Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Les données constantes de l'économie et de la société villageoises

II. La société villageoise

Texte intégral

1Les données archéologiques permettent seulement de saisir les groupes entre lesquels la population villageoise se répartissait : les maisons et, secondairement, les couvents.

A- LES MAISONS COMME UNITÉS ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

OIKOS ET OIKIA

  • 1 IGLS IV 1451.
  • 2 Selon F.Villeneuve (thèse dactylographiée sur le Hauran, p. 276), oikos dans le Hauran peut désigne (...)

2Par maison, il ne faut pas seulement entendre un ensemble architectural, mais aussi le groupe humain qui l'habite et y travaille. Les rares inscriptions grecques qui les désignent connaissent deux mots, oikos et oikia. Le premier s'applique à la maison envisagée dans sa réalité matérielle, soit l'ensemble de ses bâtiments, soit plutôt, d'après une inscription de Dallōza1, son élément principal, le bâtiment d'habitation et d'exploitation ou même une partie de celui-ci, la pièce. Le second a parfois le même sens mais il désigne plutôt les habitants, c'est-à-dire la maisonnée2.

3Parmi nos devanciers, de Vogué et Butler ont adopté la même terminologie. Rostovtzeff parle au contraire de villas. Quant à Tchalenko, il distingue villas, fermes, maisons ouvrières et maisons paysannes, en postulant implicitement l'existence d'une correspondance rigoureuse entre une typologie des constructions et un classement socio-économique de la population. Nous avons vu plus haut que ce postulat était à rejeter car les maisons ne se différenciaient pas entre plusieurs types qualitativement distincts par l'agencement et par le fonctionnement. Les catégories entre lesquelles ce type unique se subdivise sont déterminées uniquement par des différences quantitatives : dimensions, appareil des murs, abondance et emplacement du décor. A toutes les maisons du Massif calcaire, il convient donc d'appliquer un terme unique ; faut-il pour autant récuser chacun des termes proposés par G. Tchalenko ?

INADÉQUATION DU TERME « VILLA »

  • 3 J.-G. Gorges : Les villas hispano-romaines, Paris, 1979, p. 111 et sq.

4Bien qu'il paraisse s'imposer d'évidence, le terme de villa ne convient pas, quelle que soit l'acception dans laquelle on le rencontre. D'après les agronomes latins de l'époque républicaine, Caton et Varron, la villa est une ferme, le centre d'une exploitation agricole et il en existe de plusieurs sortes qui s'ordonnent suivant les degrés d'une hiérarchie, s'échelonnant de la simple ferme à la résidence de grand propriétaire terrien. Cette conception littéraire de la villa est confirmée et précisée par l'archéologie. Dans son ouvrage sur les « villas hispano-romaines » J.-G. Gorges propose deux classements typologiques3, l'un portant sur l'ensemble des villas connues de l'Occident romain, l'autre sur les villas d'Espagne. Par delà des différences notables quant aux dimensions et à la morphologie, elles offrent des traits communs, que l'on se reporte aux définitions littéraires ou aux vestiges archéologiques. Hormis la présence d'une cour centrale, tout les oppose aux maisons du Massif calcaire : dans les villas, il existe une séparation nette entre la pars urbana, résidence du propriétaire, et la pars rustica qui comprend des bâtiments spécialisés d'après leur fonction. Dans les maisons du Massif calcaire, les bâtiments d'habitation et d'exploitation sont, au contraire, semblables. La seule division qu'ils connaissent est verticale, et elle n'est pas hiérarchique, les rez-de-chaussée étant dévolus aux fonctions économiques, l'étage aux habitants. En outre, les villas, même les plus modestes, comprennent des thermes et certaines pièces de la pars urbana sont chauffées, ce qui n'est pas le cas des maisons du Massif calcaire. Ajoutons, enfin, qu'à la différence des maisons du Massif calcaire, les villas ne se rencontrent qu'en dehors des villages.

