Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Le traitement des données : du classement chronologique des pièces à la recherche d'une évolution

II. Données archéologiques et données épigraphiques

Texte intégral

1Les 273 inscriptions datées du Massif calcaire peuvent être traitées aussi comme des objets égaux entre eux, quelles que soient les dimensions et l'importance des monuments qu'ils désignent, grand sanctuaire ou simple stèle (graphe 3). Cet ensemble est-il réellement indépendant de celui des pièces ? Nous le pensons car les limites des tranches chronologiques entre lesquelles les pièces se répartissent ont été déterminées grâce à des inscriptions évoquées indépendamment de la série à laquelle elles appartiennent, et seulement à cause de la réalité singulière des bâtiments qu'elles désignent.

CONCORDANCE DE CES DEUX SÉRIES

2Entre la série des inscriptions et celles des pièces, on relève des différences quant à leurs valeurs respectives. Moins nombreuses, les premières se répartissent dans l'ensemble du Massif calcaire, alors que les secondes appartiennent à un nombre limité de villages mais s'élèvent à plusieurs milliers et sont représentatives de la quasi-totalité des villages. Les inscriptions se rapportent donc à une réalité plus étendue alors que les pièces s'identifient à la réalité qu'elles représentent, mais cette réalité est partielle. Autre différence, les inscriptions donnent des dates précises tandis que les pièces sont rangées selon une répartition d'une régularité hypothétique, dans des tranches aux limites approximatives ; elles pourraient donc donner des informations plus précises sur les articulations alors que, par leur nombre, les pièces permettent de mieux saisir l'amplitude des variations. Ces deux séries indépendantes sont complémentaires.

DES AMPLITUDES PLUS ACCUSÉES SUR LE GRAPHIQUE DES PIÈCES

3Une première constatation ressort de la comparaison des deux graphes : c'est bien la même évolution qu'ils décrivent, particulièrement entre 330 et 550 ; même progression entre 330 et 410, même apogée jusqu'en 480, même déclin ensuite. Dans le détail, cependant, on relève de nombreuses différences (graphe 3) qui se comprendront mieux si l'on décompose le graphique des inscriptions en quatre graphiques consacrés respectivement aux maisons, aux tombes, aux sanctuaires et aux blocs isolés, remplois ou stèles.

4Pour la période centrale, entre 330 et 550, la concordance, pour les articulations, est totale entre les deux séries. Elle ressort clairement si l'on range les inscriptions dans les périodes que la combinaison des tranches chronologiques a déterminées pour les pièces, en les divisant par le nombre de décennies que chacune d'elles comporte : même progression en escalier jusqu'à l'optimum de 450-480, même déclin ensuite. Les seules différences concernent l'ampleur de la progression : elle est beaucoup plus forte sur le graphique des pièces que sur celui des inscriptions, ce qui ne saurait étonner : les inscriptions procurent un témoignage plus précis sur les dates mais celui des pièces est plus exact pour les quantités.

Graphes 3 - Inscriptions de l'ensemble du Massif calcaire.

Graphes 3 - Inscriptions de l'ensemble du Massif calcaire : provenant de maisons datées (suite).

Graphes 3 - Inscriptions de l'ensemble du Massif calcaire : Répartition chronologique des inscriptions datées (suite et fin).

