Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Conclusion

Texte intégral

1Entre le IVe et le VIe siècle, l'évolution du Massif calcaire est marquée par un puissant contraste. D'un côté, le cadre de la vie des hommes demeure stable : même prédominance de l'habitat groupé, pratique conjointe de l'autoconsommation et de la production pour la vente, répartition des hommes dans des groupes domestiques d'inégale extension. Mais, d'un autre côté, de grands changements se produisent : multiplication par trois ou par quatre du nombre des hommes, accroissement de la production grâce à la mise en culture de tous les terroirs et au rôle grandissant du marché et enrichissement des paysans, particulièrement de ceux appartenant aux groupes les plus larges. G. Tchalenko avait donc raison sur un point essentiel, l'importance de l'expansion, mais contrairement à ce qu'il supposait cette expansion n'a pas été déterminée par une révolution économique : l'instauration de la monoculture de l'olivier, ni par une révolution sociale décidée d'en haut : le partage des grands domaines à l'initiative des grands propriétaires, pour réaliser des profits plus élevés, au bénéfice de prolétaires ruraux promus à la condition de petits exploitants. Ce qui a caractérisé l'évolution du Massif calcaire, c'est au contraire la lenteur, la continuité et l'empirisme. Lenteur et continuité d'une évolution étalée sur trois siècles, dans le prolongement d'une première expansion, moins forte, mais d'égale durée ; empirisme d'une paysannerie qui a su apporter une double réponse à la situation créée par l'augmentation du nombre des hommes : défricher et mettre en culture tous les terroirs, et intensifier le travail de la terre pour suivre les sollicitations du marché. Au bout du compte, on est frappé par la réussite de cette paysannerie : malgré le rapetissement des parcelles, elle a réussi à accumuler des surplus dont elle n'avait finalement pas l'emploi économique et qu'elle a dû pétrifier dans des maisons de plus en plus solidement bâties et pourvues d'un décor toujours plus abondant. G. Tchalenko avait raison, aussi, d'envisager la fermeture des marchés extérieurs pour expliquer le déclin du Massif calcaire ; mais il s'agissait du marché urbain proche, plutôt que des marchés lointains ; cette fermeture intervient dès le milieu du VIe et non au VIIe siècle et elle entraîne la paupérisation de la paysannerie plutôt qu'un déclin démographique général. Quant aux difficultés du Massif calcaire, à partir du milieu du VIe siècle, c'est à une crise de type malthusien que nous avons cru devoir les attribuer : le rétrécissement du marché n'a fait qu'en avancer la date ; appauvrie par l'impossibilité de vendre, la paysannerie était prise entre la nécessité d'augmenter ses ressources, pour faire face à un essor démographique qui continuait, et l'impossibilité matérielle de le faire, faute de pouvoir élargir encore les terroirs ou d'augmenter les rendements. C'est parce qu'elle a buté contre cet obstacle infranchissable que la paysannerie est entrée, à partir de 550, dans une période indécise que nous avons qualifiée d'un mot : stagnation, mais qui paraît avoir été plutôt caractérisée par des mouvements alternés, de sens contraire : crise due à la disette, aux épidémies ou à la combinaison des deux, mortalité et déclin démographique, puis redressement économique, grâce à la diminution du nombre des hommes, mais réduction progressive des surplus, à cause de la reprise démographique, jusqu'à ce qu'une nouvelle crise intervienne. Il est probable que les constructions d'églises, que l'on relève dans les années 560-590, ont correspondu à une reprise. La stagnation, avec ses hauts et ses bas, paraît avoir duré jusque vers la fin du VIIe et le début du VIIIe siècle, mais ce ne sont plus les constructions conservées en surface qui permettent de l'étudier, c'est la fouille stratigraphique, par les informations qu'elle donne sur l'occupation des maisons.

2Revenons donc à la question initiale : le Massif calcaire représente-t-il un cas exceptionnel ou exemplaire ? Exceptionnel, le Massif calcaire l'est par l'abondance et l'état de préservation des constructions antiques, mais il nous paraît avoir été exemplaire du point de vue économique et social, par ses caractères constants comme par son évolution.

