Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Reconstruction

Joe Nasr

Texte intégral

  • 1 Par exemple, le dictionnaire Quillet le définit ainsi : rebâtir ce qui était détruit.

1« Reconstruction » est un terme que l’on croise dans un nombre étonnant de disciplines diverses, de la chirurgie à l’histoire socio-économique. Le sens littéral du mot reconstruire (construire de nouveau) s’appliquerait plutôt aux bâtiments1, et donc aux domaines de l’urbanisme et de l’architecture. Mais, même en limitant ainsi le sens, on découvre assez vite que les usages du terme sont divers, et par conséquent son sens vague. Par exemple, le mot vise parfois tout acte de construction qui suivrait une destruction quelconque, alors que d’autres l’utilisent uniquement quand ce qui est perdu est réparé, remis en place, ou copié. Comment donc définir le terme de reconstruction ?

2Prenant le mot dans son sens littéral, cet essai se focalise sur les aspects physiques de la reconstruction. Bien sûr, l’acte de reconstruire ne peut être isolé des circonstances où il a lieu ; c’est précisément des relations variées avec ses circonstances que sont souvent issues les différentes significations du mot. Ces circonstances peuvent être internes au projet reconstructif lui-même : rebâtir de quelle façon, sur quelle base, selon quelle formule ? Elles peuvent être formées de tous les contextes non-physiques dans lesquels s’opère la reconstruction : sociaux, économiques, politiques, institutionnels... Elles peuvent encore représenter la conjoncture du processus de reconstruction au-delà de la période et du fait de reconstruction en soi ; cette conjoncture serait ainsi liée aux périodes précédentes et suivantes, à ses causes et résultats.

  • 2 La littérature sur les reconstructions, très peu développée dans le passé, s’est bien élargie dura (...)

3L’éventail des façons de considérer une reconstruction est donc ample. Certaines sont particulièrement vitales à une compréhension du processus et de ses circonstances, de manière générale2, et au Liban en particulier. Dans le cas du Liban, les approches suivantes ont été ainsi repérées comme étant les plus utiles à une compréhension plus fine de ce concept :

41. Nous avons déjà noté que la reconstruction physique (réérection ou réfection de bâtiments, espaces, infrastructures et autres éléments détruits par fait de guerre ou délabrés suite au non-entretien) peut être distinguée de la reconstruction sociale, culturelle, économique, politique et autre. Nous avons choisi ici d’associer au binôme reconstruction/réconciliation qui forme la base de cet ouvrage, le binôme reconstruction physique/reconstruction sociale et culturelle.

5Accepter ces binômes n’implique aucunement que les différentes composantes d’une reconstruction, prise dans son sens large, peuvent être démembrées et étudiées chacune séparément, hors contexte. Les liens entre reconstruction (physique) et réconciliation (socioculturelle) sont forts, complexes, inextricables, comme les contributions à ce livre s’efforcent de le montrer. Ainsi, l’activité constructive entreprise le long de l’ancienne ligne des combats à Beyrouth, analysée par Eric Huybrechts, n’est pas dissociable des recompositions sociales, enjeux économiques et contextes religieux et politique dans lesquels elle se situe. Par contre, ce cas démontre aussi qu’une reconstruction physique n’implique pas automatiquement un processus qu’on pourrait décrire comme une « réconciliation ».

62. Comment prendre en compte le « re- » de reconstruction ? Si reconstruire signifie simplement « construire de nouveau », nous avons déjà remarqué que ceci peut dénoter toute une gamme de formules adoptées. On peut ainsi distinguer plusieurs types de reconstruction :

