Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Deuxième partie. Négociations

La négociation : réflexions liminaires sur un concept insaisissable

Bernard Rougier

Texte intégral

1Le concept de négociation présente une double particularité: il est utilisé aussi bien par les acteurs que par les chercheurs et il revêt une dimension à la fois normative et empirique ; il connote la souplesse, le refus de la violence, la recherche du compromis d’une part, tout en servant à décrire la nature des interactions entre acteurs sociaux d’autre part. Son succès correspond à la crise des paradigmes « durs » (marxisme, fonctionnalisme, structuralisme) et à la redécouverte de la notion d’acteur dans le jeu social. Aucune science sociale ne l’ignore, qu’il s’agisse des relations internationales, de la science politique, de l’anthropologie ou encore de la sociologie des organisations.

2Durant ces dernières décennies, le concept n’a cessé de s’étendre à de nouveaux objets ; il s’est émancipé du commerce (le « négoce ») et de la diplomatie (la négociation comme mode de régulation des relations entre États) et se caractérise dorénavant comme une propriété partagée par tous les acteurs sociaux, ces derniers étant capables de « négocier » des enjeux aussi divers que ceux qui se rapportent aux valeurs, aux espaces de liberté, aux identités collectives et individuelles. Ce que le concept a gagné en extension, il l’a donc aussi perdu en compréhension, au point d’être parfois devenu synonyme de « processus social », dès lors que tout processus social implique, en dehors du conflit manifeste, la « gestion » par l’acteur de la tension provoquée par la présence de l’autre. Face à cette tension, la négociation s’apparente à un apprentissage obligé de la vie en commun, puisque vivre ensemble ne résulte pas tant d’un choix que de la prise en compte d’une nécessité existentielle pour tous ceux qui refusent les risques de la guerre.

3Le texte qui suit tente de mieux cerner les dimensions multiples du concept de négociation, en mêlant références théoriques et allusions à l’expérience libanaise, en essayant de puiser des exemples de négociations concrètes dans les contributions qui composent le présent ouvrage collectif, en s’interrogeant enfin sur la finalité des procédures de négociation décrites au regard d’une reconstruction engagée depuis la fin de la guerre et d’une réconciliation encore attendue par les Libanais.

LES AGENCEMENTS VARIABLES D’UN CONCEPT

4La négociation est une relation de pouvoir. Elle s’inscrit dans un contexte qui en détermine la forme et la nature. En ce sens, la négociation est un « concept vide » et il est impossible d’en décrire les caractéristiques in abstracto, sans connaître la configuration des relations sociales dans laquelle elle s’inscrit. Le conflit (latent ou manifeste) et la tension étant les caractéristiques originelles d’une négociation, cette dernière doit donc se penser comme une interaction où les acteurs cherchent mutuellement à s’influencer dans un sens favorable à leurs intérêts, en ayant alternativement ou simultanément recours aux menaces et aux promesses. Il convient donc d’insister sur deux dimensions essentielles : le contexte structurel dans lequel prend place la négociation d’une part et la marge des acteurs à l’intérieur de la négociation d’autre part.

  • 1 Chazel F., « Pouvoir, structure et domination », Revue française de sociologie, XXIV, 1983, pp. 36 (...)

5Le contexte structurel est une variable lourde qui pèse sur la négociation et qui contribue à fixer les règles du jeu, à définir les priorités et, partant, à limiter le choix des possibles. Le concept de négociation apparaît donc comme un concept synthétique puisqu’il réunit structure et acteur, la première présentant un caractère à la fois « contraignant et habilitant » selon l’expression d’Anthony Giddens, puisqu’elle oriente, façonne, encadre et limite, de façon différentielle, les capacités de choix des acteurs. Ce contexte structurel renvoie directement à une situation de domination, envisagée comme une asymétrie fondamentale des ressources1.

  • 2 Strauss A., La trame de la négociation. Sociologie quantitative et interactionniste, Paris, 1992.

