Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Municipalités et pouvoirs locaux au Liban

 | 
Agnès Favier

Annexes générales

Annexe 4 – Composition sociale des conseils municipaux élus au Liban Sud en 1998

Mohammad Mrad

Texte intégral

CARTE MUNICIPALE AU LIBAN-SUD

1En 1975, la région au sud du Liban a été divisée en deux muhāfaza-s : celle du Liban-Sud comprend les caza-s de Saïda, Jezzine et Tyr et regroupe, en 1998, 79 municipalités ; celle de Nabatiyeh, créée par la loi 75/36 du 29-9-1975, englobe les caza-s de Nabatiyeh, Bent Jbayl, Marjaayoun et Hasbaiya et regroupe 81 municipalités. Le nombre de municipalités au Sud représente moins de 15 % du total des municipalités libanaises. En 1998, seuls 97 conseils municipaux ont été élus. Les élections dans les 63 autres localités, situées dans la zone occupée militairement par Israël, ont été reportées (suite au retrait israélien en mai 2000, le gouvernement libanais a décidé d’organiser ces élections avant la fin du mois de septembre 2001).

Tableau 1 – Répartition des municipalités élues en 1998 par taille et par caza.

Tableau 1 – Répartition des municipalités élues en 1998 par taille et par caza.

2La surface municipalisée au Liban Sud couvre 53 % des villes et des villages, au nombre de 300 selon le décret-loi du 12 juin 1959 relatif à l’organisation administrative du Liban. En ne retenant que les municipalités élues en 1998, les institutions municipales ne couvrent que 32 % des villes et villages du Sud.

CARACTÉRISTIQUES SOCIALES DES CONSEILLERS MUNICIPAUX

3Le nombre d’élus municipaux au Sud est de 1 257, soit 16,3 % du nombre des conseillers municipaux libanais. La matière documentaire suivante provient, sauf mention contraire, d’une enquête de terrain (questionnaire) réalisée par l’auteur auprès de l’ensemble des conseillers élus en 1998.

Tableau 2 – Répartition des conseillers municipaux par sexe.

Tableau 2 – Répartition des conseillers municipaux par sexe.

Source : Marguerite el-Helou, « La femme dans les élections locales », in LCPS, 1999, p. 426-427.

4Le taux de représentation féminine dans les conseils municipaux du Liban Sud reste très faible et inférieur à celui observé dans le Mont-Liban (1,6 %), dans le Nord (3,5 %), à Beyrouth (4,2 %), mais supérieur à celui enregistré dans la Béqaa (0,8 %) (Marguerite el-Helou, 1999). Ces chiffres illustrent la permanence du système patriarcal dans la société libanaise, surtout dans les régions rurales de la Béqaa et du Sud.

Tableau 3 – Répartition des conseillers municipaux par confession.

Tableau 3 – Répartition des conseillers municipaux par confession.

Source : département des Affaires municipales et villageoises dans les deux muhāfaza-s du Liban-Sud et de Nabatiyeh.

5Ces chiffres ne reflètent pas la distribution confessionnelle de la population du Sud, dans la mesure où les localités dans lesquelles les élections ont été reportées sont composées principalement de chrétiens (caza-s de Jezzine et Marjaayoun), de sunnites et de druzes (caza-s de Marjaayoun et Hasbaiya). Les 180 conseillers municipaux chrétiens se répartissent dans les caza-s de Saïda (122 dont 2 à Saïda, 9 dans chacune des localités de Bramiyé, Berti, Bqosta, Aabra, Aaddoussiyé, Aain ed-Delb, Qraiyet, Hlaliyé, Majdelyoun, 15 à Maghdouché, et 12 à Miyé ou Miyé et à Darb es-Sim) ; de Tyr (4 dans la ville de Tyr et 2 à Qana) ; de Jezzine (9 dans chacune des trois municipalités de Jernaya, Karkha et Lebaa) ; et de Nabatiyeh (4 à Jarjouaa, 12 à Sarba, 6 à Kfour). Les conseillers sunnites se répartissent quant à eux entre les villes de Saïda (17), de Tyr (3) et de Kfour (1).

Tableau 4 – Répartition des conseillers municipaux par âge.

Tableau 4 – Répartition des conseillers municipaux par âge.

Source : enquête réalisée par l’auteur.

Tableau 5 – Répartition des conseillers municipaux par niveau d’éducation.

Tableau 5 – Répartition des conseillers municipaux par niveau d’éducation.

