Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Identification et classement des constructions

I. Les maisons

Texte intégral

1Les maisons ne sont pas des bâtiments simples mais des ensembles comprenant plusieurs constructions distinctes rassemblées autour d'une cour délimitée par un mur de clôture.

A - LES ÉLÉMENTS DES MAISONS

2Toute maison comportait un bâtiment à étage destiné à l'habitation et aux tâches économiques, que nous appellerons tout simplement « bâtiment », une cour et un mur de clôture ; certaines pouvaient comporter, en outre, un ou plusieurs autres bâtiments, une entrée indépendante, une galerie, un pressoir, une ou plusieurs pièces souterraines, une seconde cour, voire un jardin.

1 - Les bâtiments d'habitation et d'exploitation

  • 1 J.-P. Sodini et G. Tate, article cité.

3Ils constituent l'élément principal. Que l'on considère le plan, l'élévation ou la destination des pièces, il est clair qu'ils appartiennent à un seul et même type1 : plan rectangulaire, deux niveaux, rez-de-chaussée et étage, toit à double pente, une ou plusieurs pièces alignées dans le sens de la longueur, exactement ou à peu près superposées et donnant toutes sur le même côté (seuls quelques bâtiments ont une ou plusieurs autres portes) et une plate-forme ou un portique couvert, du même côté que les portes, auquel on montait par un escalier. Au rez-de-chaussée, les tâches économiques et, à l'étage, l'habitation des hommes. Les différences viennent des dimensions que l'on peut approximativement évaluer au nombre des pièces, de l'appareil des murs et de la nature et de l'abondance du décor.

ORIGINE COMPOSITE DE CE BÂTIMENT SELON G. TCHALENKO

  • 2 G. Tchalenko, Villages, p. 10.

4Sur ce point, G. Tchalenko avait une autre opinion. Selon lui, ce type de bâtiment serait une création tardive née de la combinaison de deux types antérieurs : la « villa pré-romaine des environs d'Antioche », caractérisée par un toit à double pente, et un « type d'habitation locale, modeste, couverte en terrasse »2, sans étage, dont les pièces étaient étroites car on utilisait, pour supporter la terrasse, le bois trouvé sur place, principalement le bois d'olivier qui procure des poutres de faible portée. C'est la combinaison de ces deux types qui aurait donné, au IIIe siècle de notre ère, les bâtiments évoqués plus haut, le toit en charpente venant des maisons « périurbaines », le plan rectangulaire des habitations locales (fig. 6).

Fig. 6 - Maison 58, Ǧerāde : façade est, plan et façade sud.

CARACTÈRE THÉORIQUE DE CETTE HYPOTHÈSE

  • 3 J.-P. Sodini, G. Tate, B. Bavant, J.-L. Biscop, D. Orssaud, es I-III, dans Syria, 1980.

5Si elle était exacte, cette hypothèse ne permettrait pas seulement de comprendre la genèse d'un type architectural, elle mettrait en lumière le rôle décisif des initiatives urbaines dans la mise en valeur du Massif calcaire : les citadins auraient donné une orientation nouvelle à l'économie paysanne en même temps qu'une organisation plus complexe aux habitations. Dans l'état actuel des connaissances, on doit cependant l'abandonner, car les exemples invoqués pour prouver l'existence de deux types de bâtiments primitifs ne sont pas convaincants. Le type local serait représenté à Taqle (fig. 7), mais les bâtiments de ce village étaient couverts d'un toit à double pente et non en terrasse, car le sol est jonché de fragments de tuile, et ils ne sont ni plus étroits ni plus allongés que beaucoup d'autres qui avaient assurément un étage et un toit à double pente. La largeur des bâtiments était de toute façon variable et le noyau primitif du bâtiment 105 de Dēḥes n'était pas plus large que les maisons de Taqle3.

Fig. 7 - Maison de Taqle : plan et perspective (Tchalenko II, pl. V-1-).

  • 4 AAES, p. 69-70 et 75. G. Tchalenko, Villages, p. 302 et sq.

6Le type « périurbain », serait représenté par les maisons de Benēbil et de Bāmuqqa (fig. 8), datées par leur décor des deux premiers siècles4. Ces bâtiments sont, certes, remarquables par la qualité de leur construction, par des murs en appareil orthogonal simple, d'une exacte régularité, à une époque où ce type d'appareil n'était guère utilisé que dans des monuments de l'importance des temples, par la finesse d'exécution du décor et par une composition d'ensemble qui détermine ses emplacements sur les façades (fig. 9-10). Aucun de ces caractères ne suffit, toutefois, pour déterminer un type particulier. Les bâtiments du IIIe siècle de Kimār et de Brād diffèrent des précédents par l'appareil des murs et par le décor ; ils ont pourtant, comme eux, un plan rectangulaire, une orientation de toutes les pièces sur un même côté, un étage et un toit à double pente. Ils sont du même type. Même remarque pour les bâtiments des IVe, Ve et VIe siècles. Il est donc préférable de faire l'économie d'une hypothèse séduisante mais qui se révèle, à l'examen, purement théorique.

Fig. 8 - Maison de Bāmuqqa : façade.

Fig. 9 - Maison 4 de Dallōza : façade (au premier plan le mur de clôture).

Fig. 10 - Maison 25 de Ruweiḥa (maison à deux bâtiments).

  • 5 Pour l'architecture domestique en Syrie à l'Âge du fer, Fr. Braemer : L'architecture domestique du (...)

7Notons d'ailleurs que ces bâtiments sont du type le plus simple qui soit (fig. 11). Le processus d'agrandissement de plusieurs d'entre eux, à partir d'une seule pièce à peu près carrée, explique leur plan rectangulaire et l'orientation de toutes les pièces sur le même côté. Le portique dérive des plates-formes de façades, qui sont le mode le plus simple d'accès à l'étage. Quant au toit à double pente, il constitue la meilleure couverture dans une région pluvieuse en hiver. Il ne paraît pas utile de recourir à des explications plus savantes5.

ÉLÉMENTS D'UN CLASSEMENT DES BÂTIMENTS

8Tout en relevant tous d'un même type, les bâtiments diffèrent entre eux par les techniques de construction, le décor et les dimensions. Ces différences donnent les éléments d'un classement.

91) Les techniques de construction ont fait l'objet d'un remarquable exposé de J.-L. Biscop dont je me borne à reprendre les conclusions :

  • 6 J.- P. Sodini, G. Tate, B. Bavant et alii : es I-III, particulièrement le chapitre de J.-L. Bisc (...)

10L'appareil des murs détermine deux catégories de bâtiments caractérisés par des particularités de structure notables6. Viennent d'abord les bâtiments en appareil double : les murs ont deux parements et, au centre, un remplissage généralement réduit au minimum ; les deux parements sont parfois liés par des boutisses ; ils sont fondés directement sur le rocher ; à la base, un blocage de moellons de taille moyenne, dont la largeur dépasse légèrement celle du mur, est destiné à compenser les irrégularités du rocher ; il s'élève jusqu'au niveau du sol du rez-de-chaussée.

Fig. 11- Maisons 95 et 96 de Muğleyya : plan.

VARIÉTÉ DES MURS EN APPAREIL DOUBLE

11Il existe plusieurs sortes de murs en appareil double (fig. 12) ; ils diffèrent par la forme et la taille des blocs et par la qualité d'exécution. Bien qu'elles n'aient aucune implication quant à la structure des bâtiments, ces différences sont importantes car elles influent fortement sur les coûts de construction. Notre classement s'inscrivant dans une perspective d'histoire économique et sociale, nous n'indiquerons que les principaux caractères de chaque catégorie d'appareil double. Il existe, en vérité, une gradation continue entre les appareils les plus grossiers et les plus élaborés et, parfois, plusieurs types d'appareil sont associés dans un même bâtiment ; le classement qui suit ne doit donc pas masquer le fait que de nombreux murs correspondent à des formes intermédiaires ou mixtes.

Fig. 12 - Vue en coupe d'un mur en appareil double.

Fig. 13 - Appareil double grossier : blocs de petit module (Taqle).

Fig. 14 - Appareil double grossier : blocs de grand module.

Fig. 15 - Appareil double grossier : blocs de très grand module (mur de clôture à Brād).

12Théoriquement, le coût d'un mur dépend de trois facteurs : la forme des blocs, la qualité de la taille et le poids. Les blocs les plus réguliers et les mieux taillés sont obtenus avec un maximum de déchets ; ils demandent plus de travail et une matière première plus abondante. Par ailleurs, un bloc est d'autant plus difficile à mettre en place, surtout en élévation, qu'il est plus lourd. Les appareils doubles peuvent être ainsi classés en cinq grandes catégories, par ordre croissant de coût.

  1. Au bas de l'échelle, les appareils grossiers, seule catégorie d'appareil double (fig. 13-14) attestée dans le Ğebel Zāwiye mais que l'on rencontre aussi dans les autres chaînons. Les blocs sont dégrossis et taillés de manière succincte, leur forme ne se laisse jamais saisir clairement, les joints sont larges ; empilés sans précaution, ils donnent des murs aux parements non ravalés et à la surface pleine d'aspérités. Leur poids varie. Considérable à Brād, dans des murs de clôture (fig. 15) au sud du village, il est faible dans la grande majorité des cas. C'est un appareil dont la mise en œuvre n'exige pas l'intervention d'une main-d'œuvre spécialisée, ni pour l'extraction, ni pour la taille ni pour la mise en place des blocs.

  2. Les appareils irréguliers (fig. 16-17), constituent une catégorie peu homogène dont le seul caractère constant est une exécution plus soignée que celle des appareils grossiers, encore qu'il soit parfois difficile de les en distinguer. La forme des blocs, en effet, varie ; ils sont polygonaux, quadrangulaires mais irréguliers, orthogonaux mais sans former des assises régulières. Leur volume aussi : ils sont de petite taille (20 à 30 cm), de taille moyenne (30 à 50 cm), ou de grande taille (plus de 50 cm). Ce ne sont jamais des appareils bon marché ; leur construction requiert l'intervention de spécialistes pour tailler les blocs et, quand ils sont d'un grand module, pour les mettre en place.

  3. Les appareils doubles quadrangulaires sont caractérisés par la forme rectangulaire de tous les blocs et par la qualité d'exécution (fig. 18). Ils diffèrent les uns des autres par la disposition des blocs par assises, régulières ou non, et par le poids : on pourra ainsi parler d'appareil quadrangulaire régulier ou irrégulier, petit (blocs de moins de 30 cm), moyen (30 à 50 cm) ou grand (plus de 50 cm). Dans tous les cas, cet appareil est d'autant plus onéreux que les blocs sont plus réguliers et de plus grandes dimensions. On en trouve un exemple bien conservé dans le bâtiment conventuel de Qaṣr el Banāt (fig. 19), dans le défilé de Bāb el Hawā ; il est particulièrement répandu dans les maisons des Ǧebels Bārīšā, il A‘let Ḥalaqa.

  4. Les grands appareils polygonaux sont de deux sortes. Dans l'une, le parement externe offre seul de grands blocs polygonaux ajustés avec soin et dessinant une véritable marquetterie tandis que le parement interne est constitué de petits blocs irréguliers. Tels sont les murs du bâtiment « basilical » de Dēḥes (fig. 20). Dans l'autre, les deux parements sont identiques ; ils présentent de grands blocs polygonaux bien ajustés. Nous en avons de nombreux exemples, notamment à Kimār et à Brād. Cet appareil est très coûteux, car les blocs sont taillés avec soin et pèsent lourd, mais il l'est sans doute moins que l'appareil orthogonal double, car la forme variable des blocs permet de réduire les déchets. Parfois utilisé dans des bâtiments publics, comme l'andrôn de Mē‘ez, on le rencontre aussi dans l'architecture domestique mais seulement dans les chaînons nord du Massif calcaire.

