Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Les paysages agraires

II. L'habitat

Texte intégral

A - MODALITÉS DE L'OCCUPATION DU SOL ET RÉPARTITION DES HOMMES

UN HABITAT GROUPÉ À DISPERSION INTERCALAIRE

  • 1 Nous avons adopté la terminologie en usage dans les ouvrages de géographie agraire. Particulièremen (...)

1Dans l'ensemble du Massif calcaire, le village est la forme quasi exclusive de l'habitat1. Il existe bien des établissements isolés, des écarts, mais leur proportion est faible. Sur trois territoires de 100 à 150 kilomètres carrés choisis dans chacun des trois chaînons ou groupe de chaînons, soit en tout 355 kilomètres carrés, nous avons recensé, sur la base de l'inventaire de G. Tchalenko, 122 sites antiques, parmi lesquels 92 sont identifiés : 70 sont des villages, 22 des écarts. Ajoutons que ces écarts sont de date récente. Il existait certes des sanctuaires avant le IVe siècle et des maisons isolées aux IVe et Ve siècles, mais en très petit nombre. Ils ont été réoccupés, voire intégrés dans des couvents, au Ve et surtout au VIe siècle. L'habitat intercalaire est un fait récent, il consiste essentiellement en couvents.

2Entre les différents chaînons il y a, cependant, des différences notables. On rencontre un écart pour six villages dans le Ǧebel Zāwiye, un pour quatre dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa mais un pour 2,8 dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la. Ce dernier chiffre ne représente qu'une moyenne car la situation est différente dans leurs parties nord et sud : au nord, le rapport entre villages et écarts est le même que dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa ; au sud, au contraire, on trouve un écart pour 1,8 villages. Là encore, il s'agit d'une moyenne ; cette proportion n'est aussi élevée qu'en raison de l'existence de cinq couvents, entre Deir Sētā et Kaukanāyā, dans une zone très rocheuse et qui paraît l'avoir été dans l'Antiquité. La concentration des couvents, sur ces terres stériles, pourrait s'expliquer par l'absence d'emplacement vacant, au VIe siècle, dans les territoires plus fertiles du nord du Ǧebel Bārīšā et dans les plaines environnantes.

3Villages ou écarts, les établissements du Massif calcaire sont tous installés sur des sites similaires, jamais dans les wadis, toujours sur les plateaux, mais sur trois types d'emplacement : vallons largement évasés (fig. 239), qu'il s'agisse d'une faible ondulation de plateau (fig. 240) comme à Dēḥes ou de la naissance d'un wadi (fig. 242) comme à Dallōza, Serğilla, Nūrīye ou Darqītā, promontoires (fig. 238) à la surface horizontale ou faiblement accidentée, ou enfin amples plateaux (fig. 237 et 241) parfois inclinés. On ne rencontre pas de villages perchés.

DENSITÉ DU RÉSEAU VILLAGEOIS

4Second trait marquant, l'extraordinaire densité de l'habitat. Dans un ensemble de territoires de 510 km2, situés sur les sommets des trois chaînons considérés, nous avons recensé 179 sites, ce qui donne pour chaque lieu habité un finage moyen de 2,8 kilomètres carrés. Moyenne abstraite, là encore, qui recouvre des situations très différentes quant au nombre et aux dimensions des villages.

Fig. 237 - Site de plateau : Serǧible (Ǧebel Ḥalaqa).

Fig. 238 - Site de promontoire : Ḫerbet Šarqīye (Ǧebel Bārīšā).

Fig. 239 - Site de vallon : Kfellusīn (Ǧebel Ḥalaqa).

Fig. 240 - Site de plaine Mē‘ez. (Ǧebel Bārīšā).

Fig. 241 - Site de plateau : Ruweiḥa (Ǧebel Zāwiye).

Fig. 242 - Site de wadi : Serğilla (Ǧebel Zāwiye).

FINAGES EXIGUS ET VILLAGES DE DIMENSIONS RÉDUITES DANS LES ǦEBELS BĀRIŠĀ ET IL A‘LA

5C'est dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la que les finages sont les plus petits : 2,3 kilomètres carrés par site. Exiguïté plus accusée dans la seule zone nord : 1,6 kilomètre carré par site. Les 22 villages (graphe 7) situés dans ces deux Ǧebels totalisent, ensemble, 1560 pièces d'habitation pour 645 maisons, ce qui donne une moyenne de 70 pièces et de 20 maisons par village, de 2,4 pièces par maison. En fait, les dimensions des villages varient entre 17 pièces (Ma‘aramāyā) et 187 (Dēḥes) et la moyenne du nombre de pièces par maison oscille entre 1,1 et 3,4. Dans une large mesure, ces différences s'expliquent par le relief. Les villages les plus grands, ceux dont le nombre de pièces dépasse 70, se trouvent tous sur de vastes plateaux, au sommet du Ǧebels Bārīšā (Dēḥes), sur le plateau nord (Bābisqā, Darqītā, Ksēğbe et Bā‘ūde), ou sur un des plus vastes plateaux du Ǧebels il A‘la (Beḥyō). Seules exceptions, Bāqirhā, dont les maisons s'étagent sur un versant, et Ḫerbet Šarqīye-Silfāya, dont les constructions se répartissent sur les deux versants d'un vallon largement évasé. Tous les autres villages occupent des promontoires plus ou moins larges ou bien des plateaux secondaires accrochés à un versant (Bānaqfūr, Bettir). Le rôle des voies de communication paraît en revanche des plus réduits : des cinq villages situés sur le plateau du Ǧebels Bārīšā qui surmonte le défilé de Bab el Hawā, les plus grands (Bābisqā, Darqītā et Ksēğbe) sont aussi les plus éloignés de la route d'Alep et de Chalcis à Antioche. Le plus proche, Bā'ūde est le plus petit. Mis à part Bāqirhā, pour lequel il faudra rechercher d'autres raisons, les dimensions des villages de cette zone sont en relation directe avec la topographie et avec la taille probable des terroirs dans l'Antiquité. Situé sur le plateau du sommet, le village de Dēḥes, avec ses 187 pièces en est une illustration frappante : il dispose sans conteste du finage le plus grand et des terroirs les plus vastes.

Graphe 7 - Dimension et population des villages des Ǧebels Bārīšā et il A‘la d'après le nombre des pièces.

