Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Crise ou stagnation ? (550 - 610)

Chapitre unique

Texte intégral

1Pour des raisons conjecturelles sur lesquelles il n'est pas utile de revenir, nous avons situé vers 550 l'arrêt de la construction de nouvelles maisons et même de nouvelles pièces, c'est-à-dire la fin de la croissance démographique et économique que le Massif calcaire connaissait depuis plus de deux siècles. Cette interruption définitive de l'expansion n'a pas entraîné la fin de toute prospérité. En fait, le sens de la période 550-610 ne se laisse pas aisément saisir : contrairement à ce que l'on a constaté après 250, tous les faits ne vont pas dans la même direction.

ARRÊT DE L'EXPANSION MAIS MAINTIEN D'UNE CERTAINE PROSPÉRITÉ

2On ne construit plus, mais on continue à occuper toutes les maisons du village, quitte à les réaménager. C'est un des intérêts de la fouille de Dēḥes que d'avoir révélé la continuité de cette occupation, dans toutes les maisons fouillées, jusqu'au viiie siècle et, dans certaines d'entre elles, jusqu'au début du xe siècle. Le matériel céramique et numismatique de la période viie-viiie siècles mis au jour est même beaucoup plus abondant que celui des périodes antérieures, ce que l'on est tenté d'expliquer par une certaine négligence à l'égard de maisons que l'on n'a pas construites et peut-être surtout que l'on a réoccupées. Les sols ne sont plus entretenus, le matériel numismatique ou céramique perdu est laissé sur place et le niveau des sols s'exhausse, comme sur les tells, comme s'il s'agissait de maisons en brique crue.

3Des églises nouvelles sont, en revanche, construites et les couvents se multiplient, certains atteignent même des dimensions inconnues avant. La chronologie des églises est malaisée à établir (tab. 52). Si l'on considère celles de l'ensemble du Massif calcaire datées par des inscriptions, puis celles datées d'après le décor dans les villages étudiés, on obtient des répartitions à peu près similaires (tab. 53).

4Au total, quels que soient le mode de datation et l'échantillon considéré, les églises se répartissent à peu près également avant et après 480 et, dans le vie siècle, entre la première et la seconde moitié.

CAUSES INSUFFISAMMENT EXPLICATIVES

5Il semblerait donc qu'à l'expansion ait succédé non un déclin marqué, mais soit une stagnation non exempte d'une certaine prospérité par endroits ou pour certaines maisons, soit une succession de sous-périodes de croissance et de régression. A cette situation nouvelle, quatre types d'explications peuvent être apportés.

6La reprise de la guerre, en 527, et les raids profond en territoire syrien qu'elle occasionna, particulièrement en Syrie du Nord, auraient entraîné des destructions désastreuses dans l'économie.

  • 1 H. Stein : Histoire du Bas-Empire, éd. J. Palanque, 2 Vols., Bruxelles, 1942 et 1959. A. H. M. jone (...)

7Quatre grandes guerres ont en effet opposé l'Empire à la Perse. La première, de 527 à 531, n'a pas été accompagnée de grandes opérations militaires1, mais la Syrie du Nord a subi, en 529, un raid meurtrier de Moundhir le Lakhmide : il s'enfonça jusque sous les murs d'Antioche et repartit avec de nombreux prisonniers. La seconde guerre est plus longue (540-561) et plus dévastatrice. Soura, Alep et Antioche sont prises ; leur population est déportée ; dans la dernière, des destructions importantes et des massacres nombreux sont commis. Les sièges d'Apamée, de Chalcis et de Sergiopolis ne sont levés qu'au prix de forts tributs payés par la population. Aucune partie de la Syrie du Nord n'a été finalement épargnée. Durant la troisième guerre (572-591) se succédèrent pareillement invasions, prises de villes, tributs et déportations. La prise d'Apamée en 573 se serait traduite par la déportation de 292 000 prisonniers, c'est-à-dire plus de la moitié de la population. N'ayant pas été marquée par une résistance tenace des armées impériales, la dernière guerre, commencée en 602, n'a pas entraîné de grande destruction. Elle a abouti à l'instauration de la domination perse pour plus de 20 ans.

