Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Une seconde expansion (330-550)

I. Paysages ruraux et croissance démographique

Texte intégral

1Croissance démographique, autrement dit, du point de vue des paysages ruraux, densification de la population, laquelle se traduit à son tour par deux phénomènes : développement de villages dans des secteurs auparavant vides ou faiblement occupés, et croissance inégale de tous les villages, entraînant entre eux une nouvelle hiérarchie quant à leurs populations respectives.

A - RÉGULARISATION DE L'OCCUPATION DU SOL DANS LES ǦEBELS ḤALAQA ET ZĀWIYE

ESSOR DÉMOGRAPHIQUE ET DIMENSIONS DES VILLAGES

2L'essor démographique paraît avoir entraîné une occupation plus régulière du Sol dans le Ǧebel Ḥalaqa (graphe 15), et Surtout dans le Ǧebel Zāwiye. Nous avons relevé que le Ǧebel Ḥalaqa ne constituait pas une « région » au même titre que les autres chaînons. Dessinant un anneau autour de la plaine de Dānā, il ne forme pas une zone homogène et ses villages se rattachent davantage, du point de vue économique et social, à la plaine de Dānā toute proche, dont aucun accident majeur ne sépare aucun d'eux. Pour la démographie, il participe cependant de l'évolution qui caractérise l'ensemble du Massif calcaire et même, sans doute, de la Syrie du Nord. C'est ainsi qu'en dépit des vastes terroirs que l'on trouve dans les deux vallées largement évasées qui bordent le promontoire qu'il occupe, le village de Deir‘amān (fig. 284) n'était, en 330, qu'un hameau de quelques pauvres maisons, presque toutes détruites. Au-delà, sa croissance est au contraire une des plus fortes du Massif calcaire, le nombre des pièces étant multiplié par 21, à moins que le nombre des pièces antérieures disparues ait été sous-évalué, ce qui obligerait à réduire ce chiffre. Quoi qu'il en soit, nous avons là l'illustration de l'opposition relevée plus haut entre l'évolution de Deir‘amān, qui est sans doute exceptionnelle, soit à cause de la disparition d'un grand nombre de pièces antérieures au IVe siècle, soit à cause d'une mise en valeur tardive de son finage, et celle de Serğible et de Kfellūsīn qui est proche, par ses taux de croissance, des villages du Ǧebel Bārīšā. Dans le Ǧebel Zāwiye (graphe 16), le changement est plus remarquable encore. Entre 210 et 330, les villages se répartissaient, en deux groupes géographiques opposés. L'un, comprenant les villages de Ruweiḥa, Ǧerāde, Šinšarāḥ et Rbei‘a, regroupait la quasi-totalité des pièces (91 % en 330) alors que l'on ne trouvait dans l'autre que des hameaux ou des écarts, malgré une plus grande quantité de terres arables et une situation plus favorable par rapport aux voies de circulation, puisqu'il s'agit de la large vallée, occupée par un canyon central, qui prend en écharpe le Ǧebel Zāwiye, entre Erīḥa et Ma‘arret en No‘mān. En 550, le premier groupe ne représente plus que 61 % des pièces, le second 39 %, compte tenu d'El Bāra, ce qui revient à dire qu'une égalité approximative s'est établie. Ce qu'il convient d'expliquer, ce n'est pas tant la situation nouvelle que l'ancienne : pourquoi la région située au sud et au sud-est d'El Bāra était-elle quasiment vide alors que les hauteurs, non loin de là, étaient occupées par des établissements développés ? Phénomène d'autant plus surprenant que, de nos jours, on constate l'inverse : Ruweiḥa et Ǧerāde sont peuplés de quelques familles pauvres ; Šinšarāḥ et Rbei‘a sont déserts la majeure partie de l'année, tandis qu'après avoir franchi le col séparant Deir Sunbul de la vallée où s'étalent El Bāra et Muğleyya, on débouche sur un vaste verger, avec une occupation dense et une opulence paysanne manifeste. Même témoignage sur la région d'El Bāra, au moment de l'arrivée des Arabes au VIIe siècle et, encore plus tard, à l'époque des Croisades. Le découpage du territoire en provinces ou même en cités n'est pas en cause puisque Šinšarāḥ et Rbei‘a sont en Apamène, tout comme El Bāra, Muğleyya et Serğilla. Faut-il invoquer l'existence de statuts différents pour chacun de ces territoires, comme le manifesterait la diversité structurale du parcellaire dans la région d'El Bāra ? Ou bien faut-il penser, au contraire, que cette région était déjà très peuplée en 300, mais que l'essor des IVe-VIe siècle, par son exceptionnelle puissance, en a recouvert ou effacé tous les vestiges ? C'est ce qu'il n'est pas possible de décider et il n'est pas sûr que des fouilles, même étendues, permettraient de résoudre le problème. L'important pour notre propos, toutefois, c'est que, dans son ensemble, cette région du Ǧebel Zāwiye connaît désormais une occupation du sol dense et régulière.

