Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Introduction

Texte intégral

1Mon but est d'étudier les campagnes dans une région de l'Empire romain puis byzantin, le Massif calcaire de la Syrie du Nord, entre le IIe et le VIe siècle. Cette tentative est possible car nous avons là, et seulement là, les ruines de 700 villages antiques, groupés par séries complètes (fig. 1) et, par endroits, le parcellaire. Ils donnent une image dégradée mais non déformée du cadre de vie des hommes à la fin de l'Antiquité. Or, les travaux nombreux et importants qui leur ont été consacrés n'en ont pas épuisé la richesse. Par la fouille et par la prospection, on peut encore trouver quantité de données nouvelles. C'est par des recherches de ce type plutôt que par l'exégèse des données connues que l'on pourra progresser dans la connaissance des campagnes de l'Empire protobyzantin.

2La question des campagnes doit être en effet reprise car les ouvrages fondés sur les sources écrites et les travaux portant sur les ruines de villages de la Syrie du Nord ont conduit à des conclusions opposées.

  • 1 La bibliographie de la question est surabondante. Bornons-nous à citer les ouvrages les plus marqua (...)
  • 2 Sur les villes syriennes, voir en particulier les publications de fouilles : Pour Antioche G. W. El (...)

3Les premiers aboutissent au même constat1 : les campagnes de l'Orient romain étaient condamnées à la misère et à la stagnation ; le développement du colonat et du patronage, que les sources juridiques attestent, a entraîné la détérioration de la condition paysanne. Même accord sur les causes : stagnation et paupérisation sont dues à l'oppression par l'État et les villes, voire les grands propriétaires. Il est vrai que plusieurs faits vont dans cette direction : développement de l'appareil d'État, augmentation des effectifs de l'armée, mise en place d'un système fiscal plus rigoureux ; au total, accroissement sensible de charges dont le poids devait retomber sur les paysans. Mais, pour qu'il en fût ainsi, il aurait fallu que le pouvoir disposât de moyens de contrainte efficaces. Était-ce le cas ? Si les campagnes et la paysannerie étaient écrasées par l'État et par les villes, d'où venait l'opulence que révèle encore, dans tous les villages du Massif calcaire, la floraison d'églises et de maisons en pierre de taille qui ont fait l'admiration de tous les voyageurs ? Et comment expliquer que cette richesse éclate au milieu d'une des plus grandes concentrations de villes de la fin de l'Antiquité2 ? Antioche et Apamée, qui comptaient parmi les plus grandes métropoles du temps et, à proximité, plusieurs autres villes importantes, Séleucie de Piérie et Laodicée sur la côte, Cyrrhus, Alep et surout Chalcis du Bélus à l'intérieur. Loin d'avoir entraîné la misère des campagnes, la richesse des villes de Syrie du Nord paraît s'être étendue aux villages et, plutôt qu'à une régression, la période IVe-VIe siècles semble avoir correspondu à un essor.

Fig. 1 - Des villages groupés par séries complètes : El Bāra et ses environs.

4Pour en connaître les bases et le rythme, l'ouvrage important est celui de G. Tchalenko : Villages antiques de la Syrie du Nord. Important, d'abord, par l'abondance de la documentation : cartes, plans, photos, inscriptions nouvelles, inventaires des couvents et des sites, qui font qu'il restera, longtemps encore, un irremplaçable ouvrage de référence. Important, aussi, car son objet est de connaître la condition des hommes à partir des ruines, en appliquant une méthode originale et féconde. Important, enfin, parce qu'il rend compte de l'essor, de la prospérité et du brutal déclin du Massif calcaire par une théorie complète et cohérente.

