Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Les données constantes de l'économie et de la société villageoises

I. Une économie diversifiée

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, G. Tchalenko émet une opinion différente (Villages, p. 47) : « La seule ressource des (...)

1L'économie villageoise est caractérisée par la pratique combinée de l'agriculture, de l'élevage et d'activités industrielles et commerciales variées1. Nous les envisagerons tour à tour, avant d'examiner comment elles s'associent dans chaque région et dans chaque finage.

A - AGRICULTURE ET ÉLEVAGE

1 - L'agriculture

OLÉICULTURE

  • 2 Tome II, annexe 5 (à paraître).

2Au premier rang des activités agricoles vient évidemment la culture de l'olivier. Bien qu'il ne s'agisse nullement d'une monoculture, son importance ne saurait être exagérée. A toutes les époques elle a tenu une place essentielle qui est indiquée par le nombre des pressoirs à huile2 : 245 en tout dans les 45 villages étudiés (56 dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, 157 dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la et 36 dans le Ǧebel Zāwiye). De ces 45 villages, six seulement paraissent en avoir été dépourvus. Mais l'importance de la culture de l'olivier allait bien au-delà de ce que suggèrent ces chiffres car, d'une part, les pressoirs repérés ne sont qu'une partie de ceux qui existaient : un grand nombre d'entre eux étaient souterrains et d'autres sont entièrement recouverts de terre. D'autre part, si l'existence de pressoirs prouve la culture de l'olivier, l'inverse n'est pas vrai : toutes les olives n'étaient pas pressées et d'autres pouvaient l'être dans un village voisin.

VITICULTURE

  • 3 F.M. Heichelheim : Roman Syria, vol. 4, dans E.S.A.R., T. Franck, p. 138.
  • 4 IGLS 1462.

3Après l'olivier, mais sans doute assez loin derrière, la vigne. Sa culture est attestée en Syrie3, dès l'époque romaine, par les agronomes latins et par Pline et, à l'époque byzantine, par le livre de Droit Syrien qui indique, pour le calcul de l'impôt sur les terres plantées de vignes, un tarif différent de celui qui est appliqué sur les terres plantées d'oliviers ou consacrées aux céréales. Libanios, de son côté, évoque la vente du vin produit en Syrie dans les régions voisines d'Antioche. La viticulture (fig. 276 et 277) est donc bien attestée en Syrie du Nord, mais l'est-elle précisément dans le Massif calcaire ? Elle est sûre à El Bāra et à Kafr Kerme, c'est-à-dire Kefer Kermīn, en contrebas du Ǧebel Srīr, au Ier siècle de notre ère. Pour El Bāra, en revanche, il existe des preuves qu'elle s'était maintenue au IIIe siècle : l'Histoire Auguste signale que l'Empereur Elagabal en faisait venir à grands frais à Rome et deux inscriptions du Ve siècle, l'une en grec, l'autre en latin, sur un pressoir, l'attestent formellement4.

Fig. 276 - Viticulture dans le Ǧebel Zāwiye.

Fig. 277 - Viticulture dans le Ǧebel Zāwiye.

  • 5 IGLS 1459.
  • 6 Caton : De agricultura XXI - XXII.

4Un second indice pourrait être donné par l'existence de pressoirs à vin5. Il est malheureusement de maniement incertain car il n'existe pas de critère sûr pour distinguer les pressoirs à vin des pressoirs à huile. D'après Caton, d'ailleurs, les mêmes installations ou des installations similaires pouvaient servir indifféremment au pressurage des olives et du raisin6. Il existe cependant un genre d'installation qui peut avoir été spécialement destiné au foulage du raisin : ce sont des aires quadrangulaires taillées dans le roc et donnant, par un orifice situé au niveau du fond de la cuve, sur une sorte de réservoir. Le raisin pouvait être foulé sur cette aire, le jus s'écoulant ensuite dans la « recette », d'où il était transporté ailleurs, dans des jarres, pour la fermentation. Quelques grands pressoirs, dans plusieurs villages du Ǧebel Zāwiye, à Ǧerāde, à Ruweiḥa et à El Bāra, présentent ce dispositif et ont pu avoir cette fonction. Ils ont une autre caractéristique : le mur extérieur du bâtiment où ils se trouvent est percé d'un orifice, sorte de bouche par où l'on jetait directement les fruits sur l'aire de foulage. Étaient-ce des olives ou des raisins ? En fait, il pouvait s'agir aussi bien des unes que des autres. Deux indices nous portent toutefois à penser que c'était généralement du raisin : l'un d'eux, à El Bāra, porte l'inscription évoquée plus haut, qui est une sorte d'invocation à Dionysos ; quant à ceux de Ruweiḥa et de Ǧerāde, ils ne comportent pas de rouleau pour le broyage, comme cela aurait été normal s'il s'était agi d'huileries. Au total, il n'est pas possible de savoir avec certitude, à partir des seuls vestiges archéologiques, dans quelles zones du Massif calcaire on pratiquait la viticulture, mais il n'est pas douteux qu'on la pratiquait.

BLÉ ET LÉGUMES

  • 7 AAES n° 16.
  • 8 Il n'a pas été possible de s'assurer du sens précis de ces termes.
  • 9 AAES n° 198 ; IGLS 1462.

