Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

La datation des maisons

I. Les maisons des chaînons nord

Texte intégral

A- LES APPAREILS DES MURS

1Dans le Massif calcaire, les connaissances techniques, en matière de construction, n'ont pas évolué entre le Ier et le VIIe siècle : toutes les sortes d'appareils se rencontrent à toutes les époques. Leur fréquence, par contre, varie : dans les maisons, l'épigraphie et les relations architecturales entre les bâtiments montrent que les appareils mis en œuvre ont changé. Ces changements ont dépendu du savoir-faire et de l'outillage des équipes auxquelles on avait recours et de la capacité de financement des commanditaires ; ils relèvent donc de l'histoire économique. Appliquée à un grand nombre de cas, la méthode de datation tirée de l'observation de ces changements est donc sûre ; elle l'est beaucoup moins quand elle porte sur une maison précise car, en matière d'usage, les exceptions sont courantes. Nous ne tiendrons pas compte de cette réserve car une méthode vaut par son objet ; le nôtre est de situer dans le temps des maisons considérées comme éléments de séries.

1 - La chronologie des appareils d'après l'épigraphie

1) Tout d'abord, les appareils à double parement

APPAREIL DOUBLE ORTHOGONAL

2Passons rapidement sur l'appareil double orthogonal. Il n'est attesté que dans deux monuments datés qui ne sont pas des maisons : le sanctuaire de Šeiḫ Barakāt et l'église de Julianos à Brād (402) (fig. 21). On le rencontre aussi dans le monument de Ḫerbet Šarqīye, que son décor permet de situer au IIIe siècle, mais qui n'est pas non plus une maison puisque nous l'avons identifié comme un andrôn, salle de banquet ou sanctuaire païen.

APPAREIL DOUBLE POLYGONAL

3Autre appareil coûteux, bien qu'il le soit moins, attesté surtout dans l'architecture domestique, l'appareil double polygonal. On le rencontre dans l'andrôn de Mē‘ez (129) et dans une maison de Brād, la plus ancienne datée du Massif calcaire (207). Comme il est rarement associé à d'autres appareils et que les constructions où on le trouve sont généralement isolées des autres bâtisses, les informations sur sa chronologie relative font défaut. Il est remarquable, en revanche, qu'aucune construction en appareil polygonal ne comporte de décor chrétien : le terminus ante de son utilisation doit donc être placé au plus tard vers 380. Quant au terminus post, l'épigraphie oblige à le placer en 207, mais il est certain qu'il était utilisé avant ; on le trouve dans tous les chaînons nord, dans le Ǧebel Sim‘ān, à Brād, Kimār et Refāde (fig. 129), et aussi dans le Ǧebel Bārišā, à Bābuṭṭā, Bāmuqqa, Dēḥes et Nūrīye.

Fig. 129 - Appareil double polygonal (Refāde).

Fig. 130 - Appareil double irrégulier.

Fig. 131 - Appareil double quadrangulaire.

Fig. 132 - erbet Šei Barakā: maison de 236.

Fig. 133 - Appareil orthogonal simple.

Fig. 134 - Appareil quadrangulaire double.

APPAREILS DOUBLES IRRÉGULIERS ET QUADRANGULAIRES

4La chronologie des appareils doubles irréguliers et quadrangulaires doit être envisagée en même temps, car les premiers, nous l'avons vu, ne constituent pas une catégorie homogène. Certains murs, combinant des blocs irréguliers et quadrangulaires, d'autre part, ne peuvent être rattachés à aucun des deux types, ils constituent plutôt des formes intermédiaires. Du point de vue des coûts, enfin, ils sont souvent comparables, chacun d'eux étant caractérisé par une grande variété si l'on considère le poids des blocs et la qualité de la taille. Les seuls dont le coût dépasse certainement celui des autres sont en appareil quadrangulaire double et constitués de blocs réguliers disposés par assises horizontales.

5Parmi les murs datés par l'épigraphie, trois grandes catégories, correspondant chacune à une période précise, sont à distinguer. Tout d'abord les appareils doubles irréguliers (fig. 130), dont l'identification n'est pas douteuse : les blocs sont irréguliers dans leur très grande majorité, les quelques blocs quadrangulaires que l'on rencontre parfois sont placés aux angles ou isolés au milieu des autres. Les trois maisons datées construites avec des appareils de cette sorte sont toutes du IIIe siècle : 224, 236 (fig. 132) et 308.

6Vient ensuite une catégorie dont l'identification est certaine : ce sont les murs en appareil double quadrangulaire régulier (fig. 131), avec souvent des blocs disposés par assises régulières (fig. 133). Les dimensions de ces blocs sont variables : petit module (20 à 30 cm), module moyen (40 à 50 cm) et grand module (50 cm ou davantage). Les huit maisons construites avec ce type d'appareil sont toutes du Ve siècle : 390, 408, 406-407, 407-408, 423, 429, 431 et 485. Seules les deux dernières combinent deux appareils différents : l'appareil double quadrangulaire et l'appareil orthogonal simple.

7Restent enfin six maisons datées du IVe siècle dont les murs relèvent de types intermédiaires : 330-50, 349-50, 350-54, 361, 384 et 389. Dans les quatre premières, les blocs sont quadrangulaires, polygonaux et irréguliers, de module petit ou moyen, d'une qualité d'exécution inégale et avec des joints souvent obliques ou courbes. Dans les deux dernières et surtout dans la dernière, au contraire, les petits blocs quadrangulaires sont les plus nombreux ; l'observation est malaisée dans celle de 384, mais il est sûr que les joints sont courbes.

8On assiste donc, au IVe siècle, à une évolution dans la technique de construction des murs en appareil double soigné : les blocs sont toujours de petit ou moyen module, mais les formes se régularisent et finissent par devenir quadrangulaires.

APPAREILS DOUBLES GROSSIERS

9Il n'existe pas beaucoup d'exemples datés pour les appareils doubles grossiers. Un seul du IIIe siècle (271), un autre du IVe (363) et quatre de la première moitié du Ve siècle (402, 421, 436 et 453). On remarque aussi, dans ces murs, une évolution vers une plus grande régularité dans les formes et une plus grande qualité de la taille des blocs.

2) Les appareils orthogonaux simples

10Les murs en appareil orthogonal simple datés par l'épigraphie sont très nombreux, 22 en tout : 231, 412, 431, 443-44, 445, 452, 468, 470, 475, 477-78, 485, 487, 504, 513, 516, 531, 540, 552, 571, 577-78. Mettons à part le bâtiment daté de 231 qui est sans doute un andrôn et illustre le fait que tous les appareils ont pu être utilisés à toutes les époques. Il faut ainsi situer avant le IVe siècle les maisons de Bāmuqqa, de Ǧuwānīye et de Benēbil. La maison de 412 doit être laissée aussi de côté, car elle se trouve dans le sud du Ǧebel Bārišā en dehors du groupe de villages que nous avons étudié dans ce chaînon, dans une zone qui paraît avoir connu une évolution décalée par rapport à celle des villages situés plus au nord. Même remarque pour la maison de 431 (fig. 133). La date de la maison de Ṭurlāhā (443-44) ne doit pas être prise en considération car l'inscription, difficilement lisible, ne permet pas de la dater avec certitude. A partir de 470, au contraire, les maisons datées forment une série complète et remarquable dans sa continuité, avec un ou deux exemples par décennie jusqu'en 552, celle de 490-500 exceptée. Il ne faut pas tenir compte, enfin, des maisons de 570-80, car elles se trouvent à Deir Sim‘ān, centre de pèlerinage, dont l'évolution est à tous égards exceptionnelle. La période durant laquelle les maisons sont construites en appareil orthogonal simple s'étend donc de 450 à 550 (dates approximatives) (tab. 1).

Tab. 1 - Chronologie des appareils d'après l'épigraphie

Tab. 1 - Chronologie des appareils d'après l'épigraphie (suite)

Tab. 1 - Chronologie des appareils d'après l'épigraphie (suite et fin)

11Au bilan, d'après l'épigraphie, les appareils des murs se répartissent dans les tranches de temps suivantes (tab. 2) :

Tab. 2 - Répartition par tranches de temps des appareils des murs.

2 - L'ordre de succession des appareils d'après les relations architecturales

12Dans les chaînons nord, nous avons repéré 219 cas de relations ou d'associations entre des murs construits avec des appareils différents, dans la même maison ou dans plusieurs bâtisses (fig. 135-136). Ces liaisons apportent des informations de chronologie relative qui valent par leur nombre, contrairement à celles que l'épigraphie a procurées.

13Notons d'abord un absent : l'appareil double polygonal. Les seules associations qu'il connaisse concernent les parements externe et interne, le qualificatif d'appareil polygonal ne valant, dans la plupart des cas, que pour le premier. Le parement interne, quand il en diffère, est toujours en appareil double irrégulier, avec des blocs de petit module.

Fig. 135 - Associations d'appareil : Darqītā, maison 30.

14Les appareils doubles irréguliers présentent, avec les autres appareils (tab. 3), les relations suivantes :

Tableau 3 - Relation de l’appareil double avec les autres appareils

15Employé seul, l'appareil irrégulier se caractérise donc par son antériorité : dans un seul cas, il est postérieur à l'appareil orthogonal simple. Mais il est très souvent associé, dans une même construction, à un autre type d'appareil, particulièrement à l'appareil orthogonal simple, ce qui est étonnant, puisque celui-ci, d'après les inscriptions, n'est employé seul qu'après 445. Cette association caractérise surtout les Ǧebels Bārīšā et il A‘la : 10 cas sur 13.