6Mais cette situation de domination est à son tour entretenue par les relations de pouvoir qui se jouent à l’intérieur des processus de négociation. Ces processus peuvent ainsi contribuer à dessiner de nouvelles frontières et à redéfinir des enjeux, mettant éventuellement en cause une structure de domination. Dans ce cas, la négociation se combine le plus souvent avec d’autres modes d’action et agit de façon cumulative. Dans sa construction d’un paradigme de la négociation, Anselm Strauss énumère les propriétés propres à tout contexte de négociation : « rythme des négociations ; relatif équilibre des pouvoirs montrés par les parties respectives dans la négociation même ; nature des enjeux respectifs ; visibilité des transactions pour les autres, c’est-à-dire leur caractère public ou privé ; nombre et complexité des questions négociées ; évidence de la légitimité du découpage des questions ; options permettant d’éviter ou de rejeter la négociation, c’est-à-dire les modes d’action alternatifs disponibles »2. Ces différents paramètres sont indispensables pour qualifier la nature de la négociation étudiée et sortir des généralités contradictoires contenues a priori par la simple mention du terme.

7On peut dresser une typologie sommaire en distinguant de façon synthétique trois types de négociation : en premier lieu, la négociation qui accompagne un processus plus large (type décolonisation, transition démocratique, etc.) ; en ce cas, la négociation est un moyen de réduire l’incertitude en permettant d’accompagner sans violence un processus jugé inéluctable. Cela signifie que le « vaincu » -notion relative qui doit s’apprécier par rapport aux objectifs proclamés et au degré de possibilité de les atteindre- garde une capacité alternative de nuisance jugée suffisamment dangereuse par le « vainqueur » pour que ce dernier consente à reconnaître son existence et peut-être à lui réserver une place dans la nouvelle configuration politique. Dans les situations de transition démocratique, la négociation est le seul moyen d’empêcher le recours à la violence de la part des « durs » du régime (armée, police, idéologues) ou, de façon symétrique, de l’aile radicale de l’opposition : les élites chargées de guider un processus de démocratisation doivent apaiser les craintes des secteurs les plus réticents, à travers le jeu de multiples concessions qui peuvent heurter à l’occasion des principes de justice, mais qui s’avèrent souvent indispensables pour assurer le passage à un nouveau régime, encore fragile par définition. Toutes les transitions démocratiques qui veulent faire l’économie de la violence sont des transitions négociées.

  • 3 Comme l’écrit Ghassan Salamé, « L’idée d’un État est essentielle pour les Palestiniens, l’idée de (...)
  • 4 L’expression est empruntée à Carl Schmitt, in La notion de politique, Paris, 1963, p 90.

8On peut distinguer ensuite la négociation qui crée un processus ; la négociation doit faire naître un jeu à somme positive en permettant de concilier des objectifs autrefois antagoniques. Avant que la dynamique des accords d’Oslo ne soit (définitivement ?) brisée, il était possible d’envisager la création d’un État palestinien compatible avec les « exigences israéliennes de sécurité »3. L’intéressant pour notre propos est le rôle de la négociation dans la modification de la représentation de l’adversaire. La connaissance de l’autre, l’intériorisation de ses exigences, la prise en compte réciproque des contraintes, l’échange de concessions mutuelles contribuent à réduire la menace. La négociation conçue comme processus de resocialisation est productrice de confiance sur le plan psychologique et peut générer de nouvelles règles d’interaction sur le plan politique ; elle éloigne le spectre de la violence, réduit le sentiment de vulnérabilité et crée dans certains cas de nouveaux clivages et des solidarités croisées. À l’inverse, si le conflit est « libellé » en termes culturels, religieux et ethniques, la simple présence de l’autre représente une « négation de sa propre forme d’existence »4. Dans ce cas, le langage de la négociation est rapidement assimilé à une forme de trahison.

  • 5 Expression empruntée à Elizabeth Picard, qui développe cet argumentaire in « Le communautarisme et (...)
  • 6 Mythique, dans la mesure où chaque individu est rattaché à un lieu d’origine, le plus souvent situ (...)