  5. Nous mentionnerons seulement en passant l'appareil double orthogonal car il n'apparaît que dans les grands monuments. Ce sont des murs faits de grands blocs orthogonaux dans les deux parements : leur épaisseur atteint ou dépasse un mètre. On les trouve ordinairement en dehors des maisons, dans des sanctuaires : Šeiḫ Barakāt et église de Julianos à Brād (fig. 21), et dans un bâtiment de Silfāya (fig. 22) qui est peut-être un andrôn. Ces murs sont les plus chers de tous car la forme orthogonale des blocs implique d'abondants déchets, la taille doit être exécutée avec soin et le poids rend la mise en place impossible sans engin de levage.

Fig. 16 - Appareil double irrégulier : qualité d'exécution des joints (Brād)

Fig. 17 - Appareil double irrégulier : évolution vers une forme quadrangulaire des blocs.

Fig. 18 - Appareil double quadrangulaire (Kafr Nābū).

Fig. 19 - Appareil double quadrangulaire (Qaṣr el Banāt).

Fig. 20 - Appareil double polygonal (Dēḥes).

Fig. 21 - Appareil orthogonal double (Église de Julianos à Brād).

Fig. 22 - Appareil orthogonal double : vue en coupe. (Silfāya).

13Ces différences, J.-L. Biscop l'a bien montré, ne changent rien à l'apparence des bâtiments. Les baies ont toujours la même structure. Les montants sont monolithes ou comprennent, à la rigueur, deux blocs, celui du bas étant plus long. Leur rôle, en effet, ne se borne pas à supporter les charges verticales, il est aussi de contenir les poussées latérales transmises par les parois. Les linteaux aussi sont le plus souvent monolithes mais il arrive, quand le mur est très épais, qu'ils soient faits de deux blocs juxtaposés, chacun d'eux reposant sur un des parements : de ces « linteaux doubles » il existe des exemples à Dēḥes et dans la plupart des villages du Ǧebel Sim‘ān. Les montants des fenêtres sont perpendiculaires à l'axe du mur ou en biais, l'ouverture extérieure étant alors plus étroite, ce qui leur donne un aspect de meurtrières. Des placards sont parfois aménagés dans le parement interne des murs : ils sont formés de montants monolithes et d'un linteau ; ils sont parfois divisés en deux par un montant médian, disposition qui a l'avantage de réduire la portée des linteaux et de consolider le parement interne.

14Dans tous les cas observables, les linteaux des baies sont déchargés, soit par un ou deux blocs parallèles légèrement évidés au centre, soit plutôt par la superposition des ouvertures principales, ce qui s'opère selon plusieurs formules : le linteau du rez-de-chaussée peut comporter un seuil taillé sur la face supérieure mais, généralement, le seuil de la porte de l'étage est un autre bloc reposant directement sur le linteau du rez-de-chaussée, ou bien sur deux blocs placés à chaque extrémité de celui-ci.

LES MURS EN APPAREIL ORTHOGONAL SIMPLE

15Les autres murs sont en appareil orthogonal simple. Ils sont constitués d'une seule rangée de blocs orthogonaux, taillés avec soin, appareillés à sec, sans scellement, posés de champ et offrant, à l'extérieur, une face ravalée. La largeur des parpaings est d'environ 30 cm ; la longueur et la hauteur varient : plusieurs mètres pour la première, 40 à 70 cm mais parfois un mètre pour la seconde. Dans certains murs, les blocs, très inégaux, ne forment pas de véritables assises (fig. 23). Dans d'autres, au contraire, particulièrement dans le Ǧebel Zāwiye, les assises sont à peu près régulières (fig. 24), d'une hauteur constante d'environ 40 cm, avec parfois des décrochements qui ne détruisent pas l'ordonnance générale. Il existe aussi un cas intermédiaire : les blocs sont disposés par assises, mais la hauteur de celles-ci décroît en élévation ; dépassant 50 cm à la base, elle se réduit à 30 ou même 20 cm en haut. Mentionnons, en passant, les murs combinant les deux types d'appareil, soit verticalement, appareil double en bas, appareil simple en élévation, ce qui indique deux étapes de construction, soit horizontalement, les parties en appareil simple venant consolider le bâtiment aux angles, angles externes et angles formés par les murs de refend : il devait s'agir d'un type de transition. Les murs en appareil orthogonal simple sont moins coûteux que les appareils doubles orthogonaux, mais plus que toutes les autres sortes de murs en appareil double. La préparation des blocs demande un travail maximum : taille précise, grande abondance de déchets et mise en place exigeant l'utilisation d'instruments de levage. Au lieu de revenir sur les développements de J.-L. Biscop sur l'extraction des blocs, leur préparation, les techniques de levage et le ravalement, retenons sa conclusion : chaque phase exige une compétence, un temps de travail et un outillage qui n'appartiennent qu'à des professionnels, ou plutôt à des équipes de professionnels. Les murs en appareil orthogonal simple ne sont pas seulement plus coûteux que la plupart des murs en appareil double, leur construction suppose une organisation du travail différente : elle exclut, sauf comme appoint, la main-d'œuvre familiale.

Fig. 23 - Appareil orthogonal simple irrégulier.

Fig. 24 - Appareil orthogonal simple pseudo-régulier.

Fig. 25 - Montants de porte taillés dans les assises.

Fig. 26 - Montants de porte monolithes.

PARTICULARITÉS ARCHITECTURALES DES BÂTIMENTS EN APPAREIL ORTHOGONAL SIMPLE

16Les bâtiments en appareil orthogonal simple ont d'autres particularités. Toutes les poussées s'exerçant verticalement, les montants des baies sont taillés à même les assises (fig. 25) : il arrive aussi, mais c'est rare, que les montants soient monolithes (fig. 26), comme dans les constructions en appareil double et probablement à leur exemple, car c'est sans nécessité. Monolithes, les linteaux (fig. 27) sont plus grands que les autres blocs ; à Saint-Siméon et Deir Sim‘ān, fait exceptionnel, certains sont faits de blocs appareillés ou même de claveaux à crossettes. Comme dans les bâtiments en appareil double, les baies sont placées les unes au-dessus des autres, ce qui constitue un système de décharge élémentaire (fig. 28). Les fenêtres sont souvent plus nombreuses ; certaines sont doubles, comportant un meneau au centre (fig. 29). Les bâtiments en appareil orthogonal sont, en général, plus spacieux que les bâtiments en appareil double. Pour réduire la portée des poutres, on utilise deux systèmes : arc central, placé en travers (fig. 30-31) ou dans la longueur, parfois deux arcs disposés en travers, de chaque côté de la porte ; ou système de piliers et d'architraves (fig. 32) sur lesquels est édifié un mur, ce qui conduit parfois, quand celui-ci monte jusqu'à la toiture, à une division en un plus grand nombre de pièces à l'étage qu'au rez-de-chaussée. Dans les bâtiments en appareil double, ces deux systèmes étaient plus rarement utilisés : parfois, un pilier au milieu de la pièce a paru suffisant pour consolider une poutre du plancher de l'étage.

Fig. 27 - Linteaux doubles monolithes.

Fig. 28 - Linteau déchargé par évidement des blocs supérieurs.

Fig. 29 - Fenêtre à meneau

Fig. 30 - Arc disposé en travers (Ǧerāde).

  • 7 J.-P. Sodini, G. Tate, B. Bavant et alii, es I-III, p. 171 et sq et p. 194.

17Les murs en appareil orthogonal autorisent les surplombs, corbeaux ou consoles, sur lesquels prennent appui des balcons en bois ou d'étroites plates-formes en pierre sans parapet. Les uns et les autres ne paraissent pas répondre à un souci d'agrément, il s'agit plutôt de guettes7 : certains balcons sont beaucoup plus haut que les planchers de l'étage, on y accédait par une échelle.

Fig. 31 - Deux arcs en travers supportant un étage dallé (Ruweiḥa).

Fig. 32 - Système de piliers et d'architraves portant un mur.

Fig. 33 - Type d'escaliers.

Fig. 34 - Type d'escaliers.

UN MODE D'ACCÈS À L'ÉTAGE INDÉPENDANT DE L'APPAREIL DES MURS

18Quel qu'ait été l'appareil des murs, l'escalier d'accès à l'étage (fig. 33 et 34) était rarement à l'intérieur. Les bâtiments étaient précédés d'une plate-forme (fig. 35) devant la porte de l'étage portée par des corbeaux et des piliers ou d'un portique. Les plates-formes sont probablement un système plus ancien. Elles sont plus fréquentes dans les bâtiments en appareil double mais les deux systèmes se rencontrent dans toutes les sortes de bâtiments.

Fig. 35 - Plate-forme d'accès à l'étage.

  • 8 J.-P. Sodini, G. Tate, B. Bavant et alii, es I-III, p. 202 et sq.

19Les portiques sont des constructions plus élaborées8. Couverts, ils ménagent un espace de transition entre l'extérieur et l'intérieur. Ils protègent le bâtiment des intempéries et du soleil et contribuent à assurer son isolement. Ils sont, parfois, partiellement ou totalement murés, ce qui permettait d'augmenter, à moindre frais, la surface couverte. Ils comportent deux niveaux et sont couverts par un toit dont la pente (fig. 36) prolonge celle du bâtiment ou marque une rupture de pente avec elle, surtout quand il a été construit après coup ; dans quelques cas, à Refāde et à Kaukanāyā, ils sont couverts de dalles (fig. 37) formant terrasse. Ils sont faits de piliers ou de colonnes, ou encore de piliers au rez-de-chaussée et de colonnes à l'étage. Ils sont fermés par des murs latéraux. Souvent, les portiques des bâtiments en appareil double remplacent des plates-formes d'accès à l'étage : les murs latéraux sont en appareil orthogonal simple ; c'est le cas à Kimār dans une maison qui est pourtant en grand appareil irrégulier.

Fig. 36 - Portique à piliers (Dēḥes) couvert d'un toit en pente.

20On accédait à la plate-forme par des escaliers disposés de face ou latéralement, le long de la façade du bâtiment ; au portique, par un escalier intérieur, comme dans la maison de Bāmuqqa, ou, plus souvent, extérieur, soit perpendiculairement, au milieu du portique ou le long du mur de clôture, soit parallèlement à l'axe du bâtiment.

212) La grandeur des bâtiments (fig. 38 à 41). Pour comparer la grandeur des bâtiments, la méthode la plus rigoureuse serait de considérer les superficies mais ce serait ne tenir compte que de données abstraites. Il est préférable de prendre comme unité de base le nombre des pièces au sol car les bâtiments sont des juxtapositions d'éléments simples, à peu près identiques, les pièces, pièces du rez-de-chaussée et pièces de l'étage exactement au-dessus, les deux niveaux comportant les mêmes divisions. Sans doute, ces pièces n'ont pas toujours les mêmes dimensions, celles des bâtiments en appareil orthogonal sont généralement plus grandes mais le nombre des pièces correspond toujours à une réalité vivante et expressive. Une réalité vivante du point de vue architectural, car pour agrandir un bâtiment, la pratique normale est d'ajouter, latéralement, sur le même alignement, une ou plusieurs pièces sur les deux niveaux. Une réalité expressive du point de vue démographique, économique et social. Démographique : les pièces de l'étage correspondent à une unité d'habitation, individu ou ménage ; économique : le nombre des pièces du rez-de-chaussée témoigne de l'activité économique de la maison ; social : les pièces étant équivalentes, on peut penser que les groupes humains occupant les maisons se différenciaient par le nombre des membres plutôt que par une hiérarchie interne. Ce que l'on perd en rigueur mathématique en prenant la pièce comme unité de mesure, on le regagne à coup sûr en compréhension de la réalité concrète des maisons.