Fig. 136 - Associations d'appareil : Darqītā. maison 30.

16Pour l'appareil double quadrangulaire (tab. 4), les conclusions à tirer des relations architecturales sont plus nettes :

Tab. 4- Relation de l'appareil double quadrangulaire avec les autres appareils.

17Employé seul, il est toujours postérieur à l'appareil double irrégulier et presque toujours antérieur à l'appareil orthogonal simple. Autrement dit, son terminus post doit théoriquement coïncider avec le terminus ante de l'appareil irrégulier et son terminus ante avec le terminus post de l'appareil orthogonal. Cette conclusion s'accorde avec les indications de l'épigraphie. La première date se situerait entre 330 et 390, la seconde entre 445 et 480. Par rapport à l'appareil grossier, les informations sont peu nombreuses mais elles paraissent indiquer une chronologie similaire.

18En association, c'est manifestement avec l'appareil orthogonal simple qu'on le trouve dans la très grande majorité des cas. Il existe donc une période, à délimiter par une chronologie absolue, où les murs des maisons associaient normalement des appareils différents.

19Pour l'appareil double grossier (tab. 5), nos informations sont peu nombreuses mais cohérentes :

Tab. 5 - Relation de l'appareil double grossier avec les autres appareils.

20Employé seul, l'appareil double grossier est postérieur à l'appareil double irrégulier, contemporain de l'appareil double quadrangulaire et antérieur à l'appareil orthogonal simple. Cette conclusion est cependant à nuancer car il est presque aussi souvent employé en association que seul, et il l'est alors avec tous les autres mais particulièrement avec l'appareil double quadrangulaire, et souvent aussi, ce qui étonne, avec l'appareil orthogonal simple.

21C'est pour l'appareil orthogonal simple (tab. 6) que les données sont les plus nombreuses et les plus claires :

Tab. 6 - Relation de l'appareil orthogonal avec les autres appareils.

22Seul, l'appareil orthogonal simple est postérieur à toutes les autres sortes d'appareil, ce que confirment les indications de l'épigraphie. Mais il est plus souvent employé en association avec un autre appareil que seul, et il s'agit presque toujours de l'appareil double quadrangulaire, ce que l'épigraphie n'avait pas permis de découvrir.

23En conclusion, les données procurées par les liaisons architecturales complètent utilement celles de l'épigraphie. Elles confirment qu'employés seuls, trois types d'appareils se sont succédés : l'appareil double irrégulier, l'appareil double quadrangulaire et l'appareil orthogonal simple, tandis que l'appareil double grossier est, en gros, contemporain des appareils doubles irrégulier et quadrangulaire mais antérieur à l'appareil orthogonal. Cependant il existe aussi des périodes où des appareils différents sont associés dans une même maison ; cette association concerne très souvent les appareils quadrangulaire et orthogonal. Elle est plus rare pour les autres

24Il restera à déterminer les limites de cette dernière période en chronologie absolue.

B - LE DÉCOR ARCHITECTURAL

25Le décor des maisons et des blocs datés procure des informations de chronologie absolue. Nous en donnons d'abord le catalogue en tenant compte, du fait de l'importance des thèmes d'inspiration religieuse, de la coupure représentée par l'expansion du christianisme dans le Massif calcaire, à partir des années 330-350.

1 - Catalogue des maisons et blocs isolés décorés antérieurs à 330

26129 - Andrôn de Mē‘ez. Porte à pilastres. Linteau mouluré : trois fasces, quart-de-rond, petit cavet et listel, à l'imitation de l'architrave des temples corinthiens, la doucine étant remplacée par un quart-de-rond et un petit cavet. Moulurations analogues au sommet des pilastres : deux fasces, quart de rond, petit cavet et listel.

27207 - Maison de Brād (fig. 137). Décor limité au linteau mouluré de la porte de l'étage, à l'ouest : deux fasces, doucine, listel.

28224 - Pressoir de Kafr Nābū (PAES III N° 1170, p. 59 et 180). Le linteau cassé trouvé à terre, qui porte l'inscription, a une mouluration analogue : deux fasces, baguette, doucine, listel. L'architrave des temples, ici encore, a servi de modèle.

29231 - Andrôn de Berrīš -nord (fig. 138). Le décor est limité à la porte. Le linteau repose sur deux pilastres. Moulures de type classique. Au linteau : filet, tore, petit cavet, filet, listel, gorge de raccordement, filet, plate-bande surmontée de denticules, plate-bande surmontée de modillons, listel, filet, doucine, listel. Au-delà de la gorge de raccordement, la mouluration est similaire à celle de l'entablement des temples romains d'ordre corinthien dont le temple de Srīr (116) est un exemple local. La même combinaison, inspirée sans doute par le même modèle, se retrouve, en gros, au tombeau distyle de Sitt er Rūm (152). Aux pilastres : filet, tore, petit cavet, listel, soit à peu près le même profil qu'au sommet des piliers du tombeau de Sitt er Rūm.

30272 - Maison de Sinār (fig. 139). Décor réduit à une représentation gravée, et grossièrement exécutée, du soleil.

31308 - Linteau de la maison de Kafr Nābū (fig. 140). Non mouluré, il offre des représentations sculptées avec soin mais très dégradées ; de gauche à droite : diadème ou croissant de lune, palme, oiseau et macaron figurant le soleil surmonté d'un aigle et, de nouveau, oiseau. Ce sont visiblement des symboles païens plutôt que des éléments décoratifs.

Fig. 137 - Linteau de 207 de Brād.

Fig. 138 - Linteau de 231 de Berrīš -nord.

Fig. 139 - Linteau de 272 de Sinḫār.

Fig.140 - Linteau de 308 de Kafr Nābū.

Fig. 141 - Linteau du bâtiment 107 de Dēḥes.

Fig. 142 - Linteau de la maison I de Dēḥes.

32Bâtiment 107 de Dēes (fig. 141-142). Chambranle de la porte ouest du rez-de-chaussée mouluré sur trois côtés : trois fasces, petit chanfrein. Mêmes caractères que dans les moulurations précédentes : même type de porte que dans les sanctuaires. Le bâtiment serait de la fin du iiie siècle ou du début du ive siècle d'après la stratigraphie.

33Quoique réduit, cet échantillon montre que le décor varie avec la destination et la qualité des constructions. Dans l'andrôn de Berrīš -nord il est soigné et proche de celui des temples ou des tombes. Dans les maisons, il est plus simple et relève de deux répertoires différents : dans le bâtiment 107 de Dēḥes, comme dans la maison de Brād, il est inspiré par celui des grands monuments ; dans les autres, ce sont plutôt des symboles païens dont la présence s'explique probablement par quelque vertu prophylactique, comme cela sera le cas, à partir du IVe siècle, pour les symboles chrétiens. Le décor ne se limite pas toujours aux linteaux : il gagne parfois les montants, qu'il s'agisse de portes à pilastres ou à chambranles.

2 - Catalogue du décor architectural du IVe au VIe siècle

34Le décor est souvent limité aux linteaux. Il consiste en moulurations et en médaillons.

1) Les moulurations

35341 - Sermadā (AAES, inscr. 78, p. 94). Non vu. Cavet encadré par des palmes.

36348 - 49-Kaukanāyā (AAES, inscr. 33, p. 59 avec dessin). Cartouche flanqué de queues d'aronde.

37352 - Bābisqā (AAES, inscr. 65, p. 39 - PAES, inscr. 1093, p. 164 avec photo). Mouluration : deux fasces, cavet, listel ; le cavet offre la même hauteur que chacun des autres éléments.

38354 - Darqītā (PAES III B, inscr. 1075, p. 189). Ni moulure, ni médaillon.

39Milieu du IVe siècle. Linteau de la porte extérieure de la maison I (Dēḥes I-III, p. 81) : deux fasces, tore, cavet, plate-bande avec des denticules, baguette, listel. Sans être absolument semblable aux moulures classiques, cette mouluration en est proche. Il pourrait s'agir d'un remploi.

40361-367 - Bâtiment 104 de Dēḥes. Linteau de l'étage (Dēḥes I-III, p. 97) ; deux moulurations superposées : tore, cavet, listel puis plate-bande en retrait, filet, tore, listel. Sans la forte saillie du cartouche, ce profil serait tout à fait classique.

41378 - Kaukanāyā (AAES, inscr. 35). Linteau sans mouluration ni décor.

42402 - erbet Tīzīn (fig. 143) (PAES, inscr. 1102. Idem.

43407 - Burğ el Qas (PAES IV, inscr. 51, p. 46-47 ; III B, inscr. 1189, p. 197). Non vu, probablement disparu.

44D'après Littmann, mouluration : au moins deux fasces en bas (cf. Documentation Tchalenko, photo 2).

45412 - Deir Sētā (AAES, inscr. 16, p. 169, avec photo. De Vogüé, p. 123 et Waddington p. 100). Deux linteaux moulurés avec des médaillons (fig. 144-145).

  1. Linteau inscrit : champ orné d'une frise de médaillons, denticules, baguette, cavet, listel avec un anglet.

  2. Champ délimité par une baguette sur trois côtés : trois filets, baguette, filet, baguette, cavet, listel avec un anglet.

Fig. 143 - Linteau de 402 de erbet Tīzīn.

