Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

La datation des maisons

II. Les maisons du Ǧebel Zāwiye

Texte intégral

A - L'APPAREIL DES MURS

1Il existe un seul genre d'appareil double dans le Ǧebel Zāwiye : l'appareil double grossier. Certains murs, particulièrement les murs de clôture (fig. 190) mais aussi certains murs de maisons comportent, à intervalles réguliers, des piliers verticaux faisant fonction de harpes, qui renforcent leur solidité.

2Les appareils orthogonaux (fig. 191) sont divisés en deux catégories. Les uns sont caractérisés par l'épaisseur décroissante des assises dont les plus épaisses, dans les parties basses, atteignent parfois un mètre de hauteur, tandis qu'en élévation elles ne dépassent pas 30 cm. Les autres offrent des assises quasi horizontales et d'une épaisseur à peu près régulière, légèrement inférieure à 50 cm. Ces murs sont remarquables par leur esthétique et par leur robustesse ; ce sont eux qui ont le mieux résisté aux tremblements de terre.

3On rencontre, enfin, un type mixte qui correspond à des murs en appareil double dont les parties les plus vulnérables, angles extérieurs et angles formés avec les murs de refend, sont occupées par des blocs orthogonaux.

  • 1 L'appareil double est antérieur à l'appareil orthogonal simple dans les maisons suivantes : Rbei‘a  (...)
  • 2 Maisons 7, 8, 12 et 65 de Ǧerāde, 9, 13 et 24 de Ruweiḥa.
  • 3 Rbei'a : 11- Serğilla : V, 28 et 36 - Mugleyya : 69 - Šinšarāh : 22 (bâtiment sud), 37 (bâtiment ou (...)

4L'appareil double est antérieur à l'appareil orthogonal dans 11 des 13 cas où des liaisons s'observent entre eux1, et l'appareil orthogonal irrégulier est antérieur à l'appareil orthogonal pseudo-régulier2. D'un autre côté, les constructions où les deux appareils, double et orthogonal, sont associés sont peu nombreuses : 17 cas en tout3. Le passage de l'appareil double à l'appareil orthogonal simple s'est donc fait, comme dans les chaînons nord, par une période de transition, mais le petit nombre de constructions en appareil mixte indique que cette période a été brève.

Fig. 190 – Muğleyya, mur de clôture : élévation et coupe en plan.

Fig. 191 - Maison de Ǧerāde appareil orthogonal simple.

Fig. 192 - Maison de 396 de Ruweiḥa.

  • 4 Les maisons 36 de Serğilla et 52 de Šinšarāh offrent respectivement une croix avec des perles aux c (...)

5Pour situer les étapes de l'évolution dans une chronologie absolue, les points de repère sont peu nombreux. Un premier terminus post pour l'appareil orthogonal est donné par la maison de 396 de Ruweiḥa (fig. 192), dont les murs sont à assises régulières. Mais l'appareil orthogonal irrégulier était en usage dès avant 350 puisque la maison 13 de Ruweiḥa offre des portes à pilastres et un décor d'inspiration païenne. Comme les seules maisons en appareil double à comporter un décor chrétien sont au nombre de trois, tandis qu'une autre est ornée4 d'un autel, on situera vers 390 le terminus post de l'utilisation de l'appareil orthogonal régulier. La période de transition durant laquelle on a concurremment eu recours à l'appareil double et à l'appareil orthogonal se situe, quant à elle, entre 330 et 390, mais il va de soi qu'en l'absence de repères précis et nombreux de chronologie absolue, il ne peut s'agir que de dates approximatives.

B - LE DÉCOR

6Nous avons situé aux environs de 390 le passage de l'appareil double à l'appareil orthogonal simple. Il reste donc à rechercher, dans le décor, les critères permettant d'établir la chronologie des bâtiments en appareil orthogonal. Nous envisagerons successivement sa répartition et ses motifs.

1 - Répartition du décor

7Des 1595 façades inventoriées, 471 en appareil double et 306 en appareil orthogonal simple ne peuvent être étudiées à cause de leur état de dégradation. Sur les 818 restantes, l'abondance et les emplacements du décor varient selon des formules simples qui permettent de distinguer quatre types (tab. 9).

Tab. 9 - Inventaire des façades du Ǧebel Zāwiye par appareil et par type (1595 dont 471 en appareil double).

1) Typologie des façades

  • 5 A titre d'exemples, îlot nord-ouest de Btirsa, maison 410 à El Bāra, maison 55 à Muğleyya, maisons (...)
  • 6 Îlot nord-ouest de Btirsa, maison 41 de Šinšārāh, maison 8 de Ǧerāde. La maison 13 de Ruweiḥa, avec (...)
  • 7 Les linteaux sont sans décor dans la maison de Serğilla, dans l'îlot 1 de Btirsa et dans le bâtimen (...)

8Nous rangerons dans une première catégorie (type 1) (fig. 193-194) les façades où le décor est absent5 ou rare. Quand il existe, il se limite à des moulurations sur les linteaux6 et, dans la plupart des cas, les portes sont flanquées régulièrement de niches ou de fenêtres rectangulaires ou des deux. Selon un ordre de succession qui varie7, sur les 471 façades en appareil double, 463 sont dans un état de dégradation qui interdit toute observation, deux sont sans niche et six en sont pourvues. Il est donc probable que sur les façades en appareil orthogonal, les deux formules ont été employées en même temps. Plusieurs façades de ce type comportent, au sommet des murs, une corniche moulurée au profil en forme de doucine.

9Dans les façades de type 2 (fig. 195-196-197), la répartition du décor n'est pas la même au rez-de-chaussée et à l'étage. A l'un des niveaux, généralement le rez-de-chaussée, les portes sont flanquées de niches et de fenêtres surmontant une moulure saillante qui court sur toute la longueur du bâtiment et offre, en profil, une bande biseautée et un listel, tandis que les linteaux sont moulurés. A l'autre niveau, la façade présente la même composition ornementale que les façades de type 1. Ces façades sont beaucoup moins répandues que les précédentes : entre 46 et 207 contre 367 à 401 pour le type 1. Elles constituent une combinaison intermédiaire entre les types 1 et 3.

Fig. 193 - Façade de type 1 à Ǧerāde.

Fig. 194 - Façade de type 1 à Ǧerāde.

Fig. 195 - Façade de type 2 ci Ruweia.

Fig. 196 - Façade de type 2 à Ǧerāde.

Fig 197 - Façade de type 2 à Ruweiḥa.

Fig. 198 - Façade de type 3 à Šinšarā.

Fig. 199 - Façade de type 3 à Šinšarā.

Fig. 200 - Façade de type 3 à Šinšarā.

Fig. 201 - Façade de type 3 à Deir Sunbul.

Fig. 202 - Façade de type 3 à Ruweiḥa

F ig. 203 - Façade de type 4 à Deir Sunbul.

Fig. 204 - Façade de type 4 à Dallōza.

Fig. 205 - Façade de type 4 à Serğilla.

Fig. 206 - Façade de type 4 : baies et niches.

Fig. 207 - Façade de type 4 : baies.

