Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Une première expansion ( ? - 250)

II. A la recherche d'une interprétation : les théories de G. Tchalenko

Texte intégral

A- LES THÉORIES DE G. TCHALENKO

1Compte tenu de leur cohérence et de leur influence dans l'historiographie la plus récente, nous partirons des théories de G. Tchalenko.

1 - Le rôle des sanctuaires païens

  • 1 G. Tchalenko : Villages, p. 14, 177 et 398.
  • 2 Voir A. Bounni : Le sancturaire de Nābū à Palmyre (B.A.H., sous presse).

2Celui-ci souligne d'abord le rôle des sanctuaires païens, mais pour en marquer les limites. Ces sanctuaires, dont il donne la liste1, se divisent en deux catégories : les hauts-lieux, grands sanctuaires à la tête de domaines d'étendue variable, et les temples villageois construits par la communauté ou par ses membres les plus riches. Il n'y a guère à ajouter à ce tableau, sauf à avancer des hypothèses pour rendre compte de faits inexpliqués. Il se pourrait que le temple de Kafr Nābū, dont l'existence est attestée par une inscription, ait été en fait un grand sanctuaire. On ne peut le prouver, mais le nom du village le suggère : le culte de Nābū, importé de Mésopotamie, a joué un rôle important en Syrie à deux époques, l'époque néo-babylonienne (VIIe-VIe siècles avant J.-C.) et celle des Séleucides, où il est assimilé à Apollon2.

3L'étendue de leurs domaines respectifs révèle l'existence de différences entre ces « Hauts-lieux ». On ne connait jamais leurs limites mais il est possible de repérer les villages qui en dépendaient. Il ne fait guère de doute que Ḫerbet Šeiḫ Barakāt se rattachait au sanctuaire de Šeiḫ Barakāt non pas tant à cause de sa proximité qu'en raison des traits qui le distinguent d'autres villages n'appartenant assurément à aucun sanctuaire. Par ses dimensions, c'est un des plus grands sinon le plus grand des chaînons nord jusqu'au VIe siècle, malgré son isolement à proximité du sommet et bien qu'il n'ait guère connu d'agrandissement à partir du IVe siècle, comme Bāzīher, qui appartenait à un propriétaire unique, probablement non résident. Si ce rapprochement a un sens, on trouve un autre village, au IIIe siècle, dont les caractères sont similaires : Kafr Nābū. Dans ce village, et seulement là, nous avons relevé que les constructions les plus anciennes dessinent un cercle englobant toutes les plus récentes, comme si le grand village qui avait existé au IIIe siècle avait été presque entièrement détruit, ensuite, de même que son sanctuaire. Mais, dans ces conditions, pourquoi ces états anciens n'ont-ils pas subsisté comme à Ḫerbet Šeiḫ Barakāt ? L'explication pourrait être que la christianisation de Kafr Nābū remonte au IVe siècle alors que celle de Ḫerbet Šeiḫ Barakāt a été plus tardive.

Fig. 283 - Distribution géographique des sanctuaires païens.

4Les domaines des autres hauts-lieux ont dû être moins étendus, si l'on en juge par les villages qui en dépendaient, mais rien, en fait, ne peut être établi avec certitude. Un exemple, Burg Bāqirḥā ; c'est un haut-lieu, mais pourquoi n'est-il pas situé sur le véritable sommet, à quelques dizaines de mètres au-dessus de Bābuṭṭā ? Quant au village qui en dépendait, ne serait-ce pas plutôt Ḫerbet Ḥadīye que Bāqirḥā ? Il n'en est guère plus éloigné mais présente un état ancien important et n'a pas connu de développement véritable après le IVe siècle. Il n'a pas été possible d'identifier le village qui dépendait du sanctuaire de Srīr. Quant à la partie ancienne du village ancien de Kalōta, qui sans doute appartenait à Qal‘at Kalōta, il n'en subsiste pas grand-chose.

5Si ces observations sont pertinentes, c'est aux sanctuaires païens (fig. 283) qu'il faudrait attribuer, dans les chaînons Nord, l'origine des plus grandes agglomérations villageoises, Ḫerbet Šeiḫ Barakāt, Kafr Nābū, et peut-être Brād qui avait aussi un temple ; seuls certains d'entre eux auraient connu un développement ultérieur. Au-delà de suppositions, qui n'ont pour intérêt que de permettre de comprendre la localisation, incompréhensible par d'autres causes, des agglomérations les plus étendues dans des endroits retirés, il est clair que le rôle des sanctuaires a été des plus réduit dans le développement économique général de la montagne. G. Tchalenko l'avait bien montré.

