Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Identification et classement des constructions

II. Les autres constructions

Texte intégral

1En dehors des thermes de Serğilla, de l'andrôn de Mē‘ez et des auberges de Deir Sim‘ān, des sanctuaires païens, des églises et des couvents, nous envisagerons ici les bâtiments qui, par leur morphologie, diffèrent des maisons. Ces bâtiments peuvent être qualifiés de publics, soit par leur destination, soit par leur statut. Bien qu'il soit impossible de savoir quelles maisons ont servi de bâtiments publics, on doit estimer que ce fut souvent le cas.

1 - Les sanctuaires

2Païens ou chrétiens, ils se reconnaissent aisément. Nous nous bornerons à rappeler leurs caractères principaux. Tous sont entourés d'un mur de clôture.

  • 1 G. Tchalenko : Villages, p. 13 à 16.

3Les sanctuaires païens s'organisent à l'intérieur d'un péribole, autour d'un temple (fig. 93) ; ce sont des « hauts lieux », sièges d'un culte ancien continué sous une forme romanisée, ou des sanctuaires villageois dédiés à la Fortune du village1. Ce sont parfois de simples salles de banquets installées dans une pièce souterraine. Dénués de caractère particulier, ces sanctuaires s'apparentent aux sanctuaires romains que l'on trouve en grand nombre dans le reste de la Syrie, notamment au Liban et dans l'Anti-Liban.

4Les églises aussi sont entourées d'un mur de clôture. Au-delà les changements intervenus dans leur structure, avec le passage de la basilique à colonnes à la basilique à piliers dans la seconde moitié du Ve siècle, et aussi dans la nature et dans l'abondance de l'ornementation, elles ont conservé une même organisation générale : une cour, généralement au sud de la basilique, parfois un bâtiment d'habitation et un baptistère. Les différences entre les églises d'Antiochène et d'Apamène sont architecturales, elles ont des implications liturgiques mais n'affectent pas la conception générale qu'elles expriment.

2 - Les couvents

  • 2 Ibidem, p. 19 à 21.

5En attendant l'achèvement des travaux de J.-L. Biscop sur les couvents d'Antiochène et de J.-P. Fourdrin sur les couvents d'Apamène, rien ne peut être dit de nouveau2.

6Les couvents d'Antiochène comprennent une église, parfois une simple chapelle, à laquelle on pouvait accéder directement de l'extérieur, un tombeau collectif, une habitation ordinaire et un ou plusieurs bâtiments offrant, sur deux ou trois niveaux, une salle rectangulaire entourée de portiques à piliers, sans décor, à tous les niveaux sur trois ou quatre côtés (fig. 94). La destination de ce dernier bâtiment n'est pas claire. S'agissait-il d'hôtelleries pour les visiteurs, de logements pour les moines ou de lieux de réunion, ou encore d'ateliers ?

Fig. 93 - Temple de Burğ Bāqirḥā (façade ouest).

Fig. 94 - Couvent de Qar ei Banāt.

Fig. 95 - Monument distyle de Qaṭūra.

Fig. 96 - Tombe pyramidale d'El Bāra.

Fig. 97 - Monument distyle de Sitt er Rūm.

Fig. 98 - Hypogée de Qaṭūra (Ğ. Sim‘an).

Fig. 99 - Tombeau de Ruweia (Ğ. Zawiye).

Fig. 100 - Hypogée de Šinšarā (Ğ. Zawiye).

Fig. 101 - Façade construite d'un hypogée (Bābuṭṭā).

Fig. 102 - Buste sculpté dans un hypogée de Déḥes.

7En Apamène, l'église et le tombeau collectif sont dans le même bâtiment. L'église est petite et de plan généralement barlong. Ce bâtiment, peut-être le seul, se trouve en tout cas dans un enclos. A Šinšarāḥ, on trouve cinq bâtiments ayant servi d'habitation ou de lieu de travail. En Antiochène comme en Apamène, certains couvents sont dans les villages, mais les plus nombreux sont à l'écart. Souvent, ils sont installés dans une ancienne maison transformée et agrandie. Dans plusieurs cas, on peut repérer, au moins en partie, les limites du domaine foncier au centre duquel le couvent était installé. A Ed Deir, à proximité de Dēḥes, J.-L. Biscop a retrouvé une partie du mur de clôture délimitant celui-ci.

3 - Les monuments funéraires

  • 3 Ibidem, p. 33 à 39.