  • La constitution de structures physico-spatiales, socio-culturelles, économiques, etc. qui sont entièrement nouvelles (compagnie Sukleen comme dispositif nouveau pour une collecte privatisée des déchets ; Sodeco Square, opération immobilière de grande envergure de l’après-guerre ; la Banque de l’Habitat, créée par le gouvernement pour assister le retour des déplacés..).
  • La mise en place de nouvelles structures après la guerre, dont l’initiative était apparue pendant la guerre. De tels projets ou organismes incluent les projets de grande envergure du centre-ville (Solidere) et de la banlieue sud (Elyssar) et certains centres commerciaux, tel que Les Dunes.
  • La continuité de structures mises en œuvre pendant la guerre tels que certains services collectifs du Hezbollah en banlieue sud, allant des cliniques de quartiers aux transports en commun ; les immenses projets de développement ou de redéveloppement de la côte au nord-est immédiat de Beyrouth (Linord, Metn nord).
  • Le redéveloppement des structures d’avant-guerre, soit paralysées, soit détruites pendant la guerre (le port de Beyrouth, mis hors d’usage pendant une grande partie des années de combat ; l’Office du Litani qui doit réhabiliter ses équipements et qui relance son grand projet de développement ; la Corniche de Raouché comme espace, comme lieu équipé, comme richesse immobilière...).
  • La persistance de processus amorcés avant, continués sans trop d’interruptions durant, et renforcés après la guerre tels que l’expansion de la tache bâtie sur la plaine et les collines au nord et au sud de Beyrouth.

7Cette diversité de scénarios indique clairement la grande variété des approches suivies en reconstruisant (ou construisant). Elle démontre aussi l’importance de différents types de continuité, y compris avec un antebellum qui paraît de prime abord lointain. Cette importance n’est en fait pas surprenante ; elle s’accorde avec ce qu’une vaste littérature sur les reconstructions a déjà constaté depuis des années : la prépondérance des continuités.

  • 3 Pour une analyse rapide des plans principaux proposés durant et après la guerre, voir : Beyhum N., (...)

83. Les types de liens avec la guerre représentent une autre manière d’observer la reconstruction. L’activité qui résulte directement de la présence de destructions dans certains espaces peut être ainsi distinguée des transformations, moins directement liées à la guerre, qui ont lieu dans les espaces non détruits. Ainsi, l’utilisation du terme reconstruction ne peut avoir le même sens quand on parle des nouveaux souks de l’ancien centre de Beyrouth d’un côté, et de l’émergence du quartier Verdun comme nouveau pôle commercial, de l’autre. En revanche, dans les deux espaces, détruit et non détruit, on remarque des stratégies d’acteurs qui permettent de montrer des continuités entre les deux périodes qui à leur tour peuvent expliquer des transformations après la guerre. Alors que les détails du plan Solidere sont issus des échanges épineux qui eurent lieu tout au long de notre décennie, il est fondamentalement basé sur l’accumulation de propositions durant la longue durée de la guerre.3 De même, quand l’histoire de Verdun sera écrite, la fin de la guerre ne constituera qu’une étape parmi d’autres dans le récit de ce quartier.

9Certaines clarifications sont requises ici. Pour commencer, bien que l’arrêt des combats soit assez facile à dater dans le cas du Liban (fin 1990), ceci ne veut pas dire qu’une analyse de phénomènes quelconques peut facilement dissocier le durant-et-à-cause-de-la-guerre de l’après-guerre-et-à-cause-de-la-paix. Il existe ainsi une certaine impossibilité de faire la part entre ce qui est le legs de la guerre et ce qui ne l’est pas, de distinguer ce qui peut s’expliquer par la guerre de ce qui peut l’être par autre chose. De la sorte, certains avancent que, pour paraphraser Clausewitz, la reconstruction n’est qu’une continuation de la guerre par d’autres moyens, une période où les acquis de la guerre sont soldés et consolidés. En revanche, d’autres constatent que la guerre représente en fait une ère durant laquelle nombre de nouveaux acteurs importants apparaissent, et nombre d’acteurs existants acquièrent un nouveau poids alors que d’autres ne réussissent pas à sauvegarder l’influence qu’ils avaient acquise du fait de la guerre. Cette remarque est certainement vérifiable en observant le domaine de la construction (Michel Murr, investisseurs de retour d’Afrique...), tout comme celui du politique (Rafiq Hariri et la plupart de ses ministres) et d’autres sphères.