5Existait-il d'autres activités agricoles ? Bien que les preuves archéologiques manquent, on peut le tenir pour certain, grâce au témoignage allusif de quelques inscriptions. Deux d'entre elles, en syriaque et en grec, donnent des informations claires. La première est la célèbre inscription de Ḫerbet Hasan7 gravée sur le linteau de l'église, qui indique, outre la date de la construction (507), le montant total du coût des travaux de gros œuvre et sa composition en numéraire et en nature : 85 dariques et 30 bushels de haricots, de grains et de lentilles8. La seconde inscription, qui se trouve à El Bāra9, est une citation scripturaire : « Par nos récoltes de blé, de vin et d'huile nous avons été comblés dans le pays ». Faut-il attribuer une valeur documentaire à ce second témoignage ? On pourrait en douter si elle ne venait confirmer ce que nous apprend la première, en ce qui concerne la culture du blé, ce que nous savons par les vestiges archéologiques à propos de l'olivier et de la vigne et enfin ce qu'indiquent certaines sources textuelles : Libanios, les textes biographiques et le traité de Droit Syrien. Il existe une sérieuse convergence d'indices en faveur de l'existence de la culture d'une part du blé et d'autre part des légumes : haricots et fèves.

ARBRES FRUITIERS

  • 10 Je dois à J.-P.Pascual les informations tirées de l'ouvrage de F. Husayn : Al hayat az zira‘iyya. I (...)
  • 11 R. Livet : Les champs allongés de Basse-Provence, dans Géographie et histoire agraires, Annales de (...)

6Il existe enfin des indices indirects que l'on pratiquait aussi la culture des arbres fruitiers et celle des fourrages. Pour la première, nous avons évidemment les sources textuelles, mais elles valent pour l'ensemble de la Syrie et pas seulement pour le Massif calcaire. Les arbres fruitiers d'autre part tiennent actuellement une place de tout premier plan dans l'économie agraire du Ǧebel Zāwiye, ce qui prouve que les conditions de sol et de climat leur conviennent. Or cette richesse arbustive était attestée, dans la région de Ma‘arret en No‘mān, par les chroniqueurs arabes, au moment de la conquête islamique10. La seule preuve matérielle que nous avons de l'importance de l'arboriculture est ténue : elle est procurée par le grand nombre de parcelles très allongées dans les terroirs antiques. S'il n'y a pas de raison de penser que ce type de culture a déterminé cette forme, il est sûr en revanche qu'elle lui convient particulièrement bien, alors qu'elle n'est pas adaptée aux labours pratiqués avec araires : pour ces derniers, les parcelles carrées sont plus indiquées car elles permettent les labours croisés11.

2 - L'élevage

7Il constitue, autant ou davantage que la culture de l'olivier, une activité majeure dans l'économie du Massif calcaire. Cette importance se mesure au nombre des auges recensées dans les maisons des villages les mieux conservées : 500 pièces, en tout, en sont pourvues soit en travers, soit plus rarement dans la longueur, ce qui représente plus d'une pièce sur dix. Ce chiffre est certainement très inférieur à la réalité antique car il y avait des auges entre les piliers ou les colonnes d'un certain nombre de portiques et il en existait aussi dans d'autres pièces. Celles que nous n'avons pas prises en compte ont été déplacées, particulièrement à la fin du XIIe siècle et au XIIIe siècle, quand le Massif calcaire a connu une réoccupation partielle par une paysannerie dont l'activité principale était l'élevage, ce qui explique le nombre d'auges dispersées à travers les ruines, hors de leur lieu d'origine.

8Il est étonnant que cette importance n'ait pas été relevée par Butler, ni même par G. Tchalenko, pour qui elle indique seulement l'utilisation du cheval pour les déplacements. Peut-être était-ce parfois le cas en effet, mais il ne peut s'être agi seulement de cela. Le nombre des auges recensées prouve une activité économique réelle, la pratique d'un élevage et non seulement l'entretien d'animaux pour les déplacements et les transports.

  • 12 P. Petit : Libanius et la vie municipale à Antioche, Paris, 1955, p. 106.

9Au reste, dans leur grande majorité, les auges ne paraissent pas avoir été destinées à des chevaux mais plutôt à des bovins et à des ovins. C'est un fait qu'aujourd'hui encore, dans plusieurs villages du Massif calcaire, l'élevage des ovins et des bovins occupe une place essentielle, ce qui n'indique pas, bien entendu, que tel était le cas dans l'Antiquité, mais prouve que les conditions géographiques permettaient qu'il en fût ainsi. A quoi cet élevage était-il destiné ? Pour les ovins, on ne peut savoir si la laine était travaillée pour le textile, dans les maisons. Il est vraisemblable au contraire que le lait des chèvres et celui des vaches tenaient leur place dans l'économie domestique. Les sources textuelles permettent d'aller au-delà : l'Empereur Julien, dans le Misopogôn, oppose le genre de vie frugal, qui se contente, en fait d'alimentation, de pain, de vin et d'huile, et le genre de vie « délicat » qui se compose de poisson, de coquillages et de viande de bœuf ou de porc12. Les habitants d'Antioche seraient des gens délicats, la viande faisant normalement partie de leur menu. Elle abondait, en tout cas, sur les marchés, mais d'où venait-elle ? Il est tentant d'établir une relation entre ce constat polémique et ce que nous avons dit à propos de l'importance de l'élevage dans le Massif calcaire. Une importance d'autant plus grande que le nombre des pièces consacrées à l'élevage prouve qu'il s'agissait, en partie au moins, d'un élevage de stabulation, ce qui étonne, compte tenu des conditions climatiques favorables et de la douceur relative de l'hiver et ne peut donc s'expliquer en dehors d'un but commercial. Mais s'il y avait un élevage stabulant, il faut supposer aussi que, dans les champs, une place était réservée au fourrage.

B - ACTIVITÉS « INDUSTRIELLES » ET COMMERCIALES

1 - Activités « industrielles »

PRODUCTION DE L'HUILE

  • 13 O. Callot : Huileries, ouvrage cité.

