Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Une seconde expansion (330-550)

IV. Interprétation

Texte intégral

1Il reste maintenant à s'interroger sur les causes qui expliquent finalement l'expansion économique du Massif calcaire.

RICHESSE DES PAYSANS DU MASSIF CALCAIRE

  • 1 E. Patlagean : Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance (IVème-VIIème siècles), Paris, 197 (...)

2Marquons d'emblée que, sur le fond des choses et en dépit de divergences nombreuses sur lesquelles nous reviendrons, nous sommes en plein accord avec la conception de G. Tchalenko sur l'aisance de la paysannerie du Massif calcaire et sur les ressorts de son comportement économique. Nous ne pensons pas que les paysans étaient courbés sous une pression fiscale et rentière maximale1 : la pression fiscale et rentière est toujours maximale et, toujours, la paysannerie cherche à s'y soustraire et à accumuler des surplus pour améliorer sa condition. Elle y est parvenue dans le Massif calcaire où il est clair que malgré toutes leurs charges, dont nous ignorons le détail, les paysans ont réussi, quelle qu'ait été la taille de leurs maisons, à s'enrichir, à construire davantage de pièces et des maisons plus coûteuses, mieux construites, dont les pièces devenaient plus grandes et plus richement décorées, et ceci, non pas dans une ville où règne l'émulation de l'évergétisme, mais en pleine ruralité, au milieu des champs, des vergers, des basses-cours et le long de chemins de terre transformés en bourbiers en hiver. Les mécanismes généraux de l'économie et les réactions des « agents » économiques ne nous paraissent pas avoir été fondamentalement différents aux IVe-VIe siècles de ce qu'ils étaient en Occident au Moyen-Age classique.

RÔLE DE L’ADMINISTRATION IMPÉRIALE

  • 2 P. Petit : Le "Pro Templis" de Libanius, Byzantion 8, 1963, p. 23 para. 11.
  • 3 P. Petit : Libanius et la vie municipale à Antioche, Paris, 1965, p. 148-49.

3Le rôle de l'administration impériale était certes important. Tout d'abord, directement, par le biais du fisc mais, surtout, de manière indirecte. C'est sans doute sur des domaines d'État que les paysans du Massif calcaire se sont installés. Au IVe siècle, les biens des cités, en l'occurrence d'Antioche, et ceux des temples qui sont venus les augmenter. Ils auraient alors été concédés à la paysannerie2, comme déjà aux IIe et IIIe siècles, grâce à des contrats d'emphytéose auxquels G. Tchalenko avait déjà songé. De ce vaste mouvement ou plutôt des changements qu'il entraînait régulièrement dans les cadastres, nous trouvons peut-être une manifestation dans les révisions fréquentes dont ceux-ci ont été l'objet en Syrie du Nord au témoignage de Libanios3 : sous Constance et Constant, par des logistai qui ont mesuré les terres pour corriger les erreurs de leurs prédécesseurs ; vers 362-63, par des péréquateurs, effectuant sans doute des vérifications de routine ; en 392, par un avocat auquel le consulaire de Syrie aurait confié cette tâche. Le rôle de l'administration a été important mais indirect.

RÔLE DU PATRONAGE

  • 4 E. Patlagean : Ouvrage cité, note 5.

4Quant au patronage, qui se répandait dans les campagnes dans la seconde moitié du IVe siècle, patronage civil et patronage militaire, vis-à-vis des grandes kômè de propriétaires indépendants aussi bien que dans les villages appartenant à un seul, nous n'en avons trouvé aucune manifestation archéologique. Mais comment s'en étonner ? Cet argument à silentio va, en tout cas, à rencontre de la théorie suivant laquelle les « campagnes ont glissé du domaine vers la seigneurie, et de l'alternative entre dépendance domaniale et liberté vers une dépendance généralisée »4. Peut-être une telle évolution s'est-elle dessinée ailleurs. Dans le Massif calcaire, elle n'apparaît pas et l'on se représente mal comment un tel assujettissement aurait pu être imposé sans une construction ou un ensemble de constructions pour la maintenir. Même si, sans aller jusqu'à cette extrémité, on admet que le développement du patronage a alourdi les charges paysannes, c'est en vain que l'on en cherche les traces dans l'évolution des villages. Au contraire, ils s'enrichissent quand leurs exploitations s'amenuisent.

  • 5 Ammien Marcellin XXVIII, 2, cité par E. Patlagean p. 298.

5En fait, administration impériale et patrons avaient peu de prise sur les campagnes. Pas de force de police, aucun moyen de contrainte hors de l'armée. Aussi le brigandage devait-il être permanent, même lorsqu'il n'atteignait pas les extrémités auxquelles il a été poussé par les Isauriens et, plus près du Massif calcaire, par les Maratocupreni5.