104. Les activités de reconstruction proprement dites peuvent être différenciées des développements qui ont lieu pendant la période de reconstruction, ou plutôt la période de sortie de guerre. Dans cette période, un certain nombre d’activités sont mises en place qui ne peuvent pas être facilement liées à la guerre, mis à part le fait que l’absence de combats fournit la sécurité qui permet que de telles activités soient envisagées dans l’ensemble du pays. L’investissement dans nombre de projets immobiliers dans les quartiers péricentraux de Beyrouth, remplaçant de vieilles demeures qui avaient survécu à la guerre, est un des traits des années 1990, période de reconstruction, mais ceux-ci ne peuvent pas être qualifiés de projets de reconstruction au sens strict. On trouve aussi des superpositions spatiales qui sont à la fois liées à la reconstruction et à des processus plus habituels (Sodeco Square a profité des bas prix de 1992 pour réaliser une opération immobilière banale, mais à l’échelle métropolitaine).

  • 4 Dans le mohafazat du Mont-Liban, le taux quinquennal de construction pendant la décennie et demie (...)

11Il est indispensable de distinguer la période de reconstruction d’après-guerre, c’est-à-dire depuis 1991, non seulement des temps destructifs des combats, mais également des reconstructions qui ont eu lieu pendant la décennie et demie de guerre. De nombreux projets furent proposés et modifiés, mais rarement réalisés, surtout concernant le centre de Beyrouth (tout comme après la guerre, aux dépens du reste de la ville et du pays). En même temps, des fragments de ville se construisaient hors des zones de combat, sans plan d’urbanisme, sans grande vision globale, mais produisant une nouvelle armature urbaine et des tendances qui seront largement continuées à la sortie de guerre. Ces reconstructions incomplètes montrent bien une continuité avec la période de sortie de guerre. Cette dernière période ne se distingue même pas par l’ampleur des travaux mis en œuvre pendant le « boom » de la reconstruction ; en effet, le taux de construction d’immeubles pendant la guerre n’est pas beaucoup plus faible que celui de la période 1991-19954.

125. La reconstruction est souvent traitée de manière statique, comme une période unique qui se distingue telle quelle de ce qu’il y avait avant et après. En réalité, elle devrait être abordée en tant que processus évolutif. On peut toujours identifier différentes périodes au sein de la reconstruction. Au Liban, il est possible de classer la reconstruction de sortie de guerre selon trois phases (les reconstructions en cours de guerre constituant également des phases qu’il ne faudrait pas négliger) :

13L’espoir d’une paix retrouvée, en 1991. Il se manifeste par une exploration des lieux interdits par les combats (découverte des sites connus uniquement de nom par les jeunes, redécouverte de ces sites par leurs aînés, fêtes et foires sur la place des Canons, reprise à petite échelle d’activités sur les anciennes lignes des combats...). Cette ouverture lourde d’émotions, qui s’opère encore aujourd’hui mais avec une charge émotionnelle moins grande, est cependant partielle puisqu’elle est fragmentaire et ne renverse pas la majorité des pratiques issues de la guerre. Peu de réalisations, mais beaucoup de propositions, de projets et de débats. La communauté internationale et la diaspora sont mobilisées.

14Le boom de la reconstruction, de 1992 à 1995. Les investissements reprennent, soutenus par une activité économique intense poussée par les investissements de l’État (emprunts massifs, réalisations d’opérations d’urgence, début de nombreux grands travaux) et une politique libérale (baisse des impôts, peu d’aide directe aux secteurs productifs, pas de réforme administrative).