9Enfin, un troisième type de négociation présente une valeur plus négative, puisqu’il s’agit de la négociation qui bloque un processus social. Si on s’accorde, par exemple, à décrire le système politique libanais comme l’institution d’une négociation fermée entre élites communautaires, on doit constater qu’un tel système ne peut survivre que par « le maintien d’un ordre social communautaire5 « qui entrave le jeu plus ouvert des dynamiques sociales. Un système politique qui assigne à ses citoyens le devoir de voter sur le lieu mythique6 de leur village d’origine contribue à durcir l’identité prescrite – la communauté religieuse – au détriment des identités « choisies » (professionnelles, sociales, politiques) et ferme ainsi des négociations plus modernes que celle qui résulte de la seule relation intercommunautaire. Ce système ignore les processus sociaux (exode rural, gonflement de la capitale, croissance du secteur tertiaire, émergence de nouveaux acteurs sociaux en mal de représentation, etc.) qui transforment radicalement la société. De manière plus générale, le mode de sélection des acteurs admis à participer à une négociation joue un rôle fondamental dans la fixation du cadre des transactions autorisées.

10Ces trois types de négociation ne sont pas mutuellement exclusifs et peuvent, à l’occasion, se combiner. La négociation « trilatérale » qui s’opère dans le cadre du projet de reconstruction Elyssar, dans la banlieue sud de Beyrouth, en offre une illustration remarquable, puisqu’il s’agit d’une négociation qui s’inscrit dans le processus plus large de la reconstruction physique du Liban après quinze années de conflit, qui « gèle » localement le libre jeu des logiques sociales et politiques au profit d’acteurs miliciens issus de la guerre et qui contribue à la recomposition des forces politiques, notamment à l’intérieur de la communauté chiite dont Amal et le Hezbollah se disputent la représentativité. Mona Harb el-Kak montre, dans son intervention, que le projet Elyssar, loin de traduire le « retour » de l’État dans une zone déshéritée, consacre au contraire de façon institutionnelle le rôle des acteurs miliciens déjà implantés sur le terrain (Amal et, surtout, le Hezbollah). En ce sens, Elyssar est à la reconstruction de la banlieue sud ce que les accords de Taëf ont été auparavant à la fin de la guerre libanaise : la légalisation d’une situation de fait et la prise en compte réaliste et pragmatique d’un rapport de forces reflétant le poids des nouveaux acteurs communautaires produits par la guerre. Ces derniers, grâce à leur « contrôle social et politique » des quartiers concernés par le projet Elyssar et à leur capacité de maintenir un niveau de mobilisation communautaire suffisamment élevé pour savoir se rendre indispensables, sont reconnus et intégrés dans les structures officielles qui servent de cadre à la négociation.

11La combinaison évoquée entre les trois types de négociation recoupe en réalité trois niveaux d’analyse : au niveau local, le contrôle politique de l’espace et le statut de négociateur ont des effets cumulatifs qui bloquent l’émergence d’expressions alternatives et éventuellement concurrentes (comités de résidents, etc.) ; au niveau du conseil d’administration d’Elyssar, la négociation est un processus qui participe à la recomposition des forces politiques à l’intérieur de l’islam politique libanais et plus particulièrement à l’intérieur de l’islam chiite ; enfin, l’ensemble accompagne, au niveau national, le processus global et multiforme de la reconstruction physique du pays.

NÉGOCIATION ET PACTE POLITIQUE

  • 7 Voir « La démocratie comme instrument de paix civile » in Salamé G. (dir.). Démocratie sans démocr (...)

12Si on envisage la démocratie comme le fruit d’un rapport de force politique et social et non plus comme le produit naturel d’un développement plus ou moins harmonieux, toujours ramené rétrospectivement à la seule histoire « qui réussit », c’est-à-dire l’histoire occidentale, on doit faire une place plus grande aux acteurs et aux négociations qui accompagnent les processus démocratiques. La réflexion doit, dès lors, privilégier des études fines, au cas par cas, sur les synthèses trop souvent enfermées dans une vision culturaliste ou historiciste. Ghassan Salamé a montré, dans le cas du Liban, que le système démocratique était « le seul à même d’organiser un partage pacifique du pouvoir dans une société où un groupe hégémonique ne pouvait acquérir une position exclusiviste, ou, au moins, franchement dominante7 « . Si les avantages de cette solution ont été indéniables – la paix civile et une liberté enviable dans un contexte régional autoritaire –, les inconvénients de ce partage communautaire du pouvoir sont rapidement apparus. La « démocratie de consensus » théorisée par Arend Lijphart, qui cherche à traduire au niveau institutionnel les clivages culturels des sociétés pluralistes et qui met en oeuvre des mécanismes de négociation au coeur du pouvoir politique, peut se trouver directement en contradiction avec la démocratie majoritaire et son expression la plus menaçante pour le respect des équilibres négociés, le suffrage universel. La démocratie communautaire limite par définition les frontières de l’espace public à une petite élite en perpétuelle négociation autour de ses propres intérêts et fait figure de « démocratie sans citoyens », ces derniers ressemblant davantage à des sujets « parqués dans leurs confessions » pour reprendre l’expression célèbre d’Edmond Rabbath.

