l’exposé, la discrétion et l’ostentation.

44Ainsi, la variabilité des éléments disponibles diversifie les contextes spatiaux. Cette complexité est favorable à la production de lieux, de territoires plus ou moins stables ou circonstanciés, d’espaces qualifiés : individuels, familiaux, masculins, féminins, mixtes, jeunes... Flâner, passer, courir, s’installer pour un pique-nique, draguer, se grouper autour d’un narghilé, s’isoler et s’abandonner à la contemplation de la mer, observer ses semblables... seul(e), en familles, en groupe... L’activité exercée, le lieu, la temporalité, et la nature des liens qui unissent aux personnes avec qui l’on est, fixent des frontières plus ou moins matérielles ou informelles entre ces territoires.

Un calendrier des pratiques et des publics

45L’analyse des pratiques actuelles de la Corniche amène à penser les temporalités comme facteur distributeur et médiateur des différences qui prennent place dans le même espace. Les rythmes de la journée, de la semaine, l’alternance du jour et de la nuit, ainsi que celle des jours ordinaires et des « grandes occasions » opèrent des clivages qui organisent les conditions de la mixité entre les diverses composantes sociales.

  • 22 de Certeau M., L’invention du quotidien, tome 1, Les arts de faire, chapitre 7, Flammarion, Paris.

46Ces variations redéfinissent des codes de conduites, des modes de communication, tout un ensemble de règles qui instituent le caractère public de l’espace dans un rapport à l’échange, à l’anonymat, au contrôle. Un calendrier des publics et des pratiques apparaît à l’observateur, mais il est également connu des usagers de la promenade. Tout un savoir implicite de ces modulations organise des regroupements ou des stratégies d’évitement. Bien sûr, ces fonctionnements ne correspondent pas à des règles explicites, affichées. Ils font partie de ces savoirs acquis et sans cesse réinterprétés ; ils appartiennent à ces « arts de faire »22 du citadin qui constituent une des dimensions de la culture d’une ville.

47Ainsi, le temps, dans ses différentes dimensions, fonctionne comme norme centrale d’évaluation et de distinction des publics. Les heures de venue, le temps passé sur place, la régularité de la fréquentation composent un paysage choisi, spécifique. Au regard des pratiques et des discours qui les accompagnent, le temps nous est apparu se décomposer sur la Corniche en moment, durée et fréquence. Ces variables informent sur les temps sociaux qui trouvent à s’y accomplir.

48Le temps comme moment découpe les heures de la journée et les jours de la semaine, en somme le créneau dans lequel s’inscrit la promenade. Les usagers de 5h/7h se distinguent de ceux rencontrés entre 9h et 11h, de ceux de l’après-midi, du soleil couchant, du début de soirée et de la nuit tardive.

  • 23 Galettes chaudes roulées et garnies de fromage ou de thym.

49Très tôt le matin, ce sont surtout des hommes ; ils se sont éveillés avec l’appel à la prière, viennent pratiquer un sport en groupe (marcher, nager, courir, faire des exercices de gymnastique) mais en majorité de façon individuelle. Ou bien, ils se retrouvent entre amis masculins pour prendre le petit déjeuner ou le man’ouché23, devant les quelques cafés qui fournissent à l’occasion des sièges à ces habitués de l’aube, et ils s’installent coté mer. Retraités ou actifs, ils quittent ensuite la Corniche pour rejoindre leur travail. Il est à noter, qu’une habitude a été prise, pendant la guerre : trois jours par semaine, une centaine de personnes se retrouvent autour de « Sultan », professeur de sport à la retraite, pour participer librement à un cours de gymnastique en plein air sur le large trottoir de Aïn Mreïssé.

50Deux temps forts voient l’afflux le plus massif de promeneurs : au printemps et en été au soleil levant, entre 5 et 7 le matin, et au soleil couchant entre 18h et 20h. Ces deux tranches horaires accueillent une majorité de personnes en tenue de sport, qu’elles courent, marchent ou se promènent.

51La fin de journée, est le temps de la plus grande mixité sociale (milieux, confessions, ages, sexes). C’est également le moment où l’on voit le plus de groupes mixtes hors groupes familiaux et le plus de femmes seules, et de femmes qui portent le foulard et marchent seules.