AMBIGUÏTÉ DU TERME « FERME »

5Le mot « ferme » conviendrait mieux mais il a l'inconvénient d'entretenir une ambiguïté quant au rapport juridique entre les habitants et les terres qui en dépendent. Les expressions « maisons ouvrières » et « maisons paysannes » sont également à rejeter, les précisions qu'elles semblent apporter sur le statut de leurs habitants étant arbitraires. Comment savoir en effet si les habitants de ces maisons avaient une activité salariée complémentaire ou même vivaient seulement de leur salaire et comment douter qu'ils aient tous été des paysans ? C'est pourquoi nous avons opté pour le terme de maison, sans plus de précision.

6Les maisons constituent des unités économiques et sociales. Le mur dont elles sont entourées exprime cette unité, il assure leur protection et préserve leur individualité et leur intimité.

LES MAISONS COMME UNITÉS ÉCONOMIQUES

  • 4 Sur le fonctionnement des maisons :

7Du point de vue économique, elles sont caractérisées par une absence totale de spécialisation4. Dans la plupart d'entre elles, l'arboriculture est attestée ou probable et l'élevage est certain, mais les autres activités, lorsqu'elles sont assurées, ne se substituaient pas aux précédentes, elles s'ajoutaient à elles, quels que fussent les dimensions et le nombre des pièces. Dans plusieurs maisons d'une seule pièce, il y a un pressoir dans la cour ou même au rez-de-chaussée, et des auges dans la pièce sous le portique. Même chose dans des maisons de 2, 3 et jusqu'à 6 pièces. La « maison du sculpteur » de Btirsa, nous l'avons vu, est du même type et l'on y pratiquait aussi l'élevage. L'orientation de l'économie domestique était donc déterminée, d'abord, par un souci d'autoconsommation, ce qui implique la diversification des activités, agricoles ou non, et ensuite par la nécessité de vendre, ne serait-ce que pour se procurer du numéraire afin d'acquitter l'impôt quand il était exigé sous forme monétaire.

LA MAISON COMME UNITÉ FAMILALE

8Au plan social, les maisons étaient des unités familiales, mais il est impossible de savoir si ses membres étaient liés par une parenté naturelle ou contractuelle. Dans les villas, l'organisation des différentes parties traduit, en plus d'une différenciation fonctionnelle, une hiérarchie sociale : propriétaire, intendant, ouvriers et esclaves occupent des logements différenciés. Dans les maisons du Massif calcaire, au contraire, les pièces de l'étage sont à peu près ou tout à fait égales, par les dimensions et à cause de l'absence générale de tout élément de confort, à moins de considérer comme tel les latrines dont quelques rares bâtiments étaient équipés.

  • 5 IGLS 391.
  • 6 IGLS 436 et 359.

9Il ne résulte pas de cela que les maisons aient été des groupes égalitaires mais seulement que les inégalités qu'ils connaissaient peut-être n'avaient ni incidence dans le logement, ni fondement de type statutaire ou économico-social. Socialement, les maisons sont des groupes homogènes, hiérarchisés ou non. Ce sont les liens de type familial qui correspondent le mieux à ce schéma. Les rares inscriptions où des habitants des maisons sont évoqués confirment cette déduction. Elles indiquent l'existence de familles conjugales, de familles conjugales élargies – le père et ses enfants5 – et de familles à ménages multiples - plusieurs frères et leurs enfants6. Les inscriptions funéraires révèlent que des combinaisons variées étaient possibles. Certaines indiquent que la construction d'une tombe collective a été financée par plusieurs membres d'une famille large, chacun ayant apporté une quote-part lui donnant droit à un nombre défini de sarcophages. Ces textes soulèvent d'ailleurs une question : les membres d'une même maison étaient-ils propriétaires collectivement ou dans la personne du chef de famille de la maison et des biens qui en dépendaient ou l'unité de base, en fait de patrimoine, était-elle représentée par la famille conjugale ? Des indices matériels semblent indiquer que les cas de figure étaient variés ; certaines grandes maisons ont été divisées après avoir été agrandies, d'autres ont été construites séparément, mais des communications directes étaient ménagées entre elles. Cette variété des situations suggère que la maison correspondait à une unité de patrimoine, mais que cette unité pouvait être brisée par la division du groupe domestique et qu'inversement les familles pouvaient être plus étendues que les maisons, constituant des groupes séparés mais liés par la parenté et, matériellement, peut-être par une communication directe entre les maisons ou par la construction d'une grande tombe commune, chaque famille conjugale se voyant assignée un ou plusieurs emplacements dans celle-ci.