Source : enquête réalisée par l’auteur.

6La comparaison entre le niveau d’éducation des conseillers élus en 1963 et celui des élus de 1998 met en relief l’évolution quantitative survenue dans la composition de ces conseils : seuls 4 % des conseillers élus en 1963, dans l’ensemble du Liban, avaient un niveau universitaire, 6 % un niveau secondaire, 16 % niveau complémentaire ou élémentaire, et 74 % avaient quelques notions de lecture et d’écriture (Mrad, 1997, p. 168). En dépit de la guerre, l’enseignement au Liban s’est développé à deux niveaux : les écoles, publiques ou privées, se sont multipliées dans plusieurs régions du Liban ; l’enseignement universitaire est devenu accessible à l’ensemble des catégories de la société libanaise, notamment grâce à l’ouverture de sections de l’Université libanaise dans les cinq régions du pays, et de la multiplication des bourses d’études offertes par les pays arabes (Syrie, Iraq) et socialistes. Au Liban, la fondation Hariri a aidé 350°000 étudiants universitaires, par l’octroi de bourses ou de prêts, à poursuivre leurs études dans les universités libanaises et étrangères (selon le chiffre avancé par le directeur de la fondation le 29 novembre 1999 dans une conférence à l’Université américaine de Beyrouth).

STRUCTURE PROFESSIONNELLE DES CONSEILS MUNICIPAUX

7Nous avons regroupé les élus municipaux en six grandes « catégories professionnelles ». En mettant à part les émigrés qui forment 5,4 % de l’ensemble de notre échantillon, les professions libérales (ingénieurs, avocats, médecins et pharmaciens) représentent 25,8 % des conseillers, les commerçants et entrepreneurs 21,8 %, les fonctionnaires civils et militaires à la retraite et les employés du secteur privé 24,5 %, les artisans 18,3 % et les agriculteurs et ouvriers 4 %.

Émigrés

8De 1975 à 1994, le nombre des émigrés a été estimé à environ 729°000, soit 25 % de la population résidente au Liban en 1993, estimée à 2 946°000 (Abi Farah, 1997). Le Liban Sud a été particulièrement touché par les vagues d’émigration : en 1994, on compte 150°174 émigrés de cette région, représentant 20,6 % du nombre total des émigrés libanais, et près de 30,7 % de la population des deux muhāfaza-s. Certains de ces émigrés se sont enrichis dans leur pays d’émigration, et ont réinvesti leurs fortunes dans leur région d’origine en achetant des terres et en créant des entreprises commerciales. Une partie importante du capital de l’émigration a ainsi été investie dans les agricultures de type intensif (arbres fruitiers et agrumes) qui se sont répandues le long de la côte, du Sud de la ville de Tyr à celui de la ville de Saïda. La plupart des propriétés foncières de la côte appartient à des émigrés originaires des localités de Qana, Jouaiya, Tyr, Aabbassiyé, Zrariyé, Sarafand, Ghaziyé et Saïda (Baalbaki, 1985, p. 35). Ces investissements ont conduit à l’instauration de relations de dépendance socio-politique entre ouvriers agricoles et propriétaires émigrés : les premiers ont constitué la base électorale des seconds. Ces résultats reflètent la simultanéité de l’ascension sociale de cette couche, qui a commencé à prendre la place de l’aristocratie foncière traditionnelle et de son ascension politique dans l’accès aux postes du pouvoir local et national. Le phénomène d’entrée au Parlement avait commencé avant la guerre (exemple de l’ex-député Jo Hammoud, originaire de Jouaiya). Parmi les députés du Sud issus de l’émigration, citons Ahmed Ajami (élu en 1996 dans le caza de Tyr), Ali Bazzi (élu en 2000 dans le caza de Bent Jbayl). Dans la localité de Qana par exemple, neuf conseillers sur quinze sont des émigrés ; à Jouaiya, ils sont 8 sur 18 ; et on compte 3 émigrés élus aux conseils des municipalités de Zrariyé, de Ghaziyé et de Sarafand. Au total, 14 présidents et deux vice-présidents élus en 1998 sont des émigrés, en majorité d’Afrique.

Tableau 6 – Liste des émigrés à la présidence (ou vice-présidence) des conseils municipaux du Liban Sud.

Tableau 6 – Liste des émigrés à la présidence (ou vice-présidence) des conseils municipaux du Liban Sud.

