Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Deuxième partie. Négociations

La reconstruction de la banlieue sud-ouest de Beyrouth : une négociation entre État et acteurs politiques

Mona Harb el-Kak

Texte intégral

1À la sortie de la guerre, l’État libanais entreprend une politique de reconstruction et de développement dans laquelle sont impliquées comme acteurs les forces politiques issues de la guerre. Comment l’État compose-t-il avec ces acteurs dans le cadre de la reconstruction physique et politique du pays ? L’étude du projet de réaménagement de la banlieue sud-ouest de Beyrouth, Elyssar, fournit un exemple des caractéristiques et des modes de fonctionnement de l’État qui compose avec les acteurs politiques à travers divers procédés de négociation.

2Ce travail se divise en deux parties : la première présente les objectifs du projet Elyssar ainsi que ses acteurs, en insistant sur le fonctionnement en complémentarité/ concurrence du système triadique que forment l’État, polarisé autour du gouvernement Hariri, le Hezbollah et le mouvement Amal. La deuxième partie s’attache au processus de prise de décision au sein du conseil d’administration d’Elyssar à travers l’examen des procédés de négociation des normes d’action. À partir d’entretiens effectués avec les membres du conseil d’administration autour de la mise en oeuvre du projet, nous avons tenté de dégager les ressources des acteurs dans le jeu de la négociation ainsi que les enjeux et les termes de cette négociation. Nous avons repéré trois procédés négociatoires qui sont liés à des termes et des enjeux spécifiques: la manipulation, la pression et l’échange marchand. Nous concluons par quelques remarques sur la négociation comme production renouvelée des normes d’action et des rapports de force (et donc du conflit), mais aussi comme conciliation entre intérêts opposés.

ELYSSAR : LE PROJET ET SES ACTEURS

3À l’issue de l’accord de Taëf en 1989 et notamment avec la mise en place du gouvernement dirigé par Rafiq Hariri entre 1992 et 1998, la « reconstruction » est devenue un maître-mot dans les discours politiques, confondant une période et un contexte donnés, l’après-guerre, avec des opérations urbaines ponctuelles. Parmi ces opérations physiques de reconstruction, on trouve, en banlieue-sud, le projet Elyssar.

  • 1 Charafeddine W., « La banlieue sud de Beyrouth, structure urbaine et économique », thèse d’aménage (...)

4La banlieue-sud, où réside près du tiers de la population du Grand-Beyrouth1, peut être sociologiquement et morphologiquement divisée en deux parties, est et ouest, séparées par le boulevard de l’aéroport. La partie orientale groupe les anciens villages de Chiyah, Ghobeiri, Haret Hreik, Mraijé et Bourj Brajneh qui se sont densifiés avec les vagues successives de migration, intensifiées pendant la guerre, pour donner lieu au continuum urbain nommé « dahiyah » (banlieue). Quant à la partie occidentale, elle inclut les quartiers non-réglementaires de Jnah, Ouzaï, Horch al-Qatil, Sabra et Chatila qui se démarquent, par leur forte densité et leur irrégularité, de Bir Hassan, Ramlet el-Beïda et de la zone qui borde le boulevard de l’Aéroport.

5Outre ses caractéristiques urbaines, la banlieue-sud se distingue par sa structure communautaire à majorité chiite. Les chiites, déjà mobilisés depuis le début des années 1970 par sayyid Moussa al-Sadr, se sont structurés quelques années plus tard autour de deux forces politiques : le mouvement Amal à partir de 1973 et le Hezbollah à partir de 1982. Amal a perdu peu à peu le monopole politique et militaire sur le terrain en faveur du Hezbollah qui a habilement construit son implantation en banlieue-sud au cours des dix dernières années. Avec un État longtemps absent des scènes sociale, éducative et sanitaire, les activités du Hezbollah dans ces domaines ont été progressivement acceptées par une large partie de la population.

Un établissement public

6Elyssar est un établissement public qui a pour objet le réaménagement et la restructuration de la partie ouest de la dahiyah. La surface totale du projet est de 560 ha dont 230 ha de constructions réglementaires et de bâtiments religieux et sociaux sont exemptés de démolition. Les 330 ha restants sont mis sous étude : les quartiers non-réglementaires seraient détruits puis reconstruits selon des règlements d’urbanisme précisés dans les plans directeurs. Le littoral qu’ils occupent serait alors libéré et pourrait être revalorisé dans le cadre d’une zone touristique. La moitié des habitants déplacés (7 400 ménages sur les 13 900 recensés) seraient relogés dans des logements sociaux construits dans cinq zones résidentielles au sein du périmètre d’Elyssar (Maramil, Sabra, Jnah, Raml el-Ali et Horch el-Qatil). De même, les commerces et les petites industries qui font actuellement partie des quartiers non-réglementaires seraient à 55 % relocalisés dans un centre commercial à Ouzaï et dans des zones artisanales à proximité des logements.

  • 2 Les terrains mushaa’ groupent « les terroirs au parcellement d’origine communautaire », Weulersse (...)

7La zone couverte par le projet est en majorité formée de larges parcelles non-loties en copropriété et de mushaa’2. Une partie de ces parcelles appartient au domaine public et municipal. Le caractère public et le statut foncier confus des terrains ont d’ailleurs permis aux secteurs non-réglementaires de s’établir et de s’étendre sans difficultés majeures. Etant situés le long de la côte, ces terrains peuvent donner lieu à d’importantes plus-values foncières, aujourd’hui paralysées par l’urbanisation illégale. Par des procédures d’expropriation, de remembrement et de lotissement, Elyssar compte s’approprier ces terrains et récupérer ces plus-values. Les bénéfices seraient assez larges pour financer la construction des logements ainsi que des zones de commerce et d’artisanat.

  • 3 OGER est une entreprise de bâtiment et de travaux publics qui appartient à R. Hariri.
  • 4 Dar al-Handasah est le bureau d’études libanais d’ingénierie qui a conçu les plans du centre-ville (...)
  • 5 À titre d’exemple, selon un cadre du Hezbollah, Rafiq Hariri serait directement intervenu pour acc (...)