Fig. 284 - Vue aérienne de Deir‘amān.

B - ESSOR INÉGAL DES VILLAGES DES AUTRES CHAÎNONS

3En dehors de ces zones, là où l'occupation du sol est déjà régulière vers 330, l'essor démographique est inégal dans les différents villages, à quelque chaînon qu'ils appartiennent.

41) Dans le Ǧebel Sim‘ān (graphe 15), l'accroissement général a été évalué à 3,1. Les villages se rangent en deux catégories, selon que l'accroissement est inférieur ou supérieur à cette moyenne. Comment expliquer ce partage ? La croissance de Šeiḫ Sleimān, Mšabbak, Kafr Nābū et Bāzīher est inférieure à la moyenne. On remarquera qu'en 330 les trois premiers venaient en tête du classement des villages par nombre des pièces. Quant à Bāzīher, c'était un « domaine » ; son statut peut avoir été cause de stagnation. Les autres ont connu un accroissement de 4,3 à 7,7 fois le nombre de leurs pièces en 330. La croissance de Refāde, Sinḫār et Ḫarāb Šams, s'explique manifestement par les dimensions des terroirs disponibles. Déjà importants en 300, ils se trouvent, l'un sur le plateau assez étendu à l'ouest en direction de Fidre et au nord vers Deir Sim‘ān, tandis que le second, situé à la tête d'une vallée aux flancs évasés, pouvait aussi mettre en culture le Ǧebel Rās el Karm jusqu'au Wādi Kammour, qui le sépare de Šeiḫ Sleimān, et le Ǧebel Chatayeh, au nord-est, qui est séparé de Bānastūr par un autre wadi. Même constatation à propos de Ḫarāb Šams. Les villages connaissant un fort accroissement sont ceux qui avaient de la place, n'étant gênés ni par la topographie ni par des installations voisines, et qui n'ont pas connu de développement plus tôt. On serait tenté de dire que jusqu'en 330, la place ne manquant pas, les emplacements des villages ont été déterminés en partie par le hasard, mais que, lorsque la croissance a rendu son prix à l'espace, les conditions géographiques ont pris leur revanche. D'ailleurs, les villages cités n'ont pas dépassé le nombre de pièces des villages les plus grands, Šeiḫ Sleimān et Kafr Nābū : une limite avait été atteinte. Quant à tous les autres, qui étaient encore des hameaux en 330, ils ont connu une forte croissance, mais sans changer sensiblement de rang dans la hiérarchie, faute d'avoir disposé de finages étendus.

Graphe 15 - Répartition des maisons des chaînons Nord selon leur nombre de pièces vers 380 et vers 550.

Graphe 16 - Répartition des maisons du Ǧebel Zāwiye selon leur nombre de pièces vers 380 et vers 550.

5Nous avons jusqu'à présent laissé de côté Kalōta, qui atteint le taux de croissance le plus fort du Ǧebel Sim‘ān, le nombre de ses pièces étant multiplié par 12. C'est, en fait, un cas aberrant, que nous ne pouvons expliquer en dehors de la disparition d'états antérieurs d'autant plus probables que le village est proche d'un haut-lieu dont il dépendait probablement. Nous le rangerions volontiers dans la même catégorie que Ḫerbet Šeiḫ Bārakāt et surtout Kafr Nābū, vastes villages voués à une sorte d'immobilisme comme le premier, ou à un nouvel essor, dans des conditions nouvelles, comme le second.

