Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Troisième partie. Lieux publics

Un air de Concorde au Centre Verdun Espaces contrôlés, espaces partagés

Marie-Claude Souaid

Texte intégral

1La réflexion sur le lien entre la reconstruction de la ville et la réconciliation de la société procède, ici, de l’observation de la production de lieux publics. Les recompositions des espaces commerciaux à la sortie de la guerre et les redéfinitions culturelles qui leur sont concomitantes (commerce, loisirs, partage du temps libre, partage d’un nouvel espace moderne) s’accompagnent d’une redéfinition des rapports sociaux. L’édification de ces espaces commerciaux ayant contribué à redynamiser certaines pratiques sociales dans les quartiers où ils sont implantées, nous pouvons observer les mécanismes d’adaptation aux nouveaux espaces construits et l’évolution du lien des acteurs avec la cité réunifiée.

2Les galeries marchandes de la rue Verdun ont été construites ou reconstruites entre 1992 et 1995 dans la partie ouest de la capitale ; le choix de leur emplacement est la conséquence des recompositions spatiales de la guerre et du redéveloppement de cette rue, antérieurement résidentielle, en espace de commerce. Ces galeries sont conçues, représentées, vécues et perçues comme les espaces d’une modernité nouvelle dans la ville.

3La description des reformulations sociales et spatiales constitue l’un des objectifs de ce travail. Elle permet de donner un aperçu de l’expression de la modernité dans Beyrouth en reconstruction. L’autre objectif est d’étudier le rôle joué par cette modernité revendiquée dans la constitution de ces galeries en espaces publics.

4Après la guerre, le pari sous-jacent à la construction de nombreux espaces de commerces et de loisirs modernes s’inscrit dans une stratégie régionale : l’attraction des touristes des pays du Golfe et la préparation de la ville à les recevoir de nouveau.

5Sur le plan local, l’après-guerre marque un changement dans les pratiques consumatoires, changement à la faveur de l’élargissement du budget réservé aux activités de l’extérieur et aux objets visibles en public comme les vêtements ou les gadgets. Le look est devenu très important pour les emplois de services. Les femmes comme les hommes sont tenus de mieux s’habiller et de diversifier leurs vêtements. La conformité à la mode occidentale est de rigueur dans ces milieux. Les traditions et la cadence des sorties ont changé. Les milieux d’affaires invitent au restaurant plus souvent qu’à la maison, les jeunes de toutes les catégories sociales considèrent la sortie et la consommation comme un besoin vital et les familles, qui peuvent se le permettre à des rythmes variables organisent leur temps libre autour de ces activités payantes. L’après-guerre a crée une frénésie de loisirs et de consommation et, en attendant les touristes du Golfe, les espaces de loisirs et de commerce fonctionnent en grande partie sur la clientèle locale. La créativité dans la diversification des activités et des images des espaces de consommation est devenue une constante dans la stratégie de leur valorisation.

  • 1 La description des attitudes, normes de présentation de soi et sociabilités de la reconnaissance a (...)

6Dans ces galeries, le mélange des populations est perçu comme une conjoncture fragile (daqîq – fragile, à manier avec précaution – est le qualificatif récurrent des discours). Néanmoins, la diversité des groupes et la mixité sociale sont souvent avancées comme raisons de la fréquentation et du succès commercial des galeries ; il convient de préciser quels sont les modes de coexistence autorisés dans ces espaces1.

LES GALERIES COMMERCIALES ET LEURS PUBLICS

7Huit ans après la fin de la guerre à Beyrouth, rien dans les galeries de la rue Verdun ne laisse transparaître une quelconque réticence de la part des usagers à partager les moments et les lieux du temps libre. Vêtus à la dernière mode, ils se mélangent dans le brouhaha des couloirs couverts. Les expressions de reconnaissance mutuelle sont de mise. Pour les adultes, il est du meilleur ton de présenter une mine bienveillante, de s’exposer au regard de l’autre. Et si l’attitude des jeunes qui se déplacent en groupes en affichant un air réservé et faussement rébarbatif se distingue de celle des aînés, adultes et adolescents semblent prêt au face-à-face avec leurs semblables.

Mise en scène et mode d’affichage de soi

8Les pratiques ludiques et commerciales provoquent un contact permanent, où le corps est souvent sollicité. Devant les guichets des cinémas, malgré les cordons bleus ou rouges qui dessinent des couloirs, pas de files d’attente patientes et organisées. On se presse, on se touche, on s’agglutine, on négocie son tour par le regard, le sourire, la parole ou la bousculade. On peut y être perçu comme civilisé, ou au contraire comme impoli, peu importe, on manœuvre quitte à se faire remettre à sa place.

9Plus que le corps-à-corps, le regard caractérise ces espaces au point qu’ils en deviennent de véritables spectacles. Dans les boutiques le droit de regarder – voire de toucher et de commenter jusqu’à l’allure des autres clientes – s’obtient par l’accueil des vendeuses recrutées sur leur belle mise : « notre magasin est le vôtre ». Cette règle de l’accueil chaleureux et de l’amabilité doit porter bonheur au commerce. Au restaurant ou au café, l’arrivée du client attire tous les regards. Les serveurs, qui en ont vu d’autres, suspendent néanmoins leurs gestes une fraction de seconde.

10Conscient d’être le point de mire, le client a préparé son entrée : tenue vestimentaire conventionnelle, port de tête droit, œil aux aguets. Sourires francs, saluts bruyants, annoncent une popularité confirmée. Coups d’œil accrocheurs, rictus vagues rythment une quête d’acceptation. Ces conduites ne reflètent pas vraiment une situation de fragilité. Les jeunes – en majorité des universitaires ou lycéens – qui ne perçoivent pas la mixité comme une situation fragile, en sont incommodés. Eux se définissent comme « individualistes » jaloux de leur anonymat commun et se plaignent de la transformation d’activités urbaines en sociabilités mondaines.