52Entre ces tranches de plus haute fréquentation, les groupes sont majoritairement formés de personnes de même sexe. La fréquentation masculine est en plus grand nombre, notamment d’hommes seuls. La mobilité est moins importante, les personnes ont le pas plus lent, les vêtements de sport se mêlent aux tenues de ville. Elles s’assoient sur la barrière, vont pêcher ou font une pause-café qui s’inscrit dans un parcours qui les mène en d’autres lieux de la ville (proximité avec Hamra, sortie vers le sud...).

53Le soir, les groupes d’hommes et quelques familles s’installent sur des pliants, autour d’un banc, jouent au trictrac, reconstituent un salon, un cercle. Beaucoup se retrouvent autour d’un narghilé, surtout des jeunes venus du sud ou des quartiers ouest avoisinants. Certains, ont emporté avec eux un instrument à percussion. Aux heures avancées de la nuit, ils partagent cet espace avec quelques couples venus prendre l’air, faire quelques pas, la voiture stationnée à proximité. Parfois la vitre ouverte suffit. D’autres descendent sur les rochers face à la mer. Et l’on peut toujours croiser quelques coureurs en début de soirée ou tard dans la nuit.

54Les heures de prière induisent aussi des passages, des arrêts autour de la mosquée de Aïn Mreïssé. Les horaires de classe de l’AUB ou de l’International Collège induisent également des va-et-vient en voiture qui sont aussi l’occasion, pour certains, d’une marche en bord de mer.

  • 24 Fèves bouillies assaisonnées de cumin et de citron.
  • 25 Pain creux parsemé de graines de sésame et, à la demande, fourré de fromage fondu ou de thym.

55Les qualités d’appropriation de l’espace ne sont pas non plus équivalentes selon les jours de la semaine. La fréquentation de la journée du vendredi est globalement équivalente aux autres jours de la semaine. Cependant, le début de soirée (20h-22h) du vendredi ainsi que celle du samedi reçoivent une foule beaucoup plus importante de promeneurs. C’est le moment où l’on remarque le plus de couples ; mais aussi des familles, des groupes mixtes de jeunes, peu de personnes seules. Les gens se sont « habillés », les femmes sont plus maquillées. La promenade se combine avec une visite chez un glacier, dans un restaurant ou un snack. Les marchands ambulants, dont la plupart sont syriens, sont aussi plus nombreux. Il est possible de se restaurer auprès des vendeurs de foul24, de maïs grillés, de ka‘ké25, qui parcourent la promenade.

56Les journées de week-end sont fréquentées différemment. Sur un fond de marcheurs, de coureurs, de rollers toujours présents le matin, apparaissent les familles en plus grand nombre. En milieu de matinée, on remarque une proportion notable de pères accompagnés de leurs enfants qui ont emporté vélos, motos électriques et divers accessoires de jeux. C’est aussi le moment le plus intense pour la pêche amateur. Souvent, l’espace permet aux différentes composantes du groupe familial de prendre plaisir à être là, en exerçant une activité spécifique à chacune. Les familles de l’ouest, résidentes des quartiers proches, côtoient celle du sud.

57Dans l’après-midi, ces dernières représenteront la grande majorité des fréquentations de la Corniche. Elles viennent en groupes plus importants, incluant plusieurs générations et elles ont revêtu leurs plus beaux habits. Les femmes sont nombreuses, la majorité porte le foulard, et elles sont souvent maquillées. Rares sont celles qui se promènent seules ; cependant, souvent, le groupe se déplace selon des rythmes ou des regroupements différents selon l’âge ou les sexes. Ou bien, si la famille a élu domicile sur un banc, on peut voir des groupes de jeunes filles se séparer du groupe familial et faire un petit tour entre elles. Les parcours prennent ces dimanches après-midi plutôt l’allure de la déambulation, et même si le regard doit rester contrôlé, il s’autorise davantage à l’exploration et au commentaire des apparences d’autrui. On peut se risquer à noter que les mouvements du regard apparaissent plus vagabonds, dans ces temps familiaux et de plus grande homogénéité sociale, comparé aux temps plus mixtes réglés sur un code de conduite emprunté à l’allure sportive. Ces regards dont la trajectoire rappelle l’exploration et la découverte sont tout autant le fait des femmes qui s’examinent entre elles. Quant aux regards des hommes, ils sont moins insistants et plus furtifs qu’en d’autres temporalités moins soumises à des codes familiaux. En effet, les formes d’engagement de soi sur la Corniche en d’autres moments apparaissent plus individualisées. Même si elles s’élaborent toujours en référence à un code de l’honneur qui institue tout un jeu où doit se résoudre la tension entre réserve et affichage. Ce calendrier dont le trait est un peu durci par la nécessité de l’exposé apparaît à l’observateur mais il est aussi utilisé par les usagers comme stratégie d’évitement ou d’agrégation, car chaque composition du public présent institue des codes d’usage qui recomposent le rapport au contrôle et à l’anonymat.