13Dans un Liban d’après-guerre soumis à de nouvelles contraintes et où l’État se reconstitue sur le socle d’identités communautaires revalorisées, il est difficile d’envisager la production d’une identité citoyenne. Le clivage « anthropologique » entre des majorités et des minorités communautaires entrave l’émergence d’un clivage politique entre une majorité et une opposition. Les dernières élections municipales ont illustré ce blocage : elles n’ont pas donné lieu à un réel débat public dans les municipalités mixtes (et moins encore évidemment dans les municipalités monoconfessionnelles) parce que l’enjeu véritable se situait en quelque sorte en amont et que la pratique discrète de la négociation entre acteurs hétérogènes s’est substituée à la pratique transparente de l’échange d’arguments sur les programmes des équipes municipales à venir. La dramatisation des élections municipales à Beyrouth par le Premier ministre d’alors, Rafiq Hariri, sur le mode « nous ou le chaos » a été un moyen d’esquiver les questions politiques derrière les nécessités de la coexistence communautaire et du pacte national dont il se voulait le seul garant.

14Entre une logique majoritaire et une logique du pacte qui renvoie à un respect des équilibres communautaires négocié à la marge dans l’opacité non démocratique, la seconde solution apparaît comme le seul moyen d’assurer une représentation communautaire minimale et de maintenir, en apparence, les bases du consensus. En contrepartie, c’est l’idée d’un espace politique supérieur aux autres espaces sociaux qui se trouve contredite par une pratique de la politique en catimini, rendant les enjeux difficilement lisibles pour la grande masse des « citoyens », si bien qu’il paraît difficile de parler d’une « scène politique » quand l’essentiel du travail politique s’opère en coulisses. Pour que la négociation acquiert une valeur positive, le conflit doit être préalablement assumé et publiquement exprimé.

15La question se pose pour l’avenir de savoir si des acteurs issus d’une fragile « société civile » peuvent faire naître une citoyenneté autour de la défense de « biens communs », tels que l’écologie et la protection de l’environnement. L’étude de cas de Karam Karam doit plutôt nous inciter à la prudence, le degré d’efficacité de la mobilisation écologique, dans le cas de l’exploitation controversée des carrières du Metn, dépendant directement de l’existence d’une opposition peu entendue sur la scène politique (l’opposition dite « chrétienne ») et se confondant très largement avec la défense d’une identité régionale menacée par des « entrepreneurs étrangers ». Quand, lors d’une autre opération critiquée par les écologistes -l’aménagement du port de Enfeh- l’initiative est perçue positivement par la population comme une chance de développement local, la mobilisation doit emprunter d’autres canaux (transnational, international et médiatique) qui relativisent l’idéal d’une construction « par le bas » d’une « citoyenneté écologique et transcommunautaire ». Mais il ne faut peut-être pas demander l’impossible aux acteurs sociaux : contrairement à une vision idéaliste et naïve (et historiquement fausse), ce n’est pas à eux qu’incombe en priorité la mise en place d’un espace public mais à l’Etat ; historiquement, l’allégeance citoyenne s’établit grâce à l’apprentissage des mécanismes institutionnels, si bien que l’espace public se trouve d’abord octroyé, créé, construit, puis intériorisé par les acteurs sociaux qui apprennent leur rôle politique à partir des institutions politiques, et non l’inverse.

