Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Première partie. Renouement du lien social

Tripoli et Zghorta. Deux villes en quête d’un espace commun

Chawqi Douayhi

Texte intégral

  • 1 Compte tenu du grand écart démographique entre les deux villes (Tripoli 250 000 habitants, Zghorta (...)

1Peut-on parler d’une réconciliation entre Tripoli et Zghorta, la première, ville à grande majorité sunnite, la seconde exclusivement maronite1, si l’on entend par réconciliation le renouement du lien social débouchant, d’une façon ou d’une autre, sur un quelconque pacte politique ?

  • 2 Beaucoup d’encre a coulé à propos de cette réconciliation après la guerre. Alors qu’une partie des (...)

2Au-delà des problèmes de contenu que soulèvent les expressions « lien social », « pacte politique » et « réconciliation », telles qu’elles sont utilisées par les uns et les autres2, ce questionnement constitue notre point de départ pour étudier comment ces deux villes gèrent leur sortie de guerre, les formes de ce processus, et les champs et lieux où il se produit. L’ensemble de ces entrées nous permettront de préciser la nature du processus auquel il faudrait donner un nom pour le qualifier et, qu’à titre d’hypothèse, nous baptiserons recomposition d’un espace commun, et dont le corollaire est le renouement des liens brisés durant les années de guerre. Cet espace est menacé du fait de sa subordination presque totale au « monstre » qu’est le confessionnalisme.

  • 3 Ce qui nous importe ici est la mémoire qui touche aux relations entre les deux villes. Compte tenu (...)
  • 4 La source principale des données sur lesquelles cette étude s’appuie est le fruit d’une enquête me (...)

3Nous allons nous attarder sur les points les plus révélateurs et qui répondent à notre questionnement : les traits constitutifs de la mémoire des deux villes, et par voie de conséquence de leur personnalité3, leur rencontre avant la guerre, ses étapes et les formes qu’elle a prises, l’émergence d’un espace intermédiaire à la sortie de guerre, les caractéristiques de cet espace, les raisons qui ont présidé à cette émergence, la réapparition de formes de mobilisation et de sociabilité où le confessionnel, en dépit de son omniprésence, ne tient toujours pas le devant de la scène, et enfin la façon dont cet espace est vécu et conçu par les uns et les autres4.

FOYER DE L’ARABISME, FOYER DU MARONITISME

  • 5 Ce discours repose sur trois idées : fraternité, voisinage et appartenance à un même pays. D’après (...)

4Sans verser dans un culturalisme réfractaire aux changements et aux différents enjeux qu’ils imposent, il est difficile de comprendre les relations que les deux villes entretiennent depuis des décennies – notamment depuis l’avènement du Mandat – si on ne comprend pas l’image que chacune a d’elle-même, et par conséquent le regard qu’elle porte sur l’autre. Mettant de côté le discours complaisant qu’entretient chacune vis-à-vis de l’autre, discours qui s’inscrit dans une rhétorique stéréotypée (le moins que l’on puisse dire à son égard est qu’il est un discours mensonger5), il nous faut savoir sur quoi s’appuie un tel regard, à quoi il se ressource, et quelles sont ses particularités dans le cas qui nous concerne.

  • 6 Bien que ce regard soit dans ses grands traits le même pour les sunnites et les maronites du Nord, (...)
  • 7 À cet arabisme est venu s’ajouter depuis plus d’une décennie l’islamisme qui aujourd’hui l’emporte (...)
  • 8 Voir à ce propos Sankari A., « Abd al-Hamid Karamé, un zaim tripolitain », mémoire de maîtrise en (...)
  • 9 Cette montagne recouvre les trois cazas maronites, ceux de Zghorta, Bécharré et Batroun. Ce qui pr (...)
  • 10 Sur l’ensemble de ces événements et la façon dont les Zghortiotes se les représentent voir Khazen (...)
  • 11 Ce n’est pas par hasard que la milice créée en 1973 par Suleimane Frangié au lendemain des affront (...)

5Ce qui cadre ce regard et lui confère une particularité propre, c’est qu’il est le produit de l’image que chacune des deux villes se donne et du rôle que chacune s’assigne sur la scène politique au Liban Nord6. En effet, Tripoli se considère comme le foyer de l’arabisme et, à ce titre, elle s’en porte garant7. Le refus qu’elle avait manifesté à son inclusion dans le Grand Liban lors de la fondation de celui-ci dans les années 1920, constitue un des moments les plus glorieux de son histoire et de sa mémoire8. Aussi ne manque-t-elle pas de le rappeler, chaque fois que les circonstances s’y prêtent, c’est-à-dire quand les enjeux politiques tournent à une guerre civile ou l’annoncent. Zghorta, quant à elle, se veut, toutes familles confondues, le porte-parole d’une partie de cette montagne du Nord9, berceau du maronitisme et au delà du libanisme opposé à l’arabisme, s’appuyant sur l’histoire (ou plutôt sur un récit propre à elle de cette histoire) d’un de ses fils, Yousef Karam, qui a mené une guerre contre le pouvoir ottoman au milieu du xixe siècle en vue de la création d’un Etat indépendant au Mont-Liban10. Zghorta ne cesse de se vanter, quand les circonstances s’y prêtent, d’être la première ville dans la région à avoir fait face à la Sublime Porte11.

  • 12 Ibid. p. 156-181.
  • 13 Du côté de Zghorta, les cinq principales familles, Frangié, Douayhi, Moawad, Karam et Makari, avai (...)
  • 14 En témoigne les noms donnés aux milices de Zghorta. Celle des Frangié s’appelait Maradas (les Mard (...)

6Ce fonds qui a forgé et la mémoire et, si l’on veut, la personnalité des deux villes est pour beaucoup dans la façon dont elles réagissent et se mobilisent, dans ce que l’on pourrait appeler les « temps forts » de ce pays. De fait, chaque fois que les libanais portent les armes pour régler Jeurs problèmes politiques, elles sont les premières à le faire. En témoignent, si l’on s’en tient à trois de ces temps, la participation des Zghortiotes à la campagne menée par les Français pour mater la révolte dans la région de Danniyé lors de la Grande révolution arabe en 1925, tandis que le soutien que les Tripolitains avaient apporté à ces rebelles, ne tardait pas à générer des confrontations armées entre les deux villes12. Lors des événements de 1958, les conflits qui opposèrent les familles de Zghorta entre pro- et anti-chamouniens n’ont pas empêché une partie de la ville (les pro-chamouniens) de s’engager dans une guerre contre Tripoli et surtout contre Danniyé. Durant la dernière guerre, les deux villes ne manquèrent pas, là aussi, de s’y engager13. Quels que soient les enjeux, nos deux villes font montre d’une capacité de mobilisation sans pareille, mobilisation qui se ressource d’une mémoire qui peut à la moindre épreuve s’actualiser, en remettant à l’honneur pour les besoins de la cause des faits et gestes qui tout d’un coup prennent une intense signification belliqueuse14.

LA RENCONTRE ET LE DIVORCE

  • 15 Des familles de notables, de hauts fonctionnaires et de commerçants.
  • 16 Entretiens avec Babar Tayyoun, Halim Karam et Boulos Douayhi. Les deux premiers avaient des boutiq (...)

7Mises à part une dizaine de familles qui habitaient à Tripoli auparavant15, la présence des Zghortiotes remonte au début des années 1950. On estime le nombre de ces familles à la veille de la guerre à 500. Contrairement à ceux qui ont quitté leur ville et village des quatre coins du Nord pour venir s’y installer pour des raisons d’ordre économique, l’installation des Zghortiotes à Tripoli relevait d’un autre ordre, principalement celui qui touche aux guerres intestines au sein de la ville. De fait, les familles zghortiotes s’étaient embarquées au début des années 1950 dans une guerre de deux décennies. En a résulté une division de la ville en quartiers plus ou moins fermés où chaque famille menait une vie à part. Economiquement la ville fut paralysée et, de centre commercial florissant, elle devint presque une ville morte. En plus de la disparition de bon nombre de ses établissements : cafés, restaurants, cinémas, écoles,... son souk se réduisit au strict minimum. Ainsi Tripoli s’est elle substituée à Zghorta, que ce soit pour faire ses achats, ou en tant que lieu de divertissement et de loisirs16.

  • 17 Il serait intéressait de mener une étude sur les localités ou régions au Liban qui ont vécu des gu (...)
  • 18 Entretiens avec Hicham Moukadem et les frères Fahim. Le premier tenait une station de taxis-servic (...)

