Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Troisième partie. Lieux publics

Les galeries marchandes de la rue Verdun : de la propriété privée à l’usage public ?

Guillaume Boudisseau

Texte intégral

1Les galeries marchandes, de même que les centres commerciaux, se sont multipliées en périphérie puis au cœur des villes. Produit de logiques et de stratégies d’acteurs privés, elles ont modifiées progressivement les pratiques commerciales et ludiques de la population. Elles font partie du quotidien de la ville. L’individu a pris l’habitude de s’y déplacer autant pour ses achats que pour ses loisirs. Dans la partie occidentale de la ville de Beyrouth, la rue Verdun est une rue commerçante regroupant cinq galeries marchandes. Espaces où se met en scène le lien social, ces galeries contribuent à la pluralité et à la mixité des comportements et des attitudes. Les usages et les pratiques qui s’y manifestent caractérisent les nouveaux rapports sociaux à Beyrouth. Dans la problématique de l’après guerre, que produisent les galeries marchandes dans l’évolution du lien social ? Assistons-nous à l’émergence de nouveaux lieux communs ? Quelle clientèle participe à ces nouveaux rapports sociaux ?

PRODUCTION ET CONCEPTION DES GALERIES MARCHANDES À VERDUN

L’émergence des galeries marchandes dans l’évolution du paysage commercial beyrouthin

  • 1 Ghorra-Gobin distingue la structure commerciale traditionnelle (les boutiques le long d’une rue co (...)

2La galerie marchande n’est pas un phénomène nouveau dans l’agglomération beyrouthine. Ce concept correspond à une transformation et une évolution progressive des espaces marchands. La galerie découle de nouvelles stratégies d’investissements immobiliers et commerciaux qui traduisent l’internationalisation des espaces urbains véhiculée par une culture, des usages, une architecture et des mentalités importés à la fois de l’Occident et des pays du Golfe. Elle est une évocation contemporaine de la rue commerçante1.

3Ce type d’espace regroupant des activités commerciales le long d’allées dans un même espace et sur un ou plusieurs niveaux a été adopté au Liban à partir des années 50-60. La galerie marchande du Starco était le premier exemple dans le centre-ville de Beyrouth. Au début des années 70, une nouvelle génération d’immeubles (Gefinor, Strand et Sabbag) s’est imposée, à proximité du centre-ville, dans le paysage commercial du quartier moderne Hamra. Les architectes et les promoteurs adoptent la galerie marchande autour de vastes esplanades extérieures. Comme pour le Starco et le City center, les immeubles Strand et Sabbag associent la galerie à des salles de cinéma. Durant les années de guerre, l’éclatement de la centralité commerciale de la ville et les booms immobiliers ont favorisé le développement d’immeubles tertiaires et commerciaux. De nombreuses galeries marchandes se sont construites en périphérie de l’agglomération de Beyrouth à Kaslik, Jounieh, Dbayeh et Zalqa. Depuis le début des années 90, le concept de galeries marchandes s’est généralisé. Les plus récentes se trouvent à Verdun, à Kaslik (centre Alta Vista), à Hamra (Hamra Square), à Achrafieh (Sodeco Square), à Furn el-Chebbak (centre Abraj) ou à Bourj Hammoud (centre Harbonian).

  • 2 Nous restons réservé quant aux propos de journalistes et de chercheurs qui associent les caractéri (...)
  • 3 Pour Péron, « l’autonomisation du dispositif de vente par rapport à la texture de la ville, prend (...)

4La production et la conception des galeries marchandes2 ne sont pas sans rappeler celles des passages européens du xixe siècle3. Les passages étaient des structures marchandes constituées d’allées couvertes avec un alignement de boutiques reliant deux rues commerciales. Leur rôle commercial et de raccourci entre les îlots urbains, entraînait une intense animation piétonnière. Les caractéristiques des galeries, en tant qu’axe où se concentrent des boutiques se rapprochent des passages français ou italiens. Toutefois dans le cas beyrouthin, les galeries marchandes n’ont pas cette fonction de « passage ». Même situées dans des rues commerciales comme à Hamra, à Kaslik et à Verdun, la plupart d’entre elles sont des galeries en impasse. Elles imposent un déplacement spécifique et ne sont pas situées sur des flux piétonniers, hormis à Hamra.

Verdun : un espace commerçant de luxe

  • 4 L’espace commercial du quartier Verdun comprend la rue Verdun et la rue Unesco. Au début des année (...)
  • 5 Ces institutions libanaises et étrangères comprenaient des écoles (école italienne, école Carmel S (...)

5Le développement commercial du quartier Verdun4 est récent. Il se divise en trois phases. La première commence avec la construction de l’immeuble Assaf au début des années 60. Verdun était alors à la fois un quartier résidentiel et un quartier occupé par d’importantes institutions libanaises et étrangères5. La présence du supermarché Spinneys dans l’immeuble Assaf marque la première implantation commerciale dans le quartier. La seconde phase correspond à la fin des années de guerre. Au cours de cette période, la rue Verdun accueille de nombreuses boutiques haut de gamme, des supermarchés de luxe (Goodies, Mandarine), des sièges et agences bancaires et des activités tertiaires. Le quartier a incontestablement profité, mais tardivement, de la décentralisation qui a suivi la destruction du centre-ville de Beyrouth et à la fois de la saturation et de la dévalorisation de l’ancien quartier moderne et touristique Hamra. Ce quartier qui lui est limitrophe, n’a accueilli qu’une partie des activités issues de la décentralisation commerciale. Avec l’occupation illégale de nombreux immeubles, l’image de Hamra s’est dégradée et les activités de luxe ont fui. Ces dernières se sont exilées en périphérie de la capitale vers Jounieh et Kaslik. Situé à proximité de quartiers d’habitations bourgeois tels Aïn el-Tineh, Ramlet el-Baïda, Tallet el-Khayat, Verdun est resté un quartier résidentiel aisé. L’implantation d’activités haut de gamme est indissociable de la structure socio-économique de la population du quartier Verdun et de ses quartiers voisins. La troisième période correspond aux années 1990, le développement immobilier du quartier a coïncidé avec la prolifération de galeries marchandes. Ces productions urbaines ont donné à ce quartier une exceptionnelle identité commerciale.