62) Ce qui vient d'être dit sur la croissance des villages du Ǧebel Sim‘ān est valable pour le Ǧebel Bārīšā (graphe 15). D'après leur taux de croissance, ils se répartissent aussi en deux catégories, ceux qui se sont accrus moins que l'ensemble du Ǧebel (7,46 fois) et ceux qui ont connu une croissance plus forte. Parmi les premiers, on compte les villages qui avaient déjà mis en culture une partie importante de leur finage (Ksēğbe et Darqītā) et ceux qui n'ont pu s'accroître faute de place (Nūrīye et Ḫerbet el Haṭīb). Au nombre des seconds, des écarts devenus des villages (Bābuṭṭā, Ma‘aramāyā, Išrūq, plus de 20 fois), des hameaux ayant pu élargir leurs terroirs (Bāšakūḥ, Bāmuqqa et Bānaqfūr, plus de 10 fois), un hameau ayant su conquérir des terroirs rendus difficiles par la pente (Bāqirḥā 21,6 fois) et enfin des villages déjà grands mais pourvus, du fait de leur situation au milieu de plateaux relativement vastes, de finages assez grands (Dēḥes, Bābisqā et Bā‘ūde). Un cas inclassable, Ḫerbet Ḥadīye qui, peut-être, dépendait de Burg Bāqirḥā et a dû être abandonné au profit du village très proche de Bāšmišle. Deux autres écarts ont été abandonnés, Ḫerbet el Qas, au sud de Bāšmišle, et Ard el Rās, le premier purement et simplement, le second sans doute au profit de Bāfetīn.

73) Dans le Ǧebel il A‘la (graphe 15), la croissance est uniforme, les disparités étant sans doute dues à un manque de données. Un seul cas est à part, Ma‘ṣarte, qui doit à l'absence ou à la disparition des constructions antérieures à 330 d'atteindre un taux de croissance invraisemblable et dépourvu de signification particulière. Même commentaire pour la partie orientale du Ǧebel Zāwiye (graphe 16).

ESSOR DÉMOGRAPHIQUE ET GÉOGRAPHIE DU PEUPLEMENT

8L'essor démographique paraît donc avoir agi à la manière d'un raz-de-marée. Il a recouvert tous les espaces vides ou insuffisamment remplis, rendant au déterminisme géographique sa force contraignante. Il n'est pas étonnant que l'essor ait aussi entraîné une atténuation des contrastes qui caractérisaient, en 330, la hiérarchie des villages classés par nombre de pièces (graphes 17 et 18). Si l'on envisage la distance séparant, dans chaque chaînon, les villages les plus peuplés et les moins peuplés, d'après le nombre des pièces en 550 et en 330, on obtient le tableau suivant (tab. 41).

Tab. 41- Disparité des villages : rapport entre grands et petits villages en nombre de pièces en 330 et en 550 par Ǧebel.

9On pourrait objecter que la cause de cette évolution réside exclusivement dans la réduction du nombre des hameaux. Ce ne sont pas les grands villages qui auraient un poids relatif en baisse, mais les écarts ou les petits hameaux. En fait, on obtient des résultats similaires si l'on rapporte le nombre de pièces des villages les plus grands non plus à celui de plus petits mais au nombre moyen de pièces par village (tab. 42).

Tab. 42 - Disparité des villages : rapport entre le nombre des pièces des grands villages et la moyenne des pièces par village en 330 et en 550 par Ǧebel.

Graphe 17 - Répartition des pièces des chaînons Nord par catégorie de maisons vers 380 et vers 550.

10Cela n'implique pas que soient erronées les théories qui envisagent la formation, au sein du réseau villageois, d'organismes plus étendus, encore très ruraux, mais offrant déjà des traits propres aux villes, notamment quant à la diversification des fonctions économiques. Nous n'avons d'ailleurs pas tenu compte, faute de données suffisantes, d'El Bāra et de Brād qui sont les seules agglomérations du Massif calcaire à avoir pu jouer ce rôle, bien qu'il n'en existe pas de preuve. Notre propos se borne à illustrer le fait que, parmi les villages pris en compte, les contrastes se sont atténués, ce qui s'explique par la mise en culture, dans chacun d'eux, de toutes les terres qui pouvaient l'être, alors que l'agriculture représentait de loin l'essentiel de l'activité des hommes, même si elle n'était pas la seule. Les contrastes qui subsistent en 550 sont donc les produits tout à la fois d'un héritage et des contraintes géographiques.

DE NOUVEAUX CONTRASTES RÉGIONAUX QUANT AUX DENSITÉS DÉMOGRAPHIQUES

  • 1 G. Tchalenko, Villages III, p. 51.