10La fabrication de l'huile vient évidemment au premier rang des activités industrielles. Dépendant de l'oléiculture, elle ne l'accompagne pas toujours. Nous avons vu que, dans les trois opérations qu'elle comporte : broyage, pressurage et décantation, les techniques étaient dans l'ensemble archaïques, sauf pour le pressurage, quand on utilisait des presses à vis. La puissance de ces installations et la qualité de l'huile produite variaient enfin selon que les différentes opérations étaient effectuées dans un seul local ou non13.

11Comme le montre O. Callot, trois types d'installations sont à distinguer :

12Les premières, les locaux « ouverts », constituent de loin le plus grand nombre. Elles comprennent sans doute des presses à vis plus souvent que des presses à treuil, mais le broyage est toujours effectué selon la technique la plus rudimentaire, avec des rouleaux et, surtout, elles comportent un seul bassin pour le broyage et le pressurage, ce qui ralentit le rythme de production et ne permet d'obtenir qu'une huile brute. Dans la seconde catégorie, les moulins et les presses sont séparés, ce qui permet un meilleur rendement et, par conséquent, une production bien supérieure. Comme les précédentes, cependant, elles ne peuvent produire que de l'huile brute. Nous reconnaîtrons, dans ces deux sortes d'huileries, des installations privées. Elles représentent une activité de complément au sein de l'économie domestique et sont, avant tout, destinées au traitement des olives de l'exploitation.

13Moins nombreuses, les installations établies dans les locaux fermés sont de loin les plus importantes. Leur rendement est supérieur et l'huile produite est de meilleure qualité. Elles sont équipées d'appareils puissants, presses à vis parfois jumelées, à contrepoids et bassins consacrés exclusivement au raffinage. Il semble, toutefois, que ces huileries ont été conçues pour produire seulement l'huile brute, mais il est vrai que des bassins mobiles ont pu être utilisés pour un second raffinage. Ce sont des huileries de cette sorte que l'on trouve à Bā‘ūde, à Bānqūsā, à Kafr Nābū, à Brād et surtout à El Bāra (fig. 278 et 279).

Fig. 278 - Pressoir d'El Bāra : vue de l'intérieur.

Fig. 279 - Pressoir d'El Bār: porte d'accès.

LE STATUT DES PRESSOIRS

14Pour connaître leur statut, nous n'avons d'information explicite que sur le grand pressoir de Kafr Nābū : il appartenait au temple. Rien ne permet de savoir ce qu'il en était des autres. Remarquons seulement qu'ils ne se trouvent pas dans des maisons : ils peuvent donc avoir été privés ou collectifs. G. Tchalenko suppose que nombre d'entre eux étaient la propriété du village. On peut aussi penser que certains appartenaient à des particuliers. Ce serait le cas des pressoirs d'El Bāra car on conçoit mal que la Kômè en ait fait construire plusieurs. Tous sont d'ailleurs concentrés dans un même quartier de maisons de la fin du Ve et du VIe siècles. Quoi qu'il en soit, si les huileries des deux premières catégories trouvaient leur place dans le cadre de l'exploitation, les autres sont visiblement conçues pour être des entreprises indépendantes procurant des profits à leurs propriétaires ou à la Kômè, et des salaires à des ouvriers dont O. Callot estime que le nombre pouvait varier entre 10 et 20.

  • 14 S. Riccobonos et alii : Fontes juris romani Ante-Justiniani, 3 vol., Florence, 1940-43.

15La fabrication de l'huile était donc une activité importante, capitale même, dans l'économie du Massif calcaire, mais on ne peut suivre G. Tchalenko quand il lui prête les caractères d'une entreprise capitaliste, fondée sur une liaison étroite avec l'agriculture, nécessitant des migrations temporaires, tournée vers l'exportation et déterminée par la seule recherche du profit, à tel point que les autres productions et même l'élevage étaient inexistants. C'est avec raison qu'O. Callot remarque que l'oléiculture ne revêtait pas la même importance dans tous les villages. Certains d'entre eux paraissent n'avoir compté aucun pressoir. Il reste toutefois que la production de l'huile était lucrative : les tarifs d'imposition évoqués dans le « Livre de Droit Syrien » ne laissent subsister aucun doute à cet égard14. Mais il faut distinguer l'huile produite par l'exploitation familiale qui, une fois satisfaits les besoins de l'autoconsommation, était vendue et procurait du numéraire, et les grandes huileries, beaucoup moins nombreuses, faites pour procurer des profits. Il n'est pas possible d'aller au-delà de ces affirmations générales car on ne connaît pas le rendement exact des huileries. Il n'est pas douteux que les huileries « familiales » produisaient de quoi vendre et que l'huile était le produit qui leur permettait le plus aisément de se procurer du numéraire, mais on ne peut savoir quelle était la part de la production destinée au marché. Notons seulement que les techniques adoptées permettaient à une main-d'œuvre de 8 ou 9 personnes, si l'on en croit O. Callot, c'est-à-dire à une main-d'œuvre familiale, d'assurer leur fonctionnement.

INDUSTRIE DU BÂTIMENT

  • 15 G. Tchalenko : Villages III, inscr. 4.