  • 2 Cf. Senett, The Conscience of the Eye: the Design and Social Life of Cities, Faber and Faber, Lond (...)

11Cependant, ces mondanités appréciées de la majorité des adultes ont un autre sens que celui du « provincialisme d’une bourgeoisie tapageuse », comme le suggère un de nos interviewés. C’est plutôt la conscience de la nécessité de ces rapports qui les porte à l’attitude conciliante que les « sages » manifestent dans la reconnaissance publique de leurs pairs. Reconnaissance qui a pour fonction de réaliser les échanges dans la transparence des liens sociaux et de justifier le partage commun des espaces2.

12Dans ces lieux, le personnage public ne semble exister que par le truchement de son dédoublement. La présence en compagnie d’amis ou de membres de la famille paraît être la norme. Il est rare de trouver des personnes seules, au café ou au cinéma, même les après-midi. Ce sont les jeunes de 18-25 ans que l’on risque de rencontrer en solo, au cinéma par exemple. Pour les autres, il est d’usage de montrer une présence collective. Là où l’on vient « pour voir et être vu » (pour reprendre l’expression de la majorité des propriétaires de boutique de prêt-à-porter témoins des va-et-vient), le regard de l’autre donne à la présence des individus non accompagnés le poids et la mesure qui lui manquent. Ces personnes non accompagnées, en grande partie des usagers venus en voisins, s’activent de leur côté, soit pour attirer l’attention de personnes de leur connaissance, soit pour signaler leur présence par leur attitude. En effet, en public, l’homme non accompagné est perçu comme suspect et la femme comme dangereuse. Accepter de se faire dévisager, ne serait-ce qu’une fraction de seconde permet de lever le doute sur les mauvaises intentions supposées du solitaire et de lui faire une place dans l’espace partagé. Pour ce faire, il faut jouer le jeu du face-à-face, de l’exposition du corps. Si les femmes seules sont tenues de se détourner, elles continueront à exposer une portion d’elles-mêmes (on tourne rarement le dos à quelqu’un sans s’excuser, même dans un café). La norme est de regarder et de se laisser regarder, de surveiller et d’être surveillé.

13À l’inverse, une présence groupée ne nécessite pas la surveillance du moment qu’elle est à la fois sécurisante et dissuasive. Elle protège d’un face-à-face trop insistant avec l’inconnu. Les groupes dessinent par leur présence des circonscriptions et occupent dans l’espace des places définies. Pour les commerçants, les groupes symbolisent des potentialités de circulation de la marchandise plus importantes que celle des individus.

14Quelle que soit la nature de la présence, elle n’est tolérée que dans la mesure où elle correspond à une activité de consommation. La promenade dans les galeries est en soi acte de consommation, pourvu que l’envie s’en manifeste. S’y promener sans objet de désir est l’exclusivité des vigiles plus ou moins discrets. Eux seuls ont l’apanage de la présence sans contrepartie, du regard sans échange.

Perceptions des identités des personnes, modes de la coexistence

15Les enquêtes révèlent que l’espace, bien que tacitement partagé, reste inscrit dans un territoire communautaire de la ville. Les mécanismes de l’imaginaire interviennent pour mettre en scène les différences, qui protègent de l’inconnu, et autoriser le contrôle symbolique de l’espace. Le code de l’hospitalité sert, lui, de cadre aux normes d’accès au territoire mais manifeste en même temps la différence des droits et des usages de l’espace entre l’hôte et le convive.

16Face à un(e) inconnu(e), les usagers cherchent à déterminer son identité confessionnelle. Le milieu social auquel il ou elle pourrait appartenir a moins d’importance. L’uniformité des tenues vestimentaires et des conduites devient, à la limite, provocation. Le vrai questionnement, interdit d’expression franche, reste celui de la confession religieuse ; la règle est donc de repérer sur la personne ciblée des signes supposés instructifs.

17Dans cette tentative pour deviner l’autre, l’imagination et les fantasmes ont libre cours. Du fait de l’ouverture des lieux à la mixité inter-confessionnelle, ce travail de l’imaginaire a surtout pour fonction de s’affranchir d’un interdit : celui de situer dans sa carte mentale des territoires la présence anonyme des usagers. Parallèlement, les fantasmes sexuels provoqués par la vue du sexe opposé sont relevés par le piquant d’autres interdits : l’observé(e) est d’autant plus voilé(e) au désir qu’il ou elle risquent d’appartenir à une autre religion.

18Pour les usagers de l’Ouest, partie de la ville où est située la rue Verdun, ce jeu consiste à reconnaître ceux qui viennent des quartiers Est. Le public, certes limité, peut vérifier ses hypothèses auprès d’une connaissance croisée dans la galerie. Les façons de parler sont également révélatrices et l’oreille tout comme la vue est aux aguets. La reconnaissance de l’autre permet de s’en distinguer, en lui imputant une origine différente.

19La reconnaissance est un véritable enjeu car si la finalité de la fréquentation de ces lieux autorise un usage similaire à tous, la perception du droit au contrôle territorial revient à une privatisation fictive de l’espace public par ceux qui bénéficient de l’avantage de la proximité.

20Pour les usagers de l’Est, « étrangers » dans cet espace de la ville, se met en place un système de comparaison avec leur territoire d’origine qui informe leurs représentations des lieux, mais aussi de leurs droits ou de leurs désirs de pratiquer cet espace.