58Le temps comme durée évoque le séjour, c’est à dire la longueur du temps passé sur place. Elle est plus ou moins prédéfinie ou élastique. Pour certains usagers, le temps est chronométré, calibré. Il représente par exemple un repère de performances pour les sportifs : le temps de 2 allers/ retours, « le temps de faire 4 km ». Pour d’autres il est circonstancié, il s’inscrit dans une disponibilité à l’évènement qui participe au plaisir de la promenade ou bien il s’agit tout simplement de le passer. Il peut aussi n’être que l’occasion d’un bref arrêt, d’une pause, ou celle de s’installer dans la durée d’une après-midi pleine ou d’une soirée. On peut noter que pour certains ce « formatage » de la durée passée sur place sert de distinction par rapport à ceux qui n’ont qu’à le laisser s’écouler : les oisifs, les désœuvrés, ou « qui n’ont pas d’autre endroit où aller ». Pour ceux-là, qui s’en distinguent, de toute évidence, s’ils viennent sur le bord de mer c’est pour faire du sport. Et pour beaucoup de ceux qui ne fréquentent pas la Corniche, le lieu est associé à ceux qui « traînent » et qui laissent donc aussi leur regard traîner.

59Le temps comme fréquence renvoie à la régularité ou à l’exceptionnalité de son passage sur la promenade ; et même à l’occasion. La Corniche est parcourue par des habitués qui leur font dire que ce lieu s’inscrit dans leur vie comme une nécessité qui relève de l’accoutumance. Et nous avons été surpris de noter que pour un grand nombre, la promenade sur le bord de mer est une pratique quotidienne, sinon du moins réitérée plusieurs fois par semaine. Une foule d’habitués se reconnaît, sans pour autant se connaître par ailleurs. Des figures, des personnages peu à peu émergent, sont remarqués sous des formes de reconnaissance diverses : le vêtement, l’allure, la constance, la performance... Pour ceux-là, les habitués, une familiarité au lieu, aux personnages s’institue par la répétition, la régularité de leur apparition. Un jeu d’attentes et de confirmations provoque un véritable attachement à cette pratique de la promenade, qui constitue un espace social à part où l’on se reconnaît sans pour autant connaître son nom, dans un anonymat relatif.

60D’autres y passent ou y séjournent parfois, selon l’occasion. D’autre part, la Corniche est une étape presque obligée des étrangers à la ville, tous visiteurs confondus : des bus de touristes européens, des gens du Golfe, des scolaires d’autres régions du Liban, des hôtes de passage... Elle représente un lieu duquel se découvre la ville, et où Beyrouth se donne à voir dans une image synthétique où le profil reconnaissable de sa courbe permet d’associer la ville, la mer et la montagne.

61Les variables temporelles mises en évidence sont fortement conditionnées bien sûr par les quartiers de résidence et les diverses composantes de l’identité de chacun (sexe, âge, statut matrimonial, confession) ainsi que par ses appartenances (professionnelles, citadines, sociales...). Elles révèlent la grande diversité des temps sociaux qui trouvent à s’accomplir sur cette promenade : celui qui est compris dans le temps du travail, de la famille, des loisirs, du temps personnel. Ces catégories questionnent la pertinence d’une distinction entre quotidienneté et loisir dans une société qui présente de grandes disparités du point de vue du changement des rapports au temps : le travail est-il un temps, un espace social qui se construit de façon distincte de celui de la famille ? Le temps du loisir est-il autant distinct des relations de travail ? Un loisir peut-il se concevoir de façon individuelle ?