Fïg. 144 - Linteau de 412 de Deir Sētā.

Fig. 145 - Second linteau de 412 de Deir Sētā.

Fig. 146 - Linteau de la maison V de Darqītā.

Fig. 147 - Linteau de 439 de Refāde.

Fig. 148 - Linteau de la maison XIV de Darqītā.

46A cette date, nous sommes loin des profils classiques. Les éléments sont les mêmes mais les denticules ne sont pas à leur place. Il ne s'agit plus de reproduire le profil des entablements, mais de souligner ce qui représente l'essentiel de la mouluration : l'ensemble baguette, cavet, listel. Autres changements, la profusion de baguettes et de filets et la disparition des fasces remplacées par un champ unique. Le cavet devient la moulure principale, sa taille augmente, sa courbe est prolongée et fait retour jusqu'au plan vertical de départ, dessinant un canal peu profond : le tore, qui tenait une place égale à celle du cavet, se réduit à la dimension d'une baguette. Tout en dérivant des formes classiques, ces deux moulurations représentent une formule nouvelle.

47424 - Fidre (PAES II B, p. 254, ili. 264). Chambranle : deux fasces, filet, tore, cavet, listel ; le quart de rond et le cavet tiennent une place essentielle. Ce dernier est de même profil que dans la maison de 412.

48Ce chambranle a peut-être appartenu à une entrée.

49431 - Kaukanāyā (AAES, inscr. 37, Architecture, p. 179, avec photo). Porte du vestibule d'une maison. Même profil que dans la maison 412 de Deir Sētā : champ, denticules, deux filets, baguette, cavet, listel avec un anglet. Même remarque quant au profil et à l'importance du cavet.

50434 - Darqītā maison V (fig. 146) (PAES inscr. 1078, II B, p. 191). Linteau non mouluré, décoré d'une palme et d'un disque. L'inscription étant gravée, il pourrait s'agir d'un remploi, comme c'est le cas pour le linteau de l'entrée nord.

51439 - Refāde (fig. 147) (AAES, inscr. 118). Linteau lisse.

52443 - 44 urlāhā (AAES, inscr. 43, p. 65). Trois fasces, tore, cavet, listel avec un anglet, médaillon central. Ce profil n'est classique qu'en apparence : les trois fasces sont de hauteur décroissante, les deux du haut étant moins larges, ensemble, que celle du bas ; le tore est proche d'une baguette alors que le cavet est exagérément développé.

53456 - Darqītā, maison XIV (fig. 148) (PAES, inscr. 1081). Cartouche de plan trapézoïdal non mouluré.

54462 - Bāšakū (AAES, inscr. 45), date de 391 corrigée en 462 par J. Jarry (p. 183, photo LUI). Chambranle dont ne subsistent que deux fasces.

55462 - Darqītā, maison II (fig. 149) (PAES, inscr. 1082, II B, p. 190). Médaillon au milieu de la mouluration ; denticules offrant, au centre, une dépression rectangulaire, baguette, plate-bande, doucine, listel avec un anglet, gorge décorée d'une frise d'acanthes et de palmettes, listel avec un anglet. La doucine offre ici un profil particulier : elle semble constituée de deux parties distinctes et séparées : un listel et une gorge, mais en fait, il s'agit bien d'une moulure unique.

56475 - Bettir (fig. 150-151) (AAES, inscr. 3). Moulurations de même profil au rez-de-chaussée et à l'étage : absence de fasces et de champ, bande biseautée, listel avec un anglet ; à l'étage, denticules sous la bande biseautée ; celle-ci, aux deux niveaux, est décorée de frises, de médaillons et de palmettes en bas, de médaillons à l'étage.

57485 - Darqītā, maison I (fig. 152) (AAES, inscr. 63, p. 81 ; PAES, inscr. 1083, II B, p. 190). Mouluration dans un cartouche de plan trapézoïdal : quatre fasces, en fait des plates-bandes étroites, cavet, listel avec un anglet, cavet, listel avec un anglet. La nouveauté est que toutes les moulures sont équivalentes, elles appartiennent solidairement à un même ensemble. C'est un encorbellement en saillie, dont tous les éléments s'enchaînent sans rupture. La longueur est inférieure au double de la hauteur.

58487 - Burğ eidar (PAES, inscr. 1167, photo floue). Porte d'entrée d'une maison. Non vu.

59493 - Burğ et Qas (PAES, inscr. 1190, dessin p. 118). Chambranle avec un médaillon central appartenant à un ensemble non identifié. Chambranle : deux filets, listel, gorge segmentaire, listel avec un anglet. Corniche : après un rentrant, gorge, listel.

Fig. 149 - Linteau de la maison II de Darqītā.

Fig. 150 - Linteau du rez-de-chaussée de Bettir.

Fig. 151 - Linteau de l'étage de Bettir.

Fig. 152 - Linteau de 485 de Darqītā, maison I.

Fig. 153 - Linteau de 389 de Bābisqā.

Fig. 154 - Linteau de 407 de erbet Šeiḫ Barakāt.

2) Les médaillons

60348-49 - Kaukanāyā (AAES, inscr. 33). Cartouche flanqué de queues d'arondes.

61349-50 - Sinàr (PAES, inscr. 1206). Linteau non vu. D'après Butler, médaillon en relief avec une croix incisée en forme de chrisme à l'intérieur.

62352 - Bābisqā (AAES, inscr. 65, PAES, inscr. 1093 ; photo II B, p. 164). Médaillons de part et d'autre de la mouluration. La porte a disparu. D'après la photo de Butler, croix à six branches, gravée, inscrite dans un cercle à droite ; médaillon de gauche illisible.

63351-361 - es. Trois médaillons moulurés.

  1. Bâtiment 104 (Dēḥes I-III, p. 98), rez-de-chaussée. Disque à six rayons, en relief, représentant le soleil, flanqué de deux autels également en relief (voir la porte du Temenos de Burğ Bāqirḥā et la porte de Qirqbīze pour les autels).

  2. Même bâtiment (p. 97), étage. Croix simple en relief à droite de la mouluration, rien à gauche.

  3. Bâtiment 102 (Dēes I-III, p. 57). Croix gravée inscrite dans un cercle ; à restituer, autour de chaque branche, des éléments de feuillage, mais le médaillon a pu être gravé après coup. La date est donc douteuse.

64374 - Ǧuwānīye (AAES, inscr. 21). Portail non vu. Disque en forme d'étoile à cinq branches au centre d'une mouluration.

65384 (ou 391) - Bāqirā (AAES, inscr. 50). Croix simple gravée dans un cercle avec, dans chaque quadrant, les lettres alpha et oméga.

66386-87 - Kalōta (PAES, inscr. 1191, II B, p. 315). Linteau non vu. D'après Butler, croix en relief inscrite sur la mouluration.

67398 - Bābisqā (fig. 153) (AAES, inscr. 66). Deux croix inscrites dans un cercle, la seconde l'étant en outre dans un carré dont les diagonales sont tracées ; le tout grossièrement gravé, comme s'il s'agissait d'une esquisse inachevée.

68406-407 - Surqanīyā (PAES, inscr. 1196 avec photo). Médaillon au rez-de-chaussée, médaillon non vu au linteau de l'étage.

69407 - Ḫerbet Šei Barakāt (fig. 154) (PAES, inscr. 1126). Champ défini par un demi cercle contenant un médaillon, croix chrismée, et flanquée de deux médaillons : 18 pétales dont 6 en premier plan.

70412 - Deir Sētā (AAES, inscr. 16, Archit., p. 169 avec photo. De Vogué, pl. 123 et p. 100).

  1. Linteau inscrit, frise de médaillons sur la plate-bande : rosaces à six branches inscrites avec des perles dans les intervalles ; au centre, croix inscrite dans un cercle, les branches de la croix et le cercle sont en galons perlés, lettres alpha et oméga dans les deux quadrants inférieurs, dans le sens inverse de l'ordre alphabétique ; sur le cavet, fleurons non inscrits.

  2. Second linteau : deux médaillons, de part et d'autre de la mouluration. A gauche, chrisme inscrit, branches de la croix et cercle en galons perlés, lettres alpha et oméga, dans les quadrants inférieurs, dans le même sens que plus haut. Aux deux médaillons sont accolées, à l'extérieur, quatre feuilles disposées en carré. Un troisième médaillon, plus petit, en haut à gauche, partiellement détruit par un trou de poutres : sans doute une rosace à six pétales formant une corolle inscrite dans un cercle.

71421 - Fidre (PAES, inscr. 1139, II B, p. 248 ; IGLS, 459). Cartouche flanqué de queues d'arondes ; alpha et oméga gravés.

72423 - Zerzītā (PAES, inscr. 1119, II B, p. 459). Champ défini par un demi-cercle en relief ; au centre, médaillon fait de trois rangées de tiges entre deux cercles ; croix avec chrisme perlée, deux boucles aux extrémités de la branche horizontale ; deux médaillons de chaque côté : rosettes à douze pétales.

73431 - Kaukanāyā (AAES, inscr. 37 ; Archit. p. 179 avec photo). Non vu. Symboles chrétiens de chaque côté de la mouluration.

74443- 44 - Turlāhā (AAES, inscr. 43, p. 65). Médaillon au centre de la mouluration. Croix à huit branches inscrite dans un cercle. Les branches et le cercle sont des galons perlés. Perles également à l'intérieur.

