Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Les paysages agraires

I. Les conditions naturelles

Texte intégral

A - LES CONTRAINTES DU RELIEF ET LA RÉPARTITION DES TERROIRS

CARACTÈRES GÉNÉRAUX DU MASSIF CALCAIRE

  • 1 E. de Vaumas : Plateaux, plaines et dépressions de la Syrie intérieure septentrionale, étude morpho (...)

1Plutôt qu'un massif montagneux, le Massif calcaire est un ensemble de plateaux dominant de quelques centaines de mètres les plaines voisines d'Antioche et de Chalcis1. Ces plateaux, d'inégale envergure, sont cassés par des failles, vallonnés par des flexures ou même, parfois, par de petits plis surmontés, par endroits, de cônes d'origine volcanique et morcelés enfin, sur les bords, par des wadis. Bien qu'elles prédominent, les surfaces horizontales sont rarement d'un seul tenant, elles sont séparées les unes des autres, sur les sommets, par des vallées, des escarpements ou de faibles pentes et, des plaines voisines, par des abrupts. Un autre élément de diversité est dû à l'érosion karstique, qui a créé de petites dépressions, et à la répartition du roc dénudé et de la terre arable. La couleur grise du Massif annonce la prédominance des surfaces rocheuses. En fait, les sols, une terra rossa dont l'étude est en cours, sont plus étendus, aujourd'hui encore, qu'il ne le paraît au premier regard. La prolifération des taches vertes dès les premières pluies d'automne le révèle de manière éclatante. Ils s'étalent en des plaques d'extension variable, sur les surfaces planes, ou s'agglomèrent dans des cavités creusées par l'érosion et dans les fonds des wadis.

CONTRASTES RÉGIONAUX

2Les différences quant à la répartition de ces éléments conduisent à distinguer trois régions : les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, les Ǧebels Bārišā et il A‘la et le Ǧebel Zāwiye. Se succédant du nord au sud, ils sont séparés par deux passages, le défilé de Bāb el Hawā et la plaine du Rouj. De ce fait, ils ne constituent pas un obstacle réel à la circulation est-ouest.

ǦEBELS SIM‘ĀN ET ḤALAQA

3Par son relief, le Ǧebel Sim‘ān (fig. 234) se divise en deux zones : au nord, c'est un plateau d'un seul tenant qui s'abaisse progressivement, vers le nord, jusqu'à une plaine, dont il n'est séparé que par une pente peu accusée. Les seuls accidents notables sont déterminés, sur les bords est et ouest, par des wadis. Le plateau nord est probablement, dans son état actuel, la région du Massif calcaire qui donne l'image la plus fidèle de son aspect dans l'Antiquité : il est recouvert d'une étendue à peu près continue de terre arable. La partie sud, au contraire, est plus montagneuse, à cause de sa morphologie plutôt que de son altitude.

4Sur un plateau peu élevé (400 à 600 m), découpé par des wadis en plateaux secondaires de plus en plus étroits et escarpés à mesure que l'on se rapproche des bordures est et ouest, sont comme posés des cônes massifs aux flancs raides dont la forme s'explique peut-être par un volcanisme profond. Le plus élevé des cônes est occupé par le sanctuaire de Qal‘at Kalōta, d'où l'on découvre, en un large panorama, l'ensemble du Ǧebel.

Fig. 234 - Carte des Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa.

5Le flanc ouest est séparé de la plaine de l'‘Afrīn par une dénivellation beaucoup plus forte et abrupte que le flanc est : de ce fait, les communications avec la plaine de Chalcis étaient plus aisées, puisqu'il suffit de remonter des wadis en pente douce, qu'avec la plaine d'Antioche. Au sud, un ensemble de failles a donné naissance au promontoire de Qal‘at Sim‘ān ; une saignée longeant le plan de faille, à l'ouest, permet de gagner aisément la vallée de l‘Afrīn. D'après Butler, que nous ne suivrons pas ici, le Ǧebel Ḥalaqa (fig. 234) commence au sud de Saint-Siméon. Il tire son nom de l'anneau qu'il dessine, en plan, autour de la plaine de Dānā, contournant un cône trapu évoquant l'aspect d'un volcan : le Ǧebel Šeiḫ Bārakāt, le mont Koriphée des anciens. Les paysages sont moins sévères et les dénivellations moins fortes, sauf sur la bordure ouest, que dans le Ǧebel Sim‘ān. C'est un plateau peu élevé (400 à 500 m), morcelé par des ravins profonds, sauf au sud, au niveau de Deir‘amān et de Serğible, où il est d'ailleurs plus bas. Il se différencie du Ǧebel Sim‘ān par une plus grande monotonie du relief : plateaux et vallées sont les seules formes que l'on rencontre.