8En parallèle à d’autres projets et de manière peu transparente, la mise en place d’Elyssar a commencé en 1992, avec une équipe de professionnels appartenant à l’entreprise OGER3 qui dépendaient directement du chef du gouvernement, Rafiq Hariri. En collaboration avec le bureau d’études Dar al-Handasah4, cette équipe a étudié plusieurs alternatives du projet conçu, dans un premier temps, comme un ensemble de sociétés foncières, dans le cadre de la loi 117/ 91 qui avait rendu possible la création de Solidere. Le Hezbollah n’était pas étranger à ces réflexions, puisque Rafiq Hariri avait contacté ses responsables qui ont alors mis en place un comité de suivi d’Elyssar, conduit par Nayif Krayyim, ingénieur et cadre au parti. Le mouvement Amal suivait aussi le projet à travers la personne de Ali el-Khalil, député d’Amal au Liban-sud et responsable au sein du mouvement de la région de la banlieue-sud. Mais, bien que le Hezbollah et Amal n’en aient pas été exclus, le projet Elyssar reste perçu par les acteurs du projet ainsi que par les résidents, comme un « projet Hariri ». Dans notre texte, nous utiliserons souvent « Hariri » pour désigner l’État comme acteur dans Elyssar : ceci est dû aux influences structurantes du Premier ministre sur le projet, qu’elles soient directes ou à travers ses proches au sein de Dar al-Handasah et du conseil d’administration d’Elyssar5.

  • 6 Le conseil d’administration d’Elyssar compte quatre autres membres qui ne participent pas aux négo (...)

9La première étape de la mise en place d’Elyssar qui, avec des ruptures plus ou moins longues, dure près de trois ans, s’achève en 1995 quand est nommé, par le Conseil des ministres, le conseil d’administration de l’établissement public. Il est présidé par un proche de Rafiq Hariri, Joseph el-Hélou, et inclut les représentants du mouvement Amal et du Hezbollah, Ali el-Khalil et Nayif Krayyim6.

Les acteurs politiques : la triade Amal-Hezbollah-État/Hariri

10Les acteurs prenant part à l’élaboration et à la mise en place du projet Elyssar ne se limitent pas à la triade étudiée. Les résidents du périmètre d’Elyssar organisés en plusieurs comités populaires, les associations de locataires, les propriétaires fonciers, les investisseurs potentiels, les notables locaux, les comités d’expropriation, les bureaux d’étude privés, etc. sont tous des acteurs qui participent à Elyssar, de manière plus ou moins explicite, plus ou moins connue. Mais, pour des raisons d’analyse, notre travail portera seulement sur les trois pôles d’acteurs qui ont le monopole de la négociation directe du projet.

  • 7 Entretien avec un cadre du Hezbollah, Haret Hreik, le 01/06/1998.

11Amal, le Hezbollah et l’État/Hariri présentent des différences structurelles et idéologiques essentielles à caractériser pour la compréhension de la mise en oeuvre du projet. Les disparités entre Amal et le Hezbollah se traduisent par des rivalités qui ont pris la forme de conflits armés et qui, après la guerre, obéissent à de nouvelles règles du jeu politique. Ces règles sont aujourd’hui largement déterminées par la sphère institutionnelle publique qui se reconstruit et à laquelle les deux acteurs appartiennent, au niveau parlementaire pour le Hezbollah et ministériel pour Amal. Les relations entre les deux acteurs chiites sont déterminées par leur rapport respectif au président Hariri ; la distance entre le Hezbollah et Amal augmente plus lorsque s’opère un rapprochement entre Amal et Hariri ou entre le Hezbollah et Hariri7.

  • 8 Harik J., The public and social services of the militias, London, Centre for Lebanese Studies, Pap (...)
  • 9 Entretien avec un cadre du Hezbollah, Haret Hreik, le 27/03/1998.

12Amal et le Hezbollah sont des acteurs communautaires qui distribuent chacun des services sociaux et urbains à la population de la banlieue-sud. Ils groupent, de manière souvent opaque et non officielle, un ensemble d’intervenants et opèrent à travers des systèmes d’action étroitement liés à des modes de légitimation distincts. Amal s’approprie les ressources de plusieurs institutions publiques qu’il contrôle progressivement depuis 19848. Son alliance avec l’autorité chiite officielle, le Conseil supérieur chiite, qui gère une université, un hôpital, une mosquée et deux écoles dans la banlieue-sud, lui procure également l’accès à d’autres ressources sociales. La distribution des ressources chez le Hezbollah opère selon un programme conforme à son idéologie de prise de pouvoir au sein de la communauté chiite, contrairement au mouvement Amal qui n’a pas de stratégie précise pour la distribution de services. Dès 1982, le parti de Dieu commence à mettre en place son propre réseau d’associations qui organisent les champs culturel (mosquées, husseyniyyat), éducatif (écoles, instituts), sanitaire (pharmacies, dispensaires, hôpitaux) et des équipements urbains (supermarchés, eau, électricité, déchets). Ces services mettent en relation directe des membres ou des proches du Hezbollah avec les habitants et, de ce fait, contribuent largement à la légitimation du parti. La crédibilité du Hezbollah, aux dires d’un de ses cadres, aurait été confirmée par son succès aux élections municipales de 1998 à Bourj Brajneh et Ghobeiri9. Ainsi, en banlieue-sud, le Hezbollah jouit d’un pouvoir local plus prononcé que le mouvement Amal, notamment à travers l’imbrication de ses ressources matérielles avec des valeurs symboliques religieuses. Cependant, son pouvoir « national » paraît concurrencé par Amal qui a accès à des ressources publiques dont la valeur d’échange marchand est supérieure aux siennes. Les inégalités des pouvoirs entre les deux acteurs dépendent donc de leur accès aux, et de leur organisation des, ressources.

  • 10 Entretien avec J. Hélou, PDG d’Elyssar, Haret Hreik, le 25/03/1998.
  • 11 Cette remarque est tirée de nos visites à J. Hélou et à des responsables d’Elyssar à Dar al-Handas (...)

13Ces inégalités doivent aussi compter avec l’acteur public dont le poids modifie les données du jeu. Elyssar étant un établissement public qui dépend directement du Conseil des ministres, la capacité de sanction et d’arbitrage, détenue par son président, lui confère un rôle nettement supérieur à ceux d’Amal et du Hezbollah qui, selon lui, ne sont considérés que comme « des intermédiaires » entre Elyssar et la population10. De plus, Elyssar est un projet qui conforte le discours public national de la reconstruction, basé sur « l’image moderne que Beyrouth doit donner » alors que les résidents non-réglementaires terniraient cette image et empêcheraient le « développement urbain »11.

Réconciliation et reconstruction : questionnements

  • 12 Voir à ce sujet la contribution de J. Bahout sur la réconciliation.

14Dans le cadre de l’action publique, Elyssar est une première expérience qui réunit trois ensembles d’acteurs qui se différencient par leurs représentations et par leurs stratégies sociales et politiques. Dans cette perspective, Elyssar réconcilie Amal, le Hezbollah et le pôle public que représente Rafiq Hariri. La réconciliation sera utilisée ici dans son acception pluraliste où le conflit entre acteurs différents est perçu comme irréductible, mais n’empêchant pas les transactions et les échanges qui deviennent les bases mêmes de la réconciliation. Le conflit, qui se verbalise, est alors régulé par le discours, par le politique12.