  • 1 Pour le Hauran voir F.Villeneuve : L'économie rurale et la vie des campagnes dans le Hauran antique (...)

3Considérons, en effet, les autres régions marginales de la Syrie antique, la région basaltique au sud-est d'Alep et le Hauran au sud-est de Damas. Malgré des conditions géographiques et des modes de mise en valeur différents, ces deux régions ont connu, à l'époque protobyzantine, une civilisation rurale analogue et une évolution économique similaire. Du point de vue géographique, contrairement au Massif calcaire, qui n'offre que des plateaux, le Massif basaltique et le Hauran comportent des plaines, des plateaux et des coteaux ; à cette diversité, due à la topographie, s'ajoutent des différences quant à la pluviométrie1 : relativement abondante à l'ouest, elle diminue progressivement vers l'est, les sols sont en revanche relativement étendus et profonds partout. Ces deux régions n'en sont pas moins des zones marginales car elles offrent des conditions moins favorables à l'agriculture que les plaines situées plus à l'ouest, à cause de la pluviométrie. Aussi les aménagements ruraux sont-ils d'une autre sorte que dans le Massif calcaire ; on retrouve les tas d'épierrement et les murs de terrasses, mais les ouvrages hydrauliques occupent aussi une place importante : qanats dans le Massif basaltique, chenaux d'acheminement à partir de la montagne et citernes collectives dans le Hauran. Quant à l'économie agricole, elle repose sur des bases différentes et offre une plus grande diversité que dans le Massif calcaire. La polyculture associée à l'élevage est certes de règle, mais les céréales paraissent avoir dominé dans les plaines, tandis que la vigne, les arbres fruitiers et les oléagineux l'emportaient sur les versants. Dernière différence, enfin, ces deux régions basaltiques sont bordées, à l'est, par les territoires des nomades.

4On relève, toutefois, des analogies frappantes avec le Massif calcaire, dans le paysage agraire et dans l'organisation économique et sociale.

  • 2 F. Villeneuve : id.

5La physionomie du paysage agraire est partout la même : les hommes vivaient rassemblés dans des villages de dimensions variées, sans que ces différences de taille paraissent avoir traduit une organisation hiérarchique, et ces villages forment un réseau d'une grande densité ; sur la feuille d'État-major au 1/50 000e de Jarjanaz, à l'est de Ma‘arret en No‘mān, on compte 60 villages antiques, ce qui donne des finages moyens de 10 km2, soit un peu plus que dans le Ǧebel Zāwiye. F. Villeneuve a noté que, dans le Hauran comme dans le Massif calcaire, tous les villages modernes étaient installés sur l'emplacement des sites antiques mais que les sites antiques n'ont pas tous reçu un peuplement moderne. En dehors des villages, on trouve certes des écarts mais ils sont aussi rares dans le Massif basaltique que dans le Hauran. Quant aux villages eux-mêmes, ils offrent aussi les mêmes caractères morphologiques dans le Massif basaltique et dans le Hauran que dans le Massif calcaire. L'analyse du plan du village antique de Sha‘arah dans le Leja2, par F. Villeneuve, pourrait être appliquée, à peu de chose près, à des villages du Massif calcaire. Le seul élément de différence est l'existence d'une muraille d'enceinte attestée assez souvent aussi dans le Massif basaltique, mais surtout dans les grandes agglomérations, et imposée, sans doute, par la proximité des nomades. Quant au reste, tout est semblable : disposition sans ordre apparent des maisons ou groupes de maisons, absence d'élément d'urbanisation, pas de place ni de rue, mais seulement des espaces vides de formes irrégulières. Ce que l'on peut apercevoir du plan des villages de Tarutia et de ‘Ijaz dans le Massif basaltique conduit à la même conclusion ; un seul élément de différence, peut-être, un plus grand nombre de bâtiments publics.

6La vie paysanne aussi paraît avoir connu les mêmes cadres et avoir été fondée sur la même organisation économique et sociale.

