Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Troisième partie. Lieux publics

Borj-Hammoud, de l’espace communautaire à l’espace public : croissance d’un quartier commercial

Tristan Khayat

Testo integrale

1Nous avons choisi ici de privilégier une acception vaste de la notion de réconciliation comme horizon de notre recherche. Elle couvre à la fois la période en cours au Liban et le changement d’échelle des rapports sociaux qui peut en découler. Nous escomptons ainsi que l’abord du conflit libanais par les chemins détournés qu’autorise cette définition conduira à une complexification de sa perception, à un brouillage de ses limites temporelles et géographiques, bref qu’elle favorisera une appréhension de la guerre libanaise comme un phénomène socio-spatial global, pluriscalaire, dont les effets dépassent les limites chronologiques et spatiales qu’on lui attribue communément.

2C’est donc dans cette optique que nous nous sommes intéressés à la croissance commerciale de Borj-Hammoud, terrain marginal à plusieurs égards de la guerre du Liban et donc de la « réconciliation ». Pourtant, à travers Borj-Hammoud, ce que l’on interroge, ce sont les stratégies communautaires, dans la tension entre intégration urbaine et préservation de la cohésion du groupe ; ce sont aussi les pratiques spatiales de l’avant à l’après-guerre ; c’est enfin la recomposition des centralités dans la métropole (dont on ne saurait prendre le risque de limiter la logique à la période de guerre) et donc les processus de reconstruction, là aussi entendue au sens large de reconstitution d’une centralité urbaine d’échelle métropolitaine.

  • 1 J’emploie les mots « communauté arménienne » par simplification, en étant conscient de toutes les (...)

3Constatant dans l’espace commercial proprement dit (voir la carte) de Borj-Hammoud, c’est-à-dire la rue d’Arménie et les trois ou quatre grandes rues commerçantes qui y débouchent, toutes situées à l’ouest de la place de la Municipalité, la présence d’une clientèle originale comparée aux autres espaces commerciaux de Beyrouth, nous nous sommes interrogés sur les relations entre l’homogénéité communautaire des habitants et des commerçants de cette partie de l’espace de Borj-Hammoud et le rôle de marché à grande échelle qu’elle joue. L’originalité de la clientèle de Borj-Hammoud répond au relatif cloisonnement communautaire et social de la ville de Beyrouth. Elle se lit au croisement de ces deux critères. Les clients et surtout les clientes de Borj-Hammoud viennent de tous les quartiers, appartiennent à toutes les communautés et sont de niveau social varié. Il ne s’agit pas ici, et c’est bien ce modèle qui doit lui être mis en regard, d’un espace commercial a-territorialisé dont la clientèle ne se recrute que dans une élite sociale multiconfessionnelle, selon des pratiques proches de celle que l’on retrouve dans les centres commerciaux occidentaux. Si Borj-Hammoud n’est pas le seul espace commercial attirant une clientèle mixte, ni le seul lieu d’un côtoiement multicommunautaire, sa particularité se joue dans le fait que l’espace y est globalement informé par la communauté arménienne1, qui l’a construit, structuré, qui le contrôle par différents moyens aujourd’hui.

4C’est donc à travers le rôle de la communauté arménienne dans la production de l’espace de Borj-Hammoud, que sera analysée sa croissance commerciale, démarrant au début de la guerre. En parallèle, c’est à travers l’image et le rôle de la communauté arménienne dans la société libanaise, que l’on tentera de comprendre les pratiques commerciales dans cet espace. L’hypothèse fondatrice de cette étude attribue à la neutralité de la communauté dans certains enjeux socio-politiques libanais une partie des facteurs rendant compte de l’émergence de Borj-Hammoud comme centralité. L’étude situe sciemment son objet à l’articulation des notions d’espace communautaire et d’espace public en les percevant l’un et l’autre comme des horizons théoriques plutôt que des affirmations empiriques.

Le quartier de Borj Hammoud (plan : Tristan Khayat, 1999).

FORMATION DE L’ESPACE COMMUNAUTAIRE

5Par espace communautaire, nous entendons d’abord forme spatiale produite, occupée et contrôlée par une communauté ou des groupes liés par la même appartenance communautaire. Cette définition est volontairement restrictive, elle présente l’avantage de s’adapter au terrain exploré. Par ailleurs le lien entre production et occupation de l’espace semble important dans la compréhension des logiques à l’œuvre à Borj-Hammoud.

La construction de Borj-Hammoud

  • 2 Boudjikanian A., « Les Arméniens dans l’agglomération de Beyrouth », Mémoire de maîtrise de géogra (...)
  • 3 La note 3781, (Mandat Syrie-Liban, Petit Fond Politique, 1er versement, carton 2387) datée du 28/0 (...)

