Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Le traitement des données : du classement chronologique des pièces à la recherche d'une évolution

III. Chronologie des pièces et des inscriptions et évolution démographique, économique et sociale

Texte intégral

1Concordance générale des différents graphiques ; différences dans le détail conduisant à des corrections du graphique relatif aux pièces pour la période antérieure 330, à un constat de compatibilité pour la période postérieure 500 ; il reste maintenant à envisager la signification de ces données.

2D'un point de vue strict, elles apportent un témoignage direct et précis sur la construction des bâtiments, pièces de maisons, tombes et sanctuaires, c'est-à-dire, en termes économiques, sur un secteur dont nous avons vu l'importance dans l'activité des villages : l'industrie du bâtiment ; mais celle-ci peut être envisagée aussi comme l'indice d'autres phénomènes, d'activités différentes, car les villages sont des totalités ; entre les différentes activités dont elles sont le cadre, il existe des relations qui ne sont pas les mêmes pour les maisons, les tombes, les sanctuaires et les blocs isolés. Ce sont les maisons qui ont la signification la plus riche car elles sont à la fois des cadres de vie, des cellules économiques et sociales et les produits d'une industrie. Les tombes ont un sens analogue, sans avoir la même valeur du point de vue quantitatif : d'abord, parce qu'elles n'ont pu être retrouvées toutes, la plupart d'entre elles étant des hypogées, ensuite parce qu'elles ont été constamment réutilisées ; en revanche, étant taillées dans le roc, elles sont moins destructibles et apportent un témoignage significatif sur les temps les plus anciens. La signification des sanctuaires est plus difficile à comprendre ; du point de vue économique, leur construction indique qu'il existe des disponibilités, mais ces disponibilités témoignent-elles d une prospérité generale ou de la vigueur d un pouvoir contraignant, politique ou idéologique ? Elle est aussi l'indice d'une volonté, mais quelle volonté ? Celle du pouvoir politique, ou celle d'une collectivité ? Quant aux blocs isolés, remplois et autres blocs, ils révèlent évidemment que des destructions ont été constantes, sans doute à cause des tremblements de terre ; sans avoir de valeur quantitative en eux-mêmes, ils indiquent la durée de la période durant laquelle on a construit, sans rien indiquer sur la nature de ces constructions. Les différents graphiques apportent donc des informations diverses dans trois domaines, la démographie, l'économie et la société.

A - DÉMOGRAPHIE

3Pièces des maisons et tombes donnent des informations complémentaires sur la population des villages.

NOMBRE DE PIÈCES ET NOMBRE D'HABITANTS : UNE RELATION IMPRÉCISE

4Les pièces d'étage des maisons étant destinées au logement, sans qu'aucune d'elles ait apparemment reçu de fonction précise, on est fondé à postuler l'existence d'une relation entre leur nombre et celui des habitants. Cette relation ne peut être précise car il est impossible de savoir à combien d'habitants, en moyenne, chaque pièce correspondait. On pourrait certes penser, comme l'inscription de Brād de 207-208 et la vraisemblance le suggèrent, que chaque pièce d'étage était habitée par un couple avec, le cas échéant, ses enfants ; mais comment être sûr, qu'en période de difficulté, telle maison n'a pas connu un accroissement du nombre de ses occupants, sans disposer des moyens de construire une pièce de plus, ou, en sens inverse, que telle autre n'a pas été construite avec un nombre de pièces supérieur à celui des familles dont elle était composée, mais en prévision d'une augmentation et afin d'investir dans la pierre des surplus disponibles ? Plutôt qu'un indice numérique précis, le nombre des pièces doit donc être tenu pour un indice de tendance. Quelle tendance ? En fait, uniquement celle des accroissements. En d'autres termes, le graphique représentant la chronologie des pièces donne l'image d'une courbe démographique qui prendrait en compte les accroissements mais non les baisses ni les stagnations. En vérité, il est facile de reconnaître, à l'absence de construction nouvelle, l'existence d'une période de baisse ou de stagnation ; ce qui est impossible c'est de distinguer entre les deux. L'appel à d'autres données permet parfois d'établir qu'il s'agit d'une stagnation plutôt que d'une dépopulation : c'est d'une part, la fouille stratigraphique des maisons, qui révèle les différents stades de leur occupation, c'est d'autre part, pour la période postérieure à 550, la construction des églises : par son importance, elle indique le maintien d'une population nombreuse mais rien sur les mouvements oscillatoires auxquels elle était probablement soumise. La chronologie des tombes vient compléter ce faisceau de données. Elles ont en effet les deux propriétés majeures d'être indestructibles, quand il s'agit d'hypogées, et d'avoir été utilisées en permanence ; leur existence indique donc, mieux que les maisons, les états anciens de l'occupation des sites, beaucoup moins fidèlement, en revanche, les états récents, sans constituer une donnée quantitative puisque nous ne pouvons jamais être sûr de les avoir retrouvées toutes.

