Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Une seconde expansion (330-550)

III. Société

Texte intégral

  • 1 Pour cette partie, voir annexes 7 à 9 à paraître.

1Les maisons sont des unités économiques et sociales1. Comme unités sociales, elles représentent des groupes, familiaux ou autres, dont le nombre des membres varie mais sans que leur hiérarchie, à aucun moment, ne traduise celle des conditions. Étudier la société villageoise revient donc, après avoir établi la distribution géographique de ces groupes et leur évolution diachronique, à s'interroger sur les causes des différences.

TROIS GROUPES DE MAISONS : STABILITÉ DES MAISONS MOYENNES

2Considérées dans leur évolution, les maisons doivent être divisées en trois catégories, les maisons de 1 et 2 pièces, nous dirons les « petites maisons », les maisons de 3 pièces, c'est-à-dire les maisons moyennes et enfin les grandes maisons de 4 pièces et plus. C'est ce que révèle le tableau (tab. 47) où est représentée l'évolution des différentes maisons, pour chaque nombre de pièces, dans les chaînons Nord et dans le Ǧebel Zāwiye entre 380 et 550. Il montre que les maisons de 3 pièces connaissent une évolution distincte de celle des autres groupes, semblable parfois à celle des petites maisons, parfois à celle des grandes, tout en représentant invariablement, en nombre d'unités comme en nombre de pièces, une proportion de 1/5 à 1/4 du total. Ces maisons constituent, en somme, le centre de gravité de la société villageoise, sans doute parce qu'elles conviennent à plusieurs types de familles ou d'associations. Elles peuvent correspondre à des ménages multiples, naturels ou contractuels, fondés sur le pouvoir patriarcal ou sur une association de frères, à une frérèche ou encore, successivement, à ces différentes formules. Elles peuvent aussi bien correspondre à la forme la plus étendue de la famille étroite qu'à la formule la plus étroite des associations plus larges. Par delà cette souplesse, il se pourrait aussi qu'elles traduisent une donnée permanente de la société rurale de la Syrie du Nord, et relèvent ainsi de l'explication anthropologique, mais l'absence de textes ne permet pas d'en décider. En-deçà et au-delà de ce groupe, en tout cas, les petites et les grandes maisons varient dans l'espace et dans le temps, par le nombre aussi bien que par le poids démographique.

MAISONS MOYENNES (TROIS PIÈCES)

3Le Second tableau (tab. 48) en donne une illustration claire. Compte tenu de ce qui a été dit plus haut sur son manque d'homogénéité, nous laisserons de côté le Ǧebel Ḥalaqa. Partout ailleurs, les maisons moyennes sont une catégorie à peu près stable. Elles varient, en nombre entre 13 et 25 %, en poids démographique entre 19 et 28, mais se tiennent plutôt autour de 20 à 25. Elles évoluent tantôt comme les petites maisons (Ǧebel Zāwiye), tantôt comme les grandes (Ǧebel Bārīšā), tantôt, enfin, comme les grandes (Ǧebel Sim‘ān entre 380 et 480) puis comme les petites (de 480 à 550). Quant aux autres catégories, ce sont des groupes solides, aussi bien en nombre qu'en poids démographique, aucun d'eux ne descendant nulle part au-dessous de 25 % (seule exception, le Ǧebel il A‘la en 380). Elles connaissent des évolutions continues, toujours dans la même direction, durant près de deux siècles, mais le sens et le rythme des évolutions varient d'un chaînon à l'autre.

Tab. 47 - Évolution de la répartition des maisons par nombre de pièces entre 380 et 550.

PRÉDOMINANCE DES PETITES MAISONS (UNE ET DEUX PIÈCES) AU IVe SIÈCLE

4Pour les petites maisons (tab. 48), nous avons une situation de départ qui oppose les Ǧebels Bārīšā et il A‘la d'une part, les Ǧebels Sim‘ān et Zāwiye d'autre part. Dans les premiers, elles exercent une prédominance absolue avec respectivement, en nombre, 76,8 et 83,2 % du total, les maisons moyennes étant elles-mêmes réduites à leurs plus faibles proportions, avec 13,4 et 16,6 %. En poids démographique, elles représentent 55 et 71 %, les moyennes regroupant entre le 1/5 et un peu plus du quart des hommes. Les grandes maisons ne sont elles-mêmes que le quart du total dans le Ǧebel Bārīšā.