5Il est étonnant que, malgré sa notoriété, cet ouvrage n'ait pas modifié les idées dominantes sur les campagnes à la fin de l'Antiquité. Il est vrai que G. Tchalenko présentait le Massif calcaire comme un cas à part. Loin de procurer un modèle applicable ailleurs, son évolution était exceptionnelle : sa prospérité économique venait de la monoculture de l'olivier, de la fabrication et de la vente de l'huile au-delà des mers, en Italie ou à Constantinople. Monoculture elle-même développée à l'initiative des grands propriétaires ; pour augmenter leurs revenus, ils avaient divisé leurs domaines en petites exploitations concédées par emphytéose à des paysans sans terre, qui s'enrichirent à leur tour grâce au commerce de l'huile. Nous avions donc peut-être là un cas, unique dans l'Antiquité, d'économie régionale ne laissant aucune place à l'autoconsommation mais dépendant entièrement du marché et d'une paysannerie entreprenante guidée par la seule recherche du profit. Le déclin de la région, au VIIe siècle, aurait été dû à l'asphyxie entraînée par la fermeture des voies commerciales consécutive à la conquête islamique ; ruinés, faute de pouvoir vendre, les paysans du Massif calcaire durent abandonner leurs villages pour descendre dans les plaines fertiles d'Antioche et de Chalcis, au pied de la montagne. Pour G. Tchalenko, la prospérité du Massif calcaire dans l'Antiquité était aussi singulière que sa richesse archéologique aujourd'hui et celle-ci s'expliquerait par celle-là.

  • 3 J. Sauvaget : Alep, Paris, 1941. G. Downey : A History of Antioch in Syria, Princeton, 1961. P. Pet (...)

6Il n'est donc pas surprenant que les interprétations traditionnelles n'aient pas été remises en cause : le Massif calcaire était un cas exceptionnel. C'est pourtant ce qu'il est impossible d'accepter. On ne peut admettre sans autre preuve que les paysans de tout l'Empire, et par conséquent ceux des plaines fertiles d'Antioche et de Chalcis étaient routiniers et pauvres quand, dans les terroirs marginaux du Massif calcaire, ils étaient entreprenants, soucieux du marché et aptes à réaliser des profits par la vente des surplus. Exceptionnel, le Massif calcaire ne l'est d'ailleurs pas. Il existe dans la zone basaltique, à l'est de la plaine de Chalcis, des villages nombreux dont certains, comme Tarutia et Andrôna, avaient les dimensions de véritables villes3. Dans ces villages, maisons et églises ne diffèrent de celles du Massif calcaire que par le matériau, basalte et non calcaire ; elles révèlent, comme elles, la prospérité d'une paysannerie indépendante et un essor soutenu qui culmine au VIe siècle. Or, le Massif calcaire et la zone basaltique n'avaient pas, pour point commun, l'oléiculture, celle-ci ne pouvait être pratiquée aussi loin à l'est, mais d'être, en revanche, l'un et l'autre des zones marginales, le premier à cause des sols, la seconde du fait d'une pluviométrie insuffisante. Et si les constructions antiques ont subsisté dans ces zones marginales, ce n'est pas à cause des conditions qui prévalaient aux époques romaine et byzantine, mais du fait de leur abandon ensuite, et jusqu'à nos jours, alors que les plaines fertiles d'Antioche et de Chalcis ont connu une occupation continue à laquelle les constructions antiques n'ont pas résisté.

Fig. 2 - Vue de Refāde.

7Si ce que l'on vient de dire est exact, il n'y a aucune raison d'attribuer au Massif calcaire une plus grande richesse économique qu'au reste de la Syrie du Nord. Il faut plutôt convenir qu'entre le témoignage des sources écrites et celui de l'archéologie, la contradiction est totale ou, plutôt, que l'on a tiré des unes et des autres des conclusions erronées. Il est vrai que les sources écrites dont il s'agit ici n'offrent pas la sécurité des documents d'archives ; œuvres de citadins, elles livrent des informations fragmentaires, séparées de leur contexte et placées dans une perspective souvent faussée. Les données archéologiques, au contraire, sont sûres, mais leur interprétation est difficile et, leur sens n'est pas toujours clair. S'agissant des campagnes, elles ont cependant la supériorité incontestable de la quantité : dans le Massif calcaire, leur témoignage est complet sur une région entière. Il était donc utile d'en reprendre l'étude.

8Dans deux directions, les recherches de G. Tchalenko pouvaient être poussées plus loin, verticalement par la fouille, qui n'avait encore jamais été tentée et, horizontalement, en prenant en compte non plus quelques exemples isolés, mais des groupes entiers de villages.