11Il s'en faut pourtant que cet essor démographique ait été partout le même. Il a en fait créé de nouveaux contrastes. Il est vrai que les différences du nombre de pièces (tab. 43) entre les chaînons sont inférieures, en 550, à ce qu'elles étaient en 330 et que les seuls changements que la croissance ait entraînés entre eux sont mineurs, le Ǧebel Zāwiye passant du 2ème au 1er rang, tandis que les Ǧebels Ḥalaqa et il A‘la inversaient leur ordre « hiérarchique » pour finalement se retrouver à égalité. Mais ces chiffres ne sont pas tout. Ils revêtent un sens différent si on les rapporte aux dimensions des finages. Faute de pouvoir calculer exactement ceux-ci, nous avons vu que l'on pouvait savoir approximativement ce que représentait, dans chaque chaînon, un finage moyen en divisant, sur la carte de G. Tchalenko, la superficie des carrés où se trouve chacun des groupes étudiés, par le nombre des villages qu'il contient. Nous pouvons ensuite vérifier les résultats obtenus en restituant, sur la carte d'État-major, les limites des finages de quelques villages, quand c'est possible, en tirant parti des informations livrées par la répartition des bornes cadastrales1. Les dimensions moyennes des finages sont respectivement, rappelons-le, de 3,4 km2 dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, 1,6 dans le nord du Ǧebel Bārīšā et dans le Ǧebel il A‘la, et de 7 dans le Ǧebel Zāwiye.

Graphe 18 - Répartition des pièces du Ǧebel Zāwiye par catégorie de maisons vers 380 et vers 550.

Tab. 43 – Nombre de pièces par km2 en 330et 550

Graphes 19 - Évolution de la densité démographique différentielle de chaque chaînon.

Graphes 19 - Évolution de la densité démographique différentielle de chaque chaînon (suite).

Graphes 19 - Évolution de la densité démographique différentielle de chaque chaînon (suite et fin).

12En nous fondant sur ces approximations nous constatons que le classement des chaînons par densité démographique (graphes 19) décroissante se modifie dans la première moitié du Ve siècle et que les écarts s'accentuent ensuite. Nous laissons de côté le Ǧebel Ḥalaqa pour les raisons indiquées plus haut. Le Ǧebel Zāwiye, qui était en avant-dernière position devant le Ǧebel il A‘la, passe au dernier rang vers 480. Le changement le plus important fait passer le Ǧebel Bārīšā en première position dès 430, le Ǧebel il A‘la prenant lui-même la deuxième place devant le Ǧebel Sim‘ān. Ainsi, du point de vue des densités démographiques, les Ǧebels Bārīšā et il A ‘la, avec des taux respectivement de 7,2 et 6,8 fois supérieurs en 550 à ce qu'ils étaient vers 330, forment une catégorie à part, face aux Ǧebels Sim‘ān et Zāwiye qui n'ont connu que des accroissements respectifs de 3,2 et de 4,2. Au total, la densité démographique du Ǧebel Bārīšā est devenue presque le double de celle du Ǧebel Zāwiye, si toutefois le nombre des pièces par km2 en donne bien une expression fidèle.

Notes

1 G. Tchalenko, Villages III, p. 51.

Table des illustrations

Légende Fig. 284 - Vue aérienne de Deir‘amān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Graphe 15 - Répartition des maisons des chaînons Nord selon leur nombre de pièces vers 380 et vers 550.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Graphe 16 - Répartition des maisons du Ǧebel Zāwiye selon leur nombre de pièces vers 380 et vers 550.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Tab. 41- Disparité des villages : rapport entre grands et petits villages en nombre de pièces en 330 et en 550 par Ǧebel.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Tab. 42 - Disparité des villages : rapport entre le nombre des pièces des grands villages et la moyenne des pièces par village en 330 et en 550 par Ǧebel.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Graphe 17 - Répartition des pièces des chaînons Nord par catégorie de maisons vers 380 et vers 550.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Graphe 18 - Répartition des pièces du Ǧebel Zāwiye par catégorie de maisons vers 380 et vers 550.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Tab. 43 – Nombre de pièces par km2 en 330et 550
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Graphes 19 - Évolution de la densité démographique différentielle de chaque chaînon.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Graphes 19 - Évolution de la densité démographique différentielle de chaque chaînon (suite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Graphes 19 - Évolution de la densité démographique différentielle de chaque chaînon (suite et fin).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4376/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540