8Comme les couvents, ils n'ont pas été étudiés depuis l'ouvrage de G. Tchalenko3. Il convient de souligner, après lui, l'étendue du répertoire de l'architecture funéraire du Massif calcaire. Il existe, en effet, une grande variété de types (fig. 95 à 101), tous à inhumation. Le plus répandu est l'hypogée (fig. 98-100 et 101). Il en existe de toutes tailles. Le dispositif est partout identique : un escalier ou une rampe taillée dans le roc conduit à une chambre souterraine de plan carré sur les trois côtés desquels ont été taillés des arcosolia (fig. 102-103), où étaient disposées les tombes. Le quatrième côté est occupé par une porte que l'on fermait soit par un lourd vantail de pierre, soit par une dalle roulante. Les tombeaux les plus simples se rencontrent à toutes les périodes. Les plus grands sont rares au-delà du IIIe siècle. Ils étaient parfois surmontés, parfois seulement signalés, à quelque distance, par des monuments distyles ou tétrastyles (fig. 95-97).

Fig. 103 - « Arcosolium » dans le même hypogée de Dēḥes.

9Seconde catégorie, les mausolées. Les tombeaux se trouvent, cette fois, dans un monument de surface. G. Tchalenko en a décrit les formes successives en montrant par quelles transitions ils ont procédé de l'hypogée : « façades taillées ou construites des hypogées ; monuments construits au-dessus de l'hypogée ou de son entrée ; formes transitoires, à demi prises dans le roc, à demi construites ; les mausolées entièrement construits, dont le soubassement contient les tombes ; enfin la forme finale, qui n'est qu'une chambre sépulcrale sans étage, aux murs appareillés comme ceux d'une maison ; la couverture des mausolées est un toit en pierre, à deux pans (fig. 99) ou pyramidal (fig. 96), ou une voûte, plus rarement une coupole, et dans quelques monuments, une charpente normale avec ses tuiles ».

10Dernier type de tombeau : les sarcophages monumentaux surmontés d'un couvercle monolithe taillé en forme de toit avec parfois des acrotères aux angles. Cette variété doit être attribuée, selon G. Tchalenko, à la persistance des types anciens, à l'importation des formes étrangères et à leur combinaison. La forme des tombeaux n'a pas été influencée par le changement de religion ni par des considérations de rite.

4 - Les thermes

  • 4 Ibidem, p. 25 à 27.
  • 5 G. Tate : Nouveaux travaux dans le Ǧebel Zāwiye, Annales Archéologiques Syriennes, 1983.

11Les thermes de Serğilla (fig. 104-110), dont l'état de conservation est excellent, sont identifiés et datés par une inscription de la fin du Ve siècle4. Les particularités de leur plan les distinguent très clairement des maisons : un rectangle divisé dans le sens de la longueur en deux rangées de pièces communicantes, des passages étant prévus à chaque extrémité. L'une des pièces, à une extrémité, est remarquable par d'étroites fenêtres en plein cintre. Elle devait être réservée aux bains chauds ou au sauna. Dans l'autre rangée, une grande salle au sol couvert de la mosaïque portant l'inscription, servait sans doute aux réunions et au déshabillage. En revanche, on ignore tout du fonctionnement. L'eau venait d'une immense citerne, couverte de dalles, creusée devant le bâtiment, mais il n'est pas possible de reconstituer le réseau de canalisations sans pratiquer de fouille. Des bâtiments de même plan ont été repérés dans plusieurs villages du Ǧebel Zāwiye : à Muǧleyya (fig. 106) par de Vogué, à Šinšarāḥ (fig. 105-109) et à El Bāra (fig. 107) par P. Prunet et J.-P. Fourdrin5. Il y en aurait donc quatre sur une quinzaine de villages explorés, ce qui constitue une proportion importante.

12Les thermes sont plus rares dans les chaînons septentrionaux. Butler et Tchalenko ont, à juste titre, reconnu un ensemble thermal dans un bâtiment de Brād ; nous en avons trouvé un à Ǧuwānīye. Celui qu'ils identifient comme tel à Bābisqā (fig. 108), en revanche, n'en est probablement pas un : son plan, très différent de celui des précédents désigne plutôt un couvent. On retrouve notamment le bâtiment flanqué de portiques sur les deux longs côtés. Les constructions en hémicycle des côtés ouest et sud sont en revanche des rajouts tardifs. Le petit bâtiment situé à quelque distance est certainement, au contraire, un établissement thermal, bien que l'on n'ait pas repéré la citerne. Contrairement à ce qui a été parfois soutenu, il n'existe pas de thermes à Bā‘ūde.

Fig. 104 - Thermes de Serğilla : plan.

Fig. 105 - Thermes de Šinšarāḥ : plan.

Fig. 106 - Thermes de Muğleyya : plan.

13Au total, on ne rencontre qu'un petit nombre de thermes, tous situés dans les agglomérations grandes ou moyennes.

Fig. 107 - Thermes d’El Bāra : plan.

Fig. 108 - Thermes de Bābisqā.

Fig. 109 - Thermes de Šinṣarāḥ.

Fig. 11O - Thermes de Serğilla (vue du sud).

5 - Les andrôns

  • 6 G. Tchalenko : Villages, p. 28-29 ; 210 ; 295 ; 313 ; 324. J. Starcky, Syria XXVI, 1949, p. 55 et s (...)