9A Dēḥes, où G. Tchalenko avait déjà effectué de nombreux travaux préliminaires de relevés, une fouille fut ouverte en 1976 en collaboration avec J.-P. Sodini et B. Bavant. Sur plusieurs points importants, elle a procuré des résultats nouveaux : la « place » du village n'en était pas une, mais correspondait à un espace partagé entre les cours de trois maisons ; l'andrôn était une maison ; et surtout, ces maisons avaient connu une occupation continue durant environ cinq siècles, jusqu'au début du IXe, voire du Xe siècle. Du point de vue de la méthode enfin, la fouille a montré à quel point il était dangereux d'avancer trop loin dans l'hypothèse sur la base des seuls vestiges de surface (fig. 2 à 4). Sur l'évolution générale du Massif calcaire, les résultats étaient au contraire d'un intérêt limité, car ils ne concernaient que la partie fouillée du village. Ils étaient parfois généralisables mais pas toujours. Il convenait donc d'adopter une autre démarche pour obtenir non plus des informations complètes et précises limitées à un espace restreint mais des résultats pertinents pour l'ensemble du Massif calcaire.

10Un souci de rigueur nous a conduit à distinguer deux choses, les données elles-mêmes, qui n'apportent de témoignage direct que sur le cadre de la vie des hommes, et les informations qu'elles procurent indirectement sur leur vie même et sur la démographie, l'économie et la société.

Fig. 3 - Vue de Darqītā.

11Les données, avant tout des bâtiments, doivent être d'abord identifiées et classées, à l'aide de l'épigraphie et sur la base d'éléments objectifs : plan, élévation et appareil des murs. Il faut ensuite les dater ; ne pouvant le faire avec précision, nous les avons réparties dans des tranches de temps larges dont les limites sont déterminées par l'appareil des murs ou par le décor des bâtiments datés par l'épigraphie, et en tenant compte des informations de chronologie relative données par les liaisons architecturales. Avec un échantillon de quarante-six villages dont l'état de conservation est bon ou excellent (fig. 2 à 4), nous nous sommes ainsi engagé dans une tentative d'« archéologie sérielle ».

12Dans les trois zones entre lesquelles ils se répartissent : sud des Ǧebels Sim‘ān et Ḥalaqa, nord des Ǧebels Bārīšā et il A‘la, environs d'El Bāra dans le Ǧebel Zāwiye, ces villages constituent des ensembles complets et homogènes. Complets, car leur densité et leur proximité excluent qu'un seul ait entièrement disparu : toutes les constructions de la période IVe-VIe siècles ont subsisté et elles sont presque toutes dans un état de conservation au moins convenable (fig. 4).

13Homogènes, car s'il est vrai que les constructions ont des destinations variées : temples, églises, couvents, tombes, auberges et andrôns, les maisons n'en constituent pas moins, et de très loin, l'élément principal. Or ces maisons, qui représentent au moins 95 % du total, appartiennent à un seul et unique type, par leur morphologie comme par leur fonction : ce sont des assemblages de pièces disposées sur deux niveaux, autour d'une cour ; celles du rez-de-chaussée sont réservées aux tâches économiques, celles de l'étage au logement. Entre les maisons, on ne relève pas de différences qualitatives, mais seulement quantitatives et elles s'expriment clairement par leur nombre respectif de pièces. Les 4 700 pièces que nous avons recensées, classées et datées constituaient donc des données sérielles. Même chose pour les auges et les pressoirs, en raison de leur nombre et bien qu'ils ne forment pas des ensembles complets. Nous avons ainsi des séries homogènes de données : pièces de maisons (fig. 5), maisons, auges et pressoirs pour l'ensemble du Massif calcaire, pour chaque chaînon et chaque village, et enfin pour chaque période. Ces séries ont permis d'établir des faits, et de les analyser par la méthode comparative.

Fig. 4 - Vue du secteur oriental de Ğerade (Ğebel Zāwiye).

Fig. 5 - État de conservation exceptionnel des bâtiments : maison 1 de Deir Sunbul (Ğebel Zāwiye).

14Ces faits n'auraient qu'un intérêt secondaire en eux-mêmes s'ils n'étaient en même temps des indices. De la démographie d'abord, car il existe une relation étroite entre le nombre des pièces et celui des habitants. Économiques ensuite : pressoirs et auges font partie de l'outillage, et les pièces sont à la fois des produits et des instruments de production ; comme produits, ils indiquent des surplus ; comme instruments de travail, on présumera que le nombre des pièces était en rapport avec le volume des activités économiques. De la société enfin, car les maisons correspondent à des groupes dont le nombre des pièces exprime l'extension. Nous dirons pourtant que ces données sont « sérielles » et non « quantitatives » car le nombre des pièces intervient seulement comme indice ; il ne renvoie pas à des données chiffrées précises pour la démographie et l'économie ; il donne des ordres de grandeur et des tendances. Ces réserves ne réduisent pas l'intérêt exceptionnel de ce matériel documentaire. Nulle part ailleurs il n'en existe d'équivalent pour une période aussi reculée.

