Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes de la Syrie du Nord

 | 
Georges Tate

Avant-propos

Ernest Will

Texte intégral

1 Le présent livre est le fruit d’une double gageure, celle qui consistait à lutter avec des circonstances difficiles et même adverses et celle qui demandait à se mesurer avec un ouvrage qui pouvait apparaître comme définitif.

2 Les circonstances ? L’ample étude qui est présentée au lecteur est le résultat de quinze années d’efforts, quinze années de recherche dont de longs mois passés sur le terrain. Qui pourrait aujourd’hui dresser une liste aussi complète que l’auteur des sites visités et des relevés effectués ? Quinze années de circonstances adverses aussi s’accumulant dans ce Proche-Orient instable et secoué par la violence, et sur ces quinze années on en compte une dizaine où la vie du chercheur se doublait de celle du directeur d’un institut dont les activités s’étendaient à trois pays et se développaient de façon régulière. Le présent ouvrage, il convient de le rappeler avant toute autre remarque, consacre une double réussite dans la carrière de son auteur.

3 Georges Tate a été le disciple de ce maître éminent que fut Paul Lemerle ; rien d’étonnant à ce que, une fois installé au Liban à peine sorti de l’université, il se soit senti attiré par les vestiges si importants de la période proto-byzantine conservés dans la Syrie voisine, ceux qui avaient été l’objet d’une étude fondamentale présentée dans une publication monumentale. Les Villages antiques de la Syrie du Nord de Georges Tchalenko, toujours présent à Beyrouth au début des années 70. De quoi décourager à vrai dire une initiative qui risquait d’être sans issue. Tout ce qui est vraiment important n ‘avait-il pas été dit et exposé dans trois magnifiques volumes ? Mais pour l’historien qu’est Georges Tate les plus belles théories supportent d’être vérifiées et les doutes pouvaient naître dès les premiers travaux sur le terrain dans la fouille du village de Dēḥes.

4 L’ouvrage de Georges Tchalenko se présente comme une somptueuse fresque dans laquelle l’image de cette vaste zone des petits djebels de la Syrie du Nord, qu’il a lui-même réunis sous le nom de « Massif calcaire », se dessine avec tous les détails souhaitables et d’abord dans son apparence matérielle avec ses couvents, ses monuments funéraires et surtout ses villages avec leurs maisons, leurs pressoirs, leurs églises et leurs installations diverses. Mais cette évocation archéologique, qui dépassait de loin les études précédentes, trop restrictivement bornées aux monuments religieux, s’accompagne d’un commentaire continu retraçant une histoire longue et complexe. De débuts fort modestes au temps des Séleucides on passe à la formation de grandes propriétés dans les premiers siècles de l’Empire et puis, avec le iv e siècle, au démembrement de ces propriétés avec l’émergence de ces beaux villages dont on voit toujours les restes et dont l’histoire connaît une fin abrupte avec le VII e siècle.

5 La clef de cette histoire ? La culture de l’olivier, plus exactement la monoculture de l’olivier liée à des circonstances particulières, la paix romaine avec le développement des grands centres urbains, Antioche toute proche entre autres, mais aussi avec le développement d’un grand marché ; le produit de cette monoculture, l’huile, était destiné à être exporté au loin, à Constantinople peut-être et même en Italie. Cette monoculture était pratiquée par une classe de petits propriétaires, dont on sent encore la présence sur le terrain, et qui s’était constituée grâce à un système de location permanente consentie par les grands propriétaires de la période précédente, sans doute conscients de l’impossibilité où ils étaient de répondre par leurs seuls moyens aux exigences de la situation. Mais quand ce marché disparaît, au VII e siècle avec la conquête arabe, la région se dépeuple et restera déserte pendant des siècles.

6 La démonstration de Georges Tchalenko est une construction dominée par une logique rigoureuse ; faut-il dire une logique sans faille ou une logique où l’esprit de système l’emportait sur les faits tels qu’on peut les établir ?

7 On verra à la lecture de son ouvrage, les nuances et les modifications que Georges Tate est amené à apporter à ce tableau si bien construit. La notion même de monoculture lui semble somme toute anachronique ; la zone du Massif calcaire se révèle plutôt comme une région d’agriculture mixte où l’exploitant cherche d’abord à satisfaire ses besoins les plus immédiats, ensuite à produire un surplus rentable ; à côté des oliviers, se plaçaient la vigne sans doute, les arbres fruitiers peut-être, les céréales ailleurs encore, enfin l’élevage en règle générale. Parallèlement, le rôle des grands propriétaires devenait moins évident et tout ce qui est de l’ordre des institutions et du droit demandait à être reconsidéré.