Professions libérales

9Ces membres forment le gros du bataillon des conseils municipaux du Liban Sud, ce qui pourrait correspondre tout simplement à la progression continue de cette catégorie professionnelle dans la société libanaise en reconstruction d’après-guerre. Au sein de ce groupe, qui forme 25,8 % de l’ensemble des conseils municipaux, on compte 151 ingénieurs, dont 137 sont des ingénieurs civils. Ces derniers forment 46 % de cette catégorie professionnelle et représentent 12 % de l’ensemble des conseillers du Sud. La percée des ingénieurs au sein des municipalités est corollaire au regain d’activité dans le secteur de la construction au Liban, notamment après la fin de la guerre et le lancement du slogan de la reconstruction, porté par les gouvernements successifs de Rafic Hariri à partir de 1992. Pour nombre d’entre eux, les élections municipales ont été perçues comme une occasion importante d’exercer leur profession à partir d’une position de pouvoir au sein du conseil municipal. L’accès à la municipalité leur a permis en effet de prendre directement en charge de nombreuses transactions liées à leurs compétences professionnelles et de bénéficier d’offres d’emploi (construction de routes, de ponts, de réseaux d’égouts, etc.).

Commerçants, entrepreneurs, promoteurs et propriétaires de compagnies d’assurance et de services

10Les élus de cette catégorie sont concentrés en particulier dans les trois grandes villes du Sud (Saïda, Nabatiyeh et Tyr) et dans les communes qui en sont le prolongement naturel : Ghaziyé, extension de la ville de Saïda, marquée sur toute sa ligne côtière par l’installation de grands magasins, de bureaux d’entrepreneurs, d’agences d’assurances, de tourisme et de voyage, et de banques. Le même phénomène est visible dans les communes en prolongement de Nabatiyeh (Habbouch, Kafr Jaouz, Zibdine, Toul, Choukine) et de Tyr (Aabbassiyet et Borj ech-Chemali). L’émergence de ces entrepreneurs et commerçants sur la scène municipale est donc particulièrement marquée dans ces grandes villes, ou agglomérations urbaines, qui sont à la fois des centres administratifs, politiques, et économiques et qui concentrent la plupart des services éducatifs, hospitaliers, bancaires de la région, à l’image du Grand Beyrouth.

Fonctionnaires à la retraite et fonctionnaires du secteur privé

11En dépit des années de guerre, la fonction publique a connu une inflation perceptible notamment depuis les années 1990, le nombre des fonctionnaires dans l’ensemble du pays étant passé de 75°000 en 1990 à environ 160°000 en 1998. Les employés du secteur privé ont connu une évolution similaire. L’accès à une fonction municipale est convoité en particulier par les fonctionnaires à la retraite, pour lesquels la municipalité est le lieu d’une intégration dans la société locale et l’endroit adéquat pour la réalisation de leurs ambitions. En plus de leur position sociale acquise dans l’exercice de leur fonction, les fonctionnaires se distinguent par leur expérience et leur connaissance des lois et des affaires administratives publiques.

Agriculteurs et ouvriers

12Cette catégorie ne représente que 4 % des conseillers municipaux du Sud, elle apparaît aujourd’hui politiquement marginalisée dans la région du Sud comme dans toutes les régions libanaises. Mais cette marginalisation politique ne correspond pas à une marginalisation sociale car le regain de prospérité de la culture du tabac, historiquement dominante au Sud, a aussi permis d’entretenir les relations sociales traditionnelles. Entre 1988 et 1995, le nombre d’agriculteurs a été multiplié par 28 et la production a augmenté de 50 % (selon les chiffres de la chambre de commerce et d’industrie de Saïda). En considérant qu’une famille du Sud compte en moyenne 5 personnes, c’est donc 110°000 personnes, soit 22,5 % de la population du Sud, qui vivait de la culture du tabac en 1995 (al-Nahār, 15-10-1996). Au plan social, la réaffirmation des relations de parenté et de solidarité au sein de la famille élargie est nécessaire pour affronter les conditions de travail de la culture du tabac. Au plan politique, les agriculteurs et leurs familles déclarent leur allégeance au leader chiite Nabih Berri, président du Parlement depuis 1992, dont la position nationale a permis d’œuvrer en faveur d’une augmentation des surfaces cultivées et du prix du tabac en vue de garantir qu’ils restent sur leurs terres. Ces allégeances économiques et politiques se sont manifestées sur la scène politique du Sud lors des élections législatives de 1992 et 1996, de même qu’aux municipales de 1998 dans lesquelles les sympathisants du mouvement Amal se sont partagé les sièges avec les candidats du parti rival Hizbollah.

