Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Une première expansion ( ? - 250)

I. Une expansion générale

Texte intégral

A - UNITÉ DE CETTE EXPANSION

  • 1 Même si l'on se borne à la recherche d'ordres de grandeur, il est malaisé d'obtenir des données chi (...)

1D'après les inscriptions datées (fig. 281), l'occupation du Massif calcaire commence au début de notre ère, l'expansion s'accentue à partir des années 110 pour culminer et s'interrompre brutalement vers 250. Le graphique représentant la distribution chronologique des pièces, tel que l'ordinateur l'a modulé pour la période antérieure à 330, en suivant la succession des phases de croissance, de stabilité et de décroissance révélées par la répartition des inscriptions datées montre qu'au milieu du IIIe siècle, le nombre de pièces construites par décennie avait atteint un niveau que l'on ne retrouvera pas avant 410, si l'on adopte l'hypothèse optimale d'une disparition totale des pièces antérieures à 210. Si l'on adopte, au contraire, l'hypothèse minimale d'une conservation, au moins dans les chaînons Nord, de toutes les pièces construites depuis le début de notre ère, ce nombre descend au niveau des années 380-90. Dans toutes les hypothèses, et il est probable que la vérité se situe entre ces extrêmes, le Massif calcaire a connu un essor important entre le Ier et le milieu du IIIe siècle après J.-C1 (fig. 282).

UNE OCCUPATION GÉNÉRALE

2Du point de vue géographique, la répartition des inscriptions datées montre aussi que c'est de l'ensemble du Massif calcaire qu'il s'agit, c'est-à-dire de tous les chaînons et, dans ceux où les inscriptions sont assez nombreuses pour que l'on puisse en juger, de tous les villages, des petits terroirs comme des grands, des pentes aussi bien que des plateaux.

  • 2 La culture de l'olivier est formellement attestée dans le Ǧebel Bārīšā par une inscription de Rab‘e (...)

3Cette occupation est homogène : les hommes vivaient surtout dans des villages, accessoirement dans des écarts, dont certains sont plus tard devenus de gros villages. Quelles que fussent leurs dimensions, l'unité économique et sociale de base était la maison, ce qui indique que le régime dominant était celui de la petite exploitation, quoi qu'il en ait été par ailleurs de la distribution de la propriété et du statut de la paysannerie. Parmi les activités économiques, enfin, on relève l'agriculture (olivier et vigne), l'élevage et l'industrie du bâtiment et il faut sans doute y ajouter toutes les autres cultures qui caractérisent l'économie méditerranéenne d'ancien type et que nous avons passées en revue plus haut. Dès les IIe et IIIe siècles, par conséquent, si l'on se fie aux rares données disponibles, le Massif calcaire connaissait une économie et une société comparables en tous points, dans ses grandes lignes, et compte tenu d'éventuelles différences de répartition, à ce qu'elles devinrent plus tard. Sur un point, cependant, elles s'en différenciaient peut-être : O. Callot remarque que dans les chaînons Nord, mais non dans le Ǧebel Zāwiye, la plupart des grands pressoirs sont antérieurs au IVe siècle. C'est en effet le cas mais il est impossible de connaître la valeur statistique de ce fait et d'estimer son importance2. Plusieurs architectes mentionnés dans des inscriptions au IVe siècle montrent que l'on avait atteint déjà (ou faut-il dire d'emblée ?) un certain stade de division du travail.

B - DES DISPARITÉS

ÉLÉMENTS DE DIVERSITÉ ENTRE LES CHAÎNONS

4Au-delà de ces similitudes, cependant, tout est diversité, qu'il s'agisse des densités d'occupation des différents chaînons et parfois, à l'intérieur d'un même chaînon, des dimensions des villages et du nombre de pièces des maisons (tab. 35). Si l'on prend pour critère principal de classement le taux annuel de construction des pièces vers 250 et la densité démographique que ces chiffres paraissent indiquer, on constate une forte opposition entre les Ǧebels Sim‘ān, Ḥalaqa et Zāwiye d'une part et les Ǧebels Bārišā et il A‘la de l'autre.

Tab. 35 - Taux annuel de construction et densité démographique relative.

5Moins contrastées, les densités démographiques ou ce qui en tient lieu, confirment cette opposition. Elle se retrouve si l'on considère les populations respectives des villages, et la distribution des maisons d'après le nombre des pièces (graphes 10 à 14).

Fig. 282 - Le Massif calcaire vers 250 : nombre de pièces des villages étudiés.