  • 7 PAES n° 1 072.

10Tous les cas signalés jusqu'à présent concernent des familles naturelles. Existait-il aussi des familles contractuelles ? Rien ne permet de l'affirmer mais l'argument a silentio ne saurait suffire, d'autant plus que le terme « frère » peut aussi bien désigner une parenté contractuelle. La famille, enfin, peut avoir été élargie au personnel servile, mais nous n'en avons trouvé d'indice que dans une seule inscription7. Quoi qu'il en soit, les liens familiaux paraissent avoir constitué la trame la plus solide de la société villageoise. Les « entreprises » de construction évoquées dans les inscriptions elles-mêmes sont souvent formées de groupes familiaux.

NOMBRE DES PIÈCES ET NOMBRE DES FAMILLES NUCLÉAIRES

11A défaut de nous éclairer sur la nature des liens entre les membres d'une maison, les vestiges apportent des informations approximatives sur leur nombre. On peut estimer qu'au moment où la maison était construite, et seulement à ce moment-là, il existait une relation entre le nombre des pièces de l'étage et celui des familles nucléaires qui l'habitaient. C'est ainsi que la maison de Brād, construite en 207-208, comporte trois pièces ; nul doute qu'elles étaient affectées à chacun des trois frères nommés dans l'inscription. On peut présumer aussi que l'agrandissement d'une maison répondait à une augmentation du nombre de ses membres et à l'accroissement du volume de ses activités mais rien ne peut être dit, en revanche, à ce propos plusieurs décennies après sa construction. Les tableaux qui suivent n'indiquent donc pas la population des maisons du Massif calcaire à l'époque où l'on a cessé d'en construire de nouvelles ou d'agrandir les anciennes (VIe siècle) mais plutôt celle prévue au moment de la construction de chacune d'elles.

12Considérons tout d'abord la répartition des maisons d'après le nombre des pièces (tab. 28).

Tab. 28 - Répartition des maisons d'après le nombre des pièces.

PRÉDOMINANCE, EN NOMBRE, DES MAISONS DE UNE À DEUX PIÈCES

13Les maisons des une et deux pièces forment le groupe le plus important en nombre (58 %). Cette supériorité devient écrasante si on leur ajoute les maisons de trois pièces (76 %). Elle paraît l'être davantage si l'on remarque que nous avons rangé dans le groupe des maisons de plus de trois pièces des maisons qui en avaient moins à l'époque de leur construction, mais qui ont été agrandies ensuite (tab. 29). Les maisons, en effet, ne sont pas des réalités intangibles, elles évoluent en s'agrandissant ou en se divisant. Malheureusement, il est plus aisé de repérer les agrandissements que les divisions, celles-ci n'étant matérialisées que par un mur de la cour. Quoi qu'il en soit, une proportion importante des maisons de plus de trois pièces résulte d'un ou de plusieurs agrandissements alors que celles de trois pièces constituent des réalités plus stables.

LES MAISONS DE TROIS PIÈCES ET PLUS RÉSULTENT SOUVENT D'UNE EXTENSION

14Alors qu'un cinquième au plus des maisons de 2 ou 3 pièces ont atteint leur état final après agrandissement, la proportion pour les maisons de 4 pièces et davantage n'est jamais inférieure à 30 %, sauf pour les maisons de 11 et 12 pièces, dont le petit nombre retire toute valeur à ces calculs. Notons aussi la vigueur du groupe des maisons de 6 pièces. Dans leur très grande majorité, les maisons comportent 1 à 3 pièces au moment de leur construction, mais un grand nombre d'entre elles connaissent un ou plusieurs agrandissements et viennent augmenter le groupe vigoureux des maisons de 4 pièces et plus.

Tab. 29 - Évolution dynamique des maisons (les cas douteux ne sont pas pris en compte).

Tab. 30 - Nombre total de pièces par catégorie de maison.

15Si l'on se fonde, pour évaluer l'importance de ce dernier groupe, non plus sur le nombre des maisons mais sur celui des pièces qu'elles totalisent, sa vigueur apparaît plus grande encore.