2 - Le rôle des grands propriétaires

6Pour en venir au cœur de son interprétation, les véritables initiateurs du développement seraient une classe de grands propriétaires. Son explication de la première mise en valeur du Massif calcaire repose sur trois propositions : l'identité de ces grands propriétaires, leur rôle économique et la nature de leurs rapports avec les villages.

    • 3 G. tchalenko : Villages, p. 85 ; 140-42 ; 199-200 ; 382 ; 385.
    • 4 Id., p. 141 ; 199-200 ; 289-90.
    • 5 Id., p. 310-12 ; 322-25 ; 381-82 ; 399 note 1 ; 401-402 ; 405 et 408.

    Les grands propriétaires sont des vétérans, des fonctionnaires ou des notables locaux hellénisés3, qui ont reçu de l'État des lots de terre importants dans la plaine ou dans la montagne4. Ils sont installés dans des villas5, sans être pour autant des latifundiaires, leurs propriétés ne dépassant pas les dimensions d'un finage villageois. Ils forment une classe homogène car les différences de fortune qui, peut-être, les séparaient, n'impliquaient aucune hiérarchie.

    • 6 Id., p. 74-75 ; 310-11 ; 372 et sq ; 375 ; 407.

    Plus que par leur taille, c'est par leur spécialisation économique, culture de l'olivier et fabrication et vente de l'huile, que ces grandes propriétés se différenciaient. Le seul frein à leur extension était le manque de main-d'œuvre6. Pour les développer, il avait fallu mobiliser et accaparer le travail des habitants des villages, par le moyen d'une sorte de corvée. Sans être dépossédées de leurs terres, les communautés villageoises sont progressivement tombées sous l'autorité « des nouveaux maîtres ». A cet égard, G. Tchalenko établit une distinction entre les grands propriétaires des plaines, plaines de l'Oronte, de Chalcis et de Dānā, et ceux de la montagne. Les premiers étaient à la tête de domaines plus vastes que les seconds.

  1. Pour les rapports de ces grands propriétaires avec les villages paysans, cinq cas sont distingués : grandes propriétés isolées (Refāde) ; villas greffées sur un village existant (Qāṭūra) ; villas ayant servi de noyau à un village nouveau (Bāmuqqa, Qirqbīze, Beḥyō, Bāšakūḥ, Bāsmišle, Bābuṭṭā, Bānaqfūr, Išrūq, Nūrīye, Ma‘aramāyā, Benēbil, Berriš-nord, Kfeir, Bettir, Bšendlāyā et Mḡāra) ; villages constitués exclusivement de plusieurs grandes propriétés (Deir‘amān, Dallōza, Deir Sunbul et Šinšarāḥ) ; villages dédoublés comportant, face à face, un groupement de « luxueuses villas » et une agglomération paysanne (Serğilla et Ruweiḥa). Au-delà de ces situations variées, le Massif calcaire aurait dû son premier essor économique à la généralisation de la culture de l'olivier sous l'impulsion d'une même classe de grands propriétaires pionniers et animés par un esprit d'entreprise.

B - OBJECTIONS AUX THÉORIES DE G. TCHALENKO

7Sur ces trois propositions, les théories de G. Tchalenko sont contestables.

1 - La réalité des grands propriétaires et des grandes propriétés

  • 7 1) Des exemples nombreux de grandes propriétés dans Jean Chrysostome. 1-Ant. Apost. 45 PG 60, p. 14 (...)