I - ǦEBELS SIM‘ĀN ET ḤALAQA

I - ǦEBELS SIM‘ĀN ET ḤALAQA

II - ǦEBELS BĀRĪŠĀ ET IL A‘LA

II - ǦEBELS BĀRĪŠĀ ET IL A‘LA

Tab. 52 - Chronologie des églises.

8Sur 68 églises, 22 sont sûrement du vie siècle. Ces datations sont données presse de A. Naccache sur le décor des portes des églises.

Tab. 52 – Chronologie des églises (suite et fin).

Tab. 53 - Répartition de la chronologie des églises

9Par les destructions qu'elles ont causées, par leur coût aussi, ces invasions ont dû jouer un rôle important dans l'arrêt de la croissance. Il ne semble pas, cependant, que ce rôle ait été capital dans les campagnes. Ce sont en effet les villes, où se concentrent les richesses accumulées, qui constituaient les cibles privilégiées. Les armées perses causaient, certes, des ravages dans les campagnes, mais il est douteux qu'elles aient osé s'aventurer dans les montagnes, sauf pour des raids peu appuyés. Elles n'auraient d'ailleurs pu s'y maintenir, faute d'y trouver assez d'eau pour les chevaux. C'est par ses effets indirects que la guerre a pu compromettre la prospérité du Massif calcaire, en entraînant une contraction du marché urbain, par le biais des destructions, des massacres, des déportations et des tributs exorbitants. Mais il est clair que ces invasions ne peuvent expliquer, à elles seules, l'arrêt de l'expansion vers 550. Elles ont pu, tout au plus, y contribuer.

LES ÉPIDÉMIES DE PESTE

  • 2 L. Conrad : Plague, ouvrage cité, p. 107-108.

10Après une période de rémission de près de deux siècles, la peste bubonique reparaît durablement dans l'Empire à partir de 541. Elle atteint Antioche rapidement mais se propage beaucoup plus lentement, peu avant l'été 542, à l'intérieur de la Syrie, et l'on manque d'informations pour connaître ses effets réels2. Il semble toutefois qu'ils aient été considérables, tant par la désorganisation des circuits économiques que par les mortalités. Bien qu'il n'existe aucun moyen d'évaluer le nombre des morts, il est sûr qu'elle entraîna un désastre d'envergure dans tout le monde méditerranéen. Or, après s'être interrompue en 544, elle reparaît à plusieurs reprises, tout au long du VIe siècle, en 558, 560-561, 573-74, 592 et 599. Elle a surtout frappé les villes, mais on ne peut penser qu'elle ait entièrement épargné le Massif calcaire, et ceci d'autant moins qu'Antioche, avec laquelle les relations sont étroites, est toute proche. Quels qu'ils aient été cependant, ces effets ne suffisent pas à rendre entièrement compte de l'arrêt de l'expansion. C'est sur la démographie que la peste agit, or la démographie du Massif calcaire paraît s'être maintenue plusieurs décennies après le début de la peste. Nous en avons un indice dans le fait qu'à des dates inconnues, mais certainement après leur construction, des portiques sont murés, comme s'il fallait gagner de l'espace pour un habitat permanent, fut-ce aux dépens des commodités de la circulation intérieure et de l'isolation contre les intempéries et la chaleur. Si l'on observe que cette pratique concerne souvent des bâtiments en appareil orthogonal simple, c'est au VIe siècle qu'il conviendra de la situer. La fouille du bâtiment « basilical » de Dēḥes a montré qu'au VIe siècle, ce grand bâtiment avait été divisé en un grand nombre de logements indépendants de petite taille ; enfin, la fouille des maisons I à III a révélé la continuité de l'occupation au VIe siècle. S'il est donc indéniable que les épidémies de peste ont joué un rôle dans l'arrêt de l'expansion, il reste à expliquer quand et comment, et il nous paraît probable qu'elles n'ont entraîné, d'emblée, aucune catastrophe démographique dans les campagnes.

LES CAUSES POSSIBLES

11Pour comprendre ce qui s'est passé, il convient de considérer les différents facteurs du fonctionnement de l'économie du Massif calcaire. Tout en distinguant les deux formes d'expansion qu'elle a connues : expansion quantitative grâce à la mise en valeur de la totalité des terroirs et expansion qualitative du fait de la production de surplus pour la vente grâce au développement de cultures « spéculatives » sur des parcelles de plus en plus exiguës. C'est cette expansion qualitative, et seulement elle, qui s'interrompt vers le milieu du vie siècle et ceci à cause de deux phénomènes, l'un propre au Massif calcaire, l'autre à l'ensemble de la Syrie du Nord. On peut estimer que, vers 550, la production des surplus dans le Massif calcaire est devenue aléatoire. Pourquoi ? Théoriquement, deux phénomènes peuvent s'être produits.