6Les dimensions des maisons, évaluées également en nombre de pièces (graphe 7) (tab. 23), observent aussi des variations, mais faibles. Toutes les moyennes n'ont pas, en effet, la même valeur ; dans certains villages, les murs de clôture ont disparu en plusieurs endroits, en sorte que nous avons parfois compté comme maison ce qui n'est, en réalité, qu'un élément d'une maison, généralement un bâtiment d'habitation et d'exploitation. C'est ainsi que les moyennes les plus faibles, celles de Ma‘aramāyā et de Ḫerbet el Ḥadīye ne doivent pas être prises en considération. Même problème pour certains villages dont la moyenne des pièces par maison est élevée : à Bā‘ūde, Ḫerbet el Ḫaṭīb, Darqītā et Bābisqā, les murs divisant certaines maisons n'ont pas toujours pu être repérés. Ces derniers cas mis à part, les moyennes se situent entre 1,9 et 2,7, ce qui ne représente pas un écart considérable. Seul Dēḥes, une fois de plus, fait exception avec une moyenne de 3,4 pièces par maison, ce qui est dû, peut-être, à la plus grande étendue de son finage.

Tab. 23 - Nombre de maisons et de pièces des villages des Ǧebels Bārīšā et il A‘la.

DES FINAGES PLUS ÉTENDUS ET DES VILLAGES PLUS GRANDS DANS LES ǦEBELS SIM‘ĀN ET ḤALAQA

7Dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, la superficie moyenne des finages est de 3,4 kilomètres carrés, si l'on considère les 200 kilomètres carrés représentés par les zones FIV et G IV de la carte de G. Tchalenko, de 3,6 kilomètres carrés si l'on y ajoute la zone FV qui inclut l'essentiel de la plaine de Dana. Les villages (graphe 8), dont l'état de conservation a permis l'étude, sont plus dispersés et moins nombreux que ceux du groupe précédent : 15 au lieu de 22. Ils sont plus grands et totalisent un plus grand nombre de pièces : 1613 au lieu de 1560. Pour connaître la dimension moyenne des maisons de chaque village, il convient de ne pas tenir compte de Šeiḫ Sleimān, Mšabbak et Kfellūsīn, à cause des incertitudes relatives au tracé des murs de clôture ; nous obtenons ainsi une moyenne de 2,46 pièces par maison, soit pratiquement la même que dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la (tab. 24).

Graphe 8 - Dimension et population des villages des Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa d'après le nombre des pièces.

8Les différences de dimensions que l'on relève entre les villages, d'après le nombre de pièces (tab. 24), ne sont pas aussi considérables, en apparence, que dans le groupe précédent : il varie entre 170 pour Kafr Nābū et 24 pour Kfellūsīn, mais deux groupes se distinguent nettement. Certains villages ont plus de 100 pièces : neuf, dont cinq entre 130 et 160 pièces, les autres étant compris entre 50 et 70 pièces. Cette moindre variété paraît refléter le déterminisme des conditions topographiques : le relief est moins morcelé dans le Ǧebel Sim‘ān que dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la. Il serait cependant imprudent de s'en tenir à cette conclusion, car les villages étudiés ne sont pas représentatifs de l'ensemble. Il existe des villages plus grands et même beaucoup plus grands, tels que Brād et Kimār : alors que les constructions semblent disposées en ordre lâche dans le second, elles paraissent former un réseau serré dans le premier. Pour autant que son état de dégradation permette une certitude, Brād devait compter entre 500 et 600 pièces. A l'opposé, il existait des établissements de petites dimensions, des hameaux comme Bātūtā, que nous n'avons pu faire entrer en ligne de compte à cause de leur destruction ou de leur réoccupation. Les villages sont donc en moyenne plus grands dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa que dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la et ils sont à la tête de finages plus étendus mais l'éventail qu'ils décrivent, si l'on considère les plus petits et les plus grands, ne paraît pas lié à la topographie : le finage de Brād était très grand, mais seulement parce qu'il s'étend sur plusieurs plateaux séparés par des wadis sur lesquels d'autres villages auraient pu s'installer, comme c'est le cas dans bien d'autres endroits du Ǧebel Sim‘ān. Ce ne sont pas non plus les conditions de la circulation qui expliquent que certains villages aient été plus grands que d'autres : Brād, Kimār et Kafr Nābū sont très éloignés du rebord est, de loin le plus facile d'accès à partir de la plaine, mais proches du rebord ouest que sa raideur rend impraticable. Ce sont donc des raisons d'un autre ordre qu'il conviendra de chercher pour expliquer les disparités rencontrées dans les dimensions des villages des Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa.

  • 2 Recension aléatoire des maisons dans ces trois villages.

9NOTE *2

Tab. 24 - Nombre de maisons et de pièces des villages des Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa.

10Pour les dimensions des maisons, nous relevons, au contraire, une grande uniformité : dans tous les villages, les moyennes sont proches de 2,4, moyenne à laquelle on aboutit également dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la. La seule exception notable est représentée par Serğible, avec une moyenne de 3,8 pièces par maison, soit un peu plus que Deḥes. Peut-être s'explique-t-elle aussi par les dimensions exceptionnelles du finage.

11Au total, entre les deux zones considérées, les ressemblances l'emportent sur les différences. Les maisons sont en moyenne de même taille, et les dimensions des villages varient en fonction de la topographie. Elles sont plus réduites dans les Ǧebels Bārīšā et il A‘la, de relief plus morcelé, que dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa où l'on rencontre de vastes plateaux. Mais les conditions géographiques ne rendent pas compte de toutes les disparités : le développement de grands villages comme Brād, et dans une moindre mesure Kimār, n'est dû ni à la topographie ni à la proximité des voies de communication.

GRANDS FINAGES ET GROS VILLAGES DU ǦEBEL ZĀWIYE

12Dans le nord du Ǧebel Zāwiye, la situation est très différente. Les dimensions des finages sont en moyenne de sept kilomètres carrés par site habité. On compte, par village (tab. 25), 183 pièces et 3 pièces par maison, compte non tenu d'El Bāra (fig. 243) dont nous connaissons approximativement le nombre des pièces, mais non celui des maisons. Finages plus vastes, villages plus grands, ces deux faits sont en rapport avec une topographie moins morcelée que dans les chaînons nord. Quant aux dimensions plus grandes des maisons, elles sont sans doute liées au fait précédent, comme l'ont déjà suggéré les exemples de Dēḥes et de Serğible.