15Notre travail se divise en trois parties. La première, qui porte sur l'établissement des données, comprend deux chapitres où sont exposées les méthodes de classement et de datation des constructions, mais non les données brutes qui seront publiées ultérieurement. La seconde et la troisième parties sont consacrées à l'analyse de ces données ; l'une porte sur les constantes : paysages agraires, économie et société ; l'autre sur les changements entre le IIe et le VIe siècle.

Notes

1 La bibliographie de la question est surabondante. Bornons-nous à citer les ouvrages les plus marquants : Tout d'abord M. Rostovtseff (The Social and Economie History of the Roman Empire, Edition Oxford, 1957) dont l'ouvrage est fondé sur l'idée d'une coupure antagoniste entre villes et campagnes, les premières oppressant les secondes et devenant l'objet de leur révolte durant la crise du IIIe siècle.

Tout différent, le point de vue de R. Remondon (Histoire générale du travail, publiée sous la direction de L.-H. Parias, Tome I, Paris, 1959) aboutit à une conception analogue des rapports villes-campagnes. L'auteur constate, particulièrement en Orient, et en se fondant sur un grand nombre de cas égyptiens, « une augmentation du nombre des consommateurs, c'est-à-dire de la population urbaine, pour une population rurale productrice restant stable ou diminuant en proportion. De multiples indices, tendance croissante des paysans à abandonner leurs terres, multiplication des baux imposés, des assignations de terres abandonnées, des rappels au village d'origine, des expulsions hors d'Alexandrie, baisse des loyers par manque de preneurs à bail, ne laissent aucun doute que la production agricole a baissé, cependant qu'augmentait la demande » (p. 346). Dans la Crise de l'empire romain (Paris, 1964) le même auteur adopte un point de vue plus nuancé et s'abstient de conclure. A. Piganiol (L'Empire chrétien, Paris, 1947) estime aussi que les paysans étaient dans la misère. « Le luxe inouï des puissants s'oppose brutalement à la misère des pauvres, qui va jusqu'à une mendicité abjecte. Il n'est pas douteux que les pauvres du Bas-Empire ont parfois appelé les barbares pour se venger des riches » (p. 417). Mais il nuance cette appréciation en notant que « c'est le langage commun des moralistes, celui que tenait Salluste dans ses beaux jardins » (p. 418).

Pour A. Aymard (Rome et son empire, Paris, 1954, p. 594-600) l'Empire romain succombe, en Occident, pour des causes d'ordre structurel qui valent aussi bien pour la partie orientale. Parmi celles-ci, la « partialité dont les villes ont toujours bénéficié ». « Les charges entraînées par le caractère trop urbanisateur et trop urbain de la civilisation telle qu'on la concevait ont écrasé les paysans : la misère où elles les ont maintenus a interdit leur ralliement sincère et les a poussés parfois au brigandage et à l'émeute, toujours au moins à la passivité » (p. 597).

Le tableau est davantage poussé au noir par les médiévistes. Pour F. Lot (La fin du Monde Antique et le début du Moyen-Age, Paris, 1927, cité dans la deuxième édition, Paris, 1968), sous Justinien « La population de campagne, formée de paysans de toutes races, est réduite à un profond état de dépendance vis-à-vis de l'État et des grands propriétaires fonciers ». Le point de vue de J. Le Goff est analogue (La civilisation de l'Occident médiéval, Paris, 1977, p. 19) : « L'histoire romaine, jusque dans ses réussites, n'est que l'histoire d'une grandiose clôture. La ville rassemble autour d'elle un espace dilaté par les conquêtes jusqu'à un périmètre optimum de défense qu'elle s'impose au Ier siècle d'enfermer derrière le limes. A l'intérieur de ce rempart elle exploite sans créer : aucune innovation technique depuis l'époque hellénistique, une économie alimentée par le pillage où les guerres victorieuses fournissent la main-d'œuvre servile et les métaux précieux puisés dans les trésors thésaurises de l'Orient ».