16Une seconde activité industrielle attestée par l'épigraphie et par l'archéologie est le bâtiment. A toutes les époques, qu'il s'agisse de construire un grand monument, temple ou église, une maison ou une tombe, on avait ordinairement recours à un technitès, c'est-à-dire à un architecte15 ou plutôt, d'après le contexte, à un maître maçon qui a pu être, dans certains cas, un architecte mais ne l'était pas toujours. Il existe une certaine fluidité du vocabulaire professionnel dans les inscriptions du Massif calcaire. Quand le terme de technitès désigne Markianos Kyris, il signifie bien architecte, mais à propos de la construction d'un tombeau ou d'une maison, maître maçon convient mieux. G. Tchalenko a, en effet, montré que l'architecture domestique du Massif calcaire n'est pas une architecture savante mais une création de tailleurs de pierre. De ces technitès, les inscriptions ne nous ont pas livré moins de 41 noms répartis dans l'ensemble du Massif calcaire (tab. 26).

Tab. 26 - Architectes nommés dans les inscriptions.

  • 16 IGLS 1532 bis.
  • 17 IGLS 359.
  • 18 Jarry II, 32.
  • 19 AAES 3.
  • 20 Jarry I, 47.
  • 21 AAES 66 ; PAES 1094.
  • 22 PAES 1089.
  • 23 PAES 1080.
  • 24 Vogüé (de) : pl. 43 et 89.

17A leur propos, trois remarques : tout d'abord, ces technitès sont à la tête d'équipes souvent très petites dont les membres sont nommés pour la construction de certaines maisons : deux à Dahr el Kabīra (Marathaios et Marinos)16, à Brād (Antonios et Sôpatros)17, à Kaukabe (Jean et Marcien)18, à Bettir (Bargos et Kyrkos)19, même chose pour la tombe de Mḡāra (Ionos et Marsumis)20. Peut-être ces équipes se réduisaient-elles même parfois à deux ou même à une personne. Il existe ensuite une hiérarchie de compétence entre ces technitès. Markianos Kyris a construit des églises à Darqītā, Bābisqā, Bā‘ūde, Ksēğbe et Qasr el Banāt (fin IVe, début Ve siècle) ; mais ce sont d'autres technitès qui sont cités à la même époque, dans les mêmes villages, pour la construction des maisons : Eusébios à Bābisqā en 38921 et à Darqītā22, puis Syméon à Darqītā en 45223. Ces technitès, enfin, sont itinérants. Ils travaillent parfois dans d'autres villages que les leurs, mais sans franchir, semble-t-il, les limites d'un cercle étroit. Markianos Kyris en est un exemple, mais la même constatation vaut pour les constructeurs de maisons : Kosmas travaille à Brād et à Burğ el Qas, Antonios et Sôpatros ont un chantier à Brād mais sont originaires de Kafr Nābū. Le nombre des technitès évoqués dans les inscriptions donne à penser que la construction des maisons était rarement effectuée par la seule famille. En revanche, celle-ci fournissait probablement une main-d'œuvre d'appoint ou même toute la main-d'œuvre, le technitès apportant la compétence et l'outillage. S'il est hors de doute que ces technitès étaient des villageois, il est non moins clair aussi qu'il n'existe pas de construction ou de groupe de constructions qui puissent leur avoir convenu et se différencient, par leur organisation, des autres maisons rurales. Nous devons conjecturer qu'ils habitaient des maisons semblables à celles des autres paysans et qu'ils étaient eux-mêmes des paysans dont la construction était une activité complémentaire. Des éléments de confirmation nous sont donnés par les instruments de tailleurs de pierre trouvés dans la maison II de Dēḥes, une maison de paysan, et par les motifs sculptés exécutés sur les parois rocheuses d'une maison paysanne de Btirsa, que de Vogué a désigné, avec vraisemblance, comme la « maison du sculpteur »24 (fig. 280). Dans ces deux cas, une activité spécialisée était pratiquée par des agriculteurs, en plus de l'agriculture, dans une maison ordinaire. Pourquoi n'en aurait-il pas été ainsi pour les technitès ?

2 - Le problème des échanges

18Les seuls indices matériels sûrs, pour évaluer la place des échanges dans l'économie villageoise, sont donnés par la céramique et par les monnaies mises au jour sur la fouille de Dēḥes. Encore proviennent-ils d'un secteur restreint, ce qui oblige à la prudence quant à leur signification générale.

  • 25 es I-III, p. 234-266.

19Leur témoignage est concordant : la céramique recueillie dans les couches des IVe, Ve et surtout VIe siècles est, dans sa plus grande partie, une céramique commune, de fabrication locale ou régionale mais elle comporte aussi une proportion notable de céramique d'importation, du type Late C Ware25. Les monnaies, quant à elles, sont, en très forte majorité en bronze, et proviennent de l'atelier d'Antioche. Si ces deux faits étaient confirmés par les travaux en cours, il faudrait conclure que les villages du Massif calcaire vendaient régulièrement leurs produits aux régions voisines, dans les plaines d'Antioche et de Chalcis, certains d'entre eux pouvant être ensuite expédiés au-delà.

Fig. 280 - Btirsa : La maison du sculpteur (De Vogüé).

20Il convient en revanche, de renoncer à la construction de G. Tchalenko, d'après laquelle l'économie du Massif calcaire était entièrement tournée vers l'exportation. La réalité, plus modeste, ne comportait aucune organisation systématique. L'inscription de Ḫerbet Hasan montre que le but des échanges n'était pas seulement de procurer le numéraire nécessaire à l'impôt, lequel n'était d'ailleurs pas toujours acquitté en espèces. L'économie villageoise était diversifiée et la construction des tombeaux et des maisons, sans parler de celle des églises, requérait le versement de salaires. Chacun devait vendre ce qu'il produisait en plus de ce qu'exigeaient ses besoins propres : huile, vin, moutons et chèvres. Peut-être allait-il aussi travailler sur les chantiers de construction, dans les villages voisins ou dans les plaines, durant la morte saison, comme le supposait déjà G. Tchalenko et comme c'était le cas, on le sait, pour les Isauriens.

