Version classiqueVersion mobile

Reconstruction et réconciliation au Liban

 | 
Eric Huybrechts
, 
Chawqi Douayhi

Introduction

Eric Huybrechts

Texte intégral

1Dans la décennie de sortie de guerre, le thème de la réconciliation entre les Libanais structure les discours politiques et sert à justifier de grandes actions d’aménagement ainsi que des stratégies individuelles ou collectives. Plus encore que l’arrêt des combats, la promesse d’une nouvelle ère de coexistence et de prospérité légitime les projets ambitieux de la reconstruction. En retour, la construction d’équipements et d’infrastructures, la reprise des dynamiques de développement, ainsi que la réhabilitation du cadre de vie sont censées favoriser la réconciliation.

  • 1 Ces travaux s’inscrivent dans le programme que le CERMOC mène avec l’Orient Institut de Beyrouth s (...)

2L’équipe du CERMOC1 a voulu s’interroger sur la pertinence de tels discours, sur la relation entre les représentations et les pratiques de la société, sur la nature du lien entre la reconstruction et la réconciliation au Liban. Cet ouvrage collectif est le fruit de ses interrogations durant une année, de ses recherches et réflexions.

3Les projets et les réalisations de la reconstruction sont-ils des catalyseurs de la réunification du pays ? La réconciliation revêt-elle un caractère social effectif ou se limite-t-elle à un accord politique obligé entre les anciens acteurs principaux de la guerre ? Quels sont les effets des politiques mises en œuvre pour favoriser le renouement du lien social après quinze années de conflit ? De même, les nouveaux lieux publics participent-ils au renouement du lien social ? Les nouvelles pratiques sociales sont-elles l’effet d’une simple « coprésence » ou le reflet d’une mixité sociale multiforme ? Celle-ci a-t-elle un lien direct avec celle de la période précédant la guerre, tel qu’on puisse déceler les signes d’une réconciliation, ou se superpose-t-elle aux structurations sociales produites par la guerre, en se fondant sur l’oubli des fractures sociales et spatiales récentes ? Les recompositions sociales à l’œuvre rendent-elles possibles la réédification d’un espace commun ? Comment les négociations entre acteurs antagonistes rendent-elles possibles la mise en œuvre de la reconstruction ?

4Dans le contexte de la reconstruction, les tendances issues de la guerre ne feraient-elles que se pérenniser ? La consolidation de groupes constitués au cours du conflit, les exclusions et une certaine homogénéisation confessionnelle, le maintien, voire le renforcement, de la communautarisation de la société sous l’effet du fonctionnement de l’État, la soumission de l’économie à des décisions politiques, l’atomisation des solidarités et la faiblesse des connexions sociales latérales, même si elles sont compensées par un renforcement du lien familial, constituent-ils les traits dominants de la société ? Ou bien des dynamiques contraires sont-elles aussi à l’œuvre dans la reconstruction de l’espace et de la société ?

5Cette période de sortie de guerre qui se prolonge – le Liban-Sud est encore occupé, Beyrouth, Saïda et la Beqaa sont encore bombardées de façon épisodique – est-elle aussi celle de corrections de tendances, de développement de résistances ou même de véritables recompositions spatiales et sociales ? On observe bien des résistances de la société face à l’ampleur ou aux objectifs de certains projets. Elles contribuent à les modifier, voire à les bloquer (autoroute arabe, carrières, banlieue sud, déchets...) tandis que les aménagements et les innovations (télécommunications, autoroutes, nouveaux équipements...) suscitent des changements dans les pratiques, tant dans leur phase de conception et de mise en œuvre qu’après réalisation. Peut-on faire le lien entre les dynamiques actuelles et celles d’avant la guerre pour y trouver des continuités dans le développement du pays qui feraient apparaître, par certains aspects, les quinze années de conflit comme une parenthèse dans les dynamiques à l’œuvre, malgré des changements d’acteurs et de structures politiques importants (accords de Taëf) ?