Fig. 37 - Portique à piliers et colonnes couvert de dalles (Kaukanāyā).

Fig. 38 - Bâtiment d'une pièce.

Fig. 39 - Bâtiment de 2 pièces.

Fig. 40 - Bâtiment de 4 pièces (maison de Šinšarāḥ).

Fig. 41 - Bâtiment de 5 pièces (maison 5 de Ǧerāde).

223) La place du décor est un élément de classement, dans la mesure où elle intervient pour l'évaluation du coût de construction. Ce critère est de maniement difficile, car il ne permet pas d'améliorer le classement fondé sur l'appareil des murs et sur le nombre des pièces. Le décor est, en effet, de loin plus abondant dans les bâtiments en appareil orthogonal simple, sans être en relation directe avec la taille de ces derniers : de petits bâtiments sont pourvus d'une ornementation plus riche et de meilleure qualité que d'autres plus grands. Le décor procure surtout des éléments de datation, nous y reviendrons.

A LA RECHERCHE D'UN CLASSEMENT GÉNÉRAL

  • 9 J. P. Sodine et G. Tate : art cité.

23Tout en appartenant à un type unique, caractérisé par une similitude d'agencement, de destination et même d'apparence extérieure, les bâtiments se différencient donc par des traits importants. Ces différences, en se combinant, déterminent-elles des catégories stables, ou sont-elles indépendantes les unes des autres ? Pour le décor la réponse est simple : son abondance n'est pas liée à la grandeur des bâtiments ; elle augmente en revanche dans les constructions en appareil double quadrangulaire et surtout en appareil orthogonal simple, ce qui n'est pas dû aux appareils eux-mêmes, mais à leur chronologie ; le décor ne peut donc servir à définir des catégories particulières de bâtiments. Restent l'appareil des murs et la grandeur ; quelles relations ont-ils entre eux ? Dans un travail élaboré avec J.-P. Sodini9, nous avons distingué cinq catégories, en privilégiant l'appareil des murs : A, B, C, D et E, les deux dernières n'étant séparées que par le nombre de pièces. Un tel classement repose sur une base solide : le coût des constructions à surface couverte équivalente ; mais il ne prend pas assez en compte les différences de grandeur des bâtiments. Nous partirons ici du nombre des pièces en distinguant entre l'état initial et l'état final après d'éventuels agrandissements. Deux catégories principales sont à considérer : les bâtiments de une à trois pièces, et ceux de plus de trois pièces.

LES BÂTIMENTS DE UNE À TROIS PIÈCES

24Les bâtiments à une pièce sont généralement construits en une seule fois tandis que ceux de 2 et 3 pièces ont le plus souvent atteint leur état définitif après agrandissements. Les bâtiments de une à trois pièces sont construits avec toutes sortes d'appareils connus, y compris les appareils mixtes. Les bâtiments d'une pièce sont de plan carré ou rectangulaire. Les uns sont plutôt en appareil double grossier ou irrégulier et parfois aussi en appareil orthogonal simple, surtout dans le Ǧebel Zāwiye. Dans les bâtiments en appareil double, l'étage était soutenu, au centre, par une colonne ou par un pilier. Aucun n'a été fouillé. Ils sont particulièrement nombreux dans certains villages : ainsi à Ḫerbet Ḥadīye, dans le Ǧebel Bārišā, où ils représentent la quasi-totalité des maisons.

25Dans les autres, de plan rectangulaire, on rencontre toutes les sortes d'appareils ; la pièce du rez-de-chaussée est divisée, au tiers de sa longueur, par des piliers disposés en travers, séparés par des auges et portant une architrave pour réduire la portée des poutres de l'étage. Il arrive, particulièrement dans les bâtiments en appareil orthogonal, qu'un mur de refend soit construit sur un système de piliers et d'architraves qui divise la pièce. Dans le Ǧebel Zāwiye, ce système est concurrencé par des arcs en pierre placés en travers ou dans le sens de la longueur. Les bâtiments de deux et trois pièces présentent les mêmes caractéristiques.

26A titre d'exemples, citons d'abord des bâtiments en appareil double. La plupart ne sont pas conservés au-dessus du niveau des linteaux. Il en existe deux, cependant, à Kimār (fig. 42 et 43) et à Brād (fig. 44), dont les murs atteignent, par endroits, la base des toits, ce qui est sans doute dû à la présence de grands blocs.

  • 10 Idem, p. 380.

27Le bâtiment de la maison 1 de Kimār10 est conservé jusqu'au toit au sud et à l'ouest ; ailleurs, les murs ne dépassent pas une dizaine de mètres de hauteur. Dans le parement externe des murs on trouve des blocs polygonaux en bas, quadrangulaires en haut. En plan (fig. 42), c'est un rectangle divisé en deux pièces. En façade (fig. 43), trois portes au rez-de-chaussée et à l'étage ; les portes orientale et centrale sont en place ; la porte centrale est encadrée par deux fenêtres et surmontée d'une troisième faisant fonction d'arc de décharge. D'autres portes existaient, au rez-de-chaussée dans le mur est, à l'étage dans le mur ouest. Les fenêtres ont la forme de meurtrières : les montants sont des boutisses implantées obliquement ; elles étaient fermées par des grilles métalliques et par des volets. Des placards sont ménagés dans l'épaisseur du parement interne du mur ouest. Le toit est à double pente. Un portique à colonnes à deux niveaux a été construit après coup : les murs latéraux sont en appareil orthogonal simple. A l'est, le mur latéral est percé, à l'étage, de deux fenêtres séparées par un bloc faisant fonction de meneau. Les fûts des colonnes sont allongés et galbés, comme dans les portiques du Ǧebel Zāwiye. Les chapiteaux sont toscans. Les bases présentent un profil simplifié. Quant au reste du décor, il est soigné et relativement abondant pour cette catégorie de bâtiment. Le linteau central, au rez-de-chaussée, offre un disque en relief entouré d'un cercle, compris lui-même dans un demi-cercle plus épais. Le linteau correspondant de l'étage comporte une mouluration plus travaillée : bandeaux en encorbellement, filet, convexité, listel, denticules, médaillons, doucine, plate-bande. Il est flanqué d'une palme à droite. La corniche de couronnement des murs est en forme de doucine.

  • 11 PAES II B, p. 304.

28Autre exemple, le bâtiment de Brād11 daté de 207-208 par une inscription, comporte trois pièces d'après le nombre des portes (fig. 44). Construit en grand appareil polygonal, il comprend, au rez-de-chaussée, un grand espace ouvrant au sud par trois portes et divisé, entre les portes médiane et ouest, par une rangée de piliers surmontés d'architraves et séparés par des auges. Il a également une porte à l'ouest. Comme dans le bâtiment de Kimār, des placards ont été ménagés dans le mur nord et les fenêtres, à l'est et au sud, ont l'aspect de meurtrières. De l'étage ne subsistent que la moitié ouest du mur de façade et la porte. Le linteau de celle-ci porte une mouluration (deux fasces, doucine et listel) et l'inscription datée. Des trous de poutres, en façade, indiquent un portique, un escalier prenant peut-être appui sur un grand bloc qui fait saillie au-dessus de la porte ouest.

Fig. 42 - Maison 1 de Kimār : plan

  • 12 J.-P. Sodini et G. Tate et alii : art. cité.

29Ces deux types d'appareil peuvent être juxtaposés ou superposés12. Ils sont juxtaposés dans les bâtiments 34, 38 bis, et 47 de Dēḥes, dans la maison 11 de Bāmuqqa et dans la maison A de Ḫerbet Tīzīn. De plan rectangulaire, ils ont une pièce (bâtiment 38 bis de Dēḥes) ou deux, et leur longueur varie entre 8,50 m et 20 m. La simultanéité de la mise en œuvre des deux appareils n'est pas douteuse mais on ne relève aucune règle dans leur répartition. Les murs en appareil double se trouvent au fond et sur le côté est dans le bâtiment 34 de Dēḥes alors qu'ils sont en façade dans le bâtiment 38 bis de Dēḥes et dans la maison 11 de Bānqūsā (fig. 45).

Fig. 43 - Maison 1 de Kimār : façade.

Fig. 44 - Maison de Brād : façade.

Fig. 45 - Maison 11 de Bānqūsā.

Fig. 46 - Superposition d'appareil (Darqīta).

  • 13 PAES II B, p. 151 et 177.

30Ils sont superposés13 dans deux grands bâtiments, à Bānaqfūr et à Darqītā (fig. 46) ; le premier a deux pièces, le second trois ou quatre ; les parties basses sont en grand appareil polygonal ou irrégulier, les parties hautes en appareil orthogonal simple. La séparation entre ces deux parties est si nette qu'il est raisonnable de penser que ces bâtiments ont connu au moins deux phases de construction, peut-être séparées par une destruction partielle. Ils ne se rencontrent que dans les chaînons Nord.

  • 14 AEES, p. 69-70 et 75.

31Il convient de décrire avec plus de précision le bâtiment de trois pièces de Benēbil (fig. 47 à 53) dont l'état de conservation est excellent14. Construit d'un seul jet et de plan rectangulaire, il est bâti en appareil orthogonal simple mais son décor le situe, comme la « villa de Bāmuqqa », avant le IVe siècle. Les blocs orthogonaux sont disposés par assises d'épaisseur variable qui se succèdent sans décrochement. Le portique à colonnes est contemporain, bien que sa couverture accuse une rupture de pente avec la toiture du bâtiment. Le décor abondant permet de dater le bâtiment du IIIe ou même du IIe siècle. Les montants des portes du rez-de-chaussée sont des pilastres comportant, au sommet, deux fasces, la dernière décorée de perles et surmontée de médaillons. L'étage ouvrait par deux portes à chambranles moulurés, avec des linteaux offrant des modillons et au-dessus, une torsade. La porte nord est flanquée, au sud, d'une fenêtre au chambranle mouluré qui ouvrait par deux battants de largeur inégale. La pièce nord a aussi, à l'est, deux couples de fenêtres à pilastres moulurés. Aux quatre angles, le bâtiment comporte deux pilastres moulurés avec finesse qui évoquent le décor de la « villa » de Bāmuqqa. Quant aux chapiteaux, il n'en subsiste qu'un, de style corinthien, à l'angle nord-ouest, qui rappelle ceux de Qal‘at Kalōta : deux caulicoles d'où partent des feuilles engainantes surmontées d'une double hélice, interne et externe ; les feuilles engainantes se raccordent aux volutes d'angle en se détachant fortement de la corbeille ; l'abaque est à double registre, avec retrait du registre supérieur sur le registre inférieur. Par le développement et la qualité de son ornementation, ce bâtiment est comparable à la « villa » de Bāmuqqa, que G. Tchalenko a décrite en détail et avec laquelle il forme un groupe homogène, en dépit de la différence de taille.

Fig. 47 - Maison de Benēbil : plan.

Fig. 48 - Maison de Benēbil : façade latérale.

Fig. 49 - Maison de Benēbil : chapiteau.