7Les maisons, telles que l'on peut les connaître par les plans de Butler pour le Massif basaltique et grâce aux analyses de F. Villeneuve dans le Hauran, appartiennent, comme dans le Massif calcaire, à un même type caractérisé par sa simplicité. Seules les techniques de construction diffèrent, ce qui s'explique évidemment par la nature du matériau, le basalte au lieu du calcaire. Morphologiquement, les maisons sont constituées d'un ou plusieurs bâtiments, d'une cour et d'un mur de clôture, et les bâtiments sont des juxtapositions de pièces. Fonctionnellement, le rez-de-chaussée est réservé aux tâches économiques, et notamment aux bergeries et aux étables, l'étage à l'habitation des hommes. Bien sûr, comme dans le Massif calcaire, ces formules simples donnent lieu à des variations, qui dépendent du nombre des pièces et de la forme de la parcelle, mais, partout, le principe qui a présidé à leur construction est le même. Les maisons correspondent à une unité sociale qui repose, sans doute, sur la famille et à une unité économique, propriété ou exploitation.

8Ces traits communs nous paraissent traduire l'unité d'une civilisation agraire. Comment expliquer autrement que, par delà la distance, on les retrouve dans des régions que tout opposait, les conditions géographiques comme les bases de l'économie ? Ils définissent aussi une société, étonnamment stable et uniforme, caractérisée par la prédominance de groupes familiaux, d'extension variable, mais toujours repliés sur eux-mêmes et jaloux de leur isolement.

9Unité de civilisation, mais aussi unité d'évolution et, en ce sens également, le Massif calcaire peut être tenu pour exemplaire. Dans le Massif basaltique comme dans le Hauran, on relève, en effet, une forte expansion démographique et économique.

10Dans le Massif basaltique, tout d'abord, des sites permanents sont sans doute attestés à l'âge du fer, mais, sans que l'on connaisse la chronologie du phénomène, la situation a bien changé à l'époque hellénistique et au début de l'époque romaine : au premier siècle de notre ère, la limite entre le territoire des sédentaires et les terrains de parcours des populations nomades suit en gros la ligne Émèse, Ma'arra, Alep ; au Ve siècle, elle se situe le long de la bordure orientale du Ǧebel basaltique et même, probablement, légèrement au-delà. Aucune étude systématique de ce phénomène n'a encore été entreprise, mais les ouvrages de Mouterde et de Poidebard sur le « Limes de Chalcis » et de Lassus sur la « Région au nord-est de Ḥama » ont livré quantité d'informations. Sur le point de départ du premier siècle, nous avons d'abord un texte de Strabon où est évoquée la situation d'un territoire qu'il appelle la « Parapotamie ». Situé entre Alep et l'Euphrate, ce territoire paraît descendre assez loin au sud, puisqu'il inclut la principauté de Sampsigeram d'Aréthuse ; il comprendrait donc les territoires situés à l'est de la ligne Alep-Rastan, tout en mordant, par endroits, à l'ouest. Cette région, selon Strabon, connaîtrait une situation indécise, puisqu'elle était occupée, tout à la fois, par des sédentaires et par des nomades. En interprétant les changements opérés dans les itinéraires des armées entre Antioche et l'Euphrate, F. Cumont a montré que la situation a changé entre le 1er et le IIIe siècle. Au Ier siècle, cette route stratégique gagnait Zeugma par Cyrrhus, en suivant une direction sud-ouest / nord-est ; au IIIe siècle, elle suit un tracé plus direct : elle atteint Hiérapolis par Alep. L'explication de ce changement est qu'au 1er siècle, Rome ne contrôlait pas encore la plaine située à l'est d'Alep, alors que c'est chose faite au IIIe siècle. La Table de Peutinger et l'itinéraire Antonin confirment cette déduction en révélant l'existence, au IIIe siècle, d'un réseau routier quadrillant le Massif basaltique, Seriane, l'actuelle Isriye, étant relié par des routes directes à Andrôna et à Chalcis d'une part, à Salamiya et à Emèse d'autre part. On ne saurait pour autant en conclure que cette région était occupée par un réseau de villages ; il s'agissait surtout de postes militaires ; mais la construction d'un temple à Seriane, au début du IIIe siècle, indique que des villages commençaient à s'installer autour de ces camps.

  • 3 IGLSIV.

