Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Les paysages agraires

III. Finages et terroirs

Texte intégral

1Sur cette question, dont l'étude ne fait que commencer, nous nous bornerons à faire le point de ce qui peut être dit dans trois domaines : la constitution des terroirs, les finages et les parcellaires.

A- LA CONSTITUTION DES TERROIRS : LES DÉFRICHEMENTS

2Des différentes opérations auxquelles le défrichement du Massif calcaire a donné lieu, il en est une sur laquelle nous n'avons pas encore d'information, c'est la destruction de la végétation native. Nous ignorons même en quoi elle consistait. Il subsiste en revanche des vestiges nombreux des travaux d'épierrement et de terrassement qui ont dû être effectués préalablement à la mise en culture.

L'ÉPIERREMENT

3Il consiste à débarrasser les sols des pierres dont ils sont jonchés et qui les encombrent, en les rassemblant en tas (fig. 257 et 258), sur des surfaces entièrement rocheuses, à la périphérie des terroirs à conquérir. Morphologiquement, ces tas d'épierrement sont tous pareils ; de plan circulaire, ils ont été élevés avec un savoir-faire dont témoigne un état de conservation souvent excellent. On ne sait pourquoi ils ont subsisté plus particulièrement dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la, moins fréquemment dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa et rarement dans le Ǧebel Zāwiye. Là où l'on peut en cartographier la répartition, comme c'est le cas dans la zone comprise entre Deir Sētā et Bānqūsā, il est visible qu'ils couvrent une aire plus étendue que celle occupée aujourd'hui par les terres arables, ce qui est un indice de plus de la plus grande extension de celles-ci dans l'Antiquité. Quant à dater une opération aussi considérable, qui a dû s'échelonner sur plusieurs siècles, c'est évidemment impossible actuellement et il est douteux que leur démontage aboutirait à la découverte d'indices probants.

Fig. 257 - Tas d'épierrement.

Fig. 258 - Un autre tas d'épierrement.

LES TERRASSES

4La construction de terrasses (fig. 259 et 260) est une opération courante dans les régions méditerranéennes. Dans le Massif calcaire, ces terrasses sont de deux sortes. Les premières se rencontrent dans la quasi-totalité des wadis. Quelle qu'ait été la puissance de l'érosion, elles ont subsisté et retrouvé leur fonction dans les zones remises en culture depuis le siècle dernier : les dimensions dépendent de la pente des wadis et les murs sont généralement peu élevés. Du fait du ravinement, elles sont parfois recouvertes de terre et ne se signalent que par la rupture de pente qu'elles déterminent encore. On ne connaît donc pas leur structure. Les secondes sont sur les versants. Pour autant que l'action destructrice de l'érosion permette d'en juger, elles n'ont pas été aménagées de manière aussi systématique que les précédentes. Il se pourrait que l'on ait négligé d'en construire quand les pentes étaient peu accusées. Au contraire de ce que nous avons signalé à propos des tas d'épierrement, les terrasses antiques se retrouvent dans l'ensemble du Massif calcaire, dans les wadis aussi bien que sur les pentes.

5Il est, en revanche, un type d'aménagement qui n'a laissé aucune trace et dont on peut penser qu'il n'a jamais existé, ce sont des canaux d'irrigation. Nulle part, dans l'ensemble du Massif calcaire, nous n'avons retrouvé d'indice de leur existence. Dans les villages, il existait des citernes, mais celles-ci, à quelques exceptions près, sont privées et situées dans des maisons. En dehors des villages, pas de bassin, comme ceux du Hauran, pas de canal, même sur des distances réduites, et évidemment pas de qanat, la nature du sol rendant leur creusement impossible. Les seules installations hydrauliques sont les citernes. Elles sont du même type et de mêmes capacités que celles des maisons : elles permettent d'emmagasiner des quantités d'eau suffisantes pour les besoins des hommes et des animaux, mais non pour l'arrosage des terres.

Fig. 259 - Terrasses de culture.

Fig. 260 - Terrasses de culture.