  • 6 Concernant la griffe spatiale se référer à l’étude sur le commerce haut de gamme et à fort pouvoir (...)
  • 7 L’émergence de boutiques de luxe dans la ville de Beyrouth (Verdun, Sursock, Saint-Nicolas et Furn (...)
  • 8 Verdun concentre essentiellement des enseignes internationales de l’habillement (Anne Klein, Arman (...)

6Verdun évoque une griffe spatiale6, une adresse commerciale haut de gamme. Grâce à la concentration de boutiques de luxe qui marque le retour de ces activités vers la capitale libanaise7, Verdun est devenu une référence dans le paysage commercial à l’échelle locale et internationale (pays du Golfe). Pour des raisons d’ascension sociale et de prestige, les grands noms du luxe n’échappent pas à l’attraction de Verdun. Les résidences de familles aisées, les sièges sociaux de banques, l’implantation de galeries marchandes et de ce type de boutiques haut de gamme ont favorisé la dynamique spatiale de Verdun. Ce quartier est devenu « l’adresse » pour les sociétés, les enseignes libanaises, européennes et internationales8. Elles s’y arrachent les meilleurs emplacements, soit dans les galeries marchandes, soit le long de la rue principale.

Les galeries marchandes de la rue Verdun

  • 9 Le propriétaire du Verdun 730 construit en face une nouvelle galerie marchande, le Verdun 732 qui (...)
  • 10 Ces promoteurs sont des investisseurs qui ont fait fortune à l’étranger soit dans les pays du Golf (...)

7Le paysage commercial de la rue Verdun se caractérise par une succession de galeries marchandes (Verdun 7309, Assaf, Les Dunes, Verdun Plaza 1, Verdun Plaza 2). À partir des années 90, la hausse des valeurs immobilières dans le quartier Verdun a contribué à la destruction de résidences bourgeoises entourées de jardins au profit de galeries marchandes ou d’immeubles résidentiels et de bureaux. La multiplication des projets immobiliers et l’engouement commercial le long de la rue principale ont entraîné une hausse considérable des prix fonciers. Ces galeries marchandes sont le résultat de stratégies immobilières et financières de promoteurs désireux d’investir à l’heure de l’après-guerre et de la reconstruction de Beyrouth. Verdun est inéluctablement devenu une façade, une vitrine pour ces promoteurs fortunés10. La multiplication des galeries coïncide avec la volonté des promoteurs de proposer de nouvelles formes architecturales affectées à des usages et des pratiques commerciaux et publics.

  • 11 Les galeries marchandes de la rue Verdun sont semblables à celles décrites par Dazi-Heni à Koweït- (...)
  • 12 Le grand magasin ABC à Dbayeh et le centre commercial-hôtel Mariott à Jnah sont aussi des espaces (...)
  • 13 Les Dunes a des entrées étroites ce qui donnent l’impression d’espace fermé. Des boutiques et un c (...)

8La conception des galeries marchandes de la rue Verdun se manifeste par une accumulation d’informations, d’images, de représentations, d’architectures inspirées d’exemples internationaux11. Ces espaces marchands sont loin de ressembler aux anciennes galeries du centre-ville et de Hamra. Cette production spatiale se rapproche du modèle saoudien qui privilégie l’espace commercial vertical, clos et conditionné. Le Verdun 730 est une galerie semi-fermée avec une large ouverture sur l’extérieur tandis que Les Dunes et les Verdun Plaza 1 et 2 ont une forme cubique12 et fermée13. Cette forme commerciale est nouvelle à Beyrouth.

  • 14 En automne 1998, nous comptabilisons 25 enseignes (boutiques et services) aux Dunes. 31 au Verdun (...)
  • 15 Nous pouvons remarquer que ce mobilier urbain est celui d’une ville occidentale.
  • 16 La banque qui participe à l’investissement et au financement de la galerie marchande y ouvre une a (...)
  • 17 Un hôtel 4 étoiles ouvrira à la fin de l’année 1998. 11 comportera 134 chambres réparties sur 5 ét (...)
  • 18 L’immeuble résidentiel de 18 étages est constitué de 36 appartements (440 m2 chacun). Le Verdun 73 (...)

9Chaque galerie est constituée d’allées de boutiques14 sur un ou plusieurs niveaux. Le mobilier urbain15 y est soigneusement présent : bancs, cascades d’eau, bacs-jardins (fleurs, arbres). Dans chaque galerie, nous retrouvons les mêmes types d’activités commerciales et de services. Les galeries marchandes regroupent plusieurs boutiques haut de gamme pour l’équipement de la personne (habillement, chaussures), des articles cadeaux, des agences bancaires16, des restaurants et des librairies. Les Dunes, ouvert à l’automne 1997, comprend une galerie marchande, un hôtel17 et une résidence18. Les immeubles des galeries de Verdun Plaza 1 et 2 sont respectivement occupés par des appartements meublés et un hôtel. La galerie des Dunes est la seule à Verdun qui propose des salles de cinéma et des salles de jeux.