11C'est seulement entre les IIIe et VIe siècles que la conquête agraire de ces territoires paraît avoir été effectuée. Les 132 inscriptions datées du Ǧebel il ‘Ala se répartissent, en effet, ainsi3 :

12Avant 300 : 8

13IVe siècle : 13

14Ve siècle : 41

15VIe siècle : 88

16Après 600 : 2

17Il ne s'agit que d'un échantillon et cet échantillon ne concerne qu'une partie, la plus occidentale, de la région considérée ; la disproportion, cependant, est telle, entre le Ve et le VIe siècle et ce qui a précédé et suivi, qu'on ne peut lui dénier toute signification. On peut hésiter pour situer le point culminant de l'expansion car un bon nombre des inscriptions du VIe siècle se rapportent à des ouvrages militaires. Au bout du compte, en tout cas, la distance entre le littoral et la zone des nomades est passée de 80 km au Ier siècle à 150 km, soit presque le double, au VIe siècle.

  • 4 M. Sartre : Le Hauran byzantin à la veille de la conquête musulmane, (communication dactylographiée (...)

18Il n'a pas été possible de connaître avec précision la date où se situe la mise en valeur maximale qui caractérise aussi le Hauran aux époques romaine et byzantine car la permanence des techniques de construction et l'absence de décor abondant rendent très aléatoire la datation des maisons ; mais l'incertitude porte seulement sur les rythmes de l'expansion entre le Ier et le VIe siècle car il est sûr qu'elle s'est poursuivie jusqu'à la fin du VIe siècle. Il semble même, d'après M. Sartre, qui se fonde sur le nombre des églises construites à la fin du VIe siècle, que cette expansion ait été importante jusqu'au début du VIIe siècle4.

  • 5 J. Nasrallah : AAS.

19Nous avons limité nos remarques à deux régions où les témoins archéologiques sont nombreux, mais il existe des indices que le peuplement et la mise en valeur des terres marginales constituent un phénomène général qui a touché toutes les régions : c'est ainsi que J. Nasrallah a établi que le Qalamoun avait connu une occupation maximale à l'époque byzantine5 et que la mission allemande dirigée par Th. Ulbert a montré que les environs de Sergiopolis, aujourd'hui déserts, étaient occupés par des établissements permanents à l'époque byzantine.

20La conclusion s'impose donc : toutes les régions marginales de la Syrie ont connu une expansion démographique et économique entre le IVe et le VIe siècle. On ne peut penser qu'un tel essor ait été obtenu, selon un phénomène constaté en Lycie par R. M. Harrisson, par une migration partie des régions où il n'existe pas de vestiges archéologiques importants vers ces régions de marge ; en Syrie, pareille hypothèse serait absurde ; c'est seulement parce qu'elles ont toujours été peuplées que les plaines d'Antioche et de Chalcis n'ont pas conservé un nombre important de monuments d'époque romaine et byzantine.

  • 6 Je remercie D.Feissel de m'avoir communiqué cette liste des épitaphes datées de Syriens en Occident

21Au VIe siècle, les campagnes des provinces syriennes constituent donc un monde plein, et bientôt, comme dans le Massif calcaire, un monde trop plein, compte tenu de l'impossibilité matérielle de dégager des ressources nouvelles dans les territoires dont l'occupation est maximale. Dans cette évolution, il est clair que c'est la démographie qui a constitué le ressort principal. De cette surcharge démographique, D. Feissel a réuni récemment de nombreux témoins en inventoriant et en étudiant les inscriptions funéraires (tab. 55) émanant de Syriens installés outre-mer6. Il a montré que ces Syriens expatriés devenaient beaucoup plus nombreux au Ve siècle et qu'une proportion notable d'entre eux était d'origine villageoise. Comment ne pas voir dans ce mouvement d'émigration une autre manifestation de la surcharge démographique ?

Tab. 55 - Epitaphes datées de Syriens en Occident (D. Feissel).