B - LES FINAGES

LES ÉLÉMENTS DES FINAGES : AGER ET SALTUS1

  • 1 Nous reprenons ces deux termes dans une acception particulière : l'ager représente le terroir, le s (...)

6La distinction classique des agronomes romains entre Vager et le saltus demeure valable, dans le Massif calcaire, mais elle revêt des formes particulières. Les zones qui n'ont pas été conquises à l'agriculture et qui, donc, constituent le saltus, ne sont pas occupées par la végétation originelle mais par le roc nu. Nous ignorons la répartition des sols et des surfaces rocheuses dans l'Antiquité, mais d'après ce que nous connaissons, dans des régions restreintes, on peut faire deux constatations : d'abord, les saltus n'étaient pas des terres entièrement stériles. Le roc, nous l'avons vu, est encore de nos jours creusé de petites cavités remplies de terre arable. S'il en était ainsi dans l'Antiquité, comme c'est probable, ce que nous appelons saltus ne comportait pas de surface entièrement stérile, mais plutôt des zones où les sols n'étaient ni étendus, ni épais. L'herbe pouvait y pousser, comme on la voit proliférer de nos jours dès les premières pluies à la fin de l'automne. Les saltus peuvent donc convenir à l'élevage, mais non à l'agriculture. Seconde constatation, à l'époque sur laquelle se situe notre observation, c'est-à-dire probablement au VIe siècle, l'ager était beaucoup plus étendu qu'aujourd'hui. 11 représentait de loin l'essentiel. Les saltus étaient peu de chose et l'aire qu'ils recouvraient n'aurait probablement pas pu être réduite davantage.

Fig. 261 - Carte des bornes cadastrales du Ǧebel Sim‘ān (Trhalenko, Villages IIIp. 51).

DÉLIMITATION ET COMPOSITION DES FINAGES

7La localisation des bornes cadastrales (fig. 261) de la Tétrarchie découvertes dans le Ǧebel Sim‘ān montre que les limites des finages dépendaient de la topographie : elles suivaient le fond des wadis. Compte tenu du nombre des exemples disponibles, ce n'est pas faire une supposition aventurée que de penser qu'il en était ainsi chaque fois que le relief le permettait, ce qui ne saurait étonner, puisque les villages se trouvaient généralement sur des plateaux délimités par des wadis. Par delà les différences qu'ils présentent quant à leurs dimensions, les finages ont un caractère commun : ils comportent tous sans exception un ou plusieurs terroirs, l'ager, et des zones où la terre arable est rare, le saltus. Il n'existe pas de finage spécialisé.

C - PARCELLAIRES ET CHEMINS : EXTENSION ET MORPHOLOGIE

DES RÉSEAUX GÉOMÉTRIQUES DE MURETS

8En de nombreux endroits, le Massif calcaire est quadrillé par des réseaux de murets (fig. 262, 263 et 264) orientés à peu près nord-sud et est-ouest, qui révèlent l'existence d'un ou de plusieurs cadastres d'époque romaine. Ainsi se trouve confirmée l'hypothèse que G. Tchalenko avait avancée pour le Ǧebel Sim‘ān à partir de photos aériennes peu nombreuses et isolées. Dans l'état actuel de nos connaissances, il n'est pas possible de connaître l'extension et la date de ces cadastres. Il faudrait disposer d'une couverture photographique aérienne qui s'étendrait aux plaines voisines de Chalcis et d'Antioche et à la vallée de l'Oronte, pour déterminer les limites des différentes ptiercae, et d'effectuer des restitutions photogrammétriques au l/5 000e grâce auxquelles on pourrait découvrir le module de ces cadastres. Les matériaux nécessaires à cette recherche étant en cours d'étude et d'acquisition, les remarques qui suivent sont provisoires.

Fig. 262 - Chemin antique aux environs de Kafr Ḥawar.

Fig. 263 - Chemin antique aux environs de Ǧerāde.

Fig. 264 - Chemin antique aux environs de Bā‘ūde.

UN SEUL CADASTRE ?