  • 26 G. Tchalenko : Villages III, n. 34.

21La preuve qu'il en était bien ainsi, c'est que ces échanges n'ont donné lieu à aucune organisation stable, mais qu'ils devaient être effectués par chacun, au gré des circonstances, selon des formules variées, d'une manière qui ne devait pas être différente de ce que l'on pouvait observer, il y a quelques années encore, dans les villages les plus retirés du Massif calcaire. Comme dans l'Antiquité, ces villages, sans boutique ni marché permanents, connaissaient tout de même des échanges. Il en était ainsi entre le IVe et le VIe siècle : si certains commerçants vendaient ce qu'ils avaient acheté dans la ville, c'est dans leur maison ou bien sur un étal en plein air qu'ils le faisaient, comme ce fut peut-être le cas pour les deux personnages de Kfeirḥāyā, Barsephones et Antiochos, qui ont été trouvés assassinés dans une auberge de campagne, au voisinage de Laodicée26. Sans être réguliers ni organisés, les échanges entre le Massif calcaire et les plaines n'en étaient pas moins constants.

22Bien qu'ils n'aient pas revêtu l'importance et l'ampleur que leur supposait G. Tchalenko, ils étaient essentiels à l'économie villageoise. Au reste, il arrivait que certains produits fussent réexpédiés par mer : ainsi le vin d'Apamène et, selon Libanios, l'huile. Mais l'essentiel n'était pas là. Le Massif calcaire était au centre d'une des régions les plus urbanisées du monde antique. Les villes ne comptaient certes pas parmi les métropoles les plus grandes, mais certaines d'entre elles, comme Antioche et Apamée, venaient juste après et l'on rencontre aussi, dans cet espace restreint, une forte concentration de villes moyennes : Chalcis, Béroé, Arra, Épiphania, Émèse et, sur le littoral, Séleucie de Piérie et Laodicée. Cet ensemble constituait un marché de consommation énorme qui réduisait la possibilité des exportations lointaines.

23Le tableau auquel conduit l'examen des données ne correspond pas mal, au fond, si l'on fait la part de la rhétorique, à celui que dresse Libanios de la vie villageoise des environs d'Antioche :

24« Ce sont des bourgades importantes et populeuses, avec plus d'habitants que beaucoup de cités, pourvues d'hommes de métiers comme dans les villes, qui se communiquent leurs produits au moyen de foires, donnant une part de ce qu'elles ont en trop, acquérant ce qui leur fait défaut, vendant ceci, achetant cela ».

C- A LA RECHERCHE DE DIFFÉRENCES RÉGIONALES

25Nous avons adopté, jusqu'à présent, une démarche analytique, pour obtenir un tableau général des activités villageoises à partir des données disponibles, sans toujours tenir compte de leur importance relative ni de leur répartition. Cette démarche était imposée par le souci de faire appel, tout d'abord, à des informations concernant le Massif calcaire lui-même, celles que les sources textuelles procurent sur la Syrie du Nord dans son ensemble n'étant invoquées que pour confirmer ou éclairer celles-ci. Il importe maintenant de considérer séparément chaque chaînon ou groupe de chaînons. S'il est vrai, en effet, que toutes les activités évoquées plus haut sont attestées dans l'ensemble du Massif calcaire, il n'est pas sûr qu'elles aient revêtu partout la même importance et c'est un fait que les paysages agraires présentent des particularités régionales qui pourraient correspondre à des orientations majeures différentes de l'économie de leurs villages.

26Orientation majeure de l'agriculture, en fait, et non de l'ensemble de l'économie : nous avons vu en effet qu'une place importante, mais seconde, était occupée par des activités industrielles. En dehors de l'épigraphie, il n'existe pas de données permettant de connaître leur existence. En d'autres termes, les informations disponibles prouvent qu'elles existaient partout sans indiquer nulle part leur importance réelle, encore moins la répartition régionale de chacune d'elles. Ce n'est que sur l'agriculture et l'élevage que les données sont nombreuses.

27Pour connaître la place relative des cultures arbustives, olivier, vigne et arbres fruitiers, céréalières et maraîchères d'une part, de l'élevage d'autre part, nous pouvons compter sur deux genres d'informations : la distribution des pressoirs et des auges (tab. 27) et la morphologie des parcellaires. Informations peu sûres : les premières sont incomplètes, les secondes souvent ambiguës, des parcelles de même forme ayant pu être utilisées pour des cultures différentes, et le découpage, que les photos aériennes révèlent, correspondant aux dernières phases d'occupation des terres, soit, en fait, au IXe siècle. Malgré ces réserves, on constate que les informations procurées par ces deux types de données convergent mais sans donner une image précise de l'organisation économique de chaque village ou groupe de villages. Deux oppositions majeures apparaissent : dans le Ǧebel Zāwiye, pressoirs et auges sont peu nombreux, alors qu'ils abondent dans les chaînons Nord. D'un autre côté, les Ǧebels Zāwiye et Sim‘ān offraient des vestiges de cadastration, avec des parcellaires de forme géométrique, qui font totalement défaut dans la partie nord du Ǧebel Bārīšā. Si ces considérations indiquent des différences réelles quant aux orientations économiques majeures de chaque région, nous devons en tirer des conclusions sur les places respectives de l'agriculture et de l'élevage et sur le type de culture dominant.

Tab. 27 - Nombre de pressoirs et de pièces à auges par Ǧebel.