13La structure professionnelle des conseils municipaux élus en 1998 reflète dans une grande mesure la hiérarchie sociale du Liban Sud, peu différente de la société libanaise d’après-guerre. Cette société en recomposition est marquée par le retour d’une classe moyenne de fonctionnaires et de membres des professions libérales, en association avec les émigrés, les commerçants et les hommes d’affaires, et qui, avant la guerre, constituait environ 60 % de la société libanaise.

COMPOSITION FAMILIALE ET POLITIQUE DES CONSEILS MUNICIPAUX

14La taille et le rang de la famille des élus municipaux est un indice de l’importance de la famille dans la vie politique locale. En 1998, 57 % des élus déclarent appartenir à l’une des cinq plus grandes familles de la localité où ils ont été élus. L’influence familiale, au sens élargi, représente toujours dans de nombreuses municipalités du Sud et en particulier dans les villages des régions rurales, un facteur déterminant dans le processus de reproduction de la structure du pouvoir municipal. Ainsi 49 % des élus appartiennent à des familles représentées dans les conseils municipaux d’avant 1998. Pendant et après la guerre, la relation entre la famille en tant qu’institution sociale et le pouvoir local en tant qu’institution politique s’est consolidée. La solidarité du sang au sein de la famille élargie a permis de faire face en commun au conflit civil et à l’occupation. Ce phénomène s’est traduit par la création ou la revivifïcation d'un grand nombre d'associations familiales (rawābiā’iliyya) sur la scène locale du Sud. La représentation des petites familles paraît logique dans les conseils municipaux, tandis que les grandes familles se disputent la présidence des municipalités.

15Au Sud, les deux partis chiites dominants, le mouvement Amal et le Hizbollah, se sont disputé les résultats des élections municipales. Le chef du mouvement Amal a revendiqué avoir gagné 51 municipalités et 146 postes de mukhtār, attribuant au parti rival 24 municipalités et 50 postes de mukhtār. Le député du Hizbollah Mohammed Raad a pour sa part déclaré que son parti avait remporté 31 municipalités et 127 postes de mukhtār, contre respectivement 35 et 47 pour Amal (al-Safīr, 9-6-1998). Si le mouvement Amal, en la personne de son chef Nabih Berri, est devenu le pôle de la représentativité chiite au niveau politique à travers sa participation au gouvernement et au pouvoir central de l’État libanais, le Hizbollah est devenu rapidement un pôle d’attraction politico-religieux et militant chiite, investi dans la résistance contre l’occupation israélienne. En milieu sunnite, le fondamentalisme islamique s’est aussi développé et s’est incarné dans la Ğamā’a islāmiyya dont l’expansion fut rapide dans la région de Saïda et dans la région de l’Iqlim al-Kharroub. Parallèlement, une autre force politique faisait son apparition à Saïda et dans les milieux citadins sunnites de Beyrouth, de Tripoli et de l’Iqlim al-Kharroub : le courant du président Rafic Hariri, dont le pouvoir a été renforcé par la mise en place de nombreuses institutions sociales, pédagogiques et culturelles, en particulier dans la ville de Saïda, sa ville natale où sa sœur, Bahia Hariri, est députée.

ÉTUDES DE CAS

Qsaibé (modèle d’une petite municipalité – 12 membres)

16Cette localité rurale, rattachée à la muhāfaza de Nabatiyeh, compte au moment des élections municipales 5°500 habitants, mais seulement 1 926 électeurs inscrits sur les listes électorales, dont 65 % ont voté. Dans ce milieu social qui vit de l’agriculture, de la petite industrie et du petit commerce, les allégeances familiales demeurent particulièrement fortes. La famille dominante est celle des Mahdi, qui a monopolisé dans l’histoire de la localité le poste de mukhtār et celui de président de la municipalité depuis la création de celle-ci en 1963. Le nom des Mahdi apparaît par ailleurs sur les enseignes des commerces et des petits établissements professionnels dont ils sont propriétaires (librairie, centre commercial, accessoires de voitures, usines de carrelage, céramique et marbre...). Les élections municipales ont donné lieu à un accord entre les familles du village : la famille dominante des Mahdi a conservé la présidence de la municipalité (Kassem Muhammad Mahdi) et a obtenu deux autres sièges dans le conseil, les neuf sièges restants étant distribués équitablement entre les autres familles à raison d’un représentant par famille. Les deux postes de mukhtār-s reviennent aux familles Yassin et Mansour. Le conseil est composé de petits commerçants, de personnes exerçant une profession indépendante, d’un ingénieur civil et d’un employé de banque, son président étant un militaire à la retraite. Le niveau d’éducation des conseillers reste peu élevé, puisque deux sur douze ont atteint un niveau secondaire et universitaire. Dans ce village, c’est le facteur familial qui reste déterminant dans le processus de sélection des autorités locales.