Fig. 50 - Maison de Benēbil : porte principale de l'étage.

Fig. 51 - Maison de Benēbil : entrée.

Fig. 52 - Maison de Benēbil : façade latérale, partie supérieure.

Fig. 53 - Maison de Benēbil : fenêtres de la façade arrière.

  • 15 Dēes I-III, p. 52 et 171.

32La plupart des bâtiments de deux pièces en appareil orthogonal sont toutefois des Ve et VIe siècles. Ils sont nombreux partout. Les bâtiments 102 et 106 de Dēḥes15 relèvent de cette catégorie. Le premier est précédé d'un portique, le second d'une plate-forme d'accès à l'étage.

33Dans le Ǧebel Zāwiye les bâtiments sont tous en appareil double grossier ou en appareil orthogonal simple et les pièces sont carrées ou rectangulaires.

  • 16 J.-P. Sodini et G. Tate : art. cité.

34Pour les premières, citons d'abord à Ǧerāde les bâtiments des maisons 6, 58 et 72, les pièces primitives du bâtiment de la maison 8 et le bâtiment est de la maison 1216. Ils ouvrent par une porte unique, comportent un arc dans la longueur ou en travers au rez-de-chaussée et sont précédés d'un portique ou d'un balcon. Ils sont fréquemment agrandis par extension linéaire : le bâtiment nord de la maison 8 de Ǧerāde compte finalement six pièces et sa longueur atteint 40 m. Le décor est rare. On le trouve sur les linteaux, moulurations ou médaillons, et sur les architraves des portiques également sous forme de moulurations.

35Les bâtiments rectangulaires à pièce unique sont à peine différents. Ce sont, notamment, le bâtiment primitif de la maison 66 de Ǧerāde, le bâtiment nord-ouest de la maison 9 du même village et le bâtiment primitif de la maison 25 de Ruweiḥa. Des bâtiments de deux pièces non communicantes se rencontrent dans les maisons 1, 4, 9, 45 et 73 de Ǧerāde, 1, 2, 8, 15 et 18 de Serğilla et 32 de Ruweiḥa. Dans le bâtiment de la maison 40 de Ruweiḥa, les deux pièces communiquent. Tous présentent une grande homogénéité dans les techniques de construction et dans le décor. A titre d'exemple, dans le bâtiment de la maison 73 de Ǧerāde, des arcs, construits dans la longueur, soutiennent le plancher de l'étage ; les linteaux sont moulurés ; la porte ouest est encadrée, à gauche, par une niche au sommet semi-sphérique, à droite par une fenêtre non décorée ; la porte est, à droite, est flanquée d'une simple fenêtre. Le portique à colonnes a probablement été élevé après coup ; ses architraves sont moulurées. Au total, le décor est plus abondant et plus varié que dans les bâtiments de plan carré. Parmi les bâtiments de trois pièces nous citerons seulement la maison 1 de Dallōza.

LES BÂTIMENTS DE QUATRE PIÈCES ET PLUS

36Ils sont construits dans toutes les sortes d'appareils connus, à l'exception de l'appareil polygonal, mais les plus nombreux sont en appareil double grossier, en appareil orthogonal simple ou associent plusieurs appareils : grossier et orthogonal ou quadrangulaire double et orthogonal simple. Quel que soit l'appareil des murs, ces bâtiments ont parfois reçu leur grandeur définitive d'emblée. C'est le cas des maisons 28 et 29 de Bā‘ūde (fig. 54), dont les murs sont en appareil double grossier, et aussi de 1'« auberge » de Kafr Nābū dont nous montrerons qu'il s'agit en fait d'une maison. Dernier exemple, un bâtiment de Bānqūsā (fig. 55) d'une longueur de 20 m, comportant deux pièces, qui en font en réalité quatre, chacune d'elles étant divisée par des rangées de piliers et d'auges en travers. Les plus nombreux, cependant, résultent d'un ou de plusieurs agrandissements. Dans les chaînons nord, il s'agit généralement de bâtiments en appareil double ou mixte et dans le Ǧebel Zāwiye, de bâtiments en appareil orthogonal. Les maisons sont souvent agrandies par extension linéaire, les nouvelles pièces étant alignées sur les anciennes, dans le sens de la longueur. L'îlot 1 d'El Bāra offre un exemple extrême de ce processus. Les nouvelles pièces peuvent aussi être perpendiculaires à l'axe du bâtiment primitif : nous avons alors une extension en équerre. De quelque manière que ce soit, un agrandissement est toujours possible car les bâtiments ne sont que des juxtapositions de pièces.

Fig. 54 - Maison 28 et 29 de Bā‘ūde.

Fig. 55 - Maison 32 de Bānqūsā.

37Parmi les bâtiments en appareil double, citons les maisons 28 et 29 de Bā‘ūde : deux bâtiments connaissent une évolution au terme de laquelle ils finissent par se rejoindre et n'en former plus qu'un. A Bā‘ūde, le bâtiment partagé par les maisons 21, 22 et 23, résulte d'une telle évolution (fig. 56). Même constatation à Taqle. A Bāšakūḥ, les nouvelles pièces sont perpendiculaires au bâtiment primitif. Elles butent contre l'espace compris entre un montant de porte et un angle extérieur.

38Il n'est pas toujours possible de savoir si les portiques datent de l'état initial ou final. Dans les maisons 21 à 23 de Bā‘ūde, ils ont été construits en dernier, sans doute en remplacement de plates-formes d'accès à l'étage. Les bâtiments en appareil orthogonal sont en tous points semblables à ceux de trois pièces ou moins.

Fig. 56 - Maisons 21 à 23 de Bā‘ūde.

  • 17 PAES 11 B, p. 133 et sq.

39Un seul échappe en partie à ces caractéristiques : le bâtiment nord de la maison 5 de Ǧerāde17 (fig. 57 et 58). D'une longueur de près de 25 m, il comprend deux logements de trois pièces, de chaque côté d'une entrée qui le traverse de part en part. En élévation, il présente deux parties qui ne correspondent pas exactement à la division précédente : la partie ouest a deux étages et s'élève de presque deux mètres au-dessus de la partie est qui n'en a qu'un. Sauf à l'extrémité ouest, où il accusait une pente est-ouest, parallèle à l'axe du bâtiment, le toit est à double pente. Chacun des deux étages ouvre, au sud, par une porte encadrée par des fenêtres et, au nord, par trois fenêtres. Le bâtiment était doté d'un portique à piliers au rez-de-chaussée et, sans doute, à colonnes à l'étage. Il n'est pas possible de savoir ce qu'il en était dans la section à deux étages, à l'ouest. Les deux grandes pièces du logement est sont pourvues d'arcs transversaux.

40A l'intérieur de ce type unique, qui définit les bâtiments du Massif calcaire, il conviendrait donc de distinguer une multiplicité de catégories mais ce classement ne présenterait guère d'intérêt, car les éléments de différenciation entre chaque catégorie sont secondaires. La raison de cette multiplicité est simple : les bâtiments se ramènent à un assemblage de pièces ; toutes les combinaisons étaient possibles.

Fig. 57 - Maison 5 de Ǧerāde : façade.

Fig. 58 - Maison 5 de Ǧerāde.

2 - Cours et jardins

41Les espaces, au centre des maisons, sont des cours, non des jardins. Aucune culture n'y était praticable. Lieux de passage et de travail pour les hommes, de séjour pour les bêtes, elles sont parfois dallées. Ce dallage est conservé dans les maisons 2 et 28 de Ǧerāde (fig. 59) et dans la maison 7 de Bābisqā (fig. 60). Il est remarquable que, dans certains bâtiments, le portique l'est aussi alors que les pièces du rez-de-chaussée ont un sol en terre battue.

Fig. 59 - Cour de la maison 2 de Ǧerāde.

Fig. 60 - Cour de la maison 7 de Bābisqā.

  • 18 O. Callot : Huileries de Syrie du nord, pl. 125.

42Il arrive, mais c'est rare, que la cour soit dédoublée. Cette division est due à la topographie dans la maison 1 de Dēḥes. Il s'agit d'un choix délibéré à Bānaqfūr (fig. 61) et à Dallōza où l'une des cours se réduit à un étroit passage18.

43Il existait aussi des jardins où l'on pouvait pratiquer des cultures arbustives et légumières. Nous en avons un exemple à Muǧleyya, dans le Ǧebel Zāwiye, où les maisons 95 et 96 forment un îlot. Les bâtiments sont en appareil orthogonal simple ; à l'est se déploie un espace séparé à la fois des cours des maisons et du terroir par un mur en appareil double consolidé, à intervalles réguliers, par un chaînage de piliers. Cet espace ne pouvait être qu'un jardin.

3 - Les murs de clôture

  • 19 Ces maisons seront publiées dans un ouvrage sous presse préparé en collaboration avec E. Baccache, (...)

44Ils sont en appareil double ou simple. Dans les chaînons nord, ils sont souvent faits de blocs mal équarris et rarement conservés plus haut que les linteaux. Dans les maisons du Ǧebel Zāwiye ils sont dans le même appareil que les bâtiments. Quand ceux-ci sont en appareil orthogonal simple, les murs de clôture le sont aussi. Dans le cas où ils sont intacts, nous voyons qu'ils pouvaient s'élever jusqu'au niveau des architraves du portique et étaient surmontés d'une corniche de section triangulaire. On en trouve de bons exemples à Ǧerāde (fig. 62 et 63) (maison 50), et à Ruweiḥa19.

Fig. 61 - Maison de Bānaqfūr : les cours.

Fig. 62 - Mur de clôture de la maison 50 à Ǧerāde, vu de face.

Fig. 63- Le même mur vu d'en haut.

4 - Les pièces souterraines

45Très nombreuses dans l'ensemble du Massif calcaire, elles ne sont pas toutes repérées. On les trouve sous les bâtiments ou dans la cour. On y accède par un escalier en pente douce. L'entrée est parfois décorée d'une mouluration ou d'un médaillon (fig. 64). Elles sont nombreuses à Bā‘ūde, à Darqītā, dans le Ǧebel Bārīšā et à Muǧleyya dans le Ǧebel Zāwiye, mais il en existait certainement dans tous les villages.

46Leur fonction est peu claire car, aujourd'hui, celles qui ne sont pas obturées servent souvent de bergeries : elles sont presque entièrement comblées et il est impossible de voir les installations initiales. D'après les cas connus, elles pouvaient avoir les mêmes fonctions que les pièces du rez-de-chaussée des bâtiments : pressoirs, étables ou bergeries, entrepôts. La pièce souterraine de la maison III, à Défies, est occupée par un pressoir, telle autre, dans une maison de Šinšarāḥ, par une étable. A Kafr Nābū, O. Callot a repéré un local souterrain, de plan circulaire, comportant sur le pourtour sept petites citernes d'environ 1,60 m de profondeur et de 1 m de diamètre : il s'agit probablement d'un entrepôt pour le stockage de l'huile.

Fig. 64 - Entrée de pièces souterraines.

Fig. 65 - Porte d'entrée simple (maison 5 de Ǧerāde).

Fig. 66 - Entrée ménagée au travers d'un bâtiment (Kaukanāyā).

5 - Les entrées

47On accède aux maisons par des portes simples percées dans le mur de clôture (fig. 65) ou par des systèmes plus complexes occupant une pièce dans les bâtiments (fig. 66) ou formant une construction à part. Ces portes ouvrent directement sur la cour et non sur les bâtiments eux-mêmes. Un premier type d'entrée « complexe », très répandu dans les chaînons nord et que l'on rencontre notamment dans les maisons II et III de Dēḥes, consiste en un simple passage non couvert fermé par une porte, côté extérieur, et par une autre porte ou un simple passage donnant directement, sans obturation, de l'autre côté.