Tab. 25 – Nombre de maisons et de pièces des villages du Ǧebel Zāwiye

  • 3 G. Dagron : Entre village et cité : la bourgade rurale des IV-VIe s. en Orient, Koinônia 3 (1979). (...)

13Ce qu'il conviendrait d'expliquer en revanche, ce sont des disparités plus accusées dans les dimensions (graphe 9) respectives des villages3 que dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa : nous avons là un réseau hiérarchisé qui évoque, dans sa gradation, les échelons où se rangeraient villes, bourgs ou metrocomiae et simples villages. Il conviendra d'examiner si ces disparités sont liées à des différences quant à la composition sociale et aux fonctions économiques. Nous y reviendrons plus loin.

Fig. 243 - Le plus grand village du Massif calcaire dans son environnement rural : El Bāra.

Graphe 9 - Dimension et population différentielles des villages du Ǧebel Zāwiye d'après le nombre des pièces.

LES DISPARITÉS NE RELÈVENT PAS SEULEMENT DE LA GÉOGRAPHIE

14Par delà une grande uniformité des Paysages ruraux : prédominance des villages, apparition récente d'écarts peu nombreux, il nous faudra tenter d'expliquer l'opposition nette que nous avons relevée entre chaînons Nord et Ǧebel Zāwiye. D'un côté, des villages de dimensions généralement réduites, offrant une variété qui reflète en grande partie les contraintes de la topographie et celle de la répartition des terroirs, même si quelques cas sont difficiles à comprendre ; de l'autre, des villages beaucoup plus étendus, mais inégalement, et qui paraissent constituer un réseau hiérarchisé.

B - MORPHOLOGIE DES VILLAGES

15Étant établi que les maisons constituaient l'élément principal des villages, trois questions restent à envisager : les transitions avec le terroir et le problème du mur d'enceinte ; les espaces publics, rues, impasses et places ; l'ordonnance du village, organisation volontaire à partir d'une division préalable de l'espace ou en fonction d'une conception d'ensemble de la répartition des monuments, ou développement spontané.

1 - Du village au terroir

UN DOMAINE : BĀZĪHER

16Nous avons repéré un mur d'enceinte dans un seul village, à Bāzīher, propriété d'un domaine, le seul également qui soit attesté et repéré dans cette région, le domaine de Zaerô, dont le nom a subsisté dans le toponyme moderne. Les maisons sont éparpillées sans ordre, au milieu d'un espace assez vaste, peut-être occupé par des jardins dans l'Antiquité. Maisons et jardins sont entourés d'un mur épais au tracé curviligne. Malgré son état de dégradation, on voit qu'il ne s'agissait pas d'une muraille, mais plutôt d'une clôture, plus épaisse, et évidemment plus longue que celle des maisons, mais de même fonction. Il n'existait pas de village fortifié dans le Massif calcaire.

DES VILLAGES FERMÉS

17Tous les villages présentaient à l'extérieur, en revanche, un aspect de fermeture. Ce ne sont que murs aveugles, murs de clôture des maisons ou murs arrière de leurs bâtiments. Le regard cherche en vain à saisir les détails de l'organisation intérieure.

VILLAGES DONT L'ASPECT DE FERMETURE N'EST DÛ QU’AUX MAISONS

18Il y a d'abord des villages dont l'aspect fermé est dû seulement à celui des maisons- Celles-ci sont – nous l'avons vu - repliées sur elles-mêmes : de l'extérieur, on ne peut rien apercevoir de ce qui se passe au dedans et comme les rares monuments publics que l'on rencontre, dans certains villages, sont eux-mêmes enclos, il n'est pas étonnant que le village présente aussi cet aspect. Les deux exemples les plus nets de cette situation comptent parmi les villages les plus étendus des chaînons Nord : Kafr Nābū et Dēḥes. Le tissu villageois est constitué d'une série d'îlots ou de groupes d'îlots, véritables petits hameaux séparés par des espaces vides.

VILLAGES AUX MAISONS ACCOLÉES SUR UN DES COTES

19Viennent ensuite des villages - ce sont les plus nombreux - dont les maisons sont accolées les unes aux autres, au moins sur un des côtés, généralement le côté nord, de telle sorte qu'elles forment un genre de mur à peu près continu. Dans ces villages, tels que Ma‘ṣarte et Mšabbak, cette disposition dérive manifestement de l'orientation privilégiée des maisons vers le sud ; elle ne traduit pas nécessairement une volonté collective. L'obstacle constitué par les murs de ces maisons est d'ailleurs illusoire puisque les autres côtés sont, au contraire, largement ouverts. La preuve qu'il en est bien ainsi est fournie par Deir‘amān : les maisons sont orientées au sud, à cinq exceptions près (1,2, 54, 58, 59). Elles sont à peu près alignées, selon trois ou quatre rangées successives : aucune de ces rangées ne forme un mur continu. Au contraire, les groupes de maisons sont séparés par de larges espaces. Il est manifeste qu'aucune volonté ni même aucune tendance collective à la fermeture n'a déterminé leur disposition.

VILLAGES OÙ L'ON NE PÉNÈTRE QUE PAR QUELQUES PASSAGES ÉTROITS

20Il y a enfin un dernier groupe de villages, où une volonté de fermeture paraît avoir commandé la disposition de tout le village. Ce sont des villages comme Ḫarāb Šams, Sinḫār, Bā'ūde, Bābisqā, Darqītā, Serğible, Šinšarāḥ et Bšilla. On ne trouve aucune construction défensive à caractère collectif, mais les maisons sont si proches les unes des autres, elles forment un tissu si serré que les accès au village sont des passages étroits. Le village n'a pas seulement un aspect défensif ; la pénétration d'un assaillant serait pleine de risques. Une telle disposition procède-t-elle d'une volonté générale ou au moins, d'une tendance générale ? Il est difficile de l'affirmer. Il est frappant, toutefois, que dans certains de ces villages, à Serğible, à Darqītā (fig. 244) et à Šinšarāḥ, il existe, sur les côtés est et ouest, des maisons orientées respectivement vers l'ouest et vers l'est, au rebours de la pratique dominante, comme si l'on avait estimé utile d'opposer, à l'extérieur, le plus long côté de la maison, celui où la clôture est la plus haute parce qu'elle est matérialisée par des bâtiments.

Fig. 244 - Vue sur Darqītā.