8Compte tenu donc des raisons qui ont poussé les Zghortiotes à quitter leur ville, Tripoli constitua dans un premier temps un refuge et dans un second, une scène politique. Pour ce qui est du refuge, il faut dire qu’alors que la guerre battait son plein à Zghorta, les Zghortiotes installés à Tripoli ont pu s’arranger, selon un accord tacite, pour y vivre en paix17. Un tel arrangement induisit des pratiques et des comportements qui se caractérisent par ce que l’on pourrait appeler une culture de l’invisible consistant à ne pas s’afficher, à se conformer aux normes qu’impose le lieu d’accueil. S’il est vrai que les Zghortiotes avaient leurs propres établissements à Tripoli et leurs lieux de fréquentation, reste que dans ce premier temps de refuge, ces établissements et lieux ne se sont pas transformés en bastions ou n’ont pas été sentis comme tels par les Tripolitains18.

  • 19 Lors des événements de 1958, la ville de Tripoli fut scindée en deux territoires. La nouvelle vill (...)
  • 20 L’expression est de Toufic Sultan, un des chefs nationalistes arabes de Tripoli.
  • 21 Entretien avec Rafiq Koussa qui tenait un café sur la place centrale de la ville, qui était un des (...)
  • 22 Toutes les fois que les Tripolitains appelaient à une grève ou une manifestation, des renforts arr (...)
  • 23 Presque tous les gardiens de ces écoles étaient des Zghortiotes.

9Restés d’abord en marge de se qui se passait à Tripoli, surtout au niveau politique, les Zghortiotes ont commencé à s’imposer comme partie prenante de la scène politique tripolitaine au tournant des années 1960. Cette pénétration a pris plusieurs formes. En plus du contrôle de certains quartiers de la nouvelle ville où vivait la grande majorité des chrétiens fraîchement installés en ville, tels les quartiers Moutrane, Latifa, Thaqafa, Azmi19, les Zghortiotes, bien que vivant dans une ville qui n’est pas la leur, ne se sont pas privés de considérer Tripoli comme n’appartenant pas aux seuls Tripolitains. Cette attitude (avoir leur mot à dire dans la ville) les a amenés dans un premier temps (1960-1970) à adopter une politique qui alla à l’encontre de ce que l’on pourrait appeler waji’ al-madina al-arabi20 (la face arabe de la ville) qui durant cette décennie se confondait avec le nassérisme. Ainsi les grèves et les manifestations de communication de tel ou tel événement (nationalisation du canal de Suez, l’unité entre l’Égypte et la Syrie, la guerre de juin 1967...) furent perçues par les Zghortiotes comme portant atteinte à leur présence dans la ville, ou plus, comme les visant personnellement21. Ils ne répondirent ni à l’appel à la grève, ni, bien sûr ne manifestèrent22, ce qui fit que les seuls établissements qui restèrent ouverts dans une ville fermée furent ceux des Zghortiotes et de certaines écoles privées tenues par des congrégations dont les Zghortiotes qui se chargèrent de les protéger23.

  • 24 Cette manifestation fut préparée et organisée par des hommes de main zghortiotes qui, la veille, é (...)
  • 25 Entretien avec Toufic Sultan qui considère que cette manifestation avait mis les « Forces progress (...)

10Si la décennie 1960-1970 a été marquée de la part des Zghortiotes par une attitude, si l’on peut dire, défensive, le début des années 1970 connut de nouvelles pratiques que l’on pourrait qualifier d’offensives. La grande manifestation organisée au lendemain des confrontations entre les Palestiniens et l’armée libanaise en 1973 à laquelle participèrent les écoles privées chrétiennes, fut un des signes de ce passage d’une pratique à une autre24. Jugée comme le comble de l’atteinte à l’honneur de la ville, ou à sa « rue », cette manifestation mit désormais Tripolitains (notamment les partis et organisations politiques) et Zghortiotes en état d’alerte, les premiers cherchant à reprendre en main l’avenir de la ville, les seconds à consolider ce qui était amorcé25.

  • 26 Sur l’ensemble des changements produits à Zghorta à partir de 1975 voir Frangié M., « Le nouveau m (...)

11C’est sur ce fond de tension que les combats entre les deux villes ont éclaté en 1975. Tous les Zghortiotes qui résidaient à Tripoli ont dû quitter la ville. Ceux d’entre eux qui possédaient des établissements ou des maisons furent contraints à la vente pour revenir dans leur ville d’origine. Des boutiques de toute sorte, des écoles, des cafés, des cinémas, des restaurants, des hôpitaux, des banques ne tardèrent pas à ouvrir. Ainsi Zghorta connut une forte et rapide expansion géographique et, de ville dépendant entièrement de Tripoli, elle devint le marché de la région chrétienne qui l’entoure26.

L’ARRÊT DES COMBATS ET L’ÉMERGENCE D’UN ESPACE INTERMÉDIAIRE

  • 27 Voir Seurat M., op. cit.
  • 28 Durant les combats, les blessés alaouites étaient soignés dans les hôpitaux de Zghorta.
  • 29 Pour sheikh Ibrahim Saleh, bras droit de Khalil Akkaoui, chef des groupes armés de Bab Tabbané, du (...)

12À la différence de ce qui s’est passé dans les autres régions du Liban, les combats entre Tripoli et Zghorta n’ont duré que deux ans (1975-1977). Cependant, une fois arrêtés, ils n’ont pas incité les deux villes à s’ouvrir l’une à l’autre du jour au lendemain. Si on exclut les visites intermittentes qu’imposa le règlement de certaines affaires, elles ont continué, dans une large mesure, à se tourner le dos. Les raisons en sont multiples. En plus des séquelles des deux années de guerre, de la création d’un souk et de lieux de divertissements à Zghorta, chacune des deux villes s’embarqua dans ses propres guerres au tournant des années 1980 : Zghorta contre les Forces Libanaises, tandis que Tripoli devint le théâtre d’une guerre que se livrèrent d’abord les mouvements islamistes et les partis politiques dits nationaux, puis ces mêmes mouvements et les alaouites de la ville27. Pour ce qui est des combats entre islamistes et partis nationaux, Zghorta ne se sentit pas concernée, contrairement à ceux entre islamistes dans lesquels elle se trouva impliquée. Cette implication se traduisit par le soutien armé qu’apportèrent les Maradas aux alaouites. Ceux-ci coincés dans un secteur (Ba’il Mohsen) n’ayant pas d’accès aux lieux d’approvisionnement ni aux services comme les hôpitaux, Zghorta fut leur seule issue28. Cette complicité entre alaouites et Zghortiotes – c’est ainsi qu’elle fut perçue par les islamistes qui exercèrent durant au moins cinq ans (1980-1985) une mainmise presque totale sur Tripoli29 – fut une des causes du retard de la reprise des contacts entre les deux villes. Ce n’est qu’en 1986, une fois les mouvements islamistes matés, que ces contacts reprirent, mais timidement.

  • 30 Ziade K., op. cit.
  • 31 Quand ce pouvoir avait choisi Qobbé pour implanter ses casernes, ses logements d’officiers et son (...)
  • 32 Rien n’explique mieux l’existence d’un front qui se situe à 4 km de Zghorta que cette idée de hima
  • 33 Les notables de Zghorta ont adopté une politique interdisant à quiconque de vendre sa maison ou se (...)