8Bien attestée par l'épigraphie et par les monuments funéraires7 de certains d'entre eux, l'existence de vétérans (tab. 37), d'anciens fonctionnaires et de notables hellénisés est certaine, mais il est douteux qu'ils aient constitué une catégorie socio-économique homogène ou, pour reprendre l'expression de G. Tchalenko, une « classe » de grands propriétaires. Si un tel cas de figure a existé cependant, ce n'est que dans les plaines, aux abords du Massif calcaire, que nous pourrions les trouver. La seule preuve archéologique que G. Tchalenko invoque pour les ranger dans cette catégorie sociale, est le caractère monumental de leurs tombeaux (tab. 38). En fait, les indigènes romanisés qui avaient généralement obtenu la citoyenneté romaine en un temps où elle représentait quelque chose, devaient être surtout soucieux d'en imposer au reste de la population et de proclamer leur importance de parvenus. Peut-être, après tout, étaient-ils à la tête de « grandes propriétés », même si, au risque de le dépouiller de sa substance, on apporte à ce terme les mêmes nuances que G. Tchalenko. Nous en douterons, cependant, car à Qāṭūra, village de dimensions modestes, l'épigraphie atteste l'existence de trois familles de ce type, en 70 ans. A moins de supposer qu'elles ont toutes connu une extinction rapide, il faut estimer qu'elles ont coexisté, ce qui amoindrit beaucoup le domaine de chacune d'elles, même en ne comptant pour rien les propriétés des autres villageois. Nous serions portés à les tenir pour des familles paysannes disposant de surplus et non pour des entrepreneurs dynamiques en passe d'accaparer toutes les terres du village grâce aux bénéfices procurés par la monoculture de l'olivier.

Tab. 37- Vétérans cités dans les inscriptions.

  • 8 Nous avons inventorié quatre maisons datées avant le ive siècle : 207-08 : Brād ; 236 : Ḫerbet Šeiḫ (...)

9A supposer même que ces vétérans, fonctionnaires et indigènes hellénisés, aient été de grands propriétaires, il faudra penser, avec G. Tchalenko, qu'ils étaient nombreux dans les plaines, mais non dans la montagne. C'est ce que montre la localisation des maisons considérées comme leur ayant appartenu et celle des tombes datées (tab. 39). Parmi les maisons de grands propriétaires antérieures au IVe siècle, trois seulement, à Dēḥes, à Bāmuqqa et à Benēbil8 se distinguent par des traits particuliers. A Dēḥes, il s'agit du bâtiment « basilical » qui fait l'objet d'une fouille depuis 1978. Ce bâtiment est hors série, par ses dimensions, par son plan : une rangée de piliers reliés par les arcs le divise dans la longueur, et par le nombre des portes : une sur trois côtés, puis une quatrième percée après coup. Est-ce une « grande villa » comme l'annonce G. Tchalenko, ou un bâtiment public comme tendent à le penser plusieurs fouilleurs ? Nous inclinerons pour la première hypothèse, tout en réservant notre opinion jusqu'à l'achèvement de la fouille, en attendant notamment que le dégagement des abords du bâtiment permette de comprendre ses rapports avec les constructions voisines à l'époque de sa construction. Les maisons de Benēbil et de Bāmuqqa se distinguent des maisons de la même époque par l'appareil orthogonal simple des murs et en outre, pour la seconde, par la qualité du décor architectural. Nous ne reviendrons pas sur cette question car G. Tchalenko s'y est longuement étendu, et nous avons nous-même montré que ces deux maisons sont conçues sur le même modèle que les autres.

Sans date : Tombes de l) Bānaqfūr ; 2) Bāmuqqa ; 3) Benēbil ; 4) Mḡāra.

Tab. 38 - Tombes d'époque païenne.

Tab. 39 - Distribution géographique des tombes antérieures à 330.

10Il est vrai que la qualité de l'appareil des murs et du décor, à une époque où l'on ne trouve d'équivalent que dans les temples, pose un problème auquel nous n'avons aucune solution à proposer. Il ne paraît pas cependant qu'il s'agisse de résidences de grands propriétaires. Il n'est pas niable que leurs propriétaires s'élevaient, d'une manière ou d'une autre, au-dessus de la commune condition villageoise. Il est non moins clair que ces maisons ne sont pas faites pour un villicus ni même un conductor. Ce sont des maisons paysannes, constituées de trois familles pour la première, d'une seule, avec une large place réservée à l'élevage, pour la seconde. Seraient-elles des résidences de grands propriétaires, elles ne compteraient que trois dans l'ensemble du Massif calcaire.