21Cependant, la distinction est nécessaire entre les adultes qui connaissent la ville d’avant-guerre et les jeunes nés durant la guerre, ainsi qu’entre les clients et les employés des galeries. Au tout début des années 1990, les préjugés comme les craintes étaient encore tenaces. C’est la configuration moderne de ces lieux qui a attiré dans un premier temps les jeunes clients de l’Est. Elle reflétait une image d’espaces de commerce et de loisirs qu’ils connaissaient soit par leurs lectures ou la télévision soit parce que cette image était conforme à ce qu’il y avait chez eux. Leur appréhension de l’identité de ces espaces était construite autour des activités qu’ils autorisaient. La qualité des salles de cinéma, celle des films projetés, le service des restaurants et les marques de vêtements ont joué un rôle déterminant. Le droit d’y accéder comme client était la seule motivation de leurs déplacements. Ils se rendaient de chez eux, au Dunes, au Concorde, au Verdun plaza, ou au 730. Ce qu’il y avait sur la route entre temps ne les concernait pas.

22Pour ces jeunes usagers, nés durant la guerre, qui se représentaient « l’autre côté » de la ville d’autant plus hostile qu’il était inconnu, le fait d’y trouver un miroir de leurs désirs de loisirs et de consommation, a toutefois constitué un facteur de modération de leurs préjugés ; l’Ouest où sont implantées ces galeries redevenait partiellement fréquentable.

  • 3 Freitas R., Centres commerciaux îles urbaines de la post-modernité. Nouvelles éditions anthropolog (...)

23Cependant, la diversification des zones d’implantation des galeries, notamment à proximité des quartiers d’habitation de cette jeune clientèle de l’Est a rendu difficile leur fidélisation. Actuellement, les espaces de loisirs des galeries de Verdun sont de plus en plus fréquentés comme des espaces de quartier ou des pôles d’attraction de proximité. Leur attractivité n’est plus fonction de leur nouveauté : « la dernière nouvelle...s’est saturé[e] dans le quotidien de la ville »3 : les circuits de cinéma ont des salles dans toute la ville qui projettent les mêmes films aux mêmes moments, les cafés, les restaurants et les magasins de vêtements diversifient leurs emplacements.

24Pour ces jeunes étudiants ou écoliers, l’habitude de fréquenter Verdun et par conséquent l’Ouest ne sera acquise que dans la mesure où ils auront pu se créer des réseaux de relations dans les écoles ou les universités ou encore par l’intermédiaire des relations sociales de leurs parents. Cependant ces jeunes sortent souvent en groupes et ne recherchent aucune reconnaissance publique en dehors de celle d’exercer leurs droits de consommateurs.

  • 4 Ceux des galeries de l’Est sont chrétiens. Le gardiennage, devenu pratique courante dans les espac (...)

25En revanche, pour les jeunes employés de l’Est (18-25 ans) qui représentent environ 45 % des salariés de ces galeries, la perception du droit à une participation à la vie de la ville réunifiée s’est construite dans les rapports de travail. Après des résistances dans les premiers temps à se rendre dans cette partie de la ville, résistance opposée surtout par les hommes, ces jeunes issus des milieux populaires ont réappris Beyrouth ouest à travers les offres d’emploi et les stratégies de recrutement des administrateurs qui suivent, dans la mesure du possible, la règle de la diversification de leurs employés en matière d’appartenance religieuse. Cette règle n’est pas nouvelle, il suffit seulement de revenir aux nombreux « adages » et « conseils » des anciens commerçants ou patrons et investisseurs dans tous les secteurs pour y lire une pratique perçue comme une nécessité et comme un facteur de dynamisation de la productivité. Seuls les vigiles sont toujours recrutés dans la confession considérée majoritaire dans la portion de la ville où sont implantés les espaces marchands (ici les musulmans)4.

  • 5 En fin de compte, c’est le professionnalisme et la stabilité de l’emploi (les jeunes employés prés (...)

26Le recrutement actuel des jeunes employés originaires de l’Est prisés par les chefs du personnel (musulmans) s’explique par deux facteurs. Le premier participe de la stratégie de diversification du personnel couplée avec l’idée que les gens de l’Est sont dotés d’une tradition de savoir-faire dans la restauration et autres activités de services. Ces employés sont considérés, a priori, comme maîtrisant les langues étrangères – langues vernaculaires dans ces lieux de la modernité. Le deuxième facteur est que le recrutement de salariés dans diverses confessions représente une liberté pour les patrons qui leur permet de passer outre aux sollicitations familiales ou au clientélisme politique5.

  • 6 Les enquêtes montrent une baisse sensible de l’affiliation aux syndicats au profit des négociation (...)

27Les jeunes employés entretiennent des rapports de solidarité qui s’expriment notamment dans les loisirs et la consommation6. Le fait de travailler dans ces lieux créé chez eux le désir de les consommer. Cette clientèle « parallèle » possède dans toute la ville ses filières d’accès basées sur la conscience d’appartenir à un même milieu. Dans ce milieu, l’entraide se traduit par des réductions de prix, des facilités d’entrées, des tuyaux pour des voyages organisés.

28Pour les usagers plus âgés, la comparaison avec leur quartier de résidence s’appuie sur deux aspects complémentaires bien que contradictoires : le premier apparaît comme la continuité d’une perception des zones est/ouest issue des territoires confessionnels de la guerre ; le deuxième tient aux lois du marché et des opportunités foncières et financières de développement rapide des espaces de commerce et de loisirs modernes. Aussi, les investisseurs chrétiens et musulmans, de même que les corps de métiers, n’ont aucun problème à s’associer. Mais l’existence de ces espaces commerciaux confère prestige et image de dynamisme aux territoires où ils sont implantés. Sans compter que la plupart de ces associations garantissent la majorité des parts à l’investisseur originaire de ces territoires.

La « modernité » conçue comme une stratégie de l’espace public

29Dans le travail de décloisonnement des espaces, l’image de modernité recherchée par les galeries joue un rôle de premier plan.