16Évaluées en nombre de pièces, les maisons de 1 à 3 pièces et celles de 4 pièces et plus s'équilibrent ; on ne peut donc plus parler de prédominance des maisons de 1 à 3 pièces : les deux groupes représentent respectivement 52,6 % et 47,4 % du total. Il conviendra de s'interroger, dans un prochain chapitre, sur leur évolution respective dans le temps et d'examiner si cette égalité s'est jamais rompue en faveur de l'un ou de l'autre. D'après l'évolution de chaque maison, les cas d'agrandissement sont les plus nombreux. Il serait cependant hasardeux de tenir cette conclusion pour certaine car, s'il est facile de repérer les agrandissements, il ne l'est guère de s'assurer des divisions. C'est seulement en comptabilisant, pour chaque période, le nombre des maisons construites de chaque groupe que l'on pourra savoir si leur proportion s'est modifiée dans le temps.

17Il est possible, en revanche, d'envisager les phénomènes de répartition dans l'espace (tab. 31). Ces deux groupes de maisons sont-ils répartis dans la même proportion dans l'ensemble du Massif calcaire (tab. 32).

Tab. 31 – Répartition des maisons, par nombre de pièces, dans chaque Ğebel

Tab. 32 - Récapitulation par Ǧebel.

18Prédominance des maisons de 1 à 3 pièces dans les chaînons Nord, des maisons de plus de 3 pièces dans le Ǧebel Zāwiye (tab. 33). L'opposition est donc nette entre les chaînons Nord, et particulièrement le Ǧebel il A‘la, où les maisons de 1 à 3 pièces forment le groupe le plus important en nombre de maisons (plus de 78 %) et en nombre de pièces (56,5 à 75,5 %), et le Ǧebel Zāwiye, où ces maisons sont également plus nombreuses (67,2 %) mais totalisent une moins grande quantité de pièces (41,5 % contre 58,5 % aux maisons de 4 pièces et plus) (tab. 33).

Tab. 33 - Nombre de maisons et nombre de pièces en pourcentage par Ǧebel.

  • 8 P. Laslett, Annales E.S.C., 1972.

19Les villages du Massif calcaire sont donc caractérisés par une grande diversité quant à l'extension des groupes, familiaux ou autres, dont ils sont constitués. Pour les définir, nous adopterons la terminologie exposée par P. Laslett8, qui distingue ménages simples (famille nucléaire + descendants non mariés), familles élargies (famille nucléaire + descendants non mariés + parents ascendants ou collatéraux célibataires), ménages multiples, de type fraternel (plusieurs frères mariés) ou ascendant et enfin les maisonnées qui comportent plusieurs ménages, apparentés ou non. En l'absence d'inscriptions assez nombreuses, nous ne supposerons pas qu'il existait une relation rigoureuse entre le nombre des pièces des maisons et celui des ménages qu'elles comportaient. On peut toutefois envisager les principales possibilités.

LES MAISONS DE UNE À TROIS PIÈCES CORRESPONDENT LE PLUS SOUVENT À DES GROUPES RESTREINTS

20Les maisons d'une et deux pièces correspondent ordinairement à des ménages simples, tout au plus à des familles élargies. Elles représentent 27,9 % du total des maisons, ce qui est important, mais seulement 10,3 % du nombre total des pièces, ce qui est au contraire très faible, même s'il conviendrait d'augmenter le nombre des maisons qui avaient une pièce au moment où elles ont été construites, mais qui ont été agrandies ensuite. Les maisons de 2 et 3 pièces peuvent avoir appartenu à des familles nucléaires mais ce sont évidemment les familles élargies et les ménages multiples, particulièrement de type fraternel, comme les inscriptions l'indiquent, qui représentent le plus grand nombre. Elles regroupent près de la moitié du total (48,9 % et 42,9 % du nombre des pièces). C'est un groupe très important.