6Si les grandes lignes de l’arrivée et de l’installation des réfugiés arméniens sont connues, le détail des processus est lui encore largement obscur. Il manque un travail historique basé sur les témoignages des acteurs de l’époque. Différents travaux2 datent la construction des quartiers « urbains » de Borj-Hammoud, c’est-à-dire de quartiers dont la forme se différencie de celle des camps de réfugiés, de la deuxième moitié des années 1930. Néanmoins, les archives du Mandat, conservées à Nantes, nous engagent à avancer cette date de dix ans3. Le camp de Medawar brûle en 1933, les solutions proposées par la puissance mandataire, qui vont de la construction de quartiers comme Karm-ez-Zeitoun à l’attribution de « Maisons-Blanches » réparties sur le flanc de la colline d’Achrafieh en passant par l’établissement de colonies rurales dans la région de Tyr ne satisfont que partiellement les Arméniens. Ceux-ci, à l’exemple des marachiotes, se rassemblent en associations compatriotiques, se cotisent pour acheter des terres sur la rive est du fleuve de Beyrouth, au lieu-dit Borj-Hammoud, et organisent la planification et la construction de quartiers qui portent le nom des villes et villages de Cilicie dont ils sont originaires (Nor Marach, Nor Sis, Nor Adana...). L’achat de ces terres agricoles et leur changement d’affectation est rendu possible par un accord avec la puissance mandataire qui supervise le processus, prêtant argent et matériel et contrôlant le remboursement des prêts.

7Là encore, les modalités précises de la planification et du financement de l’opération sont à étudier. Elles sont probablement liées à la très forte structuration politique de la communauté autour, en particulier, du parti Tachnak nationaliste, dont les résultats électoraux par la suite montrent la puissante implantation à Borj-Hammoud. Elles sont aussi très dépendantes des aides et financements mis en place par la puissance mandataire et par la SDN, sous la très forte pression des associations arméniennes de la diaspora. Quoi qu’il en soit, ces quartiers proprement communautaires sont conçus de manière rationnelle, comme le montre le quadrillage régulier de voies hiérarchisées. Par ailleurs, la forme urbaine favorise indéniablement le contrôle communautaire, par l’étroitesse des rues, par la densité importante, mais aussi par la répartition de clubs et institutions communautaires de toutes sortes.

Stratégies locales et stratégies communautaires

  • 4 Source : enquête personnelle mars-juin 1998.

8Il semble que dès leur arrivée au Liban, les organisations arméniennes, politiques ou religieuses, aient développé des stratégies à plusieurs échelles. Elles mettent en jeu les éléments locaux (alliance avec le pouvoir pour le Tachnak), et les conflits autour de la situation politique de l’Arménie soviétique qui résonne localement dans la rivalité entre les partis politiques. Les événements de 1947 rendent compte de cette tension entre le local et le diasporique. La diaspora arménienne est alors appelée par Staline à venir participer à la construction de la patrie. L’écho de cet appel est favorable parmi les militants du parti Hantchak, allié de l’URSS, mais rencontre l’opposition farouche du Tachnak, adversaire résolu des Soviétiques. Le départ d’une partie des Arméniens du Liban vers l’Arménie est l’occasion d’une redistribution des biens immobiliers des partants, qui ont vendu, en particulier, à des membres de la communauté chiite4, et donc d’une diversification de la population de Borj-Hammoud. Le Tachnak a pu également y démontrer sa force de mobilisation en s’opposant par tous les moyens au départ des Arméniens, force de mobilisation renforcée sur la scène libanaise par le départ d’une partie de la base populaire de ses adversaires.

  • 5 « Habitations populaires », il s’agit d’un ensemble de près de 800 logements vendus à faible prix.

9La stratégie d’implantation locale est confirmée par l’établissement de Borj-Hammoud en municipalité en 1952, sur un territoire plus vaste que les seuls quartiers arméniens. La gestion de la municipalité est aussi emblématique de la charge communautaire de l’espace. Le partage des tâches est en effet subtil entre l’instance légale libanaise que représente la municipalité et le parti Tachnak. Celui-ci intègre l’échelle municipale dans ses stratégies. L’exemple de la construction des massaken chaabyieh5 dans les années 1960 est à cet égard révélateur. C’est bien la Municipalité qui se charge de financer cette opération de construction de 750 logements en bénéficiant des garanties que l’État libanais peut accorder aux structures officielles, mais c’est le parti qui, au début de 1970, pour prévenir les risques de squat organise l’occupation rapide de ces logements par les Arméniens qui vivaient dans les camps de Borj-Hammoud. L’opération municipale et son investissement par le parti sont donc indissociables, les deux instances sont complémentaires dans le processus.

  • 6 Boudjikanian A. (1970), op. cit. note 2.