15Le retour de l’incertitude, de 1996 à aujourd’hui. En raison de facteurs divers (notamment l’effondrement de l’optimisme macro-régional), les tensions internes (qui n’avaient en fait jamais disparu) ont rebondi. Leurs signes (tel la « Révolte des affamés » et sa répression en 1998) sont nombreux. Cette période est marquée par l’essoufflement de l’économie nationale et par des hésitations sur le modèle de développement (réactivation de l’échelon local, augmentation des taxes...).

  • 5 Nasr J., « Reconstructing or Constructing Cities ? : Stability and Change in Post-World War France (...)

166. En plus de la distinction entre projets de reconstruction et autres projets à la sortie de guerre, une autre distinction est nécessaire : entre la sortie de guerre et une période « normale » de développement qui la suivrait. À quel moment est-on encore dans une phase de reconstruction, et à quel moment entre-t-on dans une phase de développement plus banale ? Dans l’histoire des reconstructions, selon les cas, cette démarcation est plus ou moins facilement identifiable. Une étude de l’Europe après la seconde guerre mondiale, par exemple, a démontré que la démarcation est beaucoup plus nette en Allemagne de l’Ouest que dans celle de l’Est (où, pourrait-on suggérer, elle n’est pas encore terminée aujourd’hui)5. Que concluerait un futur historien de l’après-guerre libanais ? Est-ce que la troisième phase actuelle citée ci-dessus représente la fin de la reconstruction ou seulement une phase parmi d’autres pendant la longue haleine de la reconstruction ? Il est évidemment trop tôt pour répondre à cette question.

17En réalité, dans cette reconstruction comme dans toute autre, il est inévitable que certaines pratiques, approches, institutions, puissances et compétences, s’adressant au désastre qu’a représenté la guerre, se superposent temporellement, alors que d’autres n’ont qu’une faible relation avec la guerre. En effet, si la sortie de guerre peut être présentée comme une période de projets qui répondent aux besoins les plus urgents (première phase de la reconstruction avec le plan Horizon 2 000 du Conseil de Développement et de Reconstruction), ces projets sont souvent mis en œuvre avec des objectifs plus larges consistant à répondre à des besoins futurs. Les infrastructures et équipements installés d’urgence seraient ainsi calibrés par rapport à des prévisions à plus long terme. La reconstruction n’est donc pas seulement une réponse à des besoins pressants ; elle positionne le redéveloppement dans une attitude liée à un passé, un présent et un futur. Elle apparaît dès le début comme une normalisation par le processus même qu’elle met en place.

187. Il ne faudrait pas sous-estimer le fait qu’une période de reconstruction représente une circonstance spéciale, extraordinaire (dans le sens littéral : hors de l’ordinaire). Ce qui est spécial dans cette période, c’est justement le fait qu’il y a eu une guerre auparavant. Cette ère au Liban est donc nécessairement différente de celles qui la précèdent et la suivent. Mais on pourrait aussi se demander ce qui est exceptionnel dans cette reconstruction libanaise par rapport à d’autres reconstructions dans l’histoire, ce que sont donc ses spécificités. Certaines sont évidentes (en premier lieu, la présence jusqu’à l’automne 1998 d’un Premier ministre milliardaire et investisseur), et il serait utile d’examiner cette question plus attentivement.

RECONSTRUCTION/RÉCONCILIATION

19Ayant exploré différentes approches de la compréhension du concept de reconstruction, nous pouvons maintenant revenir sur le binôme autour duquel cet ouvrage se focalise. On peut faire les remarques suivantes sur la reconstruction généralement et sur ses liens avec la réconciliation dans le cas du Liban des années 1990.

20Deux types de tendances dans l’attitude de l’État et des autres pouvoirs qui ont la charge ou la capacité de gérer la reconstruction peuvent être identifiés : des tendances fragmentatrices et des tendances globalisantes. Le premier pôle représente une tendance à décomposer la reconstruction en une série de projets séparés (ou même isolés), alors que l’autre pôle implique une vision totale de l’aménagement de la reconstruction (sociale, économique, environnementale...). Chacune de ces tendances a deux aspects : sectoriel et territorial ; et chacun des aspects est traversé par des rapports d’échelle. Par conséquent, le premier va de l’approche spécialisée par secteur, à l’approche globale (non sectorielle) alors que le second va du local au national (non territorial).