LES MAISONS DE PLUS DE TROIS PIÈCES CORRESPONDENT À DES MÉNAGES MULTIPLES OU À DES FAMILLES PLUS LARGES

21Les maisons de 4 pièces et plus, au contraire, ont dû abriter des ménages multiples ; certaines correspondaient même aux groupes les plus larges. On imagine mal comment les maisons de 5 et 6 pièces ou plus auraient pu être constituées exclusivement de ménages apparentés. Il faut prendre aussi en compte la main-d'œuvre servile qui vivait avec la famille et non dans des logements à part, et peut-être aussi d'autres groupes associés par contrat, à moins de supposer l'existence de véritables tribus. Ces grandes associations correspondent à une forte proportion du nombre des maisons (23,4 %), à une proportion plus forte encore de celui des pièces (46 %). Elles l'emportent donc sur tous les autres modes d'associations, en revêtant toutefois des formes variées que l'absence de documents écrits empêche de connaître.

LE PROBLÈME DES CAUSES

  • 9 Annexes à paraître dans le tome II.

22Quoi qu'il en soit, l'explication de la prédominance des familles larges ne saurait relever seulement de l'anthropologie car l'extension des groupes domestiques a varié dans le temps, et selon les régions. On peut s'interroger sur les relations qui peuvent exister entre ces particularismes et les différences relevées dans les paysages ruraux et dans l'économie des différents chaînons (tab. 34). Le Ǧebel Zāwiye se distingue en effet des autres chaînons par le poids numérique des grandes maisonnées, ménages multiples et familles élargies, les familles nucléaires n'occupant que 7 % des pièces. Or, les villages et les terroirs étaient aussi plus vastes, la densité démographique plus faible et l'économie était marquée par une plus grande prospérité, par le rôle moindre de l'élevage et enfin par l'importance de l'arboriculture et peut-être de la céréaliculture. La prédominance des grands groupes familiaux est-elle liée à un ou à plusieurs de ces traits9 ?

Tab. 34 - Installations économiques et nombre de pièces.

DOMINATION DES GROUPES LARGES DANS LES TERROIRS VASTES ET DE DENSITE DÉMOGRAPHIQUE FAIBLE

23Le seul fait avec lequel cette prédominance paraît être en relation directe, est l'étendue des terroirs : c'est dans le Ǧebel Zāwiye qu'ils sont les plus grands (tab. 34). Pour l'extension des groupes familiaux autant que pour celle des terroirs, les Ǧebel Sim‘ān et Ḥalaqa occupent une position intermédiaire entre ce dernier et les Ǧebels Bārīšā et il A‘la. Les familles larges seraient donc d'autant plus nombreuses que l'espace agricole à exploiter était plus étendu. Ce fait ne doit pas en masquer un autre : la densité démographique (tab. 34) est d'autant plus forte que les terroirs sont plus petits et que les familles larges sont moins nombreuses. La prédominance des familles larges serait donc à mettre en relation avec l'existence d'un mode d'exploitation moins intense dans des terroirs plus vastes. A quelle formule cette situation correspond-elle sur le plan économique ?

24Il serait tentant de l'attribuer à l'importance de l'élevage et c'est un fait que celui-ci est une activité de premier plan dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, où terroirs et groupes familiaux sont plus étendus que dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la. L'élevage, en effet, ne requiert pas une main-d'œuvre nombreuse. Cette hypothèse ne peut cependant être retenue car la place de l'élevage ne paraît nulle part aussi réduite que dans le Ǧebel Zāwiye. Quelles sont donc les activités agricoles auxquelles convenait particulièrement une combinaison d'exploitations étendues, disposant d'une main-d'œuvre nombreuse mais peu dense ? Il convient d'éliminer l'olivier, la vigne et les cultures de jardinage, qui sont au contraire des cultures « peuplantes », à la portée de petites unités. On relève, en effet, que les unités familiales les plus petites l'emportent de beaucoup dans le Ǧebel il A‘la, où la culture de l'olivier occupe la place la plus grande. La culture des céréales et des arbres fruitiers, dont nous avons supposé plus haut l'importance dans le Ǧebel Zāwiye, conviendrait au contraire très bien à ce mode d'exploitation. Sans postuler un rapport de cause à effet entre structures familiales, paysages agraires et orientation générale de l'économie, on ne peut manquer de souligner la corrélation qui existe entre ces différents faits.