  • 13 « Sans l’opposition d’intérêts, la complémentarité ne serait pas nécessaire et sans l’interdépenda (...)

15Notre propos s’intéresse précisément aux formes de régulation du conflit à travers l’étude du projet Elyssar qui réunit trois acteurs en conflit politique et idéologique. Notre hypothèse est la suivante : les trois ensembles d’acteurs d’Elyssar régulent leurs conflits à travers des négociations qui sont des procédés d’échange politique. Ces échanges ou transactions se construisent à partir de l’interaction des intérêts fonctionnellement interdépendants des acteurs. Ceci donne lieu à de la concurrence et de la complémentarité13. Ces jeux mixtes que Marin appelle de la « coopération antagonistique » permettent les échanges entre acteurs en conflit, qu’ils soient inégaux ou déséquilibrés. Elyssar est un projet qui peut se prêter à une investigation des interactions et des échanges entre acteurs en conflit. Dans cette perspective, Elyssar sera étudié dans ce texte comme un lieu de « gestion des conflits » et c’est à partir de là que sera abordée la notion de la réconciliation.

16Comme dans d’autres projets de reconstruction en cours, une opacité règne autour du projet Elyssar. Or, malgré la confusion et l’ambiguïté apparentes, les conflits entre acteurs sont négociés selon des procédés diversifiés qui obéissent à des logiques que nous allons essayer de dégager. Inférer les règles de la négociation qui suivent des temporalités s’inscrivant dans la longue durée, alors que Elyssar est un projet en cours, n’est pas une tâche facile. Nous allons quand même analyser les processus de la négociation dans la prise de décision au sein du conseil d’administration d’Elyssar. Notre propos n’est donc pas de chercher si, à travers Elyssar, on retrouve de la réconciliation. Nous cherchons plutôt à comprendre comment, dans le champ que forme Elyssar, les trois ensembles d’acteurs Amal-Hezbollah-Hariri négocient ? Quelles sont les ressources mobilisées dans ces négociations ? Comment sont-elles liées aux enjeux des négociations ? Enfin, peut-on identifier des règles spécifiques auxquelles obéissent ces négociations ?

17Afin de répondre à ces questions, nous avons conduit des entretiens personnels avec les membres principaux du Conseil d’administration d’Elyssar et nous nous sommes basés sur notre connaissance du projet que nous suivons depuis 1995 à travers la presse et certains documents non publiés. Les entretiens ont aussi eu lieu avec des personnes qui travaillent sur Elyssar, à Dar al-Handasah et au Centre consultatif d’études et de documentation, proche du Hezbollah, qui suit de près la mise en oeuvre du projet Elyssar.

Négociation : définitions

  • 14 Bosc C, « Approches de la négociation politique », in Gaudin J.-P. (dir.), La négociation des poli (...)

18Pour notre intervention, et malgré l’absence d’unité sémantique de la notion, nous travaillerons la négociation dans son acception politique telle qu’elle est utilisée dans la littérature sur les politiques publiques. La négociation politique se caractérise par la reconnaissance des conflits à résoudre et par l’organisation d’une mise en débat, qui peut être explicite ou occultée. Elle concerne « l’élaboration et l’application des politiques publiques [et] elle n’engage que les acteurs, politiques ou sociaux, associés de près ou de loin au processus décisionnel de l’action publique »14.

  • 15 Claeys P.-H, 1995, « Négociation et échange politique », in Claeys P.-H. et Frognier A., L’échange (...)

19La négociation met en jeu deux ou plusieurs acteurs dans un processus réciproque et a pour fin un accord ou un accommodement entre les acteurs ; elle implique donc une répartition de valeurs et un rapport de forces, le conflit se jouant pour la prédominance dans cette répartition et ce rapport15. La négociation a une double exigence : l’obtention de ce qu’on désire et l’entente avec l’adversaire, le but étant de maximiser son intérêt et d’aboutir à un intérêt commun. Ceci implique des rapports de coopération et de compétition.

  • 16 Idem, p. 107-110.
  • 17 Idem, p. 109.
  • 18 Idem, p. 99-113.

20Dans sa discussion de l’échange politique dont un des procédés est la négociation, Claeys examine quatre procédés négociatoires16. Deux opèrent sans qu’il y ait échange. Le premier, la pression, est une utilisation de la puissance des parties en conflit pour une fonction de rééquilibrage du pouvoir : elle peut prendre les formes de menace, surenchère, obstruction, disqualification... Le second est la manipulation qui amène une des parties à consentir à son insu ou pour de fausses raisons à un accord frauduleux : la manipulation opère par piégeage, chantage relationnel, corruption... Les deux autres procédés de négociation appartiennent à la famille de l’échange, c’est-à-dire impliquent une réciprocité des transferts, une compensation des sacrifices et des avantages, une gestion en commun, ainsi qu’un partage des résultats17. Le premier procédé est l’argumentation qui fait appel à la raison et l’esprit logique des interlocuteurs. Il suppose de comprendre quels intérêts fondamentaux sont enjeu pour proposer une solution qui soit acceptable par tous, c’est l’échange d’idées. Le second est l’échange marchand où chaque acquisition est compensée par une cession correspondante, les biens étant économiques, instrumentaux ou symboliques18.

LA PRISE DE DÉCISION : LA NÉGOCIATION DES NORMES D’ACTION

21À partir de l’analyse des interactions entre les membres principaux du conseil d’administration d’Elyssar, nos remarques soulignent l’ampleur de deux mécanismes. Le premier dépasse le cadre de cette contribution, car il concerne l’affirmation de nouveaux acteurs appartenant à des organisations politiques et nécessite une investigation détaillée qui porte sur leur cumul de différents rôles lié à leur profession, leur position politique, leur itinéraire, leur région d’origine...

22C’est le second mécanisme qui fera l’objet de notre investigation, puisqu’il porte sur la négociation des normes d’action. Nous verrons que ces normes ne sont pas stables et qu’elles se construisent, se déconstruisent et se reconstruisent selon les temps et les enjeux disputés, se traduisant en accélérations, ruptures, reprises... L’issue de la négociation, la prise de décision, est le résultat des rapports de force en jeu et dépend de l’asymétrie des ressources « dans leur étroite association matérielle et symbolique » des trois acteurs. Ainsi la négociation n’aboutit pas seulement à un accommodement et une prise décision, mais aussi à un repositionnement des acteurs et à une recomposition du conflit.

  • 19 Harb el-Kak M., « L’espace dans les discours sur l’aménagement de la banlieue sud : le projet Elys (...)