16La contradiction, évoquée précédemment, entre la logique du pacte et la logique majoritaire est surmontable si on prend en compte une temporalité plus longue : la possibilité pour le vaincu d’accepter sa défaite devient alors d’autant plus forte que ce dernier investit dans un avenir raisonnable la possibilité ultérieure de redevenir vainqueur. Auparavant, les parties doivent négocier dans leur pacte national fondateur ce qui relève de la compétition électorale et ce qui relève du consensus intercommunautaire dans les domaines qui concernent l’identité collective des groupes (éducation, culture, religion) et distinguer ainsi un « temps politique » court, celui de la négociation, de l’alliance et de la compétition, d’un « temps culturel » plus long destiné à rassurer les groupes sur la pérennité de leur existence dans l’ensemble libanais. La création d’un Sénat communautaire prévue par les accords de Taëf s’inscrivait dans cette logique, mais n’a pas vu le début d’une réalisation. De plus, ce processus, qui viserait à autonomiser la vie politique par rapport aux enjeux communautaires, passe à nouveau par la médiation des institutions pour aboutir à créer une rationalité proprement politique ; les élites religieuses et communautaires devront à leur tour prendre en compte les exigences du pacte pour faire de l’autre une valeur et non plus une menace.

  • 8 Przeworski A., Democracy And The Market, Political and Economic Reforms in Eastern Europe and Lati (...)
  • 9 Voir « La démocratisation dans le monde arabe : incertitude, vulnérabilité et légitimité », in Sal (...)

17Comme le rappelle Adam Przeworski8, deux conditions sont nécessaires pour que ce type de pacte fonctionne : d’abord, il faut un État, c’est-à-dire un « tiers », incarné par des institutions autonomes, qui doit être en mesure de sanctionner l’acteur qui n’en respecterait pas les termes ; ensuite la majorité des individus doit refuser une vision organiciste de la société et reconnaître la pluralité des valeurs et des croyances. Ce modèle convoque le concept de négociation dans deux acceptions : la négociation comme moment dans la formulation du pacte et la négociation politique comme processus normalisé entre acteurs politiques qui acceptent de voir leurs procédés de négociation limités par les aléas du jeu électoral. Il permet de combiner l’incertitude, qui caractérise la démocratie, et la sécurité qui est une donnée anthropologique fondamentale dans toutes les sociétés, en particulier celles, majoritaires, qui connaissent une forte segmentarité culturelle ou religieuse. Jean Leca estime que les groupes qui négocient un tel pacte doivent se sentir suffisamment vulnérables pour résister à la tentation de détruire l’autre et suffisamment confiants pour résister à la tentation du repli sur soi et de la méfiance9.

Négociation et individu

18En privilégiant cette fois une perspective microsociologique qui se situe en dehors du paradigme étatique, il s’agit d’étudier les processus à travers lesquels les individus parviennent à « négocier leurs identités ». Auparavant, une précision s’impose sur le sens à donner au concept d’individu : il ne s’agit pas d’une entité abstraite ou d’une catégorie vide, encore moins de l’idéal-type de l’individu occidental, autonome, stratège et dégagé des pesanteurs sociales. Tout au contraire, en parlant ici d’individu, on choisira volontairement des exemples concrets situés dans des contextes sociaux et culturels éloignés du modèle occidental (lui-même souvent idéalisé).

  • 10 Pour une description de cet univers chez les jeunes marocains, voir Bennani-Chraïbi M., Soumis et (...)
  • 11 Voir Marie A., « Du sujet communautaire au sujet individuel. Une lecture anthropologique de la réa (...)

