Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Une seconde expansion (330-550)

II. Économie

Texte intégral

1Accroissement de la densité démographique, c'est-à-dire, en termes d'économie, réduction de la taille moyenne de l'exploitation. De cette réduction, il convient de prendre la mesure, avant d'examiner ses implications.

A - DE LA PETITE EXPLOITATION AU MICROFUNDIUM : LA POUSSÉE DES DÉFRICHEMENTS

2Pour chaque chaînon, sauf le Ǧebel Ḥalaqa, nous prendrons en considération les dimensions moyennes des finages et le nombre moyen de pièces par village (tab. 44). Le quotient du premier par le second donne la quantité de terre dont disposait théoriquement chaque pièce, c'est-à-dire non pas l'exploitation attachée par hypothèse à chaque pièce, mais l'exploitation augmentée d'une certaine quantité de terres incultes, car nous pouvons connaître l'étendue des finages, mais non celle des terroirs (tab. 45).

Tab. 44 – Nombre moyen d’hectares par pièce dans chaque Ǧebel en 330 et 550

3Pour vérifier l'exactitude de ces chiffres, nous avons choisi cinq villages répartis dans les trois zones étudiées, dont on peut hypothétiquement reconstituer les limites de finages, d'après les indications données sur leur tracé par les bornes cadastrales de la Tétrarchie. La tâche est possible, avec approximation, dans les Ǧebels Sim‘ān et Bārīšā, dont le relief est morcelé par des wadis, elle est plus aléatoire dans le Ǧebel Zāwiye. Nous avons choisi, pour des raisons pratiques, Sinḫār dans le Ǧebel Sim‘ān, Dēḥes et Bāšakūḥ dans le Ǧebel Bārīšā, et Šinšarāḥ et Rbei‘a dans le Ǧebel Zāwiye.

Tab. 45 - Nombre moyen d'hectares par pièce en 330 et 550 dans 5 villages.

  • 1 Par microfundium nous entendons une toute petite exploitation, de deux à cinq hectares, selon la te (...)

4Rbei‘a mis à part, les chiffres obtenus pour ces cinq villages confirment les ordres de grandeur tirés du quotient des moyennes, bien qu'ils n'aient, comme eux, qu'une valeur indicative. Les seconds confirment également, pour 330, nos remarques sur la croissance différentielle des villages. Or, si l'on observe que de nombreuses maisons ne comptaient qu'une pièce, ces chiffres indiquent en fait la taille moyenne de l'exploitation et il est clair, quel qu'ait été le rendement économique, que l'on est passé d'un régime de petite exploitation à une situation de microfundium1, et cela, dans l'ensemble du Massif calcaire mais, plus qu'ailleurs, dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la. Réduction de la taille de l'exploitation d'autant plus importante que nous avons pris pour base de calcul les finages, c'est-à-dire terroirs et terres non cultivées. Cette évolution ne peut s'expliquer en dehors d'un mouvement continu et maximal des défrichements, c'est-à-dire, en l'occurrence, de l'épierrement. De l'intensité de cet effort, nous avons des témoins archéologiques d'une extraordinaire densité dans les zones où ils n’ont pas encore été détruits, particulièrement dans les environs de Dēḥes, de Bānqūsā et de Kaukanāyā.

5Contrairement à ce que l'on aurait pu supposer, cette réduction de la taille moyenne des exploitations n'a pas entraîné une paupérisation. Elle a été, au contraire, accompagnée d'un enrichissement de la plupart des maisons et c'est cet enrichissement qui paraît caractériser notre période.

B - UN PROGRÈS ÉCONOMIQUE DE TYPE QUALITATIF

6Nous avons vu qu'un changement important intervenait dans l'appareil des murs des maisons entre le IVe et le VIe siècle. Ce changement consiste, partout, dans la substitution de l'appareil orthogonal simple à l'appareil à double parement. Il diffère quant à sa chronologie et à ses modalités. Progressif dans les chaînons Nord, il s'opère plus brutalement et plus tôt dans le Ǧebel Zāwiye : l'appareil orthogonal simple y apparaît, dans l'architecture domestique, dès le milieu du IVe siècle et offre à partir de 380-390, une qualité d'exécution et une régularité qu'il a conservées jusqu'au milieu du VIe siècle. Ce changement dans les techniques de construction traduit la multiplication des équipes de constructeurs professionnels de compétence plus affirmée et il est frappant qu'il se produit partout, même si la chronologie en est décalée entre les chaînons Nord et le Ǧebel Zāwiye. Le progrès des compétences qu'il suppose dans le domaine de la construction ne peut s'expliquer en dehors d'une spécialisation accrue. Le changement relevé plus haut à propos de toutes les activités non agricoles des villages s'accentue dans le courant du Ve siècle et il est achevé au VIe siècle. Partout, dans le Massif calcaire, il existe des équipes nombreuses de maçons de qualification technique similaire, qu'il s'agisse de construire des églises ou des maisons. Même constatation à propos du développement du décor sculpté dans les églises et dans les maisons. Dans l'architecture domestique, il devient plus abondant, plus varié, plus finement exécuté, particulièrement à partir de la seconde moitié du Ve siècle. Il est plus répétitif mais, aussi, plus abondant dans le Ǧebel Zāwiye, ce qui prouve l'existence d'un grand nombre d'équipes de techniciens, tous formés à l'exécution des mêmes thèmes. Il est plus varié et moins abondant dans l'architecture domestique des chaînons Nord, mais c'est le contraire pour les églises. Le phénomène traduit est le même : des équipes spécialisées plus compétentes et plus nombreuses, ce qui indique une plus grande diversité des activités économiques des villages.