23Dans cette partie, les processus de prise de décision au sein du conseil d’administration d’Elyssar seront examinés à travers les procédés de la négociation des normes d’action. Nous avons tenté de préciser les ressources mobilisées par les trois acteurs au cours des négociations autour d’Elyssar. Par la suite, les règles et les enjeux des négociations passées et en cours ont été dégagés. Trois des quatre procédés négociatoires présentés par Claeys et discutés plus haut ont été repérés : la manipulation, la pression et l’échange marchand ; ces procédés pouvant être utilisés à différents moments au cours d’une même question négociée. Il nous a été difficile de trouver de l’argumentation dans les négociations entre les acteurs, l’échange d’idées n’apparaissant pas nécessaire dans une situation où les conceptions de l’urbain des trois acteurs ne sont pas sujettes à débat, puisqu’elles s’avèrent être assez semblables19.

Les ressources dans la négociation

24Les acteurs d’Elyssar ont accès à des ressources matérielles et symboliques qui dépassent les limites locales du projet Elyssar. Ces ressources dépendent des activités et des services de Rafiq Hariri à Beyrouth, d’Amal et du Hezbollah au Sud, dans la Béqaa et dans la « dahiya ». La domination de Rafiq Hariri est constituée de son pouvoir de contrôle des ressources publiques, à travers sa position au gouvernement, et de ses alliances économiques avec le secteur des entreprises privées. Elle s’inscrit dans un discours sur la modernité et l’urbanité. Mais cette domination se nuance à travers le rôle des acteurs politiques qui ont des ressources potentiellement suffisamment obstructives pour pousser l’État à la négociation. L’État devient aussi négociateur et dans ce papier, il est étudié comme un ensemble d’acteurs au même titre que les acteurs politiques.

25La présence du leader d’Amal, Nabih Berry à la tête de l’Assemblée nationale ainsi que les imbrications, voire les superpositions, d’Amal avec les institutions de l’État présentent le mouvement comme le représentant chiite officiel, lui donnant ainsi une légitimité et une autorité nationale. Le Hezbollah construit sa légitimité autour de la muqawama (la résistance) dont il réclame l’exclusivité et qui devient leur moteur idéologique voire leur mythe mobilisateur. La muqawama permet la constitution de plusieurs organisations directement liées à des pratiques militaires et au martyre (les associations al-Chahid, al-Jarha), mais d’autres organisations proposent des services qui dépassent son cadre (les associations al-Muassassa al-islamiyya lil tarbiya wal taalim, Jihad al-Binaa’, al-Hayaa al-suhiyya, al-Imdad).

26Puisque nos trois ensembles d’acteurs contrôlent des ressources dans des champs relativement distincts les uns des autres, leurs intérêts sont fonctionnellement interdépendants, comme le témoigne leur réunion dans Elyssar. Les trois acteurs ont des intérêts économiques et politiques à retirer du projet et utilisent leurs compétences complémentaires pour se positionner comme acteurs incontournables dans les négociations.

27À partir de nos entretiens, nous avons établi une grille d’analyse où nous avons pu repérer quatre types de ressources chez les acteurs : celle du territoire, celle de l’information, la ressource juridique et la ressource temps. Souvent, ces ressources s’imbriquent, se superposent et s’utilisent simultanément.

La ressource territoriale

  • 20 En 1983, le président Amine Gemayel ordonne la destruction des quartiers non-réglementaires d’Ouza (...)

28L’État pourrait peut-être trouver des moyens pour assurer les financements nécessaires pour Elyssar (emprunts, partenariat public/privé...), mais l’association du projet à l’image de l’État rappelle trop aux résidents la violence des précédentes opérations publiques et fait obstacle à une éventuelle relation de confiance20. Or, le contrôle social et politique des quartiers d’Elyssar passe à travers Amal et le Hezbollah qui ont le pouvoir d’imposer le projet auprès des résidents s’il est articulé selon leurs volontés de garder la population sur place (construire les logements) et d’assurer des indemnités (reconnaître le droit des illégaux). Amal et le Hezbollah ont la particularité d’être à Elyssar « chez eux » et donc d’être en position de force quant il s’agit du contrôle effectif des résidents d’Elyssar pour lesquels ils ont le monopole de la représentation.

29Ce contrôle social et politique a d’ailleurs été renforcé depuis qu’Elyssar a démarré. Le Hezbollah et Amal ont des délégués qui opèrent dans les quartiers concernés et qui leur rapportent régulièrement des informations. Ils organisent, séparément, dans les husseyniyyat ou dans les maisons des notables, des réunions avec les résidents à qui il est fait part des développements relatifs au projet et des positions à adopter.

  • 21 - Le 23 août 1998, une partie de ces analyses a été présentée et discutée dans le cadre d’une conf (...)

30En outre, en ce qui concerne le Hezbollah, ce contrôle social et politique se base sur une connaissance fine du terrain, non seulement due à l’encadrement territorial, mais aussi à l’accumulation d’un savoir technique. À partir d’enquêtes de terrain, le Centre consultatif d’études et de documentation (CCED) fournit à N. Krayyim des analyses critiques du projet Elyssar dans ses détails techniques, urbains et architecturaux21.

  • 22 Voir le quotidien al-Nahar du 18/02/1997.
  • 23 Sur la politique inéquitable des indemnités à Maramil, voir le quotidien al-Nahar du 12/08/1997 ; (...)

31Ce contrôle et cette connaissance donnent aux acteurs politiques le pouvoir de mobiliser une majorité des résidents quand un enjeu l’exige, ce qui leur permet à la fois de renforcer leur position d’interlocuteur et de répondre à une certaine attente sociale, comme l’illustre l’exemple suivant : le tracé de la route qui relie la cité sportive au boulevard de l’Aéroport passe par le quartier Maramil où devaient être démolies plusieurs habitations. Le montant des indemnités qu’Elyssar avait prévu et qui était mentionné dans le budget du gouvernement en 1997 avait été rabaissé du tiers par le comité d’expropriation. Réclamant une augmentation des indemnités, les résidents concernés par l’évacuation ont fait alors appel au Hezbollah et à Amal pour défendre leurs revendications. Comme Elyssar ne revenait pas sur sa décision et que les bulldozers étaient dépêchés sur les lieux pour forcer la démolition, des députés d’Amal et du Hezbollah se rendent à Maramil et se joignent à la population pour organiser un sit-in. Cette confrontation fut couronnée par l’intervention directe de Nabih Berry22. Finalement, quelques mois de négociations plus tard, les indemnités furent versées avec une augmentation de plus de 25 %, voire de 50 % à certains habitants23.

32Pour les acteurs politiques, la ressource territoriale est essentielle à préserver, voire à renforcer, pour deux raisons majeures : d’une part, elle signifie une clientèle potentielle de 13 900 ménages, inscrits pour la plupart dans leurs fiefs électoraux du sud-Liban et de la Béqaa ; d’autre part, elle légitime la présence d’Amal et du Hezbollah comme intermédiaires dans les négociations sur Elyssar, tout en leur octroyant de nouvelles ressources qui peuvent être utiles dans d’autres négociations politiques.