13Quand on dit que les deux villes ont continué à se tourner le dos, il faut cependant préciser qu’une région échappa à ce boycottage. La région de Qobbé entre Tripoli et Zghorta qui durant les années de guerre avait été le théâtre des plus violents combats et, compte tenu de sa situation géographique, le seul et le premier endroit où les deux villes ont pu se rencontrer de nouveau : en dehors de la région de Qobbé, jusqu’à présent aucune des familles zghortiotes qui habitaient dans les autres quartiers de Tripoli n’est revenue. Donc, bien qu’il soit un quartier de Tripoli, Qobbé s’en détache du côté ouest pour s’ouvrir sur une petite plaine d’à peu près trois kilomètres qui s’arrête aux confins de Zghorta, ce qui lui confère un statut particulier du point de vue tripolitain comme du point de vue zghortiote. Pour les Tripolitains, il est perçu historiquement, au même titre que la nouvelle ville, comme ne faisant pas entièrement partie du cœur de leur ville30 ou plus concrètement comme un quartier sur lequel la ville n’a d’emprise que partielle, de même que la partie est qui surplombe la vieille ville, bête noire du pouvoir mandataire31. Du côté de Zghorta, il constitue un prolongement naturel de ce que l’on pourrait appeler la hima des Zghortiotes, c’est-à-dire le territoire où ils peuvent se déployer tout en étant à la fois chez eux et en dehors de chez eux32. Cet espace tampon convoité par les deux villes du fait que chacune s’efforce constamment de gagner sur lui, fut à la base de la délimitation d’une frontière dont tout empiétement était considéré, de part et d’autre, comme une intrusion33. En effet cette frontière qui se situe à l’ouest de la place principale de Qobbé fut la ligne qui séparait les combattants des deux villes. Et cet espace devint ensuite le lieu qui abrita les nouveaux établissements à partir de 1978. Ainsi n’est-ce pas par hasard que la branche nord de l’Université libanaise et certains lycées y ont élu domicile. Et ce n’est pas non plus par hasard que le retour des déplacés (maronites des villages entourant Zghorta et sunnites de Danniyé) y a précédé celui des autres dont les maisons et établissements se trouvent dans d’autres quartiers de Tripoli.

  • 34 Entretien avec Joseph Ourayji, représentant du président Frangié dans ces négociations.
  • 35 Le rôle de l’État, représenté dans ces négociations par le recteur de l’Université, se réduisit à (...)
  • 36 Il arrive parfois que ces négociations n’aboutissent pas à un compromis entre les deux villes, com (...)

14Sans doute cette prédisposition géographique de Qobbé (espace d’entre deux) lui a conféré un statut particulier, entendu comme le seul lieu où les « contradictions » entre les deux villes ont pu trouver leur solution, parfois contre la volonté de l’une et de l’autre. Pour preuve, les négociations qui ont accompagné le lieu d’implantation de l’université au nord. Rachid Karamé, l’un des plus forts représentants de la ville de Tripoli, voulait que ce lieu fût le plus proche possible de la ville, c’est-à-dire dans la région qui se situe entre la ville et al-Mina. Le président Frangié, quant à lui, a proposé que ce lieu soit situé entre le caza de Zghorta et celui de Koura34. Ni l’une ni l’autre de ces propositions ne furent acceptées par l’État35, car dans le premier, l’université aurait été sous contrôle exclusivement tripolitain, dans le second sous contrôle zghortiote. Finalement, Qobbé s’est avéré l’endroit qui répondait le mieux aux intérêts des uns et des autres36.

L’UNIVERSITÉ OU LA RÉAPPARITION DE SOLIDARITÉS INFRA-CONFESSIONNELLES

15Sans aller jusqu’à dire que l’université de Qobbé, qui regroupe des étudiants de toutes les régions du Liban Nord et de toutes confessions, est un creuset qui atténue le clivage confessionnel, il est intéressant de noter, en s’appuyant sur quelques indices, que le milieu universitaire a engendré des dynamiques que l’on pourrait qualifier de retour à des formes de mobilisation infra-confessionnelles. Tant bien que mal, ces formes ont permis à une nouvelle parole de se déployer.

  • 37 Une partie des facultés sont logées dans une caserne construite dans les années 1920 par les Franç (...)
  • 38 Outre la caserne, ce sous-quartier comprenait avant la guerre deux épiceries et une boulangerie. E (...)
  • 39 Les stations de taxi-service que l’ancienne place abritait ont changé de lieu après l’ouverture de (...)

16Notons d’entrée que l’université a changé de fond en comble le paysage de Qobbé au lendemain de son ouverture en 197837. La ville fut envahie par à peu près 500 étudiants et, partant, par des établissements qui répondirent à leurs besoins : cafés, restaurants, librairies, boutiques, etc. de sorte que presque tous les rez-de-chaussée des immeubles qui jouxtent l’université, réservés jadis à la résidence, furent reconvertis. Un nouveau rythme, et par là de nouvelles pratiques furent ainsi imposés, à tel point que tout ce qui se passe à Qobbé semble dépendre de ce pôle qu’est l’université. C’est dans ce sens qu’elle constitue le catalyseur qui a déclenché la revitalisation du quartier, bien sûr selon des modalités différentes de celles qu’il avait avant la guerre38. Physiquement, l’université a opéré un recentrement de l’espace en marginalisant l’ancienne place, coeur de Qobbé, conférant aux rues qui entourent son campus le statut de place centrale39. Par ailleurs, de région résidentielle, Qobbé devint, à partir de 1978, un lieu où la résidence se conjuguait à la vie universitaire.

  • 40 Il nous est difficile d’avancer des chiffres du nombre des étudiants de chaque région et confessio (...)
  • 41 Tous les ans, en janvier, les étudiants de chaque faculté élisent un conseil qui constitue leur po (...)

17De toutes les régions, et de toutes les confessions, avons-nous dit40. Chacune de ces régions et confessions a sa propre sensibilité et ses convictions politiques. Devant une composition aussi bigarrée, la question qui s’impose est celle de savoir dans quelle mesure, et selon quelles modalités l’université a « cuisiné » ces différentes sensibilités et convictions. Les a-t-elle renforcées et consolidées ? Les a-t-elle édulcorées ? Ou au contraire a-t-elle été productrice de nouvelles formes de solidarité qui dépassent le régional et le confessionnel ? Bref, dans quelle mesure peut-on parler de l’université comme laboratoire générateur de relations à la fois primaires et secondaires ? Pour répondre à toutes ces questions nous allons focaliser notre analyse sur deux champs, celui des élections universitaires41 et celui des formes selon lesquelles se constituent les groupes d’amis. Tous deux (élections et groupes) sont beaucoup plus révélateurs d’un climat, d’une ambiance, qu’offre la vie universitaire, qu’annonciateurs, du moins en l’état actuel des choses, de formes de mobilisations débouchant nécessairement sur des solidarités de type organique.

  • 42 Généralement, le passage d’un type de mobilisation à l’autre est vu sous l’angle de ce que l’on ap (...)

18Pour ce qui est des élections, un regard rapide sur la façon dont elles se sont déroulées et sur les alliances qui s’y sont nouées, sont là pour nous convaincre que d’autres opérateurs reposant sur d’autres formes d’allégeance confessionnelle les ont contrôlées dans bien des cas42. Soulignons tout d’abord que les conseils universitaires n’ont repris à l’université de Tripoli comme ailleurs dans les autres branches, qu’en 1991. Voyons comment les forces politiques s’y sont comportées dans leurs alliances dont les déterminants peuvent être ramenés, si on excepte quelques partis politiques, à trois ; le confessionnel, le familial, et le régional.

Origine des quatre candidats de chacune des listes a et b aux élections universitaires.

  • 43 Sur les conflits entre Ahbach et autres islamistes voir Yared M., « Habachi et les islamistes : le (...)

19Un simple regard sur les alliances nouées entre les forces politiques les plus en vue au sein de l’université (la Jama’a islamiyya, les Ahbach, les Communistes, le P.S.N.S. (Parti social national syrien), le Ba’th, le Parti socialiste arabe (alaouites proches de Ali Id), les Karamistes (partisans de Omar Karamé), et enfin les Zghortiotes (toutes familles confondues), témoigne, si on met de côté la Jama’a islamiyya et les Ahbach, ennemis jurés ayant chacun sa propre lecture de l’Islam43. que toutes ces forces ne se sont pas privées de s’allier dans des listes communes, ni de s’opposer dans des listes rivales, au fil des années.

20De ces alliances se dégagent plusieurs traits. Du côté de Zghorta, il apparaît que l’appartenance à une même ville, et partant à une même confession, n’a pas été déterminante pour la mobilisation des uns et des autres. Au contraire ce qui primait c’était, et c’est apparemment toujours, l’appartenance à une famille. Du côté de Tripoli dont l’organisation politique diffère de celle de Zghorta, on assista à l’étiolement du confessionnel au profit d’autres formes de mobilisation. Les forces politiques à Tripoli sont réparties, en gros entre des allégeances de type traditionnel – une za‘ama autour de laquelle gravitent de petites familles (le cas typique est la za’ama des Karamé) – et des organisations et mouvements allant du Parti Ba’ath, des Communistes, aux Nationalistes arabes et Nassériens, en passant par les mouvements islamistes toutes tendances confondues (Harakat al-Tawhid, Jama’a islamiyya, Ahbach). Ces forces, qui appartiennent à une même confession et à une même ville se sont présentées dans des listes opposées, reproduisant les clivages qui les travaillent dans d’autres champs : lors des législatives (1992 et 1996), des municipales (1998), des élections aux ordres des avocats, des ingénieurs et des médecins.