30Ce qui confère à une galerie son air de modernité ne réside pas seulement dans l’architecture et l’agencement des espaces, c’est essentiellement le type de marchandises qui s’y trouve. La nouveauté du système de la franchise modifie le rapport à l’objet, de plus en plus identifié par sa provenance ; il devient label. Actuellement, les franchises transforment les intermédiaires en partenaires du label ; ils ont désormais la responsabilité de la circulation de la production de manière supposée conforme à ses modalités internationales qui en déterminent le cadre scénique. Les franchises qui devraient donc susciter des espaces internationaux, sans frontières et ouverts par définition à toutes les mixités se heurtent ici à la territorialisation des groupes et à la distinction sociale. Les valeurs de la société où l’individu est reconnaissable par son appartenance à un groupe et à des cercles de sociabilités mondaines biaisent une forme de reconnaissance individuelle uniquement basée sur l’apparence (le look) que l’objet en franchise cherche à imposer.

  • 7 Les commerçants relatent la déception de leur clientèle des pays du Golfe qui reprochent à ces esp (...)

31Dans le cas qui nous concerne, les franchises sont situées dans des galeries marchandes de petite taille, en comparaison avec les galeries des capitales européennes ou même arabes7. Leur capacité à toucher la clientèle de masse à laquelle elles sont destinées est limitée à la catégorie sociale en mesure d’accéder à ces galeries et d’y consommer les produits.

32Et si les jeunes ont plein accès à la consommation des produits des franchises, en revanche il leur est interdit d’en vivre le rêve présumé. En dépit des images diffusées par les écrans et auxquelles ils sont plus sensibles que les adultes, images qui leur transmettent des clichés de désirs assouvis de liberté de choix et d’expression, les jeunes apprennent à accommoder leurs envies aux codes de la société. C’est donc sur le public par excellence des franchises que vont s’exercer les interdits dictés par les valeurs traditionnelles de la société. Les modalités de surveillance et de sanction des pratiques considérées comme déviantes – qui sont le plus souvent le fait de jeunes gens – traduisent la prégnance de valeurs uniformément partagées, elles-mêmes garantes du statut public de ce lieu. La surveillance des attitudes des jeunes ou leur répression s’opèrent selon des codes conformes aux valeurs familiales, qiyam. Ce système de régulation est d’autant plus nécessaire que ces lieux publics autorisent l’oubli des interdits par l’accès qu’ils permettent à l’alcool, au mélange des sexes, à la musique et au cinéma. Cependant, dans ce terme de qîma, on peut lire aussi la valeur marchande. Aussi, se conformer aux qiyam aurait pour la circulation des biens la fonction de réajuster l’idéal international de ces espaces aux besoins de la clientèle locale. Celle-ci recherche dans l’association d’une mise en scène moderne et des objets avec la traditionnalité des mécanismes de contrôle familial, les assurances d’une mixité sans risques de l’espace de commerce et de loisir moderne.

33Dans le but d’illustrer le rapport entre la modernité internationale de l’espace et la demande locale, c’est le Concorde square qui a été choisi. Conçu comme un espace de loisir familial, il présente des exemples concrets de son contrôle social.

34Enfin, l’historique des conditions de sa construction et celles de sa constitution en espace public éclairent les représentations des usagers et leurs perceptions de la ville du Beyrouth de l’après-guerre. Les transformations qu’il a alors subies manifestent les recompositions des espaces d’échanges.

L’EXEMPLE DU CONCORDE SQUARE

Du centre Verdun au Concorde Square

  • 8 Boudisseau G., « Hamra, un nouveau centre ancien », in Beyrouth, Grand Beyrouth, Cahier du Cermoc (...)

35L’histoire du centre Verdun débute en 1972. Un ingénieur-entrepreneur chrétien construit un centre de bureaux et d’appartements meublés avec un espace de commerce destiné aux boutiques de vêtements de luxe et un cinéma, le Concorde. Cet immeuble est situé dans une aire commerciale pionnière en matière de modernité8. Son emplacement apporte un « plus » à l’architecture du bâtiment calquée sur celle du Rockefeller Center de New-York.

  • 9 Société Jamil el-Khazen et fils.

36La guerre qui éclate en 1975 enferme le centre Verdun et ses occupants dans la zone ouest de la capitale contrôlée par les forces dites islamo-progressistes. L’anarchie et la violence successives affectent, dans un premier temps, ses propriétaires: l’enlèvement de l’ingénieur, son assassinat et le rançonnement des membres de sa famille poussent ces derniers à abandonner Beyrouth-ouest et à confier la charge de l’immeuble à une société de gestion9. Celle-ci, située à l’est de Beyrouth, désigne l’un de ses agents de la région ouest pour gérer la collecte des loyers, l’entretien de l’immeuble et le cinéma.

  • 10 Le centre Verdun est une S.A.R.L.

37De 1975 à 1990, le Centre Verdun se détériore au fil des événements. Il est squatté par différentes milices, par des déplacés et par les forces arabes « de dissuasion » ou israéliennes qui se relaient dans la ville. Il s’en suit une situation de coexistence, négociée au coup par coup, entre les locataires des bureaux et ceux des boutiques de vêtements de luxe avec les nouveaux occupants des appartements meublés et les forces en présence sur le terrain. Durant dix ans, le cinéma, se transforme en tribune publique des partis politiques de la gauche. Depuis l’est, la société de gestion adopte une attitude de laisser-faire face à une situation pratiquement incontrôlable. Son rôle sera principalement limité à la collecte des loyers et au faire-valoir juridique de la propriété.10

38À partir de 1984, Beyrouth-ouest connaît, du fait des conflits qui éclatent entre les forces armées qui se disputent la suprématie de cette partie de la ville, un exode des populations chrétiennes de cette zone. Les propriétaires du Centre Verdun décident de sa vente. Son sort se joue à l’extérieur du pays. La personne en charge de la transaction, un architecte chrétien membre de la société de gestion entreprend d’activer les réseaux de la société en Europe. Un homme d’affaires, musulman libanais installé à Londres, investit dans l’achat du bâtiment, mais sa gestion et sa configuration demeurent inchangées jusqu’à la fin de la guerre.