La ressource informationnelle

  • 24 Enquête à Ouzaï, hiver 1997. Voir le quotidien al-Diyar du 13/02/1997.

33Le Hezbollah et le mouvement Amal détiennent des informations qu’ils mettent à la disposition des résidents d’Elyssar à certains moments, contribuant à créer des rumeurs et une circulation de renseignements sur la base de laquelle se forment des regroupements et, parfois, des offensives contre le projet. L’exemple des expropriations en est une illustration. Elyssar a exproprié des parcelles situées sur le littoral. Dans ce cadre, le comité d’expropriation sous la présidence de Philippe Khairallah a évalué en automne 1996 le coût du mètre carré dans le lot no.3908 à un taux moyen de 275$. Or, à Ramlet el-Beïda, quelques centaines de mètres plus loin, le prix se négocie à près de dix fois plus. En réaction, une trentaine de résidents d’Ouzaï, actionnaires des lots expropriés, ont porté plainte contre cette évaluation, soutenus gratuitement par un avocat proche du mouvement Amal24.

  • 25 Entretien avec un cadre du Hezbollah, Haret Hreik, le 01/06/1998.

34Un autre type d’information, détenu à une échelle de pouvoir différente, a aussi forcé les négociations dans un sens plutôt qu’un autre. Un des moyens utilisés par le Hezbollah pour entraver la mise en oeuvre de plusieurs sociétés foncières à Elyssar a été de menacer le gouvernement de dévoiler le contenu d’une de ses réunions où le projet de société foncière en banlieue-sud avait été approuvé à la va-vite, sans avoir fait l’objet de discussion entre ministres (arrêté du Conseil des ministres du 01/05/1992). Le parti de Dieu a pu négocier la question grâce à son obtention du compte-rendu de la réunion qui citait le projet de loi 117/91 pour Elyssar alors que certains ministres avaient déclaré ne pas être au courant de son existence25.

35Les acteurs politiques ne sont pas les seuls à jouer du contrôle de l’information. Les représentants de Rafiq Hariri « cachent » aussi des données sur Elyssar, notamment celles relatives au domaine foncier, qu’ils ne révèlent qu’une fois qu’elles ne représentent plus de ressources mobilisables. Cette détention d’informations contribue à la production de marges d’incertitudes dans le jeu politique, qui sont contrôlées par un acteur aux dépens des autres. Souvent ces informations relèvent du champ juridique d’où la superposition entre la ressource information et la ressource juridique.

La ressource juridique

  • 26 Ibid.

36Rafiq Hariri représente l’État qui contrôle des biens publics et de puissantes ressources puisqu’il peut utiliser légitimement la force et la législation. De là, on pourrait affirmer que l’État serait un acteur dominant, un « pouvoir structurant » que la négociation actualise et reconfirme. Mais les acteurs politiques ont aussi accès aux pouvoirs de la règle juridique. Berry étant à la fois leader d’Amal et président de l’Assemblée, le mouvement possède une capacité d’intervention et de pression législative. Celle-ci a été utilisée pour la mise en oeuvre d’Elyssar comme établissement public au lieu de société foncière et par le vote d’un décret qui interdit toute société foncière dans le périmètre de la banlieue sud-ouest (décret no.6918/ 93). Quant au Hezbollah, à qui les élections municipales du printemps 1998 ont permis de prendre le contrôle des municipalités de Ghobeiri et de Bourj Brajneh (qui ont sous leur juridiction tout le périmètre d’Elyssar), il dit compter utiliser leurs prérogatives pour peser différemment dans le projet26.

La ressource temporelle

  • 27 Sur le refus du Hezbollah du compromis offert par Rafic Hariri, voir al-Kifah al-Arabi du 17/03/19 (...)
  • 28 Entretien avec un cadre du Hezbollah, Haret Hreik, le 01/06/1998.

37L’utilisation du temps comme ressource pour le blocage (ou l’accélération) du projet est aussi une pratique des protagonistes. L’exemple de la route d’Ouzaï semble fournir un cas intéressant pour expliquer comment le temps dans la négociation permet le maintien des positions acquises. Parmi les routes planifiées, la route du sud qui doit lier Beyrouth au sud-Liban est un enjeu important pour l’État puisqu’elle permet de débloquer le trafic entre le sud et Beyrouth et de désenclaver la croissance urbaine de la capitale. Le tronçon de Jnah a déjà été effectué ainsi que celui au niveau de l’aéroport : reste celui qui relie les deux à travers Ouzaï. Dans Elyssar, cette construction doit suivre celle des immeubles résidentiels à Maramil et du centre commercial d’Ouzaï où doivent être relocalisés les nouveaux commerces et logements du bord de la route d’Ouzaï. Or, comme la construction des logements et du centre n’a pas été initiée pour manque de financement, l’État a proposé la construction d’un pont au-dessus de la route actuelle, évitant ainsi les démolitions et les relocalisations. Mais, le Hezbollah a refusé cette solution qui lui semble ajourner encore plus le relogement essentiel à ses yeux27, puisqu’il permet de fixer sa clientèle dans un territoire qu’il contrôle déjà puissamment. Etant conscient de l’enjeu que cela représente pour l’État, le Hezbollah mise sur le temps et persiste dans son refus afin de pousser le gouvernement à débloquer les fonds nécessaires pour lancer la construction des logements et du centre commercial. Le parti essaye de convaincre les résidents de ne pas vendre leurs actions des terrains en copropriété et de rester à Ouzaï en arguant du fait que, à long terme, c’est une opération urbaine économiquement gagnante « puisque Hariri même y a investi »28.

  • 29 Entretien avec un architecte de Dar al-Handasah, le 26/05/1998.
  • 30 Fisher rappelle l’importance des « différences de puissances entre les parties en présence dans un (...)

38Cependant, la ressource temps est aussi utilisée par l’État à son avantage. Toujours dans le cas d’Ouzaï, comme le Hezbollah essaye de gagner du temps et de retarder une construction d’intérêt national, l’État a eu recours à l’option de faire passer la route du sud en contournant l’aéroport à l’est, dans la plaine de Choueifat29. Ainsi, il réussirait à faire passer les routes tout en retardant (ou évitant ?) la construction des logements sociaux et, simultanément, à diminuer le poids de l’enjeu sur des terrains objets d’une négociation financière. De plus, une bonne partie des activités de transit le long d’Ouzaï, dont bénéficie largement le quartier, serait paralysée, provoquant ainsi une sérieuse atteinte à la vie commerciale, tout comme ce fut le cas à Jnah. Par conséquent, l’intervention sur le littoral pour récupérer l’enjeu foncier en sera facilitée. Ceci montre que l’État, en ayant les moyens exclusifs de recourir à la législation et à la force, peut toujours être l’acteur dominant du jeu et choisir de se retirer une fois ses priorités réalisées30.