DU MICROTERRITOIRE À L’ESPACE EN RÉSEAUX

  • 2 Voir par exemple Beyhum N., Beyrouth, construire l’avenir, reconstruire le passé. Dossiers URI, Be (...)

6La notion de territoire a été une clé d’analyse de la structuration des espaces et de la société pendant la guerre2. Les espaces divisés sur base d’identités homogènes ont prévalu dans les représentations sociales durant la guerre, au moins dans sa deuxième moitié (1983-1990). Même si l’observation des pratiques du temps de guerre fait apparaître des déviations nombreuses et des écarts importants par rapport à ce modèle (mixité persistante des communautés dans certains territoires, à Beyrouth-ouest ; mise en réseau des économies miliciennes), celui-ci s’est imposé de manière hégémonique dans les discours politiques et a agi avec efficacité sur les pratiques sociales et sur la structuration des espaces. La séparation sécuritaire de territoires contrôlés par les milices a contribué à construire un système relativement figé dans lequel les initiatives politiques et les mouvements militaires avaient pour objectif essentiel de redessiner ou de morceller ces territoires. À l’intérieur de chaque territoire, sur un mode complémentaire, le groupe dominant œuvrait à une intégration de l’espace et à une homogénéisation identitaire, à la construction d’une équivalence entre société locale et microterritoire, exclusive de l’autre.

  • 3 Voir Badie B., La fin des territoires, Paris, Fayard, 1997.

7Par opposition, la problématique de la sortie de guerre est celle de l’éclatement de ces carcans territoriaux de petite échelle au profit d’une recomposition des espaces à la fois dans leur structuration et dans leurs échelles. Il ne s’agit pas d’une « fin des territoires »3 mais de leur recomposition qui relèverait d’une modification des relations internes au pays et de la mobilité, notamment quotidienne, du changement de nature des échanges internationaux (du trafic de drogue et d’armes aux produits de consommation courante), de création d’espaces off-shore (zones franches) et même de la création de nouveaux territoires (remblais) – autant de processus qui s’accompagnent d’une redéfinition de la médiation territoriale entre la société et ses dominants.

8Les recompositions territoriales signifient aussi autre chose : les guerres, plus encore que les périodes « ordinaires », ont apporté de nouvelles pratiques qui se superposent à celles d’avant et d’après les combats. Les destructions sont encore très présentes sur les anciennes lignes des combats. De nombreux squats et des situations illégales se maintiennent, notamment en banlieue sud. Le décloisonnement relatif de l’après-guerre implique une réévaluation des distances physiques et symboliques dans les pratiques spatiales et sociales. Ainsi, la mobilité quotidienne et hebdomadaire, liée aux opportunités d’emploi et aux nombreux équipements de commerce et de loisir, rend-elle banale aujourd’hui la traversée d’espaces peu pratiqués par les civils pendant la guerre, comme la ligne des combats et le centre-ville. Même les zones des combats sont investies par les opérateurs immobiliers (centre-ville, plaine de Hadath) et de nouvelles familles s’y installent. Les relations de voisinage se modifient par rapport à la période de guerre : en dépit de la tranquillité retrouvée, d’autres formes d’insécurité (vols, agressions) favorisent parfois la solidarité de proximité, à l’encontre des ségrégations communautaires. Sans nier la persistance du système ségrégatif de la guerre, d’autres facteurs structurent différemment les relations sociales.

9De nouveaux lieux sont créés dont la connaissance se superpose, voire domine, les représentations issues de la guerre. Les limites antérieures s’estompent. Les espaces situés à l’articulation de différents territoires (carrefour Béchara el-Khoury, Bois des pins, Corniche de bord de mer...), au croisement de différentes échelles (galeries commerciales de la rue Verdun qui allient des fonctions de proximité à des franchises internationales...) ont-ils une vocation particulière à devenir de nouveaux espaces de sociabilité en favorisant les échanges ? L’identité nouvelle de ces espaces reflète-t-elle la façon dont s’opère la recomposition du lien social ?