14Le seul andrôn6 attesté comme tel par l'épigraphie est à Mē‘ez. Mais qu'est-ce qu'un andrôn ? Selon Butler et Tchalenko, c'est un bâtiment où les notables des villages se réunissaient pour débattre des affaires de la communauté : répartir l'impôt, et aussi évoquer, le cas échéant, des questions d'ordre économique. Ce seraient des mairies et peut-être, tout à la fois, des chambres de commerce et des bourses du travail. Cette interprétation n'est pas convaincante car le plus grand nombre des monuments où l'on croit reconnaître des andrôns remontent à l'époque païenne, alors que les villages ne connaissent de véritable développement qu'à partir du IVe siècle : comment expliquer alors que la croissance des villages ne se soit pas accompagnée d'une multiplication des andrôns ? Une autre explication serait que les andrôns antérieurs au IVe siècle n'étaient pas des « municipalités », mais des salles de banquet, comme à Palmyre, et que les autres étaient des monuments publics de destination inconnue.

BÂTIMENTS DIFFÉRENTS DES MAISONS ET POUVANT ÊTRE REGARDÉS COMME DES ANDRÔNS

15Un autre problème est, en effet, celui de l’« identification » des andrôns. Le seul connu, nous l'avons vu, est celui de Mē‘ez. L'inscription du linteau de l'entrée indique que sa construction a été terminée en 129 ; son toit a été refait par Settia Secunda. C'est un bâtiment rectangulaire, d'axe est-ouest, ouvrant directement sur l'extérieur par une porte au sud et par deux autres portes, plus étroites, au nord. Il est précédé d'un portique. N'ayant pas été fouillé, son plan intérieur n'est pas connu, ce qui nous prive de critère morphologique pour reconnaître ce type d'édifice.

16On estimera, cependant, que les andrôns, s'il en existait ailleurs qu'à Mē‘ez, étaient différents des maisons : ils ne comportaient pas de clôture et devaient être pourvus d'une pièce assez grande pour qu'une réunion s'y tienne.

17Parmi les nombreux bâtiments identifiés comme andrôns par Butler et Tchalenko, plusieurs répondent à ces exigences, à Berrῑš-nord (230), à Deir Sim‘ān et à Serğilla et il convient de leur ajouter un bâtiment non daté de Ḫerbet Šarqῑye. Par-delà des différences évidentes de taille et d'aspect général, ils ont deux points communs : une salle plus longue que large et des murs construits dans un appareil plus coûteux que les bâtiments des maisons contemporaines. L'andrôn de Berrῑš-nord est en appareil orthogonal, alors qu'à cette époque l'appareil double était employé quasi exclusivement dans l'architecture domestique ; celui de Ḫerbet Šarqῑye-Šilfāya, d'après son décor, est antérieur au IVe siècle ; or, il est en appareil orthogonal double avec boutisses, et le parement externe comporte des blocs orthogonaux de grand module disposés par assises régulières. Quant aux andrôns de Serğilla et de Deir Sim‘ān, leur plan est tout à fait différent de celui des maisons et ils ne donnent pas sur une cour mais directement sur l'extérieur.

18Andrôn de Berrš-nord (230) (fig. 111-112) : plus profond que large, il comporte, à l'étage, une salle dallée à laquelle on accède par trois portes, une en façade, deux sur le côté. Une plate-forme extérieure, à laquelle on montait par un escalier, à l'arrière, desservait les trois portes. Au rez-de-chaussée on trouve, dans une première pièce, des arcs longitudinaux, reposant chacun sur deux piliers et, dans une seconde pièce, deux autres piliers soutenant le dallage de l'étage : il s'agissait probablement d'un dépôt car son niveau était plus bas que celui du sol extérieur et l'on y descendait par quelques marches.

  • 7 PAES II B, p. 123.

19Andrôn de Serğilla (fig. 113) : baptisé « café » par Butler, ce bâtiment de la fin du Ve siècle ne donne pas sur une cour mais directement sur l'extérieur7. Son plan est presque carré. Une rangée de piliers séparés par des auges, parallèle à la façade, soutient les architraves sur lesquelles s'appuient les poutres du plancher de l'étage. Il est couvert d'un toit à double pente à pans coupés de chaque côté, bien qu'il ait été construit d'un seul jet. En fait, d'autres maisons ont des couvertures de cette sorte, notamment à Dallōza, mais ces derniers bâtiments sont rectangulaires et donnent sur une cour.

Fig. 111 - Andrôn de Berrῑš -nord : façade.

Fig. 112 - Andrôn de Berrῑš-nord : vue de l'intérieur.

1) Plan du rez-de-chaussée.

3) Vue d'ensemble.

2) Plan de l'étage.

4) Façade principale.