DANS DEUX VILLAGES, FERMETURE ASSURÉE PAR DES MURS DE RACCORDEMENT ENTRE LES MAISONS

21Ces indices ne seraient guère probants si l'on ne trouvait davantage dans deux villages : Qirqbīze (fig. 245) et Muğleyya. Dans le premier, les murs extérieurs des maisons périphériques ont été raccordés par des murs spécialement construits pour rendre hermétique le village. Dans le second, des portes ont été prévues au débouché des rues sur le terroir. On pouvait donc les obturer, preuve qu'aucun passage libre n'existait ailleurs. La volonté collective d'une fermeture hermétique est, ici, manifeste. Un cas intermédiaire, mais de même sens, est représenté par Ruweiḥa. Au centre du village, un tissu très serré ; à la périphérie et à quelque distance, plusieurs maisons et même l'église de Bizzos : ces dernières sont toutes encloses dans des murs particulièrement élevés (5 à 6 m au moins, pour les murs de clôture, beaucoup plus pour les bâtiments).

Fig. 245 - Façades arrière de maisons (Qirqbīze).

PAS DE VILLAGE FORTIFIÉ

22Quelle que soit la formule adoptée, aucun de ces villages ne peut être considéré comme fortifié, car ils sont entourés de simples murs sans chemin de ronde, ni tour, ni fossé. C'est trop peu face à une armée, mais sans doute suffisant pour arrêter une troupe de bandits et surtout les maraudeurs isolés ou les bêtes sauvages dont les sources textuelles attestent le grand nombre. Pour autant que l'état des ruines permette de l'affirmer, il semble que cette tendance à se refermer sur soi ait été plus accusée, à moins qu'on ait eu davantage le moyen de la réaliser entre le IVe et le VIe siècle qu'avant. Les constructions qui, à Muğleyya et à Qirqbīze, assurent l'hermétisme du village ne sont pas antérieures au Ve siècle ; mais peut-être cette impression vient-elle de notre méconnaissance des IIe et IIIe siècles.

MAIS UNE VOLONTÉ GÉNÉRALE DE FERMETURE

23Il existe donc, dans tous les villages, un souci de défense qui se manifeste toujours dans les maisons et parfois dans toute la collectivité, sans que l'on ait réussi à pénétrer les raisons de ces différences. Une chose certaine est que le danger extérieur n'y était pour rien, à moins de considérer comme tel la menace isaurienne. Non moins certain que le repliement des maisons répondait à une préoccupation d'ordre social. Il semble cependant qu'il y ait eu parfois davantage : cette tendance s'explique peut-être, quand elle se manifeste dans la collectivité, par des rivalités inter-villageoises, à moins qu'elle ne s'inscrive dans le contexte des conflits qui opposaient fréquemment, au dire de Libanios, les villages aux collecteurs d'impôts ou aux patrons. L'absence d'information explicite, dans les inscriptions, ouvre le champ à toutes les hypothèses.

2 - Les espaces publics : les places

24Butler et, à sa suite, G. Tchalenko ont cru reconnaître des places publiques ou agora dans plusieurs villages du Massif calcaire. Ainsi à Dēḥes, Darqītā et Ruweiḥa. Avec l'identification de nombreux édifices comme bâtiments publics, andrôns, thermes, auberges et marchés, l'existence de ces places constituait, selon eux, une seconde preuve de la spécialisation de certains villages dans la commercialisation de la production d'huile, et, par voie de conséquence, de leur urbanisation progressive. Nous avons vu ce qu'il en était des bâtiments publics. L'existence de places publiques, dans la plupart des villages, ne résiste pas mieux à une observation attentive des lieux.

LA PLACE DU MARCHÉ DE DĒḤES

  • 4 es I-III et J.-P. Sodini, G. Tate et B. Bavant et alii : La fouille de Dēes, A.A.A.S., 1985.

25Elle se situerait4, selon G. Tchalenko, dans la partie sud-ouest du village (fig. 246). Elle aurait été construite d'un seul jet, au Ve siècle. De plan rectangulaire, elle serait bordée de bâtiments à portiques au sud et au nord, d'un « andrôn » à l'est et d'un autre bâtiment à portiques au sud. Dans un même lieu se combinaient donc les activités municipales, dans l'andrôn à balcon, et le commerce avec les échoppes installées sous les portiques ou stoa.

Fig. 246 - Restitution de « l'Agora » de Dēḥes selon G. Tchalenko (AAAS, 21 [1971], pl. LXXXV1, 3).

26La fouille a montré (fig. 247) qu'il n'en était rien. L'espace central est divisé, par deux murs transversaux, en trois secteurs qui sont des cours de maisons. Les portiques ont été murés dès l'Antiquité. Le bâtiment est n'est pas un « andrôn », il appartient à une maison et le balcon, loin de permettre de s'adresser au public, donnait immédiatement sur un mur de clôture et permettait la surveillance des terroirs situés au sud. Au lieu d'une place publique, nous avons donc un espace partagé entre trois maisons.

Fig. 247 - Plan de restitution de « l'Agora » de Dēḥes par J.-L. Biscop (Dēḥes I-III).

LA PLACE DU MARCHÉ DE DARQĪTĀ

  • 5 PAES, p. 177 et sq. G. Tchalenko : Villages, p. 123 et II, pl. CXXXIV. G. Tchalenko et E. Baccache  (...)

27Selon Butler5, que ne semble pas suivre G- Tchalenko, cette place se trouverait au centre du village, ce qui est ambigu si l'on considère le plan (fig. 248), car deux endroits répondent à cette localisation : l'un, au centre nord du village, au sud de la maison XVI, où Butler a représenté des arbres, ce qui semble indiquer que c'est bien à cet endroit qu'il pensait, mais où sont alors les portiques des bazars ? L'autre, au centre sud, au sud de la maison XIV, où aucun jardin n'est représenté, mais qui est effectivement bordé d'une longue stoa au nord.