Graphe 10 - Classement des villages du Ǧebel Sim‘ān d'après le nombre des pièces vers 250.

Graphe 11 - Classement des villages du Ǧebel Ḥalaqa d'après le nombre des pièces vers 250.

Graphe 12 - Classement des villages du Ǧebel Barīšā d'après le nombre des pièces vers 250.

Graphe 13 - Classement des villages du Ǧebel il A‘la d'après le nombre des pièces vers 250.

Graphe 14 - Classement des villages du Ǧebel Zāwiye d'après le nombre des pièces vers 250.

6Dans les Ǧebels Sim‘ān et Zāwiye, vers 250, les villages présentent des contrastes accusés. Le village le plus peuplé du Ǧebel Zāwiye, Ruweiḥa, comprend 31,5 fois plus de pièces que Bšille, le plus petit. Dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, l'écart, pour être moindre, demeure considérable : Šeiḫ Sleimān compte 15 fois plus de pièces que Deir‘amān. Dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la, le village le plus grand, Ksēğbe, a 7,7 fois plus de pièces que les plus petits, Bāmuqqa, Bānaqfūr, Bāšakūḥ et Nūrīye, les villages de Ma‘aramāyā, de Bātūtā et de Ma‘ṣarte n'étant pas pris en compte puisque ce sont encore de simples écarts.

7Même contraste pour le nombre de pièces des maisons (tab. 36), avec ses implications quant aux dimensions des groupes qui les habitent. Dans les Ǧebels Sim‘ān et Zāwiye, mais dans le Ǧebel Zāwiye moins que dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, le groupe des maisons de 1 à 3 pièces l'emporte, mais de peu, sur les maisons de plus de 3 pièces. Telle était la situation vers 380, mais l'on voit, à plusieurs indices, que le contraste était encore plus accusé vers 250.

Tab. 36 - Répartition des maisons, en pourcentage du nombre total de pièces et par Ǧebel vers 250.

8Si l'on se rappelle que l'observation archéologique ne permet pas toujours d'assurer qu'une maison de grandes dimensions n'en réunissait pas plusieurs, alors que la même incertitude n'existe pas pour les plus petites, on conclura à une prédominance générale des maisons de 1 à 3 pièces, mais à leur quasi-exclusivité dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la.

ÉLÉMENTS DE DIVERSITÉ DANS CHAQUE CHAÎNON

9Considérons maintenant la répartition et la morphologie des villages dans chaque région. C'est cette fois le Ǧebel Zāwiye, et lui seul, qui doit être classé à part. La répartition des villages y est, en effet, très irrégulière et les plans offrent des traits similaires. Dans les chaînons Nord, au contraire, la répartition des villages est à peu près régulière, mais ils sont séparés par des différences morphologiques notables.

10Trois villages, dans le Ǧebel Zāwiye, l'emportent de très loin sur les autres par la population : Ruweiḥa, Ǧerāde et Šinšarāḥ. Entre le plus petit de ces derniers et celui qui vient immédiatement après, Rbei‘a, il existe un rapport de 4,8 à 1 ; or, on ne peut méconnaître que parmi les villages encore plus petits, deux d'entre eux, Muğleyya et Serğilla, ont connu ensuite un essor important. Vers 250, le partage entre ces deux groupes est géographique, les plus grands se rencontrent sur le rebord oriental du Ǧebel Zāwiye ou non loin de ce rebord. Pareil partage ne se retrouve pas dans les autres chaînons. Certaines zones sont certes plus peuplées, mais toutes le sont : les deux villages à la population la plus nombreuse du Ǧebel Sim‘ān sont, l'un à proximité de la plaine (Šeiḫ Sleimān), l'autre au cœur de la montagne (Kafr Nābū) et fort éloigné du précédent. Même constatation dans le Ǧebel Bārīšā : le village le plus grand, Ksēğbe, occupe un promontoire au-dessus de Bāb el Hawā, tandis que le troisième par le nombre de pièces, Dēḥes, se trouve sur le plateau du sommet.

11Même opposition dans la morphologie des villages mais la régularité et l'uniformité sont, cette fois, dans le Ǧebel Zāwiye. Les villages les plus grands, en fait tous les villages sauf Muğleyya et Bšille d'une part, Dallōza et Wādī Marṭāūn d'autre part, dont rien n'a subsisté de cette époque, sont des ensembles compacts de maisons resserrées les unes contre les autres. Certains, comme Ruweiḥa et Ǧerāde, sont ordonnés le long de passages et forment des réseaux, d'autres sont disposés plus irrégulièrement, mais sans être moins compacts : Šinšarāḥ, Rbei‘a et Serğilla.