Fig. 113 - Andrôn de Serğilla

Fig. 114 - Andrôn de Deir Sim‘ān : intérieur.

Fig. 115 - Andrôn de Deir Sim‘ān : façade.

Fig. 116 - Andrôn de Deir Sim‘ān : façade latérale.

Fig. 117 - Andrôn de Ḫerbet Šarqῑye-Silfāya.

  • 8 G. Tchalenko : Villages, p. 210.

20Andrôn de Deir Sim‘ān8 (fig. 114 à 116) : cet édifice de plan rectangulaire, précédé d'un portique à colonnes au sud-est du côté de la porte principale, est organisé sur un axe longitudinal, contrairement aux bâtiments des maisons. Il comporte également une porte sur chacun des trois autres côtés mais à l'arrière. Au rez-de-chaussée, une seule pièce, traversée au milieu par un arc très puissant, sur lequel prennent appui les poutres du plancher de l'étage. L'accès à ce dernier est inconnu : le portique en effet n'avait pas d'étage et c'est donc sur un toit en pente que donnaient les fenêtres en plein cintre de la pièce de l'étage. Contrairement à ce que l'on a vu dans les bâtiments précédents, la pièce principale est au rez-de-chaussée.

21Les bâtiments de Silfāya et de Ḫerbet Šarqῑye (fig. 117) ne sont pas conservés au-dessus des linteaux du rez-de-chaussée.

22Les constructions que nous venons d'évoquer se distinguent donc nettement des maisons par la morphologie et par la destination. Il est commode de les appeler « andrôns », mais ce terme a pu s'appliquer à des réalités différentes dans chaque village et les villageois les désignaient peut-être autrement. En l'absence de texte, aucune identification ne peut être tenue pour certaine.

LES CAS DOUTEUX

  • 9 Villes Mortes, p. 59 et sq. G. Tchalenko : Villages, p. 24, 29 n. 2, 41 n. 4.

23Parmi les « andrôns » reconnus par H. C. Butler et G. Tchalenko, il existe une seconde catégorie de bâtiments dont l'identification est plus douteuse. Ce sont les « andrôns » de Bā‘ūde (fig. 118), Kfeir et Ruweiḥa. Leur trait commun est d'être occupés par une huilerie au rez-de-chaussée, alors que l'étage paraît n'avoir comporté qu'une seule pièce, de grande taille, qui pouvait convenir pour des réunions. Ces bâtiments ne donnent pas non plus sur une cour mais directement sur l'extérieur. Il est impossible que le pressoir de Ruweiḥa ait été un andrôn car il n'avait pas d'étage. Il peut avoir appartenu à la collectivité villageoise mais on ne peut le prouver. L'andrôn de Kfeir, cité par G. Tchalenko, n'a pas été retrouvé. Il a probablement disparu au milieu des constructions modernes. Le pressoir de Bā‘ūde9 est une construction rectangulaire bordée sur les deux longs côtés par des portiques à colonnes à l'est, à piliers à l'ouest. La pièce du rez-de-chaussée était ouverte sur la façade est : quatre piliers déterminaient cinq travées. Même dispositif à l'étage, mais avec seulement deux piliers contre lesquels étaient placées des plaques de parapets sculptées aux deux extrémités. Deux problèmes se posent : ce pressoir était-il collectif ou privé ? et a-t-il servi aussi d'andrôn ? La réponse à la seconde question dépend en fait de la première. Rien ne permet de trancher mais il convient d'être cohérent. Si l'on admet que le pressoir de Bā‘ūde était un andrôn, il faudra adopter la même conclusion pour tous les pressoirs à étage non compris dans une aire enclose : ainsi, notamment, les pressoirs de Bāšakūḥ et celui de Kafr Nābū (daté de 224). Ce dernier, d'après l'inscription, aurait appartenu à un temple. Il n'est donc pas possible de sortir de l'incertitude. Remarquons cependant que la présence de plusieurs andrôns dans un village de petite taille comme Bāšakūḥ serait étonnante.

Fig. 118 - Andrôn de Bā‘ūde.

BÂTIMENTS IDENTIFIÉS À TORT COMME DES ANDRÔNS

24Restent les bâtiments identifiés à tort comme des andrôns. C'est le cas pour 1'« andrôn » de Brād, construction offrant apparemment un plan en forme de T dont on ne peut connaître les contours exacts ni les divisions intérieures, et aussi des « andrôns » de Bābisqā et de Darqῑtā, qui appartiennent en réalité à des maisons. Butler a lui-même compris que les bâtiments de Bānaqfῡr et de Serğible, qu'il avait d'abord pris pour des andrôns, étaient en fait des chapelles.