28Aucun de ces deux endroits ne paraît convenir, si l'on entend par « place de marché » un espace architectural conçu à cette fin et non un espace vide, où des commerçants pouvaient s'installer à l'occasion. Dans le premier, on relève au sol, en effet, de nombreuses traces de murs qui s'interrompent subitement parce qu'ils sont recouverts de terre, ce qui donne à penser que dans l'Antiquité, il y avait des constructions. En aurait-il été autrement, que la forme géométrique qu'il présente sur le plan de Butler résulte d'une simplification : c'est en fait un espace grossièrement quadrangulaire dont les contours sont déterminés par les limites des constructions voisines et non par une conception d'ensemble. Quant au second endroit, il est occupé par un bâtiment et par un mur de clôture, au sud du bâtiment nord de la maison XVI, et par la maison 27. Un dernier lieu pourrait convenir, comme le suggère le R.P. Mouterde dans IGLS II, c'est l'espace compris entre les maisons XVII, XV et XVI. Cette fois encore, le schématisme du plan de Butler en accrédite l'idée, mais cet espace est en réalité partagé entre plusieurs maisons. Dernière interprétation, suggérée par Prentice (PAES III B, 4 n° 1074), la place publique se situerait au nord de la maison XVII. Elle repose sur une lecture qui nous paraît erronée de l'inscription : ἀγορασгν devrait être lue : ἀγοράς гν κгίσгην ce qui supposerait que Kyrillas soit féminin. Cette hypothèse n'est guère admissible car elle fait bon marché de l'espace compris entre les deux mots et il n'est guère vraisemblable que Kyrillas ait été un nom féminin. Du point de vue de l'ordonnance du village, enfin, il serait étonnant que l'on baptise « agora » ce qui était seulement, en tout état de cause, un espace vide et périphérique.

Fig. 248 - Plan de Darqītā selon Butler.

LA « PLACE DU MARCHÉ » DE RUWEIḤA

  • 6 PAES II B, p. 142. G. Tchalenko : Villages II, pl. CXLI, 37. G. Tchalenko et E. Baccache : Églises (...)

29En contrebas de l'église du IVe siècle, Butler a repéré deux « places du marché » que Tchalenko représente comme telles, à titre d'hypothèse, sur les plans publiés dans les « Églises de village »6. Ce sont des constructions contiguës, ruinées et encombrées d'amoncellements de blocs. Butler invoque trois arguments à l'appui de son identification : les dimensions de ces ensembles (40 mètres de côté), la régularité de leur forme, un carré, et le fait qu'on y accédait par une porte surmontée d'un arc.

30Aucun de ces arguments n'est valable. La longueur des côtés, en fait 35 mètres, est courante dans les maisons du Ǧebel Zāwiye et particulièrement dans ce village. Il en va de même du plan carré et de l'ordonnance de l'entrée : arc, porte et simple passage : ce sont bien des maisons. Ajoutons que les bâtiments disposés autour de la cour étaient à portiques et à étage. En plus de l'entrée monumentale, il existait deux portes étroites, au nord et à l'ouest, dans la maison nord. La seule rareté, dans ces maisons, c'est que les quatre côtés sont occupés par des bâtiments.

Fig. 249 - Plan de Serğilla selon Butler.

L'EXEMPLE DE SERĞILLA

  • 7 PAES, p. 113 et sq. G. Tchalenko : Villages, p. 383 et 387 ; II, pl. CXL, 35.

31Apporte peut-être un démenti à la négation de l'existence de place publique dans les villages du Massif calcaire7. Le village s'étale en effet sur les deux versants d'un vallon, dont le fond est occupé par les constructions les plus anciennes et les plus pauvres. Au nord de celles-ci, que l'on cherche en vain sur le plan de Butler (fig. 249), le vallon s'élargit. C'est là que l'on trouve l'andrôn et les thermes évoqués plus haut. Devant ces deux bâtiments publics, s'ouvre un espace dégagé, dont une partie au moins, celle qui recouvre la citerne destinée aux bains, est dallée. Cet espace est manifestement un espace public, une place mais non pas dans le sens où le pourtour aurait été construit suivant un plan précis. Que des emplacements de cette configuration aient existé dans de nombreux villages, c'est l'évidence même, bien que la plupart d'entre eux n'aient comporté ni andrôn, ni thermes. Mais ils n'ont pas de forme particulière, ils ne sont délimités par aucune construction spécifique. Ce ne sont pas des places, des agoras au sens que ces termes ont dans les villes, mais des espaces vides et, de ce fait, disponibles pour des activités communes, publiques, qu'il s'agisse de parquer les troupeaux ou de vendre et acheter des produits. La question n'est donc pas de savoir s'il existait ou non, dans ces villages, des marchés, mais s'ils étaient permanents, localisés dans des locaux appropriés, ou se déroulaient en plein air, parce qu'ils étaient épisodiques. Cette dernière hypothèse nous paraît seule compatible avec les faits. Il est donc vain de rechercher l'emplacement des marchés villageois. Ils ont pu se déplacer et l'ont sans doute fait car les espaces où ils devaient se dérouler se contractaient sous la poussée des constructions nouvelles.

32La question demeure cependant ouverte pour les villages les plus grands, qui étaient peut-être des métrocomiae, comme Brād et surtout El Bāra. Il serait vraisemblable que des places eussent été ménagées dans des agglomérations qui ont les dimensions de véritables villes. Malheureusement, il ne sera pas possible de s'en assurer tant qu'ils n'auront pas été fouillés. Le premier est dans un état de dégradation qui a empêché d'en établir le plan. Quant au second, il offre un plan lisible mais, dans les intervalles des constructions, subsistent de nombreux vides où la terre est trop épaisse pour que l'on soit sûr qu'aucun édifice ou groupe d'édifices n'y demeure enfoui.

3 - Les espaces publics : les rues

LA NOTION DE « RUE »

33On appelle « rues » des artères de largeur à peu près régulière formant souvent des réseaux. Dans tous les cas, elles ont une fonction de circulation, ce sont des passages, mais elles peuvent avoir aussi une fonction économique et sociale, quand elles sont bordées de commerces ou conduisent à des édifices publics. Les grandes villes syriennes des IVe-VIe siècles comme Antioche et Apamée avaient des rues et des ruelles de ces différents types. Qu'en était-il dans les villages du Massif calcaire ? La conception qui prévaut implicitement dans les ouvrages de Butler est que les rues étaient d'une même sorte dans les villages et dans les villes. Leur existence serait donc la preuve d'un début d'urbanisation des villages, ce qui cadre avec l'hypothèse de G. Tchalenko d'une hiérarchisation du réseau villageois, grâce à la spécialisation de certains villages dans le commerce de l'huile amenée des villages producteurs. En fait, il y a rue et rue et si l'observation est possible dans de nombreux villages, elle ne l'est pas dans les plus grands et les plus peuplés qui seuls ont pu comporter des éléments d'urbanisation.

Fig. 250 - Rue à Muğleyya.

Fig. 251 - Passage couvert à Kaukanāyā.