Qana (modèle d’une municipalité moyenne –15 membres)

17Située dans le caza de Tyr, la localité de Qana compte environ 10°000 habitants et 5°000 électeurs, dont 2°300 ont voté aux élections municipales, soit un taux de participation de 46 %. La société locale est d’abord une société d’anciens émigrés, qui représentent 30 % de la population résidente. Ce capital émigré a eu des conséquences directes sur la structure sociale et économique de Qana, mais aussi des villages voisins dans la région de Tyr. Les émigrés ont ainsi pu investir une grande part de leur fortune dans l’agriculture intensive dont la rentabilité est forte (achat de vergers dans la plaine côtière de Tyr), dans la grande propriété foncière ainsi que dans les projets commerciaux et de construction. À Qana, le capital financier a été le facteur déterminant des élections municipales. Le président de ce conseil de 15 membres est en effet un riche émigré, appartenant à la plus modeste famille de Qana, les Salamé, tandis que la plus grande famille, celle des Attiyé, n’est pas du tout représentée au sein du nouveau conseil. Ce dernier est d’ailleurs composé de 8 émigrés, de 5 commerçants et de 2 ingénieurs. Le niveau d’éducation des conseillers est ici plus conforme à la moyenne des conseillers du Sud, puisque cinq ont un niveau universitaire, trois ont fait des études secondaires et cinq se sont arrêtés au cycle élémentaire.

Saïda (modèle d’une grande municipalité – 21 membres)

18Chef-lieu du caza du même nom depuis 1920, de la muhāfaza du Liban-Sud depuis 1925 et de celle du Liban-Sud depuis 1975, Saïda comptait en 1998 une population estimée approximativement à 90°000 habitants. La population résidente est 2 fois supérieure, soit environ 180°000 personnes. Le nombre d’électeurs s’élève à 44°800, dont 25 843 ont voté aux municipales, soit un taux de participation de 58 %. Comme à Nabatiyeh, Saïda accueille un grand nombre de personnes en provenance des régions du Sud et de l’Iqlim al-Kharroub, qui s’intègrent dans la vie de la ville en occupant des emplois dans la fonction publique, l’administration, les commerces, les services.

19La ville a été représentée dans les parlements et gouvernements libanais depuis 1920 par ses familles dominantes. La campagne municipale a été dominée par l’affrontement de deux listes : la première, patronnée par Rafic Hariri et sa sœur, représente l’association du courant Hariri, des partisans de N. Bizri et de la Ğamā’a islāmiyya ; la seconde, présidée par Oussama Saad, frère de l’autre député de la ville, était soutenue par l’Organisation populaire nassérienne. La première a gagné l’ensemble des sièges à l’exception d’un seul. Le conseil élu représente les principales familles de Saïda (Hariri, al-Baba, Hijazi, Halabi, Bsat, Bizri, Hamoud, Usayran et Akra). Il est composé de 8 ingénieurs, 7 médecins, 4 commerçants et entrepreneurs, d’un avocat et d’un délégué syndical des enseignants du Sud. 20 conseillers ont par ailleurs effectué des études supérieures, 8 ont bénéficié d’une bourse de la fondation Hariri, ce qui montre les mécanismes d’allégeance politique des milieux de Saïda à Hariri.

CONCLUSION

20L’étude des résultats de ces élections nous a permis de tirer plusieurs conclusions au sujet de la composition sociale des conseils municipaux élus dans la région du Liban Sud.