5Pour les périodes antérieures à 330 et postérieures à 500, la confrontation des deux graphiques fait apparaître des difficultés. Le graphique des inscriptions confirme clairement l'hypothèse selon laquelle le Massif calcaire aurait connu aux IIe et IIIe siècles une occupation importante dont ne subsisteraient que des traces. Les maisons attestées sont certes peu nombreuses et toutes postérieures à 207 mais la présence d'un habitat est prouvé par les remplois datés et par les tombes, qui sont comprises entre 110 et 240 : nous en avons recensé 33 entre 140 et 240 et 35 entre 330 et 530. D'après les inscriptions il est donc clair que le Massif calcaire a connu une occupation importante entre 110 et 250 mais que seuls en ont subsisté de rares témoins, quelques maisons, des tombes et des remplois et que les activités de construction se sont arrêtées complètement en 250, pour reprendre faiblement en 270, plus vigoureusement à partir de 330. Il convient de modifier en fonction de cette périodisation la distribution des pièces par décennie entre 210 et 330 (graphe 2). Une autre hypothèse doit être toutefois explorée en même temps : celle d'une distribution entre 0 et 330 de toutes les pièces antérieures à 330, conformément à la répartition des inscriptions datées et à rencontre de la supposition précédente, selon laquelle les pièces antérieures à 210 auraient disparu, qu'elles aient été complètement détruites ou que leurs vestiges aient été enterrés. Nous avons ainsi deux graphes, le premier fondé sur le témoignage procuré par les inscriptions des maisons, le second par l'ensemble des inscriptions antérieures à 330. En fait, aucun des deux graphes n'est pleinement satisfaisant : le premier présente de manière exagérée l'activité de la première moitié du IIIe siècle tandis que le second offre un profil écrasé qui est très éloigné de ce qu'indiquent les graphiques des inscriptions (graphe 4). Il est vrai que la plupart des pièces antérieures à 210 ont disparu, mais notre hypothèse initiale était trop radicale : certaines ont subsisté sans que l'on puisse savoir lesquelles et il est probable que les plus nombreuses à avoir disparu sont les plus anciennes.

Graphe 4 - Nombre de pièces construites par décennie, après corrections, selon le graphe 3.

6Le graphique des inscriptions localisées sur des blocs isolés confirme ce phénomène, sans permettre de le mesurer. Notons toutefois, à ce propos, que le même graphique révèle qu'il y a eu des destructions tout au long de la période, ce qui ne réduit nullement la valeur indicative des autres graphiques.

7Nous adopterons finalement, tout en la tenant pour exagérée, l'hypothèse d'une disparition des maisons antérieures à 210 car, outre qu'elle permet mieux de saisir, même en l'exagérant, le caractère du IIIe siècle, comme période d'optimum et d'arrêt, elle est plus conforme au témoignage complémentaire des inscriptions localisées sur les maisons et sur les tombes ; il existait bien des maisons entre 0 et 210 mais elles ont disparu alors que les tombes, creusées dans le roc, ont subsisté. C'est donc sur le modèle de ce graphique que nous construirons aussi ceux qui concernent chaque chaînon et chaque village.

DIVERGENCES ENTRE LES DEUX SÉRIES DE DONNÉES APRÈS 500

8Pour la période postérieure à 500, on relève une divergence entre le graphique des pièces et ceux des inscriptions. Sur le premier, 500 marque une diminution, et 550 un arrêt. Sur les graphiques des inscriptions, au contraire, l'activité est continue jusqu'en 610, si l'on considère l'ensemble des inscriptions, et jusqu'en 590, si l'on s'en tient aux inscriptions des maisons. Cette continuité est particulièrement frappante quand on adopte, pour ces dernières, la même répartition par tranches que pour les pièces : l'activité du bâtiment, tout en étant en retrait sur ce qu'elle était de 450 à 480, conserve à peu près le même niveau jusqu'en 590. Faut-il pour autant remettre en cause les terminus de 540-50 que nous avons adoptés pour les tranches 5 et 11 ? En fait, on ne peut l'admettre pour deux séries de raisons :

91) La date de 500, adoptée comme limite entre les tranches 10 et 11, était approximative ; si nous tentons de la déplacer, trois cas de figure se présentent :

  1. La coupure de 500 n'a aucun sens. Malgré les données de chronologie relative que nous avons réunies, des façades de type 3 étaient construites au-delà de 500. L'effet arithmétique de cette modification serait pratiquement nul : si l'on repousse en aval la limite de la tranche 10, il faudrait repousser en amont celle de la tranche 11 ; pour que la coupure de 500 disparaisse complètement, il faudrait aussi déplacer vers l'aval les limites des tranches 7 et 8, ce qui reviendrait finalement à estimer qu'en dépit de toutes les données de chronologie relative, les maisons du Ǧebel Zāwiye ne se répartissent qu'en deux catégories, celles qui sont antérieures à 350-80 et celles qui sont postérieures. Une telle conclusion n'est pas recevable.