Fig. 252 - Rue à Darqītā. Fig. 253 - Rue à Ruweiḥa.

Fig. 253 – Rue à Ruweiḥa.

SIMPLES PASSAGES

34Il existe d'abord, dans tous les villages, des passages qui ne sont pas des « rues » : ce sont des espaces irréguliers dont la configuration, variable selon les époques, est déterminée par l'emplacement des constructions ou des propriétés closes qui les bordent. Ils peuvent s'élargir en de vastes espaces, que l'on est tenté d'appeler abusivement « places », ou bien se réduire à d'étroits boyaux terminés en impasses. La réalité de la plupart des villages, en fait d'axes de circulation, c'est d'abord essentiellement cela.

ARTÈRES DE CIRCULATION

35Mais il existe aussi des « rues » (fig. 250 à 253) dans le sens rudimentaire du terme, qui désigne de simples artères de circulation pour les hommes et les bêtes. Tous les villages n'en ont pas et ceux qui en ont ne sont jamais desservis par un réseau complet. Au stade le plus élémentaire, ces rues sont des segments de longueur réduite qui finissent par se perdre dans un espace indifférencié. A Ruweiḥa et à Ǧerāde, elles sont plus développées. Elles s'organisent, au centre du premier, en un quadrillage succinct, dans le second, autour de l'église et elles se terminent en impasses. C'est à Muğleyya (fig. 254) qu'elles constituent le réseau le plus complet. Le plan du village fait apparaître l'existence de trois rues. Deux sont, en gros, de direction nord-sud, la première présente une ramification en direction du nord-ouest, alors que la seconde est obturée par une porte à son extrémité sud. La troisième est orientée est-ouest. Cependant, il n'existe pas de liaison véritable entre ces trois rues. Non seulement elles ne convergent pas sur une place ou dans un carrefour, mais encore on doit emprunter, pour passer de l'une à l'autre, des espaces aux contours mal définis, entre des maisons. Il ne s'agit donc pas d'un véritable réseau mais seulement de son esquisse. Comment expliquer la singularité de ce village de ce point de vue ? Il convient peut-être de se rappeler que Muğleyya s'est développé le long du chemin reliant Nebbul à El Bāra. Les rues qui le traversent de part en part, suivant des tracés presque parallèles, peuvent n'avoir été que les tronçons des anciens chemins qui ont subsisté comme rues avant d'être abandonnés au profit d'un nouveau chemin qui, lui, contourne le village.

Fig. 254 - Vue aérienne de Muğleyya.

DES RUES À FONCTION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ?

36L'existence de « rues » à fonction économique et sociale a été défendue par Butler et par G. Tchalenko dans au moins deux villages : Bā‘ūde et Mē‘ez. A Bā‘ūde, une série de bâtiments, dont les portiques ont seuls subsisté sur deux niveaux, sont disposés sur des lignes à peu près parallèles, particulièrement dans le nord du village. Le spectacle de cette succession de portiques, qu'aucun mur de bâtiment ne vient interrompre, est en effet saisissant. On imagine aisément qu'ils aient pu être bordés par une série de rues, étant eux-mêmes le siège de boutiques et d'entrepôts, tandis qu'un andrôn était installé à l'ouest, des thermes et des hôtelleries au sud. Nous aurions donc là un village à l'existence entièrement déterminée par la fonction commerciale et pourvu de « rues » marchandes et passantes. Un examen attentif des lieux montre que cette impression n'est pas fondée. Les rues sont, en réalité, des cours de maisons : elles sont obturées par des murs aux deux extrémités, et même partagées, au milieu, par d'autres murs de même orientation nord-sud. Bā‘ūde est un village sans rue ; tout au plus peut-on repérer quelques impasses.

DES ÉLÉMENTS D'URBANISATION DANS UN SEUL VILLAGE : MĒ‘EZ

37A Mē‘ez (fig. 255), dans la plaine, en contrebas du Ǧebel Bārīšā, par contre, on rencontre des éléments d'urbanisation indéniables : un bassin sacré, un temple construit, à l'ouest, aux frais d'un citoyen de la Kômè et un andrôn, au nord, dont la toiture a été réparée par les soins d'un autre citoyen, des marques d'une organisation orthogonale sur le plan, dans la partie centrale de l'agglomération, en dépit de l'état de dégradation avancé et de l'enfouissement des constructions antiques. Nous avons là un ensemble d'indices prouvant, dans une partie au moins du village, une urbanisation embryonnaire et, donc, l'existence de « rues » à fonction économique et sociale ; mais il faudrait des fouilles pour l'établir et il s'agit d'une agglomération de plaine et non d'un village de plateau.

38En fait, nous n'avons trouvé de preuve de l'existence de rues dans aucun village du Massif calcaire. Cela ne permet naturellement pas de conclure à leur inexistence ; s'il fallait tenter d'en trouver par des fouilles, c'est dans les agglomérations les plus grandes qu'il faudrait les chercher, à El Bāra et à Brād. Sur Brād, il est impossible de rien dire, tant le plan est obscurci par les destructions et les réoccupations. Quant au plan d'El Bāra, il ne présente aucun indice en ce sens ; il existe, certes, au centre des ruines, un réseau ramifié embryonnaire de rues, mais ces rues sont des axes de circulation bordés par les murs aveugles des maisons. Elles n'ont pas d'autre fonction.

Fig. 255 - Vue de Mē‘ez.

39Dans l'état actuel des connaissances, nous devons donc conclure, comme G. Tchalenko dans les « Villages antiques », que les agglomérations du Massif calcaire restaient, « par leur structure, des communes rurales ». Les seules « rues » qu'elles comportaient avaient exclusivement une fonction de passage, pour les hommes et pour les animaux, et elles ne formaient jamais un réseau cohérent. Il est frappant, à cet égard, que les seuls bâtiments publics rencontrés dans la plupart des villages, les églises, étaient elles-mêmes des ensembles complexes de plusieurs constructions encloses dans un mur et qu'elles n'étaient jamais précédées d'un parvis.

4 - Des cimetières ?

40Même absence d'organisation régulière pour les morts. Quel que soit le type auquel elles appartiennent, et elles sont souvent de plusieurs sortes dans un même village, les tombes ne sont jamais regroupées dans un seul endroit délimité par un mur de clôture, mais, au contraire, dispersées aux environs des villages, formant parfois des ensembles lâches. Jamais les nécropoles n'offrent l'aspect de cimetières ordonnés et isolés. L'individualisme et l'improvisation paraissent avoir commandé partout et toujours.