  • 2 La répartition des maisons, en 380, est obtenue pour les chaînons Nord à partir de la tranche 210-3 (...)

Tab. 48 - Bilan de l'évolution de la répartition des maisons2.

5Dans les Ǧebels Sim‘ān et Zāwiye, on relève aussi une prédominance, en nombre, des petites maisons, mais elle est moins forte et, au point de vue démographique, elle disparaît, cédant la place à un équilibre dans le Ǧebel Sim‘ān (38 % contre 37,2), et à une situation inverse dans le Ǧebel Zāwiye (34 % aux petites maisons, 46 aux grandes).

AUGMENTATION, EN NOMBRE ET EN POIDS DÉMOGRAPHIQUE, DES GRANDES MAISONS VERS 550

6A l'arrivée, vers 550, la situation a complètement changé. Le Ǧebel Sim‘ān a connu, entre-temps, une évolution opposée à celle des autres chaînons : changements d'amplitude réduite, mais qui vont dans le sens de l'accroissement en poids des petites maisons ; elles regroupent désormais 45 % des pièces, au lieu de 38 % en 330, tandis que les grandes accusent une baisse en passant de 37 à 32 %. Le Ǧebel Zāwiye ne s'apparente plus guère au Ǧebel Sim‘ān que par la lenteur de son évolution : c'est le groupe des grandes maisons qui finit en effet par l'emporter de manière absolue, regroupant à lui seul plus de 58 % des pièces, contre 24 % aux petites maisons, et le reste aux maisons moyennes. Les Ǧebels Bārīšā et il A‘la connaissent une évolution similaire, mais avec plus d'ampleur. Les grandes maisons représentaient peu de chose ou rien en 380 ; elles regroupent maintenant 42 % des pièces du Ǧebel Bārīšā, contre 33 % aux petites maisons et 55 % de celles du Ǧebel il A‘la contre 30,5 % aux petites maisons. Les maisons moyennes subissent le même sort que les petites maisons, en passant de 28,6 à 14 %.

PROBLÈMES D'INTERPRÉTATION

7Le rythme des évolutions aussi diffère d'un chaînon à l'autre. Les Ǧebels Sim‘ān et Bārīšā connaissent une évolution en sens inverse mais à peu près régulière. Dans le Ǧebel Zāwiye, les grandes maisons réalisent l'essentiel de leur poussée entre 380 et 480. Dans le Ǧebel il A‘la, au contraire, elles ne progressent guère dans ce laps de temps, mais elles se multiplient entre 480 et 550.

8Quelles sont les causes de ces différences, qu'il s'agisse du sens ou du rythme de l'évolution ? Comment expliquer l'augmentation du nombre et du poids des grandes maisons partout sauf dans le Ǧebel Sim‘ān ?

9Une première explication serait qu'elles sont mieux adaptées aux grands finages, et de fait, en 380, leur poids paraît varier de la même manière que la surface moyenne des terroirs. Dans les Ǧebels Zāwiye et Sim‘ān, où sont les plus grands finages, elles occupent une place importante ; il n'en reste pas moins qu'elles diminuent en nombre et en poids dans l'un et augmentent dans l'autre et atteignent la première place dans les deux chaînons, Ǧebels Bārīšā et il A‘la, dont les finages sont plus exigus.