Graphe 6 - Accroissements démographiques dans l'ensemble du Massif calcaire estimés d'après la répartition, par décennie, des pièces construites et des inscriptions.

ALLURE GÉNÉRALE DE LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE

5Si ces conjectures sont exactes, nous obtenons pour la croissance démographique de l'ensemble du Massif calcaire, le schéma suivant : début du peuplement au Ier siècle avant l'ère chrétienne (ramassages de tessons), mais surtout à partir de 0 (blocs isolés), hausse lente jusque vers 110, assez forte de 110 à 240 (tombes puis maisons), un optimum étant atteint entre 190 et 250, baisse brutale vers 250, timide reprise entre 270 et 310, reprise sérieuse à partir de 320-330, vigoureuse de 410 à 480, avec un optimum d'accroissement entre 450 et 480, réduction de la croissance entre 480 et 550, puis arrêt de celle-ci mais avec des reprises partielles et sans lendemain jusque vers 610 (graphe 6).

B - ÉCONOMIE

LES MAISONS COMME LIEUX DE PRODUCTION

6Sur le système de production, nous avons vu que nous ne disposons que de données fragmentaires portant sur l'élevage, avec les auges, et sur la fabrication de l'huile, grâce aux pressoirs ; les premières peuvent être datées d'après les pièces où on les trouve, encore que, peut-être elles n'aient pas toujours été construites en même temps que les maisons ; les secondes le sont rarement et ni les unes ni les autres ne constituent des ensembles complets ; ils procurent donc des informations incomplètes qu'il convient de manier avec prudence.

LES MAISONS COMME UNITÉS ÉCONOMIQUES

7Mais les maisons, avec les exploitations qui en dépendaient, sont aussi des unités économiques. Toutes les pièces du rez-de-chaussée étant consacrées aux activités économiques, nous avons vu qu'il devait exister une relation entre leur nombre et le volume de l'activité domestique. Mais que faut-il entendre par « volume d'activité » ? Cette notion imprécise ne peut refléter la taille des propriétés, ne serait-ce que parce qu'il n'est pas sûr que les maisonnées aient été propriétaires de toutes les terres qu'elles cultivaient ; elle ne peut être liée non plus à celle des exploitations, d'abord parce que l'étendue des exploitations n'est pas tout, il faut faire intervenir la nature et la rentabilité des cultures pratiquées : un hectare de vigne n'équivaut pas à un hectare de blé ; ensuite, parce qu'à l'agriculture et à l'élevage, les paysans ont parfois ajouté d'autres activités. Par « volume d'activité », il vaudrait donc mieux entendre « niveau des revenus », mais quel revenu ? Certainement pas le revenu brut, mais plutôt le revenu net, après défalcation de toutes les charges, impôts, loyers et autres, et plutôt, dans le revenu net, la part des surplus qui pouvait être économisée et qu'il était estimé utile de consacrer à un agrandissement de la maison. La construction de pièces nouvelles témoigne donc d'une accumulation de surplus, c'est-à-dire de revenus excédentaires dans la période qui précède. Elle indique aussi la nécessité d'un agrandissement, c'est-à-dire une estimation optimiste quant à l'accroissement des revenus, et, partant, de l'évolution des activités économiques de la maison. Elle consacre et annonce une croissance. Elle est à la fois un fait économique et un fait de mentalité, elle témoigne de la conjoncture longue et de la conjoncture courte, telle qu'elle est perçue. C'est une donnée globale qui enregistre une prospérité et une croissance antérieures et annonce une croissance et une prospérité futures.

8Dans la mesure où la construction d'une pièce indique l'accumulation de revenus dans la période antérieure, le graphique de la chronologie des pièces est décalé en aval par rapport à la courbe de l'évolution des revenus ; comme indicateur de la conjoncture courte, il constitue en revanche un témoin précis.