39Une fois la guerre finie, un passionné de cinéma, connu sous le nom d’Abou Tarek, loue le Concorde et entreprend sa réouverture. Son entreprise n’est pas rentable faute de moyens nécessaires à la réfection de la salle.

  • 11 Soit une surface exploitable de douze mille mètres carrés, situés dans l’un des espaces commerciau (...)
  • 12 Deux familles majoritaires, composées de cinq frères d’Afrique et de deux frères de la famille des (...)

40Aux débuts des années 1990, la rue Verdun accomplit sa transformation en rue commerçante. Les investissements fonciers entrepris depuis 1986 se prolongent en investissements immobiliers dans des galeries marchandes, des appartements meublés, des habitations de luxe, des sièges centraux de banques et des bureaux destinés aux sociétés d’affaires. L’armée syrienne se retire du centre Verdun en 1992. Les meublés squattés sont à nouveau accessibles au contrôle effectif de la société de gestion et le cinéma devient plus accueillant. En collaboration avec la société qui le gère depuis 1976, le nouveau propriétaire trouve des associés pour le réaménagement et l’exploitation des espaces libérés: le rez-de-jardin, le rez-de-chaussée, le deuxième rez-de-jardin, un entresol et quatre étages sur dix de l’immeuble11. Pour la deuxième fois le sort du bâtiment se joue à l’étranger en attirant des capitaux de la diaspora. La négociation débouche sur l’association de deux familles d’émigrés avec une famille de banquiers dans un projet de construction et de conception d’un centre de loisirs. Le Centre Verdun devient le Concorde Square en vertu d’un leasing de vingt ans12.

41Pour les propriétaires, la réfection du Concorde square s’inscrit dans « la dynamique de recomposition de l’image touristique du Liban et de sa capitale ». Le nom du Centre Verdun est connu et la rue fait référence à « un espace résidentiel multiconfessionnel et sûr ». Ils décident de créer une « concentration d’activités de loisir et de commerce » fondée sur le principe du « regroupement » et de « la gestion en réseaux ». Pour le directeur du Concorde square, « ces principes autorisent le contrôle de l’espace ». L’association entre les familles, la configuration des lieux et la diversité des activités correspondent au « regroupement ». La fragmentation des activités à la « gestion en réseau ».

Sentiment de sécurité et mixité sociale

42Pour le directeur du Concorde Square, la configuration fermée de son établissement relève d’une période transitoire dans la construction des espaces d’échange : « entre le moment où le contrôle de la rue demeure aléatoire et le moment où la société Solidere en charge de la reconstruction du centre-ville entreprend de réactiver la rue idéale ». Car pour lui, en 1996, « la sécurité existe dans la ville, mais pas encore dans la rue ». La mixité de la rue produite par « les gens de la rue » est « désordre ». Il avance que « dans la rue, les associations de commerçants ne sont pas en mesure de faire respecter l’ordre selon leurs désirs ». Ils doivent composer avec tous les adhérents, ce qui, à son sens, réduit leur marge de manœuvres. Alors que des concentrations d’associés dans un projet fermé autorisent le contrôle. Les espaces concentrés, crées à Verdun sont définis comme des « lieux hors-la rue, mais ouverts sur celle-ci ».

43Cette manière de concevoir l’espace fermé comme celui des « associations possibles » relève de la perception des réseaux d’échanges comme privés. Selon lui, cet espace est destiné à « la famille libanaise moyenne de toutes confessions ». L’association des activités ludiques, salles de jeux électroniques pour adolescents et enfants avec le cinéma, les points de restauration en franchises pour tous budgets et les espaces marchands répondent à ces besoins de loisirs regroupés dans des lieux qui se prêtent à cette idée de concentré-sécuritaire : « ce qui est en retrait, devient espace privé et les rapports en découlent ».

  • 13 Il fait remarquer que si les centres de “Verdun” ne sont pas liés “géographiquement” et que si les (...)

44Certes, notre informateur est convaincu que la rue est « irremplaçable », mais sa production est « du ressort de l’État ». La reconstruction du centre-ville, perçue comme une entreprise de l’État, permettra pour lui l’échange du contrôle sécuritaire des personnes privées contre les valeurs civiques garanties par l’État13.

45L’observation indique cependant qu’entre 1995 et fin 1998, le Concord square a perdu sa valeur d’espace familial. Ce changement dans les perceptions de la culture sous-jacente à l’espace de loisirs est le fruit de la concurrence d’espaces d’échanges similaires implantés dans d’autres quartiers et celui de la fin des travaux de la première phase de reconstruction du centre-ville. L’idée que l’espace des échanges doit sécuriser le consommateur par la référence à la famille, a été tempérée par la reprise des dynamiques métropolitaines et par l’expérience d’une rue sans entraves ni obstacles matériels. Cette dernière est de moins en moins perçue comme « l’espace du danger public et de la mixité aléatoire ».

  • 14 La ville de Beyrouth dispose de deux cafés “Hard” l’un, franchise canadienne et l’autre américaine (...)

46Au moment de son inauguration en novembre 1995, le Concorde square misait sur deux atouts : le cinéma Concorde et le Hard rock café, franchise canadienne14. Les transformations de ces lieux, l’un de caractère local et l’autre de caractère international, illustrent la manière dont s’est construit l’ordre public du Concorde square. Cet ordre est fondé sur une stratégie de gestion de la mixité basée sur l’attention aux individus au sein des groupes ; le secteur privé prend en charge la protection des membres vulnérables de la société (femmes, enfants) contre les transgressions des limites.

Le cinéma de la Concorde

  • 15 Entre 1995 et nos jours Abou Tarek a pu réaliser son rêve au prix d’une réglementation scrupuleuse (...)
  • 16 Composé du grand cinéma de 750 places, et de sept petites salles de 200 places chacune.