CONTRASTES DE LA VIE PAYSANNE

  • 6 Théodoret de Cyr : Correspondance, 3 Vols,. Paris, 1955, 1964, 1965.
  • 7 E. Patlagean : p. 271.

6Vision idyllique de la vie paysanne, en réaction contre un tableau trop poussé au noir ? La vie paysanne n'avait rien d'idyllique, même dans le Massif calcaire, où les conditions sociales étaient plus enviables que sur les grands domaines évoqués par J. Chrysostome. Non seulement les travaux agricoles étaient lourds, sur ces terres marneuses, mais il fallait faire face à l'impôt, peut-être à la rente, même si elle était peu élevée, et le cas échéant jouer un protecteur contre un autre. Comme les lettres (18-19 et 42-43) de Théodoret le suggèrent6, c'est peut-être moins le poids de l'impôt que son irrégularité qui le rendait insupportable, tout autant que les discriminations imprévisibles de l'administration qui, après une mauvaise récolte, accordait des remises d'impôt ici mais non là. Du point de vue des paysans, d'après ce qu'ils vivaient, il est vrai que les « variations de l'extérieur ne sont pas ressenties comme variations d'une conjoncture mais, pour diverses qu'elles soient, comme variations des charges paysannes »7. Mais ce n'est là qu'un point de vue inspiré par le quotidien ; dans la très longue durée et en dépit de ces « charges » la paysannerie s'est considérablement enrichie dans un contexte d'expansion générale.

REPLACÉE DANS LE CONTEXTE DE LA SYRIE DU NORD L’ÉVOLUTION DU MASSIF CALCAIRE N’EST PAS EXCEPTIONNELLE

  • 8 J. Braidwood : ouvrage cité. ICLS II et IV : On relève en effet un grand nombre d'inscriptions grec (...)

7Replacé dans l'ensemble de la Syrie du Nord, et peut-être de toute la Syrie et de l'Arabie, le Massif calcaire ne paraît pas avoir connu une situation exceptionnelle, et sur ce point, nous nous séparons des conceptions de G. Tchalenko. Toute la Syrie du Nord a connu au moins deux changements qui ont marqué l'évolution du Massif calcaire : un essor démographique attesté dans les villes, aux IVe et Ve siècles, par le développement de l'activité édilitaire et par les informations procurées par les textes, et aussi dans les campagnes, comme le montre le défrichement des terres des confins, particulièrement à l'est, sans que la plaine d'Antioche ni celle de Chalcis aient été abandonnées8. Expansion économique qui, comme dans le Massif calcaire, a revêtu deux formes distinctes. Extension des terroirs en premier lieu : c'est au Ve siècle surtout, un peu plus tard que dans le Massif calcaire, que les postes militaires installés au centre d'un réseau de routes avec parfois un sanctuaire (Seriane), sur les confins orientaux de la plaine de Chalcis, se transforment en agglomérations villageoises, atteignant parfois, à Tarutia, à Andrôna et à Anasartha, les dimensions et peut-être l'organisation de véritables villes, tout en ajoutant, d'après le nom de « Tarutia Emporôn », des fonctions proprement commerciales à leurs activités agricoles. Ouverture plus prononcée de l'économie sur le marché, d'autre part, grâce au développement du marché urbain, de l'usage de la monnaie et donc à la possibilité, dans les campagnes, d'accumuler des surplus.

8Ce qui fait, en revanche, l'originalité du Massif calcaire, ce sont les contraintes imposées à la paysannerie par les conditions géographiques et les solutions qu'elle a su leur apporter : l'arboriculture, sous ses différentes formes, et peut-être l'élevage donnaient accès au marché et permettaient d'échapper en partie à l'autoconsommation alors que, dans les plaines et dans la steppe, le blé tenait la place principale, avec sans doute la vigne comme appoint (Ǧebel Šbeit). Du point de vue social, le régime de petite exploitation et de petite propriété, qui définissait la condition paysanne, n'existait probablement pas partout dans la plaine et il est sûr que de grands domaines s'étaient constitués sur les confins orientaux.

RÔLES DU MARCHÉ ET DE LA DÉMOGRAPHIE COMME MOTEURS DE L’EXPANSION

  • 9 M. Rodinson : De l'archéologie à la sociologie historique, notes méthodologiques sur le dernier ouv (...)

9Un second point de divergence avec G. Tchalenko réside dans les conceptions que son explication de l'expansion économique du Massif calcaire implique quant aux rôles respectifs de la démographie et du marché. Pour G. Tchalenko, au fond, le marché est roi et c'est à lui que les « grands propriétaires » puis les « petits planteurs » de la montagne auraient adapté leur système de production en adoptant la monoculture de l'olivier : « de l'économie villageoise étaient donc exclus l'élevage et les cultures irriguées, et même en grande partie la culture des céréales. La seule ressource des villages de la montagne était la plantation sèche. Celle de l'olivier et, à un moindre degré, celle de la vigne ». C'est par voie de conséquence, et sans preuve factuelle, que l'importance supposée de la récolte d'huile du Massif calcaire l'a conduit à situer en Occident les marchés auxquels elle était destinée9 (M. Rodinson les rapproche en évoquant Constantinople et ses premiers développements).