ACCAPAREMENT DES SURPLUS ?

12Les surplus auraient été accaparés, soit par les grandes propriétés laïques, soit par celles des grands ensembles ecclésiastiques et monastiques qui se développent en effet à partir du début du vie siècle.

Tab. 54 - Couvents isolés et couvents de villages.

  • 3 A Kūsīk, on trouve un pressoir ; même chose à Ed Deir, Mār Sābā, qui n'est sans doute pas un couven (...)

13Nous ne reviendrons pas sur la question de la grande propriété laïque. Nous l'évoquons pour mémoire en renvoyant à ce qui a été dit plus haut. Le développement de la grande propriété ecclésiastique et monastique, en revanche, est une réalité, et sans entrer dans des discussions inutiles sur les formes de prélèvements auxquels ils ont pu soumettre la paysannerie, dîme ou rente, car on manque de données sûres, nous pouvons tenter d'évaluer la place qu'ils occupaient dans chaque région du Massif calcaire. Soulignons d'abord que la propriété ecclésiastique ne paraît avoir connu de développement que dans le Ǧebel Zāwiye, si l'on estime qu'elle est en rapport avec les dimensions des églises et de leurs dépendances. Or les églises dont il s'agit, à Muğleyya, à Šinšarāḥ et à El Bāra, sont du Ve siècle. Seule l'église de Bizzos à Ruweiḥa est du VIe siècle. Pour les couvents (tab. 54), une distinction s'impose. Certains sont situés aux confins des finages : ils sont généralement de petite taille et ceux que nous connaissons ont des pressoirs ; ils sont à la tête de domaines qu'ils exploitent en faire-valoir direct, selon des modalités inconnues, et rentrent dans la même catégorie que les autres exploitations paysannes : c'est le quotient du nombre des moines par celui des surplus qu'ils réalisent ou de la quantité de terre dont ils disposent qui nous permettrait de savoir s'ils constituaient des exploitations plus ou moins rentables que celles des paysans. En toute rigueur, on ne peut parler à leur propos de « parasitisme » : ce sont des exploitants3, et non seulement des préleveurs de rente. Les autres, en revanche, sont de grands organismes qui disposaient peut-être d'un domaine propre, mais pouvaient compter aussi sur toutes sortes de rentrées, en plus des offrandes, et particulièrement sur la rente à percevoir pour des terres qui leur avaient été léguées sans qu'ils les cultivent. Dans cette catégorie se rangent les couvents de Deir Sim‘ān, de Serğible et certains couvents d'El Bāra. Pour beaucoup d'entre eux, cependant, l'hésitation est permise parce qu'ils se trouvent dans des villages.

14La première constatation que l'on tire du tableau est que le poids de la présence monastique, évaluée en bâtiments construits, n'est pas considérable. La plupart sont des écarts et ils sont particulièrement nombreux là où les villages sont plus rares : région à l'ouest de Saint-Siméon et dans le sud des Ǧebels Bārīšā et il A‘la, ce qui montre qu'ils complètent et continuent l'expansion dont le développement des villages est l'expression, plutôt qu'ils ne la gênent. Quant aux autres, ils sont soit de très petites dimensions (nord des Ǧebels Bārīšā et il A‘la), soit situés assez loin des villages les plus proches (Bānastūr, Burǧke). Les couvents situés dans les agglomérations sont surtout nombreux dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, mais, d'après ce que l'on en sait, leurs dimensions sont réduites ; ceux des Ǧebels Bārīšā et il A‘la sont généralement indiqués par des textes et n'ont pas toujours été identifiés, ce qui traduit bien leur exiguïté. Les seules grandes constructions conventuelles sont à Serğible (3 couvents) et à El Bāra (4), c'est-à-dire dans des villages dont la croissance est bien attestée jusque vers 550. En fin de compte, dans l'état actuel des connaissances, le poids des couvents ne peut être assimilé, au plan économique, à un parasitisme capable de compromettre l'expansion des villages en annulant les surplus de la paysannerie, bien qu'ils aient pu jouer finalement ce rôle dans certaines régions.