11Aux 13 tombes datées antérieures au IVe siècle, il convient d'en ajouter quatre que leur décor situe, sans doute possible, à la même époque : Mḡāra, Bānaqfūr, Benēbil et Bāmuqqa, ce qui fait en tout 17. Nous envisagerons les deux dernières en même temps que les maisons de la même époque qui se trouvent dans les mêmes villages. Sur les 15 tombes restantes, 6 seulement offrent ou offraient peut-être un caractère monumental, celles de Bšendlāyā, de Rbei‘a, de Mḡāra (mais elles se situent dans un contexte particulier), de Frikyā, Ma‘arret Biṭār et de Brād. Les autres sont, soit des sarcophages en plein air (Silfāya) ou placées dans un caveau souterrain (‘Aršīn), soit des hypogées (Kbešin et Kafr Ambil), soit des inscriptions funéraires inscrites sur des stèles, sur le rocher (Šumbāṣer) ou encore des blocs remployés (Kfeir et Deir Sētā). La tombe de Millis appartient à un esclave. Le propriétaire de la tombe de Rab‘eitā faisait partie d'une kômè pourvue d'un temple à la construction duquel il a contribué, ce qui veut dire que d'autres y ont contribué aussi : si notre personnage était un grand propriétaire, il y en avait d'autres, aussi, dans le village. Au total, cinq tombes seulement, trois dans le Ǧebel Zāwiye, une dans le Ǧebel il A‘la et une dans le Ǧebel Sim‘ān ont pu appartenir à des personnages possédant la totalité de leur village.

12Nous n'estimons pas avoir montré l'absence de grande propriété aux trois premiers siècles dans le Massif calcaire, mais seulement le petit nombre et l'ambiguïté des exemples invoqués pour prouver son existence. Si elle a existé dans la montagne, elle n'a pas laissé de témoin archéologique.

2 - Absence de preuve d'un grand essor de la culture de l'olivier et de la fabrication de l'huile

13Sans doute existaient-elles : culture de l'olivier et fabrication de l'huile sont attestées par une inscription de Rab‘eitā pour une parcelle modeste et par les pressoirs de Bānqūsā et de Kafr Nābū. L'un de ces deux grands pressoirs, toutefois, appartient à un temple. Il est étonnant que, dans ces villages dominés par de grands propriétaires supposés, il n'en ait pas subsisté d'autres. G. Tchalenko estime que la villa de Bāmuqqa possédait le pressoir situé immédiatement au sud. Rien ne permet de l'assurer, car il est en appareil orthogonal simple, alors que les précédents sont en appareil double et qu'il est, de surcroît, de dimensions modestes. La théorie qui fait d'une classe de grands propriétaires villageois les initiateurs du développement de la culture de l'olivier ne repose pas sur des preuves archéologiques. Les faits sûrs vont dans un autre sens : en plus de l'agriculture, on pratiquait l'élevage, sans que les données disponibles permettent de déterminer leurs places respectives.

3 - La typologie des villages

14La typologie des villages établie par G. Tchalenko à partir de critères socio-économiques manque de pertinence. Il n'est pas exact qu'au IIe siècle le village de Refāde se réduisait à quelques maisons de grands propriétaires. Comment d'ailleurs expliquer le temple villageois s'il n'y avait pas de village ? C'est une affirmation théorique que de tenir le village de Qāṭūra pour le produit d'une greffe d'un grand propriétaire sur un village ancien : nous avons vu que, dans ce village, d'après les critères de G. Tchalenko, il y avait au moins trois « grands propriétaires », ce qui réduit à peu de choses le domaine foncier de chacun. Il est faux qu'à Qirqbīze et à Beḥyō, une grande propriété ait été à l'origine du village : la maison de Qirqbīze que G. Tchalenko tient pour la « villa initiale » est, en fait, postérieure à plusieurs autres. Même constatation à Beḥyō : les « grandes villas » sont les maisons les plus récentes tandis que les « maisons ouvrières » sont les plus anciennes. A Bāmuqqa, au contraire, il est vrai que la « villa » a pu précéder toutes les autres constructions, mais rien n'indique que son domaine s'étendait à tout le finage car elle ne compte qu'une pièce d'habitation et des dépendances occupées par des auges : qu'aurait-on pu faire d'une aussi grande quantité de terres sans main-d'œuvre pour les cultiver ? La théorie suivant laquelle les noms des villages commençant par BA ou par DAR indiquent qu'ils se sont formés à partir d'une propriété unique dont le nom actuel aurait conservé celui du premier occupant est probablement exacte. Elle est en tout cas confirmée pour Bāzīher. Mais elle n'implique nullement que la propriété de ce premier occupant s'étendait à tout le finage, et moins encore qu'il la cultivait entièrement. Il est arbitraire de soutenir qu'à l'origine Šinšarāḥ ne regroupait que quelques grands propriétaires ; au contraire les maisons les plus anciennes étaient de plus petites dimensions que les plus récentes. Il est faux, enfin, qu'à Ruweiḥa et à Serğilla deux groupes de maisons aient été placés face à face, l'un appartenant aux grands propriétaires, l'autre aux ouvriers agricoles. Ces deux villages se sont au contraire développés à partir d'un noyau central situé au fond d'une cuvette pour le premier, dans un vallon pour le second et rien ne les différencie des maisons construites après, sur les deux versants.