5 - Les plans des villages : un carroyage initial ?

41Dans la plupart des villages, les maisons sont disposées sur des lignes à peu près parallèles. Lorsque ces lignes sont séparées par des intervalles réguliers et semblent dessiner une sorte de damier, comme à Bā‘ūde (fig. 256), dans la zone nord-ouest de Bābisqā, au centre de Ruweiḥa et dans la zone est de Ǧerāde, on doit s'interroger sur la possibilité d'un carroyage initial. Hypothèse d'autant plus envisageable qu'un tel carroyage existe dans les terroirs.

42En fait, cette hypothèse est à écarter. Au contraire de ce qui est envisageable dans les terroirs où la possibilité de déplacer des murs, au cours des siècles, permet de tolérer, dans ces vestiges de cadastrations, des écarts et des déformations par rapport à la régularité des quadrillages antiques, aucune modification ne peut être invoquée dans les plans des villages, puisqu'il s'agit de bâtiments et que le carroyage initial, s'il avait existé, aurait subsisté dans toute sa rigueur. On ne peut donc souscrire à la théorie d'une division de l'espace, dans le village de Bā‘ūde, en lots géométriques semblables et égaux, préalablement à son développement. Le parallélisme des lignes occupées par les maisons est, en effet, approximatif, leur écartement est inégal. Ces différences ne peuvent pas provenir non plus de la superposition de plusieurs réseaux successifs car des constructions de même date s'intègrent indifféremment aux uns et aux autres. Même constatation à Ǧerāde. Quant à Bābisqā, la zone qui offre le plan le plus régulier ne doit certainement rien à un lotissement initial puisqu'elle comprend les constructions les plus récentes. Dernier argument enfin, dans tous les villages dont les finages présentent un carroyage régulier, les murets qui constituent ce carroyage s'interrompent à quelque distance du village et les directions qu'ils suivent ne se retrouvent jamais exactement dans le plan des villages.

Fig. 256 - Vue de Bā‘ūde.

43Il est cependant indéniable qu'un certain géométrisme caractérise le plan de la quasi-totalité des villages. Les seules exceptions notables sont Bāmuqqa, où les constructions paraissent disposées sans ordre, et Muğleyya, dont les maisons sont localisées en fonction des trois artères qui le traversent presque complètement. Partout ailleurs, par-delà une grande diversité quant aux dimensions et aux formes des villages, on retrouve le même genre d'ordonnance. Elle dépend, en fait, de l'orientation privilégiée des maisons vers le sud ou le sud-est, qui permet de bénéficier du soleil toute la journée. Il n'y a donc pas eu de partage initial régulier de l'espace villageois, mais seulement une tendance à orienter les maisons de la même manière. C'est finalement la morphologie des maisons qui a déterminé l'aspect géométrique des plans.

6 - Le plan des villages : morphologie et genèse des îlots

  • 8 G. Tate : L'organisation du village byzantin en Syrie (sous presse, cours de Bari 1980).

44Les villages ne sont pas constitués de quartiers car des quartiers sont à la fois entourés et pénétrés par des rues8. Dans le Massif calcaire, c'est le contraire, ce sont des groupes de maisons juxtaposées qu'aucune rue ne traverse, c'est-à-dire des îlots, qui définissent la forme et l'étendue des espaces vides. Les villages sont des assemblages plus ou moins lâches d'îlots.

45Leurs dimensions sont très variées. Les îlots les plus grands, comme la partie orientale de Ǧerāde, comprennent huit à dix maisons, soit dans ce cas précis 47 pièces, c'est-à-dire autant que certains villages. La raison d'une telle étendue, sans aucun passage médian, réside dans la disposition des maisons les unes à la suite des autres. Elles dessinent une figure très allongée aux contours irréguliers. A l'autre extrémité de l'échelle, les îlots les plus petits se réduisent à deux ou trois maisons et présentent, eux aussi, des formes irrégulières. Quelles que soient leurs dimensions, plusieurs îlots peuvent être regroupés en une sorte d'essaim à travers lequel s'insinuent des passages qui parfois se dédoublent, composent des tracés en baïonnette et se terminent en impasses. Il arrive ainsi que des rues bordent un îlot ou en séparent plusieurs : c'est le cas à Muğleyya, et aussi à Dēḥes, où l'on a repéré un passage à l'est du bâtiment 102.

46Les villages sont donc des assemblages d'îlots avec parfois, à la périphérie, des maisons isolées. Cette disposition reflète leur genèse, le mode d'implantation des habitats et de leur agglomération. Au point de départ, une ou plusieurs maisons isolées, peu éloignées mais séparées par des espaces vides. Telle est la situation de départ de tous les villages où l'on a pu repérer des habitats antérieurs à 350. Cette dispersion, toutefois, pourrait bien être illusoire si elle n'apparaissait telle qu'en raison de la disparition d'habitats plus anciens peut-être installés dans les intervalles. Il est vrai que des constructions antérieures au IVe et surtout au IIIe siècle ont sûrement disparu. Ce que l'on peut cependant savoir du mode de développement des villages, aux époques où l'on peut l'observer entièrement, aux IVe et Ve siècles, en des lieux où la disparition de constructions antérieures n'est guère vraisemblable, confirme l'exactitude de ce schéma de développement : les maisons situées à distance du centre de Ruweiḥa, ou de bien d'autres villages, ont été volontairement installées à l'écart. Au départ, les villages étaient constitués de maisons isolées et éloignées les unes des autres. Les îlots sont des formes secondes. Ils se constituent à la suite d'une double évolution que l'on suit aisément dans la zone centrale de Ǧerāde : tout d'abord, les premières maisons s'accroissent par la construction de nouvelles pièces ou de nouvelles bâtisses, elles finissent par se rejoindre et forment alors un îlot tandis que d'autres maisons sont construites à quelque distance. Puis, le même phénomène se reproduit : agrandissement des maisons et regroupements en de nouveaux îlots et, en même temps, construction de maisons à la périphérie. Plusieurs variantes sont possibles. A côté de ce développement par succession de phénomènes de dispersion et de resserrement, il existe des croissances par dédoublement : deux zones centrales, et non une seule, qui parfois se rejoignent, ou encore des croissances par extension latérale comme à Deir‘amān : les nouvelles constructions se trouvent toutes à l'est des plus anciennes. Ces variantes ne concernent que les phases les plus récentes de l'histoire des villages. Ce que reflète leur morphologie c'est une croissance spontanée dont les modalités sont déterminées au départ par la recherche d'un isolement auquel succède inévitablement une juxtaposition. Pour cette raison aussi, la fermeture des villages sur eux-mêmes correspond-elle sans doute à une tendance récente. L'unité de base du village est la maison, de même que celle de la maison est la pièce. Le nombre de pièces donne ainsi la mesure approximative de leurs dimensions et de leur population.