10Dans les façades de type 3 (fig. 198 à 202), la répartition du décor est la même aux deux niveaux : portes aux linteaux moulurés encadrées par des fenêtres, des niches ou par les deux, surmontant une mouluration saillante qui court tout au long de la façade. Des variantes sont introduites par l'absence de niches ou de fenêtres, par l'existence d'une sculpture en forme de coquille Saint Jacques au sommet de certaines niches, parfois par la présence d'une sorte de « rideau » devant la partie supérieure de celles-ci et, enfin, par les moulurations dont les linteaux des fenêtres sont parfois, mais pas toujours, ornés. Ces variantes sont sans relation avec la chronologie. Les façades de type 3 sont parmi les plus nombreuses, elles viennent juste après les façades de type 1 : leur nombre est compris entre 164 et 291.

11Même disposition sur les façades de type 4 (fig. 203 à 207) avec une seule différence, mais importante : les chambranles des portes et des fenêtres, et parfois le pourtour des niches, sont moulurés et les premiers comportent en outre une corniche moulurée. Les différences viennent de la forme des fenêtres ; elles sont rectangulaires ou cintrée en haut. Elles viennenet aussi de la quantité des éléments de décor. Dans l'ensemble, les façades de type 4 sont très proches les unes des autres. Le profil des chambranles est similaire : plusieurs fasces, doucine et listel. Le profil des corniches est partout le même : cavet, quart de rond ou bande biseautée et listel. Les façades de type 4 sont au nombre de 73.

12Toutes les façades du Ǧebel Zāwiye appartiennent à l'un de ces quatre types (tab. 9).

2) Chronologie relative des façades (tab. 10)

  • 8 Le type 1 est antérieur au type 2 dans les maisons 25 de Ruweiḥa et 30 de Serğilla, contemporain da (...)

13Il est remarquable que ces différents types de façades ne correspondent pas à des différences quant aux dimensions des bâtiments ; ils se sont succédés : la place du décor s'accroît et sa répartition obéit à des formules de plus en plus uniformes. Cette succession procure-t-elle des critères de datation ? Pour le savoir, il convient d'observer les liaisons architecturales des bâtiments où elles se trouvent8 :

Tab. 10 - Chronologie relative des façades.

14Il ressort du tableau (tab. 10) que les façades de type 4 ne sont jamais antérieures aux autres : elles sont contemporaines ou postérieures. Remarquons, toutefois, que dans le cas où ils sont contemporains, le type 4 et les autres types ne caractérisent pas des façades différentes, mais s'associent, en une formule mixte, sur une même façade. On estimera donc que les façades de type 4, même si elles ne réalisent que partiellement le programme qui les caractérise, sont toujours postérieures aux autres et qu'elles permettent ainsi de dater les bâtiments auxquels elles appartiennent.

15Pour les types 1 à 3, au contraire, le tableau révèle bien une succession, mais celle-ci ne procure pas de critère de datation : le type 1 est souvent antérieur au type 3 (16 cas) mais il arrive fréquemment aussi qu'il soit postérieur (10 cas). Quant au type 2, il est contemporain du type 1, étant attesté avant, en même temps et après, mais plutôt antérieur au type 3, puisqu'il n'apparaît jamais après lui. L'évolution indiquée par ces faits est donc caractérisée par la fréquence grandissante du type 3 mais sans que les types 1 et 2 aient pour autant disparu. L'étude de leur répartition parmi un grand nombre de façades permettrait peut-être de reconnaître un ordre de succession. Sans les informations complémentaires que pourront procurer les motifs du décor (tab. 11), il ne sera pas possible de situer chronologiquement, les unes par rapport aux autres, les façades de type 1 à 3.

Tab. 11 - Répartition du décor sur les maisons classées d'après le type de façades.

Tab. 11 - Répartition du décor sur les maisons classées d'après le type de façades (suite)

Tab. 11 - Répartition du décor sur les maisons classées d'après le type de façades (suite et fin)

3) Localisation et fréquence du décor sur les baies

16En dehors des portes et des fenêtres, le décor se réduit à des moulurations au faîte des murs et sur les architraves des portiques. Dans tous les cas, il s'agit des mêmes formes : doucines déformées et listel au sommet des murs ; même profil sur l'architrave de l'étage des portiques ; une ou plusieurs fasces, une bande biseautée et un listel sur l'architrave du rez-de-chaussée. Rien ne paraît pouvoir être déduit des différences de proportion.

17Nous avons vu que les linteaux lisses se rencontraient seulement sur les façades de type 1 mais nous n'avons pas cru devoir conclure qu'ils étaient plus anciens que les linteaux moulurés. Nous pourrons revenir sur cette question, mais il demeure qu'aucun indice sûr ne contredit cette assertion.

18a) Les linteaux (fig. 208)

19Les moulurations offrent partout la même composition : en plan, ce sont des trapèzes isocèles, la base inférieure est une plate-bande parfois bordée de queues d'arondes, qui dessine une tabula ansata, la partie supérieure est un listel plus long mais moins large ; les côtés latéraux ont une inclinaison variable. Les moulures se succèdent, formant un encorbellement, de telle sorte que le listel offre une forte saillie. On rencontre parfois, sur la mouluration, des frises sculptées ou des médaillons qui peuvent être aussi disposés de part et d'autre.

20Examinons d'abord si la présence de médaillons (tab. 12), de frises et de queues d'arondes constitue un indice chronologique. Les médaillons semblent avoir été de plus en plus nombreux.

Tab. 12 - Fréquence des médaillons par type de façade.

21En pourcentage toutefois, ils sont moins nombreux sur les façades de type 4 que sur les façades de type 3 alors qu'ils augmentent du type 1 au type 3. La chronologie relative des types de façades serait ainsi confirmée, mais la fréquence croissante des médaillons ne procure pas non plus de critère précis pour dater les façades de types 1 et 2.

Tab. 13 - Fréquence des frises par type de façade.

Fig. 208 - Linteaux de Ruweiḥa et de Ǧerāde.

22Même commentaire à propos de la fréquence des frises (tab. 13) sur les moulurations. Dans les deux cas, on remarque que le type 2 correspond à une situation intermédiaire entre les types 1 et 3, contrairement à ce qu'indiquaient les liaisons architecturales.

23Les queues d'arondes sont peu nombreuses et on en trouve sur tous les types de façades, y compris sur une façade en appareil double.

24Les éléments de décor sont donc de plus en plus importants quand on passe des façades en appareil double aux façades de type 1 à 3, mais ils diminuent en proportion dans les façades de type 4, ce qui confirme nos constatations à propos de la typologie des façades, mais n'apporte pas d'élément de datation supplémentaire.

25Les moulurations se différencient aussi par le nombre des éléments, c'est-à-dire des moulures. Toutes observent la même disposition : plate-bande largement développée en bas, listel en haut et une ou plusieurs moulures principales séparées par des moulures secondaires entre les deux. Les variations du nombre de ces dernières procurent-elles des repères chronologiques ? L'observation de presque toutes les moulurations du Ǧebel Zāwiye montre que celles qui comportent plusieurs moulures principales sont plus nombreuses sur les linteaux des façades de type 3 que sur ceux des façades de type 1 mais on ne saurait en tirer un critère de datation. A titre d'exemple, la mouluration la plus importante, par le nombre des moulures, se rencontre dans la maison 33 à Ruweiḥa : onze moulures, dont 6 principales, les autres étant des filets ou des baguettes de transition. Dans ce même bâtiment de grandeur exceptionnelle, dont la façade est de type 3, on rencontre en tout quatorze moulurations : cinq d'entre elles ont sept moulures, les neuf autres en ont entre quatre et six. Les moulurations les plus développées sont donc contemporaines de moulurations beaucoup plus simples. Dans l'ensemble, les moulurations les plus complexes ont six ou sept moulures, les plus simples, trois ou quatre. On trouve les unes et les autres dans des maisons de toutes les époques : dans la maison 32 de Ruweiḥa, dont la façade est de type 1, les moulurations ont quatre, six, et sept moulures ; dans la maison 5, dont la façade est de type 2, elles en ont cinq ou six.