9A la différence de la construction des pièces de maisons, qui indiquent à la fois des revenus excédentaires et une croissance antérieure, la construction des sanctuaires témoigne de l'existence de revenus excédentaires mais non d'une croissance. Revenus excédentaires ? Ce n'est pas sûr en vérité ; pour l'établir, il faudrait connaître l'origine et les modalités du financement et aussi ses ressorts.

LES MAISONS COMME PRODUITS

10Maisons et sanctuaires sont enfin les produits d'une activité économique. L'évolution des techniques de construction et de la compétence des équipes en cause apporte aussi des informations de caractère qualitatif sur les conditions générales de la vie économique. Ainsi, la substitution de l'appareil orthogonal simple à l'appareil double et le développement du décor sculpté dans les maisons et dans les églises à partir du début du Ve siècle traduisent une double évolution : la spécialisation technique des métiers concernés et un changement dans les conditions générales de l'économie, puisque le recours à des spécialistes plus compétents implique une diversification de l'économie et le versement usuel de salaires, en nature ou en numéraire.

C - SOCIÉTÉ

11Les maisons correspondent à des unités sociales représentées par des groupes dont les membres sont égaux entre eux. Sans doute, il ne s'agit pas d'une égalité absolue ; il conviendrait, pour être sûr, de tenir compte des aménagements intérieurs, de l'ameublement des pièces et aussi, bien sûr, des différences fondées sur l'âge et sur le sexe ; ces groupes sont égalitaires, cependant, car leurs membres vivaient dans une proximité et une familiarité de tous les instants, sans être séparés par aucune barrière matérielle archéologiquement repérable. Mais, en tant que groupes, ils différaient par leur extension, par le nombre des membres et c'est pourquoi, du point de vue social aussi, les maisons procurent des données sérielles.

12Le nombre des pièces des maisons s'échelonne de 1 à 13 et il est vraisemblable que chaque pièce était occupée, dans la plupart des cas, par une famille nucléaire. Pour caractériser la société villageoise nous avons distingué, plus haut, les maisons de une et de deux pièces, qui correspondaient à des familles étroites et les maisons de trois pièces et plus qui convenaient plutôt à des familles larges. La stabilité remarquable du nombre des maisons de trois pièces et celle de la proportion qu'elles ont toujours représentée, nous conduisent, pour l'étude du changement social, à les classer à part. C'est ainsi que, du point de vue social trois catégories de maisons doivent être distinguées : I - 1 ou 2 pièces ; II - 3 pièces ; III - 4 pièces et plus. La première catégorie correspond à des familles étroites, nucléaires ou élargies, la troisième désigne des familles larges, ménages multiples ou familles patriarcales, avec peut-être des esclaves domestiques ; quant au type II, il représente un état intermédiaire et ambigu car il peut convenir à des familles élargies aussi bien qu'à des ménages multiples.

13Or, entre le IIIe et le VIe siècle, le rapport numérique entre ces trois catégories a changé. A quel type de phénomène convient-il de rapporter ces changements ?

14L'explication qui paraît la plus évidente est que la hiérarchie des maisons établie en fonction du nombre de pièces traduisait des clivages de type socio-économique. Cette explication n'est pas pertinente si l'on considère les individus car, dans les maisons, le nombre d'habitants était proportionnel à celui des pièces. Si l'on met donc de côté tous les autres facteurs possibles de différenciation, la condition matérielle des membres de toutes les maisons était théoriquement la même : plus la maison était grande, plus elle disposait de terres, mais plus étaient nombreux aussi les membres, qui représentaient autant de parties prenantes.

15Si l'on considère maintenant les maisons en tant que groupes, d'une part, sans tenir compte du nombre de leurs membres, et les terres, d'autre part, propriétés ou exploitations qui en dépendaient, peut-on postuler une relation entre l'extension des premiers et l'étendue des secondes ? Cette proposition est plus satisfaisante que la précédente mais elle n'est guère utile pour comprendre la société villageoise. L'étendue d'une exploitation, en effet, n'est pas tout : il faut tenir compte aussi de la nature des cultures pratiquées et des sources de richesses autres que la terre. D'un autre côté, cette relation ne peut valoir que pour la période où la maison a été construite ou agrandie et, au plus, quelques décennies plus tard ; au-delà, il est impossible de rien dire. On ne peut donc pas partir de la hiérarchie des maisons, à telle date ou durant telle décennie, pour connaître celle des exploitations ou des propriétés.