ǦEBELS BĀRĪŠĀ ET IL A‘LA

6Accolés l'un à l'autre, les Ǧebels Bārīšā et il A‘la (fig. 235) présentent une forme allongée, du nord au sud. Ils sont séparés, au milieu, par un bassin d'effondrement, la plaine du Self. Leur allure générale les différencie : le Ǧebel Bārīšā est plus large et plus bas (entre 600 à 700 m) alors que le Ǧebel il A‘la, vu du Ǧebel Bārīšā, apparaît comme une barrière continue qui bouche l'horizon. On y rencontre les mêmes formes principales que dans le Ǧebel Sim‘ān : des sommets et des plateaux, mais les premiers sont moins élevés et les seconds plus morcelés et situés à des niveaux variables, étant parfois étages en terrasses. C'est dans le Ǧebel il A‘la que les plateaux sont les plus étroits, particulièrement sur le flanc ouest, ce qui s'explique à la fois par l'étroitesse du chaînon et par la faible altitude et la proximité du niveau de base : le ravinement et l'érosion des wadis en ont été stimulés. Les promontoires sont étages et séparés par des wadis profonds et aux flancs abrupts. Les communications entre eux ne sont donc aisées qu'en passant par le plateau du sommet. Dans le nord du Ǧebel Bārīšā, quatre secteurs peuvent être distingués. Légèrement vallonné, le plateau du sommet (500 à 600 m) s'étend de Bāšmišle à Bārīšā ; avec quelque huit kilomètres carrés, c'est de loin le plus vaste des deux chaînons. Alors qu'il tombe par un versant abrupt à l'est, il se résout, à l'ouest, en une série de petits promontoires étages et séparés par des wadis aux flancs évasés. Au nord, il se termine par quelques plateaux aux sommets légèrement arrondis (Bāmuqqa, Ḫerbet es Šarqīye) qui dominent, par un versant très raide, le plateau nord situé en contrebas entre 350 et 450 m. Ce plateau qui surplombe le défilé de Bāb el Hawā est lui-même vallonné et divisé en plusieurs plateaux de surface moyenne par des wadis peu profonds, sauf à l'ouest où leur pente s'accuse fortement à proximité de la plaine. Les Ǧebels Bārīšā et il A‘la sont donc caractérisés par des terroirs de superficie relativement réduite, mais nombreux.

ǦEBEL ZĀWIYE

7Séparé du Ǧebel Bārīšā par la plaine du Rouğ, le Ǧebel Zāwiye (fig. 236) est le plus haut des chaînons calcaires, avec un point culminant dépassant 1 000 m. Il présente également un profil dissymétrique, par un versant très abrupt et dominant de haut la plaine de l'Oronte, à l'ouest, mais s'inclinant progressivement vers l'est jusqu'au Ǧebel basaltique, qu'il rejoint par un col peu élevé et largement évasé.

8C'est ainsi qu'il marque la limite sud de la plaine de Chalcis, alors que le Ǧebel basaltique en détermine la bordure orientale. Dans sa partie nord, la seule où les villages antiques ont été conservés, les paysages sont vastes et amples. C'est d'abord un grand plateau dont la surface est vallonnée par de larges ondulations. A quelques kilomètres au sud, il est pris en écharpe par deux barres rocheuses parallèles, entre lesquelles se développe une dépression aux versants peu inclinés, de part et d'autre d'une vallée sèche en forme de canyon qui relie Ma‘arret en No‘mān à Erīḥa, le traversant de part en part.

Fig. 235 - Carte du nord des Ǧebels Bārīšā et il A‘la.

Fig. 236 - Carte du Ǧebel Zāwiye.

9Le Ǧebel Zāwiye présente les mêmes formes de relief que les autres chaînons mais elles ont plus d'ampleur : long versant coupé par des terrasses où se trouve Ǧerāde, grand plateau surmontant la plaine de Chalcis où s'est développé Ruweiḥa, collines de Šinšarāḥ et de Rbei‘a, vallon de Serğilla et enfin vallée où s'étale El Bāra. Les dimensions sont partout plus grandes qu'ailleurs.