10Les galeries ont une ou deux entrées. Ces entrées débouchent au rez-de-chaussée qui donne accès à un vide central. Ce vide qui surplombe un atrium, a une double utilité. Premièrement, il constitue un puits de lumière et permet la visibilité entre les différents niveaux de la galerie marchande. Deuxièmement, ce vide central est utilisé pour la circulation verticale entre les allées (escaliers, ascenseurs, escaliers mécaniques). Les galeries marchandes de la rue Verdun sont des galeries en impasse. La rue Verdun n’est pas une rue commerçante avec un linéaire de boutiques. C’est une juxtaposition de galeries marchandes entrecoupées de terrains vagues, d’écoles et d’immeubles résidentiels. Cette particularité se traduit par l’absence de flux piétonnier. La rue Verdun n’est pas une rue où l’individu marche. Se rendre dans une galerie exige un déplacement spécifique. Chaque galerie disposant de son parking souterrain, la clientèle quitte un parking souterrain pour en rejoindre un autre.

LES GALERIES MARCHANDES : LIEUX D’USAGES PUBLICS

11Les galeries marchandes sont, en droit, des lieux privés qui résultent de logiques marchandes. La clientèle s’y déplace à la fois pour acheter et pour se détendre. Quels usages et pratiques observons-nous dans ces galeries marchandes ? Quel type de clientèle y rencontrons-nous ? Que recherche-t-elle ?

Les galeries marchandes : des nouveaux lieux publics dans la ville de Beyrouth

12Comme les centres commerciaux, les cafés, les salles de cinéma et les restaurants, les galeries marchandes sont des théâtres, des scènes de relations sociales. Comme espaces de rencontre, d’achat et d’échange, elles deviennent les lieux où l’individu, le visiteur, le client peut utiliser et pratiquer l’espace en fonction de ses goûts et de ses préférences. La galerie devient un lieu d’usages publics. Elle assure le regroupement de la clientèle suivant des temporalités de fréquentation. La galerie est ainsi différemment investie dans le temps. En fonction des heures de la journée, elle devient un lieu d’achat, de mise en spectacle, d’attente, de rendez-vous, de passage et de rassemblement. Les usages et les pratiques de galerie marchande traduisent la recherche de sociabilité de la population.

  • 19 Par exemple, cette substitution du privé sur le public s’est traduite par la réfection des trottoi (...)
  • 20 Il existe plusieurs jardins publics à Beyrouth : Sanayeh, Sioufi, Gétaoui, Saint-Nicolas, Borj Abi (...)
  • 21 Le grand magasin ABC, les centres commerciaux Bou Khalil et Spinneys, à la périphérie de Beyrouth (...)

13À la fin du xxe siècle, les espaces publics ludiques dans la plupart des agglomérations sont de plus en plus produits par le secteur privé. Ce processus urbain est une nouvelle étape vers l’avènement de l’ordre marchand dans la production des espaces publics. Le secteur privé tend à se substituer au secteur public19 dans la production d’espaces publics. Cette privatisation favorise le loisir à l’intérieur (galerie marchande, centre commercial) plutôt que le loisir à l’extérieur (jardin public). Ce processus reflète la difficile frontière entre l’espace public et l’espace marchand. Ce dernier s’ouvre à l’espace public qui, produit suivant une logique marchande, devient un pôle d’animation et d’attraction. Les galeries marchandes de la rue Verdun deviennent des lieux publics ludiques au même titre que la Corniche (le front de mer dans la partie occidentale de la ville) ou les jardins publics20. Les usages sont autant publics dans une galerie que dans un jardin public. Les espaces à vocation commerciale21 comme les galeries de Verdun sont aussi fréquentés que les jardins municipaux.

  • 22 « La fréquentation donne un caractère privé ou public à l’espace », cf. Monnet J., « Commerce, esp (...)
  • 23 Capron G., 1998, p. 57.

14L’approche sociologique à travers l’étude et l’analyse des usages et des pratiques peut déterminer le caractère public d’un lieu. C’est l’analyse de la fréquentation22, du comportement collectif ou individuel des individus et de leur représentation qui déterminera le caractère public ou privé d’une rue, d’un quartier ou d’une galerie marchande. Les lieux commerciaux témoignent de cette imbrication entre le public et le privé (droit et usages)23. Les galeries sont en droit des lieux privés, mais aussi des lieux d’usages publics. L’individu y est libre de ses mouvements et de ses déplacements. À la différence de la sphère privée (habitat, espace domestique, milieu familial et individuel), il y devient anonyme et rentre en contact avec l’autre, par le regard et la rencontre furtive. Lieu bâti à vocation commerciale, la galerie marchande est un espace public au même titre qu’une rue commerçante, une banque, une allée de supermarché, un centre commercial ou un restaurant. Les galeries marchandes sont devenues des espaces de consommation, de loisir et de détente.