12Les villages des chaînons Nord se rangent, au contraire, en plusieurs catégories. Tout d'abord, cas extrême, Kafr Nābū offre un plan marqué par l'éparpillement des maisons. Les plus anciennes sont encore plus éloignées les unes des autres que les récentes ; ce cas extrême est aussi unique, nous y reviendrons. A l'opposé, autre cas unique, Mē‘ez, est un village de plaine. Contrairement à Kafr Nābū, il présente des éléments d'urbanisme, avec un bassin central et des monuments publics, temple et andrôn, disposés autour : les constructions bordant ce quartier s'ordonnent suivant des axes géométriques qui semblent avoir été disposés selon un plan d'ensemble, mais il est vrai que seule une fouille permettrait de l'établir. Une troisième catégorie est formée de villages compacts de plan à peu près géométrique : Šeiḫ Sleimān, Refāde, Sinḫār, Ḫarāb Šams, Serğible, Ksēğbe, Darqītā, Bābisqā. On remarque quelques dominantes dans l'orientation, mais elles sont approximatives et relèvent d'un conformisme individuel plutôt que de l'application concertée d'un plan d'ensemble. D'autres villages comprennent peu de maisons, éloignées les unes des autres, mais sur de courtes distances : Fidre, Kalōta, Bātūtā. Ce sont en fait des hameaux. En se développant, ces villages sont destinés à passer dans la catégorie précédente. La cinquième et dernière catégorie est constituée de villages entourés d'un mur. Nous avons vu que Bāzīher en faisait partie. Il convient probablement de lui adjoindre ṣarfūd. Nous n'en avons pas inventorié les constructions, son état de dégradation et les remaniements qu'il a subis ne permettant pas de distinguer les différentes unités. Il a cependant été possible d'identifier des éléments d'un état du IIe ou du IIIe siècle. Parmi eux, un mur de tracé curviligne, d'une épaisseur dépassant un mètre, en appareil polygonal au moins au nord, et dont on ne sait, n'ayant pu le repérer en totalité, s'il délimitait une maison ou un village. Au sud, quelques éléments d'un chambranle mouluré et d'un portique à piliers datent de la même époque. Peut-être s'agissait-il d'un domaine, comme à Bāzīher.

13Le fait majeur, à propos de la situation du Massif calcaire vers 250, c'est donc, outre une occupation croissante depuis le IIe siècle, et avec plusieurs traits identiques quant aux paysages ruraux et aux conditions fondamentales de la vie économique et sociale, une grande diversité de situations qui procède peut-être en partie de l'héritage d'époques plus anciennes dont toute trace a disparu, mais qui doit s'expliquer aussi par les conditions historiques différentes qui ont pu présider à la mise en valeur de chaque chaînon.

14Ce ne sont pas, en effet, les conditions géographiques de relief, de climat ou de répartition des terroirs, qui permettent de rendre compte de cette diversité. Elles l'expliquent, certes, en partie : les villages les plus peuplés sont entourés de vastes terroirs et ces derniers sont moins nombreux dans le Ǧebel Bārīšā que dans les Ǧebels Sim‘ān et Zāwiye ; mais certains terroirs, plus vastes que d'autres et qui supportent de gros villages, ne sont pas encore densément peuplés : ainsi Muğleyya et Dēḥes. Il est remarquable aussi que plusieurs des villages les plus peuplés occupent des plateaux sur des sommets : Ruweiḥa, Kafr Nābū et peut-être Brād, alors que des plaines comme celle qui s'étend d'El Bāra à Btirsa, dans le Ǧebel Zāwiye, en comportent peu. C'est donc dans les conditions de la mise en valeur du Massif calcaire qu'il convient de rechercher l'explication des disparités.

UN CONTEXTE GÉNÉRAL D'EXPANSION DÉMOGRAPHIQUE

  • 3 R.J. Braidwood : Mounds in the Plain of Antioch. An Archeological Survey, Chicago, 1937.
  • 4 Sur la prospérité de la plaine de Chalcis au IVe siècle, Ammien Marcellin, note 305, Paris, 1968.
  • 5 G. Tate : Mutabilité des économies antiques : l'exemple de la Syrie du Nord (IV - VIe siècles), dan (...)