16On peut, cependant, connaître les clivages socio-économiques dans les villages, mais à condition de considérer les maisons dans leur évolution. Ce qui importe, en effet, ce n'est pas tant la taille de la propriété ou de l'exploitation que le montant des revenus nets, c'est-à-dire ce qui restait, après que l'on ait déduit du revenu brut ce qui était nécessaire à la subsistance et les divers prélèvements et charges : fisc et éventuellement loyer de la terre, etc. Or, il est clair que seuls des groupes ayant disposé d'un revenu net excédentaire durant plusieurs années étaient capables d'agrandir leurs maisons. Si l'on admet que, dans chaque période, les maisons se répartissaient en deux catégories, selon que le revenu était excédentaire ou déficitaire, on peut considérer que les maisons agrandies appartiennent certainement à la première. C'est seulement en étudiant les maisons dans leur évolution que l'on pourra donc découvrir à quelle catégorie appartenaient les groupes domestiques disposant d'un revenu net excédentaire. Les maisons les plus riches n'étaient pas toujours les plus grandes, mais c'étaient à coup sûr celles que l'on agrandissait.

CONCLUSION

17Les graphiques que nous avons construits, et particulièrement celui qui représente la répartition chronologique des pièces, procurent des informations sur l'évolution démographique, économique et sociale du Massif calcaire. Cette évolution comporte deux grands cycles caractérisés l'un et l'autre par une croissance suivie d'un déclin ; le premier s'étend du Ier au milieu du IIIe siècle ; le second, après un démarrage timide à la fin du IIIe siècle, s'inscrit entre 330 et 550 ; le premier de ces deux cycles est moins puissant que le second. Entre les deux périodes d'arrêt des indices de croissance dont chacun est suivi, on relèvera toutefois une différence : la première, entre 250 et 290, paraît n'avoir été marquée par aucune activité notable alors qu'entre 550 et 590 la construction de nouvelles églises montre que l'arrêt de la croissance ne s'est pas traduit par celui de l'activité économique, ni sans doute par une baisse démographique.

18Pour étudier ces deux cycles, convient-il de les envisager successivement ou d'adopter une division régionale ?

19La représentation, sur un même graphique, de la chronologie des pièces de chacun des cinq chaînons montre clairement que tous ont connu une évolution similaire. Une telle similitude ne peut être due seulement à celle des coupures adoptées, ni aux indications données à l'ordinateur quant à la répartition des pièces de la période 210-330, car c'est, en fin de compte, le nombre de pièces de chaque tranche qui détermine les niveaux moyens ; c'est ainsi qu'avec les mêmes indications, il donne une évolution en « marches d'escalier » pour les Ǧebels Sim‘ān et Bārīšā mais non pour le Ǧebel il A‘la, entre 330 et 410, alors que les tranches chronologiques en cause ont les mêmes limites. Autre preuve, les pièces du Ǧebel Zāwiye ont été réparties dans des tranches chronologiques différentes de celles adoptées pour les chaînons Nord ; or, la période 480-500 mise à part, l'évolution du nombre de ses pièces présente les mêmes traits que celle des autres chaînons.

20A propos du Massif calcaire, G. Tchalenko a proposé la notion de « région archéologique », sans doute pour souligner la forte unité qui caractérise l'architecture et le décor de ses monuments, où qu'ils se trouvent dans ce vaste ensemble. Ce qui précède montre que cette unité archéologique n'est rien auprès de l'unité d'évolution démographique et économique que nos graphiques ont révélée. Sans doute, l'architecture et le décor présentent partout des traits communs, mais ils ne les présentent pas aux mêmes époques : il existe un décalage d'environ un siècle, pour la généralisation de l'appareil orthogonal simple, entre le Ǧebel Zāwiye et les autres chaînons et les façades des maisons du Ǧebel Zāwiye offrent, aux Ve et VIe siècles, une composition dont on ne trouve pas d'équivalent au nord. Or, en dépit de ces différences et bien que des critères de datation distincts aient été mis en œuvre dans chacun des deux ensembles, c'est la même évolution qui nous est révélée. L'unité du Massif calcaire est plus forte sur le plan historique que sur le plan archéologique. Il convient de l'étudier comme un ensemble, période par période, quitte à envisager, à propos de chacune d'elles, des différences régionales.

Table des illustrations

Légende Graphe 6 - Accroissements démographiques dans l'ensemble du Massif calcaire estimés d'après la répartition, par décennie, des pièces construites et des inscriptions.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540