21Une grille d’analyse peut ainsi être construite pour croiser ces trois dimensions. Du plus fragmenté au plus global, on a donc trois scénarios :

  • Une politique sectorielle (un ou plusieurs secteurs traités séparément) qui s’applique sur un territoire local. Cette tendance est sans doute la plus commune. Un exemple parmi d’autres : l’installation d’égouts équipant une zone particulière en banlieue ; une politique sectorielle qui s’applique à l’échelle nationale, ou du moins sur un territoire étendu. Un bon exemple en serait l’installation d’un nouveau réseau téléphonique couvrant tout le Liban.
  • Une politique globale (articulant entre eux de multiples secteurs) qui s’applique sur un territoire particulier. L’exemple par excellence ici est sans doute le projet Solidere pour le centre-ville de Beyrouth. Le cas d’Elyssar, analysé par Mona Harb el-Kak, alors qu’il paraît au premier abord comme représentant une politique territoriale globale, est en fait plutôt sectoriel.
  • Une politique globale d’aménagement qui s’applique sur l’ensemble du territoire national. Elle fait référence aux réflexions sur le grand programme national, réformiste, qui se voulait non divisé en secteurs, de l’équipe de l’IRFED6 à la demande du président Chéhab. Rien pendant les années 1990 au Liban ne peut être placé dans cette catégorie, bien qu’une approche globale sectoriellement et territorialement devrait en principe caractériser la grande étude qui engendrerait, selon les intentions exprimées par la DGU7 et le CDR8, un schéma général national.
  • 9 Remarques faites le 11 novembre 1997 durant une conférence sur « Barcelona : Reshaping the City », (...)

22Cependant, ces catégories sont à relativiser si l’on s’appuie sur les réflexions de l’architecte espagnol Manuel de Sola Morales : « le plus général n’est presque jamais le plus grand puisque le jeu des échelles n’est ni pyramidal, ni déductif et que les grandes hypothèses sont souvent proposées et résolues dans des projets spécifiques : les projets spécifiques permettent une action efficace et rapide, par rapport à une approche globale de planification urbaine »9. La centralité ou les espaces unificateurs comme les lieux publics dans une ville divisée sont globalisants par les dimensions qu’ils comportent, bien qu’ils soient implantés à une échelle locale.

23Il s’est agi jusqu’ici des tendances que représentent les politiques de l’État et des autres pouvoirs. Mais il faut noter que l’activité de la reconstruction des années 1990 au Liban a eu lieu, et continue d’avoir lieu, surtout sous forme de petits projets : un immeuble ici, un centre commercial là. Les politiques d’aménagement forment surtout le cadre dans lequel cette activité s’effectue. On peut donc se demander comment s’articule cette masse de petits chantiers avec les grands projets issus plus ou moins directement des visions ou politiques de l’État. Ceci nous amène à la question du rôle de l’État, qui est central pour les différentes tendances de la reconstruction décrites ci-dessus, mais qui n’en représente pas la totalité.

  • 10 Conférence de K. Féghali, cf. Lettre d’information de l’ORBR n° 11.