10À Borj-Hammoud se sont développées assez vite les activités artisanales et la petite industrie6. En parallèle, la tradition arménienne dans des activités comme la production textile, la photographie ou la joaillerie ont assuré aux commerçants une place importante dans les souks du centre-ville de Beyrouth. Borj-Hammoud est le lieu de production artisanale et de petite industrie, dont les produits sont vendus au centre-ville.

Contrôle et encadrement

11L’urbanisation, la mise en place de la municipalité, les enjeux qui croisent les échelles communautaires et municipales signalent donc la prégnance de la communauté arménienne sur l’espace de Borj-Hammoud et nous autorisent à parler d’espace communautaire. Signalons rapidement ici que s’ajoutent à cela une série de signes, tels que les enseignes des boutiques, rarement écrites dans la seule langue arménienne mais très souvent aux couleurs du drapeau de la République d’Arménie de 1918-20, sous direction tachnak (bleu, orange et rouge), l’affichage intense, particulièrement au moments forts du calendrier communautaire (24 avril) ou politique (élection présidentielle en Arménie, élections municipales au Liban).

12Autres signes, la foison d’institutions communautaires – clubs, églises, écoles – indique la force de l’identité arménienne, mais aussi l’organisation du parti Tachnak, très décentralisée, découplée en multiples comités de quartiers, de fonctions, de classes d’âge.

UN ESPACE COMMERCIAL

13Dans ces puissantes structures communautaires s’est développé à Borj-Hammoud un espace commercial important, encore en croissance.

Les axes structurants

14Avant la percée de l’autostrade, au milieu des années 1960, la route de Tripoli, aujourd’hui rue d’Arménie, était l’axe de circulation principal à la sortie nord-est de Beyrouth, qui rassemblait, sur une partie de son tracé, la route et la ligne de tramway. L’espace résidentiel s’organisait autour de cet axe, qui constituait la principale voie de communication avec le reste de la ville. Des commerces liés au passage des automobiles s’y étaient développés, mais Borj-Hammoud faisait plutôt figure de zone artisanale, puis franchement industrielle dans sa partie nord, que de zone commerciale importante. On passait à Borj-Hammoud, on n’y allait pas, à moins de chercher des « denrées strictement communautaires », en particulier alimentaires.

15Le percement de l’autostrade et la construction du pont sur le fleuve, outre qu’elle coïncide avec la destruction des camps qui la bordaient, et dont les habitants seront relogés dans les massaken chaabyieh à l’autre extrémité de la commune, a un effet paradoxal sur le tissu urbain. Peu d’habitations en dur bordent alors le tracé de la route, qui contourne le centre organisé autour de l’ancienne route de Tripoli et de la place de la municipalité. Sur les terrains libérés se construisent des centres d’affaires dont certains ne seront terminés qu’après la guerre. C’est une sorte de friche urbaine en bande qui sépare alors l’espace proprement arménien et sa façade sur l’autoroute. Dès lors, entrer dans Borj-Hammoud est une démarche volontaire, l’espace arménien n’est plus un espace que l’on doit traverser pour sortir de Beyrouth. Si cela semble aller dans le sens d’une plus forte cohésion communautaire, c’est aussi un élément déterminant dans les formes urbaines et commerciales que l’on y rencontre aujourd’hui. Le percement de cet axe routier est un élément important de la mise en place de la centralité de Borj-Hammoud à l’échelle métropolitaine, mais cette mise à l’écart du centre par rapport aux axes structurants de la métropole pose aujourd’hui, à l’échelle locale et au vu de la croissance commerciale du quartier, des problèmes spécifiques d’engorgement.

16L’espace commercial, ou ce qui devait devenir l’espace commercial de Borj-Hammoud s’est donc trouvé à la fois plus accessible à grande échelle et mis à l’écart des grands axes métropolitains, et dès le début de la guerre, a été investi par des commerçants arméniens du centre-ville, en repli, qui ont formé l’ossature du tissu commercial d’aujourd’hui.

Repli identitaire et croissance commerciale

  • 7 Source : enquête personnelle mars-juin 1998.

17Par rapport à ce qui a été constaté dans d’autres quartiers de Beyrouth qui ont bénéficié du redéploiement commercial consécutif à la destruction des souks du centre-ville, en particulier la rue Getawi, la situation de Borj-Hammoud présente quelques originalités. D’abord, si on a pu constater ailleurs un temps de latence entre le moment où le centre-ville n’est plus praticable et la vague de repli et de redéploiement, à Borj-Hammoud le phénomène semble immédiat7. L’occupation de la rue Arax par exemple date du début de 1976. Ensuite, les commerçants arméniens qui installent leurs magasins à Borj-Hammoud ne viennent pas tous du centre-ville, certains étaient établis dans d’autres quartiers, de l’Est ou de l’Ouest. Ces deux éléments trouvent une explication dans la principale motivation exposée par les commerçants à ce repli, celle de la recherche de la sécurité. C’est dans la définition de cette perception de la sécurité que se trouve un des éléments majeurs de la croissance de Borj-Hammoud.