75445- 46 - Kafr Nābū (fig. 155) (PAES, inscr. 1172, II B, p. 296). Médaillons sur le linteau de l'étage et sur les plaques de parapet de la loggia. Linteau : croix à six branches, inscrite dans un cercle, en galon perlé. Parapet à gauche, deux carrés emboîtés en galons perlés et inscrits dans un cercle. Au centre, cercles emboîtés. A droite, croix à huit branches inscrite dans deux cercles concentriques, le cercle extérieur étant en galon perlé.

76452 - Darqītā, maison XI (PAES, inscr. 1083, II B, p. 192 avec photo). Entre deux cercles cordelés, deux carrés emboîtés ; dans le cercle central, croix de Malte.

77456 - Darqītā, maison XIV (fig. 156) (PAES, inscr. 1081). Cartouche de plan trapézoïdal ; pas de moulure : médaillon au centre et deux de chaque côté, de plus petit diamètre ; médaillon central : cercle fait de perles et pirouettes, croix à huit branches inscrites ; les branches sont striées ; dans les intervalles, alpha et oméga ; médaillons latéraux : hélices.

78462 - Darqītā, maison II (PAES, inscr. 1082, II B, p. 190). Médaillon au centre de la mouluration, très érodé, croix grecque simple dans un cercle peut-être perlé.

79470 - Serğible, maison II. Portique (AAES, inscr. 94, Archit. p. 171). Sur les parapets du portique, deux croix simples et un médaillon illisible.

80472 - Deir Sim‘ān (Tchalenko III, p. 19 et II, pl. CXLIV). Trois médaillons ; au centre, sur un cartouche carré en saillie, croix à huit branches ancrées avec des perles dans les intervalles, le tout dans un cercle gravé ; à droite, même type inscrit dans deux carrés emboîtés, eux-mêmes compris dans un cercle ; à gauche, rosace à six pétales dans une corolle dans un cercle guilloché avec des perles dans les intervalles.

81475 - Bettir (AAES, inscr. 3). Au linteau du rez-de-chaussée, trois médaillons dont les cercles sont en galons perlés ; croix à huit branches au centre, rosaces à six pétales dans une corolle sur les côtés. A l'étage, six médaillons : cercles perlés, deux croix de Malte, rosaces à six pétales dans des corolles et deux médaillons illisibles.

82476 - Qāūra (AAES, inscr. 117 et 117a). Médaillon non lu.

83477-78 - (inédite, F. 116-24). Croix grecque non inscrite gravée au centre ; rosace dans une corolle inscrite gravée à gauche ; croix grecque inscrite à droite.

84479 - Deir Sim‘ān (AAES, inscr. 121 et PAES, inscr. 1154 avec photo). Trois médaillons ; au centre, croix à huit branches ancrées avec des perles et quatre demi-cercles avec des perles à l'extérieur ; de chaque côté, croix de Malte avec des perles.

85479 - Deir Sim‘ān (AAES, inscr. 122 ; PAES, inscr. 1155 avec photo). Médaillon au centre ; croix à six branches ancrées avec les instruments de la Passion dans les intervalles, le tout inscrit dans deux cercles concentriques ; cercle extérieur guilloché.

86493 - Burğ el Qas (PAES, inscr. 1190 avec dessin). Médaillon au centre du linteau du chambranle : chrisme inscrit avec alpha et oméga.

87501-502 -Surqanīyā (PAES, inscr. syr. 57). Médaillon très érodé, illisible.

88505 - Kafr Nābū (fig. 157) (PAES, inscr. 1173 II B, p. 297). Linteau inscrit ; au centre, croix de Malte inscrite dans deux cercles concentriques séparés par deux carrés emboîtés ; cercle extérieur billeté ; à gauche, rosaces à six pétales dans des corolles à l'intérieur d'un cercle billeté ; à droite, deux cercles, l'un billeté, l'autre, à l'intérieur, guilloché, avec une composition complexe de feuilles ; à l'étage, dans un carré, composition de huit cercles tangents deux à deux, au centre et aux extrémités des diamètres horizontaux et verticaux. Dans le bâtiment primitif, antérieur à l'inscription, trois linteaux offrent des médaillons.

89Dans le premier, chrisme inscrit au centre, hélice à droite, rosace à six pétales dans une corolle à gauche. Dans le second, trois médaillons inscrits dans des carrés.

90Au centre, dans un cercle, probablement une croix à huit branches ; à droite, croix grecque simple ; à gauche et au centre, croix de Malte, le reste de l'espace étant occupé par une combinaison géométrique déterminée par la rencontre de plusieurs cercles. A l'étage, croix de Malte inscrite.

91Sur la porte extérieure nord-ouest, postérieure au bâtiment initial : croix de Malte dans un cercle, lui-même inscrit dans deux carrés emboîtés.

92539-40- Surqanīyā (PAES, inscr. syr. 58, p. 49). Croix inscrite dans un cercle.

93543 - Kalōta (PAES, inscr. syr. 54, II B, p. 315). Sur le jambage de la porte, simple croix.

94553 - Bāšmišle (AAES, inscr. 47). Médaillon non vu.

95570 - Teltītā (AAES, inscr. 12). Croix inscrite à huit branches.

Fig. 155 - Maison de 445-46 de Kafr Nābū. (Loggia).

Fig. 156 - Linteau de 456 de la maison XIV de Darqītā.

Fig. 157 - Linteau de 505 de Kafr Nābū.

Fig. 158 - Linteaux du Ve siècle, type I (chaînons Nord).

Fig. 159 - Linteaux du VIe siècle, type II (chaînons Nord).

3 - Bilan

96Sans représenter la totalité du répertoire du décor des maisons, on peut estimer que ces 42 blocs datés indiquent les grandes lignes d'une évolution et permettent d'en situer les articulations majeures. Relevons tout d'abord un fait permanent : tout au long de la période IVe-VIe siècle, les moulurations sont sur des linteaux ; à l'exception des portes de 424 (Fidre), 462 (Bāšakūḥ) et 493 (Burğ el Qas), qui appartiennent sans doute aux entrées des maisons et non aux bâtiments d'habitation eux-mêmes, on ne rencontre ni chambranle mouluré ni porte à pilastres.

97Des changements importants s'observent, en revanche, dans les moulurations. Ils concernent la morphologie des moulures et leur succession. Trois périodes sont à distinguer.

LA PREMIÈRE PÉRIODE S'ACHÈVE VERS 407 - 412

98Les moulurations sont peu répandues et proches des types « classiques » ou même tout à fait « classiques », comme semble l'indiquer le linteau du milieu du IVe siècle de la maison I de Dēḥes. Mais s'agit-il d'un remploi ? Dans les autres cas, les moulures se succèdent dans le même ordre qu'avant : fasces, cavet ou tore et listel, mais leur importance relative a changé : le cavet tient une place plus grande et la mouluration est plus saillante. Les moulurations du IVe siècle ne diffèrent donc pas nettement de celles des IIe et IIIe siècles ; elles sauraient d'autant moins procurer un critère de datation sûr, par rapport à ces dernières, qu'il est malaisé de distinguer ce qui est dû à de la maladresse du sculpteur de ce qui tient à l'évolution des formes. La principale différence avec les moulures des IIe-IIIe siècles ne réside pas dans leur morphologie mais dans leur présence sur des maisons en appareil double irrégulier ou quadrangulaire et non plus seulement sur des constructions en appareil double polygonal ou orthogonal comme aux Ier-IIIe siècles. Si des exemples plus nombreux venaient confirmer cette observation, il faudrait donc placer à la fin du IIIe siècle le terminus ante de l'appareil polygonal.

UNE NOUVELLE PÉRIODE COMMENCE EN 412

99Rien n'est modifié dans l'ordre de succession des moulures (fig. 158), mais les changements constatés au IVe siècle, dans leur importance relative, sont accentués (type I) : le cavet est plus que jamais la moulure principale, le tore, auquel il était encore associé fréquemment, se réduit à une baguette. Du même coup, la morphologie du cavet est souvent altérée, sa concavité cesse d'être contenue dans un quart de cercle, elle se prolonge au contraire vers l'extérieur, en amorçant un retour. En même temps, on observe, d'un côté, une simplification, les fasces étant remplacées, au bas de la mouluration, par une simple plate-bande et, de l'autre, une plus grande complexité avec la multiplication des moulures secondaires : baguettes, filets et même denticules, qui se déplacent progressivement vers le bas de la mouluration. Ils sont situés sur la plate-bande inférieure en 412 et en 431, mais en dessous en 462 et 475. Même commentaire pour la doucine que pour le cavet : à partir de 462, premier exemple daté dans l'architecture domestique, elle présente une déformation prononcée par rapport à l'époque antérieure. Elle tend à se diviser en deux moulures distinctes, une plate-bande à la place de sa convexité et une gorge au lieu de sa concavité.

