Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Une première expansion ( ? - 250)

III. La première expansion et son interruption se placent dans un contexte général

Texte intégral

A- LE RÔLE DU GOUVERNEMENT IMPÉRIAL

1Reprenons le schéma auquel nous ont conduit les faits : un essor général plus accusé au sud (Ǧebel Zāwiye) et au nord (Ǧebel Sim‘ān et Ḥalaqa), sans dominante claire dans la vie économique avec, au plan social, une prédominance des groupes de 1 à 3 familles qui est écrasante dans le Ǧebel Bārīšā, moins nette dans les autres chaînons. Quant aux différences de populations et de morphologie relevées entre les villages, les premières ne s'expliquent pas fondamentalement par la géographie et les secondes paraissent traduire, le cas des « domaines » mis à part, des évolutions décalées. Il est clair que nous avons affaire à un mouvement d'ensemble, avec des antécédents historiques qu'il est impossible d'élucider.

2La tendance à une expansion démographique de toute la Syrie du Nord étant admise, il paraît utile, pour expliquer les conditions du peuplement du Massif calcaire, d'évoquer l'hypothèse de G. Tchalenko sur le rôle du pouvoir impérial.

1 - Les cadastres

LE RÔLE DES ÉVÉNEMENTS

  • 1 G. Chouquer : Les cadastres romains (thèse dactylographiée que je remercie l'auteur de m'avoir comm (...)

3Celui-ci nous paraît avoir été décisif dans deux domaines : la cadastration du territoire et l'application d'une législation agraire. Il est certain que le nord de la Syrie a été cadastré. Des cadastrations antiques ont été repérées dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, dans la plaine de Dānā, dans le sud du Ǧebel Bārīšā et dans le Ǧebel Zāwiye. Dans l'état actuel des connaissances, on ne saurait avancer aucune hypothèse sur leur extension, leur date, leur nature et leur module, mais il est possible, en revanche, d'indiquer le contexte agraire dans lequel la mise en valeur du Massif calcaire s'est inscrite1.

4Une première constatation est que toute la Syrie intérieure, du sud-est d'Émèse jusqu'au nord du Ǧebel Sim‘ān, paraît avoir été cadastrée. C'est un fait certain au sud-est d'Émèse, à l'ouest et à l'est de Ma‘arra, dans le sud du Ǧebel Bārīšā et dans l'ensemble des Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa. Il est étonnant que plusieurs chaînons calcaires aient été englobés dans ces réseaux, mais il est étrange, cela étant, que le nord des Ǧebels Bārīšā et il A‘la en aient été exclus, ayant peut-être reçu le statut de « terres subcessives ». Ajoutons que dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, une seule cadastration paraît avoir été effectuée. Il y en avait en revanche au moins deux, d'après les directions dominantes, dans le sud du Ǧebel Bārīšā et davantage encore dans le Ǧebel Zāwiye, sauf dans les régions d'El Bāra et de Muğleyya, où le parcellaire dessine un réseau de forme stellaire, soit que les cadastrations aient été occultées du fait d'une occupation continue au moins jusqu'au XIIIe siècle, soit qu'elles n'aient pas été étendues à cette zone.

5Une seconde constatation est qu'il ne s'agit probablement pas d'une centuriation, mais plutôt d'une scamnatio-strigatio, dont on sait que les gromaticiens latins recommandaient l'application dans les provinces. Dans le Ǧebel Sim‘ān et même dans le Ǧebel Zāwiye, où les réseaux sont plus denses, les zones rocheuses semblent avoir été laissées à l'écart. Les murets délimitant les parcelles se correspondent, d'une zone à l'autre, et sont comme reliés par des lignes virtuelles.

6Aucun indice ne permet de dater ces différentes cadastrations. Rien ne prouve que la plus ancienne ne remonte pas à l'époque séleucide, mais c'est improbable car les zones concernées ne faisaient pas toutes partie, alors, du domaine des sédentaires. Il est vraisemblable aussi que la plus récente est antérieure au règne de Dioclétien, la cadastration effectuée sous son règne étant présentée, dans les textes, comme une opération de recensement et d'enregistrement et non comme une réorganisation systématique du territoire agraire. Même constatation pour le IVe siècle : les textes signalent des inspections et des révisions du cadastre, non des « limitations ». Or quelles sont, entre le IIe siècle av. J.-C. et le IIIe siècle après, les époques où de telles opérations de limitation ont été possibles ? Il existe au moins cinq périodes d'activité gouvernementale importante, quant à l'organisation générale des provinces syriennes ou dans le domaine agraire : les gouvernements de Pompée et de Gabinius qui donnèrent à la Syrie romaine sa première organisation, l'époque d'Auguste, celle des Flaviens, surtout au temps des guerres juives, celles de Trajan et d'Hadrien, des Sévères et particulièrement de Caracalla, qui conféra à Antioche le statut de colonie. De ces cinq époques, il convient peut-être de mettre à part celles des Flaviens et des premiers Antonins : les provinces syriennes bénéficièrent alors d'une attention particulière et furent marquées par une législation agraire générale, mais il est probable aussi que des opérations de limitation furent effectuées dès les périodes les plus anciennes, sous Gabinius ou sous Auguste, et de nouveau, dans certaines régions, sous les Sévères. Il est, bien entendu, impossible de rien établir dans l'état actuel des connaissances, mais ces conjectures s'accordent assez bien avec ce que l'on connaît de la politique impériale en Syrie, à ses débuts, notamment avec la fondation des colonies de Berytus et d'Héliopolis.