19Dans la mesure où il est dorénavant impossible de parler de « société traditionnelle » pour qualifier des sociétés africaines ou arabes en proie à une modernité inachevée et anarchique, les individus issus de ces sociétés – on pense en particulier aux jeunes – se trouvent en situation de négociation permanente vis-à-vis de leur communauté d’appartenance (communauté familiale, religieuse, villageoise). L’exode rural vécu par les parents ou les grands-parents, l’installation dans des ensembles urbains à forte mixité sociale, l’insertion inégale dans le monde professionnel, les exigences de la formation et l’acquisition d’un savoir moderne, l’exposition à des influences culturelles multiples, le désenchantement par rapport aux promesses prodiguées par un système scolaire souvent fortement politisé, l’expérience du chômage et de la combine, la découverte du statut honteux de « chômeur diplômé » : tous ces éléments composent un univers social qui est porteur tout à la fois de logiques libératrices et aliénantes10. Libératrices, parce que l’individu est capable de nouer des liens avec d’autres groupes, dans d’autres lieux, et échappe ainsi partiellement à l’emprise du groupe primaire. Il y a négociation précisément parce que le jeu social s’est « densifié » et que l’individu, entré dans un processus « d’individualisation, » entretient un rapport inédit avec son groupe d’appartenance dont il n’est plus l’otage plus ou moins consentant. Aliénantes, parce que l’individu est soumis à une double pression : les nouvelles opportunités sociales augmentent sa dette vis-à-vis de sa communauté en cas de réussite et, en cas d’échec, il ne peut survivre que par le jeu de solidarités qui le replacent sous le contrôle communautaire et familial11.

20Les effets de la modernité sont donc ambivalents, surtout dans un contexte de crise économique et politique, où la communauté redevient une ressource de survie pour des individus en situation de vulnérabilité sociale. La riche étude menée par Waddah Charrara sur la constitution d’une « corporation » de chauffeurs de bus dans la banlieue de Beyrouth à la fin de la guerre libanaise en offre une illustration passionnante : le groupe se constitue grâce à des réseaux de solidarité claniques, religieux et confessionnels et négocie âprement ses intérêts professionnels dans un marché sauvage – le transport de passagers – où tous les coups sont permis. La négociation initiale – obtenir une garantie de sécurité auprès de « l’officier syrien moyennant une contribution sur chaque véhicule » – marque un moment fondateur dans l’existence du groupe. Elle opère ainsi le lien entre une solidarité acquise et une solidarité à construire dans la lutte pour la survie économique. Cette négociation initiale est suivie de plusieurs autres « négociations-corruptions » avec les représentants d’une légalité ambiguë dont la protection est indispensable, anciens miliciens ayant revêtus « sans transition » l’uniforme de la police, et qui apparaissent dans le récit de l’auteur comme les « doubles sociaux » des membres du groupe. La protection accordée n’est donc pas le résultat du rétablissement de l’autorité de l’État et de la réalisation de l’une de ses missions essentielles – protéger ses citoyens – mais de marchandages qu’il faut renégocier de manière permanente sous peine de ne plus pouvoir exercer une activité soumise à une concurrence d’autant plus éprouvante qu’elle règne aussi entre les membres du groupe. Ces derniers, en effet, ont aussi implicitement négocié, entre eux, une alternance entre les moments de lutte dans « l’espace public » et les phases de repos et d’entraide dans « l’espace privé », montrant ainsi, contre les clichés culturalistes, qu’une « solidarité communautaire » est plus fragile qu’on ne l’imagine, résultant d’une série de calculs individuels qui peuvent, selon les contextes, affaiblir ou renforcer les liens du sang, de la religion ou de la tribu.

  • 12 Ferry J.-M., « Qu’est-ce qu’une identité reconstructive », in Nos identités, XXXIVe Rencontres Int (...)

21Négocier son identité peut également s’assimiler à un travail réflexif de soi sur soi ; sous la forme d’une reconnaissance des crimes commis par son propre camp ou sa propre communauté après les affres d’une guerre civile par exemple, sans absoudre les comportements « des siens » au nom des persécutions subies, ni diluer les responsabilités derrière un discours trop facile sur les horreurs inévitables de la guerre. Jean-Marc Ferry utilise la notion « d’identité reconstructive » pour décrire cette démarche de reconnaissance12. Sans elle, aucune réconciliation ne semble possible : « c’est l’idée qu’aucun procès d’entente ne peut réussir, dans des contextes conflictuels marqués par le destin de violences passées, si les sujets n’ont pas préalablement consenti à une relecture en profondeur de leur propre récit.(...) La légitimité de la parole normative se fonde sur la reconnaissance préalable des actes qui ont contredit cette parole. En revanche, la violence reprend quand on prétend recommencer le monde en oubliant que le monde fut violent ».