PRÉDOMINANCE DE L'ÉLEVAGE DANS LES ǦEBELS SIM‘ĀN ET ḤALAQA

28Le rôle de l'élevage est majeur dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa. Ils tiennent la première place pour le nombre des pièces pourvues d'auges, qu'il s'agisse de bergeries ou d'étables, mais seulement la seconde place, et loin derrière les Ǧebels Bārīšā et il A‘la, pour les pressoirs. L'élevage tenait donc une place prédominante. Or les photos aériennes des régions de Brād, Kafr Nābū, Kalōta et Ḫarāb Šams d'une part, de Šeiḫ Sleimān, Sinḫār et Bātūtā d'autre part, révèlent l'existence, dans chaque finage, de deux zones nettement distinctes, bien qu'enchevêtrées : l'une occupée par des parcelles géométriques, de forme souvent allongée, où il y avait des cultures, et l'autre caractérisée par l'absence de murets antiques et par l'importance d'aires rocheuses sans doute vouées aux pâturages des bêtes, sauf en hiver, où on les ramenait dans les maisons. Cette division reflète assez bien, sous sa forme particulière, l'opposition, classique dans les montagnes méditerranéennes, entre l'ager et le saltus.

DANS LES ǦEBELS BĀRĪSĀ ET IL A‘LA, RÔLE PLUS GRAND DE L'AGRICULTURE ET PARTICULIÈREMENT DE L'OLÉICULTURE SANS EXCLUSION DE L'ÉLEVAGE

29Cette division ne se retrouve pas clairement dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la où les parcellaires antiques n'ont pu être repérés que par endroits. Dans l'ensemble, cependant, les finages comprennent surtout des terroirs de toutes dimensions, parfois très petits, certains déterminés par un étagement de terrasses étroites. En dehors de ces terroirs destinés à l'agriculture, il ne reste guère de surfaces entièrement rocheuses, mais plutôt des zones mixtes, trop exiguës pour l'agriculture et convenant tout à fait, comme on le voit aujourd'hui, au pacage des animaux, à moins qu'on ne plante des oliviers, « comme dans des pots », pour reprendre l'expression de G. Tchalenko, dans les petites cavités remplies de terre arable. Les Ǧebels Bārīšā et il A‘la auraient donc connu une économie ménageant à l'agriculture, dans les terroirs, une place beaucoup plus grande que dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa. D'après le nombre des pressoirs recensés, l'activité agricole majeure du VIe siècle était l'oléiculture, mais l'inscription de Ḫerbet Ḥasan montre clairement que ce n'était pas la seule ; les cultures maraîchères et le blé tenaient eux-mêmes une certaine place. D'après le grand nombre des auges, l'élevage lui-même était loin d'être absent. Il semblerait que, dans ces deux chaînons, il y ait eu des nuances locales : dans le Ǧebel il A‘la, le nombre des pièces pourvues d'auges est inférieur à celui des pressoirs (41 contre 35), alors que c'est l'inverse dans le Ǧebels Bārīšā (142 contre 102). En fait, si l'on prend ces chiffres comme base pour évaluer non l'importance respective de l'élevage et de la culture de l'olivier - comment pourrait-on accorder une signification aussi claire à ces deux données ? - mais plutôt les différences entre l'économie des différents villages, on constate une grande diversité de situations. Parmi les 21 villages étudiés, un peu plus d'un tiers (Darqītā, Bābuṭṭā, Bāmuqqa, Bāšakūḥ, Dēḥes, Kfeir, Qirqbīze et Beḥyō, soit 5 dans le Ǧebels Bārīšā et 3 dans le Ǧebels il A‘la) comptait autant ou plus de pressoirs que de pièces pourvues d'auges. Cette confrontation ne met pas en parallèle, à strictement parler, la culture de l'olivier mais plutôt la fabrication de l'huile et l'élevage. Mais comment imaginer que les villages qui produisaient le plus d'huile n'étaient pas ceux où la culture de l'olivier était la plus importante ?

DANS LE ǦEBEL ZĀWIYE, RARETÉ DES DONNÉES RELATIVES À L'ÉCONOMIE

30Les données relatives au Ǧebel Zāwiye sont déconcertantes. C'est là que l'on trouve les villages les plus grands et les plus populeux, les maisons les mieux conservées - l'appareil orthogonal simple étant utilisé dès le IVe siècle - et les terroirs les plus riches et les plus étendus. Or, le nombre des pièces pourvues d'auges et celui des pressoirs, que l'on a retenu comme indicateurs de l'activité agricole, sont très inférieurs à ceux des autres chaînons. L'agriculture reposait donc sur d'autres bases. L'étude des parcellaires, dont l'état de conservation est remarquable, procure quelques éléments de réponse.

31Les champs d'abord, c'est-à-dire l'ager, occupaient la quasi-totalité des finages, formant des réseaux d'une continuité et d'une complexité que l'on n'observe nulle part ailleurs, ce qui indique l'intensité et l'ancienneté de l'agriculture. Est-ce à dire, si le saltus ou ce qui en tenait lieu était réduit à sa plus simple expression, que l'élevage n'existait pas ou était marginal, dans l'économie villageoise ? Ce serait aller trop loin, d'abord parce qu'il y a tout de même des auges dans certaines pièces et qu'un grand nombre d'entre elles n'ont pas été comptabilisées, ayant été dispersées lors de réoccupations tardives. Nous avons retrouvé, d'autre part, en plusieurs endroits dans le finage de Šinšarāḥ, des citernes sans pressoir proche mais avec, en revanche, des auges. Ces citernes n'avaient pas d'utilité pour l'irrigation. Elles permettaient d'abreuver les animaux. Dans le même ordre d'idées, il existe des parcelles, ce ne sont pas les plus nombreuses, dont la forme irrégulière peut fort bien avoir convenu à des herbages. L'élevage existait mais sa place était secondaire.