2 - La législation agraire

  • 2 Lex Manciana et Lex Hadriana.
  • 3 C. Saumagne, ibidem, p. 111 et 114.

7Un second mode d'intervention du pouvoir impérial est la mise en œuvre d'une législation agraire à la fin du Ier siècle, puis sous Hadrien. Bien attestée en Afrique, elle a sans doute aussi été appliquée ailleurs2. Il s'agit d'une supposée lex Manciana et de la lex Hadriana. Il est à peu près admis que la première, en fait probablement un édit, conférait à des paysans le droit d'occuper et de posséder à titre héréditaire des terres situées sur les subseciva, moyennant paiement de l'impôt et à charge pour eux de les défricher et de les mettre en culture. La seconde étend ces dispositions aux centuries privées laissées incultes3.

  • 4 Le rôle de mise en valeur est clair. Dans ces territoires où les terroirs ne formaient pas un ensem (...)

8Mais à qui appartenait la terre dans le Massif calcaire ? Comme on le sait, les opérations de cadastration ne tiennent pas compte du régime de la propriété et n'ont pas, par conséquent, d'implications claires sur lui : certains domaines peuvent être contournés par la limitation tandis que d'autres y sont soumis. G. Tchalenko a avancé l'hypothèse que les terres incultes du Massif calcaire faisaient partie de la res privata. Plusieurs indices vont dans ce sens. Le fait, d'abord, qu'il existait, dans cette région, au temps des Achéménides, des domaines royaux importants, qui sont passés ensuite aux Séleucides avant de tomber dans l'ager publicus puis dans la resprivata ; l'existence, ensuite, dans la plaine de Dānā, du domaine d'Hormisdas, qui dépendait aussi, en tant qu'oikos, de la res privata et, enfin, la règle suivant laquelle les terres non cultivées reviennent à l'État. Mais tout ne dépendait sans doute pas de la res privata : au IIIe siècle, les temples appartenaient aux cités, c'est-à-dire, pour les hauts-lieux évoqués plus haut, à Antioche4.

  • 5 Deux inscriptions, à Bāšmišle (Jarry I 38, p. 162) et à Oumm er Reğim dans le Massif basaltique (IG (...)

9Quoi qu'il en soit, terres de la res privata ou terres de la cité, il est concevable que la législation agraire relative à la mise en valeur des terres incultes ait été appliquée à tout le Massif calcaire. En grand nombre, à partir du IIe siècle, les paysans qui ne trouvaient pas de terres disponibles dans les plaines de Chalcis et d'Antioche ont pu acquérir des parcelles, grâce à des contrats d'emphytéose, dans les territoires incultes du Massif calcaire. Si le terme de klérouque trouvé dans une inscription5 à Bāšmišle par J. Jarry a bien le sens de colon et non celui de « grand propriétaire » qu'il lui prête, en suivant une acception attestée seulement dans les papyrus égyptiens, nous tenons là un indice à l'appui de cette hypothèse.

  • 6 Annexes dans tome II, à paraître.

10Il est tentant, non d'expliquer, mais de mettre en relation les différences constatées pour la densité démographique, la taille des villages et des maisons, entre les Ǧebels Bārīšā et il A‘la et les autres chaînons avec le fait qu'il s'agirait là de terres « subcessives6 », ici de parcelles cadastrées. Les secondes étaient-elles plus faciles à défricher que les premières ? Il est en tout cas frappant que la distribution des vétérans, des citoyens romains et des tombes monumentales n'observe nullement cette différence de statut supposée. Mais pourquoi les unes étaient-elles cadastrées et les autres non ? Il n'est pas possible de le savoir. Même problème dans le Ǧebel Zāwiye : les villages les plus grands sont dans la zone cadastrée, les autres, qui vont connaître une forte croissance par la suite, en dehors. Nous nous bornons donc à relever une concordance entre deux séries de faits sans pouvoir encore l'expliquer.