18L’insécurité que perçoivent les commerçants arméniens de Beyrouth dès le début de la guerre n’est pas conjoncturelle, elle n’est pas limitée aux quartiers touchés par ce début de conflit. C’est une insécurité globale, qui mêle une perception physique et un sentiment identitaire. Il est devenu alors non seulement dangereux de rester sous les bombes, mais également risqué de se maintenir à la merci de groupes armés qui mènent une guerre dont cherchent à se dégager les Arméniens. D’une certaine manière, c’est la société libanaise qui dégage cette insécurité. En parallèle, Borj-Hammoud offre aux commerçants une sécurité multiple, globale. La « neutralité positive » à l’égard du camp chrétien, qui tient lieu de doctrine officielle de la communauté dans la guerre, marginalise l’espace de Borj-Hammoud dans la géographie des combats. Si cela ne suffit pas, la milice armée du parti Tachnak assure une relative tranquillité. Mais surtout, la sécurité identitaire arménienne est maintenue à Borj-Hammoud, espace sanctuarisé des Arméniens, garanti contre tous, comme l’indiquent les affrontements réguliers entre les FL et le parti Tachnak. Dans cette guerre qui n’est pas la leur, certains arméniens évitent ainsi de voir se dissoudre la cohésion communautaire. Cet aspect sécurisé-sécuritaire de Borj-Hammoud se retrouve aujourd’hui avec la présence impressionnante de la police municipale, constituée en partie des anciens gardiens tachnaks. Chargée de patrouiller jour et nuit dans la ville, elle est devenue un des éléments du paysage urbain de Borj-Hammoud en même temps qu’elle maintient une ambiance de contrôle permanent sur l’espace.

19Le cas particulier des joailliers, devenus les symboles de la vocation commerciale de Borj-Hammoud illustre cette recherche de la sécurité et ses conséquences. Une partie du souk des bijoutiers du centre-ville s’est déplacée à Borj-Hammoud dès le début de la guerre, arguant là encore de la recherche de la sécurité, et a ainsi reconstitué d’une certaine manière une forme de commerce en rues spécialisées qui évoque le souk (75 bijouteries entre le pont de Borj-Hammoud et la place de la municipalité).

Questions sur l’état des lieux de l’après-guerre

20Aujourd’hui, Borj-Hammoud est un des pôles commerciaux de la métropole beyrouthine, largement orienté vers la bijouterie, l’habillement, le cuir et les denrées alimentaires orientales (commerce dû en particulier aux Arméniens d’Alep).

21Le nombre de commerces, la mutation en cours des parcelles ou des locaux vides, l’installation d’agences bancaires (Crédit Libanais), qui gèrent les capitaux des commerçants, l’édification d’un centre commercial à l’occidentale contenant un supermarché et 75 boutiques, le prix du parking et de nombreux indices révèlent le renforcement d’une importante centralité commerciale. Cet espace en croissance, d’une certaine manière produit par la guerre, a sans doute considérablement bénéficié de la fin des hostilités. La question qui se pose concerne son statut dans cet après-guerre. Que peuvent révéler les pratiques qui y trouvent lieu sur la mise en place à Beyrouth d’une échelle de l’espace public, c’est-à-dire de la réalisation en cours d’un processus de réconciliation ? On sait que le souk dans la ville arabe est générateur d’une forme d’espace public. Jusqu’où l’espace commercial de Borj-Hammoud peut-il être identifié à ce modèle ? Enfin, question centrale, comment se fait l’articulation entre la forte prégnance communautaire sur l’espace et les pratiques diversifiées de la clientèle, quels sont, peut-être, les liens entre la croissance commerciale – avec le mécanisme d’ouverture mesurée à la métropole qu’elle implique – et la cohésion communautaire intense et organisée de Borj-Hammoud ? Il nous semble que ces questions trouvent leur place dans le débat sur la réconciliation et l’après-guerre libanais, dans la mesure où les éléments de réponse que l’on peut y apporter lient forcément les dynamiques identitaires et territoriales et la mise en place d’une échelle du public dans la métropole.

FONCTIONS, PRATIQUES, TEMPORALITÉS

22La question concerne donc la dialectique entre la cohésion communautaire et ses manifestations, d’une part, et les pratiques commerciales diversifiées d’une clientèle.

Croisement des temporalités

23Le problème majeur que doit résoudre un(e) client(e) désirant faire ses courses à Borj-Hammoud est celui du parking, liée à celui de la circulation. Si aucune des rues du centre de Borj-Hammoud n’est formellement interdite à la circulation, la rue d’Arménie ne permet pas le parking, et l’engorgement général oblige à poser des stratégies de parcours automobile. La question est importante car elle intervient sur la métrique des pratiques de l’espace. Pour atteindre les rues commerçantes, il faut garer sa voiture dans les parkings qui bordent l’autostrade, qui sont particulièrement chers, ou dans la marge urbaine du nord-ouest, aux alentours du pont de l’autostrade.