15Nous y observons une pluralité et une mixité des usages publics : les mères de famille y déambulent avec leurs enfants, les enfants jouent et courent le long des allées ou au niveau de l’atrium, les femmes font du lèche-vitrines entre amies, d’autres se promènent avant de prendre un repas dans un restaurant, les hommes d’affaires s’y arrêtent pour faire une pause, les adolescents s’y donnent rendez-vous et prennent une consommation, les couples s’y rencontrent avant d’aller au cinéma. Les terrasses des restaurants sont les lieux de brassage. Localisées à des places stratégiques dans les galeries (aux extrémités), elles attirent un grand nombre de consommateurs qui y regardent l’animation de la galerie. D’autres visiteurs restent assis sur un banc ou le long de la balustrade à observer ou à chercher une personne entre les différents niveaux. Le consommateur apprécie regarder et se laisser regarder. Il regarde les vitrines comme un spectacle, un tableau. Il n’est pas pressé et ses déplacements sont lents. Il flâne dans une ambiance presque nonchalante.

  • 24 Cette expression est empruntée à Baudrillard ; Baudrillard J., La société de consommation : ses my (...)

16Les Dunes, comme la plupart de ces espaces commerciaux, est un espace ludique. L’objectif des propriétaires est de favoriser l’événementiel par l’intermédiaire d’usages festifs, d’animations et de spectacles capables d’attirer la clientèle. L’utilisation de l’atrium reflète cette tendance. Cet espace sert à des spectacles : défilé de mode, présentation de parfums et d’automobiles et concerts de musique classique. À l’avenir, il est prévu des expositions de peinture, de sculpture, des jeux pour les enfants et des spectacles pour Noël. L’atrium devient la scène théâtrale de la galerie. Les Dunes est constituée de plusieurs espaces de divertissement avec des restaurants, un café, des salles de cinémas, des salles de jeux électroniques et une salle de bowling. Les promoteurs ont privilégié l’espace vide tel que de larges allées et un vaste atrium pour offrir un espace de circulation et de brassage. La galerie marchande est devenue un lieu de visite et de sortie. La clientèle n’y vient plus spécialement pour faire des achats, elle s’adonne à une errance ludique24.

Surveillance et sélection

  • 25 Dans un article sur les lieux publics, Sansot souligne les conditions d’accessibilité « Il n’est p (...)

17Par définition, un lieu public marchand est un lieu ouvert à tous. Pourtant, dans les galeries marchandes de la rue Verdun, certaines barrières, codes, normes et droits d’accès restreignent l’accessibilité25 à certaines personnes. Il y a deux types de restrictions d’accès : la restriction physique avec la présence d’agents de sécurité et la restriction symbolique par le type et les prix des marchandises exposées dans les boutiques.

  • 26 À l’entrée des galeries marchandes, il y a rarement des personnes refoulées. La présence des agent (...)
  • 27 Freitas R. F., 1996, op. cit., p. 54.

18Les galeries marchandes demeurent des lieux où l’accès est ouvert à certaines conditions. En effet, les entrées et les déplacements y sont surveillés. Des agents de sécurité patrouillent à l’extérieur et à l’intérieur des galeries. Ces agents de sécurité appartiennent à des sociétés privées spécialisées dans la surveillance. Aux Dunes, ces hommes sont eux-mêmes commandés, épaulés, par une équipe de surveillance salariée de la société propriétaire de la galerie. Cette surveillance et ce filtrage de la clientèle ont pour but d’exclure les démarcheurs, les mendiants, les vendeurs ambulants et les marginaux. Cette politique passe par la sélection de la clientèle26. Ainsi, la galerie marchande associe l’usage public avec la sécurité du privé27. Depuis la fin des années 90, la présence d’agents de surveillance s’est multipliée à Beyrouth. De nombreux lieux publics et établissements privés utilisent cette prestation (les galeries marchandes, les immeubles résidentiels et de bureaux, les sièges sociaux et les agences bancaires). L’obsession de la sécurité et du maintien de l’ordre à l’intérieur de la galerie est une priorité de la part des propriétaires des galeries. Le désir croissant de sécurité ne répond pas pour autant à un contexte d’insécurité au Liban. La délinquance n’y est pas plus élevée qu’ailleurs. À Beyrouth, cette surveillance est un moyen de produire des lieux ségrégatifs et de se démarquer des autres lieux publics où l’accès est entièrement libre. Désormais, chaque galerie possède son équipe de surveillance. De ce fait, les galeries marchandes de la rue Verdun sont des lieux sélectifs.

19Le luxe est une seconde barrière de sélection. C’est la sélection par l’argent, le revenu. Les galeries regroupent, nous l’avons déjà expliqué, essentiellement des boutiques de produits importés haut de gamme vendus à des prix élevés. Les entrées des galeries marchandes représentent des seuils pour la population qui ne peut pas s’offrir cette marchandise. L’inaccessibilité à la pratique et à la consommation de ces lieux du luxe exclut la clientèle défavorisée. Il ne s’agit pas d’une sélection formelle, mais plutôt d’une sélection symbolique.