26Nous envisagerons à part les façades de type 4, car les moulurations s'y étendent aux piédroits. Pour conclure, la composition ornementale des baies et la fréquence du décor permettent de constater une évolution, mais elles ne donnent pas de critère qui précise les informations tirées de la composition ornementale des façades.

27b) Les chambranles (fig. 209) se rencontrent dans les bâtiments et dans les entrées des maisons. Deux questions se posent : les chambranles des entrées sont-ils toujours contemporains des façades de type 4, caractérisées, comme on l'a vu, par des baies à chambranles moulurés ? Peut-on déterminer, grâce à d'éventuelles différences entre les chambranles, une nouvelle périodisation à l'intérieur du type 4 ? Nous prenons comme échantillon 22 portes d'entrée de maison, 52 portes et 20 fenêtres de bâtiments à façades de type 4 (tab. 16 p. 145). Dans tous les cas, les cadres sont moulurés sur trois côtés, et non sur quatre comme dans le Hauran, et ils sont surmontés d'une corniche moulurée sauf dans un cas : les deux fenêtres de la maison 1 de Ruweiḥa.

28Les différences tiennent au type de moulures et à la présence éventuelle de frises : les corniches des portes d'entrée des maisons en ont presque toutes (20 sur 22). Les deux qui n'en ont pas portent des médaillons et aussi, pour l'une d'elles, un tore cordelé, alors que sur les baies des bâtiments, 15 sur 72 seulement en ont (pour 14 d'entre elles, il s'agit de portes). La présence de frises n'est cependant pas un bon critère de datation : à l'exception de la maison 1 de Deir Sunbul, on rencontre, sur les mêmes façades, des corniches avec des frises et sans frise. La présence de ces dernières paraît plutôt traduire l'importance plus grande de certaines baies : en premier, les portes des maisons, ensuite certaines portes des bâtiments.

Fig. 209 - Chambranles à El Bārā, Ruweiḥa et Ǧerāde.

Fig. 210 - Moulurations.

29Sans préjuger les informations que l'on tirera de l'étude qualitative des moulurations et des frises, il est clair que la structure ornementale des chambranles ne procure pas d'indice chronologique.

2 - Les éléments du décor des baies

1) Les moulurations

30D'après leurs emplacements et leurs dimensions, les moulures (fig. 210) des linteaux et des chambranles peuvent être divisées en moulures principales et moulures secondaires. Les premières comprennent des moulures plates : listel, plate-bande, bande biseautée, et des moulures courbes : cavets, doucines et quarts-des-rond. Les doucines ne sont pas de type classique mais présentent les mêmes déformations que dans les chaînons nord : raccourcissement de la partie concave ou, au contraire, exagération de celle-ci, poussée parfois jusqu'à une division apparente en deux moulures distinctes, une gorge et un tore ou un listel. Quant aux cavets, au lieu d'être inscrits dans un quart de cercle, ils sont parfois prolongés jusqu'à former un demi-cercle. Parmi les moulures secondaires on compte les filets, les baguettes, les tores, les anglets et les denticules.

31En profil, les moulurations présentent une même succession : entre la plate-bande, en bas, et le listel, en haut, une suite de moulures principales, doucine, cavet ou bande biseautée, et secondaires, filet, baguette et tore. Les éléments de différence sont les proportions, le nombre et le type de moulures médianes.

32Pour les proportions, la centaine de moulurations relevées n'ont pas permis de dégager de différences significatives : les dimensions et le profil de telle ou telle moulure accusent des différences importantes sur une même façade. Il n'y a pas de critère chronologique à rechercher de ce côté.

33Quant au nombre des moulures principales (tab. 14) entre la plate-bande et le listel, dans un échantillon de 116 moulurations de 22 façades, il en existe plusieurs dans 35 moulurations, une seule dans 81 autres. En fait, ces 22 façades se répartissent entre les types 1, 2 et 3 (respectivement 20, 2 et 8) et elles comprennent aussi des moulurations à une moulure principale. Le nombre de ces moulures n'est donc pas un indice chronologique.

34Le dernier élément de différence est le type de la moulure principale du centre de la mouluration. C'est toujours une bande biseautée, une doucine ou un cavet.

35Pour savoir si le recours à chacune d'elles a varié avec le temps, on peut utiliser deux méthodes : la première est d'examiner, maison par maison, si ces moulures étaient employées concurremment ou successivement (tab. 15). Dans un échantillon de 65 maisons parmi les mieux conservées de Ruweiḥa, Ǧerāde, Muğleyya et Deir Sunbul, les moulurations de 48 d'entre elles sont toutes contemporaines : la moulure est la même dans 16 cas (doucines dans 10, cavets dans trois, bandes biseautées dans trois). Dans sept cas, ces trois moulures apparaissent et dans les 25 qui restent on en rencontre deux, doucine et bande biseautée dans 10 maisons, cavet et doucine dans neuf, cavet et bande biseautée dans les six dernières. Dans 17 maisons, on a pu distinguer plusieurs états. Aucun ordre de succession clair ne se dégage : les bandes biseautées sont souvent postérieures aux doucines et aux cavets mais c'est le contraire dans deux autres et, dans trois cas, aucune conclusion ne se dégage.

Tab. 14 - Nombre de moulurations à plusieurs moulures principales et type de ces moulures (à partir d'échantillons)

Tab. 15 - Les moulures médianes, chronologie relative par façade.

Tab. 15 - Les moulures médianes, chronologie relative par façade (suite).

Tab. 15 - Les moulures médianes, chronologie relative par façade (suite et fin).

  • 9 Voir le tableau général de la répartition du décor dans les villages inventoriés (note 8).

36La seconde méthode consiste à vérifier s'il existe une relation entre les moulures et les façades : toutes les moulures principales se rencontrent indifféremment dans les façades de type 1, 2 et 39. Il est donc illusoire de rechercher un élément de datation dans les moulures. Si une évolution se dessine, elle consiste dans la plus grande fréquence de l'une ou de l'autre, à telle ou telle époque, mais non dans le remplacement de l'une par l'autre. Une telle évolution ne donne donc pas de critère précis et sûr.

37La même conclusion négative s'impose si l'on envisage l'hypothèse d'une répartition régionale (tab 16). Il est vrai qu'elles sont inégalement représentées. Les doucines (127) précèdent les bandes biseautées (101) et les cavets (68). Cette prédominance n'apparaît nulle part aussi nettement qu'à Ruweiḥa et à Ǧerāde, villages d'Antiochène, et qu'à Dallōza en Apamène. A Deir Sunbul en Apamène, c'est la bande biseautée qui l'emporte. Il serait hasardeux, toutefois, d'en tirer une conclusion tranchée : ce contraste peut s'expliquer aussi par l'évolution différente des villages.

Tab. 16 - Répartition par village des doucines, cavets et bandes biseautées.