15Celle-ci s'inscrit de toute évidence, à partir du IIe siècle, dans un contexte d'expansion démographique de toute la Syrie du Nord. Les témoignages littéraires montrent que les plaines d'Antioche3 et de Chalcis étaient à la fois prospères et peuplées et les prospections de Braidwood le confirment pour la plaine d'Antioche. Pour le plateau intérieur, tout indique qu'entre le 1er et le IIIe siècle, le domaine des sédentaires s'est étendu aux dépens des nomades. D'après Strabon, la ligne de séparation s'établissait au plus près d'Émèse, Aréthuse et Épiphanie ; elle passait peut-être plus à l'est au niveau de la plaine de Chalcis, puisque Pline fait l'éloge de sa fertilité4. Au début du IIIe siècle, on la trouve beaucoup plus loin à l'est. Une première preuve en est donnée par l'organisation militaire de la Haute Syrie : au Ier siècle, le point de concentration des armées romaines de Syrie est Zeugma sur l'Euphrate5 ; venant d'Antioche, les armées devaient remonter très loin au nord, contourner le Ǧebel Sim‘ān jusqu'à Cyrrhus, où la Xe légion Fretensis était cantonnée, avant de prendre la direction de l'est. Le seul intérêt de cette route fort longue était d'éviter le domaine encore peu sûr des nomades. Au IIIe siècle, ces détours ne sont plus nécessaires : le point de concentration normal est désormais Hiérapolis, beaucoup plus méridionale que Zeugma, et plus proche d'Antioche. On pouvait l'atteindre directement par la route d'Antioche à Béroé, probablement construite sous Septime Sévère. Cette route n'avait pu l'être, selon F. Cumont, qu'en raison de la pacification récente de la plaine à l'ouest de l'Euphrate. Une autre preuve est que, d'après la Table de Peutinger et l'Itinéraire Antonin, le réseau routier de la Haute Syrie est mis en place à l'époque des Sévère : le triangle formé par la dorsale palmyrénienne, les Ǧebels Sbeit et Ḥās et le Ǧebel il‘Ala est quadrillé par un réseau complet de routes stratégiques. Alors apparaissent les noms de localités jusque-là inconnues : Anasartha, Andrôna et Seriane, simples points fortifiés et nœuds de communication vite transformés en établissements de grandes dimensions au cœur d'une région récemment conquise à l'agriculture. C'est dans ce contexte de conquête des terres stériles, soit sur les nomades, soit sur les friches, qu'il convient de situer les débuts de la mise en valeur du Massif calcaire aux IIe et IIIe siècles. Reste à savoir quelles modalités elle a revêtues ; celles-ci ont pu varier d'une zone à l'autre, si l'on en juge par les disparités précédemment relevées.

Notes

1 Même si l'on se borne à la recherche d'ordres de grandeur, il est malaisé d'obtenir des données chiffrées sur la situation des villages du Massif calcaire vers 250 car cette date se trouve à l'intérieur de plusieurs tranches chronologiques sans constituer la limite d'aucune. Il existe toutefois des moyens de tourner cette difficulté, dès lors que l'on n'utilise pas les chiffres pour eux-mêmes mais pour les comparaisons qu'ils permettent. Dans le passage qui suit, il est fait appel à quatre notions différentes, chacune d'elles illustrée par des données chiffrées ; voici comment elles sont obtenues :

Première notion. Le taux de progression par décennie. Ce chiffre est obtenu par le quotient du nombre de pièces de chaque village appartenant à telle tranche par le nombre de décennies que celle-ci comporte. Nous avons vu que pour la période 210-380, nous avons adopté un profil d'évolution similaire à celui que suggère la répartition des inscriptions, en considérant non leur nombre dans chaque décennie, mais les coupures, les changements de rythme qu'elle accuse. Le calcul ayant été effectué par l'ordinateur, nous obtenons pour 250 une série de chiffres hypothétiques mais cohérents ; c'est cette cohérence, par les comparaisons qu'elle autorise, et non les chiffres eux-mêmes qui nous importe.

Deuxième notion. La population respective des villages. Nous avons pris comme base d'évaluation relative les chiffres obtenus précédemment, compte tenu du fait qu'en 210-250, la croissance a été tenue pour constante, et faute de rien pouvoir connaître de l'état antérieur des villages.

Troisième notion. La densité démographique des villages. Bien entendu, c'est seulement un « reflet » de cette densité qu'il est possible d'obtenir et seulement afin de comparer la situation des trois chaînons : nous multiplierons d'abord par 40 le nombre de pièces construit chaque année, décennie par décennie jusqu'en 250, ce chiffre étant constant depuis 210 ; nous le divisons par le nombre de villages habités, ce qui procure une moyenne de pièces par villages, et nous divisons cette moyenne par la dimension moyenne des terroirs ; il va de soi que ces chiffres sont des abstractions.