9Il est certain que les réseaux de murets évoqués plus haut se rapportent à des cadastres d'époque romaine. Ils se déploient sur des aires très étendues, sans être affectés par les accidents du relief, et sont caractérisés par une disposition orthogonale. Ils ne sont pas attestés partout ; il n'en existe de vestiges discontinus que dans les parties nord et est du Ǧebel Sim‘ān (fig. 265 et 266), dans le Ǧebel Ḥalaqa et dans le sud du Ǧebel Bārīšā.

Fig. 265 Cadastration du Ǧebel Sim‘ān : interruption du réseau dans une zone stérile.

Fig. 266 - Cadastration du Ǧebel Sim‘ān : extension à des zones aujourd'hui stériles.

Fig. 267 - Vue aérienne oblique de Šinšarāḥ (Ǧebel Zāwiye).

Fig. 268 - Vue aérienne verticale de Serğilla (Ǧebel Zāwiye).

Fig. 269 - Cadastration du rebord oriental du Ǧebel Sim‘ān : interruption ou destruction des réseaux dans la plaine de Chalcis.

Fig. 270 - Cadastration du Ǧebel Sim‘ān : prolongation des réseaux dans la plaine de Chalcis.

10Ils sont très bien conservés dans le nord du Ǧebel Zāwiye, particulièrement dans les régions de Šinšarāḥ et de Serğilla (fig. 267 et 268). On n'en trouve aucun vestige, en revanche, dans le Ǧebel il A‘la, ni dans le nord et le centre du Ǧebel Bārīšā. Quant à leur extension dans les plaines voisines, il semble qu'il n'en existe pas de trace dans la plaine d'Antioche, d'après les quelques photos aériennes datant de la période mandataire que nous avons pu observer, mais la permanence de l'occupation humaine, dans une zone aussi fertile, s'est traduite par des bouleversements si importants dans le parcellaire que ses vestiges ont pu disparaître complètement. Il semble au contraire que les réseaux du Massif calcaire se prolongent aux abords de la plaine de Chalcis (fig. 269, 270 et 271) mais pas au-delà. Ayant pu consulter des photos aériennes des confins du Ǧebel Šbeit, beaucoup plus à l'est mais dans le prolongement de cette plaine, qui révèlent l'existence de réseaux orthogonaux, nous devons envisager l'hypothèse que les réseaux de ces deux régions, le Massif calcaire et le Massif basaltique, auraient fait partie d'un cadastre unique dont la groma se trouverait dans la plaine de Chalcis.

OU PLUSIEURS ?

11S'il en était ainsi, toutefois, tous les réseaux, sans exception, devraient présenter des orientations identiques. Or tel n'est pas le cas dans le Massif calcaire. On constate sans doute la prédominance d'une orientation approximative nord-sud / est-ouest dans toutes les zones où l'on a repéré des murets, mais cette orientation n'est exclusive de toute autre que dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa et dans le sud du Ǧebel Bārīšā. Dans le Ǧebel Zāwiye, les directions nord-sud et est-ouest, bien que dominantes, sont concurrencées par des orientations différentes, aux environs de Serğilla et Šinšarāḥ, et apparaissent parfois au milieu d'autres réseaux (fig. 272), dans les finages de Dānā-sud, de Ruweiḥa et de Ǧerāde (fig. 273). Dans la zone située au nord-ouest de Ma‘arret en No‘mān, on trouve, en plus de cette direction, une direction secondaire légèrement décalée vers le nord-ouest / sud-est par rapport à la précédente et une multitude d'autres orientations dont il est impossible de savoir encore si elles correspondent à un réseau ou à une déformation des réseaux précédents. Dans la zone comprise entre Šinšarāḥ et Serğilla d'une part, et El Bāra d'autre part, on constate, non plus la superposition, mais la juxtaposition de deux réseaux d'orientation différente : le premier est approximativement nord-sud / est-ouest, le second nord-est, sud-ouest / sud-est, nord-ouest. Autre différence, alors que le premier, par delà d'inévitables déformations tardives, présente un géométrisme assez rigoureux, le second manifeste une tendance à la convergence, dessinant une forme stellane en direction d'El Bāra ; mais les données disponibles ne permettent pas d'être péremptoire à cet égard.