  • 44 L’intérêt des élections, quelle qu’en soit la nature, réside essentiellement dans le fait qu’elles (...)

21Si dans un cas l’opérateur déterminant est le familial, dans un autre le politique, l’université, à travers ses élections, semble être un lieu de fragmentation des mobilisations confessionnelles ou encore de recomposition des grandes ‘asabiyya, produisant à leur place des formes de rassemblement basées sur d’autres critères44.

  • 45 Notre objectif n’est pas de faire une étude exhaustive de ces groupes et des dynamiques qui les tr (...)

22Mais le monde universitaire ne se résume pas à ses élections. Il est aussi un lieu de sociabilité. En observant la constitution des groupes d’étudiants, les lieux qu’ils fréquentent et l’identité confessionnelle de leurs membres, plusieurs traits se dégagent45.

23Au début, le processus de la formation de ces groupes obéit à un flux et un reflux continuels de sorte que leur stabilité est faible. Plusieurs paramètres entrent en jeu : l’appartenance à une même ville, un même quartier ou un même village, l’appartenance à la même faculté ou au même institut dans la même année universitaire, enfin l’appartenance à une même organisation ou un même mouvement politique, ou des affinités communes. L’efficacité de chacune des ces appartenances est subordonnée au cycle universitaire. Dans les premières années, les lieux d’origine et de résidence semblent déterminants en raison du champ encore circonscrit des relations qu’entretiennent les nouveaux venus avec le milieu universitaire. Ainsi est-il normal que les membres qui se réunissent pour former un groupe soient ceux qui se connaissent déjà d’une manière ou d’une autre hors de l’université. Ce repli que manifestent les étudiants en première année universitaire est d’ailleurs le propre des premières étapes de la rencontre entre gens d’origines et d’identités diverses.

24D’autres facteurs ne tarderont pas à entrer en jeu à partir de la deuxième année qui, sans exclure entièrement les premiers, deviennent déterminants dans la constitution de ces groupes. Celle-ci s’effectue principalement sur la base d’appartenance à la même faculté ou au même institut et, à l’intérieur de ceux-ci, sur la base d’appartenance à la même année universitaire. Cette logique qui marginalise de plus en plus les liens tissés hors de l’université semble s’accentuer au fil du cycle universitaire, de sorte que certains groupes sont formés uniquement ou presque de membres qui ne se connaissent pas hors du milieu universitaire.

25À ce schéma échappent cependant les groupes formés sur la base d’affinités politiques, lesquelles transcendent les facteurs cités ci-dessus. Quand ces affinités prédominent, il est facile de trouver des groupes dont l’origine, l’année d’étude et la discipline universitaire sont diverses (c’est le cas de toutes les organisations politiques à l’université). Mais ce rassemblement est bientôt marqué par une segmentation basée, cette fois, sur l’appartenance confessionnelle. Les groupes d’étudiants islamistes ou ceux qui sont dans leur mouvance sont composés exclusivement de sunnites, contrairement aux autres mouvements politiques où la mixité confessionnelle est de règle, comme dans les groupes qui se disent apolitiques et dont le fondement repose sur des critères purement universitaires – l’appartenance à la même faculté et à la même année. Le paysage que sécrète l’université est donc travaillé par plusieurs dynamiques. Dans certains cas, le confessionnel est mis en marge, dans d’autres, il est plutôt valorisé.

26Les relations qu’entretiennent les membres de chaque groupe se concrétisent, comme il se doit, dans des lieux. À part le coin que s’approprie chacun de ces groupes au sein du campus, les étudiants fréquentent les établissements hors de l’université, notamment les cafés et restaurants qui sont gérés par des sunnites de Tripoli, et des maronites de Zghorta et Bécharré. Apparemment, le choix de tel ou tel établissement comme lieu de rencontre n’est pas exclusivement régi par l’identité de ceux qui l’opèrent, mais plutôt en fonction d’autres critères. Vient en tête ce que nos interlocuteurs appellent l’ambiance (ils prononcent le mot en français). Si c’est bien l’ambiance qui guide le choix des uns et des autres, indépendamment de l’identité régionale et confessionnelle de ceux qui gèrent ces lieux de rencontre, on est à même de dire qu’une dynamique neutralisante est à l’œuvre dans l’espace social engendré par l’université et les établissements qui lui sont rattachés.

27Ceci ramène à établir une comparaison entre les dynamiques qui travaillent les uns et les autres à l’occasion des élections et celles qui travaillent la formation des groupes. Reprenons les paramètres retenus ci-dessus, le confessionnel, le familial, le régional et le politique et essayons de voir comment ils se dissolvent et s’articulent dans un cas et dans l’autre. La combinaison de ces paramètres qui s’élabore au moment des élections se différencie de celle qui s’opère dans la formation des groupes. Alors que le familial (cas de Zghorta) et le politique (cas de Tripoli) prennent le dessus dans les premières, pour ce qui est de la formation des groupes, plusieurs paramètres s’imbriquent, allant du régional, au politique, en passant par le confessionnel, chacun traduisant un moment du cycle universitaire. Autrement dit, les élections reproduisent les contradictions qui sont à l’œuvre hors de l’université, tandis que la formation des groupes, bien qu’affectée par ces mêmes contradictions, se laisse influencer par d’autres facteurs.

LES VOISINS ET LE QUARTIER

  • 46 Gulick J., Tripoli, a Modern Arab City, Cambridge, Harvard University Press, 1967, p. 67.
  • 47 Ibid.

28Qobbé n’est pas seulement ce monde qu’a sécrété l’université, elle est avant tout un quartier résidentiel où habitent des sunnites tripolitains, d’autres originaires de la région de Danniyé, et des maronites provenant de la montagne du Nord. Si certains secteurs de ce quartier sont historiquement marqués confessionnellement, surtout ceux prolongeant la vieille ville de Tripoli, d’autres qui se situent dans la partie ouest sont connus pour leur grande mixité46. Le quartier nommé Tariq Zghorta (route de Zghorta) sur lequel porte notre étude, est un de ceux où la mixité date d’à peu près cinq décennies47. Il est par ailleurs un des plus endommagés par les combats et, à ce titre, a été vidé de toute sa population durant les années de guerre. D’où le double intérêt de son étude : c’est un quartier mixte dont ses habitants déplacés furent les premiers à regagner leur maison une fois les combats arrêtés.

  • 48 Entretiens avec Antoine Yammine et Ahmed Hajjar. Le premier était chef des Maradas à Qobbé, le sec (...)
  • 49 Dans ce premier temps les habitants du quartier y passaient une bonne partie de la journée, mais à (...)

29Sans doute ce retour ne s’est-il pas effectué du jour au lendemain. Il a été marqué, au contraire, par des hésitations surtout de la part des Zghortiotes qui furent impliqués dans la guerre pour la simple raison qu’une bonne partie des combattants de ce qu’on appelait Jabhat al-Qobbé (le front de Qobbé) était composée de la milice Marada, tandis que les autres maronites et les sunnites du quartier avaient regagné leur village ou s’étaient réfugiés dans d’autres quartiers de Tripoli48. À ce problème d’ordre sécuritaire s’ajoutait l’état délabré du quartier où tous les services manquaient. Pour ce qui est du problème sécuritaire un comité fut formé en 1977 regroupant des miliciens de Marada et du Mouvement national, et des officiers de l’armée libanaise. Le travail de ce comité fut, dans un premier temps, d’encourager les gens à venir visiter leur maison en leur assurant qu’ils ne seraient pas en danger49, puis, dans un second temps, de les pousser à venir y revivre. Ceci dura à peu près six mois, durant lesquels ceux qui avaient les moyens de restaurer leur appartement ou établissement, le firent, les autres n’occupant de leur appartement que la partie plus ou moins habitable (le ministère des Déplacés n’existait pas encore).

30Comment les déplacés de Tariq Zghorta ont-ils vécu leur nouvelle relation ? Nous pouvons l’observer dans deux sphères : celle des rapports de voisinage, et celle de la pratique du quartier et ses représentations. Toutes deux étaient aussi soumises à un cycle qui avait ses moments de clôture, et ses moments d’ouverture.

  • 50 Enquête menée auprès d’une trentaine de ménages.