7De ce fait, les maisons sont plus coûteuses. Leur construction a toujours été une affaire de professionnels. Dorénavant, la main-d'œuvre familiale a perdu son utilité, même comme appoint ; il faut recourir à des spécialistes et disposer d'un outillage spécialisé, engins de levage, échafaudages, et par conséquent de bois, et surtout d'un savoir-faire de spécialistes pour la taille de la pierre et l'exécution du décor. D'un autre côté, les bâtiments sont plus spacieux, les pièces plus vastes. Il ne suffit plus de combiner salaires et appoint de main-d’œuvre, il faut verser de véritables salaires en argent ou mixtes, en numéraire et en nature, comme l'indique la célèbre inscription de Ḫerbet Ḥasan.

8Ainsi, un changement s'est progressivement opéré dans l'économie domestique comme dans l'économie générale. Dans l'économie domestique, la construction de telles maisons et de tels bâtiments suppose une forte augmentation des surplus, transformés en numéraire ou utilisés comme tels. Dans l'économie générale, ce progrès implique une ouverture nouvelle de l'économie villageoise sur le marché.

9Or, ces deux changements, densification démographique et réduction de l'exploitation moyenne d'une part, enrichissement et évolution vers une économie plus ouverte d'autre part, ne se sont produits ni en même temps ni avec la même intensité partout. Il convient de s'interroger pour chaque chaînon, sur les relations entre les deux faits et sur les changements intervenus dans la place respective des différentes activités économiques.

C - EXPANSION ECONOMIQUE ET ACTIVITES ECONOMIQUES

10A quelles activités économiques faut-il attribuer le rôle principal dans l'expansion ? Les mêmes se retrouvent sans doute partout dans l'ensemble du Massif calcaire, mais avec des différences régionales marquées. Relève-t-on aussi des changements diachroniques ?

CONTRASTES ENTRE LES CHAÎNONS NORD ET LE ǦEBEL ZÀWIYE

11Si l'on considère la chronologie des deux changements, qualitatif et quantitatif, les chaînons Nord et le Ǧebel Zāwiye s'opposent. Les premiers ont connu une densité démographique croissante, avec ses implications sur la taille moyenne des exploitations, puis, à partir de 450 et surtout de 480, un changement économique qualitatif que traduit l'emploi exclusif de l'appareil orthogonal simple dans l'architecture domestique. Le Ǧebel Zāwiye, par contre, a subi en même temps dès la fin du IVe siècle, les deux changements, le premier étant moins marqué que le second.

12Or, du point de vue économique aussi, l'ensemble du Massif calcaire doit être divisé en deux zones. Dans les chaînons Nord, la culture de l'olivier et l'élevage tenaient la première place tandis que, dans le Ǧebel Zāwiye, les preuves manquent pour l'affirmer et nous avons fait l'hypothèse qu'à côté de ces deux activités on pratiquait aussi, sur une vaste échelle, la culture des arbres fruitiers et probablement la céréaliculture.

CONCOMITANCE DES CHANGEMENTS QUANTITATIFS ET QUALITATIFS DANS LE ǦEBEL ZĀWIYE

13Nous sommes donc conduits à l'hypothèse que les villages du Ǧebel Zāwiye ont connu' très tôt, la sollicitation du marché, d'où la place croissante des arbres fruitiers, de la vigne et, sûrement, de l'olivier et de la fabrication de l'huile : les pressoirs deviennent plus nombreux dans le courant du Ve siècle et ces pressoirs sont grands, ce qui indique une production orientée vers la vente, quel qu'ait été leur statut, propriété collective de la kômè ou plutôt, comme il en existe des indices, de paysans particulièrement entreprenants. Il est frappant que ces pressoirs sont très nombreux à El Bāra et à Muğleyya, dont l'essor paraît avoir été récent et où, en tout cas, la croissance des Ve et VIe siècles a été considérable en chiffres absolus. Dans les chaînons Nord, au contraire, les deux changements ont été successifs. Le premier, la densification, s'échelonne entre 330 et 550, tandis que le second n'apparaît que vers 450 et se développe surtout à partir de 480.

