Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Le traitement des données : du classement chronologique des pièces à la recherche d'une évolution

I. Représentation graphique de la distribution chronologique des pièces

Texte intégral

1Rappelons qu'il n'est pas possible de dater avec précision les pièces de toutes les maisons, faute d'inscriptions datées assez nombreuses, mais seulement de les situer dans des tranches chronologiques d'inégales étendues (tab. 21), dont les limites ont été fixées en fonction de cas datés. Ces tranches sont au nombre de cinq pour les chaînons Nord, de six pour le Ǧebel Zāwiye. Pour éviter les confusions, nous avons adopté une numérotation continue ; les limites sont évidemment approximatives.

Tab. 21 - Tranches de temps dans les chaînons Nord et le Ǧebel Zāwiye.

2En posant le postulat d'une distribution régulière à l'intérieur de chaque tranche, nous avons divisé le nombre des pièces de chacune d'elles, par celui des décennies qu'elle comporte, ce qui donne le graphique suivant (graphe 1).

3Ce graphique donne-t-il une représentation exacte des fluctuations de la construction dans les villages ? Deux points sont à distinguer : les ruptures et les rythmes.

Graphe 1 - Variations de l'activité du bâtiment dans les villages.

LES RUPTURES

4Deux ruptures majeures apparaissent ; l'une, vers 330, marque le début d'une forte hausse ; l'autre, vers 480, amorce une baisse. D'après nos données chiffrées, dès lors que l'on admet qu'il s'agit de dates approximatives, il n'est pas douteux que ces deux ruptures sont correctement situées. La date de 330 se trouve en effet à l'intérieur des tranches 1, 2 et 6, qui comportent certainement des pièces avant et après, et elle marque le début de la tranche 3, non pas parce que le recours à l'appareil quadrangulaire double, attesté pour la première fois vers 380, peut avoir remonté jusque-là, mais parce qu'il est inconcevable que, dans le décor, des motifs chrétiens soient apparus avant ; en fait, plutôt que 330, c'est la période 330-380 qui est en cause ; nous avons opté pour 330 afin d'éviter les erreurs dues à l'exigence d'une précision excessive ; plutôt que d'une rupture, il conviendrait donc d'évoquer l'amorce d'une augmentation progressive. La date de 480 marques, au contraire, le début d'une baisse. Si l'on se souvient qu'il s'agit d'une date approximative, elle se trouve à la fin des tranches 1, 3 et 4, qui correspondent à un nombre annuel de pièces supérieur à celui des tranches 5, 8, 10 et 11 dans et avant lesquelles elle se trouve. Il y a donc bien un changement, mais il s'est fait par degrés et non par rupture brutale.

LES RYTHMES

5Pour les rythmes, les données archéologiques ne permettent pas de connaître la répartition par décennie des pièces construites entre 210 et 330. Rien à modifier non plus pour la période postérieure à 410, mais pour des raisons différentes : il n'est pas possible de contester ni d'améliorer le graphique car les dates des ruptures ont été établies de manière certaine grâce aux données archéologiques et l'on ne voit pas comment on pourrait réduire, compte tenu du caractère approximatif de la datation, l'écart le plus grand, qui sépare 410 de 450. Pour la période 330-390, en revanche, l'alternance d'augmentations et de diminutions, que le graphe 1 fait apparaître, ne paraît pas correspondre à la réalité ; elle dérive manifestement de la superposition partielle de plusieurs tranches chronologiques. Pour la succession des appareils, c'est en effet une période de transition entre les appareils doubles irrégulier et quadrangulaire dans les chaînons Nord, entre l'appareil double et l'appareil orthogonal simple dans le Ǧebel Zāwiye ; or, nous avons estimé, par hypothèse, que les pièces étaient distribuées régulièrement dans chaque tranche chronologique ; la période 350-390 paraît ainsi marquée par des changements importants mais rien, dans les données, n'autorise pareille conclusion. C'est l'imprécision de nos critères de datation et notre souci, dans un but de plus grande exactitude, d'adopter les limites éloignées pour chaque tranche chronologique, et non la réalité des faits, qui est à l'origine de cette déformation. Pour y remédier, il suffit d'admettre que, dans les tranches 2 et 6, le nombre de pièces est décroissant à partir, respectivement, de 330 et de 350 et que dans les tranches 3 et 7 il est, au contraire, croissant jusqu'en 380. Ces corrections ayant été opérées par l'ordinateur, sans modifier le nombre total de pièces dévolu à chaque tranche, nous obtenons le graphique suivant (graphe 2).

Graphe 2 - Variations de l'activité du bâtiment dans les villages, après corrections.

DEUX SÉRIES DE DONNÉES DISTINCTES

6Le nombre des pièces construites par décennie est donc stable jusqu'en 330-40 ; il s'accroît lentement jusqu'en 380, vigoureusement de 380 à 450, devient stable entre 450 et 480, redescend à son niveau de 410 entre 480 et 500, à celui de 330 entre 500 et 550, il s'annule ensuite. Peut-on cependant oublier que ces limites dérivent de celles de tranches chronologiques dont nous savons qu'elles sont approximatives, sans compter qu'elles ne sont déterminées par aucun fait statistique, mais seulement par des inscriptions isolées ? Il est indispensable d'en contrôler les indications en les confrontant à d'autres données, indépendantes mais susceptibles, comme elles, d'un traitement quantitatif. Par leur nombre, les inscriptions datées de l'ensemble du Massif calcaire constituent un ensemble sériel valable.

Table des illustrations

Légende Tab. 21 - Tranches de temps dans les chaînons Nord et le Ǧebel Zāwiye.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Graphe 1 - Variations de l'activité du bâtiment dans les villages.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Graphe 2 - Variations de l'activité du bâtiment dans les villages, après corrections.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search