C - MORPHOLOGIE DES ÉCARTS

47Sur les écarts, il y a peu à ajouter à ce qui a été fort bien dit par G. Tchalenko. Ce sont, dans leurs quasi-totalité, des couvents établis sur des sites semblables à ceux des villages : jamais dans les wadis ni sur les sommets mais sur les plateaux ou, quand ceux-ci sont inclinés, à quelque distance du sommet, peut-être afin de pouvoir collecter les eaux de ruissellement. Ils datent généralement du Ve et surtout du VIe siècle et sont de dimensions réduites.

Notes

1 Nous avons adopté la terminologie en usage dans les ouvrages de géographie agraire. Particulièrement : P. George .La campagne, Paris, 1956 ; Précis de géographie rurale, Paris, 1963 ; Dictionnaire de géographie, Paris, 1970. G. Roupnel : Histoire de la campagne française, Paris, 1932. R. Dion : Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, 1934. Nous avons eu connaissance des conclusions du Colloque de Wadstena (Suède, 1960) par un cours donné en 1965 par x. de Planhol à l'E.N.S. de St. Cloud.

Nous appellerons « finage » l'ensemble des terres dépendant d'une communauté villageoise et « terroir » la partie du finage offrant des terres cultivables. Les « écarts » sont des établissements situés à l'extérieur et à quelque distance des villages.

2 Recension aléatoire des maisons dans ces trois villages.

3 G. Dagron : Entre village et cité : la bourgade rurale des IV-VIe s. en Orient, Koinônia 3 (1979). Associazioni de Studi tardo antiche, Naples, Annexes 1 et 2 p. 327 et sq.

4 es I-III et J.-P. Sodini, G. Tate et B. Bavant et alii : La fouille de Dēes, A.A.A.S., 1985.

5 PAES, p. 177 et sq. G. Tchalenko : Villages, p. 123 et II, pl. CXXXIV. G. Tchalenko et E. Baccache : Églises de villages de la Syrie du Nord 1, Planches, p. 178.

6 PAES II B, p. 142. G. Tchalenko : Villages II, pl. CXLI, 37. G. Tchalenko et E. Baccache : Églises de villages, p. 282.

7 PAES, p. 113 et sq. G. Tchalenko : Villages, p. 383 et 387 ; II, pl. CXL, 35.

8 G. Tate : L'organisation du village byzantin en Syrie (sous presse, cours de Bari 1980).

Table des illustrations

Légende Fig. 237 - Site de plateau : Serǧible (Ǧebel Ḥalaqa).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-1.jpg
Fichier image/, 536k
Légende Fig. 238 - Site de promontoire : Ḫerbet Šarqīye (Ǧebel Bārīšā).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-2.jpg
Fichier image/, 716k
Légende Fig. 239 - Site de vallon : Kfellusīn (Ǧebel Ḥalaqa).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-3.jpg
Fichier image/, 964k
Légende Fig. 240 - Site de plaine Mē‘ez. (Ǧebel Bārīšā).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-4.jpg
Fichier image/, 404k
Légende Fig. 241 - Site de plateau : Ruweiḥa (Ǧebel Zāwiye).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-5.jpg
Fichier image/, 700k
Légende Fig. 242 - Site de wadi : Serğilla (Ǧebel Zāwiye).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-6.jpg
Fichier image/, 812k
Légende Graphe 7 - Dimension et population des villages des Ǧebels Bārīšā et il A‘la d'après le nombre des pièces.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-7.jpg
Fichier image/, 400k
Légende Tab. 23 - Nombre de maisons et de pièces des villages des Ǧebels Bārīšā et il A‘la.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-8.jpg
Fichier image/, 292k
Légende Graphe 8 - Dimension et population des villages des Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa d'après le nombre des pièces.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-9.jpg
Fichier image/, 404k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-10.jpg
Fichier image/, 260k
Légende Tab. 25 – Nombre de maisons et de pièces des villages du Ǧebel Zāwiye
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-11.jpg
Fichier image/, 184k
Légende Fig. 243 - Le plus grand village du Massif calcaire dans son environnement rural : El Bāra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-12.jpg
Fichier image/, 2,2M
Légende Graphe 9 - Dimension et population différentielles des villages du Ǧebel Zāwiye d'après le nombre des pièces.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-13.jpg
Fichier image/, 448k
Légende Fig. 244 - Vue sur Darqītā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-14.jpg
Fichier image/, 596k
Légende Fig. 245 - Façades arrière de maisons (Qirqbīze).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-15.jpg
Fichier image/, 588k
Légende Fig. 246 - Restitution de « l'Agora » de Dēḥes selon G. Tchalenko (AAAS, 21 [1971], pl. LXXXV1, 3).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-16.jpg
Fichier image/, 200k
Légende Fig. 247 - Plan de restitution de « l'Agora » de Dēḥes par J.-L. Biscop (Dēḥes I-III).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-17.jpg
Fichier image/, 456k
Légende Fig. 248 - Plan de Darqītā selon Butler.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-18.jpg
Fichier image/, 360k
Légende Fig. 249 - Plan de Serğilla selon Butler.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-19.jpg
Fichier image/, 680k
Légende Fig. 250 - Rue à Muğleyya.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-20.jpg
Fichier image/, 360k
Légende Fig. 251 - Passage couvert à Kaukanāyā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-21.jpg
Fichier image/, 336k
Légende Fig. 252 - Rue à Darqītā. Fig. 253 - Rue à Ruweiḥa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-22.jpg
Fichier image/, 376k
Légende Fig. 253 – Rue à Ruweiḥa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-23.jpg
Fichier image/, 400k
Légende Fig. 254 - Vue aérienne de Muğleyya.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-24.jpg
Fichier image/, 820k
Légende Fig. 255 - Vue de Mē‘ez.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-25.jpg
Fichier image/, 744k
Légende Fig. 256 - Vue de Bā‘ūde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4364/img-26.jpg
Fichier image/, 921k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540