38Dans les moulures secondaires, les denticules sont relativement fréquents. Est-ce un indice ? On les rencontre dans 43 maisons : quinze à Ruweiḥa, cinq à Ǧerāde, trois à Muğleyya et à Deir Sunbul, sept à Šinšarāḥ, douze à Serğilla et un à Bšille. Même diffusion si l'on considère les façades : cinq pour le type 1, trois pour le type 2, treize pour le type 3 et six pour le type 4. Ils ne constituent donc pas non plus un critère sérieux de datation.

  • 10 Notre échantillon comprend les 95 chambranles les mieux conservés ; 22 appartiennent à des entrées, (...)

39Pour les chambranles moulurés10 (tab. 17), nous avons vu que les encadrements des baies présentent des moulurations analogues, caractérisées par la prédominance des doucines très déformées. Dans les corniches dont ils sont souvent surmontés, en revanche, on observe des différences selon qu'apparaît, non plus une des trois moulures principales, mais l'une des quatre : bande biseautée, doucine, cavet, quart-de-rond. Les fréquences ne sont pas les mêmes sur les portes d'entrée et sur celles des maisons. Dans les premières, la bande biseautée est en tête (neuf fois) devant le cavet (six fois) et la doucine et le quart-de-rond (fig. 211) (deux fois chacun) alors que, dans les secondes, la doucine l'emporte nettement (36 cas), suivie de loin par la bande biseautée (16 cas), le cavet (10 cas) et le quart-de-rond (neuf cas). On pourrait penser qu'il y a là un indice chronologique, car les portes des bâtiments ont des façades de type 1, 3 ou 4. Pourtant tel n'est pas le cas ; les trois entrées appartenant à des maisons à façades de type 4 présentent respectivement, aux corniches des chambranles, un cavet pour deux d'entre elles et une bande biseautée pour la dernière, ce qui ne correspond en rien à ce que l'on attendrait. Mais il y a peut-être une autre explication : les corniches pourvues de frises, dans les bâtiments, ont toutes des bandes biseautées ou des cavets, à une exception près (Bšille) où l'on a un quart-de-rond. Comme il est plus aisé de sculpter des frises sur ces deux types de moulures que sur les doucines, on comprend qu'elles l'emportent sur les corniches des entrées. Visibles de la rue, elles devaient être abondamment décorées et portaient en effet des frises. Le seul indice chronologique est la présence des quarts-de-rond : ils n'apparaissent que neuf fois dans les façades de type 4 et une fois dans l'entrée d'une maison à façade de type 3. Qu'il s'agisse des linteaux ou des chambranles, la conclusion est négative : les moulures ne procurent pas de critère de datation.

Tab. 17 - Moulurations et décors des chambranles

II-LES BAIES DES BÂTIMENTS

II-LES BAIES DES BÂTIMENTS

Tab. 17 - Moulurations et décors des chambranles (suite).

Tab. 17 - Moulurations et décors des chambranles (suite et fin).

40Commentaire.

  1. Les corniches sont ornées de frises dans 20 portes d'entrées sur 22 mais seulement dans 14 portes ou fenêtres de bâtiments sur 72. On note que seule la maison 51 de Deir Sunbul compte quatre portes aux corniches de chambranles décorées de frises ; dans toutes les autres maisons on ne rencontre qu'une porte, tout au plus, dont la corniche soit décorée.

  2. Aux portes des entrées, la moulure principale des corniches la plus fréquente est la bande biseautée (9 cas sur 22) ; vient ensuite le cavet (6 cas) et loin derrière la doucine et le quart-de-rond (2 cas chacun, 3 cas sont illisibles). La moulure principale du chambranle lui-même est une doucine, sauf dans un cas (Muğleyya 4) où l'on trouve la succession baguette-cavet.

  3. Aux baies des bâtiments, la moulure principale des corniches qui vient en tête est au contraire la doucine (36 cas sur 72) ; elle est suivie, loin derrière, par la bande biseautée (16 cas) puis par le cavet (10 cas), et enfin par le quart-de-rond (9 cas). La même proportion se rencontre aux portes (respectivement 25, 10, 8 et 8) et aux fenêtre (11, 6, 2 et 1).

Fig. 211 -De haut en bas : deux modèles de doucines, cavets, bandes biseautées et denticules.

Fig. 212 - Entrelacs de type I.

Fig. 213 - Entrelacs de type 2.

Fig. 214 - Entrelacs de type 3.

Fig. 215 - Entrelacs de types intermédiaires.

412) Les frises, sur les moulures, se limitent à quelques types simples : entrelacs, rinceaux de vigne et d'acanthes, acanthes dressées, compositions géométriques. Les entrelacs sont de loin les plus nombreux.

42a) Les entrelacs. Trois types sont à distinguer. Le premier (fig. 212) consiste en deux rubans formés de filets, avec, à l'intérieur des boucles, des perles, des croix ou des rosettes. Dans une variante, les rubans sont constitués d'une baguette entre deux filets. Des perles sont parfois placées à l'extérieur, aux croisements des rubans, ou bien dans le ruban, sur la concavité comprise entre les deux filets. Par-delà ces variantes secondaires, une même régularité géométrique des deux rubans définit ce type d'entrelacs. Les motifs placés à l'intérieur ou à l'extérieur des boucles ou sur le ruban lui-même sont accessoires.

43Dans le second type (fig. 213), un équilibre semble s'établir entre les boucles de l'entrelacs et leur contenu. Les boucles sont désormais des cercles tangents les uns par rapport aux autres. Les rubans sont constitués de filets ou de deux arêtes vives mais, parfois, chacun d'eux se réduit à un filet unique plein. L'intérieur des boucles est occupé par des creux, des fleurons, des rosettes, des spirales ou des fleurs à trois pétales. Une continuité apparaît parfois entre les rubans et les fleurs. L'entrelacs présente alors l'allure d'un rinceau de feuillage de style géométrique : les bases des fleurs sont directement reliées au ruban qui tient ainsi la place d'une branche. Ces entrelacs se déploient souvent de part et d'autre d'un médaillon central.

44Les entrelacs du troisième type (fig. 214) sont constitués d'une succession de médaillons tangents. L'essentiel est le motif du médaillon, l'entrelacs représentant seulement un cadre, une bordure ; les rubans ne paraissent même pas toujours continus.

45Un type intermédiaire (fig. 215) entre les deux précédents se trouve dans la maison 2 de Šinšarāḥ : les boucles sont des cercles tangents mais, au lieu des médaillons, elles contiennent des figures géométriques simples, des carrés aux côtés incurvés. Deux autres types sont très rares. Le premier, dans la maison 20 de Deir Sunbul, est formé de trois rubans plats ; le second, dans les maisons 45 de Ǧerāde et 14 de Muğleyya, consiste en une suite de cercles emboîtés, le diamètre de chacun d'eux représentant le plan de tangence des deux voisins.

46La répartition des entrelacs appelle plusieurs remarques (tab. 18). Nous avons déjà signalé qu'ils constituent de loin le type le plus répandu : sur 529 façades, 150 présentent au moins un linteau décoré d'une frise ; sur 73 façades, cette frise est un entrelacs. Leur fréquence est à peu près constante d'un type de façade à l'autre : 15 sur 35, sur façade de type 1 présentant des frises, 23 sur 41 de type 2 ou 3, 32 sur 60 de type 3. Seconde remarque, tous les types apparaissent en nombre : 39 de type 1, 23 de type 2 et 11 de type 3.

Tab. 18 - Répartition du décor par type de façade.

Fig. 216 - Deux types de rinceaux de vigne.