47L’espace du cinéma a été réaménagé par les propriétaires avec le savoir-faire de Abou Tarek15 désormais gérant du « Circuit Concorde »16. Il s’occupe du choix des films, de l’administration des salles, du personnel, de la réception des clients et de la résolution « des conflits et des problèmes ».

48Durant ses six premiers mois de gestion, son objectif était de réhabituer la clientèle de l’Est et celle des milieux aisées à fréquenter à nouveau ce cinéma de Ras-Beyrouth. Invitations, reconnaissance des personnalités, distinction des personnes par les places qu’il leur octroyait, réservation d’une rangée bien placée pour les arrivants retardataires et importants, rien n’était laissé au hasard dans l’exercice de la gestion de ce loisir populaire et démocratique à ses yeux, pour recomposer l’image luxueuse et élitiste nécessaire à la reprise du Concorde. Cette stratégie de relations publiques s’exprimait dans une obsession: l’ordre et la propreté des lieux. Il fallait casser un préjugé: la saleté et l’anarchie des salles de l’Ouest en comparaison avec celles de l’Est. Un bataillon de placeurs et de contrôleurs composée de vingt huit personnes a été recrutée par ses soins, formée et uniformément habillée pour guider les clients. Cinq préposés au ménage nettoient les salles et les toilettes entre les séances. Tous les employés sont libanais. Six mois plus tard, il entreprend de rallier un public plus large : réductions pour les groupes et les enfants, places à moitié prix les lundis et les après-midi de semaine pour les films dans les petites salles. Les recettes du Concorde sont en tête, au mois de novembre 1998, de toutes les salles de la ville. Pour lui le Concorde et tout Ras-Beyrouth en conséquence n’ont plus rien à envier aux « autres ». Il explique que le triomphe du cinéma public sur le visionnement en privé illustre la victoire de la rue « sur l’espace fermé » et témoigne de la « reprise du lien entre les quartiers de Beyrouth sur le cloisonnement de la guerre ». Sa connaissance des sociabilités d’avant-guerre lui fournit un modèle pour réactiver au sein de son cinéma la mixité confessionnelle.

49Mais il explique aussi que son entreprise ne pouvait aboutir sans d’une part une flexibilité dans la gestion et sans d’autre part un souci de protection « de la réputation et de la moralité des lieux ». Aussi discrète que serrée, la surveillance qu’il exerce en personne, sur les jeunes, les couples jeunes, les groupes de jeunes filles et garçons, les femmes et les hommes non accompagnés traduit une « nécessité d’attention » garante de la contention des problèmes.

50Pour lui, le cinéma est le lieu de l’expression et de la manifestation des désirs. Abou Tarek comprend les désirs mais s’efforce de les contenir par une négociation discrète de la place du déviant dans cet espace. Il protège ainsi l’intimité et l’individualité des personnes en échange de leur conformité. Lorsqu’il est confronté à des amoureux ou des bandes de jeunes indisciplinés, il sourit, écarte les vigiles, instaure un rapport personnalisé avec ceux qui sont l’objet de ses attentions. Se penche, les cache au regard des autres. Il négocie avec les amoureux des places en retrait, en échange de quoi il interdit les baisers. Il tolère les mains croisées, les têtes qui se touchent, pas plus. Pour les perturbateurs de l’ordre, bandes de jeunes bruyants ou enfants, il a des comportements de père et d’éducateur. Là il fait appel au civisme et aux civilités. Il récite des phrases entières du manuel d’éducation civique enseigné dans les écoles, à la grande surprise des enfants qui se taisent d’emblée.

51À cause de la censure ou encore pour raccourcir les séances, notre gestionnaire est parfois contraint de couper les films. Lorsque les vrais cinéphiles viennent se plaindre chez lui, Abou Tarek rembourse les billets ou offre des entrées gratuites pour d’autres films ou séances. En protégeant la moralité du public, Abou Tarek autorise la publicité de son espace comme lieu de la diversité des individus, à l’abri du désordre de leurs désirs. Le cinéma Concorde est redevenu l’espace clef de toutes les mixités. On y rencontre toutes les catégories sociales, toutes les confessions et tous les âges.

Le Hard Rock Café

52Comme le cinéma, le Hard-rock café est l’espace d’une mixité protégée. Pendant un an il a fonctionné comme une entité indépendante du Concorde Square. Sa clientèle composée de jeunes et de moins jeunes des classes moyennes aisées, était attirée par la nouveauté des lieux. Son nom, label connu quoique contesté et son emplacement dans la rue Verdun ont favorisé cette attraction. Les relations sociales des administrateurs, des bâtisseurs et celles, notamment, de la famille des banquiers ont fait le reste.

53Dès la première année de son ouverture, le Hard-rock du Concorde devait faire face à la concurrence de celui dont il est l’homonyme. Un an plus tard, il est délaissé, les samedis soirs, par les 20 ans et plus qui cèdent la place aux plus jeunes. Parallèlement, l’aménagement d’un espace restauration-fast-food attenant au cinéma, ainsi que l’ouverture mi-1996 de la galerie marchande, La Galleria, ont inscrit le restaurant dans l’ensemble de « Family entertainement ».

  • 17 Repas pris avant la levée du jour durant le mois de ramadan.
  • 18 Boisson chaude à base de lait et d’épices.

54En janvier 1998, les directeurs du Concorde square qui sont aussi ceux du Hard rock café, décident la construction d’une structure mobile qui transforme la franchise canadienne durant le mois de ramadan en café de shour17. L’édification de cet espace répondrait à la demande de la clientèle. Cette tente de ramadan est toutefois installée en dehors du bâtiment, sur la terrasse qui lui est attenante. Dedans on continue à servir de l’alcool, dehors du thé et du sahlab18. Parmi les multiples cafés similaires qui émergent à cette occasion, celui-ci est alors identifié comme un espace chiite du fait de la confession de ses propriétaires. Sa désignation comme espace chiite et la multiplication des franchises dans toutes les parties de la ville, font qu’il est plutôt fréquenté actuellement, comme un espace de proximité.