A.H.M. Jones estime (Later Roman Empire, Oxford, 1964, p. 1045) que la faiblesse économique de base de l'Empire venait de ce qu'un trop petit nombre de producteurs supportait un trop grand nombre de bouches oisives. Mais il admet que cette situation est un héritage du principat. Ce qui est propre au « Bas-Empire » c'est, d'une part, le déclin de la principale industrie du temps, l'agriculture, et d'autre part celui de la démographie. Les lois sur les agris deserti prouveraient de manière incontestable l'abandon, entre le IIIe et le VIe siècle, des terres où les conditions de l'agriculture étaient particulièrement défavorables telles qu'en Afrique (plus de 50 % rien que pour le Ve siècle selon Jones ; ailleurs, les pertes représenteraient 10 à 15 %). De ces abandons, les causes seraient variées : érosion des sols due à des pratiques culturales excessives ou à la disparition de la couverture végétale, ou encore manque de main-d'œuvre. Autre cause, les destructions entraînées par les invasions barbares. Mais la raison principale de l'abandon des terres aurait été le poids croissant des impôts : sur les terres marginales, il absorbait une telle proportion de la rente foncière que les propriétaires, loin de faire des profits, subissaient une perte. Cette fiscalité excessive était due à l'augmentation des dépenses militaires, le déclin de l'agriculture venait donc indirectement des invasions barbares.

Le déclin démographique, selon Jones, n'est pas absolument certain car les données sont par trop lacunaires. Les informations livrées par les inscriptions funéraires sur la répartition des hommes par classe d'âge ne révèlent pas de grande différence entre le Haut et le Bas-Empire. Selon Jones, la population de l'Empire devait être stationnaire. En majorité paysanne, elle n'était pas éloignée du niveau de la simple survie. Très vulnérable aux épidémies et aux famines, elle subissait des baisses importantes mais retrouvait très rapidement le nombre maximum que chaque région pouvait supporter. Ce sont ces fluctuations de court terme qui expliquent la législation du gouvernement impérial destinée à maintenir chacun dans son métier. Il y aurait tout de même une preuve d'un déclin démographique (p. 1 042) : la réduction des surfaces cultivées et, en conséquence, de la production agricole, et pour Jones, la cause fondamentale de la baisse démographique étant l'alourdissement de l'impôt (p. 1 043) plutôt que les épidémies et les famines car le taux de natalité était probablement assez élevé pour que les déficits soient vite compensés. En fin de compte, la « surtaxation » constitue, pour l'auteur, l'explication décisive d'un déclin économique incontestable et de crises démographiques fréquentes.

Ce point de vue est repris dans un article (Overtaxation and the Decline of the Roman Empire, Antiquity XXXIII, 1952, p. 39-43, et A.H.M. Jones : The Roman Economy, Oxford, 1974, p. 82-89). Il pose tout d'abord que les impôts n'ont cessé d'augmenter entre Constantin et Justinien. Themistios déclarait en 364 qu'ils avaient à peu près doublé dans les 40 années précédentes. Deux documents de l'époque justinienne donnent des ordres de grandeur. L'un concerne la cité égyptienne d'Antaiopolis : la rente foncière représente 50 % du revenu brut, l'impôt à peu près le tiers. Le second document vient de Ravenne : l'impôt y représente la moitié de la rente foncière soit, si elle est la même qu'en Égypte, le quart du revenu brut. Au total, les propriétaires les plus privilégiés du VIe siècle avaient à payer un impôt double ou triple de celui des propriétaires du Ier siècle. A quoi s'ajoute le fait que le montant des taxes était invariable, quel que fût le rendement des récoltes. Deux conséquences : abandon de terres et baisse du nombre des cultivateurs et du volume de la production d'une part, dépopulation d'autre part. Jones montre ensuite que de nombreuses lois reprises dans les codes théodosien et justinien avaient pour but de réduire la quantité des terres abandonnées en les confiant à de nouveaux exploitants, ou de sauvegarder au moins l'impôt qui les frappait en reportant sa charge sur les autres habitants du village. C'est ainsi qu'en Afrique, entre le tiers et la moitié des terres ont été abandonnées. En Syrie du Nord, selon Théodoret, la proportion est d'un tiers.