3 - Conclusion

11Si notre hypothèse, qui était déjà celle de G. Tchalenko, est exacte, le pouvoir impérial aurait établi des dispositions législatives permettant la mise en valeur du Massif calcaire. Rien n'indique que les citoyens romains, vétérans ou anciens fonctionnaires et les notables locaux hellénisés aient pu seuls en profiter. Bien au contraire, ils ont plutôt jeté leur dévolu sur les terroirs de plaine ou proches de la plaine. Mais il est probable qu'il n'y avait pas de place pour tous, ce qui explique la présence d'un vétéran à Darqītā, et de quelques citoyens romains au cœur de la montagne. Tout indique que la conquête des terres incultes a été intense.

12Les différences entre villages répondent d'abord à des différences de statuts : villages appartenant à un temple ou à un seul propriétaire, villages de colons et écarts. Entre les deux derniers groupes, les différences dépendent du stade d'évolution, de l'ancienneté et de la population : ce sont d'abord des écarts, ces écarts deviennent des hameaux, puis des villages à mailles lâches, et, enfin, les mailles se resserrent par suite de l'agrandissement des maisons. Les maisons ne sont pas similaires ni par les dimensions ni sans doute par la réussite, mais les plus petites l'emportent, elles évoquent une société relativement égalitaire. La grande tâche est le défrichement, c'est-à-dire en pratique l'épierrement, dont les tas solidement construits disposés autour des terroirs rappellent l'ampleur du travail qu'il a requis. Les plus riches contribuent à la construction de temples, relativement nombreux, ou de salles de banquets (Deir‘amàn, Berrīš-nord et peut-être Silfāya). De ces villages, nous connaissons l'aspect au IIIe siècle, mais nous avons vu à plusieurs indices qu'ils avaient une histoire déjà longue ; c'est l'étalement de cette évolution sur près de trois siècles, entre le Ier et le IIIe, qui explique peut-être les disparités relevées entre eux.

B- ARRÊT DE L'EXPANSION ET SES EXPLICATIONS POSSIBLES

13Vers 250, si l'on se fie au témoignage des inscriptions datées, cette croissance s'interrompt brutalement. Elle ne reprend qu'à partir de 270, mais ce n'est qu'à partir de 330 qu'elle connaît une réelle ampleur.

14Quelles sont les causes de cet arrêt ? Du point de vue démographique et économique il s'agit d'un arrêt de la croissance, mais pas forcément d'un déclin. Que l'on ne construise pas de nouvelles pièces ne prouve pas que l'on abandonne celles qui sont occupées, ni que le volume de l'activité économique a baissé. Mais c'est un fait que l'on ne construit rien d'autre non plus, ni maison, ni temple, ni tombe et que l'on n'a pas retrouvé de bloc inscrit entre 250 et 270. La thèse d'un déclin, d'une réduction du nombre des hommes et d'une contraction économique a donc quelque vraisemblance. Quant à la reprise, que nous avons située en 270 à cause de la maison de Sinḥār, elle demeure incertaine et faible jusqu'en 330. Le graphique en donne sans doute une représentation exagérée : entre 270 et 330, on ne trouve en effet que trois maisons datées. Le graphique des inscriptions datées suggère plutôt une situation indécise, faite de croissance ici, de stagnation ou de déclin là. Ce n'est qu'à partir de 330 que l'on retrouve des séries continues et, cette fois, tout à fait indépendantes quant aux rythmes qu'elles indiquent, sur le graphique des pièces et sur celui des inscriptions. Au total, donc, une période de transition qui s'étale sur près de 80 ans avec deux sous-périodes, l'une marquée par l'absence de construction nouvelle (250-270), l'autre par une reprise timide et incertaine (290-330).

  • 7 M. Besnier : L'Empire romain de l'avènement des Sévères au concile de Nicée, Paris, 1937, p. 154, 1 (...)

15Les événements politiques et militaires ne nous paraissent pas avoir été à l'origine de cet arrêt de l'expansion. Troubles et invasions sont certes nombreux. La succession des faits n'est pas établie avec certitude mais il est certain qu'à partir du milieu du IIIe siècle, la Syrie sombre dans la confusion : usurpation d'Antoninus (248, 253-54), invasion perse et première prise d'Antioche (256), capture de Valérien (260) et nouvelle prise d'Antioche7. Nous avons situé l'arrêt de la croissance en 250, alors que les désastres sont postérieurs. Ce n'est pas ce décalage chronologique, toutefois, qui nous conduit à récuser la valeur explicative des désordres politiques et des désastres militaires car notre chronologie n'est pas assez précise pour que l'on puisse se fonder sur elle. Ce qui paraît déterminant, c'est le caractère même des événements : les troubles politiques ne concernent que les sommets de la vie sociale, ils n'affectent guère les campagnes.