39Ainsi, si la ressource du territoire dans sa capacité de mobilisation sociale et politique est plus entre les mains des organisations politiques, la ressource information, la ressource juridique et celle du temps sont inégalement partagées entre les trois acteurs qui les utilisent pour modifier les données du jeu et recomposer la donne et la mise.

Enjeux et règles de la négociation

40En discutant à partir de quelques exemples des ressources des acteurs dans les négociations, nous avons rendu compte indirectement des enjeux qui se jouent dans ces négociations et des règles qui régissent les procédés négociatoires. Ces enjeux existent à deux échelles, l’une nationale et l’autre locale.

L’échelle nationale

41Le projet Elyssar est fortement lié à la mise en oeuvre d’autres projets de reconstruction à Beyrouth qui contribuent à forger une certaine image de la capitale en reconstruction, une image de modernité (hadara), d’ouverture et d’accessibilité. Dans la banlieue-sud, la mise en oeuvre de cette image n’est pas aisée, car le bâti existant contraste avec les représentations diffusées par les discours et les réalisations urbaines. Ainsi, les constructions à Jnah de la cité sportive, de l’hôpital gouvernemental et de l’esplanade en jardins, ainsi que la reconstruction de l’aéroport et le réaménagement du Golf club jurent avec les camps palestiniens et les secteurs non-réglementaires situés à proximité. Ces aménagements qui desservent la capitale et sa région sont liés aux construction des voies de circulation rapide qui relient l’aéroport au centre-ville et Beyrouth au sud-Liban.

  • 31 Entretien avec un cadre du Hezbollah, le 01/06/1998.
  • 32 Entretien à Ouzaï, hiver 1997.

42Dans leurs négociations, les acteurs politiques utilisent l’enjeu de la reconstruction, cher au gouvernement R. Hariri. Sachant pertinemment que le centre-ville ne peut être complètement viable sans la mise en oeuvre des routes y permettant l’accès depuis l’est, le sud et le nord-est et donc sans la mise en oeuvre, entre autres, d’Elyssar, Amal et le Hezbollah ont, par exemple, échangé les votes de leurs députés en faveur du projet Solidere du centre-ville contre des concessions à Elyssar31. C’est ainsi qu’ils ont obtenu qu’Elyssar devienne un établissement public au lieu d’une société foncière. Et c’est en liant leur accord au passage des routes à un certain montant d’indemnités que la voie de Jnah a pu être construite32.

43Outre la reconstruction, l’autre enjeu national d’Elyssar est l’enjeu politique qu’il représente pour Amal et le Hezbollah. Les deux acteurs se disputent la représentation de la communauté chiite à Elyssar et y testent chacun leur légitimité. Elyssar leur permet de conserver leur conquête du pouvoir et de confirmer leur visibilité. Ils peuvent y développer leurs stratégies de représentation et de légitimité et les tester dans le cadre des élections (voir les municipales du printemps 1998).

L’échelle locale

  • 33 La dénomination « résidents » a elle-même été l’enjeu de négociations sur le statut des habitants (...)
  • 34 Entretien avec un cadre du Hezbollah, Haret Hreik, le 10/03/1997.

44Plus localement, l’enjeu capital pour les acteurs politiques est de garder leurs clients dans leurs territoires. C’est d’ailleurs à cette fin que le Hezbollah et Amal insistent pour la construction des logements et des zones de commerce et d’artisanat. Le déplacement des résidents33 hors d’Elyssar est une affaire que Hezbollah redoute car le parti craint qu’ils se dirigent en majorité vers la banlieue sud-est qui a déjà beaucoup de problèmes urbains à résoudre avec ses propres résidents34. La relocalisation des résidents signifie pour Amal et le Hezbollah le maintien et le renforcement de leur ressource territoriale, puisque, aux dires d’un des cadres du Hezbollah, « une fois la population bien installée, nous pourrons enfin vaquer à notre projet culturel et politique ». Ainsi, il se confirme que, outre sa dimension sociale, le projet Elyssar est aussi un enjeu politique, puisque son existence même signifie un accroissement des pouvoirs de contrôle des acteurs politiques.

45D’autre part, un nouvel enjeu apparaît à l’échelle locale, après les élections municipales de mai 1998, celui de la gestion des services collectifs locaux et des équipements de quartier. Les systèmes alternatifs de distribution de services sociaux et urbains mis en place par Amal et le Hezbollah ne s’organisent plus aujourd’hui en complète autonomie des institutions publiques (ministères de la Santé, des Affaires sociales, des Déplacés...) avec lesquelles des coopérations sont signées. La position dominante d’Amal dans ce champ se trouve concurrencée par les importantes ressources municipales que le Hezbollah contrôle après la victoire de ses listes à Ghobeiri et Bourj-Brajné.

  • 35 Entretien à Ouzaï, hiver 1997. Voir les quotidiens al-Anwar du 28/02/1996 et al-Safir du 27/06/199 (...)

46Cet enjeu est étroitement lié à celui de la valeur foncière du littoral, aujourd’hui paralysé par les constructions non-réglementaires des résidents. Le littoral n’est pas le seul enjeu économique : les larges parcelles non-loties représentent aussi un potentiel foncier important. Les expropriations qu’Elyssar a engagé depuis un an témoignent de la valeur matérielle de l’enjeu. Bien que supposé exproprier temporairement les parcelles, pour procéder à leur remembrement et à leur lotissement avant de les restituer à leurs propriétaires (après avoir récupéré 25 % des surfaces des parcelles pour raison d’intérêt public), Elyssar a décidé d’exproprier définitivement les propriétaires de certains lots situés sur la bande littorale (les biens-fonds nos. 190 et 6927)35.

Règles du jeu

  • 36 Marin, op. cit., p. 50-51.

47Les ressources des acteurs dans les enjeux de la négociation sont mobilisées selon des règles spécifiques aux jeux de la négociation et qu’il s’agit de préciser36. Ces règles ont été déduites des pratiques des trois acteurs et de leurs interactions. Elles ne sont pas toutes mises en oeuvre au cours de chaque question négociée. Sachant que chaque négociation dure un temps qui se superpose avec d’autres négociations qu’elles soient en cours ou passées ou même potentielles. Ces règles seraient plutôt apparentées à des termes régulièrement recomposés en fonction des transformations dans les ressources des acteurs. Ces transformations affectant alors les poids respectifs dans les rapports de force qui, à leur tour, déterminent l’issue des négociations autour des enjeux. Les règles du jeu de la négociation devront donc être pris comme des remarques que nous avons notées à propos des interactions entre les acteurs.