10L'augmentation du nombre des grandes maisons serait en relation avec la croissance du nombre de pièces, autrement dit, avec la croissance démographique. Si l'on considère celle-ci en chiffres absolus, cette proposition est fausse, puisque le Ǧebel Sim‘ān connaît une croissance continue alors que les grandes maisons déclinent. Quant au Ǧebel il A‘la, sa croissance est faible en valeur absolue, particulièrement entre 480 et 550, alors que la proportion des grandes maisons est multipliée par 5. Si l'on envisage les croissances relatives, c'est un fait que les plus fortes se rencontrent dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la, mais dans cet ordre, avec respectivement une multiplication par 7,46 et 7,2 du nombre de pièces par rapport à 330, alors que l'augmentation du nombre et surtout du poids démographique des grandes maisons est beaucoup plus forte et, surtout, se manifeste plus subitement dans le Ǧebel il A‘la. Ajoutons que ce dernier connaît une croissance relative optimale entre 330 et 480, avec une multiplication par 4,7 du nombre de pièces, mais plus faible après 480 (multiplication par 1,5). Si donc l'augmentation du nombre des grandes maisons a quelque relation avec la croissance démographique, ce ne peut être par un lien direct. Serait-ce la densité démographique et non plus la croissance qui expliquerait la prolifération des grandes maisons ? Cette hypothèse est à écarter car elles sont les plus nombreuses là où la densité est la plus faible, dans le Ǧebel Zāwiye, et là où elle est la plus forte, dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la.

11Le développement de la culture de l'olivier serait la raison fondamentale du développement des grandes maisons : comme c'est une culture « peuplante », seules les grandes maisons disposaient d'une main-d'œuvre assez nombreuse. Cette proposition contient sûrement une partie de la vérité, puisqu'en effet l'oléiculture a fortement progressé dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la et dans certains secteurs du Ǧebel Zāwiye. Explication insuffisante elle aussi, cependant, puisque l'économie du Ǧebel Zāwiye ne paraît pas avoir reposé, essentiellement, sur l'oléiculture. Tout en marquant un progrès, elle demeure incomplète.

PROGRESSION DES GRANDES MAISONS ET OUVERTURE DE L'ÉCONOMIE

12C'est par la conjoncture que l'on explique le mieux le changement. Rappelons que le Massif calcaire a connu, en deux siècles, deux changements économiques importants, l'un quantitatif, sous la forme d'une prise de possession de toutes les terres des finages, par défrichements et épierrements, l'autre qualitatif, par l'ouverture croissante de l'économie villageoise au marché, en produisant en partie pour la vente, en tout cas pour se procurer du numéraire, grâce aux surplus qu'il était devenu possible de réaliser. Ces deux changements ont été successifs dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la ; ils furent concomitants dans le Ǧebel Zāwiye et se produisirent à partir de la fin du IVe siècle, pour s'interrompre progressivement dès 500, alors que le défrichement des terroirs avait été bien avancé, sur la bordure orientale, dans la période précédente. Dans le Ǧebel Sim‘ān, le second changement s'est à peine produit : le nombre des pièces, en 550, représente 1,08 fois celui de 480, ce qui signifie que la croissance due à l'ouverture sur le marché qu'exprime l'adoption de l'appareil orthogonal simple dans les bâtiments, est pratiquement nulle. Les grandes maisons connaissent un accroissement de leur nombre particulièrement important aux époques où se produit la transformation « qualitative » de l'économie, soit lentement, comme dans le Ǧebel Bārīšā, soit brutalement et tardivement, comme dans le Ǧebel il A‘la, grâce à la prolifération des oliveraies, soit précocement et lentement, dès la fin du IVe siècle et tout au long du Ve siècle, comme dans le Ǧebel Zāwiye, par la pratique combinée de l'oléiculture, de la viticulture et de la culture des arbres fruitiers. C'est dans le cadre de cette intensification réalisée par des moyens différents que les grandes maisons se sont multipliées.

13Mais pourquoi ? Deux types d'explications peuvent être invoquées. La première serait que la grande propriété, et elle seule, aurait été à même de mettre en œuvre les moyens exigés par la création ou le développement d'une oliveraie et de faire face aux nécessités de la commercialisation. Notons que cette théorie est singulière car elle postule le développement de la grande propriété ou, du moins, d'une propriété plus grande, alors que les parcelles se rétrécissent, l'exploitation de chacun se réduisant aux dimensions d'un véritable microfundium, particulièrement dans les Ǧebels il A‘la et Bārīšā, où les grandes maisons ont connu un développement spectaculaire et récent. Elle devient admissible si l'on suppose qu'en s'approfondissant sous l'effet de la concurrence, les inégalités se sont accrues et ont abouti à une division de la société villageoise en deux groupes, celui des grands propriétaires, accapareurs et rassembleurs de terres, et celui des propriétaires des petites maisons, réduits à louer leur travail aux grandes maisons. C'est ce schéma que G. Tchalenko recommande implicitement en montrant l'existence, à Beḥyō, de deux quartiers, celui des propriétaires dont les maisons sont disposées en arc de cercle à l'entour du quartier ouvrier qui se serait développé au centre du village.