100On peut cependant s'interroger sur la valeur des critères de datation que ces changements paraissent procurer. L'échantillon sur lequel nos conclusions se fondent est, en effet, réduit et l'on constate que, dans l'architecture religieuse et funéraire, certains de ces changements se rencontrent plus tôt. Ceux que l'on a relevés dans la morphologie des cavets et des doucines s'observent sur des tombes du IVe siècle : tombe de Kfeir de 360 pour le cavet, tombes de Refāde de 398 et de 431-32 pour la doucine. Ce décalage chronologique traduit-il une réalité ou l'insuffisance de notre échantillon pour les maisons ? Même question à propos des églises : les changements dans la morphologie et dans l'ordre de succession des moulures apparaissent déjà dans les premières églises de Markianos Kyris dont le rôle novateur, dans l'architecture comme dans le décor, a été déjà souligné. Les preuves décisives font défaut pour répondre, en toute certitude, à ce problème. Il convient, toutefois, de relever que les tombes et les églises sont des constructions d'apparat et les changements observés dans les premières ne concernent pas les portes mais seulement les corniches. Quant aux secondes, elles sont caractérisées par des changements plus importants puisqu'ils touchent aussi bien la succession des moulures, leur importance relative et leur répertoire que la morphologie des cavets et des doucines, mais ils ne précèdent que de 20 ans ceux constatés dans le décor des maisons. Si ces observations sont exactes, on n'hésitera donc pas à attribuer le changement observé dans le décor des maisons, à partir des années 410, aux innovations introduites par Markianos Kyris dans le décor des églises. C'est pourquoi, nous repousserons à 390, le terminus post pour les innovations que nous avons signalées dans les moulurations.

Fig. 160 - Médaillons de type simple.

LA TROISIÈME PÉRIODE

101Avec la maison de Bettir. L'ordre de succession et la morphologie des COMMENCE EN 475 moulures (fig. 159) connaissent des changements radicaux. Plates-bandes et fasces disparaissent du bas des moulurations (type II). Au lieu d'une moulure principale, cavet ou doucine, encadrée par un listel et une plate-bande et par une série plus ou moins importante de moulures secondaires, on rencontre une succession de bandes biseautées, de bandeaux étroits et parfois de gorges. Toutes sont de même dimension, sculptées sur un même plan oblique par rapport à la face du linteau et inscrites dans un trapèze isocèle. La mouluration offre des proportions différentes de celles de l'époque précédente : sa longueur dépasse le double de la hauteur et non plus le triple. Le résultat de ces changements est que l'effet produit est nouveau : les moulurations consistent en une succession de lignes, une alternance de reliefs et de creux, au lieu de présenter une composition structurée.

102Après les moulures, les médaillons (fig. 160-161).

103A partir du IVe siècle, les médaillons sont des compositions géométriques, végétales ou mixtes, inscrites dans un cercle et conçues sur la base d'un symbole chrétien. On les rencontre sur les linteaux, seuls ou avec une mouluration, au centre ou sur les côtés, et aussi sur les plaques de parapets, voire sur les architraves des portiques. Un autre type de composition, hérité du IIIe siècle, se rencontre jusqu'au premier tiers du Ve siècle : le médaillon est sculpté à l'intérieur d'un champ délimité sur le linteau par un demi-cercle. Cette composition toutefois est peu répandue ; les exemples les plus récents sont à Ḫerbet Šeiḫ Barakāt (407) et à Zerzītā (423).

Fig. 161 - Médaillons de type complexe.

104Pour les médaillons eux-mêmes, une première période s'achève au début du Ve siècle. Elle est caractérisée par la persistance des symboles païens (autels comme dans le bâtiment 104 de Dēḥes) et par la simplicité des thèmes chrétiens (croix non inscrites en relief, croix grecques, ornées d'un rhô, avec alpha et oméga, ou à six branches inscrites dans un cercle). Le décor demeure très proche de la simple symbolique.

105La seconde période correspond au Ve siècle (de 407 à 504 d'après les exemples datés). Les médaillons apparaissent seuls, dans une frise, sur une moulure ou de chaque côté d'une mouluration. Sans avoir perdu, sans doute, leur destination prophylactique, ce sont de plus en plus des éléments décoratifs, si l'on en juge par les variations dont ils sont l'objet. A la base, quelques thèmes simples : croix grecques, à six ou à huit branches, chrismes, croix ornées d'un rhô, rosaces à six pétales réunies par un mince filament et, à partir de 445, hélices. Ces motifs sont gravés en relief, et parfois entourés ou constitués de galons perlés, de tiges, de motifs cordelés ou guillochés, pourvus de boucles à l'extérieur, ou de perles à l'intérieur. A partir de 445, d'après notre échantillon, un degré de plus est franchi dans le sens de la complication ; et on voit apparaître des compositions géométriques plus complexes : carrés emboîtés dessinant une étoile à six branches, ou cercles concentriques. Ces constatations procurent-elles des critères de datation précis ? Probablement pour le terminus post, puisque la date où ces compositions apparaissent dans l'architecture domestique conduit à les mettre en relation avec les innovations de Markianos Kyris, mais la réponse est plus douteuse que pour le terminus ante.

106A partir de 504, toujours d'après notre échantillon, apparaissent des médaillons où le motif de base est rejeté à l'arrière-plan par la complexité de la composition : cercles sécants, profusion de perles et de motifs cordelés ou guillochés, association de compositions géométriques et végétales.

107Le décor des maisons, mouluration et médaillons, offre-t-il des critères de datation sûrs ? Il est manifeste qu'il procure des terminus post, mais il est douteux qu'il fournisse des terminus ante. En effet, on constate que les nouvelles formes n'éliminent pas toujours les anciennes, même si elles les supplantent. Il procure donc des critères moins utiles et surtout moins précis que l'appareil des murs. Grâce à la solidité des terminus post qu'il fournit, il permettra sans doute en revanche de préciser la chronologie absolue des appareils et, ainsi, de déterminer les tranches de temps dans lesquelles il conviendra de répartir les pièces des maisons.

C - APPAREIL DES MURS ET DÉCOR : DÉTERMINATION DES TRANCHES DE TEMPS

108La confrontation des données relatives à l'appareil des murs et au décor apporte des confirmations et des précisions.

1 - Les confirmations

109Les confirmations concernent les constructions dont les murs appartiennent à un seul type d'appareil. C'est sur les appareils grossiers que les données sont les moins nombreuses, ce qui ne saurait étonner puisqu'il s'agit de l'appareil le moins cher et que le décor est un élément coûteux. Nous en avons deux exemples avec des moulures placées sur des cartouches de plan trapézoïdal et quatre médaillons, tous de type simple. Les moulures indiquent tout de même que ce type d'appareil a été employé jusque très avant dans le Ve siècle. Nous estimerons donc que sa période d'utilisation s'étend de 210 à 480, soit près de trois siècles.

110Les constructions en appareil double irrégulier sont à peine plus décorées : dix-neuf exemples au lieu de six. Dans huit cas, ce sont des moulures ; dans les onze cas restants, trois sont des croix et trois autres des croix de Malte. Cette relative rareté du décor, aussi bien que sa nature, invite à situer vers 380-90 le terminus ante, les cas d'une utilisation plus récente étant sans doute rares.

111Dans les constructions en appareil double quadrangulaire, le décor est beaucoup plus abondant : 102 cas, et sa répartition entre les moulures et les médaillons est inverse : 25 moulurations et 77 médaillons. Les moulurations, du fait de l'abondance des cavets (13) et de l'importance des doucines (8), confirment que c'est un appareil du Ve siècle (tab. 7).

Tab. 7 - Répartition du décor et appareil des pièces.

Tab. 7 - Répartition du décor et appareil des pièces (suite et fin).

112Deux cas de moulurations de type classique indiquent tout de même une utilisation, mais rare, au IVe siècle et un cas de mouluration inscrite dans un cartouche de plan trapézoïdal montre que le terminus ante doit être placé vers 480-90 plutôt que vers 445-50, comme le suggérait l'épigraphie. Quant aux médaillons (76 en tout), ils appartiennent, dans leur très grande majorité, à des types simples : dix seulement sont de type plus complexe, ce qui confirme ce que nous avons dit à propos des moulurations.

113Les éléments de décor se rencontrent surtout sur les bâtiments en appareil orthogonal simple : 254 en tout contre 199 pour toutes les autres constructions. Moulurations ou médaillons, ce sont des formes attestées à partir du début du Ve siècle ou seulement après 480. Or, d'après l'épigraphie, le terminus post pour l'utilisation exclusive de l'appareil orthogonal se situe vers 470, bien qu'il en existe quelques exemples à partir de 445. Deux hypothèses sont donc à envisager : ou bien il convient de remonter jusqu'au début du Ve siècle, ou bien il faut admettre que les formes attestées à partir de 410 sont restées en usage au-delà de 480, après l'apparition des moulurations inscrites dans des plans trapézoïdaux et des médaillons offrant des compositions complexes. C'est évidemment la seconde hypothèse qui est la bonne, puisque l'épigraphie donne quelques exemples incontestables de cette survivance, de même, d'ailleurs, que de celle des formes plus simples du IVe siècle. Nous maintiendrons donc en 450 le terminus post pour l'utilisation exclusive de l'appareil orthogonal simple.

2 - Précisions

114Pour les constructions associant des appareils différents, la répartition du décor apporte des précisions. Elle confirme que l'association des appareils doubles grossier et irrégulier avec l'appareil double quadrangulaire et l'appareil orthogonal simple est un phénomène rare dont le champ chronologique correspond en gros au Ve siècle. On relève en effet l'absence de mouluration de type classique ainsi que de moulurations inscrites dans un cartouche trapézoïdal. Même constatation pour les médaillons à thèmes complexes caractéristiques du VIe siècle.