47Dans la répartition de chaque type, on relève toutefois des différences. Le type 1 apparaît sur toutes les façades mais son importance relative décroît : 10 sur 15 sur les façades de type 1, 14 sur 23 sur les façades de type 2 apparaissent bien comme un type intermédiaire ; les entrelacs de type 1 s'y rencontrent dans la même proportion que sur les façades de type 3 et ceux de type 2 et 3 sont aussi rares que sur les façades de type 1.

48Il existe donc bien une évolution, mais cette évolution n'est pas marquée par des changements subits : tout en confirmant ce que nous savions déjà, grâce à la composition ornementale des façades, elle ne peut donc fournir de critères sûrs.

49b) Les frises végétales (fig. 216) : vignes, acanthes, si répandus dans la Syrie romaine, n'apparaissent que dans quatre maisons du Ǧebel Zāwiye : maison 97 de Ruweiḥa, 21 bis et 65 de Ǧerāde et 1 de Deir Sunbul. Elles présentent la même allure générale : le sarment se déploie sur toute la longueur du linteau, dessinant des ondulations où alternent feuilles de vignes et grappes de raisins. Les différences viennent du tracé du sarment : presque horizontal dans la maison 65 de Ǧerāde, il l'est tout à fait dans la maison 21 bis de Ǧerāde et les feuilles sont plus ou moins stylisées. On doit toutefois mettre à part les rinceaux de la maison 1 de Deir Sunbul, qui relèvent d'une technique d'exécution différente : les éléments sculptés sont placés sur le même plan et se détachent du fond par des arêtes vives taillées à angle droit. Quant au sarment, il présente une ondulation régulière, avec une alternance de feuilles et de grappes dans les boucles. Les premiers se rencontrent sur des façades de type 1, le dernier sur une façade de type 4.

LES ACANTHES.

50Deux questions sont à distinguer : leur contexte et leur mode de représentation. Elles se rencontrent dans des frises, soit seules, soit avec des palmettes ou des médaillons ou sous forme de rinceaux. Dans le premier cas, elles sont droites ou, le plus souvent, inclinées, tout en restant séparées les unes des autres. Dans les frises mixtes, elles sont toujours droites, accolées et forment un ensemble continu. Dans les rinceaux, elles s'enroulent dans des cercles successifs, comme dans les entrelacs, autour d'un point central représentant probablement la tige principale.

51Une première représentation est caractérisée par une forme simplifiée, schématique : les digitations n'apparaissent pas comme partie intégrante d'un lobe, elles sont directement rattachées à la tige centrale. Les acanthes de la porte d'entrée de la maison 28 de Ǧerāde sont de ce type, malgré une esquisse de lobe. Les extrémités des digitations sont pointues ou arrondies, les acanthes sont droites ou obliques.

52Les acanthes de ce type (fig. 217) apparaissent surtout dans les frises mixtes, qui présentent aussi des palmettes et, parfois, des médaillons, sur des façades de type 1 et 3, et dans un seul cas, de type 4. Compte tenu de l'évolution constatée concernant l'accroissement de la place tenue par le décor, il se pourrait que les façades de type 1, où l'on rencontre ces frises, soient contemporaines des façades de type 3 ou correspondent à une période transitoire. Mais il est impossible de le prouver.

Fig. 217 - Acanthes de type I.

Fig. 218 - Acanthes de type 2.

Fig. 219 - Acanthes de type 3.

Fig. 220 - Acanthes de type 4.

53Les autres acanthes (types 2 à 4) ont pour point commun de comporter cinq à sept lobes et, pour chaque lobe, des digitations. Dans les frises et les rinceaux (fig. 221 à 223), elles apparaissent seules, sauf dans la maison 6 de Deir Sunbul, où elles sont inclinées et associées à des palmettes. Les différences viennent du réalisme plus ou moins grand de la représentation.

54Les acanthes de type 2 (fig. 218) se reconnaissent à leur réalisme, à leur classicisme. Le relief et le modelé sont figurés avec soin : le sommet de la feuille retombe vers l'avant, la nervure centrale est représentée par un canal, et les digitations par une concavité plus ou moins accusée.

55Les types 3 et 4 présentent une tendance nette au géométrisme. Dans le type 3 (fig. 219), cette tendance se manifeste seulement par deux traits : les acanthes sont collées à la moulure porteuse et le rendu du modelé est atténué. Parfois aussi les contrastes entre les parties en relief et en creux sont accentués. Les digitations, très pointues, touchent celles des acanthes voisines et forment ainsi un ensemble continu.

56Dans le type 4 (fig. 220), le géométrisme est poussé beaucoup plus loin : les acanthes deviennent des formes plates, qui se détachent d'un fond également plat par des arêtes verticales, et cette opposition entraîne un effet de clair-obscur.

57Ces trois derniers types, les plus nombreuses sont de loin les acanthes de type 2 : on les trouve sur 19 corniches ou linteaux, contre trois pour le type 3 et un pour le type 4. Le type 2 se rencontre sur les façades de type 3 et de type 4, alors que les autres types, dans trois cas sur quatre, n'apparaissent que dans le type 4.

58Sans apporter de critère de datation précis, ces constatations confirment et peut-être précisent le cadre chronologique établi à partir des façades : les acanthes de type 1 caractériseraient une période intermédiaire entre les façades de type 1 et 3, le type 2 marquerait la fin de la période correspondant aux façades de type 3, les acanthes de type 3 et 4 sont propres aux façades de type 4.

Fig. 221 - Rinceaux d'acanthes : Église de Deir Sunbul.

Fig. 222 - Rinceaux d'acanthes : M. 1 de Deir Sunbul.

Fig. 223 - Rinceaux d'acanthes : M. 12 de Muğleyya.

Fig. 224 - Frises géométriques.

59c) Les frises géométriques (fig. 224) : Fort rares, elles se divisent en deux catégories. Les unes sont constituées de deux séries de petits carrés de petite taille, où s'inscrivent, inclinées, de simples feuilles : nous en avons des exemples à Muğleyya, dans trois maisons (1, 9A et 68). Les autres sont des chevrons constitués de lignes obliques ou disposés en désordre : deux cas à Ǧerāde, dans les maisons 35 et 48. Ce sont probablement des types locaux.

603) Les médaillons (fig. 225). Nous avons vu qu'ils apparaissent surtout sur les linteaux des baies, au centre de la mouluration ou de chaque côté, et, dans quelques rares cas, à un autre emplacement : tympan de fenêtre, mur pignon de bâtiment. En relief ou gravés, ils sont inscrits dans un cercle formé par un ou deux filets, par un ruban perlé ou encore par une couronne de laurier tressée. Aucun de ces éléments n'a de signification chronologique.

61Les 430 médaillons que nous avons retenus dans notre échantillon se répartissent entre 50 types, sans tenir compte des variations secondaires, où, par exemple, les rosaces à six pétales diffèrent entre elles : les extrémités des pétales sont parfois reliées par un mince filament, qu'on ne trouve pas ailleurs. Les éléments, tels que les perles et les lettres alpha et oméga, en revanche, ont été pris en compte.

62Du tableau de répartition, il ressort que ces éléments sont plus nombreux dans les façades de type 3, plus rares dans les façades de type 1 et tout à fait rares dans les façades de type 4 et sur les chambranles des entrées.

  • 11 Les médaillons des façades de type 1 se ramènent à 4 types principaux. 1) Les croix : croix simple, (...)