Plusieurs explications sont possibles : érosion des sols, diminution du travail agricole, insécurité croissante due aux invasions. Aucune de ces hypothèses n'explique tout. Ce ne sont que des causes secondaires. Pour les contemporains, la cause majeure était le haut niveau de l'impôt. Soit un domaine foncier : les tenanciers, colons ou esclaves, payaient une rente égale à la moitié du revenu brut de la terre et le propriétaire, à son tour entre le quart et le tiers, ce qui lui laissait un revenu brut un peu supérieur à un sixième. Entre les propriétaires, il y avait plusieurs facteurs de différence : paiement ou exemption des charges supplémentaires, mode de calcul de l'impôt qui variait selon les provinces. Ce système était très élaboré en Orient (Syrie et Palestine) puisqu'il faisait varier l'imposition en fonction de la culture pratiquée et la qualité de la terre. Ce n'était pas le cas en Égypte, en Asie, en Italie et en Afrique.

Le résultat de l'élévation du niveau de l'impôt est que les terres marginales ne procuraient plus de réel profit et constituaient finalement une charge plutôt qu'autre chose. De là l'abandon de ces terres marginales, particulièrement important en Afrique du Nord. Le problème de la « dépopulation » est plus difficile. Jones estime que, de Dioclétien à 542, elle est demeurée stationnaire. Tout au plus doit-on noter une diminution de la main-d'œuvre agricole à cause d'une émigration vers les villes. Une des causes de ce mouvement est la conscription qui ne frappait que la paysannerie. Mais la principale est la malnutrition, ce qui fait que le taux de mortalité y était particulièrement élevé. Le poids de l'impôt jouait son rôle dans ce phénomène sans évidemment en constituer le seul facteur. Ce poids de l'impôt affectait principalement les paysans propriétaires. Ils ne payaient en impôt que le tiers du revenu brut alors que les tenanciers en acquittaient la moitié, mais en revanche les terres des tenanciers étaient plus étendues que celles des propriétaires puisque ceux-ci étaient soumis aux partages successoraux. L'impôt étant réparti par tête et par superficie, les propriétaires d'une petite exploitation dont la famille était étendue payaient plus que les tenanciers.

Finalement la principale cause de l'abandon des terres marginales et de l'appauvrissement de l'Empire est le taux trop élevé de l'impôt.

Le point de vue de C. Mango (Byzantium, the Empire of the New Rome, Londres, 1980) est plus nuancé. Il met d'abord en cause la théorie de l'existence de grands domaines cultivés par des esclaves. Les esclaves étaient confinés dans des tâches domestiques, ce que même Jean Chrysostome admet (De inani gloria, 70, édition Malingrey). Il y avait de grands domaines mais ils étaient généralement morcelés en de multiples exploitations. Le Massif calcaire de la Syrie du Nord, selon C. Mango, avait atteint une grande prospérité grâce à la culture de l'olivier ; grandes et petites propriétés y coexistaient, le Massif calcaire était probably untypical du reste de la Syrie sans parler du reste de l'Empire, mais il montre le danger de tirer des conclusions générales des textes littéraires et législatifs. Sur la condition paysanne, C. Mango rejoint l'opinion dominante. Le colon était un quasi-esclave. Libre en droit, il était en fait esclave, « esclave de la terre » d'après une loi de 393. Le propriétaire collectait ses impôts et pouvait l'emprisonner s'il fuyait. Le montant de l'imposition était incroyablement lourd : le tiers de la récolte. Les pauvres étaient plus pauvres à la campagne qu'à la ville. L'oppression fiscale dont ils étaient les victimes est la principale cause de leur fuite.

Cette oppression fiscale, qui n'a fait que s'accentuer à partir de Dioclétien, vient de la nécessité d'entretenir l'armée. Il paraît incontestable à C. Mango que cette augmentation de l'impôt est la cause principale d'un abandon croissant des terres. Mais il ajoute, ce qui nuance l'opinion précédente, que les moyens de l'État étaient lents à se mettre en place, que les distances étaient grandes et que les voies ne manquaient pas pour la fraude et l'évasion. « The rigidity of the Early Byzantine social and économie structure could always be circumvented by devious means » (p. 45).