ABSENCE DE CADASTRATION CENTURIÉE

12Quoi qu'il en soit de la succession de ces réseaux, aucun d'entre eux ne paraît se rapporter à une cadastration centuriée, sinon dans les zones de contact avec la plaine, à l'est de Šinšarāḥ. Tous déterminent des parcelles rectangulaires, inégales quant au rapport entre la longueur et la largeur et orientées est-ouest, qui évoquent, dans leur assemblage, les « scamnations » et les « strigations » des gromatici veteres. Juxtaposés ou superposés, ces réseaux ne dépendent pas des limites entre provinces, cités ou finages de villages. Ils occupent des aires si vastes qu'ils ne peuvent avoir été construits que par ordre d'une autorité supérieure, en l'occurrence l'autorité impériale, et qu'une telle décision a pu être prise à l'occasion de l'octroi du statut de colonie à l'une des deux cités auxquelles ces territoires appartiennent : Antioche et Apamée. Sans épuiser la multiplicité éventuelle des différents cadastres, nous avons vu que, dans le nord du Ǧebel Zāwiye, il en existait au moins deux, l'un d'orientation nord-sud / est-ouest, l'autre nord-est, sud-ouest / nord-ouest, sud-est. Il n'est pas possible de les dater, même dans une chronologie relative. Le réseau des villages et des chemins, tel qu'il s'est développé entre le IIIe et le VIe siècle, paraît entièrement indépendant de ces réseaux : les emplacements des premiers ne semblent pas trouver place dans le quadrillage des cadastres et les seconds recoupent les murets séparant les parcelles.

Fig. 271 - Cadastration dans la plaine de Chalcis à l'est du Ǧebel Sim‘ān.

Fig. 272 - Cadastration du Ǧebel Zāwiye : au nord-ouest de Rbei‘a, passage d'un réseau orthogonal à un réseau étoilé.

Fig. 273 - Vestiges de cadastrations aux environs de Ǧerāde.

Fig. 274 - Parcellaires du Ǧebel ās.

Fig. 275 - Parcellaires du Ǧebel Ḥās.

LE PROBLÈME DE LA DATATION

13Parmi les dates Possibles, il convient d'exclure la cadastration tétrarchique dont on présume, d'après le texte de Lactance, qu'elle a donné lieu à un enregistrement des hommes, des animaux et des terres, mais non à une réforme agraire. D'après ce qui a été fait dans d'autres provinces dans ce domaine, et en considérant la politique générale des Empereurs, quatre périodes peuvent être envisagées : les Sévères, dont on connaît l'intérêt pour les provinces syriennes, le règne d'Hadrien, durant lequel plusieurs lois agraires ont été élaborées, l'époque flavienne, caractérisée par de nombreuses réformes et notamment par la révision de plusieurs cadastres en Orient, et enfin celle d'Auguste, marquée, en Syrie, par le recensement de Quirinus. Aucun argument ne permet naturellement de choisir entre ces possibilités. Le découpage des parcellaires antiques, tel qu'il a subsisté dans son dernier état, montre bien, par sa complexité, qu'il a connu une longue évolution et subi de nombreuses déformations depuis son implantation initiale.

14Quoi qu'il en ait été de leur origine et de leur évolution, il convient de marquer une différence fondamentale entre les parcellaires du Ǧebel Zāwiye et les autres. Les premiers paraissent n'avoir laissé aucune place au saltus : les réseaux de murets sont si étendus et si denses que l'on chercherait en vain des zones vacantes. Dans les autres parties du Massif calcaire, au contraire, où les terroirs présentent des réseaux de murets, orthogonaux ou non, la distinction entre terroirs et saltus est tout à fait pertinente.

15Dernière remarque à propos des finages : nous avons observé que la topographie permettait souvent d'en déterminer les contours, mais qu'en était-il des écarts, c'est-à-dire, en fait, des couvents ? Rien ne permet de savoir s'ils faisaient partie d'une commune voisine ou s'ils se trouvaient à la tête d'un finage particulier, mais il est certain, d'après les exemples de Ed Deir, que certains d'entre eux étaient en possession d'un domaine d'un seul tenant délimité par un mur de clôture.