10Par-delà les différences régionales, le relief du Massif calcaire offre donc à l'occupation des hommes des conditions à peu près semblables : les plateaux sont de loin, la forme la plus répandue, même s'ils sont vallonnés, légèrement inclinés voire, plus rarement, surmontés de véritables cônes. Mais ces plateaux sont morcelés par de nombreux wadis et c'est le degré de ce morcellement, variable d'un chaînon à l'autre, qui est cause de différence, bien plus que l'altitude. Poussé à l'extrême dans le Ǧebel il A‘la et même dans le Ǧebel Bārīšā, il est variable dans les Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa : horizons dégagés au nord, exiguïté des plateaux au centre mais plus grande extension de ceux-ci au sud. Dans le Ǧebel Zāwiye, au contraire, on rencontre des surfaces à peu près planes ou vallonnées par d'amples ondulations et de vastes terroirs souvent d'un seul tenant. Quoi qu'il en ait été de l'épaisseur et de l'extension des sols dans l'Antiquité, trois types de terroirs sont donc à distinguer : les terroirs de plateaux, les terroirs de fonds de vallées et, peut-être, les terroirs de pentes, surfaces de raccordement entre plusieurs plateaux ou versants de vallées. Leur répartition et leur étendue dépendent directement du relief ; à son morcellement répondait celui des terroirs et leur combinaison dans des ensembles de petites dimensions.

B - LES APTITUDES AGRICOLES

11L'activité agricole est soumise à la double contrainte des sols et du climat.

12Les sols sont constitués par la terra rossa, si répandue dans les montagnes méditerranéennes. Sans aborder ici les problèmes pédologiques relatifs à sa genèse, retenons que l'accord des spécialistes paraît s'être fait sur une définition : un mélange constitué d'un complexe argileux et d'un complexe détritique issus de la décomposition du calcaire, mais non sur son origine : formation fossile apparue sous un climat plus chaud ou formation vivante ? C'est en tout cas une terre lourde, difficile à travailler, peu épaisse, sauf quand elle occupe de grandes surfaces, soumise à un lessivage qui entraîne la disparition de l'humus avec les pluies chaudes du printemps et de l'automne, et à la décalcification. Ce sont, en somme, des terres peu fertiles, qui se prêtent mal à la céréaliculture mais tolèrent fort bien l'arboriculture, comme en témoignent les pratiques agricoles contemporaines, dont G. Tchalenko a pu observer les premiers développements, entre 1935 et 1950.

13Les conditions climatiques sont, en apparence, plus favorables : le Massif calcaire est entièrement compris entre les isohyètes de 400 à 600 mm, à près de 200 km de l'Euphrate, où se situe l'isohyète de 200 mm, qui correspond au minimum pluviométrique nécessaire à l'agriculture. L'eau, donc, ne manque pas, mais il faut savoir l'emmagasiner car il n'existe aucune source dans l'ensemble du Massif calcaire, à l'exception de quelques puits dans le Ǧebel Zāwiye, dont un seul, dans les villages que nous avons étudiés, à Ǧerāde. La profondeur des nappes aquifères interdisait, en effet, tout forage.

  • 2 T.M.L. Wigley Geographical patterns of climatic change. 1 000 B.C. 1 700 A. D., Interim report to N (...)

14Les conditions pédologiques et climatiques ont-elles changé depuis l'Antiquité2 ? Nous avons vu que tel avait certainement été le cas pour les sols. Quand au climat, il est désormais établi qu'il a connu des fluctuations à travers les siècles mais les données permettant de les repérer et d'en déterminer les articulations, manquent pour notre période. Une étude récente, encore inédite, de Wigley, s'efforce d'établir que les pays du bassin oriental de la Méditerranée ont été marqués par une tendance au réchauffement, les précipitations étant en moyenne inférieures à la normale, et par un refroidissement entre 500 et 650. Mais il sera impossible de se prononcer sur la validité de ces conclusions et de connaître l'ampleur des fluctuations tant que cette étude n'aura pas été publiée et que nous ne connaîtrons pas son argumentation. Ces faits seraient-ils établis qu'il conviendrait encore d'en déterminer les effets sur l'agriculture pratiquée dans le Massif calcaire, ce que nos incertitudes sur son organisation précise rendent malaisé.