24Par ailleurs, il est probable qu’une analyse des priorités et des activités de l’État, là où elles sont identifiables comme effort concerté, montrerait que celui-ci met souvent l’accent sur la reconstruction plutôt que sur la réconciliation. Ceci est bien illustré par la politique d’aide au retour des déplacés10. Cette politique se compose principalement d’un programme de soutien financier visant à résoudre la question des squatters selon une formule uniforme ; les programmes annexes pour remédier aux autres bouleversements qui accompagnèrent la perte de logement restent très limités. Ainsi, le désir d’encourager des retours au village d’origine, qu’on retrouve dans les articles de Chawqi Douayhi sur Qouba, et d’Emmanuel Bonne et Youssef Jebahi sur l’est de Saïda, ne s’est pas traduit en programme de création d’emplois ruraux ou autres instruments qui auraient pu accompagner la distribution de fonds (sans parler de ses irrégularités ni de son incohérence). C’est donc sur le physique que l’attention a été focalisée, au dépens du social et d’autres priorités possibles – y compris l’économique même. Les secteurs productifs sont peu aidés. Notons tout de même que tout projet, et spécialement, tout grand projet, a toujours un contenu social ou des conséquences sociales. Les analyses des centres commerciaux de la rue Verdun par Guillaume Boudisseau le mettent clairement en évidence.

25Si la guerre apparaît comme un processus d’aliénation de la ville, d’affaiblissement des rapports entre la ville et les habitants, mettant en danger les bases de la cohésion sociale, alors, en sens inverse, la reconstruction contribue en principe au renforcement des liens entre la ville et les habitants, à sa réappropriation par ceux-ci, au renouvellement de l’accès à la ville et à ses services, au renouement du lien social et la régénération du tissu social. La reconstruction peut néanmoins agir comme source de nouvelles frictions, de rancune envers ceux qui contrôlent la ville à présent, d’une consolidation des ruptures de guerre. On peut se poser là une série de questions, comme le fait Annie Tohmé dans le cas du quartier de Hay el-Amercan. Comment s’équilibrent les effets positifs et négatifs de la reconstruction sur les liens entre ville et habitants ? En quoi cette dynamique du lien avec la ville est-elle spécifique de la reconstruction ? La spécificité réside-t-elle dans l’intensité de la dynamique, ou bien dans la nature même du lien ? Comment se traduit cette dynamique dans la recomposition des espaces de la ville ?

26La reconstruction n’est pas simplement une réalité, ayant une matérialisation sur le sol ; elle est aussi envisagée, proposée, réalisée, et enfin perçue. Bien sûr la reconstruction libanaise, ou plus généralement la longue histoire de l’aménagement du pays, peuvent être critiquées facilement comme manquant de volonté, de pensée consciente, ultimement de vision. Pourtant, chaque plan, projet, programme, reflète une représentation implicite – et parfois explicite – de la ville. Cette représentation traduit en partie les aspirations des différents acteurs, leurs motifs, les modèles qu’ils assimilent, les enjeux qui les poussent à investir et s’investir dans cette entreprise. Mais elle ne s’explique pas entièrement par la somme de tous ceux-ci.

27Il serait donc nécessaire de distinguer la vision de la reconstruction (les conceptions des planificateurs, les images présentées par les promoteurs, les discours des décideurs...) de sa mise en œuvre. Au-delà du repérage de ces décalages, essayer de les expliquer met en évidence d’autres réalités : les erreurs d’appréciation ou les mensonges dans les discours et projets, le processus continu de redéfinition des projets pendant leurs réalisations intégrant les blocages, les modifications ou abandons par rapport à ce qui avait été envisagé.

  • 11 Pour un réexamen de ce binôme, cerné à la production de l’espace, voir : Nasr J., « Beirut/Berlin  (...)

28Ces blocages sont toujours communs dans les périodes d’après-guerre. Ils peuvent résulter d’un manque de ressources (financières, humaines, techniques...) ou de l’action de forces conservatrices (dans le sens général, non politique, de forces résistantes au changement ou à la nouveauté). Ces forces qui bloquent les changements peuvent elles-mêmes être séparées en deux catégories, reflétant la division classique entre agencement et structure : le désir d’éviter le changement ou la nouveauté, et la résistance structurelle au changement11. Le premier porte deux types de desseins très différents : le désir de ne pas changer, et le désir de retourner à un état idéal perdu. Un terme issu de la biologie, « morphostase », peut être appliqué utilement à l’autre caractéristique, structurelle, de résistance au changement dans la forme (urbaine dans ce cas).