  • 37 Degenne A. et Forse M., Les réseaux sociaux : une analyse structurale en sociologie, A. Colin, Par (...)

48Ici, il semble utile de rappeler que les négociations dans Elyssar ont lieu entre trois ensembles d’acteurs. Dans son analyse de la triade, Simmel montre que cette configuration tend à se diviser entre un couple et un tiers. Le tiers peut avoir trois fonctions : i) être médiateur dans la négociation, ii) tirer avantage du conflit entre les deux parties, iii) être despote, c’est-à-dire créer un conflit entre les parties. La deuxième fonction se distingue par une caractéristique essentielle, celle où la force devient faiblesse et la faiblesse devient force37. Transposer cette configuration au système que forment l’État-Hariri, le Hezbollah et Amal nous aide à voir que les coalitions de couple et de tiers peuvent se former, se déformer et se reformer en fonction des ressources mobilisables au moment de l’enjeu disputé. Ainsi, le couple peut être structuré en pôles autour de Hariri-Hezbollah ou Hezbollah-Amal ou Amal-Hariri. Les termes de la négociation se construisent alors en fonction du couple et du tiers formés.

49La majorité de ces termes peuvent être regroupés dans trois des quatre procédés de la négociation cités par Claeys et évoqués plus haut : la pression, la manipulation et le marchandage.

50La pression qui permet de rééquilibrer les pouvoirs entre les acteurs s’opère à Elyssar à travers la menace, le blocage et la surenchère. Le Hezbollah menace Elyssar de contrer le blocage en dévoilant des « cartes secrètes » qui entraveront son fonctionnement ; Amal a recours à son leader Nabih Berry pour menacer Elyssar de retirer son appui à l’établissement et pousser à l’augmentation du montant de ses indemnisations ; l’État-Hariri menace le Hezbollah et Amal de changer le tracé de la route du sud et de contourner Ouzaï. Le blocage dans la négociation est souvent lié au contrôle de la ressource temps par les acteurs et a pour enjeu le déblocage d’autres négociations. L’État-Hariri semble privilégier le passage des routes et bloquer la construction des logements pour des raisons de priorité de l’enjeu national. Le Hezbollah bloque le passage de la route Ouzaï en exigeant la construction des logements, en principe une priorité d’Elyssar. La surenchère entre les acteurs est une forme de blocage particulière. Dans Elyssar, les surenchères entre Amal et le Hezbollah intensifient le cours des négociations et l’étaient dans le temps. L’objet est souvent lié aux questions d’indemnités où un acteur avance un montant supérieur à celui de l’autre acteur, symbolisant la valeur de son attachement aux intérêts des résidents.

51La manipulation qui pousse un acteur à un accord frauduleux existe par la garantie, la prise de décision autoritaire et vraisemblablement, la corruption. Les garanties entre les acteurs sont des promesses qui permettent à la négociation de s’étaler dans le temps : l’État-Hariri garantit au Hezbollah que les résidents d’Ouzaï qui ne sont pas inclus dans le projet, car ils occupent la zone de l’aéroport, seront quand même relogés ; le Hezbollah et Amal garantissent à l’État-Hariri le contrôle social et politique de la situation. Les prises de décision autoritaires ont parfois lieu au cours d’une négociation qui menace de bloquer afin de la dépasser vers une autre étape ou afin d’imposer son intérêt : c’est le cas de Rafiq Hariri qui se mêle personnellement des lots à exproprier ou de Hezbollah et d’Amal qui tranchent les négociations avec les résidents sur les montants des indemnisations.

  • 38 Marin, op. cit., p. 51-52.

52Enfin, le procédé le plus pratiqué entre les trois acteurs du projet Elyssar est le marchandage ou l’échange marchand que nous retrouvons, à travers sa dimension matérielle, dans les concessions et, à travers sa composante symbolique, dans le renoncement à la sortie stratégique, le recours au pouvoir et le renoncement à son utilisation... Les concessions entre les acteurs sont régulières et permettent un avancement vers la prise de décision, issue de la négociation : l’État-Hariri permet l’établissement public et la représentation du Hezbollah et d’Amal au sein du Conseil d’administration d’Elyssar ; le Hezbollah concède le direction du Conseil à Rafiq Hariri ; Amal accorde le passage de l’autoroute de Jnah ; le Hezbollah accepte les indemnisations sans relocalisation dans des logements, etc. Le « renoncement à la sortie stratégique »38 semble, jusqu’ à présent, une règle appliquée de tous, malgré les menaces des uns et des autres. Le Hezbollah ne « sort » pas d’Elyssar et demande à la population de ne pas vendre ses actions, et de ne pas quitter les lieux, pour garantir et conforter une de ses assises sociale, politique et peut-être même économique. Amal reste, puisque Elyssar est un moyen de légitimation supplémentaire pour le mouvement, ainsi qu’une source de profit matériel. Hariri ne « sort » pas, car il n’a pas encore réalisé tous ses objectifs (la circulation et le foncier littoral). Le recours au pouvoir et le renoncement à son utilisation semblent aussi illustrer les processus de négociation : le sit-in de Maramil organisé par les acteurs politiques contre les bulldozers de l’État en témoigne doublement. Les trois acteurs ont mis en scène leur pouvoir, mais ont renoncé à recourir à son exercice. Les bulldozers se sont retirés et les acteurs politiques ont poursuivi la négociation sur le montant des indemnisations.

CONCLUSION : RECOMPOSITION DU CONFLIT ET CONCILIATION

53Nous avons essayé de montrer, à travers le cas du projet de reconstruction Elyssar, que les processus de négociations qui semblent, à première lecture, désordonnés et instables, obéissent à des règles spécifiques du jeu, en fonction des ressources mobilisables des acteurs, de leurs inégalités de pouvoir et des enjeux mêmes de la négociation. Ces règles apparemment antagonistiques peuvent s’expliquer par la logique de la compétition/coopération. Elles impliquent des normes d’action qui conduisent aux prises de décision. Ces normes, nous l’avons déjà dit, sont produites et re-produites par les négociations, parfois de façon contradictoire. Elles se construisent en référence aux normes des négociations antérieures et en anticipant sur les négociations futures. Ainsi, les négociations produisent des normes d’actions renouvelées qui requièrent et construisent un langage commun aux acteurs. Dans le cas d’Elyssar, il est intéressant de souligner que l’étude des procédés de négociations révèle les imbrications du public et du privé et montre que leur interface est le lieu où se confrontent les pouvoirs des trois acteurs.