CONCLUSION

16Le Massif calcaire a donc été occupé, entre le IIIe et le VIe siècle, par une civilisation agraire cohérente, dont les caractères généraux sont identiques partout, les seules différences provenant des conditions géographiques et historiques qui ont présidé à la mise en valeur de la montagne. Dans l'élaboration de cette civilisation, dont l'origine remonte plus haut que les plus anciennes maisons conservées et se situe probablement en dehors du Massif calcaire, ou du moins dans une aire plus étendue, le pouvoir romain a joué un rôle important en implantant, sans doute avant le milieu du IIIe siècle, plusieurs cadastres dont les limites sont matérialisées par des murets de pierre. Mais la localisation des villages, leur morphologie, leur mode de développement, de même que la morphologie des maisons, ne paraissent rien devoir à l'action de Rome. Ils n'évoquent pas non plus les paysages qui passent pour caractériser les montagnes méditerranéennes, avec une opposition constante entre les villages « perchés » et les dépressions humides, domaine de l'habitat dispersé qu'il faut drainer. Nulle trace de perchement dans le Massif calcaire, et la plaine voisine la plus proche, en tout cas la plus accessible, celle de Chalcis, n'est nullement menacée par l'excès des eaux stagnantes. C'est que le Massif calcaire n'est pas une montagne méditerranéenne, c'est un ensemble de plateaux soumis au climat méditerranéen, mais tournés vers la steppe. Quant à la morphologie de l'habitat, il n'est pas nécessaire d'aller très loin pour en trouver l'origine : les villages romano-byzantins du Ǧebel basaltique (fig. 274 et 275), à l'est de la plaine de Chalcis, présentent les mêmes traits, que l'on considère la morphologie des maisons ou celle des villages ; la civilisation agraire du Massif calcaire se rattache à celle de l'ensemble de la Syrie du Nord, particulièrement à celle de la plaine de Chalcis, avec les caractères particuliers qu'a entraînés, au fil des temps, la nécessaire adaptation au changement et notamment aux conditions de sol et de climat. Cette civilisation se caractérise par le recours à des formes simples : rien de plus simple que les bâtiments des maisons ; et, dans l'organisation des villages, par l'absence de projet délibéré, ce qui n'exclut pas l'observation spontanée de principes constants.

Notes

1 Nous reprenons ces deux termes dans une acception particulière : l'ager représente le terroir, le saltus les terres non cultivables mais économiquement utiles.

Table des illustrations

Légende Fig. 257 - Tas d'épierrement.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 258 - Un autre tas d'épierrement.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 259 - Terrasses de culture.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Fig. 260 - Terrasses de culture.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 261 - Carte des bornes cadastrales du Ǧebel Sim‘ān (Trhalenko, Villages IIIp. 51).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 262 - Chemin antique aux environs de Kafr Ḥawar.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 263 - Chemin antique aux environs de Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 264 - Chemin antique aux environs de Bā‘ūde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Fig. 265 Cadastration du Ǧebel Sim‘ān : interruption du réseau dans une zone stérile.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 266 - Cadastration du Ǧebel Sim‘ān : extension à des zones aujourd'hui stériles.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 267 - Vue aérienne oblique de Šinšarāḥ (Ǧebel Zāwiye).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 268 - Vue aérienne verticale de Serğilla (Ǧebel Zāwiye).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 269 - Cadastration du rebord oriental du Ǧebel Sim‘ān : interruption ou destruction des réseaux dans la plaine de Chalcis.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 270 - Cadastration du Ǧebel Sim‘ān : prolongation des réseaux dans la plaine de Chalcis.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 271 - Cadastration dans la plaine de Chalcis à l'est du Ǧebel Sim‘ān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 272 - Cadastration du Ǧebel Zāwiye : au nord-ouest de Rbei‘a, passage d'un réseau orthogonal à un réseau étoilé.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 273 - Vestiges de cadastrations aux environs de Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende Fig. 274 - Parcellaires du Ǧebel Ḥās.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 275 - Parcellaires du Ǧebel Ḥās.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4365/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search