115L'association de l'appareil double quadrangulaire et de l'appareil orthogonal simple est en revanche très répandue : 39 éléments de décor, auxquels il convient d'ajouter, sans doute, les 25 éléments situés sur des constructions combinant un appareil orthogonal et un appareil double indéterminable, à cause de l'état de dégradation des murs mais dont on peut penser que, dans la plupart des cas, il était quadrangulaire. Dans ces deux types de constructions, les moulurations sont moins nombreuses que dans les bâtiments en appareil quadrangulaire et en appareil orthogonal, et aucune d'elles n'offre de profil « classique ». Comme dans les premiers, et à la différence de ce que l'on observe dans les seconds, on ne trouve guère de moulurations sculptées sur des cartouches de plan trapézoïdal. Ces faits semblent indiquer, pour cette association, une période d'utilisation similaire à celle de l'appareil quadrangulaire. La répartition des médaillons invite, cependant, à nuancer cette affirmation pour l'amont : des motifs déjà très fréquents au IVe siècle, tels que les croix et les rosaces à six pétales, le sont dans les constructions en appareil quadrangulaire (respectivement 20 et 12) mais non dans les constructions en appareil mixte (2 et 3, 5 et 1). Il conviendra donc de placer vers 410 le terminus post des constructions en appareil mixte, date à laquelle apparaissent des compositions ornementales plus complexes dans les médaillons, et qui est également celle de la construction de la première maison en appareil orthogonal simple, à Deir Sētā. En fin de compte, tout se passe comme si l'appareil quadrangulaire double avait été utilisé exclusivement à partir de 380-390, de manière encore prépondérante à partir de 410, mais en reculant progressivement devant les formules mixtes.

116Cette observation conduit à une remarque générale : l'évolution des appareils des murs et celle du décor de maisons semblent avoir été similaires, en ce sens que toutes observent les mêmes inflexions (vers 380-90, vers 410, et vers 470-480). Concordance qui ne saurait étonner puisqu'elles relèvent, l'une et l'autre, de l'histoire économique.

3 - Détermination des tranches de temps

117Sur la base de ce qui précède, il convient donc, maintenant, de déterminer les tranches de temps dans lesquelles on pourra classer toutes les constructions des chaînons nord d'après des critères précis. Pour éviter que la recherche d'une précision excessive, eu égard à la nature des données, n'entraîne des erreurs de datation, nous avons fixé, à ces tranches de temps, des limites larges chaque fois qu'un doute se présentait et adopté des critères explicites.

118Cinq tranches de temps peuvent être ainsi distinguées :

  1. La première s'étend de 210 à 480 : Elle correspond aux constructions en appareil double grossier. Nous avons vu qu'on ne pouvait exclure que cet appareil ait été en usage au IIIe siècle et 207 est la date de la plus ancienne maison datée du Massif calcaire. D'après le décor et l'association de cet appareil avec l'appareil orthogonal simple, il convient de descendre jusqu'en 480. Au total, cet appareil a été en usage durant 270 ans.

  2. La seconde tranche s'étend de 210 à 380-90 : Elle comprend toutes les constructions en appareil double polygonal et irrégulier et les bâtiments en appareil orthogonal simple que leur décor situe avant l'adoption du christianisme. C'est dans cette catégorie qu'il convient de placer les maisons de Bāmuqqa et de Benēbil, bien qu'elles soient antérieures au IIIe siècle, et ne doivent qu'à leur exceptionnelle solidité d'avoir subsisté, et aussi la maison de Ǧuwānīye dont l'assise inférieure atteint près de 2 mètres de hauteur, tandis que l'épaisseur des suivantes décroît. Il est manifeste que la date de certains bâtiments pourrait être déterminée avec une plus grande précision : c'est le cas des constructions datées par l'épigraphie et aussi de quelques autres, dont l'ornementation présente des caractères particuliers. Une telle précision est superflue, dans la perspective où nous nous situons, dès lors qu'elle se limite à quelques bâtiments. Seuls importent ici les grands nombres.

  3. La troisième tranche s'étend de 330 à 480 : Il convient d'y ranger tous les bâtiments en appareil double quadrangulaire dépourvus de décor ou dont le décor est attesté dès le IVe siècle.

  4. La quatrième tranche s'étend de 410 à 480 : Elle comprend toutes les constructions en appareil mixte, double quadrangulaire et orthogonal simple, et celles des constructions en appareil quadrangulaire que leur décor situe après 410.

  5. La cinquième tranche s'étend de 450 à 550 : Le terminus ante de 550 est déterminé par l'absence de maisons datées par l'épigraphie après cette date, alors qu'avant on en trouve généralement deux par décennie. Pour le terminus post, on peut hésiter entre 445 et 480. Nous avons opté pour la première date bien qu'entre 445 et 480, l'appareil orthogonal soit encore souvent associé à l'appareil quadrangulaire et que l'épigraphie atteste seulement à partir de 480 son utilisation exclusive, avec la fréquence que nous venons de signaler. Il est vrai toutefois que les moulurations sculptées dans des cartouches de plan trapézoïdal caractérisant presque exclusivement les bâtiments en appareil orthogonal simple apparaissent après 475. Ici aussi, nous avons préféré sacrifier la précision à la sécurité.

D - UNE MÉTHODE DE DATATION À L'ÉPREUVE DES FAITS : COMPLÉMENTS ET DIFFICULTÉS

119Dans la pratique, toutes les constructions ont pu être rangées dans une des tranches de temps déterminées plus haut, aucun des critères définis ne s'étant avéré ambivalent. Deux remarques cependant sont à ajouter. La première est que, pour les périodes antérieure à 330 et postérieure à 480, les blocs décorés ayant servi d'échantillons ne sont pas représentatifs de tout le répertoire. Seconde remarque, dans quelques cas peu nombreux, les bâtiments sont malaisés à dater car l'appareil des murs et le décor indiquent des époques différentes.

1 - Des compléments

BÂTIMENTS ANTÉRIEURS AU IVe SIÈCLE

120Le décor du bâtiment de Ḫerbet Šarqīye-Silfāya (fig. 162), construit en appareil orthogonal double, le situe avant le IVe siècle. La profusion de l'ornementation indique par ailleurs qu'il ne s'agit pas d'une simple maison mais, peut-être, d'un andrôn ou d'un temple. La mouluration du linteau est évidemment conçue à l'imitation de l'entablement des temples. Elle comprend deux sections séparées par une moulure de raccordement : en bas, deux fasces, filet, tore, cavet, listel ; en haut, filet, baguette, denticules, cavet, plate-bande surmontée de modillons, listel, filet, doucine, listel. Certains bâtiments en grand appareil polygonal et en appareil irrégulier soigné ne sont pas décorés : c'est le cas à Brād, au voisinage de la maison 207, à Dēḥes pour les « villas » 37 et 43 et à Refāde pour la maison 1. D'autres ont des linteaux moulurés. Parmi eux, on trouve d'abord ceux dont les jambages de porte sont des pilastres et qui comportent, sur les linteaux, des moulurations de type classique. A Sinḫār et à Bābuṭṭā (fig. 163), les pilastres, comme le linteau, offrent une même prédominance des moulures plates avec la combinaison tore-cavet pour la jonction. Dans les deux cas, l'appareil est double, polygonal à Bābuṭṭā et irrégulier, avec petits blocs, à Sinḫār.

121A Kimār (fig. 164-165), dans la maison déjà évoquée, les linteaux sont décorés à l'étage et au rez-de-chaussée. A l'étage, la mouluration est similaire à celle du bâtiment de Silfāya, avec deux parties évidemment distinctes. L'une, en bas, est conçue à l'imitation des architraves, tandis que l'autre est inspirée par l'entablement des temples romains. Quelques différences toutefois : dans la partie inférieure, après deux fasces et un filet on trouve, non pas un tore et un cavet sous le listel, mais seulement un tore. En haut, après la séquence : denticules, plate-bande et modillons, nous avons une doucine cambrée, semblable aux doucines archaïques de Palmyre. Cette moulure, difficile à dater, est évidemment antérieure au IVe siècle. Au rez-de-chaussée, sur le linteau, est sculpté un arc de cercle au milieu duquel se trouve un autre cercle comportant, au centre, un motif circulaire en relief. Ce décor évoque certaines tombes de Petra (tombes 439 et 440) ; il est évidemment ancien mais son origine est obscure et il est impossible de la dater avec précision. Il se rencontre aussi sur le linteau d'un bâtiment en appareil polygonal très dégradé de Šeiḫ Sleimān (fig. 166), et nous avons noté des prolongements jusqu'au début du Ve siècle, à Ḫerbet Šeiḫ Barakāt et à Zerzītā (fig. 167).

Fig. 162 - Linteau de erbet Šarqīye-Silfāya.

Fig. 163 - Linteau de la maison de Bābuṭṭā.

Fig. 164 - Maison de Kimār : linteau de l'étage. Fig.

165 - Maison de Kimar : linteau du R. de Ch..

Fig. 166 - Linteau d'une maison de Šeiḫ Sleimān.

Fig. 167 - Linteau de Zerzitā (Ve siècle).

Fig. 168 - Linteau d'une maison de Nūrīye.

Fig. 169 - Linteau d'une maison de Sinḫār.

Fig. 170 - Linteau d'une maison de Bāšakūḥ.

Fig. 171 - Linteau du bâtiment de Šeiḫ Sleimān.

Fig. 172 - Linteau des portes intérieures du même bâtiment de Šeiḫ Sleimān.