B - STATUTS ET HIÉRARCHIE DES CONDITIONS

25Nous distinguerons la question du rapport de droit à la terre, qui entraîne, entre le IVe et le VIe siècle, des différences de statut au sein de la paysannerie, et celle de l'existence éventuelle de catégories socio-économiques dans les villages et de la possibilité de les déterminer.

RAPPORTS DE DROIT À LA TERRE ET STATUTS

  • 10 P. Lemerle : The Agrarian History of Byzantium, Galway, 1979.

26Les villageois sont-ils propriétaires des terres qu'ils cultivent ? A partir de 33210, on le sait, les paysans non propriétaires, appelés désormais « colons », sont fixés à la terre et placés, pour le paiement de l'impôt, sous la responsabilité et dans la dépendance des propriétaires. Ils résident sur des domaines. Les paysans propriétaires, ou « paysans libres » sont installés au contraire dans des communes indépendantes (kômè) et unis par une solidarité devant l'impôt. Par delà des différences d'interprétation souvent considérables quant à la définition de ces statuts, les travaux qui sont consacrés aux paysans sont fondés sur l'analyse des textes législatifs impériaux - et il ne saurait en être autrement - et leur objet est d'élucider un statut, au sens juridique du terme, plutôt que de rechercher la réalité ou les réalités que celui-ci recouvrait. Notre propos sera différent puisque nous avons les villages mais très peu de textes. Ces textes épigraphiques indiquent que telle agglomération est une commune libre ou un domaine. Ils révèlent l'existence de plusieurs communes et d'un seul domaine, celui de Zaerô, à Bāzīher.

27Or le village de Bāzīher ne se différencie pas des autres villages par sa composition : les maisons se répartissent dans les mêmes catégories que celles des autres villages, si l'on prend pour base le nombre des pièces. Elles sont dispersées dans une aire délimitée par un mur dont la fonction n'est pas défensive, mais plutôt de marquer l'appartenance de toutes les maisons, elles-mêmes pourvues d'un mur de clôture, à une même propriété. Aucune de ces maisons ne se distingue des autres par les dimensions ni par l'apparence. Le propriétaire ne résidait donc probablement pas dans le village et toutes les maisons appartenaient à de simples exploitants, c'est-à-dire à des colons. Mis à part l'existence du mur, Bāzīher est donc semblable aux autres villages. C'est seulement dans son évolution que son originalité apparaît : cinq maisons et huit pièces seulement ont été construites après la Tétrarchie. Autant dire que le village n'a pas connu de changement. La dépendance des colons et l'infériorité de leur condition ne se manifesteraient donc pas tant ici par les conditions de leur vie quotidienne, telles que l'habitat les révèle, que par l'impossibilité d'agrandir leur maison et leur exploitation, à moins qu'ils ne se soient heurtés à un empêchement d'une autre nature.

28Si cette remarque est exacte, tous les autres villages que nous avons étudiés sont des communes libres ou le sont devenus dans le courant du IVe siècle. Est-il sûr pour autant que tous les paysans étaient propriétaires ? On peut supposer avec quelque raison qu'il en était ainsi à l'époque où la maison a été construite ou agrandie mais qu'en a-t-il été ensuite ? On ne saurait exclure que telle maison ait connu des difficultés l'obligeant à aliéner une partie ou la totalité de ses biens. La hiérarchie des maisons ne saurait nous masquer l'existence, entre elles, de rapports « invisibles », relevant du droit. On peut cependant tenir pour assuré que l'opposition entre les maisons de 1 à 3 pièces et celles de 4 pièces et plus n'avait pas nécessairement d'implication quant au statut des occupants, les premiers ne pouvant avoir été les colons des seconds car ces deux groupes de maisons ne sont pas séparés par des barrières infranchissables. Il existe des passages constants de l'un à l'autre et dans les deux sens, selon que la maison est agrandie ou divisée, et cette alternance d'accroissements et de divisions forme la trame de l'histoire des maisons comme celle des villages. Les données archéologiques vont donc ici dans le même sens que les informations tirées des textes : les kômai sont essentiellement constituées de paysans libres et propriétaires d'une partie au moins des terres qu'ils cultivaient.