DANS LES CHAÎNONS NORD DES CHANGEMENTS SUCCESSIFS MAIS POUSSÉS PLUS LOIN

14De ces deux changements, le premier a été poussé plus loin dans les chaînons Nord que dans le Ǧebel Zāwiye. La superficie de terre par pièce passe respectivement à 3.1. 2,15 et 2,8 ha dans les Ǧebels Sim‘ān, Bārīšā et il A‘la mais à 3,9 ha dans le Ǧebel Zāwiye, ce dernier chiffre étant peut-être inférieur à la réalité. Quant au second, il s'affirme aussi avec une plus grande force après 480, la proportion des pièces construites (tab. 46) à partir de cette date étant plus élevée dans ces trois chaînons que dans le Ǧebel Zāwiye, mais il est vrai que, dans ce dernier, le changement avait été amorcé un siècle plus tôt.

Tab. 46 - La croissance entre 480 et 550 dans chaque Ǧebel.

15Ce contraste est étonnant si l'on songe que les terroirs des chaînons nord sont moins étendus et plus difficiles à défricher que ceux du Ǧebel Zāwiye. Il s'explique peut-être par la proximité d'Antioche et de son marché ainsi que des établissements de la plaine, comme le suggère l'importance de la culture de l'olivier et de la fabrication de l'huile.

LA CAUSE DES DISPARITÉS : LE RÔLE DE L'OLÉICULTURE ET DE LA FABRICATION DE L'HUILE

16C'est par le rôle différent de l'huile que peuvent s'expliquer aussi les disparités entre le Ǧebel Sim‘ān d'une Part, les Ǧebels Bārīšā et il A‘la d'autre part. La place relative des auges, entendons de l'élevage, est plus grande dans le Ǧebel Sim‘ān (5,4 pièces pour une auge, contre respectivement 8,2 et 8,1) que dans les Ǧebels Bārišā et il A‘la ; mais c'est l'inverse pour les pressoirs (27 pièces par pressoir dans le Ǧebel Sim‘ān contre respectivement 11,4 et 6,1 dans les deux autres). Or, ces pressoirs sont en très grand nombre, peut-être en majorité, postérieurs à 480. C'est assurément le cas de 24 d'entre eux (sur 102), dans le Ǧebel Bārišā et de 5 (sur 55) dans le Ǧebel il A‘la, si l'on se fie à l'appareil des murs pour les dater. C'est aussi le cas de beaucoup d'autres situés à la périphérie des villages, au-delà des bâtiments les plus récents. Les villages où les pressoirs sont les plus nombreux sont précisément ceux dont la croissance est la plus forte entre 480 et 550.

1 - Le Ǧebel Sim‘ān

17Dans le Ǧebel Sim‘ān, le taux de croissance moyen s'établit à 8,5 % entre 480 et 550 et le nombre moyen de pièces par pressoir est de 21,5 en 550. Cinq villages ont un nombre de pressoirs supérieur à la moyenne : Kafr Nābū, Surqanīyā, Refāde, Bātūtā et Sinḫār. Or trois d'entre eux figurent parmi ceux dont l'accroissement est le plus fort : Surqanīyā, Refāde et Bātūtā, avec des croissances respectives de 34 % et 37,8 %. La situation de Kafr Nābū est particulière : son développement, et aussi ses pressoirs, sont antérieurs. Quant à Sinḫār, son taux de croissance est supérieur à la moyenne, 18,2 au lieu de 8,5. Mais, il convient aussi, pour apprécier les faits, de considérer les accroissements absolus, surtout quand il s'agit de grands villages comme Sinḫār ; ce village gagne 11 pièces entre 480 et 550. Tous les exemples concordent donc, mis à part Kafr Nābū pour des raisons particulières.

18Mais l'inverse est-il vrai ? Tous les villages ayant connu une forte croissance entre 480 et 550 le doivent-ils au développement de l'oléiculture ? Deux autres villages du Ǧebel Sim‘ān, Kalōta et Fidre ont des taux de croissance respectifs supérieurs à la moyenne : 19 et 15 %. Nous n'y avons pourtant trouvé aucun pressoir ; compte tenu de l'état des lieux, et particulièrement de l'abondance des terres, l'observation de surface n'est pas décisive et il se pourrait qu'il y en ait eu plusieurs. Toutefois, deux autres possibilités sont à envisager. Ou bien l'élevage avait une importance exceptionnelle : 21 et 26 pièces respectivement étaient pourvues d'auges, ce qui, compte tenu du nombre total des pièces, est supérieur à la moyenne mais ne permet pas d'expliquer une croissance aussi forte ; ou bien ils auraient disposé de territoires plus vastes, mais tel n'est pas le cas, car, en 550, le nombre d'hectares par pièce est inférieur à la moyenne générale. Il faut donc que ces villages aient connu une agriculture aussi intensive, aussi « peuplante » que l'oléiculture, mais différente : arbres fruitiers, ou vin. La solution se dérobe.