10Dans les articulations et les hiérarchisations des espaces, l’identité et le rôle de nouveaux acteurs sont déterminants. C’est d’eux et de la nature de leurs projets que dépend la possibilité de transformer des lieux de côtoiement en lieux publics, de leur donner une dimension locale ou nationale, voire internationale. Ce sont eux aussi qui inventent de nouvelles sociabilités qui prétendent se détacher du carcan communautaire et familial, et qui développent des solidarités annonciatrices de civilités. Mais, en même temps, leur médiation s’inscrit dans une mémoire et un imaginaire hérités et ineffaçables, elle opère dans une « transaction entre le passé et l’avenir ». Le jeu des acteurs s’inscrit aussi dans des logiques spatiales qui répondent à des dynamiques issues du contexte physique dans lequel et sur lequel ils font jouer leurs représentations, donnant peut-être son sens à la reconstruction sous le signe d’une réconciliation. À moins que le sens ne soit autre, que la réconciliation s’inscrive sous le signe de l’oubli d’un passé divisé. La reconstruction s’opérerait alors dans l’éclatement des entités spatiales et la perte de la cohérence de leurs limites au profit de la mobilité et des réseaux, reflets à la fois de nouvelles fragmentations et d’une globalisation qui brouillerait, voire oblitérerait, les clivages communautaires.

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE

11Les outils scientifiques mobilisés dans ce travail collectif appartiennent à plusieurs disciplines des sciences sociales (aménagement, anthropologie, sciences politiques, sociologie, géographie). Le décloisonnement partiel – il n’y a pas d’analyse économique, psychologique ni juridique – opéré ici vise à éclairer des processus dont l’intelligibilité reste incomplète lorsqu’elle est abordée à partir d’une seule discipline, et à traiter les objets d’étude à partir de plusieurs entrées. Un des objectifs de cette méthode est d’éviter le piège des dichotomies ancien/nouveau, guerre/après-guerre, modèle segmentaire/modèle en réseau, pour débusquer les permanences sous le changement, les continuités au-delà des ruptures, les variations dans l’immobilité, les liens entre espaces et société, les articulations du local à l’international. L’autre objectif, d’ordre épistémologique, est d’enrichir les différentes disciplines par des emprunts mutuels argumentés à partir d’un terrain commun. La difficulté de cette méthode réside cependant dans les variations sémantiques entre champs disciplinaires, qui nous ont conduits, par exemple, à différencier la notion d’espace public de celle de lieu public afin d’éviter des confusions entre des approches géographiques et des analyses politologiques.

  • 4 Sur le centre-ville en particulier, voir « Le chantier libanais », Les Cahiers de l’Orient n° 32-3 (...)
  • 5 Irani G. E. (dir.), Reconciliation Processes and the Displaced Communities in Post-War Lebanon, Le (...)

12Les objets de notre recherche ont pour caractéristique commune d’être situés à des points de contact, d’inflexion, de rupture ou de reconstruction du lien social. Une des exigences dans ce travail a été de repérer et d’étudier des lieux représentatifs de la réconciliation et de la reconstruction, choisis soit pour leur originalité, soit, pour des sites évidents, à partir d’angles particuliers. Dans une perspective de transversalité, ce travail collectif s’est efforcé d’accorder une attention à plusieurs types d’espaces libanais dans leur variété géographique et fonctionnelle. Ainsi des recherches ont-elles été menées au nord (Tripoli-Zghorta, Enfeh) et au sud (les villages autour de Saïda). La plupart des travaux ont porté sur Beyrouth (rue Verdun, ancienne ligne des combats, Corniche) et ses banlieues (ancienne ligne des combats, banlieues sud, banlieue est, carrières dans le Metn) – lieux centraux de la guerre au Liban. Toutes les régions n’ont cependant pas été abordées (pas de travaux sur la Beqaa, ni sur les déplacés du Chouf et du Metn), parfois faute d’avoir su trouver des chercheurs travaillant sur la reconstruction dans ces régions, parfois parce que des réflexions approfondies ont déjà porté sur certains espaces4 ou certains processus5, mais aussi à cause de la difficulté d’aborder la reconstruction dans un contexte pas totalement pacifié.

