Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Les données constantes de l'économie et de la société villageoises

III. Les villages comme ensembles

Texte intégral

1A leur propos se posent les problèmes de leur « liberté » et de leur hiérarchie.

A- DÉPENDANCE OU INDÉPENDANCE DES VILLAGES ?

  • 1 On rencontre des decaprotes, des presbytes, et, à Ma‘arret Biṭār, dans le Ǧebel Zāwiye un Stratègos (...)
  • 2 Hauran I, p. 82 : Dans le Hauran, les noms des « magistrats » sont très variés « Les habitants du v (...)

2A part Bāzīher, les villages étaient des kômai dont l'indépendance se traduisait par l'existence d'institutions communautaires. Les rares inscriptions qui mentionnent le nom des magistrats de la kômè montrent qu'il existait une grande diversité à cet égard1. Bien que les témoignages épigraphiques soient peu nombreux, on peut supposer que tous les villages étaient dotés de telles institutions, ne serait-ce que pour répartir l'impôt entre les contribuables. En revanche, l'existence de magistrats n'implique pas celle de bâtiments publics ; les réunions que nécessitait la gestion des affaires de la commune pouvaient avoir lieu dans la maison d'un particulier. Il en est encore ainsi aujourd'hui dans les villages du Massif calcaire : la maison du Mukhtār fait fonction de mairie2.

3Cette indépendance est fondée sur le fait que les villageois sont propriétaires d'une partie au moins des terres qu'ils cultivent. Libanios évoque, toutefois, avec le patronage, une pratique qui a pu aboutir, selon certaines interprétations, à placer des villages dans la dépendance d'un patron, généralement un militaire ou un groupe de soldats. Grâce à l'impunité que leur valait cette protection, ils commettaient, au dire de Libanios, les pires forfaits en se livrant à des expéditions de pillages dans les villages voisins. Ainsi, au bout de plusieurs décennies, des liens de dépendance se seraient développés entre les patrons et certains villages. Notre propos n'est pas de reprendre ici cette question ni de proposer une interprétation nouvelle des événements, mais plutôt de chercher à en comprendre l'importance pour les villages étudiés. Les données archéologiques ne laissent aucun doute : le patronat, s'il a existé, n'a pas empêché la croissance des villages jusqu'au milieu du VIe siècle et l'on ne voit pas dans quels « châteaux » les patrons auraient installé le siège de leur domination. Du IVe au milieu du VIe siècle, le patronat n'a certainement joué qu'un rôle secondaire dans la vie des villages du Massif calcaire. A partir du VIe siècle il est en revanche impossible de rien dire car la croissance des villages s'interrompt. Il conviendra, toutefois, de revenir sur cette question en étudiant leur évolution car, au-delà de ce que traduisent les données archéologiques, il existe des phénomènes non décelables archéologiquement, mais non moins contraignants, que l'on peut seulement envisager par déduction.

B- DISPARITÉS DES VILLAGES

  • 3 G. Dagron : article cité.
  • 4 IGLS II 530.

4Par leurs dimensions, mais surtout par leur population, telle que l'indique le nombre des pièces, les villages sont inégaux. Ces inégalités sont importantes, puisque le plus grand village connu, El Bāra, compte environ 850 pièces alors que le plus petit, Ma‘aramāyā n'en a que 17. En fait, une hiérarchie comparable paraît avoir existé dans chacun des cinq chaînons du Massif calcaire. Dans le Ǧebel Sim‘ān, c'est Brād, avec son tissu serré de constructions, qui est de loin le village le plus grand si toutefois c'est un village. Il est malheureusement impossible de l'étudier sans le fouiller sur une grande échelle car la plupart des constructions sont entièrement en ruines et certaines d'entre elles sont, en outre, surmontées de constructions modernes. Les villages du Ǧebel Ḥalaqa sont à proximité des plaines de Dānā et de Sermadā, où se trouvaient sans doute de grandes agglomérations, aujourd'hui entièrement détruites ou enfouies. Dans le Ǧebel Bārīšā, Dēhes et surtout Kaukanāyā et Qerqanyā ont pu jouer un rôle de centre régional. Dans le Ǧebel Zāwiye, celui-ci était évidemment dévolu à El Bāra. Plus à l'est, dans les régions basaltiques, on rencontre aussi de grandes agglomérations, dont les dimensions dépassent celles des villages ordinaires : Tarutia, Andrôna et Anasartha. Ces grands villages constituent une catégorie homogène dans laquelle on n'hésitera pas à reconnaître les metrocomiae, les kômai megalai3 évoquées dans les textes législatifs. Elles constituent des centres administratifs régionaux, des échelons intermédiaires, dans les cités, entre le chef-lieu et les simples villages, comme le montre clairement la présence à Brād d'un comes4 désigné par une inscription de Bāb el Hawā.