8 Cependant, comment substituer aux extrapolations hardies et brillantes de Georges Tchalenko des conclusions reposant davantage sur des données précises ? Il s’agissait d’établir des faits et de la manière la plus sûre possible. Le grand mérite de Georges Tate est de s’être aperçu que la chose était possible et d’avoir conçu une méthode appropriée. Sans doute, et c’est presque la règle dans le domaine de l’antiquité, il n’était pas question de réunir des données statistiques, mais bien ce que Georges Tate a appelé lui-même des données « sérielles » ; dans une certaine mesure les chiffres que l’on peut grouper suffisent à fournir des indices valables et à définir les tendances et les modalités d’une évolution.

9 Une connaissance approfondie du Massif calcaire montre en effet que les villages formaient des ensembles à la fois complets et homogènes, complets parce qu’ayant conservé tous leurs éléments, et homogènes par le caractère uniforme de ceux-ci d’un village à l’autre. Dans les 700 villages du massif, Georges Tate a préféré en isoler 46 comportant 4 700 pièces d’habitation. C’est la maison, l’habitation en effet, et dans celle-ci l’unité représentée par la pièce, qui fournissent la base d évaluations sûres. Aux données quantitatives ainsi disponibles s’ajoutent des données qualitatives offertes avant tout par la technique de la construction, les appareils, et le décor architectural.

10 L’on peut suivre ainsi les phases d’une évolution caractérisée par une expansion lente peut-être, mais à peu près continue jusqu’à son arrêt et à une stagnation certaine dès le milieu du VI e siècle. L’image est celle d’une progression soutenue par les efforts patients d’une paysannerie acharnée au travail et dans laquelle le moteur essentiel est la démographie ; quant aux impulsions de l’extérieur, les indices restent incertains.

11 Il restait à rattacher ce phénomène d’une délimitation régionale bien nette à la situation générale de l’époque, à replacer l’histoire du Massif calcaire dans celle de la Syrie proto-byzantine. Pour Georges Tchalenko, le Massif calcaire représentait un cas particulier et un cas particulier qui pouvait constituer une exception. Car, de l’avis des meilleurs historiens, cette période proto-byzantine serait celle d’une stagnation et même d’une régression provoquée par un appareil étatique oppressif et une fiscalité écrasante ; à la prospérité des villes s’opposerait, en un contraste surprenant, la misère des campagnes. Mais précisément en contradiction formelle avec ce tableau le Massif calcaire a gardé, jusqu’à nos jours, l’image d’une évidente prospérité au cours de toute cette période.

12 Voilà qui exige une enquête supplémentaire et c’est là que l’étude de Georges Tate est susceptible de fournir les bases d’une réévaluation complète de la situation. Elle montre déjà, à l’aide d’une documentation très sommaire, qu’aux côtés du Massif calcaire se plaçaient, et avec des aspects très voisins, deux autres régions marginales : la zone basaltique en bordure du désert en Syrie du Nord et le Hauran dans la Syrie du Sud ; là encore, il ne saurait être question de régression ou de stagnation pour la période considérée et dans cette contradiction entre données archéologiques et données littéraires, la décision reste aux premières : l’archéologie amène à rectifier une tradition littéraire manifestement biaisée. Déjà les recherches actuellement en cours en Syrie du Sud et dans la Jordanie voisine semblent bien montrer que ce que Georges Tate a démontré pour le Massif calcaire est vrai aussi de façon plus générale dans la Syrie proto-byzantine et il faudra bien étendre les recherches au-delà des frontières de la Syrie à la Cilicie et à d’autres régions de l’Anatolie. Une page d’histoire est en train d’être récrite.

13 L’ouvrage de Georges Tate n’est pas seulement, ce qu’il aurait pu être et non sans mérite, une étude complémentaire, une mise à jour du grand livre de son prédécesseur. C’est une œuvre originale qui reprend, et souvent de façon plus détaillée et plus critique, une documentation complexe et abondante, qui ordonne cette documentation selon une méthode nouvelle et qui offre ainsi les fondements solides de conclusions d’envergure. De la monographie régionale, qui avait sa justification dans le cas de cet ensemble si original qu’est le Massif calcaire, on passe à un livre qui amène à réviser bien des idées reçues et qui éclaire d’un jour nouveau toute une période, ce dernier grand flamboiement de la civilisation antique dans la Syrie à la veille de la conquête arabe.

14 C’est un livre novateur, initiateur d’autres travaux, un livre qui fera date.

Auteur

Membre de l’Institut

© Presses de l’Ifpo, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540