24Seul le centre commercial Master Mall dispose d’un parking souterrain, et autorise une pratique interne. Les rues commerçantes ne se pratiquent pas, ou difficilement en voiture, en période d’affluence, particulièrement, les magasins ne peuvent être atteints qu’à pied. Signalons par ailleurs que la quasi-totalité des bijoutiers se trouve sur la rue d’Arménie où le parking est impossible.

25Cet aspect ne pose réellement problème qu’aux moments où une large clientèle investit ces rues. Les temporalités annuelles, hebdomadaires et quotidiennes des pratiques de cet espace sont fortement différenciées, comme nous l’ont montré des observations régulières, confirmées par les commerçants. Annuellement, l’approche de Noël et le début de l’été sont les deux moments forts du commerce. Un début d’explication peut être avancé à partir de l’état des réseaux et infrastructures, qui jusqu’à une date récente rendaient les rues peu fréquentables en période de pluie. Plus éclairantes sont les temporalités hebdomadaires, qui dans la même forme urbaine mettent en scène des phénomènes sociaux quasi-antagonistes : autour de midi en semaine, la rue Arax présente un visage très communautaire, accentué par la pratique de la langue arménienne. Des femmes arméniennes parcourent la rue, font leurs courses, observées par la police municipale présente à tous les carrefours, et les jeunes Arméniens qui circulent en scooter ou qui discutent sur les trottoirs et aux croisements. La langue arménienne est entendue partout.

26Les deux moments forts du commerce hebdomadaire sont le vendredi et le samedi. Le vendredi, la clientèle musulmane est dominante dans les rues, les femmes voilées sont nombreuses, accompagnées ou non de leurs familles, souvent en groupe. Venant des quartiers populaires de l’ouest de Beyrouth, elles bénéficient souvent de services de bus privés dans leurs quartiers d’origine, qui les amènent et viennent les chercher à la fin de la journée. De même, la densité de taxis-services s’accentue nettement autour de la rue d’Arménie. Le samedi, la clientèle est plus diversifiée sur le plan communautaire, chrétiens et musulmans se côtoient dans les rues.

27Pour ce qui est des temporalités quotidiennes, elles ne se différencient pas beaucoup de celles des autres quartiers commerciaux, l’offre urbaine de Borj-Hammoud ne favorise pas les promenades vespérales.

28Il y a donc, à Borj-Hammoud, une série de « moments publics », dont l’espace ne suffit pas à rendre compte. Ces « moments publics » ne sont d’ailleurs pas exclusifs dans les rues, et peuvent coïncider avec des moments d’intense activité communautaire. À ce sujet, le vendredi précédant les élections municipales de 1998 à Borj-Hammoud a été un exemple éclairant. Une estrade était dressée sur la place de la municipalité en prévision d’un meeting qui devait avoir lieu en fin d’après-midi et, surtout, la rue Arax avait été quadrillée d’affiches invitant les Arméniens à voter, et de haut-parleurs diffusant à toute force de la musique arménienne. Par ailleurs, les calendriers des « clubs », ces institutions centrales dans les pratiques communautaires arméniennes recoupent aussi les moments du commerce.

Formes d’espaces publics, formes de marquages communautaires

29Ces « moments publics » investissent de manière différenciée les formes urbaines de Borj-Hammoud. Trois lieux correspondent à Borj-Hammoud aux formes connues de l’espace public, la place de la municipalité, aménagée et équipée de bancs et d’arbres, le centre commercial Master Mall avec ses cafés intérieurs et les rues commerçantes extérieures. Ces trois espaces supportent des pratiques différentes, et leur quasi-contiguïté nous permet d’éclairer la lecture des parcours de la clientèle.

La place de la municipalité

30La seule forme spécifiquement conçue comme un espace public joue un rôle largement communautaire. Espace répulsif pour la clientèle qui ne vient pas de Borj-Hammoud, la place n’est fréquentée que par les vieux arméniens qui s’y retrouvent et les ouvriers qui travaillent sur les chantiers du quartier. Sa position, un peu décalée par rapport à l’espace commercial proprement dit, ne suffit probablement pas à en rendre compte. Les trottoirs qui la bordent du côté ouest sont eux très fréquentés, ils font partie du réseau serré des bijoutiers. Il semble bien que la production de cette place corresponde au processus de légitimation et de réification de Borj-Hammoud en tant qu’entité spatiale d’échelle municipale. Elle est le lieu des meetings municipaux, animée aux moments où les enjeux communautaires se jouent à cette échelle.