16Quant aux invasions, elles sont accompagnées de destructions, mais brèves, et les armées des envahisseurs, en Syrie du Nord, n'ont pas le choix des itinéraires : elles doivent suivre les plaines et réservent leurs coups les plus rudes aux villes, là où la concentration des richesses rend le pillage fructueux. Se seraient-elles aventurées sur les plateaux ? Elles n'avaient que des risques à attendre, pour un profit douteux, et qu'auraient-elles pu détruire ou prendre ? Abattre des maisons ? Voler des troupeaux ? Un tel comportement n'est pas imaginable sur une aussi grande échelle et nous n'avons rien pour l'attester ni dans les textes ni dans les vestiges archéologiques. Au reste, si tel avait été le cas, les invasions auraient déterminé un arrêt momentané de la croissance, non une interruption de 40 ans.

17Les désordres monétaires, inflation et dépréciation des monnaies, ne peuvent pas non plus être invoqués comme cause décisive, car la vente des produits ne joue pas un grand rôle dans l'économie villageoise. Les paysans habitaient des maisons construites selon des techniques locales peu élaborées ; ils avaient des surplus et pouvaient les agrandir, mais ils ne dépendaient pas encore du marché.

  • 8 L. Conrad : The Plague in the Early Medieval Near East, University Microfilm International, Ann Arb (...)

18C'est la peste qui a sans doute été le facteur décisif dans l'arrêt durable de la croissance. Bien qu'elle n'ait encore fait l'objet d'aucune étude approfondie, on peut admettre, avec L.Conrad8, que cette peste, dite de « Cyprien », est bien une peste bubonique. Originaire du centre de l'Afrique, elle se propage dans la vallée du Nil et fait son apparition, en 250, à Alexandrie. De là, elle gagne toutes les provinces de l'Empire et sévit durant 15 ans. Des événements que nous avons cités, c'est cette peste, par son ampleur, sa durée, et l'étendue des ravages qu'elle a pu causer qui procure la meilleure explication de l'arrêt prolongé de la croissance dans le Massif calcaire. Arrêt, d'abord, de la croissance démographique qui aurait entraîné celui de la croissance économique, c'est-à-dire, pratiquement, l'interruption des défrichements.

Notes

1 G. Chouquer : Les cadastres romains (thèse dactylographiée que je remercie l'auteur de m'avoir communiquée).

M. Clavel-Levêque : Cadastres et espace rural, table-ronde de Besançon, Paris, Mai 1983, avec la bibliographie antérieure.

2 Lex Manciana et Lex Hadriana.

La première fut probablement un édit confirmant le droit d'occuper et de posséder les subseciva à titre héréditaire, moyennant paiement de l'impôt. Voir C. Saumagne : Cahiers de Tunisie, 1962, p. 111.

La seconde étend ces dispositions aux centuries privées laissées incultes. Voir C. Saumagne, p. 114.

Picard : Civilisation de l'Afrique romaine, p. 59-76.

Kolendo : R.E.A., 1963, p. 80-103.

3 C. Saumagne, ibidem, p. 111 et 114.

4 Le rôle de mise en valeur est clair. Dans ces territoires où les terroirs ne formaient pas un ensemble continu, la centuriation n'aurait eu aucune utilité ; la scamnation et la strigation, au contraire, du fait qu'elles constituent des réseaux moins rigoureux, conviennent bien à la situation.

5 Deux inscriptions, à Bāšmišle (Jarry I 38, p. 162) et à Oumm er Reğim dans le Massif basaltique (IGLS IV 1729) évoquent des clérouques. Plutôt que colon, ce terme nous paraît désigner des propriétaires. L'inscription de 519 de Oumm er Reğim est particulièrement intéressante à cet égard. Elle évoque un clérouque qui est également chef de bureau. Mouterde fait l'hypothèse que « dans ces régions frontalières, des terres ont été concédées à des immigrants ou attribuées à d'anciens fonctionnaires ».

6 Annexes dans tome II, à paraître.

7 M. Besnier : L'Empire romain de l'avènement des Sévères au concile de Nicée, Paris, 1937, p. 154, 177, 178-79.

8 L. Conrad : The Plague in the Early Medieval Near East, University Microfilm International, Ann Arbor, 1985, p. 70.

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540