Fig. 67 - Vestibule d'entrée avec des bancs latéraux.

Fig. 68 - Porte rétrécie à l'aplomb de l'arc à Ruweiḥa.

  • 20 Une maison présentant ce dispositif se trouve à quelque distance à l'est de Bābisqā.

48Dans les grands bâtiments en appareil orthogonal simple du Ǧebel Zāwiye, mais parfois aussi dans ceux du Ǧebel Bārišā20, l'entrée est un couloir étroit dont les murs latéraux sont aveugles. Ce couloir ouvre, à l'extérieur, par un arc ou par une voûte dont la tranche est parfois moulurée ; au-delà d'un vestibule ouvert, pourvu parfois de bancs de pierre de chaque côté (fig. 67), on a une porte dont le linteau ou le cadre est mouluré avec parfois des frises, des médaillons et éventuellement une corniche. Le couloir débouche sur la cour par un passage couvert marqué par un linteau reposant sur des blocs taillés en biseau ou par une porte fermée. Ce couloir, généralement droit, peut être coudé.

49Ailleurs, les entrées sont des bâtiments à part, à un ou deux étages. Dans ce dernier cas, elles sont semblables à des tours. L'entrée elle-même, au rez-de-chaussée, comporte les mêmes éléments que les précédentes ; on trouve parfois une pièce latérale comparable à une loge de concierge. L'étage devait être une pièce d'habitation. Un exemple d'entrée à deux étages se rencontre dans la maison 11 de Ǧerāde. Au rez-de-chaussée se succèdent un arc mouluré, un vestibule, une porte au chambranle mouluré et un simple passage. Le bâtiment est flanqué latéralement, au nord, d'une galerie à deux étages sur laquelle donne la pièce unique de chacun d'eux. Au premier étage, la galerie est dallée et bordée, de chaque côté, par des plaques de parapet sculptées.

50Dans l'ensemble du Massif calcaire, des portes d'entrée ont été rétrécies (fig. 68) après coup, soit qu'une nouvelle porte ait été construite à l'aplomb de l'arc, les vides étant obturés, soit que l'encadrement de la porte ait été rétréci par la mise en place, à l'intérieur de cette porte, de nouveaux montants et d'un nouveau linteau, généralement des remplois. Il est impossible de situer ces rétrécissements avec précision dans le temps ; on peut estimer qu'ils datent d'une époque où l'on ne construisait plus de bâtiments nouveaux.

Fig. 69 - Maison I de Bābisqā : galerie placée le long du mur de clôture.

Fig. 70 - Galerie de la maison I de Bābisqā.

Fig. 71 - Galerie s'avançant au milieu de la cour (Ǧerāde).

6 - Les galeries

51On appellera « galeries » des constructions faites de dalles portées par un système de piliers et d'architraves. Ces galeries se rencontrent le long du mur de clôture de la maison (fig. 69 et 70) ou s'avancent au milieu de la cour (fig. 71) en la divisant en deux et en prenant appui, par un petit côté, sur le portique du bâtiment. Elles sont bordées de parapets en pierre et établissent ainsi un système de circulation indépendant, au niveau de l'étage, qui permet une vue complète sur la cour. Particulièrement nombreuses dans les chaînons nord, ces galeries se rencontrent aussi dans le Ǧebel Zāwiye.

52Elles sont parfois fermées sur trois côtés, l'un d'eux étant le mur de clôture sur lequel elles prennent appui. Le quatrième côté est occupé par des piliers. Le toit est une terrasse dallée de faible pente. Elles sont alors comme des portiques séparés de leur bâtiment. Cette évolution confirme que la fonction des galeries était bien aussi d'augmenter la surface couverte, en particulier à l'étage. Il arrive enfin que la façade soit elle-même murée et que la galerie devienne un bâtiment de petite taille.

  • 21 O. Callot : Huileries antiques de Syrie du nord et ouvrage en préparation sur Ruweīḥa et Ǧerāde évo (...)

53Il convient d'évoquer, par ailleurs, un bâtiment unique en son genre mais qui présente de nombreux traits communs avec les galeries : c'est le bâtiment à terrasse de la maison 50 de Ǧerāde21 (fig. 72). Au rez-de-chaussée, quatre piliers en façade et un cinquième contre le mur de fond. Les piliers de façade et une console du bâtiment nord situés sur le même alignement supportent un mur élevé ; l'ensemble est couvert d'une terrasse de dalles portées par des corbeaux, elle-même bordée de plaques de parapet en pierre. On y accédait par un escalier extérieur aux marches taillées dans des blocs engagés dans le mur. Entre le rez-de-chaussée et la terrasse, des trous de solives indiquent un premier étage. Comme les galeries, ce bâtiment repose, à la base, sur des piliers. Il est couvert en terrasse et comporte de nombreux espaces ouverts bien qu'il s'agisse d'un bâtiment à deux étages.

Fig. 72 –Maison 50 de Grade : bâtiments à terrasse

7 - Les tours

54On rencontre un grand nombre de tours, dans l'ensemble du Massif calcaire, particulièrement autour des plaines de Dānā et de Sermadā. Elles sont isolées dans les terroirs ou appartiennent à des ensembles : maisons, églises ou couvents.

  • 22 I. Pena, P. Castellana, R. Fernandez : Les reclus syriens, Milan, 1980.

55D'après le R.P. I. Pena, la plupart des « tours du Massif calcaire ont été construites dans un but religieux22, elles étaient destinées à la réclusion des moines ». Sans exclure la possibilité d'une telle destination, il ne paraît pas possible d'admettre, dans l'état actuel des connaissances, qu'elles aient eu généralement ni même souvent cette fonction, ni lors de leur construction, ni après. Les textes évoquant les reclus ne font jamais allusion à des tours alors qu'ils ne manquent jamais de relater la construction des colonnes de stylites. Les caractères archéologiques des tours n'indiquent pas qu'elles étaient destinées à des reclus : il aurait, en effet, fallu qu'elles fussent effectivement fermées, ce qui était rarement le cas, et il était inutile de les construire aussi hautes, aussi massives, pour un seul moine.

56Dans quelques rares cas, cependant, on peut penser que la tour abritait en effet un reclus et avait été construite dans ce but : ce sont alors des constructions exiguës, peu élevées, avec un dispositif d'obturation. C'est le cas de la tour de la maison 5 de Qirqbīze. Construite en appareil orthogonal simple, probablement avant la division de la maison, elle n'a qu'un étage dallé auquel aucun accès n'était prévu : les seules ouvertures sont des fenêtres. Un autre exemple est l'édicule jouxtant le baptistère de l'église de Dēḥes.

57En fait, la plupart des tours sont des édifices hauts et massifs de trois étages ou plus. De plan carré, elles couvrent une surface variable : les tours de Serğible (fig. 73) et de Qaṣr el Banāt, qui appartiennent à des couvents, comptent parmi les plus hautes. Les ouvertures sont rares ou inexistantes. Elles sont couvertes de terrasses (Darqītā), de toits pyramidaux ou à double pente : les difficultés de l'observation permettent rarement d'en décider. Les étages ont des planchers portés par des poutres et des solives, sauf parfois le premier, qui comporte des dalles posées sur des corbeaux et sur un arc médian. Les escaliers étaient en bois ou remplacés par des échelles. Les escaliers en pierre, avec des marches engagées dans l'épaisseur des murs, comme celui du dernier étage de la tour de Ǧerāde (fig. 75 à 78), sont des exceptions. Les tours de Serğible, de Kfellūsīn, de Ǧerāde et de Darqītā, sont pourvues, au sommet ou à mi-pente, d'édicules en surplomb que Butler a présenté comme des latrines, signe d'une occupation permanente, non pas celle d'un reclus, mais plutôt d'un guetteur, comme semble le prouver, à Ǧerāde, un chemin de ronde constitué de dalles posées sur des corbeaux. Ces édicules pouvaient avoir une autre fonction : placé à l'aplomb de la porte, celui de la tour de Darqītā est probablement une sorte de judas.

Fig. 73 - Tour de Serğible.

Fig. 74 - Tour de Šeiḫ Sleimān.

58Faute d'inscription explicite, on ne connaît pas précisément la fonction des tours des maisons. Deux, toutefois, paraissent certaines. La fonction d'habitation, d'une part, est indiquée par la structure du bâtiment est de la maison II de Refāde : deux tours carrées à étages reliées après coup par un portique. La fonction de dépôt et de magasin n'en était pas nécessairement séparée. La fonction de surveillance, d'autre part, est attestée pour la tour de la maison 7 de Ǧerāde, un des édifices les plus beaux et les mieux conservés de ce village.

Fig. 75 - Maison 2 de Refāde avec sa tour.

Fig. 76 - Tour de Ǧerāde : vue d'ensemble.

Fig. 77 - Tour de Ǧerāde : escalier en pierre du dernier étage.

59Construits en appareil orthogonal simple, les murs de cette tour comptent 27 assises à peu près régulières. On distingue quatre étages : le premier est fait de dalles soutenues, au centre, par un arc ; on y accédait, sans doute de l'extérieur, par une échelle, mais une incertitude subsiste pour l'emplacement de la porte. Les autres ont des planchers portés par des poutres et des solives. On y montait par une échelle ou un escalier en bois, sauf au sommet : des marches de pierre encastrées dans les murs conduisaient du 3ème au 4eme étage. Les deux premiers étages étaient éclairés par une grande ouverture et par des lucarnes fermées par des volets ; au troisième, l'édicule construit en surplomb à l'extérieur était une latrine. La fonction de la tour est clairement indiquée par le chemin de ronde extérieur du quatrième étage : des dalles placées tout autour de l'édifice sur des corbeaux logés en oblique, aux angles, perpendiculairement au mur, ailleurs, à raison de deux par côté. On accédait à ce chemin de ronde par quatre portes, une sur chaque côté, découpées dans les murs de manière à dessiner des croix grecques. Cette tour a pu servir d'entrepôt mais l'organisation du quatrième étage montre clairement qu'elle a été conçue pour le guet et les latrines prouvent un habitat permanent. Elle est visible de n'importe quel endroit du terroir.

Fig. 78 - Tour de Ǧerāde : chemin de ronde.

8 - Les huileries

  • 23 O. Callot : ouvrage cité.

60Elles se rencontrent parfois dans les maisons, mais souvent, aussi, à l'extérieur, dans des bâtiments spéciaux, à la périphérie du village. Elles ont fait l'objet d'une étude détaillée d'O. Callot dont je me borne à reprendre les conclusions23.

61La fabrication de l'huile résulte de trois opérations successives : le broyage, le pressurage et la décantation, qui peuvent être effectués dans un même lieu ou séparément.