RÉDUCTION DES SURPLUS ?

  • 4 La « loi de population » de Malthus part de l'hypothèse d'une population croissante devant des ress (...)

15Réduction des surplus à cause d'un décalage entre la poursuite de l'expansion démographique et l'accroissement déclinant des ressources, autrement dit à cause d'une « crise de type malthusien »4. Il est indéniable que le processus dans lequel les paysans du Massif calcaire avaient été poussés par la persistance durable de la croissance démographique, devait aboutir à une impasse. Il était impossible que l'intensification des façons et l'adoption de cultures de type « spéculatif » pussent indéfiniment compenser la réduction de taille des exploitations. Le temps devait arriver où l'augmentation des ressources ne serait plus capable de compenser celle des besoins. Plusieurs faits indiquent que, dans le Massif calcaire, cette situation est imminente dans la première moitié du vie siècle et qu'elle entraîne, à partir de 540, une succession de crises sur l'ensemble du territoire syrien.

161) En Syrie du Nord, la dernière phase de l'expansion, qui commence en 480 dans les chaînons Nord mais a débuté bien avant dans le Ǧebel Zāwiye, se traduit par des faits qui révèlent les limites atteintes par l'agriculture paysanne. Les maisons sont construites comme des temples romains : grands blocs taillés avec soin et disposés par assises de plus en plus régulières, décor abondant et somptueux indiquant une richesse et une opulence peu imaginables dans ces cantons ruraux retirés. Sans doute, le souci de l'ostentation est parfois tempéré par la nécessité de réduire les coûts, ne serait-ce qu'en faisant sculpter tel chapiteau sur le seul côté visible, ou en recourant, pour le décor, à des formes toujours semblables, comme s'il s'agissait d'une production en série. Il n'en demeure pas moins que, d'une manière générale, l'opulence est éclatante : la construction de thermes à Serğilla et d'églises ailleurs par les soins de donateurs privés la révèle avec éclat. Or ces constructions, faites à grands frais, ne répondaient à aucun besoin pratique ; elles étaient certes plus solides que les maisons de la période antérieure, comme la suite l'a bien montré, mais cette solidité était superflue, compte tenu de la réalité des besoins. Était-il vraiment utile de construire, dans des villages, des maisons privées destinées à durer près de deux mille ans ? Il est vrai que, dans ces maisons, les pièces étaient plus spacieuses, mais on aurait pu obtenir le même résultat à moindre frais. D'un autre côté, ces maisons ne paraissent avoir compté aucun élément de confort dont l'organisation architecturale ait conservé la trace : ni chauffage, ni eau ; ces maisons sont restées, au fond, ce qu'elles étaient quatre siècles plus tôt : seule l'apparence a changé. En d'autres termes, les maisons ont cessé d'être des objets surtout utilitaires, elles sont devenues aussi les produits d'une thésaurisation. De leurs richesses multiples, les paysans n'avaient plus l'emploi. Est-ce le fait d'une mentalité rebelle aux nécessités économiques ? Pourquoi n'investissaient-ils pas ? Sans doute parce que c'était techniquement impossible : en quoi, en effet, auraient pu consister de tels investissements ? L'achat d'engrais ? Mais on ne connaît que les engrais naturels et les troupeaux sont là pour y pourvoir. L'amélioration de l'outillage ? Pour le labourage et les façons, il n'y avait pas lieu de le faire. On aurait pu seulement adopter des techniques plus perfectionnées pour le pressage des olives et c'est peut-être, d'ailleurs, ce qui a été fait dans les grands pressoirs construits à partir de la fin du ve siècle dans le Ǧebel Zāwiye. Les possibilités d'amélioration technique étaient pratiquement nulles et elles le demeurèrent, pour l'agriculture méditerranéenne, au moins jusqu'au xixe siècle. Les paysans du Massif calcaire paraissent bien avoir atteint le maximum des possibilités techniques de l'époque. Pourquoi alors ne pas avoir acheté de la terre ? Parce qu'il n'y en avait plus guère et que le problème de la main-d'œuvre était devenu aussi important que celui de la terre, d'où le développement des grandes maisons. Les paysans du Massif calcaire, au début du vie siècle, s'acheminaient inévitablement vers une impasse.