  • 6 On trouvera les comptes-rendus de ces conférences dans la Lettre d’information n° 11 de l’ORBR, CE (...)

13Bien des thèmes pertinents pour de telles interrogations ne sont pas traités dans ce livre. Une série de conférences organisées par le CERMOC au Centre Culturel Français de Beyrouth6, ont permis d’en élargir les perspectives : L’hospitalité dans la ville, par Jean-Charles Depaule, La politique du retour des déplacés au Liban, par Kamal Feghali, Le développement équilibré au Liban, par Boutros Labaki, L’aménagement du quartier Saïft au centre-ville, par Hervé Dupont, Le projet de réaménagement de la banlieue sud-ouest de Beyrouth : Elyssar, par Joseph Hélou. Des séminaires ont été consacrés à l’approfondissement de certains thèmes : sur le Renouement du lien social avec Jean Métrai, sur les Mots de la reconstruction au Liban avec Jean-Charles Depaule, sur la Culture de la drogue dans la Beqaa avec Hassan Kobeissi, sur le dialogue islamo-chrétien avec Saoud el-Maoula et John Donohue.

  • 7 Certeau M. DE, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Gallimard, Paris, 1990, p.173-174.

14En définitive, à partir de ces approches multiples, nos réflexions ont porté sur les recompositions sociales et spatiales au Liban dans la période actuelle de sortie de guerre. Elles se sont centrées sur l’analyse de la reconstruction des espaces et des lieux7 matériels et symboliques, sur leur identité, leur organisation, leurs continuités et leurs ruptures ainsi que sur les pratiques sociales nouvelles et les dynamiques dont ils sont porteurs – en particulier celles qui sont liées à la réconciliation. Notre questionnement principal a porté sur les interactions entre reconstruction – les aménagements, la naissance ou la renaissance de lieux publics – et réconciliation – au sens de renouement du lien social et de perception d’un espace commun. Notre problématique est articulée autour de trois thèmes :

  • Les pratiques sociales sont-elles l’expression d’un renouement du lien social ? Les relations communautaires et claniques, trait fondamental de la société libanaise, constituent-elles la trame des recompositions sociales d’après-guerre ? La diversité des trajectoires familiales et les recompositions observées, parfois même sur les anciens lieux de combats, témoignent-elles de nouvelles solidarités liées au voisinage ou aux activités professionnelles et estudiantines ainsi qu’aux loisirs ?
  • Dans quel sens s’opèrent les négociations entre acteurs politiques et entre ceux-ci et la société civile ? La reconstruction apparaît tendue entre deux logiques : celle de grandes opérations d’aménagement qui permet de nouvelles formes de conciliation, et celle de la recomposition de l’espace commun et de l’attention aux questions environnementales. La question communautaire, le lien entre les échelles locales et extérieures, les réseaux, les alliances politiques contribuent à des dynamiques contradictoires de développement et de structuration sociale.
  • Les lieux publics sont-ils des espaces de la réconciliation ? Espaces à la fois de sociabilité et de ségrégation sociale selon des rythmes différenciés, parfois espaces-frontières, leur évolution depuis la sortie de la guerre est déjà l’objet de recompositions en plusieurs phases. Cette recomposition est-elle le signe d’une reprise du lien social au-delà des clivages de la guerre ou bien se superpose-t-elle dans une forme d’oubli ou de mise entre parenthèses aux stratifications de la société en guerre ?

15Sans prétendre répondre entièrement à ces questions, ce travail éclaire la reconstruction à l’œuvre et lève le voile sur la difficulté d’y lire une réconciliation au sein de la société. Il met en évidence des contradictions dans les processus en cours. La reconstruction ne revêt pas un caractère linéaire, et ses implications ne sont pas univoques. Elle est à l’image d’une société en recomposition rapide. C’est donc autour de cette recomposition, que certains qualifient de normalisation, d’autres au contraire de complexification de la société, d’autres encore de dynamiques métropolitaines et globalisantes, que se portent nos questionnements à l’issue de ce travail.