31Les rapports de voisinage sont passés par différentes étapes selon que l’on est ancien ou nouveau voisin50. Pour la première catégorie, et si l’on s’en tient à quelques indices : visites et échanges de biens et services, on remarque que la logique qui les régit aujourd’hui est, dans une large mesure, la même que celle qui était en cours avant la guerre. Ils sont déterminés par des mouvements concomitants, un mouvement de rapprochement, et un mouvement d’évitement. Le premier est celui où visites et échanges sont les plus développés, le second est celui où ceux-ci n’existent presque pas en dehors des grandes occasions (fêtes, décès, mariages). Ce qui règle l’un et l’autre mouvements (intensification ou étiolement des rapports de voisinage) est principalement dans l’espace. Tout se joue entre proximité et éloignement spatial, que ce soit dans le même immeuble ou dans les immeubles voisins. Ainsi le fait d’habiter au même étage est-il pour beaucoup dans l’intensification des rapports, indépendamment de l’identité confessionnelle et régionale. Si, par contre, les voisins habitent à distance, c’est-à-dire dans d’autres immeubles, le confessionnel, et le régional gagne en influence.

32Si c’est bien le schéma selon lequel ces rapports s’ordonnent et se hiérarchisent (la proximité spatiale oblitère les clivages confessionnel et régional qui, eux, ne tardent pas à émerger et à prendre le dessus toutes les fois que l’on s’éloigne du lieu où l’on habite), il demeure que trois catégories échappent à cette logique, les nouveaux voisins, les vieillards et les enfants. Pour ce qui est des premiers, la proximité spatiale comme opérateur des liens sociaux perd beaucoup de son efficacité. Ce qui prime ce sont les liens fondés sur l’appartenance régionale qui se confond le plus souvent avec l’appartenance confessionnelle. Les vieillards, eux, ont des amis dans tout le quartier, et dans tout Qobbé qu’ils arpentent à longueur de journée, rendant visite aux uns, passant quelque temps dans les échoppes des autres. Les enfants, enfin, ont créé un autre espace que celui de leurs parents. Les jeux qu’ils pratiquent (surtout le foot) dans les terrains vagues, qu’ils soient proches ou lointains de leurs lieux de résidence, regroupent des joueurs appartenant aux diverses confessions, sur la base d’appartenance au quartier.

  • 51 Dans un texte présenté en 1994 au séminaire général du CERMOC sous le titre « Rapports de voisinag (...)

33Rien apparemment ne distingue la logique qui régit les rapports de voisinage de celle que l’on pourrait trouver ailleurs51. Est-ce vraiment le cas ? Oui, si l’on s’en tient aux visites et échanges de biens et services comme indicateurs de ces rapports. Non, si on envisage les choses du point de vue de l’attitude à l’égard de la guerre. En effet, deux procédés sont mis en place par les déplacés, maronites et sunnites, toutes les fois que les années de guerre sont évoquées. Le premier consiste à garder un silence complet sur tout ce qui, de près ou de loin, touche à ces années – tout ce qui contribue à « rouvrir les plaies ». Le second revient à mettre sur le dos des autres tout ce qui s’est passé au Liban. En procédant de la sorte, c’est-à-dire en évacuant la guerre ou en évoquant le « complot », les voisins évitent des sujets à enjeu, évitement qui, dans une situation de sortie de guerre, contribue tant bien que mal au renouement des liens sociaux.

« UN PIED DANS LA TERRE LABOURÉE, L’AUTRE DANS LA FRICHE »

34Reste à savoir comment les habitants du quartier se figurent leur existence et comment une telle représentation induit des rapports spécifiques. À première vue, compte tenu des rapports qu’entretiennent les voisins, on pourrait conclure que cette représentation et ces pratiques sont les mêmes pour tous, toutes confessions confondues. Mais à y regarder de près on repère deux dynamiques opposées, l’une est le propre des maronites, l’autre des sunnites.

  • 52 « Nous nous rendions au village quand il y avait un mariage ou un décès et au moment de la cueille (...)

35Pour ce qui est des premiers, un rappel de ce qui était leur existence à Qobbé avant la guerre, et surtout dans le quartier de Tariq Zghorta et de ce qu’elle est devenue après leur retour fournit des éléments de réponse. Indépendamment des raisons qui les ont poussés à quitter leur région d’origine, les maronites s’étaient arrangés pour vivre à Qobbé en coupant les amarres. À part la saison d’estivage où les femmes et les enfants s’installaient au village pour deux ou trois mois, la relation avec celui-ci se réduisait à des visites intermittentes52. L’achat de maisons, de terres, d’établissements, la participation à tout ce qui touche aux « affaires » du quartier, l’engagement de bon nombre d’entre eux dans des organisations et mouvements politiques, dans des associations culturelles et sportives, étaient autant d’indices de leur intégration dans cet espace et, partant, de l’étiolement de la relation avec leur village d’origine.

  • 53 Entretiens avec Elie Houdayid alors représentant des Zhgortiotes et des villages maronites qui l’e (...)
  • 54 « À la veille de la guerre nous étions une quarantaine de Communistes du seul village de Hadchite, (...)
  • 55 Entretien avec Yacoub Chedraoui, responsable de ce parti dans les années 1960.
  • 56 Gulick J., op. cit., p. 62.
  • 57 Entretien avec Riyad Baydoun, son animateur.
  • 58 Entretien avec Elias Goerges, entraîneur de l’équipe à l’époque.

36Pour ce qui est de la participation aux affaires touchant le quartier, notamment le problème de l’électricité et des ruelles non goudronnées, des réunions regroupaient quelques représentants du quartier53. L’engagement dans des organisations politiques se faisait au Parti communiste et au P.S.N.S. Le premier a pu s’introduire dans le milieu des artisans alors nombreux parmi les habitants originaires de Hadchite54. Le second était puissant parmi les instituteurs55. Quant au travail associatif, mises à part les 36 associations tripolitaines, toutes confessionnelles (23 chrétiennes, 13 musulmanes)56, Qobbé a connu, comme tous les autres quartiers de Tripoli, d’autres types d’associations où musulmans et chrétiens travaillaient ensemble. D’autres formes d’activités rassemblaient les habitants toutes confessions confondues, en particulier des activités culturelles et sportives : le Nadi al-thaqafi (club culturel) dont le comité composé de musulmans et de chrétiens, avait son ciné-club toutes les semaines57, ses conférences, et aussi ses cours de langues étrangères. Qobbé avait aussi son propre club de foot, Nadi chabibat el-Qobbé, qui comptait deux joueurs de Hadchite et un de Toula, autre village maronite58.

  • 59 Le départ des vieilles familles tripolitaines des quartiers désignés par « souk » date de cette ép (...)

37Ce qui a facilité une telle coexistence dans le quartier de Tariq Zghorta, c’est le fait que celui-ci avait été construit à la fin des années 1940 (d’aucuns l’appellent hay al-jadid), et occupé par une population nouvellement installée. Même les Tripolitains qui y résidaient peuvent être inclus dans cette catégorie étant donné que leur installation fut contemporaine de celle des autres59. Ainsi, personne ne pouvait revendiquer le privilège d’être plus autochtone que les autres, ce qui excluait tout mécanisme de séparation entre entre gens d’ici et gens d’ailleurs.

  • 60 Le diacre de l’église de la Sainte Vierge de Zghorta nous a fourni ce chiffre relevé dans un cahie (...)
  • 61 Le nombre des Zghortiotes et celui de l’ensemble des ménages du quartier sont tirés de l’annuaire (...)

38Un changement s’est produit après le retour dans le quartier en 1978, changement dû à plusieurs facteurs, les uns se rapportent à la nouvelle composition du quartier, les autres à l’identité politique de ceux qui y ont le dernier mot. Avant 1975, les maronites de Tariq Zhgarta étaient de loin majoritaires. D’à peu près 200 familles comprenant Zghortiotes (à eux seuls autour de 80 familles), gens des villages voisins ou du caza, et gens de la région de Bécharré60 dans un quartier qui ne comptait pas plus de 300 ménages, les maronites sont passés en 1993 à une centaine de familles dont une quarantaine de Zghortiotes, dans un quartier qui dépasse aujourd’hui 1 000 ménages61. En 1998, on parle d’une cinquantaine de familles maronites seulement. Cette situation a produit chez eux un sentiment d’instabilité perceptible toutes les fois qu’ils évoquent leur retour, formulé non pas comme un retour chez soi mais plutôt comme une démarche inévitable. « Si les prix qui nous ont été offerts pour l’achat de nos appartements ne nous avaient pas convenu, nous ne serions pas restés ici une minute » confient les uns. « Si les choses dépendaient de nous, nous nous sentirions chez nous » ajoutent les autres. « À quand la prochaine guerre ? Nous ne sommes pas prêts à vivre la même expérience », rajoutent d’autres. « Qobbé n’est plus celui que nous avons connu autrefois », concluent-ils.