  • 7 Communication donnée par F. Villeneuve au 3e congrès international d'archéologie jordanienne -Amman

22Démographie d'abord, donc ; mais nous avons vu que, dans le Massif calcaire, le marché aussi avait joué un rôle grandissant dans l'économie rurale, et qu'il convenait de rapporter à ce rôle l'enrichissement de la paysannerie à partir du milieu du Ve siècle. De ce point de vue, l'évolution du Massif calcaire peut-elle être encore tenue pour exemplaire ? Les preuves manquent pour l'affirmer. Plusieurs faits suggèrent cependant l'importance du commerce. Dans le Massif basaltique, c'est le nom de Tarutia, appelée « Tarutia des marchands ». Dans le Hauran, M. Sartre relève, à Bosra, l'importance de l'artisanat : batteurs de cuivre, bijoutiers, fabricants d'outrés, fabricants d'armes, de cuirasses, de cloches, forgerons, bourreliers et selliers. Une activité aussi diversifiée ne se conçoit pas en dehors d'échanges actifs et réguliers avec les campagnes. Il se pourrait donc que les échanges aient joué un grand rôle dans les campagnes du Massif basaltique et du Hauran mais, dans l'état actuel des connaissances, il est impossible de le mesurer ni de savoir s'il a augmenté aux Ve et VIe siècles7.

23Au total, les campagnes de toute la Syrie sont marquées par une unité de civilisation dont le Massif calcaire n'offre qu'un exemple régional ; elles sont caractérisées, entre le Ier et le VIe siècle, par une expansion considérable mais il est vrai que celle-ci a été beaucoup plus forte dans les zones marginales telle que le Massif calcaire, le Massif basaltique et peut-être le Hauran, que dans les plaines qui ont toujours connu une occupation importante. Le Massif calcaire est donc exemplaire, si l'on considère le sens de l'évolution, mais il représente un cas particulier, au même titre que les autres régions marginales, pour ce qui est de l'amplitude et du rythme de l'expansion.

24Si ces conclusions sont exactes, il convient d'examiner, dans cette perspective nouvelle, les théories élaborées dans les dernières décennies sur l'évolution de l'économie et de la société à l'époque protobyzantine.

25Un premier ensemble de théories formule d'abord un diagnostic : l'économie des IVe-VIe siècles était en déclin et la paysannerie s'appauvrissait, et une explication : c'est l'État, par les charges qu'il imposait aux couches les plus nombreuses et les plus pauvres, c'est-à-dire à la paysannerie, qui est responsable de cette évolution. Cette théorie, défendue avec éloquence, notamment, par Jones et par Finley, ne résiste pas à l'examen des faits, si l'on considère la Syrie, et comment admettre que l'État ait pu être oppressif dans tout l'Empire sauf en Syrie ? Ce qui est en cause, d'après ces deux auteurs c'est en effet la politique générale de l'Empire : renforcement des contrôles administratifs, augmentation du nombre des fonctionnaires, accroissement des effectifs de l'armée et surtout mise en place d'une fiscalité plus rigoureuse et plus lourde. Or, aucun de ces changements n'a empêché la multiplication du nombre des hommes dans les campagnes, la mise en culture de la plupart des territoires cultivables et finalement l'enrichissement de la paysannerie. Les réformes de l'État n'ont eu aucune conséquence négative visible dans le domaine économique et social.

26On pourrait soutenir, au contraire, qu'il a joué, indirectement, un rôle positif.

27Tout d'abord, par leur politique extérieure, Rome puis Byzance ont su organiser la frontière orientale, de telle sorte qu'entre Actium et la reprise de la guerre perse, sous Justinien, la Syrie du Nord a connu une paix quasi totale ; seule exception, de taille il est vrai, le règne de Valérien au IIIe siècle. L'État a, d'autre part, adopté des dispositions juridiques permettant la conquête des terres incultes. On peut, en effet, penser que les lois Manciana et Hadriana ont été appliquées en Syrie du Nord. Les vestiges de cadastrations, que l'on trouve dans l'ensemble de la Syrie, sont d'autres témoins de cette intervention. La construction d'ouvrages d'irrigation, le creusement ou l'entretien des réseaux de qanats aux confins de la steppe, enfin, ont exigé des ressources dépassant de loin celles des villageois ; d'une manière ou d'une autre l'intervention de l'État a été nécessaire. Au total, sans en avoir clairement conçu le projet, l'Etat a joué un rôle positif en faveur de l'expansion économique. Sans la paix, sans une législation appropriée, l'essor démographique et la conquête des terroirs n'auraient pas été possibles et ce n'est pas par hasard que la Syrie a connu une occupation du sol et une population maximales à l'époque byzantine ; maximales, en effet, si l'on considère la très longue durée : il aura fallu attendre le XXe siècle pour que des terres abandonnées depuis l'époque Omeyyade, dans les Massifs calcaire et basaltique et dans le Hauran, aient commencé à être reconquises à l'agriculture.