32On constate aussi que les autres parcelles sont rectangulaires. Elles se divisent en deux sous-groupes : certaines sont proches du carré, d'autres très allongées. On ne saurait soutenir que la forme des parcelles s'explique seulement par le type de culture pratiquée. R. Livet a fait justice d'une telle conception et c'est un fait que le parcellaire manifeste une réelle rigidité alors que l'on peut aisément changer la destination d'un champ. Ce qui est vrai, en revanche, c'est que toutes les formes de champs ne sont pas adaptées à toutes les sortes de cultures. Si les champs carrés ou rectangulaires, mais peu allongés, conviennent aux céréales mais tout aussi bien aux cultures arbustives, il n'en va pas de même pour les parcelles très allongées : elles rendent les labours malaisés mais conviennent à l'arboriculture. D'un autre côté, la forme allongée des champs s'expliquant par une suite de partages successoraux, il nous faut expliquer pourquoi certaines parcelles ont été divisées et d'autres non. Une hypothèse tentante est que ces dernières ne l'ont pas été parce qu'elles étaient vouées aux céréales, une autre formule ayant dû intervenir pour le partage successoral, alors qu'une telle contrainte n'existait pas quand il s'agissait de cultures arbustives. La pratique de la céréaliculture dans le Ǧebel Zāwiye ne saurait d'ailleurs surprendre. On y rencontre de vastes étendues de terre arable peu inclinées ou tout à fait plates et ne trouve-t-on pas, dans une inscription d'El Bāra, une allusion à la culture du blé ?

RÔLE MAJEUR DE L'ARBORICULTURE

  • 27 Voir note 10.

33Seconde remarque, les parcelles les plus nombreuses sont des rectangles très allongés qui ne peuvent guère avoir convenu qu'à des arbres. Mais quels arbres ? L'olivier, certainement, dont l'importance devait dépasser ce qu'indique le nombre des pressoirs, puisqu'ils comptent parmi les plus grands et les mieux équipés du Massif calcaire. A l'olivier s'ajoutaient la vigne, attestée par les sources textuelles et bien que nous n'ayons aucun critère sûr pour identifier des pressoirs à vin, mais comme le suggèrent le développement actuel de cette culture dans la région et aussi celui des arbres fruitiers. Aucune information n'est disponible sur la répartition de ces différents arbres. Nous noterons toutefois que la pratique des cultures étagées, bien attestée par les agronomes latins pour d'autres régions de l'Empire, existait sans doute ici comme elle existe aujourd'hui, où l'on voit associés, dans un même champ, oliviers ou arbres fruitiers et vigne rampante27.

LE PROBLÈME DES JARDINS

34Il existe enfin, autour de Muğleyya, des murets bien conservés délimitant des parcelles que, faute de mieux, nous appellerons jardins, puisqu'elles sont directement reliées aux maisons de la périphérie du village, distinctes de la cour par le plan et par les dimensions, mais non des autres parcelles. Nous sommes donc réduit aux hypothèses pour leur utilisation. On pourrait penser que la proximité de la maison permettait aux paysans d'y consacrer plus de travail : tout en plantant des arbres, ils cultivaient peut-être des légumes, mais les preuves manquent. La seule chose certaine est que ces parcelles se différenciaient d'une manière ou d'une autre de celles qui étaient plus éloignées.

CONCLUSION

  • 28 Jarry III, 8.

35Dans la mesure où ce qui précède est exact, nous conclurons, par-delà les différences régionales, à la profonde unité de l'économie du Massif calcaire : elle associe une polyculture de type méditerranéen à dominante arbustive, l'élevage et des activités non agricoles. Parmi celles-ci, certaines, comme la fabrication de l'huile et du vin, dérivent de l'agriculture mais ce n'est pas toujours le cas. D'autres activités artisanales s'ajoutaient peut-être à ces dernières : nous nous sommes borné à ce qui est prouvé, mais il est des activités que seule l'épigraphie pourrait révéler, or celle-ci n'est guère loquace. C'est ainsi qu'une inscription provenant de la région au nord-est de Ḥama indique que dans cette zone toute rurale il existait des filatures ou des ateliers de tissage de la soie28 : il est pensable que des activités textiles aient existé aussi dans les villages du Massif calcaire. Mais, en l'absence d'inscription explicite, il est impossible de l'affirmer.

36Quant aux comportements économiques des villageois, tels que semblent les révéler les données analysées plus haut, ils paraissent avoir été marqués par l'empirisme, la prudence, et par des pratiques actives et industrieuses plutôt que par la soumission à une organisation complexe et systématique. Rien de plus empirique et prudent que le recours à des activités diverses, agricoles et non agricoles, dont la combinaison variait selon les régions, en fonction des données géographiques, mais aussi, peut-être, des sollicitations de l'extérieur. Ces paysans étaient actifs et industrieux ; ils ne négligeaient aucune ressource pour subsister ni, quand c'était possible, pour vendre.

  • 29 P. Petit : Libanius, p. 238-245.

37Cette économie était-elle riche ? Elle l'était indéniablement si l'on remarque qu'elle a parfois dégagé des surplus, mais elle n'échappait pas aux contraintes ni aux incertitudes auxquelles l'exposait l'archaïsme des techniques et des pratiques. S'il est vrai que les bonnes récoltes permettaient de vendre, il est certain aussi que les pénuries laissaient les paysans démunis, à cause de l'impossibilité de stocker, les obligeant, pour survivre, à s'approvisionner sur les marchés urbains, selon une pratique que Libanios indique à propos de la crise de 38729. La richesse de l'économie du Massif calcaire ne doit donc pas faire oublier son archaïsme et sa rigidité et c'est évidemment ce qui explique la prudence paysanne, soucieuse de diversifier ses activités pour réduire les risques. Replacé dans l'ensemble de la Syrie du Nord, le Massif calcaire paraît donc avoir connu une économie qui offrait, certes, des caractères propres, mais restait du même type que celle des régions voisines.