55Mi-1998, les propriétaires du Concorde Square ont entrepris de recomposer son image de « lieu international » et de pôle d’attraction pluriconfessionnelle à l’échelle de la ville. Le renforcement de la tendance family entertainement a conduit dans les premiers temps à la création d’un espace qui transmet une image moins élitiste que les autres galeries de la rue Verdun. L’installation d’un manège, la salle de Kiddy game, salle multifonctionnelle de jeux louée à l’occasion d’anniversaires, la salle de jeux électroniques, le café-restaurant, les fast-food et La Galleria produisent l’effet requis. Le Concorde square devient l’espace du public familial et progressivement celui des familles de l’Ouest. En novembre 1998, La Galleria se retire vers l’intérieur, sur une partie du rez-de-chaussée réaménagée dans ce but, et cède la façade à une franchise de vêtements. Ces vêtements, à la portée de tous et la marque qui les médiatise sont connus. Par cette entremise, le Concorde Square a regagné le terrain international perdu. L’édification en cours d’un restaurant français de renom souligne cette perception de l’espace comme lieu de distribution de masse et de distinction sociale, mesurée à la capacité de consommation de produits internationaux. Une distinction censée garantir le standing des lieux et leur mixité confessionnelle, fondements d’une publicité sans risques.

RECLASSEMENT ET RÉFÉRENCES

56Les conceptions de la relation à autrui fondées sur la nécessité des échanges et la diversité de leurs modalités, l’entraide des salariés dans l’accès à la consommation des nouveaux lieux publics, indiquent que, en toutes circonstances, l’adaptation au lieu et à l’espace social qu’il induit, passe dans la ville en reconstruction, par un processus de reclassement. L’adaptation à l’espace social passe par un recours aux références identitaires traditionnelles comme mode de différenciation et de classement des hiérarchies et des lieux.

57Un bilan en deux temps s’impose:

58Le temps de l’international. Le Concorde square présente une situation où les lieux publics sont produits par l’initiative privée en rapport avec des réseaux d’échanges internationaux. Ces lieux partagent les normes que les centres commerciaux et les franchises s’imposent à l’échelle mondiale et qui ont comme base les arguments et les réseaux de la communication sociale. Les problématiques de l’espace ouvert ou fermé, du privé ou du public, du collectif et de l’associatif, déterminent la circulation de la marchandise et des biens symboliques, ainsi que les normes de gestion et de contrôle de l’espace qui en constitue la scène d’exposition. Cette circulation est fondée sur l’idée « que le désir de consommer est partagé par toutes les classes », et sur « les capacités de paraître » qui, nous dit Freitas, remplacent « l’idéal communautaire ».

59Le temps du local représente au contraire l’intégration du paraître à l’idéal communautaire, intégration dictée par les normes de la transparence requise pour les associations entre communautés, ici entre familles. Dans ces mécanismes, le communautaire sous toutes ses formes, sociales, confessionnelles, intergénérationnelles et sexuelles, occupe une place centrale pour la définition par les usagers et les entrepreneurs des valeurs de l’espace partagé. L’idéal communautaire est le paraître, dans la fréquentation et la production d’un espace marchand de la distinction. Les distinctions communautaires et territoriales sont interdépendantes : l’idéal du paraître se traduit par une concurrence dans l’appropriation des espaces d’échange de la ville par les communautés, qui s’associent pour les produire et se distinguent dans la perception de leurs identités territoriales.

  • 19 Lefebvre H., La production de l’espace, Anthropos. Paris, 1974.

60Produit par le privé, se référant au mythe fondateur d’une coexistence basée sur les attentions aux spécificités des confessions et aux valeurs familiales, réadapté au gré de traditions séculaires de savoirs-faire marchands, devenu pratique courante dans la ville et fréquenté par tous, l’espace public se révèle ici une expérience de la fragilité d’être-ensemble. Cette fragilité tient à la limite de la capacité de ces lieux à créer un espace commun aux confessions, entre les cultures. Ces lieux s’ouvrent à la présence de l’autre et mettent à l’épreuve les visions du monde, globales aussi bien que locales, sans offrir de références nouvelles. Le partage de propriétés, même renforcé par la transparence des conduites, ne peut se doubler du sentiment d’appartenir à une même communauté que lorsque « ces propriétés contiennent des valeurs positives de prédisposition à des attitudes collectives »19. Le directeur du Concorde square attend, dans sa configuration transitoire, mi-ouverte mi-fermée, la « réactivation de la rue idéale par l’État ». Seul parmi nos interlocuteurs, « Abou Tarek », comblé par sa mémoire d’une ville unie, évoque des propriétés communes depuis son royaume de fiction.

Le Hard Rock Café du Concorde Square, rue Verdun (© Eric Huybrechts, 1998).

Notes

1 La description des attitudes, normes de présentation de soi et sociabilités de la reconnaissance a été le fruit de trois ans d’observation participante à raison d’une visite par semaine en moyenne aux différentes heures de la journée, dans les cinq galeries. Les enquêtes auprès des usagers, dont le but était de comprendre leur perceptions et leur représentation des lieux a été menée sur trois périodes, entre 1995 et 1996, entre 1996 et 1997 et au cours de l’année 1998. Toutefois, l’accent a été mis sur le Concorde square. Pour l’ensemble des galeries, les résultats avancés sont le fruit d’une enquête terminée début 1998. Pour le Concorde square, elle se termine en novembre 1998 au moment de la rédaction de l’article. Les usagers ont été appréhendés aux différents moments de l’observation participante selon les critères suivants : âge, sexe, usagers de l’est/usagers de l’ouest, groupes, personnes non accompagnées, couples et familles. Pour le Concorde square, la préenquête auprès des bâtisseurs-gestionnaires-administrateurs et auprès des travailleurs, m’a conduit à sélectionner des informateurs privilégiés rencontrés à raison de deux fois par mois. Le responsable du cinéma, Abou Tarek, seule personne nommée ici, directeur, chef du personnel et salarié, garçon-chef de rang, présente la caractéristique d’être resté stable dans son emploi depuis l’inauguration du Concorde square en 1995. Pour toutes les enquêtes et avec tous les enquêtés, la méthode de questionnaires semi-ouverts et celle d’entretiens plus ou moins longs a été utilisée.