  • 10 P. Petit : Libanius, p. 305 N 6.

10A cette théorie, car il s'agit d'une théorie qu'aucun fait précis ne vient étayer, on peut opposer des faits : la faible proportion de la céramique d'exportation et, parmi la céramique locale, celle de la céramique de transport ; ces faits sont certes d'interprétation incertaine car il est bien sûr que les paysans de Syrie du Nord ne connaissaient que le marché d'Antioche et, assurément, ils le connaissaient, seuls les grands négociants se chargeant d'organiser le transport au-delà des mers, en Italie ou à Constantinople. L'exportation de l'huile à partir d'Antioche est d'ailleurs certaine10. Mais le problème n'est pas là ; il est seulement de savoir si la quantité d'huile produite par le Massif calcaire était telle que seuls des marchés éloignés auraient pu l'absorber. Or c'est de quoi l'Analyse des ruines ne peut nous convaincre. L'oléiculture a connu un développement constant, qui s'accélère dès la seconde moitié du Ve siècle mais les marchés locaux étaient suffisants pour en absorber la plus grande partie. La Syrie du Nord contient, en effet, une des plus fortes concentrations de villes de l'Antiquité : Antioche, Séleucie, Laodicée, Apamée, Chalcis, Béroé, sans compter les agglomérations moins importantes qui, à partir du Ve siècle mais surtout à sa fin, se développent sur les confins orientaux. Ajoutons que l'huile du Massif calcaire était produite à partir d'oliviers de montagne : elle était de moins bonne qualité, ce n'était donc pas elle que l'on devait exporter. Le Massif calcaire dépendait davantage des marchés locaux que des marchés lointains.

  • 11 R. M. Harrisson: Nouvelles découvertes tardives et paléo-byzantines en Lycie, CRAI, 1979.

11Notre analyse des données archéologiques a montré que le départ et le moteur principal de l'expansion du Massif calcaire ne se trouvait pas dans le marché urbain, mais dans la démographie et dans ses relations avec l'économie. Cette expansion démographique de l'ensemble de la Syrie du Nord permet d'abord de comprendre pourquoi le Massif calcaire, naturellement aride, a été défriché et a pu supporter des densités maximales. La situation de cette région, à cet égard, est opposée à celle de la Lycie où, selon R. M. Harrisson11, la population des plaines se serait déplacée dans les montagnes. En Syrie du Nord, il ne s'agit pas d'un déplacement de population, mais d'un accroissement de celle-ci. Les montagnes et les confins du désert ont été gagnés à l'agriculture dès lors que les plaines connurent une surcharge démographique qui rendit possible les défrichements et conduisit à l'amenuisement de la taille des exploitations dans le contexte duquel s'inscrivent l'ouverture de l'économie du Massif calcaire sur le marché, le progrès des cultures arbustives et l'augmentation du nombre des grandes maisons. Les différences d'évolution entre chaînons résultent de la diversité des conditions dans lesquelles s'imposait cette nécessaire adaptation d'une démographie en hausse à des ressources naturelles limitées. Mais pourquoi cette hausse fut-elle relativement plus forte dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la que dans les autres chaînons ? C'est ce qu'il est impossible de savoir. Proximité plus grande d'Antioche et de son marché ? Ou, plutôt, incertitudes de notre part sur les causes des variations qui affectent les taux démographiques ?

Notes

1 E. Patlagean : Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance (IVème-VIIème siècles), Paris, 1977.

2 P. Petit : Le "Pro Templis" de Libanius, Byzantion 8, 1963, p. 23 para. 11.

3 P. Petit : Libanius et la vie municipale à Antioche, Paris, 1965, p. 148-49.

4 E. Patlagean : Ouvrage cité, note 5.

5 Ammien Marcellin XXVIII, 2, cité par E. Patlagean p. 298.

6 Théodoret de Cyr : Correspondance, 3 Vols,. Paris, 1955, 1964, 1965.

7 E. Patlagean : p. 271.

8 J. Braidwood : ouvrage cité. ICLS II et IV : On relève en effet un grand nombre d'inscriptions grecques de la période ive-vie siècle. Voir aussi Ammien Marcellin XXIII, XV.

9 M. Rodinson : De l'archéologie à la sociologie historique, notes méthodologiques sur le dernier ouvrage de G. Tchalenko, Syria, 1960.

10 P. Petit : Libanius, p. 305 N 6.

11 R. M. Harrisson: Nouvelles découvertes tardives et paléo-byzantines en Lycie, CRAI, 1979.

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540