Le centre Master Mall

31Ce centre commercial qui s’est ouvert en 1996 entre la rue d’Arménie et l’autostrade offre deux cafés, 75 boutiques dont la librairie Antoine et la Maison du disque, un parking souterrain et un important supermarché. Mais son édification semble n’avoir pas rencontré de clientèle. Ses allées sont quasiment désertes, seuls quelques groupes de jeunes se retrouvent sur les escaliers. Dans le tissu un peu confus de Borj-Hammoud à cet endroit-là (le passage de la rue d’Arménie aux parkings qui bordent l’autostrade n’est pas aisé), il joue au moins le rôle de passage couvert. L’échec commercial de ce centre se lit d’abord dans le silence de ses allées et dans l’attitude strictement fonctionnelle de ses commerçants qui tranche avec l’ambiance conviviale des rues commerciales. Cette construction, qui correspond à l’ambition de prendre en compte la métropolisation de la centralité commercial de Borj-Hammoud présente la particularité de s’ouvrir surtout sur la façade de l’autostrade. La clientèle potentiellement attirée par les panneaux est celle qui y circule. De l’intérieur de Borj-Hammoud, peu de signes invitent à pénétrer dans le centre. Le calcul fait par le promoteur mettait sans doute l’accent sur la clientèle extérieure, captive de l’axe de circulation, comme pour le centre « Faubourg Saint-Jean » à Hazmieh. Mais la comparaison s’arrête là, la contradiction de cette offre avec les pratiques spatiales de la clientèle de Borj-Hammoud ne favorise pas son attractivité. D’ailleurs, les commerces présents dans le centre sont différents de ceux des rues, un ou deux bijoutiers, quelques magasins de vêtements, mais surtout beaucoup de magasins de cadeaux, presque absents des rues commerçantes.

Les rues commerçantes

32Les rues constituent donc le nœud du commerce de Borj-Hammoud et leur aspect pose plusieurs questions. Celle des limites d’abord. Où commence et où finit l’espace commercial ? On a vu que des limites temporelles peuvent être repérées, mais les limites spatiales sont plus floues et par là plus éclairantes. D’abord, l’espace hyper-fréquenté est, à l’exception de la rue d’Arménie orienté est-ouest, constitué des linéaires nord-sud. Les ruelles qui relient, par exemple, la rue Arax à la rue Marach à l’ouest n’en font pas partie. Elles contiennent de nombreux ateliers, les clubs arméniens, et les regards des habitants changent manifestement quand la clientèle les parcourt.

33De même, la spécialisation relative des rues, cuirs et bijoux pour la rue d’Arménie de part et d’autre de la place, vêtements et cuirs pour la rue Arax et denrées alimentaires pour la rue Marach implique une certaine compétence sociale de la clientèle, compétence plus nécessaire encore si l’on recherche, par exemple des tissus, vendus un peu à l’écart de cet espace commercial, dans des magasins peu mis en valeur (l’essentiel de leur chiffre d’affaires se fait avec la vente en gros). En d’autres endroits les limites sont plus strictes, et l’on passe en quelques mètres de l’espace commercial à un espace résidentiel et de petits commerces de proximité. L’impression générale est renforcée là encore par la forme très cloisonnée des quartiers dès qu’elle n’est plus investie par le commerce.

34La forme urbaine de ces rues rappelle un peu celle des souks. Concentration de petites boutiques de même activité, rues relativement étroites, peu de mise en valeur des vitrines (à nuancer en fonction des magasins concernés), convivialité générale des commerçants. Cette identification se retrouve par ailleurs dans les discours de certains clients, qui viennent à Borj-Hammoud spécifiquement pour retrouver cette ambiance. La présence de commerçants d’origine alépine, en particulier dans l’alimentaire, vient par ailleurs à l’appui de cette observation.

35Quelques éléments semblent pourtant contradictoires avec ce rapprochement, les rues commerçantes et particulièrement la rue Arax supportent un intense marquage communautaire, affiches, couleurs, drapeaux, noms des boutiques, langue, tous les signes urbains annoncent la présence en force et la domination de la communauté arménienne sur cet espace. De même, l’absence remarquable de lieux publics (fontaines, cafés, terrasses, bancs...) dans ces rues pose question.

La charge identitaire comme élément d’un système

36L’hypothèse de la neutralité relative de la communauté arménienne dans les enjeux identitaires libanais comme facteur de la croissance commerciale de Borj-Hammoud, dans la mesure où elle constituerait un élément de sécurité dans cette partie de Beyrouth, particulièrement pour les populations musulmanes, reste posée. À ce stade, si rien ne permet de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse, de nouveaux éléments permettent de la reformuler.

  • 8 Seurat M., « La ville orientale », Esprit n° 111, février 1986, p. 9-14 ; Lapidus I. M. « Muslim C (...)