14Si cette conception était exacte, on devrait constater deux phénomènes. En premier lieu, une division des maisons en deux catégories : les plus grandes s'agrandiraient tandis que les autres stagneraient et, en second lieu, l'accentuation de ce phénomène dans les chaînons où le développement des grandes maisons s'affirme avec la plus grande force. Or, on constate exactement le contraire. On construit et on agrandit des maisons de toutes dimensions (tab. 49). Pour prendre la mesure du phénomène, considérons, tranche par tranche, Ǧebel par Ǧebel, d'une part la proportion représentée par les pièces de grandes maisons parmi celles que l'on construit et, d'autre part celle des pièces de maisons nouvelles et de celles rajoutées à des maisons antérieures. Le tableau 50 montre clairement que la part croissante des grandes maisons n'empêche pas la construction de maisons petites et moyennes, même dans le Ǧebel Zāwiye. Quant au tableau 51, il révèle que la proportion des pièces rajoutées à d'anciennes maisons s'accroît. Il est clair que la prolifération des grandes maisons ne correspond pas à la victoire d'un groupe sur un autre, mais révèle l'adoption d'une formule nouvelle : les maisons qui ont les meilleures chances sont les grandes maisons ; on en construit de grandes, tout en agrandissant les plus petites. Il s'agit d'autant moins de l'émergence de grandes propriétés que les parcelles n'ont jamais été aussi petites ; plutôt que de grands propriétaires, il s'agit de véritables jardiniers. La grande maison paraît avoir été la réponse économique et sociale la mieux adaptée, mais non la seule, à l'inévitable amenuisement des parcelles et à la nécessaire intensification des cultures, en vue de réaliser des surplus, dont une partie au moins était destinée à la vente. Seule la grande maison permettait de résoudre le problème de la main-d'œuvre. C'est parce que la constitution de grandes propriétés et le recours régulier à une main-d'œuvre salariée était impossible ou trop onéreuse que la grande maison s'est imposée ; elle représente une forme d'association imposée par les circonstances économiques.

Tab. 49 – Répartition chronologique des pièces construites des nouvelles maisons et des maisons agrandies

Tab. 50 - Évolution de la répartition des maisons par nombre de pièces entre 380, 480 et 550.

Tab. 51 - Nombres respectifs des petites maisons (1-2 pièces) et des grandes (3 pièces et plus) entièrement construites entre 410 et 480 pour les chaînons Nord, entre 410 et 550 dans le Ǧebel Zāwiye.

Notes

1 Pour cette partie, voir annexes 7 à 9 à paraître.

2 La répartition des maisons, en 380, est obtenue pour les chaînons Nord à partir de la tranche 210-380 seule, mais nous avons vu qu'elle était à peu près similaire en pourcentage et pour chaque date à celle de la tranche 210-480.

Table des illustrations

Légende Tab. 47 - Évolution de la répartition des maisons par nombre de pièces entre 380 et 550.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Tab. 48 - Bilan de l'évolution de la répartition des maisons2.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Tab. 49 – Répartition chronologique des pièces construites des nouvelles maisons et des maisons agrandies
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Tab. 50 - Évolution de la répartition des maisons par nombre de pièces entre 380, 480 et 550.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4378/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Tab. 51 - Nombres respectifs des petites maisons (1-2 pièces) et des grandes (3 pièces et plus) entièrement construites entre 410 et 480 pour les chaînons Nord, entre 410 et 550 dans le Ǧebel Zāwiye.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4378/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search