La clientèle des galeries marchandes de Verdun

  • 28 Les enquêtes sur la clientèle ont été effectuées dans les galeries Les Dunes et Verdun 730 à l’aut (...)
  • 29 Baudrillard parle de contactothérapie (Baudrillard J. dans Freitas R. F., op. cit.. 1996, p. 15)

20Trois types de clientèle fréquentent les galeries marchandes de la rue Verdun28 : clientèle hebdomadaire, régulière et occasionnelle. Le consommateur hebdomadaire a pris l’habitude presque quotidiennement de se rendre dans une galerie pour y prendre un café et y retrouver des amis. Cette clientèle comprend de jeunes étudiants ou lycéens des établissements scolaires privés voisins et des femmes au foyer. Les galeries sont devenues leur lieu de loisir et de rendez-vous. Ils y prennent souvent une consommation à la terrasse d’un restaurant. Une à deux fois par semaine, les parents y déposent leurs enfants et viennent les récupérer en fin de journée. Ces jeunes se retrouvent entre camarades de classe. Ils peuvent rester plusieurs heures à déambuler dans les allées ou sur les bancs à discuter. Pour cette catégorie, les galeries sont plutôt des espaces de rencontre29 et de communication que des espaces d’achat. Nous retrouvons aussi parmi ces visiteurs des employés des bureaux et des banques du quartier qui prennent une pause ou un repas.

21La clientèle régulière vient de Beyrouth-municipe, d’Achrafieh à Ras-Beyrouth. Elle est assez hétéroclite (profession, âge, sexe). Il peut s’agir de couples, de familles avec des enfants ou de groupes d’amis. Cette catégorie est issue des professions libérales, des cadres moyens et supérieurs. Elle vient deux à trois fois par mois, au cinéma et au restaurant. Ces déplacements sont toujours l’occasion d’une promenade et de lèche-vitrines.

22La clientèle occasionnelle vient à la fois des quartiers voisins et du reste de l’agglomération. Se rendre dans une galerie de la rue Verdun est, pour elle, une occasion de sortie. Dans son imaginaire, Verdun représente une adresse commerciale pour les produits de luxe. Il s’agit d’une clientèle d’employés, d’enseignants ou de commerçants. Cette clientèle se déplace essentiellement le week-end (le samedi après-midi).

23Les galeries marchandes impliquent un marquage social où l’individu affiche une appartenance, un rang et une position sociale. Il s’identifie à travers des pratiques, des codes de consommation, des habitudes, des désirs et des modes de vie. L’individu se distingue par ses vêtements, son téléphone portable, ses déplacements et ses comportements. Ces galeries sont des lieux de parade. La galerie devient l’objet d’une représentation sociale. Ces espaces commerciaux attirent pour les achats une population aisée et pour les loisirs, une population plus hétéroclite (classe aisée et moyenne). La galerie Les Dunes illustre cette mixité de consommateurs. Il existe dans cette galerie des jeux de temporalités et spatiaux. Au cours de la journée, la clientèle se mélange, se croise, se rencontre et parfois s’évite. La clientèle du matin et de l’après-midi est adulte. Souvent, il s’agit de femmes bourgeoises. En fin d’après-midi, elle est plus jeune. Elle est constituée d’étudiants qui se retrouvent après le lycée ou la faculté, de couples sortant du travail et de groupes d’amis. Le soir, les restaurants et les salles de cinéma fonctionnent tandis que les boutiques sont fermées. On assiste à certaines heures à la juxtaposition de diverses fréquentations et de différents publics. Ainsi, les salles de cinémas attirent une clientèle diversifiée.

24La clientèle de ces galeries marchandes constitue, cependant, une minorité de la population libanaise. Sa structure socio-économique est relativement homogène. Elle a un pouvoir d’achat élevé. Elle a les moyens de consommer. Elle représente la nouvelle société beyrouthine de consommation, de loisir et de culture dans des espaces modernes et occidentalisés.

LES GALERIES MARCHANDES : NOUVEAUX LIEUX COMMUNS À BEYROUTH ?

25Nous voulons répondre à cette interrogation en abordant l’émergence d’un lieu commun sous l’angle de la pratique (avec la clientèle) et de la production (entre des commerçants et des promoteurs).

Lieu commun et appropriation collective

  • 30 Barbichon G., « Espaces partagés : variation et variété des cultures », Espaces et sociétés n° 62- (...)

26Tout espace d’usage public peut être considéré comme un objet d’appropriation collective30. La spécificité de la clientèle des galeries marchandes de la rue Verdun exprime une appropriation socio-spatiale. Nous l’avons déjà dit, ces galeries sont des lieux sélectifs. Toutefois, si les galeries sont sélectives, elles sont aussi des lieux d’usages publics collectifs. À l’échelle de l’agglomération beyrouthine, ces galeries marchandes de luxe ont un fort pouvoir attractif sur la clientèle issue des milieux favorisés. Les enquêtes ont relevé que la clientèle de la galerie Les Dunes venait principalement des quartiers voisins (Ras Beyrouth, Hamra, Ramlet el-Beida, Mar Elias). Une petite partie de cette clientèle était aussi d’Achrafieh. La proximité géographique est encore un moteur puissant malgré les désenclavements spatiaux qui ont lieu dans l’après-guerre. Ce déséquilibre s’explique par la multiplication des salles de cinémas, des galeries marchandes et de la décentralisation de certaines boutiques à Beyrouth. Tous ces éléments ne favorisent pas la mobilité de la population. Mais les galeries marchandes se démarquent de la production d’espaces publics communautaires qui s’est multipliée au cours des années de guerre. Aujourd’hui, elles ne reflètent pas obligatoirement une distinction communautaire, mais plutôt une distinction sociale. L’usage des galeries marchandes de la rue Verdun correspond à la production d’un lieu commun produit par une ségrégation socioculturelle.

  • 31 Le littoral de Beyrouth est constitué de plusieurs plages privées dont l’accès est très réglementé (...)