C - LE MASSIF CALCAIRE DANS SON CONTEXTE RÉGIONAL

COMPARAISON AVEC LES RÉGIONS VOISINES

  • 3 L. Dubertret et J. Weulersse : Manuel de géographie, Beyrouth, 1940 ; et aussi E. Wirth : ouvrage c (...)

15Du point de vue comparatif, il se différencie des régions voisines3, les plaines d'Antioche et de Chalcis, entre lesquelles il constitue une barrière traversée de plusieurs passages, par une moindre aptitude aux activités économiques. Pour l'agriculture, les conditions physiques, pédologiques et climatiques, sont beaucoup moins favorables : des terres lourdes et moins abondantes que dans les plaines réputées pour leur fertilité, de l'eau en abondance que l'on peut emmagasiner dans des citernes, mais sans possibilité de mettre en œuvre un système d'irrigation. Pour les communications, le Massif calcaire, sans être éloigné des grands axes, demeure peu accessible, car les pentes à gravir pour atteindre les plateaux sont impraticables par les véhicules, elles autorisent seulement l'utilisation des animaux. A tous égards, le Massif calcaire est une région marginale quant à ses aptitudes économiques. Sans être réfractaire à toute forme d'agriculture, c'est une zone de moindre fertilité et bien qu'il ne soit guère éloigné des grandes routes reliant la Méditerranée à l'Euphrate, il reste à l'écart, à cause de la raideur de ses versants, particulièrement à l'ouest, et de l'obligation de recourir à des bêtes de somme pour y accéder.

PLACE DU MASSIF CALCAIRE DANS L'ENSEMBLE DE LA SYRIE DU NORD

16Le Massif calcaire s'oppose ainsi aux deux plaines voisines d'Antioche et de Chalcis, également réputées, dans l'Antiquité, pour leur fertilité. Il se rapproche au contraire du Massif basaltique par la médiocrité des aptitudes agricoles, mais les causes en sont différentes : des sols moins étendus et moins fertiles mais une pluviométrie plus forte. Il bénéficie en outre de deux avantages : éloigné de près de 200 km de la frontière et de ses dangers, il a l'avantage de se trouver, malgré la difficulté de ses accès, au centre d'une des régions les plus densément urbanisées du monde antique, avec Antioche, Séleucie de Piérie et Laodicée à l'ouest, Chalcis du Bélus et Alep à l'est et Apamée au sud. Des deux régions marginales que compte la Syrie du Nord, le Massif calcaire est celle qui dispose des meilleurs atouts.

LE MASSIF CALCAIRE ET LES AUTRES MONTAGNES SYRIENNES

17Comparé aux autres montagnes de Syrie, le Massif calcaire se définit aussi par des caractères propres : trop élevé pour que les communications avec les plaines voisines soient vraiment aisées, il l'est trop peu, surtout à l'est, et comporte trop de surfaces planes pour opposer un obstacle sérieux à la pénétration des armées. A l'opposé du Mont-Liban, du Ǧebel Alaouite, de l'Anti-Liban et du Ǧebel Druze, il n'a donc jamais rempli la fonction de montagne refuge. Ce n'est pas aux époques où l'insécurité a entraîné le dépeuplement des plaines qu'il a connu son optimum d'occupation mais au contraire lorsque celles-ci étaient surpeuplées. Ses sols lourds et ses terroirs morcelés exerçaient alors un attrait réel sur une paysannerie en quête de terre, au même titre que les terroirs peu arrosés des confins du désert. Ni montagne répulsive, ni montagne refuge, le Massif calcaire est une « terre marginale ».

Notes

1 E. de Vaumas : Plateaux, plaines et dépressions de la Syrie intérieure septentrionale, étude morphologique, Bulletin de la Société de géographie d'Égypte, XXX, 1957. E. Wirth : Syrien, Darmstadt, 1974. A. R. Hamide : La région d'Alep. Étude de géographie rurale, Paris, 1950. Et aussi G. Tchalenko : Villages, p. 55 à 72.

2 T.M.L. Wigley Geographical patterns of climatic change. 1 000 B.C. 1 700 A. D., Interim report to N.D.A.A. ; U.S. dept. of commerce under contract N7.

3 L. Dubertret et J. Weulersse : Manuel de géographie, Beyrouth, 1940 ; et aussi E. Wirth : ouvrage cité.

Table des illustrations

Légende Fig. 234 - Carte des Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 235 - Carte du nord des Ǧebels Bārīšā et il A‘la.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 236 - Carte du Ǧebel Zāwiye.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search