37Tout d’abord, la neutralisation de l’espace du fait de son hyper-investissement par une communauté marginalisée ne semble pas suffisante. Ce qui est en jeu, c’est effectivement la prégnance communautaire, mais le rapport n’est pas linéaire entre marquage identitaire et consolidation de l’espace commercial, ils ne sont pas systématiquement liés l’un à l’autre. En revanche, dans le contexte d’idéologisation des identités libanaises, il semble que la perception identitaire arménienne n’ait pas beaucoup varié. Des solutions ont été apportées à la mise en danger identitaire dont nous nous sommes fait l’écho, et la limite entre le « nous » et « l’autre » n’a que peu été modifiée par la guerre. Pour les Arméniens et leurs clients, les choses sont claires, la négociation des identités ne se fait que dans des limites tacites mais bien comprises. En d’autres mots, les Arméniens seraient porteurs d’une idéologie communautaire plus proche de celle que l’on retrouve dans les villes arabes « classiques »8 et qui n’aurait pas subit la même exacerbation que pour les autres communautés du Liban, en particulier chrétiennes.

  • 9 Metral J., « Ordres urbains et cosmopolitismes en Méditerranée orientale » in I. Joseph (éd.), Pre (...)
  • 10 Ibid.

38Notons à l’appui de cette hypothèse le fait que le souk arabe tel que définit traditionnellement dans la recherche comme espace public de la ville orientale n’est jamais un espace neutre9, il est toujours très chargé de sens social, identitaire. Ce qui s’y négocie, c’est bien les relations entre des individus identifiés au sein d’un système relativement stable, dont les catégories sont connues des acteurs10. De même à Borj-Hammoud, poser la neutralité de l’espace comme explication ne suffit pas, dans la mesure où elle n’est pas perçue comme cela dans les discours des clients. Ce que l’on vient chercher à Borj-Hammoud, ce sont d’abord des marchandises diversifiées à des prix abordables, mais c’est aussi un type de commerce qui, appuyé sur le marquage communautaire, la forme urbaine, l’offre et les modalités des relations entre commerçants et clients évoquent un système ouvert de négociation des identités.

39Ce qui s’est reconstruit à Borj-Hammoud, durant la guerre, c’est un peu des souks traditionnels. Pas seulement parce que, comme ailleurs, les commerçants y étaient présents, mais aussi parce que les marchandises proposées et le mode de vente évoquent en partie les spécialisations communautaires traditionnelles, les spatialisations connues, et les modalités des relations avec la clientèle. Insistons sur le fait que ces différents éléments forment un tout indissociable, qu’en négliger un serait se condamner à ne pas comprendre les processus en cause. Ces aspects doivent peut-être être liés au statut particulier de la communauté arménienne dans la société et les institutions libanaises, dont découle son comportement durant la guerre. Mais plus globalement, c’est bien l’articulation entre le niveau communautaire, ses implications culturelles, sa position dans le système d’échange et la mise en place de la centralité commerciale qui fait la particularité de Borj-Hammoud. L’originalité strictement commerciale de Borj-Hammoud, qui se lit dans les marchandises vendues et dans les prix pratiqués n’est pas seulement le fait d’une rationalité économique, mais est dépendante en permanence des réseaux d’approvisionnement communautaires (en particulier des liens avec les communautés arméniennes de Syrie), comme de la position particulière de la communauté arménienne de Borj-Hammoud dans le système socio-spatial beyrouthin. À l’inverse, l’intensité du marquage communautaire, qui s’exprime à travers l’affichage et les couleurs, mais aussi dans le passage régulier à la langue arménienne au cours d’échanges entre commerçants ou avec des clients arméniens, est certainement liée à l’ouverture commerciale. Ce qui semble bien faire sens à Borj-Hammoud, ce n’est ni la seule échelle communautaire et la centralité qu’y représente la commune, ni la seule échelle métropolitaine, mais bien le croisement, l’articulation des deux et les modalités de passage de l’une à l’autre.

40Il nous faut ici revenir aux définitions de l’espace public et aux soupçons que l’on porte sur son efficacité en termes de « renouement du lien social », car c’est bien de cela qu’il s’agit dans cette période de reconstruction-réconciliation.

41Entre la notion d’espace public et celle d’espace communautaire, s’établit traditionnellement une certaine tension. L’une, semble-t-il, évoque la nécessité de productions d’espaces urbains susceptibles de servir de support à la réconciliation – à travers la mise en pratique de la mixité sociale -, l’autre, entre les échos orientalistes et les discours de guerre, rend compte des divisions de la ville arabe qui, à Beyrouth, ont trouvé lieu à s’illustrer tragiquement. L’espace public serait l’espace de la réconciliation, au moins de la co-présence rendue possible par la paix civile et souhaitable par la mise en marche de la reconstruction. L’espace communautaire apparaît comme celui du repli, de l’homogène, des acquis de la guerre.