27Les galeries marchandes correspondent à l’appropriation des usagers par l’intermédiaire d’un processus de sélection et de ségrégation. Cette appropriation collective s’exprime par les comportements, les usages et les pratiques de la clientèle. Elle passe par un processus d’exclusion, comme nous l’avons vu, avec les vigiles aux entrées des galeries et avec les prix pratiqués. Ce constat exclut tous les processus de production d’espaces partagés par les différentes classes sociales. Au contraire, les galeries marchandes deviennent les lieux communs de la bourgeoisie locale comme peuvent l’être les plages privées du littoral et certains club sportifs31. À partir d’une appropriation collective et de la mise en place d’un lieu commun dans ces galeries marchandes, la distinction communautaire s’atténue, mais la différence socio-économique s’accentue.

Lieu commun et intérêt économique

28Les galeries marchandes de la rue Verdun résultent de logiques et de stratégies d’acteurs. Ces acteurs urbains sont multiples : les commerçants, les architectes, les entrepreneurs, les intermédiaires immobiliers et les promoteurs. Ces galeries marchandes sont devenues un enjeu et un intérêt commun pour ces acteurs urbains de confessions différentes. La pluralité confessionnelle de ces acteurs s’explique par une adhésion collective à un intérêt commun à la fois économique et financier.

29Au cours des années de guerre, les espaces commerciaux périphériques ou péricentraux correspondaient le plus souvent à des investissements communautaires. La guerre n’a pas produit d’espaces commerciaux mixtes. Les centralités commerciales comme Kaslik, Jounieh, Mar Elias, Zalqa se sont développées grâce à des acteurs issus d’une même confession. Le quartier commerçant de Hamra représentait l’un des rares espaces marchands de la ville où la structure confessionnelle des commerçants était hétéroclite. Les années 90 ont marqué une multitude d’initiatives communes entre les communautés. Aujourd’hui, les logiques de localisation commerciales obéissent à la logique de la rentabilité et non plus aux logiques confessionnelles.

  • 32 Aux Dunes et à Verdun 730, respectivement 9 et 11 enseignes viennent de l’Est beyrouthin (36 % et (...)
  • 33 Les plus grandes enseignes commerciales libanaises pratiquent la décentralisation. Ces enseignes s (...)

30Ses galeries ne sont pas les lieux où se joue l’appartenance communautaire. La production de ces lieux communs correspond à une spécialisation commerciale. La présence et la juxtaposition de commerçants musulmans et chrétiens32 dans une galerie marchande, propriété d’un investisseur musulman, sont le résultat d’intérêts financiers et commerciaux. Pour un commerçant d’Achrafieh ou de la banlieue est de Beyrouth, ouvrir une succursale dans une galerie marchande à Verdun permet d’accéder à une nouvelle clientèle et à un nouveau marché. Cette décentralisation résulte de nouvelles stratégies pour de meilleurs profits, mais aussi d’une étape vers l’extension de l’enseigne33. La multiplication des galeries a été l’occasion pour de nouveaux commerçants de s’implanter à Verdun. La galerie marchande est devenue le lieu commun pour des enseignes du luxe dispersées auparavant dans l’agglomération de Beyrouth.

LES GALERIES MARCHANDES : QUELLE RÉCONCILIATION ?

  • 34 Notre réfléxion sur le thème de la réconciliation et de la pratique des galeries marchandes de la (...)

31Les galeries marchandes de la rue Verdun se sont imposées comme les nouveaux lieux de sociabilité dans le paysage commercial de l’agglomération beyrouthine. Dans la problématique de la sortie de guerre (désenclavement des territoires) elles caractérisent une production du lien social. Lieux communs et lieux sélectifs, elles demeurent toutefois, des lieux d’usages publics. Comment interpréter la production et l’usage de ces espaces à partir de la notion de réconciliation34 ?

32Les usages et les pratiques de ces lieux publics traduisent la réconciliation de l’imaginaire individuel ou collectif de l’individu (ce que l’individu souhaite pour ses loisirs et ses achats) et les lieux de production spatiale que lui propose la ville. S’interrogeant sur la vision de la ville selon Richard Sennett, Jean Métrai souligne la réconciliation entre l’expérience subjective et l’expérience matérielle et pose une question significative : comment réconcilier la ville et la vie ? Les galeries marchandes du quartier Verdun répondent à la demande, au désir d’une clientèle pour des lieux commerciaux et ludiques. Ces lieux correspondent à leur imaginaire de la vie urbaine. Les galeries marchandes représentent la réconciliation de l’imaginaire d’une population qui souhaite, recherche une ville sûre, protégée, harmonieuse avec une forme matérielle. Cette clientèle a vécu la période de la guerre comme une rupture entre l’espace urbain et la pratique publique. La galerie marchande est une solution à ce manque et à cette absence. Elle illustre la réconciliation entre une forme urbaine et une pratique de la ville.