Quatrième notion. La répartition des maisons, dans chaque chaînon ou groupe de chaînons, par nombre de pièces, et particulièrement entre deux catégories majeures, de une à trois pièces et de plus de trois pièces. Il n'existe aucune méthode permettant de la connaître vers 250. Compte tenu du fait qu'après cette date, nous avons émis l'hypothèse d'un arrêt de la construction puis d'une reprise à partir de 270, et bien que, dans cette hypothèse, le nombre des pièces de la période 270-380 soit à peu près le même que celui de la période 210-250, nous sommes contraint de considérer toutes les maisons antérieures à 370. Ce choix ne présente aucune difficulté pour le Ǧebel Zāwiye ; ce n'est pas le cas pour les chaînons Nord, où la date de 380 ne marque pas seulement le terminus ante de la tranche 210-380, mais se trouve aussi à l'intérieur de la tranche 210-480. Faute de pouvoir obtenir des informations précises sur la situation des villages en 250, nous avons envisagé, pour les chaînons Nord, la répartition des maisons par groupes de une à trois et de plus de trois pièces, successivement dans les tranches 2, 1 et en les additionnant (p. 165) :

Pourcentage des pièces des maisons de une à trois pièces

Image 1.jpg

Il est frappant qu'à l'intérieur de ces deux tranches, on relève entre le Ǧebel Sim‘ān et les autres chaînons, une évolution divergente : le groupe des maisons de une à trois pièces augmente dans le premier, quand on envisage la tranche 2 qui est plus longue, alors qu'il diminue dans les Ǧebels Bārīšā et Ḥalaqa. Si l'on estime que cette évolution s'inscrit dans la suite de ce qui précède, on sera fondé à penser que vers 250 le groupe des maisons de une à trois pièces était plus important dans les Ǧebels Bārīšā et Ḥalaqa qu'en 380, mais non dans le Ǧebel Sim‘ān. Nous reviendrons plus loin sur cette question.

2 La culture de l'olivier est formellement attestée dans le Ǧebel Bārīšā par une inscription de Rab‘eitā (Jarry III 40, p. 93) : il est question d'une parcelle de 32 pieds d'oliviers : si la distance est de 10 m entre 2 pieds d'oliviers, la parcelle est de 800m2 environ (5x5x32). Le régime dominant est donc celui de la petite exploitation et non celui de la propriété d'un seul tenant ; notons en passant l'exiguïté de cette parcelle. L'oléiculture est prouvée par au moins deux pressoirs, celui de Kafr Nābū (daté de 224) et celui de Bānqūsā (daté du IIIe siècle par l'appareil des murs).

Quant à l'élevage, il est attesté par les auges trouvées dans les pièces classées respectivement dans les tranches de 210 à 380 et de 210 à 480 :

Image 2.jpg

Compte tenu de leur nombre réduit et surtout du fait qu'il est impossible de déterminer, par des critères archéologiques, celles qui sont antérieures à 250, il serait imprudent de tirer argument de cette répartition.

3 R.J. Braidwood : Mounds in the Plain of Antioch. An Archeological Survey, Chicago, 1937.

4 Sur la prospérité de la plaine de Chalcis au IVe siècle, Ammien Marcellin, note 305, Paris, 1968.

5 G. Tate : Mutabilité des économies antiques : l'exemple de la Syrie du Nord (IV - VIe siècles), dans Géographie historique au Proche-Orient, p. 249-256, Paris, 1988.

Table des illustrations

Légende Tab. 35 - Taux annuel de construction et densité démographique relative.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 282 - Le Massif calcaire vers 250 : nombre de pièces des villages étudiés.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Graphe 10 - Classement des villages du Ǧebel Sim‘ān d'après le nombre des pièces vers 250.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Graphe 11 - Classement des villages du Ǧebel Ḥalaqa d'après le nombre des pièces vers 250.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Graphe 12 - Classement des villages du Ǧebel Barīšā d'après le nombre des pièces vers 250.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Graphe 13 - Classement des villages du Ǧebel il A‘la d'après le nombre des pièces vers 250.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4372/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Graphe 14 - Classement des villages du Ǧebel Zāwiye d'après le nombre des pièces vers 250.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4372/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Tab. 36 - Répartition des maisons, en pourcentage du nombre total de pièces et par Ǧebel vers 250.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4372/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540