LE BROYAGE

62Il vise à réduire les olives en une pâte homogène. Plusieurs types de broyeurs qu'on appellera « moulins » sont utilisés. Les broyeurs à rouleaux : les rouleaux sont dans un bassin creusé dans le rocher, avec parfois une partie construite, dont la profondeur dépasse rarement 75 cm. Le fond du bassin est incliné vers une petite citerne que nous appelons « recette », du nom qu'elle a reçu dans le Midi de la France, où l'on recueillait la pâte (amurca d'après les agronomes latins) obtenue par le broyage. Les rouleaux étaient galbés, ce qui permettait d'exercer une pression supérieure au centre, ou cylindriques. On les manœuvrait par des leviers en prenant appui sur le sol ou en utilisant des logements prévus à cette fin dans les rouleaux ; il fallait cinq ou six ouvriers pour les manœuvrer. Les bassins pouvaient servir aussi au pressurage mais le travail des ouvriers était plus aisé quand ils étaient utilisés exclusivement pour le broyage. Ces types de broyeurs pouvaient être fabriqués entièrement à partir de la pierre, mais leur maniement était peu commode et leur rendement faible. Il fallait à peu près deux broyeurs par presse. Plus connus dans l'Antiquité, les broyeurs à meule étaient peu répandus dans le Massif calcaire. Ils comportent une grande cuve cylindrique en pierre, de 60 cm de hauteur, un mètre de largeur et 20 cm, ou davantage, de profondeur. Au centre, un axe vertical, placé dans un logement, était relié par des bras à une ou deux meules cylindriques en pierre. L'appareil était actionné par un homme ou par un âne : les locaux où se trouvaient les broyeurs autorisaient en effet la circulation de ces animaux de petite taille. Les broyeurs de type mixte sont encore plus rares. Ils comprennent aussi une cuve cylindrique mais aucun logement central pour l'axe vertical : le broyage était effectué au moyen d'un rouleau galbé que l'on faisait tourner avec deux barres de bois.

LE PRESSURAGE

63Il est effectué par un levier, appelé arbre, calé à une extrémité dans un logement fixe et mû, à l'autre, par un treuil ou par un système à vis. Une forte pression était ainsi exercée sur les scourtins remplis de pâte d'olive entassés à proximité du point fixe. L'huile était acheminée dans la recette. La puissance variait avec le système adopté pour les mouvements du levier. Le treuil était un cylindre en pierre relié par des cordages à l'extrémité du levier. Il était actionné par des bras : en s'enroulant, la corde abaissait le levier. Les treuils étaient fixes ou reliés à des contrepoids. Les systèmes à treuil fixe étaient moins puissants car ils ne permettaient pas d'augmenter la pression au-delà de ce que permettait l'abaissement du levier. Dans le système à contrepoids, le cylindre était en bois. Il était relié à un ou deux contrepoids par des cordes ou fixé à une pierre d'ouvrage. Ce système ancien et plus puissant se rencontrait rarement dans le Massif calcaire.

64Le système le plus répandu et aussi le plus puissant est le système à vis. La pièce maîtresse est une vis comprenant quatre sections : la plus longue est filetée ; la seconde, dont le diamètre est plus grand, recevait des bras destinés à la faire tourner ; une section lisse, de plus petit diamètre, assurait la liaison avec le bâti, permettant de fixer la vis à une pierre d'ancrage et, enfin, la quatrième section était également destinée à être reliée à cette dernière. La pierre d'ancrage, de forme cylindrique, pesait entre 750 et 2 100 kg. Elle était placée dans un logement d'une vingtaine de centimètres de profondeur, dont la fonction était d'assurer son maintien dans un plan vertical au cas où elle était soulevée à la fin du pressurage.

65La différence de puissance entre ces systèmes explique que les leviers étaient de faible envergure dans les presses à treuil. Ils étaient au contraire, très grands, dans les systèmes à vis. Selon O. Callot leur section était plus large au niveau de la vis : deux ou trois poutres étaient peut-être liées ensemble.

66A l'extrémité fixe, les leviers sont calés dans des niches ou dans des cadres. Les niches sont taillées dans le rocher ou dans un bloc monolithe (fig. 79 et 80) ou, encore, ménagées dans un mur. Les cadres pouvaient être également monolithes ou appareillés. Des châssis en bois, de types variés, assuraient le maintien des leviers dans les logements. Ils devaient être de plus grande taille, dans les pressoirs à vis, pour maintenir le levier dans un plan vertical.

Fig. 79 - Niche monolithique (Deir Sētā).

Fig. 80 - Niche taillée dans le roc.

67Une fois remplis de pâte d'olive, les scourtins étaient posés sous le levier. Ils servaient de cribles grossiers, retenant les parties solides et laissant couler l'huile. Un emplacement particulier leur était parfois réservé (fig. 81) et, quand ils ne se trouvaient pas dans un bassin, une rigole était prévue pour l'acheminement de l'huile dans un groupe de deux bassins rectangulaires d'environ 80 sur 50 cm d'une profondeur inférieure à 50 cm. Grâce à ce système, on pouvait dissocier la première huile et les autres. Quand le broyage et le pressurage étaient effectués dans le même bassin, l'huile s'écoulait directement dans la recette ; celle-ci se trouvait sur un des côtés, généralement dans l'axe du levier. Elle offrait un orifice circulaire et s'évasait vers le bas avec, au fond, une petite cuvette hémisphérique qui permettait une vidange complète ; sa profondeur ne dépassait pas 1,50 m.

Fig. 81 - Emplacement des scourtins et bassins rectangulaires (pressoir souterrain de Dēḥes).

68Par-delà ces différences, une même technique était utilisée. Après le broyage, on entassait la pâte d'olive dans les scourtins. Placés sous le levier, ces derniers recevaient une première pression qui donnait l'huile réputée la meilleure, l'huile vierge ou l'huile de première pression. La première pression était donnée d'abord par le seul poids du levier. Elle était poursuivie grâce au treuil ou à la vis, mais il fallait veiller à ce que le levier restât en position horizontale pour éviter que la pile des scourtins ne se renversât. On y parvenait en enfonçant des coins en bois dans la partie supérieure de la niche ou dans le haut du cadre. Après l'écoulement de l'huile vierge, on retirait les cales, on remontait le levier et on versait de l'eau bouillante dans les scourtins. Puis, on effectuait un second, voire plusieurs autres pressurages.

LA DÉCANTATION

69Le liquide obtenu équivalait à environ 60 % du poids des olives ; il comprenait lui-même plusieurs éléments, l'huile représentant à peu près le tiers du poids. Le but du raffinage était de séparer l'huile des autres constituants. L'huile étant plus légère que l'eau et les autres constituants, on utilisait la méthode de la décantation par gravité, après adjonction d'eau. L'huile remontée à la surface était prélevée avec une palette. La décantation était effectuée après chaque pressurage, l'huile vierge n'étant pas mélangée avec celle des autres pressions.

70Le premier raffinage (fig. 82) pouvait être effectué dans la recette : on ajoutait de l'eau jusqu'à ce que l'huile décantée pût être récupérée à la palette ou s'écouler par l'orifice. L'opération pouvait aussi être menée dans deux bassins reliés par un canal situé dans la partie supérieure de la paroi de séparation, de telle sorte que seule l'huile raffinée s'écoulât du premier dans le second. Ces deux bassins étaient parfois recouverts par des couvercles afin de permettre le déplacement des ouvriers autour des scourtins. Après ce premier raffinage, l'huile était stockée dans des jarres. Elle pouvait aussi être soumise à un second raffinage (fig. 83) qui consistait à la faire passer à plusieurs reprises d'un bassin à l'autre. On utilisait soit les deux bassins précédemment évoqués, soit la recette et des cuves mobiles ou encore, quoique plus rarement, une série de bassins situés à des niveaux différents et reliés entre eux par des canaux.

Fig. 82 - Premier raffinage : schéma de fonctionnement (Callot, pl. 97).

Fig. 83 - Deuxième raffinage : schéma de fonctionnement (Callot, pl. 100).

71Nous avons vu que les différents éléments des huileries n'étaient pas toujours rassemblés dans le même local et qu'il fallait distinguer les moulins, les pressoirs et les huileries. Dans ces dernières, deux cas se présentent : soit l'utilisation d'un même bassin pour le broyeur et la presse, soit celle de deux bassins. Dans les premiers, on utilise toujours les broyeurs à rouleaux et, dans les seconds, des broyeurs à meule ou mixtes. Les huileries à bassin unique sont de loin les plus nombreuses, mais les autres sont de loin plus puissantes (fig. 84).

72Aucun critère technologique ne permet de dater les huileries, les plus perfectionnées étant en effet connues dans le monde romain dès le Ier siècle de notre ère.

Fig. 84 - Huilerie souterraine de Kafr Nābū, essai de reconstitution (Callot, pl. 123).

LES PRESSOIRS À VIN

  • 24 C'est ce qui ressort nettement de Caton, De agricultura, ch. 19.

73L'existence de pressoirs à vin est attestée par les sources écrites : le vin d'Apamène était célèbre. Ils n'ont toutefois fait l'objet d'aucune étude précise et il n'existe pas de critère sûr pour les reconnaître car les pressoirs à huile pouvaient servir aussi pour le vin, mais sans remplir simultanément les deux fonctions24. Il est donc possible que certaines installations, considérées comme des huileries, aient été utilisées comme pressoirs à raisins : nous retrouvons là notre distinction entre destination et fonction réelle des bâtiments. A un seul trait, il est peut-être possible de reconnaître un pressoir à vin : c'est l'existence d'un orifice, dans le mur, permettant de déverser le raisin dans la cuve où il était foulé, le vin étant ensuite collecté dans la recette. De telles installations se rencontrent à Ǧerāde (fig. 85) et à Ruweiḥa. Mais ne pouvait-on y déverser aussi bien des olives ?

Fig. 85 - Orifice déversoir pour le raisin ( ?) de la maison 1 de Ǧerāde.

B - LES MAISONS COMME ENSEMBLES

1 - Morphologie

UN SEUL TYPE DE MAISON

74Par-delà des différences de taille, de plan et de date, toutes les maisons du Massif calcaire sont du même type : elles s'organisent, horizontalement, autour d'une cour centrale et, verticalement, sur deux niveaux dont les fonctions diffèrent totalement.

75Horizontalement, la cour est au centre du système de circulation. C'est un espace intermédiaire obligé entre l'extérieur et l'intérieur. Les portes conduisent à elle et à elle seule. Isolées de l'extérieur par des murs aveugles, les pièces du rez-de-chaussée ne donnent que sur la cour : il faut donc traverser celle-ci pour accéder à un bâtiment, que l'on vienne de l'extérieur ou d'un autre bâtiment. La raison d'une telle disposition n'est pas claire. Elle ne paraît pas répondre à un souci de défense. Si hauts qu'ils soient - et certains, notamment à Ruweiḥa, atteignent quatre mètres-, les murs de clôture pouvaient certes gêner les entreprises de maraudeurs isolés, mais ils n'auraient pu arrêter une troupe de bandits organisée, encore moins une armée car, à leur sommet, ils ne comportaient aucun dispositif réel de défense, ni tour d'angle ni chemins de ronde. Le repliement de la maison sur elle-même correspondait donc plutôt à une habitude sociale qu'il n'est pas possible de comprendre exactement en l'absence de texte précis.

76Verticalement, une division absolue paraît s'établir, sur le plan fonctionnel, entre un rez-de-chaussée voué aux tâches utilitaires, et un étage consacré à l'habitation. Les mangeoires entre les piliers des portiques montrent que les cours étaient le séjour normal des animaux, bovins, ovins et probablement aussi volaille. Telle était également la destination du rez-de-chaussée des bâtiments. On dallait ordinairement les cours et parfois les portiques, mais non l'intérieur des bâtiments, pour éviter qu'en hiver le piétinement des bêtes ne transformât les cours en bourbiers. Ce dallage prouve également l'absence de toute culture dans la cour. Les animaux étaient nourris avec le fourrage ou les grains entreposés dans les pièces du rez-de-chaussée. Au même niveau, on avait les pressoirs, les remises à outils, probablement aussi le foyer pour la cuisine et éventuellement le four à pain. L'étage, au contraire, était occupé par les pièces d'habitation, les seules qui fussent éclairées par des fenêtres. On ne sait pas si c'était leur seule destination. Dans les bâtiments dont les pièces sont exactement semblables, ce qui est presque toujours le cas, on ne peut penser que l'utilisation d'une pièce d'étage à des fins économiques ait été chose courante. Dans les bâtiments donnant directement sur le terroir par une échelle, comme dans le bâtiment 105 de Dēḥes (maison III) ou dans certains bâtiments d'El Bāra (fig. 86), la supposition contraire s'impose : il s'agissait certainement d'entrepôts. Telle était aussi la fonction des galeries.