33Durant les années de guerre, l’imaginaire urbain de cette clientèle fut en décalage avec la réalité. Sous les bombes, la ville ne produisait pas de lieux représentatifs d’une cité rêvée. À la périphérie de la ville, Kaslik a représenté un exutoire d’un Beyrouth en guerre. Verdun a produit, aujourd’hui, ce que représentait Kaslik auparavant. La galerie marchande illustre cette recherche de l’espace urbain sans nuisances, du lieu symbole du bien-être. Elle symbolise le rejet des problèmes de la ville. Les embouteillages, les déplacements, la pollution et les nuisances, le bruit, la foule, l’insécurité et la violence urbaine, la pauvreté, la misère du pays sont rejetés à l’extérieur. Le parking souterrain permet de résoudre les problèmes de stationnement et permet la surveillance du véhicule. Les galeries sont climatisées, protégées contre les intempéries climatiques. Les allées sont propres et équipées de poubelles publiques. Les toilettes sont entretenues en permanence par du personnel. Nous assistons à la production d’un univers idéal pour la clientèle aisée libanaise qui accentue les clivages socio-économiques dans la ville. La galerie contribue à la fuite des réalités du monde extérieur représenté par la rue. Comme nous l’avons souligné plusieurs fois dans cet article, les galeries marchandes du quartier Verdun se démarquent de l’animation, des usages et des pratiques de la rue. Cet univers recherché dans les galeries est une réponse à ce que le monde de la rue ne propose pas. La production de lieux sélectifs s’explique par le refus d’une cohabitation entre la clientèle de ces galeries et celle de la rue. L’individu se sentira plus en sécurité dans ces lieux introvertis. L’émergence des galeries ne dénote-t-elle pas une contradiction lorsqu’elle produit à la fois des lieux publics et des lieux sélectifs ?

Entrée principale de la galerie Les Dunes. ©Guillaume Boudisseau 1998

Notes

1 Ghorra-Gobin distingue la structure commerciale traditionnelle (les boutiques le long d’une rue commerçante) et la structure moderne (les galeries marchandes, les centres commerciaux). Voir Ghorra-Gobin C., « L’évolution du centre commercial : peut-on encore parler d’influence américaine ? », Acta Geographica n° 76, 1988, p. 52.

2 Nous restons réservé quant aux propos de journalistes et de chercheurs qui associent les caractéristiques, les formes et les concepts des galeries marchandes avec celles des souks arabes. Ghorra-Gobin et Mardini parlent de version moderne et contemporaine des souks ; voir Ghorra-Gobin C, « L’émergence de centres commerciaux dans la ville : une version américaine et moderne des souks ? », Annales de géographie de l’USJ n° 7, 1986, p. 57 et Mardini A. C, « The emergence of shopping mails : open for business », Lebanon opportunites, Beyrouth, juin 1997, p. 21.

3 Pour Péron, « l’autonomisation du dispositif de vente par rapport à la texture de la ville, prend racine dans la configuration des passages du début du xixe siècle » ; voir Peron R., La fin des vitrines. Des temples de la consommation aux usines à vendre, Éditions de l’École normale supérieure de Cachan, collection sciences sociales, 1993, p. 25.

4 L’espace commercial du quartier Verdun comprend la rue Verdun et la rue Unesco. Au début des années 90, la rue Verdun fut rebaptisée rue Rachid Karamé, Premier ministre assassiné en juillet 1987. Alors que la municipalité a imposé cette nouvelle dénomination, la plupart des commerçants, des habitants et des usagers continue d’utiliser et de mentionner l’ancienne appellation.

5 Ces institutions libanaises et étrangères comprenaient des écoles (école italienne, école Carmel Saint-Joseph, petit lycée Français), le couvent des Dominicaines, l’UNRWA et la caserne de la gendarmerie.

6 Concernant la griffe spatiale se référer à l’étude sur le commerce haut de gamme et à fort pouvoir symbolique dans le triangle d’or à Paris, voir Pinçon M. et Pinçon-Charlot P., Quartiers bourgeois, quartiers d’affaires. Documents Payot, 1992.

7 L’émergence de boutiques de luxe dans la ville de Beyrouth (Verdun, Sursock, Saint-Nicolas et Furn el-Hayek) correspond à la fin des années 80 et au début des années 90.

8 Verdun concentre essentiellement des enseignes internationales de l’habillement (Anne Klein, Armani, Benetton, Celio, Charles Jourdan, Donna Karan, Gianfranco Ferre, Guess, Hanes-Champion, Kookai, Mango, Morgan, Next, Old River, Planet Hollywood (vente des produits dérivés), Quicksilver, Stefanel, Timberland, Zara). D’autres enseignes sont aussi présentes (Hard Rock Café, Poco Modoro, Subway, Swatch).

9 Le propriétaire du Verdun 730 construit en face une nouvelle galerie marchande, le Verdun 732 qui ouvrira en juillet 2000.

10 Ces promoteurs sont des investisseurs qui ont fait fortune à l’étranger soit dans les pays du Golfe, soit en Afrique : Ali Ahmed Ali (Verdun 730, Verdun 732), la famille Assaf (immeuble Assaf), Rabah et Yassin Jaber (Verdun Plaza 1), Kamel Jaber (Verdun Plaza 2), Samir Rayess et Ali Tabbarah (Les Dunes), Ghattas N. A., « Verdun : the glamour and the shopping », Lebanon opportunities. Beyrouth, août 1997, p. 12).

11 Les galeries marchandes de la rue Verdun sont semblables à celles décrites par Dazi-Heni à Koweït-City, par Freitas et Capron à Buenos-Aires ; Freitas R. F., Centres commerciaux : îles urbaines de la post-modernité, L’Harmattan-Nouvelles études anthropologiques. Paris, 1996 et Capron G, « Les centres commerciaux à Buenos Aires. Les nouveaux espaces publics de la ville de la ville du xxe siècle », Les Annales de la recherche urbaine n° 78, 1998.

12 Le grand magasin ABC à Dbayeh et le centre commercial-hôtel Mariott à Jnah sont aussi des espaces clos de forme cubique. Ces deux exemples sont localisés en périphérie de Beyrouth. Les Dunes est la première contraction de ce type dans le périmètre de la ville.