5Ces metrocomiae se distinguent-elles des autres kômai par des caractères économiques et sociaux particuliers ? Nous avons vu que, dans la mesure où l'on peut en juger sans fouille, rien ne les différenciait dans leur structure et que, du point de vue économique, elles étaient certes en possession de terroirs plus vastes mais sans occuper, sauf El Bāra, un emplacement privilégié par rapport aux voies de communication. Brād est même au contraire tout à fait défavorisé de ce point de vue, étant séparé de la vallée de l'‘Afrīn par un abrupt et de la plaine de Chalcis par un dédale de vallées sinuant entre des plateaux. Leur particularisme se manifeste-t-il alors, dans le domaine économique et social, par une plus grande différenciation des activités ? Il est impossible de le savoir car, s'il est raisonnable de supposer que les villageois pratiquèrent des activités artisanales et commerciales dans leurs maisons, sans disposer de locaux spécialement conçus à cette fin, il est impossible de savoir sans fouille si elles existaient partout ou seulement dans certaines maisons et dans lesquelles. Notons, toutefois, qu'à El Bāra et à Serğilla, le pressurage de l'huile, qui constituait l'activité industrielle par excellence, paraît avoir fait l'objet d'une spécialisation alors que, dans les autres villages, les pressoirs faisaient partie de l'équipement de l'exploitation. On ne s'arrêtera guère à la question de leur originalité quant à leur composition sociale, bien que Libanios les tiennent pour des villages libres appartenant à plusieurs propriétaires alors que les villages plus petits auraient appartenu à un seul et auraient été peuplés de paysans dépendants, car nous avons vu que le nombre de pièces et donc la population ne faisaient rien à l'affaire : tous les villages étudiés, du plus grand au plus petit, sauf Bāzīher, étaient des kômai.

CONCLUSION

6Les campagnes du Massif calcaire sont caractérisées, entre le IIe et le VIe siècle, par la permanence d'un cadre : habitat groupé, pratique conjointe de l'auto-suffisance et de la production pour la vente, division de la société en groupes d'inégale extension. A l'intérieur de ce cadre, nous savons désormais que les éléments de changements sont au nombre de trois : le nombre des hommes, la place relative de chaque activité économique et le dynamisme de chaque catégorie de maisons. Sur ces trois paramètres, l'évolution du nombre des maisons apporte des informations qu'il s'agit maintenant de regrouper et d'analyser.

Notes

1 On rencontre des decaprotes, des presbytes, et, à Ma‘arret Biṭār, dans le Ǧebel Zāwiye un Stratègos tès kômès, en 250 (IGLS IV, 1533 p. 169).

2 Hauran I, p. 82 : Dans le Hauran, les noms des « magistrats » sont très variés « Les habitants du village, constituent collectivement une commune, Koinov, qui dispose de fonds collectifs pour les dépenses publiques. La gestion des affaires villageoises est assurée par divers personnages : (parfois plusieurs sont associés) et, au-dessous d'eux (fonctions peut-être secondaires et liées à une tâche précise) : pistoi, pronoètai, dioikètai, epimelètai, episkopai, oikonomai, ainsi que des ekdikoi et d'autres sundikoi, qui nous paraissent être des représentants de la communauté villageoise à l'extérieur. La diversité de ces titres, dont nous ne citons que les plus fréquents, pourrait faire songer à une répartition extraordinairement précise et juridiquement délimitée des tâches. Mais ne traduit-elle pas plutôt les incertitudes du grec devant des fonctions simples, peu différenciées, mais étrangères à la tradition politique grecque ? »

3 G. Dagron : article cité.

L. Harmand : Libanius, Discours sur les patronages, Paris, 1955.

P. Brown : Ville, village et saint homme, le cas de la Syrie, dans : La société et le sacré dans l'Antiquité tardive, Paris, 1985, p. 107-118.

C. Lepelley : L'image du Décurion oppresseur au Bas-Empire, dans E. Frézouls : Crise et redressement dans les provinces européennes de l'Empire (milieu du IIIème - milieu du IVème siècle ap. J.-C), p. 143-156.

4 IGLS II 530.

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540