54Cependant, l’étude de la négociation dans Elyssar ne se limite pas à affirmer que la négociation implique une recomposition des règles du jeu et donc une recomposition du conflit. La négociation mène aussi à un aboutissement, à une prise de décision, à un compromis. Dans ce sens, elle signifie une forme de conciliation d’intérêts contradictoires. Elyssar serait alors une reconstruction qui tout en recomposant les conflits et reproduisant les rapports de force, permet une conciliation entre acteurs opposés.

Fig. - Plan d’aménagement de la région d’Elyssar (plan : Dar el Handasah).

Notes

1 Charafeddine W., « La banlieue sud de Beyrouth, structure urbaine et économique », thèse d’aménagement, ss. la dir. de X. de Planhol, Paris, université Paris IV, 1987, p. 1-17.

2 Les terrains mushaa’ groupent « les terroirs au parcellement d’origine communautaire », Weulersse J., Paysans de Syrie et du Proche-Orient, Gallimard, Paris, 1946, p. 98-101.

3 OGER est une entreprise de bâtiment et de travaux publics qui appartient à R. Hariri.

4 Dar al-Handasah est le bureau d’études libanais d’ingénierie qui a conçu les plans du centre-ville pour la société foncière Solidere.

5 À titre d’exemple, selon un cadre du Hezbollah, Rafiq Hariri serait directement intervenu pour accélérer des prises de décision concernant les expropriations du lot 190 à Ouzaï, outrepassant le conseil d’administration. Entretien à Haret Hreik, le 01/06/1998.

6 Le conseil d’administration d’Elyssar compte quatre autres membres qui ne participent pas aux négociations que nous étudions. Il s’agit du député Antoine Andraos, du directeur de l’hôtel Summerland Walid Saab, de l’ingénieur et homme d’affaires Elie Sehnaoui et de Sa‘ad Khaled. le directeur général de l’Urbanisme (DGU), tous considérés comme proches de Rafiq Hariri.

7 Entretien avec un cadre du Hezbollah, Haret Hreik, le 01/06/1998.

8 Harik J., The public and social services of the militias, London, Centre for Lebanese Studies, Papers on Lebanon, n° 14, 1994, p. 20-23.

9 Entretien avec un cadre du Hezbollah, Haret Hreik, le 27/03/1998.

10 Entretien avec J. Hélou, PDG d’Elyssar, Haret Hreik, le 25/03/1998.

11 Cette remarque est tirée de nos visites à J. Hélou et à des responsables d’Elyssar à Dar al-Handasah.

12 Voir à ce sujet la contribution de J. Bahout sur la réconciliation.

13 « Sans l’opposition d’intérêts, la complémentarité ne serait pas nécessaire et sans l’interdépendance des intérêts, elle ne serait pas possible », Marin B. (ed.), Generalized political exchange. Antagonistic cooperation and integrated policy circuits, Frankfurt and Boulder, Campus/Westview, 1990, p. 60.

14 Bosc C, « Approches de la négociation politique », in Gaudin J.-P. (dir.), La négociation des politiques contractuelle, L’Harmattan, Paris, 1996, p. 31-49, citation p. 40.

15 Claeys P.-H, 1995, « Négociation et échange politique », in Claeys P.-H. et Frognier A., L’échange politique, Bruxelles, Université de Bruxelles, p. 99-113, citation p. 105.

16 Idem, p. 107-110.

17 Idem, p. 109.

18 Idem, p. 99-113.

19 Harb el-Kak M., « L’espace dans les discours sur l’aménagement de la banlieue sud : le projet Elyssar », Arnaud J.-L. (dir.), Beyrouth – Grand-Beyrouth, Cahier du CERMOC n° 16, Beyrouth, 1998, p. 191-207.

20 En 1983, le président Amine Gemayel ordonne la destruction des quartiers non-réglementaires d’Ouzaï. Les bulldozers réussissent à démolir certaines maisons avant que les affrontements entre les résidents, soutenus par Amal, et les Forces de sécurité intérieure provoquent plusieurs morts et blessés. L’opération de destruction est alors arrêtée ; aujourd’hui, elle continue d’être évoquée quant il s’agit d’invoquer la « mauvaise foi » de l’État. Cf. plusieurs entretiens à Ouzaï, hiver 1997 et été 1998.

21 - Le 23 août 1998, une partie de ces analyses a été présentée et discutée dans le cadre d’une conférence sur Elyssar, organisée par le CCED, à l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth. Voir Elyssar, al-waqeh wal tahawullat, Beyrouth, CCRD, 1998.

22 Voir le quotidien al-Nahar du 18/02/1997.

23 Sur la politique inéquitable des indemnités à Maramil, voir le quotidien al-Nahar du 12/08/1997 ; sur le montant des indemnités, voir al-Massira du 18/08/1997.

24 Enquête à Ouzaï, hiver 1997. Voir le quotidien al-Diyar du 13/02/1997.

25 Entretien avec un cadre du Hezbollah, Haret Hreik, le 01/06/1998.

26 Ibid.

27 Sur le refus du Hezbollah du compromis offert par Rafic Hariri, voir al-Kifah al-Arabi du 17/03/1998.

28 Entretien avec un cadre du Hezbollah, Haret Hreik, le 01/06/1998.

29 Entretien avec un architecte de Dar al-Handasah, le 26/05/1998.

30 Fisher rappelle l’importance des « différences de puissances entre les parties en présence dans une négociation [qui] résident avant tout dans l’intérêt qu’elles auraient éventuellement à ne pas aboutir à un accord ». Cf. Fisher R., Ury W. et Patton B., 1994, Comment réussir une négociation, Paris, Seuil, p. 154 et 161, cité par Claeys, op. cit., p. 99-113.

31 Entretien avec un cadre du Hezbollah, le 01/06/1998.

32 Entretien à Ouzaï, hiver 1997.

33 La dénomination « résidents » a elle-même été l’enjeu de négociations sur le statut des habitants du périmètre d’Elyssar. Le Hezbollah aurait refusé de les désigner comme des déplacés ou des occupants (muhajjaîin, mehtallîn) et aurait insisté sur “résidents” (qâtinîn). Cette négociation sur les mots ne semble peut-être pas constituer d’enjeu majeur, mais elle contribue à une reconnaissance des droits de ces habitants et à une lecture tout-à-fait différente de leur situation.

34 Entretien avec un cadre du Hezbollah, Haret Hreik, le 10/03/1997.

35 Entretien à Ouzaï, hiver 1997. Voir les quotidiens al-Anwar du 28/02/1996 et al-Safir du 27/06/1996.

36 Marin, op. cit., p. 50-51.

37 Degenne A. et Forse M., Les réseaux sociaux : une analyse structurale en sociologie, A. Colin, Paris, 1994, p. 140-143.

38 Marin, op. cit., p. 51-52.

Table des illustrations

Légende Fig. - Plan d’aménagement de la région d’Elyssar (plan : Dar el Handasah).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.