Fig. 86 - Maison d'El Bāra : porte de la façade arrière de l’étage donnant directement sur le terroir.

77Quoi qu'il en soit de ces affectations exceptionnelles, on relève qu'au niveau de l'étage, un système de circulation indépendant de celui du rez-de-chaussée tend à s'instaurer. Quand il existe des galeries, en effet, on peut faire le tour de la maison en restant à l'étage ou bien s'avancer au milieu de la cour pour prendre une vue d'ensemble et observer ce qui s'y passe sans avoir à descendre se mêler aux animaux. Dans le même ordre de faits, des communications directes sont parfois ménagées à l'étage entre deux bâtiments voisins ; une telle liaison a été identifiée entre les bâtiments 106 et 107 de la maison III de Dēḥes.

  • 25 R. Stillwell : Houses of Antioch, Dumbarton Oaks Papers, 1961, p. 45-57. Nous disposons maintenant, (...)

78L'ambivalence des maisons, comme lieu de travail et d'habitation, illustre leur caractère rural. Ce sont des unités d'habitation et d'exploitation et non des résidences, des lieux de réception ou de simples centres de gestion25. Elles s'opposent par là aux maisons urbaines. Il est vrai que, dans ces dernières, la cour joue aussi un rôle essentiel dans le système de circulation, qu'elles comportent un péristyle ou un atrium. Mais, dans les maisons urbaines, la cour, ou ce qui en tient lieu, est un lieu d'agrément et non un endroit où l'on travaille. Elle joue aussi un rôle dans la climatisation de la maison et est souvent plus petite. Il n'y a donc pas de réelle analogie, sauf formelle.

LA MAISON « À PÉRISTYLE » DE FIDRE

  • 26 PAES II B, p. 253. J.-P. Sodini et G. Tate : art. cité, p. 390.

79Il convient, à cet égard de réexaminer la maison de Fidre datée des années 421 à 45326 : Butler a cru précisément y reconnaître « presque un atrium », opinion qu'il nuançait par une analyse rapide des bâtiments, mais qui n'en demeure pas moins dangereuse, car elle a été largement répandue, sans la prudence dont il l'avait assortie, pour accréditer l'hypothèse tout à fait fausse d'une influence urbaine sur le plan des maisons villageoises.

80Cette maison (fig. 87 et 88) comprend deux bâtiments construits en appareil double, de chaque côté d'une cour, au nord et à l'est : ceux-ci n'ont qu'une pièce, au rez-de-chaussée et à l'étage. Le bâtiment nord a probablement été construit d'abord, car il appartient à la même phase de construction que la porte de 421, située au sud ; le bâtiment est de 453. Les deux bâtiments sont précédés de deux portiques à peu près en équerre ; le portique à piliers nord, construit d'abord, se termine à l'ouest par un mur en appareil double d'axe nord-sud percé d'une porte vers l'extérieur. Ce mur correspond peut-être à une extension de la maison vers l'ouest. Le portique est également à piliers, sauf une colonne surmontée d'un chapiteau. Une galerie constituée de dalles reposant sur des piliers à l'est et sur le mur nord-sud, à l'ouest, a été élevée après le portique nord. De ce fait, un second pilier a été ajouté, pour la galerie, au premier pilier nord.

Fig. 87 - Maison « à péristyle » de Fidre : plan.

Fig. 88 - Maison « à péristyle » de Fidre : vue de la galerie ouest sur le bâtiment nord.

81Les relations avec la maison située immédiatement au sud ne sont pas claires. Toutes deux communiquent par une porte dans le mur sud, mais peut-être n'était-ce qu'une fenêtre. Cette porte supposée, dans laquelle Butler avait voulu voir une marque de la « convivialité » villageoise, a été condamnée au plus tard au moment de la construction du portique est ; peut-être l'a-t-elle même été avant, au moment de la construction de la maison « à péristyle ».

82Au lieu d'une maison « à péristyle », dont la forme aurait été achevée d'emblée, nous avons une maison villageoise ordinaire à deux bâtiments disposés en équerre et précédés de portiques construits successivement. La galerie elle-même est bien à sa place dans cette catégorie de maisons.

2 - Évolution des maisons

83Après avoir passé en revue leurs éléments constitutifs, il reste à envisager l'évolution des maisons et leur état final. Elles sont en effet comme des organismes qui évoluent pendant environ trois siècles, d'après les données architecturales, et parfois même davantage selon les sondages stratigraphiques pratiqués à Dēḥes.

Fig. 89 - Maisons de plan régulier

Fig. 90 - Maisons de plan régulier.

Fig. 91 - Maisons de plan irrégulier

Fig. 92 - Maisons 3, 4 et 5 de plan régulier à Ǧerāde.

84A première vue, les maisons diffèrent entre elles par le plan, la surface et le nombre de bâtiments. Les plans sont réguliers (fig. 89 et 90), c'est-à-dire à peu près géométriques, ou irréguliers (fig. 91). La surface varie de 100 à 2 000 mètres carrés et le nombre de bâtiments de un à trois, plus rarement quatre ; mais, s'y ajoutent parfois un porche d'entrée, une pièce souterraine, une galerie et un pressoir. L'évolution des maisons est connue par les états successifs qu'indiquent les changements dans le nombre et la disposition des bâtiments et autres éléments constitutifs, plus rarement dans le plan et la taille. Dans tous les cas, on peut établir une chronologie relative et, parfois, une chronologie absolue. Les maisons peuvent être, en effet, agrandies, divisées ou associées.

85L'évolution la plus simple consiste en un simple agrandissement par extension linéaire d'un bâtiment ou par construction d'un nouveau bâtiment vis-à-vis du précédent, perpendiculairement à son axe ou encore contre lui, son mur de façade butant contre le montant d'une porte. Autre transformation simple, le remplacement d'une plate-forme d'accès à l'étage par un portique dont plusieurs travées peuvent être ensuite murées. La principale explication du mode d'agrandissement adopté paraît être la taille et la forme des parcelles dont les contours ne semblent pas avoir connu de modification à travers les siècles. De ce fait, les maisons à plan régulier sont plus nombreuses à la périphérie des villages, où la place ne manque pas, et dans les villages du Ǧebel Zāwiye, généralement plus grands. Autre genre d'évolution : la division d'une maison par l'implantation d'un mur à travers la cour, dans le prolongement d'un refend du bâtiment principal. Cette transformation s'accompagne souvent de la construction d'une entrée indépendante pour l'une des maisons.

86Une maison peut être construite en association avec une maison antérieure, ce lien se matérialisant par une communication directe. Une telle association réunit les maisons 3, 4 et 5 de Ǧerāde (fig. 92). Ces trois processus principaux ont donné lieu à des combinaisons variées dont nous signalerons trois cas. Le premier est celui d'un agrandissement accompagné à peu près simultanément d'une division, cas de l'îlot 1 d'El Bāra (fig. 90), dont le bâtiment principal a été agrandi plusieurs fois par une série d'adjonctions linéaires, chacune d'elles correspondant à une nouvelle maison. La division peut intervenir aussi après agrandissement, comme dans la maison 17 de Serğilla (fig. 90) : un bâtiment de deux pièces est ajouté à l'est du bâtiment initial ; ce dernier est alors précédé d'un portique ; la maison est enfin divisée par un mur construit dans le prolongement du mur est du bâtiment initial : il inclut un des piliers du portique, ce qui prouve qu'il est postérieur. Enfin, la maison est divisée et l'une des nouvelles maisons est agrandie. Ainsi à Bā‘ūde : le bâtiment initial commun aux maisons 8 et 9 (fig. 90) a d'abord été divisé entre elles, puis chaque moitié a été agrandie.

87Les éléments de diversité ne touchent donc pas l'essentiel. Les plans sont déterminés par des nécessités circonstancielles : forme des parcelles, encombrement des villages et place disponible. Quant à la taille et au nombre des éléments constitutifs, ils varient avec le temps et relèvent non des nécessités architecturales mais des réalités démographiques, économiques et sociales. Les maisons appartiennent à un type unique défini par la fermeture de la maison vis-à-vis de l'extérieur, par le rôle central de la cour dans la disposition aussi bien que dans le système de circulation et, enfin, par une division fonctionnelle verticale, le rez-de-chaussée étant destiné aux tâches utilitaires tandis que l'étage est réservé au logement et constitue plus spécialement l'espace privé. Un type unique mais une diversité telle qu'il est vain, plus encore que pour les bâtiments, de tenter de définir des catégories.

88Il n'en reste pas moins que ces maisons sont qualitativement semblables tant globalement que dans les détails ; il est donc indispensable de disposer d'un paramètre commun pour les comparer. La superficie totale n'est pas un critère pertinent car, à surface égale, plusieurs maisons ou la même maison à des dates différentes peuvent comporter un nombre différent de bâtiments. Leur nombre et celui des autres éléments ne conviennent pas non plus car, nous l'avons vu, ils sont parfois séparés par des différences de grandeur considérables. Le critère le plus sûr devrait combiner surface globale et surface bâtie. Faute de relevés précis assez nombreux, cette donnée est difficile à établir dans l'ensemble du Massif calcaire. En fait, les maisons sont des assemblages d'éléments simples : les pièces ; leurs dimensions, sans doute, sont loin d'être constantes, mais leur nombre indique assez exactement les différences de grandeur entre les maisons. Nous prendrons donc, comme base de comparaison, l'appareil des murs et le nombre des pièces. A défaut d'être rigoureux, ce système donne un moyen d'évaluation commode et, à l'expérience, valable, car il correspond à une réalité vivante.

CONCLUSION

89Dans le Massif calcaire, l'architecture domestique est marquée par une permanence et une unité également remarquables. Permanence durant au moins cinq siècles, quels qu'aient été les changements intervenus dans le niveau social des habitants et dans les techniques de construction : il est notable que la substitution de l'appareil orthogonal à l'appareil double n'a entraîné aucune modification dans la conception des bâtiments ni dans l'organisation des maisons auxquelles ils appartiennent. Unité, car, au-delà des éléments de diversité relevés, les maisons obéissent toutes, même dans leur évolution, à une même conception générale de l'organisation de l'espace domestique.

90Cette permanence et cette unité définissent une originalité qu'il convient, toutefois, de nuancer. Elle s'affirme avec force si on compare les maisons du Massif calcaire aux maisons urbaines d'Antioche et d'Apamée ; une même fermeture vis-à-vis de l'extérieur et un même regroupement des éléments bâtis autour de la cour ne constituent qu'une ressemblance factice et trompeuse. Les maisons urbaines sont des organismes où l'on ne travaille pas, elles n'offrent pas cette division verticale fonctionnelle qui découle, dans les maisons rurales, du rassemblement, dans le même organisme, des fonctions économiques et d'habitation.