  • 62 Cet investissement a été confirmé aux municipales de 1998 où trois des cinq moukhtar-s élus à Qobb (...)
  • 63 Al-Nahar, 18/7/80 & 13/9/80.
  • 64 Entretien avec As’ad Harmouch, un des chefs de la Jama’a au Nord.
  • 65 Outre le nombre de leurs élus dans le conseil municipal de la ville de Tripoli (8 des 24 membres), (...)

39Les arguments ne leur manquent pas. Si Qobbé n’est plus celui qu’ils ont connu, ce n’est pas seulement à cause du changement démographique, mais aussi à cause de l’investissement dont il a fait l’objet au début des années 1980 par des mouvements islamistes, plus particulièrement la Harakat al-tawhid, et la Jama’a islamiyya62. Outre la nomination d’un amir de Qobbé dont l’une des missions était d’appliquer la loi islamique et le fait que les prêches de sheikh Sa‘id Cha‘ban, chef de la Haraka, dans les mosquées de la Tripoli portaient principalement sur deux thèmes, celui des « infidèles » et celui des Croisades, ce même sheikh ne s’était pas privé de tenir des conférences sur l’islam dans certaines écoles chrétiennes, chez les pères carmélites et les soeurs de ‘Ibrine63. L’influence des islamistes fut contrecarrée après l’entrée à Tripoli en 1983 des Syriens, et avec eux les partis du Mouvement national, mais un accord ne tarda pas à être conclu entre Syriens et Jama’a islamiyya, qui marginalisait le rôle de Cha’ban et celui de Khalil Akkaoui considérés comme « agents » de Yasser Arafat64. Si donc les amir-s de quartier ont disparus en 1983, la Jama’a, et les Ahbach ont continué d’être actifs, toujours sous contrôle syrien65.

40L’ensemble de ces facteurs a imposé aux maronites du quartier des pratiques que résume le dicton arabe un pied dans la terre labourée, l’autre dans la friche, qui traduisent une existence partagée entre deux territoires : le lieu d’origine et le lieu d’accueil. S’il est vrai que ce partage est le propre de tout immigré, dans le cas qui nous concerne, celui qui fut à l’œuvre avant la guerre n’est plus celui que vivent aujourd’hui les maronites du quartier. Si on reprend les métaphores de notre dicton, Qobbé était alors la terre labourée, et les villages d’origine, la friche. Vingt ans après l’arrêt des combats, la situation s’est inversée. Presque tous envisagent aujourd’hui d’acheter des terres dans les parages de Zghorta pour y construire une maison. Ils manifestent, par ailleurs, une réticence à tout ce qui touche aux « affaires » du quartier et, au delà, à Qobbé. Cette réticence est due, d’après eux, au rôle marginal qu’ils pourraient y jouer : « À quoi bon y participer quand les autres donnent le ton », ou « quand les autres font prévaloir leur style » ou « quand les autres imposent leurs normes ».

  • 66 Quand le curé maronite de Qobbé a voulu faire une collecte auprès des gens de sa paroisse afin de (...)

41Cette démission se traduit par un nouveau rapport au quartier. Pour ce qui est du gros de leurs achats, les Zghortiotes les font dans leur ville d’origine. Ils y passent la plupart de leur temps libre, y envoient leurs enfants à l’école, y hospitalisent leurs malades et fréquentent ses églises66. Quant aux autres maronites du quartier dont les villages se situent à une certaine distance de Qobbé (les plus éloignés sont à 25 km), il faut convenir que, si leurs relations avec leur village d’origine ne sont pas tout à fait identiques à celles des Zghortiotes, pour bon nombre de pratiques Zghorta s’est substituée au quartier et au village d’origine.

  • 67 Durant ces années, la Danniyé fut, à l’instar de Bab Tabbané à Tripoli, le refuge de nombre d’isla (...)

42Du côté des sunnites du quartier, les choses se présentent autrement. Mis à part les Tripolitains de souche qui s’identifient entièrement au quartier, et le pratiquent en tant que tel à tous les niveaux, dans leurs achats, la fréquentation de ses lieux de divertissements, ou dans l’envoi de leurs enfants à l’école, etc., les sunnites originaires d’autres régions, principalement de Danniyé, entretiennent à quelques exceptions près, les mêmes relations que les Tripolitains de souche avec le quartier, si l’on s’en tient aux pratiques susdites. Bien donc qu’ils s’apparentent aux Zghortiotes et autres maronites par leur origine non tripolitaine et la distance qui sépare leurs régions d’origine de Qobbé, et bien qu’ils s’y soient installés tardivement, ils vivent le quartier comme étant le leur. Outre le fait qu’elles sont le fruit des raisons évoquées ci-dessus une telle intégration et, partant, une telle identification sont aussi, sinon plus, le résultat d’un processus d’encadrement effectué par les mouvements islamistes auprès des populations de Danniyé, surtout au sein des milieux juvéniles, à partir de la fin des années 197067. Leur participation aux activités de ce qu’ils appellent le « travail islamique » au travers des dispositifs mis sur pied par ces mouvements à Qobbé, a fait qu’ils se sont progressivement engagés dans la vie du quartier jusqu’à en devenir partie prenante. Autrement dit, l’entrée dans la ville que constitue le « travail islamique » a contribué, dans une large mesure, à leur autochtonisation. Dans leur cas, et contrairement à ce que nous avons remarqué dans le milieu maronite du quartier, l’ici l’emporte de loin sur l’ailleurs.

43Certains sunnites ont, à plusieurs reprises, prié les maronites du quartier de reprendre leur rôle politique, en particulier ceux qui se sentent de plus en plus marginalisés en raison de la montée en puissance des mouvements islamistes, et qui voient dans la participation des maronites un moyen de faire pièce à cette montée. Les sunnites dont il s’agit ici sont ceux qui se considèrent comme de vrais Tripolitains, et qui essayent, tant bien que mal, de reprendre en main les affaires du quartier. Ce retour à l’« authenticité » tripolitaine s’explique bien plus par le fait que la majorité de ceux qui sont dans la mouvance islamiste appartiennent à la région de Danniyé et du Akkar, que par un rejet des idées et des pratiques de ces mouvements. Mais le clivage regroupant les quelques Tripolitains jaloux de leur citadinité et des Zhgortiotes mus par un réflexe minoritaire, n’a pas pu produire un espace politique commun. Outre le fait que leur dialogue a été toujours occasionnel (au moment des législatives et des municipales), les tentatives des Tripolitains de créer des dispositifs stables, telle une association de quartier ou un club de ce qu’ils appellent les « Anciens » ont toutes échoué. Ils considèrent que cet échec est dû à l’attitude réticente des Zghortiotes.

44Cette situation nous invite à reprendre les questions que nous avons posées au début de cette étude : comment qualifier l’espace qui se recompose, et quel avenir l’attend ? Le qualifier d’espace commun (comme nous l’avons suggéré à titre d’hypothèse) où les « ennemis » d’hier renouent leurs liens brisés durant la guerre, reviendrait, malgré la véracité de cette affirmation, à passer à côté de l’essentiel – ce qui travaille cet espace comme tensions, contradictions et significations. Sans nier que ce qui se passe au sein de l’université et ce qui dans les rapports de voisinage paraît s’inscrire dans une logique intégratrice, il demeure que d’autres dynamiques sont à l’œuvre qui, bien qu’occultées par la vie de tous les jours, surdéterminent la nature de cet espace baptisé commun. Tel qu’il se recompose depuis une vingtaine d’années, cet espace fut, et est toujours, générateur de processus d’« autochtonisation » pour les uns et d’« exogénisation » pour les autres – processus vécus selon des points de vue différents et avec des degrés de conviction différents. Plus concrètement, il est générateur d’un provisoire qui dure pour les uns, et d’un enracinement définitif pour les autres.

45Au terme de cette étude, ce constat nous ramène à la reconstruction, la réconciliation, et à leur articulation. Dans leur rencontre à Qobbé, Tripoli et Zghorta nous fournissent un cas de figure où la reconstruction dans son sens le plus matériel est ouverte à plusieurs possibles. Tout en contribuant au renouement des liens, elle n’engendre pas automatiquement une signification commune, ni de ces liens, ni de l’espace qui les abrite. Dans un tel cas, parler de réconciliation serait abuser du mot.

Notes

1 Compte tenu du grand écart démographique entre les deux villes (Tripoli 250 000 habitants, Zghorta autour de 30 000) toute comparaison semble à première vue étrange pour ne pas dire impertinente. Mais, à y regarder de près, et en envisageant les choses du point de vue politique, il apparaît que les deux se valent. J’en veux pour preuve le monopole qu’elles exercent sur la scène politique au Liban nord. C’est au travers de leur entente ou de leur désaccord que l’histoire politique de cette région pourrait se lire.

2 Beaucoup d’encre a coulé à propos de cette réconciliation après la guerre. Alors qu’une partie des Libanais (principalement des musulmans) considère que l’accord de Taëf a jeté les premières bases d’une telle réconciliation, une autre partie (des chrétiens) pense, au contraire, qu’elle est à refaire, et va jusqu’à dire que ce que les Libanais vivent aujourd’hui n’est autre qu’une guerre civile larvée.

3 Ce qui nous importe ici est la mémoire qui touche aux relations entre les deux villes. Compte tenu que le mode de fonctionnement de cette mémoire est toujours subordonné au présent et à ses enjeux, il est normal qu’elle fasse l’objet d’une instrumentalisation en fonction de ces derniers. En temps de paix, ce sont les moments d’entente qui prennent le dessus, en temps de guerre ce sont plutôt les moments de désaccord.

4 La source principale des données sur lesquelles cette étude s’appuie est le fruit d’une enquête menée auprès d’une trentaine de ménages et autant d’universitaires durant les mois de janvier et février 1998.

5 Ce discours repose sur trois idées : fraternité, voisinage et appartenance à un même pays. D’après lui, ce qui altère ces trois relations est toujours l’étranger, le plus souvent vaguement identifié. C’est dans cette logique que s’inscrit la « théorie du complot » comme un des principaux éléments dans l’explication de la guerre au Liban.

6 Bien que ce regard soit dans ses grands traits le même pour les sunnites et les maronites du Nord, celui que portent une bonne part des Tripolitains sur les Zghortiotes et vice-versa se caractérise par une méfiance de loin plus manifeste qu’entre Tripolitains et autres maronites du Nord entre lesquels règne une certaine indulgence.

7 À cet arabisme est venu s’ajouter depuis plus d’une décennie l’islamisme qui aujourd’hui l’emporte à bien des égards sur l’idée d’arabité. À preuve la victoire remportée par les mouvements islamistes dans les élections municipales de 1998 où de leurs 12 candidats, 8 ont gagné.

8 Voir à ce propos Sankari A., « Abd al-Hamid Karamé, un zaim tripolitain », mémoire de maîtrise en histoire, faculté des lettres, Université libanaise à Tripoli, 1987.

9 Cette montagne recouvre les trois cazas maronites, ceux de Zghorta, Bécharré et Batroun. Ce qui prédispose Zghorta à se considérer comme porte-parole de ces cazas, c’est le fait, d’une part, qu’elle est une des plus grandes localités de la région, d’autre part qu’elle se situe entre la Danniyé et Tripoli, deux régions à grande majorité sunnite.

10 Sur l’ensemble de ces événements et la façon dont les Zghortiotes se les représentent voir Khazen S., Tarikh Zghorta at-Qadim wal-Jadid (histoire ancienne et moderne de Zghorta), imprimerie Adib, Tripoli. 1954.

11 Ce n’est pas par hasard que la milice créée en 1973 par Suleimane Frangié au lendemain des affrontements entre l’armée libanaise et les Palestiniens, avait installé son camp d’entraînement dans le village de Brach’i qui dans la mémoire des Zghortiotes rappelle la première victoire des bandes armées de Karam sur l’armée ottomane.

12 Ibid. p. 156-181.

13 Du côté de Zghorta, les cinq principales familles, Frangié, Douayhi, Moawad, Karam et Makari, avaient chacune sa milice. Du côté de Tripoli, les milices étaient constituées par les partis du Mouvement National (Ba’th, Communistes. Mouvement du 24 octobre, Nationalistes arabes) et par les Palestiniens et des groupuscules qui gravitaient autour d’eux.

14 En témoigne les noms donnés aux milices de Zghorta. Celle des Frangié s’appelait Maradas (les Mardaïtes sont ancêtres des maronites d’après le père Yammine Y. dans son opuscule les Maradas, Institut Marada, 1985) ; celle des Karam s’appelait Labayka ya Lubnan (À ton service, ô Liban) slogan inscrit sur l’étendard de l’armée de Youssef Karam ; celle des Douayhi Majd Lubnan ‘ou’tiya lahou (À lui la gloire du Liban).

15 Des familles de notables, de hauts fonctionnaires et de commerçants.

16 Entretiens avec Babar Tayyoun, Halim Karam et Boulos Douayhi. Les deux premiers avaient des boutiques à Tripoli, le dernier était chauffeur de taxi-service.

17 Il serait intéressait de mener une étude sur les localités ou régions au Liban qui ont vécu des guerres endémiques – étude inexistante à ma connaissance – surtout concernant les modalités selon lesquelles ces localités ou régions organisent leur temps de guerre et leur temps de paix. Alors que certaines jouent sur le temps selon un agenda fixant à l’avance ces temps, d’autres, au contraire, jouent sur l’espace, c’est-à-dire quelles distinguent nettement entre espace de guerre et espace de paix.

18 Entretiens avec Hicham Moukadem et les frères Fahim. Le premier tenait une station de taxis-service, les seconds un café sur la place centrale à Tripoli.

19 Lors des événements de 1958, la ville de Tripoli fut scindée en deux territoires. La nouvelle ville était sous contrôle de l’armée libanaise et des Zghortiotes pro-chamouniens, la vieille ville (le souk) était le fief des thuwar (insurgés). Entretien avec Barbar Tayyoun, responsable à l’époque de l’armement des Zghortiotes à Tripoli. Sur cette dualité vieille ville / nouvelle ville qui, apparemment, avait marqué Tripoli depuis le Mandat – la première comme espace où la ville se replie pour se défendre, la seconde comme espace où l’Etat et l’étranger se déploient – voir Ziadé K., Yawm al-joum’a, yawm al-ahad (le vendredi et le dimanche), Dar al-Nahar, 1993, et Seurat M., « Le quartier de Bâb Tebbané à Tripoli (Liban), étude d’une ‘asabiyya urbaine », p. 45-86, Mouvements communautaires et espaces urbains au Machrek, CERMOC, 1985.

20 L’expression est de Toufic Sultan, un des chefs nationalistes arabes de Tripoli.

21 Entretien avec Rafiq Koussa qui tenait un café sur la place centrale de la ville, qui était un des principaux lieux de rencontre des Zghortiotes. Ce café fut attaqué plusieurs fois par les manifestants. En 1964, des habitués du café ont tiré sur une manifestation qui passait, depuis toutes évitent les lieux de rassemblement des Zghortiotes.

22 Toutes les fois que les Tripolitains appelaient à une grève ou une manifestation, des renforts arrivaient de Zghorta pour soutenir ceux qui y vivaient. Entretien avec Habib Karam qui tenait un café à Tripoli, dont la salle de derrière tenait lieu de dépôt d’armes.

23 Presque tous les gardiens de ces écoles étaient des Zghortiotes.

24 Cette manifestation fut préparée et organisée par des hommes de main zghortiotes qui, la veille, étaient réunis chez le fils du président Frangié dans sa maison à Tripoli. Entretien avec Halim Abou Dhaher.

25 Entretien avec Toufic Sultan qui considère que cette manifestation avait mis les « Forces progressistes et nationales » devant un fait inédit, à savoir le fait que des forces chrétiennes tenaient la rue.

26 Sur l’ensemble des changements produits à Zghorta à partir de 1975 voir Frangié M., « Le nouveau marché à Zghorta », D.E.A., Institut des Sciences Sociales, Tripoli, 1990.

27 Voir Seurat M., op. cit.

28 Durant les combats, les blessés alaouites étaient soignés dans les hôpitaux de Zghorta.

29 Pour sheikh Ibrahim Saleh, bras droit de Khalil Akkaoui, chef des groupes armés de Bab Tabbané, durant lesdits combats, les alaouites et les Zghortiotes étaient considérés comme des ennemis de la madina, entendu Tripoli. Il ne faut pas oublier que la guerre menée par les islamistes fut une guerre entre la madina et les étrangers. Voir Seurat M., op. cit.

30 Ziade K., op. cit.

31 Quand ce pouvoir avait choisi Qobbé pour implanter ses casernes, ses logements d’officiers et son hôpital, c’était probablement dans un souci de mieux contrôler la ville.

32 Rien n’explique mieux l’existence d’un front qui se situe à 4 km de Zghorta que cette idée de hima.

33 Les notables de Zghorta ont adopté une politique interdisant à quiconque de vendre sa maison ou ses terres à Qobbé à des Tripolitains ou à des gens de Danniyé.

34 Entretien avec Joseph Ourayji, représentant du président Frangié dans ces négociations.

35 Le rôle de l’État, représenté dans ces négociations par le recteur de l’Université, se réduisit à celui de simple médiateur entre les partis.

36 Il arrive parfois que ces négociations n’aboutissent pas à un compromis entre les deux villes, comme ce fut le cas lors de l’ouverture de certains lycées et universités privés : Frères de la Salle, Pères Carmélites, Lycée français, Université Saint Joseph. Dans pareils cas, deux solutions furent généralement adoptées : ou bien on eut recours à l’ouverture de deux branches, une à Zghorta, l’autre à Koura, ou bien d’une seule, uniquement à Koura. Peut-être le choix de Koura comme d’un espace où les deux villes résolvent leurs contradictions relève du fait que la communauté qui y prédomine est grecque-orthodoxe.

37 Une partie des facultés sont logées dans une caserne construite dans les années 1920 par les Français : Faculté des lettres. Faculté de droit, et Institut des sciences sociales. L’autre partie occupe des immeubles à quelques centaines de mètre de la caserne : Faculté des Beaux-Arts.

38 Outre la caserne, ce sous-quartier comprenait avant la guerre deux épiceries et une boulangerie. Entretien avec Ahmed Hajjar.

39 Les stations de taxi-service que l’ancienne place abritait ont changé de lieu après l’ouverture de l’université.

40 Il nous est difficile d’avancer des chiffres du nombre des étudiants de chaque région et confession. D’après les estimations qui nous été fournies par la direction de l’université, les étudiants musulmans constituent un peu plus des deux tiers de l’ensemble des étudiants inscrits.

41 Tous les ans, en janvier, les étudiants de chaque faculté élisent un conseil qui constitue leur porte-parole auprès de la direction. Les majalis al-toulab al-tamthiliyya (conseils représentatifs des étudiants) datent d’avant la guerre, mais furent mis en veilleuse tout au long de celle-ci.

42 Généralement, le passage d’un type de mobilisation à l’autre est vu sous l’angle de ce que l’on appelle le système segmentaire connu par sa fluidité, lequel fonctionne par juxtaposition/opposition. Ce système qui a fait la fortune de nombreuses études concernant nos sociétés s’est avéré dans bien des cas incapable d’expliquer tous leurs rouages.

43 Sur les conflits entre Ahbach et autres islamistes voir Yared M., « Habachi et les islamistes : le duel à mort », Les Cahiers de l’Orient, 1998, p. 83-97.

44 L’intérêt des élections, quelle qu’en soit la nature, réside essentiellement dans le fait qu’elles sont productrices de formes de mobilisation qui relèguent dans bien des cas le confessionnel à l’ombre. Les dernières municipales où le familial a pris le dessus l’ont prouvé dans plus d’une région et à l’intérieur de plus d’une confession. Compte tenu de la désaffection que vivent aujourd’hui les partis politiques de type extra-confessionnel, il semble que la réémergence du familial sur la scène politique constitue une des issues.

45 Notre objectif n’est pas de faire une étude exhaustive de ces groupes et des dynamiques qui les travaillent. Ce qui importe est de savoir dans quelle mesure l’université a engendré des réseaux de sociabilité entre personnes de différentes confessions.

46 Gulick J., Tripoli, a Modern Arab City, Cambridge, Harvard University Press, 1967, p. 67.

47 Ibid.

48 Entretiens avec Antoine Yammine et Ahmed Hajjar. Le premier était chef des Maradas à Qobbé, le second chef des milices tripolitaines dans cette même région.

49 Dans ce premier temps les habitants du quartier y passaient une bonne partie de la journée, mais à la tombée de la nuit ils regagnaient leur village ou les quartiers où ils s’étaient installés après les combats. Entretiens avec des Zghortiotes, des Bécharriotes et des gens de Danniyé.

50 Enquête menée auprès d’une trentaine de ménages.

51 Dans un texte présenté en 1994 au séminaire général du CERMOC sous le titre « Rapports de voisinage, l’immeuble beyrouthin » nous avons pu dégager les mêmes traits.

52 « Nous nous rendions au village quand il y avait un mariage ou un décès et au moment de la cueillette des pommes » confie un cordonnier du village de Hadchite.

53 Entretiens avec Elie Houdayid alors représentant des Zhgortiotes et des villages maronites qui l’entourent, et avec Tansa Oulwane du village de Hadchite.

54 « À la veille de la guerre nous étions une quarantaine de Communistes du seul village de Hadchite, et c’est nous qui avons mené la campagne électorale à Qobbé pour le secrétaire général du Parti communiste Nicolas Chawi en 1972 », confie Tansa Oulwane. D’après J. Gulick, la majorité des maronites de Qobbé étaient originaires de Hadchite. Cf. Gulick J., op.cit., p. 207.

55 Entretien avec Yacoub Chedraoui, responsable de ce parti dans les années 1960.

56 Gulick J., op. cit., p. 62.

57 Entretien avec Riyad Baydoun, son animateur.

58 Entretien avec Elias Goerges, entraîneur de l’équipe à l’époque.

59 Le départ des vieilles familles tripolitaines des quartiers désignés par « souk » date de cette époque. Les plus aisées avaient choisi les quartiers est de la ville comme lieu de résidence, les moins aisées avaient choisi Qobbé. Ziade K., op. cit., p. 45.

60 Le diacre de l’église de la Sainte Vierge de Zghorta nous a fourni ce chiffre relevé dans un cahier qu’il garde chez lui. Comme il y avait beaucoup de Zghortiotes à Tripoli le curé de Zghorta a établi une liste par quartier et par ménage pour la distribution des faire-part de décès.

61 Le nombre des Zghortiotes et celui de l’ensemble des ménages du quartier sont tirés de l’annuaire téléphonique de la ville de Tripoli de 1993.

62 Cet investissement a été confirmé aux municipales de 1998 où trois des cinq moukhtar-s élus à Qobbé appartiennent à ces deux mouvements.

63 Al-Nahar, 18/7/80 & 13/9/80.

64 Entretien avec As’ad Harmouch, un des chefs de la Jama’a au Nord.

65 Outre le nombre de leurs élus dans le conseil municipal de la ville de Tripoli (8 des 24 membres), une preuve est le nombre d’établissements qui dépendent d’eux : mosquées, écoles, associations de bienfaisance, dispensaires et tout dernièrement l’université Al-Manar que dirige la femme de Soubhi Yakan, un des maîtres à penser de la Jama’a.

66 Quand le curé maronite de Qobbé a voulu faire une collecte auprès des gens de sa paroisse afin de reconstruire la partie détruite de l’église, rares sont les Zghortiotes qui répondirent à son appel sous prétexte qu’ils n’en faisaient pas partie.

67 Durant ces années, la Danniyé fut, à l’instar de Bab Tabbané à Tripoli, le refuge de nombre d’islamistes qui avaient fui la Syrie. Plusieurs confréries y sont actives. Entretien avec As’ad Harmouch.

Table des illustrations

Légende Origine des quatre candidats de chacune des listes a et b aux élections universitaires.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

Auteur

Chawqi Douayhi, docteur en Anthropologie, professeur à l’Université Libanaise, chercheur à l’Institut de Recherches en Sciences Sociales (section I), et chercheur au CERMOC. Il a dirigé avec Joseph Bahout La vie publique au Liban, Cahier du Cermoc n° 18. Il est l’auteur de nombreux articles sur les recompositions sociales de la société libanaise et participe au programme de recherche international Les mots de la ville (CNRS).

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.