  • 13 Grosser A., Les identités difficiles, Presses de Sciences-po, 1996, p. 68.

22Le texte d’Emmanuel Bonne et de Youssef Jebahi nous montre les limites de ce travail réflexif porteur d’une identité reconstructive dans le cas concret de la reconstruction des villages à l’est de Saïda, l’externalisation des responsabilités sur l’ennemi israélien – version locale de la trop fameuse théorie du complot – bloquant précisément cette démarche de reconnaissance. Il n’y a pas, ou pas encore, de « prise en charge du passé », selon l’expression d’Alfred Grosser13, peut-être parce que les mécanismes de réconciliation empruntent le registre classique de la coexistence intercommunautaire au lieu d’inventer de nouvelles formes de vie en commun. C’est seulement si le problème de la mémoire ne se pose plus en termes exclusivement communautaires que cette prise en charge devient possible ; à cette condition seulement, l’individu assume une distance entre lui-même et sa communauté d’appartenance et peut échapper à son devoir de solidarité communautaire avec les seules victimes de son groupe pour assumer un devoir de solidarité morale avec toutes les victimes de la guerre. La question se pose à nouveau de savoir, alors que la « reconstruction de l’État » reste le chantier qui commande l’avenir du Liban, qui est en mesure actuellement de proposer une telle initiative.

Notes

1 Chazel F., « Pouvoir, structure et domination », Revue française de sociologie, XXIV, 1983, pp. 369-393.

2 Strauss A., La trame de la négociation. Sociologie quantitative et interactionniste, Paris, 1992.

3 Comme l’écrit Ghassan Salamé, « L’idée d’un État est essentielle pour les Palestiniens, l’idée de sécurité l’est autant pour les Israéliens. La négociation ne devient possible que lorsque les deux parties ne cherchent plus exactement le même résultat. L’étatisation des Palestiniens et la sécurisation des Israéliens, deux objectifs longuement antinomiques, voire mutuellement exclusifs, peuvent à présent, si on y met la dose adéquate de bonne volonté, être réconciliés ». « Une ère nouvelle », in Salamé G. (dir.), Proche-Orient, les exigences de la paix, Paris, 1994.

4 L’expression est empruntée à Carl Schmitt, in La notion de politique, Paris, 1963, p 90.

5 Expression empruntée à Elizabeth Picard, qui développe cet argumentaire in « Le communautarisme et la question de la démocratie au Liban », Revue internationale de politique comparée, 1997, p. 639-656.

6 Mythique, dans la mesure où chaque individu est rattaché à un lieu d’origine, le plus souvent situé en zone rurale, alors que l’essentiel de ses activités quotidiennes s’exerce en milieu urbain.

7 Voir « La démocratie comme instrument de paix civile » in Salamé G. (dir.). Démocratie sans démocrates, Paris, Fayard, 1994.

8 Przeworski A., Democracy And The Market, Political and Economic Reforms in Eastern Europe and Latin America, Cambridge, 1991.

9 Voir « La démocratisation dans le monde arabe : incertitude, vulnérabilité et légitimité », in Salamé G. (dir.), Démocraties sans démocrates, op. cit., Paris, Fayard, 1994, p. 42-43.

10 Pour une description de cet univers chez les jeunes marocains, voir Bennani-Chraïbi M., Soumis et rebelles, les jeunes au Maroc, Paris, 1994.

11 Voir Marie A., « Du sujet communautaire au sujet individuel. Une lecture anthropologique de la réalité africaine contemporaine » in Marie A. (dir.), L’Afrique des individus, Paris, 1997, p. 53-110.

12 Ferry J.-M., « Qu’est-ce qu’une identité reconstructive », in Nos identités, XXXIVe Rencontres Internationales de Genève, Genève, 1993, p. 40-83.

13 Grosser A., Les identités difficiles, Presses de Sciences-po, 1996, p. 68.

Auteur

Bernard Rougier, doctorant en Science politique à l’Institut d’études politiques de Paris, chercheur associé au CERMOC.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.