91Comparée aux maisons rurales des autres régions de la Syrie et des régions voisines, l'originalité des maisons du Massif calcaire, en revanche, est moindre. Dans les régions basaltiques situées à l'est de la plaine de Chalcis et dans le Hauran, les maisons comprennent des bâtiments construits selon des techniques de construction particulières, qui s'expliquent par la nature basaltique du matériau employé, mais elles présentent une organisation globale analogue. En Cilicie, les maisons villageoises explorées par G. Dagron et S. Eyice révèlent peut-être une parenté étroite avec celles de Syrie du Nord. Les maisons de Lycie étudiées par R. M. Harrisson offrent les mêmes rez-de-chaussée aveugles, les mêmes escaliers de pierre desservant l'étage et les mêmes citernes disposées au pied des maisons. En Cyrénaïque, enfin, on trouve également des bâtiments construits en appareil orthogonal à joints vifs, avec les mêmes installations pour l'élevage au rez-de-chaussée, la même implantation des poutres et des planchers et le même recours à des arcs pour supporter les planchers. Les maisons du Massif calcaire s'insèrent dans une aire rurale très vaste caractérisée par une civilisation matérielle fondée sur des bases similaires.

Notes

1 J.-P. Sodini et G. Tate, article cité.

2 G. Tchalenko, Villages, p. 10.

3 J.-P. Sodini, G. Tate, B. Bavant, J.-L. Biscop, D. Orssaud, es I-III, dans Syria, 1980.

4 AAES, p. 69-70 et 75. G. Tchalenko, Villages, p. 302 et sq.

5 Pour l'architecture domestique en Syrie à l'Âge du fer, Fr. Braemer : L'architecture domestique du Levant à l'âge du fer, Paris, 1982. Selon l'auteur, l'existence de couvertures à pente à cette époque est probable : « L'existence de canalisations venant du toit et aboutissant à des citernes ou à des drains dans la maison de Tell Ta'anek, la maison 430 de Beer Sheba ou celles de Ai et de Tell Beit Mirsim implique que les toitures de ces églises avaient une certaine pente destinée à l'écoulement des eaux en un point précis » (p. 137). Bien que les toits plats soient de loin les plus souvent attestés, les toits en pente et sans doute à double pente existaient bien avant. La question de leur origine reste ouverte.

6 J.- P. Sodini, G. Tate, B. Bavant et alii : es I-III, particulièrement le chapitre de J.-L. Biscop sur les techniques de construction.

7 J.-P. Sodini, G. Tate, B. Bavant et alii, es I-III, p. 171 et sq et p. 194.

8 J.-P. Sodini, G. Tate, B. Bavant et alii, es I-III, p. 202 et sq.

9 J. P. Sodine et G. Tate : art cité.

10 Idem, p. 380.

11 PAES II B, p. 304.

12 J.-P. Sodini et G. Tate et alii : art. cité.

13 PAES II B, p. 151 et 177.

14 AEES, p. 69-70 et 75.

15 Dēes I-III, p. 52 et 171.

16 J.-P. Sodini et G. Tate : art. cité.

17 PAES 11 B, p. 133 et sq.

18 O. Callot : Huileries de Syrie du nord, pl. 125.

19 Ces maisons seront publiées dans un ouvrage sous presse préparé en collaboration avec E. Baccache, J. L. Biscop, G. Charpentier, J.-P. Fourdrin et A. Naccache.

20 Une maison présentant ce dispositif se trouve à quelque distance à l'est de Bābisqā.

21 O. Callot : Huileries antiques de Syrie du nord et ouvrage en préparation sur Ruweīḥa et Ǧerāde évoqué note 19.

22 I. Pena, P. Castellana, R. Fernandez : Les reclus syriens, Milan, 1980.

23 O. Callot : ouvrage cité.

24 C'est ce qui ressort nettement de Caton, De agricultura, ch. 19.

25 R. Stillwell : Houses of Antioch, Dumbarton Oaks Papers, 1961, p. 45-57. Nous disposons maintenant, avec les actes du 3ème « Colloque Apamée de Syrie » (Bruxelles, 1984) d'un ensemble important de monographies et de synthèses sur les maisons urbaines d'Apamée et plus généralement de Syrie. Le chapitre de Y. Thébert dans le 1er volume de L'histoire de la vie privée apporte en outre les éléments de comparaison importants pour l'Afrique du nord et surtout une analyse pénétrante de la réalité architecturale et sociale de la maison urbaine, de son évolution et de son fonctionnement. Sur la base de cet ensemble de données et d'analyses, on peut esquisser une comparaison entre les maisons urbaines et les maisons rurales. Le seul élément commun entre les unes et les autres est sans doute la cour centrale, mais cette ressemblance est formelle, la cour des maisons rurales ayant essentiellement une fonction économique, alors que la cour à péristyle des maisons urbaines a surtout un rôle social.

Quant au reste, tout les oppose. Les maisons urbaines relèvent d'une « architecture théorique » (Y. Thébert) alors que les maisons rurales connaissent un développement de type « vernaculaire », qui observe certes quelques principes simples et constants, mais est essentiellement déterminé par les circonstances. La maison urbaine s'insère dans un tissu urbain contraignant alors que la maison rurale se déploie sans autre contrainte que la topographie ou le voisinage d'une ou plusieurs autres maisons. Les maisons urbaines ont une double fonction de résidence et de réception. Les maisons rurales sont, certes, des habitations mais au lieu d'être conçues pour recevoir, elles sont organisées en vue d'une activité économique. Dans les maisons urbaines, les pièces sont différenciées, architecturalement et fonctionnellement : salles-à-manger (triclinium), salons de réception et chambres à coucher. Dans les maisons rurales, toutes les pièces sont semblables, même si des pièces de l'étage ont reçu, comme semble le montrer l'exemple du Hauran, le nom de triclinios (F. Villeneuve, thèse dactylographiée, p. 301). Les maisons urbaines, enfin, sont parfois beaucoup plus grandes que la plupart des maisons rurales ; certaines maisons d'Apamée atteignent 5 000 m2.

26 PAES II B, p. 253. J.-P. Sodini et G. Tate : art. cité, p. 390.

Table des illustrations

Légende Fig. 6 - Maison 58, Ǧerāde : façade est, plan et façade sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 7 - Maison de Taqle : plan et perspective (Tchalenko II, pl. V-1-).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 8 - Maison de Bāmuqqa : façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 9 - Maison 4 de Dallōza : façade (au premier plan le mur de clôture).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 10 - Maison 25 de Ruweiḥa (maison à deux bâtiments).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 11- Maisons 95 et 96 de Muğleyya : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 12 - Vue en coupe d'un mur en appareil double.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 13 - Appareil double grossier : blocs de petit module (Taqle).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Fig. 14 - Appareil double grossier : blocs de grand module.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 15 - Appareil double grossier : blocs de très grand module (mur de clôture à Brād).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 16 - Appareil double irrégulier : qualité d'exécution des joints (Brād)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 17 - Appareil double irrégulier : évolution vers une forme quadrangulaire des blocs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Fig. 18 - Appareil double quadrangulaire (Kafr Nābū).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 19 - Appareil double quadrangulaire (Qaṣr el Banāt).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 20 - Appareil double polygonal (Dēḥes).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 21 - Appareil orthogonal double (Église de Julianos à Brād).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 22 - Appareil orthogonal double : vue en coupe. (Silfāya).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 23 - Appareil orthogonal simple irrégulier.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 24 - Appareil orthogonal simple pseudo-régulier.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Fig. 25 - Montants de porte taillés dans les assises.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 26 - Montants de porte monolithes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 27 - Linteaux doubles monolithes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 28 - Linteau déchargé par évidement des blocs supérieurs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 29 - Fenêtre à meneau
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 30 - Arc disposé en travers (Ǧerāde).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 31 - Deux arcs en travers supportant un étage dallé (Ruweiḥa).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 32 - Système de piliers et d'architraves portant un mur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 33 - Type d'escaliers.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 34 - Type d'escaliers.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 35 - Plate-forme d'accès à l'étage.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 36 - Portique à piliers (Dēḥes) couvert d'un toit en pente.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 37 - Portique à piliers et colonnes couvert de dalles (Kaukanāyā).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 38 - Bâtiment d'une pièce.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 39 - Bâtiment de 2 pièces.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 40 - Bâtiment de 4 pièces (maison de Šinšarāḥ).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 41 - Bâtiment de 5 pièces (maison 5 de Ǧerāde).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 42 - Maison 1 de Kimār : plan
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 43 - Maison 1 de Kimār : façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 44 - Maison de Brād : façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Fig. 45 - Maison 11 de Bānqūsā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 46 - Superposition d'appareil (Darqīta).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 47 - Maison de Benēbil : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 48 - Maison de Benēbil : façade latérale.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 49 - Maison de Benēbil : chapiteau.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 50 - Maison de Benēbil : porte principale de l'étage.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Fig. 51 - Maison de Benēbil : entrée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Fig. 52 - Maison de Benēbil : façade latérale, partie supérieure.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 53 - Maison de Benēbil : fenêtres de la façade arrière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 54 - Maison 28 et 29 de Bā‘ūde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 55 - Maison 32 de Bānqūsā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 56 - Maisons 21 à 23 de Bā‘ūde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 57 - Maison 5 de Ǧerāde : façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 58 - Maison 5 de Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Légende Fig. 59 - Cour de la maison 2 de Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 60 - Cour de la maison 7 de Bābisqā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 61 - Maison de Bānaqfūr : les cours.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 62 - Mur de clôture de la maison 50 à Ǧerāde, vu de face.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 63- Le même mur vu d'en haut.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 64 - Entrée de pièces souterraines.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 65 - Porte d'entrée simple (maison 5 de Ǧerāde).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 66 - Entrée ménagée au travers d'un bâtiment (Kaukanāyā).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 67 - Vestibule d'entrée avec des bancs latéraux.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 68 - Porte rétrécie à l'aplomb de l'arc à Ruweiḥa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 69 - Maison I de Bābisqā : galerie placée le long du mur de clôture.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 70 - Galerie de la maison I de Bābisqā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 71 - Galerie s'avançant au milieu de la cour (Ǧerāde).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Légende Fig. 72 –Maison 50 de Grade : bâtiments à terrasse
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 73 - Tour de Serğible.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Fig. 74 - Tour de Šeiḫ Sleimān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 75 - Maison 2 de Refāde avec sa tour.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 76 - Tour de Ǧerāde : vue d'ensemble.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 77 - Tour de Ǧerāde : escalier en pierre du dernier étage.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 78 - Tour de Ǧerāde : chemin de ronde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende Fig. 79 - Niche monolithique (Deir Sētā).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 80 - Niche taillée dans le roc.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 81 - Emplacement des scourtins et bassins rectangulaires (pressoir souterrain de Dēḥes).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 82 - Premier raffinage : schéma de fonctionnement (Callot, pl. 97).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 83 - Deuxième raffinage : schéma de fonctionnement (Callot, pl. 100).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 84 - Huilerie souterraine de Kafr Nābū, essai de reconstitution (Callot, pl. 123).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 85 - Orifice déversoir pour le raisin ( ?) de la maison 1 de Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 86 - Maison d'El Bāra : porte de la façade arrière de l’étage donnant directement sur le terroir.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 87 - Maison « à péristyle » de Fidre : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 88 - Maison « à péristyle » de Fidre : vue de la galerie ouest sur le bâtiment nord.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 89 - Maisons de plan régulier
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 90 - Maisons de plan régulier.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 91 - Maisons de plan irrégulier
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 92 - Maisons 3, 4 et 5 de plan régulier à Ǧerāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4352/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540