25Au total, nous avons reconnu cinq andrôns dans tout le Massif calcaire, mais s'agit-il bien d'andrôns ? En toute rigueur, on peut seulement soutenir que ce ne sont pas des maisons mais des bâtiments publics, puisqu'ils donnent directement sur l'extérieur et non sur une cour. Au-delà de ce trait commun, ils ne forment pas un groupe homogène. Une première distinction oppose ceux de Mē‘ez, Berrῑš-nord et Ḫerbet Šarqῑye, qui sont de petite taille et se situent avant le IVe siècle, et ceux de Deir Sim‘ān et de Serğilla, édifices plus importants, que l'on peut dater de la seconde moitié du Ve siècle. Seconde distinction qui recoupe la première : les plans, eux aussi, diffèrent. Les uns ont des plans transversaux : Mē‘ez et Serğilla. Les autres des plans longitudinaux : Berrῑš-nord, Ḫerbet Šarqῑye et Deir Sim‘ān. S'il existe bien une relation entre la morphologie des constructions et leur destination, il faut admettre que les bâtiments en question ne sont pas tous des andrôns ou des salles de banquet. Il est probable que certains d'entre eux ont une autre destination : si l'andrôn de Mē‘ez est une salle de banquet, il est en effet certain que ce n'est pas le cas du « café » de Serğilla, bien qu'il ait lui aussi un plan transversal, et si c'est le monument de Ḫerbet Šarqīye qui avait cette destination, il est évident que 1'« andrôn » de Deir Sim‘ān n'en est pas un. La conclusion qui s'impose est que les cinq monuments en question sont probablement des monuments publics, mais qu'ils peuvent avoir eu des destinations variées parmi lesquelles, peut-être, celles de salle de réunion et de salle de banquet.

Fig. 119 - Auberge de Deir Sim‘ān : vue du premier bâtiment au linteau inscrit.

6 - Auberges et hôtelleries

  • 10 G. Tchalenko : Villages, p. 21-25 ; 27 ; 28 ; 209 ; 283 ; 387 ; 430 note.

26Pour avoir un critère précis, il convient, en bonne méthode, de partir de l'auberge de Deir Sim‘ān (fig. 119), la seule, dans tout le Massif calcaire, à avoir été identifiée comme telle par une inscription10. En fait, il s'agirait d'une taverne plutôt que d'une auberge ou d'une hôtellerie, mais on peut estimer que ces fonctions n'étaient pas séparées. Malheureusement, le bâtiment au linteau inscrit dont il s'agit appartient à un ensemble aux contours incertains, qu'il sera impossible de connaître avec précision sans fouille complète.

27D'après l'observation des vestiges visibles, deux hypothèses peuvent être avancées pour les contours. Hypothèse minimale : l'auberge se réduisait à deux bâtiments, l'un placé derrière l'autre et obliquement à lui. Ces deux bâtiments ont pour trait commun d'être plus profonds que larges, comme les andrôns, mais à la différence des bâtiments de la plupart des maisons. Si cette hypothèse est à retenir, l'auberge de Deir Sim‘ān ne se différencie pas d'une maison de plan irrégulier. Remarquons au passage que le plan en longueur que nous avons relevé se retrouve dans les andrôns, ce qui tend à confirmer que, pour les lieux de réunion, les villageois préféraient cette disposition. Hypothèse maximale : un ou même deux bâtiments doivent être ajoutés au précédent. L'un est du même type qu'eux. Le second paraît avoir été long mais son état de dégradation ne permet pas de connaître ses divisions intérieures ni ses élévations et on ignore s'il était précédé d'un portique.

28Dans les deux cas, il n'existait pas de différence fondamentale de plan entre tavernes, auberges et hôtelleries d'une part, et maisons d'autre part. La seule particularité des premières serait la forme allongée des bâtiments : elle n'est pas décisive car on la retrouve dans de nombreuses maisons.

29Le point de vue de G. Tchalenko, au fond, n'est pas tellement différent, puisqu'il reconnaît des différences profondes entre les auberges et les maisons. Il ne s'y tient malheureusement pas et identifie un grand nombre de bâtiments ou ensembles de bâtiments comme des auberges ou des hôtelleries en invoquant, explicitement ou non, deux critères qui nous paraissent sans valeur.

30L'un est la présence d'auges au rez-de-chaussée. Le rez-de-chaussée serait donc occupé par les écuries et l'étage par les chambres. Il est probable qu'il en fût bien ainsi, mais la proposition inverse est fausse car cette disposition est aussi celle des maisons. L'identification de 1'« auberge » de Ǧerāde (fig. 120 à 122) montre bien que ce critère est erroné. Ce bâtiment a des auges au rez-de-chaussée, avec, dans un angle, une chambre réservée au gardien ; il ne peut s'agir là d'une auberge car il n'y avait pas d'étage. C'était une étable ou une bergerie.

31Le second critère serait la division du bâtiment en deux parties inégales par un mur, dans la cour ou au moins à l'intérieur du portique. La partie étroite serait réservée au logement du propriétaire ou du gérant et le reste à l'hôtellerie proprement dite ; le rez-de-chaussée aux chevaux, l'étage aux chambres.