63Pour la répartition typologique, les médaillons des façades de type 1 appartiennent à 24 types11, ceux des façades de type 2 seulement à 12, mais elles sont beaucoup moins nombreuses. Ces types sont parmi les plus simples : croix grecque avec ou sans alpha et oméga, chrisme avec ou sans ces deux lettres, chrismes et croix à six branches, hélices et rosaces à six pétales. Relevons en passant deux hapax : une croix grecque inscrite dans un losange et une rosace à douze pétales inscrite dans deux carrés emboîtés dessinant une étoile à huit pointes.

  • 12 Les médaillons des façades de type 3 sont, soit les mêmes que sur les façades de type 1, soit des v (...)

64Avec trente-huit types différents, le répertoire des façades de type 3 est plus riche12. Tous les motifs précédents s'y retrouvent et il en apparaît de nouveaux : les uns sont des variations autour de thèmes simples tels que les croix et les rosaces. Ils se différencient des médaillons précédents par la présence de perles aux cantons, par celle d'alpha et d'oméga ou encore par le fait que le cercle dans lequel le motif principal est inscrit représente un thème géométrique ou végétal. Les autres sont des rosaces ou des fleurs, qui se distinguent des précédents par le nombre de pétales. D'autres, enfin, sont des compositions complexes, géométriques, végétales ou mixtes.

Fig. 225 - Médaillons.

  • 13 Les médaillons des façades de type 4 offrent les thèmes suivants : croix grecque, idem avec alpha e (...)

65Sur les façades de type 413, on est frappé par la diminution du nombre total des médaillons et par la réduction du répertoire à 10 types : neuf se rencontrent sur les façades de type 1 et 3 ; le motif du dixième est une croix grecque avec des acanthes au canton.

66Sans procurer de critère nouveau pour la datation des maisons, les médaillons confirment, par leur répartition numérique et par leurs motifs, l'ordre de succession que nous avons établi pour les façades. Une étude plus systématique permettrait peut-être de vérifier que les façades de type 1, dont les médaillons sont du type plus complexe, sont contemporaines des façades de type 3, tandis que les autres sont souvent antérieures.

C - LES PORTIQUES : LES CHAPITEAUX

67Pour les portiques, notre échantillon est moins satisfaisant car toutes les maisons n'avaient pas de portique, certains bâtiments étant précédés de simples plates-formes. De plus, leur état de conservation est inégal et dans la plupart des cas où ils sont conservés partiellement, les chapiteaux sont à terre ou enfouis.

68Passons rapidement sur ce qui ne concerne pas les chapiteaux. Les profils des moulurations des architraves ne paraissent pas avoir changé, sauf pour les proportions des différentes moulures : bande biseautée au rez-de-chaussée, doucine à l'étage pour les moulures principales des portiques à colonnes ; pas de mouluration dans les portiques à piliers. Contrairement à ce qui se passe dans les chaînons Nord, les portiques à piliers se rencontrent presque exclusivement dans les bâtiments en appareil double, les portiques à colonnes dans les bâtiments en appareil orthogonal simple.

69Les chapiteaux (tab. 19), dans l'architecture domestique du Ǧebel Zāwiye, se répartissent en cinq catégories : chapiteaux à échine moulurée (fig. 229), qui caractérisent exclusivement les portiques à piliers ; chapiteaux ioniques, corinthiens et toscans (fig. 226), caractéristiques des portiques à colonnes, et chapiteaux à consoles, (fig. 227-228) que l'on rencontre dans les uns et dans les autres. Parmi les cent cinquante-huit chapiteaux de notre échantillon, les chapiteaux toscans l'emportent, avec soixante-deux cas. Ils sont suivis de loin, mais cette seconde position est due, sans doute, à l'état de conservation inégal des portiques, par les chapiteaux de piliers à échine en biseau (25) puis par les chapiteaux ioniques (33), à consoles (21) et corinthiens (17).

70Deux types de chapiteaux apportent des indices chronologiques sûrs : ainsi les chapiteaux de piliers à échine en biseau caractérisent les bâtiments en appareil double et les chapiteaux corinthiens, avec prédominance des acanthes à feuilles lisses, ne se rencontrent que dans les bâtiments à façades de type 3.

I) LES CHAPITEAUX CORINTHIENS

I) LES CHAPITEAUX CORINTHIENS

Tab. 19 - Forme des chapiteaux et types de façades.

II) LES CHAPITEAUX TOSCANS

II) LES CHAPITEAUX TOSCANS

Tab. 19 - Forme des chapiteaux et types de façades (suite)

Tab. 19 - Forme des chapiteaux et types de façades (suite et fin).

Tab. 19 - Forme des chapiteaux et types de façades (suite et fin)

71Les chapiteaux ioniques à consoles et toscans apparaissent au contraire dans des bâtiments en appareil double et orthogonal simple à façades de type 1 à 3. La répartition est à peu près équilibrée, pour les chapiteaux ioniques, entre les façades de type 1, 2 et 3, qu'ils comportent ou non un élément de décor, oves, médaillon ou frise, sur l'échiné. Les chapiteaux à consoles surmontent principalement des colonnes, mais ce fait peut être dû à la composition de notre échantillon. Ils se répartissent en deux catégories, soit que la colonne s'engage directement dans le bloc formé par les consoles (type 1), soit qu'elle apparaisse toute entière, les consoles semblant avoir été rajoutées de chaque côté (type 2). Les chapiteaux de type 2 l'emportent de très loin (12 sur 16), et se rencontrent presque tous (11 sur 12) dans les portiques de bâtiments à façade de type 3.

Fig. 226 - Chapiteaux toscans.

Fig. 227 - Chapiteaux à consoles.

Fig. 228 - Chapiteaux à consoles.

Fig. 229 - Chapiteaux à échine en biseaux

72Les chapiteaux toscans sont ceux qui paraissent avoir été utilisés le plus longtemps, puisqu'on les trouve dans les portiques des bâtiments en appareil double et jusque dans les bâtiments à façades de type 4. Mais c'est aux façades de type 3 qu'ils semblent, de loin, avoir été le plus souvent associés. Mis à part les chapiteaux des bâtiments en appareil double qui ont des échines en quart-de-rond, tous paraissent avoir présenté indifféremment des échines à profils en biseau ou en doucine, plus rarement en cavet, sur tous les types de façade. L'échine décorée (entrelacs, oves ou médaillons) caractérise des chapiteaux peu nombreux appartenant à des bâtiments à façades de type 2 ou 3. C'est le cas de la maison 5 de Ruweiḥa datée de 396 par une inscription.

D - LES ARCS DES ENTRÉES

73Les entrées des maisons diffèrent par le plan. Nous envisagerons seulement les plus complexes, qu'elles constituent un bâtiment à part ou occupent une partie du bâtiment, et dans celles-ci uniquement l'arc situé à l'extérieur (fig. 230), les portes ayant été déjà étudiées. Cet arc représente le plus souvent la tranche de la voûte dallée qui couvre le vestibule et, parfois, une partie du couloir. Dans tous les cas, il repose sur des chapiteaux impostes dont la mouluration appartient à un des grands types connus, avec une bande biseautée ou une doucine comme moulure principale.

Fig. 230 - Les arcs des entrées.