HIÉRARCHIE DES MAISONS ET CATÉGORIES SOCIO-ÉCONOMIQUES

  • 11 O. Aurenche : Architecture et société : les données de l'ethno-archéologie, Nomades et sédentaires,(...)

29Entre les hiérarchies des maisons et celles des conditions de leurs occupants, il n'existait sans doute pas de rapport rigoureux. Sur ce point, le simple bon sens trouve une confirmation dans maintes études de sociologie rurale et d'ethno-archéologie11. Ne serait-ce que pour cette raison, il faudrait donc rejeter la terminologie que G. Tchalenko a utilisé à propos des villageois, en évoquant des propriétaires grands, moyens et petits, des fermiers et des ouvriers. On peut estimer toutefois qu'au moment de leur construction, les maisons étaient à peu près proportionnées à l'étendue des terres qu'elles avaient en culture, ou au moins aux revenus sur lesquels elles pouvaient compter, quelle qu'en ait été la source. Pour connaître la hiérarchie des patrimoines ou, mieux, des revenus telle que la reflète celle des maisons, il convient donc d'envisager les villages dans leur évolution. Ce sera l'objet de notre troisième partie.

30Mais les maisons sont elles-mêmes constituées de familles nucléaires et d'individus. Peut-on dire que la hiérarchie des maisons indique celle des catégories socio-économiques ? Une telle induction est impossible car si la taille des maisons est proportionnelle au nombre de pièces, celui-ci est en rapport direct avec le nombre d'habitants. Il se pourrait donc que le classement hiérarchique des maisons masque une réelle égalité sociale, si le rapport existant dans chacune d'elles entre le montant des revenus et le nombre des parties prenantes était identique. Simple hypothèse, au demeurant, qui montre seulement à quel point il serait hasardeux de chercher à déterminer des catégories socio-économiques à partir des vestiges archéologiques. Tous les cas de figure sont possibles, y compris celui dans lequel les occupants d'une petite maison auraient plus d'aisance que ceux d'une grande. Il existe tout de même un indice de l'aisance d'une maison, c'est son agrandissement : celui-ci serait impossible si elle n'avait pu accumuler des surplus durant plusieurs années. L'inverse toutefois n'est pas vrai ; une maison que l'on n'agrandit pas n'est pas nécessairement une maison pauvre.

31Les données archéologiques apportent donc des informations incomplètes sur la société villageoise. Elles montrent que les maisons sont les cellules économiques et sociales de base mais on ne peut déduire de la hiérarchie selon laquelle elles s'ordonnent celle des patrimoines ou, mieux, celle des revenus. A cet égard, toutefois, deux faits ont été établis. Le premier est que les maisons ne sont pas séparées par des écarts tels que les terres dépendant du village aient pu appartenir à un petit nombre d'entre elles. L'autre, qui en découle, est que la population villageoise comprenait des paysans libres et non des colons. Ce n'est qu'à travers l'évolution des villages qu'il sera possible de savoir, pour chaque période, si une catégorie de maison l'emportait sur les autres.

C - LES COUVENTS

32A partir du Ve siècle, les couvents représentent la quasi-totalité des écarts, certains d'entre eux s'étant développés à partir de ruines ou de maisons paysannes. Depuis l'ouvrage de G. Tchalenko, les seules recherches archéologiques effectuées sur cette question sont dues à J.-L. Biscop pour l'Antiochène, et à J.-P. Fourdrin pour l'Apamène, mais elles n'ont pas encore abouti. Il y a donc peu à ajouter aux conclusions de G. Tchalenko.

33Il ressort de son ouvrage que, du point de vue économique et social, deux périodes sont à distinguer. Des couvents du IVe et du début du Ve siècle marqués par l'ascétisme, rien n'a subsisté. Ceux de la fin du Ve et du VIe siècle ont au contraire laissé des ruines parfois imposantes : couvents de Qaṣr el Banāt (début du Ve siècle), de Turmānīn, de Serğible et d'Apamène (El Bāra et Šinšarāḥ). Ils étaient à la tête de grandes exploitations agricoles, l'ensemble conventuel se trouvant au centre d'un vaste domaine délimité par un mur de clôture ou par des obstacles naturels. Ces domaines étaient donc exploités en faire-valoir direct, soit par une catégorie de moines, ce qui suppose un changement dans les règles monastiques vis-à-vis du travail manuel, soit par une main-d'œuvre spécialisée. De ces deux hypothèses, les vestiges archéologiques conduisent à préférer la première car aucun logement convenant à une main-d'œuvre salariée ou servile n'a été retrouvé.