15Pour toutes ces raisons, il faut renoncer à un système d'explication qui repose sur des propositions arbitraires, non démontrables ou fausses. Cette quête d'une classe de grands propriétaires est d'autant plus vaine que l'épigraphie indique clairement l'existence d'un « domaine », Bāzīher, et d'un seul, qui était, de surcroît, unique par sa morphologie dans les zones étudiées, mis à part Ṣarfūd. Ajoutons que ce domaine se caractérise par la lenteur de l'évolution plutôt que par la morphologie de ses maisons.

Notes

1 G. Tchalenko : Villages, p. 14, 177 et 398.

2 Voir A. Bounni : Le sancturaire de Nābū à Palmyre (B.A.H., sous presse).

3 G. tchalenko : Villages, p. 85 ; 140-42 ; 199-200 ; 382 ; 385.

4 Id., p. 141 ; 199-200 ; 289-90.

5 Id., p. 310-12 ; 322-25 ; 381-82 ; 399 note 1 ; 401-402 ; 405 et 408.

6 Id., p. 74-75 ; 310-11 ; 372 et sq ; 375 ; 407.

7 1) Des exemples nombreux de grandes propriétés dans Jean Chrysostome. 1-Ant. Apost. 45 PG 60, p. 149e, 150, et 343d. 2- Matth. 61 PG 58, p. 614 ; 63 PG 58, p. 633 ; 66 PG 58, p. 657e ; 85 PG 58, p. 810a. Cité par Rostovtzeff : Social and Economie History of the Roman Empire, p. 661 n° 22 et 23. Plus récemment, Liebeschuetz, p. 42 n° 2.

Dans le Massif calcaire, D. Feissel (Remarques de toponymie syrienne, Syria, 1982, p. 319 et sq) signale deux exemples : le chôrion kapernagathon et les domaines de Sekla et de Gôba. L'existence des domaines est donc attestée, mais ils sont rares.

2) Quant aux vétérans ils sont attestés dans les chaînons Nord, particulièrement dans le Ǧebel Sim‘ān (tab. 37). Dans le Massif basaltique, mention d'un vétéran à Anasartha (AAES III, p. 262 n° 329 ; IGLS II, p. 163 n° 287). Deux vétérans sont mentionnés dans la région d'Émèse, à Burğ el Qâ‘i (IGLS V 2096) et à Sam‘alīb (IGLS V 2152).

J.-P. Rey-Coquais donne une inscription de Baalbeck mentionnant un vétéran originaire d'Apamée (IGLS VI, p. 73 n° 2744 avec la bibliographie sur les vétérans en Syrie).

Pour le Hauran, voir M. Sartre (IGLS XIII, 1 n° 9246 et 9422). Dans sa thèse inédite, Studies in the History of the Roman Province of Arabia, H. Mac Adam donne la liste de tous les vétérans signalés en Syrie du Sud. Il la complète dans Berytus XXXI, 1983 : Epigraphy and Village life in the southern Syria during the roman and early byzantine periods, p. 112-114. Comme en Syrie du Nord, il en ressort que les vétérans connus sont dispersés dans l'espace et dans le temps, entre le ier et le milieu du vie siècle. Il n'y a donc pas eu de lotissement systématique dans une région déterminée mais, peut-être, des lotissements individuels, ou, plus souvent, achat de terres par des soldats d'origine syrienne revenant au pays terminer leur vie. Voir aussi Heichelheim, p. 145, et Rostovtzeff, p. 428.

8 Nous avons inventorié quatre maisons datées avant le ive siècle : 207-08 : Brād ; 236 : Ḫerbet Šeiḫ Barakāt ; 272-73 : Sinḫār et 295-96 : Darqītā (détruite).

Table des illustrations

Légende Fig. 283 - Distribution géographique des sanctuaires païens.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Tab. 37- Vétérans cités dans les inscriptions.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Sans date : Tombes de l) Bānaqfūr ; 2) Bāmuqqa ; 3) Benēbil ; 4) Mḡāra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Tab. 39 - Distribution géographique des tombes antérieures à 330.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4373/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540