74Les différences viennent de la présence d'une mouluration et, en plus de celle-ci, d'autres éléments ornementaux : rangées d'oves sur une des fasces, cercles ouverts vers le haut ou vers le bas à l'extérieur de la mouluration (maisons 25 de Muğleyya et 18 de Ruweiḥa). Là où de tels ornements apparaissent, les assises sur lesquelles reposent les chapiteaux-impostes comportent des lignes verticales sculptées qui leur donne l'aspect de véritables piliers. Ces arcs se rencontrent dans trois cas : dans deux, il s'agit de maisons à façades de type 4, dans le troisième, l'entrée est postérieure aux bâtiments. Ce sont des formes récentes.

E - CHRONOLOGIE RELATIVE ET CHRONOLOGIE ABSOLUE

75Trois grandes périodes paraissent donc devoir être distinguées.

76La première est caractérisée par l'emploi de l'appareil double, les seconde et troisième par celui de l'appareil orthogonal simple, la troisième l'étant en outre par les façades de type 4.

77Nous avons vu que l'appareil double était attesté jusque vers 390. Nous adopterons donc cette date comme terminus ante. Pour le terminus post, compte tenu du fait que la plus ancienne tombe datée est de 244, nous adopterons la même date que pour les chaînons nord, soit 210, mais il va de soi que ces dates représentent des limites approximatives.

Tab. 20 - Chronologie des églises du Ǧelbel Zāwiye.

78Pour l'appareil orthogonal simple, l'exemple le plus ancien, d'après le décor, est la maison 13 de Ruweiḥa ; mais comme elle représente le seul cas de construction en appareil orthogonal dont le décor soit d'inspiration païenne et qu'il n'existe pas un grand nombre de constructions avec ce type de murs sans décor chrétien, nous ne remonterons pas au-delà de 350 pour le terminus post. Quant au terminus ante, il est déterminé par l'apparition des façades de type 4, c'est-à-dire des baies aux chambranles moulurés. Les thermes de Serğilla de 473 nous donnent un premier exemple : les fenêtres en plein cintre sont moulurées, et les chambranles de certaines portes le sont aussi. L'apparition des façades de type 4 est donc, en tout cas, postérieure à 473. En fait, il semble que le terminus post de ces façades se situe au début du VIe siècle car nous avons vu que les acanthes de type 4 ne se rencontraient guère en dehors des façades de type 4. Or, ces acanthes n'apparaissent pas avant les églises E2 et E4 d'El Bāra qui sont du VIe siècle (tab. 19). Il est évidemment impossible de déterminer un terminus ante. Du fait du nombre relativement réduit des maisons de ce type, il n'y a guère que deux solutions : ou une période courte de construction intense, dans la suite directe de la précédente, ou une période longue, marquée par un ralentissement du rythme de construction. Compte tenu de l'homogénéité du groupe, du point de vue du décor, et, au contraire, de la rapidité des changements enregistrés dans le domaine du décor, à cette époque, dans les églises des chaînons Nord, plus nombreux et mieux connus, nous inclinons vers la première hypothèse et comme le dernier linteau daté est de 570, nous adopterons la même date que pour les chaînons Nord, soit 550.

79Ainsi les trois tranches de temps principales se définissent comme suit :

80Il est possible, cependant, d'affiner cette chronologie, pour la période II, mais en recourant à des critères moins sûrs. Compte tenu de la date de la maison 5 de Ruweiḥa (396), qui est en appareil orthogonal simple, nous situerons à 390 le début d'une tranche de temps caractérisée par un appareil orthogonal simple régulier et par la présence de niches de part et d'autre des portes et de moulurations sur les linteaux. D'un autre côté, nous avons vu que les façades de type 1, tout en étant antérieures dans un certain nombre de cas, étaient souvent contemporaines des façades de type 3. Il n'est pas très audacieux de supposer que l'importance du décor et certains de ces motifs permettent de distinguer deux périodes : l'une où les façades de type 1 et 2 apparaissent seules, l'autre caractérisée par la diffusion des façades de type 3, sans que les deux autres types aient été, pour autant, abandonnées. A quelle date situer un tel changement ? Sans doute avant 470-75, date de construction de l'église de Deir Sunbul où l'on rencontre des entrelacs de type 2 qui sont rares sur les façades de type 1 et 2 (trois sur treize, au lieu de dix sur vingt-quatre sur les façades de type 3). Autre point de repère : la presque totalité des chapiteaux à consoles de type 2 se rencontrent dans les portiques de bâtiments à façade de type 3 ; or, ces chapiteaux n'apparaissent pas dans les églises E3 et El d'El Bāra, qui sont antérieures à 450 (tab. 20). Comme il n'existe qu'un cas de chapiteau à consoles de type 1 dans une maison à façade de type 3, et inversement deux exemples de chapiteaux de type 2 dans les maisons à façades de type 1, on ne se trompera guère en situant vers 450 la limite que nous cherchons.

CONCLUSION

81Si ces conjectures sont exactes, la période 390-500 pourrait être divisée en trois sous périodes.

82390 - 500 : façades de type 1 à 3 avec des niches et des moulurations ;

83390 - 450 : façades de type 1 et 2 avec des entrelacs de type 1, des médaillons de type simple et des chapiteaux à consoles de type 1 ;

84450 - 500 : façades de type 1 au décor très développé et façades de type 3 ;

85Pour être plus fine que la précédente cette périodisation est cependant loin d'offrir la même solidité. Il conviendra d'examiner s'il est utile d'en tenir compte en envisageant la répartition des pièces par tranche de temps.

Notes

1 L'appareil double est antérieur à l'appareil orthogonal simple dans les maisons suivantes : Rbei‘a : 5 et 23 - Bšille : 12 - Ǧerāde : 36, 36 bis, 61, 16 B et 17 - Ruweiḥa : 45, 46, 17 et 78.

Dans deux cas, c'est l'inverse : Mugleyya : 57 - Ruweiḥa : 8.

2 Maisons 7, 8, 12 et 65 de Ǧerāde, 9, 13 et 24 de Ruweiḥa.

3 Rbei'a : 11- Serğilla : V, 28 et 36 - Mugleyya : 69 - Šinšarāh : 22 (bâtiment sud), 37 (bâtiment ouest), 38, 52, 66 (bâtiment nord) et 68 - Ruweiḥa : 36 bis, 44, 6, 12, 17 et 19.

4 Les maisons 36 de Serğilla et 52 de Šinšarāh offrent respectivement une croix avec des perles aux cantons et deux croix avec un rhô, alpha et oméga. Le linteau de la maison 22 de Šinšarāh est décoré d'un autel.

5 A titre d'exemples, îlot nord-ouest de Btirsa, maison 410 à El Bāra, maison 55 à Muğleyya, maisons de Bā'ūde (voir Butler :AAES, p. 85).

6 Îlot nord-ouest de Btirsa, maison 41 de Šinšārāh, maison 8 de Ǧerāde. La maison 13 de Ruweiḥa, avec ses portes à pilastres, est à ranger dans ce groupe.

7 Les linteaux sont sans décor dans la maison de Serğilla, dans l'îlot 1 de Btirsa et dans le bâtiment d'El Bāra adjacent à la maison voisine de l'église 5. Dans la plupart des cas, ils sont moulurés, avec parfois des médaillons de part et d'autre ou une frise sur une moulure. Plus rarement, comme dans l'îlot 2 de Btirsa, une coquille Saint-Jacques est sculptée au sommet de la niche.