Depuis les années 1960 l'influence de M.I. Finley est dominante en matière d'histoire économique et sociale (M.I. Finley, L'économie antique, traduction française, Paris, 1975). En 1954 déjà (A.E.S.C., 1954, p. 8-9, Trois quarts de siècle de recherches sur l'économie grecque antique), E. Will avait mis l'accent sur le « primitivisme » des économies antiques. Depuis quelques années, le débat tourne autour de la « fonction » de la « ville antique » : ville politique ? ville de consommation ? ville parasitaire ? mais il va de soi que ces conceptions ont des incidences directes sur celles qui concernent les campagnes. Une réaction s'est dessinée récemment contre ces idées excessives. Voir Ph. Leveau : La ville antique, ville de consommation ? Parasitisme social et économie antique, Études rurales, 1983 ; P.-A. Février et Ph. Leveau : Villes et campagnes dans l'empire romain. Colloque d'Aix-en-Provence de mai 1980, Aix-en-Provence 1982. Ph. Leveau : L'origine des richesses dépensées dans la ville antique, Colloque d'Aix-en-Provence de mai 1984, Aix-en-Provence, 1985. Un bon état des discussions en cours a été donné récemment par J. Andreau et R. Etienne : Vingt ans de recherches sur l'archaïsme et la modernité des sociétés antiques, Revue des Etudes Anciennes, 1984, 1-4.

Tout en partant d'une problématique différente E. Patlagean : Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance IV- VIIe siècles, soutient aussi l'idée d'une oppression des campagnes par les villes (notamment p. 272 et 290). L'auteur discerne sans doute des phases alternatives de croissance et de décroissance mais elle les attribue aux variations des pressions fiscales et rentière.

J.-P. Sodini et G. Tate : Maisons d'époque romaine et byzantine (IIe-VIe) du Massif calcaire de Syrie du Nord : étude typologique, dans Colloque Apamée de Syrie, Bruxelles, 1984.

G. Tate : L'organisation du village byzantin en Syrie (sous presse, cours de l'université de Bari) et Archéologie sérielle et histoire économique, dans Castrum II : Structures de l'habitat et occupation du sol dans les pays méditerranéens : les méthodes et l'apport de l'archéologie extensive, Rome - Madrid, 1988.

2 Sur les villes syriennes, voir en particulier les publications de fouilles : Pour Antioche G. W. Elderkin et R. Stillwell : Antioch-on-the-Orontes, Publications of the Committée for the excavation of Antioch and its vicinity, Princeton, 1934-52. A. J. Festugière : Antioche païenne et chrétienne, Paris, 1959.

Pour Apamée, Colloques Apamée de Syrie, 1965-68, 1969-71, 1973-79. J. Napoleone-Lemaire et J.-Ch. Balty : L'église à atrium de la grande colonnade, Bruxelles, 1969.

Pour Cyrrhus, E. Frézouls : Recherches historiques et archéologiques sur la ville de Cyrrhus, Annales archéologiques de Syrie, IV-V, 1954.

Pour Halabiyya, voir J. Lauffray (2 vol.).

Sur Dibsi Faraj, R. P. Harper, D.O.P., p. 319-338.

Sur Doura-Europos, voir Syria 1986 avec toute la bibliographie antérieure.

Du point de vue historique, un volume complet de Aufstieg und Niedergang der romischen Welt (II-8) est consacré à la Syrie, avec des chapitres sur Antioche (J. Lassus), Apamée (J.-Ch. Balty) et Cyrrhus (E. Frézouls).

3 J. Sauvaget : Alep, Paris, 1941. G. Downey : A History of Antioch in Syria, Princeton, 1961. P. Petit : Libanius et la vie municipale à Antioche au IVe siècle après J.-C, Paris, 1955.

J. H. W. G. Liebeschuetz : Antioch, City and Imperial Administration in the Later Roman Empire, Oxford, 1972. A. H. M. Jones : Cities of the Eastern Roman Provinces, Oxford, 1971. PAES II B. R. Mouterde et A. Poidebard : Le limes de Chalcis, Paris, 1945.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Des villages groupés par séries complètes : El Bāra et ses environs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 2 - Vue de Refāde.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Légende Fig. 3 - Vue de Darqītā.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 4 - Vue du secteur oriental de Ğerade (Ğebel Zāwiye).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4349/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Fig. 5 - État de conservation exceptionnel des bâtiments : maison 1 de Deir Sunbul (Ğebel Zāwiye).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4349/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 895k

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search