34Ces grands couvents ont toutefois pu ajouter au domaine qu'ils exploitaient en faire valoir direct des propriétés acquises par donation et louées. On relève, d'autre part, qu'ils ne sont représentés que dans les plaines ou dans le voisinage immédiat de celles-ci. Sur les plateaux, en Antiochène aussi bien qu'en Apamène, ils sont moins nombreux et leurs dimensions sont généralement modestes. Ainsi en est-il des couvents de Dēḥes (Ed Deir), de Bāšakūḥ, de Dueir er Rīḥ et de Qaṣr el Banāt (sud). Les limites des domaines qu'ils exploitaient directement ne sont pas aisées à repérer ; ils ont pu être relativement petits. Pour eux aussi, on peut supposer qu'ils détenaient en propriété des terres que d'autres exploitaient. Aucun indice archéologique sûr ne permet de savoir ce qu'il en était exactement ; nous reviendrons sur cette question en envisageant l'évolution du Massif calcaire.

Notes

1 IGLS IV 1451.

2 Selon F.Villeneuve (thèse dactylographiée sur le Hauran, p. 276), oikos dans le Hauran peut désigner aussi bien la maison qu'une pièce ou même n'importe quel bâtiment. La maison est rarement appelé domos mais fréquemment aulè : cour. En Syrie du Nord, oikos peut désigner une église (IGLS 533).

3 J.-G. Gorges : Les villas hispano-romaines, Paris, 1979, p. 111 et sq.

4 Sur le fonctionnement des maisons :

Pour de Vogüé, p. 53, les pièces du rez-de-chaussée sont affectées au logement des hommes, aux services et à la réception des hôtes, celles de l'étage au logement et à la vie des femmes et des enfants, constituant un harem ou un gynécée. Cette conception est erronée :

1) Le terme άναγαιoν, appartement à l'étage, apparaît dans deux inscriptions du Hauran (F. Villeneuve, thèse dactylographiée, p. 284).

2) Dans la maison 17 de Oumm el Jemal, on trouve une grande salle à loggia (idem à El Bāra et à Kafr Nābū).

3) A Dēḥes, citerne à deux orifices dont l'un, à l'aplomb de la plate-forme d'accès à l'étage, permet un passage direct.

Le Triclinos, salle de l'étage, serait selon F.Villeneuve (thèse p. 302) une salle de séjour à fonction multiple. Pour les latrines (thèse p. 304), il évoque l'existence de réduits au rez-de-chaussée dans une dizaine de maisons. Butler les identifie comme des latrines. F.Villeneuve est d'accord sauf dans le cas de la maison 3 de Oum ez-Zeitoun, ce réduit se retrouvant avec la même position à l'étage : il correspond à un orifice qui fait communiquer les deux pièces ; il semble donc s'agir d'un puits.

5 IGLS 391.

6 IGLS 436 et 359.

7 PAES n° 1 072.

8 P. Laslett, Annales E.S.C., 1972.

9 Annexes à paraître dans le tome II.

10 P. Lemerle : The Agrarian History of Byzantium, Galway, 1979.

11 O. Aurenche : Architecture et société : les données de l'ethno-archéologie, Nomades et sédentaires, Paris, 1984.

Table des illustrations

Légende Tab. 28 - Répartition des maisons d'après le nombre des pièces.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Tab. 29 - Évolution dynamique des maisons (les cas douteux ne sont pas pris en compte).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Tab. 30 - Nombre total de pièces par catégorie de maison.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4368/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Tab. 31 – Répartition des maisons, par nombre de pièces, dans chaque Ğebel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4368/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Tab. 32 - Récapitulation par Ǧebel.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4368/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Tab. 33 - Nombre de maisons et nombre de pièces en pourcentage par Ǧebel.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4368/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Tab. 34 - Installations économiques et nombre de pièces.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4368/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search