Fig. 120 - « Auberge » de Ǧerāde.

Fig. 121 - « Auberge » de Ǧerāde : façade nord.

Fig. 122 - « Auberge » de Ǧerāde : mangeoires.

Fig. 123 - « Auberge » de Kafr Nābū (Callot, pl. 132).

Fig. 124 - « Auberge » de Kafr Nābū : façade nord.

Fig. 125 - « Auberge » de Kafr Nābū : façade sud.

32Ce n'est guère convaincant car, si l'on comprend la nécessité d'isoler le logement du propriétaire des autres chambres de l'étage, on ne voit pas ce qui justifierait la même séparation entre les écuries. Il faudrait, en outre, pour qu'une telle division fût tenue pour fondamentale, que les bâtiments en question aient été élevés d'un seul jet : on pourrait alors penser à une séparation voulue correspondant à une nécessité de fonctionnement. Tel n'est pas le cas. Les « auberges » de Darqītā, Bābisqā et Kafr Nābū (fig. 123 à 125) ont été construites en plusieurs temps.

33La maison de Kafr Nābū (504-505) serait une auberge (fig. 123 a 125), selon H. C. Butler et G. Tchalenko. C'est un vaste ensemble comprenant un grand bâtiment entièrement construit en appareil orthogonal au nord, une cour et un portique devant le bâtiment et sur le côté est de la cour, et une entrée monumentale au sud. Le plan est donc celui d'une maison. Quant au bâtiment lui-même, il comprend, au rez-de-chaussée, trois grands logements construits successivement. Ceux de l'est et du centre comportent une rangée d'auges disposées en travers. Dans le logement ouest, qui forme saillie sur la façade arrière, les auges sont disposées dans la longueur. Le logement est, bâti en premier, était divisé en deux pièces. A l'époque de sa construction, on n'avait pas prévu de l'agrandir car la corniche de couronnement du mur ouest est encore en place.

34La maison XIII de Darqītā, agrandie en 436, a également été construite en deux temps.

7 - Bazars et boutiques

  • 11 Ibidem, p. 21-25 ; 220 ; 386-387.

35Butler et Tchalenko associent souvent ces bâtiments aux auberges et hôtelleries11. En fait, ils sont nécessairement distincts, car les hôtelleries et les auberges pouvaient comporter une cour, ce qui n'est pas admissible pour les boutiques, dont le caractère essentiel au contraire devrait être d'ouvrir directement sur l'extérieur.

36Butler use de deux critères pour reconnaître un bâtiment comme bazar ou comme boutique, un critère épigraphique et un critère archéologique.

37Le premier est l'utilisation du terme « stoa », qui signifie portique et peut désigner aussi par extension, dans les villes, les commerces installés sous les portiques. Cette interprétation ne peut valoir, toutefois, lorsque ce terme s'applique visiblement au portique lui-même et concerne une construction située dans un espace fermé. Or tel est le cas de tous les ensembles de Darqītā et de Bābisqā que Butler donne pour des bazars. D'après le second critère, les bâtiments d'une longueur exceptionnelle seraient des bazars. Ce critère ne vaut guère mieux, car les bâtiments en question ont été construits en plusieurs fois et donnent sur une cour.

38L'exemple de la maison XIII de Darqītā, montre l'incohérence de ces critères. L'inscription de 436 gravée sur un pilier du portique comporte le terme de « stoa » et pourtant Butler ne le tient pas pour un bazar, conformément à sa méthode, mais pour une auberge, car il présente la division bipartite évoquée précédemment. Même constatation à propos de la maison I de Bābisqā (fig. 126).

39Aucun de ces critères n'est donc à retenir. Le seul ensemble du Massif calcaire qui doit être considéré à coup sûr comme une suite de boutiques se trouve le long de la voie sacrée conduisant de Deir Sim‘ān au sanctuaire de Saint-Siméon, aux abords de l'arc monumental au-delà duquel s'accuse la montée. Ce sont de petites constructions d'une pièce ouvrant directement sur la rue. Elles évoquent les boutiques que l'on trouvait, voici quelques années, dans les villes du Yémen Nord. Elles sont tout à fait à leur place dans ce village exceptionnel, rappelons-le, par le rôle qu'il jouait dans les pèlerinages au sanctuaire de Saint-Siméon.

Fig. 126 - Maison I de Bābisqā (Callot, pl. 132).

8 - Les ensembles de fonction douteuse

  • 12 Ibidem p. 210-211.

40Nous évoquerons, dans cette catégorie, la « Résidence » de Deir Sim‘ān12 (fig. 127-128) et le « bâtiment basilical » de Dēḥes.