  • 5 Sur la région d'Édesse, voir Josué Le Stylite : Chronique. Texte et traduction par l'Abbé Paulin-Ma (...)
  • 6 Peut-être ces irrégularités du climat ont-elles revêtu une amplitude plus forte au vie siècle. Il e (...)

172) Or, dans l'ensemble du Massif calcaire, on relève de nombreux indices que cette crise, s'ajoutant aux autres crises, s'est parfois enclenchée dès le début du vie siècle5 (Édesse et sa région), parfois plus tard. Les chroniques indiquent alors une longue série de catastrophes qui ne sont pas toutes dues à la peste ni aux désastres naturels. Ceux-ci existent certes, ce sont les invasions de sauterelles signalées en 534/36, 578, 598 et 610. Mais il faut signaler aussi les disettes dues aux mauvaises récoltes entraînées par une chaleur excessive ou par des pluies très fortes6. Est-ce à dire que l'arrêt de l'expansion, dans le Massif calcaire, a été indépendant des épidémies de peste et autres mortalités ? On ne saurait le soutenir à cause de la concordance des dates, et parce qu'il existe toujours des terres à mettre en valeur, même si elles sont moins fertiles et plus éloignées : les photos aériennes révèlent que de tels endroits existaient encore dans les Ǧebels Sim‘ān et Zāwiye. Mais c'est le produit net des paysans qui s'est écroulé. Après avoir été réduit par la surcharge démographique, il a été anéanti par le resserrement du marché déterminé par les mortalités entraînées, particulièrement dans les villes, par les pestes, les guerres et les tremblements de terre. On pourrait penser, sans paradoxe, que c'est parce qu'ils ont été relativement épargnés par les mortalités, alors que les villes étaient frappées directement, que les paysans du Massif calcaire ont vu s'écrouler leur produit net, se retrouvant ainsi dans une situation marquée par une surcharge démographique relative, compte tenu des insuffisances de l'autoconsommation et de la disparition des compensations procurées par la vente. Dans la seconde moitié du vie siècle, le Massif calcaire demeure densément peuplé, mais la paysannerie est entrée dans un processus de paupérisation. La cause principale de l'arrêt de l'expansion, c'est finalement son surpeuplement relatif et le maintien, probablement, d'un taux de croissance démographique élevé.

  • 7 Le récit de la disette de 552 par Michel Le Syrien est très éclairant (Livre ix, xxix, p. 244-45) :
  • 8 Je tiens d'une communication orale de J.-Ch. Balty qu'à Apamée, les destructions de 573 ont été sui (...)

18Il est visible que l'évolution n'a pas été continue. Elle a été marquée par une alternance de crises et de redressements. Du fait de la surcharge démographique, la population, parfois affaiblie par la malnutrition, devenait vulnérable aux aléas qui affectaient les récoltes7. Compte tenu de l'importance des arbres dans l'économie villageoise, ce sont les chaleurs excessives de l'été et les pluies trop fortes de l'hiver qui étaient à redouter. Les chroniqueurs en signalent plusieurs dans le courant du vie siècle : mauvaise récolte des raisins et des fruits en 537, des fruits en 551, d'automne à cause de pluies excessives en 578, à cause de la chaleur, qui a brûlé les arbres en 596, peut-être à cause du froid en 607. Avec les crises dues à la peste, le Massif calcaire connaissait donc à peu près une crise par décennie. Ces crises, catastrophiques peut-être sur le plan démographique, étaient le point de départ d'une nouvelle prospérité, surtout quand le marché urbain retrouvait lui-même quelque vigueur8. Mais la pression démographique se maintenait et l'on se retrouvait à nouveau, au bout de quelques années, dans une situation de surcharge démographique à laquelle une nouvelle crise mettait provisoirement un terme. Dans ces périodes de prospérité, on construisait de nouvelles églises, mais le redressement n'était ni assez vigoureux ni assez durable pour déterminer une reprise durable de l'expansion et, surtout, le marché urbain ne se rétablissait pas vraiment. Quel a été, au bout du compte, le résultat de cette succession alternée de crises et de rétablissements ? Pour l'apprécier, il faudrait connaître exactement la chronologie de l'occupation de toutes les maisons, ce qui est impossible car on ne peut les fouiller toutes. On pourrait, en vérité, limiter l'enquête à quelques villages. D'après la fouille de Dēḥes, on ne constate aucun fléchissement démographique avant le début du viiie siècle. Si l'on en juge par le fait que, dans les maisons du Ǧebel Zāwiye, les sols sont rarement exhaussés au-dessus des seuils de porte, au moins dans les villages de montagne, à Šinšarāḥ, Serğilla et Bšille, on estimera que le Ǧebel Zāwiye a peut-être connu un déclin démographique plus précoce, au moins dans les villages de la bordure orientale, qui paraissaient au contraire plus peuplés avant 380.