Des fonctions sociales spécifiques

L’extraterritorialité

62Du fait de sa configuration spatiale, mais aussi du fait des formes d’interactions entre promeneurs, la Corniche apparaît comme un espace limite. À la fois dans la ville et hors la ville, il bénéficie de certaines qualités d’extraterritorialité. C’est-à-dire que ses codes et ses règles d’usage échappent en partie aux déterminants des appartenances territoriales. Cette recomposition de soi rendue possible opère essentiellement dans le rapport à l’anonymat, au contrôle et dans ce que Simmel appelle une certaine « opacité » des rapports sociaux. Non pas qu’il soit totalement possible d’être un autre ailleurs, mais des règles tacites permettent la suspension de comportements répertoriés et modifient les formes de reconnaissance. Cette capacité opérationnelle de la Corniche engage des comportements rendus impossibles dans un espace de l’entre soi, où les identifications sont globalisantes, surdéterminées par les variables unifiantes de l’identité. C’est-à-dire qu’ici peuvent coexister de multiples rencontres improbables ailleurs, dans son quartier d’habitation ou en d’autres lieux de la ville. Des amoureux, fiancés ou pas, s’y retrouvent. Les couples mixtes jouent également de cette fragmentation pour se mettre à l’abri des leurs. Pour une promenade ou assis face à la mer, ils échappent aux « regards des autres », c’est-à-dire à ceux qui les connaissent : la famille, les voisins.

63Non pas qu’ici tout soit permis, et les expressions corporelles sans limite, mais certaines sont admises qui ne le sont pas ailleurs. Par exemple, à part sur la Corniche certaines tenues vestimentaires comme le short ne sont pas portées par les femmes en ville. Mais aussi tout un ensemble d’attitudes corporelles plus extraverties, à commencer par celles que supposent la pratique du roller ou les étirements de gymnastique, manifestent une certaine permissivité des expressions de soi.

64Dans cet espace où l’on n’est chez personne et où chacun a le droit d’être, certains se présentent en conservant des modes de sociabilité du quartier, d’autres, dans un mouvement de découverte et d’exploration, semblent en situation d’apprentissage d’autres règles du jeu. Cet espace permet donc diverses stratégies de prise de distance par rapport à ses appartenances : « il y en a qui marchent en groupe comme au village, c’est ridicule moi je viens à deux ou trois au plus » ou « oui, on préfère parler le français quand on vient ici, on n’est pas compris par tous ».

65Certains expriment une volonté d’anonymat et d’identification à d’autres référents identitaires que ceux disponibles dans l’espace de résidence, peut-être un désir de mobilité sociale et spatiale qui semble être en relation avec un changement d’état dans l’espace public. Et être là, pour certains, sur cette promenade, c’est affirmer son appartenance à la ville et participer à un lieu de valeur dans la ville. Il est souvent revenu lors des entretiens avec des personnes de milieux modestes qu’« ici, il vient souvent des gens qui ont des fonctions importantes, des ministres, des hommes d’affaire connus ». Les usages du lieu permettent de recomposer autrement des normes de contact qui ont cours ailleurs ainsi que les frontières entre distance sociale et proximité spatiale. L’observation des vêtements fournit une foule d’indices sur le sens de ce lieu pour chacun. Certains de ceux appartenant aux milieux aisés affichent une apparente détente des convenances « ici, on s’en fout, on peut être soi-même, on n’a pas besoin de s’habiller, il n’y a pas de public ». C’est-à-dire qu’ils semblent soustraits à ce qu’à Beyrouth, on appelle « la société ». Pour d’autres, la venue sur la Corniche représente une sortie : « tous les jours, on attend ce moment, quand on va venir ici ; ici, tout est beau, alors nous aussi on s’habille bien ». Et même si les situations d’interactions sont des relations minimales et fugitives, l’œil, le regard, mais aussi le vêtement, les attitudes corporelles fonctionnent comme des actes d’énonciation et reconfigurent ce jeu spécifique à l’espace public où s’ajuste la tension entre proximité spatiale et distance sociale.

  • 26 Goffman E., Les rites d’interaction. Ed. Minuit. Paris, 1974.