41La « Résidence » de Deir Sim‘ān est un vaste ensemble, un grand bâtiment entièrement construit en appareil orthogonal à deux étages et précédé d'un portique, donnant directement sur l'extérieur. Chaque étage est occupé par une grande pièce divisée en trois par des rangées de colonnes disposées en T. Les supports intermédiaires sont des arcs puissants au rez-de-chaussée, des architraves portées par des colonnes aux étages. Le bâtiment communique par une porte latérale avec un bâtiment voisin qui appartient, avec un autre bâtiment et une porte monumentale, à un ensemble clos organisé sur les deux côtés d'une cour. L'un de ces deux bâtiments renferme un grand nombre de mangeoires. L'ensemble pourrait être considéré comme une maison, n'étaient les caractères particuliers du premier bâtiment et le fait qu'il donne sur l'extérieur. Peut-être s'agissait-il, comme le suppose G. Tchalenko, d'une résidence officielle.

  • 13 J.-P. Sodini, G. Tate, B. Bavant et alii : La fouille de Dēes, Annales Archéologiques Arabes Syrie (...)

42Le « bâtiment basilical » de Dēḥes, comme le désignait à tort G. Tchalenko, est de plan rectangulaire13. Il a été divisé, dans un second temps, par une rangée de piliers portant des arcs. Il ouvrait d'abord sur trois côtés par des portes, puis par une quatrième porte au nord. Il était précédé de portiques au nord et au sud, mais il n'est pas sûr qu'ils soient d'origine. Dans le premier état, il est probable que le bâtiment était divisé, à l'étage, en trois pièces séparées par des piliers transversaux portant des architraves, la pièce du centre étant divisée en deux par une rangée de colonnes. Il donnait par plusieurs fenêtres, au rez-de-chaussée et à l'étage, sur le côté sud. On s'interroge sur sa destination. Rien ne s'opposerait à ce qu'il s'agisse d'une maison. Il pourrait aussi s'agir d'un bâtiment public. Mais quelle aurait été sa fonction ?

Fig. 127 - « Résidence » de Deir Sim‘ān, façade ouest.

Fig. 128 - « Résidence » de Deir Sim‘ān, vue de l'intérieur.

43La question demeure ouverte. Notons toutefois qu'un bâtiment de Ḫerbet Šeiḫ Barakāt daté de 407, construit en appareil orthogonal simple, est de même taille et offre un plan à peu près semblable : la seule différence est qu'il a des portes de deux côtés et non de quatre. J.-P. Fourdrin et B. Bavant ont montré qu'il s'agissait d'une église, présentant cependant des particularités : c'est la seule de cette époque dont les murs sont en appareil double, et non en appareil orthogonal simple, la seule aussi dont la porte la plus décorée est au sud-ouest et non au sud-est où, au contraire, le linteau de la porte est lisse. Ce décor n'est attesté dans aucune autre église, mais dans plusieurs autres maisons, notamment d'époque païenne : le motif, ici une croix, se trouve dans un champ délimité par un demi-cercle (Kimār, Zerzῑtā, Qāṭῡra). Aussi pourrait-on présumer qu'il s'agit d'une maison transformée après coup en église, mais seule la fouille permettrait d'obtenir une certitude.

CONCLUSION

44La méthode typologique, répétons-le, a ses limites : il est évident que des bâtiments différents avaient peut-être la même fonction et l'inverse est également vrai, ce qui réduit la valeur du classement précédent. Celui-ci montre, tout de même, que les maisons constituaient, de très loin, l'essentiel des bâtiments des villages, même si elles ont eu, occasionnellement, une autre fonction : hôtellerie et lieu de réunion. Ce décalage entre la banalité et l'uniformité architecturales et l'éventuelle diversité des utilisations est néanmoins un fait important pour l'organisation de la vie villageoise.

45Du point de vue méthodologique, la prédominance des maisons, leur unité de conception ainsi que celle des bâtiments, constituent évidemment un facteur favorable car il permet de les traiter comme des données sérielles, à condition de savoir les dater.

Notes

1 G. Tchalenko : Villages, p. 13 à 16.

A la liste donnée par G. Tchalenko (Villages I, p.14-15), il convient d'ajouter Bābisqā et Rab‘eitā (J. III N° 40 p. 94) dans le Ǧebel Bārīšā et Kfeir Rūma et Baoūābe (J. III N° 5 p. 75) dans le Ǧebel Zāwiye. Le temple de Kafr Nābū n'était probablement pas un sanctuaire villageois. Dans un article postérieur, G. Tchalenko a fait l'hypothèse, non encore vérifiée, qu'il existait un temple à Dēḥes.

Sur les biens des temples voir l'exemple de Baetocécé (IGLS VII et surtout H. Seyrig).

Voir aussi P. Petit : Libanius (index analytique p. 432) et le Pro templis de Libanios.