122Le bâtiment en appareil polygonal de Nūrīye (fig. 168) n'est pas décoré mais le linteau de la porte d'entrée de la maison est mouluré. D'exécution grossière et sans parallèle connu, la mouluration a été à l'évidence conçue à l'imitation de l'entablement des temples doriques. Au-dessus d'une rangée de denticules, d'un filet et d'une petite doucine, on a en effet une succession de triglyphes et de métopes muettes.

123La mouluration du bâtiment de Sinḫār (fig. 169) portant l'inscription grecque n° 398 (IGLS II), s'écarte du schéma bien connu, tout en restant conforme aux caractéristiques évoquées plus haut dans son allure générale et dans le détail de ses moulures. Le chambranle mouluré comporte trois plates-bandes en encorbellement et un listel avec un anglet ; il est surmonté d'une corniche également moulurée : baguette, filet, listel. A Bāšakūḥ (fig. 170), on rencontre un chambranle de même type mais la corniche se limite à deux filets, dont l'un est surmonté de denticules, et à un listel.

124Le bâtiment de Šeiḫ Sleimān (fig. 171) s'écarte nettement des normes communes. Le linteau offre un décor massif, grossièrement exécuté, dont la partie inférieure est une mouluration constituée de baguettes et de filets alors que la partie supérieure est une plate-bande fortement saillante, plus large aux deux extrémités qu'au centre, divisée en longueur par des plates-bandes secondaires et à laquelle sont suspendus des denticules irréguliers. Cette mouluration forme un contraste complet avec le décor des deux portes intérieures (fig. 172) sur lesquelles sont plaquées trois demi-colonnes surmontées de chapiteaux ioniques portant deux arcs moulurés et décorés. Ils offrent, au-delà de trois fasces, un rinceau de vigne élégamment déployé et sculpté avec précision avec deux guirlandes suspendues de chaque côté. Il ne peut subsister de doute sur la date de ce bâtiment, bien que son décor s'écarte de ce que l'on trouve ordinairement ailleurs.

125La mouluration du bâtiment 17 de Dēḥes est trop dégradée pour être lue avec précision : son allure générale paraît toutefois la situer avant le IVe siècle.

126Nous avons distingué un second type de décor constitué de symboles empruntés au paganisme sur des bâtiments en appareil irrégulier. On trouve des motifs de cette sorte (soleil, croissant de lune, couronne de laurier, bucrâne et épi de blé) à Ḫarāb Šams (fig. 173) et sur plusieurs linteaux de Qāṭūra (fig. 174-175). Un autre type de décor se réduit à un cartouche à queues d'arondes où une inscription était peut-être peinte, à moins qu'il ne se soit agi, comme à Qāṭūra, d'une rosace à six branches.

BÂTIMENTS POSTÉRIEURS À 480

127Dans ces bâtiments, les médaillons sont innombrables. Leur étude, menée par S. Bavant, permettra peut-être de préciser leur chronologie. Aucun de ceux que nous avons vus ne conduit à remettre en cause le classement effectué sur la base des blocs datés. Aucun médaillon à composition compliquée n'ayant été trouvé sur un bâtiment en appareil double, il n'y a pas d'indice de leur présence avant 450-480.

128Les deux types de moulurations définis précédemment rendent compte de presque toutes les moulurations rencontrées. Deux remarques toutefois ; l'une est le petit nombre de doucines : nous n'en avons trouvé aucune, avec les déformations indiquées, sur un bâtiment en appareil double, ce qui conduirait à penser qu'elles sont rares ou inexistantes dans l'architecture domestique avant 450. Ce fait est étonnant et inexplicable car de telles doucines se rencontrent dans les églises dès la fin du IVe siècle. Autre remarque : il existe, à Bābisqā (fig. 176), un type de mouluration qui s'écarte quelque peu des deux types évoqués dans le bâtiment en appareil orthogonal de la maison 12, dont la date de construction, d'après sa situation dans le village, ne peut être antérieure à 480. Son organisation générale le rapproche des linteaux pourvus d'un cartouche de plan trapézoïdal, mais le profil n'est pas le même. On distingue nettement une hiérarchie parmi les moulures et certaines portent des frises : fasces, cavet, tore, listel, doucine légèrement cambrée avec une frise d'acanthes et de palmettes, listel, quart-de-rond avec un rinceau d'acanthes, de part et d'autre d'un médaillon avec croix à six branches. Il existe un contraste entre les acanthes de la frise et celles du rinceau. Les premières sont rendues avec réalisme, folioles et digitations étant bien dessinées, alors que les secondes sont stylisées. Ce type de mouluration est contemporain ou postérieur à 480.

Fig. 173 - Linteau de la porte de Ḫarāb Šams.

Fig. 174 - Linteau de Qāṭūra.

Fig. 175 - Autre linteau de Qāṭūra. Fig.

176 - Linteau de la maison 12 de Bābisqā.

Fig. 177 - Linteau du r. de ch. de la maison de Bāmuqqa.

Fig. 178 - Linteau de l'étage de la maison de Bāmuqqa.

2 - Datations difficiles

1291) Trois maisons à Ğuwānīye, Bāmuqqa et Benēbil doivent être situées avant le IVe siècle, bien que leurs murs soient en appareil orthogonal simple (fig. 177-178). Celle de Ğuwānīye parce que ses murs offrent des assises très épaisses en bas (jusqu'à 2 mètres) mais d'épaisseur décroissante ensuite ; cette irrégularité est signe d'archaïsme ; au reste, le décor d'exécution grossière du linteau l'apparente à des bâtiments d'époque païenne. Dans les maisons de Bāmuqqa et de Benēbil (fig. 179-180-182) décrites plus haut, au contraire, les assises des murs sont d'une remarquable régularité mais les moulurations sont similaires à celles de Berriš-nord et de Silfāya, dans leur allure générale et dans le détail. Même remarque, enfin, à propos des chapiteaux de Benēbil (fig. 181), qui seraient peut-être même du Ier siècle après J.-C. En fait, ces bâtiments sont manifestement d'époque païenne, l'appareil des murs constituant un indice moins déterminant que le décor, puisque, nous l'avons signalé, il dépend non des connaissances techniques mais des usages et que, dans ce domaine, il existe des exceptions. Il n'en demeure pas moins que l'on ne s'explique pas la singularité de ces maisons de ce point de vue, alors que rien dans leur plan ni dans leurs dimensions ne permet de les classer à part.

1302) Certaines attributions douteuses concernent la période 280-410. Le IVe siècle est en effet une période de transition pour les appareils comme pour le décor, particulièrement pour les moulures. Tel est le cas des maisons 1 de Qirqbīze (fig. 183), 30 de Bābisqā et 10 de Bānaqfūr.

131La première est datée par G. Tchalenko de la fin du IIIe ou du début du IVe siècle. Il est vrai que la moulure du chambranle de l'entrée offre un profil presque classique, mais la structure des linteaux est conforme à un type fréquent au Ve siècle et la doucine et le cavet, sans être affectes par les déformations que l'on connaîtra plus tard, occupent une place dominante qu'elles avaient rarement avant le IVe siècle. Il conviendrait donc de la situer plus bas dans le IVe siècle. Ces remarques valent aussi pour l'église voisine, avec, en plus, une ressemblance entre la frise de médaillons de la bande biseautée de la porte d'entrée et celle du linteau de la maison 412 de Deir Sētā : elle ne se situerait donc pas au début, mais à la fin du IVe siècle. Aucune certitude ne peut toutefois être acquise.

132La datation de la maison 30 de Bābisqā (fig. 184) fait également difficulté. Le mur de façade, mais lui seul, est en appareil orthogonal, donc probablement postérieur à 400. La porte est à pilastres, ce qui la situerait avant 340. La mouluration est surmontée de larges festons en demi-cercles d'allure archaïque ouverts vers le haut. Quant à la mouluration, elle se compose de deux fasces, filet, doucine fortement cambrée, listel. Nous daterons donc ce bâtiment de la seconde moitié du IVe siècle, accordant une plus grande signification à la moulure qu'aux autres indices. Notons d'ailleurs que les blocs de cette section de mur sont de plus grand format que ceux des bâtiments dont on sait avec certitude qu'ils sont postérieurs à 400.

133Même dilemme pour la maison de Bānaqfūr (fig. 185). Les parties basses sont en appareil polygonal ou irrégulier mais, soit que le bâtiment ait été partiellement détruit, soit qu'on ait voulu le surélever, comme ce fut le cas pour la maison XIV de Darqītā, la partie haute est en appareil orthogonal simple. Ce deuxième état est daté par le linteau mouluré de la porte de l'étage. Sa structure est du type dominant entre 400 et 480, mais la moulure principale est une doucine cambrée : n'était l'appareil du mur, nous daterions le bâtiment de la seconde moitié du IVe siècle et c'est bien ce qu'il convient de faire, tout en repoussant vers l'amont la date à partir de laquelle l'appareil orthogonal simple peut être utilisé dans l'architecture domestique.

Fig. 179 - Linteau de l'entrée de la maison de Benēbil.

Fig. 180 - Fenêtre de l'étage.

Fig. 181 - Chapiteau de Benēbil.

Fig. 182 - Porte de l'étage de la maison de Benēbil.

Fig. 183 - Maison 1 de Qirqbīze.

Fig. 184 - Linteau de la maison 30 de Bābisqā.

Fig. 185. Détail de l'appareil de la maison de Bānaqfūr.