66Le sport, et surtout le jogging, qui revêt véritablement un caractère collectif à certaines heures de la journée, brouille les identités. Il sert pour beaucoup, notamment pour les femmes, de caution légitime à leur présence : « moi, je viens ici, je ne regarde pas les autres, ils me sont indifférents, je suis là pour faire du sport ». Le jogging, cette activité collective qui permet une pratique individuelle, est pour un certain nombre « un temps pour soi », et c’est cette possibilité d’être seul et d’échapper aux déterminismes d’autres liens sociaux qui lui donne sa valeur. Le sport fonctionne comme un modèle qui absorbe et tend à uniformiser les différences (voir photos). Le vêtement de jogging, unisex, et les attitudes communes et standardisées que la pratique de la marche rapide impose rassemblent, sous des références plus globalisantes et qui leur sont extérieures, des mondes sociaux différenciés. Le port du vêtement griffé, très répandu, sert de reconnaissance sociale mais aussi de masque. On peut noter que même si cet anonymat est relatif, notamment pour les habitués, il est convenu d’adopter des attitudes de réserve face aux visages et aux personnes connues, ce que Goffman nomme une indifférence civile26. Il est très rare de voir des personnes s’arrêter et engager la série de salutations de politesse habituellement en usage. Un salut bref suffit, d’un geste de la tête ou de la main. Et il serait mal à propos d’interrompre la fluidité des marcheurs et ainsi de remettre en question la suspension de certains rôles sociaux. Ces rencontres, bien que minimales, modifient en permanence un jeu de représentations de soi et de l’autre. Cet espace puisqu’il est limite, autorise le contact avec tout un jeu de différences, à la fois dérangeantes et stimulantes, à commencer par le face-à face-entre hommes et femmes « on vient ici parce qu’il y a beaucoup de filles, et elles, elles viennent pour se rassurer pour qu’on leur fasse des compliments ».

  • 27 Vêtement féminin ample, généralement noir, couvrant l’ensemble du corps.

67Les différences les plus apparentes concernent pourtant les femmes entre elles. Beaucoup, parmi celles qui portent le foulard ou même la abaya27 se sentent jugées et regardées par les autres femmes, mais elles affirment leur légitimité à être présentes sur cet espace, et à pratiquer le sport: « cet endroit il est à tout le monde qui veut faire du sport ». Et justement, parce que cet espace est moins marqué territorialement que d’autres quartiers intérieurs à la ville, il peut fonctionner comme un seuil sur lequel il est possible de s’observer. Une personne chrétienne de Furn ech-Chebbak nous racontait être venue ici, en période de ramadan. Dans sa voiture restée stationnée, elle observait « j’aime bien voir comment les musulmans font leur fête, c’était beau à regarder. Il y a une foule de familles et les enfants ont de très beaux habits ».

Une tension entre intégration et exclusion

68Cependant même si la promenade sur la Corniche autorise des formes diverses et contrastées d’usages, elle n’est pas un espace consensuel, libre de tout code et partagé par tous. Elle produit aussi de l’exclusion. Cet aspect renvoie à la nature du contrôle exercé sur l’espace.

  • 28 op. cit. note 24.

69Sexué, masculin, il exclue les femmes de nombreux lieux (la baignade dans la mer est exclusivement masculine). Ce contrôle s’exprime dans des attitudes de drague qui engagent essentiellement le regard et quelques apostrophes sous la forme de compliment. Cependant, nombreuses, et parfois de milieux conservateurs, les femmes viennent s’y promener. Elles développent alors des stratégies d’accès où se combinent des choix de temporalités qui en évitent d’autres, des attitudes vestimentaires, des alibis d’usage (faire du sport), ainsi que tout un répertoire corporel d’évitement, de signifiés qui constituent des pare-engagements28. Elles ont, par exemple à négocier leur trajectoire visuelle, ainsi que celle de leurs déplacements dans une trajectoire en couloir qui ne les approche pas trop près des barrières où les hommes sont assis, ni trop près de la chaussée où elles peuvent être interpellées par les automobilistes. Le menton haut, elles stabilisent leur regard assuré et rectiligne vers le lointain. On peut noter la panoplie dont se parent la plupart des femmes, aux heures de moins grande affluence, pour parcourir la Corniche. Visière, lunettes, walkman sur les oreilles, téléphone mobile à la main sont autant d’objets, de procédés qui redéfinissent les limites entre la sphère privée et l’espace accessible à l’autre. Cette définition sexuée de l’espace conduit à la composition de groupes soit féminins, soit masculins. Certains hommes disent éviter de se promener avec leur fiancée ou leur femme afin de ne pas avoir à répondre de leur honneur face aux regards appuyés des autres hommes.