  • 12 I‘mar hairut wal-fursa al-dai‘a : wasat bairut al-tijari wal-sharika al-‘aqaria [La reconstruction (...)
  • 13 Depaule J.-C., « Les mots de la reconstruction », Lettre d’information de l’ORBR n° 11, 1999.

29La morphostase en période de reconstruction peut être opposée à une vision fondée sur le caractère exceptionnel de la reconstruction : elle est donc perçue comme une opportunité. Citons seulement deux constatations pour appuyer cette règle quasi générale de toute reconstruction. L’aménagement du centre-ville, envisagé depuis longtemps mais sans possibilités, a trouvé l’occasion d’être réalisé, et à une échelle plus large, grâce aux destructions. De même, mais dans un sens contraire, une publication majeure des opposants au projet du centre-ville de Beyrouth évoquait dans son titre une « occasion perdue »12. Jean-Charles Depaule a évoqué, à travers les mots de la reconstruction, le caractère extraordinaire de celle-ci13. À travers les mots des urbanistes et des planificateurs, la reconstruction apparaîtrait comme un laboratoire avec les possibilités de re-formulation, de re-structuration et de ré-habilitation de la ville. La correction et la réforme seraient au centre de ces réflexions.

30On pourrait aussi montrer que la reconstruction est un moment privilégié d’expression des utopies (concours d’idées du projet des souks, projets sur l’ensemble du centre-ville) : ce n’est plus seulement la réforme, mais peut-on parler de révolution ? Au-delà de l’expression, la réalité de la reconstruction apparaît plus liée aux structures en place et à celles de la guerre. Ici, point de révolution, sauf peut-être dans la spoliation des ayants-droit du centre-ville, fait nouveau par son ampleur. Le projet modernisateur s’applique avec la volonté et le pouvoir de rationaliser certains espaces en contraste avec d’autres adjacents. Cette re-composition de l’espace va de pair avec une nouvelle nomenclature : correction, embellissement, cohérence. Différents registres sont utilisés : hygiéniste en banlieue sud, esthétique, modernisateur et stylistique au centre-ville.

  • 14 Les éléments présentés ici furent recueillis au colloque « La reconstruction des villes après les (...)

31Mais ces réflexions nécessitent des compléments. On peut identifier des remarques contradictoires, ambiguës qui remettent largement en cause les visions réductrices trop souvent mises en avant dans les débats au Liban14 : modernité et patrimoine sont deux pôles dialectiques de la reconstruction.

32La reconstruction libanaise a été marquée par de nombreux débats et controverses centrés sur plusieurs aspects, mais avec une focalisation sur le centre de Beyrouth. On peut se demander s’ils ont contribué à rapprocher des groupes divers dans une opposition à certains projets, ou s’ils ont engendré ou renforcé des divisions reflétant des batailles autour de ces enjeux. En effet, s’il y a eu un consensus presque général sur la nécessité de la reconstruction, c’est sur les priorités, les modes opératoires et d’autres particularités des propositions que les débats ont eu lieu. Ainsi, la reconstruction a fait l’objet d’une réconciliation qui sépare. Des acteurs sociaux et politiques se sont réconciliés à propos de la reconstruction, mais ils se sont positionnés pour ou contre la façon d’opérer et les objectifs de développement sous-jacents. La structuration des acteurs dans la reconstruction prend une forme différente de celle de la guerre. D’autres valeurs prennent-elles le dessus sur celles qui structuraient les débats et les actions dans la guerre ?

33On s’interrogera pour finir sur les effets de la reconstruction physique sur la réconciliation dans le Liban sortant de sa guerre, à défaut d’être sorti complètement de la guerre des autres. Mais on se demandera aussi si un dialogue, ouvert, démocratique et transparent, un processus de concertation sur la reconstruction n’apparaît pas de plus en plus comme une nécessité incontournable à tout aménagement et, en fin de compte – si on accepte cette idée même – à toute réconciliation.