  • 8 R. Mouterde et A. Poidebard : Le limes de Chalcis : organisation de la steppe en Haute-Syrie romain (...)
  • 9 F. Villeneuve : ouvrage cité.

28Une variante de cette conception met en cause, pour expliquer la stagnation de l'agriculture et la misère paysanne, soit les grands propriétaires, soit les villes. Nous avons vu que cette misère paysanne ne devait pas être exagérée et que dans le Massif calcaire, en tout cas, mais sans doute aussi ailleurs, l'enrichissement des paysans ou, au moins, d'une partie d'entre eux, était un fait incontestable. Même dans ce contexte, peut-on considérer que les grands propriétaires et les villes ont joué un rôle négatif ? Pour les grands propriétaires, nous ne reviendrons pas sur ce qui a été dit précédemment, sauf pour l'étendre aux autres régions marginales. Ou bien ces grands propriétaires sont considérés comme des seigneurs tenant la paysannerie dans leur dépendance et rien ne prouve, ni les textes ni l'archéologie, qu'ils aient existé ; leur rôle procède uniquement d'une hypothèse inutile ; ou bien il s'agit de domaines d'un seul tenant : de telles propriétés étaient très rares dans le Massif calcaire. Il en existe dans le Massif basaltique, notamment à Et-Touba mais la plupart des villages étaient des kômai et les paysans étaient des propriétaires petits ou moyens8. Dans le Hauran, F. Villeneuve estime que les « domaines impériaux ou privés » n'ont pas joué un rôle majeur ; on en a pour preuve « la série assez longue des bornes correspondant à la cadastration de la fin du IIIe siècle ; sur quinze inscriptions connues pour le Hauran, le Jawlan, la Haute vallée du Jourdain et la Damascène du sud, quatorze ne mentionnent que des territoires de Kômai et de villages, une seule un domaine privé, au demeurant en dehors du Hauran »9. Les grandes propriétés, dont les textes attestent l'existence, seraient-elles ailleurs, dans les plus anciens terroirs ? Pas forcément, mais elles sont sans doute difficiles à repérer pour une raison bien soulignée par R. Rémondon : comme le montre Libanius, elles sont rarement d'un seul tenant, et les propriétaires résidaient généralement à la ville ; « elles sont faites pour les geais » ; elles se matérialisaient seulement par des rentes, en nature ou en argent. Ce qui est donc sûr c'est que ces rentes, dans les zones marginales, n'écrasaient pas les paysans : elles ne les ont pas empêchés d'accumuler des surplus.

  • 10 M.I. Finley : Économie antique, p. 188.
  • 11 Josué Le Stylite : ouvrage cité.

29Quant aux villes, leur rôle dans la production des biens est généralement déprécié, qu'on les qualifie de « villes de consommation », « villes parasitaires » ou que l'on se plaise à souligner que leur croissance n'était pas due à celle de la production mais dérivait seulement d'une croissance générale de la population10. Sous quelque forme qu'elle s'exprime, cette conception n'est guère qu'une vue de l'esprit dans le cas de la Syrie byzantine. Comment penser, en effet, que les villes aient pu avoir un rôle négatif alors que le Massif calcaire, avec sa prospérité, se trouve au centre géométrique d'une des plus denses concentrations de villes de la fin de l'Antiquité, avec des métropoles comme Antioche et Apamée et d'autres villes non négligeables : Laodicée, Séleucie, Chalcis du Bélus, Béroé et Cyrrhus ? Bien au contraire, c'est leur rôle positif, comme animateurs de l'économie, grâce au marché, qui constitue le fait essentiel. La ville représente la possibilité permanente de se procurer de la monnaie ou même des denrées alimentaires, dans les temps de pénurie, comme la chronique de Josué le Stylite le souligne bien à propos de la crise de 499-502 à Edesse11. Sans doute les villes ne sont-elles pas desservies par un réseau de routes rapides qui leur permettraient de régner dans une aire économique vaste, mais elles restent le centre de l'échange et il n'est pas rare qu'elles soient mieux ravitaillées que certains cantons ruraux. C'est aux villes ou plutôt à leur rôle dans les échanges que nous avons attribué l'enrichissement de la paysannerie du Massif calcaire, à partir du milieu du Ve siècle.