70D’autres populations se trouvent exclues d’un accès à cet espace du fait de l’emprise extensive des lieux de consommation dont l’accès suppose le règlement d’un droit de passage ou l’appartenance à un groupe d’ayants droit. La baignade libre dans la mer à proximité de ces lieux réservés, ainsi que les plongeons depuis la promenade donnant lieu à de vrais défis entre jeunes garçons des quartiers avoisinants et de la banlieue sud, sont régulièrement réprimés (voir photos). Il persiste cependant des groupes de vagabonds qui s’installent, cachés en contrebas pour consommer de l’alcool.

71La fonction de vitrine de la ville ainsi que sa fonction circulatoire dominante, restreignent toute pratique de la Corniche qui nuirait au passage ou au prestige. Les deux termes se trouvent associés à une conception de la ville fluide et policée. On peut noter l’efficacité du service de nettoyage de la voirie (la promenade est balisée de poubelles tous les 50 m) et la présence régulière de patrouilles de police. Les « cafés-trottoir » sont réprimés, la vente ambulante bien que pratiquée, est interdite, et le roller toléré mais limité à une portion et soumis au bon vouloir de la Police qui effectue des rondes, jour et nuit. La Police des mœurs est également très présente pour faire la chasse aux « couples illégitimes », en vérifiant les documents attestant de liens matrimoniaux.

72Ainsi, il apparaît que le contrôle sur cet espace est exercé par l’autorité publique, mais il s’appuie aussi sur des dispositions, un ensemble de codes et de valeurs qui fixent les limites de l’admis, la norme d’usage. Cette régulation constituée de règles plus ou moins formelles et perceptibles affirme le caractère sensible, vulnérable du lieu. Bien que définie par son statut public, la Corniche se maintient ouverte et accessible autant que chacun contribue à la faire exister telle quelle. Car ses règles s’élaborent aussi sur place, en situation, et elles peuvent entrer en conflit ou aboutir à des accords négociés entre ceux qui ont à partager les mêmes espaces.

73Aujourd’hui, la Corniche sert de décor de fond à des plateaux télévisuels, les instituts de sondage trouvent sur place les plus larges échantillons de population, et les ONG viennent mobiliser le public autour de causes collectives ou y recruter des volontaires. Rares sont les films sur la ville qui ne comportent une séquence sur ses promeneurs ou qui profitent de la perspective où la montagne libanaise aparait depuis la ville et où la ville côtoie la mer. Si on considère les évocations qu’elle suscite, il semble évident que la Corniche a sa part dans un imaginaire sur la ville. Pour certains, elle en est l’image, le symbole. Loin du pays, les souvenirs s’y dessinent, y prennent forme, deviennent aiguës. Le dessein de sa courbe inspire le peintre, le poète. Loin de l’enfance, les souvenirs sont multiples, et reviennent visiter le cabaret Hajj Daoud, le café Ajram, ceux de Ras Beyrouth, ou les bains où se côtoyaient avant-guerre une certaine société cosmopolite. Pour d’autres, au présent, il y est question de survie, d’échappatoire, tout simplement d’air. Pendant ce temps, d’autres parties de la ville semblent l’ignorer et pouvoir s’en passer. Et pour quelques-uns, ceux qui pensent faire la ville de demain, la Corniche est une vitrine à valoriser dans la compétition internationale des villes pour l’attrait de capitaux et de yachts « qui seraient mieux ici que dans les ports de Chypre ou de Malte ».