Notes

1 Par exemple, le dictionnaire Quillet le définit ainsi : rebâtir ce qui était détruit.

2 La littérature sur les reconstructions, très peu développée dans le passé, s’est bien élargie durant les deux dernières décennies. Les études sur des pays particuliers ou des villes spécifiques se sont multipliées. De plus, des ouvrages comparatifs permettent un champ de vision plus large sur la complexité des processus reconstructifs. Parmi ces publications comparatives récentes, citons : Actes, Ier Colloque International sur les Villes Reconstruites, 26-28 Janvier 1983, Ville de Brest, 1983 ; Barakat S., Calame J. et Charlesworth E. (éd.), Urban Triumph or Urban Disaster, PRDU, The University of York, 1998 ; Diefendorf J. M. (éd.), Rebuilding Europe’s Bombed Cities, St. Martin’s Press, New York, 1990 ; Dieudonne P. (éd.), Villes reconstruites: Du dessin au destin, 2 tomes, L’Harmattan, Paris, 1994 ; Hudemann R. et Walter F. (éd.), Villes et guerres mondiales en Europe au xxe siècle – Towns and World Wars in Europe in the 20th Century, Presses Universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 1997 ; TABET J. (éd.), Reconstruction of War-Torn Cities : Proceedings of the UIA’s International Conférence, Ordre des Ingénieurs et des Architectes, Beyrouth, 1999.

3 Pour une analyse rapide des plans principaux proposés durant et après la guerre, voir : Beyhum N., « Petit manuel de la reconstruction de Beyrouth », in Davie M. F. (dir.), Beyrouth : Regards croisés, URBAMA, Tours, 1997, p. 253-272.

4 Dans le mohafazat du Mont-Liban, le taux quinquennal de construction pendant la décennie et demie de guerre est presque aussi élevé que celui des cinq années suivantes (plus de 10 000 immeubles contre moins de 15 000 immeubles). À Beyrouth, la construction de nouveaux immeubles entre 1991 et 1995 (690) ne dépassa pas de loin le taux quinquennal de construction d’immeubles entre 1976 et 1990 (554). Bibas B., Huybrechts E. et Rojelj B., « Le parc immobilier dans la région Centre », Lettre d’information de l’ORBR, n° 10, 1998, p. 9.

5 Nasr J., « Reconstructing or Constructing Cities ? : Stability and Change in Post-World War France and Germany », thèse de doctorat, Université de Pennsylvanie, Philadelphie, 1997, p. 165-167.

6 IRFED : Institut International de Recherche et de Formation en vue du Développement.

7 DGU : Direction générale de l’Urbanisme.

8 CDR : Conseil du Développement et de la Reconstruction.

9 Remarques faites le 11 novembre 1997 durant une conférence sur « Barcelona : Reshaping the City », pendant le colloque international « Reconstruction des villes après les guerres », Beyrouth.

10 Conférence de K. Féghali, cf. Lettre d’information de l’ORBR n° 11.

11 Pour un réexamen de ce binôme, cerné à la production de l’espace, voir : Nasr J., « Beirut/Berlin : Choices in Planning for the Suture of Two Divided Cities », Journal of Planning Education and Research, vol. 16, p. 27-40.

12 I‘mar hairut wal-fursa al-dai‘a : wasat bairut al-tijari wal-sharika al-‘aqaria [La reconstruction de Beyrouth et l’occasion perdue : le centre commercial de Beyrouth et la compagnie immobilière], Beyrouth, publié par les auteurs, 1992.

13 Depaule J.-C., « Les mots de la reconstruction », Lettre d’information de l’ORBR n° 11, 1999.

14 Les éléments présentés ici furent recueillis au colloque « La reconstruction des villes après les guerres », qui eut lieu du 10 au 12 novembre 1997 à l’Ordre des Ingénieurs et des Architectes à Beyrouth.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.