21Premièrement, la catégorie des nouveaux propriétaires fonciers (propriété terrienne et d’immeubles) commence à prendre la place, dans la période de l’après-guerre, de l’aristocratie foncière traditionnelle, en investissant dans l’achat de biens-fonds qui avaient enregistré un perceptible recul de leur valeur d’achat sous l’effet de la guerre. Cette catégorie se décompose en deux tranches sociales : les émigrés qui ont pu accumuler un capital important à l’étranger, constituent environ 6 % des conseillers municipaux et plus de 16 % des présidents de municipalité des deux muhāfaza-s du Sud ; et les grands commerçants du Sud, exerçant dans les secteurs du négoce et de l’entrepreneuriat, qui ont réussi à amasser des sommes énormes réinvesties dans le foncier et l’immobilier. Ce deuxième groupe s’est développé en particulier dans les grandes villes du Sud (Saïda, Nabatiyeh et Tyr) et dans les localités voisines ou celles qui en constituent une extension géographique et représente, en 1998, 20 % des conseillers municipaux. Les représentants de la classe moyenne (ingénieurs, médecins, avocats, fonctionnaires à la retraite, employés du secteur privé et commerçants) forment presque 50 % du nombre total des conseillers municipaux du Sud. Enfin, les artisans, les ouvriers et les agriculteurs, se concentrent principalement dans les petites municipalités rurales où ils constituent 22 % du nombre total des élus.

22Par ailleurs, le niveau d’éducation des conseillers municipaux est élevé au Sud. Il est vrai que cette hausse du niveau d’éducation, comparativement aux élus de 1963, ne se limite pas aux conseillers municipaux des villes, mais s’observe dans l’ensemble de la société. Elle est un signe de l’ascension de nouvelles couches sociales.

23En corollaire, le pouvoir municipal semble moins déterminé par le facteur familial et les allégeances primaires, en recul dans plusieurs localités ou villes du Sud, par rapport au scrutin de 1963, que par de nouvelles appartenances plus ouvertes et plus intégrées socialement. Les allégeances primaires – familiales, tribales et confessionnelles – continuent pourtant à jouer un rôle actif dans la production du pouvoir social et politique. Leur influence n’est pas incompatible avec les appartenances partisanes, déclarées chez 75 % des conseillers municipaux.

24Finalement, l’étude de la composition sociale des conseils municipaux au Liban Sud élus en 1998 montre une certaine stabilité de la représentation aux niveaux social, familial et politique. Ainsi au niveau de la représentation des diverses catégories sociales, la classe moyenne en recomposition forme la moitié des conseils municipaux. Au niveau familial, les équilibres entre les familles locales ont été reproduits, selon la règle du partage du pouvoir local entre les différentes familles. Enfin, au niveau politique, les deux partis chiites majoritaires au Sud se sont imposés à part presque égales, en l’absence d’autres forces politiques rivales.

25Traduit de l’arabe par Nabil Aajam

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abi Farah A., 1997, « Les émigrés libanais 1975-1996 », La revue des affaires économiques n° 34, chambre de commerce d’industrie et d’agriculture à Saïda et au Liban-Sud.

Baalbaki A., 1985, L’agriculture libanaise et les interventions de l’État dans les régions rurales de l’indépendance à la guerre civile, Dār Oueidat, Beyrouth, première édition.

LCPS, Lebanese Center for Policy Studies, 1999, Al-Intiābāt al-baladiyya fi Lubnān 1998 [Les élections municipales au Liban, 1998], LCPS, Beyrouth.

Mrad M., 1997, Al-Mağālis al-baladiyya wa-l-itiyāriyya. Taawwur wazā if al-sula al-qā idiyya fī-l-muğtama ‘ al-lubnānī [Les conseils municipaux et de mukhtār-s. Évolution des fonctions du pouvoir de base dans la société libanaise], Dār al-Fārābī, Beyrouth.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Répartition des municipalités élues en 1998 par taille et par caza.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 2 – Répartition des conseillers municipaux par sexe.
Légende Source : Marguerite el-Helou, « La femme dans les élections locales », in LCPS, 1999, p. 426-427.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 3 – Répartition des conseillers municipaux par confession.
Légende Source : département des Affaires municipales et villageoises dans les deux muhāfaza-s du Liban-Sud et de Nabatiyeh.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 4 – Répartition des conseillers municipaux par âge.
Légende Source : enquête réalisée par l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 5 – Répartition des conseillers municipaux par niveau d’éducation.
Légende Source : enquête réalisée par l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 6 – Liste des émigrés à la présidence (ou vice-présidence) des conseils municipaux du Liban Sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

Auteur

Mohammad Mrad, docteur en histoire sociale, enseignant à la faculté d'histoire de l'Université libanaise (section Saïda).

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter