Version classiqueVersion mobile

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Première partie. Renouement du lien social

Lien social

Chawqi Douayhi et Charlotte Yazbeck

Texte intégral

1Le terme de lien est inscrit dans l’ambiguïté, il ne désigne pas seulement ce qui rapproche, le nœud affectif qui peut unir deux individus par exemple, mais aussi – de façon indissociable – l’attache, voire même l’entrave. La valeur négative du lien éclate en particulier dans les situations de conflit où les individus se retrouvent déchirés ou prisonniers de leurs appartenances. Quant à l’expression de « lien social », elle peut paraître paradoxale ; un lien s’élabore a priori sur une base individuelle, et ce n’est pas à proprement parler le lien qui est social. C’est pourquoi, quand les auteurs de ce volume s’interrogent sur le concept de « lien social », ils s’interrogent en réalité sur le degré et les modes d’intégration de la société.

  • 1 Simmel G., « Comment les formes sociales se maintiennent », Sociologie et epistémologie, introduct (...)

2Poser la question du lien social équivaut, en dernier ressort, à s’interroger sur les conditions de possibilité de la société, sur ce qui fait société. C’est s’interroger sur ce qui lie les individus ou les groupes dont l’expérience commune peut passer de l’intimité, du quant-à-soi à la scène publique, de la coopération au conflit. Ces questions rejoignent une des problématiques saillantes de l’œuvre de Simmel1.

3La lecture des textes de cet ouvrage engage d’ailleurs à parler de liens sociaux au pluriel plutôt que de lien social, pour ne pas occulter la diversité des attitudes et des sentiments qui peuvent être engagés.

4Quelle que soit la forme que prend le lien social, il renvoie toujours au principe de l’action réciproque. Le principe selon lequel la société n’est possible que par le flux des actions réciproques suppose comme première condition que l’on crédite les acteurs sociaux d’une capacité à mettre une partie de leurs univers entre parenthèses et à s’engager dans des « sous-univers » où leurs identités se fragmentent et se divisent. Selon l’expression de Goffman, ils opèrent une « division du soi ». C’est au même principe que Lévi-Strauss fait référence quand il érige l’échange en acte fondateur du passage de la nature à la culture ; cet échange suppose en effet que l’acteur se départisse de quelque chose (ou de quelqu’un en l’occurence) pour obtenir ce qu’un autre peut lui procurer.

5Les actions réciproques, qu’il s’agisse de transaction, d’échange, de coopération ou de compétition comportent plusieurs composantes. Elles supposent bien entendu des entités qui interagissent les unes avec les autres, mais également un code ou un ensemble de règles qui structurent l’orientation de ces entités. Les interactions sociales s’inscrivent dans un processus en partie modelé par les codes auxquels nous avons fait allusion, et dans un environnement précis. Code, processus, environnement sont donc les trois piliers sur lesquels reposent les actions réciproques.

6Le premier (le code), qu’il relève des us et des coutumes ou qu’il soit consigné dans les lois, régule, comme il est convenu, les comportements et les pratiques en opérant une distinction entre ce qui est licite et ce qui ne l’est pas.

7Le second (le processus) a trait au temps ; il est donc soumis à un cycle ayant ses propres moments dont chacun est générateur d’un type particulier de lien, depuis l’isolement de ce que l’on pourrait appeler l’« échange restreint » – qui entraîne une forte tendance à l’atténuation des liens en dehors du groupe considéré -, et une tendance à la complexification des liens internes jusqu’à l’« échange généralisé » qui englobe, au contraire, plusieurs domaines sans qu’il y ait une concentration notable sur l’un d’eux. Ces deux moments ne sont que les extrémités de ce que l’on doit considérer comme un continuum de types d’échange possibles qui pourraient être, par exemple, pour les préoccupations qui sont les nôtres : la cohabitation, la coprésence, le côtoiement, etc.

8Quant à la dernière composante, celle de l’environnement dans lequel les liens sociaux se déploient, elle détermine le code et la temporalité. Les liens sociaux qui se nouent dans l’espace privé, qu’il soit domestique ou semi domestique, ou au-delà dans un espace fortement identifié, sont soumis à des normes qui ne sont pas les mêmes que celles mises en œuvre dans un lieu public où plusieurs identités se rencontrent.

9À ces composantes du code, du processus et de l’espace pourrait s’ajouter celle du sens que les uns et les autres donnent à ces liens car c’est cette dernière composante qui oriente les tactiques et les stratégies que tout lien social suppose.

10Dans le cas libanais, s’interroger sur l’intégration de la société ne revient pas à étudier les processus d’acculturation d’une minorité à une culture dominante -problématique majeure des travaux sur le lien social dans les sociétés européennes – mais plutôt à se demander quelle peut être la culture commune d’une pluralité de communautés. Dans le contexte de l’après-guerre, c’est aussi s’interroger sur la réhabilitation du lien social, sur les formes d’accommodement, d’ajustement et de correction dont font preuve les individus et les groupes toutes les fois que les liens sociaux s’exposent à une quelconque désagrégation.

  • 2 Simmel G., Le conflit, op. cit.

11La situation de sortie de guerre civile impose en premier lieu une attitude spécifique vis-à-vis du passé, un rôle particulier du travail de mémoire : quelle dose d’oubli est nécessaire à la reprise d’une vie commune ? Comment faut-il traiter le années récentes pour jeter les bases d’une réconciliation ? Si un travail d’amnistie ou de « purge » s’impose, à quelle échelle doit-il opérer ? Simmel pense que le travail de mémoire doit être suspendu ou invalidé pour faire émerger la possibilité du pardon : « c’est pourquoi il y a dans la réconciliation, comme dans le pardon, quelque chose d’irrationnel, comme une sorte de démenti de ce que l’on était encore à l’instant d’avant »2. Les textes rassemblés ici abordent cette question et mettent en évidence la diversité des réactions :

  • La première est la négation ou l’ignorance volontaires du passé (les Y. de l’immeuble G. dans la contribution d’Annie Tohmé, de retour du Canada, ne veulent pas se sentir concernés par les efforts d’oubli et d’ouverture des autres occupants) ;
  • En second lieu, on observe le consensus autour d’une version communément admise du passé, le plus souvent mythique. C’est la thèse du complot de l’étranger qui sert de base – nécessairement fragile – au renouement des liens dans les villages de l’est de Saïda. Chawqi Douayhi parle quant à lui de « rhétorique stéréotypée » ou de « discours mensonger » qui « repose sur trois idées : fraternité, voisinage et appartenance à un même pays » pour remarquer « ce qui altère ces trois relations, c’est toujours l’étranger, le plus souvent vaguement identifié ».
  • Enfin, la référence à un cadre de vie commune antérieur à la désagrégation des liens dans la guerre civile, la démarche la moins négationniste peut-être, semble constituer le cadre le plus propice à la réfection du lien social. Annie Tohmé remarque à propos de certains acteurs « ces anciens migrants, prédisposés à la mixité autrefois pratiquée sur les lieux de résidence ou de travail, pouvaient éventuellement y recourir à nouveau. Ils se distinguaient donc des migrants arrivés du temps des “ghettos”. Ceux-là n’ont connu qu’une pratique sectaire de la ville. »

12La reconstruction peut être un acte décidé unilatéralement – par exemple par l’État – et mis en œuvre par décret : c’est le cas de la politique de reconstruction du centre-ville de Beyrouth par la société foncière privée Solidere imposée par le Premier ministre millionnaire Rafiq Hariri. Le lien social, au contraire, ne se décide pas en Conseil des ministres, il exige l’intention et la participation des individus. Chawqi Douayhi y fait référence dans sa conclusion : « tout en contribuant au renouement des liens, elle [la reconstruction] n’engendre pas automatiquement une signification commune, ni de ces liens, ni de l’espace qui les abrite. Dans un tel cas, parler de réconciliation serait abuser du mot ».

  • 3 Métral J. (dir.), Les aléas du lien social, constructions identitaires et culturelles dans la vill (...)
  • 4 Métral J., op. cit.

13« Le lien social ne se décrète pas, il ne procède pas mécaniquement des politiques volontaristes de “comblement des vides”... »3. Le rôle des pouvoirs publics dans ce domaine est plus diffus, plus incertain. Pour J. Métrai, le manque d’efficacité relatif des décisions publiques est à imputer à « la part d’aléatoire qui subsiste dans la constitution du lien social »4.

14Cela ne signifie pas que les politiques qui visent la reconstruction des sociabilités soient inutiles et malvenues ; ce qui concourt à l’émergence de nouveaux lieux de vie commune élabore la société libanaise de demain, qu’il s’agisse de réaménagement d’espaces publics, d’instauration de jours fériés nationaux, ou d’avantages accordés aux ressortissants (sécurité sociale, protection du travail, etc.).

15S’il est difficile d’imposer la renaissance des liens, c’est peut-être parce que le lien social n’est pas gratuit. Comme tout échange, il a une dimension utilitaire pour les parties qui l’engagent. Dans les contributions réunies dans cette partie, aucun des acteurs n’avoue viser la réconciliation pour elle-même quand il s’exprime au sujet de ses relations sociales. La civilité n’est pas recherchée pour elle-même. Dans l’étude de Waddah Charara, les liens que tissent les chauffeurs de la ligne Cola-banlieue sud font partie d’une stratégie de survie face à la concurrence sauvage des taxis syriens et des bus municipaux. Pour les occupants de Hay el-Amercan, interrogés par Annie Tohmé, la solidarité s’est imposée face à l’insécurité générale du quartier où demeurent de nombreux étrangers. Chawqi Douayhi montre comment les sunnites du quartier de Kobbé se rapprochent des maronites et les prient de s’investir de nouveau dans la vie locale, dans le but de faire contrepoids aux mouvements islamistes montants dans la région.

16La contribution de Waddah Charara illustre bien la difficulté des individus à nouer des relations stables. Le lien social ne va pas de soi, il n’a rien d’évident malgré l’apparente homogénéité du groupe étudié – même appartenance locale et confessionnelle, des liens familiaux unissent certains des membres entre eux ; la constitution de ce réseau informel en groupe n’aurait pas pu s’opérer sans le concours de circonstances qui a présidé à sa fondation et que l’auteur décrit étape par étape.

17Par ailleurs, le lien social a émergé dans ce cas comme un réflexe de survie entre des personnes dont les intérêts n’étaient plus garantis par aucun cadre (ni par l’État libanais en déliquescence, ni par les autorités syriennes).

18Malgré la force des intérêts qui unissent les membres de ce groupe, l’auteur note que le lien social est sans arrêt menacé de décomposition. La stabilité du groupe repose sur la perpétuation de l’engagement de certains acteurs clés et leur désistement risque de faire éclater le système des solidarités. La compétition aiguë qui s’observe dans le domaine (public) des relations de travail constitue également une menace non négligeable à la bonne entente qui règle, aux dires des acteurs, les rapports dans la sphère privée.

19La contribution de Waddah Charara nous rappelle donc que non seulement le lien social naît des intérêts bien compris des acteurs qui s’y engagent mais qu’il est un processus réversible et fragile ; son maintien exige que les circonstances qui ont présidé à sa création soient des données stables.

20L’étude d’Annie Tohmé s’inscrit également dans une perspective micro-sociale. En analysant comment les habitants de deux immeubles de Hay el-amercan réapprennent à vivre ensemble après des années d’errance, de séparation et de conflits, elle s’inscrit directement dans la problématique du renouement du lien social.

21Le parcours effectué par chacune de ces familles pendant la guerre est déterminant pour comprendre les prédispositions à la réconciliation : vexations, déclassements sociaux, etc., informent directement les rapports entretenus avec l’autre. Car, selon une formule qu’elle fait sienne : « quand un groupe cohabite avec un autre, il est plus exact et plus opérationnel d’affirmer qu’il cohabite avec l’image qu’il s’en fait. » Ces a priori ne peuvent être modifiés que par le dialogue entre les différentes parties.

22L’émergence de liens sociaux neufs exige une disponibilité des acteurs, qu’Annie Tohmé parvient à mettre au jour par l’étude précise des activités et des horaires des habitants. Les pratiques de sociabilité sont variables, elles sont conditionnées par une « prédisposition à la mixité » qui résulte de la fréquentation de milieux ou de groupes mixtes, par des critères socio-économiques aussi : plus les habitants se sentent « proches » socialement plus ils sont enclins à nouer des liens.

23Au total, si la notion de réconciliation n’est pas adoptée par l’auteur, on observe toutefois, à cette échelle micro-sociale, des pratiques de mixité et de fréquentation émancipées des formes de regroupement communautaire.

24L’analyse de Chawqi Douayhi sur Tripoli et Zghorta s’inscrit dans une échelle différente et dans une perspective temporelle plus large. Chawqi Douayhi démontre, en remontant le temps au-delà des années de guerre, que les rapports entre les deux villes se sont toujours inscrits dans la fragilité.

25La guerre a cependant provoqué une rupture importante des relations et l’exode des Zghortiotes hors de Tripoli. Le propos de l’auteur est d’analyser les lieux de rencontre actuels entre les habitants des deux villes. Pour Chawqi Douayhi, le lien social ne peut être qualifié de réconciliation que s’il aboutit à une forme de pacte politique entre les acteurs.

26Si l’on observe quelques retours de Zghortiotes à Tripoli, si le quartier de Qobbé et l’université sont des lieux de rencontre, l’auteur remarque que le désengagement des chrétiens est notable, qui s’illustre dans certaines paroles particulièrement amères : « si les choses dépendaient de nous, nous nous sentirions chez nous », ou « à quoi bon y participer quand les autres imposent leurs normes ? ».

27En somme, le constat de Chawqi Douayhi sur les relations entre les deux villes est sans illusion : les liens sporadiques qui émergent ici ou là ne peuvent être tenus pour une réconciliation dans la mesure où les différentes parties engagées n’élaborent pas une signification commune et durable à leur relation.

28On pourrait être tenté d’incriminer la force des appartenances locales et communautaires pour expliquer l’absence de culture commune. Mais le renouement du lien social voulu pour la société libanaise aujourd’hui a-t-il besoin de se construire contre ces appartenances primaires ? Il est probable cependant que l’élaboration d’un pacte social au Liban exige des sous-groupes constitutifs de la société certains renoncements, l’étape élémentaire de cette construction étant qu’ils ne retiennent plus dans la définition de leur identité la négation ou la suppression des autres.

29La fragilité du renouement des relations tient aussi au fait qu’il exige de nouvelles bases ; si la référence au passé peut constituer un point de départ à ce travail de redéfinition des rapports, elle ne peut pas s’imposer comme modèle. La vision nostalgique qui fait du Liban d’avant-guerre l’idéal à reconstruire est doublement irrationnelle : d’une part, c’est dans la société d’alors que le conflit a puisé pour s’alimenter et d’autre part, un lien brisé ne peut se reconstruire à l’identique ou comme le dit Simmel, « la relation réconciliée pose un problème particulier par sa différence avec la relation qui n’a jamais été rompue ». Une certaine forme de naïveté est désormais interdite.

30Si tous les auteurs constatent que les liens ont tant bien que mal réussi à s’amorcer, reste que dans bien des cas, et selon des formulations propres à chaque auteur, le rapport établi avec ces espaces, les codes mis en œuvre, les significations que chacun donne à ces liens, souffrent encore d’une certaine friabilité. Peut-on demander mieux dans cette période de transition où planent encore les séquelles de la guerre ?

Notes

1 Simmel G., « Comment les formes sociales se maintiennent », Sociologie et epistémologie, introduction de J. Freund, Paris PUF, 1981 ; Simmel G., Le conflit, Strasbourg, Circé, 1995.

2 Simmel G., Le conflit, op. cit.

3 Métral J. (dir.), Les aléas du lien social, constructions identitaires et culturelles dans la ville, ministère de la Culture et de la Communication, Paris, 1997, p. 11. On peut regretter qu’il n’y ait pas dans ce volume de réflexion générale sur le lien social.

4 Métral J., op. cit.

Auteurs

Chawqi Douayhi, docteur en Anthropologie, professeur à l’Université Libanaise, chercheur à l’Institut de Recherches en Sciences Sociales (section I), et chercheur au CERMOC. Il a dirigé avec Joseph Bahout La vie publique au Liban, Cahier du Cermoc n° 18. Il est l’auteur de nombreux articles sur les recompositions sociales de la société libanaise et participe au programme de recherche international Les mots de la ville (CNRS).

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search