Version classiqueVersion mobile

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Première partie. Renouement du lien social

L’urbanisation de la plaine de Hadath à la fin de la guerre : recompositions sociales à Hay el-Amercan

Annie Tohmé

Texte intégral

  • 1 Quartier des Américains.
  • 2 Municipalité de la banlieue sud-est de Beyrouth.

1Depuis le retour à la paix en 1990, hay el-amercan1, quartier résidentiel de Hadath2 situé sur l’ancienne ligne de démarcation, s’est transformé en un immense chantier. De fait, la réhabilitation des immeubles endommagés par les bombardements ainsi que la construction de nouvelles unités de logement se font en parallèle. Elles attirent, en conséquence, une population composite constituée d’anciens habitants, de déplacés et de nouveaux venus. Ces résidents ont des appartenances régionales et confessionnelles multiples et des trajectoires individuelles complexifiées par la guerre, mais qui ont toutes convergé vers un même espace, un espace en recomposition aux configurations encore incertaines, mais à l’intérieur duquel chacun négocie sa place. La proximité spatiale des habitants et leurs territoires de parcours à travers la ville allongent ou diminuent, en effet, la distance sociale entre eux.

  • 3 Camilieri G, « L’image dans la cohabitation de groupes étrangers en relation inégalitaire », in Ca (...)

2Ce quartier en reconstruction, situé au cœur d’un espace symbolique (ancienne ligne de front) et réinvesti par une population mixte, constitue un lieu privilégié pour l’observation de la réconciliation. Dans ce cadre, l’appréhension de cette dernière ne peut se faire qu’au niveau microsociologique, l’immeuble par exemple, permettant d’expliciter les interactions sociales et leur impact sur l’insertion des individus dans les réseaux de voisinage ou leur exclusion. Ces interactions favorisent le renouement et/ou la rupture du lien social. Elles sont déterminées par plusieurs facteurs : la trajectoire résidentielle antérieure des habitants, leur statut dans l’immeuble, leurs caractéristiques socio-économiques et socio-culturelles, leurs temporalités, la pratique du quartier et celle de la ville. Elles sont par ailleurs, sous-tendues par des images et des représentations construites à partir d’un préjugé ou bien d’une expérience hâtive ou durable » quand un groupe cohabite avec un autre, il est plus exact et plus opérationnel d’affirmer qu’il cohabite avec l’image qu’il s’en fait »3.

3La recherche s’est basée sur l’observation de neuf ménages libanais de la catégorie socio-économique moyenne, résidant dans deux immeubles adjacents. Ces résidents ont délibérément choisi de s’installer à hay el-amercan puisqu’ils y ont acquis ou loué un appartement. Ils appartiennent tous à l’une des trois grandes confessions du Liban à savoir la confession chiite, la confession sunnite et la confession maronite. Ils viennent pour la plupart de territoires très marqués par l’identité confessionnelle. Il ne s’agit nullement ici, d’étudier les relations interethniques de groupes dominants et dominés, mais le rétablissement des relations intercommunautaires à la suite d’une rupture qui a duré plus de quinze ans.

4Cette étude a consisté en un premier temps, à mener une série d’entretiens auprès de plusieurs personnes susceptibles de fournir des informations à propos du quartier (épiciers, concierges, anciens résidents, squatters, etc.).

5L’enquête proprement dite, a comporté plusieurs entretiens libres avec chaque ménage de la population-cible. Le contact avec celle-ci a été facilité par le choix d’un informateur privilégié. Les thèmes des entretiens ont porté sur la trajectoire résidentielle antérieure, l’histoire de l’installation dans le quartier, la perception et la pratique de ce dernier ainsi que la répartition des activités du ménage dans l’agglomération beyrouthine, les rapports de voisinage... Ils se sont déroulés dans les appartements en présence des membres d’un seul ou plusieurs ménages. De plus, des interviews ont été effectuées sur les lieux de travail pour pallier le biais induit par la présence de l’informateur.

6La réalisation de l’enquête a présenté une difficulté majeure. Elle provint du choix d’un informateur privilégié. Celui-ci a, certes, facilité la collecte de données dans huit des neuf logements prévus pour l’enquête. Mais il a, en même temps, rendu impossible l’accès au neuvième logement à cause d’un procès intenté par l’informateur contre le chef de ménage. Le recours à l’assistance des voisins se solda également par un échec. Ils prétendirent ne pas avoir de relations avec le neuvième ménage.

PRÉSENTATION DU QUARTIER

Situation géographique

7Hay el-amercan est situé à l’extrêmité nord-ouest de la plaine de Hadath. Il est limité au nord par le boulevard Mar Mikhaël-Galerie Semaan et à l’ouest par la rue Mouawad. Ces deux axes routiers séparent la circonscription foncière de Chiyah de celle de Hadath. Il est bordé à l’est par le boulevard Camille Chamoun (circonscription foncière de Hadath) et au sud par le nouveau tracé de l’axe rond-point Sayyad-aéroport qui l’a très récemment séparé de la plaine agricole de Hadath.

Histoire du quartier

  • 4 Lisières de Hadath.

8Hay el-amercan fait partie des quartiers situés loin de l’ancien noyau villageois de Hadath et de ses nouvelles extensions. Ces quartiers sont appelés localement atraf el-Hadath4 parce qu’ils se sont développés suite à l’urbanisation des communes voisines (Chiyah, Haret-Hreïk, Borj el-Brajné, Laylaké...). La croissance urbaine de hay el-amercan s’est déroulée en deux phases distinctes. La première a eu lieu durant les années soixante. La seconde a débuté après 1990.

La première phase d’urbanisation (1960-1975)

9Durant les années soixante, Chiyah connaissait déjà depuis presque une décennie un mouvement de construction rapide favorisé par son industrialisation et sa proximité avec Beyrouth. Cette urbanisation commença à déborder des limites de la commune et atteignit les franges de Hadath et de Haret-Hreik. Le premier secteur de Hadath à être touché fut le quartier qui prendra, par la suite, le nom de hay el-amercan.

Fig. 1 - Localisation du quartier dans la plaine de Hadath

  • 5 Abou Jaoudé, Bassil, Gharios, Kareh, Lahoud, Mattar (Hadath), Mouawad, Rahal, Semaan, Tayar.

10Les propriétés foncières appartenaient à des maronites de Chiyah5, Elles étaient plantées d’orangers ou consacrées à des cultures maraîchères. Les maisons construites sur les propriétés étaient constituées de deux étages. Le rez-de-chausée servait d’étable, de remise et de local pour la préparation de la production agricole avant son acheminement vers le marché aux légumes de Beyrouth. L’habitat proprement dit était situé au premier étage. La crise de l’agriculture et les contraintes de la vie moderne (l’éducation des enfants, les frais d’hospitalisation, l’acquisition de nouvelles commodités comme la voiture, les produits électroménagers...) obligèrent un certain nombre de ces propriétaires à vendre leurs biens-fonds.

  • 6 Baaqline, Aitat, Souq el Gharb, Falougha, Jezzine...
  • 7 Chiite, druze, grecque-orthodoxe, maronite, sunnite...
  • 8 Classe moyenne supérieure (grands propriétaires, propiétaires de journaux, médecins, ingénieurs...
  • 9 Pilotes à la MEA, employés à l’ambassade, enseignants dans les écoles...

11Originaires du Mont-Liban ou du Liban-Sud6, les nouveaux acquéreurs (druzes et maronites) construisirent des immeubles de rapport modernes voués à la location ou à la vente. Une population mixte7 et aisée8 fut attirée par les divers avantages qu’offrait ce nouveau quartier : superficie et luxe des appartements, espaces verts (vergers et potagers) et routes nouvellement tracées... Ce quartier fut également recherché par les étrangers installés au Liban, dont la plupart dans ce quartier était de nationalité américaine9, d’où son nom hay el-amercan.

Hay el-amercan durant la guerre

12En 1975, dès les premiers incidents de la guerre survenus non loin de là, à Aïn er-Remmaneh, hay el-amercan fut traversé par la ligne de démarcation. Il se transforma en place forte, occupée tour à tour par les phalangistes de Hazmieh, les PNL de Chiyah et de Aïn er-Remmaneh, les forces progressistes de Beyrouth ouest, et ceci, jusqu’à l’arrivée de la force de frappe arabe (Syriens) en 1976.

  • 10 Interview avec Hussein I. gardien d’un immeuble à hay el-amercan qui resta dans le quartier durant (...)