2 Cf. Senett, The Conscience of the Eye: the Design and Social Life of Cities, Faber and Faber, Londres, 1993.

3 Freitas R., Centres commerciaux îles urbaines de la post-modernité. Nouvelles éditions anthropologiques, L’Harmattan, Paris, 1996.

4 Ceux des galeries de l’Est sont chrétiens. Le gardiennage, devenu pratique courante dans les espaces d’échange fermé, a été un moyen, dans un premier temps, de recycler les recrues des anciennes milices dans la vie civile. C’est une activité perçue après la guerre comme valorisante, car elle permet l’exercice d’un pouvoir sur un territoire. Dans ce cas précis, le clientélisme politique ou les relations familiales déterminent le recrutement. Ces vigiles peuvent aussi être fournis par des sociétés de gardiennage qui se conforment à la pratique de recrutement dictée par les patrons.

5 En fin de compte, c’est le professionnalisme et la stabilité de l’emploi (les jeunes employés présentent une mobilité et une instabilité notoires) qui l’emportent.

6 Les enquêtes montrent une baisse sensible de l’affiliation aux syndicats au profit des négociations directes entre les salariés et leurs patrons. Dans les négociations qui font suite aux litiges, on voit apparaître des médiateurs qui tiennent des discours conciliants dans lesquels les identités confessionnelles, les savoir-faire différenciés et les intérêts communs sont dosés à l’aune des concurrences implicites entre les salariés des différentes confessions.

7 Les commerçants relatent la déception de leur clientèle des pays du Golfe qui reprochent à ces espaces leur exiguïté, en comparaison avec ce qu’ils voient chez eux. Pour les bâtisseurs, la construction de ces galeries marchandes s’inscrirait dans la stratégie de développement de la ville de Beyrouth comme métropole arabe de services et de commerce, stratégie qui rejoint celle de la reconstruction du centre de la capitale. Toutefois, les contraintes des opportunités foncières de la partie de la ville où sont implantés ces nouveaux espaces définissent leur taille. Les parcelles sont chères et leur exploitation immobilière dans des bâtis commerciaux multifonctionnels est plus rentable pour les investisseurs.

8 Boudisseau G., « Hamra, un nouveau centre ancien », in Beyrouth, Grand Beyrouth, Cahier du Cermoc n°16, CERMOC, Beyrouth, 1998.

9 Société Jamil el-Khazen et fils.

10 Le centre Verdun est une S.A.R.L.

11 Soit une surface exploitable de douze mille mètres carrés, situés dans l’un des espaces commerciaux les plus recherchés.

12 Deux familles majoritaires, composées de cinq frères d’Afrique et de deux frères de la famille des banquiers. Et une famille d’associés minoritaires, deux frères émigrés dans les pays du Golfe, spécialisés dans le commerce de vêtements. Le centre Concorde comporte quatre sociétés:

  • la société Food and Entertainment Business, gère le Concorde square et le Hard rock café qui en fait partie.
  • la société Concorde Galleria gère l’espace du même nom, un grand magasin de vêtements, parfumerie, gadgets et objets pour la maison. Cette société s’occupe de la location des stands aux fournisseurs intéressés par l’exposition et la vente de leurs produits dans cet espace.
  • la société Royal Trade Business importe les vêtements pour la Galleria.
  • le Concorde square Group gère le leasing de tout le Concorde square. Cette société représente pour la famille d’Afrique, une partie seulement d’un holding qui gère ses affaires au Liban, en Syrie, en Afrique, en Europe, en Amérique du Sud et aux Etats-Unis.

13 Il fait remarquer que si les centres de “Verdun” ne sont pas liés “géographiquement” et que si les gens ne se déplacent pas à pied d’un centre à un autre, c’est parce que “c’est à l’Etat, à la municipalité, de créer la rue, non pas aux privés”. “Le privé ne peut créer l’espace public, mais l’espace d’accès public sûr”.

14 La ville de Beyrouth dispose de deux cafés “Hard” l’un, franchise canadienne et l’autre américaine, spécialisé dans le thème de la musique-restauration. Celle-ci a des implantations dans toutes les métropoles occidentales. Au Liban, “la vraie franchise” existe aussi. Les jeunes de vingt ans connaissent la différence entre ce qu’ils considèrent comme «authentique» et ce qui n’existe qu’au Canada et au Liban.

15 Entre 1995 et nos jours Abou Tarek a pu réaliser son rêve au prix d’une réglementation scrupuleuse et d’un savoir-faire fondé sur ses relations, sa représentation de la ville comme une et sa connaissance du métier et de son public. Il a d’abord investi ses relations publiques, un carnet de 2 000 adresses datant de l’époque où il tenait un magasin de vidéos et sa mémoire visuelle des personnes appartenant aux milieux des cinéphiles d’avant-guerre.

16 Composé du grand cinéma de 750 places, et de sept petites salles de 200 places chacune.

17 Repas pris avant la levée du jour durant le mois de ramadan.

18 Boisson chaude à base de lait et d’épices.

19 Lefebvre H., La production de l’espace, Anthropos. Paris, 1974.

Table des illustrations

Légende Le Hard Rock Café du Concorde Square, rue Verdun (© Eric Huybrechts, 1998).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 948k

Auteur

Marie-Claude Souaid, doctorante et enseignante en Anthropologie à l’Université Saint-Joseph, chercheur associé au CERMOC.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.