134Comme on le volt, des incertitudes subsistent quant à la chronologie des bâtiments, en raison du trop petit nombre d'exemples datés. Mais les cas difficiles sont rares, et ne sont pas de nature à remettre en cause le schéma d'ensemble.

1353) Les portiques datés par l'épigraphie sont tous postérieurs à 470. Au rez-de-chaussée, ils comportent des piliers ; à l'étage, certains ont des piliers, d'autres des colonnes et des chapiteaux. Ces deux catégories ne correspondent pas à une succession : la première est représentée à Serğible (Maison I de 471, fig. 188), Kafr Nābū (504) et Zerzītā (juin et septembre 539) ; la seconde à Serğible (Maison II, 470, fig. 186), Kfellūsīn (473), Brād (496), Refāde (510 et 516) et enfin Fidre (531). Les chapiteaux sont toujours de type ionique ; or, nous savons qu'il existe des chapiteaux corinthiens à la fin du Ve siècle dans les portiques de la maison I de Dēḥes, à une époque où l'on a aussi recours aux chapiteaux ioniques. Dans ce domaine aussi, on constate une concomitance et il faut penser qu'elle caractérise toute la période, puisque la dernière maison datée des chaînons septentrionaux que l'on a retrouvée est de 545 (Refāde, Maison IV, fig. 187). Même constatation à propos des moulurations des architraves : on n'en trouve pas à Kafr Nābū (504), Fidre (531) et Zerzītā (Juin et septembre 539) alors qu'il en existe, à l'étage, à Serğible (Maison II de 470), Brād (496) et Refāde (510 et 516). Les portiques où le décor occupe la plus large place ne sont ni les plus anciens ni les plus récents : ce sont ceux de Serğible (fig. 188-189), dont les architraves sont moulurées au rez-de-chaussée et à l'étage (470 et 471), et celui de Refāde (516), dont la mouluration de l'étage offre des décrochements en forme de demi-cercles, au milieu des entraxes. Dans plusieurs portiques, la moulure de l'architrave est prolongée sur les deux piliers latéraux, rassemblant ainsi, dans un même cadre, des éléments aussi différents que les piliers et l'architrave : cette composition se trouve déjà, en fait, sur la loggia de la maison 445 de Kafr Nābū ; la moulure s'enroule parfois à la base des piliers de chaque extrémité (tab. 8).

Fie. 186 - Portique de la maison II de Serğible.

Fig. 187 - Portique de la maison II de Serğible.

Fig. 188 - Portique de la maison I de Refāde.

Fig. 189 - Chapiteaux du portique de la maison 1 de Refāde : par ordre N° 1 - 2 - 4 et 5.

Tab. 8 - Chronologie des portiques datés par des inscriptions des Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa.

136Du point de vue qualitatif, les moulurations sont du même type : plusieurs fasces, doucine et listel. La doucine est très déformée par rapport à son origine classique : la convexité est raccourcie, ou épaissie et pendante, ou encore épaissie de telle sorte qu'elle évoque un listel alors que la partie concave devient une gorge. Elle est ainsi à la limite de la désintégration. Butler a tenté, mais en vain, de situer ces déformations dans une évolution continue : en fait, tous les genres de déformations se retrouvent à toutes les époques. Notons, en laissant de côté la question des origines, que cette déformation va au-delà de la « cambrure » évoquée par H. Seyrig à propos des doucines les plus anciennes de Palmyre.

137Les chapiteaux sont ioniques, doriques, toscans ou corinthiens.

138Les chapiteaux ioniques sont les plus nombreux : les volutes sont représentées avec schématisme et raideur.

139Les chapiteaux doriques et toscans, plus rares, n'offrent aucun trait remarquable. Les chapiteaux corinthiens se divisent en deux catégories, les uns offrent le même archaïsme que les précédents, les autres, au contraire, comme ceux des bâtiments 101 et 102 de Dēḥes, présentent des analogies avec ceux du reste de l'Empire, probablement par imitation des chapiteaux des églises, mais ils sont rares. Les piliers ont parfois des moulurations et des médaillons au sommet. On retrouve le même répertoire que sur les linteaux. Un exemple particulièrement riche est donné par la maison 13 de Dēḥes : denticules, doucine, listel ; mais la partie convexe de la doucine est de section carrée et entièrement disjointe de la partie concave qui forme une gorge. Cette disjonction est soulignée par le décrochement en demi-cercle qu'elle dessine du côté extérieur. Il n'est pas possible de dater ce genre de piliers mais il est vraisemblable qu'ils sont postérieurs à 480. On rencontre parfois aussi des chapiteaux à consoles aux sommets des piliers.

140Au total, il n'existe pas de critère de datation sûr pour les portiques.

Table des illustrations

Légende Fig. 129 - Appareil double polygonal (Refāde).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 130 - Appareil double irrégulier.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 131 - Appareil double quadrangulaire.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 132 - Ḫerbet Šeiḫ Barakāt : maison de 236.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-4.png
Fichier image/png, 680k
Légende Fig. 133 - Appareil orthogonal simple.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 134 - Appareil quadrangulaire double.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Tab. 1 - Chronologie des appareils d'après l'épigraphie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Légende Tab. 1 - Chronologie des appareils d'après l'épigraphie (suite)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Légende Tab. 1 - Chronologie des appareils d'après l'épigraphie (suite et fin)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Tab. 2 - Répartition par tranches de temps des appareils des murs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 135 - Associations d'appareil : Darqītā, maison 30.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Tableau 3 - Relation de l’appareil double avec les autres appareils
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 136 - Associations d'appareil : Darqītā. maison 30.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-13.png
Fichier image/png, 670k
Légende Tab. 4- Relation de l'appareil double quadrangulaire avec les autres appareils.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Tab. 5 - Relation de l'appareil double grossier avec les autres appareils.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Tab. 6 - Relation de l'appareil orthogonal avec les autres appareils.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 137 - Linteau de 207 de Brād.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 138 - Linteau de 231 de Berrīš -nord.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 139 - Linteau de 272 de Sinḫār.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig.140 - Linteau de 308 de Kafr Nābū.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 141 - Linteau du bâtiment 107 de Dēḥes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 142 - Linteau de la maison I de Dēḥes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 143 - Linteau de 402 de Ḫerbet Tīzīn.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fïg. 144 - Linteau de 412 de Deir Sētā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 145 - Second linteau de 412 de Deir Sētā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 146 - Linteau de la maison V de Darqītā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 147 - Linteau de 439 de Refāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Fig. 148 - Linteau de la maison XIV de Darqītā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 149 - Linteau de la maison II de Darqītā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 150 - Linteau du rez-de-chaussée de Bettir.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 151 - Linteau de l'étage de Bettir.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Fig. 152 - Linteau de 485 de Darqītā, maison I.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 153 - Linteau de 389 de Bābisqā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 154 - Linteau de 407 de Ḫerbet Šeiḫ Barakāt.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 155 - Maison de 445-46 de Kafr Nābū. (Loggia).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Légende Fig. 156 - Linteau de 456 de la maison XIV de Darqītā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende Fig. 157 - Linteau de 505 de Kafr Nābū.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 158 - Linteaux du Ve siècle, type I (chaînons Nord).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende Fig. 159 - Linteaux du VIe siècle, type II (chaînons Nord).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Légende Fig. 160 - Médaillons de type simple.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 161 - Médaillons de type complexe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Tab. 7 - Répartition du décor et appareil des pièces.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Tab. 7 - Répartition du décor et appareil des pièces (suite et fin).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Légende Fig. 162 - Linteau de Ḫerbet Šarqīye-Silfāya.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Légende Fig. 163 - Linteau de la maison de Bābuṭṭā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende Fig. 164 - Maison de Kimār : linteau de l'étage. Fig.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende 165 - Maison de Kimar : linteau du R. de Ch..
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 166 - Linteau d'une maison de Šeiḫ Sleimān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 167 - Linteau de Zerzitā (Ve siècle).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 168 - Linteau d'une maison de Nūrīye.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 169 - Linteau d'une maison de Sinḫār.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 170 - Linteau d'une maison de Bāšakūḥ.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 171 - Linteau du bâtiment de Šeiḫ Sleimān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 172 - Linteau des portes intérieures du même bâtiment de Šeiḫ Sleimān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Légende Fig. 173 - Linteau de la porte de Ḫarāb Šams.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 174 - Linteau de Qāṭūra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 175 - Autre linteau de Qāṭūra. Fig.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende 176 - Linteau de la maison 12 de Bābisqā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 177 - Linteau du r. de ch. de la maison de Bāmuqqa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 178 - Linteau de l'étage de la maison de Bāmuqqa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 179 - Linteau de l'entrée de la maison de Benēbil.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Légende Fig. 180 - Fenêtre de l'étage.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 181 - Chapiteau de Benēbil.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 182 - Porte de l'étage de la maison de Benēbil.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Légende Fig. 183 - Maison 1 de Qirqbīze.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 184 - Linteau de la maison 30 de Bābisqā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 185. Détail de l'appareil de la maison de Bānaqfūr.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fie. 186 - Portique de la maison II de Serğible.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 187 - Portique de la maison II de Serğible.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 188 - Portique de la maison I de Refāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 189 - Chapiteaux du portique de la maison 1 de Refāde : par ordre N° 1 - 2 - 4 et 5.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Tab. 8 - Chronologie des portiques datés par des inscriptions des Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4355/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 624k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search