19La « crise » du vie siècle ne se traduit donc pas, dans le Massif calcaire, par un déclin, mais plutôt par la stagnation de l'économie et par la paupérisation de la paysannerie.

Notes

1 H. Stein : Histoire du Bas-Empire, éd. J. Palanque, 2 Vols., Bruxelles, 1942 et 1959. A. H. M. jones : Later Roman Empire. j.-Ch. Balty : L'église à atrium, ouv. cité.

2 L. Conrad : Plague, ouvrage cité, p. 107-108.

3 A Kūsīk, on trouve un pressoir ; même chose à Ed Deir, Mār Sābā, qui n'est sans doute pas un couvent, à deux pressoirs.

4 La « loi de population » de Malthus part de l'hypothèse d'une population croissante devant des ressources naturelles finies et une technique sans modifications. Communication publiée dans les actes de la Première conférence internationale d'histoire économique, Stockholm, 1960, Paris - La Haye, Mouton éditeur / Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales. Repris dans P. Vilar : Une histoire en construction, Paris, 1982. Comme le montre plus loin l'auteur, nous sommes dans une « société à évolution lente » (entendons par rapport aux sociétés industrielles) où les « processus de croissance et de décroissance » restent dominés « par un jeu entre expansion de la démographie et plafond des ressources », cité par E. Le Roy Ladurie : Les paysans du Languedoc, p. 639.

5 Sur la région d'Édesse, voir Josué Le Stylite : Chronique. Texte et traduction par l'Abbé Paulin-Martin, Leipzig, 1876.

Voir aussi les Chroniques de Michel Le Syrien (éd. et trad. Chabot) d'agapius de Membidj (Patrologie orientale t. 5, 7 et 8) et la chronique Nestorienne (Patrologie orientale, t. 4, 5, 7 et 13)

6 Peut-être ces irrégularités du climat ont-elles revêtu une amplitude plus forte au vie siècle. Il est frappant, en tout cas, qu'elles entraînent désormais de grandes catastrophes, ce qui nous paraît montrer que les surplus de la paysannerie s'étaient amenuisés : il suffisait d'un aléa pour les annuler, selon un mécanisme bien décrit par Josué Le Stylite à propos de la crise de la région d'Édesse entre 500 et 502.

7 Le récit de la disette de 552 par Michel Le Syrien est très éclairant (Livre ix, xxix, p. 244-45) :

« A cette époque, il y eut une disette de récoltes et un manque de fruits ; elle eut lieu en la neuvième indiction (Théophane 538, en fait 552). Il y eut aussi une faim qui agissait sur l'âme et le corps : elle fut suivie de la peste. Un homme mangeait en un instant dix litres de pain, avec des fruits, gloutonnement et avidement ; et alors qu'il était chargé et gonflé de nourriture, il n'était pas rassasié, mais avait faim, désirait et demandait du pain tandis que son ventre était rempli. Il mourait ainsi. Ensuite survint la peste des bœufs, dans tous les pays mais principalement en Orient, pendant deux ans ; de sorte que les champs étaient incultes, faute de bœufs ». Dans un autre passage, il remarque que les pauvres étaient les premiers atteints par la peste.

8 Je tiens d'une communication orale de J.-Ch. Balty qu'à Apamée, les destructions de 573 ont été suivies d'une reprise vigoureuse.

Table des illustrations

Titre I - ǦEBELS SIM‘ĀN ET ḤALAQA
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre II - ǦEBELS BĀRĪŠĀ ET IL A‘LA
Légende Tab. 52 - Chronologie des églises.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4381/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Tab. 53 - Répartition de la chronologie des églises
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4381/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Tab. 54 - Couvents isolés et couvents de villages.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4381/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search