16Les chercheurs du CERMOC remercient tout particulièrement le professeur Ahmad Beydoun, docteur en histoire, enseignant à l’Université Libanaise, le professeur Melhem Chaoul, docteur en sociologie, enseignant à l’Université Libanaise et le docteur Thomas Scheffler, politologue à l’Orient-Institut der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft pour leur participation et leur rôle de discutant lors de l’atelier des 17 et 18 juin 1998.

17Au cours de leurs séminaires, ils ont bénéficié des interventions du Père John Donohue, directeur du CEMAM à l’Université Saint Joseph, du Docteur Saoud el-Maoula, professeur de sociologie à l’Université Libanaise et membre du Comité du dialogue islamo-chrétien, et du Professeur Jean Métral, anthropologue au GREMMO, université de Lyon II, qui a apporté un accompagnement scientifique au programme.

18La recherche sur Reconstruction et Réconciliation du programme Vie commune. Mémoire partagée a bénéficié du soutien de la Commission de l’Union Européenne (DG1B) et de la Ford Foundation au Caire.

19Ce ouvrage a été réalisé avec le concours de toute l’équipe du CERMOC, tout particulièrement de sa responsable des publications, Charlotte Yazbeck, qui a grandement contribué à donner forme à ses analyses, ainsi que de son directeur, Elizabeth Picard, qui a participé activement à toutes les phases du programme.

20Nos remerciements s’adressent chaleureusement à Jean Hannoyer, docteur en anthropologie, ancien directeur du CERMOC, qui a conçu et mis en œuvre ce programme de recherche en collaboration avec l’Orient Institut de Beyrouth, et animé la table-ronde clôturant l’atelier des 17 et 18 juin 1998.

Notes

1 Ces travaux s’inscrivent dans le programme que le CERMOC mène avec l’Orient Institut de Beyrouth sur le thème « Vie commune, mémoire partagée : le Liban laboratoire de la Méditerranée ». La recherche, financée par l’Union Européenne sur plusieurs années, est à la fois inscrite dans une approche historique contemporaine et menée dans une perspective comparative avec d’autres sociétés divisées et de sorties de guerre civile, en particulier dans l’aire méditerranéenne orientale et au Proche-Orient. Le projet « Reconstruction et réconciliation » s’inscrit également dans le programme de l’Observatoire de Recherches sur Beyrouth et la Reconstruction.

2 Voir par exemple Beyhum N., Beyrouth, construire l’avenir, reconstruire le passé. Dossiers URI, Beyrouth, 1995.

3 Voir Badie B., La fin des territoires, Paris, Fayard, 1997.

4 Sur le centre-ville en particulier, voir « Le chantier libanais », Les Cahiers de l’Orient n° 32-33, Paris, 1993.

5 Irani G. E. (dir.), Reconciliation Processes and the Displaced Communities in Post-War Lebanon, Lebanese American University, Jbail, 1997.

6 On trouvera les comptes-rendus de ces conférences dans la Lettre d’information n° 11 de l’ORBR, CERMOC, Beyrouth, 1999.

7 Certeau M. DE, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Gallimard, Paris, 1990, p.173-174.

Auteur

Eric Huybrechts, architecte-urbaniste, responsable de l’Observatoire de recherches sur Beyrouth et la reconstruction, chercheur au CERMOC, enseignant à l’Université Libanaise, à l’Université Saint-Joseph et à l’Institut d’urbanisme de l’ALBA, a participé à l’étude de plusieurs projets d’aménagement au Liban depuis la sortie de la guerre et publié plusieurs articles sur ce thème. Il a dirigé « Les grands projets structurants des métropoles », in Une métropole pour l’homme, METROPOLIS.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search