30Tout compte fait, pour comprendre l'économie de la Syrie byzantine, et sans doute, des autres parties de l'Empire à la même époque, il est indispensable de rappeler cette vérité élémentaire que les paysans étaient la grande majorité des hommes. Et l'État ? Quelques milliers d'individus dépourvus de véritables moyens de répression, sauf dans les cas d'un soulèvement ouvert, en faisant appel à l'armée. Et les villes ? Quelques centaines de milliers de personnes avec, parmi eux, des propriétaires grands ou petits, qui devaient se rendre eux-mêmes dans les campagnes, pour percevoir des rentes ou lever l'impôt ; mais quand ils étaient dans les villages, de quel secours pouvaient bien leur être les règlements dont ils étaient bardés, face à une paysannerie proliférante et sur ses gardes ? Sans doute, l'autorité publique était-elle quelque chose, il fallait donc céder parfois ; on négociait, on marchandait mais aucune des deux parties n'était vraiment en position de force par rapport à l'autre. C'est pourquoi, ce n'est pas le caractère oppressif de l'État ou le parasitisme des villes qui nous paraît le fait le plus frappant, mais plutôt leur faiblesse et leur dénuement face à une paysannerie innombrable, et l'étonnant n'est pas que la paysannerie ait pu supporter de tels poids, mais que l'État et les villes aient réussi à imposer un ordre.

  • 12 M.I. Finley : ouvrage cité, p. 194.

31Nous estimons, donc, qu'il convient de renverser la proposition selon laquelle la civilisation de l'Empire protobyzantin, autrement dit la civilisation antique à son dernier stade, a été menacée par l'oppression que l'État et les villes imposaient aux campagnes. Nous pensons au contraire que le premier aurait disposé de moyens plus importants et que les secondes auraient pu amasser davantage de capitaux s'ils avaient été en mesure d'imposer une domination plus oppressive à la paysannerie. On a souvent évoqué l'hypothèse que le blocage des sociétés antiques était dû à une mentalité économique caractérisée par la recherche de l'acquisition et non de la production12. Il nous semble qu'un tel blocage, s'il existait, s'exprimait plutôt par le fait que la paysannerie était incapable, pour des raisons techniques, d'améliorer les rendements agricoles et qu'elle en était réduite à pétrifier ses surplus dans la pierre, en construisant des maisons capables de défier les siècles.

Notes

1 Pour le Hauran voir F.Villeneuve : L'économie rurale et la vie des campagnes dans le Hauran antique (Ier siècle avant J.-C. - VIe siècle après J.-C.) dans Hauran I, éd. par J.-M. Dentzer, Paris 1985.

2 F. Villeneuve : id.

3 IGLSIV.

4 M. Sartre : Le Hauran byzantin à la veille de la conquête musulmane, (communication dactylographiée donnée au Congrès Bilad Al-Sham - Amman 1985).

5 J. Nasrallah : AAS.

6 Je remercie D.Feissel de m'avoir communiqué cette liste des épitaphes datées de Syriens en Occident.

7 Communication donnée par F. Villeneuve au 3e congrès international d'archéologie jordanienne -Amman.

8 R. Mouterde et A. Poidebard : Le limes de Chalcis : organisation de la steppe en Haute-Syrie romaine, Paris, 1945.

9 F. Villeneuve : ouvrage cité.

10 M.I. Finley : Économie antique, p. 188.

M. I. Finley : Esclavage antique et idéologique moderne, Paris 1979, particulièrement p. 184 et sq. E. Patlagean : ouvrage cité, p. 234.

11 Josué Le Stylite : ouvrage cité.

12 M.I. Finley : ouvrage cité, p. 194.

Table des illustrations

Légende Tab. 55 - Epitaphes datées de Syriens en Occident (D. Feissel).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 497k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540