74C’est bien parce qu’il subsiste des discours, des souvenirs dans certains milieux sur ce que fut ce bord de mer (depuis le début du siècle, dans les années 30 ou 50, et pendant la guerre) qu’il prend place dans une mémoire de la cité et se prête à un jeu de superpositions des représentations collectives. La promenade sur la Corniche peut servir de lieux de stockage et de ré-interprétation des valeurs de ce qu’est « être beyrouthin » et à ce titre elle maintient ouverte la discussion entre les générations et les différents groupes de citadins. Il y a sans doute à prendre en compte la distinction entre des lieux historiques et des espaces de la ville qui servent de signes de reconnaissance urbaine, sans pour autant qu’ils apparaissent à l’extérieur comme des lieux exceptionnels du point de vue architectural ou patrimonial.

75Peut-on pour autant parler d’un lieu significatif d’un nouveau contexte de coexistence dans la ville ? Il serait hâtif de conclure de façon générale, cependant la notion d’intérêt commun et de plaisir partagé se dégage des diverses pratiques de la Corniche et concoure à une urbanité en cours d’invention. En effet, même si la promenade fait l’objet d’occupations par des groupes qui marquent le lieu de leurs références, elles ne sont que provisoires et doivent supporter la réalisation simultanée ou successive d’autres pratiques. Si bien que diverses normes d’usage s’y appliquent. Et même si des frontières invisibles existent, elles ne sont nullement closes sur elles-mêmes ou étanches. Personne n’en fixe la loi de distribution, elles sont plutôt le fait d’ajustements ritualisés. Ainsi davantage que dans le partage d’un fonds commun culturel, c’est peut-être dans l’articulation en un même lieu de plusieurs systèmes de valeur que s’élabore et s’établit le caractère public de la Corniche, et qu’un lien symbolique peut s’établir entre des citadins qui vivent par ailleurs dans des espaces-temps plus étanches les uns aux autres. Le système de régulation collective, à l’œuvre ici, qui soustrait l’espace à l’appropriation exclusive par une population, tient-il du particulier ou peut-il se lire ailleurs dans la ville ? Des usages de la ville dépassant les logiques territoriales peuvent-elles s’initier aujourd’hui à Beyrouth dans des espaces dont le statut serait autre que public ? Et cette caractéristique est-elle la seule condition nécessaire à leur émergence ?

SCÈNES QUOTIDIENNES SUR LA CORNICHE. (© Christine Delpal, 1998)

SCÈNES QUOTIDIENNES SUR LA CORNICHE. (© Christine Delpal, 1998)

Notes

1 A. Beydoun, Le Liban, itinéraires dans une guerre incivile. Ed. Karthala-CERMOC, Paris, 1993.

2 N. Beyhum, « Espaces éclatés, espaces dominés. Etude sur la recomposition des espaces publics centraux de Beyrouth de 1975 à 1990 », Thèse de sociologie (sous la dir. de I. Joseph), Université Lyon 2, 1991.

3 La dynamique d’après-guerre doit beaucoup aux logiques des acteurs privés. Certains de ceux-ci ont émergé pendant la guerre et l’Etat semble jusqu’alors essentiellement investi par leurs intérêts.

4 La densité de construction s’est accrue tout autour de Beyrouth, principalement sur le littoral souvent au mépris d’une réglementation de zones non constructibles. En périphérie, les localités qui se sont développées au nord apparaissent plus autonomes, alors que celles du sud entretiennent davantage de relations avec la ville.

5 Tabet J., « La ville imparfaite », dans N. Beyhum (dir.), Reconstruire Beyrouth, les paris sur le possible, Études sur le Monde Arabe n° 5, Maison de l’orient Méditerranéen, Lyon, 1991.

6 David J. G, Beyhum N., « Les espaces du public et du négoce à Alep et à Beyrouth », dans Espaces publics en ville, Les Annales de la recherche urbaine n° 57-58, Plan urbain, Paris, 1993, p. 191-205.

7 Bien que les projets de la société foncière Solidere pour la reconstruction du centre-ville comportent la création d’espaces publics, les réalisations actuelles, à l’échelle de la ville, résident essentiellement dans la construction d’infrastructures routières. Ce privilège effectif accordé à l’automobile doublé de la quasi-absence de trottoirs exclut les piétons de la ville.