2 - Le Ǧebel Bārīšā

19L'étude des villages du Ǧebel Bārīšā mène à la même conclusion. Le taux d'accroissement moyen est de 23,6 %, entre 480 et 550, et le nombre de pièces par pressoir est en moyenne de 11,5 (contre 21,5 dans le Ǧebel Sim‘ān). Sept villages ont un nombre de pressoirs par pièce supérieur à la moyenne et quatre se signalent par des taux de croissance très élevés : Ḫerbet el Ḫatib (33 %), Bābuṭṭā (29 %), Bāmuqqa (60 %) et Bāšakūḥ (34 %). Deux autres, Darqītā et Dēḥes, ont des taux de croissance plus faibles (17,8 et 15,9), mais, ici, les pourcentages sont trompeurs car ce sont les deux villages les plus peuplés du Ǧebel Bārīšā et leur accroissement en valeur absolue demeure très fort avec respectivement 20 et 25 pièces. Même explication pour Bā‘ūde qui s'accroît de 12 pièces entre 480 et 550. En sens contraire, quatre villages connaissent un taux de croissance supérieur à la moyenne, mais avec un nombre de pressoirs inférieur à celle-ci : Bābisqā (61,5 %), Bāqirḥā (34,1 %), Nūrīye (50 %) et Išrūq (35 %). En fait Bābisqā et Bāqirḥā ont plus de pressoirs que les villages du Ǧebel Sim‘ān que nous avons vus (17,5 et 14,25 pièces pour un pressoir), ils ne constituent donc pas une anomalie. Pour Nūrīye et Išrūq, qui sont de simples hameaux, nous n'avons pas d'explication.

3 - Le Ǧebel il A‘la

20La relation entre progrès de l'oléiculture et croissance des villages se marque avec plus de netteté dans le Ǧebel il A‘la. C'est là que la croissance est la plus forte : 56,6 %, sans tenir compte de Ma‘ṣarte qui est un cas à part, soit deux fois plus que celle du Ǧebel Bārīšā, avec 6,1 pièces par pressoir, c'est-à-dire aussi presque le double. Les quatre villages qui connaissent la plus forte croissance, Bettir, Kfeir, Qirqbīze et Beḥyō (95 %, 41,1 %, 50 %, 61,2 %) sont aussi ceux qui comptent le plus de pressoirs (14,3 ; 12 ; 6,3 et 2,1).

  • 2 « Livre-de Droit Syrien ». Cité par Deleage : La capitation du Bas-Empire, Nancy, 1945.

21La conclusion s'impose : c'est le développement de l'oléiculture et de la fabrication de l'huile qui explique la forte croissance des années 480-550 et la réduction de la taille moyenne des exploitations à ce qui était sans doute, dans le Ǧebel il A‘la, un minimum absolu. L'olivier, rappelons-le, est une culture peuplante. Dans l'Antiquité, il procurait des profits très élevés puisque l'huile était utilisée pour la cuisine, l'éclairage et les parfums. Selon le « Livre de Droit Syrien », une parcelle plantée d'oliviers est deux fois plus imposée qu'une parcelle de vigne et 16 à 24 fois plus, selon la qualité de la terre, qu'une parcelle de terre arable de même surface2 Le rôle de l'oléiculture toutefois, n'est pas exclusif. Non seulement il ne s'agit pas d'une monoculture, mais encore d'autres activités agricoles ont joué le même rôle dans la croissance des années 480-550. On songe évidemment à la vigne, aux arbres fruitiers et aux légumes bien que les preuves formelles manquent. L'évolution du Massif calcaire, au dernier stade de son expansion, n'est pas marquée essentiellement par les progrès de l'agriculture, mais plutôt par une adaptation croissante à l'économie de marché. L'oléiculture et la fabrication de l'huile sont les moyens les plus sûrs, mais non les seuls, pour y parvenir.

Notes

1 Par microfundium nous entendons une toute petite exploitation, de deux à cinq hectares, selon la terminologie adoptée par R. Livet : Habitat rural et structures agraires en Basse-Provence, Aix-en-Provence, 1962.

2 « Livre-de Droit Syrien ». Cité par Deleage : La capitation du Bas-Empire, Nancy, 1945.

Table des illustrations

Légende Tab. 44 – Nombre moyen d’hectares par pièce dans chaque Ǧebel en 330 et 550
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Tab. 45 - Nombre moyen d'hectares par pièce en 330 et 550 dans 5 villages.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Tab. 46 - La croissance entre 480 et 550 dans chaque Ǧebel.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540