42Pourtant, nos observations sur la mise en place et le fonctionnement de la centralité commerciale de Borj-Hammoud nous mènent à élargir cette problématique. Tout d’abord, nous y trouvons confirmation de ce que nous savions déjà, à savoir que la guerre du Liban ne se réduit pas à une brouille des communautés mais se source dans une idéologisation des rapports communautaires. La communauté arménienne, dans l’ensemble, a veillé à ne pas participer à ce processus, l’idéologisation est centrale dans son identité, mais ne se joue pas à l’échelle libanaise (preuve en est de la non-reconnaissance par le Liban du génocide turc, comme de la poursuite des liens commerciaux avec l’Azerbaïdjan).

43Les recherches sur les souks comme sur les espaces publics ne nous affirment jamais que ces espaces sont libres de charges identitaires, bien au contraire, ils en sont pleins, mais les modalités de leurs affirmations changent. Leur publicité se joue précisément sur ces modalités. Borj-Hammoud n’est pas un souk en ce sens, la communauté arménienne y est presque seule à vendre, mais ses éléments rappellent quelque peu ces modalités d’affirmation identitaire, en particulier dans le système très gradué, très confus d’entrelacement du public et du communautaire, qui nécessite une compétence fine et tacite de la part des clients comme des commerçants.

44Borj-Hammoud serait ainsi un des derniers espaces représentatifs d’un système social d’échange qui aurait succombé avec la guerre presque partout ailleurs au Liban ? Certainement, au moins en partie, mais sa réification en tant qu’entité spatiale, marquée par l’établissement de la municipalité et par sa position dans le système récent de circulation à la sortie de Beyrouth, lui donne aussi une autre dimension.

45Quelle est alors la place de Borj-Hammoud dans la dynamique de renouement du lien social ? Nos observations tiennent compte de la difficulté de poser le niveau « public » en opposition aux processus communautaires dans une société où ces derniers sont prégnants à tous les niveaux de la vie sociale. L’espace public est un espace limite, à l’intersection des multiples échelles d’appartenance, où se joue une répartition des rôles sociaux et des modalités particulières du lien social. À Borj-Hammoud, l’intersection du communautaire (espace, appartenances, niveau de liens et de réseaux) et du public, invite à s’interroger sur la complexité des situations héritées de la guerre, où la rupture franche est rarement discernable, et mais se mêle de continuités parfois paradoxales sur de longues périodes. Le désir d’identifier, dans la réalité contemporaine de Beyrouth, des traces de réconciliation force l’observateur à prendre en compte les équilibres à long terme en même temps que les événements récents, et à définir des catégories ouvertes d’appréhension du réel. L’espace public, alors, n’est jamais public, mais toujours en équilibre dans un système mouvant où le communautaire se mêle, et où les modes d’expressions prennent plus de sens que le contenu des échanges.

Note

1 J’emploie les mots « communauté arménienne » par simplification, en étant conscient de toutes les réserves que cette unification plus ou moins artificielle peut entraîner.

2 Boudjikanian A., « Les Arméniens dans l’agglomération de Beyrouth », Mémoire de maîtrise de géographie, université Saint-Joseph, Beyrouth, 1970 ; Bourgey A., Phares J., « Les bidonvilles de l’agglomération de Beyrouth », Revue de Géographie de Lyon n° 2, 1973, p. 107-139.

3 La note 3781, (Mandat Syrie-Liban, Petit Fond Politique, 1er versement, carton 2387) datée du 28/05/1930, rédigée par le Secrétaire Général, ministre plénipotentiaire Terreau, fait état de la construction du quartier de Marach (celui que nous étudions) commencée en 1927.

4 Source : enquête personnelle mars-juin 1998.

5 « Habitations populaires », il s’agit d’un ensemble de près de 800 logements vendus à faible prix.

6 Boudjikanian A. (1970), op. cit. note 2.

7 Source : enquête personnelle mars-juin 1998.

8 Seurat M., « La ville orientale », Esprit n° 111, février 1986, p. 9-14 ; Lapidus I. M. « Muslim Cities and Islamic Societies », in Lapidus I. (éd.), Middle Eastern Cities, UOCP, Berkeley, 1969, 206 p.

9 Metral J., « Ordres urbains et cosmopolitismes en Méditerranée orientale » in I. Joseph (éd.), Prendre Place, Editions Recherche-Plan Urbain, 1994, p. 261-271.

10 Ibid.

Indice delle illustrazioni

Legenda Le quartier de Borj Hammoud (plan : Tristan Khayat, 1999).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4420/img-1.jpg
File image/jpeg, 834k

© Presses de l’Ifpo, 1999

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).