13 Les Dunes a des entrées étroites ce qui donnent l’impression d’espace fermé. Des boutiques et un café trottoir s’ouvrent sur la rue mais les déplacements y sont rares. L’animation est visible à l’intérieur de la galerie.

14 En automne 1998, nous comptabilisons 25 enseignes (boutiques et services) aux Dunes. 31 au Verdun 730,32 au Verdun Plaza 1, 24 au Verdun Plaza 2 et 14 au centre Assaf.

15 Nous pouvons remarquer que ce mobilier urbain est celui d’une ville occidentale.

16 La banque qui participe à l’investissement et au financement de la galerie marchande y ouvre une agence (BNPI aux Dunes, Fransabank au Verdun 730).

17 Un hôtel 4 étoiles ouvrira à la fin de l’année 1998. 11 comportera 134 chambres réparties sur 5 étages. L’hôtel appartient à la société internationale Holiday Inn.

18 L’immeuble résidentiel de 18 étages est constitué de 36 appartements (440 m2 chacun). Le Verdun 730 comporte aussi une partie résidentielle avec 12 appartements (660 m2 chacun).

19 Par exemple, cette substitution du privé sur le public s’est traduite par la réfection des trottoirs. Pour le bon fonctionnement extérieur de leur établissement, les promoteurs ont fait face au désistement des autorités de la ville en assurant la rénovation et l’entretien des trottoirs. Par ailleurs, les propriétaires des Dunes ont financé le nivellement d’une rue et l’aménagement d’un îlot gazonné.

20 Il existe plusieurs jardins publics à Beyrouth : Sanayeh, Sioufi, Gétaoui, Saint-Nicolas, Borj Abi Haïdar, Dar al-Fatwa, la coulée verte de la Cité Sportive à Jnah. Ils sont essentiellement fréquentés les week-ends par une clientèle populaire qui se déplace en famille et avec les enfants. Le plus grand espace vert de la capitale, le Bois des Pins, ouvrira après plusieurs années de réaménagement en l’an 2000.

21 Le grand magasin ABC, les centres commerciaux Bou Khalil et Spinneys, à la périphérie de Beyrouth sont devenus des lieux publics très appréciés de la clientèle. Le week-end, la fréquentation y est importante.

22 « La fréquentation donne un caractère privé ou public à l’espace », cf. Monnet J., « Commerce, espace public et urbanité en France, au Mexique et aux États-Unis », Géographie et cultures n° 24, 1997, p. 74.

23 Capron G., 1998, p. 57.

24 Cette expression est empruntée à Baudrillard ; Baudrillard J., La société de consommation : ses mythes, ses structures. Gallimard, 1970, p. 21.

25 Dans un article sur les lieux publics, Sansot souligne les conditions d’accessibilité « Il n’est pas rare que l’espace public se donne plus largement à une certaine catégorie de la population et qu’il oppose des barrières plus ou moins difficiles à franchir selon le statut social, le sexe, la race, la fortune des individus ». Sansot P., « Autour de l’accessibilité aux espaces publics », Espaces et sociétés n° 62-63, 1991, p. 77.

26 À l’entrée des galeries marchandes, il y a rarement des personnes refoulées. La présence des agents de sécurité est principalement dissuasive.

27 Freitas R. F., 1996, op. cit., p. 54.

28 Les enquêtes sur la clientèle ont été effectuées dans les galeries Les Dunes et Verdun 730 à l’automne 1998.

29 Baudrillard parle de contactothérapie (Baudrillard J. dans Freitas R. F., op. cit.. 1996, p. 15)

30 Barbichon G., « Espaces partagés : variation et variété des cultures », Espaces et sociétés n° 62-63,1991, p. 109.

31 Le littoral de Beyrouth est constitué de plusieurs plages privées dont l’accès est très réglementé (Saint-Georges, Riviera, Summerland, Coral Beach). Parmi les clubs sportifs sélectifs, nous pouvons citer le Golf Club et le Cercle Sportif Français.

32 Aux Dunes et à Verdun 730, respectivement 9 et 11 enseignes viennent de l’Est beyrouthin (36 % et 35 % des enseignes de la galerie). Dans chaque cas, l’ouverture à Verdun constitue une première dans la partie occidentale de la ville.

33 Les plus grandes enseignes commerciales libanaises pratiquent la décentralisation. Ces enseignes sont présentes dans la plupart des grandes artères marchandes de l’agglomération beyrouthine. Ce « succursalisme » a commencé dans les années 70 entre le centre-ville et Hamra. Avec la guerre, les succursales se sont multipliées. Aujourd’hui, une enseigne peut compter de 5 à 10 succursales à Beyrouth (Debbas, Exotica, GS, Joseph Eid, Khabbaz, Librairie Antoine, Red Shoe, Warde).

34 Notre réfléxion sur le thème de la réconciliation et de la pratique des galeries marchandes de la rue Verdun s’appuie sur cette question, Métral J., « Dire et voir la ville », Beyrouth, Grand Beyrouth, les Cahiers du CERMOC n° 16, CERMOC, Beyrouth, 1997, p. 159.

Table des illustrations

Légende Entrée principale de la galerie Les Dunes. ©Guillaume Boudisseau 1998
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k

Auteur

Guillaume Boudisseau, doctorant en Géographie à URBAMA, université de Tours, chercheur associé au CERMOC.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.