2 Ibidem, p. 19 à 21.

3 Ibidem, p. 33 à 39.

4 Ibidem, p. 25 à 27.

5 G. Tate : Nouveaux travaux dans le Ǧebel Zāwiye, Annales Archéologiques Syriennes, 1983.

6 G. Tchalenko : Villages, p. 28-29 ; 210 ; 295 ; 313 ; 324. J. Starcky, Syria XXVI, 1949, p. 55 et sq.

A propos des andrôns et autres bâtiments publics, F. Villeneuve nous a communiqué les informations suivantes sur le Hauran :

l) On ne rencontre, dans le Hauran, aucune mention d'« andrôn » ; les seules désignations précises de bâtiments publics sont des hôtelleries.

2) Une inscription de Chaqqa (Waddington 2136) signale une réunion de l'assemblée du village dans le théâtre, ce qui prouve l'absence de bâtiments particuliers destinés aux réunions.

3) Plusieurs inscriptions, en revanche, mentionnent des bâtiments publics mais sans indiquer leur fonction précise.

(Waddington 2029) dédiée à un dieu, à Aajailete. (Waddington 2209) à Boussane en 358 (Dussand-Mader, voyage au Safa N 19 (PPUAES III A N 372) en 468 à Oum er Roummane (Waddington 2056, Mac Adam, Berytus 31 1983, p. 108, qui critique cette lecture) à Soumaïd (PPUAES III A N 7863) (Waddington 2240).

4) La maison du IVe siècle de Waqem (PPUAES III A 788) et la Madrasseh du IIe siècle à Qanawat (Brunnow N64 Vol. 3 p. 116-17) seraient, selon F. Villeneuve (Hauran I, p. 82) des bâtiments publics destinés non à des réunions mais à l'hébergement des étrangers, comme semblent l'indiquer les nombreuses niches-placards.

7 PAES II B, p. 123.

8 G. Tchalenko : Villages, p. 210.

9 Villes Mortes, p. 59 et sq. G. Tchalenko : Villages, p. 24, 29 n. 2, 41 n. 4.

10 G. Tchalenko : Villages, p. 21-25 ; 27 ; 28 ; 209 ; 283 ; 387 ; 430 note.

11 Ibidem, p. 21-25 ; 220 ; 386-387.

12 Ibidem p. 210-211.

13 J.-P. Sodini, G. Tate, B. Bavant et alii : La fouille de Dēes, Annales Archéologiques Arabes Syriennes, 1985.

Table des illustrations

Légende Fig. 93 - Temple de Burğ Bāqirḥā (façade ouest).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Légende Fig. 94 - Couvent de Qaṣr ei Banāt.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Fig. 95 - Monument distyle de Qaṭūra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 96 - Tombe pyramidale d'El Bāra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 97 - Monument distyle de Sitt er Rūm.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 98 - Hypogée de Qaṭūra (Ğ. Sim‘an).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 99 - Tombeau de Ruweiḥa (Ğ. Zawiye).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 100 - Hypogée de Šinšarāḥ (Ğ. Zawiye).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 101 - Façade construite d'un hypogée (Bābuṭṭā).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 102 - Buste sculpté dans un hypogée de Déḥes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Fig. 103 - « Arcosolium » dans le même hypogée de Dēḥes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 104 - Thermes de Serğilla : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 105 - Thermes de Šinšarāḥ : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 106 - Thermes de Muğleyya : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 107 - Thermes d’El Bāra : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 108 - Thermes de Bābisqā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 109 - Thermes de Šinṣarāḥ.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 11O - Thermes de Serğilla (vue du sud).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 111 - Andrôn de Berrῑš -nord : façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 112 - Andrôn de Berrῑš-nord : vue de l'intérieur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende 1) Plan du rez-de-chaussée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 3) Vue d'ensemble.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende 2) Plan de l'étage.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 4) Façade principale.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 114 - Andrôn de Deir Sim‘ān : intérieur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 115 - Andrôn de Deir Sim‘ān : façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 116 - Andrôn de Deir Sim‘ān : façade latérale.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Fig. 117 - Andrôn de Ḫerbet Šarqῑye-Silfāya.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 118 - Andrôn de Bā‘ūde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Légende Fig. 119 - Auberge de Deir Sim‘ān : vue du premier bâtiment au linteau inscrit.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 120 - « Auberge » de Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 121 - « Auberge » de Ǧerāde : façade nord.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 122 - « Auberge » de Ǧerāde : mangeoires.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 123 - « Auberge » de Kafr Nābū (Callot, pl. 132).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 124 - « Auberge » de Kafr Nābū : façade nord.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 125 - « Auberge » de Kafr Nābū : façade sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 126 - Maison I de Bābisqā (Callot, pl. 132).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 127 - « Résidence » de Deir Sim‘ān, façade ouest.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 128 - « Résidence » de Deir Sim‘ān, vue de l'intérieur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4353/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 716k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search