8 Une catégorisation d’autrui s’opère sur la base des apparences perçues, plutôt que par connaissance biographique. Cette indétermination suppose une confiance de base dans un ensemble de conduites et d’actions réciproques qui régulent de façon normative les situations de côtoiement. Elle conduit à la formation de types, à partir desquels s’infèrent des comportements attendus ; voir Giddens A., Les conséquences de la modernité, L’Harmattan, Paris, et Quere L., « L’étrangeté mutuelle des passants » in Espaces publics en ville, Les annales de la recherche urbaine n° 57-58, Plan urbain, Paris, 1993.

9 Nous avons effectué notre enquête durant les mois de mai et juin 1998. Les résultats proviennent d’observations directes et d’entretiens semi-directifs avec une cinquantaine de personnes rencontrées sur place (en fonction des temporalités, des catégories d’activités et de déterminants sociaux repérables visuellement) et avec une trentaine de personnes choisies, certaines pour leur rapport personnel à la ville, d’autres du fait de leur présence en d’autres lieux publics de Beyrouth : jardins de Sioufi, de Sadnayeh, centre commercial de Verdun, cafés de Hamra, d’Achrafieh, de la place Sassine). Il ne nous était pas possible de produire une enquête statistique, cependant nous avons effectué des comptages de passants selon des critères d’apparences perçues (age, sexe, composition des groupes : mixité et nombre, activité, vêtements). Nous avons observé la distribution de ces variables composées entre elles ( par ex : femme seule faisant du sport) et croisées avec les tranches horaires significatives d’une journée et les variations hebdomadaires.

10 Simmel G., « La sociabilité » dans Sociologie et Epistémologie, PUF, Paris, 1981.

11 Davie M., Beyrouth et ses faubourgs (1840-1940), Les Cahiers du CERMOC n° 15, Beyrouth, 1996.

12 Metral J., « Ordres urbains en Méditerranée orientale » dans Prendre place : espace public et culture dramatique, Colloque de Cerisy, Ed. Recherches, Plan urbain, Paris, 1996.

13 M. Davie remarque qu’un quotidien de l’époque s’interrogeait sur les motifs de la Municipalité de Beyrouth, informant ses lecteurs que Napoléon avait entrepris cette construction pour atténuer les velléités guerrières.

14 al-Jisr B., « Les plages de Beyrouth : privatisation et communautarisation d’espaces publics ». dans N. Beyhum (dir.), Reconstruire Beyrouth, les paris sur le possible, op. cit.

15 Boudisseau G., « Un nouveau centre ancien », Beyrouth, Grand Beyrouth, Les Cahiers du CERMOC n° 16, Beyrouth, 1998.

16 Cet aménagement fera l’objet de contestations et d’un contre-projet prévoyant un pont afin de protéger des destructions le tissu des habitations construites sur les rochers.

17 Beyhum N., « Front de mer à Beyrouth » in Prendre place : espace public et culture dramatique, Colloque de Cerisy, Ed. Recherches, Plan urbain, Paris, 1996. Ce texte a motivé cette étude et enrichi notre réflexion.

18 Lynch K., L’image de la cité, Dunod, Paris, 1976.

19 L’expression : artah nafsyan (que l’on peut traduire par se relaxer psychiquement, se détendre) ressort fréquemment de notre enquête comme motif de venue.

20 Un vocabulaire sensoriel exprime une relation corporelle engagée dans cet espace qui le qualifie de façon distincte des autres lieux publics.

21 À Beyrouth, le terme le plus employé pour décrire l’activité exercée est machi, (aller marcher).

22 de Certeau M., L’invention du quotidien, tome 1, Les arts de faire, chapitre 7, Flammarion, Paris.

23 Galettes chaudes roulées et garnies de fromage ou de thym.

24 Fèves bouillies assaisonnées de cumin et de citron.

25 Pain creux parsemé de graines de sésame et, à la demande, fourré de fromage fondu ou de thym.

26 Goffman E., Les rites d’interaction. Ed. Minuit. Paris, 1974.

27 Vêtement féminin ample, généralement noir, couvrant l’ensemble du corps.

28 op. cit. note 24.

Table des illustrations

Légende Activités de commerce et de loisir sur la Corniche-Manara (plan : Christine Delpal, 1998).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre SCÈNES QUOTIDIENNES SUR LA CORNICHE. (© Christine Delpal, 1998)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4421/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4421/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4421/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4421/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4421/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4421/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 622k

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.