13L’insécurité de la ligne de front durant la guerre des deux ans vida en grande partie le quartier de ses habitants. Effectivement, coincés entre deux axes de tir : Mar Mikhaël-Galerie Semaan et Sfeir, dans un espace convoité par les belligérants des deux bords, ils commencèrent à déserter. Les premiers à partir furent les étrangers. Ils furent bientôt suivis par une grande partie de la population autochtone. Il ne resta plus, à certains moments, que quelques ménages ou quelques personnes chargées de veiller sur les appartements10. Ces derniers s’approvisionnaient dans la région de l’occupant du moment. Ils pratiquaient pour subsister le trafic de marchandises de toutes sortes (essence, farine, pain...) entre les deux régions.

  • 11 Interview avec Elias el H. déplacé de Ain el Halazoun, village situé près de Bhamdoun.

14L’armée syrienne conserva ses positions dans le quartier de 1976 à 1982. Elle en fut délogée par l’armée israélienne. En 1984, la présence des troupes italiennes de la force multinationale encouragea des déplacés chrétiens du Liban-Nord, de Zahlé et surtout de la Montagne11 à squatter des appartements à hay el-amercan. L’installation provisoire de ces nouveaux venus devint permanente à cause de la stabilité de la ligne de démarcation défendue par l’armée libanaise et les Forces Libanaises jusqu’en 1988, puis par l’armée libanaise seule.

La seconde phase d’urbanisation à partir de 1990

15L’arrêt des combats en 1990 dynamisa le marché foncier. Les investisseurs chiites de la banlieue sud (Toufayli, Abou Ta‘an...) en quête de nouveaux espaces à construire trouvèrent des terrains disponibles à hay el-amercan. Par ailleurs, la destruction partielle ou totale des immeubles et la présence des déplacés ralentirent le retour des habitants initiaux.

  • 12 Les squatters représentent une proportion approximative de 60 % de la population globale du quarti (...)
  • 13 D’autres ouvriers syriens qui travaillent dans la RMB ont construit des habitations précaires avec (...)

16Le retour à la paix a modifié la composition de la population du quartier. Il est actuellement occupé par des habitants qui ne l’ont pas quitté durant la guerre, par les squatters pour lesquels le ministère des Déplacés n’a pas encore trouvé de solution acceptable, les anciens résidents qui sont revenus, auxquels il faut ajouter de nouveaux venus12. En outre, une dizaine de chantiers drainent vers le quartier une main d’œuvre syrienne13.

17Par ailleurs, l’infrastucture de hay el-amercan a de tout temps été précaire. De fait, la situation du quartier en marge de l’agglomération urbaine de Hadath et la composition de sa population – migrants non inscrits dans la commune et n’y votant pas – constituent autant de facteurs favorisant son délaissement par les autorités municipales. En conséquence, les routes, trop étroites par endroits, ne sont pas asphaltées et le réseau d’égoûts est inexistant. Le courant est souvent coupé et l’abonnement au générateur installé dans le quartier par un particulier est excessivement cher, de 90 à 100 $ par mois. Ce dernier reste inaccessible pour la majorité de la population. Le réseau d’eau potable est défectueux. Les lignes téléphoniques n’ont pas encore été installées parce que les autorités n’ont pas décidé à quel central les connecter. Question hautement politique qui mettra du temps avant d’être résolue puisqu’il s’agit des centraux de Chiyah, de Hazmieh ou de Hadath...

PRÉSENTATION DES DEUX IMMEUBLES ET DE LEUR POPULATION14

  • 14 Les prénoms et les noms des habitants des deux immeubles cités dans cette partie et les parties su (...)

18Les deux immeubles retenus pour la recherche présentent l’intérêt d’avoir été réhabilités après la guerre puis occupés par des ménages propriétaires ou locataires. Ces derniers ont connu une mobilité résidentielle aux trajectoires plus ou moins complexes mais convergeant toutes vers hay el-amercan.

Situation géographique

  • 15 Appartenant aux promoteurs Abou Ta‘an et Toufayli.

19Les deux immeubles retenus pour cette recherche se situent à la lisière sud de hay el-amercan. Ils sont reliés au noyau initial du quartier par une route étroite bordée d’immeubles et de chantiers15. Ils jouxtent en outre, le nouveau boulevard aéroport rond-point Sayyad.

Fig. 2 - Disposition de la population dans les deux immeubles.

20Ces immeubles sont construits sur deux parcelles adjacentes. Leurs parkings sont accolés. Ils constituent ainsi un espace de rencontre entre les habitants. Cependant, l’exiguïté du parking de l’immeuble des G. génère très souvent des conflits motivant une redéfinition des territoires.

Présentation des deux immeubles

21L’immeuble des G. a été construit au début des années 1960 sur une parcelle achetée aux Bassil de Chiyah. Emile G., le propriétaire, avait choisi le lieu à cause des multiples avantages qu’il présentait : le prix peu élevé du terrain, le contexte naturel (vergers) et sa position médiane entre Falougha, son village d’origine, et le centre-ville où il était propriétaire d’un journal.

22L’immeuble est constitué de quatre étages comportant chacun deux logements. Avant la guerre, la famille G. occupait un logement et louait les sept autres. Les locataires présentaient des caractéristiques socio-économiques identiques à celles de la population de hay el-amercan. Il en était de même pour leur appartenance ethnique ou confessionnelle. Ainsi, des Américains, des chrétiens et des druzes cohabitaient.

  • 16 Boutros Abou S. avait déjà construit et vendu deux immeubles dans le quartier. Les terrains avaien (...)
  • 17 Interview avec l’entrepreneur.

23Le second immeuble fut édifié plus tardivement en 1973 par un entrepreneur16. Ses six étages étaient destinés à la vente. À la veille de la guerre, Boutros Abou S. en avait négocié trois. Les nouveaux propriétaires étaient d’origines diverses : Saoudiens, chrétiens de Chiyah et chiites du Liban-Sud17.

24Durant la guerre, les différentes forces armées qui défilèrent dans le quartier transformèrent les deux immeubles en bunkers à cause de leur position stratégique. De fait, ils surplombent aussi bien les régions est que la banlieue sud. Les deux immeubles étaient donc devenus la cible des tirs. En 1982, l’aviation israélienne bombarda l’immeuble Abou S. dans lequel étaient postés des soldats syriens. Une aile entière sur six étages fut entièrement démolie.

25Lors du démantèlement de la ligne de démarcation (1990), les propriétaires récupérèrent leurs immeubles endommagés, mais vides. Ils purent donc directement procéder à la réhabilitation.

Mobilité résidentielle antérieure et statut actuel dans l’immeuble

Trajectoires résidentielles antérieures

26Les trajectoires résidentielles des neuf ménages étudiés présentent chacune une grande complexité essentiellement due à la guerre. L’analyse qui suit est organisée de façon thématique.

La stabilité

  • 18 Les quartiers proches de la ligne de démarcation abandonnés en grande partie par leurs habitants é (...)
  • 19 Chbarou B. et Charara W., « Une mosquée de Beyrouth aujourd’hui : unité de la communauté et divers (...)
  • 20 Interview avec Hassan H.

27Toutes les populations habitant dans les quartiers proches des zones de combats ne les quittèrent pas nécessairement pour des régions plus sûres. Attachées à leur maison et surtout ne disposant pas de beaucoup de moyens, elles furent souvent obligées de rester « chez elles » malgré et contre tout. Ainsi, la conservation du logement dans des quartiers en pleine recomposition démographique18 marginalisa les anciennes familles. Elles étaient devenues étrangères dans leur propre quartier. C’est le cas des H. (sunnites de Beyrouth) : locataires à Wadi Abou Jmil, quartier de grande mixité, ils y sont restés malgré l’afflux des déplacés kurdes et des chiites des régions est19 et son partage en zones d’influence de Amal et du Hezbollah. Devenus étrangers dans leur propre quartier, ils subirent des vexations de la part des nouveau-venus20. Les jeunes gens de la famille choisirent donc de s’expatrier en Allemagne alors que les parents restèrent chez eux. Les indemnisations de Solidere permirent à ces derniers d’acquérir un appartement à Clémenceau. De retour d’Allemagne, un des jeunes achètera un logement dans l’immeuble Abou S. en 1995.

L’errance

28Chassés de chez eux, certains ménages coupés de leurs villages devenus inaccessibles, furent condamnés à l’errance. Leurs trajectoires étaient tributaires de leurs moyens économiques. Lorsque ceux-ci venaient à manquer, ils squattaient des maisons abandonnées par leurs habitants. Par ailleurs, les tentatives pour se fixer quelque part furent soldées par un échec. Trois ménages des deux immeubles ont vécu cette situation :

  • Durant la guerre, la famille G. délogée de son immeuble de hay el-amercan ne pouvait pas regagner Falougha, son village d’origine. Elle se réfugia à Aïn er-Remmaneh, puis dut partir pour le Kesrouan. Elle revint à Aïn er-Remmaneh où les Forces Libanaises l’appuyèrent pour squatter un appartement. Elle en fut expulsée en 1995 par le propriétaire auquel elle fut contrainte de payer des dommages et intérêts. Elle regagna durant la même année son immeuble. Un appartement de ce dernier était occupé depuis deux ans par l’un de ses fils mariés.
  • Jean S. gendre des G., est lui aussi venu habiter l’immeuble à son mariage en 1995. Avant la guerre, la famille de Jean bien qu’originaire de Chiyah, vivait rue Georges Picot au centre-ville. Il avait donc grandi dans un quartier mixte (musulmans, chrétiens, juifs...). D’ailleurs, deux de ses tantes ont épousé des musulmans. La guerre venue, le retour à Chiyah était impossible, la famille a donc déménagé au Kesrouan, puis à Aïn er-Remmaneh où J. est venu la rejoindre après avoir travaillé un certain temps dans les pays du Golfe puis à Chypre.
  • Déplacée de Biré (caza du Akkar, Liban-Nord), la famille M. a acquis son appartement en 1984. Il était accolé à celui du frère de Maurice M. acheté en 1975. Elle y restera six mois. Chassée à nouveau par les évènements, elle aura un itinéraire fort compliqué à cause de sa situation économique. Elle louera entre 1984 et 1985 des chalets à Jbeil et à Amchit. Puis à court d’argent, elle reviendra à hay el-amercan où elle squattera un logement dans l’immeuble Hamadé. Elle y restera un an avant de reprendre son errance. Elle s’installera au couvent de Saydet el-Bir (Bqanayya), puis à Broumana, puis à nouveau à Bqanayya. Perdant espoir de retourner à Biré ou à hay el-amercan, les M. s’associèrent à quatre autres ménages de la famille pour acheter un terrain à Bqanayya et y construire un immeuble. Les autochtones les empêchèrent de mener à bien leur projet. Ils utilisèrent pour ce faire aussi bien les subterfuges légaux (droit de préemption) que la force (recours aux Phalangistes). Dépossédée de son bien, la famille ira à Jisr el-Bacha où sa maison sera pillée par l’armée syrienne le 13 octobre 1990. Elle a en définitive échoué à Aïn er-Remmaneh dans un petit appartement appartenant au frère de Maurice M. Elle a réemménagé à hay el-amercan en septembre 1997 dans l’appartement dont elle est propriétaire.
  • Issu d’une famille kurde syrienne établie à Beyrouth, Issam A. fait figure d’éternel errant avant de s’installer à hay el-amercan. De fait, il arriva avec ses parents à la Quarantaine dans les années 1960. Il en fut déplacé avec les siens à la suite de la prise du bidonville par les forces chrétiennes en 1975. La famille d’Issam squatta en conséquence un appartement à Wadi Abou Jmil jusqu’à son délogement par Solidere en 1997. Entretemps, Issam se maria et vint s’établir dans l’immeuble Abou S. en 1993.

Le retour au village

29La guerre a poussé des migrants à retourner dans leurs villages d’origine jugés plus sûrs que Beyrouth. Cette réintégration s’accompagna d’une réadaptation au mode de vie villageois. Elle a aussi ravivé le sentiment d’attachement aux réseaux de parentèle et au village.

  • Originaire de Blida (caza de Marjayoun, Liban-Sud), la famille F. (migrants de deuxième génération) avait connu avant la guerre une série de déplacements à Beyrouth : du boulevard Assaad el-Assaad à Aïn er-Remmaneh, à Sin el-Fil, puis de nouveau au boulevard Assaad el-Assaad. Les commodités et le confort offerts par les appartements loués étaient la raison principale raison de cette mobilité. Devenue veuve avec cinq enfants en 1974, Hajjé venait d’acheter son appartement lorsque la guerre éclata. Elle préféra se réfugier à Aarab Salim son village natal où elle pouvait vivre sous la protection de ses frères. Ses fils iront poursuivre leurs études en Grande-Bretagne et s’y établiront durant toute la période de la guerre. Une fois la paix revenue, Hajjé occupa pendant six ans l’appartement de sa fille à Aïn et-Tiné. Elle vint s’établir à hay el-amercan en 1996 avec ses enfants célibataires et son fils divorcé.
  • En 1975, Ahmad Sa. et ses frères sont venus de Bednayel (caza de Zahlé, Beqaa) à Beyrouth poursuivre leurs études à l’Université Libanaise. Ils louèrent puis achetèrent un appartement à Bir el-Abed qui resta vide à partir de 1976 à cause du départ des frères de Ahmad vers l’étranger. Ahmad s’y installera avec sa famille lors de son mariage en 1980. Il rentre ensuite au village en 1982 parce qu’il a été muté au poste de douanes de Masnaa. De retour à Bir el-Abed, en 1991, il trouve le quartier bien changé. Il préfère le quitter. En 1995, il liquide son appartement et en acquiert un autre à sa place à hay el-amercan.

Le départ pour l’étranger

30La présence des milices armées dans les régions résidentielles éloignées de la ligne de démarcation et les luttes armées qu’elles se livraient entre elles entretenaient une atmosphère d’insécurité permanente. Cette dernière poussa des habitants à s’expatrier. C’est le cas des Y. Michel Y. de Aïndara (caza de Aley, Mont-Liban) travaillait en Arabie Saoudite. À son mariage au début des années 1980, il décida de s’établir au Liban. Il ouvrit une pistacherie à Jbeil et acheta par la même occasion un appartement à proximité. Lorsque les Forces Libanaises s’établirent en force à Jbeil, il décida d’émigrer vers les États-Unis et de là, il partit pour le Canada. La vie n’y était pas facile. Sa femme a dû reprendre ses études universitaires pour pouvoir travailler dans le secteur bancaire. En 1995, voyant ses enfants grandir et ayant peur de perdre son emprise sur eux, il décida de rentrer au pays. Toutefois, il ne voulait plus investir au Liban. Il estimait qu’il y avait trop perdu d’argent. Pour cela, il loua son appartement à des parents, les M.

31La majorité des ménages (8 sur 9) interrogés ont séjourné pendant des périodes plus ou moins longues dans des territoires très marqués par les identités confessionnelles. Ils constituent donc une multitude d’altérités regroupées dans un même espace, en l’occurence les deux immeubles. Ce facteur aura des répercussions positives ou négatives, sur l’intensité des rapports de voisinage.

Statut dans l’immeuble

32Emile G. occupe actuellement un appartement dans son immeuble. Il en a donné un à chacun de ses quatre enfants. Deux de ces derniers se sont chargés de réparer leurs logements respectifs et s’y sont installés alors que les deux autres n’ont pas encore occupé les leurs.

33Par ailleurs, le changement du statut des autres habitants de l’immeuble G. a accompagné la trajectoire personnelle de son propriétaire. Ainsi celui-ci, après avoir été propriétaire de tout l’immeuble fut acculé à vendre un premier appartement en 1975 à la famille M. qui est passée du statut de locataire au statut de propriétaire. Croyant la paix rétablie en 1984, la même famille en achètera un second situé sur le même palier (3e étage). La vente de ce deuxième appartement s’explique par la détérioration de la situation financière du propriétaire causée par la perte de l’entreprise familiale au centre-ville, et ses déplacements successifs dans les régions est à la recherche d’un logement sûr pour sa famille. L’un de ces deux appartements est aujourd’hui occupé par la famille M., alors que le second est loué à la famille Y. à 350 $ par mois. L’appartement restant a été vendu au locataire qui l’occupait avant la guerre. Il a préféré l’acheter plutôt que de le céder au propriétaire contre des indemnités. Mais il n’y est pas encore revenu.

  • 21 À 42 000 $, 62 000 $ et 65 000 $, les 170 m2.

34Dans l’immeuble Abou S., les trois familles de propriétaires d’avant-guerre ont participé aux frais de restauration. Mais une seule est revenue (la famille F). Les trois autres étages ont été successivement vendus aux familles A., Sa. et H. à partir de 199321.

35Ainsi, sur les neufs ménages résidant dans les deux immeubles, un seul a un statut de locataire et les huit autres sont propriétaires.

LES RELATIONS DE VOISINAGE ENTRE LES DEUX IMMEUBLES

  • 22 Nisbet R., The Social Bond, éd. Alfred Knopf, New York, 1970.

36L’installation des ménages à hay el-amercan s’est étalée de 1993 à 1997 avec une forte concentration autour des années 1995-1996. Ils ont donc eu le temps de se situer mutuellement et de se positionner les uns par rapport aux autres. De ce cas, la proximité spatiale a généré des interactions sociales sous-tendues par les caractéristiques socio-économiques, l’origine et la confession. Celles-ci dépendent en outre des différentes temporalités des habitants. En conséquence, des liens sociaux se sont tissés22 ou ont été rompus. Ils seront appréhendés, dans ce qui suit à partir des formes d’interactions sociales répertoriées sur le terrain : l’échange et la coopération, la sociabilité, le repli et le conflit.

Caractéristiques générales de la population des deux immeubles

37Les caractéristiques de la population déterminent les rapports de voisinage. Il est certain que leur similitude tend à favoriser l’établissement du lien social. De fait, ce dernier se noue plus facilement lorsque les individus disposent des mêmes possibilités matérielles et se réfèrent aux mêmes codes sociaux. Leur dissemblance génère par contre le conflit.

Caractéristiques socio-économiques

  • 23 Ils sont tous, dans ce cas précis, de sexe masculin. Dans le cas du ménage F., le fils aîné est co (...)

38Les professions excercées par les chefs de ménages23 se concentrent surtout dans le secteur commercial. Ainsi, la plupart d’entre eux possèdent un magasin spécialisé dans la vente d’un article (chaussures, tapis...) (4 sur 9), d’autres ont un atelier de production (imprimerie) ou de mécanique (2 sur 9). Deux des chefs de ménages sont des cadres supérieurs dans une entreprise et un seul est fonctionnaire (au service des douanes). Les autres membres actifs de la famille, généralement les femmes, sont employés dans des entreprises ou dans le secteur de l’éducation.

39Ces caractéristiques socio-économiques indiquent que le niveau social des habitants des deux immeubles a régressé par rapport à ce qu’il avait été avant la guerre dans le quartier. Il est passé de la classe moyenne supérieure à la classe moyenne. Les raisons de ce recul peuvent être ramenées à deux facteurs : la guerre et la nouvelle configuration des immeubles.

  • 24 Le commerce des chaussures est aussi exercé par son gendre au Faubourg Saint-Jean à Hazmieh.
  • 25 Terme ottoman utilisé dans le langage courant pour désigner les toilettes.

40Les habitants initiaux ont subi des pertes aussi bien au niveau résidentiel que professionnel. C’est le cas pour les G. et les M. Comme il a déjà été dit plus haut, la destruction des lieux de travail au centre-ville (journal pour Emile G. et restaurant pour Maurice M.) et l’inaccessibilité du port (import-export de fruits et de légumes pour Maurice M) ont tari les sources de revenus au moment où, délogés de chez eux, ils devaient louer des maisons dans des régions plus sûres. L’absence de ressources matérielles les contraint à squatter des maisons à Aïn er-Remmaneh (G.) ou ailleurs (M.) et à travailler dans les nouvelles régions d’installation. Emile G. possède aujourd’hui, un magasin de chaussures à Aïn er-Remmaneh24 et Maurice M. exerce le commerce en gros de fruits et de légumes. Il faut signaler ici que la transmission du métier d’imprimeur au fils G, Gilbert, n’a pas attribué à celui-ci le statut qu’avait autrefois son père. La nature de son travail s’est modifiée. Il n’imprime plus des livres, mais des cartes de visite, etc. Le local qu’il occupe à Gemmayzé dans un sous-sol partagé avec un garage de réparation de voitures est qualifié par son père de « sheshma »25.

41Parmi les anciens propriétaires, le statut socio-économique de la Hajjé (F.) de l’immeuble Abou S. n’a pas subi le même sort que celui de ses voisins. Il s’est au contraire positivement modifié, car elle a actuellement un fils ingénieur et un fils médecin qui vivent avec elle. Il faut dire que la guerre avait éclaté avant son emménagement dans l’appartement. Elle s’est installée à Aarab Salim au Liban-Sud à l’époque et n’est venue dans l’immeuble qu’en 1996.

  • 26 80 000 $ à 100 000 $ dans la région.
  • 27 Son appartement est vide.

42Par ailleurs, le vieillissement et la détérioration des immeubles ont diminué la valeur des appartements. De fait, ils conservent un aspect vétuste en dépit des travaux entrepris pour remettre à neuf la structure et les façades. La réhabilitation n’a pas effectivement inclus les détails de la façade (balustrades, fenêtres, portes...) ou l’intérieur des appartements. La finition fut laissée à la discrétion de l’ancien propriétaire ou du nouvel acquéreur. En conséquence, le prix réclamé pour une superficie de 170 m2 était de loin inférieur à celui des appartements neufs26 de la même dimension vendus dans la région. Il attira donc une population à budget limité et à statut socio-économique moyen. Le cas s’applique beaucoup plus à l’immeuble Abou S., car dans l’immeuble G. un seul appartement a été cédé, depuis la fin de la guerre à un ancien locataire druze encore absent27, les deux autres ayant été vendus au début et durant la guerre.

43Ainsi, Issam A., squatter d’un atelier de réparation de moteurs à Zokak el-Blatt, acheta son appartement en premier (1993) à 42 000 $. Il se chargea lui-même de le rénover, ses moyens ne lui permettant pas de recourir aux services d’un entrepreneur. Il fut suivi en 1995 par Ahmad Sa., fonctionnaire au service des douanes à l’aéroport de Beyrouth. Boutros Abou S. aménagea et lui vendit l’appartement à 62 000 $. Il en fut de même pour Hassan H. commerçant de tapis à Antélias. Le montant de cette dernière transaction qui eut lieu en 1995 fut de l’ordre de 65 000 $. En somme, le statut socio-économique des nouveaux venus ne se distingue désormais pas de celui des anciens résidents, exception faite pour Issam A.

44L’appartenance des ménages enquêtés à une même catégorie socio-économique entraîne une similitude des habitudes de consommation. Ces dernières sont traduites par exemple, par l’aménagement de l’intérieur des maisons. De fait, l’ameublement comporte les mêmes éléments dans tous les appartements visités. Ceux-ci ont été certes sélectionnés selon les goûts, mais sont de qualité identique. Cependant, un surplus de confort est relevé chez les uns et pas chez les autres comme l’air conditionné ou la présence de domestiques. En principe, l’appartenance à une même catégorie socio-économique ne peut que favoriser le rapprochement entre les composantes de la population observée.

Origines et confessions

45Les habitants des deux immeubles présentent une grande hétérogénéité de par leurs origines et leurs confessions. Cependant, l’établissement d’une classification n’est pas impossible compte tenu de leur distribution.

  • 28 Falougha (G.), Chiyah (S.), Aïndara (Y.) et Biré (M.).

46En effet, l’immeuble G. est exclusivement occupé par des maronites originaires de deux cazas très proches du Mont-Liban, à savoir Baabda et Aley, et du Akkar au Liban-Nord28. L’unique propriétaire druze ne s’est pas encore installé dans l’immeuble. Tous les habitants de l’immeuble sont donc des migrants d’origine rurale de première (G., M.) ou de deuxième génération (G., S. et Y.).

47L’immeuble Abou S. présente une plus grande disparité bien qu’il soit entièrement habité par des musulmans. Les deux familles chiites viennent l’une d’un village du caza de Baalbeck dans la Beqaa : Bednayel (Sa.) et l’autre, du village de Blida (F.) de Marjayoun au Liban-Sud. Les sunnites ne sont pas moins éparpillés. Hassan H. est beyrouthin inscrit à Achrafieh. Le ménage de Issam A., quant à lui, présente une très grande complexité. Issam est d’origine kurde syrienne, récemment naturalisé libanais. Sa femme est issue d’un couple mixte : un chiite iraqien ayant épousé une sunnite de la famille Itani de Beyrouth. Ce dernier élément est seul retenu dans la définition de l’identité du couple pour attester l’existence de racines libanaises. Il faut noter ici que deux ménages, l’un libanais (maronite) et l’autre saoudien, ne sont pas encore revenus. L’immeuble Abou S. réunit donc actuellement des migrants ruraux de première (Sa.) ou de deuxième génération (F.), des citadins (H.) et des étrangers naturalisés (A.).

  • 29 Interview avec Khalil F.

48Contrairement au facteur socio-économique, la multiplicité des origines et des confessions complique, sans aucun doute, les rapports sociaux dans la mesure où chaque ménage puise ses valeurs et ses modèles de comportement et de pensée dans le fonds culturel propre à sa confession. Un fonds culturel qui, il faut le dire, a été révisé durant la guerre par les idéologies dominantes faisant ressortir des particularismes. La plupart des ménages ne pouvaient qu’en être imprégnée, venant de territoires très marqués du point de vue identitaire. Or la rupture de l’entre-soi et le retour à la mixité les ont poussés à se référer à l’ancien registre commun auquel avaient recours les Libanais avant 1975. Ces anciens migrants, prédisposés à la mixité autrefois pratiquée sur les lieux de résidence, de travail etc., pouvaient éventuellement y recourir à nouveau. Ils se distinguaient donc des migrants arrivés du temps des « ghettos ». Ceux-là n’ont connu qu’une pratique sectaire de la ville29. De fait, l’exode rural et la violence comptent parmi les principales raisons qui les ont poussés à quitter leurs villages. Les réseaux d’accueil et la recherche de sécurité ont favorisé leur installation dans des régions urbaines contrôlées par les milices de leur propre communauté. Le tri urbain des migrants ou des déplacés a très souvent maintenu les entre-soi communautaires, et parfois même familiaux, empêchant ainsi la mixité.

Les temporalités

49Les rapports de voisinage sont tributaires de l’emploi du temps. Ils se développent en fonction de la disponibilité des ménages et de leur disposition à s’intégrer aux réseaux de voisinage.

En semaine

  • 30 Quand il est là.

50Chaque matin, Michel Y. donne le signal de départ à six heures et demie. Il se lève tôt pour accompagner ses enfants à l’école (Achrafieh) avant de se rendre à l’usine (Hosrayel-Jbeil). Il est suivi par Issam A. qui doit ouvrir très tôt son magasin. Le reste des résidents actifs des deux immeubles (Mme Y, Jean et Jacqueline S., Emile, Gilbert et Neyla G., Maurice et Robert M., Hassan H.30, Ahmad Sa., Mme A., Khalil et Hiba F.) partent entre 7h30 et 8h30. Ahmad Sa. et Khalil F. déposent leurs enfants à l’école (Hadath) avant de se diriger à l’aéroport et à Hamra. Un car de ramassage d’élèves passe prendre Fida Sa. dont l’école se trouve à Sin el-Fil. Autour de 9h, il ne reste plus dans les deux immeubles que les femmes au foyer (Mmes M., G. mère et belle fille, Sa. et F.).

51Le mouvement du retour commence vers 14h 30. Mme A. et Hiba F. rentrent de l’école. Ahmad Sa. et Khalil F. raccompagnent leurs enfants. Un car et un taxi déposent, en même temps, Fida Sa. et les enfants Y. Emile et Gilbert G. et Michel Y. rentrent à 15h 30. Ils sont suivis à 17h des M. père et fils, de Mme Y, de Mme S. et de Neyla G. Autour de 19h 30, le défilé est clos par Issam A. et Jean S.

En week-end

52Durant le week-end, les deux immeubles se vident. La plupart des habitants regagnent leurs villages respectifs. Il ne reste plus sur place que les « Beyrouthins » (A. et H.) et les Y. dont les enfants ne se plaisent plus à Aïndara.

53L’emploi du temps des habitants des deux immeubles montre que le degré de disponibilité varie selon les personnes ou les couples. Il est évident que les A., Y. et les S. sont les plus mobilisés par leurs professions. Alors que les G., les F, les M. et les Sa. le sont moins. D’une part, parce que les hommes rentrent très tôt dans le courant de l’après-midi (autour de 15h). D’autre part, parce que les femmes, excepté Hiba F, sont toutes inactives. Les premiers auront donc plus de mal à entretenir des rapports de voisinage que les seconds.

Les rapports de voisinage et les types d’interaction sociale répertoriés

Échange et coopération31

  • 31 Nisbet R., op. cit., p. 63-69.
  • 32 « Le voisin avant la maison ».
  • 33 Interview avec Gilbert G.

54Dès leur installation dans le quartier alors désert et peu sûr, les habitants des deux immeubles ont compris qu’ils devaient se prêter assistance en cas de danger. Les rapports de voisinage prirent alors le pas sur les relations de parenté. La priorité qui leur fut accordée s’appuyait sur une valeur fédératrice véhiculée par le proverbe « el jâr qabl ed dâr » (Gilbert G.)32. Ce dicton surgit et s’institua en devise lorsque, la famille A. habitant encore seule dans l’immeuble Abou S., fut attaquée par un cambrioleur. Ligotés et menacés par les armes, ils appelèrent Gilbert G. l’unique voisin d’en face, à la rescousse. De crainte de rester seule suite à cet incident, Mme A. se réfugiait chaque jour chez Mme G. lorsque son mari se rendait au travail33. À partir de ce contact « fondateur », les prestations de service se multiplièrent entre les voisins : Issam A. donnera un coup de main à Gilbert G. pour faire démarrer sa voiture. Ce dernier aidera Ahmad Sa. à installer l’interphone, Hajjé demandera à l’électricien chargé de travaux de réparation de déposer en son absence la clé de l’appartement chez Abou Gilbert (Emile G.) etc. Les échanges et la coopération mirent en place une dynamique sociale entre les voisins. Cependant, ils ne développèrent pas nécessairement des relations durables.

La sociabilité34

  • 34 Beachler J., « Groupes et sociabilité », in Traité de Sociologie, Raymond Boudon, PUF, Paris, 1992 (...)

55Un processus de définition de l’Autre par rapport aux stéréotypes répandus dans la société s’enclencha. Une révision de ceux-ci contribua à l’objectivation des attitudes des uns vis-à-vis des autres. En conséquence, des réseaux de sociabilité horizontaux (entre les immeubles) et verticaux (à l’intérieur de l’immeuble) émergèrent.

  • 35 Interview avec Gilbert G.
  • 36 Interview avec Ahmad Sa. et Khalil F.

56Ainsi, la référence au portrait type généra des rapports cordiaux entre Gilbert G. (maronite)35, Ahmad Sa. et Khalil F. (chiites). Gilbert G. explique son attitude positive vis-à-vis de ses voisins par le fait que ceux-ci ne ressemblent pas du tout à des intégristes. Ces derniers seraient, d’après lui, des hommes barbus, entièrement vêtus de noir, chaussant des savates et dont les comportements rigides se conforment à la lettre aux préceptes religieux. En somme, des hommes avec lesquels il est presque impossible de communiquer. Il avouera par la suite, qu’il lui est arrivé de traiter sans problème avec ce genre d’hommes. Ahmad Sa. et Khalil F.36 ramènent la facilité du contact avec Gilbert G. à sa gentillesse et sa disponibilité. Pour eux, il n’est pas ce personnage arrogant avec lequel il serait difficile de traiter. Se réferaient-ils au stéréotype du milicien des Forces Libanaises ? En tout cas, ils ne l’ont pas dit expressement. D’autre part, tous les trois estiment qu’en définitive la maturité, l’ouverture d’esprit et le niveau intellectuel – « qidra zihniya an tatahakam bil umur » (Khalil F.) – favorisent les relations sociales. À ces facteurs s’ajouterait une prédisposition à la mixité – « zihniyat al ikhtilat » (Khalil F) – : celle-ci serait acquise grâce à la fréquentation des groupes ou milieux mixtes. Or, les trois protagonistes, auxquels s’ajoute Hassan H., ont pratiqué (école, université, parti politique...) ou pratiquent encore (travail) la mixité. En somme, le fanatique serait quelqu’un de borné – « raso msakkar » (Khalil F.).

  • 37 Interview avec Mme F.

57L’entente entre les F. (Liban-Sud) et les Sa. (Beqaa), issus de groupes chiites entretenant traditionnellement des rapports conflictuels, se fonde sur une réinterprétation des stéréotypes. Hajjé37 reproche aux chiites de la Beqaa d’être peu fervents ou peu attachés à la religion, mais ceci est compensé, selon ses propres termes, par un attachement à l’authenticité arabe – « al asala al arabiya ». Elle valorise de ce fait, les mœurs et les coutumes des ashaïr (tribus) de la Beqaa fidèles à la tradition tribale arabe.

58La révision ou la correction de la perception de l’Autre ont consolidés les liens sociaux. Les visites sont très fréquentes entre les trois ménages. Les femmes se retrouvent le matin autour d’un café « sobhiyé ». Elles accompagnent leur mari ou leur frère (Hiba F.) durant les veillées « sahra ». Durant ces réunions tous les sujets sont abordés, même les problèmes politiques. Dans ce cas, les thèmes qui font l’unanimité sont l’absence d’une politique d’Etat pour résoudre la crise économique et les retombées de la présence syrienne sous forme civile et militaire sur la situation générale du pays. En outre, il n’est pas rare non plus qu’ils aillent passer la journée du dimanche chez les uns ou les autres dans leurs villages respectifs.

  • 38 Interview avec Mme F.

59Dans ce réseau triangulaire, les liens sociaux verticaux c’est-à-dire entre les Sa. et les F. sont privilégiés38 à cause, sans doute, de la proximité (même immeuble), mais aussi et surtout à cause de la confession : un référent culturel partagé.

Le repli sur la cellule familiale ou la marginalité volontaire

60Le recours à des valeurs et des schèmes de comportement locaux ou étrangers peut entraîner une distanciation sociale volontaire. Ainsi, certains ménages des deux immeubles semblent s’exclure volontairement du réseau de voisinage : les uns s’attachant à d’anciennes valeurs et les autres ayant adopté des habitudes occidentales durant un long séjour à l’étranger.

  • 39 Interview avec Abou Gilbert (Emile G.).

61Abou Gilbert (Emile G.) ne semble pas apprécier ses voisins. Très réservé, il exprime à demi mots sa réticence quant à leur présence en scandant son discours par l’expression « fihmik qfayié » (tu as bien compris). Il affirme ne pas être « muta’aseb » (fanatique), mais se réfère aux changements survenus dans le quartier pour traduire son malaise. Il renvoie, par la même occasion aux « politiciens locaux comme Jean Ghanem, Ernest Karam... qui sont mieux placés que lui (moi) pour en parler ». Sans en conclure qu’Abou Gilbert est fanatique, il exprime une lassitude causée par un manque d’emprise sur une nouvelle réalité marquée par des codes sociaux qu’il ignore. Son inadaptation est expressément formulée par son comportement. Il évite ses voisins parce que, dit-il, ils ont failli aux règles de la bienséance. Effectivement, ils ne lui ont pas rendu visite dès leur installation. Il considère ceci comme un manque d’égard pour son statut d’ancien. Toute l’autorité morale lui revenant de droit conformément aux us et coutumes se trouve à ses yeux spoliée. En représailles à cette indifférence, Abou Gilbert se contente de l’entre-soi en se rabattant sur son petit réseau familial. D’ailleurs, « à quoi doivent s’attendre les gens de son (mon) âge ? »39.

62Le même cas de figure peut s’appliquer au ménage S. (fille de Emile G.). Jean et Jacqueline S. ont reçu leur appartement en cadeau de mariage, une aubaine par les temps qui courent. Mais le couple ne semble pas satisfait du lieu de résidence et de ses nouveaux habitants. Le quartier « a beaucoup changé » dit Mme S. Il est devenu « trop bruyant ». Un malaise profond transparaît à travers les propos dits sur un ton très neutre. De fait, l’utilisation du bruit comme alibi camoufle la véritable raison de l’insatisfaction : la présence de plus en plus importante d’une population musulmane à proximité. Cette raison est mise en évidence par un désir d’être ailleurs dans un entre-soi « à Beit Mery ou Baabdat par exemple » (Mme S.). En conséquence, M. et Mme S. n’entretiennent pas de rapports avec les voisins. Ils justifient leur attitude par l’excès de travail.

  • 40 Interview avec M.Y.
  • 41 Résidant à Aïndara.

63Les Y. ont longtemps vécu à Montréal où ils ont adopté le mode de vie occidental caractérisé par le repli sur la cellule familiale. Le travail et l’école occupent tout leur temps. Un temps très organisé et très bien géré dans lequel les relations de voisinage n’ont pas la priorité. Ainsi, les Y ne rendent pas visite à leurs voisins. À leur tour, ces derniers, conscients de la rigidité de l’emploi du temps (alimentant leurs ragots) ne viennent pas chez eux. M.Y. avoue que son statut de locataire confère à son installation à hay el-amercan un caractère provisoire. Il le libère, donc, de tout engagement « iltizam »40 vis-à-vis des voisins. Cet isolement est rompu quand la mère de M.Y. vient passer l’hiver41. Elle se charge de faire des visites à la place de son fils et de sa belle fille.

Le conflit

64Dans l’immeuble G., la présence du propriétaire initial et de ses enfants mariés semble réduire les sources de conflit. Cette famille contribue en grande partie aux frais d’entretien de l’immeuble. La détention d’une majorité des parts des cotisations lui confère un pouvoir de décision. Tout cela se répercute sur l’aspect extérieur et l’organisation de l’immeuble. La cour externe et les escaliers sont toujours propres. La porte d’entrée est toujours fermée à clé... L’unique source de litige reste le parking trop étroit pour contenir tout le parc automobile de l’immeuble. Il a donné lieu à de vives disputes entre Gilbert G. et Michel Y. avant l’assignation définitive des places. Depuis, les relations entre les deux hommes se sont détériorées sans en arriver à la rupture.

  • 42 Les Itani parents de sa femme, chargeront un avocat de la famille de suivre l’affaire.

65Dans l’immeuble Abou S. par contre, l’absence d’une personne responsable (décideur) capable d’agréger les habitants autour d’elle, a entraîné des conflits. Ceux-ci ont mené à une rupture des liens accompagnée d’une réemergence des stéréotypes. De fait, l’immeuble occasionnait constamment des frais d’entretien. Le partage ne se faisait jamais sans problèmes parce que Issam A. refusait de payer son dû. La situation était en permanence tendue entre lui et les autres propriétaires jusqu’à ce qu’elle en arrive à l’irréparable. En effet, au début de 1997, Issam A. chasse le concierge sans consulter les copropriétaires. Averti par Hajjé, Ahmad Sa. descend au rez-de-chausée pour tenter de résoudre le problème. Il reçoit une raclée d’Issam. A. Ahmad Sa. porte plainte à la gendarmerie et un constat des dégâts est établi sur le champ. Cependant, Issam A. n’abandonne pas la partie. Il intente un procès42 contre Ahmad Sa., l’accusant de lui avoir fait subir des lésions physiques graves. Il réclame par la même occasion, des dommages et intérêts (10 000 000 LL). À son tour, Ahmad Sa. fait appel à Hajjé pour aller témoigner en sa faveur. Celle-ci s’exécute par solidarité avec lui. Le procès est toujours en cours. Cet incident fera réapparaître les préjugés et entraînera l’exclusion d’Issam A. du réseau de voisinage.

66De crainte d’avoir à nouveau des accrocs avec Issam A., les copropriétaires de l’immeuble n’ont pas remplacé le concierge. Le départ de celui-ci a instauré une atmosphère d’insécurité et de négligence dans l’immeuble : la porte d’accès est toujours ouverte, les escaliers sont sales et les personnes peuvent être bloquées dans l’ascenseur durant les coupures de courant. Tous ces facteurs augmentent la réprobation des familles F., H. et Sa. vis-à-vis de l’acte d’Issam A. Ce dernier ignore, d’après eux, la concertation avant la prise de décision et ne se soumet pas à la loi de la majorité. Ils ramènent son insubordination aux normes implicites à son origine syrienne, tout en sachant qu’il a été naturalisé. Ils explicitent de même, tous les comportements jugés « étranges » d’Issam A. et de sa famille pour souligner la différence entre « eux » (Syriens) et « nous » (Libanais). Mme Sa. raconte, par exemple, comment elle avait été souvent critiquée par Mme A. parce qu’elle recevait ses beaux frères à la maison en l’absence de son mari. Celle-ci ne s’était pas privée de lui rappeller qu’une femme ne devait jamais ouvrir la porte à quiconque lorsqu’elle était seule. Mme Sa. rejette la division sexuée de l’espace domestique en la taxant de « coutume syrienne ».

  • 43 Il n’habite pas en permanence dans l’immeuble, préférant rester à Beyrouth chez ses parents.
  • 44 Propos répétés par Hassan H.
  • 45 Interview avec Hassan H.

67Pour sa part, Issam A. tenta d’amener Hassan H., son voisin sunnite, absent le jour de l’incident43, à faire cause commune avec lui. Il cria au complot chiite : « C’est parce que je suis Abou Omar qu’ils me persécutent » dira-t-il44. Il utilisera donc un symbole, c’est-à-dire le prénom de son fils, pour donner au conflit une dimension confessionnelle. Malgré cette tentative, Issam A. restait pour Hassan H. un « kurde syrien » aux mœurs étranges, incapable de reconnaître ses erreurs et de traiter les problèmes de manière juste et rationnelle – « haq wa wa’i » (Hassan H.). Ainsi, Hassan H. ajoute l’appartenance ethnique aux éléments de l’identité de Issam A. relevés par ses voisins pour le stigmatiser encore plus et se démarquer de lui. En somme, malgré sa naturalisation récente légitimée par des liens de parenté avec les Itani de Beyrouth (mère de sa femme), Issam A. demeure aux yeux de ses voisins l’étranger à éviter et, si l’occasion se présentait, à expulser de l’immeuble45. En somme, la stigmatisation d’Issam A. et le recours aux représentations sociales ont occulté la véritable raison du conflit qui n’est autre que le manque de moyens matériels.

68En somme, les interactions entre les protagonistes s’appuyent sur le registre culturel commun véhiculant des images de l’« autre » aussi bien positives que négatives. Les relations fondant les réseaux sociaux de voisinage, font référence à un stéréotype positif souvent cristallisé par un proverbe ou une coutume. Elles résultent aussi de l’objectivation ou de la neutralisation d’une représentation négative suite à un raisonnement et/ou une expérience faits a priori. En revanche, la tension ou le conflit entraînent une stigmatisation de l’« autre » visant à l’exclure du réseau. Les habitants des deux immeubles ont facilement recours aux stéréotypes positifs ou négatifs pour créer une relation ou la rompre. Ainsi, la flexibilité de la représentation de l’« autre » explique en partie la rapidité du passage des relations pacifiques aux rapports conflictuels voire à la violence. Dans ce cas, l’émission d’un préjugé favorable est vite reconsidérée au moindre incident. En conséquence, le réseau social à peine formé peut facilement se désagréger.

PRATIQUE ET PERCEPTION DU QUARTIER

Pratique du quartier

69Hay el-amercan comprend deux épiceries et une boucherie situées au cœur du quartier. Ces « dépanneurs » motivent très souvent les déplacements des habitants des deux immeubles. Ils s’y rendent à pied ou en voiture. La marche à pied constitue très souvent une distraction en soi bien qu’il n’y ait rien à voir. En effet, le parcours de la promenade traverse un paysage désolé de chantiers, de vergers en friche et d’immeubles délabrés et squattés.

  • 46 Description de Ahmad Sa.

70De jour, la traversée est plutôt agréable pour les hommes surtout lorsqu’elle débouche chez Abou Walid, apprécié à cause de ses prix imbattables et surtout parce que devant ses magasins (une épicerie et une boucherie) se rassemblent des joueurs de trictrac. Les promeneurs peuvent donc s’attarder un instant avant de repartir. Les gamins du quartier jouant au football au milieu de la rue constituent un autre divertissement46.

  • 47 Description Mme Sa. et Hiba F.

71Pour les femmes et les jeunes filles, en revanche, elle peut se transformer en véritable expédition lorsque les ouvriers syriens commencent à les draguer en lançant des pointes et même des pierres47. Mme Sa., par exemple, interdit à ses filles (14 et 16 ans) de circuler seules à hay el-amercan. Elles doivent toujours être accompagnées. Par contre, elles se promènent librement au village (Bednayel) « où tout le monde se connaît » (Mme Sa.).

72Il faut noter ici, que pour les deux cas, la rencontre avec les résidents du quartier ne dépasse pas le salut conventionnel, l’anonymat étant entretenu par la méconnaissance.

73De nuit, les habitants considèrent que le quartier devient peu sûr à cause des Syriens et des rôdeurs. En conséquence, les habitants des deux immeubles préfèrent rentrer tôt chez eux pour ne plus ressortir. Le climat d’insécurité est entretenu par la fréquence des vols surtout de radio-cassettes. Les Syriens sont soupçonnés d’être les auteurs de ces larcins. D’après les habitants, ils opèrent avant le départ en vacances (par exemple : la veille du ‘id el kebir en 1997, des radio-cassettes ont été volées dans des voitures des deux immeubles). Les plaintes déposées au poste de gendarmerie sont restées sans suite. Les autorités avouent leur impuissance devant un tel phénomène.

Perception du quartier

74Les habitants des deux immeubles ne sont pas satisfaits de l’évolution du quartier. La présence des chantiers et des travaux publics a modifié sinon fait disparaître la plupart des critères qui ont déterminé leur choix, à savoir : le calme, l’environnement naturel et la disponibilité des parkings. Ils se posent aussi des questions à propos de l’identité des futurs habitants des nouveaux immeubles. Ils sont presque unanimes : « c’est new Dahiyé » (Michel Y.). Certains envisagent déjà un repli vers des régions plus cosmopolites (Khalil F.) ou vers des régions où ils ne se sentiraient pas minoritaires (Jean S.). D’autres sont dans l’expectative ou tentent une fuite mentale plutôt que réelle « moi j’ai le dos tourné à la Dahiyé » déclare Hajjé installée au balcon orienté vers l’est. Ce qui en ressort, en définitive, est une perception négative pour le présent et une image floue presque menaçante pour le futur. L’ensemble reflète un sentiment de non appartenance soulignant le caractère provisoire ou indécis de l’installation.

PRATIQUE ET PERCEPTION DE LA VILLE

Pratique de la ville

75Les déplacements des habitants des deux immeubles dans l’agglomération beyrouthine sont déterminées par les critères de la fréquence et de la permanence.

76Les achats sont principalement faits dans les régions situées à l’est de l’ancienne ligne de démarcation. En effet, les ménages s’approvisionnent dans les supermarchés situés à proximité, c’est-à-dire sur le boulevard Camille Chamoun ou encore à Hazmieh. Pour les habits, ils poussent jusqu’à Furn ech-Chebback et parfois même jusqu’à Bourj Hammoud. Le suq de Hadath n’est qu’épisodiquement visité.

77Les enfants sont tous inscrits dans des écoles à l’est. L’insertion sociale des jeunes musulmans dans les écoles chrétiennes ou laïques pose problème. Pour les adolescents, le contact avec les élèves de la classe s’établit très difficilement. Ils éprouvent donc un sentiment d’exclusion qui les pousse à envisager de changer d’école (cas de la jeune Fida Sa. inscrite dans une école à Sin el-Fil). Les plus jeunes n’ont pas de problèmes sur le plan relationnel tant que le milieu familial n’interfère pas pour leur faire prendre conscience de leur identité (cas du petit Saïd F. Son père, Khalil a voulu que son fils soit formé comme lui dans une école chrétienne. Il l’a inscrit chez les sœurs des Saints-Cœurs à Hadath. Sa mère divorcée et ne détenant aucun pouvoir de décision, désapprouve ce choix. Lorsque son fils lui rend visite, elle lui rappelle qu’en tant que musulman, il devrait fréquenter une école musulmane).

78Les activités professionnelles sont presque toutes exercées dans les anciennes régions de résidence. Les chrétiens travaillent dans les régions est, les sunnites à Beyrouth municipe et les chiites à Beyrouth municipe et dans la banlieue sud. Deux exceptions ont été relevées. Mme Y. travaille dans une banque à l’ouest. Elle entretient des rapports cordiaux avec ses collègues musulmans, mais ceux-ci se limitent aux heures de travail. Hassan H. possède un magasin de tapis à Antélias et a engagé deux intermédiaires arméniens pour lui trouver des clients moyennant un pourcentage de 10 % du prix de l’article.

79Les visites aux parents se confinent aussi dans les mêmes régions. Au niveau de la fréquentation des amis et des loisirs, les configurations ne changent pas. Elle est plus suivie ou exclusive avec des personnes issues de la même région. Elle en déborde très peu (cas des Sa. ou des Y).

80La répartition de la majorité des pratiques indique qu’elles ont lieu dans les territoires formés à partir du tri de population survenu durant la guerre. Cependant, un changement est noté au niveau des pratiques n’exigeant pas un contact social permanent comme les achats ou les activités choisies après la guerre (travail et scolarisation).

Perception

81La ville de Beyrouth n’entre pas dans l’univers de la plupart des ménages enquêtés car leurs activités sont en grande partie excentrées. Par ailleurs, la nostalgie du vieux Beyrouth, très présente dans le discours des anciens, s’est estompée chez les jeunes qui l’ont d’ailleurs très peu connu. Toutefois, une quête d’espaces publics est notée chez ceux qui ont vécu dans des villes occidentales. Certains fréquentent des centres culturels pouvant les remplacer (le Centre Culturel Français pour les Y.). D’autres, pensent les trouver soit en emménageant dans des quartiers comme Verdun (Khalil F), soit au nouveau centre-ville « assaini » par le Premier ministre Hariri (Hassan H.).

Le village refuge

  • 48 Analyse faite par Hassan H.

82Les relations sociales vécues tant au niveau de l’immeuble et du quartier que de la ville sont qualifiées de « stressantes » par les membres de sept des ménages enquêtés, tous d’origine rurale. Ils estiment que le mode de vie villageois est plus simple. Cette simplicité « basata » émane de la reconnaissance et de la prise en charge de l’individu par des réseaux familiaux et villageois (Mme Sa.). Par contre, la ville a ses propres codes régis par l’argent. Elle place l’individu en situation de concurrence par rapport aux autres : ses parents, ses voisins, ses collègues, ses amis...48 La lutte pour la survie accompagnée d’un malaise social permanent pousse ces ménages à regagner leur village chaque week-end et durant les vacances. Ils vont s’y ressourcer et se calmer les nerfs (Khalil F).

  • 49 Elles ont eu lieu au moment de l’enquête.

83Le village constitue pour ces ménages, le véritable lieu d’ancrage où se déroule la vie sociale. Les grands évènements de la vie (mariages, décès...) y sont célébrés. Les Sa. par exemple, se demandaient s’il ne valait pas mieux transporter les meubles luxueux de la maison de Beyrouth à Bednayel puisque « c’est là que tout se passait » (Mme Sa.). Par ailleurs, la participation à la vie communautaire locale aussi bien religieuse que politique y a lieu (fêtes religieuses, vote...). Lors des dernières élections municipales49, les discussions des ménages portaient sur les chances d’accès au pouvoir des listes concurrentes de leur village (Bednayel, Falougha...). Pour clarifier l’exposé à l’interlocuteur, celles-ci étaient souvent précédées d’une description des enjeux familiaux, communautaires et politiques locaux. Il faut signaler ici qu’ils semblaient ignorer ce qui se passait dans la commune de Hadath où se situe hay el-amercan.

CONCLUSION

84À hay el-amercan, quartier mixte situé sur l’ancienne ligne de démarcation séparant la banlieue sud de la banlieue sud-est, la cohabitation de neuf ménages libanais appartenant à la même catégorie sociale, mais issus de territoires marqués par l’identité confessionnelle, a contribué au renouement du lien social. Ce dernier demeure cependant fragile parce que déterminé par plusieurs facteurs tels que la trajectoire résidentielle antérieure des habitants, leur statut dans l’immeuble, leurs caractéristiques socio-économiques et socio-culturelles, leurs temporalités et les expériences de mixité vécues en ville.

85Par ailleurs, l’insécurité du quartier et l’incertitude régnant quant à l’identité des futurs habitants ajoutent à la fragilité du lien social une nouvelle dimension, celle du provisoire. Cette dernière renvoie à plus tard l’attachement au lieu de résidence et par conséquent aux voisins...

86En définitive, la reconstruction enclenchée depuis la fin de la guerre a amorcé un processus de réconciliation dans les lieux de rencontre intercommunautaire. Cependant, si les contours du renouement du lien social semblent encore mal définis, il n’en demeure pas moins que la cohabitation (résidence) et la coexistence (famille, école, université, travail, parti politique...) favorisent le rapprochement entre les altérités. De fait, l’intégration de l’individu dans des groupes et des milieux mixtes et le contact permanent avec des personnes appartenant à différentes communautés lui permettent d’évaluer l’« Autre » à sa juste valeur et non pas à travers le prisme des stéréotypes. Ainsi, ils développent chez lui une prédisposition à la mixité. La question est de savoir ce qui adviendra des personnes et surtout des jeunes générations retranchées dans les nombreux entre-soi générés par une communautarisation poussée de la société...

Notes

1 Quartier des Américains.

2 Municipalité de la banlieue sud-est de Beyrouth.

3 Camilieri G, « L’image dans la cohabitation de groupes étrangers en relation inégalitaire », in Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. LIX, 1975, p. 239-254.

4 Lisières de Hadath.

5 Abou Jaoudé, Bassil, Gharios, Kareh, Lahoud, Mattar (Hadath), Mouawad, Rahal, Semaan, Tayar.

6 Baaqline, Aitat, Souq el Gharb, Falougha, Jezzine...

7 Chiite, druze, grecque-orthodoxe, maronite, sunnite...

8 Classe moyenne supérieure (grands propriétaires, propiétaires de journaux, médecins, ingénieurs...)

9 Pilotes à la MEA, employés à l’ambassade, enseignants dans les écoles...

10 Interview avec Hussein I. gardien d’un immeuble à hay el-amercan qui resta dans le quartier durant toute la période de la guerre.

11 Interview avec Elias el H. déplacé de Ain el Halazoun, village situé près de Bhamdoun.

12 Les squatters représentent une proportion approximative de 60 % de la population globale du quartier.

13 D’autres ouvriers syriens qui travaillent dans la RMB ont construit des habitations précaires avec du matériel de récupération dans les terrains vagues du quartier.

14 Les prénoms et les noms des habitants des deux immeubles cités dans cette partie et les parties suivantes sont inventés et ne correspondent pas à la réalité.

15 Appartenant aux promoteurs Abou Ta‘an et Toufayli.

16 Boutros Abou S. avait déjà construit et vendu deux immeubles dans le quartier. Les terrains avaient été achetés aux Abou Jaoudé et aux Bassil de Chiyah.

17 Interview avec l’entrepreneur.

18 Les quartiers proches de la ligne de démarcation abandonnés en grande partie par leurs habitants étaient souvent investis par les déplacés.

19 Chbarou B. et Charara W., « Une mosquée de Beyrouth aujourd’hui : unité de la communauté et diversité des croyants », in Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq, CERMOC, Beyrouth, 1985, p. 21-44.

20 Interview avec Hassan H.

21 À 42 000 $, 62 000 $ et 65 000 $, les 170 m2.

22 Nisbet R., The Social Bond, éd. Alfred Knopf, New York, 1970.

23 Ils sont tous, dans ce cas précis, de sexe masculin. Dans le cas du ménage F., le fils aîné est considéré comme chef de ménage.

24 Le commerce des chaussures est aussi exercé par son gendre au Faubourg Saint-Jean à Hazmieh.

25 Terme ottoman utilisé dans le langage courant pour désigner les toilettes.

26 80 000 $ à 100 000 $ dans la région.

27 Son appartement est vide.

28 Falougha (G.), Chiyah (S.), Aïndara (Y.) et Biré (M.).

29 Interview avec Khalil F.

30 Quand il est là.

31 Nisbet R., op. cit., p. 63-69.

32 « Le voisin avant la maison ».

33 Interview avec Gilbert G.

34 Beachler J., « Groupes et sociabilité », in Traité de Sociologie, Raymond Boudon, PUF, Paris, 1992, p. 57-96.

35 Interview avec Gilbert G.

36 Interview avec Ahmad Sa. et Khalil F.

37 Interview avec Mme F.

38 Interview avec Mme F.

39 Interview avec Abou Gilbert (Emile G.).

40 Interview avec M.Y.

41 Résidant à Aïndara.

42 Les Itani parents de sa femme, chargeront un avocat de la famille de suivre l’affaire.

43 Il n’habite pas en permanence dans l’immeuble, préférant rester à Beyrouth chez ses parents.

44 Propos répétés par Hassan H.

45 Interview avec Hassan H.

46 Description de Ahmad Sa.

47 Description Mme Sa. et Hiba F.

48 Analyse faite par Hassan H.

49 Elles ont eu lieu au moment de l’enquête.

Auteur

Annie Tohmé, doctorante et enseignante en Anthropologie à l’Université Saint-Joseph, chercheur associé au CERMOC, responsable des Annales de sociologie et d’anthropologie à l’Université Saint Joseph.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search