8 Le type 1 est antérieur au type 2 dans les maisons 25 de Ruweiḥa et 30 de Serğilla, contemporain dans la maison 68 de Muğleyya et postérieur dans les maisons 5 de Ruweiḥa et 45 de Ǧerāde. Il est antérieur au type 3 à Serğilla : 19 et 26, à Šinšarāh : 20, 21, 41, 50, 51, à Muğleyya : 7-8, 9-96, à Bšille : 1, à Ruweiḥa : 2, 25, 34, 28, à Ǧerāde : 8, ainsi que dans la maison voisine de E 5 à El Bāra ; contemporain à Serğilla : 45 et à Muğleyya : 74 ; postérieur à Serğilla : 24, XI et XIII, à Šinšarāh : 16-17, 20, 24, à Wādī Mārtāān : 34, à Ǧerāde : 56-57, 57, 7-8. Il est antérieur au type 4 à Deir Sunbul et contemporain à El Bāra (F 78-29), à Deir Sunbul : 1, à Ǧerāde : 5 et à Ruweiḥa : 25. Le type 2 est antérieur au type 3 dans la maison 1 de Rbei'a et contemporain dans les maisons 17 de Šinšarāh et 9 de Muğleyya. Le type 3 est antérieur au type 4 dans la maison 1 de Kaukabe, dans l'îlot 1 d'El Bāra (F 78-29), et dans les maisons 103 de Muğleyya et 49 de Ruweiḥa.

9 Voir le tableau général de la répartition du décor dans les villages inventoriés (note 8).

10 Notre échantillon comprend les 95 chambranles les mieux conservés ; 22 appartiennent à des entrées, et 73 à des baies, portes ou fenêtres de bâtiments d'habitation et d'exploitation. Dans le tableau suivant, les maisons sont désignées par le nom du village, suivi du numéro de la maison ou, à défaut, de la référence de la photo. Pour les corniches comme pour le chambranle, nous avons indiqué la ou les moulures principales.

11 Les médaillons des façades de type 1 se ramènent à 4 types principaux. 1) Les croix : croix simple, avec alpha et oméga, avec alpha et oméga mais inscrits dans une couronne de laurier, croix perlée, idem avec alpha et oméga, croix à six branches, chrisme, chrisme avec alpha et oméga, croix avec 1 rhô, idem avec alpha et oméga, idem dans un cercle tressé, croix de Saint-André, croix de Malte. 2) Les rosaces : à six pétales, idem avec perles, à 4, 8, 12 ou 16 pétales, fleur à 4 pétales, à 2 rangées de pétales, inscrite dans 2 carrés emboîtés et inscrits dans un cercle. 3) Étoile. 4) Hélice.

12 Les médaillons des façades de type 3 sont, soit les mêmes que sur les façades de type 1, soit des variations plus complexes sur les mêmes motifs (nombre de branches des croix ou de pétales des rosaces, présence de perles ou de motifs secondaires), soit des compositions complexes, géométriques, végétales ou mixtes où le thème originel finit par disparaître. Exemple : croix perlée, croix chrismée perlée, croix à 8 branches avec 1 rhô, croix chrismée avec alpha et oméga, croix à huit branches, chrisme dans une composition géométrique complexe, croix dans 2 torsades, rosace à 4 pétales, fleurs à 6, 8, ou 13 pétales, cercles emboîtés, soleil, compositions géométriques complexes, compositions végétales, etc.

13 Les médaillons des façades de type 4 offrent les thèmes suivants : croix grecque, idem avec alpha et oméga, idem avec alpha et oméga et inscrite dans une guirlande, croix à six branches, idem avec des perles, rosace à six pétales, hélice, croix de Malte.

Table des illustrations

Légende Fig. 190 – Muğleyya, mur de clôture : élévation et coupe en plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 191 - Maison de Ǧerāde appareil orthogonal simple.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 192 - Maison de 396 de Ruweiḥa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Tab. 9 - Inventaire des façades du Ǧebel Zāwiye par appareil et par type (1595 dont 471 en appareil double).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 193 - Façade de type 1 à Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 194 - Façade de type 1 à Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 195 - Façade de type 2 ci Ruweiḥa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 196 - Façade de type 2 à Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig 197 - Façade de type 2 à Ruweiḥa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 198 - Façade de type 3 à Šinšarāḥ.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 199 - Façade de type 3 à Šinšarāḥ.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 200 - Façade de type 3 à Šinšarāḥ.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 201 - Façade de type 3 à Deir Sunbul.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 202 - Façade de type 3 à Ruweiḥa
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende F ig. 203 - Façade de type 4 à Deir Sunbul.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 204 - Façade de type 4 à Dallōza.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 205 - Façade de type 4 à Serğilla.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Fig. 206 - Façade de type 4 : baies et niches.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 207 - Façade de type 4 : baies.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Tab. 10 - Chronologie relative des façades.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Tab. 11 - Répartition du décor sur les maisons classées d'après le type de façades.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Tab. 11 - Répartition du décor sur les maisons classées d'après le type de façades (suite)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Tab. 11 - Répartition du décor sur les maisons classées d'après le type de façades (suite et fin)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Tab. 12 - Fréquence des médaillons par type de façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Tab. 13 - Fréquence des frises par type de façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 208 - Linteaux de Ruweiḥa et de Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 209 - Chambranles à El Bārā, Ruweiḥa et Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 210 - Moulurations.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Tab. 14 - Nombre de moulurations à plusieurs moulures principales et type de ces moulures (à partir d'échantillons)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Tab. 15 - Les moulures médianes, chronologie relative par façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Tab. 15 - Les moulures médianes, chronologie relative par façade (suite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Tab. 15 - Les moulures médianes, chronologie relative par façade (suite et fin).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Tab. 16 - Répartition par village des doucines, cavets et bandes biseautées.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre I-LES ENTRÉES
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Tab. 17 - Moulurations et décors des chambranles
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre II-LES BAIES DES BÂTIMENTS
Légende Tab. 17 - Moulurations et décors des chambranles (suite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Tab. 17 - Moulurations et décors des chambranles (suite et fin).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 211 -De haut en bas : deux modèles de doucines, cavets, bandes biseautées et denticules.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 212 - Entrelacs de type I.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 213 - Entrelacs de type 2.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 214 - Entrelacs de type 3.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 215 - Entrelacs de types intermédiaires.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Tab. 18 - Répartition du décor par type de façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 216 - Deux types de rinceaux de vigne.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 217 - Acanthes de type I.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende Fig. 218 - Acanthes de type 2.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Légende Fig. 219 - Acanthes de type 3.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Légende Fig. 220 - Acanthes de type 4.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Légende Fig. 221 - Rinceaux d'acanthes : Église de Deir Sunbul.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 222 - Rinceaux d'acanthes : M. 1 de Deir Sunbul.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 223 - Rinceaux d'acanthes : M. 12 de Muğleyya.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 224 - Frises géométriques.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 225 - Médaillons.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre I) LES CHAPITEAUX CORINTHIENS
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Tab. 19 - Forme des chapiteaux et types de façades.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre II) LES CHAPITEAUX TOSCANS
Légende Tab. 19 - Forme des chapiteaux et types de façades (suite)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Tab. 19 - Forme des chapiteaux et types de façades (suite et fin).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Tab. 19 - Forme des chapiteaux et types de façades (suite et fin)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 226 - Chapiteaux toscans.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende Fig. 227 - Chapiteaux à consoles.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 228 - Chapiteaux à consoles.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 229 - Chapiteaux à échine en biseaux
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 230 - Les arcs des entrées.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Légende Tab. 20 - Chronologie des églises du Ǧelbel Zāwiye.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4356/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search