Notes

1 Sur ce point, G. Tchalenko émet une opinion différente (Villages, p. 47) : « La seule ressource des villages de la montagne était celle de la plantation sèche, celle de l'olivier, et à un moindre degré celle de la vigne » et p. 74-75 : « Les habitants du Massif, à l'époque de leur prospérité, pratiquaient donc la monoculture, ou tout au plus, la bi-culture : Ils n'avaient pas d'autre ressource ». C'est sans doute cette opinion excessive qui a fait que l'évolution du Massif calcaire a été considérée comme exceptionnelle par les historiens de l'économie impériale à la fin de l'Antiquité et que, de ce fait, l'ouvrage de G. Tchalenko n'a pas eu le retentissement qu'il méritait. Voir conclusion.

2 Tome II, annexe 5 (à paraître).

3 F.M. Heichelheim : Roman Syria, vol. 4, dans E.S.A.R., T. Franck, p. 138.

4 IGLS 1462.

5 IGLS 1459.

6 Caton : De agricultura XXI - XXII.

7 AAES n° 16.

8 Il n'a pas été possible de s'assurer du sens précis de ces termes.

9 AAES n° 198 ; IGLS 1462.

10 Je dois à J.-P.Pascual les informations tirées de l'ouvrage de F. Husayn : Al hayat az zira‘iyya. Il en ressort que, d'après des auteurs arabes écrivant trois siècles après la conquête (Ibn Hawqal, Husruw, Abu Ubayd, Ibn Al-Faqih et Al Maqaddasi), la région de Ma‘arret en No‘mān était couverte de figuiers, de pistachiers, d'amandiers, d'abricotiers, de pommiers et d'oliviers et caractérisée par la luxuriance des jardins. Yaqut, auteur plus tardif, signale que la région située entre Alep et Antioche était plantée d'oliviers. Ces témoignages n'ont certes pas valeur de preuve, mais il est frappant qu'ils confirment ce que l'archéologie et l'épigraphie apprennent.

11 R. Livet : Les champs allongés de Basse-Provence, dans Géographie et histoire agraires, Annales de l'Est n° 21, Nancy, 1959.

1) Les lanières isolées procèdent généralement d'un partage successoral ; chaque propriétaire avait en effet intérêt à répartir ses biens dans les divers types de terroirs du finage ; pour la même raison, les héritiers préféraient partager chaque parcelle ; parmi les diverses solutions géométriques possibles, celle qui satisfaisait le mieux les convoitises et intérêts de tous consistait à diviser le champ en bandes longitudinales égales.

Deuxième étape, on tronçonne les parcelles allongées quand elles ont une largeur minimale.

Dans une troisième étape, le remembrement commence, les divisions perpendiculaires aux lanières tendent à l'emporter.

2) Les blocs de lanières. Il s'agit cette fois d'un lotissement, mais dès que celui-ci est vaste, il recouvre presque à coup sûr des terroirs de qualité différente ; il a donc fallu diviser l'espace en plusieurs parcelles et diviser celles-ci en autant de lanières qu'il y avait de propriétaires.

3) Les champs en terrasses. Liés aux conditions de l'aménagement rural.

Conclusion : La forme des parcelles dépend de facteurs très divers et qui varient d'une région à l'autre. En Basse-Provence, les parcelles allongées ne sont pas liées à des pratiques communautaires ou à une technique de labour particulier comme dans le nord, mais aux pratiques successorales.

12 P. Petit : Libanius et la vie municipale à Antioche, Paris, 1955, p. 106.

13 O. Callot : Huileries, ouvrage cité.

14 S. Riccobonos et alii : Fontes juris romani Ante-Justiniani, 3 vol., Florence, 1940-43.

15 G. Tchalenko : Villages III, inscr. 4.

16 IGLS 1532 bis.

17 IGLS 359.

18 Jarry II, 32.

19 AAES 3.

20 Jarry I, 47.

21 AAES 66 ; PAES 1094.

22 PAES 1089.

23 PAES 1080.

24 Vogüé (de) : pl. 43 et 89.

25 es I-III, p. 234-266.

26 G. Tchalenko : Villages III, n. 34.

27 Voir note 10.

28 Jarry III, 8.

29 P. Petit : Libanius, p. 238-245.

Table des illustrations

Légende Fig. 276 - Viticulture dans le Ǧebel Zāwiye.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4367/img-1.jpg
Fichier image/, 1000k
Légende Fig. 277 - Viticulture dans le Ǧebel Zāwiye.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4367/img-2.jpg
Fichier image/, 920k
Légende Fig. 278 - Pressoir d'El Bāra : vue de l'intérieur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4367/img-3.jpg
Fichier image/, 320k
Légende Fig. 279 - Pressoir d'El Bāra : porte d'accès.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4367/img-4.jpg
Fichier image/, 380k
Légende Tab. 26 - Architectes nommés dans les inscriptions.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4367/img-5.jpg
Fichier image/, 604k
Légende Fig. 280 - Btirsa : La maison du sculpteur (De Vogüé).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4367/img-6.jpg
Fichier image/, 772k
Légende Tab. 27 - Nombre de pressoirs et de pièces à auges par Ǧebel.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4367/img-7.jpg
Fichier image/, 62k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540