  2. Ne pouvant admettre que les façades de types 3 et 4 ont été construites simultanément, il est possible de faire remonter jusqu'à 480 la date à laquelle les secondes ont succédé aux premières. Mais un tel déplacement n'aboutirait nullement au résultat recherché ; d'une part, parce que la coupure de 500 serait maintenue, bien qu'atténuée, puisqu'elle représente le terminus ad quem des tranches 7 et 8 ; d'autre part, parce que l'importance de la coupure de 480 serait considérablement exagérée ; les pièces situées entre 480 et 500 le seraient désormais entre 480 et 580, sur une période deux fois plus longue.

  3. Une troisième possibilité est de maintenir la coupure de 500 mais de distribuer régulièrement les pièces qui lui sont postérieures entre 500 et 590 ; le résultat ne sera pas meilleur car, pour des raisons arithmétiques, l'importance de la coupure de 500 serait encore accrue.

10Sans même tenir compte des arguments archéologiques, il paraît donc inutile de changer les limites extrêmes de nos tranches de temps ; le graphique auquel cette position a conduit demeure le plus proche de celui des inscriptions datées des maisons. Comment expliquer les différences qui subsistent tout de même ? Pour le comprendre, il convient de considérer la nature des constructions auxquelles ces inscriptions se rapportent.

112) Les inscriptions postérieures à 530 concernent le plus souvent des parties de bâtiments, portiques ou adjonctions, plutôt que des ensembles. En voici la liste (tab. 22) :

Tab. 22 - Constructions postérieures à 530.

12Soit, sur 19 inscriptions en tout, 8 seulement se rapportent à des maisons dont 5 avant 560, deux des trois qui restent étant localisées à Deir Sim‘ān, village de pèlerinage exceptionnel à tous égards ; les 11 restantes se répartissent entre des portiques (7), des tours (3) et une adjonction à une maison (une, en fait deux murs). Il est donc vrai que les constructions se poursuivent au-delà de 550, mais elles n'ont plus le même caractère ; le témoignage du nombre des pièces et de celui des inscriptions n'est donc pas aussi contradictoire qu'il le paraît ; c'est bien vers 550 que s'interrompt pratiquement la construction des maisons, ce qui ne signifie pas la fin de toute construction.

13Nous adopterons donc, finalement, pour chaque chaînon et pour chaque village, le profil d'évolution indiqué par le graphe 2, tel que les données archéologiques de chaque ensemble le moduleront (graphes 5).

Graphes 5 - Nombre de pièces construites par décennie dans quatre chaînons.

Graphes 5 - Nombre de pièces construites par décennie dans quatre chaînons (suite).

Table des illustrations

Légende Graphes 3 - Inscriptions de l'ensemble du Massif calcaire.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4359/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Graphes 3 - Inscriptions de l'ensemble du Massif calcaire : provenant de maisons datées (suite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4359/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Graphes 3 - Inscriptions de l'ensemble du Massif calcaire : Répartition chronologique des inscriptions datées (suite et fin).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4359/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Graphe 4 - Nombre de pièces construites par décennie, après corrections, selon le graphe 3.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4359/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Tab. 22 - Constructions postérieures à 530.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4359/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Graphes 5 - Nombre de pièces construites par décennie dans quatre chaînons.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4359/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Graphes 5 - Nombre de pièces construites par décennie dans quatre chaînons (suite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4359/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540